Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

Rude mais grand : Thucydide comme modèle stylistique paradoxal chez quelques rhéteurs grecs

Pierre Chiron

Texte intégral

1Quand on s’interroge sur l’histoire de la réception antique d’un auteur ancien, on est immanquablement confronté à la rhétorique et à ses débats. En d’autres termes, on ne saurait considérer comme des témoignages directs et spécifiques les jugements portés sur tel ou tel auteur dans l’Antiquité. Il existe un intermédiaire incontournable à prendre en compte : l’histoire et l’organisation propres des théories critiques, lesquelles dépendent étroitement des développements de la rhétorique, avec sa structure, ses grands courants, ses conflits internes et ses modes. Il est si peu concevable d’ignorer ce filtre que certains jugements ou classements sont littéralement inintelligibles sans la connaissance de leur arrière-plan théorique. Par exemple, dans le De Homero 2 du Ps. -Plutarque, on lit que, par opposition à Homère qui les pratique tous, Thucydide n’a mis en œuvre qu’un seul style, le πλάσμα ἁδρόν.

  • 1 [Plutarchus], De Homero, B’§ 72, p. 36 Kindstrand (BT 1990).

2Ἐπεὶ δὲ καὶ χαρακτῆρές εἰσι τῶν λόγων, τὰ καλούμενα πλάσματα, ὧν τò μὲν ἁδρόν, δò δὲ ἰσχνóν, τò δὲ μέσον λέγεταί, ἴδωμεν εἰ πάντα ἐστὶ παρ’ Ὁμήρῳ, τῶν μετ’ αὐτòν ποιητῶν ἢ λογογράφων ἐπιτηδευσάντων ἕν τι τούτων ἑκάστου, ὧν καὶ ἔστι παραδείγματα, Θουκυδίδου μὲν τò ἁδρóν, Λυσίoυ δὲ τò ἰσχνóν, Δημοσθένους δὲ τò μέσον. Τò μὲν οὖν ἁδρòν πλασμα ἐκεῖνο ἐστί τò καὶ τῇ τῶν λέξεων καὶ τῇ τῶν νοημάτῶν κατασκευῇ μεγάλας ἒχον ἐμφάσεις, οἷóν ἐστι∙ [ε 291-294] Ἰσχνòν δὲ τò καὶ τῇ ὕλῃ τῶν πραγμάτῶν μίκρòν καὶ τῇ λέξεί κατεξεσμένον οἷóν ἐστί τοῦτο [Z 466-469] Μέσον δὲ τò ἑκατέρού τούτων μεταξύ, τού μὲν ἰσχνóτερον, τοῦ δὲ ἁδροτερον, οἷον [χ1-4]1.

3Dans ce passage, les types de discours sont désignés par la formule χαρακτῆρες τῶν λόγων, appellation présentée comme équivalente à celle de πλάσμα qui désigne au sens propre, comme on le sait, une figurine modelée dans l’argile ou dans la cire. On pourrait dire que, dans cette théorie, le style d’un auteur est implicitement comparé soit au caractère propre d’une personne soit à la silhouette de cette personne. Or dans le cas de Thucydide, cette silhouette est grasse, épaisse... Si l’on hésite à interpréter & ἁδρός d’une manière aussi concrète et désobligeante, il faut constater qu’un autre des trois types présentés est le style ἰσχνός, c’est-à-dire le style maigre, terme qui forme avec ἁδρός une antithèse sans équivoque. Le style de Thucydide est donc... gros, ce qui ne laisse pas de surprendre.

4Un autre détail étonnant, à la réflexion, est le fait que chez le Ps. -Plutarque, les deux autres styles, le style maigre et le style moyen, ont comme représentants Lysias et Démosthène. Que vient faire un Historien dans cette série d’orateurs ?

  • 2 de Jonge 2006, 325-345.

5Un jugement non moins étrange est porté par Denys d’Halicarnasse dans le De Compositione uerborum. Denys se livre à une métathèse, c’est-à-dire – en l’occurrence, car il y a plusieurs types de métathèses chez Denys2 – à une réécriture modifiant essentiellement l’ordre des mots et les quelques détails de la formulation qui retentissent sur les aspects sonores de l’expression – le but étant de faire ressortir les caractéristiques sonores des différentes harmonies dans leur application à la prose. Le texte qui sert de support à cette expérience est un passage bien connu du début de l’Enquête d’Hérodote. Il s’agit de la présentation de Crésus et de son royaume.

6Λήψομαι δ’ ἐκ τῆς Ἡροδότου λέξεως τὴν άρχην τῆς ἱστορίας, ἐπεὶ καὶ γνώριμός ἐστι τοῖς πολλοῖς μεταθεὶς τόν χαρακτῆρα τῆς διαλέκτου μόνον.

  • 3 Hdt. 1.6.

7Κροῖσος ἦν Λυδòς μὲν γένος, παῖς δ’ Άλυάττου, τύραννος δ’ ἐθνῶν τῶν ἐντòς Ἄλυος ποταμοῦ∙ ὃς ῥέων ἀπò μέσημβρίας μεταξὺ Σύρων τε καὶ Παφλαγóνων ἐξίήσι πρòς βορέαν ἄνέμον εἰς τòν Εὔξεινον καλούμένον πóντον3.

8Μετατίθημι τῆς λέξεως τούτης τὴν ἁρμονίαν, καὶ γενήσεταί μοι οὐκέτι ὑπαγωγικòν τò πλάμα οὐδ’ ἱστορικóν, ἀλλ’ ὀρθòν μᾶλλον καὶναγωνιον

9Κροῖσος ἦν υἰòς μὲν ’Αλυάττου, γένος δὲ Λυδóς, τύρρανος δὲ τῶν ἐντòς Ἅλυος ποταμοῦ ἐθνῶν∙ ὃς ἀπò μέσημβρίας ῥέων μεταξὺ Σύρων καὶ Παφλαγóνων εἰς τòν Εὔξέινον καλούμενον πóντον ἐκδίδωσι πρòς βορέαν ἄνεμον.

10Οὗτος ὁ χαρακτὴρ οὐ πολὺ ἀπέχειν ἂν δóξέιέ τῶν Θουκυδίδου τούτων∙

  • 4 Thc. 1.24.

11Ἐπίδαμνóς ἐστι πóλις ἐν δεξιᾷ εἰσπλέοντι τòν Ἰóνιον κóλπον ∙ προσοικοῦσι δ’ αὐτὴν Ταυλάντιοι βάρβαροι, Ἰλλυρικòν ἔθνος4.

12Πάλιν δὲ ἀλλάξος τὴν αὐτὴν λέξιν ἑτέραν αὐτῇ μορφὴν ἀποδώσω τòν τρóπον τοῦτον ∙

13Ἀλυάττου μὲν υἱòς ἦν Κροῖσος, γένος δὲ Λυδός, τῶν δ’ ἐντòς Ἅλυος ποταμοῦ τύραννος ἐθνῶν ∙ ὅς ἀπò μεσημβρίας ῥέων Σύρων τε καὶ Παφλαγóνων μεταξὺ πρòς βορέαν ἐξίησιν ἄνεμον ἐς τòν καλούμενον πóντον Εὔξεινον.

  • 5 Dion. H., De compositione verborum (DCV), 4.8-11.

14Ἡγησιακòν τò σχῆμα τοῦτο τῆς συνθέσεως, μικρóκομψον, ἀγεννές, μαλθακóν∙5

15Le pastiche, dans ce passage, s’opère sur de l’Hérodote dépouillé de ses caractéristiques dialectales. Chaque version débouche sur un jugement : la métathèse thucydidéenne aboutit à un πλάσμα, un modelé stylistique, qui – négativement – n’est ni assez détendu (ὑπαγωγικόν) ni assez historique (ἱστορικόν) et qui en revanche possède un caractère plus direct (ὀρθόν) et plus combatif (ἐναγώνιον) que le texte de référence.

16Que Thucydide ait un style tendu et combatif, passe encore, mais pourquoi est-il à nouveau chassé de son terrain et exclu du genre historique ? Que peut bien signifier ce mot de “direct”, à propos d’un auteur dont la lecture était difficile déjà pour les Grecs de l’Antiquité ?

17Si nous avons rapproché ces deux textes, le texte du Ps. -Plutarque et celui de Denys, c’est non seulement parce qu’ils évoquent tous les deux Thucydide, non seulement parce qu’ils proposent une appréciation et une classification à première vue bizarres de cet auteur mais parce qu’ils présentent un point commun assez rare qui est l’assimilation de deux métaphores différentes du style : la métaphore du caractère et celle du modelé ou de la figurine (πλάσμα). L’objectif de la présente contribution est tout simplement d’éclairer ces deux jugements l’un par l’autre d’abord, puis en leur restituant leur arrière-plan théorique, dont on verra qu’il est largement commun.

  • 6 Trad. inspirée par de Jonge 2006, 342. G. Aujac traduit “C’est de l’Hégésias qu’un pareil type de (...)

18Mais lisons de plus près le passage de Denys. De toute évidence, sa structure est ternaire et possède un caractère axiologique. Hérodote fournit une sorte de base, qu’on aurait tort de croire neutre. L’harmonie qu’il représente constitue une norme positive qui coïncide avec le genre historique. La dimension rhétorique – au sens propre du terme – de ce genre de jugement est claire. Si Hérodote constitue la norme du genre historique, cela veut dire que – compte non tenu de ses particularités dialectales qui ont été soigneusement supprimées – c’est son style que l’on doit imiter si l’on veut faire œuvre d’historien. Cette norme est représentée par une certaine détente (ὑπαγωγικόν). Comme Denys le dit explicitement, le style de Thucydide est plus combatif, c’est-à-dire trop combatif. Quand on lit la suite et le jugement porté sur Hégésias, on découvre des termes qui font système avec les précédents : l’harmonie d’Hégésias est méprisable parce que précieuse (μικρóκομψον), dégénérée (ἀγεννές)6, molle (μαλθακóν). Ce dernier terme dénote le défaut absolu de tension, la mollesse, l’inertie.

19En somme, nous avons un système ternaire avec deux points extrêmes, l’un marqué par l’excès de tension, l’autre l’excès de détente, autour d’un μέσον qui représente la formule idéale. C’est là un autre point commun avec le texte du Ps. -Plutarque, qui faisait de Démosthène le point médian, le point d’équilibre entre Thucydide et Lysias. Dans les deux cas, pareillement, Thucydide incarne une extrême, celle de l’excès, tandis qu’Hégésias et Lysias, tour à tour, représentent des extrêmes par défaut.

  • 7 Dion. H., Thucydide. Seconde Lettre à Ammée, 7.23.7-8.

20Un point commun supplémentaire entre nos deux textes tient au fait que Denys voit chez Thucydide de la combativité. Le mot ἐναγώνιον reparaît chez lui à plusieurs reprises, il s’agit d’une qualité du style qui convient aux genres oratoires comportant un débat, un affrontement entre des adversaires. Dans sa monographie sur Thucydide, en particulier7, enquêtant sur les prédécesseurs de l’Historien, Denys fait d’Hérodote, comme ici, le modèle parfait de l’historiographie, à la combativité près, lacune qu’il doit ou bien à une incapacité personnelle, ou bien à un choix volontaire, la combativité stylistique convenant mal au genre historique. On s’étonnait tout à l’heure de voir Thucydide rangé par le Ps. -Plutarque au milieu d’orateurs, et plus précisément d’orateurs d’action – en l’espèce un praticien du genre démégorique, comme Démosthène, ou des praticiens du judiciaire, comme Démosthène et Lysias. Chez Denys aussi, Thucydide possède un style qui l’éloigne du genre historique et le rapproche des débats réels, à l’Assemblée ou au tribunal.

21La confrontation de nos deux textes ne révèle pas seulement des convergences. Denys présente une axiologie qui possède des connotations éthiques marquées : face à la mollesse précieuse, féminine, orientale, d’Hégésias, Thucydide représente une hypervirilité, une hyperactivité peu compatibles avec la silhouette volumineuse que lui prêtait le Ps. -Plutarque.

22Mais avant de sortir de la confrontation de ces deux textes pour chercher ailleurs la clef des jugements qu’ils formulent, nous voudrions au préalable regarder d’encore plus près les métathèses de Denys. Quelles sont précisément les différences entre la version d’Hérodote et celle d’Hégésias et le pastiche “à-la-manière-de” Thucydide ?

  • 8 “outward expansion”, de Jonge 2006, ibid.

23On observera d’abord l’ordre dans lequel sont présentés les éléments de l’évocation : par rapport à Hérodote, le Ps.-Thucydide pratique un ordre plus logique qui est celui de l’expansion depuis un point fixe8, d’abord la famille de Crésus, puis son ethnie, puis sa royauté établie sur plusieurs peuples. Le cours du fleuve Halys est suivi à partir du sud, ce qui pour un Grec est le point le plus rapproché.

  • 9 de Jonge 2006, ibid., note que le Ps. -Démétrios de Phalère (Du Style, § 11) apporte le même chang (...)

24On observe d’autre part que Denys change παῖς en υἱός, ce qui correspond à l’usage de Thucydide et à l’évolution de la langue9.

25Plus spectaculaire est la variation introduite dans la régulière distribution des prédicats. Chez Hérodote, chacun d’eux intervient en anaphore : Λυδòς... παῖς... τύρρανος... Chez “Thucydide”, la série est rompue, sinon pour les sonorités du moins pour la syntaxe, puisque le deuxième terme, γένος, a la fonction non pas d’attribut mais d’accusatif de relation.

  • 10 Arist., Po., 20.1456 b 24-34 ; Dion. H., DCV, 14.4.
  • 11 14.19.

26Par ailleurs, tout paraît fait pour éviter la continuité et la fluidité de l’émission sonore : le déplacement de ῥέων tend à augmenter la dysphonie créée par les heurts, à la charnière entre les mots, de consonnes ou de demi-voyelles – au sens défini par Aristote et par Denys, c’est-à-dire de lettres qui peuvent se prononcer seules mais qui se prononcent mieux avec des voyelles10 (ce sont pour nous les sonantes). On obtient : μεσημβρίας ῥέων et ῥέων μεταξύ. Ce n’est certainement pas par hasard que les mots rapprochés eux-mêmes comportent des agrégats de consonnes (-μβρ-, -ξ-) et à deux reprises la demi-voyelle ρ, dont Denys, dans le DCV11, souligne le caractère “raboteux” (cf. τραχύνει) ainsi que la noblesse. On note aussi la présence d’un hiatus interne, même s’il est atténué par la présence d’un digamma (ῥέων).

27À propos de l’hiatus : le nouvel ordre des mots en introduit un, ποταμοῦ ἐθνῶν. On peut noter aussi la longueur de l’enclave qui sépare τῶν de ἐθνῶν. Dans le même ordre d’idées, ce ne sont plus huit, comme chez Hérodote, mais douze mots qui séparent le relatif ὅς du verbe de la relative (ἐκδίδωσι chez “Thucydide”). Il a été aussi remarqué que Denys diminue le nombre de connectifs en supprimant le τε dans Σύρων (τε) καὶ Παφλαγόνων.

  • 12 Cf. Dain 1965, 27.

28Mais c’est au niveau prosodique que le changement est le plus spectaculaire. On peut, à propos du rythme de la prose, dire à peu près n’importe quoi, mais certains éléments paraissent ici indiscutables. Le texte d’Hérodote commence par deux crétiques entourant un spondée, série suivie immédiatement par une clausule d’hexamètre (– v – /– – /– v – /– vv/– v), ce qui confère à la phrase de la régularité et une touche d’archaïsme. Si l’on se tourne vers Hégésias, la métathèse commence par un ionique mineur (vv– –) suivi d’une séquence iambique. La différence semble surtout affaire de régularité. Chez Hérodote, on observe une succession de pieds descendants, c’est-à-dire accentués sur le premier temps. Chez Hégésias, l’ionique initial (’Aλύαττού, vv– –) crée une sorte de flottement : les deux premières brèves peuvent s’interpréter comme un début d’anapeste, pied ascendant, mais la deuxième longue introduit un contre-temps12. La séquence iambique suivante ressemble à un trimètre iambique catalectique (depuis μὲν υἱ- jusqu’à τῶν δ’ : v – v – – – v – v – – (–)). La longue de Κροῖσος, dans cette optique, est normale (pied impair) sauf si l’on tient compte du flottement créé à l’initiale par la dipodie ionique : dans ce cas, elle aussi peut créer une syncope. Le phénomène se reproduit plus loin, si l’on prolonge le trimètre sur le côlon suivant et si l’on admet que le--óς de Λυδóς est allongé devant τῶν. Mais nous avons alors un spondée sur un pied pair du trimètre, ce qui contribue beaucoup plus nettement à l’hésitation entre rythme ascendant et rythme descendant. Si l’on a un peu d’imagination et si l’on se représente le type de danse que peut accompagner un rythme pareil, on entrevoit son caractère déhanché et la raison pour laquelle on considère cette prose comme efféminée et lascive.

29En comparaison de ces deux paradigmes : régularité, d’un côté, pour Hérodote, syncope et déhanchement de l’autre pour Hégésias, quel est le rythme de la prose de Thucydide ? Si l’on prend pour critère le début du passage, on constate l’abondance des longues au début – facteur traditionnel de grandeur stylistique – mais aussi des séries qui semblent interdire volontairement toute identification de pieds : ce n’est pas la même irrégularité que celle d’Hégésias, qui consiste en fait à inverser la cadence en introduisant des contre-temps. Thucydide, lui, veille à n’instaurer aucune régularité, aucune séquence identifiable en termes de pieds : – v – – – vvv – – v – v –.

30En résumé, le pastiche de Thucydide, qui illustre l’harmonie austère selon Denys, est sur le fond plus logique, plus conforme à l’organisation-même des choses décrites ; sur la forme plus fruste, volontairement brut, heurté, cacophonique, comme fuyant toutes les séductions de la mise en forme musicale.

31Cette caractérisation permet déjà d’émettre une hypothèse sur l’un des termes étranges que nous avons relevés chez Denys, l’adjectif ὀρθός : le style de Thucydide serait direct justement parce qu’il n’est pas élaboré pour l’oreille et se contente de suivre une sorte de syntaxe naturelle directement tirée de la structure du réel. La citation du “vrai” Thucydide (1.24) sur Épidamne confirme cette lecture. Après l’énoncé du nom de la ville vient sa définition (une cité), puis sa situation depuis un point de vue particulier, qui est celui du voyageur qui entre dans le golfe d’Ionie. Concentriquement, on évoque ensuite les peuplades voisines. C’est donc la même logique qui préside à l’ordre de présentation. Et la mise en œuvre est toujours aussi négligée sur le plan phonique, avec – notamment – deux hiatus.

32Il est temps maintenant de convoquer d’autres témoignages, pour tâcher d’éclairer davantage cette caractérisation de Thucydide.

33Le premier auteur à citer est bien sûr Aristote. Non qu’il parle jamais de Thucydide, mais parce qu’il est le témoin de la transposition en rhétorique de la définition éthique de la vertu comme un équilibre entre un excès et un défaut. Nous pensons au passage de la Rhétorique où Aristote distingue deux modalités du style en fonction du caractère plus ou moins “écrit” du genre oratoire pratiqué et où il récuse ensuite toute autre subdivision du style d’après des critères moraux :

  • 13 Rh., 3.12, 1414 a 17-21.

34 ἡ μὲν οὖν ἐπιδεικτικὴ λέξις γραφικώτατη ∙ τò γὰρ ἔργον αὐτῆς ἀνάγνωσις ∙ δευτέρα δὲ ἡ δικανική. Τò δὲ προσδιαιρεῖσθαι τὴν λέξιν, ὅτι ἡδεῖαν δεῖ καὶ μεγαλoπρεπῆ, περίεργον ∙ τί γὰρ μᾶλλον ἤ σώφρονα καὶ ἐλευθ έριον καὶ εἴ τις ἄλλη ἤθους ἀρετή ;13

  • 14 Un μέσον, cf. ibid. l. 26.

35Car, pour lui, le style est un et représente un équilibre convenable entre un excès et un défaut de dignité14 :

  • 15 3.2, 1404 b 1-4.

36Ἔστω οὖν ἐκεῖνα τεθεωρημένα, καὶ ὡρίσθω λέξεως ἀρετὴ σαφῆ εἶναι (σημεῖον γάρ τι ὁ λóγος, ὥστ’ ἐὰν μὴ δηλοῖ οὐ ποιήσει τò ἐαυτοῦ ἔργον), καὶ μήτε ταπεινὴν μήτε ὑπὲρ τò ἀξίωμα, ἀλλὰ πρέπουσαν 15

37Le mouvement est double. Récuser la qualification morale du style, c’est – dans le réseau des relations que codifie la stylistique rhétorique, relation du style au public, relation du style à l’objet – privilégier cette dernière. En même temps, dans l’invitation à situer la qualité de l’expression dans un juste dosage entre excès de dignité et excès de trivialité, il y a bien une application à la rhétorique du principe de la vertu. Les rhéteurs postérieurs ne s’y tromperont pas. Quand le Ps. -Plutarque utilise le mot μέσον, quand il définit ce juste milieu comme une équidistance : “plus simple que l’un, plus grand que l’autre”, quand Denys fait d’Hérodote l’exemple de la tension idéale intermédiaire entre la tension excessive de Thucydide et le relâchement d’Hégésias, ils s’inscrivent clairement dans un schéma aristotélicien.

  • 16 Rh., 3.12, 1413 b 17-22.
  • 17 DCV, 22.6.

38Il est une autre dette probable de nos critiques tardifs vis-à-vis d’Aristote : ce dernier, dans le passage auquel nous venons juste de faire allusion, note que le style des débats oratoires, le style agonistique (λέξις ἀγωνιστική), destiné à favoriser l’action théâtrale, pratique l’asyndète16. Dans le DCV, Denys signale, à propos de l’harmonie austère, que celle-ci est ὀλιγοσύνδεσμος17. Nous aurions là tout à la fois l’explication de la suppression du τε dans le pastiche du style de Thucydide et la raison du classement de ce dernier au milieu d’orateurs. S’il se rapproche de l’éloquence d’action, c’est parce que son style est peu lié, peu coordonné. Nous n’avons pas besoin de souligner le lien entre cet adjectif employé par Aristote, agonistique, et le qualificatif de “combatif”, ἐναγώνιον, qu’utilisait Denys.

  • 18 Démétrios, Du Style, t. établi et traduit par P. Chiron, Paris (CUF), 1993 ; voir aussi Chiron 200 (...)

39Un second auteur à convoquer est le Ps. -Démétrios de Phalère18. On se souvient que pour Denys, le style de Thucydide est peu propice à l’historiographie en raison de sa tension excessive, parce qu’il n’est pas, comme celui d’Hérodote, ὑπαγωγικóν. Or que lit-on dans le prologue du traité Du Style ? Après une définition de la période, suivie d’une sorte d’archéologie des styles qui fait du style périodique le style “moderne”, après quelques conseils d’utilisation des périodes, Démétrios introduit une distinction entre trois espèces de périodes : la période historique, la période dialogique et la période rhétorique.

  • 19 Du Style, § 19.

40Τρία δὲ γένη περιόδων ἐστιν ∙ ἱστορική, διαλογική, ῥήτορική. Ἱστορικὴ μὲν ἡ μήτε περιηγμένη, μήτ’ ἀνέιμένη σφóδρα, ἀλλὰ μεταξὺ ἀμφοῖν, ὡς μήτε ῥητορικὴ δóξειε καὶ ἀπίθανος διὰ τὴν περιαγωγήν, τò σεμνóν τε ἔχουσα καὶ ἱστορικòν ἐκ τῆς ἁπλóτητος, οἷον ἡ τοιάδε∙ Δαρείου καὶ Παρύσατιδος γίγνονται (Xén. Anabase, init.) μέχρι τοῦ ∙ νεώτερος δὲ Κῦρος ∙ ἑδαίᾳ γάρ τινι καὶ ἀσφαλεῖ καταλήξει ἔοικεν αὐτῆς ἡ ἀπóθέσις.19

  • 20 Pernot 2000, 82-83.

41La triade présentée par Démétrios reste fidèle à Aristote par sa structure : deux extrêmes encadrant une médiété, mais une différence majeure apparaît. La pratique de référence n’est plus réduite aux trois genres oratoires traditionnels, judiciaire, démégorique, épidictique, mais s’étend à tous les genres littéraires. C’est ce que Laurent Pernot appelle la “globalisation” hellénistique20, qui fait de la rhétorique une sorte de “poétique” généralisée, au sens où elle régente la production d’énoncés oraux ou de textes écrits dans tous les genres, y compris la propagande philosophique. Les trois genres évoqués ici sont d’ailleurs l’historiographie, l’éloquence et le dialogue philosophique. Les trois auteurs cités sont respectivement Xénophon, Démosthène et Platon. Cette évolution de la rhétorique rend moins étonnante l’association que nous constations tout à l’heure chez le Ps. -Plutarque de Thucydide avec Lysias et Démosthène.

42Une autre remarque porte sur le matériau métaphorique appliqué à la période. Le mot qui frappe est le verbe περιάγειν (περιηγμένη) et le substantif correspondant περιαγωγή. La période est représentée comme un parcours circulaire, un circuit, conformément au sens propre du mot période en grec, et ce circuit est envisagé subjectivement, dans sa réalisation. L’idée de circularité se double de l’idée de compacité, de concentration, de tension. En effet, la forme oratoire de la période, la plus conforme à son essence (περιηγμένη), est si l’on en croit son contraire (ἀνειμένη, relâchée, détendue) une forme tendue, fortement structurée. Or selon Démétrios, au moins dans le genre historique, une telle circularité est synonyme d’artifice (on note le sens péjoratif du terme ῥητορική). La période historique doit être digne, noble (σεμνóν) mais cette noblesse doit lui être conférée par la simplicité. Si l’on sait que, plus loin dans le traité, Thucydide fournit à Démétrios un exemple de période grandiose (§ 45), la boucle est bouclée : si Thucydide n’est pas cité ici comme exemple de la période historique, c’est que son style est trop oratoire, trop périodique, pour servir de modèle dans le genre qui est le sien. On peut signaler au passage que ce champ lexical de la période est essentiel pour comprendre le sens de l’adjectif ὑπαγωγικóν, qui qualifiait l’harmonie historique chez Denys : le style historique est “hypagogique” au sens où il est moins circulaire, moins compact. Concrètement, il fait moins usage des figures de structuration comme les parallélismes, les antithèses et autres parisoses et paromoioses. Sur le plan rythmique, on observe aussi que la période de Xénophon se conclut sur une terminaison stable et sûre, en l’occurrence une série ïambique régulière. Si Thucydide est exclu du style historique dans ce domaine aussi, c’est en raison de l’irrégularité de ses rythmes.

  • 21 Cf. Du Style, § 36 ; pour l’opposition élégant vs véhément, cf. § 258.

43Trop orateur pour le genre historique, Thucydide n’en est pas moins un modèle de grandeur. C’est ici que la stylistique du Ps. -Démétrios de Phalère est particulièrement éclairante. Il définit quatre caractères de l’expression, opposés deux à deux21, d’un côté le caractère grandiose (μεγαλοπρεπὴς χαρακτήρ), opposé au maigre (ἰσχνòς χαρακτήρ), et de l’autre le caractère élégant (γλαφυρòς χ.) opposé au véhément (δεινóς).

  • 22 Du Style, § 12.
  • 23 Du Style, § 29.
  • 24 Du Style, § 68 ; 299.
  • 25 Du Style, § 38.

44L’examen des composantes du grand style dans le traité Du Style nous apprend qu’Isocrate reste une référence, notamment pour son usage ininterrompu de la période22 ou de l’antithèse23, mais sa proscription de l’hiatus est jugée trop systématique24 et incompatible non seulement avec la vraie grandeur mais avec l’énergie du style véhément. Bref, son style est jugé trop fluide et trop sourd. Alors qui est la meilleure incarnation du grand style ? Il n’y a pas, chez Démétrios, d’identification de chaque caractère avec un auteur unique, mais on ne peut manquer d’observer que, pour le grand style qualifié de style λóγιος25, c’est-à-dire à la fois savant et éloquent, Thucydide est le deuxième auteur le plus souvent cité, juste derrière Homère. Il fournit des exemples de périodes, de côla grandioses. Démétrios évoque son utilisation de la longue dans le rythme, son agencement heurté des mots, sa préférence pour les sonorités rudes, l’hiatus, son goût pour les changements de cas inattendus, etc.

  • 26 Du Style, § 36, 54, 66, 77, 83, 105, 114, 119, 120, 176, 177, 207, 247.

45L’emploi du terme “maigreur” pour le style simple, ajouté à cette cohabitation de deux paradigmes du grand style éclaire, à nos yeux, le caractère polémique de la terminologie. D’un point de vue atticiste, la grandeur isocratique pouvait facilement passer pour de l’obésité. Le mot ἁδρóς qu’utilisait le Ps. -Plutarque n’apparaît pas chez Démétrios, mais on trouve chez lui, à plusieurs reprises, les termes ἁγκος ou ὀγκηρóς pour désigner, tantôt en bonne part, tantôt de manière péjorative, un style majestueux ou massif, volumineux26. Réciproquement, d’un point de vue plus traditionnel ou plus asianiste, le style simple pouvait être critiqué pour sa maigreur, c’est un jugement très fréquent chez Cicéron. Autrement dit, la classification du Ps. -Plutarque, à l’instar de celle de Démétrios, fait la synthèse de catégories du style qui ont été élaborées dans des officines ennemies, d’où la bizarrerie apparente de sa terminologie. On remarque d’ailleurs que, dans la suite de sa présentation, le terme ἁδρóς est glosé par le vocabulaire de la grandeur :... μεγάλας ἔχον ἔμφάσεις.

  • 27 Du Style, § 296-298.

46Un autre apport du Ps. -Démétrios de Phalère est une théorie des différentes méthodes de propagande philosophique illustrées respectivement par Aristippe de Cyrène, par Xénophon et par deux auteurs présentés comme les plus fidèles à la forme socratique, à savoir Eschine de Sphettos et Platon. Or ces différents types de propagande sont désignés par le terme πλάσμα 27, qu’on a vu tout à l’heure employé comme équivalent de χαρακτήρ. Autrement dit, Denys et le Ps.-Plutarque amalgament deux typologies distinctes chez le Ps.-Démétrios de Phalère : une typologie littéraire, et une typologie philosophique.

47Nous avons fait allusion à l’instant à la querelle de l’atticisme, il est temps maintenant, après Aristote et le Ps. -Démétrios de Phalère, de convoquer une troisième source, la source philosophique qui forme l’arrière-plan de la querelle atticiste, nous voulons dire la rhétorique stoïcienne.

  • 28 Atherton 1988. Quelques années plus tard, Moretti 1995 présentait déjà une vision beaucoup plus po (...)
  • 29 Aubert 2006.

48Sur cette question, question difficile en raison de la rareté des documents et du caractère souvent indirect de l’information, la recherche de ces dernières années a fait prévaloir une vision des choses plus nuancée. Pour donner deux repères caractéristiques, Catherine Atherton, en 1988, donnait comme titre à une étude qui a fait date : “L’échec de la rhétorique stoïcienne”28 et se contentait sur le sujet d’une trentaine de pages. Sophie Aubert, dans une thèse soutenue à Paris IV en novembre 200629, consacre près de mille pages à la rhétorique des Stoïciens, ce qui à soi seul laisse entendre que le Portique a fait mieux qu’échouer en la matière. Mais c’est surtout la manière d’envisager le problème qui a évolué entre les deux contributions. Les titres l’indiquent. Il y a plus qu’une nuance entre “rhétorique stoïcienne” et “rhétorique des Stoïciens”. L’un des apports de la thèse de S. Aubert est la double proposition suivante : contrairement à ce qui a souvent été dit, il n’y a pas d’antinomie absolue entre rhétorique et stoïcisme. D’autre part le stoïcisme, principalement à Rome, s’est incarné dans un grand nombre de personnalités très variées, qui ont chacune fait fructifier la doctrine, tant en pratique qu’en théorie, d’où l’émergence d’un corpus technique très riche. S. Aubert a exploré un autre axe de recherche : la rhétorique des Stoïciens a contribué à féconder la rhétorique non stoïcienne, ne serait-ce qu’en engageant un débat de fond sur ses principes traditionnels sans nier la nécessité de son existence. En d’autres termes, c’est au point de contact des principes stoïciens et de la tradition qu’ils contestaient que se sont produites la plupart des “réactions chimiques” par lesquelles le stoïcisme a profondément et durablement influencé l’histoire de la rhétorique. C’est un phénomène qu’on a décrit ci-dessus chez le Ps. -Démétrios de Phalère, avec l’intégration du style maigre et de la grandeur austère dans son système stylistique.

  • 30 VII. 59.
  • 31 Gourinat, sous presse.
  • 32 Goulet-Cazé 1999.

49Pour se faire une idée plus précise du contenu de la rhétorique stoïcienne, l’une des sources principales est la théorie des qualités du langage de Diogène de Babylonie telle qu’elle nous a été transmise par Diogène Laërce30. Elle paraît se résumer aux qualités minimales garantissant la correcte transmission d’un contenu de pensée. Ces qualités sont l’hellénisme – à savoir la correction linguistique, menacée par le barbarisme et le solécisme – , la clarté, la brièveté, la propriété (πρέπον) – entendue comme adéquation du langage au contenu de pensée – et la κατασκευή, mot traduit tantôt par “élégance” (Gourinat)31, tantôt par “soin” (Chiron), ou “apprêt” (Aubert), voire “ornement” (Goulet)32 mais qui, chez Diogène Laërce résumant la théorie stoïcienne telle qu’il l’a trouvée chez Diogène, se résume à l’exclusion de toute trivialité.

  • 33 Vita Arati, II, p. 12, 15-18 Martin, cité par Gourinat, op. cit.
  • 34 “Ces paroles sont sans doute trop sèches : il s’agit en effet des premiers éléments, en quelque so (...)

50En pratique, deux de ces rubriques ont permis aux Stoïciens de se réapproprier une partie du matériau technique traditionnel. La première est le πρέπον: le langage doit certes s’interdire de s’adresser aux passions et aux affects de l’auditoire, mais il doit s’adapter au contenu. De là une théorie des différents registres de l’expression – poésie simple, élevée ou moyenne – attestée notamment dans le domaine poétique, à propos d’Aratos, chez le Stoïcien Boéthos de Sidon33. Selon Boéthos, Aratos vaudrait par un πλάσμα μεῖζον, ce que J.-B. Gourinat traduit par “une facture supérieure”. Ce πλάσμα serait lié à l’ampleur de la vision cosmologique de son poème et à l’éclat que lui confère la précision scientifique. Ce qui est remarquable est la convergence terminologique avec les différents types de propagande philosophique chez Démétrios. D’ailleurs, l’idée que le philosophe lui-même, et pas seulement le poète, doit adapter son expression à la grandeur de son sujet est attestée chez Cicéron qui la met dans la bouche de Caton d’Utique34, dont on connaît les liens avec le Stoïcisme.

  • 35 Aubert 2006, 92-94.

51Cette idée de πρέπoν est aussi à l’origine de toute une théorie de l’ordre naturel des mots35. Il y a là comme une sorte de fantasme stoïcien de l’absence de toute médiation par le langage et de la syntaxe comme calque de l’ordre des choses. Il faut sur ce point revenir à Démétrios. Dans un développement sur le style maigre, très influencé par la rhétorique stoïcienne, il donne des consignes sur l’une des qualités de la liste de Diogène de Babylonie, la clarté. Il cite alors la même phrase de Thucydide que Denys d’Halicarnasse :

  • 36 Thc. 1.24 (Du Style, § 199).

52Καὶ ὅλως τῇ φύσίκῇ τάξεί τῶν ὀνομάτων χρηστέον, ὡς τó∙ Ἐπίδαμνóς ἐστι πóλις ἐν δεξιᾷ ἐσπλέοντι εἰς τòν Ἰóνίον κóλπον∙ πρῶτον μὲν γὰρ ὠνóμασται τò περὶ οὗ, δεύτερον δὲ ὅ τoῦτό ἐστιν, ὅτί πóλις, καὶ τὰ ἄλλα ἐφεξῆς. (...)Ἐν δὲ τοῖς διηγήμασιν ἤτοι ἀπò τῆς ὀρθῆς ἀρκτέον∙ Ἐπίδαμνóς ἐστι πóλίς, ἤ ἀπò τῆς αἰτιατικῆς, ὡς τó∙ λέγεται Ἐπίδαμνον τὴν πóλιν. Αἱ δὲ ἂλλαι πτώσεις ἀσαφειάν τινα παρέξούσί καὶ βάσανον τῷ τε λέγοντι αὐτῷ καὶ τῷ ἀκoύoντι.36

53Il n’est pas impossible que l’emprunt d’un exemple à Thucydide sur ce point précis de la clarté, constitue une sorte de défense d’un auteur souvent critiqué pour son obscurité. Ce qui est sûr est qu’il y a convergence entre les deux auteurs, Démétrios et Denys sur la présence, chez Thucydide, d’un souci de la logique de présentation des faits. Surtout, on note la présence dans ce passage de l’adjectif ὀρθός qui nous a intrigués chez Denys. Le sens ici est clairement grammatical : il s’agit du cas direct, le nominatif, facteur de clarté.

  • 37 Op. cit., p. 259 sq.

54Un autre “cheval de Troie” de la stylistique traditionnelle dans la théorie stoïcienne des qualités du langage est la notion de παρασκευή. Sophie Aubert37 montre que cette qualité doit être interprétée non pas seulement comme une abstention, mais comme une sorte d’équipement stylistique mis au service de l’activité philosophique. On est moins surpris alors de voir ce mot utilisé par le Ps. -Plutarque pour gloser la grandeur du style de Thucydide. Plusieurs traits du passage cité supra constituent ainsi ce que l’on peut appeler des “stoïcèmes”. Dans la phrase Τò μὲν οὖν ἁδρóν πλάσμα ἐκεῖνó ἐστι τò καὶ τῇ τῶν λέξεων καὶ τῇ τῶν νοημάτων κατασκευῇ μεγάλας ἔχόν ἐμφάσεις, on relève en effet :

  • l’emploi du mot plasma, métaphore choisie sans doute parce que tout message a une forme et que l’on quitte, grâce à cette appellation, la dichotomie entre le niveau linguistique et le niveau stylistique et par la même occasion toute la théorie théophrastienne de l’ornement surajouté ;
  • l’emploi du terme κατασκευή, apprêt, ou soin, qui s’applique conjointement au fond et à la forme, dans une parfaite synergie des deux, autre caractéristique stoïcienne,
  • l’emploi du mot ἔμφασις, qui désigne la faculté de faire naître des représentations dans l’esprit du récepteur, conformément à l’épistémologie stoïcienne,
  • le thème d’une grandeur dérivée exclusivement de la matière traitée et donc dépourvue d’ambition psychagogique.

55Nous dirons pour finir que cette brève réflexion n’est qu’une étude d’orientation, visant simplement à établir le caractère incontournable des catégories et des débats rhétoriques dans l’histoire de la réception antique de Thucydide. La question est très loin d’être épuisée.

  • 38 3.38.7.
  • 39 Aphthonios, Progymnasmata, VIII (p. 22-24 Rabe [BT, 1926] = Corpus rhetoricum, I, éd. M. Patillon, (...)
  • 40 Cf. n. 7 supra.
  • 41 Le Π. ἰδ. λóγου du corpus hermogénien loue généralement la noblesse, la beauté, la sévérité, etc. (...)
  • 42 Aelius Théon, Progymnasmata, p. 104-105 Patillon-Bolognesi.

56Néanmoins, ce que l’on peut déjà proposer comme bilan, c’est que les rhéteurs semblent tous se souvenir de la dénonciation de la politique-spectacle que Thucydide met dans la bouche de Cléon au livre III de La Guerre du Péloponnèse38. Les jugements entièrement positifs sont rarissimes – nous pensons à l’éloge de Thucydide dans le traité de Progymnasmata d’Aphthonios39, qui confine à l’hagiographie mais qui n’est rien de plus qu’un exercice scolaire. Denys est l’un des plus hostiles, surtout dans la monographie qu’il a consacrée à contre-cœur à l’Historien40, mais les plus favorables sont eux-aussi nuancés41. Le pédagogue Aelius Théon42 voit en Thucydide un généraliste qui concentre toutes les fonctions de l’histoire (généalogie, politique, mythologie, littérature, géographie, morale) mais il conseille sa lecture à la fin du cursus, en raison de sa difficulté. Très souvent, les rhéteurs vont jusqu’à enlever Thucydide aux Historiens. Hérodote ou Xénophon sont considérés par eux comme de meilleurs modèles. Mais il y a aussi une légende dorée de Thucydide chez les rhéteurs, notamment les rhéteurs stoïcisants. Ils ont annexé Thucydide à l’art oratoire comme modèle d’éloquence grandiose. Peut-être aussi se souviennent-ils de l’influence que Thucydide a exercée sur Démosthène, l’Orateur.

57Mais cette grandeur de Thucydide est rude, austère, elle néglige tous les ornements plaqués de l’extérieur, parce qu’au fond, plus qu’un modèle oratoire, Thucydide est un modèle philosophique. La rudesse de son expression n’est que la contrepartie de sa scientificité. S’astreignant à suivre l’ordre des choses, il ne peut guère veiller à l’euphonie. Poursuivant la vérité, il se moque de séduire.

58Pour terminer, nous répéterons combien est étonnant a priori cet usage indifférencié qui est fait des termes χαρακτήρ, d’obédience théophrastienne et πλάσμα, d’origine sans doute stoïcienne. Chez Denys, ces termes sont même des équivalents d’harmonie, en une synecdoque qui fait du style dans sa dimension sonore et rythmique un χαρακτήρ ou un πλάσμα à part entière comme si c’était là le cœur de toute expression. Peut-être est-ce insignifiant, puisque le dialecte – dans le passage que nous avons analysé – est traité lui aussi comme un χαρακτήρ, et il est vrai que Denys n’est pas toujours d’une rigueur intellectuelle exemplaire. Mais nous ferons volontiers l’hypothèse que, malgré tout, ce n’est pas anodin. Chez Démétrios aussi, la prosodie et les sonorités sont un aspect essentiel de l’expression. Peut-être faut-il rapporter cela à l’importance éducative que revêt, chez Platon en particulier, l’apprentissage de la danse et de la musique. Ainsi Thucydide, modèle de grandeur pour les orateurs, modèle de précision scientifique pour les philosophes, serait aux yeux des rhéteurs un modèle éthique utile aux jeunes gens, par la virilité rugueuse du rythme de sa phrase, entièrement dévolu à la vérité. Quant on rapporte ces conceptions au projet même de Thucydide, on se prend à penser que les rhéteurs anciens ne se trompaient pas complètement à son sujet.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Atherton, C. (1988) : “Hand over Fist : the Failure of Stoic Rhetoric”, CQ, 38, 392-427.

Aubert, S. (2006) : Per dumeta. Recherches sur la rhétorique des Stoïciens à Rome, de ses origines grecques jusqu’à la fin de la République, thèse dactylographiée, sous la dir. de C. Lévy, Paris IV.

Chiron, P. (2001) : Un rhéteur méconnu : Démétrios (Ps. -Démétrios de Phalère. Essai sur les mutations de la théorie du style à l’époque hellénistique, avec une Préface de M. Patillon, Paris.

Chiron, P. et C. Lévy (sous presse) : Les Noms du style dans l’Antiquité, Louvain - Paris.

Dain, A. (1965) : Traité de métrique grecque, Paris.

Goulet-Cazé, M. -O. (1999) : Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, trad. française, Paris.

Gourinat, J. -B. (sous presse) : “Y a-t-il une théorie stoïcienne du style ?”, in : Chiron & Lévy sous presse.

Jones, H. S. (1942) : Vita Thucydidis, Oxford.

de Jonge, Casper C. (2006) : Between Grammar and Rhetoric. Dionysius Halicarnassus on Language, Linguistics, and Literature, thèse imprimée, Leyde.

Moretti, G. (1995) : Acutum dicendi genus. Brevità, oscurità, sottigliezze e paradossi nelle tradizioni retoriche degli stoici, Bologne.

Pernot, L. (2000) : La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris.

Wilamowitz, U. (1877) : “Die Thukydideslegende”, Hermes, 12, 326-367.

Notes

1 [Plutarchus], De Homero, B’§ 72, p. 36 Kindstrand (BT 1990).

2 de Jonge 2006, 325-345.

3 Hdt. 1.6.

4 Thc. 1.24.

5 Dion. H., De compositione verborum (DCV), 4.8-11.

6 Trad. inspirée par de Jonge 2006, 342. G. Aujac traduit “C’est de l’Hégésias qu’un pareil type de composition, avec l’affectation dans le détail, le manque de dignité, la mollesse”.

7 Dion. H., Thucydide. Seconde Lettre à Ammée, 7.23.7-8.

8 “outward expansion”, de Jonge 2006, ibid.

9 de Jonge 2006, ibid., note que le Ps. -Démétrios de Phalère (Du Style, § 11) apporte le même changement dans la réécriture d’une période de Démosthène.

10 Arist., Po., 20.1456 b 24-34 ; Dion. H., DCV, 14.4.

11 14.19.

12 Cf. Dain 1965, 27.

13 Rh., 3.12, 1414 a 17-21.

14 Un μέσον, cf. ibid. l. 26.

15 3.2, 1404 b 1-4.

16 Rh., 3.12, 1413 b 17-22.

17 DCV, 22.6.

18 Démétrios, Du Style, t. établi et traduit par P. Chiron, Paris (CUF), 1993 ; voir aussi Chiron 2001.

19 Du Style, § 19.

20 Pernot 2000, 82-83.

21 Cf. Du Style, § 36 ; pour l’opposition élégant vs véhément, cf. § 258.

22 Du Style, § 12.

23 Du Style, § 29.

24 Du Style, § 68 ; 299.

25 Du Style, § 38.

26 Du Style, § 36, 54, 66, 77, 83, 105, 114, 119, 120, 176, 177, 207, 247.

27 Du Style, § 296-298.

28 Atherton 1988. Quelques années plus tard, Moretti 1995 présentait déjà une vision beaucoup plus positive de la question.

29 Aubert 2006.

30 VII. 59.

31 Gourinat, sous presse.

32 Goulet-Cazé 1999.

33 Vita Arati, II, p. 12, 15-18 Martin, cité par Gourinat, op. cit.

34 “Ces paroles sont sans doute trop sèches : il s’agit en effet des premiers éléments, en quelque sorte de la nature, qui ne peuvent guère admettre la richesse du style (ubertas orationis), et je ne songe pas d’ailleurs à la chercher. Pourtant, quand on aborde des sujets plus élevés (de rebus grandioribus), les idées elles-mêmes entraînent les paroles (ipsae res uerba rapiunt)”, Cic., De Fin., 3.19 (traduction Aubert 2006, 219), à comparer avec Démétrios, Du Style, § 248.

35 Aubert 2006, 92-94.

36 Thc. 1.24 (Du Style, § 199).

37 Op. cit., p. 259 sq.

38 3.38.7.

39 Aphthonios, Progymnasmata, VIII (p. 22-24 Rabe [BT, 1926] = Corpus rhetoricum, I, éd. M. Patillon, Paris [CUF, 2008], p. 132-134).

40 Cf. n. 7 supra.

41 Le Π. ἰδ. λóγου du corpus hermogénien loue généralement la noblesse, la beauté, la sévérité, etc. de Thucydide mais critique aussi, en termes plus ou moins voilés, sa difficulté et sa rudesse (p. 249 ; 408-411 Rabe). Voir aussi Quintilien 10.1.73 ; 2.17 ; Ps. -Longin, Subl., 14.1 ; 22.3 ; 25 ; 38.3 ; Ps. -Aelius Aristide, Arts rhétoriques, 1.29, 33, 42, 109 ; 2.113, 120. On trouve une documentation supplémentaire et des éléments de discussion dans Jones 1942 et Wilamowitz 1877.

42 Aelius Théon, Progymnasmata, p. 104-105 Patillon-Bolognesi.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540