Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

La réception de Thucydide chez les commentateurs et grammairiens latins1

Catherine Sensal

Texte intégral

  • 1 Nous remercions le professeur Giuseppe Ramires qui a accepté de relire ces pages et nous a fait bé (...)
  • 2 Quint., Inst., 10.1.101 ; 10.2.17 ; Sen., Contr., 9.1.13-14 ; Suas., 6.21.
  • 3 Voir en dernier lieu Schmal 2001, 148-153 et Martin 2006, avec la bibliographie.
  • 4 Sur ce terme, cf. Berlioz et al. 1994, 5 ; Payen 2004, 115, d’après Bouillaguet 1989, 489-497.
  • 5 Nous remercions très vivement le Professeur G. Ramires qui nous a fourni cette précieuse informati (...)
  • 6 On trouvera les textes et les références aux passages en annexe.
  • 7 D’après une recherche limitée au Corpus grammaticorum latinorum : http://htl.linguist.jussieu.fr/C (...)
  • 8 Elle provient entre autres d’Aulu-Gelle. Cf. Courcelle 1943, 9 ; Marinone 1967, 41-51 ; Flamant 19 (...)
  • 9 Baratin 1989, 368-371 ; Baratin et al. 2005, 8.
  • 10 Macr., Sat., 3.6.8 = texte no 1 de l’annexe, et 4.1.3 = texte no 2. L’historien Pherecydes est nom (...)
  • 11 Serv., ad Aen., 8.328 = texte no 4 ; 8.725 = texte no 5 ; 10.537 = texte no 6 ; 11.243 = texte no  (...)

1Lorsque l’on évoque la réception de Thucydide dans la littérature latine, l’on songe en premier lieu à son influence sur l’historien Salluste. Cette antique filiation, reconnue de longue date par les Anciens2, a été longuement étudiée par les Modernes3. L’attention portée aux relations entre les deux historiens a cependant éclipsé la pérennité de l’œuvre de Thucydide dans le monde romain tardif, et notamment chez les commentateurs et les grammairiens latins. Les emprunts4 à Thucydide y sont certes peu nombreux : parmi les commentateurs, l’œuvre de l’historien n’est guère attestée chez Donat ni chez les divers scholiastes5 mais elle est citée par Macrobe et Servius6. Chez les grammairiens, le nom de Thucydide n’apparaît que chez le seul Priscien7. C’est la raison pour laquelle nous centrerons notre exposé, essentiellement descriptif, sur ces trois auteurs qui ont sans doute une connaissance principalement indirecte de l’œuvre de Thucydide. En effet, il est établi qu’une grande partie de l’érudition grecque de Macrobe ne lui est pas personnelle8. Les livres 17 et 18 des Institutiones grammaticae de Priscien, où se trouve la grande majorité des références à Thucydide chez le grammairien, reposent très largement sur la Syntaxe d’Apollonios Dyscole9. Quant à Servius, l’examen des passages pertinents à notre étude suggère une connaissance indirecte de Thucydide. De manière générale, les historiens grecs forment, comparativement aux poètes de tous genres et aux philosophes, une bien petite cohorte chez les deux commentateurs Macrobe et Servius. On relève treize noms d’historiens chez Macrobe, des noms souvent peu connus, comme Callias, Panyasis ou Pherecides, et dix chez Servius ou le Servius Auctus, dont les choix semblent déjà plus communs : Ctésias, Éphore, Hécatée, Xénophon, entre autres. Les historiens grecs communs à Macrobe et à Servius/Servius Auctus sont au nombre de cinq. Il s’agit, par ordre alphabétique, d’Alexandre Polyhistor, d’Épaphos, d’Éphore, d’Hérodote et de Thucydide. Chez Macrobe, le nom de l’historien n’est mentionné que deux fois10. Chez Servius, Thucydide est nommé à cinq reprises, dont quatre fois chez Servius et une fois chez le Servius Auctus11. Chez ces derniers, le nom de Thucydide n’apparaît que dans le seul Commentaire à l’Énéide, jamais dans ceux des Bucoliques et des Georgiques. Chez Priscien, on relève quatorze occurrences du nom Thucydides en latin et quatorze en grec. De ce nombre, quatre occurrences proviennent du De nomine, toutes les autres apparaissent dans le De constructione uel syntaxi et sont concentrées pour la majortié d’entre elles à la fin du livre 18. L’examen de ces occurrences du nom Thucydides dans le corpus ainsi délimité permet d’établir une typologie des mentions de l’historien grec chez ces trois auteurs.

L’œuvre de Thucydide sert de référence pour établir une comparaison littéraire

  • 12 Macr., Sat., 4.1.3 = texte no 2.

2C’est le cas au livre 4 des Saturnales, où Macrobe établit une comparaison littéraire entre Thucydide et Virgile12. Macrobe met en parallèle l’épisode de la peste chez Thucydide, dans lequel l’historien grec décrit précisément la maladie qui frappe les êtres humains, avec un passage de la troisième Géorgique, où Virgile détaille les maladies qui attaquent les bêtes.

  • 13 Macr., Sat., 4.1.1.
  • 14 Macr., Sat., 4.2.1. Cf. Flamant 1977, 260-261 ; Vietti 1979, passim.

3Le début du livre 4 des Saturnales ne nous a pas été transmis par la tradition, mais il est manifeste que le propos de l’auteur était d’y illustrer l’expression du pathos : cf. Item pathos est et in hoc uersu…13 ; Nunc uideamus pathos quo tenore orationis exprimitur14. Ce qui fait l’intérêt de ce court extrait de Macrobe, c’est que le commentateur y laisse entendre que le passage de Thucydide sur la peste serait empreint de pathétique : cette affirmation est – à ma connaissance – unique dans la littérature latine.

La référence à Thucydide est la marque d’un intérêt antiquaire

  • 15 Macr., Macr., Sat., 3.6.7-8 = texte no 1 ; Serv. Auct., ad Aen., 3.84 = texte no 3. Le rapprocheme (...)

4C’est le cas de deux textes dans lesquels Macrobe et le Servius Auctus, commentant le vers 84 du livre 3 de l’Énéide de Virgile : Templa dei saxo uenerabar structa uetusto, s’interrogent sur la manière dont il faut comprendre l’expression saxum uetustum chez le poète15.

  • 16 Ni l’apparat critique des Saturnales, que ce soit celui de J. Willis ou celui de N. Marinone, ni l (...)

5Ces deux textes présentent un triple intérêt. Premièrement, ils rapportent tous les deux le seul fragment connu d’un auteur du nom d’Épaphos dont nous ne savons rien et dont on peut même douter du nom16. Mises à part quelques variantes, somme toute synonymes, dans la manière de qualifier Épaphos – uir plurimae lectionis chez Macrobe, uir peritissimus chez le Servius Auctus – et mise à part aussi l’absence de référence au livre d’Épaphos chez ce dernier, le texte rapporté est strictement le même jusqu’à incensum sit. Suit une seconde variante : circa Corinthum chez Macrobe, Corinthii chez le Servius Auctus, puis de nouveau le reste du texte est identique chez les deux commentateurs jusqu’à uexatam. Il s’agit là d’une véritable citation indirecte doublement caractérisée : d’une part, elle est annoncée par les verbes de citation ait et refert, d’autre part, elle porte une référence nominale.

  • 17 Traduction J. de Romilly. Hdt. 6.98 rapporte un événement semblable peu avant la bataille de Marat (...)

6Le deuxième point d’intérêt de ces passages réside dans le fait qu’ils citent tous les deux ce mystérieux Épaphos dans le voisinage textuel de Thucydide. Là encore, Macrobe se montre plus précis dans la référence au passage de Thucydide, même s’il se trompe sur le numéro du livre, alors que le Servius Auctus est d’une extrême concision, mentionnant la seule information qui lui paraisse essentielle : Thucydide dit la même chose. Or le passage de Thucydide auquel il est fait référence est le suivant : “De plus, la terre avait, peu de temps auparavant, tremblé à Délos, ce qui ne s’était encore jamais vu de mémoire grecque”17. Thucydide et Épaphos ne disent donc pas exactement la même chose et ne traitent pas des mêmes événements, ce que ni Macrobe ni Servius n’ont relevé.

7C’est en cela que réside le troisième intérêt de ces deux extraits de Macrobe et du Servius Auctus : leur confrontation suggère qu’ils ont puisé à une source commune, œuvre anonyme d’un compilateur antérieur qui aura déjà fait le rapprochement entre Épaphos et Thucydide, et dont il nous est impossible de préciser l’identité sans risquer l’extrapolation.

  • 18 Serv., ad Aen., 1.2 : Italus enim rex Siculorum profectus de Sicilia uenit ad loca, quae sunt iuxt (...)
  • 19 Serv., ad Aen., 1.533 : Italus rex Siciliae ad eadem partem uenit in qua regnauit Turnus, quam a s (...)
  • 20 Serv., ad Aen., 8.328 = texte no 4.

8Un deuxième texte manifeste l’intérêt antiquaire que représentait le texte de Thucydide pour les auteurs tardifs. Le commentaire de Servius au vers 328 du 8e livre de l’Énéide de Virgile est axé sur le peuplement de l’Italie et sur le nom Italia. La version de Thucydide y est présentée sous la forme d’un résumé. Dans son commentaire à l’Énéide, Servius reprend à trois reprises la version de Thucydide sur l’origine du nom Italia : en 1.218, 1.53319 et 8.32820. Les deux premiers textes sont très proches l’un de l’autre par la forme et très proches aussi du contenu de ad Aen., 8.328. Leur formulation laisse croire qu’il peut s’agir de souvenirs de lectures – si ce n’est de Thucydide lui-même, d’un compilateur précédent –, cités de mémoire.

  • 21 Serv., ad Aen., 8.725 = texte no 5.
  • 22 Hist., 3.15 Maurenbrecher.
  • 23 Cf. supra n. 2 et 3.

9Dans un dernier texte, Servius commente l’un des derniers vers du livre 8 de l’Énéide21. Il s’agit de la description du bouclier d’Énée sur lequel on voit Octave contempler le cortège des nations vaincues. Le texte de Thucydide dans la préface du livre I est apporté en témoignage pour corroborer la victoire de Minos sur les Cariens. De nouveau, Servius présente un résumé du texte original de Thucydide. Mais ce qui mérite d’être relevé ici, c’est le rapprochement qui est fait entre Thucydide et Salluste22, rapprochement traditionnel dans l’Antiquité, comme on l’a vu23, et dont Servius se fait l’écho. Mais alors que Servius cite Salluste à de très nombreuses reprises, il ne l’associe qu’une seule fois à Thucydide, ce qui me porterait à croire qu’il n’exprime pas ici une réflexion personnelle, mais reprend un rapprochement déjà effectué avant lui.

Thucydide référence linguistique

  • 24 C’est le cas de Servius, ad Aen., 10.537 = texte no 6 ; 11.243 = texte no 7, et de Priscien, de no (...)

10C’est dans le domaine de la grammaire que se trouve le plus grand nombre de références à Thucydide. Plusieurs notices recueillies chez nos auteurs mentionnent le nom même de l’historien dans le cadre de discussions linguistiques concernant essentiellement la déclinaison des patronymes24. Dans ces exemples, le nom Thucydides est donc étudié en lui-même, en tant que forme linguistique.

  • 25 Prisc., GL 3.152 = texte no 13.
  • 26 Prisc., GL 3.184 = texte no 14 ; 3.186 = texte no 15 ; 3.187 = texte no 16.

11Le reste des références à Thucydide dans le domaine grammatical est exclusif à Priscien et se rencontre uniquement dans les deux livres du de constructione uel syntaxi, soit les livres 17 et 18 des Institutiones grammaticae. Le livre 17 comprend quatre citations de Thucydide : l’une illustre la construction des pronoms25, les trois autres, l’emploi des cas26.

  • 27 Textes no 17 à 36.
  • 28 Cf. Baratin 1989, 475-479 ; Baratin 1995, 147-148. Citation tirée de Baratin 1995, 148.
  • 29 Par ex. Prisc., GL 3.287 = texte no 17 ; Prisc., GL 3.294 = texte no 19.
  • 30 Par ex. Prisc., GL 3.290 = texte no 18 ; Prisc., GL 3.308 = texte no 22 ; Prisc., GL 3.310 = texte (...)
  • 31 Par ex. Prisc., GL 3.320 = texte no 25 Prisc., GL 3.353 = texte no 32.
  • 32 Par ex. Prisc., GL 3.345 = texte no 29 ; Prisc., GL 3.356 = texte no 33.
  • 33 Prisc., GL 3.287= texte no 17 ; Prisc., GL 3.310 = textes no 23 ; Prisc., GL 3.366 = texte no 35 ; (...)

12Mais la grande majorité des exemples de Thucydide chez Priscien est rassemblée dans ce passage fameux de la fin du livre 18 des Institutiones grammaticae27 qui se présente sous la forme d’une longue liste un peu désordonnée de remarques grammaticales, “une sorte de gigantesque lexique sans ordre véritable, (…) une masse énorme de données présentées à l’état brut, et évoquant divers points de syntaxe, le fond portant sur la construction adverbale des cas”28. Parmi ces remarques, certaines sont d’ordre sémantique, illustrant l’usage d’une préposition grecque29 ou tentant d’établir des équivalences entre le grec et le latin30. D’autres notices, plus nombreuses, s’attachent à montrer la construction de certains verbes avec différentes propositions31 ou avec différents cas32. Quelques-unes de ces notices présentent un intérêt particulier pour l’étude des fragments des historiens latins puisqu’elles présentent une citation de Salluste dans l’immédiate proximité d’un exemple de Thucydide33.

  • 34 Par ex. Prisc., GL 3.320 = texte no 25.
  • 35 Prisc., GL 3.370 = texte no 36.
  • 36 Par ex. Prisc., GL 3.339 = texte no 28 ; Prisc., GL 3.349 = texte no 30.
  • 37 Par ex. Prisc., GL 3.187 = texte no 16 ; Prisc., GL 3.308 = texte no 22. Il est vrai que le nom de (...)

13La référence à Thucydide dans ces passages est aléatoire : certaines citations portent la mention du livre, d’autres non. Mais comme il s’agit de citations directes clairement délimitées, leur identification ne pose pas de difficulté. Parmi les notices qui donnent le numéro du livre de la Guerre du Péloponnèse, on constate des habitudes variées : lettre grecque34, numéro du livre en toutes lettres et en grec35, recours au latin36, chiffres romains37. Cette absence de cohérence dans la notation des références fait penser que ces notices ont des origines différentes : personnelle (ou autre) pour les unes, sans doute grecques pour les autres.

  • 38 Cf. Compagnon 1979, 56 : “Une bonne définition de la citation (…) sera : un énoncé répété et une é (...)
  • 39 Au sens où l’entend Gangloff 2006, 102 : “Nous entendons ainsi par mention une référence relativem (...)

14De nos trois textes, seul l’exposé grammatical de Priscien présente des citations directes38 de l’œuvre de Thucydide, citations qui visent une fonction illustrative. Les deux extraits de Macrobe constituent de simples mentions39, l’une servant de référence littéraire, l’autre permettant de confirmer une tradition. C’est cette dernière fonction que remplissent également les trois textes de Servius dans lesquels le texte de Thucydide est non pas cité mais résumé.

  • 40 Sur la fonction du grec chez Priscien, cf. Desbordes 1988, 17-21 ; 23 ; Baratin et al. 2005, 9.
  • 41 Courcelle 1943, passim ; Hadot [1984] 2005, 247-252.

15La figure de Thucydide semble s’évanouir chez Macrobe et Servius, alors qu’elle demeure présente chez Priscien. Les premiers visaient un auditoire latin, le dernier enseignait à un public grec40. Nous avons là un témoignage de l’évolution différente qu’a connue la culture à l’époque tardive dans les deux parties de l’Empire41.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baratin, M. (1989) : La naissance de la syntaxe à Rome, Paris.

– (1995) : “Aperçu de la linguistique ancienne : la fin de l’Antiquité (3e – 6e s.)”, Lalies, 15, 139-148. Baratin, M. et A. Garcea, éd. (2005) : Autour du De Adverbio de Priscien, n ° thématique de la revue Histoire, Épistémologie, Langage, 27.2.

Berlioz, J., éd. (1994) : Identifier sources et citations, Turnhout.

Bouillaguet, A. (1989) : “Pour une typologie de l’emprunt”, Poétique, 80, 489-497.

Compagnon, A. (1979) : La seconde main ou le travail de la citation, Paris.

Courcelle, P. (1943) : Les lettres grecques en Occident de Macrobe à Cassiodore, Paris.

Darbo-Peschanski, C., éd. (2004) : La citation dans l’Antiquité, Grenoble.

Desbordes, F. (1988) : “La fonction du grec chez les grammairiens latins”, in : Rosier 1988, 15-26.

Flamant, J. (1977) : Macrobe et le néo-platonisme, à la fin du IVe siècle, Leyde.

Gangloff, A. (2006) : “Mentions et citations de poètes chez Dion Chrysostome : manipulation et statut de la parole mythico-poétique dans le discours sophistique”, in : Nicolas 2006, 101-122.

Hadot, I. [1984] (2005) : Arts libéraux et philosophie dans la pensée antique. Contribution à l’histoire de l’éducation et de la culture dans l’Antiquité, (1ère éd. 1984), Paris.

Marinone, N. (1946) : Elio Donato, Macrobio e Servio commentatori di Vergilio, Vercelli.

Martin, P. M. (2006) : “Salluste ou la naissance de l’histoire à Rome”, Interférences Ars Scribendi, 4, mis en ligne le 21 juillet 2006, http://ars-scribendi.ens-lsh.fr/article.php3?id_article=38&var_affichage=vf

Nicolas, Chr. (2006) : Hôs ephat’, dixerit quispiam, comme disait l’autre… Mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l’Antiquité, Grenoble.

Payen, P. (2004) : “Les citations des historiens dans les traités rhétoriques de Denys d’Halicarnasse”, in : Darbo-Peschanski 2004, 111-133.

Rosier, I., éd. (1988) : L’héritage des grammairiens latins de l’Antiquité aux Lumières, Paris.

Schmal, S. (2001) : Sallust, Hildesheim.

Vietti, M. (1979) : “Pathos virgiliano e retorica in Macrobio”, AAT, 113, 219-243.

Annexes

ANNEXE

Le texte de Macrobe est cité d’après l’édition de J. Willis, Leipzig, Teubner, 1963.

Le texte de Servius est cité d’après l’édition de G. Thilo, dans Servii grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, recensuerunt G. Thilo et H. Hagen, Hildesheim, Olms, 19612 (1881). Le texte du Servius Auctus est en caractères droits.

Le texte de Priscien est cité d’après l’édition de M. Hertz, Leipzig, Teubner 1855 et 1858, disponible sur http://htl.linguist.jussieu.fr/​CGL.

1. Macrobe, Saturnales, 3.6.7-8

Epaphus autem, uir plurimae lectionis, libro septimo decimo ait Delphis quodam tempore euenisse ut templum religiosum antea et intactum spoliatum incensumque sit et adicit multas circa Corinthum urbes insulasque proximas terrae motu haustas, Delon neque antea neque postea hoc incommodo uexatam sed semper eodem manere saxo. Thucydides1 etiam Historiarum libro tertio idem docet. Non mirum ergo si praesidio religionis tutam insulam semper ostendens, ad reuerentiam sibi locorum accessisse dicit continuam saxi eiusdem, id est insulae, firmitatem.

2. Macrobe, Saturnales, 4.1.3

Est et in descriptione languoris habitus, ut est tota descriptio pestilentiae apud Thucydiden2, et : Labitur infelix studiorum atque immemor herbae

uictor equus…3

et :

… demissae aures, incertus ibidem

sudor et ille quidem morituris frigidus…4

3. Servius Auctus, ad Aen., 3.845

Templa dei et reliqua. Hoc iuxta augurii genus quod statiuum dicitur retulit, in quo consideratur, quo in loco auguria peragi debenat : nam ideo ‘templa dei’ et reliqua, et subiunxit ‘quoue ire iubes’ et exinde ‘da pater augurium’. Sane quaeritur, cur saxum uetustum dixerit. Sed traditur a plurimis, inter quos etiam Epaphus, uir peritissimus, refert, Delphis quodam tempore euenisse, ut templum religiosum ante et intactum spoliatum incensumque sit, ac post multas Corinthii urbes insulasque proximas6 terrae motu haustas, Delon neque antea, neque postea hoc incommodo uexatam, sicut Thucydides7. Quod etiam Cicero in praetura Verrinarum ita ait tantaque uis huius religionis est et semper fuit, ut ne Persae quidem cum bellum toti Graeciae, diis hominibusque induxissent et mille nauium classem Delum appulissent, quicquam conarentur aut uiolare aut attingere8. Non mirum ergo, si aut ad (sua) tempora poeta respondit, aut ad pristina, utpote quod religio numquam omnino uexata illo suo antiquo et uetusto saxo colebatur. Vel ‘uetusto’ religioso. Et quod ‘uenerabar’ ait, ostendit se precatum.

4. Servius, ad Aen., 8, 3289

Tunc manus Ausoniae omnes terrae habitatores aut indigenae sunt aut aduenae aut conuenae. Indigenae sunt unde geniti, ut de Faunis dixit10 : aduenae de uno loco uenientes, ut Saturnus : conuenae de diuersis, ut Ausones et Sicani : quamuis quidam Ausones cognominatos ab Ausone, Vlixis et Circes filio, dicant. Sicani autem secundum non nullos populi sunt Hispaniae, a fluuio Sicori dicti : Lucanus11 Hesperios inter Sicoris non ultimus amnis. Hi duce Siculo uenerunt ad Italiam et eam tenuerunt exclusis Aboriginibus. Mox ipsi pulsi ab illis quos ante pepulerant, insulam uicinam Italiae occupauerunt et eam Sicaniam a gentis nomine, Sicilam uero a ducis nomine dixerunt : quamquam Thucydides12 dicat de Sicilia Italum regem uenisse et ab eo esse Italiam appellatam. Alii sic distingunt ‘Sicanae’ et subiungunt ‘saepius et nomen posuit Saturnia tellus’. At Italia plura nomina habuit, dicta est enim Hesperia, Ausonia, Saturnia, Italia.

5. Servius, ad Aen., 8.72513

Lelegas Thessalos : Lucanus14 de Thessalia mox Lelegum dextra pressum descendit aratrum. Carasque Carae insulani populi fuerunt piratica famosi, uicti a Minoe, ut et Thucydides15 et Sallustius16 dicunt. Gelonos populus Scythiae.

6. Servius, ad Aen., 10.537

Nec procul Haemonides hoc nomen licet possit esse patronymicon, quia in ‘des’ exit, ut dicamus Haemonis filius, tamen melius est ut id proprium esse dicamus, quia nusquam aliud nomen eius aut praemissum est aut secutum : ergo simile est patronymico, ut sit ‘Haemonides’ sicut Thucydides.

7. Servius, ad Aen., 11.24317

Vidimus o ciues Diomedem (…) aut ‘Diomedem’ legendum, ut sit Latinus accusativus : et admittitur ecthlipsis, ut “multum ille et terris iactatus et alto” : aut si Graecum accusativum facere voluerimus, ‘Diomede’ legamus, ut possit fieri synalipha, sicut “Euryale infelix, qua te regione reliqui ?” si autem ‘DioMeden’ dixerimus, nec Latinum est, nec Graecum, nec versus ratio consistit : numquam enim ecthlipsis fit per ‘n’ litteram. tamen melius est ut ‘Diomede’ legamus, ut sit Graecus accusativus. nomina enim Graeca in ‘ης’ exeuntia, quae genetivum in ‘εος’ mittunt per plenam elocutionem, cum eundem casum per synaeresin in ‘ους’ miserint, accusativum in ‘η’ mittant necesse est, ideo quia cum naturam suam servant, accusativum in vocalem mittunt, non in consonantem, et debet synaeresis plenitudinis servare rationem : ut ecce Διομήδης plena declinatio est τοῦ Διομήδεος τῷ Διομήδει τὸν μήδεα, per synaeresin autem facit τοῦ Διομήδους τῷ Διομήδει τὸν Διομήδη. ergo hic accusativus ideo in ‘η’ exit, non in ‘u’, quia cum integrum est hoc nomen, in ‘εος’ exit et crescit eius genetivus : si enim isosyllabus sit nominativo, accusativum in ‘ν’ mittit nec habet ‘σ’ in genetivo, ut Θουϰυδίδης, τοῦ Θουϰυδίδου, τὸν Θουϰυδίδην : nam Διομήδης ideo in genetivo ‘ς’habet, quia et cum integrum est et Διομήδεος facit, habet ‘ς’consonantem18.

8. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 2.63
de nomine

Inueniuntur quaedam nomina formae patronymicorum significatione denominatiua, ut Euripides non Euripi filius, sed ab Euripo sic nominatus (similiter Thucydides).

9. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 2.246
de nomine

Sciendum tamen, quod frequentissime tertia utuntur declinatione in propriis, quae formam habent patronymicorum, et in barbaris, ut Thucydides Thucydidae et Thucydidis, Mithridates Mithridatae Mithridatis, Tigranes Tigranae Tigranis.

10. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 2.247
de nomine

Et sciendum, quod in huiuscemodi nominibus, quando tertiae sunt, frequentissime ueteres datiuum proferunt pro genetiuo, Aristoteli, Demostheni, Thucydidi, Euripidi pro Aristotelis, Demosthenis, Thucydidis, Euripidis ponentes.

11. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 2.248
de nomine

Et magis secundum tertiam ea proferunt nominatissimi auctores. (…) Plinius in II naturalis historiae : ab Euclide”, in III :Thucydide, Calliphane”, in IIII :Philistide, Anticlide, Philonide” (…)

12. Priscien, institutio de nomine et pronomine et verbo, Passalacqua 1999² : 7, 8
de nomine

sciendum est autem quod, si patronymicorum formae inueniantur propria, secundum tertiam magis ueteres declinationem proferunt, ut hic Thucydides huius Thucydidis hic Euripides huius Euripidis.

13. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.152
de constructione uel syntaxi

Non tamen omnino ubique hoc obseruamus ; quae enim substantiam significant uerba uel nominationem, asciscunt aptissime nomina et in prima et in secunda persona, id quod est in aliis inconsequens, ut sum pius Aeneas, Cicero nominor et his similia, quamuis auctores inueniantur licentia solita utentes et aliis quoque | uerbis primae uel secundae personae coniungentes nomina (…) Thucydides :ἥϰω Θεμιστοϰλῆς παϱά σε”, in quibus omnibus deest ego. Nostri quoque ut Iuuenalis in IIII (…)

14. Priscien, Institutiones grammaticae GL 3.184
de constructione uel syntaxi

Illud tamen sciendum, quod per figuram, quam Graeci ἀλλοιότητα uocant, id est uariationem, et per πϱόληψιν uel σύλληψιν, id est praeceptionem siue conceptionem, et per ζεῦγμα, id est adiunctionem et concidentiam, quam συνέμπτωσιν Graeci uocant, uel procidentiam, id est ἀντίπτωσιν, et numeri diuersi et diuersa genera et diuersi casus et tempora et personae non solum transitiue et per reciprocationem, sed etiam intransitiue copulantur, quae diuersis auctorum exemplis tam nostrorum quam Graecorum necessarium esse duximus comprobare. Construuntur igitur diuersi numeri, ut Virgilius in I Aeneidos : pars in frusta secant ueribusque trementia figunt” ; ad sensum enim, quia pars Troianorum plures in hoc loco intelleguntur, plurale reddidit uerbum secant, quomodo et Homerus : ὣς ϕάσαν ἡ πληθύς”. Sallustius in Catilinario : interea seruitia repudiabat, cuius initio ad eum magnae copiae concurreban”. cuius enim singulare ad rem retulit, id est cuius rei seruitiorum. Thucydides :συνεπϱεσβεύοντο αὐτοῖς ϰαὶ Δωϱιῆς, ἡ μητϱόπολις τῶν Λαϰεδαιμονίων”.

15. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.186
de constructione uel syntaxi

Vide, quomodo et diuersa genera et diuersos numeros in supra posita figura ἀλλοιότητος, id est uariationis, confudit. Graecorum quoque auctores frequenter huiuscemodi utuntur figurationibus. (…) Thucydides :αἱ μέν τινες τῶν νεῶν ϰαθεῖσαι τὰς ϰώπας ἀπέστησαν τοῦ πλοῦ, ἀξύμϕοϱον δϱῶντες πϱὸς τὴν ἐξ ὀλίγου ἀντεξόϱμησιν, βουλόμενοι τὰς πλείους πεϱιμεῖναι”.

16. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.187
de constructione uel syntaxi

Vide, quomodo et diuersa genera et diuersos numeros in supra posita figura ἀλλοιότητος, id est uariationis, confudit. Graecorum quoque auctores frequenter huiuscemodi utuntur figurationibus. (…) Thucydides I * idem in IIII :τὴν δὲ ὑπὸ πάντων ὁμολογουμένην ἄϱιστον εἶναι εἰϱήνην”.

17. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.287
de constructione uel syntaxi

δή coniunctio tam completiua quam confirmatiua inuenitur apud illos (i.e. Attici). Θουϰυδίδης·ϰίνησις γὰϱ αὕτη μεγίστη δὴ τοῖς Ἓλλησιν ἐγένετο”, quomodo apud nos uero et autem. Sallustius in Catilinario :uerum enim uero is demum mihi uiuere atque frui anima uidetur”.

18. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.290
de constructione uel syntaxi

Illi (i.e. Attici) dicunt ἑαυτοὺς ἀδιϰοῦσι pro ἀλλήλους. Thucydides in III :ἡμέϱας θ᾽ ὑπομιμνήσϰομεν ἐϰείνης, ἐν ᾗ τὰ λαμπϱότατα μεθ᾽ἑαυτῶν πϱάξαντες, νῦν ἐν τῇδε τὰ δεινότατα ϰινδυνεύομεν παθεῖν” (…) Romani pro hoc inter se dicunt. Virgilius in I Aeneidos :artificumque manus inter se operumque laborem/miratur”.

19. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.294
de constructione uel syntaxi

Illi (i.e. Attici) εἰς etiam pro ἐν ponunt. Aristophanes σϕηξίν· νύϰτωϱ ϰατέϰλινεν αὐτὸν εἰς Ἀσϰληπιοῦ”, ϰαὶ Θουϰυδίδης πϱώτῃ·ϰαθεζόμενοι εἰς τὸ Ἣϱαιον ἱϰέται” (...)

20. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.295
de constructione uel syntaxi

Thucydides I :ϰαὶ τότε αἰσθάνοιντο αὐτοὺς μέλλοντας ϰαὶ ταύτῃ ϰωλύσειν”. (…) Nec licet aliter Latinis nisi accusatiuo supra dicta uerba coniungere : sentio illum, audio illum, quomodo et curo, patior, impetro, impedio, quae Graeci etiam genetiuis solent sociare uel datiuo.

21. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.303
de constructione uel syntaxi

Frequenter illi (i.e. Attici) εἰς praepositionem pro ἐν ponunt. (...) et Thucydides πϱώτῃ·ϰαθεζόμενοι εἰς τὸ Ἣϱαιον ἱϰέται” (...)

22. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.308
de constructione uel syntaxi

ἐμποδών pro in praesenti dicunt. Thucydides VIII :τὰς ἐμποδὼν αἰτίας μόνον ἐπισϰοπεῖν”. Terentius in Adelphis :istud est sapere, non quod ante pedes modo est/uidere, sed etiam illa quae futura sunt/prospicere”.

23. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.310
de constructione uel syntaxi

τὸ ἕνεϰα est quando praetermittunt Attici. Thucydides in principio :ϰαὶ τὰς αἰτίας πϱοσέγϱαψα πϱῶτον τοῦ μή τινα ζητῆσαί ποτε, ἐξ ὅτου τοσοῦτος πόλεμος τοῖς Ἓλλησι ϰατέστη”. Romani quoque frequenter hac praetermissione utuntur in genetiuo nominum, quae supinorum terminationes habent, ut populi seruandi laborat, reipublicae defendendae periclitatur, deest causa. Sallustius in Iugurthino :quae postquam gloriosa modo neque belli patrandi cognouit”.

24. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.310
de constructione uel syntaxi

Thucydides IIII :ϰαὶ αὖθις ἑνὸς δέον τϱιαϰοστῷ ἔτει” pro ἑνὸς δέοντος. et δυοῖν δέον pro δυοῖν δεόντοιν dicunt. Nostri undeuiginti, undetriginta, duodeuiginti, duodetriginta et similiter per ceteros denarios numeros.

25. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.320
de constructione uel syntaxi

Attici ϰαθέζεσθαι ἐν τῷδε ϰαὶ εἰς τόνδε ϰαὶ ἐπὶ τοῦδε ϰαὶ ἐπὶ τῷδε. Θουϰυδίδης Α ·ϰαθεζόμενοι δὲ ἱϰέται εἰς τὸ Ἣϱαιον ἐδέοντο”. (…) Nostri quoque auctores frequenter huic uerbo diuersos sociant casus : sedeo in monte et in montem et monte et montem sine praepositionibus (…).

26. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.331
de constructione uel syntaxi

ὀλίγου εἰς χιλίους ἀντὶ τοῦ παϱ᾽ ὀλίγον χιλίους. nos paulo minus mille. Θουϰυδίδης Δ ·ἱππῆς δὲ οἱ πάντες ἠϰολούθουν Μαϰεδόνων σὺν Χαλϰιδεῦσιν ὀλίγου εἰς χιλίους”.

27. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.332
de constructione uel syntaxi

Attici ὅμοια τοῖς et ὅμοια τῶν. Θουϰυδίδης Ζ τὸ δὲ γένος τὸ τῶν Θϱᾳϰῶν ὅμοια τοῖς μάλιστα τοῦ βαϱβαϱιϰοῦ, ἐν ᾧ ἂν θαϱσήσῃ, ϕονιϰώτατόν ἐστιν”. Virgilius in bucolico :urbem, quam dicunt Romam, Meliboee, putaui/stultus ego huic nostrae similem”.

28. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.339
de constructione uel syntaxi

Attici οὐχ ἧττον pro similiter et pro magis. Nostri quoque non minus, non secus. Virgilius in III : “non secus ac iussi faciunt”. Idem in IIII : non segnior” pro similis. Θουϰυδίδης in principio :ϰαὶ οὐχ ἧττον λῃσταὶ ἦσαν οἱ νησιῶται” ἀντὶ τοῦ ϰαὶ μᾶλλον ἐλῄστευον.

29. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.345
de constructione uel syntaxi

Attici πειϱᾶσαι ταύτην ϰαὶ ταύτης. Θουϰυδίδης in IIII :βουλόμενος τῷ μὲν λόγῳ, ϰαὶ ἅμα, εἰ δύναται, ἔϱγῳ τῆς Νισαίας πειϱᾶσαι” (…) Latini ad accusatiuum solum.

30. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.349
de constructione uel syntaxi

Attici πολεμήσαντες τὸν πόλεμον ϰαὶ στϱατεύσαντες τὸν πόλεμον. Θουϰυδίδης in prima :Λαϰεδαιμόνιοι δὲ μετὰ ταῦτα τὸν ἱεϱὸν ϰαλούμενον πόλεμον ἐστϱάτευσαν”. similiter μάχην ἐμάχοντο. et nostri seruitutem seruiunt.

31. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.351
de constructione uel syntaxi

Attici πϱοοϱῶνται τούτων ϰαὶ ταῦτα. Θουϰυδίδης Δ ἀξιῶ πϱοειδόσιν αὐτούς” (…) Virgilius in I :et alto/prospiciens”.

32. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.353
de constructione uel syntaxi

Attici πϱοσέϱχονται αὐτῷ ϰαὶ αὐτὸν ϰαὶ πϱὸς αὐτόν (…) Θουϰυδίδης· πϱοσήϱχοντο ὡς ἀθλητήν”. Terentius in Andria :adeon ad eum ?”.

33. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.356
de constructione uel syntaxi

Illi (i.e. Attici) πϱοσοιϰοῦσι τόπους ϰαὶ τόποις. Θουϰυδίδης α ·πϱοσοιϰοῦσι δὲ αὐτὴν Ταυλάντιοι βάϱβαϱοι, Ἰλλυϱιϰὸν ἔθνος”. Nostri quoque accolunt fluuium et fluuio.

34. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.356
de constructione uel syntaxi

πϱοσϰαθεζόμενοι τὴν πόλιν. Θουϰυδίδης· πϱοσϰαθεζόμενοι δὲ τὴν πόλιν”. Iuuenalis in IIII :spectent iuuenes, quos clamor et audax/sponsio, quos cultae decet assedisse puellae”.

35. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.366
de constructione uel syntaxi

Attici τοῦ πλείονός ἐστιν οὗτος ἀντὶ τοῦ πϱὸς μόνῳ τῷ ϰέϱδει ἐστίν. Frequentissime hac figura utuntur nostri. Sallustius in Iugurthino : “homines ueteris prosapiae, multarum imaginum ac nullius stipendii”. τοῦ ἀντὶ τοῦ ἕνεϰα τοῦ. Θουϰυδίδης ἐν τῷ πϱοοιμίῳ·ϰαὶ τὰς αἰτίας συνέγϱαψα τοῦ μή τινα ζητῆσαί ποτε, ἐξ ὅτου τοσοῦτος πόλεμος τοῖς Ἓλλησι ϰατέστη”, ἀντὶ τοῦ ἕνεϰα τοῦ μὴ ἢ ὑπὲϱ τοῦ μὴ ἢ ὥστε μὴ ζητῆσαί τινα.

36. Priscien, Institutiones grammaticae, GL 3.370
de constructione uel syntaxi

Attici τοῦτον τὸν τϱόπον ϰαὶ τούτῳ τῷ τϱόπῳ ποιοῦμεν τόδε. Sallustius in Catilinario : cum domos atque uillas uideas in urbium modum exaedificatas”. Θουϰυδίδης δευτέϱᾳ·* ἕως μὲν τὸν τϱόπον τοῦτον ἐνομοθέτουν”.

Notes

1 Nous remercions le professeur Giuseppe Ramires qui a accepté de relire ces pages et nous a fait bénéficier de sa parfaite connaissance de Servius et d’importantes remarques. Nous tenons à préciser que toutes les erreurs et approximations présentes dans ce texte sont exclusivement notre fait.

2 Quint., Inst., 10.1.101 ; 10.2.17 ; Sen., Contr., 9.1.13-14 ; Suas., 6.21.

3 Voir en dernier lieu Schmal 2001, 148-153 et Martin 2006, avec la bibliographie.

4 Sur ce terme, cf. Berlioz et al. 1994, 5 ; Payen 2004, 115, d’après Bouillaguet 1989, 489-497.

5 Nous remercions très vivement le Professeur G. Ramires qui nous a fourni cette précieuse information.

6 On trouvera les textes et les références aux passages en annexe.

7 D’après une recherche limitée au Corpus grammaticorum latinorum : http://htl.linguist.jussieu.fr/CGL.

8 Elle provient entre autres d’Aulu-Gelle. Cf. Courcelle 1943, 9 ; Marinone 1967, 41-51 ; Flamant 1977, 242-244 ; 297-303.

9 Baratin 1989, 368-371 ; Baratin et al. 2005, 8.

10 Macr., Sat., 3.6.8 = texte no 1 de l’annexe, et 4.1.3 = texte no 2. L’historien Pherecydes est nommé à trois reprises. Macrobe prend toutefois le soin de préciser : uerba subdere supersedi, quia propriora sunt fabulae quam historiae.

11 Serv., ad Aen., 8.328 = texte no 4 ; 8.725 = texte no 5 ; 10.537 = texte no 6 ; 11.243 = texte no 7 ; Serv. Auct., ad Aen., 3.84 = texte no 3. Hécatée est l’historien le plus souvent cité : huit fois au total, dont cinq chez Servius et trois chez le Servius Auctus.

12 Macr., Sat., 4.1.3 = texte no 2.

13 Macr., Sat., 4.1.1.

14 Macr., Sat., 4.2.1. Cf. Flamant 1977, 260-261 ; Vietti 1979, passim.

15 Macr., Macr., Sat., 3.6.7-8 = texte no 1 ; Serv. Auct., ad Aen., 3.84 = texte no 3. Le rapprochement de ces deux textes a déjà été effectué par Marinone 1946, 67.

16 Ni l’apparat critique des Saturnales, que ce soit celui de J. Willis ou celui de N. Marinone, ni l’apparat critique des Commentaires à Virgile de Thilo-Hagen ne proposent de correction ou de variante, mais Marinone 1967, 390, n. 6 propose de corriger Épaphos en Épaphroditus ou en Philostéphanos de Cyrène, suivant en cela les suggestions déjà émises par F. Jacoby il y a longtemps dans la Real Encyclopaedie 5 c. 2709-2720.

17 Traduction J. de Romilly. Hdt. 6.98 rapporte un événement semblable peu avant la bataille de Marathon.

18 Serv., ad Aen., 1.2 : Italus enim rex Siculorum profectus de Sicilia uenit ad loca, quae sunt iuxta Tiberim, et ex nomine suo appellauit Italiam.

19 Serv., ad Aen., 1.533 : Italus rex Siciliae ad eadem partem uenit in qua regnauit Turnus, quam a suo nomine appellauit Italiam.

20 Serv., ad Aen., 8.328 = texte no 4.

21 Serv., ad Aen., 8.725 = texte no 5.

22 Hist., 3.15 Maurenbrecher.

23 Cf. supra n. 2 et 3.

24 C’est le cas de Servius, ad Aen., 10.537 = texte no 6 ; 11.243 = texte no 7, et de Priscien, de nomine GL 2.63 = texte no 8 ; 2.246 = texte no 9 ; 2.247 = texte no 10 ; 2.248 = texte no 11 ; de nomine 7.8 Passalacqua = texte no 12.

25 Prisc., GL 3.152 = texte no 13.

26 Prisc., GL 3.184 = texte no 14 ; 3.186 = texte no 15 ; 3.187 = texte no 16.

27 Textes no 17 à 36.

28 Cf. Baratin 1989, 475-479 ; Baratin 1995, 147-148. Citation tirée de Baratin 1995, 148.

29 Par ex. Prisc., GL 3.287 = texte no 17 ; Prisc., GL 3.294 = texte no 19.

30 Par ex. Prisc., GL 3.290 = texte no 18 ; Prisc., GL 3.308 = texte no 22 ; Prisc., GL 3.310 = texte no 23 ; Prisc., GL 3.331 = texte no 26 ; Prisc., GL 3.339 = texte no 28.

31 Par ex. Prisc., GL 3.320 = texte no 25 Prisc., GL 3.353 = texte no 32.

32 Par ex. Prisc., GL 3.345 = texte no 29 ; Prisc., GL 3.356 = texte no 33.

33 Prisc., GL 3.287= texte no 17 ; Prisc., GL 3.310 = textes no 23 ; Prisc., GL 3.366 = texte no 35 ; Prisc., GL 3.370 = texte no 36. Dans le livre 17 : Prisc., GL 3.184 = texte no 14.

34 Par ex. Prisc., GL 3.320 = texte no 25.

35 Prisc., GL 3.370 = texte no 36.

36 Par ex. Prisc., GL 3.339 = texte no 28 ; Prisc., GL 3.349 = texte no 30.

37 Par ex. Prisc., GL 3.187 = texte no 16 ; Prisc., GL 3.308 = texte no 22. Il est vrai que le nom de Thucydide apparaît alors en latin et non en grec.

38 Cf. Compagnon 1979, 56 : “Une bonne définition de la citation (…) sera : un énoncé répété et une énonciation répétante” ; Payen 2004, 115 : la citation est un “emprunt littéral et explicite”.

39 Au sens où l’entend Gangloff 2006, 102 : “Nous entendons ainsi par mention une référence relativement brève et, sans être absolument nominative, suffisamment précise pour que les auditeurs (N. B. : l’article porte sur Dion Chrysostome) comprennent aussitôt le message, soit parce que les éléments mentionnés sont assez connus pour lui permettre de les contextualiser, soit parce qu’ils sont assez illlustratifs en soi.”

40 Sur la fonction du grec chez Priscien, cf. Desbordes 1988, 17-21 ; 23 ; Baratin et al. 2005, 9.

41 Courcelle 1943, passim ; Hadot [1984] 2005, 247-252.

Notes de fin

1 Thc. 2.8.3

2 Thc. 2.47-54

3 Verg., Georg., 3.498-499

4 Verg., Georg., 3.500-501

5 Verg., Aen., 3.84 : Templa dei saxo uenerabar structa uetusto.

6 Dans un échange épistolaire, le Professeur G. Ramires nous a fait remarquer que l’édition Harvardiana lit Corinthum d’après Macrobe. Il nous signale également que le manuscrit F porte singulosque proximos, que Commelinus a corrigé en singulasque proximas.

7 Thc. 2.8.3. Le tremblement de terre auquel il est fait référence semble être celui de 373 a. C. qui détruisit le temple de Delphes construit par les Alcméonides au vie-ve siècle a. C.

8 Cic., II Verr., 1.18.48.

9 Verg., Aen., 8.328 : Tunc manus Ausonia et gentes uenere Sicanae.

10 Verg., Aen., 3.314.

11 Luc. 4.14.

12 Thc. 6.2.2 : “Il est constant que les premiers après eux (i.e. les Cyclopes et les Lestrygons) à avoir fondé des établissements dans l’île sont les Sicanes – après eux, et même avant, si on les croit, puisqu’ils seraient autochtones ; mais on peut établir qu’il s’agissait, à la vérité, d’Ibères, délogés par les Ligures des rives du Sicanos en Ibérie. C’est de ces Sicanes que l’île, appelée auparavant Trinacrie, tira alors son nom de Sicanie. Ils habitent aujourd’hui encore la partie occidentale de la Sicile.” (…) 6.2.4 : “Les Sikèles, eux, étaient venus d’Italie (c’était là qu’ils habitaient) pour échapper aux Opiques. Il est vraisemblable, et la légende le veut, qu’ils avaient passé sur des radeaux, en guettant pour traverser le moment où le vent se levait ; mais il se peut aussi qu’ils soient arrivés autrement. (Il y a, aujourd’hui encore, des Sikèles en Italie, et c’est d’Italos, un de leurs rois qui portait ce nom, que le pays a reçu celui d’Italie.)” (traduction de L. Bodin et J. de Romilly).

13 Verg., Aen., 8.725 : hic Lelegas Carasque sagittiferosque Gelonos/finxerat.

14 Luc. 6.383.

15 Thc. 1. praef. 4 : “Minos est, en effet, le plus ancien des personnages connu par la tradition qui ait eu une flotte et conquis, pour la plus grande partie, la maîtrise de la mer aujourd’hui grecque ; il établit sa domination sur les Cyclades et installa dans la plupart les premières colonies : il en chassa les Cariens, puis y installa comme chefs ses propres fils. Par une suite naturelle, il travailla, dans toute l’étendue de son pouvoir, à purger la mer des pirates, pour mieux assurer la rentrée de ses revenus. ” (traduction de J. de Romilly).

16 Sal., Hist., 3.15 Maurenbrecher.

17 Verg., Aen., 1.3.

18 Verg., Aen., 9.388.

Auteur

Université de Franche-Comté, ISTA EA 4011

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540