Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

Présence et absence de Thucydide chez les grammairiens anciens1

Frédéric Lambert

En hommage à Ausone et à tous les grammairiens oubliés de l’antique Burdigala

Texte intégral

  • 1 Je remercie les organisatrices du colloque, Valérie Fromentin et Sophie Gotteland, de m’avoir prop (...)

1Lorsque Valérie Fromentin m’a demandé si les grammairiens grecs évoquaient Thucydide, j’ai dans un premier temps pensé qu’il n’y était fait allusion nulle part dans les textes qui me sont familiers.

2C’est ainsi que, si l’on s’en tient à Denys le Thrace, Apollonios Dyscole et aux Scholies de Denys, on n’y trouve aucune citation de Thucydide. L’importance de l’œuvre et sa notoriété rendent cette absence un peu surprenante.

3Ce n’est pas que nos grammairiens ignorent les grands auteurs. C’est évidemment Homère qui est de très loin le plus cité. Et il faut reconnaître que les autres poètes sont rares et les prosateurs exceptionnels. On trouve parmi les grands auteurs : Eschine, Démosthène, Épicure, Hérodote, Platon, Xénophon (1 ou 2 citations).

4Et pourtant la consultation de la rubrique “grammairiens” du TLG donne 126 occurrences, dont voici les caractéristiques générales : il n’y en a pas avant le iie siècle avant notre ère et les plus nombreuses sont celles des grammairiens Ammonius (élève d’Aristarque), Harpocration (d’Alexandrie, postérieur à Denys d’Halicarnasse), Pollux (qui écrit sous Commode) et surtout Hérodien (sous Marc-Aurèle).

5Il m’a donc finalement paru intéressant d’examiner ces références de plus près. Dans cet examen, trois questions m’ont paru devoir être posées :

  1. la première concerne la nature de ces mentions de Thucydide. Pourquoi les grammairiens font-ils référence à Thucydide ?
  2. la seconde question consiste à savoir en quoi la grammaire en général est concernée par le texte de Thucydide ;
  3. enfin, si l’on s’interroge sur son absence chez les plus grands grammairiens, pourquoi l’ignorent-ils ?

TYPOLOGIE DES MENTIONS DE THUCYDIDE DANS LES TEXTES GRAMMATICAUX

6Comme on va le voir, la référence à Thucydide correspond à des motifs très variés chez les grammairiens. Voici les différents cas de figure.

Les emplois autonymiques

7Le cas le plus attendu et le moins riche de contenu est la simple mention du nom lui-même en tant que phénomène grammatical, cité pour les raisons suivantes :

8— l’accentuation :

91 - Hérodien, De prosodia catholica 3.1.66.12

Τὰ εἰς δης πατϱωνυμιϰὰ ἢ ὡς πατϱωνυμιϰὰ βαϱύνεται, Πηλείδης, ᾿Ατϱείδης, Κϱονίδης, Θουϰυδίδης.

Les (noms) en δης patronymiques ou quasi-patronymiques sont barytons, Πηλείδης, ᾿Ατϱείδης, Κϱονίδης, Θουϰυδίδης.

10— la sémantique suffixale (qui repose donc sur une analyse morphologique) :

112 - Πεϱὶ παϱαγωγῶν γενιϰῶν ἀπὸ διαλέϰτων 232.20

Καὶ τὶ διαϕέϱει τὰ πατϱωνυμιϰὰ τοῦ τύπου τῶν πατϱωνυμιϰῶν ; διαϕέϱουσιν ἀλλήλων, ὅτι τὰ πατϱωνυμιϰὰ εἰς τὸ υἱὸς ϰαὶ ἔγγονος διαλύονται· οἷον ὁ ᾿Ατϱείδης, ὁ υἱὸς τοῦ ᾿Ατϱέος. Αἰαϰίδης, ὁ ἔγγονος τοῦ Αἰαϰοῦ. τὰ δὲ τύπου πατϱωνυμιϰοῦ ὄντα, οὐ διαλύονται εἰς υἱοὺς ϰαὶ ἐγγόνους· οἷον ῾Ηϱώδης· Θουϰυδίδης. ταῦτα γὰϱ οὐ σημαίνουσι τινὸς υἱὸν ἢ ἔγγονον· ἀλλ’ὀνόματα εἰσὶ ϰύϱια.

En quoi les (noms) patronymiques diffèrent-ils du type des (noms) patronymiques ? Ils diffèrent les uns des autres en ce que les patronymiques s’analysent en fils ou descendant de : par exemple, l’Atride est le fils d’Atrée ; l’Éacide le descendant d’Éaque. En revanche les noms du type patronymique ne s’analysent pas en fils ou descendants de : par exemple, Hèrodès, Thoukudidès ; ces noms ne signifient pas fils ou descendant de quelqu’un, ce ne sont que des noms propres.

Un modèle de référence ?

12Les autres renvois à notre historien concernent l’usage qu’il manifeste dans ses écrits. De ce point de vue, il n’est pas toujours un modèle.

Un modèle à ne pas suivre

13Dans l’exemple suivant qui cite indirectement Aristarque, le grand critique reproche à Thucydide de se tromper sur l’interprétation du verbe qui signifie normalement “exercer la piraterie” dont l’historien prétend qu’il ne s’agissait pas d’une activité honteuse autrefois :

143 - Aristonicus, de signis odyssae

  • 2 Autre référence du même genre : Herennius Philo de diversis verborum significationibus, 164 14.

ϰαθάπτεται δὲ ϰαὶ Θουϰυδίδου ᾿Αϱίσταϱχος λέγοντος ὡς οὐϰ αἰσχϱὸν ἡγοῦντο τὸ ληΐζεσθαι οἱ παλαιοὶ, ἐν οἷς ϕησιν “οὕς μοι ληΐσσατο δῖος ᾿Οδυσσεύς” (a 398). ὁμωνυμίᾳ γὰϱ ἠπάτηται, πολλάϰις τῆς ληΐδος ἐπὶ τῆς λαϕυϱαγωγίας τασσομένης· παϱὸ ϰαὶ τὴν ᾿Αθηνᾶν ληΐτιδα πϱοσαγοϱεύει (K 460). ὅτι γὰϱ αἰσχϱὸν ἡγοῦντο τὸ λῃστεύειν δῆλον ἐξ ὧν οὐδέποτε ἐπὶ ᾿Αχιλλέως οὐδὲ ἐπὶ Αἴαντος, ϰαίτοι γε ἰσχυϱῶν ὄντων, ἐχϱήσατο τῷ ὀνόματι ὁ ποιητής. ἄλλως τε ϰἀϰ τῶν συμϕϱαζομένων δηλοῖ τὴν τοῦ πϱάγματος μοχθηϱίαν· ἀντιτάσσεται γὰϱ τῷ “ἤ τι ϕατὰ πϱῆξιν” τὸ “ἢ μαψιδίως” (c 72).2

Aristarque reproche aussi à Thucydide de dire que les anciens pensaient qu’exercer la piraterie n’était pas honteux, quand on lit : “ceux que me ramena en butin le divin Ulysse”. En effet, il est abusé par l’homonymie, ‘lêis’ (butin) remplaçant souvent ‘laphuragôgia’ (fait d’emmener comme butin) ; c’est pourquoi aussi il appelleAthéna ‘lêitida’ (du pillage). Quant au fait qu’ils pensaient qu’exercer la piraterie était honteuse, c’est évident si l’on se reporte au fait c’est un mot dont le poète ne se sert jamais quand il parle d’Achille ou d’Ajax, si puissants soient-ils. C’est surtout le contexte qui montre que c’est une activité condamnable : à “Faites-vous le commerce ?” s’oppose “(errez-vous) sans but ?”.

Un usage particulier

15Dans d’autres cas Thucydide est cité pour les usages personnels qu’il fait de certains éléments lexicaux :

164 - Ptolemaeus Grammaticus, de differentia vocabulorum, 402.14

μόχθηϱος ϰαὶ πόνηϱος πϱοπαϱοξυτόνως. μοχθηϱὸς ὀξυτόνως τὰ ἤθη πονηϱός·λέγουσι δὲ ϰαὶ ἁπλῶς τὰ ϕαῦλα ϰαὶ μοχθηϱὰ ϰαὶ πονηϱά, ὡς Θουϰυδίδης πονηϱὰ τὰ πϱάγματα τῶν ᾿Αθηναίων ἀντὶ τοῦ ϕαῦλα.

μόχθηϱος (mauvais) et πόνηϱος (méchant) sont proparoxytons. μοχθηϱός est oxyton au sens de ‘moralement mauvais’ : on dit en toute simplicité de ce qui est sans valeur morale (ϕαῦλα) aussi bien que c’est mauvais ou méchant, comme Thucydide, qui parle des méchantes (πονηϱὰ) actions des Athéniens à la place de ϕαῦλα.

175 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos 108.17

᾿Εϰπολεμῶσαι : Δημοσθένης Φιλιππιϰοῖς ἀντὶ τοῦ εἰς πόλεμον ϰαταστῆσαι, ὡς ϰαὶ παϱὰ Θουϰυδίδῃ πολλάϰις.

᾿Εϰπολεμῶσαι : Démosthène dans les Philippiques à la place de ‘faire entrer en guerre’, comme souvent chez Thucydide.

186 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 57.9

᾿Αϱετή : ἀντὶ τοῦ εὐδοξία ᾿Ανδοϰίδης ϰαὶ Θουϰυδίδης ἐν α.

᾿Αϱετή (vertu) : au lieu de εὐδοξία (bonne renommée), Andocide et Thucydide (livre) I

Un usage de référence

19On trouve aussi des passages où Thucydide est l’une des références qui atteste un usage.

20— en général, sans qu’aucun texte précis soit cité :

217 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 203.13

Μεταπύϱγιον : Λυσίας ἐν τῷ πεϱὶ τῶν ἰδίων εὐεϱγεσιῶν. τὸ ἐν μέσῳ οἰϰοδόμημα τῶν ἐπὶ τοῦ τείχους πύϱγων μεταπύϱγιον ἐλέγετο. οὕτω ϰαὶ Θουϰυδίδης πολλάϰις, ὥσπεϱ ἐν τῇ γ.

Μεταπύϱγιον : Lysias dans le discours sur les bienfaits privés. La construction qui est entre les tours dans un rempart s’appelait μεταπύϱγιον. De même aussi souvent chez Thucydide, comme dans le (livre) III.

22— ou dans un passage précis :

238 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 281.9

Στύϱαξ : Λυσίας ἐν τῷ ϰατὰ Λυσιθέου. στύϱαξ ϰαλεῖται τὸ ϰάτω τοῦ δόϱατος τϱαχήλιον, ὃ ϰαταπηγνύειν εἰς τὴν γῆν εἰώθασιν, ὡς Θουϰυδίδης πού ϕησι “στυϱαϰίῳ ἀϰοντίου ἀντὶ βαλάνου χϱησάμενος εἰς τὸν μοχλόν.”

Στύϱαξ : Lysias dans le discours contre Lusitheos. On appelle στύϱαξ l’extrémité inférieure de la lance, qu’on enfonce habituellement dans la terre, comme dit Thucydide quelque part, “utilisant en guise de pêne un fer de javelot, qu’il fit entrer dans la gâche”.

Une autorité ?

24Dans d’autres endroits, c’est l’avis de Thucydide qui est cité :

259 - Aristonicus, de signis illiadis

Νάστης αὖ Καϱῶν ἡγήσατο βαϱβαϱοϕώνων :
ἡ διπλῆ ὅτι Θουϰυδίδης (a, g) λέγει τὴν ὀνομασίαν τῶν βαϱβάϱων νεωτεϱιϰὴν εἶναι.

“Nastès était à la tête des Cariens au parler barbare” (Il. 2.867) : la double marque (= rejet) parce que Thucydide (a, g) dit que la dénomination des barbares est récente.

26On ne voit pas la hiérarchie. Certes c’est un avis autorisé, mais il ne constitue pas une autorité suffisante.

Une autorité pour quels faits de langue ?

27Toutes les citations du corpus concernent une unité lexicale simple. Mais les grammairiens ne s’intéressent pas qu’à la sémantique lexicale des textes de Thucydide. Voici une typologie des différents aspects envisagés :

Phonétique

28— voyelle :

  • 3 Philoxène d’Alexandrie, ier siècle avant notre ère.

2910 - Philoxène3 fragment 123

Or. 88, 2 in sede Philoxeni (unde Et. Gen. AB s. v. ϰόχλος = EM 534, 27) : ϰόχλος· παϱὰ τὸ χαλῶ ϰαὶ συγϰοπῇ χλῶ, ὄνομα χλὸς ϰαὶ ϰατὰ ἀναδιπλασιασμὸν χόχλος· ϰαὶ διὰ τὴν ἐπαλληλίαν τῶν δασέων ϰόχλος, τὸ ϰατ’εἴλησιν χαλώμενον ϰάτω. ὅθεν ϰαὶ Θουϰυδίδης ἐν τῷ δ (26, 2) διὰ τοῦ α λέγει ϰάχλαϰας.

ϰόχλος (murex) : de χαλῶ (relâcher), χλῶ par syncope, d’où le nom χλὸς et par redoublement χόχλος ; et du fait de la combinaison des aspirées ϰόχλος, ce qui se laisse aller vers le bas en spirale, c’est pourquoi encore Thucydide au livre IV dit ϰάχλαϰας avec un α.

30— accent :

31Parmi de très nombreux exemples :

3211 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.40.12

Τὰ εἰς ων πεϱιεϰτιϰὰ ἢ μέϱος σώματος σημαίνοντα ϰαὶ τοπιϰὴν ἔχοντα ἔννοιαν ὀξύνεται, ἀγών, ἀγϰών,..., οἰνεών ϰαὶ Οἰνεών Λοϰϱίδος λιμήν. Θουϰυδίδης τϱίτῃ (c. 95. 102). Μαϱαθών, ᾿Αϱγανθών, ῾Ελιϰών, Κιθαιϱών.

Les collectifs en ων ou qui signifient une partie du corps et ceux qui ont un sens local sont oxytons, ἀγών (concours), ἀγϰών (coude),..., οἰνεών (cellier) et le port Οἰνεών Λοϰϱίδος (Oineon des Locriens). Thucydide (Livre) III. Μαϱαθών, ᾿Αϱγανθών, ῾Ελιϰών, Κιθαιϱών.

3312 - Hérodien, peri paronumôn, 3.2.882.26

Χίος. τὸ ἐθνιϰὸν Χῖος. Θουϰυδίδης ὀγδόῃ (c. 5) “Χῖοι δὲ ϰαὶ ᾿Εϱυθϱαῖοι ἀποστῆναι ϰαὶ αὐτοὶ ἕτοιμοι ὄντες” ϰαὶ ῾Ηϱόδοτος πϱώτῃ (c. 142) “Χῖοι μὲν ϰαὶ ᾿Εϱυθϱαῖοι ϰατὰ τὠυτὸ διαλέγονται”.

Χίος, le nom de peuple est Χῖος. Thucydide (Livre) 8 “les habitants de Chios (Χῖοι) et d’Érythres, tout disposés eux aussi à faire dissidence avec les Athéniens”, et Hérodote au (livre) I “les habitants de Chios (Χῖοι) et d’Érythres discutent de la même chose”

Morphologie :

34— Plus-que-parfait attique en η

  • 4 Héraclide le Jeune ier siècle.

3513 - Héraclide4, fragments

Eust. p. 1946, 22 : παϱαδίδωσι γὰϱ ῾Ηϱαϰλείδης ὅτι ᾿Αττιϰοὶ τοὺς τοιούτους ὑπεϱσυντελίϰους ἐν τῷ η μόνῳ πεϱατοῦσιν ᾔδη λέγοντες ϰαὶ ἐνενοήϰη ϰαὶ ἐπεποιήϰη· ϰαὶ οὕτω ϕησὶ Παναίτιος ἔχειν τὰς γϱαϕὰς παϱὰ Πλάτωνι· ϰαὶ Θουϰυδίδης δὲ ϰέχϱηται τῷ τοιούτῳ ᾿Αττιϰῷ ἔθει.

En effet Héraclide transmet que les Attiques se contentent de tels plus-que-parfaits en η seul, et disent ᾔδη, ἐνενοήϰη et ἐπεποιήϰη ; c’est cette graphie que Panaetios assure pour Platon ; et Thucydide aussi se sert de cet usage attique.

36— Genre

3714 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.188.29

᾿Ινωπός ὄνομα ποταμοῦ, ᾿Ασωπός πατὴϱ Αἰγίνης, ᾿Ωϱωπός πόλις Βοιωτίας. ἔστι ϰαὶ πόλις ἐν ῎Αϱγει ϰτισθεῖσα ϰαὶ ἐν Θεσπϱωτίᾳ. λέγεται ϰαὶ ἀϱσενιϰῶς. Θουϰυδίδης ὀγδόῃ (c. 60) “ἔχοντες οὖν τὸν ᾿Ωϱωπὸν ἀϕιϰνοῦνται εἰς τὴν ῾Ρόδον”.

Inôpos nom de fleuve, Asôpos père d’Eginè, Orôpos ville de Béotie,. C’est aussi une ville fondée en Argolide et en Thesprôtie. Se dit aussi au masculin. Thucydide (livre) VIII “une fois en possession d’Orôpos (avec article masculin) ils se rendent à Rhodes”.

38— Voix

3915 - Hérodien ?, Philetaerus ?, 135.2

Καθίζεσθαι ἀντὶ τοῦ ϰαθίζειν, ϰαὶ ἐϰαθίζετο ἀντὶ τοῦ ἐϰάθιζεν. Οὕτω ϰαὶ παϱὰ τῷ Θουϰυδίδῃ (III, 75, 5) “Καθιζόμενοι γὰϱ εἰς τὸ ῾Ηϱαῖον” ἀντὶ τοῦ ϰαθίζοντες·ἐμϕαίνονται γὰϱ ὅτι ἐλθόντες ἐϰάθισαν·τὸ δὲ “ϰαθιζόμενοι” ἀναγινώσϰετε.

Καθίζεσθαι (inf moyen) au lieu de ϰαθίζειν (inf actif), et ἐϰαθίζετο (impf moyen) au lieu de ἐϰάθιζεν (impf actif). C’est le cas aussi chez Thucydide : “S’asseyant (ϰαθιζόμενοι) dans le temple d’Héra” ϰαθιζόμενοι (ptcpe moyen) au lieu de ϰαθίζοντες (ptcpe actif) ; ils veulent dire qu’ils sont venus et se sont assis (ἐϰάθισαν, aor actif) ; mais vous lisez ϰαθιζόμενοι (ptcpe prés moyen).

40Le texte Budé dit en fait ὁϱῶντες δὲ οἱ ἄλλοι τὰ γιγνόμενα ϰαθίζουσιν (actif) ἐς τὸ ῞Ηϱαιον !

Lexique

41— les noms propres et la référence

42Ils sont sujets à de nombreuses variations, dont certaines sont attestées dans le texte de Thucydide, auquel les grammairiens réfèrent.

4316 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.212.22

Βόλισσος πόλις Αἰολιϰὴ ἐπ’ἄϰϱου Χίου πλησίον. Θουϰυδίδης Βολίσϰον αὐτὴν ϰαλεῖ ἐν ὀγδόῃ (c. 24).

Bolissos ville éolienne sur une hauteur près de Chios. Thucydide l’appelle Boliskos au (livre) VIII.

4417 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.374.17

Μολύϰϱειον· οὕτως Θουϰυδίδης δευτέϱᾳ (c. 84) Μολυϰϱίαν πόλιν Αἰτωλίας ϰαλεῖ.

Molukreion : comme dans Thucydide (livre) II qui l’appelle Molukria, ville d’Étolie.

45Mais ce type de remarque pose un problème : introduits à propos d’une particularité morphologique ou prosodique, ces noms donnent lieu à des explications apparemment historiques ou géographiques qui semblent déraper dans ce que nous appellerions les connaissances encyclopédiques, en dehors donc du champ grammatical au sens où nous l’entendons.

46Quelques exemples :

4718 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.210.16

Τὰ εἰς σος ὑπεϱδισύλλαβα τῷ η παϱαληγόμενα ἕτεϱον ἔχοντα σ ὀξύνεται· εἰ δέ τι βαϱύτονον εἴη, παϱώνυμον ἂν εἴη. τὰ δὲ ἓν ἀναδεξάμενα σ βαϱύνεται, σπάνια δέ ἐστι, χωϱὶς εἰ μὴ ἔννοιαν συνθέσεως ἔχοι. Ταϱτησσός πόλις ᾿Ιβηϱίας ἀπὸ ποταμοῦ τοῦ ἀπὸ τοῦ ᾿Αϱγυϱοῦ ὄϱους ῥέοντος. Λυϱνησσός πόλις Τϱωϊϰή. Λυϰαβησσός. Μυϰαλησσός πόλις ἐν μεσογείᾳ Βοιωτίας. Θουϰυδίδης ἑβδόμῃ (c. 29).

Les noms en σος de plus de deux syllabes avec antépénultième en η et un second σ sont oxytons ; et s’il y avait un baryton, ce serait un dérivé. Les noms qui ne reçoivent qu’un seul σ sont barytons, mais ils sont rares, sauf s’ils ont un sens de composition. Tartèssos ville d’Ibérie du nom du fleuve qui prend sa source au mont Argent. Lurnèssos ville de Troade. Lukabèssos. Mukalèssos ville dansl’intérieur de la Béotie. Thucydide (livre) VII.

4819 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.326.9

Τὰ εἰς μη ὑπεϱδισύλλαβα υ παϱαληγόμενα βαϱύνεται, Οἰσύμη πόλις Μαϰεδονίας. Θουϰυδίδης τετάϱτῃ (c. 107).

Les noms en μη de plus de deux syllabes avec antépénultième en υ sont barytons, Oisumè ville de Macédoine. Thucydide (livre) IV.

49La référence à Thucydide semble renforcer l’interprétation encyclopédique, dans la mesure où elle revient à une illustration du phénomène grammatical, les indications complémentaires apparaissant comme adventices.

50M’appuyant sur la théorie antique du nom propre comme nom déterminé, je ferais l’hypothèse suivante. Un nom commun isolé n’a pas besoin d’être confirmé par un emploi attesté car c’est un nom qui est dans l’usage. Au contraire un nom propre, du fait de sa valeur symbolique et non sémantique doit être à la fois attesté et dans une référence précise. Sinon on peut fabriquer des noms à volonté. L’encyclopédique ici est donc au service du grammatical et non l’inverse.

51Thucydide (ou tout autre auctor) est l’autorité garante de la référence du nom propre, une sorte de label.

52Le même raisonnement vaut pour les cas de dénominations multiples de la même référence, également nombreux, comme dans :

5320 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.276.1

Φανότεια πόλις Φωϰίδος. λέγεται δὲ ϰαὶ Φανότη ϰαὶ Φανοτεύς. Θουϰυδίδης τετάϱτῳ (c. 89).

Phanoteia ville de Phocide. On l’appelle aussi Phanotè et Phanoteus. Thucydide (livre) IV.

5421 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.226.31

Τὰ εἰς ψος δισύλλαβα μὴ ἐπιθετιϰὰ βαϱύνεται, Μόψος, γύψος, Τίψος ἡ πόλις, Μίψος τὸ ἔθνος, θάψος εἶδος ξύλου, Θάψος πόλις Λιβύης Στϱάβων ἑπταϰαιδεϰάτῳ (p. 831). ἔστι ϰαὶ Σιϰελίας. ἔστι δὲ “χεϱσόνησος ἐν στενῷ ἰσθμῷ”, ὡς Θουϰυδίδης (6.97).

Les noms dissyllabiques en ψος quand ils ne sont pas des épithètes sont barytons, Μόψος, γύψος, Τίψος la ville, Μίψος le peuple, θάψος sorte de bois, Θάψος ville de Libye Strabon (livre) dix-sept. Il y en a un aussi en Sicile. C’est “une péninsule avec un isthme étroit”, selon Thucydide.

55On franchit un degré de plus avec le texte suivant, où Thucydide est cité comme une des références pour retracer l’histoire de la dénomination de la Sicile. Sans être étymologiste, l’historien vient à l’appui de l’historien de la langue.

5622 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.286.16

Σιϰελία ἡ νῆσος Σιϰανία πϱότεϱον ὠνομάζετο, εἶτα Σιϰελία ἐϰλήθη, ὥςϕησιν ῾Ελλάνιϰος ῾Ιεϱειῶν τῆς ῞Ηϱας β “ἐν δὲ τῷ αὐτῷ χϱόνῳ ϰαὶ Αὐσόνες ὑπὸ τῶν ᾿Ιαπύγων ἐξ ᾿Ιταλίας ἀνέστησαν, ὧν ἦϱχε Σιϰελός. ϰαὶ διαβάντες εἰς τὴν νῆσον τὴν τότε Σιϰανίαν ϰαλουμένην πεϱὶ τὴν Αἴτνην ϰαθιζόμενοι ᾤϰουν αὐτοί τε ϰαὶ ὁ βασιλεὺς αὐτῶν Σιϰελὸς βασιλείην ἐγϰαταστησάμενος ϰαὶ ἐντεῦθεν ὁϱμώμενος ὁ Σιϰελὸς οὗτος πάσης ἤδη τῆς νήσου τότε ταύτης Σιϰελίας ϰαλουμένης ἀπὸ τοῦ Σιϰελοῦ τούτου, ὃς ϰαὶ ἐν αὐτῇ ἐβασίλευσε”. ϰαὶ Μένιππος δὲ ταῦτά ϕησιν. Θουϰυδίδης δὲ οὕτως (6, 2) “ἐλθόντες εἰς Σιϰελίαν στϱατὸς πολὺς ἐξ ᾿Ιταλίας τούς τε Σιϰανοὺς ϰϱατήσαντες μάχῃ ἀπέστειλαν εἰς τὰ μεσημβϱινὰ ϰαὶ τὰ ἑσπέϱια μέϱη αὐτῆς ϰαὶ ἀντὶ Σιϰανίας Σιϰελίαν τὴν νῆσον ἐποίησαν ϰαλεῖσθαι, ϰαὶ τὰ ϰϱάτιστα τῆς γῆς ᾤvησαν ἔχοντες”.

L’île de Sicile se nommait auparavant Sikanie, puis elle fut appelée Sicile, aux dires de Hellanikos au (livre) B des Prêtres d’Héra “au même moment aussi les Ausones furent chassés d’Italie par les Iapyges, avec Sikelos à leur tête. Et une fois passés dans l’île qui s’appelait alors Sicanie, ils s’installent autour de l’Etna et ils s’y fixent eux-mêmes avec leur roi Sikelos qui avait institué la royauté et c’est de là que partit ce Sikelos, toute cette île désormais prenant alors le nom de Sicile de ce Sikelos, qui y règna.” Ménippos aussi dit cela. Ainsi d’ailleurs que Thucydide : “Venus en force en Sicile depuis l’Italie, victorieux des Sicanes par les armes, ils les rejetèrent vers les parties méridionales et occidentales de l’île et firent prendre à celle-ci, au lieu de Sicanie le nom de Sikélie (Sicile) ; ils en possèdent aujourd’hui encore le centre et les parties septentrionales.”

57Ce statut d’étymologiste peut même concerner de simples verbes :

5823 - Erotianus, Vocum hippocraticarum collectio

ἐπηλυγάζονται τὰ ἐπιμήνια· ἀντὶ τοῦ ἐμποδίζονται. ἠλύγη γὰϱ παϱ’᾿Αττιϰοῖς ἡ σϰιὰ λέγεται. ϰαὶ Θουϰυδίδης ἐν ϛ ϕησί·‘τῷ ϰοινῷ ϕόβῳ τὸ σϕέτεϱον ἐπηλυγάζονται’.

Les menstrues sont cachées (ἐπ-ηλυγ-άζονται) : au lieu de “sont entravées”. En effet ἠλύγη chez les Attiques est le nom de l’ombre. Et Thucydide dit au (livre) VI dit : “ils dissimulent (ἐπ-ηλυγ-άζονται) leur propre crainte dans la crainte collective”.

59— les noms communs et la sémantique

60L’intérêt pour la détermination référentielle des noms propres se retrouve au niveau des noms communs. Mais cette fois il s’agit de sémantique.

61Une des obsessions de nos grammairiens anciens, apparemment pressés d’être saussuriens avant d’arriver à Genève, semble être de distinguer les paronymes et de signaler les dangers de la synonymie, ou de la parasynonymie, assurant par là la rigueur du signifiant et donc du rapport signifiant/signifié.

62Dans ces cas-là, le renvoi à Thucydide et à d’autres auteurs prosaïques permet à nouveau d’authentifier, non plus une référence, mais soit un signifié soit un signifiant.

63— confusion de sens entre deux noms

6424 - Herennius Philo, de diversis verborum significationibus, 164.14

συγχεῖ δὲ ϰαὶ Θουϰυδίδης (i 53, 3) τὴν διαϕοϱὰν τοῦ στϱατοῦ πϱὸς τὸ στϱατόπεδον·‘<τῶν δὲ Κεϱϰυϱαίων τὸ μὲν στϱατόπεδον> ὅσον ἐπηϰολούθησεν ἀνεβόησεν’.

Thucydide aussi néglige la différence entre στϱατός et στϱατόπεδον : “du côté des Corcyréens, l’armée, autant qu’elle put suivre, cria”.

65— paronymie

6625 - Ammonius, de adfinium vocabulorum differentia, 491.2

ϕάϰελος σϕαϰέλου διαϕέϱει. ϕάϰελος μὲν γάϱ ἐστι ϕοϱτίον ξύλων· Θουϰυδίδης (cf. 2.77.3) ‘ϕαϰέλους ὕλης ἀϱγείας’. σϕάϰελος δὲ ὁ μετὰ ϕλεγμονῆς σπασμός.

φάϰελος diffère de σϕάϰελος. ϕάϰελος est une charge de bois : Thucydide : “des fagots de bois d’Argolide”

6726 - Ammonius, de adfinium vocabulorum differentia, 3.3

ἄγγελος ϰαὶ ἐξάγγελος ϰαὶ αὐτάγγελος διαϕέϱουσιν. ἄγγελος μὲν γὰϱ πᾶς ὁ ἀγγέλλων τὰ ἔξωθεν. ἐξάγγελος δὲ ὁ τὰ ἔνδοθεν τοῖς ἔξω διαγγέλλων, ὃν Θουϰυδίδης (7.73.3) διάγγελον εἴϱηϰεν·‘ἦσαν γάϱ τινες τῷ Νιϰίᾳ διάγγελοι’. αὐτάγγελος δὲ ὁ τὰ ἀϕ’ἑαυτοῦ διαγγέλλων ϰαὶ μὴ ὑϕ’ἑτέϱου.

ἄγγελος, ἐξάγγελος et αὐτάγγελος sont différents. ἄγγελος c’est toute personne qui annonce des événements qui viennent de l’extérieurs. ἐξάγγελος c’est celui qui annonce à ceux de dehors les événements de l’intérieur ; Thucydide l’a appelé διάγγελος : “en effet Nicias avait des agents de renseignement (διάγγελοι)”. αὐτάγγελος c’est celui qui annonce ce qui le concerne lui-même et sans passer par quelqu’un d’autre.

68La paronymie peut concerner un actif et un moyen :

6927 - Ammonius, de adfinium vocabulorum differentia, 371.4

παϱέχειν ϰαὶ παϱέχεσθαι διαϕέϱει. παϱέχειν μὲν γὰϱ λέγεται τὰ διὰ χειϱὸς διδόμενα, οἷον ἐσθήματα ἢ ἐϰπόματα·τὸ δὲ παϱέχεσθαι λέγεται ἐπὶ τῶν τῆς ψυχῆς διαθέσεων, οἷον ἐπιθυμίαν, εὔνοιαν. Θουϰυδίδης (4.85.4) παϱέχειν diffère de παϱέχεσθαι. παϱέχειν se dit de ce qu’on donne avec la main, comme des vêtements ou des tasses ; παϱέχεσθαι se dit des états de l’âme, comme le désir, la bienveillance. Thucydide (4.85.4)

70Dans l’exemple suivant, le renvoi à Thucydide ne se limite pas au texte mais s’étend à la démarche de l’historien.

7128 - Ammonius, de adfinium vocabulorum differentia, 251.1

ἱστοϱιογϱάϕος συγγϱαϕέως διαϕέϱει. ἱστοϱιογϱάϕος μὲν γάϱ ἐστιν ὁ τὰ πϱὸ αὐτοῦ γεγονότα συγγϱαϕόμενος ὡς ῾Ηϱόδοτος, συγγϱαϕεὺς δὲ ὁ τὰ ἐϕ’ἑαυτοῦ ὡς ὁ Θουϰυδίδης.

ἱστοϱιογϱάϕος diffère de συγγϱαϕέuς : ἱστοϱιογϱάϕος c’est celui qui écrit sur les événements qui se sont déroulés avant lui, comme Hérodote, συγγϱαϕεὺς c’est celui qui écrit sur les événements de son temps, comme Thucydide.

72— synonymie

7329 - Pollux, Onomasticon, 3, 104, 4

᾿Εϱεῖς δ’ἐπὶ ἀϱϱώστου ἔϰαμεν, ἠϱϱώστησεν, ἐνόσησεν, ἠσθένησεν, ἐμαλαϰίσθη, μαλαϰῶς ἔσχεν ϰαὶ ϰάμνων, ἀϱϱωστήσας, νοσήσας, ἀσθενήσας, μαλαϰισθείς, μαλαϰῶς ἔχων. τὸν δὲ ϰάμνοντα Θουϰυδίδης (II 51. 6) τὸν πονούμενον εἴϱηϰεν·‘τόν τε θνήσϰοντα ϰαὶ τὸν πονούμενον ᾠϰτίζοντο.’ Tu diras d’un malade “il a souffert” (ἔϰαμεν, etc.) ; et (au participe) ϰάμνων (souffrant), etc. Thucydide dit πονούμενον pour ϰάμνοντα : ils avaient pitié du mourant et du malade (πονούμενον).

74— parasynonymie

7530 (= 4) - Ptolemaeus Grammaticus, de differentia vocabulorum, 402.14

μόχθηϱος ϰαὶ πόνηϱος πϱοπαϱοξυτόνως. μοχθηϱὸς ὀξυτόνως τὰ ἤθη πονηϱός· λέγουσι δὲ ϰαὶ ἁπλῶς τὰ ϕαῦλα ϰαὶ μοχθηϱὰ ϰαὶ πονηϱά, ὡς Θουϰυδίδης πονηϱὰ τὰ πϱάγματα τῶν ᾿Αθηναίων ἀντὶ τοῦ ϕαῦλα.

L’homme même

76On a vu que (sans originalité particulière) les grammairiens considèrent Thucydide comme un historien de son temps.

77Il faut ajouter en s’appuyant sur un passage de Tryphon, le grand grammairien augustéen fils d’Ammonius et abondamment cité par Apollonios Dyscole, que Thucydide est un style :

7831 - Tryphon, peri tropôn, 201.12

Χαϱαϰτῆϱες ῥητοϱιϰοὶ τϱεῖς, τουτέστιν εἴδη ϕϱάσεων·αὐστηϱόν, μέσον, ἰσχνόν·ϰαὶ τὸν μὲν αὐστηϱὸνΘουϰυδίδης ἐπετήδευσε χαϱαϰτῆϱα ϰαὶ ᾿Αντιϕῶν ὁ τούτου διδάσϰαλος, τὸν δὲ μέσον Δημοσθένης, ῾Υπεϱίδης, Δείναϱχος, Λυϰοῦϱγος, τὸν δὲ ἰσχνὸν Αἰσχίνης, ᾿Ισοϰϱάτης, Λυσίας, ᾿Ανδοϰίδης, ᾿Ισαῖος.]

Il y a trois styles rhétoriques, c’est-à-dire des formes d’expression : sévère, moyen, simple. Le style sévère a été cultivé par Thucydide et son maître Antiphon., le style moyen par Démosthène, Hypéride, Dinarque, Lycurgue, et le style simple par Eschine, Isocrate, Lysias, Andocide, Isée.

Comment les grammairiens citent Thucydide

79Un dernier point qui mérite notre attention dans cette typologie est la façon dont les grammairiens réfèrent à Thucydide, les différents modes de citation.

80La référence peut être vague au point de ne pas être repérable dans le texte transmis ! C’est le cas du passage qui suit :

8132 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 61.9

᾿Αϱχιδάμειος πόλεμος : Λυσίας ἐν τῷ ϰατ’᾿Ανδϱοτίωνος ϰαὶ Δείναϱχος ϰατὰ Πυθέου ξενίας. τὰ πϱῶτα δέϰα ἔτη τοῦ Πελοποννησιαϰοῦ πολέμου ᾿Αϱχιδάμειος ἐϰλήθη πόλεμος, ὡς ἔοιϰεν, ἀπὸ τοῦ τὸν ᾿Αϱχίδαμον εἰς τὴν ᾿Αττιϰὴν ἐμβαλεῖν, ϰαθὰ Θουϰυδίδης ϰαὶ ῎Εϕοϱος ϰαὶ ᾿Αναξιμένης ϕασίν.

La guerre archidamienne : Lysias dans le Contre Androtion et Dinarque dans le Contre le statut d’étranfer de Pytheas. Les dix premières années de la guerre du Péloponnèse ont été appelées guerre archidamienne, semble-t-il, du fait de l’invasion de l’Attique par Archidamos, selon les dires de Thucydide, d’Éphore et d’Anaximène.

82L’usage thucydidéen décrit peut être général :

8333 - Ammonius, de adfinium vocabulorum differentia 411 2

πϱόξενος ϰαὶ ἰδιόξενος ϰαὶ δοϱύξενος διαϕέϱει. πϱόξενος πόλεως ϰαὶ ἔθνους, ὡς παϱὰ Θουϰυδίδῃ

πϱόξενος, ἰδιόξενος et δοϱύξενος sont différents. On est πϱόξενος (proxène) d’une ville ou d’un peuple, comme chez Thucydide.

84Il peut être simplement fréquent :

8534 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 98.2

Διϰαίωσις : Λυσίας ἐν τῷ ὑπὲϱ τοῦ στϱατιώτου, εἰ γνήσιος, ϰαὶ μάλα τὰς διϰαιώσεις ϕησὶν ἀντὶ τοῦ διϰαιολογίας. ὁ μέντοι Θουϰυδίδης πολλάϰις τὴν διϰαίωσιν ἐπὶ τῆς ϰολάσεως τάττει.

Διϰαίωσις (soumission à la justice) : Lysias, dans le discours En défense du soldat, s’il est authentique, et il parle des διϰαιώσεις tout à fait au sens de plaidoiries. Pourtant Thucydide place souvent la condamnation (διϰαίωσις) au-dessus de la punition (ϰόλασις).

86Il peut être situé allusivement dans un livre :

8735 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 88.1

Δελϕίνιον : χωϱίον ἐν Χίῳ, ὡς Θουϰυδίδης ἐν τῇ η.

Delphinion : endroit situé à Chios, comme Thucydide (livre) VIII.

88La pensée de Thucydide peut être résumée sans qu’on puisse garantir qu’il s’agit d’une citation et elle également située dans un livre allusivement :

8936 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.92.35

᾿Αμϕίπολις πόλις Μαϰεδονίας ϰατὰ Θϱᾴϰην, ἥτις ᾿Εννέα ὁδοί ἐϰαλεῖτο. ϰεϰλῆσθαι δὲ Μυϱίϰην ϰαὶ ᾿Ηιόνα, ᾿Αμϕίπολιν δὲ διὰ τὴν πεϱίϱϱοιαν τοῦ Στϱυμόνος, ὡς Θουϰυδίδης τετάϱτῃ (c. 102).

Amphipolis ville de Macédoine en Thrace, qui s’appelait Neuf Routes. Elle était appelée Murikè et Eion, mais Amphipolis à cause du détournement du cours du Strymon, comme le dit Thucydide au (livre) IV.

90Sans se laisser abuser par les guillemets modernes, on notera que l’exemple suivant cite une expression authentique, mais relativement brève :

9137 - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.103.28

Τὰ εἰς τις πϱὸ τοῦ τις υ ἔχοντα, σπάνια ὄντα, τὰ μὲν βαϱύνεται, Σύϱτις, Ξύστις πόλις Καϱίας. Βέϱυτις Τϱωϊϰὴ πόλις. ῎Αϕυτις πόλις Θϱᾴϰης. Θουϰυδίδης α (64) “ ἐξ ᾿Αϕύτιος ὁϱμώμενος”.

Les noms en-tis avec un-u-devant, qui sont rares, pour certains sont barytons, Surtis, Xustis, ville de Carie. Berutis, ville de Troade. Aphutis, ville de Thrace. Thucydide (livre) Iprenant Aphutis pour base”.

92La citation peut être plus longue et donc garantir une plus nette authenticité :

9338 (= 14) - Hérodien, De prosodia catholica, 3.1.188.29

᾿Ινωπός ὄνομα ποταμοῦ, ᾿Ασωπός πατὴϱ Αἰγίνης, ᾿Ωϱωπός πόλις Βοιωτίας. ἔστι ϰαὶ πόλις ἐν ῎Αϱγει ϰτισθεῖσα ϰαὶ ἐν Θεσπϱωτίᾳ. λέγεται ϰαὶ ἀϱσενιϰῶς. Θουϰυδίδης ὀγδόῃ (c. 60) “ἔχοντες οὖν τὸν ᾿Ωϱωπὸν ἀϕιϰνοῦνται εἰς τὴν ῾Ρόδον”.

94Enfin on peut trouver une référence précise de plusieurs lignes :

9539 - Harpocration, lexicon in decem oratores atticos, 284.2

Συγγϱαϕεῖς : ᾿Ισοϰϱάτης ᾿Αϱεοπαγιτιϰῷ. εἰθισμένον ἦν παϱ’᾿Αθηναίοις, ὁπότε δέοι, πλῆθός τι αἱϱεῖσθαι, εἰς ῥητὴν ἡμέϱαν εἰσϕέϱον γνώμας εἰς τὸν δῆμον. τοῦτο δὲ ϰαὶ πϱὸ τῆς ϰαταστάσεως τῶν υ ἐγένετο, ϰαθὰ Θουϰυδίδης ἐν τῇ η ϕησίν “ἐν δὲ τούτῳ τῷ ϰαιϱῷ οἱ πεϱὶ Πείσανδϱον ἐλθόντες εὐθὺς τῶν λοιπῶν εἴχοντο, ϰαὶ πϱῶτον μὲν τὸν δῆμον συλλέξαντες εἶπον γνώμην, ι ἄνδϱας ἑλέσθαι συγγϱαϕέας αὐτοϰϱάτοϱας, τούτους δὲ συγγϱάψαντας γνώμην ἐξενεγϰεῖν ἐς τὸν δῆμον ἐς ἡμέϱαν ῥητὴν, ϰαθότι ἄϱιστα ἡ πόλις οἰϰήσεται.” ἦσαν δὲ οἱ μὲν πάντες συγγϱαϕεῖς λ οἱ τότε αἱϱεθέντες, ϰαθά ϕησιν ᾿Ανδϱοτίων τε ϰαὶ Φιλόχοϱος, ἑϰάτεϱος ἐν τῇ ᾿Ατθίδι· ὁ δὲ Θουϰυδίδης τῶν ι ἐμνημόνευσε μόνων τῶν πϱοβούλων.

Écrivains (συγγϱαϕεῖς) : Isocrate Aréopagitique. Il était habituel chez les Athéniens, quand il le fallait, d’en choisir un certain nombre, pour soumettre des projets au peuple le jour dit. Cela se produisit même avant le renversement des Quatre-Cents, d’après ce que dit Thucydide au (livre) VIII : “C’est sur ces entrefaites qu’arrivèrent Peisandros et la délégation. Immédiatement, ils mirent la main aux dernières mesures. Tout d’abord ils convoquèrent le peuple et proposèrent de nommer une commission constituante de dix membres munis de pleins pouvoirs ; ceux-ci rédigeraient la constitution à leur sens la plus favorable au bon gouvernement de la ville et la soumettraient au peuple le jour dit.” Il y eut en tout 30 écrivains qui furent alors choisis, d’après ce que disent Androtion et Philochoros, chacun en Attique ; mais Thucydide n’a mentionné que 10 conseillers. (trad. Voilquin)

96En conclusion de ce parcours typologique, on peut considérer comme incontestable que, chez certains grammairiens du moins, le texte de Thucydide et l’autorité de son auteur sont bien présents. On peut maintenant se demander pourquoi ces philologues grammairiens se sont intéressés au corpus thucydidéen.

97Pour répondre à cette question il me paraît nécessaire de revenir à la définition de la grammaire. La définition qui fait autorité est celle de Denys le Thrace. Elle correspond à un programme issu de la philologie alexandrine, reposant sur la connaissance des textes en euxmêmes, à partir du principe d’Aristarque évoqué par Porphyre :

9840 - Porphyre, zetemata codicis vaticani

῞Ομηϱον ἐξ ῾Ομήϱου σαϕηνίζειν

Expliquer Homère par Homère.

99Je rappelle ici la définition de Denys donnée au début de son traité :

10041 - Denys le Thrace, Τέχνη γϱαμματιϰή, 1.1.5.1

Γϱαμματιϰή ἐστιν ἐμπειϱία τῶν παϱὰ ποιηταῖς τε ϰαὶ συγγϱαϕεῦσιν ὡς ἐπὶ τὸ πολὺ λεγομένων.
Μέϱη δὲ αὐτῆς ἐστιν ἕξ· πϱῶτον ἀνάγνωσις ἐντϱιβὴς ϰατὰ πϱοσῳδίαν, δεύτεϱον ἐξήγησις ϰατὰ τοὺς ἐνυπάϱχοντας ποιητιϰοὺς τϱόπους, τϱίτον γλωσσῶν τε ϰαὶ ἱστοϱιῶν πϱόχειϱος ἀπόδοσις, τέταϱτον ἐτυμολογίας εὕϱεσις, πέμπτον ἀναλογίας ἐϰλογισμός, ἕϰτον ϰϱίσις ποιημάτων, ὃ δὴ ϰάλλιστόν ἐστι πάντων τῶν ἐν τῇ τέχνῃ.

La grammaire est la connaissance empirique de ce qui se dit couramment chez les poètes et les prosateurs.
Elle a six parties : premièrement, la lecture experte respectueuse des diacritiques ; deuxièmement, l’explication des tropes poétiques présents (dans le texte) ; troisièmement, la prompte élucidation des mots rares et des récits ; quatrièmement, la découverte de létymologie ; cinquièmement, létablissement de lanalogie ; sixièmement, la critique des poèmes – qui est, de toutes les parties de l’art, la plus belle. (trad. J. Lallot)

  • 5 Voir le livre de Frédérique Ildefonse (1997).

101La grammaire selon Denys est donc une connaissance d’expérience, fondée sur la connaissance des textes, et débouchant sur la critique poétique. Cette définition, relativement ancienne dans l’histoire de cette discipline au développement tardif5, repose fondamentalement sur une philologie. La connaissance des textes y joue donc un rôle essentiel, et parmi ceux-ci bien sûr, à un degré moindre que les textes poétiques, les textes en prose. Il y a là une solidarité entre la connaissance des habitudes des auteurs et l’établissement des textes authentiques. La grammaire c’est finalement l’étude de ce que nous appelons la lettre du texte.

102C’est probablement la place qu’il faut donner à l’analogie. À ce stade de développement, l’analogie dont il est question n’est pas conçue comme un principe évoquant le système saussurien mais plutôt, selon la formule d’Aristarque, un principe de cohérence interne des textes.

103Dans le même sens on notera l’importance de l’explicitation du lexique.

104On en arrive finalement à l’idée que, dans la tradition grammaticale grecque la plus ancienne, la langue, les textes et les connaissances auxquelles ils renvoient forment un tout, et ne sont pas des registres intégralement autonomes. La typologie des références thucydidéennes dans les textes grammaticaux présentée plus haut confirme ce fonctionnement à l’évidence. Les connaissances linguistiques, textuelles et encyclopédiques sont apparemment solidaires chez les grammairiens.

105Reste à savoir pourquoi Thucydide est un des textes fréquemment cités. C’est certainement une référence historique et géographique fondamentale. Un témoignage capital sur l’usage des mots dans le monde grec. On a probablement trop tendance à cantonner l’historien dans une discipline universitaire anachronique, comme le rappele une formule célèbre. Il s’agit bien plutôt d’une source très générale d’informations de toutes sortes sur le monde grec et pas seulement sur son histoire.

106Cette importance de Thucydide est confirmée dans le passage de Sextus Empiricus qui reprend la définition de Denys en la commentant. Il insiste tout particulièrement sur l’importance des historiens comme Hérodote et Thucydide :

10742 - Sextus Empiricus, Adversus Mathematicos, 1.57.6

Διονύσιος μὲν οὖν ὁ Θϱᾷξ ἐν τοῖς παϱαγγέλμασί ϕησι ‘γϱαμματιϰή ἐστιν ἐμπειϱία ὡς ἐπὶ τὸ πλεῖστον τῶν παϱὰ ποιηταῖς τε ϰαὶ συγγϱαφεῦσι λεγομένων’, συγγϱαϕεῖς ϰαλῶν, ὡς ἔστιν ἐϰ τῆς πϱὸς τοὺς ποιητὰς ἀντεμϕάσεως πϱόδηλον, οὐϰ ἄλλους τινὰς ἢ τοὺς ϰαταλογάδην πϱαγματευσαμένους. τά τε παϱὰ τοῖς ποιηταῖς [ϰαὶ συγγϱαϕεῦσιν], ἃ ὁ γϱαμματιϰὸς ἑϱμηνεύειν ϕαίνεται, ϰαθάπεϱ ῾Ομήϱῳ τε ϰαὶ ῾Ησιόδῳ Πινδάϱῳ τε ϰαὶ Εὐϱιπίδῃ ϰαὶ Μενάνδϱῳ ϰαὶ τοῖς ἄλλοις, τά τε παϱὰ τοῖς συγγϱαϕεῦσιν, οἷον ῾Ηϱοδότῳ ϰαὶ Θουϰυδίδῃ ϰαὶ Πλάτωνι, ὡς ἴδιον ἔϱγον μετέϱχεται. παϱὸ ϰαὶ οἱ χαϱίεντες ἐξ αὐτῶν πεϱὶ πολλῶν ἐπϱαγματεύσαντο συγγϱαϕέων, τοῦτο μὲν ἱστοϱιϰῶν τοῦτο δὲ ῥητοϱιϰῶν ϰαὶ ἤδη ϕιλοσόϕων, ζητοῦντες τίνα τε δεόντως ϰαὶ ἀϰολούθως ταῖς διαλέϰτοις εἴϱηται ϰαὶ τίνα παϱέϕθαϱται, τί τε σημαίνει παϱὰ μὲν Θουϰυδίδῃ λόγου χάϱιν τὸ ‘ζάγϰλον’ϰαὶ ‘τοϱνεύοντες’, παϱὰ δὲ Δημοσθένει τὸ ‘ἐβόα ὥσπεϱ ἐξ ἁμάξης’, ἢ πῶς ἀναγνωστέον παϱὰ Πλάτωνι τὴν ‘ἦ δ’ὄς’λέξιν, πότεϱον ψιλῶς ἐϰϕέϱοντα τὴν πϱώτην συλλαβὴν ἢ δασέως, ἢ τὴν μὲν πϱώτην ψιλῶς τὴν δὲ δευτέϱαν δασέως, ἢ ἀμϕοτέϱας ψιλῶς ἢ ἐναλλάξ. διὰ γὰϱ τὰ τοιαῦτα εἴϱηται ἡ γϱαμματιϰὴ ἐμπειϱία τῶν παϱὰ ποιηταῖς τε ϰαὶ συγγϱαϕεῦσι λεγομένων.

Denys le Thrace affirme dans ses Préceptes que “la grammaire est une connaissance d’expérience portant pour sa plus grande part sur des formules de poètes et d’écrivains”, entendant par le terme “écrivains” les seuls auteurs d’ouvrages en prose (comme on le voit bien par l’opposition avec les poètes). De fait le grammairien semble bien décoder les écrits des poètes (Homère, Hésiode, Pindare, Euripide, Ménandre et les autres), et ceux des écrivains (Hérodote, Thucydide ou Platon) comme si c’était là une activité qui lui est propre. Aussi les plus distingués d’entre eux ont-ils travaillé sur de nombreux écrivains, tantôt sur des historiens, tantôt sur des rhéteurs, et désormais sur des philosophes. Ils se sont demandé ce qui a été dit correctement, en règle avec les dialectes, et ce qui a été corrompu : que signifie par exemple zanklon (“faucille”) chez Thucydide, et torneuontes (“en façonnant au tour”) ? Que signifie chez Démosthène “crier comme dans un char” ? Comment faut-il lire êdos chez Platon ? Faut-il prononcer la première syllabe avec ou sans aspiration ? Faut-il prononcer les deux syllabes sans aspiration ou inversement avec deux aspirations ? C’est à cause de ce genre d’investigations qu’on dit de la grammaire qu’elle est “une connaissance d’expérience des formules de poètes et d’écrivains.” (trad. C. Dalimier et al.)

108On remarque que dans ce texte Sextus cite au début la définition de Denys et le reste du texte s’inscrit parfaitement dans une conception philologique de la grammaire. Une conséquence importante en est le rôle central du lexique, qui se justifie particulièrement dans une conception empiriste de la grammaire où l’encyclopédique rencontre le linguistique dans les textes.

109Si la présence de Thucydide chez les grammairiens est tout à fait naturelle, son absence paraît beaucoup moins explicable.

  • 6 Voir Lallot 1998.

110En ce qui concerne Denys, ce n’est guère surprenant vu l’extrême brièveté du manuel. D’autre part on sait que, si la définition de la grammaire relève d’une partie authentique du traité, la plus grande partie risque d’être une compilation tardive6, d’une époque où la grammaire n’est plus une simple empeiria mais est passée au statut de tekhnè, comme le titre l’indique d’ailleurs.

111Qu’en est-il d’Apollonios Dyscole ?

112C’est un analogiste beaucoup plus acharné que son fils Hérodien. Jean Lallot explique de cette manière la prétendue fâcherie entre père et fils, ainsi que la pauvreté du père, moins docile à l’égard de la mondialisation romaine.

113Chez Apollonios, l’analogie fait même place à un véritable raisonnement et à un travail argumentatif remarquable sur les structures de la langue, que tous les commentateurs ont soulignés.

114Homère et Aristarque gardent donc toute leur place chez Apollonios, à cause de leur immense prestige, mais les historiens sont pratiquement absents du corpus conservé, en particulier Thucydide.

115C’est que la grammaire, et plus particulièrement la syntaxe, d’Apollonios prend en compte essentiellement l’usage quotidien, soit les dialectes, soit la langue commune, dont les règles doivent être expliquées par la raison.

116À l’appui de ce point de vue, on peut citer par exemple le passage suivant :

11743- Apollonios Dyscole, peri suntaxeos, 1.59.12

᾿Ανέϕιϰτον τὸ ἀλλήλων εἰς ἄϱθϱου παϱάθεσιν. ϰαὶ πϱοϕανές ἐστιν ἐϰ τῆς παϱὰ πᾶσι χϱήσεως ϰαὶ τοῦ συμπαϱεπομένου λόγου.

Avec ἀλλήλων l’apposition de l’article est impossible. Cela apparaît à la fois dans l’usage que tout le monde en fait et dans la raison qui l’explique. (trad. J. Lallot)

118Le père d’Hérodien est ainsi le défenseur d’une conception technicienne (et non empiriste) de la grammaire, où la raison anticipe sur l’usage. L’analogie n’est plus alors une connaissance par expérience des usages d’un auteur, c’est un outil rationnel d’origine mathématique qui donne un statut technique à la grammaire. Les textes sont donc non plus la source de la cohérence grammaticale mais le lieu de vérification des hypothèses grammaticales : on est passé d’un modèle inductif à un modèle hypothético-déductif.

119Rien d’étonnant alors si la hiérarchie des exemples a changé avec Apollonios : l’usage courant est en fait la principale illustration de la langue prosaïque, qui détrône la prose littéraire. En revanche, si, paradoxalement, Homère et la poésie dialectale gardent une place si importante, ce n’est pas seulement lié au prestige de la poésie, c’est aussi que ces textes offrent une masse de cas difficiles et de contre-exemples au moins apparents qui stimulent la sagacité du grammairien-technicien, à la façon des vérifications poppériennes.

120Dans cette perspective, citer Thucydide c’est donc en partie adopter une position conservatrice en grammaire ancienne. C’est revenir, comme l’a peut-être fait Hérodien, à la vieille grammaire inductive, où l’autorité des textes des grands auteurs garantissait l’authenticité des usages et la rigueur des descriptions. C’est faire revenir la grammaire vers la philologie.

121Il n’en reste pas moins que, contrairement à Hérodote, Thucydide n’est jamais mentionné par Apollonios. Cela bien sûr ne prouve rien, puisque beaucoup de textes du génial inventeur de la syntaxe ont disparu. Mais je voudrais faire pour terminer une suggestion dont le lecteur s’amusera comme il veut. Il me semble qu’il y a un parallélisme à faire entre l’usage de la raison chez l’historien et l’importance du raisonnement grammatical chez le grammairien. On peut alors se demander si Apollonios n’a pas voulu se donner la posture d’un Thucydide grammairien. Taire l’historien pour en récupérer la voix.

122Au terme de ce parcours, il apparaît que la présence et l’absence de Thucydide dans les textes grammaticaux ne sont pas dues au hasard. La plus grande surprise de ce travail c’est que le prestige de l’historien explique autant l’une que l’autre. Car c’est la conception de la grammaire qui est à la base de cette divergence entre les grammairiens. Quand la grammaire reste l’auxiliaire de la philologie, le lexique reste le support principal de la description grammaticale. Il est alors naturel que l’autorité d’un grand historien soit invoquée, à la frontière du linguistique et de l’encyclopédique, d’autant plus que, comme le montrent les passages des textes grammaticaux où Thucydide est cité, l’histoire, au sens antique, devait relever d’un territoire proportionnellement aussi décalé que celui de la philosophie, ou celui de la grammaire elle-même. Inversement, quand la grammaire s’oriente vers le statut d’une discipline plus scientifique et plus autonome, le recours au lexique et l’évocation de problèmes encyclopédiques sont plutôt rares. A ce propos, plusieurs textes d’Apollonios Dyscole rappellent que l’ordre grammatical est distinct de l’ordre du monde de référence. D’autre part, comme on l’a vu, dans cette nouvelle grammaire, les exemples tendent à se polariser soit sur les textes poétiques, combinant toutes sortes de particularités dialectales ou autres, soit sur l’usage courant, qui en vient à concurrencer la référence aux textes de prose. Ce n’est pas le moindre paradoxe de cette évolution, au sens historique précisément, que le fils d’Apollonios Dyscole, Hérodien, ait été du côté des Anciens, quand son père conserve aujourd’hui toute sa place au milieu des Modernes.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Apollonios Dyscole (1997) : De la construction (syntaxe), trad. et notes de Jean Lallot, Paris.

Grammatici Graeci, II, I-III, (1898-1910) : Apollonii Dyscoli quae supersunt, éd. Schneider/Uhlig, Leipzig, Teubner.

Ildefonse, Fr. (1997) : La naissance de la grammaire en Grèce, Paris.

Lallot, J. (1998) : La grammaire de Denys le Thrace, Paris.

Thesaurus Linguae Graecae, University of California, Irvine.

Notes

1 Je remercie les organisatrices du colloque, Valérie Fromentin et Sophie Gotteland, de m’avoir proposé d’y participer.

2 Autre référence du même genre : Herennius Philo de diversis verborum significationibus, 164 14.

3 Philoxène d’Alexandrie, ier siècle avant notre ère.

4 Héraclide le Jeune ier siècle.

5 Voir le livre de Frédérique Ildefonse (1997).

6 Voir Lallot 1998.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540