Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

Lucien et Thucydide

Alain Billault

Texte intégral

  • 1 2.1.21-24.
  • 2 Somn., 10-12.
  • 3 Thc. 4.104 sq.
  • 4 Je me réfère à l’édition de Macleod 1972-1987.

1Dans Le songe ou la vie de Lucien, Lucien raconte comment deux femmes, la Statuaire (Hermogluphikè) et la Culture (Paideia), lui sont apparues en songe et ont tenté chacune de l’attirer à elle. L’exactitude autobiographique de ce texte, où l’on reconnaît une variation sur le thème de l’apologue de Prodicos rapporté par Xénophon dans les Mémorables1, ne peut être évaluée avec certitude. Cependant, on doit constater qu’une des promesses par lesquelles Paideia finit par convaincre Lucien de la suivre a été réalisée. Paideia lui avait, en effet, promis de lui révéler les actions et les œuvres admirables des grands personnages d’autrefois et de le faire vivre, même après sa mort, dans la compagnie de l’élite des hommes de culture2. Or Lucien a rejoint aujourd’hui, dans l’histoire de la littérature, les auteurs classiques grecs qu’il avait lus de son vivant et mis à contribution de bien des manières dans ses œuvres. Parmi eux, Thucydide occupe une place non négligeable, mais qui est loin d’être la première. Lucien ne fait jamais allusion à son activité politique ni à son rôle comme stratège pendant la guerre du Péloponnèse3. Il le considère exclusivement comme historien. Il se réfère à lui seize fois, ce qui place l’Athénien, dans la catégorie des historiens, loin derrière Hérodote sollicité soixante-dix fois, mais devant Xénophon mentionné neuf fois, Théopompe quatre fois, Timée deux fois et Polybe une fois4. Cette présence de Thucydide prend un relief particulier dans le traité Comment il faut écrire l’histoire. Monique Trédé en a fort bien parlé. Aussi le laisserai-je de côté pour m’intéresser aux autres œuvres de Lucien où Thucydide apparaît sous des formes diverses, qu’il s’agisse de citations ou de références implicites ou explicites. Ces apparitions suscitent bien des questions. Elles dessinent le rôle particulier d’un auteur et d’une œuvre que Lucien admirait et qu’il continue à faire vivre à sa façon.

  • 5 Philops., 6.
  • 6 2.50.1.
  • 7 Merc. cond., 9.
  • 8 5.74.1 et 7.86.5.
  • 9 Patr. enc., 10.
  • 10 1.2.5.

2Lucien cite Thucydide dans des contextes très divers. Ces citations sont parfois accompagnées du nom de l’historien. Elles sont brèves et consistent, en général, dans l’insertion de quelques mots de Thucydide à l’intérieur d’une phrase. Elles ne se présentent pas sous la forme d’éléments hors texte que Lucien aurait choisi de mettre en relief comme des corps étrangers à son œuvre. Au contraire, il les y intègre. Par exemple, dans Les amis du mensonge, Tychiadès se rend au chevet d’Eucratès malade. Il est content de constater que ce dernier va mieux et que “sa maladie faisait partie des maladies courantes”5. Ces mots sont la reprise inversée d’une phrase de Thucydide qui note, à propos de la peste d’Athènes, que la maladie “était sans rapport avec les maux courants”6. On a donc affaire à une citation avec variation. Lucien ne la signale pas comme telle. Il ne l’utilise pas pour donner à son récit un éclairage particulier. Il ne veut établir entre la maladie d’Eucratès et la peste d’Athènes aucun autre lien que cette citation qu’il destine au lecteur cultivé et assez familier de Thucydide pour pouvoir la reconnaître au premier coup d’œil. Il l’appose sur sa propre phrase comme un signe discret susceptible de créer une connivence tacite entre lettrés. On pourrait en dire autant pour une autre citation qu’on trouve dans Sur les salariés des grands, mais il s’y ajoute cette fois un rapport d’analogie. Après que Lucien a exposé les motifs qui poussent certains intellectuels à devenir les domestiques de personnages riches et puissants à qui ils procurent une respectabilité culturelle, il en vient aux conséquences fâcheuses de ce choix pour les intéressés. Entre les deux étapes de son propos, il ménage une transition en écrivant que les raisons de ces esclaves volontaires sont “celles qu’il vient de dire ou en sont très proches”7. Cette expression se rencontre deux fois chez Thucydide, à propos du déroulement de la bataille de Mantinée et des causes de la mort de Nicias8. Lucien la reprend dans un contexte différent, mais s’en sert pour suggérer une fatalité analogue. Il crée un écho verbal dont il escompte qu’il sera entendu par les connaisseurs et compris par eux comme le signe d’un rapprochement : la perte des intellectuels asservis à de grands personnages n’est pas moins assurée que ne le fut celle du stratège athénien en Sicile. De même, dans l’Éloge de la patrie, il adresse aux connaisseurs une autre citation de Thucydide. Il affirme, en effet, que ceux pour qui la patrie est une mère aiment la terre où ils sont nés et qui les a nourris, même si elle est petite, rude et maigre (leptogéôn)9. Thucydide emploie ce dernier adjectif dans l’Archéologie10 pour qualifier le sol de l’Attique dont il note que l’aridité empêcha les habitants de s’abandonner à des rivalités internes et garantit la stabilité de la population. Cette assertion géopolitique circonstanciée se transforme chez Lucien en principe psychologique et moral : on aime sa patrie même si elle est pauvre. Lucien s’éloigne donc de Thucydide, mais revendique pourtant son patronage en reprenant l’un de ses mots qu’il adresse comme un clin d’œil aux lecteurs de l’historien. Il utilise ce mot comme une invocation d’autorité censée légitimer son propos qu’il apparente à celui de Thucydide, même s’il est en fait très différent. Il cherche à se placer sur le même plan que l’Athénien. Il a une intention analogue dans les Histoires vraies : après que les Sélénites ont été mis en fuite par les Héliotes, il écrit :

  • 11 V. H. 1.17.
  • 12 7.55.1.
  • 13 V. H. 1.20.
  • 14 4.69.3.

3“Quand la déroute fut évidente…”11, expression qui rappelle celle qu’emploie Thucydide pour évoquer une grande victoire des Syracusains sur les Athéniens commandés par Démosthène : “Cependant, la victoire était acquise aux Syracusains, évidente cette fois”12. De même, chez Lucien, les Sélénites prisonniers sont relâchés par les Héliotes “chacun moyennant une somme convenue”13. On trouve presque les mêmes mots chez Thucydide qui rapporte les termes d’un accord entre les habitants de Nisée et les Athéniens qui les assiégeaient : “chacun pouvait, rendant ses armes, se libérer moyennant une certaine somme d’argent”14. Dans les deux cas, Lucien cite avec quelques variations les mots de Thucydide dont il espère qu’ils seront reconnus par les lecteurs. Ces derniers pourront ainsi comprendre son intention. Lucien veut, en effet, raconter la guerre des Héliotes contre les Sélénites à la manière de l’historien athénien et donner à son récit l’allure d’un pastiche discret teinté d’humour. Les citations de Thucydide concourent à cette entreprise. Dans Alexandre ou le faux prophète, le pastiche cède la place à l’ironie polémique.

  • 15 Alex., 7.

4Lucien raconte dans cette œuvre l’histoire de l’oracle du serpent Glykon à Abonouteichos comme celle d’une escroquerie à grande échelle. La première étape de cette escroquerie a consisté pour ses artisans, Alexandre et son complice, à se procurer en Macédoine un serpent apprivoisé. Relatant cette acquisition, Lucien écrit : “Et, selon l’expression de Thucydide, ici commence dès lors la guerre”15. Ces mots ouvrent le livre II de La guerre du Péloponnèse. Lucien les reprend sans introduire cette fois la moindre variation et en mentionnant le nom de l’historien. C’est qu’il veut que le caractère sarcastique de cette référence ne puisse échapper à personne. De même qu’il écrit contre un Alexandre à tous égards misérable une biographie à charge qui est comme le négatif de tous les récits composés pour célébrer les vertus et les exploits d’Alexandre de Macédoine, de même, il présente les manigances de l’escroc d’Abonouteichos comme une guerre que ce dernier va livrer et gagner en exploitant la crédulité des hommes. Ce sera une guerre sans héroïsme et vile, à son image. Lucien utilise donc avec ironie les mots de Thucydide comme un instrument polémique, puisqu’ils suggèrent un rapprochement révélateur de l’ignominie d’Alexandre. Il se sert, de la même manière et à des fins analogues, d’une autre référence dans un autre pamphlet, Le maître de rhétorique.

  • 16 Rh. Pr., 1.
  • 17 2.60.5.
  • 18 Salt., 36.

5Dans ce pamphlet, un maître peu regardant sur les moyens promet à un disciple qui veut devenir sophiste que, s’il suit ses conseils, il deviendra “très rapidement un homme habile à juger ce qu’il faut faire et à le faire comprendre”16. Ce sont les mots que, chez Thucydide, Périclès emploie à son propre sujet devant les Athéniens qui le critiquent. Il leur déclare, en effet, qu’il n’est inférieur à personne “pour juger ce qu’il faut faire et pour le faire comprendre”17. À une lettre près, tauta au lieu de auta, Lucien cite littéralement Thucydide. Cette précision accentue l’ironie de son propos. Le maître de rhétorique, adepte du succès facile fondé sur l’ignorance et sur l’esbroufe, ne risque pas de transformer son disciple en un nouveau Périclès. En lui prêtant les mots de ce dernier, Lucien met en lumière son imposture en même temps que la décadence d’une certaine rhétorique qui se pare des grands exemples et des grands mots du passé pour tenter de dissimuler sa misère intellectuelle et morale. Mais cette même citation peut aussi servir à un éloge. En effet, dans le traité Sur la danse, lorsque Lykinos définit le métier de mime comme un art de la mémoire et de l’expression et affirme que le danseur possède les vertus nécessaires à sa pratique, il ajoute : “Et ce que Thucydide a dit justement au sujet de Périclès en louant cet homme, ces mots peuvent aussi constituer l’éloge suprême pour le danseur : juger ce qu’il faut faire et le faire comprendre”18. Lucien utilise donc la même citation, mais dans une intention tout à fait différente. Il l’accompagne d’une inexactitude qui en accroît encore le poids puisqu’il présente comme un éloge de Thucydide les paroles que celui-ci prête à Périclès. Sur le fond, il n’est pas douteux que l’historien y souscrit, mais Lucien les lui attribue afin d’utiliser son autorité personnelle pour la défense de l’art du mime. Il prend ainsi une liberté à l’image de celle qu’il montre dans sa pratique citationnelle.

6Celle-ci se nourrit d’une connaissance directe de l’œuvre de Thucydide, comme le montre la variété des passages cités. Il est très improbable que Lucien les ait trouvés dans un recueil de morceaux choisis. D’autre part, Lucien cite Thucydide aussi bien pour établir avec le public cultivé un lien de connivence que pour se faire comprendre. Il transforme l’historien en complice de ses intentions de moraliste, de pasticheur, de polémiste ou de panégyriste. Il donne à ses mots un nouveau contexte et une nouvelle portée. En les citant, il n’en devient pas le prisonnier, il les métamorphose à sa guise, mais il se sert de l’autorité qui leur vient de leur origine. Il se montre tout aussi libre et astucieux lorsque, sans citer Thucydide, il se réfère pourtant à lui.

  • 19 Anach., 20.
  • 20 7.77.7.
  • 21 v. 54-57.
  • 22 v. 739.

7Ses références implicites à La guerre du Péloponnèse sont relativement rares. Dans l’Anacharsis19, il prête à Solon une réflexion censée instruire le voyageur scythe de l’idée que les Athéniens se font d’Athènes. Pour eux, dit Solon, la cité n’est pas composée des bâtiments qu’on y trouve, mais des hommes qui l’habitent. On rencontre cette idée chez Thucydide20 dans la bouche de Nicias qui harangue les Athéniens avant une bataille en Sicile. On la rencontre aussi au début de l’Œdipe roi de Sophocle21, lorsque le prêtre vient supplier Oedipe de sauver les Thébains accablés par une épidémie. Sophocle en exprime d’ailleurs l’envers dans Antigone22 : Hémon, affrontant l’autorité obstinée de son père Créon, lui lance qu’il vaudrait mieux pour lui régner seul sur un pays désert. Que Sophocle et Thucydide expriment la même idée n’est sans doute pas dû au hasard. Lucien se référe probablement à l’historien puisqu’il fait, comme lui, parler un homme d’État athénien et non un prêtre thébain. Mais cette référence reste implicite comme l’anachronisme apparent qu’elle implique, puisque Lucien fait parler Solon comme Nicias.

  • 23 V. H. 1.19.
  • 24 1.31-43.
  • 25 1.44.1.
  • 26 3.6.
  • 27 3.37-48.
  • 28 3.49.

8L’anachronisme n’est pas moindre dans les Histoires vraies lorsque Lucien introduit, dans son récit de la guerre entre les Sélénites et les Héliotes, des péripéties qui rappellent certains épisodes de La guerre du Péloponnèse. Ainsi, après que, pour le compte des Sélénites, Endymion a demandé la paix à Phaéthon, les Héliotes réunis en assemblée refusent. Ensuite, lors d’une seconde assemblée, ils changent d’avis et acceptent23. Cette séquence rappelle chez Thucydide celle qui marque le conflit entre Corcyre et Corinthe24. Corcyre, menacée par Corinthe, demande à conclure une alliance avec les Athéniens. Les Corinthiens envoient à ces derniers une ambassade qui les invite à rejeter la demande des Corcyréens. Dans une première assemblée, les Athéniens penchent en faveur de Corinthe mais, le lendemain, ils changent d’avis et concluent avec les Corcyréens un accord défensif25. D’autre part, on retrouve un retournement analogue dans l’affaire de la défection de Mytilène : l’assemblée athénienne commence par condamner à mort tous les Mytiléniens adultes et par ordonner qu’on vende comme esclaves les femmes et les enfants26. Mais, le lendemain, les Athéniens veulent revenir sur leur décision. Le débat reprend à l’assemblée. À Cléon qui préconise le maintien de la décision prise s’oppose Diodote qui veut qu’elle soit rapportée27. Au terme de la discussion, les Athéniens donnent raison à Diodote par une courte majorité et les Mytiléniens sont sauvés de justesse du massacre auquel ils étaient promis28. Lequel de ces deux épisodes a-t-il inspiré Lucien ? On ne peut le dire, mais peut-être ne faut-il pas poser ainsi la question. Lucien a fort bien pu, sans se référer à la teneur de ces deux passages, ne retenir que la séquence dramatique qu’ils ont en commun parce qu’elle lui semblait appropriée à son récit. Dans ce cas, s’il se réfère encore à Thucydide, ce n’est pas pour lui emprunter une idée, mais pour reproduire un scénario. Cependant, les deux auteurs ne se trouvent pas dans la même situation. Lucien est maître du cours de son récit alors que Thucydide ne l’est pas, puisqu’il doit raconter les événements comme ils se sont produits. Mais Lucien est libre de se référer discrètement à Thucydide pour donner à cet épisode des Histoires vraies cette allure de pastiche dont nous avons déjà parlé. Il escompte que les connaisseurs reconnaîtront cette référence, comme dans le cas du discours de Nicias. Mais il lui arrive aussi d’être plus clair en procédant à des références explicites.

  • 29 Pro lapsu. 3.
  • 30 7.11.15.

9Ces références explicites ne sont pas toujours accompagnées du nom de Thucydide. Lucien l’omet lorsqu’il estime qu’elles sont assez claires par elles-mêmes pour que nul ne puisse s’y tromper. C’est le cas dans Sur une faute commise en saluant que Lucien écrit pour se consoler d’avoir fait une erreur en saluant un ami. Il examine d’abord la signification de la salutation initiale et finale, puis il en vient aux débuts de lettres. Il donne deux exemples29 : d’abord, la lettre écrite aux Athéniens par Cléon après la prise de Sphactéries et où le stratège commence par les saluer avant de leur annoncer la bonne nouvelle. Thucydide ne cite pas cette lettre dont Lucien, dans l’état actuel de nos connaissances, est le seul à parler. Il donne ensuite un second exemple de lettre qui est, celui-là, bien attesté chez Thucydide. Il s’agit d’une lettre de Nicias aux Athéniens pendant l’expédition de Sicile. Lucien note que Nicias s’en tient aux habitudes anciennes et en vient immédiatement, sans salutation préalable, à l’exposé de la situation militaire. Sa remarque correspond au récit de Thucydide qui reproduit cette lettre30. Celle-ci consiste en un rapport lu par un greffier devant l’assemblée. Lucien s’y réfère explicitement comme à un document épistolographique qui lui sert à réfléchir au genre de la lettre et auquel il ne fait subir aucune altération. S’il ne mentionne pas Thucydide, c’est parce qu’il est certain qu’on reconnaîtra cette référence à l’œuvre de l’historien.

  • 31 Par., 48.
  • 32 6.54.2.

10Il le cite, en revanche, dans Le parasite. Dans ce texte, Simon fait l’éloge du parasitisme et le présente comme un art que beaucoup d’autres ont pratiqué avant lui. Il rappelle le souvenir de ses devanciers. Parmi eux, il mentionne Aristogiton qu’il décrit comme un homme du peuple pauvre, “comme le dit Thucydide”31, qui était à la fois le parasite et l’amant d’Harmodios. En réalité, si Thucydide désigne, en effet, Aristogiton comme l’amant d’Harmodios32, il ne le présente ni comme un homme pauvre ni comme un parasite. Simon se réfère donc à Thucydide en déformant son récit. Il y ajoute deux éléments, la pauvreté et la condition de parasite, qui ne s’y trouvent pas. Cet abus est bien dans la manière de ce personnage à l’éloquence péremptoire tout occupé à célébrer sa profession. Sa référence explicite à Thucydide renvoie donc à son propre caractère. Lucien lui a délibérément fait proférer une inexactitude pour que le lecteur comprenne bien à quel genre d’homme il a affaire. En fait, chez Lucien, les références à Thucydide dénotent autant le caractère des personnages qu’elles illustrent la place de l’historien dans la culture des lettrés au iie siècle de notre ère.

  • 33 Nav., 3.
  • 34 1.6.3.

11On le voit bien dans Le navire ou les souhaits où Timolaos remarque, au sujet d’un jeune et beau marin égyptien aux cheveux longs embarqué sur le navire qui vient d’accoster, qu’en Égypte, les cheveux longs sont un signe de noblesse pour les jeunes gens. En Grèce, ajoute-t-il, c’était autrefois le contraire : les hommes âgés portaient les cheveux longs et les enroulaient autour d’une cigale d’or. Samippos lui répond aussitôt : “Tu fais bien, Timolaos, de nous rappeler l’œuvre de Thucydide, ce qu’il a dit dans son préambule au sujet de notre raffinement de jadis qu’on observa chez les Ioniens lorsque les gens de ce temps-là partirent fonder ensemble des colonies”33. Samippos se réfère à un passage de l’Archéologie34 où Thucydide explique qu’à un moment donné, les Athéniens renoncèrent à porter des armes comme les autres Grecs et adoptèrent un mode de vie plus raffiné. Ils se mirent ainsi à revêtir de longues robes de lin et à porter les cheveux longs enroulés autour de cigales d’or. Cette mode se développa dans les classes supérieures de la société dont les membres avaient des parents partis en Ionie et qui l’adoptèrent à leur tour. Thucydide précise même qu’elle persistait encore peu de temps avant l’époque où il écrit. Pour Lucien, elle appartient à un passé lointain duquel il rapproche un présent à la fois analogue et différent. Il met à contribution Thucydide pour légitimer ce rapprochement d’abord énoncé par Timolaos, puis confirmé par Samippos. La précision de la référence montre la culture littéraire de Samippos tout comme celle de Timolaos, car Samippos ne doute pas que ce dernier n’ait pensé à Thucydide lorsqu’il rappelait cette vieille coutume athénienne. Lucien met donc en scène un dialogue entre lettrés et entend le signaler au lecteur dès le début par un échange où se rencontrent le goût de la beauté, le savoir et l’esprit. Timolaos, partant de la beauté du marin égyptien, élargit son propos que Samippos complète en se référant à Thucydide. Celui-ci apparaît comme le trésorier des nobles usages de la Grèce d’autrefois et comme un auteur classique dont la connaissance est partagée par les gens cultivés, ce qui signifie qu’elle est requise pour quiconque prétend faire partie de leur milieu.

  • 35 Adv. ind., 4.
  • 36 1-3.
  • 37 Voir Thomas 2000, 20 ; Flower & Marincola 2002, 3.
  • 38 Voir Pernot 2006, 64-68.
  • 39 Dem., 9-10.
  • 40 Thuc., 53.
  • 41 Thuc., 53.1. Je cite la traduction d’Aujac 1991.
  • 42 Pomp., 3.20.

12Lucien confirme qu’il en va bien ainsi dans Contre un bibliomane ignorant. Ce bibliomane espère dissimuler son inculture complète en achetant un grand nombre de livres et en faisant semblant de les lire. Pour Lucien, il peut bien posséder ces livres, mais il ne saurait les lire avec profit étant donné son ignorance. Lucien ne nomme pas l’homme à qui il s’en prend si bien que, comme Le pseudologiste, Contre un bibliomane ignorant appartient à la catégorie des pamphlets énigmatiques. Lucien a-t-il inventé ce personnage pour symboliser certaines comédies liées à la vie culturelle de son temps, et peut-être même de tous les temps ? Quoi qu’il en soit, dès le début, il ne lui laisse aucun espoir. Ce bibliomane ne passera jamais pour un lettré, même s’il possède dans sa bibliothèque les œuvres des auteurs classiques : “Garde dans ta collection tous les fameux manuscrits de Démosthène que l’orateur a écrits de sa propre main et toutes les œuvres de Thucydide provenant de Démosthène qu’on a découvertes et qui ont été huit fois recopiées par lui”35. Pour Lucien, la culture littéraire n’est pas une affaire de quantité. Or c’est ce que le bibliomane se figure, rajoutant ainsi le ridicule à l’imposture. Aussi entasse-t-il les livres chez lui. Possède-t-il vraiment ceux que cite Lucien, ou s’agit-il d’une éventualité évoquée sur le mode affirmatif à des fins polémiques ? En tout cas, la mention de ces livres est très instructive. D’abord, elle nous renseigne sur la bibliothèque d’un lettré telle qu’on la conçoit au iie siècle de notre ère : Démosthène et Thucydide doivent y figurer en bonne place. Ils connaissent donc, sous l’Empire, une postérité brillante. Ensuite, Lucien associe les deux auteurs d’une façon inédite en affirmant que Démosthène avait recopié huit fois l’œuvre de Thucydide. D’un point de vue bibliophilique et même, sans doute, d’un point de vue financier, la possession de ces copies pouvait constituer une grande richesse. Mais c’est surtout leur existence même qui retient l’attention. Dans l’état actuel de nos connaissances, Lucien est le premier auteur à en faire état. Il n’indique pas d’où lui vient cette information. Il la mentionne en passant comme un fait bien connu. On trouve un cas analogue dans Hérodote ou Aétion36 où Lucien écrit que l’historien d’Halicarnasse avait lu des extraits de son Enquête devant les Grecs rassemblés à Olympie pour les jeux et qu’il était ainsi devenu célèbre dans toute la Grèce. Or Lucien est le premier auteur à mentionner cet épisode et il ne dit rien de ses sources. Qu’il en soit le premier témoin connu n’implique pas qu’il faille mettre en doute cet événement. Il n’est pas invraisemblable qu’Hérodote ait pu lire des extraits de son Enquête à Olympie, même si l’on peut douter que cette lecture ait suffi à le rendre célèbre37. On pourrait en dire autant de l’affirmation de Lucien relative à Démosthène. Mais celle-ci soulève des questions historiques plus importantes que les débuts de la carrière d’Hérodote tels que Lucien les relate. Pourquoi, en effet, Démosthène aurait-il recopié huit fois La guerre du Péloponnèse ? Voulait-il s’imprégner des nombreux discours qu’on y trouve afin de pouvoir en nourrir sa propre éloquence ? Était-ce pour lui un moyen d’assimiler les leçons que l’historien tire des événements, en particulier au sujet de l’exercice de la puissance impériale et du gouvernement de la cité, et donc une étape dans le développement de sa réflexion et de son action d’homme public ? Démosthène était-il donc l’héritier de Thucydide en matiète oratoire comme en matière politique ? C’est bien ce que Lucien laisse penser. Il s’inscrit ainsi dans une tradition importante qui place, à l’époque impériale, l’œuvre et la vie de Démosthène sous le patronage de Thucydide38. Denys d’Halicarnasse s’en fait le porte-parole. Dans son Démosthène39, il affirme, en effet, que Démosthène a imité le style de Thucydide en évitant la franchise et la simplicité dans l’expression et en s’éloignant d’un usage ordinaire du langage. Dans son Thucydide40, il va encore plus loin et soutient qu’en imitant Thucydide, Démosthène a enrichi la prose oratoire de qualités qu’elle ne possédait pas, “la rapidité, la densité, la tension, le mordant, l’âpreté, enfin la virtuosité véhémente qui suscite l’émotion”41. Enfin, dans la Lettre à Pompée Géminos42, il écrit que l’orateur a même cherché à égaler l’historien dans le domaine de l’invention rhétorique. Une telle émulation supposait une parfaite connaissance de La guerre du Péloponnèse. Cette connaissance a-t-elle pris la forme indiquée par Lucien ? La précision qu’il donne et qu’on ne retrouve pas dans l’Éloge de Démosthène, dont l’authenticité est d’ailleurs discutée, dépasse le cas du bibliomane, même si elle contribue à son portrait. Elle touche à l’histoire de l’éloquence grecque et à l’histoire politique athénienne. Elle présente Thucydide comme une source majeure de Démosthène. Pour Lucien, Thucydide n’est donc pas un grand nom vide de sens et destiné à faire illusion, comme le voudrait sans doute le bibliomane. Il est l’auteur d’une œuvre majeure dont la substance est précieuse même pour les grands hommes puisque certains, comme Démosthène, s’en sont nourris. On en a la confirmation dans le Lexiphane.

  • 43 Lex., 22.

13Dans le Lexiphane, Lykinos fixe à Lexiphane un programme de lecture qui lui permettra d’acquérir une véritable réputation d’orateur en s’écartant des effets faciles et de l’éclat superficiel où son éloquence se complaît43. Ce programme comporte plusieur étapes. Lykinos recommande d’abord la lecture des poètes, puis celle des orateurs et enfin, après celle des tragédies et des comédies, celle de Thucydide et de Platon. Il place donc l’historien au premier rang de l’excellence littéraire. Thucydide partage cette place avec Platon. Ce sont deux auteurs dont les œuvres ne retiennent pas seulement l’attention par leur apparence, mais comportent un véritable contenu. La richesse de ce contenu les situe à l’opposé de Lexiphane, littéralement “celui qui fait montre de son langage”, et de son éloquence ostentatoire et colorée, mais fragile dont Lykinos compare l’intérieur d’argile à celui des poupées fabriquées par les coroplastes. C’est une manière pour Lykinos de suggérer a contrario la teneur compacte et solide des œuvres de Thucydide et de Platon. Si l’on admet que Lykinos est un des doubles de Lucien, alors c’est bien l’opinion de ce dernier qu’il exprime. Lucien admire Thucydide et considère son œuvre comme un sommet de la littérature grecque. C’est pourquoi il l’utilise souvent.

  • 44 Jud. voc., 9.

14Qu’il cite Thucydide ou se réfère à lui, sa démarche n’est jamais gratuite. Elle l’aide à établir une connivence avec les lecteurs cultivés et à leur faire comprendre ses intentions. Celles-ci sont aussi diverses que les formes prises par les mentions de l’historien. Lucien ne se sert pas de Thucydide comme d’un ornement superficiel. Il recourt à lui comme à une autorité dont la présence révèle le caractère de certains personnages, soulève des questions historiques et nous renseigne sur la hiérarchie des valeurs culturelles à l’époque impériale. Lucien montre ainsi sa familiarité avec l’œuvre de Thucydide, une familiarité qui s’accommode de critiques humoristiques. Dans Le jugement des voyelles44, le sigma, plaidant sa cause, se plaint d’avoir été évincé par le xi qui avait pour allié le sungrapheus Thucydide. Avec un pareil soutien, en effet, le xi ne pouvait que vaincre. En protestant, le sigma reconnaît en fait la supériorité de Thucydide que Lucien, par ses citations et ses références, proclame avec constance. Ce réemploi occasionnel de La guerre du Péloponnèse constitue pour Thucydide une forme originale de survie. Quant à Lucien, s’il a expliqué comment il faut écrire l’histoire, il a aussi montré comment on peut écrire avec Thucydide.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aujac, G., éd. (1991) : Denys d’Halicarnasse. Opuscules rhétoriques, IV, Paris.

Flower, M. A. et J. Marincola, éd. (2002) : Herodotus. Histories Book IX, Cambridge.

MacLeod, M. D., éd. (1972-1987) : Luciani Opera, Oxford.

Pernot, L. (2006) : L’ombre du tigre, Naples.

Thomas, R. (2000) : Herodotus in Context : Ethnography, Science and the Art of Persuasion, Cambridge.

Notes

1 2.1.21-24.

2 Somn., 10-12.

3 Thc. 4.104 sq.

4 Je me réfère à l’édition de Macleod 1972-1987.

5 Philops., 6.

6 2.50.1.

7 Merc. cond., 9.

8 5.74.1 et 7.86.5.

9 Patr. enc., 10.

10 1.2.5.

11 V. H. 1.17.

12 7.55.1.

13 V. H. 1.20.

14 4.69.3.

15 Alex., 7.

16 Rh. Pr., 1.

17 2.60.5.

18 Salt., 36.

19 Anach., 20.

20 7.77.7.

21 v. 54-57.

22 v. 739.

23 V. H. 1.19.

24 1.31-43.

25 1.44.1.

26 3.6.

27 3.37-48.

28 3.49.

29 Pro lapsu. 3.

30 7.11.15.

31 Par., 48.

32 6.54.2.

33 Nav., 3.

34 1.6.3.

35 Adv. ind., 4.

36 1-3.

37 Voir Thomas 2000, 20 ; Flower & Marincola 2002, 3.

38 Voir Pernot 2006, 64-68.

39 Dem., 9-10.

40 Thuc., 53.

41 Thuc., 53.1. Je cite la traduction d’Aujac 1991.

42 Pomp., 3.20.

43 Lex., 22.

44 Jud. voc., 9.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540