Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

La condamnation du μυθῶδες par Thucydide et sa postérité dans l’historiographie grecque

Suzanne Saïd

Texte intégral

  • 1 Hdt. 2.23 : Ὁ δὲ περὶ τοῦ Ὠκεανοῦ λέξας ἐς ἀφανὲς τὸν μῦθον ἀνενείκας οὐκ ἔχει ἔλεγον.
  • 2 Hdt. 2.45.1 Λέγουσι δὲ πολλὰ καὶ ἄνεπισκέπτως οἱ Ἕλληνες' εὐτῶν καὶ ὅδε ὁ μῦθός ἐστι τὸν περὶ τοῦ (...)
  • 3 West 2002.

1L’enquête sur le passé s’accompagne dès le début d’une mise en question de la tradition orale et des poètes. Les Généalogies d’Hécatée comme les Histoires d’Hérodote marquent l’émergence d’un regard critique et d’une distance par rapport à la tradition poétique. Ainsi Hérodote critique le poète qui le premier a parlé de l’Océan et placé (littéralement ‘élevé’) son muthos dans le domaine de l’invisible, en excluant toute démonstration1. Il rejette également avec mépris un muthos stupide adopté sans examen préalable par les Grecs2. Il s’agit de l’histoire d’Héraclès qui, sur le point d’être sacrifié par les Égyptiens, aurait sauvé sa vie en tuant des milliers d’entre eux. Plus généralement il se livre dans son ouvrage à ce que S. West a appelé une ‘démythologisation’3systématique.

  • 4 Hume dans son essai “Of the populousness of Ancient Nations” 1741 cité par Williams 2004, 151.
  • 5 Thc. 1.21. καὶ οὔτε ὡς ποιηταὶ ὑμνήκασι περὶ αὐτῶν ἐπὶ τὸ μεῖζον κοσμοῦντες μᾶλλον πιστεύων, οὔτε (...)
  • 6 Walbank 1960 (1985), 229 remarque justement que ce mot ne condamne pas seulement, comme le pensait (...)
  • 7 Thc. 1.22.4 καὶ ἐς μέν ἀκρόασιν ἴσως τὸ μὴ μυθῶδες αὐτῶν ἀτερπέστερον φανεῖται· ὅσοι δὲ βουλήσοντα (...)
  • 8 Williams 2004, 164-166.

2Mais c’est à Thucydide qu’il faut attribuer, si l’on en croit David Hume, le début de la véritable histoire : “The first page of Thucydides is, in my opinion, the commencement of real history. All preceding narrations have been so intermixed with fable, that philosophers ought to abandon them, in a great measure, to the embellishment of poets and orators”4. De fait c’est dans l’Histoire de la guerre du Péloponnèse qu’on trouve pour la première fois un mot formé sur le thème muth- avec un sens nettement négatif. Dans les remarques programmatiques du livre I, l’adjectif muthodes en 21.1 condamne les versions “fabuleuses” que les poètes et les auteurs de récits en prose donnent du passé le plus reculé. Car “les poètes ont célébré les faits en les parant de beautés qui les grandissent” et “les auteurs de récits en prose les ont disposés en cherchant l’agrément de l’auditoire plus que la vérité, proposant ainsi des récits non accompagnés de démonstration (un écho d’Hérodote 2.23) et pour la plupart élevés au rang de mythes privés de crédibilité du fait de leur distance temporelle”, tandis qu’on peut considérer comme “satisfaisantes” pour un passé reculé les conclusions qu’il propose, car elles sont fondées sur des “signes fort évidents”5. Un peu plus loin Thucydide oppose à celles des poètes et des mythographes sa propre version de l’histoire du passé qui par son absence de ‘”merveilleux”6 paraîtra sans doute moins plaisante, mais qui aura le mérite de la clarté (saphous) et de l’utilité (ophéleia)7. Le plaisir du conte se trouve ainsi sacrifié, comme l’a bien vu B. Williams8, à une vérité objective et universelle indépendante des préjugés d’un public donné.

  • 9 schol. ad Thuc. 1.22.4 : αἰνίττεται δὲ τὰ μυθικὰ Ἡροδότου.
  • 10 Marcellin., Vit. Thuc., 48. l. 2-3 : οὐ γὰρ ἐπετήδευσε τοῖξ ἅλλοις συγγραφεῦσιν οὐδὲ ἱστορικοῖξ, ο (...)
  • 11 Cf. Diod. 1.37.3. Voir aussi Str. 1.2.35C43 ; Phot., Bibl., 161 p. 104a.
  • 12 Plut., Thes., 17.3.
  • 13 frgt 1a Fowler (schol Ap. Rhod. 3.1177-87b).

3Les scholies tout comme le commentaire de Marcellinus dans sa Vie de Thucydide ne se sont sans doute pas trompés en pensant que la cible de Thucydide était d’abord Hérodote9 et plus largement “les logographes et les historiens” qui “ont mêlé des mythes à leurs histoires et ont recherché l’agrément plus que la vérité”10. S’il faut en croire Diodore, “Antiochus de Syracuse ou Hellanicos de Lesbos, Cadmos, et aussi Hécatée et tous les écrivains de ce genre auraient penché vers des affirmations fabuleuses”11. Ainsi Hellanicos aurait conservé, dans son Atthis12, le Minotaure de la légende et mentionné, dans sa Phoronis13, la légende des guerriers nés des dents du dragon semées par Cadmos.

  • 14 Th., 6.3.

4Le commentaire que Denys d’Halicarnasse fait de ce texte dans son Sur Thucydide semble lui aussi prouver que les mythes au sens où nous les entendons sont bien ici la cible de Thucydide. Denys loue en effet l’historien d’avoir “refusé d’insérer du muthodes dans son œuvre et de faire dévier son récit pour tromper et séduire le public (εἰς ἀπάτην καὶ γοητείαν τῶν πολλῶν ἐκτρέψαι τὴν γραφήν), comme l’avaient fait, avant lui, tous les auteurs qui peuplaient les forêts et les vallons de croquemitaines nés de la terre, qui imaginaient des Naiades amphibies, tout droit sorties du Tartare, que l’on voyait nager en haute mer, mi-femmes mi-poissons qui se seraient unies à des humains, qui parlaient de demi-dieux fruits des amours entre dieux et mortels, toutes fariboles auxquelles on ne peut plus croire de nos jours tant elles paraissent dénuées de sens (ἀπίστους τῷ καθ' ἡμᾶς βίῳ καὶ πολὺ τὸ ἀνόητον ἔχειν δοκούσας ἱστορίας)”14.

5Bref pour Thucydide le muthodes se confond avec le merveilleux, c’est-à-dire avec la partie du mythe qui résiste à l’historicisation et se trouve de ce fait exclue de l’archéologie.

  • 15 Bowersock 1994, 1 : “history was so encrusted with myth and legend that the Greeks and the Romans (...)

6Pour reprendre une image de G Bowersock15, le rôle de l’historien consisterait donc à traiter le document brut que constitue le mythe pour le débarrasser de sa gangue et atteindre le noyau de vérité qu’il recèle.

  • 16 Voir Thc. 2.102.5 : λέγεται (Alcméon), 4.24.5 ; Χάρυβδις κληθεισα (Charybde) ; 6.2.1 : παλαίτατοι (...)
  • 17 Voir Romilly 1956, 277 : “l’ensemble des légendes que retient Thucydide s’organise selon des schèm (...)
  • 18 Thc. 1.4.
  • 19 Thc. 1.9.2.
  • 20 Thc. 1.9.2.
  • 21 Thc. 1.9.3-4.
  • 22 Thc. 1.11.1-2. Voir Kallet 2001, 99.
  • 23 Thc. 2.29.2-3.

7Pour l’essentiel, la pratique de Thucydide correspond à sa théorie. S’il lui arrive de citer entre guillemets des mythes, tout en évitant le mot même de muthos qui n’est jamais attesté chez lui, ses citations sont soigneusement encadrées par des formules qui marquent la distance de l’historien par rapport aux légendes rapportées par les poètes16. Dans l’Archéologie, il se livre à une révision radicale des mythes qu’il interprète en fonction de l’expérience la plus contemporaine17 : Minos devient le prototype de la thalassocratie athénienne18, Pélops démontre l’importance de l’argent dans la conquête du pouvoir19, Atrée devient un démagogue20, Agamemnon, comme Athènes, doit le commandement des Achéens à la supériorité de ses forces plus qu’au serment prêté à Tyndare21 et l’explication de la longueur de la guerre de Troie est fondée sur l’expérience de l’expédition de Sicile22. Thucydide met même à profit une digression pour réécrire le célèbre mythe de Térée et de l’Athénienne Procné et le déplacer de la Thrace à la Daulide en s’appuyant sur un raisonnement de probabilité et une définition réaliste de l’alliance23.

  • 24 Gehrke 2001, 298.

8L’adjectif muthodes se retrouve, toujours avec une valeur péjorative, chez les historiens qui lui ont succédé. Je voudrais ici, en me fondant pour l’essentiel sur les occurrences de cet adjectif dans l’historiographie grecque jusqu’au traité de Lucien Comment il faut écrire l’histoire, m’interroger sur la réception de ce refus du mythique ; car, comme l’a bien souligné H. J. Gehrke24, l’historiographie grecque n’a jamais exclu par principe l’univers du mythe et de la légende. Elle a critiqué, rationalisé ou supprimé les éléments fabuleux, qui ne se prêtaient pas à vérification.

L’historiographie hellénistique avant Polybe

  • 25 Gabba 1981, 53.

9A l’exception de Polybe, l’historiographie hellénistique ne nous est connue qu’à travers des fragments et des témoignages indirects. Ils suffisent cependant pour marquer une évolution nette. Comme l’a bien souligné E. Gabba25, durant cette période “the mythical and legendary phases of Greek prehistory and protohistory with their store of divine and heroic genealogies, which had been eliminated from Thucydides history or used as evidence for purely human history, recovered a role and function in works of history”.

  • 26 Plut., Art., 6.9 : πολλάκις ὁ λόγος αὐτοῦ πρὸς τὸ μυθῶδες καὶ δραματικὸν ἐκτρεπόμενος τῆς ἀληθείας
  • 27 Phot., Bibl., 72 p. 45 Ἡ δὲ ἡδονὴ τῆς ἱστορίας αὐτοῦ τὸ πλειστον έν τῇ τῶν διηγημάτοῦ αὐτοῦ γίνετα (...)

10Les critiques comme les éloges décernés à Ctésias suggèrent en effet une rupture nette avec les principes de Thucydide. Ses Persika en 23 volumes qui couvrent l’histoire de la Perse de Ninus et Sémiramis jusqu’à 398/397 font en effet une large part aux légendes. Dans sa biographie d’Artaxerxès, Plutarque le condamne en effet pour avoir souvent sacrifié la vérité au merveilleux et au mélodramatique26, tandis que Photius loue pour les mêmes raisons le charme de son histoire. Celui-ci naît en effet d’une disposition des récits qui provoque l’émotion par maint revirements inattendus et des embellissements qui la rapprochent du merveilleux27.

  • 28 FrGrHist 328.11.
  • 29 Cf. Plut., Thes., 15.2.
  • 30 Cf. Plut., Thes., 14.

11Les mêmes Atthidographes qui rationalisent parfois le mythe continuent à faire une place au merveilleux. Démon, qui transforme le Minotaure en un général de Minos appelé Tauros, rapporte aussi le mythe des amours de Borée et d’Orythie28. Philochore, qui remplace le chariot ailé de Triptolème par un navire, conserve l’histoire du Minotaure29 ainsi que la légende d’Hécalè30.

  • 31 Cf. Clem. Al., Strom., 1.1.2.
  • 32 Cf. Diod. 5.3.1.
  • 33 Cf. Diod. 4.21.5.

12Timée multiplie les histoires merveilleuses31 pour créer une mythologie propres aux colonies occidentales : il déplace le cadre des légendes traditionnelles en Sicile ou en Italie (Enna devient ainsi le cadre du rapt de Coré32 et la bataille entre les Olympiens et les Géants se deroule dans la plaine de Cumes33) et fait passer par ces territoires des héros connus pour leurs voyages comme Héraclès, les Argonautes, Ulysse ou Diomède.

  • 34 Cf. Diod. 4.1.3.
  • 35 Cf. Str. 9.3.11-12 C 422.
  • 36 FrGrHist 70 fr. 31a.
  • 37 FrGrHist 70 fr. 31b.
  • 38 Str. 9.3.12 : συγχεῖν ἐβούλετο τόν τε ἱστορίας καὶ τὸν τοῦ μύθου τύπον.
  • 39 Theon, Prog., I 95-96 Spengel.

13Éphore, qui commence son histoire après le retour des Héraclides, se serait abstenu de traiter de la mythologie et des temps anciens34. Mais il fait parfois le contraire de ce qu’il a promis. S’il faut en croire Strabon35, après avoir blâmé les amateurs de mythologie et fait l’éloge de la vérité, “il montre un Apollon qui élimine Tityos et tue Python de ses flèches… Or que peut-il y avoir de plus fabuleux (μυθωδέστερον) qu’un Apollon qui lance des flèches, punit Tityos et Python, voyage d’Athènes à Delphes et parcourt toute la terre ?”. Malgré ses efforts pour rationaliser le mythe (en faisant de Python un homme cruel36 et de Thémis une simple mortelle37), il n’en est pas moins criticable, aux yeux du géographe pour “avoir voulu confondre mythe et histoire”38. Le même reproche lui est fait par Théon39 qui critique cette rationalisation du mythe et ajoute aux exemples donnés par Strabon la transformation des Géants en brigands et d’autres histoires semblables concernant Lycurgue, Minos, Rhadamante, ainsi que Zeus, les Courètes et d’autres personnages mythiques liés à la Crète.

  • 40 Cf. Ael., VH, 3.18 et Cic., Leg., 1.5.
  • 41 Pol. 38.6.

14Les Hellenika et les Philippika de Théopompe, qui traite, comme Thucydide, de l’histoire contemporaine sont eux aussi pleins de fables, s’il faut en croire Élien et Cicéron40, mais celles-ci, comme l’histoire de la rencontre de Silène et du roi Midas ou l’occupation de Chypre par Agamemnon, sont reléguées uniquement dans des digressions41.

  • 42 Phot., Bibl., cod. 250.
  • 43 Voir sur ce point Verdin 1990, 4-5 et la bibliographie rassemblée par lui dans la note 12 ainsi qu (...)
  • 44 Sur le traitement du mythe et de la poésie dans l’œuvre d’Agatharchide, voir Verdin 1990, Marcotte (...)
  • 45 Frgt 7 444a : Καὶ ταῦτα μὲν εἰς ἄπορον καταστρέφοντα δόξαν πολλαῖς καὶ τῶν γυναικῶν εὔλογον παραδί (...)
  • 46 Frgt 8 444a : πᾶς ποιητὴς ψυχαγωγίας [μᾶλλον] ἢ ἀληθείας ἐστὶ στοχαστής.
  • 47 Str. 1.2.3 c 15 : ποιητὴν πάντα στοχάζεσθαι ψυχαγωγίας, οὐ διδασκαλίας.
  • 48 Agatharchide frgt 8 : ὁ τὴν τῶν μυθοποιῶν ἐξουσίαν εἰς πραγματικὴν μετάγων ἐνάργειαν J’adopte ici (...)

15À l’époque hellénistique, c’est sans doute dans les fragments de l’œuvre d’Agatharchide de Cnide, en particulier dans le premier extrait de son traité Sur la mer rouge résumé par Photius42 (un résumé dont on s’accorde à reconnaître la fidélité43) qu’on retrouve, comme chez Thucydide un rejet total du fabuleux44. Dans une longue digression qui succède au rejet de l’explication ‘mythique’du nom de la mer Érythrée par Érythras fils de Persée, Agatharchide ne critique pas seulement la légende de Persée, il en profite aussi pour tourner en dérision toute une série de mythes héroïques du même genre qui présentent un caractère mensonger, car ils violent les lois de la nature et “aboutissent à des opinions sans issue et donnent justement à rire à plus d’une femme”45. Il critique aussi des récits qui portent atteinte à la majesté des dieux, leur attribuent des conduites immorales ou même les transforment en animaux et constituent autant de prodiges. Mais cette longue énumération est suivie d’une critique qui vise non pas la poésie en elle-même, car le poète a toute liberté pour créer des mythes étant donné qu’il a pour but la séduction plus que la vérité46 – un écho précis des paroles que Strabon prête à Ératosthène47 –, mais l’historien qui userait de la licence poétique pour représenter des faits de manière expressive48. La cible a donc changé.

L’héritage de Thucydide : Polybe

  • 49 Fox 1993, 43.
  • 50 Pol. 9.1.2.
  • 51 Pol. 12.25b. 2.
  • 52 Pol. 2.56.11-12.

16Qu’en est-il de Polybe, souvent présenté comme un héritier de Thucydide, un historien, pour reprendre les mots de M. Fox49, “who is strict in limiting his history to factual matters” ? De fait on trouve maints échos de la préface de Thucydide dans les Histoires de Polybe. Comme Thucydide, l’historien de Rome fait le choix de l’austérité50 et oppose parfois séduction et utilité51. Si Thucydide opposait son œuvre historique aux ouvrages des poètes, Polybe, lui, oppose plus précisément l’histoire qui prodigue une instruction éternellement valable “par des paroles et des faits vrais” (δια τῶν ἀληθινῶν ἔργων καὶ λόγων) à la tragédie qui met en œuvre le “mensonge” (ψεῦδος) et la “tromperie” (ἀπάτη) pour “séduire et à passionner dans l’instant l’auditoire” (ἐκπλῆξαὶ καὶ ψυχαγωγῆσαι κατὰ τὸ παρὸν τοὺς ἀκούοντας)52.

  • 53 Voir Walbank (1960) 1985, 236 et Verdin 1974, 298-299.
  • 54 Pol. 1.35.9 : καλλίστην παιδείαν ἡγηιέον πρὸς ἀληθινὸν βίον τὴν ἐκ τῆς πραγματικῆς ἰστορίας περιγι (...)
  • 55 Pol. 1.1.2-3 : μόνην διδάσκαλον τοῦ δύνασθοι τὰς τῆς τύχης μεταβολὰς γενναίως ύποφέρειν τὴν τῶν ἀλ (...)
  • 56 Pol. 3.118.12 : τοῖς φιλομαθοῦσι καὶ πραγματικοῖς τῶν ἀνδρῶν
  • 57 Pol. 9.2.1-2 : τά τε περὶ τὰς γενεαλογίας καὶ μύθους καὶ περὶ τὰς ἀποικίας, ἔτι δὲ συγγενείας καὶ (...)
  • 58 Pol. 9.1.4.

17Mais à la différence de Thucydide, qui n’admettait qu’un seul type d’histoire, Polybe reconnaît la diversité du genre historique liée à la diversité des publics. À côté d’une histoire comme la sienne, qui fait passer avant la séduction l’utilité pratique et morale53 (car “l’histoire pragmatique” ne constitue pas seulement “la meilleure formation à la vie réelle”54, elle permet aussi de “supporter noblement les vicissitudes de la fortune”55) et s’adresse à un public de philosophes et d’hommes d’État56, il existe des histoires consacrées aux généalogies, aux migrations, aux origines ou aux fondations des cités, histoires qui puisent leur matière exclusivement dans les mythes57, empruntent à la poésie ses “parures” (pour reprendre le titre du livre bien connu de T. P. Wiseman Clio’s Cosmetics) et s’addressent à un auditoire d’amateurs de contes et d’esprits curieux et friands de faits singuliers58.

  • 59 Pol. 2.16.13-4.
  • 60 Pol. 2.58.12 et 16.18.2. Voir Walbank 1955 et 1960 (1985).
  • 61 Pol. 4.42.7.
  • 62 Pol. 12.24.5 : ἐνυπνίων καὶ τεράτων καὶ μύθων ἀπιθάνων καὶ συλλήβδην δεισιδαιμονίας ἀγεννοῦς καὶ τ (...)
  • 63 Polyb. 3.31.12 : τὸ καταλειπόμενον αὐτῆς ἀγώνισμα μὲν μάθημα δ' οὐ γίνεται, καὶ παραυιτίκα μὲν τέρ (...)

18C’est parce que Polybe a fait le choix de l’histoire pragmatique qu’il laisse de côté dans son œuvre l’histoire de Phaéton et de ses sœurs métamorphosées en peupliers qui versent des larmes et tout ce qui constitue “une matière tragique de ce type”( πᾶσαν δὴ τὴν τραγικὴν καὶ ταύῃ προσεοικυῖαν ὕλην)59 et condamne les historiens amateurs de sensationnel, comme Phylarque ou Zénon60. C’est aussi la raison pour laquelle il dénonce les mensonges composés par des navigateurs comme Pythéas pour masquer leur ignorance61 ou par des historiens comme Timée, dont l’œuvre est remplie de “rêves, de prodiges et de mythes incroyables”62. Sa critique englobe aussi une histoire qui se bornerait à exposer les faits sans les accompagner d’une analyse des causes, car ce qui reste alors n’est qu’une simple “production d’apparat qui peut plaire dans l’instant, mais n’est d’aucune utilité pour le futur”63.

  • 64 Pol. 9.1.5 : τῷ δὲ πλείονι μέρει τῶν ἀκροατῶν ἀψυχαγώγητον παρεσκευάκαμεν τῆν ἀνάγνοισιν.
  • 65 Pol. 6.2.8 : Ὅτι τὸ ψυχαγωγοῦν ἅμα καὶ τὴν ὠφέλειαν ἐπιφέρον τοῖς φιλομαθοῦσι τοῦτ' ἔστιν ἡ τῶν αἰ (...)
  • 66 Pol. 7.7.8 : καὶ γὰρ τοῖς φιληκόοις ήδίων οὗτος καὶ τοῖς φιλομαθοῦσι τᾧ παντὶ χρησιμώτερος.
  • 67 Pol. 9.2.6 : διόπερ ἡμεῖς οὐχ οὔτως τῆς τέρψεως στοχαζόμενοι τῶν ἀναγωσομένων ὡς τῆς ὠφελείας τῶν (...)

19Mais à la différence de Thucydide la condamnation du plaisir n’est pas totale dans l’œuvre de Polybe. Certes l’historien admet que la lecture de son œuvre est incapable de séduire la majorité des lecteurs64. Mais il reste une minorité de philosophes qui peuvent être séduits par l’analyse des causes et la présentation du choix du meilleur parti qui peut en découler65. Polybe va même jusqu’à reconnaître que plaisir et profit ne sont pas incompatibles, car le même récit peut être source de plaisir pour les amateurs de contes et source de profit pour les philosophes66. Certes, il affirme que son histoire vise moins à l’agrément qu’à l’utilité67. Mais moins n’est pas synonyme de pas du tout.

  • 68 Pol. 15. 36.3. Voir Walbank 1970-1979, I, 7-8, II, 494.
  • 69 Pol. 1.4.11.
  • 70 Pol. 38.6.1 : μυθικαῖς καὶ διηγηματικαῖς ... παρεκβάσεσι.
  • 71 Pol. 38.5.1-6.7.

20De fait Polybe, qui reconnaît que toute curiosité a pour fin le plaisir et l’utilité68, justifie son choix d’écrire une histoire universelle par l’association des deux69 et souligne que les plus savants des historiens d’autrefois ont eu recours aux récits mythiques dans des digressions70, ce qu’il explique par le goût du changement naturel à l’esprit humain71.

  • 72 Voir Walbank 1970-1979, I. 11-12.
  • 73 Pol. 3.91.7-8. Voir Marincola 1997, 127 n. 328.
  • 74 Pol. 34.4.1-3 : ποιητικὴν ἐξουσίαν, ἣ συνέστηκεν ἐξ ἱστορίας καὶ διαθέσεως καὶ μύθου, τῆς μὲν οὖν (...)
  • 75 Pol. 34.11.20 : τὸ μυθωδέστατον δοκοῦν εἰρῆσθαι τῷ ποιητῷ οὐ μάτην φαίνεσθαι λεχθέν, ἀλλ' αἰνιξαμέ (...)
  • 76 Pol. 34.2.2 : Ἐκ μηδενὸς δὲ ἀληθοῦς ἀνάπτειν τερατολογίαν οὐχ Ὁμηρικόν.

21On ne sera donc pas surpris de trouver chez Polybe une attitude moins rigide vis-à-vis du merveilleux. En 3.58.9 il admet qu’il était difficile, quand on parlait dans le passé des extrémités du monde, de “résister à l’attrait de l’extraordinaire et du merveilleux” (καταφρονήσαντα τῆς παραδοξολογίας) et de “s’attacher à la vérité” (προτιμῆσαι τὴν ἀλήθειαν). En 16.12.6 il commence bien, comme aurait pu le faire Thucydide, par condamner “la naïveté infantile” (παιδικῆς εὐηθείας) des historiens qui rapportent des miracles et des phénomènes physiquement impossibles comme les statues exposées en plein air qui ne recevraient jamais ni neige ni pluie ou les corps qui ne projeteraient pas d’ombre dans certains sanctuaires. Mais immédiatement après, il admet qu’il faut excuser ceux qui versent dans le sensationnalisme et rapportent de tels miracles – à condition bien sûr qu’ils n’aillent pas trop loin – car de tels récits contribuent à fortifier la piété du peuple72. La beauté et la qualité exceptionnelles de la campagne autour de Capoue lui fait aussi trouver quelque “vraisemblance” (εἰκὸς) aux mythes qui en font l’enjeu et le théâtre de la Gigantomachie73. Polybe est aussi moins sévère vis-à-vis de la poésie. Alors que Thucydide identifiait totalement poésie et mythe, Polybe voit en effet dans “la licence poétique” un mixte qui combine l’histoire qui a pour fin le vrai, l’élaboration rhétorique qui recherche l’expressivité et le mythe qui ne vise qu’à plaire et à passionner74. S’il emploie une fois muthodes en 34.11.20 (c’est d’ailleurs la seule occurrence de cet adjectif chez Polybe) dans un passage consacré à la géographie homérique, ce n’est pas pour dénoncer les exagérations d’Homère, mais au contraire pour défendre le poète contre les accusations de ceux qui, comme Ératosthène, le traitent de fabulateur. Car chez ce poète le fabuleux n’est jamais qu’une apparence qui dissimule un fond de vérité : l’histoire d’Eole ‘maître des vents’ n’est pas un vain mot, c’est une allusion énigmatique à la réalité75. Car le merveilleux pur n’est pas dans la manière d’Homère76.

  • 77 Pelling 1999, 432-433.
  • 78 Pol. 34.4.4 : τὸ δὲ πάντα πλάττειν οὐ πιθανὸν οὐδ' Ὀμηρικόν.
  • 79 Pol. 34.2.4-10.
  • 80 Pol. 34.3.9. Voir Walbank (1960) 1985, 234.

22Comme Thucydide, Polybe rationalise le mythe. Mais la rationalisation n’est pas de même nature dans les deux cas. On peut en effet appliquer à Thucydide et à Polybe la distinction faite récemment par C. Pelling à propos de Plutarque entre deux types de rationalisation77. Thucydide pratique “a contextual explaining”. Il s’applique en effet à débarrasser de sa gangue mythique un noyau vraisemblable c’est-à-dire crédible pour les hommes de son temps parce qu’il est en accord avec leur propre expérience. Polybe au contraire “explains away” le mythe. Il cherche à trouver dans la réalité ce qui a pu servir de point de départ à l’élaboration du mythe, car, au moins chez Homère, il n’y a pas de fiction pure78 et le merveilleux n’est jamais gratuit. Il se rattache toujours à une réalité : Éole n’est qu’un homme qui a su indiquer à Ulysse la direction des vents en se fondant sur les phénomènes volcaniques de la région des îles Lipari ; l’histoire des Danaïdes s’explique par la découverte des citernes par leur père Danaus ; le mythe de l’agneau d’or et du soleil qui aurait changé son cours traduit en fait la découverte par Atrée du mouvement du soleil qui se déplace en sens contraire des douze signes du zodiaque79. La pêche monstruseuse de Scylla n’est qu’une transposition de la manière dont on pêche le thon en Sicile dans la région du Skyllaion80.

Strabon continuateur de Polybe

  • 81 Sur le mythe chez Strabon, voir, outre l’article important de Schenkeveld 1976, Bassi 1940-1941, B (...)
  • 82 Str. 6.2.10 C 276.
  • 83 Str. 9.4. 18 C429 : τὰ μὲν σφόδρα παλαιὰ καὶ μυθώδη καὶ οὐχ ὁμολογούμενα τὰ πολλά ἐῶντες.
  • 84 Str. 11.5.3 C504 : τὰ γὰρ παλαιὰ καὶ ψευδῆ καὶ τερατώδη μὐθοι καλοῦνται, ἡ δὲ ἰστορία βούλεται τἀλ (...)

23Strabon81 s’inscrit dans le prolongement de Polybe et de Thucydide. C’est d’ailleurs par une citation de Strabon82 que nous connaissons l’unique occurrence de muthodes dans l’œuvre de Polybe. Mais son Thucydide, plus encore que celui de Polybe, est un Thucydide revu et corrigé à la baisse, si l’on peut dire. Deux passages me paraissent de ce point de vue significatifs. Au livre 9, avant d’aborder la Thessalie, Strabon ne dit pas, comme Thucydide, qu’il ne fera dans son œuvre aucune place au merveilleux, mais il se contente d’affirmer que dans ce développement comme dans le reste de sa géographie, il “laissera de côté, pour l’essentiel, ce qui est ancien, merveilleux et ne fait pas l’objet d’un consensus”83. Au livre 11, il commence par opposer clairement mythe et histoire : “On appelle mythes ce qui est ancien, mensonger et prodigieux, alors que l’histoire, elle, veut la vérité, qu’il s’agisse de faits anciens ou récents, et exclut totalement le prodieux”. Mais il corrige immédiatement ce que cette affirmation pourrait avoir d’excessif en ajoutant que l’histoire peut en effet faire une place – il est vrai restreinte – au mythe84.

  • 85 Str. 1.1.10 C6-7 : οὐδὲ γὰρ ἀληθές ἐστιν, ὅ φησιν Ἐρατοσθένης, ὅτι ποιητὴς πᾶς στοχάζεται ψυχαγωγί (...)
  • 86 Str. 1.2.3 C15.
  • 87 Str. 1.2.8 C19 : οἵ τε πολλοὶ τῶν τὰς πόλεις οἰκούντων εἰς μὲν προτροπὴν ἄγονται τοῖς ἡδέσι τῶν μύ (...)
  • 88 Str. 1.2.8 C19.
  • 89 Str. 1.1.10 C6 : συγγνοίη δ’ ἂν καὶ εἰ μυθώδη τινὰ προσπέπλεκται τοῖς λεγομένοις ἱστορικῶς καὶδιδα (...)
  • 90 Str. 1.2. 19 C26 : ἀεὶ τοὺς μύθους ἀπό τινων ἱστοριῶν ἐνάγων. Voir aussi 1.2.14 C23, 1.2.18 C26, 3 (...)
  • 91 Cf. Str. 1.2.17 C25 ; 1.2.36 C43 ; 1.2.37 C 44 ; 1.2.38 C45 ; 1.2.40 C46 ; 3.4.4 C15 ; 5.2.6 C224  (...)
  • 92 Str. 1.2.30 C37 : προσέθηκε παῥ ἑαυτοῦ πολλαπλάσιον διάστημα τοῦ μυθώδους χᾶριν. αἱδὲ μυθοποιίαι ο (...)
  • 93 Str. 15.3.18 C 733 : οἳ καὶ τὸ μυθῶδες πρὸς τὸ συμφέρον ἀνάγοντες.
  • 94 Str. 1.2.8 C19.

24Strabon entreprend en effet de réhabiliter la poésie, à commencer par Homère, le poète par excellence. Il s’oppose à Ératosthène qui considérait que tout poète vise à séduire et non à instruire85 et reconnaît que la poésie, tout comme les œuvres d’art qui représentent des légendes, associe éducation et plaisir86. Elle forme en effet le caractère en offrant en exemples les exploits merveilleux de héros87 et en détournant du vice par la représentation des châtiments divins88. D’autre part elle contient, mêlées à du merveilleux, des vérités historiques89, car des “fictions” (πλάττειν, πλάσμα) qui n’auraient pas de point de départ dans la réalité ou ne présenteraient pas quelque ressemblance avec elle90 sont étrangères à Homère91. Strabon réhabilite aussi le plaisir qui dérive du merveilleux. Tout en admettant qu’Homère a grandement exagéré la distance qui sépare l’île de Pharos du continent dans l’épisode de Ménélas et qu’il l’a fait pour introduire du merveilleux, il justifie cette exagération par le plaisir qu’elle procure92. Il va même jusqu’à en faire l’éloge quand il donne en exemples des éducateurs perses qui mettent le merveilleux au service d’un profit moral93. Il considère en effet comme eux que le merveilleux constitue un cosmétique indispensable du vrai pour les enfants et ceux qui leur ressemblent c’est-à-dire les gens sans éducation94.

  • 95 Str. 1.2.35 C43 : φαίνεται γὰρ εὐθὺς ὅτι μύθους παραπλέκουσιν ἑκόντες οὐκ ἀγνοίᾳ τῶν ὄντων, ἀλλὰ π (...)
  • 96 Str. 1.2.35 C43.
  • 97 Str. 1.2.35 C42 : σύγχυσίν τινα ἐμφαίνοντες τοῦ μυθικοῦ καὶ ἱστορικοῦ.
  • 98 Str. 11.6.3 C508.
  • 99 Str. 11.6.3 C508.
  • 100 Str. 16.4.16 C775.
  • 101 Str. 15.1.57 C711 : ὑπερεκπίπτων δ' ἐπὶτὸ μυθῶδες.
  • 102 Str. 17.3.8 C829 : καὶ τὰ περὶ τῶν ἐλεφάντων μυθώδη.
  • 103 Str. 4.5.5 C201 : πέπλασται.
  • 104 Str. 2.3.5 C100 : εἴθ’ ὑπ’ αὐτοῦ πεπλασμένον εἴτ’ ἄλλων πλασάντων πιστευθέν.
  • 105 Str. 1.3.2 C47 : οὐδενὸς ἀπέχεται μυθώδους, πεπίστευκε δὲ... πολλοῖς μυθώδεσι
  • 106 Str. 4.4.6 C198 : μυθωδέστερον ... μυθωδέστερα.
  • 107 Str. 6.2.4 C271 : παντελῶς μυθῶδες.
  • 108 Str. 9.3.12 C422 : τίδ’ ἂν εἴη μυθωδέστερον ...
  • 109 Str. 5.3.2 C229 : μυθεύεται.
  • 110 Str. 5.3.3 C230 : ἄλλη δέ τις προτέρα καὶ μυθώδης Ἀρκαδικὴν λέγουσα γενέσθαι τὴν ἀποικίαν ὑπ’ Εὐάν (...)
  • 111 Str. 6.3.9 C284 : καὶ τὸν Διομήδη μυθεύουσιν ἀφανισθῆναί τινες καὶ τοὺς ἑταίρους ἀπορνιθωθῆναι... (...)
  • 112 Str. 1.2.8 C19 : φιλειδήμων γὰρ ἄνθρωπος, προοίμιον δὲ τούτου τὸ φιλόμυθον.
  • 113 Str. 1.2.8 C19-20 et 11.6.2 C507.
  • 114 Str. 9.3.11 C422 : ἐπιτημήσας γοῦν τοῖς φιλομυθοῦσιν ἐν τῇ τῆς ἱστορίας γραφῇ.
  • 115 Str. 10.3.23 C474 : καίπερ ἥκιστα φιολομυθοῦντες.

25Cette réhabilitation du muthodes quand il se rencontre chez des poètes qui l’introduisent volontairement non par ignorance des faits mais par volonté de forger des fictions afin de plaire et d’émerveiller95, ou même chez des historiens comme Théopompe, qui le donnent ouvertement pour ce qu’il est – c’est à dire une pure fiction96 – s’accompagne d’une condamnation vigoureuse des historiens qui “confondent l’histoire et le mythe”97 et ne visent qu’à étonner leurs auditeurs et à leur plaire98. Dans la plupart des cas, muthodes sert à dénoncer les “fables” d’historiens et de géographes comme Hérodote, Ctésias, Hellanicos et d’autres auteurs du même genre99. Strabon critique ainsi Artémidore, qui mentionne des serpents capables de venir à bout des éléphants ou, pire, ceux qui parlent de serpents indiens “encore plus fabuleux” (μυθωδέστεροι) ou de serpents libyens qui font pousser de l’herbe sur leur dos100. Il se moque de Mégasthène, “qui passe les limites de la fable”101, quand il mentionne des hommes minuscules ou sans narines et prétend que la vigne ne pousse pas au-delà de l’Euphrate, sauf dans la région habitée par les philosophes, comme de l’historien romain Gabinius qui rapporte des histoires fabuleuses à propos des éléphants102. Il dénonce les “fictions” de Pythéas103 et de Posidonios104. Il raille Ératosthène qui ne recule pas devant les fables quand il parle de l’extrême Nord ou des régions au-delà des colonnes d’Hercule105. Il épingle également Artémidore qui rapporte l’histoire invraisemblable d’un procès tranché par des corbeaux106, Timée qui fait de la fontaine d’Aréthuse en Sicile une résurgence de l’Alphée107 et Éphore qui reprend à son compte la “fable” d’un Apollon qui se rend d’Athènes à Delphes en suivant l’itinéraire emprunté par la Pythie et abat de ses flèches chemin faisant des brigands comme Tityus et Python108. Il considère comme des “mythes” sans valeur la légende de Romulus et de Rémus engendrés par Arès et nourris par une louve109, tout comme celle qui fait de Rome une colonie arcadienne fondée par Évandre110. Il traite aussi de “fables” l’apothéose de Diomède et la métamorphose de ses compagnons en oiseaux dans les îles qui portent son nom111. Bref “l’amour des mythes” n’est jamais qu’un “prélude” à “l’amour du savoir”112, une forme primitive de connaissance propre aux enfants, aux poètes, aux peuples primitifs et à la “simplicité” des premiers historiens113. C’est pourquoi Strabon approuve Éphore d’avoir blâmé les historiens qui ont inséré des mythes dans leurs ouvrages114 et se sent tenu de rappeler son peu de goût pour la mythologie115 avant de justifier sa discussion du mythe des Dactyles de l’Ida.

  • 116 Str. 7.7.12 C329 : Θετταλοῖς μυθώδεις λόγους προσχαριζόμενος.
  • 117 Str. 5.4.12 C250 : δοκεῖ δὲ καὶ Ταραντίνων πλάσμα τοῦτ’ εἶναι, κολακευόντων ὁμόρους καὶ μέγα δυναμ (...)
  • 118 Str. 11.5.5 C505 ; 15.1.7 C687 ; 15.1. 8-9 C687-688 les expéditions de Dionysos et d’Héraclès en I (...)
  • 119 Str. 11.5.5 C505 : Καὶ τὰ πρὸς τὸ ἔνδοξον θρυληθέντα οὐκ ἀνωμολόγηται παρὰ πάντων, οἱ δὲ πλάσαντες (...)

26Strabon ne dénonce pas seulement les descriptions gratuites de mirabilia dans les ouvrages de géographie ou d’histoire. Il condamne aussi ceux qui mettent l’histoire au service de la gloire d’un homme ou d’un État et font passer l’éloge avant la vérité. Il critique une histoire de la Thessalie, qui, pour plaire aux Thessaliens, attribue une origine thessalienne à l’oracle de Dodone en Épire116 ainsi qu’une version “fictive” de l’origine des Samnites inventée par les habitants de Tarente pour flatter leurs puissants voisins117. Pour la même raison, il dénonce à plusieurs reprises118 les “fables inventées par les flatteurs”119 d’Alexandre pour exalter leur héros. La condamnation du μυθῶδες par Strabon s’inscrit ainsi dans un contexte qui n’a plus rien à voir avec Thucydide, alors même qu’elle semble lui faire écho. Il ne s’agit plus d’opposer la sobriété d’une histoire véridique aux exagérations des poètes, mais de prôner une histoire objective contre des historiens “panégyristes” qui n’hésitent pas à recourir à la fable pour mieux magnifier ceux dont ils font l’éloge.

Diodore de Sicile et Denys d’Halicarnasse

27Avant de conclure avec Lucien et son Comment il faut écrire l’histoire qui adopte une perspective assez proche de celle de Strabon, je voudrais rapidement me demander si l’on trouve quelque écho du rejet thucydidéen du muthodes dans les œuvres de Diodore de Sicile et Denys d’Halicarnasse, qui font une large place aux mythes.

  • 120 Diod. 1.3.2 ; 4.1.1. Voir Marincola 1997, 119-120.
  • 121 Diod. 1.2.2 : ἡ τῶν ἐν ᾅδου μυθολογία τὴν ὑπόθεσιν πεπλασμένην ἔχουσα versus τὴν προφῆτιν τῆς ἀληθ (...)
  • 122 Diod. 1.69.7 : ὅσα μὲν οὖν Ἡρόδοτος καί τινες τῶν τὰς Αἰγυπτίων πράξεις συνταξαμένων ἐσχεδιάκασιν, (...)
  • 123 Diod. 1.2.7 : συμβαίνει τὴν μὲν ποιητικὴν τέρπειν μᾶλλον ἤπερ ὠφέλειν.
  • 124 Diod. 4.47.2 : τερατώδεις παρὰ τοῖς Ἕλλησι πλασθῆναι μύθους.
  • 125 Diod. 1.2.2 et 21.17.4 : προφῆτιν τῆς ἀληθείας.
  • 126 Diod. 1.2.2 : εὐεργέτιν ... τοῦ κοινοῦ γένους.
  • 127 Diod. 1.2.7 : συμφωνούντων ἐν αὐτῇ [l’histoire] τῶν λόγων τοῖς ἔργοις.
  • 128 Diod. 1.1.1 : “les auteurs d’histoires universelles ‘ ont eu l’ambition de servir par leur labeur (...)

28Diodore consacre en effet les six premiers livres de sa Bibliothèque historique à la mythologie des Grecs et des barbares, tout en reconnaissant les difficultés auxquelles se heurte quiconque aborde un tel sujet, étant donné les divergences de la tradition120. Mais il n’en oppose pas moins, comme Thucydide, la fiction mythologique à la vérité de l’histoire121, et critique des historiens comme Hérodote et les auteurs d’Egyptiaka pour leur penchant pour la paradoxographie et leur tendance à forger des mythes pour séduire leur public122. Il retrouve aussi des accents thucydidéens pour critiquer la poésie qui “recherche le plaisir plus que l’utilité”123 et se plaît à forger des mythes prodigieux124 en transformant par exemple des Taures en taureaux qui soufflent le feu et un général nommé Dragon en un monstre terrible, alors que l’histoire, elle, est “prophétesse de vérité”125 et “bienfaitrice du genre humain”126 : elle met en accord les mots et les faits127, et constitue une source incontestable de profit128.

  • 129 Voir Guelfucci 2001, 95-101.
  • 130 Romilly 1958.
  • 131 Romilly 1958, 52.
  • 132 Sur l’universalité tout à la fois temporelle et spatiale de l’œuvre de Diodore, voir Clarke 1999, (...)
  • 133 Diod. 1.1.1, 1.2.8.
  • 134 Diod. 1.3.1.
  • 135 Diod. 1.1.1 : ἀκίνδυνον διδασκαλίαν.
  • 136 Diod. 1.1.2, 1.1.4.
  • 137 Diod. 1.1.3.
  • 138 Diod. 1.1.4 : μίμησιν τῶν ἐπιτετευγμένων.
  • 139 Diod. 1.1.5 : προτρέπεται τοῖς καλλιστοίς τῶν ἔργων ἐπιχειρεῖν. Voir aussi 1.2.2, 1.2.8 et 24.2.1.
  • 140 Diod. 1.2.1.
  • 141 Diod. 1.2.5.
  • 142 Diod. 1.2.3 : τοῖς δὲ δἰ ἀρετὴν περιποιησαμένοις δόξαν αἱ πράξεις ἅπαντα τὸν αἰῶνα μνημονεύονται, (...)
  • 143 Diod. 1.2.4 : πάντες δὲ μεγάλων ἐπαίνούνἠξιώθησαν, τὰς ἀρετὰς αὐτῶν τῆς ἱστορίας ἀπαθανατιζούσης.. (...)
  • 144 Diod. 1.1.5, 1.2.2.
  • 145 Diod. 3.62.2 ; 4.47.3 ; 4.53.7 ; 4.56.1 ; 6.1.3.
  • 146 Diod. 3.30.2 : οὐ χρὴ δὲ θαυμάζειν οὐδὲ ἀπιστεῖν τοῖς λεγομένοις, πολλὰ τούτων παραδοξότερα κατὰ π (...)

29Mais ce profit129 n’a rien à voir avec “l’utilité de l’histoire selon Thucydide” pour reprendre le titre de l’excellent article de J. de Romilly130. L’histoire de la guerre du Péloponnèse permettait de “voir clair dans les événements du passé, mais aussi dans ceux qui, à l’avenir, en raison du caractère humain qui est le leur, presenteront des similitudes ou des analogies”, grâce à une présentation des faits qui, “par un double effort de simplification et d’abstraction… tend à isoler des éléments de portée générale”131. L’histoire universelle132 de Diodore sert ses lecteurs en ajoutant à l’expérience individuelle de chacun – expérience tout à la fois limitée et douloureuse, car l’homme n’apprend jamais qu’à ses dépens – une “expérience”133 par procuration infiniment plus large – elle englobe un grand nombre et une grande variété de circonstances134 – et moins pénible135 – puisqu’il s’agit des erreurs et des échecs d’autrui136. Elle comporte aussi une dimension morale, car elle propose un répertoire d’”exemples”137. Par l’éloge qu’elle fait des hommes de bien, elle pousse ses lecteurs à imiter leurs succès138 et à entreprendre de nobles actions139. Du même coup les catégories tendent à se brouiller. La mythologie de l’Hadès, quoique fictive, se voit reconnaître une certaine utilité, car elle contribue largement à développer la piété et la justice140. Inversement la fonction reconnue à l’histoire se rapproche par bien des points de celle de la poésie. Comme elle, elle représente une victoire sur le pouvoir destructeur du temps et garantit pour l’éternité la transmission du passé à la postérité141. Comme l’épopée, elle a pour charge de proclamer de sa bouche divine les exploits des grands hommes142 et d’immortaliser leur vertu par les éloges qu’elle leur décerne143. Comme l’iambe, elle attache un opprobre éternel aux méchants et témoigne de leur perversité144. Si la poésie fait une large place aux “prodiges”145, “l’histoire véridique” selon Diodore peut faire une place à “l’incroyable”146.

  • 147 Veyne 1983, 26.
  • 148 Diod. 4.8.2. Voir Gabba 1991, 127.
  • 149 Diod. 4.8.3 : καθόλου μὲν γὰρ ἐν ταῖς μυθολογουμέναις ἱστορίαις οὐκ ἐκ παντὸς τρόπουῶς πικρῶς τὴν (...)

30À la différence de Thucydide, qui mettait en œuvre de manière systématique l’analogie entre le présent et le passé et ce que P. Veyne a appelé “la doctrine des choses actuelles”147 pour corriger les récits mythiques des poètes, Diodore refuse de condamner les récits légendaires qui rapportent des exploits aujourd’hui impossibles et d’appliquer au passé les critères de vérité qui valent pour des époques plus récentes148. Il va même jusqu’à affirmer qu’il ne faut pas être trop exigeant en matière de vérité quand il s’agit “d’histoire mythologique”149.

31Pour toutes ces raisons on ne s’étonnera pas de constater que Diodore n’a qu’exceptionnellement recours à l’adjectif muthodes (5 occurrences alors qu’on compte 266 occurences des mots de la famille de muthos).

  • 150 Diod. 1.93.3-4.

32Fait significatif, il ne l’emploie qu’une fois à propos de ce que nous appellerions des “mythes”, quand il oppose les récits des Grecs sur l’au-delà (en particulier le discours qu’ils tiennent sur les récompenses et les châtiments qui attendent les bons et les méchants après la mort) à la religion égyptienne, qui punit les méchants de façon visible en leur refusant les honneurs funèbres150.

  • 151 Diod. 1.86.2 : τὴν μὴν πρώτην [αἰτίαν] μυθώδη παντελῶς καὶ τῆς ἀρχαϊκῆς ἁπλότητος οἰκείαν.
  • 152 Diod. 4. 6.2 : τινὲς δέ φασι τὸ αἰδοῖον τῶν ἀνθρώπων τοὺς παλαιοὺς μυθωδῶς ὀνομάζειν βοὺλομένους Π (...)
  • 153 Diod. 1.37.3 : εἰς τὰς μυθώδεις ἀποφάσεις ἀπέκλιναν.
  • 154 Diod. 1.12.9 : καὶ τοῦτο μὴ μυθῶδες ὑπάρχειν, ἀλλὰ δυνατόν, εἴπερ οὗτοι πρὸς ἀλήθειάν εἰσιν οἱ πάν (...)

33Comme ses prédécesseurs, il l’emploie pour condamner des explications ou des interprétations fausses, comme l’explication du culte des animaux par les Égyptiens qu’il trouve “naïve”151 ou l’interprétation de la généalogie qui fait de Priape le fils de Dionysos et d’Aphrodite par le vocabulaire (les anciens auraient donné au sexe masculin le nom de “priape”152). Il a aussi recours à muthodes pour critiquer ceux que Thucydide appelait les logographes, c’est-à-dire les historiens comme Hellanicos, Cadmos de Milet et Hécatée qui ont eu recours à des assertions mensongères153. Mais sa définition du muthodes reste infiniment plus restrictive que celle de Thucydide. Il se refuse en effet à rejeter comme “mythiques” et impossibles les métamorphoses des dieux en animaux, en hommes ou en d’autres réalités, puisque par définition tout est possible à ceux qui sont à l’origine de toutes choses154.

  • 155 Dion. H. 1.8.1 : Αρχομαι μὲν οὖν τῆς ἱστορίας ἀπὸ τῶν παλαιοτάτων μύθων.
  • 156 Dion. H., AR, 1.1.2 : ἱστορίας, ἐν αἷς καθιδρῦσθαι τὴν ἀλήθειαν [πάντες] ὑπολαμβάνομεν, 1.6.5 Th.,(...)
  • 157 Dion. H., AR, 1.5.1.
  • 158 Dion. H. 1.6.2 : ἕκαστος ὀλίγα καὶ οὐδὲ ἀκριβῶς αὐτῷ διεσπουδασμένα, ἀλλ’ ἐκ τῶν ἐπιτυχόντων ἀκουσ (...)
  • 159 Dion. H., AR, 1.4.3, 1.6.4 et Th., 8.
  • 160 Dion. H., Th., 41.6-7, Pomp., 15. Voir Fox 1993, 37-38.
  • 161 Dion. H., AR, 1.4.3, 1.6.5.

34Comme la Bibliothèque historique de Diodore, les Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse, qui traitent en 20 livres de l’histoire de Rome des origines à la première guerre punique, commencent par les “mythes les plus anciens”155, ce qui ne l’empêche pas, comme son prédécesseur, de défendre dans cet ouvrage, comme dans son Sur Thucydide, une conception de l’histoire fondée sur la vérité156 en visant à mettre fin à l’ignorance du public et à éradiquer des opinions érronées157 (car ceux qui avant lui on traité des premiers temps de Rome l’ont fait de manière incomplète et peu scrupuleuse, en se fiant à des rumeurs colportées par le premier venu158). Aussi critique-t-il les historiens qui, à la différence de Thucydide, ont sacrifié la vérité à la flatterie et au plaisir de l’auditoire159, ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de reprocher plus loin à ce même Thucydide d’avoir par rancune donné une image négative des Athéniens qui l’avaient banni et de leur avoir prêté des arguments indignes d’eux dans leur dialogue avec les Méliens160. Mais cette “vérité” souvent associée à la “justice”161 est d’abord synonyme d’objectivité.

  • 162 Dion. H., AR, 1.1.2, 1.2.1, 5.56.1, 11.1.4-5.
  • 163 Dion. H., Pomp., 6.4.
  • 164 Dion. H., AR, 11.1.4.
  • 165 Dion. H., AR, 1.6.4, 5.75.1, 11.1.5. Voir Verdin 1974, 298-300 ; Schultze 1986, 137-138 ; Fox 1993 (...)

35Comme Thucydide encore, il met l’accent sur l’utilité de l’histoire162 et fait l’éloge des historiens comme Théopompe qui se sont attachés à servir le lecteur plutôt qu’à le séduire163. Mais la définition qu’il donne de l’utilité de l’histoire est plus proche de Diodore que de Thucydide. Il met en effet l’accent sur l’élargissement de l’expérience humaine que procure l’histoire164 ainsi que sur la valeur des exemples des grands hommes du passé qui incitent à la vertu165.

  • 166 Voir Fromentin 1988 ; Delcourt 2005, 58-60.
  • 167 Dion. H., Th., 7.3 : Θουκυδίδη ... οὐχ ἥρμοττεν ἐγκαταμίσγειν τῇ διηγήσει τὰς θεατρικὰς γοητείας ο (...)
  • 168 Dion. H., Th., 5.3 : μῦθοι τινες ἐνῆσαν ἀπὸ τοῦ πολλοῦ πεπιστευμένοι χρόνου καὶ θεατρικαί τινες πε (...)
  • 169 Dion. H., Th., 7.1 : πολλὴν ἔχων συγγνώμην, εἰ καὶ τῶν μυθικῶν ἥψαντο πλασμάτων, ἐθνικὰς καὶ τοπικ (...)
  • 170 Dion. H., Th., 7.2 : ἐκείνοις μὲν οὖν τοῖς ἀνδράσιν ἀναγκαῖον ἦν ποικίλλειν τοῖς μυθώδεσιν ἐπεισοδ (...)
  • 171 Dion. H., Pomp., 6.4 : e εἴ τι θαυμαστὸν ἢ παράδοξον ἐκάστη γῆ καὶ θάλασσα φέρει, συμπεριείληφεν τ (...)
  • 172 Dion. H., Pomp., 6.11 : ἔστι δὲ ἃ καὶ κατὰ τὸν πραγματικὸν τὸπον ἁμαρτάνει, καὶ μάλιστα κατὰ τὰς π (...)

36Il en va de même pour son attitude à l’égard des mythes166. Si l’on s’en tient à deux passages du Sur Thucydide (7.3 et 5.3), on peut être d’abord tenté de voir en Denys un émule de Thucydide. Il le loue en effet de n’avoir rien inséré de mythique dans son histoire et de n’avoir pas cherché à tromper et à ensorceler son public167, comme l’avaient fait ses prédécesseurs qui avaient accordé une large place aux mythes et aux coups de théâtre dans leurs œuvres168. Mais dans deux autres passages du même traité, Denys fait preuve d’une “grande indulgence à l’égard de ceux qui ont fait une place aux forgeries mythiques dans des histoires nationales ou locales”169, car “ils étaient contraints d’embellir leurs histoires locales par des digressions mythiques”170. Il faut enfin prendre en compte la Lettre à Pompée qui présente la même ambivalence. Denys commence en effet par faire l’éloge de Théopompe pour avoir inclus les mirabilia dans son histoire171 ; mais immédiatement après, il le critique pour avoir fait une trop large place à des digressions mythiques inutiles et inappropriées comme l’histoire du Silène apparu en Macédoine ou du dragon qui a combattu contre une trière172.

  • 173 Fromentin 1988, 323.

37La lecture des Antiquités romaines permet plus encore de mettre en relief la complexité de l’attitude de Denys face aux mythes. Comme l’a bien vu V. Fromentin173, “la position de Denys n’est ni aussi simple ni aussi radicale qu’elle le paraît”.

  • 174 Dion. H., AR, 2.18.3. Voir Borgeaud 1993.
  • 175 Dion. H., AR, 2.18.3 : μύθους ἐν οἷς βλασφημίαι τινὲς ἔνεισι κατ’ αὐτῶν ἢ κακηγορίαι, πονηροὺς καὶ (...)
  • 176 Dion. H., AR, 2.18 : ἅπασαν ἐκβαλοῦσα τερθρείαν μυθικὴν.
  • 177 Dion. H., AR, 2.20.1-2.

38Les déclarations théoriques du livre II174 sont déjà par elles-mêmes complexes. Denys commence par louer Romulus d’avoir rejeté les mythes grecs” qui contiennent des blasphèmes ou des médisances à l’égard des dieux” parce qu’il les considérait comme “pervers, nuisibles, indécents, et indignes des dieux et même des hommes de bien”175 et approuve les Romains d’avoir banni “toutes les subtilités mythiques”176 de leur religion, il n’en reconnait pas moins à quelques mythes une certaine utilité intellectuelle (ils révèlent des vérités naturelles sous le voile de l’allégorie) et plus encore morale (ils procurent une consolation dans les malheurs, mettent un terme à des terreurs injustifiées ou servent quelque autre propos utile), avant de réaffirmer sa méfiance à l’égard d’une mythologie qui ne présente que peu d’avantages et ne peut être utile qu’à une minorité177.

  • 178 Dion. H., AR, 1.39.1 (2 ex.), 1.40.6, 2.19.3, 4.40.7.

39La pratique l’est plus encore, comme le montre l’analyse des rares occurrences de μυθῶδες dans les Antiquités romaines (7 sur les 50 des mots de la famille de μῦθος) ainsi que des quelques passages où μυθικός a un sens nettement péjoratif178.

  • 179 Dion. H., AR, 2.56.2-3 : οἱ μὲν οὖν μυθωδέστερα τὰ περὶ αὐτοῦ ποιοῦντες / οἱ δὲ τὰ πιθανώτερα γράφ (...)
  • 180 Dion. H., AR, 1.48.1-4 : ὁ μὲν οὖν πιστότατος τῶν λόγων... εἰσὶ δ’ οἱ μυθωδεστέραν αὐτοῦ ποιοῦσι τ (...)
  • 181 Dion. H., AR, 1.39.1 : τὰ μὲν μυθικώτερα /τὰ δ’ ἀληθέστερα ; 1.40.641.1 : ὁ μὲν μυθικὸς λόγος... ὁ (...)

40Dans les Antiquités romaines, Denys oppose le “mythique” (μυθώδης ou μυθικός) au “crédible” (πιθανός179 ou πιστός180). À l’opposition tranchée entre “vérité” et “mythe” il préfère d’ordinaire des expressions plus nuancées : d’un côté ce qui est “plutôt mythique” ou “ce qui tend vers le mythique”, de l’autre “ce qui est plutôt vrai” ou “ce qui ressemble au vrai”181.

  • 182 καὶ εἴ τις ἄλλως ἀφελῶν τὸ μυθῶδες τοῦ λόγου χώρας ἀρετὴν ἐξετάζειν ἐθελήσειεν,... οὐκ ἂν εὕροι τα (...)

41C’est pourquoi il est rare que Denys se livre à une pure “démythologisation” et donne une traduction entièrement rationnelle du mythe, comme en 1.36.1-2. Après avoir mentionné la légende de l’Âge d’or qu’il place en Italie sous le règne de Cronos, il en élimine l’élément mythique et y voit un éloge justifié d’une terre remarquable entre toutes par sa fertilité182.

  • 183 Dion. H., AR, 1.61-62.

42D’ordinaire il se contente de juxtaposer deux versions, l’une mythique et l’autre rationnelle. Il n’hésite pas à accepter la première quand elle sert sa thèse. Ainsi pour démontrer que les Troyens sont des Grecs, il adopte une généalogie qui fait descendre les Troyens du Grec Atlas qui avait d’abord régné en Arcadie. Ils auraient ensuite quitté cette terre, devenue impropre à la culture à la suite d’un cataclysme, d’abord pour Samothrace puis pour l’Asie sous la conduite de son petit fils Dardanos. Le fils de celui-ci, Idaios, se serait installé sur le mont Ida et son petit fils Tros serait devenu l’éponyme des Troyens183.

  • 184 Voir Fromentin 1988, 322 ; Marincola 1997, 123 ; Delcourt 2005, 59.
  • 185 Dion. H., AR, 1.39.1 : τὰ μὲν μυθικώτερα ... ὁ μὲν οἶν μυθικὸς περὶ τῆς παρουσίας αὐτοῦ λόγος ; 1. (...)
  • 186 Dion. H., AR, 1.41 : τῶν ἐν ἱστορίας σχηματι τὰς πράξεις αὐτοῦ διηγησαμένων.
  • 187 Dion. H., AR, 1.42.4. Voir Fox 1993, 44.

43Par contre il se prononce pour une version “plutôt vraie” de l’arrivée d’Héraclès en Italie par opposition à la version mythique184. Dans la version “mythique”185 Héraclès, fils de Zeus et d’Alcmène, traverse l’Italie sur le chemin du retour, lorsqu’il ramène d’Érythie à Argos les troupeaux de Geryon. Mais selon “ceux qui donnent une version historique de ses exploits”186, Héraclès est le plus grand conquérant de son temps et un héros civilisateur dont les exploits préfigurent l’empire romain : il met fin aux tyrannies, fait régner la loi, fonde des villes et établit des voies de communications. Il arrive en Italie après avoir conquis l’Espagne et y reste un certain temps afin de soumettre les barbares. C’est alors qu’il triomphe de Cacus, un tyran barbare qui régnait sur un peuple sauvage, et ne quitte le pays qu’après l’avoir pacifié et y avoir laissé une garnison, ce qui lui vaut des honneurs divins et un renom qui ne saurait s’expliquer par le seul fait d’avoir traversé l’Italie187.

  • 188 Dion. H., AR, 1.48.1 : Ὁ μὲν οὐν πιστότατος τῶν λόγων, ᾧ κέχρηται τῶν παλαιῶν συγγραφέων Ἑλλάνικος (...)
  • 189 Dion. H., AR, 1.48.1 : εἴρηνται δὲ καὶ ἄλλοις τιςὶ περὶ τῶν αὐτῶν οὐ κατὰ ταὐτὰ ἔχοντες λόγοι, οὒς (...)
  • 190 Dion. H., AR, 1.48.1 : κρινέτω δὲ ὡς ἕκαστος τῶν ἀκουόντων βούεται.
  • 191 Dion. H., AR, 1.48.4 : εἰςὶ δ’ οἳ μυθωδεστέραν αὐτοῦ ποιοῦσι τὴν ἔξοδον.
  • 192 Dion. H., AR, 1.48.4 : ἐχέτω δ’ ὅπῃ τις αὑτὸν πείθει.
  • 193 Dion. H., AR, 1.77.1.
  • 194 Dion. H., AR, 1.77.2 : οἱ δὲ πλεῖστοι μυθολογοῦσι τοῦ δαίμονος εἰδωλον, οὗ τὸ χωρίον ἧν.

44Quand aucune des deux versions – fabuleuse ou historique – n’a d’incidence pour sa thèse, il refuse de trancher. Ainsi à propos de la fuite d’Énée : il donne d’abord la version qu’il juge la plus crédible qui est celle d’Hellanicos188. Puis il en énumère d’autres qu’il juge “moins crédibles”189 avant de laisser au lecteur le soin de trancher190. Il fait enfin allusion sans entrer dans le détail à une dernière version plus fabuleuse191, mais ici encore il laisse au lecteur sa liberté de choix192. Il en va de même à propos des circonstances du viol d’Ilia. Il cite d’abord deux versions qui ne font aucune place au surnaturel et attribuent le viol, qui aurait eu lieu dans un bois consacré à Mars, à l’un de ses prétendants ou à son oncle Amulius193. Il cite ensuite la version mythique adoptée par la majorité194 avant de conclure sans se prononcer :

  • 195 Dion. H., AR, 1.77.3.

“Quelle opinion faut-il avoir des récits de ce genre ? Faut-il les mépriser en tant qu’ils attribuent aux dieux des faiblesses humaines… ou bien faut-il accepter ces histoires dans la croyance que la substance totale de l’univers est mêlée et qu’entre la race des dieux et celle des hommes il en existe une troisième, celle des démons, qui ont commerce tantôt avec les homme tantôt avec les divinités pour donner naissance à ce que l’on appelle la race des héros, il est hors de propos d’examiner ici la question”195.

  • 196 Dion. H., AR, 1.79.1 : Μέχρι μὲν δὴ τούτων οἱ κλεῖστοι τῶν συγγραφέων τὰ αὐτὰ ἢ μικρὸν παραλλάττον (...)
  • 197 Dion. H., AR, 2.60.4 : λόγους τε ὑπὲρ αὐτοῦ πολλοὺς καὶ θαυμαστοὺς λέγουσιν ἀναφέροντες τὴν ἀνθρωπ (...)
  • 198 Dion. H., AR, 2.60.4.
  • 199 Dion. H., AR, 2.61.3.

45tout en minimisant l’écart entre les deux196. Il refuse également de choisir entre les deux versions de l’origine des lois de Numa. Il commence par citer les “histoires étonnantes” qui expliquent sa sagesse par les “suggestions divines” de la nymphe Égérie ou d’une Muse197. Il rapporte ensuite l’opinion de ceux qui suppriment de l’histoire “tout ce qui est fabuleux” (τὰ μυθώδη πάντα) et considèrent l’histoire de la nymphe comme une “forgerie” (πεπλάσθαι)198 de Numa qui aurait suivi l’exemple des législateurs grecs, Minos et Lycurgue, pour donner plus de poids à ses lois. Pour finir il s’abstient de trancher : “Comme je vois que la recherche de l’exactitude à propos de récits mythiques (τὸ μὲν οὖν ἀκριβολογεῖσθαι περὶ τῶν μυθικῶν ἱστορημάτων), en particulier quand ils concernent les dieux, exige de longs développements, je m’en abstiendrai”199.

  • 200 Dion. H., AR, 2.84.1.
  • 201 Dion. H., AR, 1.79.1.

46Par contre quand il s’agit du sort des jumeaux, Rémus et Romulus, s’il cite pour finir l’opinion de certains historiens qui considèrent que l’histoire n’admet rien de fabuleux (οὐδὲν τῶν μυθωδεστέρων ἀξιοῦντες ἰστορικῇ γραφῇ προσήκειν), condamnent au nom de la vraisemblance (ἀπίθανον) la conduite des serviteurs qui n’auraient pas obéi aux ordres du roi et “mettent à mal l’épisode de la louve domestique à cause de son caractère mélodramatique et absurde (καὶ τῆς λυκαίνης τὸ τιθασὸν ... ὡς δραματικῆς μεστὸν ἀτοπίας διασύρουσιν)”200 (en réalité, les jumeaux auraient été sauvés par leur grand-père qui leur aurait substitué deux nouveau-nés et confié les enfants à un berger. Quant à la “louve”, elle ne serait autre que la femme de ce berger surnommée la louve pour s’être livrée jadis à la prostitution), il refuse de les suivre et privilégie la version fabuleuse, qui est aussi la plus commune, en s’appuyant sur l’autorité de ceux qui l’ont transmise : Fabius Pictor, suivi par Lucius Cincius, Porcius Caton et Calpurnius Pison ainsi que la plupart des historiens201.

  • 202 Dion. H., AR, 2.56.1 : πολλοὶ παραδέδονται λόγοι καὶ διάφοροι.
  • 203 Dion. H., AR, 2.56.2 : οἱ μὲν οὖν μυθωδέστερα τὰ περὶ αὐτοῦ ποιοῦντες.
  • 204 Dion. H., AR, 2.56.6.

47Il en va de même à propos de la fin de Romulus. Denys reconnaît qu’il en existe plusieurs versions202. Il commence par donner la version “fabuleuse”203 : Romulus aurait disparu dans une tempête et aurait été ravi par son père Arès. Puis il cite une version plus crédible : il aurait été assassiné par ses concitoyens. Il finit par plaider en faveur de l’apothéose : “Il semble qu’il existe un argument de poids en faveur des partisans de l’apothéose des mortels et de ceux qui font monter au ciel les âmes des hommes illustres : ce sont les événements qui se sont produits du fait de la divinité lors de sa naissance comme lors de sa fin”204, à savoir les éclipses qui ont accompagné sa conception et sa mort.

  • 205 Dion. H., AR, 4.1.2.
  • 206 Dion. H., AR, 4.2.1.
  • 207 Dion. H., AR, 4.2.3 : τοῦτο τὸ μύθευμα οὐ πάνυ τι πιστὸν εἶναι δοκοῦν ἐτέρα τις ἐπιφάνεια θεία γεν (...)
  • 208 Dion. H., AR, 4.40.7 : ἐδήλωσε δέ τι καὶ ἄλλο δαιμόνιον ἔργον, ὅτι θεοφιλὴς ἦν ἁνήρ, ἐξ οὗ καὶ ἡ π (...)

48Quand Denys se prononce en faveur de la version la plus vraisemblable – ce qui est le cas à propos de l’origine de Tullius –, ce choix ne va pas toujours sans repentir. Après avoir cité avec approbation (οἷς μάλιστ' ἔγωγε συγκατατίθεμαι) la version de l’origine de Tullius privée de merveilleux205 et écarté une version répandue parmi les historiens latins, version qui élève au rang du mythe les circonstances de sa naissance (ἐπὶ τὸ μυθῶδες ἐξαίρων τὰ περὶ αὐτὸν)206, il se corrige et rapporte une série de miracles qui semblent témoigner en faveur de la vérité du mythe207 avant de prendre de nouveau ses distances en attribuant à la foule cette conviction208.

  • 209 Fromentin 1988, 325-326. Voir aussi Fromentin 1993 passim.
  • 210 Dion. H., AR, 1.8.3 ; voir aussi 5.56.1, 5.75.1, 11.1.1, 11.1.4.
  • 211 Voir Verdin 1974, 296-297, Gabba 1991, 78-80.

49De telles oscillations peuvent s’expliquer sinon se justifier par le propos de leur auteur et la destination d’une œuvre qui mêle “non seulement tous les genres d’histoire (militaire, politique, annalistique), mais aussi les deux grands genres littéraires que sont la rhétorique… et la philosophie”209, s’adresse aussi bien aux orateurs politiques et aux philosophes qu’à quiconque n’attend de ses lectures historiques qu’un simple divertissement210, et poursuit le plaisir aussi bien que l’utilité211.

Lucien Comment il faut écrire l’histoire

  • 212 Voir Pernot 2006, 36-37 avec la bibliogaphie qu’il cite n. 10. ainsi qu’Avenarius 1956, Homeyer 19 (...)
  • 213 Flory 1990, 194 et 200.

50Ce traité est le seul traité antique conservé qui porte, de manière générale, sur l’écriture de l’histoire. Écrit sans doute en 166 p. C.212, il prend pour cible les historiens des guerres Parthiques (161-166 p. C) et traite de l’histoire la plus contemporaine. Comme on l’a souvent souligné, il contient nombre d’échos de la préface de Thucydide, au point que dans un article paru en 1990, “The meaning of τὸ μὴ μυθῶδες and the usesefulness of Thucydides history”, Stewart Flory a pu s’appuyer sur l’utilisation de muthodes par Lucien pour interpréter le texte de Thucydide qui condamnerait par ce mot des histoires qui célèbrent en les exagérant les gloires de la guerre” et “des discours patriotiques qui sont source de plaisir” “stories which exaggerate and celebrate the glories of war”213.

  • 214 Luc., Hist. Conscr., 8 : ποιητικῆς μὲν καὶ ποιημάτων ἄλλαι ὑποσχέσεις καὶ κανόνες ἴδιοι, ἱστορίας (...)
  • 215 Luc., Hist. Conscr., 8 : ἐκεῖ μὲν γὰρ ἄκρατος ἡ ἐλευθερία καὶ νόμος εἷς τὸ δόξαν τῷ ποιητῇ.
  • 216 Luc., Hist. Conscr., 51.
  • 217 Luc., Hist. Conscr., 9 : ἓν γὰρ ἔργον ἱστορίας καὶ τέλος, τὸ χρήσιμον, ὅπερ ἐκ τοῦ ἀληθοῦς μόνου σ (...)
  • 218 Luc., Hist. Conscr., : καὶ ὅλως πῆχυς εἷς καὶ μέτρον ἀκριβές, ἀποβλέπειν μὴ εἰς τοὺς νῦν ἀκούοντας (...)
  • 219 Luc., Hist. Conscr., 10.

51De fait, dans ce traité, Lucien, comme Thucydide, met l’accent, par une série de déclarations radicales, sur le fossé qui sépare l’histoire de la poésie et sur la différence de leur propos comme de leurs règles214 : d’un côté une liberté sans limites et une norme unique, le bon plaisir du poète215, de l’autre une matière qui est imposée par la réalité à un auteur dont la tâche est de dire ce qui s’est passé et se limite, comme celle du fabricant d’une statue chryséléphantine, à l’agencement des matériaux mis à sa disposition216. Alors que le poète n’a d’autre fin que le plaisir (τερπνόν) et n’a d’yeux que pour l’auditoire du moment, l’historien ne doit viser qu’à l’utilité qui va de pair avec la seule vérité217 et s’adresser, par delà les contemporains, à la postérité218. C’est pourquoi, comme Thucydide, Lucien exclut de l’histoire le muthodes219.

  • 220 Luc., Hist. Conscr., 8.
  • 221 Luc., Hist. Conscr., 8 : τὸν μῦθον καὶ τὸ ἐγκώμιον καὶ τὰς ἐν τούτοις ὑπερβολάς ; 10 τὸ κομιδῇ μυθ (...)
  • 222 Luc., Hist. Conscr., 8 : τὰ τῆς ἐτέρας κομμώματα.
  • 223 Luc., Hist. Conscr., 8.
  • 224 Luc., Hist. Conscr., 10.
  • 225 Luc., Hist. Conscr., 11 : ὁρῶντες τὸ ἀσύμφυλον καὶ ἀνάρμοστον καὶ δυσκόλλητον τοῦ πράγματος.

52Mais à y regarder de plus près, la ressemblance entre Thucydide et Lucien n’est qu’apparente. Alors que Thucydide visait le merveilleux en soi et une poésie qui se posait en rivale de l’histoire et représentait alors le moyen majeur de transmission d’un passé lointain, Lucien attaque en fait une histoire partisane qui confond l’histoire et la rhétorique et a recours au merveilleux pour exalter les contemporains (ce n’est sans doute pas un hasard si Lucien choisit pour illustrer sa critique d’Homère le passage de l’Iliade où il fait l’éloge d’Agamemnon en l’assimilant successivement à toute une série de divinités220). C’est pourquoi il associe systématiquement muthos et muthodes à l’éloge, à la flagornerie et à leurs exagérations221 et critique une histoire qui utiliserait les mythes et emprunterait les “cosmétiques” propres à la poésie222. Pour démonter l’incongruité de tels emprunts, il a recours à des comparaisons. Il compare d’abord ce travestissement de la véritable histoire à un athlète qu’on aurait déguisé en courtisane en le revêtant d’une robe de pourpre et en lui fardant le visage avec du rouge et du blanc de céruse223. Un peu plus loin, il le compare au tableau qui représente Héraclès aux pieds d’Omphale, tableau où les deux sexes échangent leurs attributs, avec une Omphale accoutrée des attributs du héros, la peau de lion et la massue et un Héraclès revêtu d’une tunique safranée et d’un manteau de pourpre en train de se livrer à l’occupation typiquement féminine du travail de la laine224. Un tel spectacle, qui peut plaire à la populace, c’est-à-dire à un public de second ordre, ne saurait échapper à la censure du seul public que doive prendre en compte l’historien digne de ce nom, c’est-à-dire les gens de goût et les connaisseurs capables de “voir que ce costume est malséant et inadapté, car il ne colle pas”225 à la réalité.

  • 226 Luc., Hist. Conscr., 40 : τῶν κολακευόντοαν ..., οὓς πάλαι ἡ ἱστορία καὶ ἐξ ἀρχῆς εὐθὺς ἀπέστραπτο (...)
  • 227 Luc., Hist. Conscr., 12 : ᾤετο γὰρ χαριεῖσθαι τὰ μέγιστα τῷ βασιλεῖ ἐπιψευδόμενος ἀριστείας τινὰς (...)
  • 228 Luc., Hist. Conscr., 40 : Ὁμήρῳ γοῦν, καίτοι πρὸς τὸ μυθῶδες τὰ πλεῖστα συγγεγραφότι ὑπὲρ τοῦ Ἀχιλ (...)

53Lucien revient par deux fois sur sa critique d’une historiographie flagorneuse qui est à la véritable histoire ce que l’art du maquillage est à la gymnastique, reprenant ainsi, en l’adaptant à son propos, la critique platonicienne de la rhétorique sophistique qui relèverait de la flatterie et serait à la politique ce que l’art du maquillage est à la gymnastique226. Il la place dans la bouche d’Alexandre, un choix qui ne doit rien au hasard puisque ce sont les historiens d’Alexandre qui ont eu le plus largement recours au mythe pour exalter le conquérant et magnifier ses exploits. Une première fois, le conquérant jette dans l’Hydaspe l’ouvrage d’Aristobule. Celui-ci avait en effet, “pour lui plaire, composé un récit menteur de ses exploits et forgé des hauts faits qui dépassaient la réalité”227. La deuxième fois, Alexandre, conscient que les éloges exagérés qu’on lui décerne ne sont qu’un appât et un moyen pour leurs auteurs de gagner sa faveur, va jusqu’à voir dans la volonté de flatter un vivant l’origine de toutes les exagérations fabuleuses. Si “certains sont amenés à croire ce qu’Homère dit d’Achille, alors que la plupart des récits qui le concernent font la part belle au merveilleux”228, c’est qu’il a composé son œuvre arès la mort de ce héros. Ils ne lui trouvent donc aucun motif pour travestir la vérité.

  • 229 Luc., Hist. Conscr., 10.
  • 230 Romilly 1966.
  • 231 Luc., Hist. Conscr., 9.13.
  • 232 Luc., Hist. Consc., 11.
  • 233 Luc., Hist. Conscr., 59.

54D’autre part une lecture plus attentive du texte de Lucien permet de montrer que la critique de Lucien n’est pas aussi radicale qu’il y paraît. Il ne condamne pas absolument les mythes et le plaisir qu’ils procurent, mais rejette un usage excessif (πέρα τοῦ μετρςίου) de ce type d’”assaisonnement” qui ne saurait plaire qu’à la populace et à la masse229. Loin d’exclure, comme Thucydide, le plaisir de l’histoire230, il le réhabilite à condition qu’il ne se produise pas aux dépens de la vérité231. Il réintroduit aussi l’éloge à condition qu’il soit fait “selon les règles de l’art” (κατὰ τέχνην)232 et soit comme le blâme, prodigué “avec modération et réflexion”, “décerné sans flagornerie”, “accompagné de preuves” et fait “rapidement et à propos”233.

  • 234 Luc., Hist. Conscr., 63. Voir Avenarius 1956, 163-164.

55Quant au muthodes, Lucien ne l’exclut pas absolument, comme le faisait Thucydide. Même au chapitre 10, il ne rejette que ce qui est “absolument merveilleux” (τὸ κομιδῇ μυθῶδες). Il n’est donc pas surprenant de voir Lucien réintroduire aussi le mythe dans sa conclusion, sous certaines conditions : “Si un mythe se présente, il faut le mentionner, mais sans lui accorder un crédit complet, en le mettant à la disposition du public et en laissant à chacun la liberté d’en décider comme il lui plaît”234. Ainsi l’historien ne courra aucun risque, car il ne penchera ni dans un sens ni dans l’autre. Bref on revient avec Lucien à une présentation du mythe entre guillemets, ce qui correspond assez bien à l’usage qu’en fait Denys d’Halicarnasse dans ses Antiquités romaines.

Conclusion

  • 235 Pour des esquisses, voir Wardman 1960 ; Fornara 1983, 4-12 ; Pierart 1983 ; Graf 1993, 121-142 ; M (...)

56Cette étude vocabulaire, qui ne saurait remplacer une étude encore à faire du traitement des mythes dans l’historiographie grecque235 montre à l’évidence que l’exclusion radicale du muthodes par Thucydide n’a pas eu de réelle postérité – à l’exception peut-être d’Agatharchide, pour autant qu’on en puisse juger d’après les fragments. À partir de l’époque hellénistique le mythe est réintroduit avec plus ou moins d’intensité dans l’historiographie et le fossé qui sépare Polybe et Strabon de Diodore et de Denys n’est peut-être pas aussi profond qu’on l’a dit. Le traité de Lucien n’est qu’en apparence un écho de Thucydide, car ses affirmations radicales sont le plus souvent accompagnées de reprise qui les nuancent et les affaiblissent. En ce sens il reflète assez bien la réalité de l’historiographie grecque à partir de l’époque hellénistique.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Avenarius, G. (1956) : Lukian Schrift zur Geschichtsschreibung, Meisenheim.

Bassi, D. (1941-1942) : “La mitologia in Strabone”, RIL, 75, 319-326.

Battezzato, L. (2003) : “Agatarchide di Cnido e il commenti ai poeti”, Lexis, 21, 279-302.

Biraschi, A. M. (1974) : “Strabone e la difesa di Omero nei prolegomena”, Strabone. Contributi allo studio della personalità e dell’opera ed. F. Prontera, Pérouse, 129-153.

Borgeaud, P. (1993) : “Quelques remarques sur la mythologie divine à Rome, à propos de Denys d’Halicarnasse (Ant. Rom. II. 18-20)”, Mythos in mythenloser Gesellschaft. Das Paradigm Roms ed. F. Graf “Colloquium Rauricum” 3, Stuttgart, 175-187.

Bowersock, G. W. (1994) : Fiction as History. Nero to Julian ‘Sather Classical lectures’ 58, Berkeley.

Brunt, P. A. (1991) : “On historical fragments and epitomes”, Geschichtsbild und Geschichtsdenken im Altertum hrg J.M. Alonso Nuñez, “Wege der Forschung” Darmstadt, 334-362.

Calame, C. (1996) : Mythe et histoire dans l’antiquité grecque, Lausanne.

Camassa, G. (1988) : “Problemi storici-religiosi dei libri di Strabone”, Strabone e l’Italia antica ed. G. Maddoli, Pérouse, 191-206.

Clarke, K. (1999) : “Universal Perspective in Historiography”, The Limits of Historiography. Genre and narrative in Ancient Historical Texts ed. C. Shuttleworth, Kraus, Leyde, 249-279.

Delcourt, A. (2005) : Lecture des Antiquités Romaines de Denys d’Halicarnasse. Un Historien entre deux mondes, Bruxelles.

Dueck, D. (2000) : Strabo of Amasia, Londres.

Fornara, C. (1983) : The nature of History in Ancient Greece and Rome, Berkeley.

Fox, M. (1993) : “History and rhetoric in Dionysius of Halicarnassus”, JRS, 83, 31-47.

– (2001) : “Dionysius, Lucian, and the Prejudice against Rhetoric in History”, JRS, 91, 76-93.

Fromentin, V. (1988) : “L’attitude critique de Denys d’Halicarnasse face aux mythes”, BAGB, 318-326.

– (1993) : “La définition de l’histoire comme “mélange” dans le prologue des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse (1.8.3)”, Pallas, 39, 177-192.

Gabba, E. (1981) : “True History and False History in Classical Antiquity”, JRS, 71, 50-62.

– (1991) : Dionysius and the History of Archaic Rome, “Sather Classical Lectures” 56, Berkeley.

Gehrke, H. J. (2001) : “Myth, History, and Collective Identity : Uses of the Past in Ancient Greece and Beyond”, in : Luraghi 2001, 286-313.

Graf, F. (1993) : Greek Mythology. An Introduction (engl. transl.), Baltimore.

Guelfucci, M. R. (2001) : “De Polybe à Diodore : les leçons del’histoire”, Histoire et Historiographie dans l’antiquité. Actes du 11e colloque de la Villa Kerylos à Beaulieu-sur-Mer les 13 et 14 octobre 2000, Paris, 83-101.

Homeyer, H. (1965) : Lukian Wie man Geschichte schreiben soll, Munich.

Hornblower, S. (1991) : A Commentary on Thucydides, I, Oxford.

Kallet, L. (2001) : Money and the corrosion of power in Thucydides : the Sicilian Expedition and its aftermath, Berkeley.

Luraghi, N. (2001) : The Historian’s Craft in the Age of Herodotus, Oxford.

Marcotte, D. (2001) : “Structure et caractère de l’œuvre historique d’Agatharchide”, Historia, 50 (4), 385-435.

Marincola, J. (1997) : Authority and Tradition in Ancient Historiography, Cambridge.

Moxon J. S., J. D. Smart et A. J. Woodman (1986) : Past Perspectives : Studies in Greek and Roman Historical, Cambridge.

Pelling, C. B. R. (1999) : “‘Making myth look like history’Plato in Plutarch’s Theseus-Romulus”, in : Perez-Jimenez et al. 1999, 431-443.

Perez-Jimenez, A., J. Garcia Lopez et R. M. Aguilar (1999) : Plutarco, Platón y Arisoteles, Actas del V Congreso Internacional de la I.P.S. (Madrid-Cuenca, 4-7 de mayo de 1999), Madrid.

Pernot, L. (2006) : “Histoire et rhétorique dans le traité de Lucien Sur la manière d’écrire l’histoire”, Cahiers des études anciennes, 42, 31-54.

Pierart, M. (1983) : “L’historien ancien face aux mythes et aux légendes”, LEC, 51, 47-62, 101-115.

Romilly, J. de (1956) : Histoire et raison, Paris.

– (1958) : “L’utilité de l’histoire selon Thucydide”, Histoire et historiens dans l’antiquité “Entretiens sur l’antiquité classique” IV, Vandoeuvres - Genève, 39-81.

– (1966) : “La condamnation du plaisir dans l’œuvre de Thucydide”, WS, 79, 142-148.

Santoni, A. (2001) : La storia senza miti di Agatarchide di Cnido, Pise.

Schenkeveld, D. M. (1976) : “Strabo on Homer”, Mnemosyne, 39, 52-64.

Schultze, C. (1986) : “Dionysius of Halicarnassus and his audience”, in : Moxon et al. 1986, 121-141.

Verdin, H. (1974) : “La fonction d l’histoire selon Denys d’Halicarnasse”, AncSoc, 5, 289-307.

– (1990) : “Agatharchide de Cnide et les fictions des poètes”, in : Verdin et al. 1990, 1, 1-15.

Verdin, H., G. Schepens et E. Keyser (1990) : Purposes of History. Studies in Greek Historiography from the 4th to the 2nd century B. C., Louvain.

Veyne, P. (1983) : Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris.

Walbank, F. (1955) : “Tragic History. A reconsideration”, BICS, 2, 4-14.

– 1960 (1985) : “History and Tragedy”, Historia, 9, 216-234, repr. in Selected Papers Cambridge 1985, 224-241.

– (1970-1979) : A Historical Commentary on Polybius, I-III, Oxford.

Wardman, A. (1960) : “Myth in Greek Historiography”, Historia, 9, 405-414.

West, S. (2002) : “Demythologisation in Herodotus”, Xenia Toruniensia, 6, 1-48.

Williams, B. (2004) : Truth & Truthfulness. An essay in genealogy, Princeton.

Wiseman, T. P. (1979) : Clio’s cosmetics : three studies in Greco-Roman Literature, Leicester - Totowa N.J.

Notes

1 Hdt. 2.23 : Ὁ δὲ περὶ τοῦ Ὠκεανοῦ λέξας ἐς ἀφανὲς τὸν μῦθον ἀνενείκας οὐκ ἔχει ἔλεγον.

2 Hdt. 2.45.1 Λέγουσι δὲ πολλὰ καὶ ἄνεπισκέπτως οἱ Ἕλληνες' εὐτῶν καὶ ὅδε ὁ μῦθός ἐστι τὸν περὶ τοῦ Ἡρακλέος λέρουσι.

3 West 2002.

4 Hume dans son essai “Of the populousness of Ancient Nations” 1741 cité par Williams 2004, 151.

5 Thc. 1.21. καὶ οὔτε ὡς ποιηταὶ ὑμνήκασι περὶ αὐτῶν ἐπὶ τὸ μεῖζον κοσμοῦντες μᾶλλον πιστεύων, οὔτε ὡς λογογράφοι ξυνέθεσαν έπὶ τὸ προσαγωγότερον τῇ ἀκροάσει ἢ ἀληθέστερον, ὄντα ἀνεξέλεγκτα καὶ τὰ πολλὰ ὑπὸ χρόνου αὐτῶν ἀπίστως ἐπὶ τὸ μυθῶδες ἐκνενικηκότα ηὑρῆσθαι δὲ ἡγησάμενος ἐκ τῶν ἐπιφανεστάτων σημείων ὡς παλχιὰ εἶναι ἀποχρώντως.

6 Walbank 1960 (1985), 229 remarque justement que ce mot ne condamne pas seulement, comme le pensait Gomme 1945, 149, “the historical romance” ; il inclut aussi “The ‘ mythical’or miraculous aspects of the legends”.

7 Thc. 1.22.4 καὶ ἐς μέν ἀκρόασιν ἴσως τὸ μὴ μυθῶδες αὐτῶν ἀτερπέστερον φανεῖται· ὅσοι δὲ βουλήσονται τῶν τε γενομένων τὸ σαφὲς σκοπεῖν καὶ τῶν μελλόντων ποτὲ αὔθις κατὰ τὸ ἀνθρώπινον τοιούτων καὶ παραπλησίων ἔσεσθαι, ὠφέλιμα κρίνειν αὐτὰ ἀρκούντως ἕξει.

8 Williams 2004, 164-166.

9 schol. ad Thuc. 1.22.4 : αἰνίττεται δὲ τὰ μυθικὰ Ἡροδότου.

10 Marcellin., Vit. Thuc., 48. l. 2-3 : οὐ γὰρ ἐπετήδευσε τοῖξ ἅλλοις συγγραφεῦσιν οὐδὲ ἱστορικοῖξ, οἳ. μύθους ἐγκατέμιξαν ταῖς ἑαυτῶν ἱστορίαις, τοῦ τερπνοῦ πλέον τῆς ἀληθείας ἀντιποιούμενοι.

11 Cf. Diod. 1.37.3. Voir aussi Str. 1.2.35C43 ; Phot., Bibl., 161 p. 104a.

12 Plut., Thes., 17.3.

13 frgt 1a Fowler (schol Ap. Rhod. 3.1177-87b).

14 Th., 6.3.

15 Bowersock 1994, 1 : “history was so encrusted with myth and legend that the Greeks and the Romans found it hard to distinguish corrosion from the hard core”.

16 Voir Thc. 2.102.5 : λέγεται (Alcméon), 4.24.5 ; Χάρυβδις κληθεισα (Charybde) ; 6.2.1 : παλαίτατοι μὲν λέγονται ἐν μέρει τινὶ τῆς χώρας Κύκλωπες καὶ Λαιστρυγόνες οἰκῆσαι.

17 Voir Romilly 1956, 277 : “l’ensemble des légendes que retient Thucydide s’organise selon des schèmes d’allure récente” et Hornblower 1991, 19.

18 Thc. 1.4.

19 Thc. 1.9.2.

20 Thc. 1.9.2.

21 Thc. 1.9.3-4.

22 Thc. 1.11.1-2. Voir Kallet 2001, 99.

23 Thc. 2.29.2-3.

24 Gehrke 2001, 298.

25 Gabba 1981, 53.

26 Plut., Art., 6.9 : πολλάκις ὁ λόγος αὐτοῦ πρὸς τὸ μυθῶδες καὶ δραματικὸν ἐκτρεπόμενος τῆς ἀληθείας.

27 Phot., Bibl., 72 p. 45 Ἡ δὲ ἡδονὴ τῆς ἱστορίας αὐτοῦ τὸ πλειστον έν τῇ τῶν διηγημάτοῦ αὐτοῦ γίνεται διασκευῇ τὸ παθητικὸν καὶ ἀπροσδόκητον ἐχούση πολύ, καὶ τὸ ἐγγὺς τοῦ μυθώδους αὐτὴν διαποικιλλειν. Voir Walbank 1960, 239-240.

28 FrGrHist 328.11.

29 Cf. Plut., Thes., 15.2.

30 Cf. Plut., Thes., 14.

31 Cf. Clem. Al., Strom., 1.1.2.

32 Cf. Diod. 5.3.1.

33 Cf. Diod. 4.21.5.

34 Cf. Diod. 4.1.3.

35 Cf. Str. 9.3.11-12 C 422.

36 FrGrHist 70 fr. 31a.

37 FrGrHist 70 fr. 31b.

38 Str. 9.3.12 : συγχεῖν ἐβούλετο τόν τε ἱστορίας καὶ τὸν τοῦ μύθου τύπον.

39 Theon, Prog., I 95-96 Spengel.

40 Cf. Ael., VH, 3.18 et Cic., Leg., 1.5.

41 Pol. 38.6.

42 Phot., Bibl., cod. 250.

43 Voir sur ce point Verdin 1990, 4-5 et la bibliographie rassemblée par lui dans la note 12 ainsi que Brunt 1991, 343-347.

44 Sur le traitement du mythe et de la poésie dans l’œuvre d’Agatharchide, voir Verdin 1990, Marcotte 2001, Santoni 2001 et Battezato 2003.

45 Frgt 7 444a : Καὶ ταῦτα μὲν εἰς ἄπορον καταστρέφοντα δόξαν πολλαῖς καὶ τῶν γυναικῶν εὔλογον παραδίδωσι χλευασμόν.

46 Frgt 8 444a : πᾶς ποιητὴς ψυχαγωγίας [μᾶλλον] ἢ ἀληθείας ἐστὶ στοχαστής.

47 Str. 1.2.3 c 15 : ποιητὴν πάντα στοχάζεσθαι ψυχαγωγίας, οὐ διδασκαλίας.

48 Agatharchide frgt 8 : ὁ τὴν τῶν μυθοποιῶν ἐξουσίαν εἰς πραγματικὴν μετάγων ἐνάργειαν J’adopte ici pour ἐναργεία l’interprétation de H. Verdin (Verdin 1990, 8 “vivacité de la représentation”) et non celle de Santoni 2001, 59 n. 109 “evidenza che deriva dei fatti e dalla loro osservazione”.

49 Fox 1993, 43.

50 Pol. 9.1.2.

51 Pol. 12.25b. 2.

52 Pol. 2.56.11-12.

53 Voir Walbank (1960) 1985, 236 et Verdin 1974, 298-299.

54 Pol. 1.35.9 : καλλίστην παιδείαν ἡγηιέον πρὸς ἀληθινὸν βίον τὴν ἐκ τῆς πραγματικῆς ἰστορίας περιγινομένην ἐμπειρίαν.

55 Pol. 1.1.2-3 : μόνην διδάσκαλον τοῦ δύνασθοι τὰς τῆς τύχης μεταβολὰς γενναίως ύποφέρειν τὴν τῶν ἀλλοτρίων περιπετειῶν ὐπόμνησιν.

56 Pol. 3.118.12 : τοῖς φιλομαθοῦσι καὶ πραγματικοῖς τῶν ἀνδρῶν

57 Pol. 9.2.1-2 : τά τε περὶ τὰς γενεαλογίας καὶ μύθους καὶ περὶ τὰς ἀποικίας, ἔτι δὲ συγγενείας καὶ κτίσεις.

58 Pol. 9.1.4.

59 Pol. 2.16.13-4.

60 Pol. 2.58.12 et 16.18.2. Voir Walbank 1955 et 1960 (1985).

61 Pol. 4.42.7.

62 Pol. 12.24.5 : ἐνυπνίων καὶ τεράτων καὶ μύθων ἀπιθάνων καὶ συλλήβδην δεισιδαιμονίας ἀγεννοῦς καὶ τερατείας γυναικώδους ἐστὶ πλήρης.

63 Polyb. 3.31.12 : τὸ καταλειπόμενον αὐτῆς ἀγώνισμα μὲν μάθημα δ' οὐ γίνεται, καὶ παραυιτίκα μὲν τέρπει, πρὸς δὲ τὸ μέλλον ούδὲν ὠφελεῖτὸ παρἀπαν.

64 Pol. 9.1.5 : τῷ δὲ πλείονι μέρει τῶν ἀκροατῶν ἀψυχαγώγητον παρεσκευάκαμεν τῆν ἀνάγνοισιν.

65 Pol. 6.2.8 : Ὅτι τὸ ψυχαγωγοῦν ἅμα καὶ τὴν ὠφέλειαν ἐπιφέρον τοῖς φιλομαθοῦσι τοῦτ' ἔστιν ἡ τῶν αἰτιῶν θερία καὶ τοῦ βελτίονος ἐν ἐκάστοις αἵρεσις.

66 Pol. 7.7.8 : καὶ γὰρ τοῖς φιληκόοις ήδίων οὗτος καὶ τοῖς φιλομαθοῦσι τᾧ παντὶ χρησιμώτερος.

67 Pol. 9.2.6 : διόπερ ἡμεῖς οὐχ οὔτως τῆς τέρψεως στοχαζόμενοι τῶν ἀναγωσομένων ὡς τῆς ὠφελείας τῶν προσεχόντων.

68 Pol. 15. 36.3. Voir Walbank 1970-1979, I, 7-8, II, 494.

69 Pol. 1.4.11.

70 Pol. 38.6.1 : μυθικαῖς καὶ διηγηματικαῖς ... παρεκβάσεσι.

71 Pol. 38.5.1-6.7.

72 Voir Walbank 1970-1979, I. 11-12.

73 Pol. 3.91.7-8. Voir Marincola 1997, 127 n. 328.

74 Pol. 34.4.1-3 : ποιητικὴν ἐξουσίαν, ἣ συνέστηκεν ἐξ ἱστορίας καὶ διαθέσεως καὶ μύθου, τῆς μὲν οὖν ἱστορίας ἀλήθειαν εἶναι τέλος,... τῆς δὲ διαθέσεως ἐνέργειαν εἶναι τὸ τέλος ..., μύθου δὲ ἠδονὴν καὶ ἔκπληξιν.

75 Pol. 34.11.20 : τὸ μυθωδέστατον δοκοῦν εἰρῆσθαι τῷ ποιητῷ οὐ μάτην φαίνεσθαι λεχθέν, ἀλλ' αἰνιξαμένου τὴν ἀλήθειαν, ὅταν φῇ ταμίαν τῶν ἀνέμων τὸν Αἴολον.

76 Pol. 34.2.2 : Ἐκ μηδενὸς δὲ ἀληθοῦς ἀνάπτειν τερατολογίαν οὐχ Ὁμηρικόν.

77 Pelling 1999, 432-433.

78 Pol. 34.4.4 : τὸ δὲ πάντα πλάττειν οὐ πιθανὸν οὐδ' Ὀμηρικόν.

79 Pol. 34.2.4-10.

80 Pol. 34.3.9. Voir Walbank (1960) 1985, 234.

81 Sur le mythe chez Strabon, voir, outre l’article important de Schenkeveld 1976, Bassi 1940-1941, Biraschi 1984, Camassa 1988, Dueck 2000, 73-75.

82 Str. 6.2.10 C 276.

83 Str. 9.4. 18 C429 : τὰ μὲν σφόδρα παλαιὰ καὶ μυθώδη καὶ οὐχ ὁμολογούμενα τὰ πολλά ἐῶντες.

84 Str. 11.5.3 C504 : τὰ γὰρ παλαιὰ καὶ ψευδῆ καὶ τερατώδη μὐθοι καλοῦνται, ἡ δὲ ἰστορία βούλεται τἀληθές, ἄν τε παλαιὸν ἄν τε νέον, καὶ τὸ τερατῶδες ἢ οὐκ ἒχει ἢ σπάνιον.

85 Str. 1.1.10 C6-7 : οὐδὲ γὰρ ἀληθές ἐστιν, ὅ φησιν Ἐρατοσθένης, ὅτι ποιητὴς πᾶς στοχάζεται ψυχαγωγίας, οὐ διδασκαλίας. Voir aussi 1.2.3 C17 ; 1.2.12 C22 Schenkeveld 1976, 55-56 rappelle que c’était aussi le point de vue d’Aristarque.

86 Str. 1.2.3 C15.

87 Str. 1.2.8 C19 : οἵ τε πολλοὶ τῶν τὰς πόλεις οἰκούντων εἰς μὲν προτροπὴν ἄγονται τοῖς ἡδέσι τῶν μύθων, ὅταν ἀκούωσι τῶν ποιητῶν ἀνδραγαθήματα μυδώδη διηγουμένων.

88 Str. 1.2.8 C19.

89 Str. 1.1.10 C6 : συγγνοίη δ’ ἂν καὶ εἰ μυθώδη τινὰ προσπέπλεκται τοῖς λεγομένοις ἱστορικῶς καὶδιδασκαλικῶς, καὶ οὐ δεῖ μέμφεσθαι.

90 Str. 1.2. 19 C26 : ἀεὶ τοὺς μύθους ἀπό τινων ἱστοριῶν ἐνάγων. Voir aussi 1.2.14 C23, 1.2.18 C26, 3.4.4 C157.

91 Cf. Str. 1.2.17 C25 ; 1.2.36 C43 ; 1.2.37 C 44 ; 1.2.38 C45 ; 1.2.40 C46 ; 3.4.4 C15 ; 5.2.6 C224 ; 7.3.6 C299 ; 7.3.7 C300 ; 7.3.9 C303 ; 7.3.10 C303 ; 12.3. 27 C555.

92 Str. 1.2.30 C37 : προσέθηκε παῥ ἑαυτοῦ πολλαπλάσιον διάστημα τοῦ μυθώδους χᾶριν. αἱδὲ μυθοποιίαι οὐκ ἀγνοίας σημεῖον δήπου ... ἀλλ' ἡδονῆς καὶ τέρψεως χάριν. Voir aussi 1.3.18 C59. De même l’antre des Nymphes est sans doute une fiction homérique qui peut s’expliquer par goût du merveilleux (κατάψευσιν τῶν τόπων κατὰ τὸ μυθῶδες).

93 Str. 15.3.18 C 733 : οἳ καὶ τὸ μυθῶδες πρὸς τὸ συμφέρον ἀνάγοντες.

94 Str. 1.2.8 C19.

95 Str. 1.2.35 C43 : φαίνεται γὰρ εὐθὺς ὅτι μύθους παραπλέκουσιν ἑκόντες οὐκ ἀγνοίᾳ τῶν ὄντων, ἀλλὰ πλάσει τῶν ἀδυνάτων τερατείας καὶ τέρψεως χάριν.

96 Str. 1.2.35 C43.

97 Str. 1.2.35 C42 : σύγχυσίν τινα ἐμφαίνοντες τοῦ μυθικοῦ καὶ ἱστορικοῦ.

98 Str. 11.6.3 C508.

99 Str. 11.6.3 C508.

100 Str. 16.4.16 C775.

101 Str. 15.1.57 C711 : ὑπερεκπίπτων δ' ἐπὶτὸ μυθῶδες.

102 Str. 17.3.8 C829 : καὶ τὰ περὶ τῶν ἐλεφάντων μυθώδη.

103 Str. 4.5.5 C201 : πέπλασται.

104 Str. 2.3.5 C100 : εἴθ’ ὑπ’ αὐτοῦ πεπλασμένον εἴτ’ ἄλλων πλασάντων πιστευθέν.

105 Str. 1.3.2 C47 : οὐδενὸς ἀπέχεται μυθώδους, πεπίστευκε δὲ... πολλοῖς μυθώδεσι

106 Str. 4.4.6 C198 : μυθωδέστερον ... μυθωδέστερα.

107 Str. 6.2.4 C271 : παντελῶς μυθῶδες.

108 Str. 9.3.12 C422 : τίδ’ ἂν εἴη μυθωδέστερον ...

109 Str. 5.3.2 C229 : μυθεύεται.

110 Str. 5.3.3 C230 : ἄλλη δέ τις προτέρα καὶ μυθώδης Ἀρκαδικὴν λέγουσα γενέσθαι τὴν ἀποικίαν ὑπ’ Εὐάνδρου.

111 Str. 6.3.9 C284 : καὶ τὸν Διομήδη μυθεύουσιν ἀφανισθῆναί τινες καὶ τοὺς ἑταίρους ἀπορνιθωθῆναι... τρίτος δ’ ὁ μυθώδης, ὃν προεῖτον, τὸν ἐν νήσῳ λέγων ἀφανισμόν.

112 Str. 1.2.8 C19 : φιλειδήμων γὰρ ἄνθρωπος, προοίμιον δὲ τούτου τὸ φιλόμυθον.

113 Str. 1.2.8 C19-20 et 11.6.2 C507.

114 Str. 9.3.11 C422 : ἐπιτημήσας γοῦν τοῖς φιλομυθοῦσιν ἐν τῇ τῆς ἱστορίας γραφῇ.

115 Str. 10.3.23 C474 : καίπερ ἥκιστα φιολομυθοῦντες.

116 Str. 7.7.12 C329 : Θετταλοῖς μυθώδεις λόγους προσχαριζόμενος.

117 Str. 5.4.12 C250 : δοκεῖ δὲ καὶ Ταραντίνων πλάσμα τοῦτ’ εἶναι, κολακευόντων ὁμόρους καὶ μέγα δυναμένους ἀνθρώπους.

118 Str. 11.5.5 C505 ; 15.1.7 C687 ; 15.1. 8-9 C687-688 les expéditions de Dionysos et d’Héraclès en Inde et l’échec d’Héraclès devant Aornos qu’Alexandre a conquis ; 15.2.7 C723 le rêve où Alexandre aurait eu la révélation du remède pour Ptolémée ; 17.1.43 C813 Alexandre sauvé par une miraculeuse chute de pluie et guidé par deux corbeaux vers l’oracle d’Ammon.

119 Str. 11.5.5 C505 : Καὶ τὰ πρὸς τὸ ἔνδοξον θρυληθέντα οὐκ ἀνωμολόγηται παρὰ πάντων, οἱ δὲ πλάσαντες ἦσαν οἱ κολακείας μᾶλλον ἢ ἀληθείας φροντίζοντες. Le même accent sur l’union étroite de la flatterie et du “mythe” ou de la “fiction” se retrouve dans tous les passages cités ci-dessus.

120 Diod. 1.3.2 ; 4.1.1. Voir Marincola 1997, 119-120.

121 Diod. 1.2.2 : ἡ τῶν ἐν ᾅδου μυθολογία τὴν ὑπόθεσιν πεπλασμένην ἔχουσα versus τὴν προφῆτιν τῆς ἀληθείας ἰστορίαν, voir aussi 21.17.4.

122 Diod. 1.69.7 : ὅσα μὲν οὖν Ἡρόδοτος καί τινες τῶν τὰς Αἰγυπτίων πράξεις συνταξαμένων ἐσχεδιάκασιν, ἑκουσίως προκρίναντες τῆς ἀληθείας τὸ παραδοξολογεῖν καὶ μύθους πλάττειν ψυχαγωγίας ἕνεκα, παρήσομεν.

123 Diod. 1.2.7 : συμβαίνει τὴν μὲν ποιητικὴν τέρπειν μᾶλλον ἤπερ ὠφέλειν.

124 Diod. 4.47.2 : τερατώδεις παρὰ τοῖς Ἕλλησι πλασθῆναι μύθους.

125 Diod. 1.2.2 et 21.17.4 : προφῆτιν τῆς ἀληθείας.

126 Diod. 1.2.2 : εὐεργέτιν ... τοῦ κοινοῦ γένους.

127 Diod. 1.2.7 : συμφωνούντων ἐν αὐτῇ [l’histoire] τῶν λόγων τοῖς ἔργοις.

128 Diod. 1.1.1 : “les auteurs d’histoires universelles ‘ ont eu l’ambition de servir par leur labeur le genre τοῖς ἰδίοις πόνοις τὸν κοινὸν βίον ἐφιλοτιμήθησαν”. Voir aussi 1.3.5, 1.3.7, 1.3.8 et 1.4.1

129 Voir Guelfucci 2001, 95-101.

130 Romilly 1958.

131 Romilly 1958, 52.

132 Sur l’universalité tout à la fois temporelle et spatiale de l’œuvre de Diodore, voir Clarke 1999, 255-265.

133 Diod. 1.1.1, 1.2.8.

134 Diod. 1.3.1.

135 Diod. 1.1.1 : ἀκίνδυνον διδασκαλίαν.

136 Diod. 1.1.2, 1.1.4.

137 Diod. 1.1.3.

138 Diod. 1.1.4 : μίμησιν τῶν ἐπιτετευγμένων.

139 Diod. 1.1.5 : προτρέπεται τοῖς καλλιστοίς τῶν ἔργων ἐπιχειρεῖν. Voir aussi 1.2.2, 1.2.8 et 24.2.1.

140 Diod. 1.2.1.

141 Diod. 1.2.5.

142 Diod. 1.2.3 : τοῖς δὲ δἰ ἀρετὴν περιποιησαμένοις δόξαν αἱ πράξεις ἅπαντα τὸν αἰῶνα μνημονεύονται, διαβοώμεναι τῷ θειοτάτῳ τῆς ἱστορίας στόματι. Voir aussi 1.2.1.

143 Diod. 1.2.4 : πάντες δὲ μεγάλων ἐπαίνούνἠξιώθησαν, τὰς ἀρετὰς αὐτῶν τῆς ἱστορίας ἀπαθανατιζούσης.. Voir aussi 1.1.5.

144 Diod. 1.1.5, 1.2.2.

145 Diod. 3.62.2 ; 4.47.3 ; 4.53.7 ; 4.56.1 ; 6.1.3.

146 Diod. 3.30.2 : οὐ χρὴ δὲ θαυμάζειν οὐδὲ ἀπιστεῖν τοῖς λεγομένοις, πολλὰ τούτων παραδοξότερα κατὰ πᾶσαν τὴν οἰκουμένην γεγονότα, διὰ τῆς ἀληθοῦς ἱστορίας παρειληφότας. Voir aussi 3.33.7 (à propos des Troglodytes) ; 3.52.2-3 (les Amazones) ; 4.77.9 ἀλλὰ περὶ μὲν τούτων [le mythe de Dédale et d’Icare] εἰ καὶ παράδοξός ἐστιν ὁ μῦθος, ὅμως ἐκρίναμεν μὴ παραλιπεῖν αὐτόν. L’importance du παράδοξον dans l’œuvre de Diodore a été bien soulignée par Guelfucci 2001, 87-88.

147 Veyne 1983, 26.

148 Diod. 4.8.2. Voir Gabba 1991, 127.

149 Diod. 4.8.3 : καθόλου μὲν γὰρ ἐν ταῖς μυθολογουμέναις ἱστορίαις οὐκ ἐκ παντὸς τρόπουῶς πικρῶς τὴν ἀλήθειαν ἐξεταστέον.

150 Diod. 1.93.3-4.

151 Diod. 1.86.2 : τὴν μὴν πρώτην [αἰτίαν] μυθώδη παντελῶς καὶ τῆς ἀρχαϊκῆς ἁπλότητος οἰκείαν.

152 Diod. 4. 6.2 : τινὲς δέ φασι τὸ αἰδοῖον τῶν ἀνθρώπων τοὺς παλαιοὺς μυθωδῶς ὀνομάζειν βοὺλομένους Πρίαπον προσαγορεῦσαι.

153 Diod. 1.37.3 : εἰς τὰς μυθώδεις ἀποφάσεις ἀπέκλιναν.

154 Diod. 1.12.9 : καὶ τοῦτο μὴ μυθῶδες ὑπάρχειν, ἀλλὰ δυνατόν, εἴπερ οὗτοι πρὸς ἀλήθειάν εἰσιν οἱ πάντα γεννῶντες.

155 Dion. H. 1.8.1 : Αρχομαι μὲν οὖν τῆς ἱστορίας ἀπὸ τῶν παλαιοτάτων μύθων.

156 Dion. H., AR, 1.1.2 : ἱστορίας, ἐν αἷς καθιδρῦσθαι τὴν ἀλήθειαν [πάντες] ὑπολαμβάνομεν, 1.6.5 Th., 8 t) τῆς ἀληθείας, ἧς ἱέρειαν εἶναι τὴν ἱστορίαν.

157 Dion. H., AR, 1.5.1.

158 Dion. H. 1.6.2 : ἕκαστος ὀλίγα καὶ οὐδὲ ἀκριβῶς αὐτῷ διεσπουδασμένα, ἀλλ’ ἐκ τῶν ἐπιτυχόντων ἀκουσμάτων συνθεὶς ἀνέγραψεν.

159 Dion. H., AR, 1.4.3, 1.6.4 et Th., 8.

160 Dion. H., Th., 41.6-7, Pomp., 15. Voir Fox 1993, 37-38.

161 Dion. H., AR, 1.4.3, 1.6.5.

162 Dion. H., AR, 1.1.2, 1.2.1, 5.56.1, 11.1.4-5.

163 Dion. H., Pomp., 6.4.

164 Dion. H., AR, 11.1.4.

165 Dion. H., AR, 1.6.4, 5.75.1, 11.1.5. Voir Verdin 1974, 298-300 ; Schultze 1986, 137-138 ; Fox 1993, 38 ; Fox 2001, 81.

166 Voir Fromentin 1988 ; Delcourt 2005, 58-60.

167 Dion. H., Th., 7.3 : Θουκυδίδη ... οὐχ ἥρμοττεν ἐγκαταμίσγειν τῇ διηγήσει τὰς θεατρικὰς γοητείας οὐδὲ πρὸς τὴν ἀπάτην ἀρμόττεσθαι τῶν ἀναγνωσομένων.

168 Dion. H., Th., 5.3 : μῦθοι τινες ἐνῆσαν ἀπὸ τοῦ πολλοῦ πεπιστευμένοι χρόνου καὶ θεατρικαί τινες περιπέτειαι πολὺ τὸ ἠλίθιον ἔχειν τοῖς νῦν δοκοῦσαι.

169 Dion. H., Th., 7.1 : πολλὴν ἔχων συγγνώμην, εἰ καὶ τῶν μυθικῶν ἥψαντο πλασμάτων, ἐθνικὰς καὶ τοπικὰς ἐκφέροντες ἱστορίας.

170 Dion. H., Th., 7.2 : ἐκείνοις μὲν οὖν τοῖς ἀνδράσιν ἀναγκαῖον ἦν ποικίλλειν τοῖς μυθώδεσιν ἐπεισοδίοις τὰς τοπικὰς ἀναγραφάς.

171 Dion. H., Pomp., 6.4 : e εἴ τι θαυμαστὸν ἢ παράδοξον ἐκάστη γῆ καὶ θάλασσα φέρει, συμπεριείληφεν τ~ ῃ πραγματεία. Polybe le critique exactement pour les mêmes raisons, quand il lui reproche d’avoir passé les bornes du raisonnable (εὔλογον) et du possible (δυνατόν) en 16.12.6-7. Cf. Fox 1993, 43-44.

172 Dion. H., Pomp., 6.11 : ἔστι δὲ ἃ καὶ κατὰ τὸν πραγματικὸν τὸπον ἁμαρτάνει, καὶ μάλιστα κατὰ τὰς παρεμβολάς· οὔτε γὰρ ἀναγκαῖαί τινες αὐτῶν οὔτ’ ἐν καιρῷ γενόμεναι, πολὺ δὲ τὸ παιδιῶδες ἐμφαίνουσσαι·

173 Fromentin 1988, 323.

174 Dion. H., AR, 2.18.3. Voir Borgeaud 1993.

175 Dion. H., AR, 2.18.3 : μύθους ἐν οἷς βλασφημίαι τινὲς ἔνεισι κατ’ αὐτῶν ἢ κακηγορίαι, πονηροὺς καὶ ἀνωφελεῖς καὶ ἀσχήμονας ὐπολαβὼν εἶναι καὶ οὐχ ὅτι θεῶν ἀλλ’ οὐδ’ ἀνθρώπων ἀγαθῶν.

176 Dion. H., AR, 2.18 : ἅπασαν ἐκβαλοῦσα τερθρείαν μυθικὴν.

177 Dion. H., AR, 2.20.1-2.

178 Dion. H., AR, 1.39.1 (2 ex.), 1.40.6, 2.19.3, 4.40.7.

179 Dion. H., AR, 2.56.2-3 : οἱ μὲν οὖν μυθωδέστερα τὰ περὶ αὐτοῦ ποιοῦντες / οἱ δὲ τὰ πιθανώτερα γράφοντες.

180 Dion. H., AR, 1.48.1-4 : ὁ μὲν οὖν πιστότατος τῶν λόγων... εἰσὶ δ’ οἱ μυθωδεστέραν αὐτοῦ ποιοῦσι τὴν ἔξοδον ; 4.40.7 ἡ περὶ τῆς γενέσεως αὐτοῦ μυθικὴ καὶ ἄπιστος ὑπόληψις.

181 Dion. H., AR, 1.39.1 : τὰ μὲν μυθικώτερα /τὰ δ’ ἀληθέστερα ; 1.40.641.1 : ὁ μὲν μυθικὸς λόγος... ὁ δ’ ἀληθέστερος ; 1.79.1 : οἱ μὲν ἐπι τὸ μυθωδέστερον οἱ δὲ ἐπὶ τὸ τῇ ἀληθείᾳ ἐοικὸς μᾶλλον ἀποφαίνουσι. Cette substitution du “vraisemblable”, qui est la qualité majeure de la narratio selon les traités rhétoriques, reflète l’influence de la rhétorique sur l’histoire de Denys.

182 καὶ εἴ τις ἄλλως ἀφελῶν τὸ μυθῶδες τοῦ λόγου χώρας ἀρετὴν ἐξετάζειν ἐθελήσειεν,... οὐκ ἂν εὕροι ταύτης τινὰ ἐπιτηδειοτέραν.

183 Dion. H., AR, 1.61-62.

184 Voir Fromentin 1988, 322 ; Marincola 1997, 123 ; Delcourt 2005, 59.

185 Dion. H., AR, 1.39.1 : τὰ μὲν μυθικώτερα ... ὁ μὲν οἶν μυθικὸς περὶ τῆς παρουσίας αὐτοῦ λόγος ; 1.40.6 : ὁ μὲν οὖν μυθικὸς λογος ὑπὲρ αὐτου τοιόσδε παραδέδοται.

186 Dion. H., AR, 1.41 : τῶν ἐν ἱστορίας σχηματι τὰς πράξεις αὐτοῦ διηγησαμένων.

187 Dion. H., AR, 1.42.4. Voir Fox 1993, 44.

188 Dion. H., AR, 1.48.1 : Ὁ μὲν οὐν πιστότατος τῶν λόγων, ᾧ κέχρηται τῶν παλαιῶν συγγραφέων Ἑλλάνικος ἐν τοῖς Τρωικοῖς, περὶ τῆς Αἰνείου φυγῆς τοιόσδε ἐστίν.

189 Dion. H., AR, 1.48.1 : εἴρηνται δὲ καὶ ἄλλοις τιςὶ περὶ τῶν αὐτῶν οὐ κατὰ ταὐτὰ ἔχοντες λόγοι, οὒς ἧττον ἔγωγε τούτου πιθανοὺς εἶναι νομίζω.

190 Dion. H., AR, 1.48.1 : κρινέτω δὲ ὡς ἕκαστος τῶν ἀκουόντων βούεται.

191 Dion. H., AR, 1.48.4 : εἰςὶ δ’ οἳ μυθωδεστέραν αὐτοῦ ποιοῦσι τὴν ἔξοδον.

192 Dion. H., AR, 1.48.4 : ἐχέτω δ’ ὅπῃ τις αὑτὸν πείθει.

193 Dion. H., AR, 1.77.1.

194 Dion. H., AR, 1.77.2 : οἱ δὲ πλεῖστοι μυθολογοῦσι τοῦ δαίμονος εἰδωλον, οὗ τὸ χωρίον ἧν.

195 Dion. H., AR, 1.77.3.

196 Dion. H., AR, 1.79.1 : Μέχρι μὲν δὴ τούτων οἱ κλεῖστοι τῶν συγγραφέων τὰ αὐτὰ ἢ μικρὸν παραλλάττοντες οἱ μὲν ἐπὶ τὸ μυθωδέστερον, οἱ δ' ἐπὶ τὸ τῇ ἀληθεία ἐοικὸς μᾶλλον ἀποφαίνουσι.

197 Dion. H., AR, 2.60.4 : λόγους τε ὑπὲρ αὐτοῦ πολλοὺς καὶ θαυμαστοὺς λέγουσιν ἀναφέροντες τὴν ἀνθρωπίνην σοφίαν εἰς θεῶν ὑποθήκας.

198 Dion. H., AR, 2.60.4.

199 Dion. H., AR, 2.61.3.

200 Dion. H., AR, 2.84.1.

201 Dion. H., AR, 1.79.1.

202 Dion. H., AR, 2.56.1 : πολλοὶ παραδέδονται λόγοι καὶ διάφοροι.

203 Dion. H., AR, 2.56.2 : οἱ μὲν οὖν μυθωδέστερα τὰ περὶ αὐτοῦ ποιοῦντες.

204 Dion. H., AR, 2.56.6.

205 Dion. H., AR, 4.1.2.

206 Dion. H., AR, 4.2.1.

207 Dion. H., AR, 4.2.3 : τοῦτο τὸ μύθευμα οὐ πάνυ τι πιστὸν εἶναι δοκοῦν ἐτέρα τις ἐπιφάνεια θεία γενομένη περὶ τὸν ἄνδρα θαυμαστὴ καὶ παράδοξος ἧττον ἀπιστεῖσθαι ποιεῖ.

208 Dion. H., AR, 4.40.7 : ἐδήλωσε δέ τι καὶ ἄλλο δαιμόνιον ἔργον, ὅτι θεοφιλὴς ἦν ἁνήρ, ἐξ οὗ καὶ ἡ περὶ τῆς γενέσεως αὐτοῦ μυθικὴ καὶ ἄπιστος ὑπόληψις, ὥσπερ εἴρηταί μοι πρότερον, ἀληθὴς εἶναι ὑπὸ πολλῶν ἐπιστεύθη.

209 Fromentin 1988, 325-326. Voir aussi Fromentin 1993 passim.

210 Dion. H., AR, 1.8.3 ; voir aussi 5.56.1, 5.75.1, 11.1.1, 11.1.4.

211 Voir Verdin 1974, 296-297, Gabba 1991, 78-80.

212 Voir Pernot 2006, 36-37 avec la bibliogaphie qu’il cite n. 10. ainsi qu’Avenarius 1956, Homeyer 1965, 11-12, propose une date un peu plus tardive (166-168).

213 Flory 1990, 194 et 200.

214 Luc., Hist. Conscr., 8 : ποιητικῆς μὲν καὶ ποιημάτων ἄλλαι ὑποσχέσεις καὶ κανόνες ἴδιοι, ἱστορίας δὲ ἄλλοι.

215 Luc., Hist. Conscr., 8 : ἐκεῖ μὲν γὰρ ἄκρατος ἡ ἐλευθερία καὶ νόμος εἷς τὸ δόξαν τῷ ποιητῇ.

216 Luc., Hist. Conscr., 51.

217 Luc., Hist. Conscr., 9 : ἓν γὰρ ἔργον ἱστορίας καὶ τέλος, τὸ χρήσιμον, ὅπερ ἐκ τοῦ ἀληθοῦς μόνου συνάγεται. Voir aussi 9, 39, 40, 42, 63.

218 Luc., Hist. Conscr., : καὶ ὅλως πῆχυς εἷς καὶ μέτρον ἀκριβές, ἀποβλέπειν μὴ εἰς τοὺς νῦν ἀκούοντας ἀλλ' εἰς τοὺς μετὰ ταῦτα συνεσομένους τοῖς συγγράμμασιν.

219 Luc., Hist. Conscr., 10.

220 Luc., Hist. Conscr., 8.

221 Luc., Hist. Conscr., 8 : τὸν μῦθον καὶ τὸ ἐγκώμιον καὶ τὰς ἐν τούτοις ὑπερβολάς ; 10 τὸ κομιδῇ μυθῶδες καὶ τὸ τῶν ἐπαίνων μάλιστα πρόσαντες μύθοις καὶ ἐπαίνοις.

222 Luc., Hist. Conscr., 8 : τὰ τῆς ἐτέρας κομμώματα.

223 Luc., Hist. Conscr., 8.

224 Luc., Hist. Conscr., 10.

225 Luc., Hist. Conscr., 11 : ὁρῶντες τὸ ἀσύμφυλον καὶ ἀνάρμοστον καὶ δυσκόλλητον τοῦ πράγματος.

226 Luc., Hist. Conscr., 40 : τῶν κολακευόντοαν ..., οὓς πάλαι ἡ ἱστορία καὶ ἐξ ἀρχῆς εὐθὺς ἀπέστραπτο, οὐ μεῖον ἢ κομμωτικὴν ἡ γυμναστική et Plat., Grg., 463b, 465c. Voir Wiseman 1979, 5.

227 Luc., Hist. Conscr., 12 : ᾤετο γὰρ χαριεῖσθαι τὰ μέγιστα τῷ βασιλεῖ ἐπιψευδόμενος ἀριστείας τινὰς αὐτῷ καὶ ἀναπλάττων ἔργα μείζω τῆς ἀληθείας.

228 Luc., Hist. Conscr., 40 : Ὁμήρῳ γοῦν, καίτοι πρὸς τὸ μυθῶδες τὰ πλεῖστα συγγεγραφότι ὑπὲρ τοῦ Ἀχιλλέως, ἤδη καὶ πιστεύειν τινὲς ὑπάγονται.

229 Luc., Hist. Conscr., 10.

230 Romilly 1966.

231 Luc., Hist. Conscr., 9.13.

232 Luc., Hist. Consc., 11.

233 Luc., Hist. Conscr., 59.

234 Luc., Hist. Conscr., 63. Voir Avenarius 1956, 163-164.

235 Pour des esquisses, voir Wardman 1960 ; Fornara 1983, 4-12 ; Pierart 1983 ; Graf 1993, 121-142 ; Marincola 1997, 117-127 ; Calame 2000, 146-152 ; Saïd 2007.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540