Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

La cause et le but de l’historiographie chez Flavius Josèphe : l’empreinte de Thucydide1

Jean Yvonneau

Texte intégral

  • 1 À V. Fromentin, S. Gotteland, G. Liberman et J. Wilgaux va toute ma reconnaissance.
  • 2 Wilamowitz 1907, 172.

1Lächerlich, “ridicule”. Wilamowitz en 1907 n’y va pas de main morte quand, pour son Histoire de la littérature grecque, il brosse à grands traits le portrait de Flavius Josèphe. Celui-ci, dit-il, “possédait une bien meilleure formation qu’il ne voulait en avoir l’air, mais il ne devint un homme de lettres que lorsque le besoin l’y poussa, et les feux de l’atticisme (par exemple la ridicule imitation de Thucydide dès l’introduction [de sa Guerre des Juifs]) contrastent crûment avec le grec terne et déliquescent qui lui était naturel”2.

  • 3 Cf. Luschnat 1978, 1303 : “Das Proömium von Ioseph. Bell. Iud. hat schon immer als Musterbeispiel (...)
  • 4 Mader 2000, 6 n. 13.

2Abstraction faite des amabilités de hussard, ou plutôt de grenadier, il reste un constat qui au fond n’est pas original : depuis les travaux d’Ernesti au xviiie siècle, les modernes s’accordent à imputer à Flavius Josèphe une dette considérable envers Thucydide, à la fois sur le plan lexical et sur le plan conceptuel3. À la fin du xixe siècle, le grand éditeur de Flavius Josèphe, Benedikt Niese, a mis en lumière les emprunts massifs à Thucydide que recèlent les derniers livres des Antiquités juives. Hans Drüner, élève de Niese, a poursuivi ce travail de repérage essentiellement linguistique dans sa thèse de 1896. Dans les années 1920, Henry Thackeray a émis l’hypothèse selon laquelle Josèphe, pour la rédaction de ses œuvres, se serait fait aider de deux secrétaires influencés respectivement par Thucydide et par Sophocle (“Thucydidean Hack” et “Sophoclean Assistant”). Mais nous n’allons pas énumérer toutes les contributions : Gottfried Mader en a naguère (en 2000) dressé une liste dans son Josephus and the politics of historiography,4 à laquelle il convient d’ajouter les productions encore plus récentes : deux articles de Jonathan Price, un autre d’Alessandro Galimberti et quelques pages du nouveau Brill’s Companion to Thucydides sous la plume de Luciano Canfora.

  • 5 Encore faut-il savoir où se termine vraiment la phrase, comme le remarque à juste titre Price 2005 (...)

3Ce que l’on propose ici est une relecture de l’introduction à La guerre des Juifs, non dans son entier mais dans son seul incipit, période unique5 de celui qui décidément apprend à écrire, et l’on insistera moins sur la méthode, aspect traditionnellement plus étudié, que sur la cause et le but déclarés de l’entreprise historiographique. On s’attachera à mesurer l’empreinte de Thucydide sur la profession de foi que livre Josèphe et à confronter cette influence à la longue vitupération dans laquelle se complaît ce dernier contre ses collègues historiens. Cela nous amènera à examiner d’autres passages de Josèphe, en particulier dans le Contre Apion où par deux fois, il mentionne Thucydide expressément. Nous reviendrons enfin à l’ouverture de La guerre des Juifs pour éclairer les différences fondamentales entre les deux auteurs.

  • 6 Toutes les traductions de Flavius Josèphe ici sont miennes. Sauf mention contraire, le texte grec (...)

4Voici cet incipit, suivi d’une traduction personnelle aussi littérale que possible6 :

1 Ἐπειδὴ τὸν Ἰουδαίων πρὸς 'Ρωμαίους πόλεμον συστάντα μέγιστον οὐ μόνον τῶν καθ' ἡμᾶς, σχεδὸν δὲ καὶ ὧν ἀκοῇ παρειλήφαμεν ἢ πόλεων πρὸς πόλεις ἢ ἐθνῶν ἒθνεσι συρραγέντων, οἱ μὲν οὐ παρατυχόντες τοῖς πράγμασιν, άλλ' ἀκοῆ συλλέγοντες εἰκαῖα καὶ ἀσύμφωνα διηγήματα σοΦιστικῶς ἀναγράφουσιν,
2 οἱπαραγενόμενοι δὲ ἢ κολακείᾳ, τῇ πρὸς 'Ρωμαίους ἢ μίσειτῷ πρὸς Ίουδαίουςκαταψεύδονται τῶν πραγμάτων, περιέχει δὲ αὐτοῖς ὅπου μὲν κατηγορίαν ὅπου δὲ ἐγκώμιον τὰ συγγράμματα, τό δ' ἀκριβὲς τῆς ἱστορίας οὐδαμοῦ,
3 προυθέμην ἐγὼ τοῖς κατὰ, τὴν 'Ρωμαίων ἡγεμονίαν Ἑλλάδι γλώσσῃ μεταβαλὼν ἃ τοῖς ἄνω βαρβάροις τῇ πατρίῳ συντάξας ἀνέπεμψα πρότερον άφηγήσασθαι Ἰώσηπος Ματθίου πα~ ις γένει Ἑβραῖος ἐξ Ἱεροσολύμων ἱερεύς, αὐτός τε Ῥωμαίους πολεμήσας τὰ πρῶτα καὶ τοῖς ὕστερον παρατυχὼν ἀξ ἀνάγκης.

  • 7 En maintenant γένει Ἑβραῖος, nous suivons S. Reinach et J. Weill (Josèphe 1900-1932, ad loc.) qui (...)

“(1) Étant donné que de la guerre des Juifs menée contre les Romains, la plus grande à avoir été engagée non seulement des guerres de notre temps mais aussi, ou peu s’en faut, de celles dont nous avons eu connaissance par ouï-dire et qui ont éclaté entre cités ou entre peuples, les uns, qui ne se trouvaient pas présents lors des événements mais qui rassemblent par ouï-dire des récits hasardeux et discordants, font un exposé écrit à la manière des sophistes,
(2) tandis que les autres, qui étaient présents, font de fausses déclarations sur les événements soit par flatterie envers les Romains, soit par haine envers les Juifs, et que leurs ouvrages contiennent dans certains cas un réquisitoire, dans d’autres cas un éloge, mais nulle part le côté rigoureux de l’histoire,
(3) je me suis proposé, moi, de la raconter de bout en bout à ceux qui vivent sous la domination des Romains, en traduisant en langue grecque ce que j’avais auparavant composé dans la langue de mes pères et envoyé aux barbares de l’intérieur des terres, [moi] Joseph, fils de Matthias, Hébreu de race7, prêtre originaire de Jérusalem, qui ai personnellement fait la guerre aux Romains au début et me suis trouvé présent, sous le coup de la nécessité, aux événements ultérieurs”.

  • 8 Vidal-Naquet 1977, 15.
  • 9 En Ap., 1.57, Josèphe justifie après coup une longue digression en ces termes : ἐπισημήνασθαι βουλ (...)

5Ce qui frappe d’emblée, c’est la grandiloquence – la “mégalomanie”, avait envie de dire Pierre Vidal-Naquet8. Cette solennité semble déjà vouloir constituer une preuve en soi de respectabilité et de professionnalisme, en ce qu’elle s’oppose à la “légèreté”, à l’“irresponsabilité” (εὐχέρεια se retrouve en ce sens chez Polybe) que Josèphe dénonce ailleurs chez les soi-disant historiens9.

  • 10 Comment justifier συστάντα ? Personne ne paraît s’en être soucié. Tout le monde traduit comme s’il (...)
  • 11 On attendait une forme de νικᾶν (sur ce genre de constructions, voir Kühner-Gerth II. 1, 321).
  • 12 Selon Krüger 1860, ad loc., il faut sous-entendre un mot de type μοίρας.
  • 13 En matière de lexique, les échos les plus patents apparaissent en fait au paragraphe suivant : BJ,(...)
  • 14 Ainsi le σχεδόν sent un peu son Polybe (cf. dans le prologue de ce dernier 1.1.5 σχεδὸν ἅπαντα τὰ (...)

6Toutefois, la phrase laisse un peu perplexe. L’accusatif initial, qui trompette classiquement chez Thucydide aussi le thème à suivre, se perd bientôt dans les sables ; et l’intérieur même de ce syntagme laisse à désirer, car le participe συστάντα, aussi visible qu’il est peu nécessaire ou, à tout le moins, malaisément justifiable, joue un peu le rôle de la mouche sur la vitre10. Ce mélange d’asymétrie et de pléonasme se rencontre encore chez Thucydide, certes : à titre d’exemple, citons 1.32.5 τὴν μέν οὖν γενομένην ναυμαχίαν αὐτοὶ κατὰ μόνας ἀπεωσάμεθα Κορινθίους, οù τὴν ... ναυμαχίαν finit par compléter un verbe un peu différent de celui qu’on attendait11 et où κατὰ μόνας12 redouble αὐτοί. Sans attendre les reprises lexicales éclatantes qu’offre la suite13, il faut donc constater la tentative d’imitation, d’emblée, du style de Thucydide. Cela n’exclut pas toutefois la présence d’éléments hétérogènes, autrement dit d’emprunts faits à d’autres prologues de grands historiographes comme Polybe ou Denys d’Halicarnasse14. L’ensemble n’évite pas une certaine maladresse, il faut l’avouer, même si, restreinte à cette seule phrase, l’appréciation de Wilamowitz paraît sévère.

  • 15 Sur la saturation de cette phrase en éléments d’information et sur le fait qu’en elle se concentre (...)

7Venons-en au fond. Pour résumer, Josèphe aborde successivement sujet (supérieur), rivaux (inférieurs), lectorat (l’orient de l’empire romain comme cible), enfin son propre ouvrage (une traduction) et sa propre personne (prêtre juif ancien combattant)15. L’argumentation, elle, semble tout entière empruntée aux premières lignes de La guerre du Péloponnèse. Thucydide déclare lui aussi dans sa phrase initiale qu’il “s’attendait à ce que la guerre prenne de grandes proportions et devienne la plus digne d’être rapportée entre celles qui avaient précédé”, ἐλπίσας μέγαν τε ἔσεσθαι καὶ ἀξιολογώχαχον χῶν προγεγενημένων. Les adjectifs μέγαν et ἀξιολογώχαχον sont les deux termes-clef que reprend Josèphe, raisonnant comme suit : la guerre des Juifs contre Rome est μέγιστον, donc comparable à celle du Péloponnèse du point de vue de l’ampleur ; elle mérite évidemment d’être racontée par un historien digne de ce nom, or les autres, selon lui, sont mauvais, donc il propose ses services. La longue phrase de Josèphe culmine ainsi au § 3 avec la boursouflure προυθέμην ἐγώ.

8En d’autres termes, Josèphe distingue une nécessité interne (le sujet est en soi suffisamment important) et une nécessité externe (il prétend devoir donner sa version pour racheter l’impéritie ou la malhonnêteté des autres). On retrouvera une distinction analogue dans l’ouverture des Antiquités juives :

“(1) Ceux qui veulent écrire des ouvrages d’histoire manifestent un zèle qui, je l’observe, n’obéit pas à une seule et même cause mais à plusieurs qui diffèrent beaucoup les unes des autres. (2) C’est en faisant étalage de leur talent littéraire et en guettant la gloire qui en résulte (ἐπιδεικνύμενοι λόγων δεινότητα καὶ τὴν ἀπ’ αὐτῆς θηρευόμενοι δόξαν) que certains se jettent dans ce secteur de la connaissance ; c’est pour rendre hommage à ceux que la relation écrite des événements se trouve prendre pour sujets que d’autres se sont chargés de cette besogne-là, au mépris de leurs propres capacités ; (3) il y a encore ceux qui, par la simple nécessité des événements au déroulement desquels ils participaient, ont été forcés d’embrasser ces événements par un écrit qui les fît connaître (εἰς δὶ’ οἵτινες ἐβιάσθησαν ὐπ’ αὐτῆς τῆς τῶν πραγμάτων ἀνάγκης οἷς πραττομένοις παρέτυχον ταῦτα γραφῇ δηλούση περιλαβεῖν) ; pour beaucoup, enfin, c’est l’ampleur (μέγεθος) des événements intéressants mais qui demeuraient ignorés qui les a poussés à publier un ouvrage d’histoire qui en traitât, au bénéfice de tous (εἰς κοινὴν ὠφέλειαν). (4) Parmi les causes qui viennent d’être mentionnées, les deux dernières se trouvent me concerner aussi ; car vu que j’avais connu par expérience la guerre contre les Romains que nous, les Juifs, avons soutenue, les actions qui se sont produites dans son cadre et l’issue qui en est résultée, j’ai été forcé (έβιάσθην) d’en faire un récit détaillé à cause de ceux qui, dans leurs écrits, malmènent la vérité”. (AJ, 1.1-4)

  • 16 Les six motivations d’entreprise historiographique, d’après J. Marincola (1997, 48), sont les suiv (...)

9L’auteur énumère donc ici quatre raisons d’écrire l’histoire (soit deux de moins que John Marincola16 !) : l’ambition littéraire, la flatterie, la pression des événements et l’intérêt général.

  • 17 Sur ces populations de Parthie, de Babylonie, d’Arabie et de Haute-Mésopotamie, cf. BJ, 1.6 et Vid (...)

10Sans surprise, Josèphe se réclame des deux dernières raisons (ἀνάγκη et κοινὴ ὠφέλεια), externes ou objectives, et se montre encore plus nettement proche de Thucydide en cela : la pression des événements correspond au caractère μέγισχον de la guerre du Péloponnèse et l’intérêt général ne laisse pas d’évoquer le fameux κτῆμα ἐς αἰεί, à ceci près qu’à l’universalité temporelle de Thucydide, Josèphe substitue pour ainsi dire la spatiale, quand il déclare vouloir informer Grecs et Romains aussi bien que le sont déjà “les barbares de l’intérieur des terres” qui lisent l’araméen17.

11À dire vrai, Josèphe donne plus loin une cinquième raison qu’on peut rattacher sophistiquement à la quatrième (intérêt général) mais beaucoup moins à Thucydide : ce sont les amicales pressions dont on l’entoure. “Certains, désirant connaître l’histoire (πόθῳ τῆς ἰστορίας), me pressaient de poursuivre” (sous-entendu : la rédaction des Antiquités juives), “et plus que tout autre, Épaphrodite, homme qui chérissait (ἠγαπηκώς) toute forme de savoir…” L’écriture, à en croire Josèphe, tourne donc presque au fardeau. La contrainte y jouerait un rôle moteur (on aura remarqué au § 3 la succession rapprochée de ἐβιάσθησαν et ἐβιάσθην), et non le désir, présent seulement chez un tiers au nom prédestiné et objet de clins d’œil (πόθῳ, ἠγαπηκώς). Retenons malgré tout que si l’on s’en tient à la façade, comme dirait Pindare, ou à l’ouverture, Thucydide constitue un modèle implicite dans l’étiologie de l’entreprise historiographique.

12Tournons-nous à présent vers le contenu courant, le thème dominant du discours de Josèphe qui introduit sa Guerre des Juifs, à savoir la nullité des autres historiens. Là-dessus, Josèphe est intarissable. Rien que dans cette préface de La guerre des Juifs, il y consacre la seconde moitié du § 1, le § 2 dans son entier, puis les §§ 6 à 8 et 13 à 16. En soi, cela n’est pas excessivement original : on sait, par exemple, la violence de Polybe dans ses attaques contre Timée, et la propension de tous les historiens à déclarer leur volonté de dépasser leurs prédécesseurs. Mais détaillons l’argumentation. Josèphe s’en prend ici à ceux qui savent et à ceux qui font semblant, ce qui ne laisse pas de rappeler le tout début du Contre Apion (1.2-5) où il affirme lutter contre trois plaies : δυσμένεια, ψευδολογία et ἄγνοια.

13Dans la préface de La guerre des Juifs, d’abord sont stigmatisés οἱ μὲν οὐ παρατυχόντες τοῖς πράγμασιν : les absents ont fondamentalement tort. Thucydide ne paraît pas être concerné par la critique, lui qui, comme Josèphe, est αὐτουργός et αύτοπτής. Dans le Contre Apion encore (1.45-46), Josèphe condamne les historiens grecs de la guerre juive qui n’ont pas assisté aux événements, n’ont pas interrogé les témoins, ne connaissent pas le terrain mais ἐκ παρακουσμάτων ὀλίγα συνθέντες τῷ τῆς ἱστορίας ὀνόματι λίαν ἀναιδῶς ἐνεπαροίνησαν, “ayant rassemblé un petit nombre d’éléments à partir de racontars, ont insulté au nom même d’histoire de façon parfaitement scandaleuse”.

  • 18 “On a une preuve du caractère véridique de l’histoire, si sur les mêmes sujets, tous devaient teni (...)

14Ces historiens de cabinet ou de cabaret (ἐνεπαροίνησαν), pour revenir au texte de La guerre des Juifs, procèdent à une collecte défectueuse d’informations, lesquelles apparaissent hasardeuses ou discordantes, ἀσύμφωνα. C’est un terme en même temps qu’un concept essentiel pour comprendre Flavius Josèphe, comme l’a justement souligné François Hartog : pour Josèphe, la vérité découle de l’unanimité. Seule la concordance des récits garantit leur véracité18. La διαφωνία, en revanche, induit la fausseté. Dans ces conditions, comment respecter les Grecs ? Ils passent en effet leur temps à se contredire (Ap., 1.15-18) :

“(15) Comment ne pas trouver l’aveuglement des Grecs bien extravagant, quand ils pensent être seuls à posséder un savoir sur les temps anciens et à transmettre avec exactitude la vérité sur ces derniers ? Et qui ne peut facilement apprendre des historiens eux-mêmes qu’ils ont composé leurs ouvrages sans connaître le moindre élément de façon certaine, mais qu’ils se sont chacun livrés à des conjectures à propos de ce qui s’était passé ? En tout cas, la plupart du temps, ils se réfutent les uns les autres à travers leurs livres et n’hésitent pas à tenir sur les mêmes sujets les propos les plus contradictoires. (16) Pour ma part, je prendrais un soin bien superflu en instruisant ceux qui en savent plus long que moi de tous les endroits où Hellanicos est en désaccord avec Acousilaos sur les généalogies, de tous ceux où Acousilaos corrige Hésiode, ou de la façon dont Éphore démontre les mensonges d’Hellanicos dans la plupart des cas, dont Timée démontre ceux d’Éphore, dont ceux qui suivirent démontrent ceux de Timée et dont tous démontrent ceux d’Hérodote. (17) Même sur les affaires de Sicile, Timée n’a pas jugé digne de s’accorder avec Antiochos, Philistos ou Callias, pas plus que sur les affaires athéniennes, les Atthidographes entre eux ne se suivent ou que sur les affaires argiennes, ne le font ceux qui racontent l’histoire d’Argos. (18) À quoi bon parler des ouvrages traitant de cités en particulier et d’affaires de moindre portée, vu que sur l’expédition des Perses [contre la Grèce] et les actions qui se produisirent dans le cadre de celle-ci, les hommes les plus réputés sont en désaccord (οἱ δοκιμώτατοι διαπεφωνήκασι) ? Sur de nombreux points, même Thucydide est accusé de mentir par certains, bien qu’il passe pour composer de la façon la plus exacte l’histoire de son époque (πολλὰ δὲ καὶ Θουκυδίδης ὡς ψευδόμενος ὑπό τινων καιηγορεῖται καίτοι δοκῶν ἀκριβέστατα τὴν καθ' αὑτὸν ἱστορίαν συγγράφειν)”.

  • 19 Canfora 2006, 749-750.

15Thucydide “passe” pour exact. Dans ce participe δοκῶν, Luciano Canfora voit de la malignité de la part de Josèphe, autrement dit la subreptice opposition entre être et paraître et, partant, la dénonciation mezza voce de Thucydide comme imposteur19. Cette analyse, ajoutonsle, est confortée par l’emploi, un peu plus loin dans le Contre Apion (1.67), d’un syntagme presque équivalent à propos d’un autre grand nom de l’historiographie grecque condamné sans ambages, Éphore : οὕτως ἠγνόησαν οἱ δοκοῦνιες ἀκριβέσχατοι συγγραφεῖς ὧν ἐστιν Ἔφορος..., “telle était l’ignorance de ceux qui passent pour les historiens les plus exacts, dont Éphore…” (la phrase entière est citée plus bas).

16Ces historiens de cabinet, pour sauver la face et dissimuler leurs fautes d’ivrognes, disposent cependant d’une ressource : la sophistique – σοφισχικῶς ἀναγράφουσιν, écrit Josèphe. L’adverbe est vague. Tant mieux : on ne prête qu’aux riches. Il véhicule l’idée de composition rhétorique, d’élaboration littéraire, de beauté stylistique. Il pourrait aussi tolérer l’idée qu’il entre peu ou prou de l’improvisation dans les phrases de ces historiens-là. Tout cela, le Contre Apion nous invite à l’inclure dans le σοφισχικῶς à propos des historiens grecs : “ceux qui se sont jetés dans l’écriture ne se préoccupaient pas de la vérité, bien qu’ils en fissent profession à tout bout de champ, mais faisaient étalage de leur éloquence (λόγων δὲ δύναμιν ἐπεδείκνυνχο) ; et quelle que fût la façon, à leur sens, de surpasser les autres en renommée, ils s’y conformaient, les uns se tournant vers la mythologie, d’autres faisant l’éloge des cités ou des souverains afin d’en recueillir les faveurs ; d’autres encore en venaient à faire le procès des actions ou de ceux qui les avaient mises par écrit, croyant qu’ils acquerraient par ce moyen une bonne réputation” (Ap., 1.24-25).

17Les Grecs font donc, en résumé, œuvre littéraire et non scientifique – ce qui ne laisse pas de faire songer à deux passages fameux de Thucydide : en 1.21, l’historien athénien a soin de se démarquer des poètes et des λογογράφοι, et en 1.22, l’absence de μυθῶδες est reconnue comme dépourvue de charme (ἀχερπέσχερον). La même pensée est reprise par Josèphe à l’extrême fin de sa préface de La guerre des Juifs (1.30) : il y oppose les lecteurs mus par le souci de la vérité (ἀλήθεια), qu’il cultive évidemment, et ceux qui recherchent le plaisir (ἡδονή).

  • 20 Denys d’Halicarnasse, lui, reconnaissait clairement sa dette envers Rome (Ant. Rom., 1.6.5).

18Le cas des absents étant réglé, considérons maintenant les griefs que Flavius Josèphe adresse aux autres, à savoir οἱ παραγενόμενι. Partiaux, mensongers, ils savent mais déforment leur savoir avant de le transmettre. On notera la fausse alternative mise en avant : les partisans des Romains et les ennemis des Juifs ne sont pas nécessairement distincts. En tout état de cause, Josèphe veut s’opposer à eux. Il convient alors de relever une ambiguïté certaine : vise-t-il à rétablir la vérité ou à faire prévaloir le point de vue des Juifs ? Aucune de ces deux conséquences possibles n’est clairement exprimée. Josèphe maintient un voile pudique sur ses intentions, laissant s’imposer insensiblement l’apparence d’impartialité. En cultivant ainsi une image d’historien au-dessus de la mêlée, il rejoint naturellement Thucydide20.

19Mais si l’on se contente des absents qui inventent un peu par nécessité et des présents qui déforment sciemment, le tableau de la concurrence n’est pas complet. Il existe des historiens d’un troisième type que Josèphe évoque dans le Contre Apion et où nous allons retrouver Thucydide expressément.

  • 21 Voir le commentaire de Vidal-Naquet 1977, 45.

20Il s’agit de huit curieux paragraphes où Flavius Josèphe, contrairement à Hegel, essaie de nous faire accroire que les peuples heureux ont une histoire. La question est simple : pourquoi les historiens grecs ne mentionnent-ils pas les Juifs ? La réponse est tout aussi simple : parce qu’ils ne les connaissaient pas. La raison de cela ? parce qu’ils ne pouvaient les connaître. Les Juifs, explique Josèphe, n’avaient pas de marine puisqu’ils habitaient loin de la mer, donc n’étaient pas commerçants, ni pirates, ni guerriers21 ; ils n’avaient pas le désir de s’accroître (62 οὐ ... τὸ πλέον ἀξιοῦνχες). N’est-ce pas là, à peine travestie, l’idée de πλεονεξία qui couronne l’argumentaire de l’Archéologie chez Thucydide ? Autrement dit, l’ignorance des Grecs est facilement imputable à la géographie (les Juifs habitent l’intérieur des terres) et aux mœurs (les Juifs sont non expansionnistes). La preuve que ce raisonnement tient debout, c’est Rome, cité sise loin de la mer et aux habitants proverbialement paisibles :

  • 22 On remarquera la séparation de οὐδὲ et de εἷς ainsi que le parfait ἐμντμόνευκεν qui amplifient la (...)

“(65) De façon générale, tous les hommes qui habitent le long de la mer, aussi bien celle qui est au levant que celle d’occident, sont tombés davantage sous la connaissance de ceux qui voulaient écrire un ouvrage d’histoire, tandis que les hommes qui résident plus à l’intérieur des terres ont le plus souvent été ignorés. (66) Cela s’est manifestement produit pour l’Europe aussi puisque, du moins, de la cité de Rome qui, de longue date, possédait une si grande puissance et connaissait de si grands succès militaires, ni Hérodote, ni Thucydide, ni même un seul de leurs contemporains n’ont fait la moindre mention (τῆς Ῥωμαίων πόλεως, τοιαύτην ἐκ μακροῦ δύναμιν κεκτημένης καὶ τοιαύτας πράξεις κατορθούσης πολεμικάς, οὔθ' ὁ Ἡρόδοτος οὔτε Θουκυδίδης οὔτε των ἅμα τούτοις γενομένων οὐδὲ εἷς ἐμνημόνευκεν)22, mais c’est de façon quelque peu tardive et laborieuse que la connaissance des Romains est parvenue aux Grecs. (67) À propos des Gaulois et des Ibères, telle était l’ignorance de ceux qui passent pour les historiens les plus exacts, que l’un de ceux-là, Éphore, croyait que les Ibères ne constituaient qu’une seule cité, eux qui occupent une si grande portion des terres occidentales…” (Ap., 1.65-67)

  • 23 L’ignorance de Rome dans laquelle les Grecs se sont tenus longtemps fait déjà l’objet d’une brève (...)
  • 24 Cf. Ap., 1.16, cité supra.

21Hérodote et Thucydide sont donc jetés dans le même sac et, peut-être parce que la cause du premier est entendue depuis longtemps, le second en particulier se voit implicitement taxer d’ignorance crasse – au prix d’une belle contre-vérité sur l’importance réelle de Rome au ve s. a. C., mais peu importe23. Il semble que toute l’ambiguïté de Josèphe vis-à-vis de Thucydide soit là, concentrée dans ce procès qui se déroule selon une procédure strictement empruntée à Thucydide et qui se termine sur une condamnation du même Thucydide. Le roi est nu. À vrai dire, la peine la plus lourde est peut-être de partager le sort d’Hérodote sur le dos duquel, on s’en souvient, aux dires mêmes de Flavius Josèphe, tous les historiens avaient l’habitude de se réconcilier24.

22On remarquera au passage la cohérence de pensée un peu problématique entre La guerre des Juifs et le Contre Apion sous le rapport, justement, des circuits d’information et d’échange tels qu’ils ont été esquissés par Thucydide et repris par Flavius Josèphe. Quand ce dernier déclare, dans la préface de La guerre des Juifs (1.3 sq.), traduire un ouvrage dont ont déjà bénéficié les “barbares des hautes terres”, il souligne le paradoxe qu’il y a à ce que les Grecs et les Romains soient moins bien informés. Il établit donc une opposition entre gens des hautes terres et gens du littoral et classe implicitement Grecs et Romains parmi les gens du littoral. Or ces catégories évoluent dans leur contenu : dans le Contre Apion 1.66, Rome fait désormais partie des hautes terres puisque les Grecs ignoraient son existence. L’analogie de Josèphe recèle de redoutables implications géomorphologiques. Plus sérieusement, on a beau vouloir éclairer Josèphe à l’aide de Josèphe, il convient de ne pas perdre de vue la distance entre La guerre des juifs et le Contre Apion sous le double rapport de l’époque de rédaction et du genre : écrit plus tardivement, le Contre Apion est aussi de nature polémique. Les mises en cause de Thucydide qu’on y relève doivent donc être relativisées.

  • 25 Elles sont rappelées en dernier lieu par Galimberti 2005, 174.

23On notera enfin, avant de conclure, que Thucydide a beaucoup perdu à être désigné explicitement par Josèphe, conformément à la règle non écrite qui veut que les historiens ne citent nommément une source que pour la dénigrer. En effet, outre d’évidentes similitudes biographiques entre les deux auteurs25, l’Athénien remplissait plusieurs conditions importantes pour incarner l’historien modèle, à en juger par les derniers mots de la phrase inaugurale de La guerre des Juifs, où Josèphe se flatte en substance d’être αὐτουργός et αὐτοπτής, et aussi par le portrait-robot que dresse le même Josèphe peu après :

“(15) Livrer à la mémoire des hommes ce qui n’a pas fait antérieurement l’objet d’un récit historique et rassembler les événements de son époque pour la postérité, cela mérite éloge et témoignage favorable ; ensuite, l’auteur industrieux n’est pas celui qui modifie l’ordonnancement et la disposition d’un autre, mais celui qui, en même temps qu’il dit des choses nouvelles, organise en propre la structure de son histoire. (16) Pour ma part, au prix de dépenses et de fatigues immenses, moi qui suis d’une race différente, je remets aux Grecs et aux Romains le mémorial de leurs succès (τὴν μνήμην τῶν κατορθωμάτων ἀνατίημι)”. (BJ, 1.15-16)

24Reprenons dans l’ordre : il convient d’être original, contemporain de son sujet, original (bis) ; être original (ter) implique d’être travailleur ; lui, Josèphe, est extrêmement travailleur et s’est donné les moyens (notamment financiers) de ses ambitions intellectuelles ; bien qu’il appartienne à une race différente de celle qui détient le pouvoir, il offre à la culture dominante un monument à la gloire de cette dernière.

  • 26 On concède que certains aspects ont connu la faveur d’autres historiographes, par exemple la ϕιλοπ (...)
  • 27 Traduire par “le mémorial de leurs succès” satisfait davantage à la logique, mais semble faire bon (...)
  • 28 Josèphe reconnaît s’être fait aider pour le grec de sa Guerre des Juifs (voir Ap., 1.50), ce qui e (...)
  • 29 La définition du public visé varie dans La guerre des Juifs : il peut s’agir de “ceux qui aiment l (...)
  • 30 AJ, 1.5 μέλλει γὰρ περιέξειν ἅπασαν τὴν παῤ ἡμῖν ἀρχαιολογίαν καὶ διάιαξιν τοῦ πολιτεύματος ἐκ τῶν (...)

25Être contemporain des événements, faire preuve de ϕιλοπολία et cultiver l’originalité en ne se contentant pas d’une simple réécriture, voilà qui recèle des accents thucydidéens26 et conduit doucement au projet de mémorial. Mais ce qui trouble, ici, c’est le contenu : des κατορθώματα, autrement dit des “succès”, des “réussites”. Comment ne pas y voir la patte du renégat27, dont le souci majeur semble ici d’accrocher son lecteur ? Josèphe ne se situe donc pas entre deux mondes de la même manière que d’autres grandes figures de l’historiographie : il endosse le rôle d’“intermédiaire, au pire sens du terme aussi” (Vidal-Naquet 1977, 12). Il faut dire que contrairement à Thucydide, Josèphe n’est pas seul face à son sujet, au sein d’un monde homogène du point de vue culturel : il doit compter avec une autre langue28, avec un public particulier29, avec des devanciers plus ou moins hostiles ; il doit compter enfin avec lui-même puisqu’il traduit son propre ouvrage de l’araméen, à ses dires, s’érigeant du même coup, implicitement, en classique : traduit-on autre chose que des ouvrages de référence ? Josèphe prend donc place dans le fil d’une tradition – quitte à l’avoir fondée lui-même – et de façon analogue, il déclarera “traduire” la Bible pour ses Antiquités juives.30

  • 31 Cf. BJ, 1.9-12. Cela n’empêchera pas Josèphe d’invoquer plus loin “la loi de l’histoire” pour limi (...)

26Contrairement à Thucydide, enfin, la préface considérée dans son entier constitue aussi l’occasion pour Josèphe d’une bruyante exaltation de sa subjectivité31 et d’un silence assourdissant sur les causes de la guerre. D’emblée, donc, sur plusieurs plans, Josèphe renonce à pousser trop loin l’imitation.

27En conclusion, l’impression que produit l’incipit de la Guerre des Juifs se nuance au fur et à mesure que l’on élargit le contexte. Thucydide possède un double statut chez Josèphe : modèle évident mais non expressément reconnu d’un côté, et de l’autre, cible d’attaques nominales rares (deux fois dans toute l’œuvre) et finalement assez légères, sauf si l’on résume méchamment ces deux agressions en disant que Josèphe range Thucydide parmi les coquins, en Ap., 1.18 au chef de διαφωνία, et parmi les honnêtes imbéciles en Ap., 1.66 au chef d’ἄγνοια. Cette critique contradictoire – et tardive, rappelons-le – ne recouvre-t-elle pas le porte-à-faux de celui-là même qui l’énonce ? Zélateur d’une συμφωνία juive idéalisée, Josèphe dénonce la διαφωνία grecque non sans verser à son tour dans la discordance. Ce faisant, il suit deux modèles incompatibles et se pose ainsi deux fois la question du bon usage de la tradition.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Canfora, L. (2006) : “Thucydides in Rome and late antiquity”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 721-753.

Drüner, H. (1896) : Untersuchungen über Josephus, Marburg.

Galimberti, A. (2005) : “Flavio Giuseppe e Tucidide”, in : Troiani & Zecchini 2005, 173-188.

Hartog, Fr. et M. Casevitz (1999) : L’histoire d’Homère à Augustin. Préfaces des historiens et textes sur l’histoire réunis et commentés par Fr. Hartog, traduits par M. Casevitz, Paris.

Josèphe, Flavius (1900-1932) : Œuvres complètes, trad. en français sous la dir. de Th. Reinach,... trad. de R. Harmand, révisée et annotée par S. Reinach et J. Weill, Paris (Publications de la Société des études juives) – disponible sur le site http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Flajose/intro.htm

– (1977) : La guerre des Juifs, trad. P. Savinel, Paris.

Josephus [1926] 1997 : The Life. Against Apion, with an english transl. by H. St. J. Thackeray, Cambridge, Mass. ; Londres.

Josephus [1927] 1997 : The Jewish war, with an english transl. by H. St. J. Thackeray, Cambridge, Mass. ; Londres.

Josephus [1930] 2001 : The Jewish Antiquities, Books I-III, with an english transl. by H. St. J. Thackeray, Cambridge, Mass. ; Londres.

Krüger, K. W. (1860) : Θουκυδίδου ζυγγραϕή, mit erklärenden Anmerkungen, 3e éd., Berlin.

Lieberich, H. (1899) : Studien zu den Proömien in der griechischen und byzantinischen Geschichtschreibung. I. Teil. Die griechischen Geschichtschreiber, Munich.

Lindner, H. (1972) : Die Geschichtsauffassung des Flavius Josephus im Bellum Judaicum, Leyde.

Luschnat, O. (1978) : RE Suppl. XII, s.v. Thukydides, col. 1266-1311.

Mader, G. (2000) : Josephus and the politics of historiography : apologetic and impression management in the Bellum Judaicum, Leyde - Boston - Cologne (Mnemosyne : Supplementum ; 205).

Marincola, J. (1997) : Authority and tradition in ancient historiography, Cambridge.

– éd. (2007) : A companion to Greek and Roman historiography, Malden, Oxford.

Mor, M. et al., éd. (2005) : For Uriel : Studies in the History of Israel in Antiquity Presented to Professor Uriel Rappaport, Jérusalem.

Price, J. (2003) : Josephus’ reading of Thucydides : A test case in the BJ, josephus.yorku.ca/pdf/price2003.pdf

– (2005) : “Josephus’ First Sentence and the Preface to BJ”, in : Mor et al. 2005, 131-144.

Rengakos, A. et A. Tsakmakis, éd. (2006) : Brill’s Companion to Thucydides, Leyde - Boston.

Sterling, Gr. E. (2007) : “The Jewish appropriation of Hellenistic historiography”, in : Marincola 2007, 231-243.

Thackeray, H. St. J. (1929) : Josephus, the man and the historian, New York.

Troiani, L. et G. Zecchini, éd. (2005) : La cultura storica nei primi due secoli dell’impero romano, Actes du Colloque tenu à Milan, 3-5 juin 2004, Rome (“Alle radice della casa comune europea”, 5).

Vidal-Naquet, P. (1977) : “Flavius Josèphe ou Du bon usage de la trahison”, in : Josèphe, Flavius 1977, 7-115.

Wilamowitz-Moellendorff, U. von, et al. (1907) : Die griechische und lateinische Literatur und Sprache, 2e éd. rev. et augm., Berlin, Leipzig (“Die Kultur der Gegenwart” I. 8).

Notes

1 À V. Fromentin, S. Gotteland, G. Liberman et J. Wilgaux va toute ma reconnaissance.

2 Wilamowitz 1907, 172.

3 Cf. Luschnat 1978, 1303 : “Das Proömium von Ioseph. Bell. Iud. hat schon immer als Musterbeispiel für Th[ukydides]-Nachahmung gegolten…”

4 Mader 2000, 6 n. 13.

5 Encore faut-il savoir où se termine vraiment la phrase, comme le remarque à juste titre Price 2005, 133 : après tout, Niese n’a choisi qu’un point en haut après ἐξ ἀνάγκης.

6 Toutes les traductions de Flavius Josèphe ici sont miennes. Sauf mention contraire, le texte grec reproduit celui de Thackeray.

7 En maintenant γένει Ἑβραῖος, nous suivons S. Reinach et J. Weill (Josèphe 1900-1932, ad loc.) qui qualifient ces mots d’“indispensables”, sans doute parce que cette désignation ethnique permet à Josèphe de se démarquer davantage encore des devanciers d’inspiration antijuive qu’il a évoqués plus haut. De façon analogue, on trouvera plus loin (BJ 1.16, cité infra), en opposition explicite aux Grecs et aux Romains, l’expression ἀλλόφυλος ὤν qui décrit Josèphe lui-même.

8 Vidal-Naquet 1977, 15.

9 En Ap., 1.57, Josèphe justifie après coup une longue digression en ces termes : ἐπισημήνασθαι βουλόμενος τῶν ἐπαγγελλομένων τὰς ἱστορίας συγγράφειν τὴν εὐχέρειαν, “je voulais faire voir la légèreté de ceux qui font profession d’écrire l’histoire”.

10 Comment justifier συστάντα ? Personne ne paraît s’en être soucié. Tout le monde traduit comme s’il y avait simplement un τόν à la place. Il nous semble que, en dehors d’une fort hypothétique raison rythmique (le colon συστάντα μέγιστον οὐ μόνον τῶν καθ' ἡμᾶς totaliserait 13 syllabes comme le suivant σχεδὸν δὲ καὶ ὧν ἀκοῇ παρειλήφαμεν), le participe ne s’explique que dans la mesure où il permet de conférer une valeur d’attribut proleptique à μέγιστον, ce pour quoi un simple article n’eût pas suffi. Cf. Thc. 2.75.6 (un exemple parmi bien d’autres du même auteur) ᾔρετο δὲ τὸ ὔψος τοῦ τείχους μέγα. Ce qui est sûr, c’est que συστάδα n’autorise absolument pas à comprendre “la guerre menée par les Juifs entre eux et contre les Romains”, comme on serait tenté de le croire à la lecture de lignes quelque peu fuligineuses de Price 2005, 141 ; ce serait projeter sur le syntagme un problème relatif au titre même de l’œuvre, tel que l’expose déjà Thackeray 1929.

11 On attendait une forme de νικᾶν (sur ce genre de constructions, voir Kühner-Gerth II. 1, 321).

12 Selon Krüger 1860, ad loc., il faut sous-entendre un mot de type μοίρας.

13 En matière de lexique, les échos les plus patents apparaissent en fait au paragraphe suivant : BJ, 1.4 μεγίστου ... κινήματος découle de Thc. 1.1.2 κίνησις μεγίστη, et BJ, 1.4 ἀκμάζον de Thc. 1.1.1 ἀκμάζοντες.

14 Ainsi le σχεδόν sent un peu son Polybe (cf. dans le prologue de ce dernier 1.1.5 σχεδὸν ἅπαντα τὰ κατὰ τὴν οἰκουμένην ou 1.2.7 σχεδὸν πᾶσαν τὴν οἰκουμένην). Quant à Denys d’Halicarnasse, son ombre se profile sur ἢ πόλεων πρὸς πόλεις ἢ ἐθνῶν ἔθνεσι (cf. Ant. Rom., 1.2.1 πόλεών τε καὶ ἐθνῶν) ou sur συλλέγοντες εἰκαῖα (cf. Ant. Rom., 1.1.4 εἰκῆ ... συντίθεντες).

15 Sur la saturation de cette phrase en éléments d’information et sur le fait qu’en elle se concentrent les composants habituels d’une préface d’ouvrage historique, cf. Price 2005, 136-137.

16 Les six motivations d’entreprise historiographique, d’après J. Marincola (1997, 48), sont les suivantes : valeur et beauté des faits eux-mêmes ; dépassement des prédécesseurs ; désir et plaisir personnels ; signe de Tychè ; désir de gloire ; influence d’un tiers. Flavius Josèphe est mentionné dans le premier cas et dans les deux derniers – étrangement, il n’apparaît pas en ce qui concerne le dépassement des prédécesseurs.

17 Sur ces populations de Parthie, de Babylonie, d’Arabie et de Haute-Mésopotamie, cf. BJ, 1.6 et Vidal-Naquet 1977, 18-19.

18 “On a une preuve du caractère véridique de l’histoire, si sur les mêmes sujets, tous devaient tenir les mêmes propos, à l’oral et à l’écrit” (Ap., 1.26). Cf. Hartog & Casevitz 1999, 266 et pour une perspective élargie, Sterling 2007.

19 Canfora 2006, 749-750.

20 Denys d’Halicarnasse, lui, reconnaissait clairement sa dette envers Rome (Ant. Rom., 1.6.5).

21 Voir le commentaire de Vidal-Naquet 1977, 45.

22 On remarquera la séparation de οὐδὲ et de εἷς ainsi que le parfait ἐμντμόνευκεν qui amplifient la véhémence.

23 L’ignorance de Rome dans laquelle les Grecs se sont tenus longtemps fait déjà l’objet d’une brève analyse chez Denys d’Halicarnasse qui, pour sa part, incrimine la médiocrité des historiens (Ant. Rom., 1.5.4). Évoquer cette méconnaissance relève probablement déjà du poncif à l’époque de Denys et, du moins dans le principe, il paraît risqué d’en faire, à l’instar de Galimberti 2005, 174, une pierre de touche quant à la question de savoir si Josèphe a effectivement lu dans leur intégralité les œuvres d’Hérodote et de Thucydide.

24 Cf. Ap., 1.16, cité supra.

25 Elles sont rappelées en dernier lieu par Galimberti 2005, 174.

26 On concède que certains aspects ont connu la faveur d’autres historiographes, par exemple la ϕιλοπονία déjà présente chez Thucydide (1.1.2 ἐπὶ μακρόταχον σκοποῦντί μοι moi ou 1.22.3 ἐπιπόνως ηὑρίσκετο scil. τὰ ἔργα) mais revendiquée à l’envi par Denys d’Halicarnasse.

27 Traduire par “le mémorial de leurs succès” satisfait davantage à la logique, mais semble faire bon marché des “Grecs”, qu’il n’y a pas de raison d’associer à la victoire romaine. Cependant, il faut peut-être envisager comme un seul bloc la culture gréco-romaine dont se démarque ostensiblement l’auteur ἀλλόφυλος.

28 Josèphe reconnaît s’être fait aider pour le grec de sa Guerre des Juifs (voir Ap., 1.50), ce qui explique peutêtre, au moins en partie, ses “dépenses immenses”.

29 La définition du public visé varie dans La guerre des Juifs : il peut s’agir de “ceux qui aiment la vérité” (1.30), des vaincus à consoler et des rebelles à dissuader (3.108) ou de lecteurs cultivés qui ont des lacunes (3.109).

30 AJ, 1.5 μέλλει γὰρ περιέξειν ἅπασαν τὴν παῤ ἡμῖν ἀρχαιολογίαν καὶ διάιαξιν τοῦ πολιτεύματος ἐκ τῶν Ἑβραικῶν μεθηρμηνευμένην γραμμάτων.

31 Cf. BJ, 1.9-12. Cela n’empêchera pas Josèphe d’invoquer plus loin “la loi de l’histoire” pour limiter ses épanchements (BJ, 5.20).

Auteur

Université de Bordeaux - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540