Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

Thucydide législateur de l’histoire ? Appréciations antiques et modernes

Guido Schepens

Texte intégral

  • 1 Luc., Hist. Conscr., 40-41.

1Le titre de ma communication fait allusion à un passage bien connu du pamphlet de Lucien de Samosate, Comment il faut écrire l’histoire ? Après avoir persiflé les défauts d’une vague d’auteurs qui s’étaient donné pour mission d’écrire des monographies sur les campagnes de Lucius Verus contre les Parthes, Lucien leur adresse ses quelques petits conseils. Dans ce contexte il dessine le portrait-robot de son historien idéal : c’est l’homme qui met le devoir d’objectivité au-dessus de tout intérêt personnel et politique et qui se montre “sans crainte, libre, ami de la franchise et de la vérité, un juge impartial, comme un étranger dans ses livres et sans patrie”.1 Pour avoir abordé l’histoire dans cet esprit, Thucydide a défini, dit Lucien, les lois du genre, qui permettent de distinguer entre bonnes et mauvaises manières de procéder : Ὁ δ’ οὖν Θουκυδίδης εὖ μάλα τοῦτ’ ἐνομοθέτησε καὶ διέκρινεν ἀρετήν καὶ κακίαν συγγραφικήν.

  • 2 Voir Billault 2003, surtout 430-435 ; dans ce volume, M. Trédé.
  • 3 Cf. Hartog 2005 (passim) ; Canfora 2005, surtout 51-54, parle de “l’hégémonie du modèle thucydidée (...)

2Je laisse volontiers d’autres plus qualifiés que moi faire l’analyse de la nature de l’opuscule de Lucien et évaluer les références explicites et implicites à Thucydide qu’il contient2. La proclamation de l’auteur de la Guerre du Péloponnèse comme “législateur de l’histoire” n’est pour moi que le prétexte pour m’interroger sur la pertinence d’un courant important de la recherche, qui, à l’instar de Lucien, et parfois se réclamant de lui, place Thucydide au centre d’une reconstruction globale du développement du genre historique dans l’Antiquité. On lui reconnaît ainsi le mérite d’avoir défini ‘la voie grecque de l’histoire’3. Le présent colloque offre une occasion idéale pour soumettre à une réflexion critique l’idée que l’œuvre de Thucydide aurait posé les cadres de l’historiographie antique. En quoi consistent les choix exemplaires qu’il a retenus et dans quelle mesure ceux-ci ont-ils été accueillis par les historiens successifs ?

  • 4 Voir notamment Momigliano 1950, 1958 et 1961-1962.

3S’il est un savant parmi les critiques modernes qui s’est employé à expliquer en quoi et pourquoi les idées et les pratiques de Thucydide ont été si décisives pour le développement ultérieur de l’historiographie, c’est bien Arnaldo Momigliano. En grand connaisseur non seulement des historiens anciens, mais de l’histoire de l’historiographie jusqu’à ce jour, il a mis l’auteur de la Guerre du Péloponnèse au cœur d’une vaste reconstruction de la tradition historiographique de l’Occident. Momigliano a mûri sa vision dans quelques articles publiés vers le milieu du siècle dernier4, avant d’en donner une présentation à la fois plus systématique et synthétique dans les Sather Classical Lectures, tenues à l’Université de Californie durant l’année académique 1961-1962.

  • 5 Momigliano [1990] 1992. Pour les références et citations je me suis servi, pour commodité, de la v (...)
  • 6 Cf. Di Donato 1990, IX.

4Afin de minimiser les risques de l’approximation et le la simplification, il nous a semblé bon de prendre le point de départ de notre petite enquête dans le livre issu de ces conférences5. Paru en version anglaise originale avec le titre The Classical Foundations of Modern Historiography, ce livre a d’ailleurs joué un rôle clef dans la diffusion, notamment aussi auprès d’un public de non-spécialistes, d’une certaine image devenue presque “classique” de l’historiographie ancienne. Il importe, toutefois, de préciser qu’il s’agit d’une édition posthume, et que nous ne connaissons donc aujourd’hui les Sather Lectures en question que dans une version non finalisée par l’auteur. Momigliano avait annoncé à plusieurs reprises leur publication, mais il n’est apparemment jamais parvenu à vaincre certaines hésitations à publier tel quel le texte des conférences, et cela en dépit – ou faut-il plutôt dire “à cause” ? – du fait que le thème des “fondements classiques” de l’histoire moderne soit devenu l’objet d’une réflexion continue et approfondie durant les vingt-cinq dernières années de sa vie. En tout état de cause, il convient de tenir à l’esprit ce fait pendant la discussion qui suivra. Précisons toutefois que, d’après les indications de l’Avant-propos, le texte de la deuxième conférence qui nous intéresse ici directement et qui porte le titre The Herodotean and Thucydidean Tradition6, ne semble pas avoir subi des changements importants. Cela concorde avec un constat qui se laisse dégager des publications ultérieures de Momigliano : à aucun moment il n’a donné l’impression de vouloir revenir, du moins quant à l’essentiel, sur le résultat des analyses faites dans les années’50 et’60 au sujet de l’importance relative des traditions hérodotéenne et thucydidéenne pour la conception et la pratique de l’histoire dans l’Antiquité. Cela n’empêche que certains de ses articles, publiés depuis les années’70, ouvrent des perspectives susceptibles d’induire des jugements différents. On reviendra plus loin sur ce problème.

  • 7 Cf. Hornblower 1992, qui traite des conséquences des omissions de Thucydide pour la représentation (...)
  • 8 Momigliano [1990] 1992, 52 (traduction corrigée).

5Traitant le thème de la réception de Thucydide dans l’historiographie antique, Momigliano fait, de prime abord, remarquer que pour certains aspects de sa manière de concevoir l’histoire l’auteur n’a pas su convaincre ses successeurs : c’est le cas, par exemple, de sa conviction que l’étude de l’histoire contemporaine est à même de révéler les traits permanents de la nature humaine ; également absent du legs est le quasi-athéisme de l’historien7. C’est ce qui rend d’autant plus importants les deux principes par lesquels l’historien de la Guerre du Péloponnèse aurait réussi à s’imposer. Le premier de ces traits concerne le principe de méthode, “selon lequel l’histoire contemporaine est davantage digne de foi que celle du passé”, principe qui selon Momigliano “n’a pas été sérieusement remis en cause”8. Mais le succès le plus éclatant de Thucydide “a été de persuader ses successeurs que l’histoire se réduisait à l’histoire politique.” Aucun des grands historiens du ive siècle (qui, pour le reste, se sont écartés de lui sur plusieurs points) ne se serait vraiment départi de ce point de vue.”

  • 9 Cf. Momigliano [1990] 1992, 55 ; 128.
  • 10 Cf. Hartog 2005, 32-34. Sur l’importance, points forts et faibles de la vision de Momigliano, voir (...)

6Ensemble ces deux propositions se traduisent dans la thèse que l’histoire par excellence pour les Grecs consiste dans la pratique de l’histoire politique et militaire contemporaine, écrite sur base d’autopsie. Un corollaire important mis en évidence par Momigliano, serait le fait que les Grecs n’auraient jamais été capables d’élaborer des méthodes critiques leur permettant de traiter de l’histoire du passé d’une manière scientifiquement valable9. Ils auraient ainsi laissé ce champ soit aux rhéteurs soit aux “érudits antiquaires”. Dans les milieux des antiquisants telle vision de l’histoire grecque n’était ni neuve ni révolutionnaire, quand elle fut, pour ainsi dire, reproposée par Momigliano. L’apport original de ses réflexions consiste, en revanche, à avoir fait pleine lumière, dans un cadre historiographique élargi, sur les conséquences immenses des choix de Thucydide, destinés à se perpétuer pendant des siècles et bien au-delà de l’Antiquité. En mettant en relief, à l’intérieur de l’historiographie grecque, la présence d’une opposition fortement ressentie entre histoire politique et érudition antiquaire et en faisant remonter à l’Antiquité l’origine de la séparation plus que millénaire entre “historiens” et “antiquaires” dans la tradition de l’historiographie occidentale, Momigliano a intégré l’approche thucydidéenne à l’histoire dans une vision de longue durée, s’étendant jusqu’à l’époque moderne quand, avec Gibbon, recherches antiquaires et histoire se rejoindront finalement10.

  • 11 Schwartz 1905, col. 1854 & 1906, col. 5-6. Duris et Éphore illustrent, dans son opinion, “das für (...)
  • 12 Jacoby 1909, 96-109, surtout 96 et n. 1 a été conscient de ce problème : “Einen antiken, diese gan (...)
  • 13 Jacoby 1909, 98.
  • 14 Jacoby 1926, 95.

7La thèse de la prééminence de l’histoire politique contemporaine dans la littérature historiographique grecque fut, quant à elle, un acquis de la recherche antérieure. Au début du siècle dernier E. Schwartz avait déjà déclaré qu’une “loi de l’histoire contemporaine” dominait l’ensemble de la production historiographique grecque11. La valeur de la dite loi fut particulièrement mise en relief par la décision de F. Jacoby de s’en servir comme principe organisationnel dans son recueil des Fragmente der griechischen Historiker. À la recherche de critères à la fois plus précis et plus efficaces qui devraient lui permettre de créer de l’ordre dans l’énorme quantité d’ouvrages, qui, indépendamment des matières et des époques traitées, s’appelaient tous Ἱστορίαι, il intitula du nom de “Zeitgeschichte” la deuxième partie, centrale, de son recueil, introduisant de la sorte une notion moderne, sans correspondance terminologique chez les anciens, comme une catégorie majeure dans sa taxinomie du genre historique12. Tant pour Schwartz que pour Jacoby, la “Zeitgeschichte” exprimait, la notion d’histoire véritable : “eigentliche Geschichte”. Pareille définition était intimement liée à leur conviction que l’œuvre de Thucydide incarne à la perfection ce que c’était l’histoire pour les Grecs. Le schéma évolutionnaire par lequel Jacoby a tenté d’expliquer ‘scientifiquement’ l’origine et le développement de l’historiographie grecque, tient lieu d’une justification, sinon théorique du moins historique, de cette idée. Ce schéma, comme on le sait, laisse culminer – et aboutir – l’évolution de l’histoire dans l’œuvre de Thucydide : “erst mit Thukydides hat die griechische Historiographie τὴν αὑτῆ φύσιν erreicht, indem sie die gattung erzeugt, die nun dauernd die vornehmste und wichtigste bleibt, ja, die eigentlich allein als “Geschichtsschreibung” gilt, die Zeitgeschichte13.” Jacoby sanctionnera cette position quelques années plus tard, dans un article publié dans l’importante revue Die Antike : “Mit Thukydides hat die antike Geschichtschreibung, antik gesprochen, die ihr von der Natur gesteckte Grenze und damit das Ziel erreicht, nach dem die Entwicklung hinstrebte”14.

  • 15 Comme le souligne, à juste titre, Marincola 1999, 283-284, la répartition de l’histoire en genres, (...)
  • 16 Voir Di Donato 2006 ; Bravo 2006 ; Schepens 2006, surtout 153-167.
  • 17 Momigliano [1971] 1993. Pour une autre analyse du rapport entre “biographie” et “histoire”, voir S (...)
  • 18 Momigliano [1990] 1992, 67-69 et 100.
  • 19 Jacoby 1949, 354 n. 13.

8L’influence profonde des vues d’E.Schwartz et de F.Jacoby sur les études d’historiographie grecque durant le siècle dernier n’est plus à démontrer15. Leur opinions sont passées chez beaucoup d’interprètes au rang de dogmes, et, il n’est pas difficile d’en voir l’empreinte sur les idées maîtresses qui orientent le discours de Momigliano16. Il s’agit, d’une part, de l’idée du “contemporanéisme” de l’historiographie antique et de son caractère éminemment politique, d’autre part de la tendance à opposer à l’intérieur de la littérature historique grecque “histoire proprement dite” à toute une série d’ouvrages jugés “inférieurs” ou rejetés dans le limbes de l’érudition antiquaire, tels que l’histoire locale, la chronographie, la généalogie, l’archaiologia, l’histoire de la culture, pour ne pas parler de la biographie grecque, considérée par Momigliano comme étant formellement séparée de l’histoire17. Dans ses essais parus dès les années 1950 le savant piémontais insiste sur la place de tous ces ouvrages en marge de l’histoire : malgré leurs mérites, observe-t-il, leurs auteurs “n’accédaient pas au rang d’historiens reconnus”18. Pareille vision duale de l’historiographie, il importe de le noter, peut également se réclamer de l’autorité de F. Jacoby : à l’époque de Théophraste, écrit-il, “the writing of history had long been understood to mean writing contemporary history, all other branches of historiography being considered secondary species or (in the manner of Aristotle) preliminary stages”19.

  • 20 Momigliano [1990] 1992, 45-50 rejoint ici les conclusions de Momigliano 1958, un aperçu du Nachleb (...)
  • 21 Momigliano [1990] 1992, 46.
  • 22 Ibid. 55.
  • 23 Ibid. 54 et 180. Cf. Canfora 2005, 54 ; Pani 2001, 73.

9S’il est indiscutable que Jacoby et Momigliano sont d’accord pour dire que le modèle thucydidéen de l’histoire a prévalu sur toute autre forme d’historiographie dans l’Antiquité, ils se distinguent, toutefois, l’un de l’autre par leur approche du sujet. Alors que, dans sa vision linéaire et profondément téléologique du processus de la formation des genres historiques en Grèce ancienne, Jacoby voit l’émergence du modèle thucydidéen de l’histoire comme l’aboutissement d’un mouvement inscrit, pour ainsi dire, dans la “nature” même du genre, celle-ci apparaît, aux yeux de Momigliano, plutôt comme le résultat d’une rupture, issue d’un affrontement délibéré. L’histoire de cette rupture et de ses conséquences pour le développement de l’histoire est esquissée respectivement dans le deuxième et troisième chapitre de son livre posthume, qui, ensemble, constituent le noyau de l’enquête menée sur les fondations anciennes grecques du savoir historique. Le premier des deux essais, intitulé “Les traditions hérodotéenne et thucydidéenne”, est entièrement consacré à faire le point sur la question du succès relatif des approches différentes à l’histoire exemplifiées dans les ouvrages de ses deux fondateurs, Hérodote et Thucydide. L’analyse commence par reconnaître à Hérodote – d’un point de vue historiographique plutôt moderne – l’ampleur de sa réussite pour continuer ensuite avec le constat que “le père de l’histoire” n’a jamais su persuader ses lecteurs anciens qu’il disait la vérité20. L’enquêteur oral trop crédule qu’était Hérodote aurait souffert d’une mauvaise réputation durant toute l’Antiquité. Mais toujours est-il que son sort – et Momigliano insiste sur ce point – fut scellé par Thucydide. Celui-ci se serait interposé entre Hérodote et ses lecteurs : “Hérodote”, précise Momigliano, “n’aurait pas subi un tel sort si Thucydide n’avait pas imprimé à la recherche historique un tournant qui impliquait la répudiation de son prédécesseur”21. Rejet qui s’avère effectivement fatal pour le futur du modèle hérodotéen, comme l’indique le bilan suivant : “Tant que l’on a répété aux lecteurs qu’Hérodote mentait et que Thucydide disait vrai, Thucydide devait demeurer le représentant idéal de l’histoire”22. Important pour le succès à long terme de la tradition thucydidéenne fut son transfert à Rome ; Polybe l’aurait effectué. Momigliano le représente en nouveau Thucydide, éliminant, à son tour, Timée, l’un des historiens hellénistiques de premier rang chez qui on pouvait reconnaître une trace évidente des méthodes hérodotéennes. L’historien de Mégalopolis aurait ainsi contribué à convaincre les Romains – et à travers eux les écrivains d’histoire dans le monde occidental jusqu’au xixe siècle – que l’histoire était principalement de l’histoire politique et militaire, portant sur les événements contemporains vécus par l’auteur23.

  • 24 Momigliano [1990] 1992, 66-67 (nos italiques).

10L’optique différente, mais complémentaire, de l’essai The Rise of Antiquarian Research confirme le résultat des analyses faites dans le chapitre précédent : “… la séparation entre histoire politique et études antiquaires remonte à l’Antiquité. Elle se produisit, en fait, à l’époque des sophistes, lorsque Thucydide créa l’histoire politique. On peut légitimement supposer que si Hérodote était resté le modèle de l’historien, la catégorie des antiquaires n’aurait jamais vu le jour. Sa curiosité embrassait potentiellement tous les sujets destinés à devenir des parcelles du domaine des antiquités. Mais Thucydide veilla à ce qu’Hérodote ne prévalût pas”24.

  • 25 Selon Strasburger 1954, Thucydide n’a personnellement joué aucun rôle actif dans le processus par (...)
  • 26 Luc., Hist. Conscr., 42 : Ὁ δ’ οὖν Θουκυδιδης εὖ μάλα τοῦτ' ἐνομοθέτησε καὶ διέκρινεν ἀρετὴν και κ (...)
  • 27 Momigliano [1990] 1992, 67.

11Le pouvoir quelque peu malicieux de l’auteur de la Guerre du Péloponnèse, pouvait-il être évoqué de manière plus prégnante que par la petite phrase “Thucydide veilla à ce qu’Hérodote ne prévalût pas”25 ? On y voit Thucydide, avec une prémonition de sa grande destinée, agir de façon à barrer la route à son rival. Opinions antiques et modernes se rencontrent ici : Lucien ne s’amuse-t-il pas à mettre sur scène un Thucydide, jaloux du succès d’Hérodote, légiférant sa loi de l’histoire véritable et véridique contre lui26 ? Et Momigliano de dire : “En conséquence, l’histoire est devenue une narration d’événements politiques et militaires qui privilégie ceux dont l’auteur a été le témoin. Tous les historiens “classiques” après Hérodote – Thucydide, Xénophon, Éphore, Polybe, Salluste, Tite-Live, Tacite – se sont conformés à ce schéma”27.

  • 28 Cornell 1995, 2. Cf. Miller 2007b, 23 : “In fact, he [= Momigliano] suggested that it was Thucydid (...)
  • 29 Momigliano [1990] 1992, 180.
  • 30 Momigliano [1985] 1987, 41.

12Dans un commentaire lucide sur la portée historiographique – pas toujours bien appréhendée – de la vision originale de Momigliano, T.J. Cornell a souligné que la distinction entre “historiens” et “antiquaires” ne fut, dans l’opinion du savant piémontais, en tant que telle nullement nécessaire : elle existe du fait de l’intervention de Thucydide et on pourrait la considérer, pour cette raison, comme étant artificielle, voire arbitraire jusqu’à un certain point28. Pour sa part, Momigliano n’a jamais été enclin à applaudir Thucydide pour avoir imposé un tournant décisif, aussi grave de conséquences, à l’historiographie. Chez lui l’auteur de la Guerre du Péloponnèse apparaît plutôt comme le grand vilain de l’histoire de l’histoire, l’homme qu’il tient responsable d’un rétrécissement déplorable du champ de l’histoire. Le bilan final que Momigliano a dressé de ce que les Grecs peuvent nous apprendre en matière d’histoire – sa nature, ses sujets, ses limites et ses méthodes – est bien éloquent sur ce point. Il y exprime le vœu d’avoir convaincu ses lecteurs “que nous ne devons pas concéder à Thucydide d’avoir réussi à supplanter Hérodote”29. Les deux modèles ont, bien sûre, leurs mérites respectifs. Si Hérodote est devenu le cas exemplaire de ce que nous attendons de l’histoire, Thucydide et Polybe sont tout indiqués comme modèles pour qui désire seulement savoir comment faire de l’histoire d’une manière plus rigoureuse30.

  • 31 Tel est le thème central de plusieurs essais réunis dans Hartog 2005. À comparer Cartledge 1977, 2 (...)

13Les vues de Momigliano sur l’orientation donnée par Thucydide à l’historiographie grecque et antique, et, par là, à la tradition occidentale de l’histoire, ont trouvé un large accueil favorable auprès des critiques modernes. Il serait inutile de vouloir passer en revue antiquisants et/ou spécialistes d’historiographie, qui – tout en restant, en même temps, dans l’optique de la vision défendue par Jacoby – soulignent soit le “présentisme” de l’historiographie grecque, soit l’optique – restreinte – politique et militaire de l’histoire dans l’Antiquité31. Le nom et le renom de Momigliano restent encore, et surtout, liés à son enquête sur le rôle qu’ont joué les “antiquaires” dans l’évolution de la pensée historique au fil des siècles. Par rapport à tous ces domaines, une constante se dégage des réflexions de Momigliano : l’apport crucial des choix retenus par Thucydide. Mais l’image dressée correspond-elle à la physionomie réelle du genre historique grec ? Résiste-t-elle à une étude concrète et détaillée des textes mêmes et des pratiques des auteurs qui ont écrit l’histoire après Thucydide ? Les historiens grecs, ont-ils évalué leur travail dans la perspective de l’opposition entre l’histoire et érudition antiquaire ? Poser ces questions, et chercher à y répondre – même si ce n’est que partiellement dans le cadre restreint d’une contribution comme celle-ci –, me semble d’autant plus légitime que les conséquences attribuées à l’intervention de Thucydide sont immenses.

14Nous ne nous dissimulons pas les difficultés de la présente enquête. Comme nous venons de le voir, les positions de Momigliano s’inscrivent, pour des aspects essentiels, dans des cadres interprétatifs établis par Schwartz et Jacoby. Nos questionnements concernent par conséquent aussi les cadres mêmes, à l’intérieur desquels s’est opérée, et s’opère encore en grande mesure, la recherche moderne sur l’histoire grecque. C’est pourquoi il nous a semblé utile de cadrer le débat par quelques observations d’ordre plus général, non tant dans le but, loin s’en faut, de soumettre à une analyse approfondie toutes les implications et conséquences qui se rattachent, de l’avis de beaucoup d’interprètes, aux choix de Thucydide, que pour en saisir mieux les enjeux historiographiques.

  • 32 Butterfield 1968, 176 : “Can it be wrong to ask whether the author here is not too seasoned a clas (...)
  • 33 Elles rejoignent, d’une manière intéressante, les observations critiques faites par Hornblower 199 (...)

15Commençons par une brève observation d’Herbert Butterfield, spécialiste renommé de l’histoire de l’historiographie. Tout en soulignant l’importance et la signification des observations de son illustre collègue, Butterfield soulève la question de savoir, si, dans la longue histoire de l’historiographie, il ait jamais été possible qu’un individu décide à lui seul des modes et de l’orientation de l’écriture historique. Il a le sentiment que Momigliano, en tant que spécialiste des lettres classiques, ait été quelque peu trop enclin à donner la part belle à l’un des coryphées de la littérature historiographique classique pour expliquer des traits aussi fondamentaux des ouvrages d’histoire qu’ils doivent dépasser le niveau des choix personnels que tout historien est tenu à faire32. Laissons la parole à Butterfield : “Has he not slipped into the fallacy of personalizing a cause – forgetting those factors which, for thousands of years (not only in Greece but everywhere else), put historical writing into the very predicament that he is purporting to explain ? The issue is one which which throws light on the respective roles of the ‘contemporary historian’ and the antiquarian in the development of historiography.” Ces observations nous semblent pertinentes33. Outre le fait qu’elles nous invitent à repenser la question de la dite rupture que Thucydide aurait effectuée par rapport à son prédécesseur Hérodote, elles illustrent en quoi le rôle prodigieux attribué à Thucydide se révèle tributaire du fameux miracle grec, auquel les hellénistes, et mêmes les historiens parmi eux, n’ont toujours pas cessé de croire.

  • 34 Cf. Momigliano [1990] 1992, 67.
  • 35 Pol. 9.1.1-7. Avec son choix pour l’histoire pragmatique, Polybe destina son ouvrage à une seule c (...)
  • 36 Clarke 2003, 69-70, qui souligne, à ce propos, que le goût des historiens hellénistiques tendait p (...)
  • 37 Pol. 9.1.6. Musti 2001, 85 a justement observé que le préambule du livre IX est rédigé dans un ton (...)

16S’il paraît a priori improbable que Thucydide ait pu jouer le rôle déterminant qui lui est attribué (dans la vision de Momigliano encore bien plus que dans celle de Jacoby), il suffit d’un pas pour soulever la question ultérieure du bien-fondé d’une distinction, qui, en vertu des critères imposés par Thucydide, serait entrée en vigueur dans l’historiographie grecque : la fameuse opposition entre ouvrages d’histoire contemporaine, politique et militaire, considérés comme “proprement historiques” et les nombreux autres ouvrages qui ne pourraient pas être qualifiés comme des ouvrage d’histoire à part entière et relèveraient plutôt de l’érudition antiquaire. Nombreuses sont les raisons qui, à notre avis, remettent en cause la validité d’une pareille division. À commencer par la terminologie, il est un fait (d’ailleurs reconnu par Momigliano lui-même), que les Grecs n’ont jamais réussi à établir une distinction claire et nette entre “histoire” (dans le sens étroit de “Zeitgeschichte” à la Thucydide) et autres types de recherche concernant le passé34. Comme nous l’avons rappelé plus haut, les Grecs ont désigné – aussi bien avant qu’après Thucydide – du nom d’histoire toute une gamme diversifiée d’écrits, à commencer par les généalogies, fondations de cités, chronologies, en passant par les histoires locales, jusqu’aux récits contemporains des événements politiques militaires. Polybe confirme sans équivoque cette pluralité de formes et de démarches au sein du genre historique. Sa Préface au livre IX des Histoires fait état du grand succès que connaissent les auteurs qui ont recours, dans leurs récits, à tous les genres d’histoire (πᾶσι τοῖς τῆς ἱστορςίας μέρεσι χρώμενοι). Même si Polybe est persuadé de la supériorité de l’histoire “pragmatique”, il ne pense pas pouvoir justifier son propre choix ‘quelque peu austère’ en vertu d’une notion présumée d’histoire proprement dite, à l’exclusion de tous les autres types35. L’inverse est plutôt vrai : sa décision de se confiner à l’histoire politique et militaire contemporaine le met en opposition avec ce qu’il voit lui-même comme le courant le plus important de l’histoire à l’époque hellénistique36. C’est ce qui doit avoir amené Polybe à s’expliquer pour une deuxième fois – de son propre aveu il s’en était déjà expliqué longuement dans un autre passage, perdu pour nous – sur les raisons qui l’ont incité à écarter les autres genres d’histoire pour s’en tenir à la seule histoire politique37.

  • 38 Voir Schepens 2001, 2003, et surtout, 2006, 2007 et, pour ce qui concerne la biographie grecque, 2 (...)
  • 39 Cf. Bravo 2006 et 2007. Quant à Polémon, je me suis brièvement référé à son exemple : voir Schepen (...)
  • 40 Notons, en passant, que Timée lui-même était célèbre pour son érudition : Polybe le raille pour av (...)
  • 41 FGrHist 342 T 2 et F 12 (= Plut., Arist., 26.2-5). Cf. Erdas 2002, 161-168.
  • 42 Desideri 1996 et 1996a, pour sa part, a souligné à quel point la fixation de l’attention principal (...)
  • 43 Biraschi et al. 2003.
  • 44 FGrHist 70 T 18a = Str. 10.3.5 : ὁ δ’ ... ἐπιλέγει διότι ταῦτα καὶ τὰ τοιαῦτα διακριβοῦν εἰώκαμεν, (...)
  • 45 Ce sont les raisons pour lesquelles Momigliano [1990] 1992, 100, veut les mettre à l’écart du cour (...)
  • 46 Gabba 1988, 173 souligne à raison que dans le monde grec “la città è il centro focale della storio (...)
  • 47 Chaniotis 1998 fait opportunément observer que la notion d’histoire, qui se dégage des inscription (...)
  • 48 À titre d’illustration supplémentaire, je tiens à rappeler que de nombreux travaux récents ont con (...)
  • 49 Pour les points forts et faibles de la théorie de Momigliano au sujet du départ entre l’histoire “ (...)
  • 50 Miller 2007b, 23 résume ainsi la portée de l’argumentation de Momigliano en une seule phrase : “In (...)

17D’une façon plus générale, j’ai exprimé ailleurs mes réserves par rapport à l’idée d’une séparation nette entre “histoire” et “érudition antiquaire” et, sauf pour le rôle capital attribué à Thucydide dans la création de cette configuration, ce n’est pas le lieu ici de réexaminer cette question38. Pour être clair, tout le monde conviendra qu’il existe une différence entre ce que fait un homme politique, écrivant l’histoire des événements auxquels il a été mêlé, et l’activité d’un auteur comme Polémon, infatigable copieur d’inscriptions, explorateur de monuments, amateur de curiosités archéologiques et folkloriques39. Le problème, évidemment, ne se situe pas là, mais dans l’affirmation selon laquelle ces deux types d’activité intellectuelle ne se soit jamais, sinon très rarement, rencontrés à l’intérieur du vaste champ des pratiques grecques de l’histoire. Même dans le cas de Polémon, il importe d’attirer l’attention sur les débouchés proprement historiographiques de cette érudition. En l’occurrence, nous savons qu’il a tiré parti de ses vastes connaissances pour étayer les rectifications qu’il apportait, sans doute dans un esprit polémique, à l’œuvre biographique Περὶ ένδόξων ἀνδρῶν de Neanthes de Cyzique et à l’Histoire de la Sicile de Timée. Ses Ἀντιγραφαὶ πρὸς Τίμαιον comportaient au moins douze livres40. On aimerait pouvoir encore lire ces ouvrages afin de pouvoir se rendre compte de la manière dont Polémon a exploité les documents et sources primaires au service de l’histoire. Dans ce cas, comme dans beaucoup d’autres, il ne nous semble pas de mise de vouloir dissocier le travail des historiens et des antiquaires. Plutarque, dans sa Vie d’Aristide, nous a donné l’exemple fascinant de la Σύναγωγή τῶν ψηφισμάτων de Cratère, une collection en neuf livres au moins41. Or, au dire de Plutarque, Cratère avait l’habitude de comparer les versions des historiens avec toute sorte d’information qu’il pouvait dégager des textes épigraphiques. En l’occurrence, l’expression εἰωθὼς ἐπιεικῶς ... παρατίθεσθαι τοὺς ἱστοροῦντας atteste l’existence d’un rapport significatif entre document et historiographie, que l’on peut s’imaginer sous la forme d’un examen comparatif et/ou d’un commentaire critique. Pour continuer avec les ouvrages “proprement” historiques, les exemples où les pratiques de l’histoire et les pratiques de l’érudition se retrouvent à des degrés plus ou moins importants, sont moins exceptionnels qu’on ne l’affirme généralement42. On consultera, pour cette problémétique et pour un bilan récent, les actes du colloque L’uso dei documenti nella storiografia antica, dans le cadre duquel j’ai eu l’occasion d’illustrer le cas d’Éphore43. En s’appuyant sur documents et sources primaires de toute sorte pour accomplir la tâche qu’il s’était donnée “d’établir la vérité sur des questions d’histoire [ancienne], où les faits comportent encore un point tout à fait obscur ou donnent lieu à des interprétations erronées”, Éphore n’a point travaillé en “antiquaire”, mais en historien à part entière44. À quoi bon, ensuite, vouloir considérer les auteurs d’histoires locales comme des “collectionneurs de curiosités” et de les apparenter aux “antiquaires”45, alors que dans le monde grec des poleis – toutes à la recherche de leur propre identité politique, culturelle et religieuse – l’histoire locale représente l’une des branches les plus caractéristiques et impressionnantes de la production authentiquement historiographique46 ? Les honneurs que les cités ont conférés aux historiens, qui répondaient à leur demande, démentissent l’assertion selon laquelle pareille forme d’histoire locale était dépréciée comme une activité intellectuelle d’ordre inférieur47. On pourrait continuer à produire des exemples48, mais ce qui a été dit doit suffire pour illustrer le fait qu’une définition essentialiste de l’histoire ‘proprement dite’ nous prive inutilement de la possibilité d’apprécier la richesse et la dynamique du genre historique grec dans toute sa diversité. En dernière analyse, la thèse de la séparation des historiens et des antiquaires (et je ne veux parler ici que de l’Antiquité49) ne repose-t-elle pas sur une logique curieuse, qui consiste d’abord à reléguer, en vertu d’une notion – thucydidéenne – d’histoire proprement dite, des branches entières de la production historique des Grecs dans les limbes de l’érudition antiquaire pour ensuite retenir que tous les autres historiens, à savoir les écrivains de la “grande” histoire, se sont conformés aux préceptes de Thucydide50 ?

  • 51 Schepens 1997 et 2006. En adoptant le point de vue que la tradition représente grosso modo de mani (...)
  • 52 Comme Gabba 1981, 52 l’a remarqué judicieusement, “we are always inclined to exaggerate the cultur (...)
  • 53 Cf. Marincola 1999, surtout 306 : “… there is plenty of evidence that many… historians saw their t (...)
  • 54 Momigliano 1975, 17.

18Par ailleurs, et j’en viens ainsi à une troisième et dernière observation générale, toute étude d’historiographie ancienne qui ne se base que sur les témoins de la littérature historique de l’Antiquité qui ont survécu au naufrage quasi total risque de réaffirmer, voire de renforcer les distorsions inhérentes à l’image peu adéquate qui s’est imposée à notre esprit à travers l’histoire de la transmission textuelle de l’Antiquité à nos jours51. Je ne crois pas, quant à moi, qu’une sorte de justice historiographique ait été à l’œuvre dans l’histoire de la tradition manuscrite. Il ne fait aucun doute que la “grande” historiographie politico-militaire, du fait qu’elle est seule représentée dans notre tradition directe, risque de défigurer sensiblement l’image d’ensemble52. S’il ne restent aujourd’hui que des fragments des multiples genres qui se sont développés en dehors du soi-disant “mainstream”, représenté par l’histoire politico-militaire (contemporaine ou non), ils n’en sont pour autant pas moins représentatifs de la littérature historiographique de l’Antiquité53. Il n’arrive, cependant, que très rarement que Momigliano laisse le champ libre à une interprétation potentiellement plus accommodante envers l’apport “antiquaire” à l’historiographie grecque, comme dans la concession, faite en 1975, faite à l’idée que notre connaissance de la variété et de l’intensité des recherches en histoire dans le monde grec serait sensiblement différente si les ouvrages d’érudition hellénistique et d’histoire locale avaient été conservés de manière représentative54.

  • 55 Connor 1985, 459.

19Les observations générales qui précèdent conduisent à remettre en cause certaines approches modernes. Pour ma part, je n’hésite pas à souscrire au verdict que W. R. Connor a prononcé dans un aperçu succinct de l’historiographie grecque, l’un des meilleurs qui aient été écrits dans les dernières décennies : devant le vaste champ diversifié couvert par les ouvrages d’histoire dans le monde grec, la focalisation rigoureuse de Thucydide sur l’histoire politique et militaire contemporaine se présente comme une anomalie55.

20Parmi les raisons plus spécifiques qui invitent à reprendre la question de la place qui revient à Thucydide dans le développement de l’histoire dans l’Antiquité, il y en a qui concernent les prémisses de son intervention au détriment d’Hérodote et d’autres qui se rapportent plutôt aux conséquences de ses choix.

  • 56 Cf. Payen 2003, 139. Sur la complexité de la relation (intertextuelle) entre les deux auteurs, voi (...)
  • 57 Cf. Marincola 2001, 58-60 (avec bibliographie) et Lachenaud 2004, passim ; voir, cependant, Dognin (...)
  • 58 Cf. Strasburger 1975, Murray 1972, Gabba 1981. À en juger aussi d’après les “canons” hellénistique (...)
  • 59 Il est indiscutable que les études plus récentes de Momigliano (1972, 1975 et 1987) s’écartent sen (...)

21Pour ce qui est du premier point, quiconque a suivi, de loin ou de près, les études hérodotéennes et thucydidéennes des dernières décennies, s’est certainement aperçu que l’un des résultats les plus marquants de ces travaux a été de rapprocher les deux fondateurs du genre historique grec56. L’idée de vouloir isoler Hérodote est aujourd’hui, à plusieurs égards, une thèse périmée57. La perception selon laquelle Hérodote fut coupé du courant principal de l’historiographie grecque, a évolué depuis que l’on s’est mieux rendu compte, notamment aussi par une étude plus poussée des historiens grecs fragmentaires du ive siècle et de l’époque hellénistique, du riche épanouissement de l’écriture de l’histoire, qui, sans en rester à Thucydide comme modèle de référence, a continué aussi à s’inspirer des choix d’Hérodote et à mettre en pratique divers aspects de son approche58. Face à cette réhabilitation du père de l’histoire, Momigliano, toujours attentif aux développements de la recherche, a été obligé de repenser l’articulation des rapports entre les deux historiens emblématiques du ve siècle a. C. Ses publications des années’70 et’80 le montrent clairement : elles considèrent Hérodote au même titre que Thucydide comme fondateur et modèle du genre historique en Grèce59. La question qui se pose alors est de savoir comment juger, dans une optique pareille, de la validité de la démonstration faite dans les Sather Classical Lectures. Rappelons que cette démonstration repose en partie substantielle sur l’affirmation de la répudiation d’Hérodote, à commencer par Thucydide et, ensuite, par tous ceux qui auraient continué à écrire l’histoire dans la voie creusée par l’historien de la Guerre du Péloponnèse.

  • 60 Je me réfère ici à la version anglaise de l’article Storiografia greca, publié en 1975. La contrib (...)
  • 61 Après avoir fait l’éloge d’Hérodote – “cas exemplaire de ce que nous attendons de l’histoire” –, M (...)
  • 62 On est tenté de se demander si ce n’est pas là l’une des raisons pour lesquelles Momigliano a remi (...)

22À n’en pas douter, Momigliano s’est affranchi de la vision trop étroite, que suggère un développement du genre historique grec dominé par le seul Thucydide : l’article de synthèse, Greek Historiography, publié en 1975, abonde en formules telles que “the Herodotean-Thucydidean notion of history” ; “the example of Herodotus, and after him of Thucydides” ; elles placent Hérodote et Thucydide dans une forte continuité l’un à l’autre60. Mais il reste vrai que pareil discours ne lui a pas fait franchir le pas de remettre en cause les conclusions issues des analyses (pourtant bien différentes) faites dans les Sather Classical Lectures. La thèse de la profonde solidarité entre les fondateurs grecs de l’histoire est, en revanche, instrumentalisée au point qu’on les tient ensemble responsables du caractère unilatéral de l’historiographie ancienne. L’idée thucydidéenne de l’histoire est ainsi transformée en une conception partagée par Hérodote : c’est une transfiguration pour le moins surprenante, que donnent à entendre des formules telles que “the unilateralism of the Hérodotean-Thucydidean historiography” (p. 18) et “the Herodotean-Thucydidean notion of history centered on politics and war” (p. 6). Le secours d’un pareil expédient semble plutôt vouloir écarter que résoudre une difficulté de taille à laquelle se heurte l’affirmation de la place clef que l’enquête sur “les fondations classiques de l’historiographie moderne” a voulu assigner au seul Thucydide et à sa définition restreinte du champ de l’histoire. Comme le suggère d’ailleurs aussi le retour de Momigliano à la “solution”, qui consiste à isoler le père de l’histoire du courant principal de l’historiographie grecque61, le savant piémontais n’est apparemment pas parvenu à résoudre le problème bien complexe du rapport entre traditions hérodotéenne et thucydidéenne62.

23Reste ensuite la question de vérifier dans ses conséquences supposées l’emprise dite ‘thucydidéenne’ sur le développement ultérieur de l’histoire. Pour évoquer ce problème il suffit de regarder la liste – bien sûre incomplète et donnée seulement à titre d’exemple – des historiens qui, d’après Momigliano, se seraient conformés aux schémas de Thucydide. On y trouve les noms d’Éphore et de Tite-Live. Ces historiens, qui ont commencé leurs récits à partir des temps les plus reculés, en vertu de quels critères précis sont-ils appelés ici à exemplifier les tendances d’une historiographie répondant aux choix de Thucydide ?

  • 63 Thc. 1.1.2 ; 1.22.2-3 ; 5.26.5.
  • 64 Hartog 2005, 82 ; cf. p. 202.
  • 65 Hartog 2005, 13. Cf. Schepens 2007, surtout 47-48 (avec littérature). Les observations faites par (...)
  • 66 Hartog 2005, 78.
  • 67 Thc. 1.1.2. Le “présentisme” de Thucydide n’est pas sans laisser quelque peu perplexe l’interprète (...)
  • 68 Inversement, F. Jacoby a fait un emploi excessivement flexible du concept moderne (pourtant bien d (...)

24À ce propos, disons d’emblée qu’il importe de noter que Momigliano a donné du principe de méthode établi par Thucydide une version manifestement moins rigoureuse qu’elle ne l’est dans les énoncés de cet historien63. La règle posée par Thucydide n’est pas que l’histoire contemporaine est davantage digne de foi que celle du passé, mais que seule l’histoire strictement contemporaine peut garantir la connaissance parfaite à laquelle doit aspirer l’historien. Thucydide entendait démontrer que “l’histoire ‘véritable’ ne pouvait se faire qu’au présent”64. Venant après Hérodote, qui lui avait déjà établi le principe que les yeux sont plus fiables que les oreilles, l’historien de la Guerre du Péloponnèse a, en effet, sévèrement durci les conditions de l’enquête en misant “tout sur l’autopsie, seule à même de produire une connaissance claire et distincte”65. Pour Thucydide, comme le fait remarquer F. Hartog, “le savoir historique se fonde sur l’autopsie et s’organise sur la base des données qu’elle procure, l’œil est au centre de l’histoire et l’histoire se fait au présent”66. Ne qualifie-t-il pas les faits immédiatement antérieurs à la Guerre du Péloponnèse de παλαῖα, et en tant que tels pas à même d’être connus avec la clarté requise (σαφῶς)67 ? Pour ce qui est des affirmations de Momigliano, nous retenons donc que l’inclusion virtuelle de tous les grands historiens classiques dans sa liste des auteurs qui se seraient conformés aux principes méthodologiques de Thucydide repose, en bonne partie, sur un travestissement de ce principe même68.

  • 69 Voir Schepens 1980, 3-14, surtout 5-6.

25Il est temps de conclure. Dans ce qui précède nous avons voulu repenser, et inciter à repenser certains présupposés fondamentaux qui ont amené les chercheurs modernes à ériger Thucydide en modèle de l’historien grec. Nous n’avons pas eu l’ambition d’examiner à fond ces présupposés. Nous ne les avons même pas présentés tous ou présentés de manière satisfaisante. Ainsi, le problème complexe, mais important, de la relation entre conceptions antique et moderne de l’histoire a à peine été effleuré, quand nous avons remarqué, avec Jacoby, et à propos de son introduction de la notion de “Zeitgeschichte” dans le discours sur l’historiographie grecque, qu’il s’agissait d’une notion sans correspondance terminologique chez les anciens. L’idée fut développée en contre-point des changements survenus dans la méthode historique au xixe siècle, qui, tout en contestant le caractère scientifique, même la possibilité de l’historiographie contemporaine, ont mis en valeur l’histoire du passé comme domaine propre de l’historien69. Nous retenons que le théorème de la “Zeitgeschichte”, en rapport étroit avec la notion d’histoire “proprement dite”, a profondément biaisé l’interprétation de l’historiographie grecque. Ensemble, ces présupposés ont durablement conduit à ranger les historiens en deux catégories : d’un côté les historiens véritables, les auteurs de la “Zeitgeschichte” à la Thucydide, en mesure d’établir les faits ὡς ἐπράχθη et de les interpréter ; de l’autre, ceux qui, dépourvus de méthode et d’esprit critique, se sont occupés, soit pour le plaisir littéraire, soit en collectionneurs d’antiquités, des autres branches, globalement considérées comme inférieures. Il n’est guère possible de faire une critique solide de cette vision polarisante, que si l’on prend en compte le contexte de la science historique moderne, dans lequel a pris forme l’outil conceptuel de base.

  • 70 De la bibliographie énorme je me permets de mentionner seulement deux études, qui sont à ranger pa (...)
  • 71 Humphreys 1997.

26Plus proche de nos compétences, en tant que chercheur d’historiographie ancienne, nous avons attiré l’attention sur la portée de la théorie qui fait culminer et aboutir d’emblée l’histoire de l’histoire grecque dans l’œuvre de Thucydide. Alors que dans les dernières décennies les travaux portant sur les origines de l’histoire dès ses premiers débuts jusqu’à Thucydide ont amené les savants à remettre en cause la valeur explicative réelle du schéma évolutionnaire et téléologique au moyen duquel Jacoby a essayé de rendre compte de la genèse toute entière des formes historiques en Grèce ancienne70, nous ne sommes, pour ce qui est de l’historiographie postérieure à Thucydide, qu’au début de nos efforts pour soumettre à un examen critique les conséquences de l’idée que Thucydide aurait porté le genre historique à sa perfection. À cet égard, nos études d’historiographie grecque présentent un déficit structurel : elles ont tendance, mais à tort, à s’arrêter au point où Thucydide s’arrête71.

  • 72 On peut se reporter à Hornblower 1995 et Nicolai 2006.
  • 73 Voir Schepens 2007, où je me suis élevé contre l’idée du “non-développement” de l’histoire et de l (...)

27L’espace restreint de cette contribution ne nous a pas permis de poursuivre notre enquête pour ce qui est de l’époque postérieure à Thucydide72. Mais il n’y a pas de doute que les historiens du ive siècle a. C. et de l’époque hellénistique, répondant aux défis nouveaux auxquels ils se trouvaient confrontés, ont contribué d’une manière remarquable au développement de l’historiographie, et cela avec des discussions qui concernent tous les aspects du travail historique73. Les fragments qui nous restent de leurs ouvrages montrent qu’ils ont accueilli les préceptes d’Hérodote et de Thucydide, sans pour autant s’enfermer dans leurs formules et définitions ; ils témoignent de leurs confrontations, adaptations, refus et convergences par rapport aux idées léguées par les deux fondateurs du genre historique.

  • 74 Cf. Schepens 2007. Cf. Nicolai 2007, 14 “ancient historiography is not a homogeneous whole, with a (...)

28Il me semble, en tout état de cause, légitime de conclure que l’historiographie grecque représente un phénomène culturel formidable autant par sa durée dans le temps et son étendue dans l’espace que par le grand nombre de ses praticiens et la pluralité de ses formes. L’histoire contemporaine à la Thucydide y apparaît comme une forme parmi d’autres. Pour être fructueuse et représentative, toute recherche sur la notion d’histoire des Anciens, se doit d’examiner l’ensemble des textes considérés par les anciens comme des ouvrages d’histoire. Dans cette perspective – et sans fausser déjà dans son principe toute appréciation par une distinction illicite entre “historiographie proprement dite” et “littérature antiquaire”74 – il ne me semble pas que l’on puisse dire que des deux orientations principales pour construire l’historiographie ancienne représentées dans les ouvrages des fondateurs, Hérodote et Thucydide, l’histoire contemporaine, politique et militaire ait décidément prévalu sur l’approche hérodotéenne, plus ouverte à l’histoire de la civilisation et l’histoire du passé plus ou moins lointain.

  • 75 Pani 2001, 93 a fait remarquer, que pareille motivation du choix de Lucien aurait été bien surpren (...)
  • 76 Billault 2003 fait remarquer, à juste titre, que Thucydide n’est certes pas le seul historien pour (...)
  • 77 Dion. H., de Thuc., 8.

29À ce propos, il peut être instructif de retourner au point d’où nous avons commencé notre petite enquête, à savoir au passage du traité Comment il faut écrire l’histoire ? de Lucien, où Thucydide est désigné comme le précepteur de l’histoire. Pourquoi Thucydide est-il élu ? Le contexte nous aide à répondre. Ce n’est ni pour son choix d’une histoire strictement contemporaine, ni pour avoir réduit le champ de l’histoire à la politique et à la guerre75. En revanche, les qualités que Lucien admire sont l’intelligence politique, la liberté d’esprit, l’absence de crainte et d’ambition, l’intégrité, le gout de la vérité et de la franchise, l’indépendance de l’historien de la Guerre du Péloponnèse76. Pareil jugement s’inscrit dans le prolongement de l’appréciation de Denys d’Halicarnasse77. Loin de vouloir admirer Thucydide pour le choix de son sujet, ce critique signale que presque tous les philosophes et rhétoriciens l’approuvaient pour le sérieux avec lequel il s’était investi dans la recherche des faits et pour l’esprit libre et impartial avec lequel il avait tout mis en œuvre pour atteindre à l’objectivité la plus rigoureuse. Si Thucydide est un historien modèle, c’est en tout premier lieu pour avoir écrit un récit d’histoire aussi véridique que possible.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ampolo, C., éd. (2006) : Aspetti dell’opera di Felix Jacoby (Seminari Arnaldo Momigliano, Scuola Normale Superiore Pisa 18-19 dicembre 2002), Pise.

Bakker, E. J., I. J. F. de Jong, H. van Wees, éd. (2002) : Brill’s Companion to Herodotus, Leyde - Boston - Cologne.

Bentley, M., éd. (1977) : Routledge Companion to Historiography, Londres - New York.

Billault, A. (2003) : “Comment Lucien écrit l’histoire : La déesse syrienne”, in : Lachenaud & Longrée 2003, 425-436.

Biraschi, A. M. et alii, éd. (2003) : L’uso dei documenti nella storiografia antica, Pérouse.

Boussac M -F. et A. Invernizzi, éd. (1996) : Archives et sceaux du monde hellénistique. Archivi e sigilli nel mondo ellenistico (BCH Supplément 29), Athènes.

Bravo, B. (2006) : “Felix Jacoby, Arnaldo Momigliano e l’erudizione antica”, in : Ampolo 2006, 227-257.

– (2007) : “Antiquarianism and History”, in : Marincola 2007, 515-527.

Breisach, E. (1993) : “Reflections on Arnaldo Momigliano’s The Classical Foundations of Modern Historiography”, Clio, 23, 81-91.

Bruit Zaidman, L. (2003) : “La notion d’archaion dans la Périégèse de Pausanias”, in : Lachenaud & Longrée 2003, 21-30.

Bruit Zaidman L. et F. Gherchanoc, éd. (2006) : Τὰ ἀρχαῖα dans les mondes grec et romain. Définitions et usages de la “notion d’archaïsme”, Strasbourg [= Ktèma 31, 3-242].

– (2006a) : “Introduction”, in : Bruit Zaidman & Gherchanoc 2006, 5-13.

Butterfield, H. (1968) : “Narrative History and the Spade-work Behind It”, History, 53, 165-180.

Canfora, L. (2005) : Tucidide tra Atene e Roma, Rome.

Cartledge, P. (1977) : “Historiography and Ancient Greek Self-Definition”, in : Bentley 1977, 23-42.

Càssola, F. (1993) : “Arnaldo Momigliano interprete di Erodoto”, in : Giornata Lincea in ricordo di Arnaldo Momigliano, Rome, 17-18.

Chaniotis, A. (1998) : Historie und Historiker in den griechischen Inschriften. Epigraphische Beiträge zur griechischen Historiographie, Stuttgart.

Clarke, K. (2003) : “Polybius and the Nature of the Late Hellenistic Historiography”, in : Santos Yanguas & Torregaray Pagola 2003, 69-87.

– (2008) : Making Time for the Past. Local History and the Polis, Oxford.

Connor, W. R. (1985) : “Historiography”, in : Easterling & Knox 1985, 426-471.

Cornell, T. J. (1995) : “Ancient History and the Antiquarian Revisited : Some Thoughts on Reading Momigliano’s Classical Foundations”, in : Crawford & Ligota 1995, 1-14.

Crawford, M. H. et C. R. Ligota, éd. (1995) : Ancient History and the Antiquarian. Essays in Memory of Arnaldo Momigliano (Warburg Institute Colloquia 2), Londres.

Cuscunà, C. (2005) : “Tramandare τὸ σαφές” : note in margine a Thuc. I 9.2”, AncSoc, 35, 59-77.

Demoen, K., éd. (2001) : The Greek City from Antiquity to the Present. Ideological Construct, Literary Representation, Leuven - Paris - Sterling - Virginia.

Desideri, P. (1996) : “Scrivere gli eventi storici”, in : Settis 1996, 955-1013.

– (1996a) : “Storici antichi e archivi”, in : Boussac & Invernizzi 1996, 171-177.

Dewald, C. et J. Marincola, éd. (2006) : The Cambridge Companion to Herodotus, Cambridge.

Di Donato, R. (1990) : “Foreword”, in : Momigliano 1990, vii-xi.

– (2006) : “Lo Jacoby di Arnaldo Momigliano”, in : Ampolo 2006, 31-43.

– (2007) : “Arnaldo Momigliano from Antiquarianism to Cultural History : Some Reasons for a Quest”, in : Miller 2007, 66-96.

Dognini, C. (2007) : “De Herodoti malignitate e la fortuna di Erodoto”, in : Perrin 2007, 481-502.

Easterling, P. E. et B. M. W. Knox, éd. (1985) : The Cambridge History of Classical Literature, volume I : Greek Literature, Cambridge.

Erdas, D. (2002) : Cratero il Macedone. Testimonianze e frammenti, Tivoli - Rome.

Erler, M. et S. Schorn, éd. (2007) : Die griechische Biographie in hellenistischer Zeit. Akten des internationalen Kongresses vom 26. -29. Juli 2006 in Würzburg, Berlin - New York.

Fornara, Ch. W. (1983) : The Nature of History in Ancient Greece and Rome, Berkeley - Los Angeles.

Fowler, R. L. (1996) : “Herodotus and his contemporaries”, JHS, 116, 62-87.

Gabba, E. (1981) : “True History and False History in Classical Antiquity”, JRS, 71, 50-62.

– (1988) : “La storiografia”, in : Montanari 1988, 171-205.

Gadoffre, C., éd. (1987) : Certitudes et incertitudes de l’histoire, Paris.

Hartog, F. (2005) : Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris.

Herklotz, I. (2007) : “Arnaldo Momigliano’s ‘Ancient History and the Antiquarian’ : A Critical Review”, in : Miller 2007, 127-153.

Hornblower, S. (1992) : “The Religious Dimension to the Peloponnesian War, or, What Thucydidies Does not Tell Us”, HSPh, 94,169-197.

–, éd. (1994) : Greek Historiography, Oxford.

– (1994a) : “Introduction”, in : Hornblower 1994, 1-72.

– (1995) : “The Fourth-Century and Hellenistic Reception of Thucydides”, JHS, 115, 47-68.

– (2006) : “Herodotus’Influence in Antiquity”, in : Dewald & Marincola 2006, 306-318.

Humphreys, S. C. (1997) : “Fragments, Fetishes, and Philosophies : Towards a History of Greek Historiography after Thucydides”, in : Most 1997, 207-224.

Jacoby, F. (1909) : “Über die Entwicklung der griechischen Historiographie und den Plan einer neuen Sammlung der griechischen Historikerfragmente”, Klio, 1909, 80-123 [= Jacoby, F. (1956) : Abhandlungen zur griechischen Geschichtsschreibung von Felix Jacoby zu seinem achtzigsten Geburtstag am 19. März 1956, éd. H. Bloch, Leyde, 16-64].

– (1913) : RE Suppl. 2, s. v. Herodotos 7, col. 205-520.

– (1926) : “Griechische Geschichtschreibung”, Die Antike, 2, 1-19 [= Jacoby, F. (1956) : Abhandlungen zur griechischen Geschichtsschreibung von Felix Jacoby zu seinem achtzigsten Geburtstag am 19. März 1956, éd. H. Bloch, Leyde, 73-99].

– (1949) : Atthis. The Local Chronicles of Ancient Athens, Oxford.

Jordan, B. (1986) : “Religion in Thucydides”, TAPhA, 116, 119-147.

Kraus, C. S., éd. (1999) : The Limits of Historiography. Genre & Narrative in Ancient Historical Texts (Mnemosyne Suppl. 191), Leyde - Boston - Cologne.

Lachenaud, G. et D. Longrée, éd. (2003) : Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, 2 vol., Rennes.

Lachenaud, G. (2004) : Promettre et écrire. Essais sur l’historiographie des Anciens, Rennes.

Laqueur R. (1911) : “Ephoros. 1. Die Proömien. 2. Die Dispostion”, Hermes 46, 161-206 et 321-354.

Luraghi, N. (2005) : “Le storie prima delle Storie. Prospettive di ricerca”, in : Giangiulio 2005, 61-90.

Marincola, J. (1990) : c. -r. de Momigliano [1990] 1992, Ploutarchos 8, 25-33.

– (1999) : “Genre, Convention and Innovation in Greco-Roman Historiography”, in : Kraus 1999, 281-324.

– (2001) : Greek Historians (Greece & Rome : New Surveys in the Classics 31), Oxford.

–, éd. (2007) : A Companion to Greek and Roman Historiography, Oxford.

Miller, P. N., éd. (2007a) : Momigliano and Antiquarianism. Foundations of the Modern Cultural Sciences, Toronto.

Miller, P. N. (2007b) : “Introduction : Momigliano, Antiquarianism, and the Cultural Sciences”, in : Miller 2007, 3-65.

Momigliano, A. (1950) : “Ancient History and the Antiquarian”, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 13, 285-315 (= Contributo alla storia degli studi classici, Rome 1955, 67-106 = Studies in Historiography, Londres 1966, 1-39, avec deux appendices).

– (1958) : “The Place of Herodotus in the History of Historiography”, History, 43, 1-13 (= Momigliano, Secondo Contributo alla storia degli studi classici, Rome 1960, 29-44 = Studies in Historiography, Londres 1966, 127-142).

– (1961-1962) : “Historiography on Written Tradition and Historiography on Oral Tradition”, Atti della Accademia delle Scienze di Torino, 96, 1-12 (= Momigliano, Studies in Historiography, Londres 1966, 211-220).

– [1971] 1993 : The Development of Greek Biography, ‘Expanded Edition’, comprenant “Second Thoughts on Greek Biography”, Londres.

– (1972) : “Tradition and the Classical Historian”, H & T, 11, 279-293 (= Momigliano, Essays in Ancient and Modern Historiography, Oxford 1977, 161-177).

– (1975) : “Storiografia greca”, RSI 87, 17-46 (= Momigliano, Sesto Contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome 1980, 33-67 = La storiografia greca, Turin 1982, 3-41) ; en version anglaise “Greek Historiography”, H&T 17, 1978, 1-28.

– [1985] 1987 : “History between Medicine and Rhetoric”, ANSP Ser. III, 15, 767-780 (= Momigliano, Ottavo Contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Rome 1987, 13-25 ; citée ici dans la version française “L’histoire entre la médecine et la rhétorique”, in : Gadoffre 1987, 31-41).

– [1990] 1992 : The Classical Foundations of Modern Historiography (Sather Classical Lectures 54), Berkeley-Los Angeles - Londres 1990 (traduit de l’anglais par Isabelle Rozenbaumas : Les fondations du savoir historique), Paris.

Montanari, F., éd. (1988) : Da Omero agli alessandrini. Problemi e figure della letteratura greca, Rome.

Most, G. W., éd. (1997) : Collecting Fragments. Fragmente sammeln, Göttingen.

Murray, O. (1972) : “Herodotus and Hellenistic Culture”, CQ, 22, 200-213.

Musti, D. (2001) : “Introduzione”, in : Polibio, Storie. Libri I-II, Milan, 5-94.

Nicolai, R. (1992) : La storiografia nell’educazione antica, Pise.

– (2006) : “Thucydides Continued”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 693-719.

– (2007) : “The Place of History in the Ancient World”, in : Marincola 2007, 13-26.

Pani, M. (2001) : Le ragioni della storiografia in Grecia e a Roma, Bari.

Parmeggiani, G. (2003) : “L’εὑρεῖν senza σαφές” : Tucidide e la conoscenza del passato”, AncSoc, 33, 234-283.

Payen, P. (2003) : “L’historiographie grecque : vie-iiie siècles avant J.-C. État des recherches 1987-2002”, Pallas, 63, 129-166.

Pernot, L. (1995) : “Le plus panégyrique des historiens”, Ktèma, 20, 125-136.

Perrin, Y., éd. (2007) : Neronia VII. Rome, l’Italie et la Grèce. Hellénisme et philhellénisme au premier siècle après J. -C. Actes du VIIe Colloque international de la SIEN (Athènes, 21-23 octobre 2004), Bruxelles.

Phillips, M. S. (1996) : “Reconsiderations on History and Antiquarianism : Arnaldo Momigliano and the Historiography of Eighteenth-Century Britain”, JHI, 57, 297-316.

Rengakos, A. et A. Tsakmakis, éd. (2006) : Brill’s Companion to Thucydides, Leyde - Boston.

Rood, T. (2006) : “Objectivity and Authority”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006.

Santos Yanguas, J. et E. Torregaray Pagola, éd. (2003) : Polibio y la Península Ibérica (Revisiones de Historia Antgua IV), Vitoria-Gasteiz.

Schepens, G. (1980) : L’‘autopsie’ dans la méthode des historiens grecs du ve siècle avant J.-C. (Verhand. Kon. Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren 93), Bruxelles.

– (1997) : “Jacoby’s FGrHist : Problems, Methods, Prospects”, in : Most 1997, 144-172.

– (2001) : “Ancient Greek City Histories. Self-definition Through History Writing”, in : Demoen 2001, 3-25.

– (2003) : “L’apport des documents dans la méthode historique d’Éphore”, in : Biraschi et al. 2003, 331-365.

– (2006) : “Storiografia e letteratura antiquaria. Le scelte di Felix Jacoby”, in : Ampolo 2006, 149-171.

– (2007) : “History and Historia : Inquiry in the Greek Historians”, in : Marincola 2007, 39-55.

– (2007a) : “Zum Verhältnis von Biographie und Geschichtsschreibung in hellenistischer Zeit”, in : Erler & Schorn 2007, 335-362.

Schwartz, E. (1905) : RE, 5, s. v. Duris, col. 1853-1856.

– (1907) : RE, 6, s. v. Ephoros 1, col. 1-16.

Settis, S., éd. (1996) : I Greci. Storia, Cultura, Arte, Società, vol. I : Noi e i Greci, Turin.

Strasburger, H. (1954) : “Die Entdeckung der politischen Geschichte durch Thukydides”, Saeculum, 5, 395-428 (= Thukydides, Wege der Forschung 98, Darmstadt 1968, 412-476 ; = Studien zur Alten Geschichte, II, Hildesheim-New York 1982, 529-591).

– [1966] 1975 : Die Wesensbestimmung der Geschichte durch die antike Geschichtsschrei bung (Sitzungsb. der wiss. Ges. an der J. W. Goethe-Universität Franfurt/Main, 5, 1966, 3), Wiesbaden, 3e édition (1975) (= Studien zur Alten Geschichte, II, Hildesheim-New York 1982, 963-1016).

– (1997) : “Umblick im Trümmerfeld der griechischen Geschichtsschreibung”, in : Historiographia Antiqua. Commentationes Lovanienses editae in honorem W. Peremans septuagenarii, Leuven, 3-52 (= Studien zur Alten Geschichte, III, Hildesheim - New York 1990, 167-218).

Thomas, R. (2000) : Herodotus in Context : Ethnography, Science and the Art of Persuasion, Cambridge.

Notes

1 Luc., Hist. Conscr., 40-41.

2 Voir Billault 2003, surtout 430-435 ; dans ce volume, M. Trédé.

3 Cf. Hartog 2005 (passim) ; Canfora 2005, surtout 51-54, parle de “l’hégémonie du modèle thucydidéen”.

4 Voir notamment Momigliano 1950, 1958 et 1961-1962.

5 Momigliano [1990] 1992. Pour les références et citations je me suis servi, pour commodité, de la version française. La traduction n’est, hélas, pas toujours fiable ; ici et là j’ai corrigé.

6 Cf. Di Donato 1990, IX.

7 Cf. Hornblower 1992, qui traite des conséquences des omissions de Thucydide pour la représentation de la guerre du Péloponnèse. On trouvera un aperçu utile, avec commentaire, des passages relatifs aux affaires religieuses dans l’histoire de Thucydide chez Jordan 1986.

8 Momigliano [1990] 1992, 52 (traduction corrigée).

9 Cf. Momigliano [1990] 1992, 55 ; 128.

10 Cf. Hartog 2005, 32-34. Sur l’importance, points forts et faibles de la vision de Momigliano, voir Phillips 1996 et surtout Miller 2007a.

11 Schwartz 1905, col. 1854 & 1906, col. 5-6. Duris et Éphore illustrent, dans son opinion, “das für die gesamte griechische Historiographie gültige Gesetz, daß die Zeitgeschichte den breitesten Raum einnimmt”. Pour Laqueur 1911, 196-206 il s’agit d’une loi fantôme.

12 Jacoby 1909, 96-109, surtout 96 et n. 1 a été conscient de ce problème : “Einen antiken, diese ganze Schriftstellerei… deckenden Namen gibt es nicht, obwohl sie den anderen Gattungen gegenüber als Einheit empfunden worden ist”. Fornara 1983, 2, généralement très respectueux de la répartition de l’histoire en genres, sous-genres et taxons hiérarchisés introduite par Jacoby, observe, à raison, que le terme “Zeitgeschichte” n’est pas applicable à la majorité des historiens grecs et latins.

13 Jacoby 1909, 98.

14 Jacoby 1926, 95.

15 Comme le souligne, à juste titre, Marincola 1999, 283-284, la répartition de l’histoire en genres, sousgenres et taxons hiérarchisés que Jacoby 1909 a établie en vue de disposer la masse des fragments, a fourni la base pour presque tout manuel d’historiographie grecque.

16 Voir Di Donato 2006 ; Bravo 2006 ; Schepens 2006, surtout 153-167.

17 Momigliano [1971] 1993. Pour une autre analyse du rapport entre “biographie” et “histoire”, voir Schepens 2007a.

18 Momigliano [1990] 1992, 67-69 et 100.

19 Jacoby 1949, 354 n. 13.

20 Momigliano [1990] 1992, 45-50 rejoint ici les conclusions de Momigliano 1958, un aperçu du Nachleben d’Hérodote, qui prend le contre-pied de la démonstration plutôt positive de Jacoby 1913, 504-515 ; cf. Pernot 1995.

21 Momigliano [1990] 1992, 46.

22 Ibid. 55.

23 Ibid. 54 et 180. Cf. Canfora 2005, 54 ; Pani 2001, 73.

24 Momigliano [1990] 1992, 66-67 (nos italiques).

25 Selon Strasburger 1954, Thucydide n’a personnellement joué aucun rôle actif dans le processus par lequel ses propres choix historiographiques, plutôt que ceux d’Hérodote, se sont imposés à la postérité. Dans sa manière de voir, cela s’est passé plutôt malgré Thucydide (“ohne eigentliche Schuld des Urhebers”), par faute d’un “malentendu”, déplorable, mais grave de conséquences : les continuateurs de Thucydide ont complété et continué sa monographie de guerre comme s’il s’agissait d’une histoire grecque continue. De la sorte ils ont “transféré” l’approche restreinte thucydidéenne à l’histoire grecque tout court, guidant ainsi l’histoire sur une voie qui privilégie les faits politiques et militaires (“die Aktions-und Ereignisgeschichte, inbesondere die Kriegsgeschichte, als Stoff der Geschichte schlechthin” : p. 587) au dépens du champ plus large exemplifié dans l’ouvrage d’Hérodote (p. 582-583). À comparer Strasburger [1966] 1975, étude fondamentale sur la prépondérance, dans la culture historiographique antique, de la notion de l’histoire “cinétique” sur la notion de l’histoire “statique” des réalités socio-économiques et de la culture.

26 Luc., Hist. Conscr., 42 : Ὁ δ’ οὖν Θουκυδιδης εὖ μάλα τοῦτ' ἐνομοθέτησε καὶ διέκρινεν ἀρετὴν και κακίαν συγγραφιήν, ὁρῶν μάλιστα θαυμαζόμενον τὸν Ήρόδοτον,… Cf. Momigliano [1990] 1992, 55 donne l’air de prendre au sérieux cette scène.

27 Momigliano [1990] 1992, 67.

28 Cornell 1995, 2. Cf. Miller 2007b, 23 : “In fact, he [= Momigliano] suggested that it was Thucydides’s restriction of ‘history’ to contemporary politics that turned research on everything else into antiquarianism.”

29 Momigliano [1990] 1992, 180.

30 Momigliano [1985] 1987, 41.

31 Tel est le thème central de plusieurs essais réunis dans Hartog 2005. À comparer Cartledge 1977, 25 : “The Thucydidean model set the pattern for all subsequent Greek historiography, in this following respect at least : original history was contemporary history, picking up the narrative thread where one’s predecessors had let it drop. For earlier periods than one’s own the best one could normally hope was to improve on the predecessors’manner, not their content.”

32 Butterfield 1968, 176 : “Can it be wrong to ask whether the author here is not too seasoned a classicist, Butterfield 1968, 176 : “Can it be wrong to ask whether the author here is not too seasoned a classicist, claiming too much influence on the future for one of his own man – speaking too much like a literary student whose mind comes to rest when he has traced things to a literary source ?”.

33 Elles rejoignent, d’une manière intéressante, les observations critiques faites par Hornblower 1994a, 54-72 à propos des modèles interprétatifs qui sous-tendent nos constructions d’une histoire de l’historiographie, notamment où il soulève la question : “should Greek historiography be seen as an organically developing coral reef rather than as a set of pigeon-holes ?” (p. 56).

34 Cf. Momigliano [1990] 1992, 67.

35 Pol. 9.1.1-7. Avec son choix pour l’histoire pragmatique, Polybe destina son ouvrage à une seule catégorie de lecteurs : les hommes politiques et militaires. Il ne doit pas avoir eu beaucoup de lecteurs ; cf. Gabba 1981, 51-52 ; Pani 2001, 18-19.

36 Clarke 2003, 69-70, qui souligne, à ce propos, que le goût des historiens hellénistiques tendait plutôt vers Hérodote comme modèle ; cf. Murray 1972.

37 Pol. 9.1.6. Musti 2001, 85 a justement observé que le préambule du livre IX est rédigé dans un ton d’apologie. Il semble que Polybe ait voulu défendre (anticipativement ?) son choix pour l’histoire pragmatique contre certains critiques.

38 Voir Schepens 2001, 2003, et surtout, 2006, 2007 et, pour ce qui concerne la biographie grecque, 2007a. À comparer, Nicolai 2007, 18. Herklotz 2007, 128-131 a constaté chez Momigliano une certaine propension à suraccentuer le départ entre “histoire” et “érudition antiquaire” dans l’historiographie antique. Herklotz considère surtout le cas de l’historiographie latine. Di Donato 2007 publie et commente un document inédit, qui jette de la lumière sur l’importance de la distinction entre “historiens” et “antiquaires” dans la biographie intellectuelle d’A. Momigliano.

39 Cf. Bravo 2006 et 2007. Quant à Polémon, je me suis brièvement référé à son exemple : voir Schepens 2003.

40 Notons, en passant, que Timée lui-même était célèbre pour son érudition : Polybe le raille pour avoir été le champion du document : “c’est en cela”, dit-il, “que réside l’originalité de Timée, le point sur lequel il surpasse les autres historiens... ” (Pol. 12.10-11). À en juger d’après ce qu’on peut lire sur le pédantisme, la sévérité et l’audace des critiques envers les autres historiens, celui-ci ne se contenta pas d’une impression toute superficielle de la valeur de ses sources” – il les soumit à un examen très détaillé et sévère.

41 FGrHist 342 T 2 et F 12 (= Plut., Arist., 26.2-5). Cf. Erdas 2002, 161-168.

42 Desideri 1996 et 1996a, pour sa part, a souligné à quel point la fixation de l’attention principale des chercheurs modernes sur le contemporanéisme et le caractère politique de l’historiographie a conduit à sous-évaluer l’importance de l’utilisation de documents dans la méthode des historiens grecs. Voir aussi la note suivante.

43 Biraschi et al. 2003.

44 FGrHist 70 T 18a = Str. 10.3.5 : ὁ δ’ ... ἐπιλέγει διότι ταῦτα καὶ τὰ τοιαῦτα διακριβοῦν εἰώκαμεν, ὅταν ᾖ τι τῶν πραγμάτων ἢ παντελῶς ἀπορούμενον ἢ Ψευδῆ δόξαν ἔχον. Voir Schepens 2003.

45 Ce sont les raisons pour lesquelles Momigliano [1990] 1992, 100, veut les mettre à l’écart du courant principal de l’historiographie ; cf. Fornara 1983, 25-26. Contre pareille discrimination et dépréciation : Chaniotis 1998, Schepens 2001 et Clarke 2008.

46 Gabba 1988, 173 souligne à raison que dans le monde grec “la città è il centro focale della storiografia”. Cf. Schepens 2001 et Clarke 2008.

47 Chaniotis 1998 fait opportunément observer que la notion d’histoire, qui se dégage des inscriptions, ne correspond guère à l’idée propagée par la recherche moderne, “daß die wahre Historiographie der Antike mit den zeitgeschichtlichen Kriegsmonographien zu identifizieren ist” (p. 11 ; voir aussi p. 141-143).

48 À titre d’illustration supplémentaire, je tiens à rappeler que de nombreux travaux récents ont conduit à une heureuse réhabilitation du périégète Pausanias en tant qu’historien. Ces travaux, comme l’observe Bruit Zaidman 2003, 21, ont fait justice de sa réputation d’antiquaire “au sens restreint et dédaigneux de collectionneur d’antiquités”. Admis dans la noble classe des historiens, le “Périégète” est même jugé digne d’être rapproché d’Hérodote.

49 Pour les points forts et faibles de la théorie de Momigliano au sujet du départ entre l’histoire “érudite” et l’histoire “récit” dans l’historiographie moderne à partir de la Renaissance, voir Phillips 1996 et surtout Miller 2007a.

50 Miller 2007b, 23 résume ainsi la portée de l’argumentation de Momigliano en une seule phrase : “In fact, he [= Momigliano] suggested that it was Thucydides’s restriction of ‘history’ to contemporary politics that turned research on everything else into antiquarianism”. Cf. Cornell 1995.

51 Schepens 1997 et 2006. En adoptant le point de vue que la tradition représente grosso modo de manière adéquate l’approche des anciens à l’histoire, Momigliano (1972, 279-280) n’est pas à l’abri de ce reproche. On suivra Strasburger 1997 – article fondamental qui remet en cause la représentativité des ouvrages des quelques historiens, dont nous connaissons le texte par voie manuscrite. Ce savant soulève, à juste titre, la question de savoir pourquoi F. Jacoby, en vertu de sa familiarité inégalée avec la documentation fragmentaire, qui montre le développement très diversifié de l’historiographie grecque à travers les siècles, ne s’est jamais écarté de sa vision classicisante, qui laisse aboutir et culminer d’emblée l’évolution du genre historique dans l’ouvrage de Thucydide. Selon Strasburger, telle appréciation irrationnelle, relevant du “miracle grec” de l’Athènes de Périclès, est due à la “normsetzende Geltung des Thukydides als des Meisters der politischen Geschichtsschreibung, ein theoretisches Apriori. Wohlgemerkt ein Maßstab, den das 19. und 20. Jahrhundert n. Chr. eingeführt haben, nicht die Griechen selbst.” (voir p. 8-9).

52 Comme Gabba 1981, 52 l’a remarqué judicieusement, “we are always inclined to exaggerate the cultural significance of ‘elevated’ history writing in Antiquity” ; voir aussi Gabba 1988.

53 Cf. Marincola 1999, surtout 306 : “… there is plenty of evidence that many… historians saw their task as embracing many things other than wars and political upheavals”.

54 Momigliano 1975, 17.

55 Connor 1985, 459.

56 Cf. Payen 2003, 139. Sur la complexité de la relation (intertextuelle) entre les deux auteurs, voir e. a. Rood 2006, 235-236 et Hornblower (dans ce volume).

57 Cf. Marincola 2001, 58-60 (avec bibliographie) et Lachenaud 2004, passim ; voir, cependant, Dognini 2007.

58 Cf. Strasburger 1975, Murray 1972, Gabba 1981. À en juger aussi d’après les “canons” hellénistiques et romains des historiens et d’après les jugements exprimés par la critique ancienne, Hérodote a bien sa place parmi les historiens les plus éminents dans la tradition de l’historiographie grecque. Voir Nicolai 1992, 297-339 ; Hornblower 2006, avec bibliographie. L’un des témoignages les plus parlants de l’appréciation d’Hérodote en comparaison avec Thucydide, et du caractère “exemplaire” de ses Histoires est la Lettre à Pompée Géminos de Denys d’Halicarnasse. Dans son compte-rendu de Momigliano 1990, Marincola 1990, observé, à raison, que l’image par trop négative, esquissée par Momigliano de la personnalité, de l’ouvrage et la postérité d’Hérodote dans la tradition antique, enlevait beaucoup de valeur à la thèse défendue dans le chapitre II des “Classical Foundations”. De l’avis de Breisach 1993 la dite répudiation d’Hérodote tend à imposer à l’historiographie antique une dualité qui fait problème.

59 Il est indiscutable que les études plus récentes de Momigliano (1972, 1975 et 1987) s’écartent sensiblement des thèses défendues antérieurement (Momigliano 1958 et 1961-62). Momigliano 1975 met l’accent sur le fait qu’Hérodote et Thucydide partagent les mêmes idées fondamentales, tant sur le plan de la méthode que sur celui des choix thématiques ; cf. Càssola 1993, 17-18 [non vidimus] ; Luraghi 2005, 69. En même temps, Momigliano reconnaît la part d’influence d’Hérodote dans le développement de l’historiographie grecque : faisant mention de la vitalité de l’historiographie post-thucydidéenne, de sa capacité d’expérimentation et d’adaptation aux circonstances nouvelles, il précise, que le point de départ de ces développements est naturellement Hérodote et Thucydide (1975, p. 10). Au moment où les conquêtes d’Alexandre offraient des perspectives nouvelles pour l’ethnographie à la manière d’Hérodote, l’historien d’Halicarnasse est signalé comme modèle notamment d’Hécatée d’Abdère, de Mégasthène, d’Agatharchide, de Timée (p. 13-14). Les changements d’idées de Momigliano sont, d’une part, redevables aux études des spécialistes d’historiographie antique comme H. Strasburger (“the most original researcher in recent years”, p. 24) et Murray 1972 ; d’autre part, il y a l’effet de la révolution opérée dans l’historiographie moderne par l’école des Annales, qui renoue, précisément, avec l’approche hérodotéenne à l’histoire ; Miller 2007b, 41-42 a brièvement documenté la fascination de Momigliano pour le programme des Annales.

60 Je me réfère ici à la version anglaise de l’article Storiografia greca, publié en 1975. La contribution est issue des premières séances de cours tenues par Momigliano à l’université de Chicago ; cf. di Donato 1990, ix.

61 Après avoir fait l’éloge d’Hérodote – “cas exemplaire de ce que nous attendons de l’histoire” –, Momigliano [1985] 1987, 41 met en évidence qu’il “est aussi le seul, chez les historiens classiques, à donner l’impression de découvrir un monde sans limites qu’il faut explorer en adoptant une attitude responsable” (nos italiques).

62 On est tenté de se demander si ce n’est pas là l’une des raisons pour lesquelles Momigliano a remis, d’une année à l’autre, la publication du texte des Sather Classical Lectures. Il n’y a guère de doute que la réhabilitation d’Hérodote devait amener l’auteur à une révision et réécriture fondamentales du texte des conférences de Berkeley. Comme le fait observer Di Donato 1990, ix, pareille révision était en cours à partir du milieu des années’70.

63 Thc. 1.1.2 ; 1.22.2-3 ; 5.26.5.

64 Hartog 2005, 82 ; cf. p. 202.

65 Hartog 2005, 13. Cf. Schepens 2007, surtout 47-48 (avec littérature). Les observations faites par Momigliano 1975, 37-38 vont d’ailleurs dans le même sens. Il y note que la rigueur avec laquelle Thucydide a appliqué les principes d’enquête historique formulés par Hérodote avait des implications dangereuses.

66 Hartog 2005, 78.

67 Thc. 1.1.2. Le “présentisme” de Thucydide n’est pas sans laisser quelque peu perplexe l’interprète moderne, qui, par le passé, a souvent voulu donner une interprétation plus “acceptable” aux mots de Thucydide, en lisant Tρωικά ou Mηδικά pour πρò αὐτῶν (Thc. 1.1.2) ; voir la note complémentaire (p. 101) dans l’édition de J. de Romilly. D’un ensemble d’études consacrées récemment à l’emploi des notions archaios et palaios dans la littérature antique, se laisse dégager la conclusion que “Les anciens ont construit passé et présent conjointement…”. Dans l’“Introduction” à ces essais, Bruit Zaidman L. et F. Gherchanoc (2006a) ne manquent pas de noter la place insolite qu’occupe Thucydide : tout en admettant que celui-ci n’a pas critiqué sans raison l’embellissement du passé par les poètes et les logographes, elles se posent la question pertinente : “Pour autant, la seule ‘histoire’ qui vaille est-elle une histoire du présent ?” (p. 9). Parmeggiani 2003 se penche sur la question de savoir, si, et dans quel degré, Thucydide considère le passé comme un champ qui soit accessible à la recherche historique ; voir aussi Cuscunà 2005.

68 Inversement, F. Jacoby a fait un emploi excessivement flexible du concept moderne (pourtant bien délimité) de “Zeitgeschichte” tantôt pour désigner, conformément à l’acception moderne, des ouvrages historiques qui traitent l’époque strictement contemporaine de l’auteur, tantôt pour désigner toute histoire qui, indépendamment de son point de départ dans le temps, s’étend jusqu’à l’époque vécue par l’auteur. C’est, par exemple, le cas de l’histoire “universelle” d’Éphore (FGrHist 70) qui dans son recueil a trouvé sa place dans la partie II, intitulée “Zeitgeschichte”. Le récit d’Éphore, qui commence par le “retour des Héraclides”, a, indiscutablement, son centre de gravité dans l’histoire du passé. Jacoby le reconnaît lui-même dans son commentaire, où il écrit : “daß auch diesem universalhistoriker die zeitgeschichte das eigentlich wichtige war, braucht man nicht zu behaupten (derartige verallgemeinerungen schaden nur” (FGrHist IIC, Berlin 1926, 30). On pourrait continuer à citer des exemples, qui confirment la justesse de la critique de Fornara, signalée plus haut (voir n. 12). Momigliano [1990] 1992, 51 signale également l’éloignement d’Éphore des principes de Thucydide, là où il écrit qu’il couvrit une période “que Thucydide ne considérait pas comme un terrain propre à une recherche approfondie”.

69 Voir Schepens 1980, 3-14, surtout 5-6.

70 De la bibliographie énorme je me permets de mentionner seulement deux études, qui sont à ranger parmi les plus importantes : Fowler 1996 et Thomas 2000.

71 Humphreys 1997.

72 On peut se reporter à Hornblower 1995 et Nicolai 2006.

73 Voir Schepens 2007, où je me suis élevé contre l’idée du “non-développement” de l’histoire et de la méthode historique après Thucydide.

74 Cf. Schepens 2007. Cf. Nicolai 2007, 14 “ancient historiography is not a homogeneous whole, with a limited internal evolution”.

75 Pani 2001, 93 a fait remarquer, que pareille motivation du choix de Lucien aurait été bien surprenante, puisque les limites sévères que Thucydide s’est imposées en font plutôt un cas limite.

76 Billault 2003 fait remarquer, à juste titre, que Thucydide n’est certes pas le seul historien pour qui il éprouve une grande admiration. Quand il se fait, en tant qu’auteur de La déesse syrienne, historien lui-même, il suit Hérodote comme modèle (cf. Luc., Herod., 21.1). Comme l’explique Billault (p. 434-435), la contradiction que l’on pourrait constater avec les consignes données dans le traité Comment il faut écrire l’histoire est plus apparente que réelle. Lucien était d’avis que l’historien idéal à l’image de Thucydide avait fort peu de chance de s’incarner sous l’Empire. Aussi décide-t-il, faute de pouvoir être “l’émule de Thucydide, qu’il admire”, de se faire “le continuateur d’Hérodote qu’il aime”.

77 Dion. H., de Thuc., 8.

Auteur

Katholieke Universiteit Leuven

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540