Version classiqueVersion mobile

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. L’imitation littéraire de Thucydide dans l’Antiquité

Philistos de Syracuse, imitateur de Thucydide ? Réexamen du témoignage de Denys d’Halicarnasse

Valérie Fromentin

Texte intégral

  • 1 Sur ces “Storici greci d’Occidente”, voir Pearson 1987 et plus récemment l’ouvrage collectif édité (...)
  • 2 On attribue aussi à Philistos la paternité de deux fragments papyrologiques (P. Oxy., 665 et PSI 1 (...)
  • 3 Auxquels s’ajoutent désormais une inscription du gymnase de Tauromenion et un passage du Περὶ πίστ (...)
  • 4 FGrHist 556 T 11a = Diod. 13.103.3.
  • 5 FGrHist 556 T 11a (= Diod. 13.103.3) ; T 11b (= Diod. 15.89.3) ; T 12 (= Dion. H., Lettre à Pompée (...)

1Philistos de Syracuse est, avec son compatriote Antiochos et avec Timée de Tauroménion, l’un des plus importants représentants de l’historiographie grecque d’Occident1. Il ne nous reste malheureusement de lui que 76 fragments (pour la plupart très brefs)2 et 27 témoignages3, que Felix Jacoby a rassemblés dans ses Fragmente der Griechischen Historiker sous le numéro 556. Né vers 430 a.C., mort en 356/355, Philistos a eu une intense activité politique et militaire avant de faire œuvre d’historien. Parent par alliance de Denys l’Ancien, il a joué un rôle décisif dans l’accession au pouvoir du tyran et lui fut d’un bout à l’autre dévoué, tout comme, ensuite, à son fils Denys le Jeune. Son œuvre historique était composée de deux parties ou Syntaxeis : la première (le Péri Sikélias) était consacrée à l’histoire de la Sicile, depuis les origines jusqu’à la prise d’Agrigente par les Carthaginois (406/405)4, tandis que l’autre (le Péri Dionusiou) relatait les règnes de Denys l’Ancien5 et de son fils, jusqu’à la mort de Philistos du moins.

  • 6 FGrHist 556 T 13a = Paus. 1.13.9), 13b (= Plut., de Her. mal. 855C), 13c (= Marcellin., Vit. Thuc. (...)
  • 7 FGrHist 556 T 5c (= Plut., Dion, 11. 4-7), 5d (= Nepos, Dion, 3.1), T 6a (= Plut., Dion, 13.6), T (...)

2C’est d’abord en tant qu’historien officiel de Denys l’Ancien que Philistos a, semblet-il, retenu l’attention de la postérité ; son adhésion (parfois jugée servile) à la politique des tyrans siciliens lui a valu les critiques de Denys d’Halicarnasse, de Pausanias, de Plutarque, de Marcellinus6, qui lui reprochèrent de brosser des deux Denys des portraits tendancieux, exagérément flatteurs ; on l’accusa aussi – ce fut surtout le cas de Plutarque dans sa Vie de Dion – d’avoir préféré la cause de la tyrannie à celle de la vérité et de la justice, puisque, selon une tradition bien attestée7, Philistos aurait mis tout en œuvre pour empêcher Dion et son ami Platon de convertir le jeune Denys à la philosophie.

  • 8 Bearzot 2002, 124.
  • 9 FGrHist 556 T 17 a (Cic., ad Quintum fratrem 2.11.4 : Siculus ille capitalis, creber, acutus, brev (...)
  • 10 FGrHist 556 T 16 a (Dion. H., L’Imitation, 3.2 : Φίλιστος δὲ μιμητής ἐστι θουκοδίδου) et 16 b (Dio (...)
  • 11 FGrHist 566 T 15 c (Quintil., Inst. or., 10.1.74 : Philistus quoque meretur, qui turbae quamvis bo (...)
  • 12 Voir notamment Zoepffel 1965 ; Hornblower 1995, 56 ; Nicolai 2007, 714-715.

3Rédigée dans la première partie du ive siècle, l’œuvre de Philistos a continué à circuler aux iiie et iie siècles, comme l’attestent notamment le canon alexandrin des historiens grecs et la mention qui en est faite dans l’inscription du gymnase de Tauroménion8. La caractérisation de Philistos comme “imitateur de Thucydide” apparaît dans nos sources pour la première fois chez Cicéron9 puis, toujours au ier siècle, chez Denys d’Halicarnasse10, et ensuite, à l’époque impériale, chez des rhéteurs comme Quintilien11. Cette caractérisation a toujours été reçue par les spécialistes de l’historiographie hellénistique comme une “vérité objective”, comme le reflet d’une “réalité historique” : ces derniers en ont tiré la certitude que l’œuvre de Philistos comportait des “emprunts” délibérés à l’œuvre de Thucydide, que Philistos faisait explicitement état (dans son prologue probablement) de sa dette envers l’historien athénien et se présentait comme son émule. Cependant – et c’est là le principal problème – le débat reste très ouvert sur la nature de cette supposée “imitation” et sur ses modalités. Et pour cause : comme je le montrerai dans une première partie, aucun des rares et trop courts fragments que nous avons conservés de l’œuvre de Philistos ne porte, de manière évidente et incontestable, la “marque” de Thucydide, ni sur le fond ni sur la forme.12 En fait, la thèse d’une “filiation” Thucydide-Philistos repose uniquement sur les sources rhétoriques “secondaires” d’époque romaine que j’ai citées plus haut, et, tout particulièrement, sur le témoignage de Denys d’Halicarnasse : les développements critiques qu’il a consacrés à Philistos dans deux de ses œuvres (le traité sur L’imitation et la Lettre à Pompée Géminos) constituent le noyau dur de ce dossier. Je voudrais donc, dans la seconde partie de cet article, procéder à un réexamen attentif de ces deux passages de Denys, afin de montrer que, pour peu qu’on les replace dans leur contexte respectif et qu’on s’attache exclusivement au sens que chacun d’eux prend dans ce contexte (en évitant toute surinterprétation et toute contamination sémantique de l’un par l’autre), le jugement que porte Denys sur Philistos et ce qu’il dit de ses rapports avec Thucydide peuvent se prêter, selon moi, à une lecture légèrement différente de celle généralement admise.

Á la recherche de Thucydide dans les fragments de Philistos

4Il est logique de supposer que si l’on a pu rapprocher, à un moment donné de leur transmission et de leur réception, les œuvres de Thucydide et de Philistos, c’est qu’elles devaient présenter des similitudes, une sorte de parenté évidentes aux yeux des Anciens, que ce soit sur le plan du contenu (des faits ou pragmata) ou sur celui du style, ces deux aspects n’étant d’ailleurs pas exclusifs l’un de l’autre. Il nous faut donc, pour vérifier cette hypothèse, rechercher ce qui, dans les fragments de Philistos qui nous sont parvenus, peut être considéré comme un “héritage” de Thucydide.

  • 13 Plut., Nic., 19.6 = FGrHist 556 T2 = F 56.
  • 14 Plut., Nic., 1.1. = FGrHist 556 T 23 b.
  • 15 Ibidem.
  • 16 Ibidem.
  • 17 Plut., Nic., 1. 4 = FGrHist 556 T 23 b.
  • 18 Plut., Nic., 1.4.
  • 19 Ibidem.
  • 20 Bearzot 2002, 111-112.
  • 21 “On pourra avoir aussi une sorte de description mixte, comme celle d’une bataille de nuit chez Thu (...)
  • 22 FGrHist 556 T 20 a = F 1 = Ephore FGrHist 70 F 27 = Théon, Progymnasmata, 66.
  • 23 Théon, Progymnasmata, 68 = FGrHist 556 F 29 et F 43 : “Chez Philistos, au livre huitième, celle de (...)

5Sur le plan événementiel tout d’abord, c’est dans les livres 6 et 7 du Péri Sikélias, consacrés aux deux expéditions athéniennes en Sicile, que se situait probablement le point de contact le plus substantiel, sinon le seul, de l’œuvre de Philistos avec celle de Thucydide car le Péri Dionusiou, qui couvrait les années 405-362, c’est-à-dire la période immédiatement postérieure à la guerre du Péloponnèse, ne devait évoquer ce conflit – s’il l’évoquait – que de manière sommaire, peut-être comme arrière-plan athénien à l’avènement de Denys l’Ancien. Nous sommes certains, en tout cas, que Philistos relatait la seconde expédition athénienne, celle de 415-413, puisque Plutarque, dans la préface de sa Vie de Nicias, déclare avoir utilisé comme sources principales sur ce personnage Thucydide d’une part et Philistos d’autre part, qu’il présente d’ailleurs comme un témoin oculaire des faits13. Il les loue tous deux pour les “récits de combats terrestres et maritimes et les harangues qu’ils ont excellemment traités”14. Il les oppose à Timée, autre source pour cette période, dont l’histoire est, selon lui, d’un niveau nettement inférieur car “cet homme épais, bouffi de graisse sicilienne”15, qui “espérait se montrer supérieur en talent à Thucydide et faire passer Philistos pour un homme grossier et inexpérimenté”16, notamment “en corrigeant la langue” de ce dernier17, n’a réussi qu’à se ridiculiser en s’attaquant à des ouvrages inimitables (ἀμίμητα)18. Or, bien que les noms de Thucydide et Philistos soient associés à la fois dans l’éloge qu’en fait Plutarque et en tant que victimes de la jalousie littéraire de Timée, Plutarque ne fait pas état d’une filiation Thucydide-Philistos ; en fait c’est Timée qui, dans ce passage, fait figure d’émule, de rival de Thucydide, sans d’ailleurs que cette jalousie d’écrivain soit exclusive puisque Timée s’en serait pris aussi, selon Plutarque, à Platon et à Aristote19 ; quant à Thucydide et Philistos, il les présente plutôt comme deux sources – athénienne et syracusaine – complémentaires, et c’est d’ailleurs à Philistos que les érudits modernes imputent la présence, dans le récit de Plutarque, de détails absents du récit du Thucydide20. Malheureusement, Plutarque ne dit jamais lui-même précisément ce qu’il emprunte à Philistos (plutôt qu’à Thucydide), si bien que les occasions de comparaison entre les deux auteurs sont soit inexistantes soit décevantes. Par exemple, nous savons par le rhéteur Aelius Théon (iie siècle p. C.) que Thucydide et Philistos avaient tous deux raconté une nuktomachia, un combat de nuit21. Or la seule nuktomachia de l’expédition de Sicile est le fameux combat qui mit aux prises, aux Épipoles, les Syracusains et le stratège athénien Démosthènès, combat qui se solda par la défaite des Athéniens. Cette nuktomachia est racontée par Thucydide au livre 7 (c. 42-45) et par Plutarque dans la Vie de Nicias (c. 21) : les deux récits présentent des divergences de détail mais nous ne sommes pas en mesure de dire s’il faut imputer ces divergences à la consultation par Plutarque de sa source syracusaine (Philistos) ou à son propre travail de réélaboration de la matière historique à partir d’une ou plusieurs sources. Quoi qu’il en soit, je soulignerai ici que Théon se borne à rapprocher Thucydide et Philistos comme ayant tous deux relaté la même nuktomachia et qu’à l’évidence ces deux versions étaient suffisamment célèbres au iie s., dans les écoles de rhétorique pour que Théon pût se contenter d’une formulation allusive, sans référence précise (ὡϛ παρὰ Θουκυδίδῃ καὶ Φιλίστῳ νυκτομαχία). Il faut en tout cas se garder de surinterpréter ce témoignage, comme cela a été fait, dans le sens d’une imitation de Thucydide par Philistos, car Théon dans ses Progymnasmata rapproche et associe sans cesse des auteurs ayant traité les mêmes sujets ; et s’il propose ces doublets à ses élèves comme autant d’exemples (παραδείγματα) qu’ils doivent imiter, cela n’implique pas pour autant à ses yeux que ces versions parallèles entretiennent entre elles un rapport mimétique. J’en veux pour preuve, parmi beaucoup d’autres, le texte suivant qui est tiré d’un passage où Théon évoque les plus beaux exemples de récits (διηγήσεις), légendaires ou réels. Pour les récits de faits réels, il cite, entre autres, “le récit de l’arrivée de Dédale chez Côcalos, roi de Sicanie, au livre septième d’Éphore et au livre premier de Philistos”22. Or, bien que cette formulation soit identique à celle qu’on trouve pour la nuktomachia, aucun érudit moderne ne s’est avisé de prétendre, sur la base de ce témoignage, que l’historien Éphore, qu’une génération séparait de Philistos, était un imitateur de ce dernier ! J’ajouterai, pour finir sur ce point, que Philistos est plusieurs mentionné par Théon dans ses Progymnasmata, notamment pour ses descriptions (ἐκφράσεις), dont certaines étaient célèbres23 ; mais nulle part, en dehors de l’exemple de la nuktomachia, son nom n’est associé, d’une manière ou d’une autre, à celui de Thucydide, alors que ce même Thucydide est lui-même abondamment cité. Bien qu’il s’agisse d’un argument a silentio, ce silence est troublant...

  • 24 Bearzot 2002, 124-125.
  • 25 Voir supra note 9.
  • 26 Voir supra note 10.

6Les points de contact, sur le fond, entre Thucydide et Philistos, sont rarissimes dans les fragments conservés et ne permettent pas, en tout cas, d’établir avec certitude que Philistos a effectivement remployé dans ses Sikelika la matière historique de l’œuvre de Thucydide. Je ne suis pas la première à faire ce constat et la plupart des spécialistes modernes24 qui se sont penchés sur le cas de Philistos ont considéré que, si dépendance il y avait entre les deux auteurs, elle devait en réalité se situer d’abord et surtout sur un plan formel et stylistique ; c’est ainsi du moins que l’on explique le fait que ni Cicéron ni Denys d’Halicarnasse ne distinguent entre les Sikelika et le péri Dionusiou quand ils qualifient Philistos d’“imitateur de Thucydide”, alors que seuls les Sikelika, comme nous l’avons vu, avaient un fonds événementiel commun avec la Guerre du Péloponnèse ; le jugement de Cicéron est du reste très explicite : ce sont des qualités de style proprement thucydidéennes, la concision (brevitas), la finesse piquante de l’expression (acumen), qu’il dit retrouver chez Philistos25 ; de la même manière, c’est dans le registre de la lexis, du style, que Denys fait porter l’essentiel de sa comparaison entre Philistos et Thucydide26. Nous reviendrons plus loin sur ces deux témoignages fondamentaux, mais il n’est pas inutile auparavant de faire un détour par les fragments conservés de Philistos.

  • 27 Clément d’Alexandrie, Stromate 6, c. 2. 8. 8-10 (=FGrHist 556 F 67).

7Parmi les fragments rassemblés par F. Jacoby, un seul offre une correspondance formelle précise avec Thucydide. Il s’agit du fragment 67 transmis par Clément d’Alexandrie, auteur chrétien du iie siècle p. C., dans ses Stromates27 :

  • 28 Σόλωνος δὲ ποιήσαντος' Τίκτει γὰρ κόρος ὕβρης ὅταν πολὺς ὄλβος ἕπηται, ἄντικρυς ὁ Θέογνις γράφεί Τ (...)

“Comme Solon avait écrit ‘ la satiété enfante la démesure, chaque fois qu’une grande prospérité l’accompagne’, Théognis écrit parallèlement ‘ la satiété enfante la démesure, chaque fois que la prospérité succède au malheur’. Thucydide aussi s’en est inspiré pour affirmer, dans son Histoire : “À l’ordinaire, les hommes pour qui survient la réussite la plus inattendue et la plus soudaine inclinent à l’orgueil’. De la même manière Philistos imite ce passage quand il dit : ‘ les succès remportés par les hommes qui les ont escomptés sont plus sûrs que s’ils se produisent de manière imprévue ***. En effet, à l’ordinaire, ceux qui réussissent de manière imprévue deviennent orgueilleux”.28

8Le passage de Thucydide auquel Théon fait allusion est tiré du livre III. 39.4 :

  • 29 εἴωθε δὲ τῶν πόλεων αἷς ᾂν μάλιστα καὶ διʹ ἐλαχιστου ἀπροσδόκητος εὐπραγία ἔλθῃ, ές ὕβριν τρέπειν. (...)

“À l’ordinaire, les cités où survient la réussite la plus inattendue et la plus soudaine inclinent à l’orgueil ; les succès remportés par les hommes qui les ont escomptés sont plus sûrs que s’ils se produisent de manière imprévue et, pour tout dire, on écarte le malheur plus facilement qu’on ne préserve le bonheur”29.

  • 30 À ceci près d’une part que Philistos applique cette gnômè à “la plupart des hommes” (οἱ πολλοὶ τῶν (...)

9La confrontation de ces deux textes appelle au moins deux remarques. On contate tout d’abord que Philistos a effectivement repris presque mot pour mot la maxime énoncée par Thucydide au livre III30. Clément a donc raison de parler d’imitation (μιμεῖται) ; on peut cependant raisonnablement supposer que cet emprunt était recontextualisé car il est peu probable que Philistos ait relaté dans ses Sikelika l’affaire de Mytilène et reproduit le discours d’où est tirée cette maxime, c’est-à-dire le discours que Cléon adressa aux Athéniens en 427 pour les persuader de châtier de manière exemplaire la cité rebelle. Deuxièmement, ce rapprochement entre Thucydide et Philistos s’inscrit dans les Stromates dans un développement plus général, dans lequel Clément cherche démontrer que les Grecs, non contents de s’être inspirés de l’Écriture Sainte sans le dire, se sont aussi copiés les uns les autres : il montre comment une idée ou une expression, souvent gnomique, “inventée” par un auteur, se retrouve ensuite reprise – adaptée et transformée – par une série d’autres. Toutefois les rapprochements établis par Clément (qui les puise probablement à des florilèges déjà constitués) sont souvent approximatifs, forcés et même chronologiquement impossibles, et il ne s’agit de toute façon que de rapprochements limités et ponctuels, qui n’impliquent jamais dans l’esprit de Clément que l’emprunteur était un imitateur systématique et avoué de son modèle. Bref, rien ne permet de conclure d’après ce seul exemple que Philistos truffait son texte de gnômai trouvées chez Thucydide. Même si la reprise est ici littérale et incontestable, il s’agit d’un cas unique dans les fragments conservés de Philistos et on aurait tort, je pense, d’extrapoler à partir de lui.

  • 31 FGr Hist 556 T 11 a, b, c ; T 23 c = F 45 ; T 3 ; T 4 ; T 5b ; T 9b ; T 9c.
  • 32 Voir sur ce point le témoignage de Plut., Nic., 1.1.
  • 33 Sur cette question très controversée de l’utilisation (directe ou indirecte) de Philistos par Diod (...)
  • 34 Pour Bearzot 2002, 121, la source de Diodore pour les livres XII-XV serait Timée (et secondairemen (...)

10Ce fragment de Philistos transmis par les Stromates étant le seul qui offre une correspondance textuelle précise avec un passage de Thucydide, les érudits modernes ont été tentés, pour se faire une idée plus concrète du style de Philistos, de solliciter les historiens qui ont utilisé Philistos comme source, et en particulier Diodore de Sicile. Diodore, en effet, relate la tyrannie de Denys l’Ancien et de son fils Denys le Jeune aux livres 13, 14 et 15 de sa Bibliothèque Historique, et il mentionne plusieurs fois Philistos31, à la fois comme historien et comme acteur des événements. Cependant Diodore a aussi utilisé, de son propre aveu, Timée et Éphore, si bien qu’il est impossible d’affirmer que son récit du règne des deux Denys procède uniquement de Philistos : en particulier certaines incohérences dans le jugement porté sur Denys I dans les livres 12-14 montrent qu’on a manifestement affaire à un travail de compilation ; il est même probable que Didore n’ait pas utilisé Philistos directement, mais de seconde main, à travers les Sikelika de Timée, puisque Timée cite souvent Philistos pour le contredire et le dénigrer32 : Diodore, qui écrivait une histoire universelle, n’a peut-être pas éprouvé le besoin de revenir à Philistos, alors qu’il disposait de synthèses plus vastes, comme celles de Timée et d’Éphore, qui, elles-mêmes, puisaient à Philistos. Quoi qu’il en soit des conclusions contradictoires auxquelles a abouti sur ce point la Quellenforschung de Diodore33, une telle approche – qui semble supposer que Diodore s’est borné à recopier ses sources, sans les modifier ni les réécrire – relève de toute façon d’une conception un peu simpliste – et d’ailleurs en grande partie dépassée – du travail des historiens antiques. C’est pourquoi il me paraît difficile de considérer comme un fragment de Philistos le fameux récit de la peste qui décime l’armée carthaginoise au livre 14 de Diodore (c. 70 sq.) – récit qui comporte d’incontestables points communs avec celui de la peste d’Athènes en Thucydide 2.47-54. En fait ce sont les testimonia de Cicéron et de Denys d’Halicarnasse – évoquant un Philistos “imitateur de Thucydide” – qui ont conduit la plupart des commentateurs modernes à cette conclusion, mais, si l’on en croit le témoignage du début de la Vie de Nicias que j’ai cité plus haut (sur la rivalité de Timée avec Thucydide), Timée ferait en théorie un aussi bon candidat34. Et pourquoi pas, ajouterai-je, un peu par provocation, pourquoi pas Diodore lui-même ?

Denys d’Halicarnasse et Philistos

11Il est temps maintenant d’en venir aux testimonia et en particulier à celui qui constitue le noyau dur du dossier sur l’imitation de Thucydide par Philistos, Denys d’Halicarnasse.

  • 35 Une fois aussi dans ses Antiquités romaines (1.22.3 = F. Gr. Hist. 556 T 46).
  • 36 Voir Aujac 1992, Notice, 11.
  • 37 Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 3.1 (= FGrHist 556 T 16b).

12Le nom de Philistos de Syracuse est mentionné deux fois par Denys d’Halicarnasse dans ses Opuscules rhétoriques35. Premièrement, dans son traité sur L’imitation, aujourd’hui perdu, mais partiellement conservé grâce à une épitomè (de date et d’auteur inconnus36) ; deuxièmement, dans un passage de sa Lettre à Pompée Géminos, dont voici le début (Denys s’adresse ici au dédicataire de la Lettre, Pompée Géminos)37 :

“Passons à Hérodote et à Xénophon. Tu voulais connaître mon opinion à leur sujet et tu m’as demandé que j’écrive sur eux. La chose a déjà été faite dans les livres (...) qui traitent de l’imitation. Le premier de ces livres est consacré à l’étude proprement dite sur l’imitation ; le deuxième présente les auteurs à imiter, philosophes, poètes, historiens ou orateurs ; le troisième, qui traite de la façon d’imiter, n’est pas encore terminé. Dans le deuxième livre, voici ce que j’écris au sujet d’Hérodote, de Thucydide, de Xénophon, de Philistos et de Théopompe, tous auteurs que je retiens comme convenant le mieux à l’imitation”.

  • 38 Ce traité était en cours de publication quand Denys rédigea la Lettre à Pompée Géminos : les deux (...)
  • 39 Weaire 2002, 351-359.

13Dans les lignes qui suivent Denys se cite donc lui-même et recopie le chapitre qu’il a consacré aux historiens dans le livre 2 du traité sur L’Imitation38. Or, si l’on compare le texte de cette auto-citation de L’Imitation, d’ailleurs fort longue (12 pages de texte dans l’édition de G. Aujac dans la Collection des Universités de France), avec le passage correspondant, beaucoup plus bref (3 pages), qui figure dans l’Epitomè, il y a certes des différences – qui tiennent notamment au caractère abrégé de l’Epitomè – mais fondamentalement les deux textes concordent39 : le jugement porté par Denys sur ces cinq auteurs (Hérodote, Thucydide, Philistos, Xénophon, Théopompe) est ici et là le même. Ces cinq auteurs sont examinés, comparés et jugés selon les mêmes critères, dans deux domaines : le pragmatikos topos d’une part (le fond, la matière) et le lektikos topos ou lexis (la forme ou le style). S’agissant du pragmatikos topos Denys porte une appréciation sur le sujet choisi par l’historien, sur les limites (début et fin) qu’il a données à son récit ; sur la manière dont il a sélectionné les matériaux à partir des sources et dont il a ensuite mis en œuvre, organisé son récit. Il juge aussi le caractère (ἦθοϛ) de l’historien ou sa disposition d’esprit (διάθεσιϛ) envers les faits relatés et les acteurs de son histoire. S’agissant du lektikos topos, les critères d’analyse et de jugement ressortissent pour une grande part à l’esthétique classicisante et atticisante de Denys : pureté du vocabulaire, clarté, concision, vigueur, tension de la syntaxe, don de vie, don de persuasion, don de séduction, convenance. Sur tous ces points de l’analyse, l’Epitomè et la Lettre à Pompée Géminos s’accordent, s’agissant d’Hérodote, de Thucydide, de Xénophon et de Théopompe. En revanche, dans le cas de Philistos, les deux versions ne sont pas parfaitement superposables comme le montre le tableau suivant :

Critères

Epitomè, 3.6-8

Lettre à Pompée Géminos, 5

1. appréciation d’ensemble

Φιλιστος δὲ μιμητής ἐστι Θουκυδίδου, ἔξω τοῦ ἤθους Philistos est un imitateur de Thucydide, sauf pour le caractère.

Φίλιστος δὲ Θουκυδίδῃ μᾶλλον ἂν δόξειεν ἐοικέναι καί κατʹ ἐκεῖνον κοσμεῖσθαι τὸν χαρακτῆρα Philistos ressemblerait davantage à Thucydide et il aurait des beautés propres à ce type-là d’écriture

2. économie du récit

έζήλωκεν τὴν ἀταξίαν ἀυτοῦ τῆς οἰκονομίας καὶ δυσπαρακολούθητον τὴν πραγματείαν τῇ συγχύσει τῶν εἰρημένων πεποίηκεν il a cherché à imiter, de cet auteur, le désordre dans l’économie du récit et il a rendu cet ouvrage difficile à suivre par la confusion qui règne dans les développements.

τάξιν δὲ οὐ τὴν κρατὶστην ἀποδέδωκε τοῖς δηλουμένοις ἀλλὰ δυσπαρακολούθητον χεῖρον τῆο Θουκυδίδου Quant à l’ordonnance du récit, au lieu de choisir la meilleure en fonction des événements décrits, il en adopte une difficile à suivre, bien pire que celle de Thucydide.

3. style recherché

τῆς λέξεως τὸ μὲν γλωσσηματικὸν καὶ περίεργον οὐκ ἐζήλωκεν Θουκυδιδου pour le caractère sentencieux et recherché du style il n’a pas cherché à imiter Thucydide

τῆς δὲ λέξεως ᾗ Θουκυδίδης κέχρηται τό μὲν σημεῶδες καὶ περίεργον πέφευγεν du style utilisé par Thucydide, il a évité l’aspect singulier ou recherché.

4. concentration, densité, tension, combativité

Τὸ δὲ στρογγύλον καὶ πυκνὸν καὶ εὔτονον καὶ ἐναγώνιον πάνυ ἀκριβῶς ἀπεμάξατο en revanche, de la concentration, de la densité, de la belle tension, de la de combativité (de Thucydide), il porte la marque précise

Τὸ δὲ στρογγύλον καὶ πικρὸν καὶ ἐνθυμηματικὸν ἐκμέμακται (pro μέμικται codd.) en revanche il en porte la marque pour la concentration, la densité et l’argumentation

5. beauté du langage

οὐ μὴν ὁμοίως τὴν καλλιλογίαν ś.e. ἀπεμάξατο~ ainsi que, à un moindre degré, de la beauté du langage (de Thucydide)...

τῆς μέντοι καλλιλογίας τῆς ἐκεῖνου .... κατὰ πολὺ ὑστερεῖ cependant, pour la beauté du langage, Philistos vient loin derrière Thucydide

  • 40 Exemple 1.
  • 41 Emploi du verbe ζηλóω dans les exemples 2 et 3.
  • 42 Emploi du verbe ἀπομάσσω au moyen au sens de “prendre sur soi-même la marque de, se modeler sur”, (...)
  • 43 Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 5.3-6.

14On constate que la version de l’Epitomè est littéralement envahie par le vocabulaire de l’imitation. Philistos y est défini comme un μιμητής de Thucydide40, qui a cherché à rivaliser avec lui41 et qui est profondément imprégné (πάλυ ἀκριβῶς ἀπεμάξατο) de la plupart de ses caractéristiques stylistiques42. Ces expressions laissent entendre qu’il s’agit d’une imitation voulue, recherchée et en grande partie réussie, même si Philistos s’avère sur certains points inférieur à son modèle. Quant à la Lettre à Pompée, elle souligne elle aussi, quoique de manière plus développée encore, l’infériorité de Philistos par rapport à Thucydide43 :

“Philistos vient bien loin derrière Thucydide (...). Alors que Thucydide regorge de figures de style, le style de Philistos est pauvre en figures et terriblement monotone, uniforme, répétitif, avec des kyrielles de périodes construites selon la même formule. Cet historien est petit sur toute la ligne et imparfait, qu’il décrive des sièges de villes ou des fondations de colonies, qu’il s’étende sur des éloges ou des blâmes. De plus, au lieu d’adapter les discours à la grandeur des personnages, il rend timorés même les meilleurs orateurs politiques : ne tenant compte ni de leurs talents ni de leurs choix, il les fait tous pareils”.

15Cependant, et c’est là un point important, dans Lettre à Pompée Géminos, la notion d’imitation est absente du lexique utilisé : on ne trouve ni μιμητής ni μιμεῖ σθαι ni ζηλόω, et le verbe ἐκμέμακται (ἐκμάσσω) de l’exemple 4 n’est même pas assuré, puisqu’il s’agit d’une correction érudite de Krueger (pour la leçon μέμικχαι donnée par les manuscrits), correction inspirée précisément par le passage parallèle de l’Epitomè. L’exemple 1 surtout est frappant, quand on met en regard les deux versions : alors que l’Epitomè dit que “Philistos est un imitateur de Thucydide”, on lit dans la Lettre à Pompée : “Philistos ressemblerait davantage à Thucydide (s. e. que ne le fait Xénophon) et il aurait des beautés propres à ce type-là d’écriture”. La notion d’“imitation” est pour ainsi dire remplacée par celle de “ressemblance” ; Denys se borne à constater que Thucydide et Philistos présentent des similitudes sur le fond et sur la forme et relèvent du même “type” (χαρακτήρ) mais ce constat n’implique pas nécessairement que Philistos ait cherché à imiter Thucydide. Il y a donc là une différence sensible entre les deux états du texte, mais faut-il pour autant considérer ces deux formulations comme contradictoires ? Et si oui, qui est responsable de cette distorsion ? L’épitomateur, qui aura dénaturé le texte qu’il abrégeait, ou Denys lui-même, dont la pensée aura évolué entre la rédaction du traité sur L’Imitation et celle de la Lettre à Pompée ?

16Pour répondre à ces questions, un premier point peut être établi : en employant μιμητής, ζηλόω, ἀπομάσσω, l’épitomateur utilise un vocabulaire on ne peut plus dionysien, abondamment attesté dans l’ensemble des Opuscules rhétoriques. En effet, Denys emploie ce lexique à propos de ses élèves, qui doivent pratiquer l’imitation des auteurs grecs classiques et se modeler sur eux, pour apprendre à écrire et à parler en public : c’est pour cela qu’il leur propose une série de modèles pris parmi les historiens, les orateurs, les philosophes et les poètes classiques. Mais Denys emploie aussi ce même vocabulaire de l’imitation à propos de ces auteurs classiques eux-mêmes : ces derniers sont systématiquement rangés par lui en deux catégories, les modèles et leurs émules (ou les initiateurs et leurs successeurs). En voici quelques exemples :

  • “ Lysias est un parfait modèle ἄριστος κανών) de langue attique. Nul de ses successeurs ne l’a surpassé sur ce point (οὐθεὶς τών μεταγενεστέρων αὐτὸν ὑπερεβάλετο) ; quant à l’imiter, peu en ont eu la capacité, sauf peut-être un seul, Isocrate (οὐδὲ μιμήσασθαι πολλοὶ δύναμιν ἔσχον ὅτι μὴ μόνος Ἰσοκράτης). Telle est à mon avis la première qualité digne d’émulation et d’imitation chez cet auteur (ἀξίαν ἀρετὴν ζήλου καὶ μιμήσεως)”44.
  • “Il en possède une seconde45 (...). Beaucoup ont cherché à l’égaler sur ce point parmi les orateurs de son époque, sans en faire une démonstration aussi incontestable (πολλοὶ μὲν ἐζήλωσαν)”.
  • “Telle est donc la seconde qualité que j’invite à retenir chez cet orateur si l’on désire utiliser le même genre de langage que lui. De fait on compte beaucoup d’historiens et d’orateurs qui se sont faits les partisans de cette option littéraire (ἐγένοντο μὲν οὖν πολλοὶ τῆς προαιρέσεως ταύτης ζηλωταὶ συγγραφεῖς τε καὶ ῥήτορες). L’orateur qui s’est le plus approché du but après Lysias, c’est dans la première génération, le jeune Isocrate”46.
  • “Démosthène refusa de prendre un modèle unique car il les trouvait tous incomplets ou imparfaits (οὐθενὸς ἑνὸς ἠξίωσε γενέσθαι ζηλωτὴς οὔτε χαρακτῆρος οὔτε ἀνδρός, οἰόμενος ἡμιέργους καὶ ἀτελεῖς ἅπαντας εἶναι). Sélectionnant d’où qu’ils viennent les éléments les plus puissants ou les plus utiles, il les tissait ensemble et constituait un mode d’expression unique”47.
  • 48 Nicolai 1992, 298-299.
  • 49 Fromentin 1998, Introduction générale, p. XXXI-XXXIV ; Delcourt 2005, 81 sq.

17Ces exemples prouvent que l’histoire de la littérature grecque que l’on lit dans les Opuscules rhétoriques de Denys n’est pas historique ; il s’agit d’une reconstruction, en grande partie démonstrative, fondée sur les catégories stylistiques et esthétiques de Denys ; les filiations littéraires que ce dernier établit entre les auteurs ne correspondent pas – ou pas nécessairement – à la réalité des intentions et des pratiques de chacun d’eux : quand Denys écrit que “Démosthène a sélectionné chez ses prédécesseurs les éléments les plus puissants ou les plus utiles” et se les est appropriés, c’est une fiction délibérée. Cette pratique n’est d’ailleurs pas nouvelle : elle remonte aux érudits alexandrins et pergaméniens, qui reconstruisaient de la même manière l’histoire d’un genre littéraire, en distinguant entre fondateurs, successeurs et héritiers48. Mais elle prend ici, chez Denys, un sens nouveau, car elle établit un continuum entre la pratique supposée des Grecs des ve et ive siècles et celle des jeunes Romains du ier siècle qui suivent les cours du rhéteur, en ne proposant rien moins à ces derniers que d’être les continuateurs de ces glorieux prédécesseurs. Or ce projet cadre parfaitement avec la thèse développée par Denys au livre 1 de ses Antiquités romaines, thèse selon laquelle, Rome, en tant que “cité grecque” (1.89.1), a la mission de perpétuer et de diffuser les valeurs de l’hellénisme au sein de l’Empire mondial qu’elle a conquis49.

  • 50 Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 4.

18Les deux versions de l’Epitomè et de la Lettre à Pompée Géminos disent donc à mon avis exactement la même chose sur Philistos, à savoir que les deux auteurs présentent des “ressemblances” et relèvent sur bien des points du même “type” historiographique. Il faut donc se méfier des formulations de Denys, qui abusent à dessein du vocabulaire de l’imitation et n’entretiennent avec la réalité qu’un lointain rapport : en un mot, ce n’est pas de lui que nous apprendrons avec certitude si Philistos cherchait réellement à imiter Thucydide. Il en est de même d’ailleurs pour l’autre couple d’historiens que Denys associe dans la Lettre à Pompée et dans l’Epitomè de l’Imitation : Hérodote et celui qu’il présente comme son émule (ζηλωτἡς) Xénophon. L’analyse qu’il fait de leurs caractéristiques respectives montre qu’ils partagent certaines qualités, relatives par exemple à l’économie du récit ou à la langue employée. Mais Denys souligne aussi tout ce qui les sépare, et rien dans sa présentation n’autorise en définitive le lecteur à croire que Xénophon a délibérément et sytématiquement imité Hérodote50. On remarquera du reste que si les modernes se sont appuyés avec une confiance parfois aveugle sur le témoignage de Denys pour affirmer la filiation Thucydide-Philistos, en revanche la prétendue filiation Hérodote-Xénophon, affirmée pourtant par lui dans le même passage, n’a jamais, quant à elle, été jugée digne du moindre crédit : Felix Jacoby, dans son Commentaire, la qualifiait d’ailleurs de “grotesk”. Il est vrai que, pour qui a un peu pratiqué ces deux auteurs, leurs ressemblances, sur le fond comme sur la forme, ne sautent pas aux yeux...

Cicéron et Philistos

19J’en viens maintenant à mon second point. Nous avons vu que le jugement porté par Denys sur Philistos dans les deux versions, celle de l’Epitomè et celle de la Lettre à Pompée, est en définitive très critique et très négatif et aboutit à le présenter comme un médiocre “sous-Thucydide”. On peut se demander alors pourquoi Denys l’a fait néanmoins figurer dans cette liste d’historiens “dignes d’être imités” et à côté d’auteurs pour lesquels il est en revanche beaucoup plus élogieux : Hérodote, Thucydide, Xénophon et Théopompe. Je crois pour ma part que la présence de Philistos dans cette liste s’explique de deux manières, à la fois comme un héritage ancien et comme le reflet d’une polémique contemporaine.

  • 51 Nicolai 1992, 297-298.
  • 52 Cic., ad Quintum fratrem, 2. 12 = FGrHist 556 T 17 a.

20Roberto Nicolai a en effet très bien montré que le nom de Philistos, tout comme celui de Théopompe, apparaissait dans les plus anciens canons – alexandrins – d’historiens grecs, à la suite de la triade Hérodote, Thucydide, Xénophon, et que l’association de ces auteurs résultait probablement, à l’origine, de la volonté de donner à lire une encyclopédie historique, une historia continua, ces historiens se complétant les uns les autres sur le plan chronologique et géographique51. Par ailleurs, au moment où Denys écrit (dernier tiers du premier siècle a.C.), Philistos est à Rome un auteur à la mode, et cela depuis plusieurs années. Les premiers témoignages en ce sens se trouvent chez Cicéron, qui a, semble-t-il, découvert Philistos avec enthousiasme dans les années 50, au point d’en recommander la lecture à son frère Quintus. Ce qui l’intéressait au premier chef chez Philistos, c’est que ce dernier avait été un familier de Denys I : son Péri Dionusiou constituait par conséquent un document de première main sur le tyran sycilien. Mais Cicéron trouvait aussi à Philistos certaines qualités de style proprement thucydidéennes, la brevitas et l’acumen52 :

“Je reviens donc à Callisthène et à Philistos, dans lesquels je vois que tu es plongé. Callisthène, en vérité, c’est quelque chose de vulgaire et de banal, comme l’ont dit plus d’un Grec. L’autre, le Sicilien, est un auteur de premier ordre, plein, pénétrant, concis, presque un Thucydide au petit pied (Siculus ille capitalis, creber, acutus, brevis, paene pusillus Thucydides) ; mais lequel des deux ouvrages (car il y en a deux) as-tu entre les mains ou bien as-tu l’un et l’autre, c’est ce que j’ignore. Je l’aime mieux quand il parle de Denys car Denys est un maître parmi les routiers de la politique et Philistos l’a intimement connu (me magis de Dionysio delectat ; ipse est enim veterator magnus et perfamiliaris Philisto Dionysius)”.

  • 53 Cic., Brutus, 66 = FGrHist 556 T 21.

21Nous ignorons si c’est Cicéron qui a lancé la mode du pusillus Thucydides, toujours est-il qu’il a été rapidement dépassé sur cette voie par certains atticistes romains, qui se sont appropriés cette figure d’historien, lui trouvant la même “simplicité attique et archaïque” qu’à Thucydide, comme Cicéron le dit lui-même53 :

“Les partisans passionnés lui (i. e. Caton) font défaut, comme ils faisaient défaut, il y a plusieurs siècles, à Philistos de Syracuse et à Thucydide lui-même. Ces deux historiens, avec leurs pensées ramassées sur elles-mêmes et qui, par excès de brièveté et de finesse, n’ont pas assez de lumière, sont comme éclipsés par Théopompe, par la sublimité de son éloquence en quelque sorte surélevée ; Lysias à son tour pâtit du voisinage de Démosthène. De même l’éclat de Caton a été masqué par l’éloquence de nos orateurs plus modernes (...). Mais voyez l’ignorance de nos Romains ! Chez les Grecs ils goûtent ce qui est antique et font leurs délices de cette simplicité qu’ils qualifient d’attique, et cette simplicité, ces mêmes gens ne savent même pas qu’elle existe chez Caton !”

  • 54 Dion. H., Thucydide, 34.3.

22L’agacement qu’éprouve Cicéron à l’égard des admirateurs de Thucydide et de Philistos se retrouve, quelques décennies plus tard, chez Denys d’Halicarnasse, qui polémique pour sa part avec la deuxième génération de ceux qu’il appelle “les amoureux passionnés de Thucydide”54, représentés en particulier par son propre “patron” romain, Quintus Aelius Tubero, le dédicataire du traité Sur Thucydide. Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans le détail de cette querelle, mais il est évident que Denys, qui a été amené à plusieurs reprises à se prononcer sur le cas de Thucydide, d’abord dans le traité sur l’Imitation, puis dans la Lettre à Pompée et enfin dans le Thucydide, a peu à peu précisé sa pensée mais aussi durci sa position : au fil de son œuvre, Thucydide apparaît, comme historien en tout cas, comme de moins en moins digne d’être imité, et je pense que Philistos a été entraîné dans la même déchéance. En voici pour preuve les deux textes suivants, extraits du traité sur Thucydide :

  • Il ne me reste plus qu’un développement à ajouter sur les imitateurs de notre homme, orateurs et historiens (περὶ τῶν μιμησαμένων τὸν ἄνδρα, ῥητόρων τε καὶ συγγραφέων). Aussi indispensable qu’aucun autre pour un traitement exhaustif de notre sujet, il nous inspire quelque hésitation et beaucoup de circonspection. Il nous fait en effet éviter de fournir aux professionnels de la calomnie des armes qui n’auraient rien à voir avec l’équité dont nous avons toujours fait preuve dans nos jugements sur les écrits et les personnes. Ces gens-là risqueraient de nous croire poussé par la malignité et le mauvais esprit, si nous invoquions des imitateurs maladroits et que nous citions les œuvres sont-ils étaient très fiers, qui leur ont rapporté beaucoup d’argent et valu une éclatante renommée. (...) Aussi nous bornerons-nous à dire quelques mots sur les auteurs dont l’imitation a été réussie”55.
  • Parmi les historiens anciens, il n’y eut pas, à ma connaissance, d’imitateur de Thucydide (μιμητὴς οὐδεὶς ἐγένετο), sur les points du moins qui le font paraître si différent des autres et qui sont : l’expression rare, surannée, poétique, insolite ; les idées, distendues, enchevêtrées, elliptiques par désir d’en augmenter la signification, suspendant assez longtemps la conclusion ; ajoutez-y encore les tournures, ténébreuses, détournées de la construction naturelle, pas à leur place même dans un contexte poétique : le tout réuni produit dans son œuvre un manque de clarté qui en gâte toutes les beautés et en obscurcit les mérites”56.

23Alors que, dans la Lettre à Pompée et l’Epitomè, Philistos était présenté comme un μιμητὴς Θουκυδίδου, il est en revanche totalement absent du traité sur Thucydide. S’il apparaissait dans la Lettre à Pompée comme un “sous-Thucydide”, il semble être ici descendu d’un degré dans l’estime de Denys puisqu’il est apparemment compté parmi les “admirateurs maladroits”, c’est-à-dire ratés, de Thucydide, qui n’ont pas su lui emprunter ce qui constitue pour ainsi dire sa marque de fabrique propre, les qualités et les défauts qui font sa spécificité et qui rendent son œuvre unique. Bref, il me semble que Denys a hérité de Cicéron peut-être, d’une certaine tradition atticiste romaine certainement, la thèse d’un “Philistos imitateur de Thucydide”, qui était fondée à mon avis essentiellement sur quelques traits stylistiques communs (brevitas, acumen) et peut-être aussi sur la présence, dans le texte de Philistos, de citations de Thucydide, comme celle que nous a transmise Clément d’Alexandrie. Mais si Denys a d’abord accepté ce rapprochement, il l’a ensuite remis en question, à mesure que ses analyses de l’œuvre de Thucydide gagnaient en précision et en finesse, et à mesure aussi que croissait son agacement à l’égard des “Thucydidéens” romains, dont il trouvait, on le sent bien à travers plusieurs passages, le jugement superficiel et grossier.

24Philistos en définitive a-t-il cherché à imiter Thucydide ? C’est probable, mais c’est aussi indémontrable, en l’état actuel de notre documentation. J’ai seulement voulu montrer que témoignage de Denys, qui occupe une place centrale dans ce dossier, doit en tout cas être sollicité avec précaution, et à chaque fois replacé dans le contexte, toujours mouvant, de son énonciation, aussi bien d’ailleurs quand il prétend que Philistos était un imitateur de Thucydide que quand il lui dénie ce titre de gloire.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aujac, G. (1992) : Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques tome V, L’imitation, Première Lettre à Ammée, Lettre à Pompée Géminos, Dinarque, CUF, Paris.

Bearzot, C. (2002) : “Filisto di Siracusa”, in : Vattuone 2002, 91-136.

Delcourt, A. (2005) : Lecture des Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse. Un historien entre deux mondes, Bruxelles.

Fromentin, V. (1998) : Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, Introduction générale et livre I, CUF, Paris.

Hornblower, S. (1995) : “The fourth-century and hellenistic reception of Thucydides”, JHS, 115, 47-68.

Nicolai, R. (1992) : Storiografia nell’educazione antica, Pise.

— (2006) : “Thucydides continued”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 693-719.

Pearson, L. (1987) : The Greek Historians of the West, Timaeus and his predecessors, Atlanta (Georgie).

Rengakos, A. et A. Tsakmakis, éd. (2006) : Brill’s Companion to Thucydides, Leyde.

Vattuone, R., éd. (2002) : Storici greci d’Occidente, Bologne.

Weaire, G. (2002) : “The relationship between Dionysius of Halicarnassus’ De Imitatione and Epistula ad Pompeium”, Classical Philology 97 (4), 351-359.

Zoepffel, R. (1965) : Untersuchungen zum Geschichtswerk des Philistos von Syrakus, Diss. Freiburg im Br.

Notes

1 Sur ces “Storici greci d’Occidente”, voir Pearson 1987 et plus récemment l’ouvrage collectif édité sous ce titre par Riccardo Vattuone (Vattuone 2002) avec, en particulier, la très importante synthèse de Cinzia Bearzot (Bearzot 2002) sur la vie et à l’œuvre de Philistos de Syracuse (p. 91-136).

2 On attribue aussi à Philistos la paternité de deux fragments papyrologiques (P. Oxy., 665 et PSI 1283) : voir sur ce point Bearzot 2002, 91 et 108-111.

3 Auxquels s’ajoutent désormais une inscription du gymnase de Tauromenion et un passage du Περὶ πίστεως de Dion Chrysostome (73.2) : voir Bearzot 2002, 100.

4 FGrHist 556 T 11a = Diod. 13.103.3.

5 FGrHist 556 T 11a (= Diod. 13.103.3) ; T 11b (= Diod. 15.89.3) ; T 12 (= Dion. H., Lettre à Pompée Géminos 5).

6 FGrHist 556 T 13a = Paus. 1.13.9), 13b (= Plut., de Her. mal. 855C), 13c (= Marcellin., Vit. Thuc., 27), T 16 a (= Dion. H., L’Imitation, 3.2) et T 16 b (Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 4).

7 FGrHist 556 T 5c (= Plut., Dion, 11. 4-7), 5d (= Nepos, Dion, 3.1), T 6a (= Plut., Dion, 13.6), T 7 (Plut., Dion, 19.1).

8 Bearzot 2002, 124.

9 FGrHist 556 T 17 a (Cic., ad Quintum fratrem 2.11.4 : Siculus ille capitalis, creber, acutus, brevis, paene pusillus Thucydides) et 17b (Cic., de Or., 2.57 : maximeque Thucydidem est, ut mihi videtr, imitatus).

10 FGrHist 556 T 16 a (Dion. H., L’Imitation, 3.2 : Φίλιστος δὲ μιμητής ἐστι θουκοδίδου) et 16 b (Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 4).

11 FGrHist 566 T 15 c (Quintil., Inst. or., 10.1.74 : Philistus quoque meretur, qui turbae quamvis bonorum post eos auctorum existimatur, imitator Thucydidi et ut multo infirmior, ita aliquatenus lucidior).

12 Voir notamment Zoepffel 1965 ; Hornblower 1995, 56 ; Nicolai 2007, 714-715.

13 Plut., Nic., 19.6 = FGrHist 556 T2 = F 56.

14 Plut., Nic., 1.1. = FGrHist 556 T 23 b.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

17 Plut., Nic., 1. 4 = FGrHist 556 T 23 b.

18 Plut., Nic., 1.4.

19 Ibidem.

20 Bearzot 2002, 111-112.

21 “On pourra avoir aussi une sorte de description mixte, comme celle d’une bataille de nuit chez Thucydide et chez Philistos : la nuit est en effet un moment et la bataille une action” (FGrHist 556 T 20c = F 52 = Théon, Progymnasmata, 87).

22 FGrHist 556 T 20 a = F 1 = Ephore FGrHist 70 F 27 = Théon, Progymnasmata, 66.

23 Théon, Progymnasmata, 68 = FGrHist 556 F 29 et F 43 : “Chez Philistos, au livre huitième, celle des préparatifs de Denys le Tyran contre les Carthaginois avec la fabrication des armes, des navires, des machines de guerre et au livre onzième celle de son convoi funèbre et de l’ornementation variée de son bûcher”.

24 Bearzot 2002, 124-125.

25 Voir supra note 9.

26 Voir supra note 10.

27 Clément d’Alexandrie, Stromate 6, c. 2. 8. 8-10 (=FGrHist 556 F 67).

28 Σόλωνος δὲ ποιήσαντος' Τίκτει γὰρ κόρος ὕβρης ὅταν πολὺς ὄλβος ἕπηται, ἄντικρυς ὁ Θέογνις γράφεί Τίκτει τοι κόρος ὕβρης οταν κακῷ ὄλβος ἕπηταί Ὅθεν καὶ ὁ Θουκυδίδης ἐν ταῖς ἱστορίαις· Είώθασιν δέ οἱ πολλοί τῶν ἀνθρώπων, φησίν, οἷς ἂν μάλιστα καὶ διʹ ἐλαχίστου ἀπροσδόκητος εὐπραγία ἔλθῃ, εἰς ύβριν τρέπεσθαι. Καὶ Φιλιστος ὀμοίως τὰ αὐτὰ μιμεῖται ὧδε λέγωνʹ Τὰ δὲ πολλᾲ κατᾲ λόγον τοῖς ἀνθρώποις εὐτυχοῦντα ἀσφαλέστερα ἢ παρὰ δόξαν καὶ κακοπραγίαν *** εἰὼθασιγαρ μάλιστα οἷς παρὰ δόξαν ἀπροσδοκήτως εὖ πράσσοντες εἰς ὕβριν τρέπεσθαι.

29 εἴωθε δὲ τῶν πόλεων αἷς ᾂν μάλιστα καὶ διʹ ἐλαχιστου ἀπροσδόκητος εὐπραγία ἔλθῃ, ές ὕβριν τρέπειν. Τὰ δὲ πολλὰ κατὰ λόγον τοῖς άνθρώποις εύτυχοῦντα ἀσφαλέστερα ἢ παρὰ δόξαν, καὶ κακοπραγίαν ὡς εἰπεῖν ῥᾷον ἀπωθοῦνται ἢ εὐδαιμονίαν διασᾡζονται.

30 À ceci près d’une part que Philistos applique cette gnômè à “la plupart des hommes” (οἱ πολλοὶ τῶν ἀνθρώπων), alors que, chez Thucydide, dans la tradition directe, il est question des “cités” (τῶν πόλεων), et que, d’autre part, les deux phrases qui forment la citation de Thucydide sont présentées dans un ordre inverse chez Philistos.

31 FGr Hist 556 T 11 a, b, c ; T 23 c = F 45 ; T 3 ; T 4 ; T 5b ; T 9b ; T 9c.

32 Voir sur ce point le témoignage de Plut., Nic., 1.1.

33 Sur cette question très controversée de l’utilisation (directe ou indirecte) de Philistos par Diodore, on se reportera à Bearzot 2002, 119 sq., qui présente et analyse toutes les thèses en présence.

34 Pour Bearzot 2002, 121, la source de Diodore pour les livres XII-XV serait Timée (et secondairement Éphore), un Timée qui lui-même utiliserait Philistos mais en le remaniant et en le corrigeant, sur le fond et la forme.

35 Une fois aussi dans ses Antiquités romaines (1.22.3 = F. Gr. Hist. 556 T 46).

36 Voir Aujac 1992, Notice, 11.

37 Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 3.1 (= FGrHist 556 T 16b).

38 Ce traité était en cours de publication quand Denys rédigea la Lettre à Pompée Géminos : les deux premiers livres étaient parus, mais le troisième n’était pas encore achevé (Aujac 1992, Notice, 11-13).

39 Weaire 2002, 351-359.

40 Exemple 1.

41 Emploi du verbe ζηλóω dans les exemples 2 et 3.

42 Emploi du verbe ἀπομάσσω au moyen au sens de “prendre sur soi-même la marque de, se modeler sur”, dans les exemples 4 et 5.

43 Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 5.3-6.

44 Dion. H., Les orateurs antiques, Lysias, 2.1.

45 “C’est la faculté d’exposer ses idées en usant des mots propres, des termes courants, du vocabulaire de tous les jours” (Dion. H., Les orateurs antiques, Lysias, 3.1).

46 Dion. H., Les orateurs antiques, Lysias, 3.9-10.

47 Dion. H, Démosthène, 8.2.

48 Nicolai 1992, 298-299.

49 Fromentin 1998, Introduction générale, p. XXXI-XXXIV ; Delcourt 2005, 81 sq.

50 Dion. H., Lettre à Pompée Géminos, 4.

51 Nicolai 1992, 297-298.

52 Cic., ad Quintum fratrem, 2. 12 = FGrHist 556 T 17 a.

53 Cic., Brutus, 66 = FGrHist 556 T 21.

54 Dion. H., Thucydide, 34.3.

55 Dion. H., Thucydide, 52.1.

56 Dion. H., Thucydide, 52.4.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search