Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. L’imitation littéraire de Thucydide dans l’Antiquité

Tite-live lecteur de Thucydide ? la présentation de l’Italie du sud dans l’Ab Vrbe condita et l’influence de la guerre du Péloponnèse

Mathilde Simon-Mahé

Texte intégral

  • 1 Une telle opposition est proposée par exemple par Feichtinger 1992, 23.
  • 2 C’est la raison pour laquelle, selon Luce 1977, 156, Tite-Live est plus sévèrement jugé que Thucyd (...)
  • 3 Cf. Quint. 10.1.101, qui rapproche Tite-Live du seul Hérodote.

1On insiste souvent sur la puissance de l’analyse et la rigueur thucydidéenne auxquelles on peut opposer l’orientation idéologique de l’ouvrage de Tite-Live, qui paraît écrire pour célébrer la grandeur de Rome et l’avènement du principat1, et son manque de prudence méthodologique, que les Modernes ont souvent souligné. Une première évidence s’impose : la nature de leurs projets est différente, puisque Thucydide écrit à propos d’une période restreinte et chronologiquement proche de lui, tandis que Tite-Live manifeste l’ambition d’écrire une histoire de Rome depuis sa fondation2. Cette divergence de sujet fait que la question de l’utilisation des sources se pose pour lui de manière différente : Tite-Live ne livre pas un témoignage autoptique mais reprend et classe des sources primaires3.

  • 4 Cf. Cic., Brut, 47.
  • 5 Cf. la mise au point de Mandel 1980, 7-24.
  • 6 Cf. Rambaud 1953 ; plus récemment, Fleck 1993.

2Sur le plan de l’histoire littéraire, peu de raisons peuvent être invoquées pour rapprocher Tite-Live de Thucydide : jamais l’historien padouan ne cite l’auteur de la Guerre du Péloponnèse, qui traite il est vrai d’aires géographiques – mais non de périodes – différentes des siennes, mais qu’il aurait pu utiliser à propos de la conquête de la Grèce par les Romains, dans la quatrième décade. Tite-Live, il est vrai, cite plutôt rarement ses sources et surtout, comme le précise une contribution de ce volume, Thucydide n’a pas fait l’objet d’une véritable admiration ni à la fin de la République ni à l’époque augustéenne : Cicéron lui reconnaît bien un louable souci de vérité mais lui reproche dans le Brutus son obscurité4. Thucydide était bien vu comme le fondateur de l’histoire pragmatique – et Cicéron met en avant la nécessité de ne rien dire de faux, ce qui constitue la première loi de l’histoire – mais l’Arpinate lui préfère les représentants de l’histoire isocratéenne, jugée elle-même supérieure au courant historique aristotélicien5. Or Tite-Live, qui a reçu d’abord une formation d’orateur et admire profondément l’éloquence cicéronienne, semble avoir suivi les conceptions de son maître sur ce point, malgré les contradictions que l’on peut relever dans la théorie cicéronienne de l’histoire6 ; l’auteur de l’Ab Vrbe condita paraît avoir pris comme modèle, ainsi que l’indique Quintilien, Hérodote et Théopompe avant Thucydide.

  • 7 Cf. Woodman 1988, 150-51, n. 48 et 49.
  • 8 Cf. Pasoli 1976, 7-19. Un témoignage probant est donné par Sen., Contr., 9.1.14.
  • 9 Cf. Soltau 1897, 15.
  • 10 Cf. par exemple Luce 1977, 138-90.
  • 11 Cf. Woodman 1988, 11-15.
  • 12 Cf. Ogilvie [1965] 1970, 16-17.
  • 13 Cf. Ogilvie [1965] 1970, 17.
  • 14 Cf. Perrochat 1949, 1-39.

3Faut-il pour autant considérer que Tite-Live a ignoré Thucydide alors que son prédécesseur Salluste, ainsi que Pollion dans ses Histoires7, l’ont clairement imité8 ? C’est ce que suggèrent les grands représentants de la Quellenforschung dans leurs enquêtes relatives à l’historien augustéen9. Mais les limites d’une telle analyse, minutieuse certes, mais qui décortique à l’extrême le texte et lui dénie tout caractère propre, ont été depuis longtemps dénoncées10. Sur le plan de l’histoire littéraire, il faut supposer qu’il a été nécessairement influencé par la nouveauté de la méthode de l’historien grec, par l’acuité de ses analyses et par son érudition. Un rapprochement peut ainsi être proposé entre l’importance des discours chez Tite-Live et chez Thucydide – ce dernier utilise toutefois beaucoup plus largement ce procédé dans son œuvre11. Plus précisément, des parallèles thucydidéens ont pu être trouvés pour plusieurs passages de la première pentade de Tite-Live12 ; il s’agit même parfois de véritables transcriptions d’“épigrammes célèbres”, comme les désigne Ogilvie, transcriptions très ponctuelles mais qui “donnent une couleur thucydidéenne à l’ensemble”13. Mais le savant anglais retient, avec quelques nuances toutefois, la thèse de P. Perrochat14 selon laquelle Tite-Live a dans ces passages utilisé l’annaliste Aelius Tubéro, qui a lui-même remodelé Valérius Antias pour lui donner un aspect thucydidéen.

4La dette de Tite-Live à l’égard du grand historien grec semble donc mince, l’information de Tite-Live étant, dans les livres conservés, essentiellement annalistique ou polybienne. Mais les conceptions historiographiques de Tite-Live, qui font l’objet d’un intérêt plutôt récent de la critique, ainsi que les modèles de récit historique qui l’ont influencé, dépassent largement cette seule filiation et il convient d’examiner de possibles échos thucydidéens dans le corpus livien : d’abord à propos de la définition du projet livien, puis à propos des représentations ethnographiques de l’historien et enfin d’un schéma narratif bien connu, particulièrement célèbre dans le cas de Thucydide, celui de l’évocation de l’épidémie.

  • 15 Cf. Liv., Praef., 1 : “Vtcumque erit, iuuabit tamen rerum gestarum memoriae principis terrarum pop (...)
  • 16 Sur la préface livienne, les remarques de Mazza 1996, spéc. p. 151-166, sont toujours utiles ; voi (...)

5Il est difficile de trouver des points de rencontre entre la préface de Thucydide et celle de Tite-Live, si ce n’est l’expression d’un souci de la vérité que les historiens répètent d’ailleurs tous deux à plusieurs reprises au cours de leur récit. Mais tandis que Thucydide insiste sur l’importance du moment qu’il va traiter – la guerre du Péloponnèse –, Tite-Live revendique l’ampleur diachronique de son sujet et la supériorité du peuple dont il envisage l’histoire15. Il inscrit également d’emblée son ouvrage dans une perspective morale et téléologique : l’aboutissement augustéen donne son sens à l’œuvre16.

  • 17 “Quae ante conditam condendamue urbem poeticis magis decora fabulis quam incorruptis rerum gestaru (...)
  • 18 Cf. Thc. 1.2 : τὰ γὰϱ πϱὸ αὐτῶν καὶ τὰ ἔτι παλαίτεϱα σαφῶς μὲν εὑϱεῖν διὰ χϱόνου πλῆθος ἀδύνατα ἦν (...)
  • 19 “In parte operis mei licet mihi praefari, quod in principio summae totius professi plerique sunt r (...)

6Dans un passage aussi important que la préface, dont l’importance s’impose à tout historien depuis l’exemple d’Hécatée, le Padouan sait qu’il fait écho à ses prédécesseurs et que toute prise de position nouvelle sera significative. Ainsi une allusion possible à Thucydide peut être reconnue dans la mention du caractère incertain de l’histoire des premiers temps de Rome17, qui rappelle un passage bien connu de l’historien du Péloponnèse développant une idée très proche18, la prudence à l’égard de ces traditions, mais non leur rejet, étant sensible chez les deux historiens. Mais de manière générale, le rapprochement thématique et stylistique est beaucoup plus clair entre la préface de Thucydide et celle du livre XXI de Tite-Live, où se trouvent soulignés le caractère exceptionnel du conflit punique et les conséquences durables qu’il a eues, Tite-Live renvoyant explicitement à ses prédécesseurs qui ont traité une guerre qu’ils jugeaient majeure19 : l’emploi de superlatifs, le souci de dramatisation sont communs aux deux textes.

7À l’inverse, c’est hors de la préface de Thucydide, dans le célèbre passage du chapitre 22 du livre I qu’il faut chercher un antécédent possible d’un motif important de la préface générale de Tite-Live, celui de l’utilité et de l’exemplarité de l’histoire : à l’ambition de τὸ σαφὲς σκοπεῖν, fait écho le précepte :

  • 20 Praef., 10 : “Ce que l’histoire offre surtout de salutaire et de fécond, ce sont les exemples inst (...)

“Hoc illud est praecipue in cognitione rerum salubre ac frugiferum, omnis te exempli documenta in inlustri posita monumento intueri”20.

8Si le prédécesseur direct de Tite-Live sur ce point est sans doute Salluste, l’héritage thucydidéen ne doit pas être sous-estimé. Mais le Padouan, loin d’imiter fidèlement la profession de foi de l’historien grec, d’ailleurs beaucoup plus laconique, procède à des variations et à des déplacements : en mettant au premier plan la dimension d’exemplarité de l’histoire, Tite-Live donne une valeur polémique à sa préface, que le lecteur peut confronter à celle de Thucydide. Surtout, en rappelant le style du proemium thucydidéen dans la seule préface du livre XXI, qui constitue une préface partielle, concernant uniquement la deuxième décade, Tite-Live réduit la Guerre du Péloponnèse à une chronique relative à un événement certes majeur mais limité dans le temps.

  • 21 Il faut toutefois noter une allusion à ce principe dans la praefatio, lorsque Tite-Live affirme ne (...)
  • 22 Cf. Liv. 9.17.1 : “Nihil minus quaesitum a principio huius operis uideri potest quam ut plus iusto (...)

9Le même phénomène de déplacement peut être noté à propos de la réflexion méthodologique : Tite-Live, qui reprend à son compte les principes thucydidéens de la vérification nécessaire des faits et de la méfiance à l’égard des témoignages les plus anciens, qui sont énoncés dans le premier livre, ne l’indique au lecteur qu’au début du livre VI, dans sa “seconde préface”, et à la fin du livre VIII, dans le développement relatif aux éloges funèbres21. De manière plus positive, nous pouvons dire que Tite-Live revendique l’exigence de vérité thucydidéenne et qu’il la développe pour mieux servir l’ambition pédagogique de son ouvrage. Un indice de la perméabilité de Tite-Live à la rigueur thucydidéenne peut être repéré dans le début de l’excursus du livre IX consacré à l’exemplum fictum de l’affrontement de Rome et Alexandre le Grand. Tite-Live présente à son lecteur une excusatio au moment d’entamer une digression, ce qu’il ne se permet quasiment jamais ; il rappelle son refus habituel des deuerticula amoena22, qui évoquent négativement le comparatif présent chez Thucydide, ἀτεϱπέστεϱον, “moins séduisant”, qui qualifie le type de récit choisi par l’historien. Le choix d’un récit linéaire, refusant les morceaux d’agrément, se retrouve chez les deux historiens.

  • 23 Cf. Liv. 9.13.17 : “nam Samnites, ea tempestate in montibus uicatim habitantes, campestria et mari (...)
  • 24 Nous nous permettons de renvoyer à notre article : Simon-Mahé 2008.
  • 25 Cf. Thc. 1.5 : οἱ γὰϱ Ἕλληνες τὸ πάλαι ϰαὶ τῶν βαϱβάϱων οἵ τε ἐν τῇ ἠπείρῳ παϱαθαλάσσιοι ϰαὶ ὅσοι (...)

10Au-delà de ces prises de position méthodologiques et stylistiques, où l’arrière-plan thucydidéen est aisément lisible, d’autres aspects, plus discrets, des résonances possibles de la lecture de Thucydide peuvent être repérés chez Tite-Live. Il serait possible de trouver des points de contact entre les deux ouvrages à propos des événements d’Italie du Sud et de Sicile à la fin du ve siècle, qui concernent une période traitée par l’un et l’autre historien. Mais le romanocentrisme de Tite-Live rend peu fructueuse une telle confrontation, l’histoire grecque n’étant jamais traitée pour elle-même par le Padouan. En revanche, il est possible de repérer, dans le texte de l’Ab Vrbe condita, des éléments de description qui font écho à des concepts historiographiques présents chez Thucydide. Il s’agit de la définition ethnographique que livre Tite-Live, dans le livre IX, des Samnites et de leur mode de vie23, qui rappelle très précisément l’analyse donnée par Thucydide, dans le résumé de l’histoire ancienne qu’il propose au livre I, des stades successifs de civilisation24. En effet, chez Tite-Live, l’habitat samnite, caractérisé comme uicatim, correspond au deuxième stade mentionné par Thucydide, celui de l’habitat ϰατὰ κώμας, par bourgades – et sans remparts –, stade qui suit l’étape du nomadisme et précède celle du synœcisme et de la constitution de la cité25.

  • 26 Cf. Thc. 1.5.3 et 1.7.
  • 27 Cf. Str. 5.4.12 : ἐν δὲ τῇ τῶν Ὀπικῶν ϰατευνασθέντος (ἐτύγχανον δὲ ϰωμηδὸν ζῶντες…) (“Quand ils fu (...)

11Mais l’analyse livienne diverge de celle de Thucydide en ce qu’elle s’applique à des populations venues des montagnes – montani atque agrestes – et qui opèrent des raids imprévisibles contre les habitants des campestria loca ; chez Thucydide au contraire, ce sont les hommes des plaines littorales qui pratiquent la piraterie contre ceux qui résident ϰατὰ ϰώμας, même si l’historien étend un peu plus loin ce type d’économie aux régions intérieures26. Il semble donc que Tite-Live a repris un raisonnement qui se trouve très clairement exposé chez Thucydide, en le transférant au cas des Samnites et, au passage, en opérant des confusions. Ailleurs, Tite-Live mentionne des urbes samnites, certes ignobiles mais contemporaines de cet habitat dispersé qu’il attribue aux populations italiques. Les étapes dégagées par Thucydide sont donc confondues, alors qu’elles ne le sont pas, par exemple, chez Strabon27, qui, s’appuyant sur Thucydide ou plutôt sur Antiochos indique que ce sont les prédécesseurs des Samnites qui ont habité ϰωμηδόν, par bourgades.

  • 28 Cf. Thc. 1.7.

12L’analyse thucydidéenne des stades successifs de peuplement peut être également repérée dans l’excursus atypique que Tite-Live consacre à la naissance et à l’histoire originelle de Palaepolis, la première Naples, issue de la colonie de Cumes. Le Padouan précise que les Cumains, après avoir occupé les îles d’Aenaria et de Pithécusses, ont osé transférer leur résidence sur le continent. Tite-Live, qui ne se livre pratiquement jamais à ce type de récit de fondation, s’appuie certainement sur une fiche érudite locale, qui rend compte de la toponymie, mais peut-être aussi sur le raisonnement développé par Thucydide au livre VII selon lequel des implantations protégées de la piraterie succèdent à des implantations ouvertes sur la mer28.

  • 29 Cf. Thc. 7.57.11 : Ἰταλιωτῶν δὲ Θούϱιοι ϰαὶ Μεταπόντιοι ἐν τοιαύταις ἀνάγκαις τότε στασιωτικῶν ϰαι (...)

13Sur le plan de l’histoire politique, nous pouvons également retrouver des éléments thucydidéens dans la présentation livienne de la Grande Grèce : lorsque les Tarentins viennent proposer une nouvelle fois leur médiation dans le conflit samnite de 320 a. C., le général romain Papirius Cursor moque l’instabilité politique des cités de Grande Grèce, incapables de maintenir un gouvernement solide en leur sein. Les séditions dénoncées par Tite-Live rappellent, en l’amplifiant, une mention des troubles graves affectant Métaponte et Thourioi en 413 a. C.29 Il y a là, chez Thucydide, l’écho d’une situation réelle mais aussi, en arrière-plan, un aspect d’une réflexion morale qui lie l’εὐδαιμονὶα d’une cité au développement de la τρύφη et à la στάσις. En VIII, 24, Thucydide souligne ainsi que les habitants de Chios, avec les Lacédémoniens – fondateurs, précisément, de Tarente – sont les seuls à être restés sages dans la prospérité. Sans doute ce thème, né au plus tard au VIe siècle, à propos de la Grèce d’Asie, est-il devenu un topos, répété par exemple par Xénophon, et on ne peut avec certitude attribuer l’allusion livienne à la lecture de Thucydide, et nous savons que ce jugement a été, en ce qui concerne la Grande Grèce, particulièrement développé par Antiochos et par Timée, comme en témoigne l’articulation complexe de ce motif chez Strabon. Tite-Live a sans doute infléchi un thème qui apparaît de manière descriptive et analytique chez Thucydide, dans une perspective morale, à la suite de l’utilisation qu’en a faite dans cette direction l’historiographie hellénistique.

  • 30 Cf. Thc. 5.7.3 : ϰαὶ ἐχϱήσατο τῷ τϱόπῳ ᾧπεϱ ϰαὶ ἐς τὴν Πύλον εὐτυχήσας ἐπίστευσέ τι φϱονεῖν· ἐς μά (...)
  • 31 Cf. Liv. 21.53.8 : “cum alterius ingenium, fama prius, deinde re cognitum, percitum ac ferox scire (...)

14Sur ce dernier point, un exemple – parmi d’autres – peut être donné de la continuité entre la réflexion de Thucydide et celle de Tite-Live. Pour les deux auteurs, l’excès de confiance des généraux vainqueurs dans leurs premiers succès est dangereux. Chez Thucydide, le personnage de Cléon illustre ce phénomène, qui, affermi par son succès de Pylos, alors que celui-ci était dû au hasard, se lance sans précaution dans l’attaque d’Amphipolis30. Chez TiteLive, Sempronius est responsable pour les mêmes raisons du désastre de la Trébie : fougue excessive et orgueil entraînent une action précipitée31. Le jugement des historiens s’exprime dans des termes proches : prospero certamine rappelle τῷ τϱόπῳ ᾧπεϱ ϰαὶ ἐς τὴν Πύλον εὐτυχήσας.

  • 32 Cf. l’article de référence de Woodhead 1960, 289-317, qui examine minutieusement les partis-pris d (...)

15Cependant le personnage contre lequel s’exerce la condamnation morale de Tite-Live est plus clairement encore Flaminius, qui semble davantage encore une figure à la hauteur de Cléon. Le Padouan propose une description détaillée de l’attitude du général, les succès politiques et militaires de Flaminius l’engageant à se montrer imprudent et irréfléchi, à l’instar de Cléon. Mais ce portrait du vaincu de Trasimène insiste également sur la jalousie à l’égard de son collègue qui caractérise Flaminius, ainsi que sur son absence de respect des avis du Sénat et même des signes envoyés par les dieux : le portrait s’oriente, plus nettement que dans le cas de Cléon chez Thucydide, vers une éthopée aux traits plus accusés, reprenant aussi des thèmes proprement romains (l’impiété, l’absence de respect des règles de la collégialité des institutions). Alors qu’on peut penser qu’une animosité personnelle explique la présentation défavorable de Cléon chez Thucydide32, le parti-pris livien relève d’un traitement de type annalistique, dont Tite-Live a pu toutefois mesurer l’actualité au moment où se met en place le principat. Mais l’analogie politique entre les personnages de Cléon d’une part et de Sempronius et Flaminius de l’autre, agitateurs dénués de prudence, laisse supposer que Tite-Live s’est souvenu du Cléon de Thucydide dans son portrait des vaincus des débuts de la deuxième guerre punique.

16Un dernier point, d’ordre narratif, permet d’envisager une utilisation de Thucydide par Tite-Live : il s’agit de la description de l’épidémie qui frappe l’armée romaine devant les murs de Syracuse, en 212 a. C. Ce n’est pas la seule évocation de pestilentia chez Tite-Live – une épidémie est mentionnée à Rome pour 437 a. C. –, mais c’est celle qui est la plus développée, les autres occurrences se bornant à relever le fait et ses implications religieuses. Le chapitre 26 du livre XXV propose en effet une description détaillée et une tentative d’explication du développement de la maladie par le phénomène de la contagion :

  • 33 Traduction de F. Nicolet-Croizat, dans l’édition de la C.U.F.

accessit et ad <haec> pestilentia, commune malum, quod facile utrorumque animos auerteret a belli consiliisnam tempore autumni et locis natura grauibus, multo tamen magis extra urbem quam in urbe, intoleranda uis aestus per utraque castra omnium ferme corpora mouit. Ac primo temporis ac loci uitio et aegri erant et moriebantur ; postea curatio ipsa et contactus aegrorum uolgabat morbos, ut aut neglecti desertique qui incidissent morerentur aut adsidentes curantesque eadem ui morbi repletos secum traherent, cotidianaque funera et mors ob oculos esset et undique dies noctesque ploratus audirentur. postremo ita adsuetudine mali efferauerant animos, ut non modo lacrimis iustoque comploratu prosequerentur mortuos sed ne efferrent quidem aut sepelirent, iacerentque strata exanima corpora in conspectu similem mortem exspectantium, mortuique aegros, aegri ualidos cum metu, tum tabe ac pestifero odore corporum conficerent.
“À cela vint encore s’ajouter une épidémie, fléau qui, éprouvant à la fois les deux partis, était bien propre à détourner aisément les esprits, d’un côté comme de l’autre, des projets d’opérations. De fait, en cette saison d’automne, et dans ces lieux naturellement malsains–beaucoup plus, toutefois, à l’extérieur de la ville qu’à l’intérieur–, la violence intolérable de la chaleur affecta, dans les deux camps, la santé de presque tous les soldats. Et d’abord c’était seulement par la faute de la saison et de l’endroit qu’ils tombaient malades et mouraient ; mais ensuite les soins mêmes et le contact des malades propageaient le mal : ainsi, ou on laissait mourir, négligés et abandonnés, ceux qui étaient atteints, ou ceux qui les assistaient et les soignaient, contaminés par la même infection, étaient entraînés avec eux dans la maladie ; chaque jour les funérailles, la mort s’offraient aux regards, et de tous côtés, jour et nuit, on entendait des lamentations. À la fin, l’habitude du malheur avait tellement endurci les âmes que non seulement on n’accompagnait plus les défunts des larmes et des lamentations qui leur sont dues, mais on négligeait même de les emporter ou de les ensevelir : les corps sans vie restaient étendus sous les yeux d’hommes qui attendaient une mort semblable, et les morts faisaient périr les malades, les malades les gens bien portants, par la peur et surtout par la putréfaction et l’odeur pestilentielle de leurs corps33”.

  • 34 Cf. Thc. 2.51.4-52.2 : δεινότατον δὲ παντὸς ἦν τοῦ ϰακοῦ (…) ϰαὶ ὅτι ἕτεϱος ἀφ’ἑτέϱου θεϱαπείας ἀν (...)

17Sur le plan littéraire, la proximité du tableau très dramatisé que livre Tite-Live avec celui que donne Thucydide pour la “peste” d’Athènes34 est évidente : dans les deux cas, nous avons affaire à une représentation très visuelle, qui donne à contempler les cadavres amoncelés, les bûchers improvisé, les cortèges funèbres, alors qu’on ne peut rendre les hommages religieux dus aux morts ; tous ces éléments suscitent pour le lecteur l’effet que résume Tite-Live : mors sub oculos est.

  • 35 Sur cette théorie, cf. Grmek 1984, 53-70 et Stok 2000, 55-89.

18En ce qui concerne l’explication scientifique, nous retrouvons chez Tite-Live la théorie de la diffusion de la maladie par la propagation de miasmes, théorie issue du corpus hippocratique et qui est reprise par Thucydide, exprimée en particulier par le verbe ἀναπιμπλήμι35 ; chez les deux auteurs, un rôle essentiel est joué, dans la propagation de la maladie, par la relation entre le médecin et le malade, ou, plus largement, entre le soignant et le soigné. Les causes premières de l’irruption de la maladie, la saison (l’automne), les lieux (marécageux et bas, les zones de plaine étant plus exposées que l’habitat élevé) sont présentes chez Tite-Live comme chez Thucydide.

  • 36 Cf. Lucr. 6.1138-1286.
  • 37 Cf. Thc. 7.47.
  • 38 Cf. Diod. 13.85-86.
  • 39 Cf. Liv. 4.25.3-7.

19L’historien latin a été toutefois certainement influencé par la description frappante que donne Lucrèce, qui adapte le passage thucydidéen à la théorie atomiste36 et constitue sans doute le modèle intermédiaire de Tite-Live, l’intervention du rôle de l’odor semblant par exemple chez Tite-Live être un emprunt lucrétien. Mais il est frappant de constater que Tite-Live, alors même qu’il disposait d’une notice de Thucydide, au livre VII, relative à une épidémie ayant frappé précisément Syracuse37, et du texte de Diodore relatant la grande peste de 39638 ne fait aucune allusion à ce précédent historique mais utilise, indépendamment du lieu dans lequel s’est propagée la maladie, le modèle littéraire de la grande description du livre II. Or l’auteur de l’Ab Vrbe condita avait une occasion qui paraissait mieux adaptée à la reprise de cette fameuse évocation : l’épidémie qui frappe Rome en 432 a. C., et sur laquelle nous sommes peu renseignés, Tite-Live constituant notre unique source et mentionnant seulement le fait qu’elle a affecté à la fois la ville et la campagne, les hommes et les animaux, et qu’elle a causé une disette ayant entraîné la recherche de blé jusqu’en Sicile39.

  • 40 Cf. Liv. 4.20.9 (pestilentia de 437), 4.21.2 (pestilentia de 436), 4.21.6 (435, annus pestilentior(...)
  • 41 Cf. Coughanowr 1985, 152-58.
  • 42 Cf. supra, à propos du style des préfaces respectives de Thucydide et de Tite-Live dans le livre X (...)
  • 43 Cf. Lucr. 6.1145.

20L’historien tire sans doute son information des annales des Pontifes, comme c’est le cas pour les épidémies précédentes mentionnées brièvement40. Mais il aurait pu développer son récit à partir de la description de Thucydide, l’épidémie romaine de 433/432 ayant pu être regardée comme la cause de celle qui frappe Athènes en 430 : la maladie se serait propagée grâce aux échanges commerciaux, en particulier via les ports d’Italie du Sud et de Sicile41. Le passage livien est très éloigné de celui de Thucydide, la mention des animaux étant, par exemple, l’un des traits d’originalité de Tite-Live ; la source de l’historien latin est certainement ici strictement annalistique. Mais il s’agit là d’un choix de Tite-Live, qui réserve le morceau de bravoure à l’évocation de la pestilentia traitée au livre XXV : d’une part, nous pouvons supposer qu’il a utilisé une source intermédiaire, qui pourrait, pour les affaires siciliennes, être identifiée avec Timée, d’autre part, il faut remarquer que d’une manière générale, c’est dans la troisième décade que Tite-Live rivalise avec Thucydide, ainsi que nous l’avons souligné42. Il n’est peut-être pas non plus indifférent que Tite-Live précise dans ce passage que l’ensemble des belligérants, Grecs et Carthaginois, sont indistinctement touchés par l’épidémie : nous pouvons voir là un écho à l’évocation lucrétienne, qui souligne l’universalité de la force destructrice de la maladie43.

21Tite-Live ne se réclame jamais de Thucydide, et ce vœu sera respecté par la postérité, qui rapproche rarement les deux auteurs. Pourtant, sans qu’il s’agisse d’une utilisation massive de l’historien grec, nous avons pu voir que Thucydide est bien présent en arrière-plan de l’Ab Vrbe condita : il est présent de manière essentiellement polémique, dans les différents textes liminaires, influencés par l’auteur de la Guerre du Péloponnèse mais infléchis par le Padouan. Il est également une source importante, mais dont il est difficile d’affirmer qu’elle est utilisée de manière directe, pour les événements d’Italie du Sud, tant sur le plan de l’ethnographie que pour l’analyse historique. L’imitation littéraire de Thucydide se reconnaît enfin dans certains passages, et concerne les récits les plus célèbres de l’historien grec, comme celui de la peste d’Athènes : mais Tite-Live se livre à des déplacements, des emprunts partiels, qu’il associe à d’autres sources, hellénistiques et latines, et qui brouillent sa dette à l’égard d’un prédécesseur dans la filiation duquel il n’entend pas se placer.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baldwin, B. (1968) : “Cleo’s strategy at Amphipolis”, A Class, 11, 211-14.

Coughanowr, E. (1985) : “The plague in Livy and Thucydides”, AC, 54, 152-58.

Feichtinger, B. (1992) : “‘Ad maiorem gloriam Romae’. Ideologie und Fiktion in der Historia des Livius”, Latomus, 51, 1-33.

Fleck, M. (1993) : Cicero als Historiker, Stuttgart.

Gomme, A. W. (1945) : A historical Commentary on Thucydide, I, Oxford.

Grmek, M. (1984) : “Les vicissitudes de la notion d’infection, de contagion et de germe dans la médecine antique”, in : Sabbah 1984, 53-70.

Luce, T. J. (1977) : Livy. The Composition of his History, Princeton.

Mandel, J. (1980) : “L’historiographie hellénistique et son influence sur Cicéron”, Euphrosyne, 10, 7-24.

Mazza, M. (1966) : Storia e ideologia in Tito Livio, Catane.

Ogilvie, R. M. [1965] 1970 : A Commentary on Livy’s first Decade, Oxford, 1970 (1ère éd. Oxford 1965).

Pasoli, E. (1976) : “Indirizzi e programmi di storici romani”, Pan, 4, 7-19.

Perrochat, P. (1949) : Les modèles grecs de Salluste, Paris.

Radici Colace, P. et A. Zumbo (2000) : Letteratura scientifica e tecnica greca e latina : atti del Seminario internazionale di studi : Messina, 29-31 ottobre 1997, Messine.

Rambaud, M. (1953) : Cicéron et l’histoire romaine, Paris.

Sabbah, G., éd. (1984) : Textes médicaux latins antiques, Mémoires du centre Jean Palerne, Saint-Étienne.

Simon-Mahé, M. (2008) : “Les Samnites existent-ils encore à l’époque d’Auguste ?”, in : Urso 2008, 73-87.

Soltau, W. (1897) : Livius’Geschichtswerk. Seine Komposition und seine Quellen, Leipzig.

Spence, I. G. (1995) :“Thucydides, Woodhead and Kleon”, Mnemosyne, 48/49, 411-437.

Stok, F. (1999) : “Livio e la peste di Siracusa”, Scholia, 1 (2), 23-43.

– (2000) : “Il lessico del contagio”, in : Radici Colace & Zumbo 2000, 55-89.

Urso G. (2008) : Patria diuersis gentibus una ? Unità politica e identità etniche nell’Italia antica. Atti del convegno internazionale. Cividale del Friuli, 20-22 settembre 2007, Pise.

Woodhead, A. G. (1960) : “Thucydides’portrait of Cleon”, Mnemosyne, 13, 289-317.

Woodman, A. J. (1988) : Rhetoric in Classical Historiography. Four Studies, Londres.

Notes

1 Une telle opposition est proposée par exemple par Feichtinger 1992, 23.

2 C’est la raison pour laquelle, selon Luce 1977, 156, Tite-Live est plus sévèrement jugé que Thucydide, Polybe ou Salluste : ayant besoin de sources intermédiaires, il commet nécessairement plus d’erreurs.

3 Cf. Quint. 10.1.101, qui rapproche Tite-Live du seul Hérodote.

4 Cf. Cic., Brut, 47.

5 Cf. la mise au point de Mandel 1980, 7-24.

6 Cf. Rambaud 1953 ; plus récemment, Fleck 1993.

7 Cf. Woodman 1988, 150-51, n. 48 et 49.

8 Cf. Pasoli 1976, 7-19. Un témoignage probant est donné par Sen., Contr., 9.1.14.

9 Cf. Soltau 1897, 15.

10 Cf. par exemple Luce 1977, 138-90.

11 Cf. Woodman 1988, 11-15.

12 Cf. Ogilvie [1965] 1970, 16-17.

13 Cf. Ogilvie [1965] 1970, 17.

14 Cf. Perrochat 1949, 1-39.

15 Cf. Liv., Praef., 1 : “Vtcumque erit, iuuabit tamen rerum gestarum memoriae principis terrarum populi pro uirili parte et ipsum consuluisse (…). Res est praeterea immensi operis, ut quae supra septingenesimum annum repetatur” : “quoi qu’il en soit, je serai cependant heureux d’avoir, moi aussi, contribué de mon mieux à rappeler les hauts faits du premier peuple du monde (…). Mon sujet demande, en outre, un immense travail, puisqu’il remonte à plus de sept siècles”. [trad. G. Baillet, dans l’édition de la C.U.F.].

16 Sur la préface livienne, les remarques de Mazza 1996, spéc. p. 151-166, sont toujours utiles ; voir aussi Woodman 1988, 128-134.

17 “Quae ante conditam condendamue urbem poeticis magis decora fabulis quam incorruptis rerum gestarum monumentis traduntur, ea nec adfirmare nec refellere in animo est” : “Quant aux événements qui ont précédé immédiatement la fondation de Rome ou ont devancé la pensée même de sa fondation, à ces traditions embellies par des légendes poétiques plutôt que fondées sur des documents authentiques, je n’ai l’intention ni de les garantir ni de les démentir”.

18 Cf. Thc. 1.2 : τὰ γὰϱ πϱὸ αὐτῶν καὶ τὰ ἔτι παλαίτεϱα σαφῶς μὲν εὑϱεῖν διὰ χϱόνου πλῆθος ἀδύνατα ἦν. “De fait, pour la période antérieure et les époques plus anciennes encore, on ne pouvait guère, vu le recul du temps, arriver à une connaissance parfaite” [trad. J. de Romilly dans l’édition de la C.U.F.].

19 “In parte operis mei licet mihi praefari, quod in principio summae totius professi plerique sunt rerum scriptores, bellum maxime omnium memorabile quae unquam gesta sint me scripturum, quod Hannibale duce Carthaginienses cum populo Romano gessere. Nam neque ualidiores opibus ullae inter se ciuitates gentesque contulerunt arma neque his ipsis tantum unquam uirium aut roboris fuit” : “Il m’est permis de faire précéder cette partie de mon ouvrage de la déclaration que la plupart des historiens ont faite au début de l’ensemble de leur œuvre, à savoir que je vais relater la guerre de beaucoup la plus mémorable de toutes celles qui ont jamais été menées, celle que, sous le commandement d’Hannibal, les Carthaginois ont menée contre le peuple romain” [trad. de P. Jal dans l’édition de la C.U.F.] ; à confronter avec Thucydide 1.1 : Θουκυδίδης Ἀθηναῖος ξυνέγϱαψε τὸν πόλεμον τῶν Πελοποννησίων καὶ Ἀθηναίων, ὡς ἐπολέμησαν πϱὸς ἀλλήλους, ἀϱξάμενος εὐθὺς καθισταμένου καὶ ἐλπίσας μέγαν τε ἔσεσθαι καὶ ἀξιολογώτατον τῶν πϱογεγενημένων (…) τὸ μὲν εὐθύς, τὸ δὲ καὶ διανοούμενον. κίνησις γὰρ αὕτη μεγίστη δὴ τοῖς Ἕλλησιν ἐγένετο καὶ μέρει τινὶ τῶν βαϱβάϱων, ὡς δὲ εἰπεῖν καὶ ἐπὶ πλεῖστον ἀνθϱώπων, ἐκ δὲ τεκμηρίων ὧν ἐπὶ μακϱότατον σκοποῦντί μοι πιστεῦσαι ξυμβαίνει οὐ μεγάλα νομίζω γενέσθαι οὔτε κατὰ τοὺς πολέμους οὔτε ἐς τὰ ἄλλα “Thucydide d’Athènes a raconté comment se déroula la guerre entre les Péloponnésiens et les Athéniens. Il s’était mis au travail dès les premiers symptômes de cette guerre ; et il avait prévu qu’elle prendrait de grandes proportions et une portée dépassant celle des précédentes. (…). Ce fut bien la plus grande crise qui émut la Grèce et une fraction du monde barbare : elle gagna, pour ainsi dire, la majeure partie de l’humanité”.

20 Praef., 10 : “Ce que l’histoire offre surtout de salutaire et de fécond, ce sont les exemples instructifs de toute espèce que l’on découvre à la lumière de l’ouvrage”.

21 Il faut toutefois noter une allusion à ce principe dans la praefatio, lorsque Tite-Live affirme ne pas se prononcer sur l’authenticité des decora, événements antérieurs à la fondation de la ville : cf. supra n. 17.

22 Cf. Liv. 9.17.1 : “Nihil minus quaesitum a principio huius operis uideri potest quam ut plus iusto ab rerum ordine declinarem uarietatibusque distinguendo opere et legentibus uelut deuerticula amoena et requiem animo meo quaererem”. “depuis le début de mon ouvrage, on peut voir que je n’ai rien moins cherché qu’à m’éloigner indûment de l’ordre des événements et, en rehaussant mon livre par des digressions, à ménager à mes lecteurs comme d’agréables lieux de repos et à moi-même, du délassement”.

23 Cf. Liv. 9.13.17 : “nam Samnites, ea tempestate in montibus uicatim habitantes, campestria et maritima loca contempto cultorum molliore atque, ut euenit fere, locis simili genere ipsi montani atque agrestes depopulabantur” : “Car les Samnites, habitant à cette époque dans les montagnes, de manière dispersée, par bourgades, pillaient les régions de plaine, sur la côte ; ils méprisaient, eux qui étaient de rudes montagnards, le tempérament plus indolent de leurs habitants, qui était assorti, comme cela arrive souvent, à la nature des lieux”. (traduction personnelle).

24 Nous nous permettons de renvoyer à notre article : Simon-Mahé 2008.

25 Cf. Thc. 1.5 : οἱ γὰϱ Ἕλληνες τὸ πάλαι ϰαὶ τῶν βαϱβάϱων οἵ τε ἐν τῇ ἠπείρῳ παϱαθαλάσσιοι ϰαὶ ὅσοι νήσους εἶχον, ἐπειδὴ ἤϱξαντο μᾶλλον περαιοῦσθαι ναυσὶν ἐπ’ἀλλήλους, ἐτϱάποντο πϱὸς λῃστείαν, ἡγουμένων ἀνδϱῶν οὐ τῶν ἀδυνατωτάτων ϰέϱδους τοῦ σφετέϱου αὐτῶν ἕνεκα ϰαὶ τοῖς ἀσθενέσι τϱοφῆς, ϰαὶ πϱοσπίπτοντες πόλεσιν ἀτειχίστοις ϰαὶ ϰατὰ κώμας οἰκουμέναις ἥϱπαζον ϰαὶ τὸν πλεῖστον τοῦ βίου ἐντεῦθεν ἐποιοῦντο (“C’est que les Grecs d’autrefois, ainsi que les barbares installés en bordure du continent ou dans les îles, dès que les relations maritimes entre pays avaient commencé à se développer, s’étaient adonnés à la piraterie. Ils avaient à leur tête des hommes qui, n’étant pas personnellement des moins bien pourvus, cherchaient un profit pour eux-mêmes, et de quoi manger pour les faibles. Tombant sur des peuples sans remparts, qui vivaient par bourgades, ils exerçaient la rapine et tiraient de là le principe de leur subsistance(…)”). Sur ce passage, cf. Gomme 1945, 100.

26 Cf. Thc. 1.5.3 et 1.7.

27 Cf. Str. 5.4.12 : ἐν δὲ τῇ τῶν Ὀπικῶν ϰατευνασθέντος (ἐτύγχανον δὲ ϰωμηδὸν ζῶντες…) (“Quand ils furent arrivés chez les Opiques, qui vivaient alors par bourgades… (trad. De F. Lasserre dans la C.U.F.)

28 Cf. Thc. 1.7.

29 Cf. Thc. 7.57.11 : Ἰταλιωτῶν δὲ Θούϱιοι ϰαὶ Μεταπόντιοι ἐν τοιαύταις ἀνάγκαις τότε στασιωτικῶν ϰαιϱῶν ϰατειλημμένοι ξυνεστϱάτευον… (“Mais avec eux participaient encore à la campagne – en Italie, les Grecs de Thourioi et de Métaponte, contraints à cela, dans le moment, par les circonstances révolutionnaires au milieu desquelles ils se battaient…)”.

30 Cf. Thc. 5.7.3 : ϰαὶ ἐχϱήσατο τῷ τϱόπῳ ᾧπεϱ ϰαὶ ἐς τὴν Πύλον εὐτυχήσας ἐπίστευσέ τι φϱονεῖν· ἐς μάχην μὲν γὰϱ οὐδὲ ἤλπισέν οἱ ἐπεξιέναι οὐδένα, ϰατὰ θέαν δὲ μᾶλλον ἔφη ἀναβαίνειν τοῦ χωϱίου, ϰαὶ τὴν μείζω παϱασκευὴν πεϱιέμενεν, οὐχ ὡς τῷ ἀσφαλεῖ, ἢν ἀναγκάζηται, περισχήσων, ἀλλ’ὡς ϰύκλῳ περιστὰς βίᾳ αἱρήσων τὴν πόλιν (“Et il montra le même tour de caractère que lors de ce coup de chance de Pylos, où s’était affirmée sa foi dans ses capacités ; il ne pensa même pas qu’on pût sortir lui livrer combat ; il disait qu’en montant vers la ville, il voulait plutôt observer les lieux, et, s’il attendait des effectifs plus importants, c’était non pas pour pouvoir, en cas de nécessité, l’emporter sans risques, mais pour encercler la ville et la prendre ainsi par la force”). Sur cet épisode, cf. surtout Baldwin 1968, 211-14.

31 Cf. Liv. 21.53.8 : “cum alterius ingenium, fama prius, deinde re cognitum, percitum ac ferox sciret esse ferociusque factum prospero cum praedatoribus suis certamine crederet, adesse gerendae rei fortunam haud diffidebat”. (“Comme il [Hannibal] savait, par les bruits qui couraient, d’abord, par l’expérience ensuite, que l’un des deux consuls avait un caractère emporté et hardi et qu’il le croyait encore enhardi par le succès remporté sur ses propres pillards, il n’était pas sans compter sur une occasion favorable de livrer bataille”).

32 Cf. l’article de référence de Woodhead 1960, 289-317, qui examine minutieusement les partis-pris de Thucydide à l’égard du démagogue ; l’aspect tendancieux de la présentation thucydidéenne a été récemment remis en question par Spence 1995, 411-437.

33 Traduction de F. Nicolet-Croizat, dans l’édition de la C.U.F.

34 Cf. Thc. 2.51.4-52.2 : δεινότατον δὲ παντὸς ἦν τοῦ ϰακοῦ (…) ϰαὶ ὅτι ἕτεϱος ἀφ’ἑτέϱου θεϱαπείας ἀναπιμπλάμενοι ὥσπεϱ τὰ πϱόβατα ἔθνῃσκον· ϰαὶ τὸν πλεῖστον φθόϱον τοῦτο ἐνεποίει. […] νεκϱοὶ ἐπ’ἀλλήλοις ἀποθνῄσκοντες ἔκειντο ϰαὶ ἐν ταῖς ὁδοῖς ἐκαλινδοῦντο ϰαὶ πεϱὶ τὰς κϱήνας ἁπάσας ἡμιθνῆτες τοῦ ὕδατος ἐπιθυμίᾳ. (“Mais le pire, dans ce mal, (…) c’était aussi la contagion, qui se communiquait au cours des soins mutuels et semait la mort comme dans un troupeau : c’est là ce qui faisait le plus de victimes (…) Des corps gisaient, au moment de mourir, les uns sur les autres ; il y en avait qui se roulaient par terre, à demi morts, sur les chemins et vers toutes les fontaines, mus par le désir de l’eau”). La description s’étend, bien plus longuement, de 47.3 à 54.5. Le parallèle entre les deux textes et les procédés de l’imitation livienne sont mis en évidence par Stork 1999, 23-43.

35 Sur cette théorie, cf. Grmek 1984, 53-70 et Stok 2000, 55-89.

36 Cf. Lucr. 6.1138-1286.

37 Cf. Thc. 7.47.

38 Cf. Diod. 13.85-86.

39 Cf. Liv. 4.25.3-7.

40 Cf. Liv. 4.20.9 (pestilentia de 437), 4.21.2 (pestilentia de 436), 4.21.6 (435, annus pestilentior).

41 Cf. Coughanowr 1985, 152-58.

42 Cf. supra, à propos du style des préfaces respectives de Thucydide et de Tite-Live dans le livre XXI ; le rôle du caractère des chefs militaires, mis en avant dans la troisième décade, rappelle aussi certains aspects de l’analyse thucydidéenne.

43 Cf. Lucr. 6.1145.

Auteur

École Normale Supérieure (Paris)

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540