Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. L’imitation littéraire de Thucydide dans l’Antiquité

Les références Thucydidéennes dans la cinquième décade de l’histoire romaine de Dion Cassius : un choix historiographique

Estelle Bertrand

Texte intégral

  • 1 Dans ce passage désormais bien connu, Dion explique qu’il a lu la quasi-totalité des sources sur l (...)
  • 2 Photius, Biblioth. 71.
  • 3 Litsch 1893, Kyhnitsch 1894.
  • 4 Spéc. Gabba 1955 spéc. p. 289-333 ; Millar 1964 spéc. p. 177 ; Flach 1973, 130-143 ; Anderson 1993 (...)

1L’historien grec de Rome Dion Cassius constitue sans doute l’un des derniers maillons d’une chaîne historiographique dont les premiers éléments sont ancrés dans l’époque grecque classique : auteur, au début du IIIe siècle p.C., d’une monumentale Histoire romaine en 80 livres, le premier à rédiger en grec une telle œuvre, Dion Cassius inscrit nécessairement son entreprise dans les pas de ses prédécesseurs grecs et romains. Sa familiarité avec les œuvres classiques et avec l’ensemble des sources disponibles relève tout autant de l’évidence que de la méthode qu’il énonce lui-même dans les premières lignes de son ouvrage1. Partant, il semble vain de se poser la question de l’influence thucydidéenne sur l’historien sévérien; il est de fait établi de longue date que Dion Cassius imite à maintes reprises l’historien athénien2, et depuis les premiers travaux sur Dion Cassius qui se sont attachés à le montrer3, tous les auteurs, sans exception, qui se sont intéressés de près ou de loin à l’historien sévérien n’ont pas manqué de rappeler ce constat liminaire (au demeurant en notant qu’il ne parvenait pas à égaler le maître, mais c’est un autre débat)4. La cause semble entendue, et il y a tout lieu de penser que l’aporie guette quiconque se hasarderait à reprendre le dossier : Dion a lu Thucydide, comme tout érudit il connaît des extraits de son œuvre, sinon l’œuvre entière, et son récit, inévitablement, porte la marque obligée et attendue de son respect pour le maître.

  • 5 Je pense notamment à l’élan donné par la publication, aux éditions Les Belles-Lettres, d’un certai (...)

2Si l’on y regarde d’un peu près cependant, la question n’a pour l’heure guère été posée dans le cadre d’une étude globale concernant la méthode historique de Dion Cassius, pas plus qu’elle n’a fait l’objet d’une étude synthétique englobant tous les aspects de l’imitation, tant stylistiques qu’historiographiques. Plusieurs travaux récents ont pourtant permis de renouveler largement l’idée que l’on avait de l’historien sévérien : en s’intéressant à la structure de son œuvre et à ses principes de composition, en cherchant à comprendre le sens de son intérêt pour les questions institutionnelles, ils ont mis en lumière la richesse de son apport à la connaissance de l’histoire romaine, notamment tardo-républicaine, tout en se préoccupant de définir les grandes lignes de sa méthode historiographique5. Puisque d’autres, dans le cadre du présent colloque, ont tenté l’aventure de réfléchir à la postérité de Thucydide, il ne paraît donc pas incongru de repenser aussi la question de l’imitatio de Thucydide chez Dion Cassius à la lumière de ces travaux récents.

  • 6 Freyburger-Galland et al. 2002, Notice ; Bertrand 2005 ; Fromentin & Bertrand 2008, Notice.
  • 7 On reconnaît volontiers, comme G. Lachenaud l’a rappelé (2003, p. 104), que Thucydide ne constitue (...)

3On s’accorde aujourd’hui volontiers à reconnaître que l’historien sévérien a construit son récit selon des principes de composition très stricts conditionnant la sélection de la matière historique tout autant que la mise en forme du récit6. Le projet que l’on se propose ici empruntera donc, dans la foulée de ces travaux récents, une voie différente de celle habituellement retenue par ceux qui examinent les rapports entre deux auteurs : il ne s’agit pas de faire l’inventaire systématique des emprunts, échos, citations, dans la perspective d’établir la prééminence, chez Dion, d’un modèle particulier7, pas plus que de tenter de quantifier l’influence de Thucydide sur l’écriture de Dion, mais d’essayer, à partir d’exemples significatifs, de révéler la place, la nature et les finalités de l’imitatio de Thucydide dans l’Histoire romaine.

  • 8 53.19 : dans ce chapitre qui se situe à l’issue de la séance sénatoriale du 16 janvier 27 a. C., D (...)
  • 9 À titre de comparaison, la sixième décade, soit les livres 51 à 60 (?), couvre 77 ans (31 a. C.-46 (...)
  • 10 Comme déjà noté par Fechner 1986, 10-11.
  • 11 La distinction est déjà chez Gabba 1955, 305.

4L’étude portera principalement sur la cinquième décade de l’Histoire romaine (livres 41 à 50) : pas seulement parce que la cinquième décade est la seule, des huit que compte l’Histoire romaine, qui soit conservée dans son intégralité, mais parce qu’elle fait l’objet d’un traitement particulier qui la distingue au sein de l’œuvre. Rappelons qu’elle appartient à cet ensemble consacré à l’histoire républicaine qui, s’agissant de la méthode historique, a été distingué par Dion lui-même8. De plus, on constate que Dion Cassius a consacré 10 des 80 livres de son ouvrage aux dix-huit années de la fin de la République romaine : les livres 41 à 50 couvrent les années 49 à 31 a. C., soit du début de la guerre civile entre César et Pompée jusqu’à la fin de l’affrontement entre Antoine et le jeune César9. L’amplification narrative est remarquable et témoigne de l’intérêt accordé à ces années décisives10. Le même intérêt se traduit par une attention significative portée aux faits institutionnels, qu’il s’agisse du déroulement des procédures habituelles ou des entorses, innovations, écarts, que Dion relève régulièrement comme des marqueurs des changements institutionnels. Dans cette période du récit, l’imitation de Thucydide est particulièrement sensible, tant dans le domaine stylistique que dans le domaine historiographique11 : les références à l’historien grec classique y sont nombreuses et de toute nature, et autorisent une enquête approfondie. C’est donc à la lumière de ce regard porté par Dion sur les années décisives de transition institutionnelle que l’on cherchera ici à cerner le rôle que les références thucydidéennes peuvent jouer dans la mise en forme et l’analyse des événements tardo-républicains.

La citation, un élément structurant du récit

  • 12 Litsch 1893.
  • 13 Kyhnitzsch 1894.
  • 14 Sur l’imitation de Thucydide par Dion dans le domaine du récit militaire, v. Millar 1964, 91 ; c’e (...)
  • 15 Bertrand 2005.
  • 16 Contra Lachenaud 2003, 97, qui attribue les échos littéraires davantage à la mémoire involontaire (...)

5Dans l’Histoire romaine, l’imitation de Thucydide a été reconnue de longue date et couvre plusieurs champs de l’écriture, depuis l’insertion de discours au style direct, l’utilisation du lexique et des figures ou procédés de style thucydidéens, jusqu’aux citations librement adaptées12. Cet ensemble d’emprunts ou d’échos n’est pas spécifique à Dion Cassius : elle relève d’une façon générale de l’influence, plus ou moins prononcée, du modèle sur l’historiographie romaine. Toutefois, les modalités de cette imitation chez Dion Cassius révèlent les domaines dans lesquels, peut-être, le modèle historiographique joue le plus grand rôle. On ne s’attardera pas sur l’insertion de discours au style direct : le procédé était déjà signalé par Photius (Biblioth. 71), et a été bien étudié13 depuis; on sait que de ce point de vue, Dion s’inscrit dans une tradition déjà ancienne, accordant aux discours un rôle majeur, dans la dramatisation mais aussi dans la construction de l’analyse des événements. Le cas des récits de bataille est lui aussi relativement bien cerné : l’usage de termes propres au lexique thucydidéen est particulièrement fréquent en contexte militaire et les récits d’opérations militaires sont émaillés de termes ou de formules chères à Thucydide; pour certaines d’entre elles, la composition d’ensemble est même directement inspirée de tel ou tel récit de bataille de la Guerre du Péloponnèse14. On a déjà eu l’occasion de montrer ailleurs le sens que cette imitation donnait aux batailles choisies par Dion pour cet exercice de style, accentuant la dramatisation de l’épisode et lui conférant une dimension paradigmatique15; l’on n’y reviendra donc pas ici, sauf pour retenir de cette analyse que l’imitation de Thucydide dans l’Histoire romaine tend à dépasser le stade de “mémoire involontaire”16.

6La même observation semble pouvoir être faite en ce qui concerne les citations librement adaptées qui, par endroits, révèlent les temps forts du récit et en déterminent les orientations, comme l’analyse qui suit va tenter de le montrer. Il est remarquable en effet que les citations librement puisées à la Guerre du Péloponnèse rythment le récit des événements tardorépublicains, et en soulignent les moments critiques. La cinquième décade comporte ainsi pas moins de cinq épisodes décisifs dont le récit insère une citation de la Guerre du Péloponnèse : c’est le cas de la bataille de Pharsale en 48 (livre 41), de la déroute de Pompée après sa défaite (livre 42), du début de l’affrontement entre le jeune César et Antoine en 44 (livre 45), de la formation du Second Triumvirat et de la proscription de 43 a. C. (livre 47).

  • 17 Manuwald 1979, 40.
  • 18 Fromentin & Bertrand 2008, Notice p. XIX.

7La signification de ces citations n’est certes pas identique dans tous les cas, et l’on aura soin de ne pas mettre sur le même plan un simple écho et des citations qui ont valeur de principe de l’événement. Ainsi au livre 45, peu après la mort de César, la rivalité naissante entre le consul Antoine et le jeune César est décrite dans les mêmes termes que le début la guerre du Péloponnèse : “[ils] agissaient totalement l’un contre l’autre sans toutefois s’affronter encore ouvertement” (45.11.1), comme Thucydide notait que, si la tension était vive entre les Athéniens et les Péloponnésiens, “la guerre proprement dite n’avait pas encore éclaté” (1.66). La similitude des situations est renforcée par un nouvel écho inséré par Dion dans la phrase suivante : “En apparence Antoine avait l’avantage, puisqu’il était consul, mais en fait l’affection des gens allait vers César”, de même que, à la veille de l’affrontement entre Athènes et Sparte : “Les sympathies des gens penchaient nettement en faveur des Lacédémoniens” (2.8.4). Au-delà de l’effet de style17, les échos répétés signalent l’importance de l’affrontement qui se prépare18, sans toutefois servir l’analyse de l’événement.

  • 19 Dion précise : “Certains pensaient, sottement, qu’on en arriverait à un compromis. La raison [de c (...)
  • 20 Cic., Att., 8.11.2 : Dominatio quaesita ab utroque est... L’ambition est du reste, dans l’historio (...)
  • 21 Thc. 3.82.8 : “La cause de tout cela, c’était le pouvoir voulu par cupidité et par ambition” Πάντω (...)
  • 22 D.C. 41.53.2 : Αἴτιον δὲ ὃτι τοῦ τε παντòς κράτους ἀμφότεροι ἐφιέμενοι, καὶ πολλῇ μὲν φιλοτιμία ἐμ (...)
  • 23 Rawlings 1981, 212.

8Au livre 41 au contraire, à l’approche de la bataille de Pharsale, dont le récit clôt le livre (§ 53-61), Dion Cassius interrompt la narration pour insérer une série de réflexions sur l’enjeu de la bataille et les motivations des deux rivaux. C’est là que prennent place deux portraits de Pompée et de César (§ 53-54), qui éclairent les raisons de l’affrontement et de son caractère inéluctable. Ce qui caractérise les deux Romains aux yeux de Dion, à ce stade des événements, et qui conduit inévitablement au conflit, c’est leur objectif commun d’accéder au pouvoir suprême19. L’aspiration au pouvoir des deux hommes n’est pas une idée nouvelle dans la littérature romaine, et déjà Cicéron dénonçait la cupido dominandi des deux adversaires20; mais il est à noter que la formule qui explicite cette aspiration est directement empruntée à un passage célèbre de Thucydide. Il s’agit du passage du livre 3 de la Guerre du Péloponnèse concernant la guerre civile qui déchire les Corcyréens, épiphénomène majeur de la guerre du Péloponnèse. Thucydide conclut le récit de l’événement par une réflexion à portée générale sur les raisons et les effets des guerres civiles, qui incrimine la “cupidité et l’ambition” des hommes21. Même si Dion ne livre pas une citation stricte de ce passage, l’écho est suffisamment appuyé pour que le rapprochement entre les deux moments s’impose facilement à tout lettré contemporain22. Il n’est de plus pas tout à fait anodin que l’écho soit placé au cœur des analyses concernant un tournant de l’histoire romaine, tout comme chez Thucydide, la réflexion concernait un moment décisif de la guerre du Péloponnèse. La guerre civile de Corcyre en effet, comme du reste plus loin la guerre civile d’Athènes, revêtent pour Thucydide une importance particulière, parce qu’ils sont respectivement à l’origine et à l’aboutissement d’un processus de dégradation des valeurs, lui-même conséquence de la guerre23. Le premier épisode, celui de Corcyre, prend donc une valeur paradigmatique, qui justifie l’ampleur des réflexions générales sur la guerre civile. Par la citation, qui opère un rapprochement voulu avec l’illustre précédent, Dion fait de Pharsale un nouveau maillon dans la chaîne des guerres civiles.

  • 24 42.1.4 : Ὅταν γάρ τι ἀπροσδοκήτως τέ τινι καὶ μετὰ πλείστου παραλόγου προσπέσῃ. τó τε φρόνημα αὐτο (...)
  • 25 Δούλοῖ γὰρ φρόνημα τò αἰφνίδιυν καὶ ἀπροσδóκητον καὶ τò πλείστῳ παραλóγῳ ξυμβαῖνον Thc. 2.61.3 (le (...)
  • 26 Comme le font justement remarquer Hinard et Cordier dans Freyburger et al. 2002, Notice p. XXIX ; (...)
  • 27 Juba, face à César, désespère de la situation à la suite d’une manœuvre surprise de César (43.8.2- (...)
  • 28 Ἀφ’ οὗπερ οὐχ ἣκιστα ὀ Σέξτος ἀπογνοὺς τὰ παρόντα φυγεῖν ἐβουλεύσατο (49.11.1).
  • 29 On note d’ailleurs que rien dans le récit de bataille n’explique quelle manœuvre permit aux vaisse (...)

9Un peu plus loin, c’est également en citant Thucydide que Dion explique le désarroi de Pompée après sa défaite à Pharsale : Pompée désespère de la situation (42.1.1 ἀπέγνω) parce que “Chaque fois qu’un événement frappe quelqu’un à l’improviste et de façon vraiment inopinée, il amoindrit son intelligence et abat sa raison”24. Cette loi universelle qui éclaire l’attitude de Pompée, est précisément empruntée à Thucydide, lequel prêtait à Périclès, devant les Athéniens irrités et découragés par les revers et la peste, des propos similaires : “L’intelligence, en effet, se laisse subjuguer devant ce qui est soudain, inattendu, et qui survient de façon vraiment inopinée”25. L’abattement de Pompée ayant pour conséquence immédiate de laisser la voie libre à César, l’explication de la déroute de Pompée par une loi universelle inscrit le succès de César dans une dimension générale et, du même coup, limite considérablement ses qualités d’imperator26. La même explication intervient plusieurs fois par la suite pour éclairer d’autres déroutes27, mais c’est à propos de Sextus Pompée qu’elle resurgit dans les termes les plus proches : après sa défaite de Nauloque devant Agrippa : “C’est surtout cela qui poussa Sextus à désespérer de la situation et le décida à s’enfuir”28, comme Pompée le père avait lui aussi désespéré de la situation. La similitude des réactions, soulignée par l’écho entre les deux verbes, opère un rapprochement entre les destins du père et du fils, et, laisse entendre là encore que la victoire tient moins aux qualités de général d’Agrippa qu’à cette loi universelle29.

10On comprend donc l’importance de la citation thucydidéenne à propos de la défaite de Pompée : certes elle inscrit le destin de Pompée dans une chaîne et l’élève du particulier à l’universel, mais de surcroît, placée au début d’un conflit décisif dans l’inéluctable disparition du régime républicain, elle fonde les principes d’explication des événements qui suivent.

  • 30 D. C. 47.4.1 : “Pour toutes ces raisons, les [auteurs des meurtres] montraient une application tot (...)

11Dans la cinquième décade, les citations de la Guerre du Péloponnèse non seulement colorent le récit d’un affrontement historique décisif, mais elles interviennent également pour expliquer, par une loi universelle, les comportements particuliers induits par des situations précises. C’est le cas lors de la mise en place du Second Triumvirat en 43, au moment de la seconde proscription : l’intention d’innover, qui conduit à raffiner les modalités de mise en œuvre de la seconde proscription (D.C. 47.4.1), avait également servi à expliquer les atrocités commises pendant la guerre civile qui avait mis aux prises les habitants de Corcyre en 427 a.C. (Thc. 3.82.3)30. La citation, librement adaptée, sert ici à styliser le récit de la proscription, mais l’intention là encore dépasse l’imitation stylistique : elle place les circonstances décrites dans la lignée des épisodes de guerres civiles de l’histoire grecque, et suggère une loi générale.

12La variété de l’imitation de Thucydide, la fréquence des citations et leur place dans la cinquième décade permettent d’entrevoir que les références thucydidéennes ne servent pas seulement à faire la preuve de la culture littéraire de Dion et qu’elles dépassent largement le souci stylistique : elles assurent la mise en valeur des temps forts du récit et distinguent les principaux événements qui structurent la période. On touche ici sans doute au domaine dans lequel l’imitation de Thucydide révèle le plus nettement le projet de Dion Cassius.

Les maximes imitées de Thucydide, ou comment comprendre l’histoire

  • 31 “la plupart des gens, certains” : 41.9.1 ; 53.3 ; 42.32.1 ; 45.11.3.
  • 32 42.1.1 “la Fortune, bien souvent...” ; 45.4.2. “il est déjà souvent arrivé que” ; 47.5.2 ; 48.3.2  (...)
  • 33 42.1.4-5 ; 45.8.3 : “chaque fois que” ; (dans les guerres civiles) : 41.14.1 ; 46.1 ; l’instabilit (...)
  • 34 Sur ce procédé de style chez Thucydide, cf. Litsch 1893, 4-10 ; Huart 1968, 22-23.
  • 35 V. par ex. 47.6.2 : ἃτε γὰρ ἐν ἐμφυλίοις πολέμοις, καὶ πολλῷ μὲν χρóνῳ πολλαῖς δὲ καὶ πράςεσι γενο (...)
  • 36 De Romilly 1990, 72.

13C’est particulièrement vrai si l’on s’intéresse à l’imitation dans le domaine de l’écriture de l’histoire et de l’analyse des événements. Comme Thucydide, Dion Cassius insère en effet régulièrement dans le récit des réflexions générales qui éclairent les comportements humains et la tournure des événements. En cela, il se conforme au principe énoncé par Thucydide au début de son récit, quand il établit que les événements “présentent des similitudes en vertu du caractère humain qui est le leur” (1.22.4). Ces réflexions générales prennent, comme chez Thucydide, des formes multiples : généralisations sur la nature humaine31; répétitions des événements32; enfin lois universelles33. C’est au reste dans ces réflexions générales que l’on trouve le plus souvent l’usage thucydidéen des adjectifs ou participes substantivés34. Mais ces réflexions générales ne sont pas également réparties dans l’Histoire romaine : même si toute tentative de statistiques est délicate (il faudrait tenir compte à la fois de la fréquence et de l’ampleur des réflexions, qui peuvent aller de la simple incise jusqu’à un voire plusieurs chapitres), et peut se trouver limitée par l’état de conservation de l’œuvre (fragmentaire pour les livres 1 à 35, tradition indirecte pour une partie des livres impériaux), force est de constater que, si l’on s’en tient aux livres conservés, l’essentiel des réflexions générales se concentre dans les livres 41 à 50. On compte en effet une incise sur la nature humaine par livre dans les livres 38, 39, 40, aucune réflexion générale dans le livre 51, contre deux à quatre par livre dans la cinquième décade, avec des développements couvrant plusieurs chapitres, comme en 44.1-2. Il semble donc que l’insertion de réflexions générales relève moins de la méthode de Dion en général que de celle qu’il applique au récit des guerres civiles tardo-républicaines. D’ailleurs, nombre de ces réflexions générales concernent strictement la situation de guerre civile35. À l’évidence, Dion a porté une attention plus soutenue à ces événements troublés : la fréquence des réflexions générales sert manifestement à expliquer les comportements humains et politiques de cette période, tout en permettant de passer du particulier à l’universel. L’intention n’est toutefois pas exactement identique à celle de Thucydide : on peut voir en effet, dans les réflexions générales, une illustration de ce qui passe pour un “discours de la méthode” proposé par Dion au livre 46.35.1. L’historien y déclare : “en effet, on instruit principalement, me semble-t-il, quand en soumettant les faits au raisonnement, on en fait apparaître la véritable nature, et quand on valide les raisonnements par leur concordance avec les faits”. L’intention de Dion, annoncée peut-être de manière plus claire que chez Thucydide, est d’instruire, c’est-à dire, en l’occurrence, de permettre de tirer des leçons, générales ou particulières, des faits passés grâce à l’analyse proposée; c’est sans doute cette nuance qui explique aussi que les réflexions générales sont majoritairement énoncées au nom de l’auteur, alors que chez Thucydide, elles sont essentiellement prêtées aux orateurs, dans les discours36.

  • 37 42.1.1.

14Chez Dion, l’observation de maximes, illustrées par des exemples, devrait notamment faciliter la perspicacité des hommes politiques : c’est ainsi la non-observation de ces règles qui explique en partie la déroute de Pompée : il ne tint pas compte “du fait que souvent la Fortune relève en très peu de temps ceux qui ont trébuché”; mais en même temps son attitude relève de la loi universelle évoquée plus haut et empruntée à Thucydide, qui veut que “chaque fois qu’un événement frappe quelqu’un à l’improviste et de façon vraiment inopinée, il amoindrit son intelligence et abat sa raison”37. Plus loin, c’est une règle générale, la suspicion inévitable, qui explique les relations entre Antoine et Octave (45.8.3), comme les relations entre Brutus et Cassius (47.35.1). Les événements sont donc ramenés à des principes d’explication déduits de l’observation de situations comparables.

Thucydide, un jalon intégré à l’analyse politique

  • 38 Le conflit d’ambition invoqué passim comme cause principale de l’affrontement entre César et Pompé (...)
  • 39 V. Huart 1968, 393.

15Ce principe d’explication devient encore plus net quand on s’intéresse à l’analyse politique : pour s’en convaincre, il suffit de reprendre l’analyse des causes qui d’après Dion ont conduit à Pharsale. On a vu que parmi ces causes, Dion incriminait l’ambition naturelle des deux rivaux : son analyse fait écho à celle proposée par Thucydide concernant la guerre civile de Corcyre, mais si Dion a remplacé le terme de pleonexia, utilisé dans le passage cité, par celui de philoneikia, “amour du succès, désir de vaincre”, il a pris soin de garder le terme essentiel de l’analyse, celui de philotimia38. Ce terme en effet n’est pas utilisé simplement parce qu’il appartient à la citation de Thucydide – la variatio sur le deuxième élément du binôme témoigne que Dion, quand il le juge opportun, s’autorise des libertés–, mais parce qu’il a un sens bien précis et dans l’analyse de Thucydide, et dans l’Histoire romaine. Chez Thucydide en effet, on le trouve seulement en trois occurrences, mais dans des contextes très précis qui en éclairent le sens39. Dans la première occurrence (2.65.7), Thucydide oppose les qualités de Périclès, notamment sa perspicacité et la pertinence de son raisonnement, au comportement des Athéniens qui leur a valu de connaître la défaite dans la guerre : “Or en tout cela, ils firent, eux, l’inverse [de ce que leur recommandait Périclès]; et, en outre, pour servir leurs ambitions privées (philotimiai) et leurs profits privés, ils prirent, dans un domaine apparemment étranger à la guerre, des mesures aussi mauvaises pour eux-mêmes que pour leurs alliés”. Tout le passage mériterait d’être cité, mais retenons en particulier qu’il se conclut de la façon suivante : “... pour la première fois, ils apportèrent dans l’administration de la ville le désordre de leurs luttes”. Dans ce cas, les ambitions des Athéniens contrarient l’exercice de la démocratie et l’administration juste de la cité, telle que Périclès l’exerçait, et conduisent au désordre civil. Pour ce qui est de la deuxième occurrence, on la trouve précisément dans le passage, déjà évoqué, concernant la guerre civile à Corcyre (3.82.8) : il s’agit pour Thucydide de qualifier les travers qui conduisent aux rivalités entre concitoyens. Enfin, au livre 8.89.3, le terme réapparaît pour qualifier les motivations des oligarques qui ont accompli la révolution des 400 à Athènes : “Mais si c’était là le plan politique dont ils parlaient, en fait la plupart d’entre eux obéissaient à leurs ambitions personnelles (philotimiai idiai) et tendaient à faire ce qui est le plus sûr moyen de ruiner une oligarchie issue de la démocratie” : dans ce passage, l’ambition personnelle est encore une fois à l’origine d’instabilité politique.

  • 40 Huart 1968, 395.
  • 41 M. Sordi (2001, spéc. p. 5) a également souligné comment Dion, dans l’exposé de la solution politi (...)
  • 42 Le terme est d’ailleurs bien plus fréquent chez Dion que chez Thucydide : 33 occurrences. Il n’a c (...)
  • 43 44.2-3 : “Si jamais une démocratie fut florissante, ce fut en tout cas pour peu de temps qu’elle c (...)

16L’emploi de ce substantif est donc, chez Thucydide, assez rare pour qu’on le remarque, et réservé à l’analyse des bouleversements politiques : la philotimia, l’ambition, ou appétit des honneurs, est un sentiment naturel qui pousse les citoyens, quand ils en arrivent à exercer le pouvoir, à s’opposer40; sa traduction en est nécessairement l’instabilité politique, et particulièrement la ruine de la démocratie. Le choix de ce terme par Dion témoigne qu’il ne se livre pas à une simple imitation de son illustre prédécesseur, mais qu’il choisit ses références et les inscrit dans une analyse qui lui est propre41. De fait, si l’analyse est inspirée de Thucydide, elle est adaptée au contexte romain : la philotimia, qui caractérise au moment de Pharsale les deux rivaux et conduit à leur affrontement, constitue, dans l’Histoire romaine, un motif associé de manière régulière aux troubles intérieurs que connaît la République42. Pour Dion, la philotimia peut avoir des effets positifs, mais uniquement tant qu’elle reste modérée : l’analyse est formulée d’ailleurs au moment le plus critique de la fin de la République, soit après l’assassinat de César, où elle justifie la prééminence du gouvernement monarchique sur le gouvernement républicain devenu incapable de contrôler les ambitions des hommes au pouvoir43.

  • 44 48.1.3 : “De tout ce qu’ils avaient accompli d’un commun accord jusque là pour abattre leurs adver (...)
  • 45 V. aussi l’analyse du comportement du Sénat au lendemain de la mort de César (“Or les responsables (...)
  • 46 Kuhn-Chen 2002, 171. Elle caractérise néanmoins encore Hadrien (69.3.2).

17Aussi, comme le montre ce passage, l’imitation de Thucydide a un double rôle : elle sert, en l’occurrence, à opérer un rapprochement entre des situations similaires, et donc à élever l’épisode de Pharsale au rang d’exemple à valeur universelle, en l’inscrivant dans une chaîne dont l’épisode de Corcyre constitue le premier maillon; mais elle précise aussi la nature de l’analyse que fait Dion de l’épisode et de sa conception des régimes politiques. Les comportements de César et Pompée, certes s’expliquent par leur tempérament naturel (philotimia emphutè), mais ceux-ci sont exacerbés par le contexte politique, qui les met inéluctablement en situation de rivalité. La même analyse s’applique à la rivalité entre le jeune César et Antoine après Philippes : l’ambition de ces derniers les conduit inévitablement à s’opposer l’un à l’autre, après avoir éliminé leurs adversaires44. Les occurrences de la philotimia et des ses effets néfastes pour l’équilibre et la stabilité républicaines semblent constituer des jalons du raisonnement que Dion veut faire suivre à son lecteur : celui-ci est préparé, de la sorte, au propos final de l’historien qui reconnaît, au terme de sa démonstration, plus de valeur au gouvernement monarchique qu’à la stricte démocratie, attendu qu’il laisse moins de champ à l’expression de la philotimia45. Si le terme de philotimia disparaît ensuite du récit de la période impériale46, c’est peut-être que la concentration monarchique est parvenue à en contrôler l’expression.

  • 47 Sion-Jenkis 2002, 204 propose une analyse similaire.

18L’imitation de Thucydide imprègne indiscutablement l’Histoire romaine de Dion Cassius, mais elle semble aller bien au-delà de l’effet de mode : de l’imitation stylistique, qui témoigne de sa culture littéraire et du soin apporté au style, jusqu’à l’imitation historiographique, qui donne de la cohérence au propos historique et précise le projet de l’historien, notamment dans les livres concernant le passage de la République au Principat, le modèle est présent dans tous les champs de l’écriture. Au-delà de l’imitation, Dion s’avère un utilisateur de Thucydide : emprunts lexicaux, insertion de discours au style direct, ou encore de réflexions à portée générale, ne servent pas seulement à montrer l’étendue de sa culture et sa parfaite connaissance du modèle historiographique. La place des emprunts dans son récit et l’utilisation qu’il en fait s’avèrent particulièrement subtiles et s’inscrivent dans le cadre de sa propre analyse politique47, en particulier dans la cinquième décade, où la réflexion de l’historien porte à l’évidence sur la transition institutionnelle entre République et Principat; l’imitation thucydidéene éclaire l’analyse que fait Dion des causes de l’effondrement du régime républicain et de la nécessité du Principat, tout en illustrant le soin particulier porté à l’écriture de l’histoire tardo-républicaine par l’historien sévérien.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Anderson, G. (1993) : The Second Sophistic. A Cultural Phenomenon in the Roman Empire, Londres-New-York.

Bertrand, E. (sous presse) : “La bataille de Philippes dans l’Histoire romaine de Dion Cassius : un aperçu du travail de l’historien”, in : Guelfucci sous presse.

Cordier, P. (2003) : “Dion Cassius et la nature de la ‘monarchie’ césarienne”, in : Lachenaud & Longrée 2003, 231-246.

De Romilly, J. (1990) : La construction de la vérité chez Thucydide, Paris.

Ehrhardt, N. et L.-. M. Günther, éd. (2002) : Widerstand-Anpassung-Integration. Die griechischen Staatenwelt und Rom. Festschrift für J. Deininger zum 65. Geburtstag, Stuttgart.

Fechner, D. (1986) : Untersuchungen zur Cassius Dio’s Sicht der römischen Republik, Hildesheim (Altertumswiss. Text. und Stud. 14).

Flach, D. (1973) : “Dios Platz in der kaiserzeitlichen Geschichtsschreibung”, A&A, 18, 130-143.

Freyburger, M.-L., Fr. Hinard et P. Cordier (2002) : Dion Cassius, Histoire romaine, livres 41 et 42, Paris.

Fromentin, V. et E. Bertrand (2008) : Dion Cassius, Histoire romaine, livres 45 et 46, Paris.

Gabba, E. (1955) : “Sulla storia romana di Cassio Dione”, RSI, 67, 289-333.

Guelfucci, M.-R., dir. (sous presse) : Récit et discours historique. Jeux et enjeux de la mise en forme. Actes du colloque, Besançon, 2-3 juin 2005, D. H. A.

Hose, M. (1994) : Erneuerung der Vergangenheit. Die Historiker im Imperium Romanum von Florus bis Cassius Dio, Stuttgart-Leipzig.

Kuhn-Chen, B. (2002) : Geschichtskonzeptionen grieschicher Historiker im 2. & 3. Jhdt n. C. Untersuchungen zu den Werken von Appian, Cassius Dio und Herodian, Bern-Francfort.

Kyhnitzsch, E. (1894) : De contionibus quas Cassius Dio Historiae suae intexuit cum Thucydideis comparatis, Diss. Leipzig.

Lachenaud, G. (2003) : “Dion Cassius, plagiaire impénitent ou homme de culture ?”, in : Lachenaud & Longrée 2003, 97-108.

Lachenaud, G. et D. Longrée, éd. (2003) : Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Rennes.

Lintott, A. (1997) : “Cassius Dio and the History of the late Roman republic”, ANRW, II. 34.3, 2497-2523.

Litsch, E. (1893) : De Cassio Dione imitatore Thucydidis, Diss. Fribourg en Brisgau.

Manuwald, B. (1979) : Cassius Dio und Augustus. Philologische Untersuchungen zur den Büchern 45-56 des dionischen Geschichtswerkes, Wiesbaden, (Palingenesia 14).

Millar, F. (1964) : A Study of Cassius Dio, Oxford.

Rawlings, H. R. (1981) : The Structure of Thucydides’history, Princeton.

Sion-Jenkis, K. (2000) : Von der Republik zur Prinzipat. Ursachen für den Verfassungswechsel in Rom im historischen Denken der Antike, Stuttgart (Palingenesia 69).

– (2002) : “Griechisches Denken im römischen Gedank : Überlegungen zu Ciceros Amnestie-Rede nach Caesarsermordung bei Cassius Dio (44,23-33)”, in : Ehrhardt & Günther 2002, 189-206.

Sordi, M. (2001) : “Alla ricerca di una ‘democrazia diversa’ : da Tucidide a Dione”, Aevum, 75, 3-8.

Notes

1 Dans ce passage désormais bien connu, Dion explique qu’il a lu la quasi-totalité des sources sur le sujet qu’il a choisi de traiter (1.2).

2 Photius, Biblioth. 71.

3 Litsch 1893, Kyhnitsch 1894.

4 Spéc. Gabba 1955 spéc. p. 289-333 ; Millar 1964 spéc. p. 177 ; Flach 1973, 130-143 ; Anderson 1993, 106-107 ; Hose 1994, 381-383 ; 422-424 ; 438-439 ; il faut signaler que ce postulat est plus nuancé dans les travaux récents : v. notamment Kuhn-Chen 2002 ; Lachenaud 2003.

5 Je pense notamment à l’élan donné par la publication, aux éditions Les Belles-Lettres, d’un certain nombre de volumes portant sur la période tardo-républicaine, mais aussi au récent ouvrage de B. Kuhn-Chen, en 2002, qui propose une étude serrée des historiens grecs de Rome, Appien, Dion Cassius et Hérodien.

6 Freyburger-Galland et al. 2002, Notice ; Bertrand 2005 ; Fromentin & Bertrand 2008, Notice.

7 On reconnaît volontiers, comme G. Lachenaud l’a rappelé (2003, p. 104), que Thucydide ne constitue pas un “modèle exclusif” ; sur la diversité des références littéraires de Dion, v. aussi Fromentin & Bertrand 2008, Notice p. XIX-XX.

8 53.19 : dans ce chapitre qui se situe à l’issue de la séance sénatoriale du 16 janvier 27 a. C., Dion insiste sur le tournant historiographique associé au changement de régime, précisant que, jusque-là, la multiplicité des sources et leur caractère public facilitaient la recherche de la vérité, contrairement à la période impériale, pour laquelle l’établissement de la vérité s’avère plus difficile.

9 À titre de comparaison, la sixième décade, soit les livres 51 à 60 (?), couvre 77 ans (31 a. C.-46 p.C.).

10 Comme déjà noté par Fechner 1986, 10-11.

11 La distinction est déjà chez Gabba 1955, 305.

12 Litsch 1893.

13 Kyhnitzsch 1894.

14 Sur l’imitation de Thucydide par Dion dans le domaine du récit militaire, v. Millar 1964, 91 ; c’est le cas par exemple de la bataille de Nauloque (49.8-9), écrite sur le modèle de la bataille de Syracuse (Thc. 7.70) ; v. Freyburger & Roddaz 1994, n. 80 et 82.

15 Bertrand 2005.

16 Contra Lachenaud 2003, 97, qui attribue les échos littéraires davantage à la mémoire involontaire du lettré maîtrisant ses classiques qu’à l’imitation délibérée.

17 Manuwald 1979, 40.

18 Fromentin & Bertrand 2008, Notice p. XIX.

19 Dion précise : “Certains pensaient, sottement, qu’on en arriverait à un compromis. La raison [de cette erreur] ? Tendus tous les deux vers le pouvoir absolu, et possédés par un immense appétit des honneurs (philotimia), qui leur était naturel, et par un immense appétit d’en découdre (philoneikia), qu’ils avaient acquis, ils ne voulaient pas se faire l’un à l’autre une concession” (41.53.2, trad. Freyburger et al. 2002, revue).

20 Cic., Att., 8.11.2 : Dominatio quaesita ab utroque est... L’ambition est du reste, dans l’historiographie impériale, un des facteurs essentiels de la ruine de la République : v. Sion-Jenkis 2000, 89.

21 Thc. 3.82.8 : “La cause de tout cela, c’était le pouvoir voulu par cupidité et par ambition” Πάντων δ’ αὐτῶν αἴτιον ἀρχή διὰ πλεονεξίαν καὶ φιλοτιμίαν.

22 D.C. 41.53.2 : Αἴτιον δὲ ὃτι τοῦ τε παντòς κράτους ἀμφότεροι ἐφιέμενοι, καὶ πολλῇ μὲν φιλοτιμία ἐμφύτω πολλῇ δὲ καὶ φιλονεικια ἐπικτήτω χρώμενοι... οὔτε τι συγχωρῆσαι ἀλλήλοις ἤθελον. La pleonexia de la formule thucydidéenne est remplacée, chez Dion, par la philoneikia, un terme également thucydidéen, très présent dans l’analyse des événements de Corcyre (il caractérise plus loin les motivations des principaux rivaux). L’écho se prolonge par une série de rappels plus concis : l’enjeu du conflit est qualifié d’athlon (41.56.1, comme déjà en 41.10.1), comme Thucydide accuse, toujours dans le passage évoqué, les chefs des cités de traiter les intérêts de l’État comme “un prix à remporter” (3.82.8).

23 Rawlings 1981, 212.

24 42.1.4 : Ὅταν γάρ τι ἀπροσδοκήτως τέ τινι καὶ μετὰ πλείστου παραλόγου προσπέσῃ. τó τε φρόνημα αὐτοῦ ταπεινοῖ καὶ τò λογιζόμενον ἐκπλήσσει.

25 Δούλοῖ γὰρ φρόνημα τò αἰφνίδιυν καὶ ἀπροσδóκητον καὶ τò πλείστῳ παραλóγῳ ξυμβαῖνον Thc. 2.61.3 (les deux traductions ont été corrigées pour respecter la citation).

26 Comme le font justement remarquer Hinard et Cordier dans Freyburger et al. 2002, Notice p. XXIX ; XLIV. Sur le rôle attribué par Dion à la nature humaine dans l’histoire, v. l’analyse détaillée de Kuhn-Chen 2002, et ses conclusions p. 332.

27 Juba, face à César, désespère de la situation à la suite d’une manœuvre surprise de César (43.8.2-4).

28 Ἀφ’ οὗπερ οὐχ ἣκιστα ὀ Σέξτος ἀπογνοὺς τὰ παρόντα φυγεῖν ἐβουλεύσατο (49.11.1).

29 On note d’ailleurs que rien dans le récit de bataille n’explique quelle manœuvre permit aux vaisseaux d’Agrippa de vaincre leurs adversaires, Dion se contentant d’un laconique “quand les partisans furent pris” pour signifier leur victoire.

30 D. C. 47.4.1 : “Pour toutes ces raisons, les [auteurs des meurtres] montraient une application totalement inouïe à imiter les actes du passé, et à vouloir, par rapport à eux, concevoir d’une façon ou d’une autre des projets innovants par leur ingéniosité” (ἐκεῖνοι τε πλείστην ἀτοπίαν τῇ τε ζηλώσει τῶν προτέρων) ; Thc. 3.82.3 : “Ainsi la guerre civile régnait dans les cités, et celles qui étaient ici ou là demeurées en arrière, à la nouvelle de ce qui s’était fait, renchérissaient largement dans l’originalité des conceptions, en recourant à des initiatives d’une ingéniosité rare et à des représailles inouïes”. (Έστασίαζέ τε οὖν τὰ τῶν πόλεων, καὶ τὰ ἐφυστερίζοντά που πύστει τῶν προγενομένων πολὺ ἐπέφερε τὴν ὑπερβολὴν τοῦ καινοῦσθαι τὰς διανοὶας τῶν τ’ ἐπιχειρήσεων περιτεθνήξει καὶ τῶν τιμωριῶν ἀτοπίᾳ).

31 “la plupart des gens, certains” : 41.9.1 ; 53.3 ; 42.32.1 ; 45.11.3.

32 42.1.1 “la Fortune, bien souvent...” ; 45.4.2. “il est déjà souvent arrivé que” ; 47.5.2 ; 48.3.2 ; 50.35.4 “dans ce genre de circonstances”.

33 42.1.4-5 ; 45.8.3 : “chaque fois que” ; (dans les guerres civiles) : 41.14.1 ; 46.1 ; l’instabilité de la vie : 47.11.4.

34 Sur ce procédé de style chez Thucydide, cf. Litsch 1893, 4-10 ; Huart 1968, 22-23.

35 V. par ex. 47.6.2 : ἃτε γὰρ ἐν ἐμφυλίοις πολέμοις, καὶ πολλῷ μὲν χρóνῳ πολλαῖς δὲ καὶ πράςεσι γενομένοις (“comme c’est le cas au cours de guerres civiles, surtout quand elles sont longues et marquées par de nombreux événements”).

36 De Romilly 1990, 72.

37 42.1.1.

38 Le conflit d’ambition invoqué passim comme cause principale de l’affrontement entre César et Pompée, comme souligné par Cordier 2003, 233.

39 V. Huart 1968, 393.

40 Huart 1968, 395.

41 M. Sordi (2001, spéc. p. 5) a également souligné comment Dion, dans l’exposé de la solution politique défendue par Mécène au livre 52 de l’Histoire romaine, faisait directement référence à la “democrazia diversa” prônée par les oligarques athéniens en 411 ; Sion-Jenkis 2002, spéc. 195 analyse de la même façon l’intégration d’éléments thucydidéens dans le discours de Cicéron au livre 44 de l’Histoire romaine.

42 Le terme est d’ailleurs bien plus fréquent chez Dion que chez Thucydide : 33 occurrences. Il n’a certes pas toujours une valeur négative : la philotimia peut être une ambition positive, quand elle pousse à rechercher les honneurs (8.36.3) ou à montrer du courage (lors d’une bataille : 56.14.3) ; mais, dans les moments troublés de l’histoire de Rome, c’est la philotimia qui conduit ceux qui, d’une manière ou d’une autre, portent atteinte à l’équilibre institutionnel, qu’il s’agisse des tyrans (loi générale : 9.40.15), des tribuns consulaires de 418 a. C (6.23.4), ou surtout, dans la période de crise des institutions républicaines, de tous ceux dont l’exercice du pouvoir conduit aux désordres civils : Ti. et C. Gracchus (24.83.1 ; 25.85.1), les tribuns de 91, M. Livius Drusus et Q. Servilius Caepio (28.96.1), Pompée (36.24.5 ; 41.53.2), César (38.35.2 ; 41.53.2), les Triumvirs Antoine et le jeune César (48.1.3) ; v. également, sur ce motif, Kühn-Chen 2002, 168.

43 44.2-3 : “Si jamais une démocratie fut florissante, ce fut en tout cas pour peu de temps qu’elle connut la prospérité, c’est-à-dire tant qu’elle n’eut ni la taille ni la puissance susceptibles de générer des excès, découlant des succès, ni des haines, découlant des ambitions” : εἰ γάρ που καὶ δημοκρατία τις ἢνθησεν, ἀλλ’ ἔν γε βραχεῖ χρóνῳ ἤκμασεν, μέχρις οὗ μήτε μέγεθος μήτ’ ίσχὺν ἔσχον ὥστε ἢ ὕβρεις σφισὶν ἐξ εὐπραγὶας ἢ φθόνους ἐκ φιλοτιμίας ἐγγενέσθαι. Cette analyse, bien connue, participe du bilan positif de la “monarchie” césarienne, capable de ramener l’ordre, comme l’a montré Cordier 2003, spéc. 237. Le motif est également repris avant la bataille de Philippes (47.39.5 : “en effet, il n’est pas possible qu’une démocratie parfaite, parvenue à un empire d’une telle ampleur, puisse avoir de la modération”), et développé plus tard par Agrippa, qui insiste sur la nécessité, pour une démocratie, de contrôler les ambitions (52.6.2 ; 15.4 ; 30.4) ; sur cette analyse, v. également Sion-Jenkis 2000, 90.

44 48.1.3 : “De tout ce qu’ils avaient accompli d’un commun accord jusque là pour abattre leurs adversaires, ils commencèrent à faire des enjeux de leur rivalité l’un contre l’autre” (ᾆθλα τῆς πρòς ἀλλήλους φιλοτιμίας).

45 V. aussi l’analyse du comportement du Sénat au lendemain de la mort de César (“Or les responsables de ces maux qui advinrent aux sénateurs, ce furent les sénateurs eux-mêmes. Ils auraient dû en effet prendre pour chef un homme unique doué des meilleures intentions et l’assister en tout, au lieu de quoi, ils eurent des protégés dont ils n’accrurent la puissance contre ceux d’en face, que pour tenter de les abattre aussi et, pour cette raison, ils ne s’attirèrent l’amitié de personne mais la haine de tous”. 46.34.1), et, bien sûr, le discours de Mécène énumérant les avantages du Principat, où la philotimia est désignée comme source de dangers (52.15.4).

46 Kuhn-Chen 2002, 171. Elle caractérise néanmoins encore Hadrien (69.3.2).

47 Sion-Jenkis 2002, 204 propose une analyse similaire.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540