Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. L’imitation littéraire de Thucydide dans l’Antiquité

La notion de stasis chez Thucydide et Flavius Josèphe

Lada Sementchenko

Texte intégral

  • 1 Hadas-Lebel 1989, 245.
  • 2 Maison 2001, 35, n. 165.

1Le fait que la Guerre Juive de Flavius Josèphe dépend de Thucydide est hors de doute; ce sujet a été souvent discuté dans la littérature consacrée à cet auteur. M. Hadas-Lebel dans son livre sur Josèphe écrit de la Guerre juive : “Le modèle de Josèphe, à n’en pas douter, c’est Thucydide. Même technique d’exposition, avec un premier livre analysant les causes de la guerre, même construction de l’œuvre comme une tragédie, même utilisation des discours; influence évidente de la célèbre description de la peste d’Athènes sur celle de la famine à Jérusalem”1. On peut ajouter à cette liste le fait que Josèphe utilise souvent le concept de stasis dans sa description de la guerre civile à Jérusalem. En effet, ce concept est devenu un topos dans la littérature grecque après Thucydide. L’étude de ce problème a attiré l’attention particulière des spécialistes sur Josèphe, parce que la stasis à Jérusalem représente l’un des sujets principaux de la Guerre Juive. Josèphe considérait la défaite dans la guerre avec les Romains comme une punition divine pour la stasis oikeia (BJ, 1.10), la guerre civile, qui était selon lui un acte impie et la violation de la loi2. Cette opinion représentait l’essentiel de sa conception.

  • 3 Mader 2000.
  • 4 Ibid., 56.
  • 5 Ibid., 101.

2On peut mentionner le livre de G. Mader et l’article de J. Price à titre d’exemples des récentes études de la Guerre Juive qui attribuent une attention particulière à l’adaptation du concept thucydidien de stasis par Josèphe. Mader, dans sa monographie consacrée à l’étude de la méthode historique de Josèphe dans sa Guerre Juive3, suit attentivement les motifs thucydidéens dans sa description de la guerre civile à Jérusalem et en Judée et conclut que l’influence de Thucydide sur Josèphe ne se limite pas des parallèles thématiques et emprunts lexicaux. Josèphe utilise différents motifs de Thucydide dans sa polémique contre les Zélotes4; ses emprunts aux descriptions thucydidéennes de la stasis sur Corcyre et de la peste à Athènes représentent le background de tout le récit de la Guerre juive ce qui rend les évaluations partisanes de Josèphe psychologiquement fiables. Si le but de Thucydide est de suivre un processus historique dans son développement (3.82.3), le but caché de Josèphe serait d’utiliser ce modèle pour faire passer ses opinions partisanes pour une analyse historique objective. Selon Mader, la méthode scientifiquement rigoureuse de Thucydide se transforme dans la Guerre juive en l’instrument d’une persuasion habile5.

  • 6 Price 2003, 15.
  • 7 Ibid., 15.
  • 8 Ibid., 11, 14.
  • 9 Ibid., 22.

3J. Price se concentre dans son article publié sur Internet (“Josephus’ reading of Thucydides. A test case in the BJ.”) sur l’analyse de la signification du mot stasis. Il remarque que son contenu chez Josèphe n’est pas stable et varie selon le contexte. À partir du livre deux de la Guerre juive, Josèphe utilise souvent stasis non dans le sens thucydidéen de conflit interne (internal conflict), mais dans le sens d’insurrection contre les étrangers (external rebellion), c’est-à-dire contre les Romains6. En plus, quand il parle du conflit interne, Josèphe applique souvent la désignation de stasis aux actions d’une seule faction politique et non à la confrontation des différents partis. Cela lui permet de parler des chefs de la stasis, tandis que chez Thucydide la stasis ne peut pas avoir de chefs7. La thèse principale de Price consiste en l’hypothèse que c’est en adoptant le sens d’“insurrection” pour le mot stasis et ses dérivés stasiastès et stasiazô, sens qu’ils n’avaient ni chez Thucydide, ni dans la littérature grecque plus tardive, jusqu’à Dion Cassius, que Flavius Josèphe transforme le contenu principal de l’idée thucydidéenne de stasis. Si le mal principal pour Thucydide est la situation de conflit elle-même dans la société, pour Josèphe il s’agit d’un parti politique précis, à savoir la partie des révolutionnaires Zélotes8. “L’imitation de Thucydide dans la Guerre juive a un seul but : l’obtention d’un soutien prestigieux pour sa polémique passionnée. Ses idées historiques sont très éloignées des celles de Thucydide”, – écrit Price9.

  • 10 E. g. AJ I. 110, IV. 224, VII. 338, XI. 26, où l’on trouve l’opposition traditionnelle de polemos (...)
  • 11 Ainsi Josèphe utilise souvent les mots stasis et stasiazô avec la préposition pros dans le sens “i (...)
  • 12 XVII. 251 où il applique ces deux mots à la sédition des Juifs contre les autorités romaines au te (...)

4Je voudrais discuter ici le problème d’utilisation du modèle thucydidéen de la stasis dans le deuxième grand ouvrage de Josèphe, les Antiquités juives. Discutons d’abord les significations de ce terme dans les Antiquités. Dans cet ouvrage, comme dans la Guerre, le mot stasis a deux significations différentes. Il peut désigner un conflit interne, comme c’est le cas chez Thucydide : une querelle, une dispute, ou bien la haine entre des parties opposées10. Ce terme est cependant utilisé par Josèphe plus souvent dans le sens d’insurrection contre les autorités (y compris les autorités romaines) ou contre l’ordre établi11. Cela peut être une attaque des habitants de la Mésopotamie contre Abraham (I. 157), une révolte des Juifs contre leur roi légitime (IX. 282, XIII. 372), une attaque d’un gouverneur juif (qu’il soit un grand prêtre ou un roi) ou un prétendant à ce poste contre ses concurrents (XI. 306, XII. 239, XIV. 120), ou celle de la reine d’Égypte contre son fils (XIII. 285), une révolte des Arabes contre la souveraineté d’Hérode (XV. 351), celle des membre de la famille d’Hérode contre lui (XV. 21, XVI. 73), une émeute des Juifs contre les habitants des cités hellénistiques (XIX. 278, XX. 2). De la même façon, Josèphe utilise le terme stasis et ses dérivés dans ses descriptions des conflits des Juifs avec les autorités romaines ou quand il parle d’un risque de révolte (XVII. 251, XIX. 308, 312, XX. 105, 117). D’ailleurs, il utilise parfois dans ces contextes “romains” les termes stasis et apostasis comme synonymes12, tandis que chez Thucydide les deux termes sont nettement séparés.

  • 13 Cette signification de la stasis chez Josèphe est constatée par S. Mason : “Στάσις is a central th (...)
  • 14 On ne peut pas partager l’opinion de Price qui voit la différence essentielle entre l’usage de Jos (...)
  • 15 Pol. Hist. 2.1.2 (insurrection des mercenaires contre les Carthaginois), 5.50.8 (les Κυρρηστυι se (...)
  • 16 Dion. H., Ant. Rom., 1.66.2 ; 9.41.1.

5Josèphe utilise donc le terme thucydidéen dans un sens élargi. En plus d’un conflit interne dans son ensemble, il peut désigner une sédition contre les autorités ou l’ordre des choses établi13. En utilisant ce terme et ses dérivés, notre auteur décrit les situations et les personnages historiques les plus divers, qu’ils soient juifs ou païens. Il semble cependant que les conflits qu’il décrit avec l’aide des mots de la famille de stasis, y compris les émeutes contre les autorités romaines, peuvent être interprétés comme des conflits internes, ceux qui se produisent à l’intérieur d’une même structure politique ou familiale14. Ce qui distingue l’usage du mot stasis chez Josèphe de celui de Thucydide est que l’auteur juif applique ce terme non seulement à un conflit interne dans son ensemble mais aussi à l’action de l’un de ses participants. Ce double usage n’apparaît pas pour la première fois chez Josèphe, on le trouve déjà dans l’œuvre de Polybe15 et Denys d’Halicarnasse16 bien que, chez ces auteurs, il ne soit pas aussi fréquent que chez l’historien juif. Il semble que cet usage de la notion stasis chez Josèphe soit le résultat de son évolution chez les auteurs grecs antérieurs.

6Comme le mot stasis se rencontre souvent dans les Antiquités, il faut se demander si Josèphe emprunte non seulement le terme, mais également la notion de stasis propre à Thucydide. Une description classique d’une stasis est donnée, comme chacun le sait, dans le livre 3 de Thucydide, en rapport avec le récit des événements sur Corcyre. Thucydide décrit les caractéristiques d’une stasis en adoptant la position d’un témoin impartial : l’inversion des valeurs de la vie en temps de paix (metabolè), la violation des institutions humaines et divines, la soumission aux affects non contrôlés, notamment la soif de pouvoir (philotimia) ou la cupidité (pleonexia). Une autre caractéristique de la stasis est la transformation du sens profond des idées et des concepts, qui se manifeste par une manipulation des mots et des slogans par des factions rivales pour atteindre leurs buts égoïstes. Il s’agit d’une variante de la célèbre opposition thucydidéenne entre l’acte et la parole. La stasis est caractérisée par des sacrilèges, la violation des serments, la rupture des liens familiaux, une atmosphère de peur et de méfiance généralisées. Thucydide considère la stasis comme une conséquence inévitable des caractéristiques immanentes de la nature humaine. Elle est influencée par des différents facteurs extérieurs et ressemble à un fléau qui s’abat sur les cités de l’extérieur. Comme la peste, la stasis frappe la société civile d’une façon inattendue, la stasis ressemble donc à une épidémie.

  • 17 Le premier à marquer cette différence stylistique fut H. Drüner : Drüner 1896 ; cf. Thackeray 1929 (...)

7Je propose de discuter maintenant plus en détail deux épisodes des Antiquités Juives que Josèphe caractérise de stasis : l’insurrection de Coré, Aviram et Datan contre Moïse pendant l’errance des Juifs dans le désert et l’insurrection des Pharisiens sous le règne d’Archélaos. Mais avant une discussion détaillée il faut faire quelques remarques concernant les particularités stylistiques des Antiquités. Il est bien connu que la plus grande partie de ce tableau monumental de l’histoire juive est écrite en lexis eiroménè : ce sont les livres 1 à 14 qui comprennent la paraphrase biblique et la description des événements de l’époque des Hasmonéens, ainsi que le dernier livre 20. Par contre, les livres 15 à 19 ont des particularités stylistiques de la prose atticisante17 ou, selon la définition de Lasserre, de l’historiographie rhétorique.

8Le premier des deux épisodes mentionnés fait partie de la paraphrase biblique, écrite en lexis eiroménè, tandis que le deuxième appartient à la partie “rhétorique” des Antiquités Juives et se trouve dans le livre17.

La révolte de Coré, Datan et Abiram contre Moïse

9Dans son livre 4, Josèphe relate l’épisode biblique de la révolte contre Moïse des représentants des familles les plus nobles du tribu de Lévi, Coré, Datan et Abiram, qui étaient mécontents de la nomination à la charge de grand prêtre du frère de Moïse, Aaron. Josèphe décrit les troubles parmi les Juifs en termes de stasis, et la première phrase qui commence le récit de Josèphe, éveille déjà des associations thucydidéennes :

  • 18 Cf. Thc. 7.80.3.
  • 19 Ici et ci-après je suis la traduction d’Étienne Nodet : Nodet 1996.

“Ainsi qu’il arrive aux grandes armées18, surtout après des revers, de montrer de l’indiscipline et de l’indocilité, on vit ce fait se produire aussi chez les Juifs. Ces soixante myriades d’homme qui, à cause de leur nombre, peut-être même dans la prospérité ne se seraient pas soumis aux meilleurs d’entre eux, à plus forte raison alors, sous l’empire de la misère et du malheur, s’emportaient les uns contre les autres et contre leur chef. C’est ainsi qu’une sédition (stasis), dont nous ne savons pas d’exemple ni chez les Grecs ni chez les Barbares, éclata parmi eux”19 (4.11-12).

10Dans l’esprit rationaliste de Thucydide, Josèphe discute la question, des conditions qui avaient rendu possible une stasis parmi les Juifs et c’est avec le modèle de stasis de l’historien grec qu’il complète, commente et interprète sa source biblique. Un peu plus loin, nous trouvons encore une phrase dans l’esprit de la gnomè thucydidéenne. Dans sa description de l’assemblée de l’armée, Josèphe fait une remarque sur la nature du comportement d’une foule, qui “était en plein tumulte, portée d’instinct à crier contre l’autorité en place et prête à changer d’avis selon ce qu’elle entendrait dire” (4.37).

11Les accusations de Coré contre Moïse ont dans le récit de Josèphe un caractère purement politique. L’auteur des Antiquités Juives utilise ici une analyse rationaliste du type thucydidéen : selon l’opinion de Coré, Moïse a déclaré son frère grand prêtre illégalement, en prenant la décision tout seul et sans consultation de l’assemblée (4.15). En plus, en citant le nom de Dieu, il se comporte constamment comme un tyran et distribue des honneurs à ceux qu’il veut (τυράννων δὲ τρόπω καταχαριζομένου τάς τιμὰς οἷς ἂν ἐθελήσῃ (4.16)). Coré accuse Moïse à plusieurs reprises d’un abus de pouvoir (κακουργία). Les Juifs enflammés par la propagande de Coré “se réunirent tumultueusement en assemblée, dans le trouble et le désordre. Debout devant la Demeure de Dieu, ils criaient qu’on fasse partir le tyran et qu’on délivre le peuple de sa sujétion, car il se réclamait de Dieu pour imposer ses commandements abusifs”. (4.22).

12En analysant les motifs de la révolte de Coré, Josèphe dit qu’il était poussé par l’envie et l’ambition (4.14). Sa propagande représente un exemple de divergence entre les actes et les paroles. “Sans doute, Coré voulait par ces discours paraître soucieux de l’intérêt général; mais en réalité, il ne travaillait qu’à se faire décerner à lui-même cet honneur par le peuple” (4.20). En outre, Josèphe laisse entendre que les partisans de Coré fraudent en attribuant à Moïse leurs propres intentions.

13La description de la révolte de Coré contient donc une série d’éléments qui ressemble fort à la description de la stasis par Thucydide. La différence avec Thucydide est la même que dans la description de la guerre civile dans la Guerre des Juifs : les catégories de la stasis ne sont appliquées qu’à une seule faction de conflit, dans ce cas aux partisans de Coré, tandis que la faction de Moïse ne partage aucune de ces caractéristiques négatives.

La stasis de l’époque d’Archélaos (17.206-210)

14Dans le livre 17, Josèphe décrit la révolte des partisans des Pharisiens et des interprètes de loi Judas et Matthias exécutés par Hérode, qui a eu lieu sous la règne d’Archélaos. Les insurgés réclament à Archélaos la destitution du grand prêtre nommé par Hérode, ainsi que la punitions des personnes de son entourage honorées par le roi. Josèphe qualifie dès le début les initiateurs de cette insurrection comme stasiôstai et neôteristai (17.214), émeutiers et agitateurs. Ils sont mus par le désir d’actions révolutionnaires νεωτέρων ἐπιθυμία πραγμάτων (17.206), le penchant à la révolte προθυμία το στασιάζειν (17.215), le plaisir de la sédition τò στασιάζειν ἡδονὴν (17.316), le désir d’être au-dessus des lois. Dans leurs actions, les insurgés ne s’arrêtent même pas devant un sacrilège. Lors du rassemblement dans le Temple pendant la fête de Pâque, ils lapident les soldats envoyés par Archélaos pour maintenir l’ordre, et retournent ensuite aux sacrifices pascals (17.216). Ils sont possédés par la rage et la folie aponoia et maniôdès (17.215) et ne sont plus capables de respecter les lois et les usages. En résumant les motifs des initiateurs de la stasis, Josèphe écrit :

“ils considéraient comme légal et juste ce qui devait leur faire plaisir, incapables de prévoir le danger qui en résulterait et, même si quelques-uns le soupçonnaient, dominés par la joie immédiate que leur procurerait le châtiment de leurs ennemis les plus détestés”. (17.211).

  • 20 L’emploi du terme stasiastès qui est très caractéristique de Josèphe est aussi lié à cette signifi (...)

15Les relations de cet épisode avec le modèle thucydidéen de stasis sont complexes. Chez Thucydide, on ne trouve pas d’expressions telles que προθυμία τοῦ στασιάζειν ou τοῦ στασιάζειν ἡδονὴν justement parce que dans ces expressions l’infinitif substantivé est employé par Josèphe dans le sens d’insurrection ou de sédition, sens qui n’est pas attesté pour Thucydide20. Mais Josèphe utilise cependant des nombreux motifs et catégories thucydidéens.

16En ce qui concerne le rôle qu’ils jouent dans le récit, la situation est la même que dans la description de la révolte de Coré, ainsi que dans la stasis à Jérusalem initiée par les Zélotes : les caractéristiques principales du comportement des participants de la stasis ne sont appliquées qu’à une seule partie du conflit interne. Dans la Guerre Juive, le grand prêtre Anan et ses partisans sont présentés comme des sauveurs des Juifs qui utilisent tous leurs efforts pour arrêter les troubles. Dans la paraphrase biblique, c’est Moïse qui est représenté comme un sauveur des Juifs dans l’épisode de la révolte de Coré (στάσις οὖν αὐτούς... κατέλαβεν, ὑφ’ ἧς ἁπάντας ἀπολέσθαι κινδυνεύσαντας ἔσωσε Μωυσῆς (IV. 12)). Enfin, dans le livre 17, le rôle du sauveur est joué cette fois par Archélaos (Ἀρχελάω δὲ ἄπυρον ἐδόκει σώζεσθαι τὰ πάντα μὴ οὐκ ἀνακóψειν τὴν ἐπὶ τοιοῖσδε ὁρμὴν τῆς πληθύο (17.217). Le principe polémique d’une “analyse partisane” est donc visible aussi bien dans les Antiquités Juives que dans la Guerre Juive.

  • 21 Cf. Feldman 1998, 103, qui compare l’interprétation de Josèphe avec le texte biblique de l’épisode (...)

17Les initiateurs de la stasis dans les deux épisodes que nous avons discutés sont animés par des motifs purement politiques et leurs revendications sont clairement politiques. Josèphe, en s’appuyant sur le modèle rationaliste de Thucydide, élimine volontairement dans les deux cas l’aspect religieux de l’idéologie des insurgés et souligne le caractère séculier de leurs motifs, alors que la motivation religieuse jouait en réalité un rôle primordial aussi bien dans l’action de Coré21 que dans la révolte des Pharisiens à l’époque d’Archélaos. Par contre, Josèphe lie étroitement les actions des pacificateurs (Moïse dans le premier cas et Archélaos dans le second) à la défense des réels intérêts religieux des Juifs. Moïse vainc avec l’aide divine les partisans révoltés de Coré et consolide par là même les bases de la constitution reçue sur le mont Sinaï dans la société juive; il renforce en même temps l’idée de providence divine. Archélaos, qui essaye d’éviter la propagation de la révolte pendant le pèlerinage de Paque, prend soin du maintien des lois et de la pureté rituelle des sacrifices pascals.

18Malgré la différence dans l’usage de la notion stasis par rapport à Thucydide, Josèphe lui emprunte les caractéristiques principales de sa conception en représentant la stasis comme une maladie avec des symptômes bien déterminés, qui est provoquée ou stimulée par des causes extérieures, mais qui est développée sous l’influence de pulsions mauvaises propres à la nature humaine. Ainsi le modèle thucydidéen de stasis agit comme un instrument dans la technique de Josèphe et lui sert, entre autres, à décrire le comportement des adversaires de ceux qu’il considère comme des héros. Mais si on se demande quelle est la relation de ce modèle rationaliste avec la vision plus générale de l’histoire exprimée par Josèphe dans son œuvre, on verra que, dans son système de pensée concernant les motifs et les causes des événements historiques, ce modèle ne joue qu’un rôle secondaire. C’est bien clair dans l’épisode de la révolte de Coré. Comme nous l’avons vu, Josèphe analyse au début les conditions qui amènent à une stasis : une armée nombreuse, dans laquelle il n’est pas facile de maintenir l’ordre et la discipline même dans des conditions favorables, est d’autant plus encline à être mécontente de ses dirigeants et à désobéir dans des périodes difficiles. Mais il devient clair ensuite, dans la continuation du récit, que la cause principale du début de la stasis, aussi bien que de sa fin, est liée à une sphère complètement différente et dépend avant tout de la volonté divine et de sa providence. Au bout de compte, la stasis est le résultat de la négligence des prescriptions divines de la part de Juifs, et elle n’est surmontée que grâce à l’action de la providence divine salvatrice. En mentionnant les efforts de Moïse pour sauver les Juifs, Josèphe ajoute :

“Dieu ne les laissa pas échapper à un désastre terrible; cependant, bien qu’ils eussent outragé leur législateur et les instructions que [Dieu] lui-même leur avait envoyées par Moïse, il les sauva des malheurs que cette sédition leur aurait attirés s’il n’y avait veillé”. (4.13).

19Le même schéma idéologique est également valable dans la description de la stasis à Jérusalem. Malgré les efforts salvateurs du grand prêtre Anan et d’autres adhérents de la faction pacifique, la stasis ne peut être arrêtée que suite à l’invasion romaine. Mais cette issue est prévue par la providence divine comme une punition juste des graves péchés des Juifs.

20En résumant ces observations, on peut formuler les conclusions suivantes :

  1. Dans les Antiquités, Josèphe utilise le terme stasis et ses dérivés dans le sens traditionnel de conflit interne, mais aussi dans le sens d’insurrection contre les autorités et l’ordre établi, sens qui est absent chez Thucydide. L’auteur juif utilise largement ces notions pour décrire les situations et personnages historiques les plus divers, qu’ils soient juifs ou païens.
  2. Josèphe emprunte non seulement la notion thucydidéenne de stasis mais aussi des éléments spécifiques de son concept de stasis. Dans ses descriptions Josèphe utilise le langage thucydidéen pour décrire les conflits de types différents. Mais c’est surtout en parlant de la stasis au sens d’insurrection contre les autorités et les usages existants que Josèphe emprunte la phénoménologie de la stasis thucydidéenne. Il n’applique les traits caractéristiques de la stasis avec ses connotations toujours négatives qu’à certaines forces de la société juive qui aspirent, selon lui, à détruire les lois et la constitution établis par Dieu. Cela lui permet de les présenter comme des athées qui poursuivent des buts égoïstes et de souligner leur infériorité morale par rapport à leurs adversaires.
  3. Malgré les différences stylistiques entre les deux parties des Antiquités juives, le modèle thucydidéen est présent dans les livres écrits en lexis eiroménè aussi bien que dans les livres “rhétoriques”.
  4. En ce qui concerne l’influence du concept de stasis de Thucydide sur les idées des Antiquités Juives en général, on peut dire qu’il complète la philosophie historique de Josèphe avec des éléments rationalistes mais coexiste avec sa vision théologique de l’histoire sans l’altérer vraiment.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Drüner, H. (1896) : Untersuchungen über Josephus (Diss.), Marburg.

Feldman, L. H. (1998) : Studies in Josephus’Rewritten Bible, Leyde.

Flashar, H. éd. (1978) : Le classicisme à Rome aux 1ers siècles avant et après J.-C., Fondation Hardt, Entretiens sur l’Antiquité classique, 25 (Vandoeuvres-Genève, 1979).

Hadas-Lebel, M. (1989) : Flavius Josèphe, Paris.

Lasserre, F. (1978) : “Prose grecque classicisante”, in : Flashar 1978, 135-163.

Mader, G. (2000) : Josephus and the Politics of Historiography. Apologetic and impression management in the Bellum Judaicum, Leyde-Boston-Cologne.

Mason, S., éd. (2001) : Flavius Josephus, Translation and Commentary, 9, Life of Josephus, Leyde-Boston-Cologne.

Nodet E. (1996) : La bible de Josèphe, Paris.

Price, J. J. (2003) : “Josephus’reading of Thucydides. A test case in the BJ.”, www.josephus.yorku.ca/pdf/price2003.pdf.

Thackeray, H. St. J. (1929) : Josephus, the Man and the Historian, New York.

Notes

1 Hadas-Lebel 1989, 245.

2 Maison 2001, 35, n. 165.

3 Mader 2000.

4 Ibid., 56.

5 Ibid., 101.

6 Price 2003, 15.

7 Ibid., 15.

8 Ibid., 11, 14.

9 Ibid., 22.

10 E. g. AJ I. 110, IV. 224, VII. 338, XI. 26, où l’on trouve l’opposition traditionnelle de polemos et de stasis, I. 169, V. 231, VII. 266, 278,372, XII. 2, 10, XIII. 74, XIV. 77, XVII, 46, XVIII. 8, 21, 257, 374, 375, XX. 127, 173, 174, 213, où il s’agit soit des conflits entre les Juifs soit des querelles entre les Juifs et leurs voisins dans des cités hellénistiques. Dans XIX. 184, le terme stasis est utilisé pour désigner la guerre civile à Rome.

11 Ainsi Josèphe utilise souvent les mots stasis et stasiazô avec la préposition pros dans le sens “insurrection, révolte contre” et “s’insurger, se révolter contre”, comme dans AJ IX. 282 : ᾖρξε δ’ αὐτοῖς [chez les Hébreux] τῶν κακῶν ἡ στάσις, ἣν ἐστασίασαν πρòς ‘Ροβόαμον τόν Δαυίδου υἱωνòν ‘Iερόβαμον.

12 XVII. 251 où il applique ces deux mots à la sédition des Juifs contre les autorités romaines au temps d’Archélaos et XIII. 303, 308, 311 ou il appelle apostantes les émeutiers de la ville Dor, qui peuvent provoquer une révolte (stasis) à Jérusalem.

13 Cette signification de la stasis chez Josèphe est constatée par S. Mason : “Στάσις is a central theme of the War… and a minor theme of the Antiquities, where sedition led by demagogues is a constant threat to authorized aristocratic rulers” (Mason 2001, § 17, n. 124)

14 On ne peut pas partager l’opinion de Price qui voit la différence essentielle entre l’usage de Josèphe et celui de Thucydide dans le fait que Josèphe emploie le terme stasis pour désigner l’insurrection contre les forces extérieures et non pas avec le sens thucydidéen de conflit interne (Price 2003, 15, 16). En fait, chez Josèphe le sens de l’insurrection contre les Romains est un cas particulier de la signification plus général “sédition contre les autorités ou l’ordre établi” et non celui de guerre externe.

15 Pol. Hist. 2.1.2 (insurrection des mercenaires contre les Carthaginois), 5.50.8 (les Κυρρηστυι se sont révoltés εστασίασαν et se sont tournés contre le roi ἀπέστησν), 7.11.5 (il s’agit d’une éventuelle révolte contre Philippe Macédonien de la part des peuples de son royaume).

16 Dion. H., Ant. Rom., 1.66.2 ; 9.41.1.

17 Le premier à marquer cette différence stylistique fut H. Drüner : Drüner 1896 ; cf. Thackeray 1929, 146-155, Lasserre, 1978, 150-151.

18 Cf. Thc. 7.80.3.

19 Ici et ci-après je suis la traduction d’Étienne Nodet : Nodet 1996.

20 L’emploi du terme stasiastès qui est très caractéristique de Josèphe est aussi lié à cette signification non- thucydidéenne.

21 Cf. Feldman 1998, 103, qui compare l’interprétation de Josèphe avec le texte biblique de l’épisode. Feldman croit que l’emploi du terme stasis ainsi que de ses dérivés prouve la signification purement politique et juridique et non religieuse que Josèphe attribue à cet épisode contrairement à la Bible (ibid., 101). À notre avis ce n’est pas correct : Josèphe parle explicitement de l’importance religieuse de cette sédition et il n’utilise les catégories thucydidéennes que pour présenter les adversaires de Moïse comme des athées qui poursuivent des buts égoïstes.

Auteur

Institut d’Histoire mondiale, Académie des Sciences de Russie, Moscou

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540