Version classiqueVersion mobile

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. L’imitation littéraire de Thucydide dans l’Antiquité

L’imitation de Thucydide dans les opuscules rhétoriques et les antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse

Mélina Lévy

Texte intégral

  • 1 Quatre-vingt-dix-huit passages, auxquels il faut ajouter de nombreuses mentions d’ordre lexical (d (...)
  • 2 Sur Lysias, Sur Démosthène, Sur l’imitation, La Lettre à Pompée, le De compositione verborum, et l (...)
  • 3 C’est ce dont témoignent les Testimonia regroupés par Hude dans son édition de Thucydide (cf. Hude (...)
  • 4 Il faut ajouter à ces épisodes des passages plus théoriques, l’exposé du système des causes et le (...)
  • 5 Denys déclare qu’en choisissant des sujets plus vastes que leurs prédécesseurs, en accordant à la (...)
  • 6 Dion. H., Th., 6-8.
  • 7 Dion. H., Pomp., 6.4-5.

1Outre ses Antiquités Romaines, où il retrace l’histoire de Rome depuis les origines jusqu’au début de la première guerre punique, Denys d’Halicarnasse est l’auteur d’un important corpus d’Opuscules dits rhétoriques, dans lesquels il commente les œuvres des grands auteurs grecs classiques des ve et ive siècles. Ces traités ont pour but principal de mettre en évidence, à travers l’explication de passages précis, parfois très longs, ce qui, chez ces “classiques” (poètes, orateurs, philosophes, historiens), mérite d’être imité ou doit, au contraire, être évité. Or l’historien le plus souvent cité par Denys est Thucydide1 : il fait l’objet de nombreuses remarques éparses dans la plupart des traités2, mais Denys lui a surtout consacré son Sur Thucydide et la Seconde lettre à Ammée. À vrai dire, les passages de La guerre du Péloponnèse qui sont cités et commentés dans ces traités ont un caractère traditionnel ; ils ont pour la plupart déjà concentré l’attention des rhéteurs, des scholiastes et des lexicographes antérieurs3 et se rattachent souvent à trois grands moments fameux de l’œuvre thucydidéenne : les troubles de Corcyre et leurs effets moraux, l’oraison funèbre prononcée par Périclès, le dialogue des Méliens4. Toutefois, les commentaires de Denys ont ceci de particulier qu’ils dessinent les contours d’une histoire de l’historiographie grecque : cette dernière accorde une place centrale à Thucydide, aux côtés d’Hérodote, tous deux étant présentés comme les pères de la véritable histoire5. Denys regarde même Thucydide comme le fondateur de la grande histoire politique et militaire, soucieuse d’établir la vérité et de juger les faits et les hommes avec “impartialité”6. Il admire en effet son refus d’inclure dans son œuvre des éléments fabuleux, de faire dévier son récit pour tromper et séduire le public7. La supériorité de Thucydide sur les historiens précédents tient enfin au fait qu’il a su choisir un sujet qui, sans être parfaitement monolithique, n’était pas pour autant distribué en quantité de développements sans lien entre eux.

2À la fois historien et rhéteur, Denys nous propose donc une lecture de Thucydide qui est le fruit de cette double compétence. Je me propose d’étudier ici comment la réception dionysienne de La guerre du Péloponnèse et la forme qu’elle prend sont liées à la théorie de l’imitation qui traverse tous les Opuscules Rhétoriques : lire Thucydide, selon Denys, c’est tout d’abord le donner à lire et à imiter. Cependant, les conceptions rhétoriques et le contexte littéraire et éditorial dans lequel Denys écrit, le conduisent à faire entendre une voix discordante car plus critique : en témoignent les nombreuses réécritures du texte thucydidéen dans les Opuscules rhétoriques. Cependant, cette critique n’est pas seulement d’ordre esthétique, elle a aussi une visée morale. En effet, au delà de la critique stylistique et grammaticale, la condamation morale de l’œuvre de Thucydide est indissociable de la représentation que Denys se fait d’Athènes : je voudrais montrer que cet enjeu moral a des conséquences qui débordent le cadre des Opuscules Rhétoriques et informent en profondeur l’écriture des Antiquités Romaines.

La réception de Thucydide par Denys d’Halicarnasse : l’influence des problématiques littéraires

Une théorie de l’imitation qui traverse toute l’œuvre rhétorique

  • 8 Dion. H., Th., 1.2.
  • 9 Dion. H., Pomp., 3.21.

3Je rappellerai tout d’abord que lorsque nous lisons les Opuscules Rhétoriques, les remarques de Denys sur Thucydide s’inscrivent dans la perspective plus générale de ses recherches sur les qualités de style à imiter chez les grands auteurs grecs du passé. L’un des principaux traités rhétoriques de Denys s’intitule en effet Sur l’imitation : ce texte comptait à l’origine trois livres, dont il ne nous reste que des extraits livrés par Syrianus, commentateur d’Hermogène, un Epitomè partiel et une longue citation du livre II faite par Denys lui-même dans sa Lettre à Pompée Géminos. Dans ce dernier opuscule, Denys rappelle le plan de cet ouvrage ambitieux où il abordait tous les aspects théoriques et pratiques de l’imitation à l’usage de l’étudiant en rhétorique : le premier livre était consacré à la recherche sur l’imitation, le second proposait, de façon pratique et appliquée à tous les genres littéraires, une liste des auteurs à imiter, le livre III enfin regroupait des conseils sur la façon d’imiter les auteurs retenus. Parce qu’il avait pour objectif de signaler les qualités dignes d’imitation et d’émulation chez un auteur, mais aussi ses défauts, le traité était destiné à fournir aux étudiants en rhétorique “des modèles beaux et éprouvés qui leur servent d’entraînement sur tel ou tel point”8. Thucydide figure, parmi d’autres historiens, Hérodote, Xénophon, Philistos, Théopompe, au rang des auteurs à imiter : Denys le juge globalement inférieur à Hérodote sur le fond, mais du point de vue du style, il admet que Thucydide a créé une œuvre belle, d’une beauté imposante9.

4En effet, Denys juge d’abord les œuvres qu’il commente selon le double point de vue de la matière (pragmatikos topos) et du style (lektikos topos) ; ensuite, selon des critères esthétiques propres à son idéal atticisant ; enfin, il distingue entre les narrations et les discours, car une œuvre n’est pas tout entière bonne à imiter. Le jugement de Denys sur un auteur peut donc varier au sein d’un même traité et a fortiori d’un traité à un autre, selon la perspective qu’il adopte ; il est certain que le propos et le destinataire particulier à chaque traité sont encore d’autres éléments contribuant à l’apparente confusion ou versatilité du jugement dionysien. L’œuvre de Thucydide est à ce titre emblématique dans la production critique de Denys, puisqu’elle est digne d’imitation et d’émulation sur certains points, au contraire contre-modèle sous d’autres aspects :

  • 10 Dion. H., Th., 3.1.

“Mon intention dans le présent traité n’est pas de mener une attaque en règle contre les options littéraires et le talent de Thucydide, ni de faire le relevé des passages fautifs, ni de le dénigrer, ni de manœuvrer d’une façon ou d’une autre pour passer sous silence ses réussites et ses qualités tout en m’acharnant sur les passages qui ne seraient pas du meilleur style ; elle est d’analyser le caractère de son éloquence, en en considérant tous les traits, ceux qu’il partage avec d’autres comme ceux qui le distinguent des autres écrivains”10.

Donner à lire Thucydide

5Parce que la réussite d’une imitation tient à un travail régulier et que seul un exercice constant permet de conférer à l’imitation une grâce et un éclat spontanés, il convient de lire et relire les auteurs du passé : Denys met en pratique ce principe dans les Opuscules rhétoriques en proposant à son lecteur de longues citations de La guerre du Péloponnèse : il cite par exemple in extenso le dialogue “si beau et si raffiné” entre les Platéens et Archidamos (Thc. 2.71.1-75.1 = Dion. H., Th., 36), parce qu’il correspond à son idéal atticiste de convenance, de clarté et de concision. De fait, Denys se borne généralement à faire précéder ou suivre les passages qu’il approuve de quelques formules laudatives :

  • 11 Dion. H., Th., 27.1.

“Ce récit et ceux qui lui ressemblent méritent à mes yeux d’être admirés et imités ; la magnificence du langage, la beauté de l’expression, la virtuosité véhémente et toutes les autres qualités de style sont présentes dans de pareils passages – c’est ma conviction profonde – à leur plus haut niveau”11.

6Mais l’essentiel est de donner à lire le texte, dans une perspective d’imprégnation et d’imitation. Denys semble d’ailleurs mettre cette théorie en pratique sous nos yeux, puisque certains des passages cités dans les Opuscules rhétoriques sont l’objet d’imitation dans les Antiquités Romaines. C’est manifestement le cas du combat naval en Sicile au livre VII, que Denys reproduit largement dans son traité consacré à Thucydide (Dion. H., Th., 26.2 = Thc. 7.69.4-72.1). Il explique en effet que ce type de passage fait l’unanimité du profane comme du spécialiste de la littérature, et c’est ce texte qu’il prend pour modèle lorsqu’il rédige sa version du combat des Horaces et des Curiaces dans les Antiquités Romaines (Dion. H., AR, 3.19). Si l’on met les deux textes en parallèle, les similitudes sont frappantes, tant dans le choix du vocabulaire que dans l’utilisation d’un ressort narratologique particulier, qui consiste à décrire alternativement les réactions des spectateurs des deux camps.

  • 12 Ce débat est totalement absent du récit livien. Tite-Live traite beaucoup plus rapidement de cet é (...)
  • 13 Dion. H., Th., 44-46.

7Cette imitation ne se limite pas aux narrations, mais s’observe également dans les discours. Dans le livre X des Antiquités Romaines par exemple, Denys d’Halicarnasse développe assez longuement un débat qui eut lieu en 457 entre les tribuns et les consuls : alors que les consuls ont décidé de lever une armée pour se défendre contre une attaque des Sabins et des Eques, les tribuns réclament le vote de leur proposition de loi sur l’égalité des droits comme préalable à l’enrôlement des troupes. À ce propos, Denys d’Halicarnasse présente les discours antilogiques du consul C. Horatius et du tribun Verginius12. Le discours du consul C. Horatius me semble être une réécriture du discours prononcé par Périclès pour relever le courage des Athéniens au livre II de l’œuvre de Thucydide ; je signale d’ailleurs que Denys d’Halicarnasse a justement commenté ce discours dans le Sur Thucydide afin d’en montrer les mérites mais aussi les défauts13. Il est possible de relever de nombreux thèmes communs aux deux discours, qui prennent également place dans un contexte militaire : la défense de l’empire (avec le vocabulaire insistant de l’hegemonia en AR, 10.27.2 et 28.5), le droit naturel de Rome comme d’Athènes à commander aux autres (28.8), la nécessité de combattre, en raison même de la haine développée par leurs ennemis (22.6-7), l’injonction de pas se laisser surpasser par ses ancêtres, enfin la nécessité et la beauté qu’il y a à transmettre cet empire. Pris séparément, ces thèmes sont des topoi rhétoriques : c’est leur association au sein d’un même discours qui est remarquable et renvoie au modèle thucydidéen.

Une réception plus critique

  • 14 Schwartz 1905.

8Toutefois, si Thucydide fait partie des auteurs à imiter, les polémiques dans lesquelles s’insèrent les traités de Denys et son propre projet historiographique troublent assez largement ce premier constat : la critique moderne a d’ailleurs surtout retenu les critiques de Denys à l’encontre de Thucydide, sans doute parce qu’elles fournissaient un argument facile pour le déconsidérer et le réduire à n’être qu’un “pédant petit grec”14. Toutefois, l’opinion nuancée, voire réservée, de Denys passait déjà pour iconoclaste dans le contexte littéraire du ier siècle a. C.

  • 15 Dion. H., Th., 2.2.
  • 16 Cf. aussi Cicéron, L’orateur et le Brutus. Sur la vogue de Thucydide à Rome, cf. Leeman 1955.
  • 17 Dion. H., Th., 3 et 34.3-7.
  • 18 Dion. H., Th., 51.
  • 19 Denys développe d’autres arguments contre les Stoïciens : la singularité de l’art de Thucydide n’a (...)

9À cette époque, l’œuvre de Thucydide est en effet l’objet d’un effet de mode et Denys laisse entendre qu’il existe à Rome une opinion générale favorable à Thucydide, émanant “des orateurs et des philosophes les plus fameux”15. Tout cela est révélateur d’un engouement16, en particulier chez les Stoïciens, pour l’auteur de La guerre du Péloponnèse, et Denys montre à plusieurs reprises qu’il sait bien qu’on le blâmera pour cultiver le paradoxe et s’opposer à l’opinion générale. Dans le Sur Thucydide notamment, Denys s’adresse à un Stoïcien partisan du style sévère, Quintus Aelius Tubéron, qui voit en Thucydide le représentant modèle d’une certaine sévérité antique, admirable en ce qui concerne la narration historique et virtuose en matière de prose oratoire17. Denys entend donc critiquer ceux qu’il appelle des “admirateurs forcenés de Thucydide, qui en font presque un inspiré des dieux” ; mais c’est à toute une tradition ancienne qu’il se heurte, et tout particulièrement au malentendu de la “simplicité archaïque”. Selon Denys18, Thucydide n’est ni archaïque ni simple, mais au contraire novateur dans le genre orné à un degré exceptionnel19. Ensuite, il dénonce ses solécismes et son manque de correction grammaticale. Enfin, il lui reproche son goût pour l’expression rare, surannée, poétique, insolite, pour les mots singuliers, étrangers, fabriqués, les idées enchevêtrées ou elliptiques, qui nuisent à la clarté de l’expression.

Réécrire Thucydide pour le réformer

  • 20 Thc. 5.82 = Dion. H., Th., 29.

10Or Denys ne s’en tient pas à cette lecture critique : son commentaire se mue souvent en réfection du texte original, et Denys n’a pas de scrupule à proposer un remaniement du texte de Thucydide. Il peut ainsi réécrire, réformer des passages entiers, en apportant des corrections stylistiques afin que le texte de l’historien corresponde à son idéal atticiste : c’est très net par exemple pour le passage consacré aux troubles de Corcyre20. Denys reproche à Thucydide d’employer “une périphrase nullement nécessaire”, d’utiliser des expressions “difficiles à comprendre”, d’introduire “des figures voyantes”, de “manquer de clarté”. Or pour chaque défaut pointé, Denys propose une tournure “plus convenable”, une “traduction usuelle”, une expression “plus sensée”. Le caractère souvent outré du propos s’explique par le contexte littéraire et éditorial que j’ai mentionné, mais certaines corrections dépassent ce niveau stylistique et touchent au domaine moral, via des remarques sur l’économie du récit.

  • 21 Dion. H., Th., 10-12.
  • 22 Il reprend là un argument ancien (Isoc., Panath., 22).

11En ce qui concerne l’Introduction de La guerre du Péloponnèse, Denys critique toute l’organisation du système des causes élaboré par Thucydide et il en cite de larges extraits21. Il reproche en particulier à Thucydide d’avoir commencé non par la cause vraie du conflit (la croissance d’Athènes), mais par la cause fictive (forgée par les Lacédémoniens, le contingent expédié par Athènes à ses alliés de Corcyre contre les Corynthiens) ; il conclut en disant que “Thucydide aurait dû, en commençant cette enquête sur les causes de la guerre, présenter en premier la cause vraie, ou celle qu’il croit telle (...). La narration aurait une bien meilleure entrée en matières, et de loin, si l’économie avait été de ce type”. Or quelques chapitres plus loin, Denys propose une réécriture personnelle de l’Introduction, qu’il a purgée des développements jugés superflus : il présente une nouvelle version dionysienne du texte du livre I, en l’amputant des chapitres 2 à 20, afin de lui donner “plus de vigueur”. Plus globalement, Denys reproche à Thucydide de ne pas faire suffisamment l’éloge d’Athènes, mais aussi d’abandonner le récit au temps de la débâcle, au lieu de le prolonger jusqu’à la restauration de la démocratie athénienne22. Il critique les passages qui ne mettent pas en valeur la grandeur de la cité au cours du ve siècle. En effet, à ses yeux, la guerre du Péloponnèse est l’affrontement fratricide qui précipita l’asservissement de la Grèce : elle apparaît aux yeux de Denys comme un anti-sujet d’histoire qui ne peut que rebuter les lecteurs ; mais Thucydide est surtout blâmable parce qu’il a proposé d’Athènes un modèle désastreux.

L’image d’Athènes en jeu : la lecture de Thucydide et ses réécritures, des Opuscules Rhétoriques aux Antiquités Romaines

Une lecture d’Athènes essentielle pour écrire l’histoire de Rome

  • 23 Cf. Payen 2004, 131-133.
  • 24 Selon Romilly 1947, 248 : “ce qui faisait chérir à Thucydide la politique impérialiste lorsqu’elle (...)

12La manière dont Denys commente le discours du livre V entre les Athéniens et les Méliens est emblématique de la condamnation morale portée par notre rhéteur sur La Guerre du Péloponnèse, comme P. Payen l’a encore souligné récemment23. Il s’agit du discours fameux où une ambassade athénienne vient demander à la cité de Mélos, colonie lacédémonienne restée neutre jusqu’à ce point du conflit, de se soumettre. Athènes fait valoir le principe naturel en vertu duquel le plus fort impose toujours sa loi au plus faible. Or Denys juge sévèrement les propos prêtés à Athènes, car ils donnent l’image d’une Athènes barbare et infidèle à son passé de libératrice des Grecs : à ses yeux, le passage repose sur une contradiction entre la réalité des Athéniens civilisateurs de l’humanité et leur prétendu acharnement à faire triompher le bon plaisir du plus fort. D’après Denys, ce texte mérite rectification car Athènes ne saurait plus dans ces conditions constituer le modèle prestigieux de l’hégémonie romaine, alors que c’est le nerf de son interprétation de l’histoire romaine. De fait, ce dialogue entre les Méliens et les Athéniens témoigne d’une rupture de sympathie de Thucydide envers l’impérialisme athénien : il est clair qu’à partir de ce moment, l’impérialisme n’est plus justifié qu’au nom d’une loi par laquelle ses fautes et ses excès sont rattachés à la logique de son développement. Cette logique ne correspond plus à la conception de Périclès, quand l’impérialisme comportait une grande part d’idéal, lorsque le souci de la grandeur athénienne était contrebalancé par le respect de la justice et de la modération24.

  • 25 Dion. H., AR, 1.89.2-3.
  • 26 Dion. H., Th., 41.6.

13Or Denys juge que cette vision est fautive, qu’elle n’a pas sa place dans l’histoire : en effet, il se place dans la perspective d’une unification des histoires grecque et romaine par le biais de la valeur commune de l’hellénisme. Autrement dit, dans les Antiquités Romaines, Denys s’emploie à montrer que Rome s’inscrit dans le temps et l’histoire d’Athènes, avec pour enjeu majeur de réconcilier Grecs et Romains. Selon lui, les Romains ont des origines helléniques, mais ce lien originel entre les Romains et les Grecs s’est encore maintenu vivant au cours des siècles suivants, alors même que la cité subissait des influences allogènes et intégrait en son sein des populations barbares25. Les deux cités partagent donc à ses yeux un destin commun, celui de la défense de l’hellénisme, ou du moins d’un l’hellénisme idéal. Si Athènes est vraiment “la cité la mieux policée du monde”, et les Athéniens “les civilisateurs de l’humanité”26, rien ne doit déformer cette image ni troubler la signification de cet hellénisme. En l’occurrence, la vision d’Athènes proposée par Thucydide est problématique pour Denys, et implique d’être revue et corrigée. Or cette réécriture ne se cantonne plus aux Opuscules Rhétoriques, mais elle s’immice jusque dans les Antiquités Romaines.

Le travestissement d’un texte de Thucydide : comment déformer le texte source

  • 27 Mettius Fufetius fait d’ailleurs mention du précédent athénien : “Il s’en faut tellement que nous (...)
  • 28 Comme le fait remarquer Richard 1993. Cf. Delcourt 2005, 172-173.
  • 29 Cf. Dion. H., AR, 2.15.3-4.

14Au début du livre III, Denys retrace longuement – surtout en comparaison de la version livienne – l’entrevue entre chefs albain et romain, le dictateur Mettius Fufetius et le roi Tullius Hostilius, à la veille d’un combat décisif. L’intérêt bien compris des deux cités contre leurs ennemis communs est l’un des fondements de la controverse, mais Denys présente l’opposition entre les deux cités en termes thucydidéens, comme le heurt entre deux idéologies. Ce passage est évidemment essentiel pour la compréhension des rapports entre une cité hégémonique et les autres. Mettius Fufetius revendique la prééminence de sa cité : il fonde son argumentation d’une part sur l’existence d’une loi naturelle obligeant la colonie à honorer sa métropole selon des rapports filiaux, d’autre part sur le fait que la pureté ethnique sauvegardée par Albe garantit sa supériorité. Tullius Hostilius réfute le premier point en citant deux contre-exemples : Sparte, à la fois colonie et maîtresse de la nation dorienne, et Albe qui entretient ce même double rapport avec Lavinium. Pour le deuxième point, il démontre les bénéfices d’une politique d’ouverture, dans une cité où les honneurs sont dûs non aux riches ou aux plus anciens membres de la cité, mais aux hommes les plus vertueux, indépendemment de leur origine sociale ou ethnique. L’accueil des étrangers constitue dans ce cas une richesse pour la cité, puisqu’il renforce l’émulation et contribue à la puissance militaire. Par conséquent, Denys calque ce conflit entre Albe et Rome et les argumentations respectives des deux chefs de cité sur le modèle thucydidéen des luttes entre cités grecques pour l’hégémonie ; d’autre part et surtout, le modèle romain proposé par Tullius Hostilius est largement inspiré du paradigme athénien tel qu’il est mis en valeur par l’Oraison Funèbre prononcée par Périclès (livre II) : le texte constitue l’une des plus nettes mises en valeur des fondements de l’impérialisme athénien27. Or le discours de Tullius Hostilius fait écho au discours de Périclès sur les deux points précis que je viens de signaler : à Athènes, ce n’est pas l’appartenance à une grande famille ou la richesse personnelle qui permet d’accéder aux magistratures de la cité, mais le mérite ou la vertu. D’autre part, l’ouverture de la cité aux étrangers est également soulignée par Périclès. Certes, en ce qui concerne l’accueil fait aux étrangers, l’écho est plus ambigü. Sans doute Périclès proclame-t-il que la cité athénienne fait bon accueil aux étrangers et qu’il s’agit là d’un moyen de préparer la guerre. Cependant, le propos de Périclès est plus restreint, et ne concerne que le refus de la xénélasie28 : de ce point de vue, l’écho que Denys crée avec ce texte est un peu forcé. À mon sens, cet aspect est intéressant, car, par un travestissement subtil du texte thucydidéen, Denys fait en quelque sorte dire à Périclès ce qu’il ne dit pas ou, du moins, davantage que ce qu’il dit vraiment : en même temps qu’il donne à lire le texte de Thucydide, Denys le falsifie, en surimposant sa propre réécriture du discours. Preuve en est d’ailleurs que Denys souligne dans d’autres passages des Antiquités Romaines qu’un peuple nombreux est nécessaire pour exercer l’hégémonie, et qu’à ce titre, la politique romaine fut un succès et qu’elle manifesta là sa supériorité par rapport aux Grecs29.

Lorsque le démarquage thucydidéen dans les Antiquités Romaines démontre la supériorité de Rome sur Athènes : du modèle littéraire à la source historique

  • 30 Liv. 3.32.2-4.
  • 31 Ce n’est pas le premier épisode de pestilence évoqué dans les Antiquités Romaines : on se reporter (...)
  • 32 Nous n’employons le terme “peste” qu’entre guillemets : l’épidémie qui porte en grec le nom de λοι (...)
  • 33 Thc. 2.47-54.

15Je prendrai un dernier exemple d’imitation de Thucydide dans les Antiquités Romaines, où le texte d’origine se situe à la limite du modèle d’écriture et de la source historique. Denys d’Halicarnasse s’attarde longuement, en comparaison de Tite-Live30, sur l’épidémie qui frappe Rome en 45331. Il est difficile de lire ce récit sans y repérer des réminiscences de l’évocation de la célèbre “peste”32 qui frappa Athènes pendant la guerre du Péloponnèse, dans le livre II de Thucydide33. De fait, le passage regroupe un certain nombre d’éléments qui font écho au texte thucydidéen.

  • 34 Cf. Dion. H., AR, 10.53.1-2 et Thc. 2.47.3 ; à propos de l’épidémie de 474, Denys d’Halicarnasse d (...)
  • 35 Dion. H., AR, 10.53.2.
  • 36 Thc. 2.47.4. La contagion opérée au cours des soins est aussi évoquée en 2.51.4 : “en soignant les (...)
  • 37 Comparer Dion. H., AR, 10.53.2 : “ceux qui voulaient atténuer les souffrances des autres, en touch (...)
  • 38 Dion. H., AR, 10.53.2-3 : “Au début, par pudeur et parce qu’ils avaient en abondance le nécessaire (...)
  • 39 Cf. Dion. H., AR, 10.53.5-6 : “Or, aussi longtemps qu’ils furent nombreux à garder au fond de leur (...)
  • 40 Dion. H., AR, 10.53.2.

16Denys d’Halicarnasse signale tout d’abord que cet épisode de peste fut d’une gravité exceptionnelle, inédite de mémoire humaine : “Il s’abattit sur la cité la plus grande épidémie de toutes celles dont le passé gardait la mémoire”, tout comme Thucydide : “On n’avait nulle part souvenir de rien de tel comme fléau, ni comme destruction de vies humaines”34. Denys d’Halicarnasse estime ensuite que l’importance du phénomène de contagion entre soignants et malades fut une cause de la propagation de la maladie35. Or la contagion, c’est à dire la contamination par le contact, avait déjà été implicitement observée par Thucydide lorsqu’il notait que les médecins étaient plus nombreux à mourir dans la mesure où ils approchaient le plus les malades36. Les deux historiens font d’ailleurs le constat de familles décimées par la maladie37, et aussi des obstacles matériels à l’observation des rites funéraires auxquels étaient confrontés les proches des victimes38. Les thèmes de l’indifférence à l’égard du sacré et du découragement moral sont présents chez les deux historiens, qui mentionnent tous les deux la négligence des Romains et des Athéniens en matière de funérailles39. Cependant, Thucydide avait là le projet d’expliquer la désintégration morale progressive d’Athènes. Pour sa part, Denys souligne surtout que le manquement aux usages funéraires eut des conséquences sanitaires délétères, et il y voit la source de la virulence et de la persistance de la maladie40. Il ne relie pas ce découragement à une décadence morale. Tandis que Thucydide insiste sur la propagation du désordre dans tous les secteurs de la vie de la cité, Denys montre au contraire que, dès la fin de l’épidémie, les consuls firent célébrer les cérémonies habituelles : les cérémonies d’actions de grâce et les jeux brillants organisés au frais de l’État romain instaurent symboliquement le retour à l’ordre dans la cité. Denys souligne ainsi subtilement qu’à Rome, l’État prend en charge le maintien de la piété car cette dernière y est garante d’ordre. Cet argument est en effet récurrent dans les Antiquités Romaines : Denys voit dans la piété romaine le signe de la supériorité des Romains sur les Grecs, car ils ont trouvé par ce biais le moyen de garantir la concorde dans la cité et d’échapper au risque de la stasis, à la source du désastre grec. Par conséquent, dans certains cas, le démarquage thucydidéen peut aussi être destiné à démontrer la supériorité de Rome sur Athènes.

  • 41 Dion. H., AR, 7.66. Sur l’ensemble de cet épisode consacré à Coriolan, on consultera l’article d’E (...)

17En conclusion, l’histoire romaine ne peut s’écrire selon Denys d’Halicarnasse que dans la continuité de l’histoire grecque. Le réemploi du texte thucydidéen assure donc à la fois la préservation et la mise en valeur de l’héritage athénien, quitte, pour Denys, à le purger de ce qui lui apparaît être des déformations. La finalité de cette réécriture est la construction d’une vérité historique permettant l’unification des histoires grecque et romaine par le biais des valeurs communes de l’hellénisme. Enfin, à l’extrême terme de cette réutilisation du texte thucydidéen, La guerre du Péloponnèse se mue en source historique : sa matière fait alors figure de contre-exemple, de modèle obsolète. En faisant référence aux troubles de Corcyre au livre VII, à l’issue de la geste de Coriolan et de la “première stasis” qui opposa la plèbe et le patriciat41, Denys démarque nettement le texte thucydidéen : il en rédige en effet la version anti-phrastique, destinée à prouver la supériorité romaine : “les Romains, discutant entre eux sur l’égalité et la justice, comme des frères avec des frères, des enfants avec leurs parents dans une sage famille, ont mis fin à leurs disputes par la persuasion et le discours, sans jamais aller jusqu’à commettre aucun acte irréparable ou impie, comme les gens de Corcyre l’ont fait pendant leur sédition”.

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Darbo-Peschanski, C., éd. (2004) : La citation dans l’Antiquité, Actes du colloque du PARSA, Lyon, ENS LSH, 6-8 novembre 2002, Grenoble.

Delcourt, A. (2005) : Lecture des “Antiquités Romaines” de Denys d’Halicarnasse : un historien entre deux mondes, Bruxelles, Académie royale de Belgique.

Hude, C. (1898-1901) : Thucydide ed. major, I-II, Leipzig.

Leeman, A. D. (1955) : “Le genre et le style historique à Rome, théorie et pratique”, REL, 33, 183-208.

Martin, P. M. (1993) : Denys d’Halicarnasse, historien grec des origines de Rome, Actes du colloque de Montpellier 20-21 mars 1992, Pallas, 39.

Noé, E. (1979) : “Ricerche su Dionigi d’Alicarnasso : la prima stasis a Roma e l’episodio di Coriolano”, in : Troiani et al. 1979, 21-115.

Payen, P. (2004) : “Les citations des historiens dans les traités rhétoriques de Denys d’Halicarnasse”, in : Darbo-Peschanski 2004, 111-133.

Richard, J. P. (1993) : “Sur deux discours-programmes : à propos d’A. R., 3, 10, 3-11, 11”, in : Martin 1993, 125-141.

Romilly, J. de (1947) : Thucydide et l’impérialisme athénien, Paris.

Schwartz, E. (1905) : “Dionysios von Halikarnassos, R. E. V, col. 934-961.

Troiani, L., E. Noé, C. Letta et E. Gabba (1979) : Ricerche di storiografia greca di età Romana, Pise.

Notes

1 Quatre-vingt-dix-huit passages, auxquels il faut ajouter de nombreuses mentions d’ordre lexical (dans la Seconde Lettre à Ammée en particulier). Cf. le décompte de Payen 2004, 115 n. 25.

2 Sur Lysias, Sur Démosthène, Sur l’imitation, La Lettre à Pompée, le De compositione verborum, et le Dinarque.

3 C’est ce dont témoignent les Testimonia regroupés par Hude dans son édition de Thucydide (cf. Hude 1898-1901).

4 Il faut ajouter à ces épisodes des passages plus théoriques, l’exposé du système des causes et le récit de la Pentékontaétie du livre I, et la “seconde préface” du livre V.

5 Denys déclare qu’en choisissant des sujets plus vastes que leurs prédécesseurs, en accordant à la mise en forme une importance inédite, Hérodote et Thucydide ont permis au genre historique d’accomplir des progrès considérables. Denys n’est sûrement pas l’inventeur de ce qui est devenu une vulgate de l’historiographie : cf. Cic., De Orat., 2.

6 Dion. H., Th., 6-8.

7 Dion. H., Pomp., 6.4-5.

8 Dion. H., Th., 1.2.

9 Dion. H., Pomp., 3.21.

10 Dion. H., Th., 3.1.

11 Dion. H., Th., 27.1.

12 Ce débat est totalement absent du récit livien. Tite-Live traite beaucoup plus rapidement de cet épisode : “la peur poussa les tribuns à permettre l’enrôlement, mais non sans poser leurs conditions : “pendant cinq ans on s’était joué d’eux et ils n’avaient en tout ce temps presque rien fait pour la plèbe ; il fallait donc désormais nommer dix tribuns de la plèbe”. La nécessité arracha aux patriciens leur consentement, avec cette restriction, toutefois, qu’“ils ne reverraient plus les mêmes tribuns”. Mais de peur qu’après la guerre cette concession ne fût, comme toutes les autres, réduite à néant, les élections tribuniciennes se firent immédiatement. Trente-six ans après la création des tribuns de la plèbe, leur nombre fut porté à dix, deux pour chaque classe, et on pourvut à ce que les élections futures se fissent de la sorte” (Liv. 3.30.5-7).

13 Dion. H., Th., 44-46.

14 Schwartz 1905.

15 Dion. H., Th., 2.2.

16 Cf. aussi Cicéron, L’orateur et le Brutus. Sur la vogue de Thucydide à Rome, cf. Leeman 1955.

17 Dion. H., Th., 3 et 34.3-7.

18 Dion. H., Th., 51.

19 Denys développe d’autres arguments contre les Stoïciens : la singularité de l’art de Thucydide n’admet pas de rapprochement avec l’usage de son époque ou le caractère de style d’aucun de ses contemporains. Enfin, il n’est pas vrai que le style de ses démégories soit approprié à l’ethos des orateurs de son temps qu’il fait parler dans son Histoire.

20 Thc. 5.82 = Dion. H., Th., 29.

21 Dion. H., Th., 10-12.

22 Il reprend là un argument ancien (Isoc., Panath., 22).

23 Cf. Payen 2004, 131-133.

24 Selon Romilly 1947, 248 : “ce qui faisait chérir à Thucydide la politique impérialiste lorsqu’elle se fondait sur ces qualités, la lui rend odieuse lorsqu’elle les élimine, pour ne plus se réclamer que de la soif du plus et de la soi-disant sauvegarde de sa domination”.

25 Dion. H., AR, 1.89.2-3.

26 Dion. H., Th., 41.6.

27 Mettius Fufetius fait d’ailleurs mention du précédent athénien : “Il s’en faut tellement que nous rougissions d’avoir déclaré notre cité terre commune pour tous ceux qui veulent y habiter, que nous nous vantons même particulièrement de cette mesure, sans en avoir pris l’exemple auprès de la cité des Athéniens, dont la réputation est immense chez les Grecs, notamment si ce n’est principalement, en raison de cette disposition de leur constitution” Dion. H., AR, 3.11.4.

28 Comme le fait remarquer Richard 1993. Cf. Delcourt 2005, 172-173.

29 Cf. Dion. H., AR, 2.15.3-4.

30 Liv. 3.32.2-4.

31 Ce n’est pas le premier épisode de pestilence évoqué dans les Antiquités Romaines : on se reportera aux passages du livre IX des Antiquités Romaines (Dion. H., AR, 9.42 et 9.67).

32 Nous n’employons le terme “peste” qu’entre guillemets : l’épidémie qui porte en grec le nom de λοιµóς ou λοιµικὴ óσος doit être traduite par le mot pestilence, car la peste proprement dite, causée par le bacille de Yersin, ne semble pas encore connue à l’époque classique.

33 Thc. 2.47-54.

34 Cf. Dion. H., AR, 10.53.1-2 et Thc. 2.47.3 ; à propos de l’épidémie de 474, Denys d’Halicarnasse disait qu’elle avait été virulente comme aucune autre (AR, 9.67).

35 Dion. H., AR, 10.53.2.

36 Thc. 2.47.4. La contagion opérée au cours des soins est aussi évoquée en 2.51.4 : “en soignant les autres, on contractait soi-même la maladie” et “ils se contaminaient les uns les autres en se donnant des soins et périssaient comme des troupeaux ; c’est ce qui fit le plus de victimes”.

37 Comparer Dion. H., AR, 10.53.2 : “ceux qui voulaient atténuer les souffrances des autres, en touchant leurs corps épuisés de fatigue et en vivant à leurs côtés, attrapaient les mêmes maladies qu’eux, de sorte que de nombreuses maisons furent laissées sans héritiers, par manque de personnes pour s’occuper des malades” et Thc. 2.51 : “Quand, pris de peur, les gens refusaient d’aller les uns chez les autres, ils périssaient abandonnés de tous. Ainsi nombre de demeures, où personne ne voulait faire le garde-malade, se vidèrent de leurs habitants. Ceux d’autre part qui approchaient des patients se voyaient mortellement atteints. Tel fut le cas surtout des gens qui, voulant faire preuve de dévouement et estimant qu’il était de leur devoir de ne pas se ménager, rendaient visite à leurs amis”.

38 Dion. H., AR, 10.53.2-3 : “Au début, par pudeur et parce qu’ils avaient en abondance le nécessaire pour les funérailles, ils brûlaient et enterraient leurs morts, mais à la fin, les uns par mépris des convenances, les autres n’ayant pas le nécessaire, emportaient la plupart des morts dans les souterrains des ruelles pour les y abandonner, et plus nombreux encore étaient ceux qu’ils jetaient dans les eaux du fleuve” et Thc. 2.52 : “Les familles que la mort avait frappées à plusieurs reprises manquaient des objets nécessaires aux obsèques et beaucoup eurent alors recours à des pratiques indécentes. Trouvant des bûchers dressés par d’autres, ils y déposaient avant eux les cadavres des leurs et y mettaient le feu. Ou bien, sur les bûchers où des corps étaient déjà en train de brûler, ils jetaient les cadavres qu’ils avaient apportés et prenaient la fuite”.

39 Cf. Dion. H., AR, 10.53.5-6 : “Or, aussi longtemps qu’ils furent nombreux à garder au fond de leur cœur l’espoir qu’un dieu leur viendrait en aide, tous se livrèrent aux sacrifices et aux purifications ; même, beaucoup de nouvelles coutumes indécentes concernant les sacrifices pratiqués en l’honneur des dieux et étrangères au peuple romain furent introduites. Mais quand ils voulurent bien reconnaître que la divinité n’avait ni cure ni pitié d’eux, ils s’abstinrent même de respecter les rituels religieux” ; Thc. 2.52.2 : “les gens, dépassés par l’ampleur du fléau et ne sachant ce qu’ils allaient devenir, en vinrent à ne plus se soucier des lois divines ou humaines. On ne respectait plus aucun des usages qu’on observait avant dans les funérailles” et 2.47 : “quant aux prières qu’on faisait dans les temples, aux consultations d’oracles et autres moyens de ce genre, tout cela n’était d’aucun secours et, comme le mal se montrait le plus fort, on cessa finalement d’y avoir recours”.

40 Dion. H., AR, 10.53.2.

41 Dion. H., AR, 7.66. Sur l’ensemble de cet épisode consacré à Coriolan, on consultera l’article d’E. Noè 1979.

Auteur

Université de Perpignan Via Domitia

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search