Version classiqueVersion mobile

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Introduction

Valérie Fromentin, Sophie Gotteland et Pascal Payen

Texte intégral

  • 1 Le volumineux Brill’s Companion to Thucydides (Rengakos & Tsakmakis 2006), comporte une partie enti (...)

1L’ouvrage que nous présentons à plusieurs voix est le résultat de trois rencontres internationales consacrées à un problème de nature historique et littéraire : la réception de Thucydide. Ce dossier complexe, que nous ne sommes certes pas les premiers à aborder1, est appréhendé ici dans un temps vaste, depuis l’Antiquité jusqu’à un long xixe siècle.

2Notre entreprise et, espérons-le, son originalité tiennent dans la notion de “réception” appréhendée avec quelque rigueur et définie comme l’ensemble des “traditions” qu’il est possible de recenser, sur la longue durée, à propos d’une institution, d’une pratique sociale, d’une construction idéologique ou d’une œuvre, entre le moment de leur genèse et un terminus donné, correspondant autant que possible à un infléchissement majeur. Toutes ces traditions, loin de constituer un dépôt mort ou figé, entrent en consonance, interfèrent entre elles et influencent nos lectures actuelles de Thucydide. Étudier la réception de Thucydide c’est donc analyser son œuvre en partant des questions qui lui ont été posées depuis le présent, les présents de tous ceux qui l’ont lu et l’ont utilisé. Cependant cette mise en contexte(s), évidemment indispensable, n’est pas suffisante, s’agissant d’un auteur qui, dès le ive siècle a. C., a été pour ainsi dire “multiplié”, selon qu’il était considéré, lu et étudié comme un historien, comme un maître de la prose (narrative ou oratoire) ou comme un théoricien politique. Aussi toute tentative pour appréhender de manière diachronique les différentes manières dont Thucydide a été perçu et reçu doit-elle tenir compte des trois dimensions–littéraire, historique et philosophique–dans lesquelles son œuvre s’est déployée presque dès l’origine.

  • 2 Thc. 1.1.2, 1.22.4.
  • 3 Une recherche spécifique devrait être entreprise au sujet des traductions (totales ou partielles) e (...)

3Il nous a cependant fallu poser des limites à notre projet : nous avons choisi, d’un côté, de faire commencer la tradition thucydidéenne au temps même de Thucydide, presque avant lui, dans le dialogue qu’il instaure d’emblée avec Hérodote2 ; de l’autre, de considérer comme un terminus ad quem, certes provisoire, le moment où La guerre du Péloponnèse est appréhendée à la fois comme une source documentaire qui l’emporte sur les autres et comme le paradigme de l’histoire “véritable”, rationaliste et scientifique, selon un processus commencé au xviiie siècle et parachevé dans l’université prussienne du xixe. En bref, offrir un éclairage sur Thucydide, son œuvre, ses choix, à partir des traditions qu’il a suscitées, en considérant que les manières dont il a été lu, les interprétations qui se sont développées, l’histoire des traductions3 et des dispositifs éditoriaux font partie de l’œuvre, parce qu’elles accompagnent notre propre lecture. Mieux comprendre “Thucydide après Thucydide” pour renouveler le dialogue que nous entretenons avec son œuvre et formuler des questions neuves. Un Thucydide des Modernes pour revenir au Thucydide de l’Antiquité. Un Thucydide du temps présent en dialogue avec les Thucydide d’avant.

  • 4 Notion empruntée à Michèle Duchet, dont le projet, différent du nôtre, était d’analyser les frontiè (...)

4Comment conduire l’étude de la réception d’un auteur pour lequel la dénomination d’historien est le premier problème que nous rencontrons ? Par là, quelles limites assignons-nous, dans le “partage des savoirs”4, aux notions mêmes d’histoire, de littérature et d’historiographie, pour l’Antiquité, mais aussi lorsque nous faisons dialoguer Anciens et Modernes ? Il est tout d’abord nécessaire de définir quelques-unes des questions impliquées dans l’étude de la réception de Thucydide. Une fois précisé ces domaines d’enquête, nous présenterons les lignes de force autour desquelles ont été conçues les trois rencontres que nous avons oganisées autour de ce thème.

Comment lire un historien ancien ? Comment les traditions relatives à thucydide se sont-elles constituées ?

5Trois approches ont jusqu’ici prévalu pour constituer l’historiographie ancienne–le corpus des historiens grecs et latins – en domaine de recherche.

  • 5 Momigliano 1978 et 1992.
  • 6 Goldhill 2002, 43-44.

6La première est illustrée par les travaux d’Arnaldo Momigliano. Elle consiste à privilégier les continuités entre les Anciens et les Modernes. Hérodote et Thucydide seraient à l’origine de deux grandes orientations : l’histoire de la civilisation et l’histoire politique et militaire, entre lesquelles se partagerait depuis deux siècles l’historiographie moderne5. Les méthodes critiques appliquées aux traces laissées par le passé n’auraient pas fondamentalement changé; elles auraient seulement connu des variations et des perfectionnements. L’axiome principal qui sous-tend cette perspective ne change pas : “les écrits d’Hérodote et de Thucydide fondent le genre historique”6. L’accent est mis avant tout sur la valeur documentaire de l’œuvre, et l’historien moderne entretient un rapport de connivence avec son “collègue” ancien.

  • 7 Hdt. 7.152.
  • 8 Hartog 2005, 75-88 ; Zangara 2007.
  • 9 Thc. 1.22.2 ; 2.48.3 ; 5.25.5.
  • 10 Thc. 1.1.2.
  • 11 Loraux 1981.

7Une deuxième attitude critique consiste, au contraire, à souligner les écarts et les ruptures. Il s’agit de montrer, par exemple, que l’enquête hérodotéenne a pour ambition de rapporter toutes les traditions qui ont cours7, laissant au lecteur la liberté d’exercer son esprit critique, ou de souligner que toute l’épistémologie de Thucydide et de Polybe repose sur l’importance première accordée aux opérations liées à la “vue” (opsis, sunopsis, enargeia)8, par différence avec notre histoire qui se veut science des traces, écrites ou orales. Imagine-t-on un historien moderne qui se définirait comme tel, parce que son corpus serait constitué de ce qu’il aurait vu lui-même, ainsi que le revendique Thucydide9, avec cette conséquence essentielle qu’il devient alors impossible de parvenir à une “connaissance claire10” du passé, par différence avec le présent ? En ce sens il faut redire, avec Nicole Loraux, que “Thucydide n’est pas un collègue11”.

  • 12 Thc. 1.22.4.

8Une troisième approche consiste à appréhender La guerre du Péloponnèse comme un monument de la littérature grecque, portant témoignage d’une Athènes éternelle et plus encore de valeurs et d’idées qui dépassent le contexte de la Grèce et touchent à la “nature humaine12”. L’accent est alors mis sur le texte, comme monument intemporel, à révérer et à ranger au répertoire des classiques.

  • 13 Darbo-Peschanski 2007.

9Nous sommes ainsi passés d’une conception de l’œuvre comme document utile, comme une sorte de “contexte sans texte”, dans le premier cas, à une conception de La guerre du Péloponnèse comme monument qui devrait être placé dans le registre des Belles Lettres, comme “texte sans contexte”. Un constat et un changement dans la recherche permettent de sortir de cette aporie. D’une part, rappelons que Thucydide est considéré par une longue tradition ancienne et par une part de la corporation des Modernes comme le premier “historien” scientifique; cette appellation est alors déconnectée des termes historia, historeîn, historikos qui ne figurent pas une seule fois dans son œuvre et appartiennent à un autre champ sémantique13. En cela Thucydide souhaite se démarquer du projet d’Hérodote. D’autre part, les historiens modernes prennent désormais en compte la dimension de l’écriture, à travers la réflexion sur les genres et les problèmes d’énonciation, tandis que les littéraires sont attentifs aux contextes historiques dans lesquels sont élaborées les œuvres, notamment les textes de nature historiographique.

10Ce cadre d’analyse, ouvert, des Anciens aux Modernes, permet de préciser, dans un deuxième temps, ce que l’on peut entendre par “réception des historiens anciens”.

Thucydide et la réception des historiens anciens : approches d’un thème et d’une méthode de recherche

11L’exploration méthodique de ce domaine de recherche en est à ses débuts, si l’on veut bien le considérer dans toute son extension, en tenant compte de l’ensemble des traditions depuis l’Antiquité. Cette problématique peut être ramenée à deux questions principales.

12Comment ces auteurs ont-ils contribué, en tant qu’historiens, ou plus exactement parce qu’ils sont reconnus comme tels, à délimiter les contours du champ historique – à savoir le passé des sociétés anciennes comme source d’enquête et domaine d’étude ? Quelles influences ont-ils exercées, par différence avec d’autres sources, sur la construction de l’image que nous possédons du passé des civilisations qui ont fréquenté la Méditerranée, ou, dans le cas de Thucydide, de certains épisodes majeurs de l’histoire grecque ? Nous savons désormais qu’il n’y eut pas une seule guerre du Péloponnèse, mais un ensemble d’affrontements de grande ampleur, entre deux coalitions de cités grecques, comme la période comprise entre 1914 et 1945 connut deux conflits meurtriers entrecoupés par une période de bouleversements politiques déstabilisateurs.

  • 14 Most 2002.

13La seconde question invite à se demander comment la narration des historiens anciens contribue, sur un autre plan, à préciser les règles de l’écriture de l’histoire en même temps que l’élaboration d’un genre aux ramifications multiples. Dans le temps long qui conduit des premières tentatives pour réfléchir sur le passé de la Grèce et de Rome dans ses rapports avec le présent, jusqu’aux ambitions d’une histoire scientifique qui prend forme, en tant que discipline, profession et institution, dans les années 1820-1830, et qui constitue toujours, peu ou prou, notre cadre de travail, les historiens anciens ont toujours tenu une place de premier plan14, tout particulièrement Thucydide.

14La perspective que nous avons retenue se veut avant tout critique et différentielle. Pour comprendre l’originalité de Thucydide, de ceux qui l’ont lu et des historiens qui ont eu recours à son œuvre, nous partons du postulat qu’il est éloigné de nous, et nous ne le considérons pas comme un précurseur sur le plan de la méthode et sur celui de l’écriture. Nous nous situons encore moins, par rapport à lui, sur la ligne d’un progrès et d’un perfectionnement. La perspective que nous proposons est inverse : elle consiste à repérer comment, par un ensemble d’emprunts, mais surtout d’écarts, de ruptures, parfois de méprises, l’épistémologie et la narration historiques des Modernes se sont façonnées à partir des pratiques des Anciens, ici de Thucydide. C’est pourquoi nous sommes conduits à envisager, sur des plans différents, quelle place et quelles fonctions a occupées Thucydide dans la tradition.

Thucydide dans la tradition : repères

15Quelques repères suffiront dans cette présentation, pour esquisser un mouvement d’ensemble que les trois sections du livre infléchissent et nuancent. Tenons-nous en ici à une ligne d’ensemble : Thucydide paraît être l’objet d’un oubli aux xviie et xviiie siècles et cet oubli se situe entre deux apogées.

  • 15 Nicolai 2006.
  • 16 Luc., H. conscr., 39 ; formules proches en 42, 47, 49, 51.
  • 17 Thc. 2.48.3.
  • 18 Murari Pires 2006, 815-823.
  • 19 Phot., Bibl., 60, 19 b 16-42.

16Dès le ive siècle, sa fortune est assurée. De nombreux continuateurs prennent le relais de son œuvre : Xénophon, Théopompe, Philistos, Cratippos, et plus d’un traité le propose à l’imitation15. Praxiphane, un élève de Théophraste, à la fin du ive siècle, est en ce sens le précurseur de Lucien, pour qui, à la manière de Thucydide, l’unique tâche de l’historien est de raconter les faits comme ils se sont passés, (ώς έπράχθη)16, formule à rapprocher du οον τε εγιγνετ, à propos des événements de la peste17, et de leur probable postérité dans le mot bien connu de Ranke : l’historien se doit de restituer les faits wie es eigentlich gewesen18. Cette tradition passe par Éphore, Polybe, Salluste, Flavius Josèphe, Dion Cassius, et domine toute une part de l’historiographie byzantine. Dans la notice que Photios, au ixe siècle, consacre à Hérodote, dans sa Bibliothèque, ce sont les catégories de l’historiographie thucydidéenne qui prévalent et qui condamnent l’enquêteur d’Halicarnasse19.

  • 20 Thc. 1.20.3, ainsi que 1.21.1 ; 1.22.1.

17L’autre apogée se situe au xixe siècle, ainsi que nous venons d’y faire allusion. Thucydide est lu avec attention par les fondateurs de l’université de Berlin, en particulier par Niebuhr, qui lui-même influença Ranke et l’élève de ce dernier, Wilhelm Roscher, auteur d’un livre capital : Leben, Werk und Zeitalter des Thukydides, en 1842. Eduard Meyer synthétise ce courant interprétatif dans une monographie publiée en 1913, Thukydides und die Entstehung der Wissenschaftlichen Geschitsschreibung. Pour ces savants Thucydide est l’historien d’Athènes et de Périclès, épris de rigueur, de respect des sources, de la “recherche de la vérité20”, fondateur d’une histoire contemporaine, avant tout politique et militaire, qui éclaire les enjeux du présent.

18Entre ces deux apogées, comment rendre compte d’un oubli surprenant ? La traduction latine de Lorenzo Valla, élaborée entre 1448 et 1452, est publiée en 1483 et réimprimée dans toute l’Europe au cours du xvie siècle; l’édition grecque sort des presses d’Alde en 1502. Casaubon traduit en latin la Vie de Thucydide de Marcellinos, en 1589. Hobbes traduit La guerre du Péloponnèse en 1629. Ensuite, plus rien ou presque : Thucydide devient-il le grand oublié des Lumières ? Plusieurs explications peuvent être avancées : l’omniprésence du cadre conceptuel de l’histoire humaniste, plus morale que politique; la force du modèle spartiate tout au long du xviiie siècle; l’opposition entre une Antiquité imaginaire, forgée autour de Rome et de Sparte, et une Antiquité plus positive ou perçue comme telle, ainsi que l’offre la guerre rapportée par Thucydide. Mais elles ne sauraient suffire, tant l’émergence du nouveau modèle athénien, sensible dès les années 1730-1740, ne peut s’expliquer sans la présence de Thucydide.

Trois approches pour une historiographie de Thucydide

19Les contributions rassemblées dans la première partie de cet ouvrage visent un double but et se répartissent donc en deux catégories. Il s’est agi d’une part (L’imitation “littéraire” de Thucydide dans l’Antiquité) d’inventorier les différentes formes d’emprunt et d’imitation d’ordre littéraire auxquelles La guerre du Péloponnèse a donné lieu chez les auteurs grecs, latins et byzantins postérieurs (historiens, orateurs, rhéteurs, philosophes, lexicographes, doxographes, compilateurs) : citations plus ou moins littérales, reprises de schémas narratifs, de structures oratoires ou d’analyses psychologiques, lexique, traits de langue ou de style. Cependant, si la typologie des “thucydidismes” s’avère, en dépit de sa variété, relativement facile à établir, une même question cruciale – celle du statut de ces emprunts et de leur finalité – s’est posée avec insistance aux auteurs de ces communications sans toujours trouver une réponse satisfaisante à cause des lacunes de notre documentation : quel(s) rôle(s) ces “greffons” détachés de leur contexte d’origine étaient-ils censés jouer dans le texte “receveur” et pour quel public ? Autrement dit, pourquoi – pour quelle raison et dans quel but – un auteur antique – qu’il fût, ou non, historien lui-même – choisissait-il de “citer” Thucydide, le plus souvent sans le nommer, ou d’“imiter”, le plus souvent sans le dire, ce qui était perçu, au moins par une partie de son lectorat, comme une caractéristique de son écriture ? En réalité, ce qui se trouve derrière ces divers phénomènes d’imitation et les explique, au moins en partie, c’est ce qu’on pourrait appeler le processus de “modélisation” de Thucydide, c’est-à-dire la transformation progressive de cet auteur en “modèle” et en “monument” littéraires, à travers le double canal de la tradition historiographique et de la tradition rhétorique. C’est pourquoi un second groupe de communications (La réflexion théorique des Anciens sur l’œuvre de Thucydide) s’est intéressé aux jugements critiques et aux développements théoriques que Thucydide et son œuvre ont suscités tout au long de l’Antiquité, qu’il s’agisse du style, de la méthode ou de la manière d’écrire l’histoire, en étudiant plus particulièrement deux types d’auteurs : les historiens d’époque hellénistique et romaine, tout d’abord, qui n’évitent presque jamais la référence à Thucydide, que ce soit pour revendiquer – globalement ou partiellement – son héritage littéraire ou, plus rarement, pour s’en démarquer; les rhéteurs, grecs et latins, ensuite, qui lui font une large place dans leurs traités : il y figure à double titre, à la fois comme un représentant du genre historique et comme un représentant de l’éloquence délibérative, dans la mesure où son histoire abonde en parties oratoires (harangues, discours d’ambassade) et fait l’objet, dans les deux cas, de jugement non seulement nuancés, mais aussi variables selon l’époque et la perspective adoptée par l’auteur. Chacun d’eux, pourrait-on dire, a inventé ou recréé son Thucydide au point que l’historien apparaît, au terme de cette première enquête, comme diffracté en plusieurs figures ou modèles irréductibles à l’unité.

20La deuxième partie de ce livre s’intéresse à la manière dont l’œuvre de Thucydide a façonné l’histoire du ve siècle. Durant l’Antiquité “l’ombre de Thucydide” tend à occulter la présence, pourtant nombreuse, des historiens qui l’ont utilisé comme source; après la Révolution française, elle relègue au second plan le Plutarque des Vies parallèles, lorsqu’il s’agit d’écrire l’histoire d’Athènes, confondue avec l’Athènes de Périclès. Dès lors, c’est la vision thucydidéenne des événements et du rôle d’Athènes, sur les plans politique, militaire et culturel, qui s’impose aux historiens modernes de la Grèce. C’est pourquoi les communications regroupées dans cette partie croisent deux types d’approche. Il s’agit, d’une part, de mesurer l’influence que l’œuvre thucydidéenne a exercée dans l’Antiquité comme source documentaire pour les historiens anciens postérieurs à Thucydide, que ces derniers prennent la suite de son histoire (Xénophon ou Théopompe) ou qu’ils traitent de la même période que lui (Éphore, Diodore de Sicile). Cette enquête permet de mesurer la proximité, ou, à l’inverse, la distance qu’instaurent ces écrivains entre le texte thucydidéen et leur œuvre propre, qu’il s’agisse des faits relatés eux-mêmes ou de leur interprétation. Envisagées ici comme des “palimpsestes” de Thucydide, les œuvres de ces historiens aident à mieux comprendre les catégories d’analyse de Thucydide, ses partis pris, ses oublis ou ses silences.

21Mais il convient aussi, d’autre part, de regarder comment, aujourd’hui, à l’autre bout de la chaîne chronologique, les historiens évaluent et utilisent l’héritage documentaire thucydidéen, puisque ce dernier ne semble plus, désormais, constituer un monument intangible. La recherche récente a en effet mis l’accent sur deux ordres de données : tout d’abord, d’autres sources, épigraphiques, archéologiques, littéraires ont nuancé ou rectifié l’image trop exclusivement thucydidéenne de l’Athènes du ve siècle; par ailleurs, on a attiré l’attention sur des aspects négligés de l’œuvre qui, du point de vue même de Thucydide, offrent une vision fort peu idéalisée du conflit dans lequel est engagée Athènes en particulier et du phénomène de la guerre en général. Il fallait donc reprendre l’enquête et, à propos d’événements précis, comme la purification de Délos, de figures historiques, comme celle, majeure, de Périclès, ou encore des relations entre Athènes et Sparte, mettre le texte de Thucydide à l’épreuve d’autres types de sources. Le but de ce nouvel examen du dossier ne consiste pas à se prononcer sur le degré de véracité ou de fiabilité du témoignage de l’historien : ce qui est au cœur des différentes communications, ce n’est pas tant le rapport que l’œuvre de Thucydide entretient avec ce que nous croyons être la réalité historique du Ve siècle, mais bien plutôt la manière dont Thucydide pense la cité, l’homme et le monde, en particulier sur des questions aussi fondamentales que l’économie, la religion ou l’exercice du pouvoir. Les communications rassemblées dans cette partie contribuent, après bien d’autres, à mettre au jour les outils réflexifs et conceptuels que l’historien athénien a forgés lui-même ou empruntés à d’autres pour construire sa vérité, son monde.

22Associée à l’histoire d’Athènes, la réception de Thucydide s’inscrit aussi, à partir du xve siècle, à l’intérieur du mouvement plus large de redécouverte des Anciens et des enjeux politiques, philosophiques, intellectuels, épistémologiques qu’il suscite chez les Modernes. Tel est l’objet principal du troisième ensemble d’études. Le fait est particulièrement net, lorsque l’historien athénien entre dans le siècle de l’histoire, mais il s’agit aussi d’une donnée de longue durée, dont certains épisodes ont été bien étudiés, notamment pour les xve et xvie siècles, d’autres beaucoup moins, pour les xviie et xviiie siècles. C’est pourquoi le troisième ensemble de contributions tente de circonscrire un problème délicat : pourquoi et comment Thucydide a-t-il été considéré, en Europe, depuis la Renaissance, semble-t-il, et plus encore au cours du xixe siècle qui érige l’histoire en discipline de référence, comme le modèle de l’historien épris d’objectivité, de rigueur, de fidélité aux sources. Au xixe siècle, en effet, Thucydide est appréhendé non seulement comme une source documentaire de premier plan, mais aussi comme le paradigme de l’historien de métier.

23À partir de la refondation de l’Université allemande, lorsque s’ouvre la nouvelle université de Berlin, en 1810, l’œuvre de Thucydide contribue à définir les critères d’une nouvelle “science de l’Antiquité” (Altertumswissenschaft ou Altertumskunde), elle-même fondement de la science historique en général qui assure le renom de la Prusse en Europe, jusqu’au premier conflit mondial. Le modèle épistémologique thucydidéen se diffuse, à partir de l’Allemagne, en Espagne et en Italie, en France, en Grèce. L’épistémologie et l’écriture de l’histoire des Modernes se façonnent à partir des pratiques et des catégories de Thucydide : la “recherche de la vérité”, l’“exactitude”, le concept de “grandeur”, la préoccupation de “trouver” ou d’“établir” les faits. Cet accomplissement, qui fait de Thucydide “un acquis pour toujours”, trouve certainement une part de ses origines dans les analyses de Della Casa, traducteur des discours de Thucydide, dans les lectures de Bodin, de La Popelinière, de Guichardin. Par la suite, les Lumières semblent avoir moins oublié Thucydide qu’on ne l’a parfois écrit. La recherche de modèles politiques, en France avant le Révolution, en Angleterre par la suite, intègre peu à peu l’expérience athénienne. De même en va-t-il lorsqu’il s’agit de réfléchir sur les conséquences des guerres et les traumatismes qu’elles infligent aux sociétés ou sur l’écroulement des empires. Certes, demeurent les risques de l’analogie et donc de l’anachronisme, mais Thucydide lui-même avait intégré à sa méthode cette dimension réflexive, ses problèmes, son utilité. Étudier sa réception depuis l’époque moderne demeure, pour l’historien, une invitation à prendre en compte, d’une part l’intérêt porté au passé et conjointement à son étude, d’autre part la nature même de la discipline historique, de sa formation, de sa propre histoire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Canfora, L. (1992) : “Hobbes e Tucidide”, QS, 35, 61-73.

Darbo-Peschanski, C. (2007) : L’Historia. Commencements grecs, Paris.

Duchet, M. (1985) : Le partage des savoirs. Discours historique, discours ethnologique, Paris.

Goldhill, S. (2002) : The Invention of Prose, Oxford.

Hartog, F. (2005) : Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris.

Loraux, N. (1981) : “Thucydide n’est pas un collègue”, QS, 6, 55-81.

Momigliano, A. (1978) : “Greek Historiography”, H&T, XVII, 1, 1-28, tr. fr. “L’historiographie grecque”, in : Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, 15-52.

– (1992) : “Les traditions hérodotéenne et thucydidéenne”, in : Les fondations du savoir historique, tr. fr. d’après l’édition anglaise de 1990 (Oxford), Paris, 33-60.

Most, G., éd. (2002) : Disciplining Classics – Altertumswissenschaft als Beruf, Göttingen.

Murari Pires, F. (2006) : “Thucydidean Modernities : History between Science and Art”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 811-837.

Nicolai, R. (2006) : “Thucydides continued”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 693-719.

Paradiso, A. (1995) : “Perrot d’Ablancourt, Marivaux, Mably, Lévesque e le traduzioni tudididee tra Sei e Settecento”, QS, 41, 115-127.

Rengakos, A. et A. Tsakmakis, éd. (2006) : Brill’s Companion to Thucydides, Leyde.

Zangara, A. (2007) : Voir l’histoire. Théories anciennes du récit historique, Paris.

Notes

1 Le volumineux Brill’s Companion to Thucydides (Rengakos & Tsakmakis 2006), comporte une partie entièrement consacrée à ce problème : “After Thucydides”, p. 693-837. Les cinq études qui la composent offrent une utile, mais inévitablement partielle vue d’ensemble, depuis les continuateurs grecs jusqu’à Polybe (R. Nicolai), avec Rome et l’Antiquité tardive (L. Canfora), Byzance (D. Roderich Reinsch), la période de la Renaissance latine, au xive siècle, jusqu’à la pleine redécouverte du grec, dans les universités du xvie siècle (M. Pade), enfin au temps de Niebuhr et de Ranke, lorsque la science historique se pense en pleine gestation (F. Murari Pires). Signalons aussi le vaste projet coordonné par Neville Morley : A Handbook to the Reception of Thucydides (University of Bristol), dont le premier volume paraîtra en 2011.

2 Thc. 1.1.2, 1.22.4.

3 Une recherche spécifique devrait être entreprise au sujet des traductions (totales ou partielles) et de leur histoire. Tel n’était pas notre projet. C’est pourquoi on ne trouvera pas d’étude spécifique sur Valla, Seyssel, Hobbes, Perrot d’Ablancourt, Lévêque, Bétant, J. de Romilly, bien qu’il soit question des traducteurs presque dans chaque contribution, sans parler de tous ceux qui ont abondamment utilisé Thucydide, à partir d’une lecture directe du grec et dont les œuvres peuvent être appréhendées comme de quasi traductions, à l’instar de Rollin ou de Grote. Sur ces problèmes, cf. Canfora 1992 et surtout Paradiso 1995.

4 Notion empruntée à Michèle Duchet, dont le projet, différent du nôtre, était d’analyser les frontières entre histoire et ethnologie ; cf. Duchet 1985.

5 Momigliano 1978 et 1992.

6 Goldhill 2002, 43-44.

7 Hdt. 7.152.

8 Hartog 2005, 75-88 ; Zangara 2007.

9 Thc. 1.22.2 ; 2.48.3 ; 5.25.5.

10 Thc. 1.1.2.

11 Loraux 1981.

12 Thc. 1.22.4.

13 Darbo-Peschanski 2007.

14 Most 2002.

15 Nicolai 2006.

16 Luc., H. conscr., 39 ; formules proches en 42, 47, 49, 51.

17 Thc. 2.48.3.

18 Murari Pires 2006, 815-823.

19 Phot., Bibl., 60, 19 b 16-42.

20 Thc. 1.20.3, ainsi que 1.21.1 ; 1.22.1.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search