Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Studies in Greek epigraphy and history in honor of Stefen V. Tracy

 | 
Gary Reger
, 
Francis X. Ryan
, 
Timothy Francis Winters

1. Athens and Attica

Chapter 12. Damnatio memoriae et crise de 88/7 a.C. à Athènes

Simone Follet

Texte intégral

  • 1 Follet 1997, 181.
  • 2 Les autres documents mentionnés dans la notice citée en n. 1 seront republiés ensemble dans le BCH.

1Le professeur S. V. Tracy, en étudiant de près l’œuvre de graveurs attiques, s’est attaché à caractériser individuellement leurs mains, mais a aussi prêté une grande attention au support matériel des inscriptions et aux rasurae de significations diverses que l’on peut constater. Pour lui rendre hommage aujourd’hui, en restant dans la ligne de ses travaux, nous voudrions revenir sur trois inscriptions relatives à la crise de 88/7 à Athènes, dont la description est encore insuffisante et dont l’intérêt pour l’analyse des événements n’a pas été complètement mis en lumière. Nous reprenons ici une démonstration qui avait été annoncée dans les Preatti1 du Congrès de Rome en 1997, mais qui n’avait pu alors être exposée ni oralement ni par écrit, en raison des limites imposées au nombre de pages et photographies de chaque contribution2. Nous avons pu étudier IG, II2, 4991 (EM 7972) au Musée Épigraphique d’Athènes en 1996 ; nous remercions de tout cœur M. Ch. Kritzas, Directeur du Musée, qui nous a fourni les deux photographies de M. B. Stamatopoulos publiées ici (Pl. 1). Nous avons pu étudier IG, II2, 1714 dans les réserves du Musée du Louvre et remercions le personnel qui nous en a ouvert l’accès ; nous avons pu la revoir brièvement en juillet 2000, exposée dans la galerie épigraphique alors récemment installée, lors d’une visite organisée par MM. J. -L. Martinez et A. Pasquier, Conservateurs au Département des Antiquités.

2Que l’année 88/7 ait un caractère particulier et marque une rupture est clair dans les deux listes qui nous font connaître les archontes des années 91/0 – 81/0. Dans IG, II2, 1713 (EM 8670), liste gravée à l’époque de Claude, donc bien postérieure à la crise de Mithridate, 88/7 est une année sans archonte (ἀναρχία). La liste de trésoriers et de – (le mot est perdu) gravée sur deux colonnes qui a été publiée par S.

Image 100000000000032600000352F155E3D5.jpg

Planche 1.

  • 3 Dow 1949, 116-125 et pl. 15.
  • 4 Nous ne suivons pas Herz et Pritchett 1953, 81-83, qui pensent que certaines différences dans l’asp (...)
  • 5 Nous avons revu à deux reprises les différents fragments au Musée Épigraphique et au Musée de l’Ago (...)

3Dow (Agora I, 2388)3 et constitue le haut d’IG, II2, 1716 (EM 8450)4 commence, après un bref intitulé, par l’archonte Philanthès (87/6), donc juste après la crise. Rappelons les données de ces deux listes5 :

IG, II2, 1713 (EM 8670)

Dow 1949 (Agora, I, 2388)

91/0

Mèdeios

90/89

Mèdeios

89/8

Mèdeios

88/7

anarchie

87/6

Philanthès

Philanthès

86/5

Hiérophante

Hiérophant[e]

85/4

Pythokritos

Pythokri[tos]

84/3

Nikètès

Nikètès

83/2

Pamménès

Pammé[nès]

82/1

Dèmè[trios]

81/0

Ar- - - - -

  • 6 Dow 1934, 144-146, suivi par Badian 1976, notamment 111-114 et 119-120.
  • 7 Pour l’histoire de cette période, voir Habicht 2000, 327-345 (texte), 473-477 (notes), et 520-521 ( (...)

4Sur l’année 88/7, les avis des savants sont partagés : certains considèrent, en s’appuyant sur la liste IG, II2, 1713 et éventuellement IG, II2, 1714, qu’il n’y a pas eu d’archonte éponyme6, d’autres pensent que la mémoire de l’archonte éponyme a été abolie (C. Habicht a suggéré qu’il pouvait s’agir du roi Mithridate7). En nous fondant sur un examen plus précis de deux documents qui devaient nommer cet archonte, IG, II2, 4991 et IG, II2, 1714, nous voudrions préciser dans quelles conditions son nom peut être rétabli par conjecture.

IG, II2, 4991 (EM 7972)

  • 8 Voir Ziebarth 1898, 25-27 no. 2 (editio princeps) ; Wilhelm 1924, 151 ; Roussel 1929, 183 n. 3 ; Ro (...)
  • 9 Tracy 1975, 80-82 no. 19 et pl. 35b. Dates proposées : 110-96 (p. 14) ; c. 100 a. C. (p. 80). Cette (...)
  • 10 Sur ce terme, voir l’étude de Robert 1940.

5IG, II2, 4991 est la partie droite, seule conservée, d’une inscription gravée au revers d’un compte d’amphictions déliens de 389/8 (IG, II2, 1634) ; elle a retenu l’attention de divers savants8, et notamment en 1975 de S. V. Tracy9, qui en a reconnu les mains, calculé les dimensions et analysé la structure. Au-dessous d’un intitulé qui devait contenir le nom d’un prête appartenant au γένος des Érysichthonides se trouvait, sur deux colonnes de largeur à peu près égale, une liste de (παδες) ἀμφιθαλες10 ayant servi chacun pendant une année. Avec trois ou quatre lignes par rubrique (ἐπί + nom de l’archonte ; titre ἀμφιθαλής ; nom complet de l’enfant), l’écriture du scribe B, qui a copié l’intitulé, étant à peu près de même module que celle du scribe Y, auteur du début de la seconde, on peut calculer que la liste pouvait commencer en 97/6 au plus tôt, et peut-être seulement en 95/4 ou 94/3 si un blanc d’environ 15 cm avait été laissé aussi dans la colonne I entre l’intitulé et la liste. Cette liste ne comportait sûrement pas l’année 101/0, année du premier archontat de Mèdeios.

6Le haut de la seconde colonne se présente ainsi :

12 [ἐπὶ] Μηδεου τò δεύτερον,
μφιθαλς
Φιλνος Φιλίνου
16 Εὐωνυμεύς.
πΜηδειου,
αντὶ τοῦμφιθαλοῦς
20 Νικίας Καλλιμάχου Image 10000000000000090000000F73C3BE89.jpgιραδ̣ιώτη[ς].
cassure de 3,5 cm

7J. Kirchner a attribué au second archontat de Mèdeios (l. 12-13) une date qui peut sembler correcte (91/0), compte tenu de l'archontat de 101/0. Mais, puisque ce premier archontat ne figurait pas dans la liste, il se peut aussi que le rédacteur ait précisé l’itération seulement dans la séquence des trois archontats de Mèdeios, notamment parce qu’il commençait une autre colonne : dans ce cas, Mèdeios II est de 90/89, Mèdeios [III] (non indiqué comme tel) de 89/8 et la cassure a fait disparaître l'archonte de 88/7. La comparaison avec la liste reconstituée ci-dessus des archontes de la seconde décennie du Ier siècle a. C. donne à penser que cette reconstruction est correcte. On n’aurait eu aucune raison de faire disparaître seulement la troisième mention du nom Μήδείος. Un indice de crise pourrait être fourni aussi par le fait qu’on n’a pas, en 89/8, un ἀμφιθαλής choisi comme d’ordinaire par le γένος, mais un simple suppléant (ἀντ το μφιθαλος).

  • 11 IG, II2, 1039, col. II, l. 87, mieux Mitsos 1964, 36-49, col. II, l. 86.
  • 12 IG, II2, 1039, l. 82 ; Mitsos 1964, col. I, l. 82.

Si la cassure correspond bien à la damnatio memoriae de l’archonte de 88/7, il convient de l’étudier. On peut imaginer le scénario suivant, en considérant en même temps les cassures des deux faces : en pleine crise politique, on aurait demandé à un ouvrier – graveur ou tailleur de pierre – de faire disparaître une ligne située à une certaine distance du bas, sans préciser le nom qu’il fallait faire disparaître : sur la face portant IG, II2, 1634, il a consciencieusement arraché une ligne, en mordant même un peu sur les deux lignes voisines pour être sûr de ne laisser subsister aucune lettre. Informé de son erreur, il aurait répété l’opération, un peu moins soigneusement, sur l’autre face. Le haut de la cassure est en effet exactement à la même distance du bas sur les deux faces. Que cet arrachement soit à peine postérieur à la gravure est prouvé par le fait qu’un des ἀμφιθαλες dont le nom est griffonné au-dessous de la cassure, [Diopei] thès, fils de Philanthès, [d’Halai], est éphèbe sous l’archonte Apollodôros, en 80/79 probablement11, comme Philinos, fils de Philinos, d’Euonymon12, ἀμφιθαλής en 90/89, selon nous ; les deux enfants sont proches par l’âge, il ne peut s’agir d’une addition qui serait de beaucoup postérieure à la partie lisible encore de la liste, celle des années 90/89 et 89/8. Dès lors, on peut supposer que l’ ἀμφιθαλής nommé avant lui, [Καλλί]Image 10000000000000080000000E7A9D514E.jpgαχος Δειρα[διώτης], devait être en charge en 88/7 ; la continuité avec la partie précédente de la liste est assurée par le fait qu’il était probablement le frère cadet, à en juger par l’onomastique, de Νικίας Καλλιμάχου Image 10000000000000090000000F73C3BE89.jpgιραδ̣ιώτη[ς], suppléant de l’ἀμφιθαλής en 89/8.

  • 13 Le démotique de cet archonte n’a pas, à notre connaissance, été établi jusqu’ici : voir, par exempl (...)
  • 14 Voir IG, II2, 3495 et 3220, mieux Clinton 2005, 279-280, no. 268 et pl. 133, 278-279, no. 267 et pl (...)
  • 15 En 106/5, sous l’archonte Agathoklès, ils sont cavaliers (FD, III, 2, 28, ll. 26-28) ; en 98/7, sou (...)
  • 16 Il est peut-être identique à Théophèmos, fils de Ménékleidès, de Kydathènaion (IG, II2, 2452, l. 59 (...)

8Le nom du dernier ἀμφιθαλής, bien restitué par S. V. Tracy, permet deux observations supplémentaires. Selon notre chronologie, il est en charge en 87/6, juste l’année où l’archonte porte le nom de Philanthès – et doit être son père13. En effet, un Philanthès d’Halai est connu à la fin du IIe siècle, avec son frère aîné Théophilos, son frère cadet Diopeithès et sa sœur Eurydice, comme fils d’un certain Diodôros d’Halai et d’une prêtresse de Déméter et Coré, Ameinokleia de Phylè14. En 106/5 et en 98/7, il a participé à la Pythaïde qui s’est rendue à Delphes en compagnie de ses deux frères15 ; il a certainement l’âge requis pour l’archontat en 87/6. Que l’archonte soit fils d’une prêtresse d’Éleusis et père d’un ἀμφιθαλής ne surprend pas : en 86/5, pour la première fois, un hiérophante est archonte16. Il y a une continuité sociologique entre les familles dominantes avant et après la crise, peut-être avec un certain renforcement du pouvoir des clans d’Éleusis. Comme les noms de deux derniers ἀμφιθαλες sont des additions griffonnées, il n’est pas sûr que la mention attendue [ἐπΦιλάνθου] ait précédé le nom du second ; la disposition ici étant beaucoup moins régulière, elle a pu se trouver à gauche ou à droite de la partie lisible ; mais, si l’archonte est bien le père de l’ἀμφιθαλής, on a pu aussi juger superflu de graver deux fois son nom.

9Peut-on estimer la longeur du nom disparu de l’archonte ? Si l’on considère les deux cassures, celle d’IG, II2, 1634 étant faite plus soigneusement que celle d’IG, II2, 4991, on peut penser que la préposition επί et le nom de l’archonte au génitif devaient occuper une seule ligne et former un ensemble de 12 lettres au plus. Le nom de Mithridate pourrait paraître remplir ces conditions ; mais les rois contemporains honorés ou mentionnés occasionnellement sont toujours désignés par un titre et un nom et, même sur des monnaies où la place est limitée, on a inscrit presque en entier βασιλε(ς) Μιθραδάτης. Il paraît sûr que la préposition επί, le titre βασιλέως et le nom Μιθριδάτου ne pouvaient occuper une seule ligne dans la seconde colonne d'IG, II2, 4991. Mais nous verrons que, sur ce point, le second document à considérer, IG, II2, 1714, permet des calculs plus précis.

IG, II2, 1714

  • 17 Dow 1934, 145, n. 6, avec la fig. 1.
  • 18 Morgan & Clinton 1997, 337.

10La liste d’archontes IG, II2, 1714 a été datée depuis longtemps, grâce à de nombreux rapprochements prosopographiques, autour de 90 a. C. S. Dow, jugeant que la place manquait en haut pour les deux lignes où, sur les documents de ce type, figurent le titre ἄρχων et le nom de l’archonte éponyme au nominatif, l’a attribué à l’année de l’anarchie, 88/717. Cependant J. D. Morgan et K. Clinton18 sont revenus à la période 90/1 – 89/8 – celle des trois archontats de Mèdeios – parce que tous les notables nommés dans IG, II2, 1714 ne peuvent pas, selon eux, avoir soutenu le révolutionnaire Aristion : ils préfèrent la période antérieure, celle d’un “pro-Roman upper-class government”. Mais, considérant l’inscription comme la partie antérieure d’une base de statue que l’on aurait sciée et détachée pour faciliter le transport, ils pensent que le nom de l’archonte pouvait se trouver dans une dédicace placée à l’origine au-dessus de la partie actuellement conservée. Il faut revenir à l’examen des données matérielles, sur lesquelles s’appuient deux démonstrations aboutissant à des résultats opposés.

11S. Dow n’avait pas vu la pierre. Il disposait d’un estampage, d’une photographie et d’une description détaillée de J. Charbonneaux – spécialiste de sculpture, non d’épigraphie. En fait, la pierre a été restaurée : il est donc probable que l’estampage ne permet pas de délimiter exactement la partie manquante. Il vaut mieux partir de l’excellente photographie d’archives publiée par S. Dow et des constatations qu’il avait faites en étudiant toute la série des tables d’archontes. Cette stèle, reconstituée à partir de deux fragments contigus, est complète à gauche, à droite en bas. Une partie du haut a disparu à gauche, mais il en reste assez à droite pour qu’on observe qu’il était plat et qu’une partie convexe, à peine ornée, faisait transition avec la surface inscrite. La stèle pouvait être, à l’origine, légèrement plus haute qu’elle ne l’est actuellement, mais elle ne diffère pas sensiblement, par ses dimensions et sa mise en page, des autres documents de ce type. L’hypothèse d’une base de statue surmontée d’une dédicace paraît donc peu probable. Mais un point retient l’attention dans la démonstration de S. Dow : puisqu’il a estimé la hauteur de deux lignes inscrites à 5.4 cm et la distance entre la troisième ligne et le haut de la stele à 5.3 cm, il ne lui manque apparemment qu’un millimètre pour pouvoir restituer à la place attendue le nom de l’archonte. On peut admettre que la première ligne était peut-être gravée en caractères à peine plus petits que la suite, un certain relâchement apparaissant souvent à mesure que progresse la gravure. Si l’on suppose que le mot ἄρχων commençait au même niveau que βασιλεύς (1. 3) ou πολέμαρχος (1. 5), on peut restituer entièrement le mot [(ἄρχων] juste sous le bandeau à peine orné qui marquait le haut de la pierre. Les noms des différents archontes partent nettement plus à gauche que ces titres, mais ils sont bien alignés, laissant une marge de 7,5 cm, alors que les fins de lignes sont très irrégulières et variant selon la longueur des noms. Dans la partie perdue, on disposerait d’une longueur de 12 à 14 lettres pour restituer le nom de l’archonte, avec son patronyme (qui à cette date n’est pas abrégé) et son démotique. Cet espace est sûrement insuffisant pour contenir le titre et le nom du roi Mithridate, mais il a pu contenir un nom d’archonte, un patronyme et un démotique courts. Si l’on remarque que la marge de gauche, à ce niveau, est conservée, on voit que l’on a fait sauter juste la partie de la stèle qui contenait le titre et le nom de l’archonte, comme dans IG, II2, 4991. Il s’agit bien, dans les deux cas, non d’un accident, mais d’une rasura volontaire.

  • 19 Athénée, V, 212d, citant les Histoires de Poseidônios d’Apamée (FGrHist IIA, 87 F 36).
  • 20 Dow 1942, 311-314 ; Osborne 1981-1983, vol. III-IV, 15, T 121, et 106-107.
  • 21 Pour l’accentuation de ce nom, voir Masson 1994, 183-184. Pour le patronyme, on peut même envisager (...)
  • 22 Le Dinahet-Couilloud 1997 ; voir Sève, Bull. épigr., 1999, 66.
  • 23 Agora, XV, 288, l. 18, mais l’archonte doit être Are[ios], comme dans IG, II2, 2338, plutôt qu’Ar[c (...)

12Parmi les Athéniens liés à la crise de Mithridate, il en est un dont le nom vient aussitôt à l’esprit : celui de Diès, Tyrien enrichi à Délos, qui, selon Poseidônios cité par Athénée, accueillit Athènion dans sa riche demeure quand celui-ci revint de son ambassade auprès de Mithridate19. S. Dow et M. J. Osborne20 ont rapproché ce texte de deux dédicaces de Délos, permettant de préciser l’époque de sa naturalisation : ID, 2599, autour de 106/5, est une dédicace éphébique mentionnant les éphèbes Hèliodôros et Diès, Tyriens ; mais les deux mêmes personages, Hèliodôros et Diès, fils de Diès, sont nommés Athéniens dans l’addition à une liste d’anciens officiants et gymnasiarques (ID, 2595) qu’on peut dater autour de 101/0. Nous avons là un Δίης Διέους 21, d’origine tyrienne mais naturalisé athénien, enrichi à Délos, qui est certainement identique au partisan de Mithridate. L’attrait exercé sur cette famille par Athènes se manifeste sans doute aussi dans le nom d’“Athénaïs, fille de Diès, Tyrienne”, apparu dans un enclos funéraire de Rhénée de la fin du IIe siècle a. C. publié en 1997 par M. -Th. Le Dinahet-Couilloud22. Mais quel était le démotique qui pouvait suivre le nom Δίης Διέους ? Il est un autre personnage qui a des liens à la fois avec Délos et Athènes et dont le patronyme pourrait bien être d’origine syrienne : Diès, f. de Ba[sileidès], attesté à Délos autour de 100 a. C. (ID, 2607, l. 13, 2665), son père étant nommé vers la même époque dans ID, 1872. Son petit-fils homonyme Diè[s], f. de Ba[sileidès], est nommé en tête des prytanes du dème de Mélitè au début du règne d’Auguste23. Cette famille pourrait bien être apparentée à la première et ces Tyriens venus s’installer à Athènes seraient tous inscrits dans le dème de Mélité. Ce démotique est un peu long ; mais on doit aussi envisager l’hypothèse que ce personnage riche et célèbre n’ait pas jugé utile de graver le patronyme (identique). Le démotique ainsi restitué est hypothétique ; il nous paraît du moins très probable que l’archonte de 88/7, ami d’Athènion, dont le nom a été détruit volontairement à l’époque même de la crise sur les stèles qui portaient IG, II2, 4991 et 1714, n’était autre que le Tyrien établi à Athènes, Diès, fils de Diès.

IG, II2, 1028, col. III, l. 141

  • 24 Tracy 1975, 32-48, no. 6 et pl. 20a, l. 243 ; voir aussi 12.
  • 25 Il est cité par Athénée, V, 211e-f : ’Eν τῆ ’Eρυμνέως τσπεριπατητικοσχολδιτριβέ τιςθηνίων (...)

13Une autre rasura encore pourrait concerner un des protagonistes de la crise : celle du patronyme d’Athènion dans le catalogue éphébique IG, II2, 1028, examinée soigneusement par S. V. Tracy dans l’excellente réédition qu’il a donnée de ce texte24. Dans la liste de la tribu Attalis, le patronyme de l’éphèbe Athènion, fils d’Athènion, des Tyrméides, a en effet été martelé, puis regravé par un graveur différent de celui qui a copié l’ensemble du catalogue. S. V. Tracy a pensé que le second graveur avait seulement rectifié une erreur de patronyme. Mais il faut relire le texte de Poseidônios25 :

“L’école du péripatéticien Érymneus était fréquentée par un certain Athènion, très attaché à ses doctrines, qui, après avoir acheté une esclave égyptienne, s’était uni à elle. Un fils de cette femme, qu’il fût d’Athènion ou d’autre, mais dénommé Athènion, fut élevé chez son maître. Ayant appris à lire, il guidait son maître avec sa mère quand celui-ci devint vieux et, après avoir hérité de lui à sa mort, il devint frauduleusement citoyen d’Athènes”.

14Si l’on considère les deux martelages étudiés ci-dessous, d’une part, et d’autre part les doutes exprimés sur la paternité d’Athènion I, et donc sur la légitimité de la citoyenneté attique d’Athènion II, on doit penser que la suppression de ce patronyme dans la liste éphébique n’est pas due au simple hasard ; il faut probablement reconnaître là aussi l’attaque d’un adversaire politique.

15Nous ignorions, jusqu’ici, le démotique du partisan de Mithridate. Si la rasura permet de l’identifier et s’il appartient, par conséquent, au dème des Tyrméides, de la tribu Attalis (XII), cette identification permet de trancher un vieux débat et de le distinguer sûrement d’Aristion. Comme on l’a vu depuis longtemps, celui-ci doit être le père d’un Dèmodotos d’Halai inscrit comme éphèbe dans la tribu Aigeis en 117/6 (IG, II2, 1009, col. I, l. 85). Des membres plus récents de cette famille ont pu vouloir perpétuer le souvenir de la “révolution démocratique” en utilisant encore les noms de Dèmodotos et d’Athènion dans le cours du Ier siècle (ID, 2045, l. 4 ; 2255, l. 11).

  • 26 D’autres martelages ont déjà été signalés, notamment celui du nom de Mèdeios : voir le commentaire (...)

16Les cassures et les martelages des trois inscriptions évoquées attestent encore, après plus de vingt siècles, la violence de la guerre civile et le déchaînement des haines qui ont marqué l’époque de Mithridate26. Les adversaires de Mèdeios, de Diès et d’Athènion s’en étaient pris même aux pierres.

Notes

1 Follet 1997, 181.

2 Les autres documents mentionnés dans la notice citée en n. 1 seront republiés ensemble dans le BCH.

3 Dow 1949, 116-125 et pl. 15.

4 Nous ne suivons pas Herz et Pritchett 1953, 81-83, qui pensent que certaines différences dans l’aspect du marbre font obstacle au rapprochement de ces deux fragments.

5 Nous avons revu à deux reprises les différents fragments au Musée Épigraphique et au Musée de l’Agora. Le tableau des archontes de la décennie 91/0 – 81/0 que nous présentons ici ne diffère en rien de celui de Meritt 1977, 188-189.

6 Dow 1934, 144-146, suivi par Badian 1976, notamment 111-114 et 119-120.

7 Pour l’histoire de cette période, voir Habicht 2000, 327-345 (texte), 473-477 (notes), et 520-521 (bibliographie). Pour l’hypothèse d’un éponymat de Mithridate, Habicht 1976, 127-135 (= 1994, 216-230, avec Addendum 357 faisant le point sur l’accueil fait à cette hypothèse).

8 Voir Ziebarth 1898, 25-27 no. 2 (editio princeps) ; Wilhelm 1924, 151 ; Roussel 1929, 183 n. 3 ; Robert 1940.

9 Tracy 1975, 80-82 no. 19 et pl. 35b. Dates proposées : 110-96 (p. 14) ; c. 100 a. C. (p. 80). Cette date doit sans doute être un peu abaissée, en fonction des deux archontats cités de Mèdeios.

10 Sur ce terme, voir l’étude de Robert 1940.

11 IG, II2, 1039, col. II, l. 87, mieux Mitsos 1964, 36-49, col. II, l. 86.

12 IG, II2, 1039, l. 82 ; Mitsos 1964, col. I, l. 82.

13 Le démotique de cet archonte n’a pas, à notre connaissance, été établi jusqu’ici : voir, par exemple, LGPN, II, s. v. C’est parce que l’entrée Φιλάνθης dans ce répertoire comporte une erreur sur la date d’IG, II2, 2332 que nous croyons nécessaire de rappeler brièvement les principales données prosopographiques. L’essentiel avait déjà été établi par Lazzarini 1984, 331-332.

14 Voir IG, II2, 3495 et 3220, mieux Clinton 2005, 279-280, no. 268 et pl. 133, 278-279, no. 267 et pl. 131-132.

15 En 106/5, sous l’archonte Agathoklès, ils sont cavaliers (FD, III, 2, 28, ll. 26-28) ; en 98/7, sous Argeios, ils sont nommés en tête des théores de la Cécropide (FD, III, 2, 10 et 2, réédités par Tracy 1975, 49-53, no. 7b, ll. 32-35).

16 Il est peut-être identique à Théophèmos, fils de Ménékleidès, de Kydathènaion (IG, II2, 2452, l. 59) : voir Clinton 1974, 28-29, no. 15-16.

17 Dow 1934, 145, n. 6, avec la fig. 1.

18 Morgan & Clinton 1997, 337.

19 Athénée, V, 212d, citant les Histoires de Poseidônios d’Apamée (FGrHist IIA, 87 F 36).

20 Dow 1942, 311-314 ; Osborne 1981-1983, vol. III-IV, 15, T 121, et 106-107.

21 Pour l’accentuation de ce nom, voir Masson 1994, 183-184. Pour le patronyme, on peut même envisager un génitif Δίη, car on trouve un génitif secondaire de ce type pour un anthroponyme de même structure, Zώης < Zώ╒ης (IG, XII, 2, 476, l. 7, cité par Masson 1957, 165 (= 1990, 9) ou dans un patronyme crétois de même flexion, Πρωτογένη au génitif (Masson 1979, 62-63 = 1990, 334-335).

22 Le Dinahet-Couilloud 1997 ; voir Sève, Bull. épigr., 1999, 66.

23 Agora, XV, 288, l. 18, mais l’archonte doit être Are[ios], comme dans IG, II2, 2338, plutôt qu’Ar[chiteimos], d’après notre relecture de la l. 30.

24 Tracy 1975, 32-48, no. 6 et pl. 20a, l. 243 ; voir aussi 12.

25 Il est cité par Athénée, V, 211e-f : ’Eν τῆ ’Eρυμνέως τσπεριπατητικοσχολδιτριβέ τιςθηνίων προσκαρτερν τος λόγοις, ὅστις Αγυπτίαννησάμενος θεράπαινανπεπλέκετο ατῇ. Ταύτης οὖν παῖς, ετἐξ αὐτσῦ τεκσύσης ετἐξλλσυ τινός, ὁμώνυμος Ἀθηνίωνι τῷ δεσπότη παρετρέφετο. Γράμματα δ μαθὼν καὶ πρεσβύτην γενόμενον τòν δεσπότην μετὰ τῆς μητρòς ἐχειραγώγει καὶ ἀποθανόντα κληρονομήσας παρέγγραφος Ἀθηναίων πολίτης ἐγένετο.

26 D’autres martelages ont déjà été signalés, notamment celui du nom de Mèdeios : voir le commentaire de Tracy 1982, 65-66, sur les lignes 183-189 (IG, II2, 2336).

Auteur

Université de Paris - Sorbonne, Paris, France

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540