Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Conclusion

Martin Aurell

Texte intégral

1Frédéric Boutoulle l’a bien remarqué dans son rapport introductif : la seigneurie est un concept complexe, “une abstraction fuyante” pour reprendre sa belle formule. Nous, médiévistes, pouvons, tout au plus, convenir que le terme désigne, d’une part, la domination d’un maître sur des paysans qui lui fournissent des redevances et des services et, d’autre part, l’espace même où s’exerce ce pouvoir. Pour cerner son champ sémantique, il semble impossible d’échapper au binôme classique : les hommes – un seigneur en position d’autorité vis-à-vis de ses sujets – et la terre – la seigneurie au sens spatial. Certes, cette distinction, tant soit peu abrupte ou artificielle, soulève des problèmes que la recherche actuelle n’a pas manqué de relever. Mais elle présente l’avantage de la clarté. En outre, le second de ses éléments met en avant la “territorialisation”, une notion qui a tant fait progresser la médiévistique au cours de la dernière décennie.

2La difficulté de définir la seigneurie tient aussi bien à la diversité de situations concrètes qui existent sur le terrain qu’aux traditions historiographiques différant selon les nations. Au prix de quelques saines remises en cause des idées que chacun a reçues sur les bancs de son université ou des lectures d’ouvrages écrits dans sa propre langue, cette variété comporte une indéniable richesse épistémologique. Elle était particulièrement présente dans la rencontre dont le présent ouvrage contient les acquis. Deux calculs simples le prouvent. D’abord, un tiers de ses articles sont le fait de médiévistes anglophones, contre deux tiers de Français. Ensuite, l’espace Plantagenêt est, par son étendue, des plus hétérogènes. Or, il est couvert dans sa totalité par les contributions de ce volume de façon extrêmement équilibrée, comme il ressort encore de quelques chiffres : trois textes sur la Normandie, trois sur l’Angleterre et l’Irlande, deux sur la Bretagne, cinq sur le Grand Anjou, trois sur le Poitou et quatre sur la Gascogne. Ceci donne grosso modo un tiers pour l’ancien royaume anglo-normand, un tiers pour l’ouest de la France et un tiers pour le sud-ouest. C’est une harmonie ternaire digne du plan des plus exigeants correcteurs de l’agrégation d’histoire !

3À cet éventail géographique, aussi large qu’équilibré, il faut ajouter le long siècle, entre 1150 et 1250 environ, couvert par nos travaux. Un cadre spatial et temporel si vaste implique de se référer à une documentation hétérogène. Les sources les plus souvent utilisées par les auteurs de ce volume sont de nature diplomatique. Dans ces principautés atlantiques, l’institution notariale n’est certes pas encore à l’œuvre ou, du moins, elle ne nous a pas laissé les protocoles qui apportent, en Méditerranée occidentale, pour la fin de cette période, tant de renseignements aux spécialistes. Le nombre d’actes de la pratique, conservés dans les chartriers et cartulaires de l’espace Plantagenêt, n’est toutefois pas négligeable. Du reste, des découvertes surprenantes sont toujours possibles, comme les six chartes de l’Agenais, présentées pour la première fois par Nicholas Vincent dans son étude. Parmi ces contrats, les conventions entre seigneurs ecclésiastiques et laïques, nombreuses dans les pays de Loire, ont été l’objet d’une analyse serrée.

4Les textes législatifs ou statutaires sont également sollicités, en particulier les chartes de franchise méridionales, à l’instar des fors d’Oloron ou de Morlaas ou de la coutume de l’Agenais. Ces textes normatifs risquent de troubler notre regard sur la seigneurie, dont ils proposent une vision fixiste ou trop étroitement institutionnelle, alors qu’une approche historique – attentive à l’évolution et à la diachronie – ou anthropologique – centrée sur les hommes et femmes en société et sur les règles non explicitées qui les guident – prévaut parmi les auteurs du présent ouvrage. De plus, les coutumes et fors sont plus qu’une source où l’historien puise des données, somme toute incertaines. Ils ont modifié les relations sociales, introduisant, comme le montre Benoît Cursente, un modèle de rapport seigneurial nouveau, que tous ceux qui en ont négocié et établi les clauses ont été contraints de suivre. Le royaume anglo-normand, fort de son Échiquier, et, à la fin de notre période les autres régions, connaissent un éclairage plus intense et précis grâce aux enquêtes royales et aux séries comptables. Quelques censiers, dont celui de la Couture du Mans, sont de même étudiés en profondeur. Enfin, les archives monumentales et les archives du sol ne sont nullement négligées dans cet ouvrage. La connaissance des résidences seigneuriales et des conditions de leur pays environnant concrétise dans l’espace un savoir textuel, qui risquait, sans l’apport des archéologues, d’apparaître bien désincarné.

5Outre la variété des sources exploitées, force est d’ajouter un autre élément renforçant la diversité enrichissante du présent ouvrage. Quatre de ses textes rédigés par des collègues anglais ou américains concernent la France, et plus précisément la Normandie, le Perche, l’Anjou et l’Agenais. Malheureusement, nous autres, Français, qui travaillons trop souvent pour des raisons pratiques ou affectives sur nos régions d’origine, ne pouvons pas en dire autant sur le domaine britannique, même si de plus en plus de jeunes doctorants décident actuellement de se pencher sur l’île. Pour que progresse la science historique, il est indispensable de profiter d’une vision extérieure de problèmes qui resteraient autrement cantonnés à la seule érudition locale. Ce n’est qu’en croisant nos regards sur des questions identiques, mais selon des méthodes d’érudition différentes et des traditions nationales diverses, que nous arriverons à avancer dans la recherche. Que des historiens de Grande-Bretagne (mais aussi d’Irlande ou des États-Unis) et de France se soient réunis pour la sixième fois afin d’aborder une thématique commune, relative à l’Empire Plantagenêt, et qu’ils aient pu échanger sur leurs thématiques et leurs méthodes pendant trois jours de façon si intense, est déjà une réussite pour laquelle il faut féliciter les organisateurs du colloque de Bordeaux.

  • 1 Wickham 2007, Barthélemy 1996.
  • 2 In England […] honors were created by an act of the king’s patronage, not by the entreprise of an (...)
  • 3 Feller 2007, 122.
  • 4 Schreiner et al. 1996.
  • 5 Morsel 2004, 174.

6Notre perception des faits n’est pas toujours conditionnée par les sources, mais par les courants de pensée, les mentalités et les idéologies en vogue. Dans une Europe intellectuelle où les frontières entre cultures tendent à s’estomper, l’influence d’autres historiographies peut remettre en cause des cadres de pensée acquis, et proposer des analyses plus complexes sur des vérités qui nous semblaient immuables. On songe ainsi à l’abandon récent, par de nombreux médiévistes français, de la dialectique entre la seigneurie banale et la seigneurie foncière, si répandue au moins depuis la thèse de Georges Duby sur le Mâconnais, publiée en 1953, et plus encore depuis son stimulant ouvrage de synthèse L’Économie rurale et la vie des campagnes (1962)1. Recoupant la vieille dichotomie “la terre et les hommes”, cette distinction semblait opératoire pour la France médiévale, où le pouvoir royal a vite été relayé, à l’échelon local, par l’institution seigneuriale. En revanche, en Angleterre, la royauté anglo-saxonne, danoise ou normande conserve une emprise beaucoup plus forte sur l’aristocratie. Elle contrôle, en particulier, à large échelle l’octroi des honores ou fiefs, comme David Crouch l’a naguère rappelé en commentant l’œuvre de Frank Stenton2. C’est pourquoi outre-Manche la seigneurie est davantage perçue comme un territoire que comme une autorité sur les hommes. De nos jours, même en France, le binôme foncier-banal semble de plus en plus abandonné au profit de l’élément spatial3, peut-être en raison de la diffusion des problématiques de la “territorialisation”. On lui préfère, de même, la notion univoque de dominium, sans doute par influence de la recherche allemande, qui constate que, dans le domaine germanique, les banalités ne s’appliquent pas à l’ensemble de la paysannerie, mais aux seuls serfs4. C’est pourquoi Joseph Morsel insiste, par exemple, sur la “domination à la fois et indissolublement sur les hommes et sur la terre”5. En France, ces nouvelles définitions ont été empruntées à des chercheurs de pays environnants, qui exploitaient une documentation différente de celle qu’on trouve dans les archives de l’Hexagone.

7De façon similaire, l’application des méthodes de l’anthropologie culturelle sur les conflits et, plus généralement, sur tout type de relations entre dominants et dominés, en partie importée des États-Unis, aide à comprendre la confusion entre le pouvoir dit public et la propriété des chefs dans les sociétés traditionnelles. Cette perception ethnologique des rapports entre seigneurs et paysans mitige la thèse de l’abaissement progressif et inéluctable pouvoir de coercition ou “ban” de nature régalienne jusqu’à la seigneurie, devenue banale et, en quelque sorte, légitime par procuration ou imitation royale. Toutefois, et même nuancée par ces acquis, la dualité seigneurie banale-seigneurie foncière ne doit pas être abandonnée, pourvu qu’elle soit prise pour ce qu’elle est : un outil opératoire et pratique, une grille d’analyse ferme, qui apporterait de la clarté à des problèmes, qu’à force de vouloir décrire dans toute leur complexité, deviendraient impénétrables parce qu’incompréhensibles. Plusieurs des textes de cet ouvrage ont eu donc recours avec bonheur au schéma duel classique.

8Revenons plus étroitement au contenu des articles. L’essentiel de leurs questionnements et acquis pourrait être regroupé en trois axes : le territoire, les seigneurs et paysans et la royauté. De nature politique, ce troisième élément renvoie aux rois d’Angleterre, à leurs officiers et à leurs relations, souvent conflictuelles, avec les seigneurs locaux. Les progrès de l’administration angevine alourdissent le prélèvement sur les paysans, contraints à une double fiscalité, à la fois princière et seigneuriale. L’intérêt pour un tel sujet de la part des communicants était inévitable, puisque le cadre géographique choisi – l’Empire établi par la maison d’Anjou – répond à une volonté dynastique, davantage qu’aux contraintes de la géographie physique. C’est pourquoi les agents d’Henri II et de ses fils apparaissent, presque autant que les seigneurs récalcitrants à leur gouvernement, dans le présent ouvrage.

Territoires : un espace hétérogène

9L’espace Plantagenêt frappe, d’emblée, par son caractère hétérogène. Il est vrai que cette réunion de principautés diverses en un seul arc atlantique relève parfois de la mosaïque bariolée ou du rapiècement artificiel de territoires mal assortis. La diversité de ses paysages est patente : les Pyrénées béarnaises, les plaines littorales du Bas Poitou, le massif armoricain ou les collines du Leinster ont, sur le plan morphologique, peu en commun. Ce substrat naturel conditionne, dans leur dissemblance, les activités économiques. Le contraste peut même intervenir dans un rayon fort restreint, comme le prouvent la coexistence, dans les mêmes territoires du nord-ouest de l’Empire Plantagenêt, de l’Open field céréalier et du bocage à vocation pastorale. Il va de soi que l’organisation du territoire de la seigneurie dépend étroitement de ces structures. Cette variété est mise en relief par la comparaison de plusieurs monographies de ce recueil, qui se situent sur le plan de la micro-histoire et de l’étude du cas.

  • 6 Toubert 1973.
  • 7 L’Église…, dir. Fixot, Zadora-Rio 1989.
  • 8 Lauwers 2005.

10Il n’empêche que même à l’échelle d’un village ou d’une vallée, plusieurs questionnements communs traversent ces articles à vocation monographique. La territorialisation et la spatialisation y apparaissent souvent comme une problématique porteuse. Ainsi, le passage d’un habitat dispersé à l’habitat groupé est parfois évoqué. Il s’inscrit dans le droit fil de la thèse de Pierre Toubert, même si, dans ces terres atlantiques, nous avons parfois affaire à une situation éloignée de l’incastellamento méditerranéen6. Le territoire paroissial et son évolution sont davantage abordés dans notre ouvrage et, par contraste, le barbarisme d’inecclesiamento s’impose peut-être7. Le château perd, en effet, sa centralité au profit de l’église et du cimetière attenant8. La remarque de Mathieu Arnoux, qui voit dans la paroisse “un cadre d’identification d’une partie écrasante de la population”, semble, à ce titre, fort juste. La paroisse correspond à la circonscription canonique centrée sur l’église où les fidèles reçoivent les sacrements et la parole de Dieu, tout en versant la dîme et d’autres redevances au curé qui la dessert. Mais elle se mêle aussi de façon inextricable à la seigneurie, puisque le maître laïque du lieu conserve souvent un droit de patronage sur son desservant, et que les paysans participent à l’entretien du bâtiment cultuel et à la gestion de son patrimoine dans le cadre de la fabrique. Ainsi, la commune, au sens spatial et parfois institutionnel du terme, coïncide avec la paroisse. Les limites territoriales de l’une et de l’autre sont identiques, tout comme les mêmes responsables de la commune s’occupent de gouverner le village et de gérer les biens de la paroisse.

11Le Béarn, la plus méridionale des principautés étudiées, apparaît comme un écosystème à dominante pastorale. Pour les seigneurs, le contrôle des vacants, des zones de pacage et de transhumance, est un enjeu majeur, mais il leur échappe largement au profit des paysans et des bergers. Cette prédominance de l’élevage explique l’impossible regroupement de l’habitat, surtout dans les hautes vallées pyrénéennes, avant les années 1250, époque où les concentrations humaines et les nouveaux villages se multiplient de façon prodigieuse.

  • 9 Fossier 1982.

12En Gascogne, la chronologie de l’encellulement (d’après l’expression frappée par Robert Fossier pour signifier la concentration des populations dans un seul village et leur encadrement seigneurial accru9) apparaît bien plus précoce que dans le Béarn voisin. Dans la Lande occidentale, vers 1250, le réseau paroissial est définitivement constitué, pour toujours inamovible. Avant cette date, Patrice Barnabé constate, en revanche, la volonté politique des rois d’Angleterre d’ériger de nouveaux castra ou castelnaux. C’est, en 1177-1179, le cas pour Uza, fondé par Richard Cœur de Lion. Plusieurs fondations royales jalonnent ainsi, du nord au sud, la voie publique et les parcours de transhumance, soumis aux redevances de l’herbage ou guidonage. Mais ce programme de contrôle royal tourne court par manque de moyens financiers ou d’un personnel administratif adéquat : les bailes ou prévôts de l’Angevin sont rarement présents sur les lieux. Ce sous-encadrement aquitain, bien connu des spécialistes de l’Empire Plantagenêt, contraste avec d’autres principautés comme l’Angleterre ou la Normandie, où la présence locale des représentants du pouvoir royal est forte. En étudiant la vicomté de Civrac et la seigneurie de Gensac, Sylvie Faravel insiste sur le rôle que le fleuve, en l’occurrence la Dordogne, mais aussi la Garonne, joue dans l’économie seigneuriale par les péages qu’ils rapporte. Mais les vicomtes subissent la rude concurrence du roi d’Angleterre, qui construit le château de Pujols, et d’une nouvelle famille, les Rudel de Bergerac. La paysannerie est tiraillée par les différents points de fixation de l’habitat, promus par ces seigneurs rivaux.

13Le Poitou et le Grand Anjou, surtout à l’ouest de la ligne où l’Open field cède la place au bocage, ainsi que la Haute-Bretagne, sont apparus assez différents de la Gascogne, grâce au modèle développé par Daniel Pichot. Ici, la présence du bocage voue à l’échec, ou du moins ralentit, l’encellulement. De plus, le château ne saurait être identifié comme le lieu unique du regroupement de l’habitat, qui se concentre plutôt autour de l’église, ni d’un prélèvement seigneurial, qui apparaît, dans ces régions, aussi divers que complexe, particulièrement en raison de la forte implantation monastique. C’est le cas pour le Bas-Poitou, où Cédric Jeanneau montre combien les abbayes concurrencent les fondations de villages par les seigneurs laïques, susceptibles d’attirer des paysans contribuant à l’assèchement du marais. Pourtant, l’habitat, dispersé en petits hameaux, n’empêche pas la seigneurie ou, si l’on préfère, la “châtellenie territoriale” (Dominique Barthélemy), c’est-à-dire la zone d’influence d’une forteresse aristocratique. Mais il est indéniable que cette dispersion entrave les formes classiques du prélèvement seigneurial, si ce n’est dans le monopole banal sur les fours et moulins.

14En Normandie, dont Mathieu Arnoux a montré le dynamisme économique – “l’une des régions les plus prospères d’Europe”, a-t-il dit – le regroupement de l’habitat au profit des seigneurs a mieux réussi, grâce à la structuration des espaces par des bourgs, voués essentiellement aux activités de production et de commercialisation. Fascinant, son article présente le seigneur sous le jour d’un entrepreneur mettant à la disposition des paysans des infrastructures économiques qu’ils réclament eux-mêmes. Moulins à farine, moulins à foulon, forges, fours à céramique sont des machines d’une haute technicité, qui épargnent des tâches répétitives et longues à leurs usagers. Les lourdes redevances qui en découlent s’expliquent aussi bien par l’importance de l’investissement initial pour les fabriquer que par les frais continuels de leur entretien.

15En définitive, le volume présente un éventail très large de paysages, de formes d’habitat et d’activités économiques. Il n’en fait pas moins ressortir une constante pour les années 1150-1250 : le roi et les seigneurs essaient alors de regrouper les paysans dans des villages, et ces derniers se prêtent plus ou moins au jeu. La réussite de cet encellulement imposé d’en haut varie selon les principautés : il a peu pris en Béarn, mais il a mieux réussi dans le castelnau gascon ou autour du marché du bourg normand et de l’église ligérienne. Pour l’Angleterre, les collègues nous ont donné moins d’indications sur l’évolution de l’espace, probablement parce que la problématique de la “territorialisation”, très à la page en France, les occupe moins.

Seigneurs et paysans : le déplacement du conflit ?

16La diversité de situations pour les paysages et l’habitat apparaît aussi dans les relations entre seigneurs et paysans, qu’il importe d’analyser dans une seconde partie. De façon paradoxale, les auteurs de notre volume sont plus sensibles aux relations des seigneurs entre eux ou avec le roi qu’avec leurs paysans. Or, ces rapports envers le monarque ou envers leurs égaux dégagent une forte “conflictuosité”. À vrai dire, tout s’est passé dans le colloque comme si le thème de la lutte verticale de classes entre paysans et seigneurs avait cédé la place à celui des conflits horizontaux des gouvernants et dominants. Cette préférence des luttes pour le pouvoir aux luttes de classe répondrait-elle à la perte de prestige de l’historiographie marxiste depuis au moins deux décennies ? Plus vraisemblablement, si les questionnements orientent toute recherche, force est de constater que, contrairement à la royauté et l’aristocratie, le paysan médiéval a laissé peu de traces écrites. Le choix des auteurs semble donc largement conditionné par la nature de la documentation. Ils s’adonnent à une nouvelle érudition, qui examine de près, voire très minutieusement, les sources, pour en extraire des données nourrissant une réflexion des plus abstraites à la lumière de modèles globaux dont ils infirment ou confirment la pertinence. Ce va-et-vient entre l’analyse pointue et la vaste synthèse semble, en effet, caractériser leur métier d’historien.

17Les archives ecclésiastiques sont très riches. C’est pourquoi les seigneuries épiscopales ou abbatiales se laissent souvent mieux cerner que les laïques. Elles sont très présentes dans les villages de l’Ouest où le réseau des prieurés monastiques est serré. Ce sont souvent ces vieilles fondations bénédictines qui prennent en charge les paroisses, où le curé est l’homme des moines. Or, le rôle primordial de la paroisse médiévale est essentiel dans l’organisation et les sociabilités communales.

18Les mêmes tensions entre seigneuries ecclésiastiques et laïques apparaissent dans les conventions (convenentie), documents particulièrement longs et précis en Anjou. Sur ce point encore, la profondeur de la mémoire monastique est remarquable, comme le prouve le riche dossier de Chémillé (Maine-et-Loire), préservé à Marmoutier et analysé avec finesse par Claire Lamy. La conservation écrite du souvenir permet aux moines d’engager des procédures dont le but et de négocier et de renégocier encore un ancien accord. En effet, dans une perspective anthropologique, Bruno Lemesle montre qu’il faut lire ces litiges non pas tant comme des ruptures définitives et sans retour entre deux parties, mais au contraire comme la façon de pérenniser des liens entre elles, voire pour les abbayes de conserver la justice au détriment des agents comtaux, ou d’obtenir de nouvelles redevances. De leur côté, les donateurs laïques continuent de conserver une partie des biens cédés aux moines, qu’ils revendiqueront, le cas échéant, par les armes, perpétuant ainsi avec eux les luttes, les accords de paix et les négociations.

19Penchons-nous à présent sur les seigneurs laïques, que la documentation permet de repérer plus facilement que la seigneurie au sens strict. En effet, un comptage lexicologique du vocabulaire des chartes apprend à Géraldine Damon que, si elles mentionnent souvent des domini, elles n’évoquent que très rarement le dominium ou la dominicatura. Or, les nombreux personnages auxquels les scribes accolent l’épithète honorifique de dominus vivent des situations fort diverses. L’hétérogénéité du groupe seigneurial est des plus notables. Ces différences sociales au sein de l’aristocratie apparaissent de façon visible dans l’inventaire impressionnant des 2 400 sites répertoriés dans le Maine par l’équipe d’Annie Renoux. La palette est large entre la modeste motte, parfois ridiculement basse ou même plate, ou l’hébergement fossoyé, à peine fortifiés, et le puissant château d’un Juhel de Mayenne ou d’un Maurice de Craon, sires séditieux capables de tenir tête au roi, en passant par les maisons fortes de la noblesse médiane. Cet éventail de situations est d’autant plus riche et varié qu’il est mouvant dans le temps, soumis aux vicissitudes de l’évolution du pouvoir royal. Il témoigne de multiples échelles de puissance et de fortune qui fracturent ce que l’on désignait, il y a à peine une vingtaine d’années, de l’expression monolithique de “classe seigneuriale”, que peu de médiévistes osent utiliser de nos jours. Sur le plan méthodologique, l’article d’Annie Renoux démontre avec bonheur que la castellologie ne saurait se concevoir comme une science à part entière, se contentant de décrire les formes monumentales des forteresses et leurs emprunts, mais qu’elle doit s’inscrire dans l’histoire globale, éclairant ainsi des réalités sociales. La qualité du château est proportionnelle au pouvoir de son détenteur. Toujours sur les rives de la Loire, Daniel Pichot remarque le contraste entre les grandes baronnies s’étendant sur au moins dix paroisses face aux petites unités seigneuriales à l’influence restreinte, basées sur une simple maison forte, n’associant qu’un domaine foncier faible à quelques bribes de contrôle banal sur les paysans du village voisin.

20Au sein d’une noblesse plurielle, force est de se pencher, d’abord, sur les très grands barons, qui en occupent le sommet de la hiérarchie. La “tétrarchie” poitevine des Lusignan, Thouars, Parthenay et Mauléon, chers à Géraldine Damon, vient aussitôt à l’esprit. Les Lusignan et les Thouars pratiquent même de la très haute politique, et côtoient les Plantagenêt et les Capétiens, auxquels ils sont apparentés : on mentionnera pour mémoire leurs fiançailles ou mariages avec Isabelle d’Angoulême et avec Constance de Bretagne, et leurs conséquences dans l’effondrement de l’Empire Plantagenêt. L’intérêt de cette étude est de montrer que chacune de ces quatre familles est parvenue à affermir sa domination géographique et à constituer une organisation territoriale spécifique “à partir” (et pas nécessairement “autour”) d’une forteresse majeure, située au cœur des grands axes routiers poitevins. Une typologie se dessine ainsi autour de trois modèles spatiaux, qu’une cartographie claire et pédagogique fait nettement ressortir : homogénéité de la Gâtine pour les Parthenay, caractère tentaculaire et polynucléaire de la principauté des Lusignan qui s’annexe les comtés de la Marche et d’Angoulême et partage du Bas-Poitou pour les Thouars et les Mauléon. De son côté, Daniel Power a remarqué qu’un renforcement identique de la haute aristocratie apparaît en Normandie avant 1200. À le suivre et contrairement à l’idée généralement reçue, les seigneurs normands ne s’en tirent pas si mal face à Henri II ou Richard Cœur de Lion et à l’accroissement de leur pouvoir, puisqu’ils parviennent à resserrer le contrôle de leurs terres en instaurant l’aide aux trois cas, une taille extrêmement lourde. Une “seigneurialisation” – terme qui est souvent revenu dans les communications et discussions du colloque – est ainsi à l’œuvre, même si les grands normands ne disposent pas des mêmes moyens de pression sur les paysans que leurs cousins d’Angleterre, où la justice seigneuriale et le villenage connaissent encore de beaux jours.

21À côté des quatre grands lignages poitevins ou des plus puissants des sires normands et anglais, en pleine expansion dans les années 1150-1250, les vicomtes gascons et béarnais font bien pâle figure. Ils connaissent même une disqualification redoutable en Gascogne, tandis que leurs seigneuries de Bayonne, Dax, Maremne, Marensin ou Tartas sont intégrées dans le domaine ducal. Ils n’ont pas su résister à la pression des rois d’Angleterre et l’extinction biologique de leur dynastie a parfois accompagné leur déclassement. En revanche, les problèmes de la vicomté béarnaise proviennent plutôt de la base sociale que du sommet royal. Elle connaît, pour reprendre la brillante analyse de Benoît Cursente, une véritable crise châtelaine, se morcelant en plusieurs seigneuries juridictionnelles au profit des cavers, les nobles de second rang, assimilables aux alleutiers, et des abbadies, les abbayes laïques détournant à leur profit une partie des dîmes. Elle résiste mal aux nouvelles dispositions des fors, inspirés d’un droit romain qui mettent en cause l’ordre traditionnel. À l’horizon 1200, les vicomtes n’ont pas su résister aux transformations sociales.

  • 10 Nassiet 1993.
  • 11 Bertran de Born 1985, I, 92, no 6, v. 25-30.
  • 12 Richard de Devizes 1963, 2-3, d’après une citation de la Thébaide de Stace (v. 45-96). Voir Aurell (...)

22Les grandes dynasties, se parant souvent du titre vicomtal, n’appartiennent certainement pas au même monde que les petits hobereaux, nombreux en Aquitaine, se partageant modestement à plusieurs les maigres redevances d’un petit village. Le thème de la coseigneurie a souvent été évoqué, surtout pour les régions méridionales, où le régime de succession ne favorise pas toujours l’aîné. Mais elle est aussi présente dans l’Ouest de la France, où elle donnera lieu, à l’époque moderne, au phénomène de la “noblesse pauvre” de Bretagne, mis en relief par la thèse de Michel Nassiet10. Pour le Limousin et le Périgord, citons une chanson de Bertran de Born, dont chacun connaît l’engagement dans les luttes intestines de la maisonnée d’Henri II. Le troubadour est en train de protester de sa fidélité envers sa dame jalouse. Pour la convaincre, il lui jure que, plutôt que de la tromper, il préfère le pire des châtiments : “Que je sois seigneur d’un château indivis (castel parsonier), que nous soyons quatre copropriétaires dans la tour et que, loin de pouvoir jamais nous aimer les uns les autres, me soient sans cesse nécessaires arbalétriers, médecins, soldats, sentinelles et portiers, si j’ai jamais eu envie d’en aimer une autre11”. Aussi ironique soit-elle, sa chanson fait directement allusion aux problèmes qu’il rencontre à partager son héritage avec son frère Constantin, qui choisit contre lui le parti des fils d’Henri II qui lui est hostile. Au passage, l’anecdote montre les ondes de choc que le conflit fratricide de la dynastie angevine, que le chroniqueur Richard de Devizes appelle la “confuse maison d’Œdipe12”, produit sur l’aristocratie locale, qui mime parfois les mêmes combats au sein même de ses familles. Le modèle historiographique de la cohésion du lignage solidaire, soumis à son aîné envers et contre tous, est mis à mal dans la noblesse de l’Empire Plantagenêt.

  • 13 Aurell 2005.
  • 14 Freedman 1991.

23Plus difficiles à traquer, en l’état de la documentation, les modestes coseigneurs, nobles de second rang et autres hobereaux ne se distinguent guère des coqs de village sur le plan matériel. Il en va peut-être de même sur le plan social, si l’on conçoit la noblesse, non pas comme une catégorie juridique ou comme une classe économique, mais comme un groupe social dont le statut dépend largement, sinon exclusivement, du regard d’autrui, de la reconnaissance des proches et de la perception de la communauté13. La couche aisée de la paysannerie a fait l’objet de plusieurs développements pour le Sud-Ouest : il s’agit des cavers et donzels, qui peuvent même posséder des tenanciers dans la Lande occidentale et qui détiennent parfois, d’après les fors béarnais, un pouvoir juridictionnel. Les autres catégories, plus modestes, de la paysannerie n’apparaissent guère dans notre ouvrage, probablement en raison du silence qu’entoure les humbles dans les sources médiévales. Sur le plan du statut des personnes, la variété régionale semble de mise. La liberté paysanne caractérise le Poitou et le Grand Anjou. En Gascogne, les sujets de la seigneurie connaissent une situation intermédiaire entre servitude et liberté : ils ne sont ni alleutiers, car ils versent la queste, taxe récognitive d’une domination, ni tenanciers, car ils possèdent leurs terres en pleine propriété. Dans le Béarn, l’introduction du droit savant a pu rendre, du moins dans les textes législatifs et dans l’idéologie des juristes qui les ont rédigés, la questalité équivalente de la servitude. Cette évolution fait penser à une fixation du statut servile, au second servage du xiie siècle, que Paul Freedman a si bien décrit pour la Catalogne14.

24Les rares mentions des paysans dans les sources écrites les mettent aux prises avec le prélèvement seigneurial, assurant une rente à l’aristocratie. Au cours des années 1150-1250, la monétarisation des redevances semble progresser partout. Mais les différences régionales sur la nature des taxes et sur leur évolution demeurent importantes. Dans le Béarn, les corvées disparaissent alors au profit d’un cens versé par les tenanciers. La Lande occidentale apparaît comme une terre de franchises, où aucun travail n’est exigé des paysans sur le domaine seigneurial et où la queste est collective et forfaitaire ; chaque commune se charge d’en établir l’assiette. En Poitou et dans le Grand Anjou, les différentes études insistent sur les monopoles banaux : moulins, fours, pressoirs ou pêcheries servent à mieux fixer et à mieux surveiller une population qui ne peut se passer de ces instruments pour moudre le grain, cuire le pain, produire du vin ou se nourrir en poisson. La taille ne semble perçue que dans les grandes baronnies. À côté de ces banalités, subsistent les cens ou redevances fixes sur la terre. Ils sont toutefois moins importants que les champarts, qui se développent au fur et à mesure des défrichements. Mais en général le prélèvement semble modéré, même si une certaine pression commence à se faire sentir à la fin de la période. Il ne faut toutefois pas oublier que, selon la remarque judicieuse de Mathieu Arnoux, les redevances directement destinées à l’escarcelle des seigneurs ne sauraient être confondues avec les taxes qui servent à l’entretien des moulins et autres instruments de production extrêmement onéreux. Ces contributions, surtout si elles relèvent de la seigneurie banale, sont l’objet de litige entre l’aristocratie et le roi qui essaie de les récupérer au nom de ses prérogatives régaliennes et de leur caractère public.

Royauté : investir la seigneurie

25La maison d’Anjou a œuvré au développement de l’administration royale au détriment de la seigneurie. Depuis de nombreuses décennies, un certain consensus historiographique se dégage dans ce sens. Mais, une fois de plus, force est de constater qu’une telle assertion mérite d’être nuancée, et qu’à l’intérieur de l’espace Plantagenêt l’écart entre les différentes catégories nobiliaires et principautés territoriales est remarquable. Les études de cas font ressortir encore cette diversité.

26Le lignage de Rotrou offre un bel observatoire à Kathleen Thompson, car il permet de comparer le sort des seigneuries que cette famille détient, d’une part, dans son comté du Perche, aux lisières de Beauce, Maine et Normandie, et d’autre part en Angleterre, grâce au douaire de Mathilde, nièce de Richard Cœur de Lion. La balance de l’interventionnisme princier penche indéniablement du côté insulaire, où la contrainte du roi d’Angleterre, capable de saisir les terres des Routrou s’ils osent lui désobéir, est des plus lourdes. Cette dépendance contraste avec celle du domaine continental, où les officiers angevins n’interviennent guère. Ce n’est que bien après 1204 que Philippe Auguste, nouveau maître de ces territoires, aura l’occasion d’y exercer de façon significative son pouvoir.

27D’autres articles abordent l’opposition entre les rois angevins et les seigneurs à partir des activités judiciaires ou des banalités. En Normandie, l’exercice de la justice, étudiée par Maïté Billoré, est au cœur de la réforme administrative des Plantagenêt, qui cherchent, par le biais de son contrôle absolu ou du moins de l’extension de leur juridiction, à s’immiscer entre les seigneurs et leurs hommes, à les court-circuiter en contrôlant, sans médiation aucune, la paysannerie. Sous leur règne, le nombre des délits considérés comme cas majeurs, réservés aux seuls tribunaux princiers, augmente. Nicholas Vincent aborde des enjeux similaires à partir des taxes sur le sel, qui aboutiront plus tard au monopole royal sur son extraction et sur sa commercialisation et à la gabelle. La force des interventions d’Henri II en Agenais pour récupérer à son profit les droits sur ce produit, des plus précieux dans l’économie médiévale, est patente en comparaison de son fils Richard, bien plus timide en la matière. En Bas-Poitou, en revanche, les sources ne témoignent pas d’une reprise en main monarchique, alors que les marais salants échappent aux rois angevins au profit de Maillezais et des autres abbayes locales, ainsi que des Thouars et des Mauléon.

28La dialectique entre la seigneurie et la royauté apparaîtrait bien désincarnée si on la plaçait au seul niveau juridique du conflit entre le privé aristocratique et le publique monarchique. C’est probablement dans cette perspective qu’il faut comprendre les critiques de David Crouch sur l’historiographie anglaise du xixe siècle qui insistait sur la naissance de la Commun law et sur la centralisation de la justice autour du Bench de Westminster, puisqu’elle croyait ce phénomène indissociable de la naissance de l’État-nation britannique. Sans nier l’intérêt d’une approche institutionnelle du problème, les auteurs du volume conviennent que la connaissance des hommes, de leurs groupes sociaux, de leurs relations et de leurs réseaux apprend davantage au médiéviste que celle des règles juridiques censées les encadrer et déterminer leurs comportements.

29Ainsi, trois excellentes études permettent d’effleurer les ressorts psychologiques qui sous-tendent les décisions des membres du parti royal et du parti seigneurial, si tant est qu’on peut recevoir cette opposition, simplifiant à outrance les relations complexes d’attirance et de répulsion entre le prince et l’aristocratie. Dans le présent ouvrage, les motivations, réflexes et mentalités des seigneurs sont décrites, examinées et commentées en profondeur, grâce à une démarche sociologique et anthropologique mettant en avant les notions d’honneur et les liens de clientèle et de parenté dans le groupe aristocratique.

  • 15 The intangible concordance of a person’s reputation, honor, and personal standing, Barton 2004, 7.

30Dans le sillage de son ouvrage récent, Richard E. Barton insiste sur le charisme que tout dominant est obligé de dégager s’il veut se faire obéir. L’auteur définit ce rayonnement individuel, élément clef de la mentalité nobiliaire, comme “la concordance intangible vers une personne de sa réputation, de son honneur et de son statut personnel”15. Dans la société médiévale, à l’heure d’imposer ses décisions, cette affection ou ce respect qu’un puissant gagne sur ses sujets importe bien plus que la loi, la règle ou l’institution, aussi désincarnées qu’inefficaces dans une société sans Etat. Sur ce point, l’examen de la figure du sénéchal royal en Anjou était des plus éclairants. Pour Richard Barton, même en agissant au nom et au lieu du roi, cet officier est perçu par ses administrés comme un autre seigneur, ni plus ni moins. Ses hommes ne voient vraisemblablement de grande différence entre sa cour et celle d’un Juhel de Mayenne. Il se peut même qu’ils la trouvent moins digne de respect comme le prouve la désobéissance manifeste d’un Hamelin d’Anthenaise. Ce n’est en somme que dans les fiefs de la directe du comte d’Anjou – c’est-à-dire ceux qui se trouvent autour des villes d’Angers et du Mans, dans le Val de Loir et dans la vallée de la Loire – que leur juridiction était véritablement respectée. Et on ne peut qu’adhérer au constat que, dans la pratique, la mentalité féodale l’emporte sur l’idée de la souveraineté, qui se cantonnait exclusivement à l’outillage mental, fort savant et romanisant en l’occurrence, des penseurs de l’entourage du roi, des spécialistes du code de Justinien ou des feudistes.

31Le comportement seigneurial des détenteurs des charges prétendument publiques apparaît, de même, dans l’étude superbe que Marie Therese Flanagan a pu donner grâce à l’analyse serrée de chartes inédites, que la plupart des chercheurs ont étudié, avant elle, à partir de regestes imprimés. Entre 1207 et 1212, Guillaume le Maréchal, brouillé avec Jean Sans Terre, se retire dans son domaine de Dublin et de son arrière-pays, qu’il a obtenu par son beau, et combien tardif, mariage avec Isabelle de Clare, fille de Strongbow et d’Aífa, à son tour fille de Diarmait Mac Murchada, roi de Leinster. Ces considérations généalogiques montrent la nature royale des droits qu’il a hérités par de sa belle-famille. Le charisme et le prestige de Guillaume le Maréchal, “le meilleur chevalier du monde”, régent d’Angleterre quelques années plus tard pendant la minorité d’Henri III, se passe également de commentaires. Ils heurtent de front les prétentions de Meiler fitz Henry, justicier d’Irlande au nom de Jean Sans Terre, à contrôler des terres de nobles de second rang qui lui permettraient d’unifier sa propre seigneurie entre le Leinster et le Meath. Il s’ensuit une guerre sanglante, qui, au vu des deux acteurs en présence, ne ressemble guère à l’opposition d’un baron en révolte contre le représentant du pouvoir royal.

32Gaël Chenard reprend, enfin, une problématique analogue pour présenter la stratégie seigneuriale d’Alphonse de Poitiers, surtout au lendemain de la révolte de 1242. Adam Panetier, son sénéchal pour le Poitou, applique probablement ses consignes d’apaisement sur ces terres récemment rattachées à la couronne de France. Saint Louis et son frère ont, en effet, tiré les leçons des maladresses de Philippe Auguste et de Louis VIII dans la conquête de la Normandie ou dans la croisade albigeoise, et ils veillent à ce qu’elles ne se répètent pas en Poitou. Dans ses relations avec les Poitevins, Adam Panetier met, par conséquent, en œuvre un modèle contractuel de ralliement aux Capétiens. En outre, sa politique domaniale avisée est décisive dans la pacification du pays. La preuve formelle se trouve dans les enquêtes et comptes d’Alphonse, que Gaël Chenard étudie avec autant de minutie que d’érudition. Adam Panetier lui-même n’appartient pas à la grande aristocratie, contrairement à son contemporain Simon de Montfort, sénéchal d’Henri III pour la Gascogne, dont la politique autoritaire provoque de l’autre côté de la Charente tant de remous. Il s’attire sans doute davantage l’estime des nobles poitevins que les Lusignan, détestés pour leur boulimie foncière, et lâchés par leurs vassaux lors de la révolte de 1242. Cet article solide est un bel exemple de la façon dont l’historien peut mettre l’anthropologique et le social au cœur du politique, pour dépasser une présentation trop événementielle ou institutionnelle du pouvoir. Il en va de même avec les autres contributions du volume, qui montrent toute la complexité humaine de la notion de seigneurie, à la fois espace et société, sur laquelle des éclairages croisés ont jeté une lueur originale.

Bibliographie

SOURCES ET RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aurell, M. (2003) : L’Empire des Plantagenêt (1154-1224), Paris.

— (2005) : “Complexité sociale et simplification rationnelle : dire le statut des personnes au Moyen Âge”, Cahiers de Civilisation Médiévale, 48, 5-16.

Barthélemy, D. (1996) : “Il mito signorile degli storici francesi”, Strutture e trasformazioni della signoria rurale nei secoli X-XIII, dir. G. Dilcher, C. Violante, Bologne, 59-81.

Barton, R.E. (2004) : Lordship in the County of Maine (c. 890-1160), Woodbrige-Rochester (NY).

Bertran de Born, éd. et trad. fr. G. Gouiran (1985) : L’Amour et la Guerre. L’œuvre de Bertran de Born, Aix en-Provence.

Crouch, D. (2005) : The Birth of Nobility, Londres.

Dilcher, G. (1996) : “Conclusione : Signoria rurale in Italia e Germania (X-XIII secolo). Problemi e prospettive”, Strutture e trasformazioni della signoria rurale nei secoli X-XIII, dir. G. Dilcher, C. Violante, Bologne, 623-642.

Feller, L. (2007) : Paysans et seigneurs au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècles), Paris.

Fixot, M. et E. Zadora-Rio, dir. (1989) : L’Église, la campagne, le terroir, Paris

Fossier, R. (1982) : Enfance de l’Europe (Xe-XIIe siècle), Paris.

Freedman, P. (1991) : The Origins of Peasant Servitude in Medieval Catalonia, Cambridge.

Lauwers, M. (2005) : Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris.

Morsel, J. (2004) : L’Aristocratie médiévale (Ve-XVe siècle), Paris.

Nassiet, M. (1993) : Noblesse et pauvreté : la petite noblesse en Bretagne (XVe-XVIIIe siècle), Rennes.

Richard de Devizes, éd. et trad. angl. J.T. Appleby (1963) : Chronicon Richardi Divisensis de tempore regis Richardi Primi. The Chronicle of Richard of Devizes, Londres.

Schattkowsky, M. (1996) : “Signoria fondiaria con o senza potere giurisdizionale ? Lo sviluppo delle strutture della signoria rurale nelle aree di insediamento fra Elba e Oder (XII - XIII secolo)”, Strutture e trasformazioni della signoria rurale nei secoli X-XIII, dir. G. Dilcher, C. Violante, Bologne, 481-524.

Schreiner, K. (1996) : “Signoria fondiaria : un concetto moderno per una realtà medievale”, Strutture e trasformazioni della signoria rurale nei secoli X-XIII, dir. G. Dilcher, C. Violante, Bologne, 83-119.

Toubert, P. (1973) : Les Structures du Latium médiéval, Rome.

Wickham, Chr. (2007) : “Defining the Seigneurie since the War”, Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles), dir. M. Bourin, P. Martínez Sopena, Paris, 43-50.

Notes

1 Wickham 2007, Barthélemy 1996.

2 In England […] honors were created by an act of the king’s patronage, not by the entreprise of an individual, Crouch 2005, 284.

3 Feller 2007, 122.

4 Schreiner et al. 1996.

5 Morsel 2004, 174.

6 Toubert 1973.

7 L’Église…, dir. Fixot, Zadora-Rio 1989.

8 Lauwers 2005.

9 Fossier 1982.

10 Nassiet 1993.

11 Bertran de Born 1985, I, 92, no 6, v. 25-30.

12 Richard de Devizes 1963, 2-3, d’après une citation de la Thébaide de Stace (v. 45-96). Voir Aurell 2003, 45.

13 Aurell 2005.

14 Freedman 1991.

15 The intangible concordance of a person’s reputation, honor, and personal standing, Barton 2004, 7.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540