Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Gascogne-Agenais

Deux seigneuries nord bazadaises des bords de la Dordogne : Civrac et Gensac (xie siècle – 1254)

Sylvie Faravel

Texte intégral

  • 1 Boutoulle 2001, récemment publiée sous le titre Le duc et la société (Boutoulle 2007).
  • 2 Cette zone a été étudiée dans le cadre d’une autre thèse (cf. Faravel 1991).
  • 3 La documentation laïque fait alors presque totalement défaut en dehors des premières sources anglo- (...)
  • 4 Archives communales de La Réole, édition Charles Grellet-Balguerie 1863 (CLR).
  • 5 Le Grand Cartulaire de La Sauve Majeure conservé à la Bibliothèque municipale de Bordeaux sous la c (...)
  • 6 Les actes du Petit Cartulaire de La Sauve Majeure conservés à la Bibliothèque municipale de Bordeau (...)
  • 7 Le Cartulaire de Villemartin, conservé aux Archives départementales de la Haute-Garonne sous la cot (...)

1Dans sa thèse consacrée à la Société laïque en Bordelais et en Bazadais des années 1070 à 1225 (pouvoirs et groupes sociaux)1, Frédéric Boutoulle a montré toute la difficulté d’une approche globale de la seigneurie dans le nord de l’Aquitaine à une époque où la documentation est quasi exclusivement d’origine ecclésiastique et relativement peu abondante en comparaison avec l’inflation textuelle qui marque la fin du Moyen Âge. Il est cependant une zone un peu moins mal documentée que les autres pouvant apporter une contribution gasconne au panorama général sur la seigneurie dans l’espace Plantagenêt2. Parmi les seigneuries aux origines et aux statuts très divers du nord de l’ancien diocèse de Bazas, moitié orientale de l’actuel département de la Gironde, deux seigneuries se distinguent en effet par l’ancienneté relative de leur apparition dans les textes : celles de Civrac et de Gensac (fig. 1). Les sources écrites concernant ces deux seigneuries de rive gauche de la Dordogne restent cependant peu nombreuses. Elles sont pour l’essentiel d’origine ecclésiastique3 et tirées de quatre grands cartulaires ecclésiastiques régionaux : Cartulaire de La Réole4, Grand5 et Petit Cartulaire de La Sauve Majeure6 et Cartulaire de Villemartin7 dont les textes sont assez rarement datés. La relative rareté des sources écrites, leur chronologie imprécise nous impose d’élargir le cadre chronologique de notre étude à la période comprise entre le xie siècle et le milieu du xiiie siècle. Les sources écrites réunies, complétées par quelques éléments archéologiques, permettent de remonter aux origines des seigneuries de Civrac et de Gensac avant d’esquisser les traits majeurs de leurs transformations entre 1150 et 1250. Nous verrons comment, aux deux seigneuries primitives, s’est peu à peu surimposée une nouvelle strate de seigneuries ecclésiastiques et laïques où l’intervention du roi-duc au milieu du xiiie siècle vint modifier la donne et amorcer une territorialisation judiciaire.

Fig. 1. Localisation de Civrac et de Gensac dans la Gascogne de la fin du xie et de la première moitié du xiie siècle.

Fig. 2. Civrac et Gensac dans leur environnement bazadais de la fin du xie et de la première moitié du xiie siècle.

Aux origines des seigneuries de Civrac et de Gensac : les seigneurs et leurs châteaux (xie - xiie siècles)

  • 8 Canton de Pujols-sur-Dordogne, département de la Gironde.
  • 9 Cf. Boutoulle 2008.
  • 10 Que l’on orthographie aussi Bezeaumes ou Besaume. Ce nom, également associé à deux archidiaconés de (...)

2Civrac-sur-Dordogne et Gensac sont aujourd’hui deux communes8 situées dans l’Entre-deux-Mers bazadais, partie orientale du triangle de terre formé par la confluence de la Dordogne et de la Garonne qui dépendait sous l’Ancien régime du diocèse gascon de Bazas (fig. 1 et 2). Pour comprendre le contexte d’épanouissement de leurs seigneuries, il est nécessaire de remonter à la fin du xe et au xie siècle. Trois vicomtes sont attestés à cette époque dans ce secteur de la basse vallée de la Dordogne : sur la rive droite bordelaise, les vicomtes de Castillon9 et, sur la rive gauche, agenaise en amont et bazadaise en aval, les vicomtés de Bezeaume10 et de Civrac-Castets (fig. 2). Civrac, implantée sur la rive gauche de la Dordogne, fut donc au centre d’une vicomté ; tandis que la seigneurie de Gensac, implantée aux confins du Bazadais, de l’Agenais et du Périgord, se développa au contact des vicomtés de Civrac/Castets et de Bezeaume.

Aux origines de la vicomté de Civrac : le vicomte Seguin et son castellum (fin du xe siècle) (fig. 2, 3 et 4)

  • 11 Petit affluent de rive gauche de la Dordogne.
  • 12 “… atque in alio loco que dicitur Castello terra cum vineas. Habet ipse alodus cum vineas et in se (...)
  • 13 Le seul autre vicomte attesté en Bazadais à la même époque est le vicomte de Bezeaume Arnaud, menti (...)
  • 14 Saint-Pey-de-Castets commune du nord de l’Entre-deux-Mers bazadais (canton de Pujols-sur-Dordogne, (...)
  • 15 Cette motte, réaménagée pour servir d’assise à un moulin à vent à l’Époque moderne, est située à mo (...)
  • 16 Le “chemin de Bordeaux” est mentionné dans les textes au xve siècle (Faravel 1991, II, 223).

3La première mention d’un vicomte installé dans la région de Civrac remonte à 980 (fig. 3). On la trouve dans une charte de donation conservée dans le Cartulaire de La Réole. À cette date, Fort-Ars, abbé de Blasimon, donne au prieuré Saint-Pierre de La Réole son alleu en vignes situé dans le pagus de Bazas, dans la vicairie de Gamage11 et dans la villa bien nommée de Montevinitore (fig. 2). L’une des terres en vignes données est située au lieu-dit Castellum et délimitée par la vigne de Sanctus Petrus de Castello sur deux côtés, par la voie publique et par la vigne de “Seguin, vicomte”12. Ce texte associe donc les terres d’un vicomte13 à un castellum dépendant probablement de lui, situé près de l’église de Saint-Pey-de-Castets14 sur les coteaux dominant la vallée de la Dordogne et Civrac (fig. 2). Ce castellum correspond peut-être à la motte connue sous le nom de Motte Malmigarde15 à partir du xive siècle et située en rebord d’un promontoire rocheux dominant la vallée de la Dordogne, le chemin de Pujols à Civrac et le “cami Bourdallès16 (fig. 4).

Les vicomtes de Casted, Castel ou Civrac et le castellum de Civrac (fin du xie et milieu du xiie siècle) (fig. 3 et 5)

  • 17 Nous avons partiellement repris et complété le schéma de filiation établi par Frédéric Boutoulle (B (...)

4Le vicomte Seguin17 est vraisemblablement le lointain prédécesseur des deux vicomtes dits de Castets ou de Civrac dont on relève l’existence un siècle plus tard, à travers les diverses donations consenties à l’abbaye de La Sauve Majeure, fondée en 1079 par Gérard de Corbie dans l’Entre-deux-Mers bordelais voisin (fig. 1).

  • 18 GCSM, no 650, 359-360.

5Guilhem Garsie, vicomte de Civrac, donne ainsi à La Sauve Majeure, sans doute peu après 1079, une terre située extra castellum Sivracum18. Son fils Pierre porte également le titre vicomtal, mais il est indifféremment nommé Pierre de Casted/Castel, vicomte, ou bien Pierre, vicomte de Casted/Castel, ou encore Pierre, vicomte de Civrac, dans la dizaine de textes où il apparaît (fig. 3).

  • 19 Le débouché de ces deux petits cours d’eau sur la Dordogne a été modifié au xxe siècle.
  • 20 PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195.
  • 21 PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195.
  • 22 Viam que ducit a Sivrac (PCSM, 115a, IX et Guérinon 1971, 194).

6Les vicomtes Guilhem-Garsie et Pierre ne paraissent plus guère liés, autrement que par leur nom et leur titre vicomtal interchangeable, à l’ancien castellum installé sur les coteaux, mais dont le souvenir se perpétue désormais dans le nom de la paroisse de Sanctus Petrus de Casted. Dans le dernier quart du xie et le premier quart du xiie siècle, le centre du pouvoir des vicomtes semble désormais associé au castellum de Civrac installé au bord de la Dordogne, à l’emplacement de la confluence de l’Escouach et du Romendol avec le fleuve19. À son propos, les textes évoquent clairement une motte. Certaines donations de Pierre de Castets, vicomte de Civrac, portent sur des biens se trouvant iuxta motam de Sivrac20 et inter pontem et motam21. Cet ouvrage de terre fortifié est encore visible aujourd’hui même si la plateforme primitive en a été progressivement adoucie par la construction successive du château de l’Époque moderne, de la nouvelle église paroissiale et de la mairie au xixe siècle (fig. 5). La position du castellum de Civrac, implanté en bord de Dordogne et desservi par un chemin22 rejoignant celui de Castillon à La Réole et celui de Bordeaux à Gensac, en fait un site de port et de péage idéal.

  • 23 Raimondus de Iensiaco gener eius succedens ei in honore (GCSM, no 656).

7Après la mort en 1129 du vicomte Pierre et le décès sans doute prématuré de son fils Guilhem-Garsie, il semble que plus personne ne porte le titre vicomtal (fig. 3). Le mariage de la fille de Pierre, Géraude, avec Raymond III de Gensac fait de lui son successeur in honore23 : c’est désormais une branche cadette de la famille de Gensac, à la tête de la seigneurie voisine, qui s’implante à Civrac. En parallèle, une nouvelle famille arrive à Civrac dans des circonstances inconnues : la famille de Pommiers. Elle semble désormais, on le verra, partager avec le seigneur de Civrac un certain nombre de prérogatives.

Fig. 3. La succession de Civrac et de Gensac des origines au troisième quart du xiiie siècle (infographie Sylvie Faravel d’après Boutoulle 2007, 366 et 371, repris et complété).

Fig. 4. Vue de la motte Malmigarde à Saint-Peyde-Castets (cl. J.-Cl. Huguet 2008).

Fig. 5. Vue du bourg actuel de Civrac-sur-Dordogne.
L’église actuelle et son cimetière sont aménagés sur la moitié orientale de la plateforme fossoyée dont les limites sont soulignées par la couronne végétale qui l’entoure. À l’ouest de l’église, on lit sur la pelouse, qui précède l’actuelle mairie, les traces de constructions d’un corps de logis détruit à la Révolution (cl. Fr. Didierjean 1994).

Les Gensac, principes castella tenentes et le castrum de Gensac (milieu xie - milieu xiie siècle)

  • 24 Nous avons partiellement repris et complété le schéma de filiation établi par Frédéric Boutoulle (B (...)
  • 25 Douais éd. 1887, no 232, 163-64. Cette sauveté a été localisée dans la commune actuelle de Landerro (...)

8Les seigneurs de Gensac sont presque aussi anciennement attestés que les vicomtes de Civrac, mais on suit plus difficilement leur succession (fig. 3)24. Entre 1031 et 1060, Raimond de Gensac, premier du nom connu, est en première position après Artaud, probable frère du vicomte de Bezeaume, parmi ceux qui jurent de respecter la fondation de la sauveté établie in territorio Ambegalmensi, c’est-à-dire en Bezeaume, autour de l’église Sancta Maria de Landerore au profit de Saint-Sernin de Toulouse par le vicomte Arnaud-Guilhem25.

  • 26 Marchegay éd. 1879, 15-16.
  • 27 Pon & Cabanot éd. 2004, no 9 et 140 et Boutoulle 2008, 371. Elle était déjà veuve de Dat-Arnaud sei (...)
  • 28 Idem.

9Entre 1079 et 1095, un autre Raimond de Gensac apparaît à plusieurs reprises dans les cartulaires de La Réole, de Saint-Florent de Saumur et de La Sauve Majeure (fig. 3). En 1080, il donne l’abbaye de Saint-Ferme à Saint-Florent de Saumur26. Raymond II épouse à la fin du xie siècle Ermengarde, veuve d’Hélie seigneur d’Aubeterre, fille et sœur d’un comte de Périgord, qui porte le titre de domina de Genzac (fig. 3). L’aîné de leurs deux fils, Guilhem Raimond dit le Vieux, succéda à Raimond dans la première moitié du xiie siècle. Le rang des Gensac se lit à nouveau dans le mariage de Guilhem-Raimond Ier avec Guiraude, fille d’un vicomte de Navarre et sœur de Pierre Ier, vicomte de Dax27. Un de leurs fils, Raimond-Arnaud, succéda à son oncle Pierre et devint vicomte de Dax28. C’est un second fils, Guilhem-Raimond II dit le jeune, qui assura de son côté la succession de Gensac (fig. 3). À la mort de Guilhem-Raimond Ier Guiraude se remaria après sa mort à Guillaume-Amanieu, vicomte de Bezeaume (fig. 3).

10Le frère de Guilhem-Raymond Ier, Raymond III devint, on l’a vu, à partir de 1129, à la suite de son mariage avec Géraude unique héritière de Pierre vicomte de Casted, seigneur de Civrac. En raison d’un creux dans la documentation, il est difficile de savoir ce qui se passe jusqu’au premier quart du xiiie siècle. Il semble que deux branches de la famille de Gensac restent alors maîtres des deux seigneuries qui nous intéressent : Gensac et Civrac.

  • 29 Raimundus Genciaci castri dominus (CLR, § 60, 127) ; Raimundus Genciaci castri (§ 61, 128) ; Raimun (...)
  • 30 Higounet 1976 et Boutoulle 2007, 84.
  • 31 Il n’en reste quasiment rien aujourd’hui sinon un pan de la courtine sud du xiiie siècle (Drouyn 18 (...)

11Le pouvoir des Gensac repose à partir de la fin du xie siècle sur un castrum mentionné en même temps que le castellum de Civrac. Certains textes, que l’on peut situer entre 1086 et 1090, désignent en effet Raimond II de Gensac sous le nom de “Raimond du château de Gensac” ou “Raimond seigneur du château de Gensac”29 (fig. 3). À la même époque, Raimond II de Gensac figure parmi les principes castella tenentes témoins de la confirmation de la sauveté de La Sauve Majeure par Guillaume IX d’Aquitaine30. Ces documents font pour la première fois référence à un château que Raimond tient du duc d’Aquitaine et qui paraît donc d’origine publique. Ce château occupait une position tout à fait différente de celle du castellum de Civrac31 (fig. 6). Installé à l’intérieur des terres, il s’élevait à la pointe d’un promontoire dominant à l’ouest la vallée Durèze, petit affluent de rive gauche de la Dordogne.

  • 32 CLR, § 43, 117. Taillecavat est installé sur un site d’éperon barré comparable à celui de Gensac.

12Les seigneurs de Civrac et de Gensac figurent donc parmi les plus anciens connus en Bazadais. Leurs châteaux font partie des premiers châteaux du Bazadais : ils apparaissent dans la documentation très peu de temps après le castrum de Taillecavat, forteresse ducale située dans la vallée du Drot citée pour la première fois en 1070 lorsque le duc de Gascogne y tint sa cour32. Le titre vicomtal porté par les Casted, tout comme leur castellum de Saint-Pey-de-Castets, le plus ancien attesté, les rattachent à la situation politique de la Gascogne avant l’an Mil. La position des Gensac au sein des “ principes castella tenentes” qui entourent le duc d’Aquitaine les ancrent davantage dans la réalité ducale du xie et xiie siècle et dans le contexte de l’arrivée des Plantagenêts à la tête du duché. L’étude de leur dominium, ou tout du moins du peu que l’on en sait, n’en devient que plus intéressante.

Fig. 6. Le bourg castral et l’ancien château de Gensac, extrait du plan cadastral de 1837, section A2 du Bourg (cartographie Sylvie Faravel). Le château, dont il reste très peu de traces, s’élevait au nord de l’église de Gensac.

Un dominium essentiellement connu lors de son démembrement en faveur des établissements ecclésiastiques (1100 - 1213)

13Les seigneurs de Civrac et Gensac n’apparaissent dans la documentation écrite qu’au travers de leurs relations avec les établissements ecclésiastiques réguliers et c’est d’ailleurs par le biais de leurs seuls cartulaires que l’on peut connaître très partiellement la nature de leurs pouvoirs, au moment où ils s’en défont partiellement à leur profit dans le courant du xiie siècle.

Le soutien des seigneurs de Civrac et de Gensac aux établissements religieux à l’origine de l’apparition de puissantes seigneuries ecclésiastiques

14Le soutien apporté à l’Église par les seigneurs de Civrac et de Gensac à la fin du xie et au xiie siècle a contribué à la naissance de nouvelles seigneuries ecclésiastiques dans le courant du xiie siècle.

Le soutien aux établissements religieux

15On ignore si les seigneurs de Civrac ou de Gensac ont joué un jour le rôle d’avoué auprès d’un des grands établissements réguliers du Bazadais, La Réole, Blasimon ou Saint-Ferme. On constate en revanche le soutien actif, encouragé par les évêques de Bazas, qu’ils ont apporté à certains établissements religieux partir du dernier quart du xie siècle et jusqu’au début du xiiie siècle. Si l’action concerne en priorité des établissements du Bazadais septentrional implantés à proximité du centre de la seigneurie, Civrac ou Gensac, elle s’en éloigne parfois.

  • 33 Marchegay éd. 1879, 15-16.
  • 34 Faravel 1991, II, 135.

16En 1080 l’abbaye de Saint-Ferme, dont c’est la première mention connue, est donnée par l’évêque de Bazas et Raymond de Gensac à Saint-Florent de Saumur afin d’y rétablir la règle33. Cette abbaye, établie à 15 km au sud du château de Gensac, a pu être été fondée par les Gensac eux-mêmes dans le courant du xie siècle, ou comme celles de Blasimon et de La Réole, dès la fin du xe siècle34 (fig. 2).

  • 35 Entre 1104 et 1115, c’est au tour de Pierre de Casted de renoncer à ses droits, avec l’accord de Be (...)
  • 36 Gallia christiana, I, inst., col. 190, XI.
  • 37 Commune de Masseilles, canton de Grignols, Gironde, à 60 km au sud de Civrac.

17Chez les Castets ou Casted de Civrac, c’est l’action du vicomte Pierre qui est la plus visible à travers les quelques textes principalement conservés dans les cartulaires de La Sauve Majeure. Entre 1104 et 1115, après accord de l’évêque de Bazas, il donna à la nouvelle abbaye bénédictine l’église de Saint-Pey-de-Castets et la chapelle de Civrac35 (fig. 2). Ces dons furent à l’origine de la création d’un prieuré de La Sauve à Saint-Peyde-Castets. Quelques années plus tard, en 1124, le don du bois du Thil par le même vicomte Pierre36 est à l’origine de la fondation en Bazadais méridional de l’abbaye cistercienne de Fontguilhem37 (fig. 2). Cette donation, qui provient peut-être de biens patrimoniaux de son épouse, est approuvée par Bonnefille et leurs enfants.

18La politique de soutien à l’Église, à l’origine de la naissance de nouveaux établissements réguliers entraîna parfois un afflux de dons qui permit de constituer, au détriment des veilles seigneuries laïques, de nouvelles seigneuries ecclésiastiques dont la seule à être documentée est celle du prieuré de Saint-Pey-de-Castets.

Une nouvelle seigneurie ecclésiastique en formation : le prieuré de Saint-Pey-de-Castets (1115-1213)

  • 38 On peut reconstituer la formation de son temporel grâce à 117 actes des Grand et Petit Cartulaire d (...)

19Le prieuré de Saint-Pey-de-Castets dut son succès et sa longue autonomie par rapport à l’abbaye-mère de La Sauve Majeure à un solide temporel constitué, pour l’essentiel entre 1115 et 121338, grâce aux dons, aux dons en “charité”, aux mises en gage et parfois même aux ventes consenties par une aristocratie locale en quête de salut mais aussi de liquidités. Le nouveau prieuré bénéficiait d’une position géographique très favorable : placé près de l’église, en rebord de plateau, il dominait la plaine très fertile de la Dordogne où il fut largement doté. Au début du xiiie siècle, il se retrouva ainsi à la tête d’une importante seigneurie foncière centrée sur Saint-Pey-de-Castets et les paroisses circonvoisines de Civrac, Sainte-Florence et Bossugan. Le prieuré reçut également certains droits parfois importants qui nous permettent de connaître en négatif la nature du dominium des seigneurs de Civrac.

Les prérogatives banales des vicomtes de Civrac et des seigneurs de Gensac (fig. 7)

  • 39 La disparition des fonds de l’abbaye de Saint-Ferme nous prive cruellement de sources ecclésiastiqu (...)

20Si la formation du temporel du prieuré de Saint-Pey-de-Castets est pour nous l’occasion de connaître certaines prérogatives banales des vicomtes de Civrac lorsque celles-ci sont partiellement aliénées en faveur du prieuré, rares sont les textes qui nous renseignent sur les droits exercés par les seigneurs de Gensac39.

  • 40 Actuellement Sauveterre-de-Guyenne (33, chef-lieu de canton).
  • 41 Cf. Trabut-Cussac 1953, 181-217.
  • 42 Castelmoron-d’Albret, canton de Monségur, Gironde.
  • 43 RG, I, 2552.
  • 44 Il fait un nœud au bas de la charte avec Grimoard de Picon (GCSM, no 654, p. 361 sd).
  • 45 Dominus de Castedmauron debet facere hominium priori feudo quod tenet in villa de Regula (Malherbe (...)

21Parmi les prérogatives banales primordiales et d’ordinaire les moins partagées, figurent les droits militaires et les droits sur les châteaux. Dans ce domaine, on ne dispose pratiquement d’aucune information en dehors de quelques bribes concernant le réseau castral. On a vu que les vicomtes de Casted-Civrac disposèrent probablement de deux castella : d’abord celui de Casted puis celui de Civrac qui est au xiie siècle le pivot des rares banalités que l’on connaisse pour cette seigneurie. Le seul castellum dépendant du seigneur de Gensac clairement attesté au xiie siècle, en dehors du centre de sa seigneurie, est celui de Sauveterre40, situé à 20 km au sud-ouest de Gensac (fig. 7). L’existence de ce castellum est connue tardivement par une affaire qui nous ramène à un contexte bien plus ancien. Entre 1281 et 1283, à la suite des fortes oppositions rencontrées dans la construction de la bastide de Sauveterre décidée en 1281, le roi-duc Édouard Ier fit procéder à une enquête afin de déterminer le statut de la motte et de ses dépendances situées sur le territoire desquelles on construisait la bastide. Il ressortit de l’enquête, finement analysée par J.-P. Trabut-Cussac41, que le castellum de Sauveterre avait été concédé en fief vers 1130 par le seigneur de Gensac, Guillaume-Raymond à son frère cadet. Il est cependant possible que les seigneurs de Gensac aient pu contrôler d’autres castella dès le xiie siècle. C’est le cas de celui de Castelmoron42 situé à 18 km au sud de Gensac, non loin de Sauveterre. Même si le château de Castrum Morum n’est pas directement attesté avant 125443, on relève l’existence d’un certain Piligatus de Castro Mauron qui apparaît entre 1095 et 1121 dans l’entourage de Raymond II de Gensac44 et d’un “seigneur de Castelmoron” mentionné dans les Coutumes de La Réole à la fin du xiie siècle45.

Fig. 7. Aires d’influence des vicomtes de Civrac-Casted et des seigneurs de Gensac à la fin du xie s. et au xiie siècles.

22En matière de prélèvement seigneurial, l’information est limitée aux revenus tirés du contrôle de la circulation des hommes et des marchandises. L’importance du contrôle de la circulation fluviale sur la Dordogne est évidente à Civrac (fig. 8) comme à Gensac, même si à Gensac le château n’est pas installé au bord du fleuve.

  • 46 sub castello secus portum de Barca (GCSM, no 652, 361).
  • 47 PCSM, 115b, I ; 116a, V ; 116b, I, II et III et Guérinon 1971, 195, 198-200.

23Le port de Civrac est mentionné pour la première fois dans un acte que l’on peut dater entre 1119 et 1129. Il concerne la terre appartenant à Hélya de Pommiers et ses fils Pons, Pierre et Amanieu située sous le castellum, le long du “port de la Barque”46. Une série d’actes non datés du Petit Cartulaire de La Sauve Majeure nous apprennent que les navires s’arrêtant au port de Civrac ou passant simplement sur la Dordogne faisaient l’objet d’un prélèvement en nature sur le sel et en argent sur des marchandises dont la nature n’est pas spécifiée47. Il apparaît que ce prélèvement, dont le contrôle se trouvait facilité par l’implantation du castellum, résidence vicomtale, en bordure immédiate de la rivière était partagé entre plusieurs seigneurs. On le découvre lorsqu’ils cèdent tout ou partie de leurs droits au prieuré de Saint-Pey-de-Castets. Ces dons sont l’occasion de découvrir l’entourage vicomtal une élite locale composée d’alleutiers et de chevaliers.

Fig. 8. Civrac plan cadastral de 1837 section A unique du Bourg.

  • 48 Duas eminas de sal navencas de omni navi venienti a Sivrac vel ibi remaneat vel ante cedat PCSM, 11 (...)
  • 49 Cf. Faravel et al. 2000.
  • 50 Peut-être parce que, contrairement aux vicomtes, leur résidence n’y est pas attachée (elle se trouv (...)
  • 51 On retrouve dans chaque texte une formule voisine : hoc donum concessit Amaneus de Pomers ad cujus (...)
  • 52 Dans ce texte, ils sont associés à Arnaud de Flaujagues, à son frère Garsie et à son fils Guilhem –(...)
  • 53 Unam eminam salis de salarga et XII denarios de omni navi venienti a Sivrac vel ibi remaneat vel ib (...)
  • 54 Unam eminam salis de salarga et VI denarios de omni navi venienti a Sivrac vel ibi remaneat vel ibi (...)
  • 55 Unum carton salis de salarga et tres denarios de omni navi venienti a Sivrac (PCSM, 116b, II et Gué (...)
  • 56 IIII eminas salis de salarga et VI denarios de omni navi venienti a Sivrac (PCSM, 116b, III et Guér (...)
  • 57 Le don d’Aicard de Pelevazin rapporte à Amanieu et Pierre de Pommiers 80 livres bordelaises partagé (...)
  • 58 PCSM, 112b, I et Guérinon 1971, 183.
  • 59 Quartam partem redditus fori de Sivrac.
  • 60 et de omnibus rebus fori quocumque modo extra patriam ducerentur quarta partem redditus.
  • 61 Unam palmatam salis super unumquinque mecenarium in quocumque vase sal haberetur in foro.
  • 62 Quartam partem redditus traparum.
  • 63 Molendinum quod est iuxta motam de Sivrac (PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195). Molendinum q (...)
  • 64 PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195.
  • 65 Cf. “Castillon-sur-Dordogne et les agglomérations d’origine castrale du Bordelais au Moyen Âge” art (...)

24Les vicomtes sont peut-être encore les seuls détenteurs du péage au début du xiie siècle, lorsque le vicomte Pierre donne au prieuré le droit de prélever deux émines de sel sur tous les navires passant à Civrac48. Au début du xiiie siècle, les Pommiers49 qui possédaient déjà une terre près du port de Civrac au début du xiie siècle, apparaissent clairement comme détenteurs d’une partie des droits de péage au travers de quatre chartes concernant le prieuré de Saint-Pey-de-Castets. Dans les quatre cas, Amanieu de Pommiers avec ou sans son frère Pierre, chevaliers, ont inféodé50 la perception du péage sur lequel ils avaient le dominium51 à des tenanciers qui s’en séparent au profit du prieuré de Saint-Pey-de-Castets. Aicard de Pelavezin prélevait ainsi en leur nom52 une émine de sel de “salargue” et 12 deniers sur tous les bateaux passant à Civrac53. Bertrand de Barbos Cadoers, devenant moine, donne au prieuré, une émine de sel et 6 deniers sur tous les bateaux passant à Civrac54. Guilhem de Montriac donne un “carton” de sel et trois deniers qu’il prélevait sur les bateaux venant à Civrac55. Héliona de Labarada et Bernard de Courpiac mettent enfin en gage, puis abandonnent, 4 émines de sel de salargue et 6 deniers sur les navires venant à Civrac56. Ces transactions se font toutes avec l’assentiment des Pommiers et parfois moyennant finance57. À Civrac, le castellum contrôle non seulement le port et le péage, mais aussi un marché, en partie au moins approvisionné par le trafic fluvial, en particulier le sel. Comptors de Montleun, sœur du vicomte Pierre, donne au prieuré de Saint-Peyde-Castets58 le quart des revenus du marché de Civrac59, de toutes les marchandises venues de l’extérieur60, une paumée de sel sur chaque pot de sel vendu au marché61, ainsi que le quart des revenus des draps62. Un moulin à eau, seul témoin ici des équipements seigneuriaux, était en outre installé à l’ouest du castellum, au débouché sur la Dordogne du petit cours d’eau qui bordait ce côté de la plateforme63. Pierre de Castets, vicomte de Civrac le donna au prieuré de Saint-Pey-de-Castets au début du xiie siècle64. L’attractivité de l’ensemble castellum, port, marché, moulin, fit de Civrac un nœud de circulation, qui se lit encore dans l’existence des chemins rayonnant à partir de Civrac, mais n’engendra pas, contrairement au bourg castral voisin de Castillon, le développement notable d’un habitat groupé65 (fig. 5).

  • 66 terciam partem portus de Paciaco cum ipsius cunctis redditibus que ad me pertinebant (GCSM, no 65 (...)
  • 67 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3.
  • 68 Idem : Et milites et quilibet alii de Gensiaco et de honore debent solvere domino debitum quo vulga (...)
  • 69 C’est le roi-duc Henri III qui les mit par écrit, à la demande des habitants de la seigneurie de Ge (...)
  • 70 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3 : Predictis concordatis sub forma infer (...)
  • 71 Cf. Boutoulle 2001, 556-558.

25Bien que le centre de leur seigneurie soit établi à distance du fleuve, les seigneurs de Gensac disposaient également d’au moins un point de contrôle de la rivière. On en découvre l’existence, entre 1095 et 1121, lorsque Raymond II de Gensac donne à La Sauve le tiers du port de Pessac avec les revenus qui lui sont attachés66. Un passage est également attesté plus tardivement en aval, à Flaujagues (fig. 7), en 1254, lorsque les coutumes de Gensac nous apprennent que les chevaliers peuvent y avoir leur propre bateau pour traverser la Dordogne – habere naves ad transferendum volentes transire Dordoniam – à Flaujagues – in portu de Flauiaguas – et en deux lieux non identifiés : in portu de Bogio et de Gueytas67. Il est précisé que le seigneur, en l’occurrence désormais le roi-duc, doit percevoir un péage et que les chevaliers et tous les habitants de Gensac et de son honneur doivent s’acquitter “d’un droit appelé la Civital68 – un civadage – dont le montant n’est malheureusement pas indiqué. L’intérêt de ces coutumes attestées relativement tard pour notre propos69 est qu’elles fixeraient en réalité par écrit des coutumes plus anciennes élaborées à l’époque de Guillaume-Raimond de Gensac70. Frédéric Boutoulle, qui les attribue à Guillaume-Raimond II et les situe à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle, a clairement analysé leur tradition et leur contenu71. Il montre que ces coutumes furent établies sur la base des témoignages des habitants du bourg de Gensac. Ceux-ci “omirent” visiblement de mentionner certaines dispositions, notamment celles concernant le service armé et l’entretien des fortifications urbaines, et en citèrent d’autres certainement beaucoup plus récentes. En dehors des dispositions déjà mentionnées, ces coutumes concernent en effet pour l’essentiel les habitants du “bourg” né, contrairement au cas de Civrac, dans le prolongement du château (fig. 8). Alliant le rappel des droits seigneuriaux aux franchises concédées aux habitants du bourg, elles ont vraisemblablement été concédées au moment où celui-ci était en pleine expansion, dépassant désormais l’enceinte du castrum primitif pour se développer autour de son marché. Les coutumes permettent justement d’attester l’existence de ce marché et de voir l’importance des préoccupations économiques dans la nouvelle réglementation seigneuriale. Elles mentionnent, outre le marché, l’existence de trois foires annuelles se tenant aux fêtes de saint Barthélémy (24 août), de sainte Foy (7 octobre) et de saint Étienne (26 décembre). Foires et marchés sont l’occasion pour le seigneur de prélever différentes rentes. Ce dernier perçoit ainsi un droit d’étal – bancagium – qui lui permet de prélever un denier par sur la vente de porcs et des saumons et deux pour celle des bœufs et des vaches. Pour la Pentecôte, les bouchers doivent donner au seigneur un quartier de bélier et les savetiers – pro sabatagium –, 12 deniers. Le droit de mesurage perçu par le seigneur de Gensac – pro mensuragio – lui permet de prélever une paumée de blé par centa ( ?) vendue le jeudi – sans doute jour du marché hebdomadaire – même si le blé avait été simplement estimé et non mesuré. Il perçoit également une taxe sur le blé et le vin vendus quittant sa terre de Gensac. La nature d’autres taxes pesant également sur les échanges nous échappe parfois comme celle des vendae et de la treyta. Le seigneur bénéficie enfin d’un monopole de la vente du vin – debetum vini – entre Pâques et Pentecôte. Le seigneur se réserve enfin un dernier privilège : il dispose d’un délai d’un mois pour payer le pain, vin, viande, avoine et faire forger des fers à chevaux qu’il achetait.

  • 72 GCSM, no 654, 361.
  • 73 Cf. Faravel 2008.
  • 74 On retrouve peut-être la trace d’un tel don consenti par le passé dans la moitié de nasse que le ch (...)

26L’exploitation de la Dordogne et de ses ressources naturelles venait logiquement s’ajouter aux revenus tirés du contrôle de la circulation des hommes et des marchandises. Ainsi, lorsque Raymond de Gensac donne à La Sauve le tiers du port de Pessac, il lui cède également le tiers d’une nasse, c’est-à-dire d’une pêcherie, dans l’eau de la Dordogne –… cum tercia aetiam parte nasse72. Il est évident que les vicomtes de Civrac-Castets détenaient également les droits de pêche sur la moitié de la rivière qu’ils contrôlaient – comme le faisaient les vicomtes de Castillon sur la partie du fleuve placée sous leur autorité73 –, mais comme ils ne se séparèrent pas de ce droit, on n’en relève aucune trace74.

  • 75 CLR, § 61, 128.
  • 76 Ut nullam querimoniam nec placitum moveat super homines ipsam terram tenentes in qua justiciam ante (...)

27Avant 1250, en dehors de l’importance prise par le contrôle de la rivière et de l’eau en général dans les prérogatives banales des seigneurs de Civrac et de Gensac, on ne sait à peu près rien, notamment concernant leurs prérogatives judiciaires. Le mot justice est relevé dans une seule charte du Cartulaire de La Réole lorsque, en 1086, Raymond de Gensac met en gage auprès du prieuré, pour un montant de 200 sous, la justice et les droits qu’il possédait sur la terre de Pierrefite dans la paroisse de La Réole sur les rives de la Garonne à 30 km au sud de Gensac75 (fig. 7). Il renonce à toute cérémonie et à tout plaid sur les hommes de cette terre où il exerçait sa justice auparavant76.

Prélèvement fiscal et esquisse de territorialisation

28À Civrac, comme à Gensac, on ignore à peu près tout du prélèvement fiscal pesant sur les hommes, la terre et ses productions avant 1250. Le seul type de prélèvement qui apparaisse dans notre documentation essentiellement ecclésiastique est la rente paroissiale au moment où la Réforme dite grégorienne cherche à la faire “récupérer” par l’Église. La géographie de la rente paroissiale nous permet de compléter le champ géographique des possessions seigneuriales et de mieux cerner l’aire d’influence seigneuriale au moment où sa territorialisation devient nette.

La rente paroissiale

29Comme pour les prérogatives banales évoquées jusque-là, on ne mesure l’étendue et la diversité de la rente paroissiale qu’au moment où les seigneurs s’en défont. L’exemple de la seigneurie de Civrac est le seul à être documenté. On s’aperçoit que les dîmes y sont de natures très diverses et parfois partagées. C’est finalement leur don au prieuré de Saint-Pey-de-Castets qui permet de les réunir aux mains d’un seul seigneur, ecclésiastique cette fois.

  • 77 PCSM, 112a, II et Guérinon 1971, 182.
  • 78 Il s’agit du pont qui franchit la Gamage (fig. 9).
  • 79 Celle que le vicomte Seguin avait donnée à la fin du xe siècle.
  • 80 et decimam de omnio allodio suo et quicumque terras haberent de eo darent Deo et Sancte Marie Sil (...)
  • 81 PCSM, 112a, III et Guérinon 1971, 182. Le vicomte doit même empêcher une tentative d’usurpation et (...)
  • 82 PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195.

30Le vicomte de Civrac possédait l’église de Saint-Pey-de-Castets et la chapelle de Civrac qu’il donna entre 1104 et 1115 au prieuré sauvois avec l’accord du chapitre de Bazas et de l’évêque Bertrand de Baslade77. Dans la même charte, il donne avec Arnaud de Montanceix, qualifié de maire – “maiore”–, une série de dîmes assez complexe. Il donne en effet la dîme des agneaux, des porcs, du lin et de la laine dans la paroisse de Saint-Pey-de-Castets, dont la chapelle de Civrac dépendait encore, excepté le tiers de la dîme des maisons qui se trouvent se trouvent “au-delà du pont”78 et qui dépendent de l’église de Sainte-Florence. Le vicomte donne également la dîme de la “boria” qui se trouve après Lespied, la dîme des vignes de Fontvila près de la terre de Saint-Pierre de La Réole79 et la dîme de tous ses alleux et de toutes les terres tenues de lui80. Dans un second texte, sans doute à peu près contemporain, le vicomte Pierre donne, toujours avec Arnaud de Montanceix, “maiore”, les dîmes de l’alleu de Favars et de tous les alleux de Labarada81. De la même manière, le vicomte Pierre donne la dîme du moulin qui est près de la motte de Sivrac avec Fort de la Salargue82.

  • 83 GCSM, no 640, 354.
  • 84 PCSM, 113b I et Guérinon 1971, 187.

31Entre 1121 et 1146, Gausbert de Montravel, frère d’Arnaud de Montanceix et de Resplendina, donne, dans un premier temps, le quart de la dîme du blé et la moitié de la dîme du vin83, puis, à l’article de la mort, avec l’accord de sa sœur Resplendina, donne un quart supplémentaire de la dîme du vin de la “paroisse” de Saint-Pey-de Castets84.

  • 85 GCSM, no 860, 465.
  • 86 Idem.
  • 87 GCSM, no 860, 465.

32Un siècle plus tard, en 1213, Gausbert de Montagne, chevalier, donne contre 42 livres bordelaises la moitié de la dîme de Civrac et le huitième de la dîme de Saint-Pey-de-Castets85. Son frère Hélie Robert contesta ensuite ce don, puis renonça à ses droits contre 30 sous bordelais86. Ce don est fait à Civrac en présence d’Amanieu de Pommiers, de son fils Amanieu et de Thibaud de Gensac. Après cette date, en présence du même Hélie Robert, Amanieu de Benauges donna l’équivalent – la moitié des dîmes de Civrac et le huitième de celles de Saint-Pey-de-Castets – contre 35 livres bordelaises87.

  • 88 La famille de Montravel, seigneurie de rive droite de la Dordogne dont le château est implanté quel (...)
  • 89 Montagne, en rive droite de la Dordogne, près de Saint-Émilion et la seigneurie de Benauges dont le (...)

33Ces dons de dîmes extrêmement partagées font donc apparaître au début du xiie siècle dans l’entourage vicomtal la présence de familles issues du Périgord voisin dont un membre exerce une fonction d’agent seigneurial88. Un siècle plus tard autour des Pommiers et peut-être d’un descendant de Raymond de Gensac, Thibaud, ce sont des familles issues du Bordelais voisin qui apparaissent également détentrices de dîmes89.

Esquisse de territorialisation des seigneuries de Civrac et de Gensac et des nouvelles seigneuries (fig. 7)

34Les données rassemblées permettent d’esquisser un cadre territorial assez décousu et très incomplet sans doute pour les seigneurs de Civrac et de Gensac, mais beaucoup plus précis pour la petite seigneurie ecclésiastique que devint le prieuré de Saint-Pey-de-Castets bien servi par une documentation à sens unique.

  • 90 Petrus de Castelo, qui donne à La Sauve entre 1107 et 1118 une terre pour l’aménagement hydraulique (...)
  • 91 GCSM, no 1160, 652.
  • 92 GCSM, no 655, 361-362.
  • 93 PCSM, 112a, II et Guérinon 1971, 182.
  • 94 Gallia christiana, I, inst., col. 190, XI.
  • 95 Actuelle commune de Masseilles (Gironde, canton de Grignols).

35À Civrac, les rares prérogatives banales connues font apparaître une seigneurie concentrée autour du castellum. Les possessions foncières dont les vicomtes se séparent au profit du nouveau prieuré sont concentrées autour de Civrac et Saint-Pey-de-Castets, mais rien ne permet d’affirmer qu’ils n’en possèdent pas aux abords immédiats de ces deux paroisses formant le berceau “historique” de leur pouvoir. Les cartulaires de la Sauve nous apprennent qu’ils sont également présents dans le Bazadais septentrional90, au moins à Ruch91, à 8 km au sud de Civrac, où le vicomte Pierre accepte la donation de l’église à La Sauve, et à Listrac92, 16 km à l’ouest de Civrac. Le vicomte Pierre possédait également des biens en Bazadais méridional. Il donne en effet un pré avec une treille situés près de la cité de Bazas au chapitre de la ville après avoir obtenu son accord pour la cession des églises de Saint-Pey-de-Castets et de Civrac à La Sauve93. Il détient en outre, à une quinzaine de km à l’ouest, des droits importants dans les paroisses du Tilh, de Cauvignac et de Masseilles à l’origine de la fondation en 1124 de l’abbaye cistercienne de Fontguilhem94. Le vicomte y possède en effet le bois du Tilh où il fonde la nouvelle abbaye, bois dans lequel il donne les terres désignées pour y faire des jardins, des vergers, des vignes et des cultures. Il autorise les habitants de Fontguilhem, mais aussi ceux des paroisses du Tilh95, de Masseilles et de Cauvignac, alleutiers ou hommes libres, à faire de même. Le point commun qui peut unir ce second ensemble géographique au berceau de sa seigneurie, situé entre 55 et 60 km au nord, est l’axe nord-sud de Poitiers à Saragosse qui les relie, véritable méridienne traversant l’ensemble du Bazadais (fig. 7).

36L’autorité des seigneurs de Gensac semble quant à elle rayonner très largement en Bazadais septentrional avec des droits irradiant autour de Gensac, depuis la Dordogne au nord jusqu’au Drot au sud, avec un noyau secondaire de possessions dans le Réolais.

  • 96 GCSM, no 654, p. 361.
  • 97 Cf. Marquette 1980, 83.
  • 98 CLR, § 60, 61 et 62, 128.
  • 99 Quandam in ipsius sancti parrochia sitam, Petra-fictam a vicinis loci vocitatam… liberam atque abso (...)
  • 100 In fidelitate eandem terram de me tenendo possidebat (CLR, § 60, 127).
  • 101 CLR, § 61, 128.
  • 102 CLR, § 62, 128.
  • 103 CLR, § 97, 142-143. Le souvenir de ces possessions est peut-être resté à travers le nom de la rue d (...)
  • 104 RF, 64, no 203.

37On ignore à peu près tout de la seigneurie foncière des seigneurs de Gensac qui ne s’illustrent pas par leurs donations à La Sauve, favorisant probablement Saint-Ferme dont on n’a pas conservé les archives. Le seul témoignage de leurs possessions foncières autour de Gensac réside dans l’unique don consenti entre 1095 et 1121 par Raymond II de Gensac à La Sauve d’une terre en alleu, située à Pessac-sur-Dordogne96. En Réolais, il possède également la terre de Pierrefite97 que trois actes successifs du Cartulaire de La Réole documentent autour de 1086-109098. Le prieur de La Réole a convaincu le seigneur de Gensac de lui céder cette terre, située dans la paroisse de La Réole et libre de “toutes querelles et de toutes coutumes”99. Cette terre étant tenue par Arnaud Bernard de Taurignac et sa femme Saure en “fidélité”100, le prieur dut les indemniser à hauteur de 10 livres et 10 sous et d’un cheval d’une valeur de 200 sous. Il dut également verser à Raymond de Gensac, lors des mises en gage qui cachaient une vente, la somme de 250 sous pour la justice et ses droits sur le lieu101 et de 200 sous pour ses maisons et ses terres de Pierrefite, dans la paroisse de La Réole102. Il abandonna enfin, sans doute à la même date, outre la somme de 100 sous tout ce qu’il avait dans la ville de La Réole103. On note cependant que les seigneurs de Gensac possédaient toujours en 1274 à La Réole des biens “en ville” et “hors de la ville”104.

  • 105 Cf. Faravel 1996.
  • 106 PCSM, 115b, I ; 116 a, V ; 116 b, I, II et III.
  • 107 PCSM, 112b, I et Guérinon 1971, 183.
  • 108 Donné par le vicomte de Casted (PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195).
  • 109 Donné par Seguin de Boirac (PCSM, 112 b V et Guérinon 1971, 183-184).
  • 110 Hélie de Bossugan, chevalier donne d’abord le tiers des dîmes de la paroisse de Sainte-Eulalie (de (...)
  • 111 PCSM, 112a II et Guérinon 1971, 182.
  • 112 PCSM, 112a, III et Guérinon 1971, 182.
  • 113 GCSM, no 640, 354 (don du quart) et PCSM, 113b I (1/2) et Guérinon 1971, 187.
  • 114 PCSM, 113b I, et Guérinon 1971, 187.
  • 115 GCSM, no 859, 464 (don de la moitié de la dîme) et no 860, 465 (don de la moitié de la dîme).
  • 116 PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195.
  • 117 PCSM, 112a, I et Guérinon 1971, 182.
  • 118 PCSM, 115a XII et Guérinon 1971, 194.

38Les dons, puis les ventes plus ou moins déguisées consenties par le vicomte de Casted-Civrac et son entourage, permirent au prieuré de Saint-Pey-de-Castets de se constituer un temporel qu’on finit par mieux connaître que celui des autres seigneuries laïques105. Le prieuré se retrouva ainsi entre 1104 et 1213 à la tête d’une seigneurie constituée de différents droits et revenus banaux ou paroissiaux, de droits d’usage et de biens fonciers (fig. 9). Il devint ainsi seigneur péager aux côtés de vicomtes de Civrac et des Pommiers cumulant un droit de péage total de 2 cartons et 8 émines de sel ainsi que 18 deniers par bateau passant au port de Civrac106 et percevant également le quart des revenus du marché107. Le prieuré possédait désormais deux moulins : celui de Civrac108 et celui de Gamage à Sainte-Florence109. La rente paroissiale, même morcelée, représentait sans doute une part non négligeable de ses revenus dans les paroisses de Saint-Pey-de-Castets, de Civrac et de Bossugan. Au total, le prieuré avait obtenu : à Bossugan, la totalité de dîmes110 ; à Saint-Pey-de-Castets : la dîme d’une borie, des vignes de Fontvila et la dîme des alleux111, les dîmes de l’alleu de Favars et de tous les alleux de Labarada112, les trois quarts de la dîme du vin113, le quart de la dîme du blé114 ; à Civrac la “totalité des dîmes”115 et la dîme de son moulin116 ; à Saint-Pey-de-Castets et Civrac confondues, la dîme des porcs, des agneaux, du lin et de la laine117. Le prieuré bénéficiait enfin d’un droit d’usage : une coupe dans la forêt de Tavarred où le prieuré pouvait prendre les arbres “tant verts que secs” pour le chauffage ou toute autre utilisation, à l’exception des chênes et des frênes vifs118.

Fig. 9. La seigneurie du prieuré de Saint-Pey-de-Castets (à partir de 1213).

  • 119 Cf. Faravel 1996.
  • 120 Des éléments de mesure des terres et des vignes sont parfois indiqués mais impossibles à convertir (...)

39L’accumulation de dons d’alleux plaça le prieuré à la tête d’une importante seigneurie foncière centrée sur la paroisse de Saint-Pey-de-Castets et ses voisines de Civrac, Sainte-Florence et Bossugan119. Entre 1115 et 1213, le prieuré acquit, par don, mise en gage ou vente, au moins 85 “terres” ou parts de “terres”, une “côte”, 23 vignes, 7 prés ou parts de prés, 6 bois, 9 maisons et un emplacement pour en construire une et, enfin, une “estage”, terme qui correspond en Bordelais et en Bazadais à une unité d’exploitation agricole. Ces biens sont répartis pour l’essentiel dans les paroisses de Saint-Pey-de-Castets et de Civrac mais aussi de manière marginale dans celles, voisines, de Sainte-Florence et Bossugan120.

  • 121 GCSM, no 656, 362.

40La naissance de la seigneurie de Saint-Pey-de-Castets, sous la protection vicomtale, généra assez peu de conflits. Le seul connu est justement la tentative avortée de remise en question des faveurs accordées par le vicomte Pierre au prieuré par son propre gendre et successeur Raymond de Gensac. Après les avoir contestées, il écouta les admonestations de l’abbé et de ses “amis” ainsi que le “conseil” de Gombaud de Fontgavan et de son frère Robert, alors prieur de Saint-Pey, et confirma en 1131 les dons faits au prieuré par son beau-père Pierre, vicomte de Civrac, mort depuis deux ans, et ceux du père de Pierre, Guillaume-Garsie121.

Nouveaux seigneurs, nouvelles seigneuries, nouveaux territoires, intervention ducale : les mutations de la première moitié du xiiie siècle (1213-1254)

41Dans la première moitié du xiiie siècle, si l’importance de l’ancienne vicomté de Civrac s’efface, autour d’elle et de Gensac, le paysage castral se densifie, générant parfois de nouveaux conflits et imposant une territorialisation très marquée.

Nouvelles familles, nouveaux châteaux, nouveaux conflits

  • 122 Cf. Faravel 2000.

42À Civrac, un vide documentaire ne nous permet pas de comprendre ce qui s’est passé depuis le premier quart du xiie siècle et le mariage de Géraude avec Raymond III de Gensac. Cette période voit l’effacement du titre vicomtal et probablement la montée en puissance des Pommiers, toujours présents à Civrac, mais que l’on ne trouve pas clairement mentionnés comme co-seigneurs de Civrac avant le xive siècle122. En revanche, les mutations qui touchent Gensac apparaissent plus nettement en lumière.

L’arrivée des Rudel de Bergerac à Gensac et l’apparition de nouveaux châteaux

  • 123 Shirley 1866, 1, 26 et Boutoulle 2001, 472 et 536.
  • 124 Baillivi et servientes mei… in honore et ballia de Roazan et de Puiols (GCSM, no 1105, 608-609).
  • 125 Dont on apprend ainsi qu’elle se trouvait également aux mains des Rudel de Bergerac (RG, I, 167, no(...)
  • 126 PR, H III, 1247-1258, 67, memb. 5. Le 26 avril 1254 le roi promet à Elia Rudelli domino de Bragerac (...)

43À Gensac, le mariage de l’héritière de Gensac, Géralde avec Hélie Rudel II de Bergerac marque l’arrivée d’une puissante famille périgourdine dans le quart nord-ouest du Bazadais septentrional : les Rudel seigneurs de Bergerac. Son implantation à Gensac, aux frontières de l’Agenais et du Périgord, explique sans doute le choix Henri III qui confia dès 1219 à Hélie Rudel II, une marche aux confins du Périgord et de l’Agenais menacés par la descente du prince Louis vers Marmande123. C’est dans ce contexte d’insécurité et d’intervention ducale qu’apparaissent clairement dans la géographie castrale de nouveaux châteaux à la tête de nouvelles seigneuries châtelaines nées dans la zone autrefois contrôlée par le seul château de Gensac. En 1239-1240, on apprend ainsi que les baillis et sergents d’Hélie Rudel II, seigneur de Bergerac et de Gensac, ont commis des exactions dans “l’honneur ou baillie” de Rauzan et de Pujols124. Dès 1242, lors du règlement de sa succession entre ses deux fils, l’aîné, Hélie Rudel III, reçut Bergerac et Gensac, tandis que Rudel, le cadet, fut investi par Henri III, à la demande de son père, des châteaux de Pujols, Rauzan et Pellegrue125. La branche cadette reçut donc l’essentiel de l’héritage bazadais des Rudel de Bergerac complété en 1250 par la garde du château de Castelmoron que Rudel reçut pour 50 marcs annuels du roi-duc126.

Les nouveaux châteaux des forteresses ducales à l’origine de nouvelles seigneuries “châtelaines” : Rauzan, Pujols et Pellegrue, premiers témoins de l’intervention ducale

44Si l’on a déjà relevé la trace du château de Castelmoron dans la zone d’influence des seigneurs de Gensac au xiie siècle, les châteaux de Rauzan, Pujols et Pellegrue apparaissent pour la première fois dans la première moitié du xiiie siècle.

  • 127 Enricus de Pena Poiols (CV, no 3, fo 1vo), Nandric de Pena senor de Poiols (CV, no 55, fo 6ro), Nan (...)
  • 128 In curia Henrici de Pena et baillivi sui Henrioti (PCSM, 115b XI et Guérinon 1971, 195).
  • 129 Henrico de Pena (PCSM, 116a I et Guérinon 1971, 195).
  • 130 Faravel 1991, I, 920.
  • 131 Raimond Descoag tun baillivo de Pojols (PCSM, 116b V et Guérinon 1971, 200).

45Les origines, tout comme la destinée des châteaux de Pujols et Rauzan semblent parallèles. Un certain Henri de Penne, seigneur de Pujols est attesté pour la première fois à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle parmi les témoins d’actes non datés conservés dans le Cartulaire de Villemartin127. On le retrouve à la même époque dans deux actes non datés successifs du Petit cartulaire de La Sauve Majeure. Dans le premier, il est question de la cour de justice d’Henri de Penne et de son bailli Henrioti devant laquelle est porté un conflit concernant des droits du prieur de Saint-Pey-de-Castets au bois de Tavarred128. Dans le second acte, le même Henri de Penne reçoit 5 sous de Raimond Aizon pour l’héritage de sa maison à Tavarred129. Ce lieu-dit a été localisé dans la paroisse de Saint-Pey-de-Castets130. Le nouveau seigneur de Pujols, dont on ignore tout, intervient donc dans l’aire où s’exerçait autrefois le pouvoir vicomtal. Cette “baillie” de Pujols, que l’on trouve également aux mains de Raimond d’Escouach dans un autre acte non daté131, pourrait correspondre à un retour de la région dans la directe ducale marquée par la construction d’un nouveau château à 5 km au sud-est de Civrac, la forteresse ducale étant confiée à un châtelain et sa seigneurie à un bailli.

  • 132 La paroisse, une famille de Rauzan est cependant attestée dès le xiie siècle. Frédéric Boutoulle y (...)
  • 133 faciat Ferrando balistario penam saisinam de Pugols et Roethens (PR, H III, 1216-25, 169, memb. 1 (...)
  • 134 PR, H III, 1216-25, 252, memb. 2.
  • 135 PR, H III, 1216-25, 276, memb. 7.
  • 136 Le scribe a visiblement du mal avec les noms gascons, mais il s’agit bien, sans équivoque possible, (...)
  • 137 À Rauzan, la forteresse actuelle ne comporte aucune trace antérieure au xive siècle (cf. Corvisier (...)

46À Rauzan, lieu situé 8 km au sud-ouest de Civrac, on ne sait rien du château avant qu’il n’apparaisse avec Pujols dans les préoccupations du roi-duc entre 1218 et 1222132. Dès 1218, Henri III demande à son sénéchal de Poitou et de Gascogne de donner à Ferrand, arbalétrier “pleine saisine” de Pujols et de Rauzan suivant la teneur de la charte octroyée par son père Jean sans Terre133. En 1220 sont cités les chevaliers et prud’hommes de Pujols et Rauzan134. En 1221, le roi-duc Henri III s’adresse aux gardiens des châteaux de Pujols et de Rauzan enfin directement mentionnés135. En 1222, il interdit aux prud’hommes de la ville de Bordeaux de recevoir les hommes qui se sont emparés de ses châteaux de Pujols et Rauzan136. Ces deux châteaux, qui ne présentent aucune trace de construction antérieure au xiiie siècle137, marquent indiscutablement le retour de la présence ducale dans le nord du Bazadais probablement dès le règne de Jean sans Terre. Le roi-duc mit sans doute à profit le vide laissé par l’effacement des vicomtes de Civrac-Casted dont l’existence avait maintenu jusqu’au xiie siècle le souvenir d’une autorité d’origine publique. Probablement lassé par les difficultés que représentait la garde de ces deux forteresses, le roi-duc finit par les confier, on l’a vu, entre 1222 et 1240 à l’aristocratie locale, au risque d’accroître ses pouvoirs, en la personne d’Hélie Rudel II seigneur de Bergerac et de Gensac.

Fig. 10. Les châtellenies du xiiie siècle et les “juridictions” du xive siècle.

  • 138 PR, Henry III, 1247-1258, p. 67, memb. 5 et RG, I, no 2552, p. 336.
  • 139 RG, I, 167, no 1229.

47Deux autres châteaux sont dans la main des seigneurs de Gensac au milieu du xiiie siècle, celui de Castelmoron, déjà évoqué précédemment, dont on trouve mention en 1250 et 1254 dans l’héritage de Bergerac et de Gensac138, et celui de Pellegrue dont on découvre l’existence en 1242 lorsque Rudel de Bergerac est qualifié de seigneur de Pujols, Rauzan et Pellegrue139.

Nouvelle organisation territoriale, nouveaux conflits

48L’émergence de nouvelles seigneuries châtelaines et de l’entourage “militaire” de leurs nouveaux seigneurs aboutit au renforcement de la puissance des seigneurs laïques au détriment des seigneurs ecclésiastiques.

Honor sive ballia : Rauzan et Pujols et les autres seigneuries : Castelmoron, Pellegrue (fig. 10)

  • 140 En 1229, une donatrice donne à Villemartin tout ce qu’elle a en la honor de Poiols (CV, no 194, fo  (...)
  • 141 Lorsqu’on est enfin documenté sur lui à partir du xive siècle, il ne dépassait plus guère la parois (...)
  • 142 Idem, 291.
  • 143 Ibidem.

49Autour des châteaux de Pujols et Rauzan ont donc été créées de nouvelles seigneuries désignées dans les textes à partir de la fin du xiie ou au début du xiiie siècle sous le nom de “baillies” ou d’“honneur”140. Il est vraisemblable que le territoire sur lequel s’étendait l’ancien honor des vicomtes de Civrac ait été en partie démembré par la création de Pujols et Rauzan141. On ne connaît les limites du “poder” de Pujols et de Rauzan qu’à partir du xive siècle, mais il est vraisemblable qu’elles aient été fixées beaucoup plus tôt par rapport à celles de Civrac et Gensac mais aussi pour éviter tout conflit avec les seigneurs voisins comme les vicomtes de Castillon et de Benauges. L’autorité judiciaire de Pujols s’exerçait au xive siècle sur une douzaine de paroisses : Bossugan, Brugnac, Doulezon, Mauriac, Mouliets, Pujols, Ruch, Saint-Antoine-du-Queyret, Saint-Jean-de-Pouliac, une grande partie de Saint-Pey-de-Castets, Sainte-Florence et Villemartin142. À la même époque, à peu près le même nombre de paroisses dépendaient de la juridiction de Rauzan : Bellefont, Casevert, Courpiac, Jugazan, Lugasson, Mérignas, Rauzan, Saint-Vincent-de-Pertignas, La Veyrie et l’essentiel de Cessac et de Frontenac143.

  • 144 Ibidem.

50L’étendue de celle de Gensac, même si elle n’est précisément connue qu’au xve siècle seulement, s’en trouva sans doute en partie fixée et peut-être réduite au profit de celle de Pujols, s’étendant au moins aux paroisses de Bouffiagues, Claribès, Flaujagues, Gensac, Juillac, Listrac, Massugas en partie, Pessac et Sainte-Radegonde144.

  • 145 RG, II, 435-436, no 1412.
  • 146 Cf. Faravel 1991, III, 291.

51Une charte de 1289 fixant les limites de la prévôté de Sauveterre par rapport à celles de Castelmoron montre que les paroisses de Saint-Léger, Saint-Romain et Cleyrac devaient être à l’origine entièrement de son ressort145, tout comme l’étaient les paroisses de Landerrouet, Mesterrieux, Neuffons, Rimons, Saint-Hilaire-du-Bois, Saint-Martin-de-Lerm, Saint-Martin-du-Puy et en partie celles de Camiran et Foncaude146, soit encore une douzaine de paroisses.

  • 147 Idem, p. 290.
  • 148 Trabut-Cussac 1959, fo 51ro-vo, no 510, 511 et 512.
  • 149 RF, 65, no 205.

52La juridiction du château de Pellegrue est connue dès la fin du xiiie siècle au moment de la création de la bastide, elle réunissait probablement les paroisses de Pellegrue, Vignolles, Saint-Martin-de-Servolles, La Reyre, Genas et Saint-Laurent-de-Servolles et Massugas en partie147. Avant la création de la bastide, en 1272, la justice de Pellegrue est en co-seigneurie. Raymond de Pellegrue d’une part, Auger Cot, Vivien de Picon, Arnaud et Armand de Pellegrue d’autre part, et enfin Bérard de Lugarsit, au nom de sa femme Héliette, fille de Gaillard de Pellegrue, donnent chacun, tour à tour au roi-duc Henri III le tiers de la justice de la châtellenie de Pellegrue, sauf les droits de Guillaume Raymond de Gensac148. En 1274, on apprend qu’Arnaud Raymond de Pellegrue doit le service armé au seigneur de Pellegrue, Guillaume Raymond de Gensac149. Cette situation complexe, héritée peut-être d’une ancienne inféodation d’une forteresse d’origine privée, fut à l’origine de l’intervention du roi-duc sur appel des familles locales en conflit avec le seigneur de Gensac.

53Finalement, l’aire géographique autrefois couverte par les vicomtes de Civrac et les seigneurs de Gensac se concentra sur le nord de Bazadais et se trouva dans la première moitié du xiiie siècle réunie dans la main de la famille des Rudel de Bergerac, formant autour des châteaux de Rauzan, Civrac, Pujols, Gensac, Pellegrue et Castelmoron une véritable marche aux portes de l’Agenais.

Les conflits avec les seigneuries ecclésiastiques voisines

54La position dominante peu à peu construite par les seigneurs de Gensac dans la première moitié du xiiie siècle engendra inévitablement des conflits. Les seules victimes connues en sont les seigneuries ecclésiastiques nées dans le courant du xiie siècle.

  • 150 Cf. Marquette 1967.
  • 151 Les possessions de Villemartin s’étendent essentiellement à cinq paroisses bazadaises de la vallée (...)
  • 152 Petrus de Gavared, vicecomes de Bedaumes, fecit insulta multa domibus hospitalis de Villamartini et (...)
  • 153 Petrus, vicecomes de Castelion depredavit domum hospitalis que est a Castelion recto precio cccc so (...)
  • 154 Cf. Marquette 1967, 31.
  • 155 Helias Rudel de Bragairag et de Gensac fecit multa mala ad domum de Villa Martin recto numero decem (...)
  • 156 Pierre de Gavarret, comparut à l’Hôpital de Saint-Macaire hors-les-murs, devant les abbés de Sainte (...)
  • 157 Hanc compositione juravit supra sacrosanctum corporis beati Fremerii (CV, no 161, fo 21vo - 22ro).
  • 158 Pierre de Gavarret est condamné à verser à la commanderie une somme de 150 sous (CV, fo 21vo - 22ro(...)
  • 159 CV, fo 21vo - 22ro.
  • 160 Sans doute au titre des différents prieurés qu’elle y possédait, en particulier celui de Saint-Pey- (...)
  • 161 GCSM, no 1105, 608-609.
  • 162 Dulaura 2003, 480.

55C’est, en premier lieu, le cas de la commanderie hospitalière née entre 1190 et 1200 dans la paroisse de Villemartin – voisine de Saint-Pey-de-Castets. Elle a été fondée grâce au don à l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem par le prieur de Bellefont de la chapelle de Villemartin et de tout ce que son prieuré possédait dans la paroisse attenante de Mouliets150. Le temporel de la commanderie s’étoffa rapidement151, au grand dam semble-t-il des seigneurs des environs. Trois actes non datés, mais que l’on peut situer entre 1213 et 1227, montrent qu’Hélie Rudel de Bergerac, seigneur de Gensac, est impliqué sans doute en même temps que les vicomtes de Bezeaume152 et de Castillon153 dans des aubergades commises aux dépens de la commanderie de Villemartin alors en pleine expansion154. Le montant des dégâts commis par Hélie Rudel II de Bergerac seigneur de Gensac est le plus élevé, estimé à 10 000 sous155. Ces puissants châtelains durent rendre compte de leurs méfaits devant des cours ecclésiastiques exceptionnelles156. Hélie Rudel comparut à Saint-Ferme devant l’abbé et le corps du saint dans l’abbaye placée depuis ses origines sous la protection des seigneurs de Gensac157. Tous les auteurs des aubergades durent jurer de respecter leurs condamnations d’ailleurs largement inférieures aux dommages réellement causés158. Hélie Rudel dut ainsi donner en compensation de ses exactions une maison à Gensac et la dîme des terres et des vignes que l’Hôpital avait à Pujols159. Villemartin n’est pas la seule victime des abus du seigneur de Gensac. En mars 1239 (v. st.), Hélie Rudel II, seigneur de Bergerac et de Gensac, reconnaît que ses baillis et sergents exigeaient des hommes dépendants de l’abbaye de La Sauve160 dans les baillies de Pujols et Rauzan qu’ils leur donnent du blé et qu’ils s’en emparaient avec violence lorsque ceux-ci refusaient de s’exécuter. Le seigneur reconnaît non seulement ses torts, mais précise en outre qu’il a rendu ce qu’il a pris à la hauteur du préjudice et de “l’injure” subis par les moines161. Dom Dulaura précise qu’en 1252 son successeur, Hélie Rudel III, s’engagea à ne plus jamais demander aux hommes du prieuré de Saint-Pey-de-Castets “le blé, les quêtes et autres devoirs que nous en prétendions”, preuve que l’affaire n’était toujours pas réellement close162.

L’affaire de la succession de Gensac : l’intervention ducale

  • 163 RG, I supplément, CXII-CXVI.
  • 164 Il se fonde sur une clause de l’investiture faite par le roi-duc à la demande d’Hélie Rudel II d’un (...)
  • 165 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3.
  • 166 RG, I, 336, no 2556 ; 336.
  • 167 RG, I, 336, no 2566 ; 338-339.
  • 168 Le roi s’engage alors à lui faire verser sans délais la somme due (PR, Henry III, 1247-58, 312, mem (...)
  • 169 RG, I supplément, 10, no 4366 et 11, no 4370.

56En mai 1254, la mort d’Hélie Rudel III marque le début d’une longue affaire de succession163. Désireux de réunir dans sa main la totalité de l’héritage de Bergerac, Rudel de Bergerac, seigneur de Rauzan et Pujols, frère du défunt, revendique la seigneurie de Gensac qui doit revenir à sa nièce Marguerite de Turenne, unique enfant encore en vie d’Hélie Rudel III. Marguerite est l’épouse de Renaud de Pons, vassal du roi de France. Son oncle Rudel, soutenu par le roi-duc, lui dénie tout droit à la succession affirmant qu’il a reçu promesse d’hériter à défaut de descendance mâle164. Henri III, roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine, décida alors de prendre sous sa garde le château et la seigneurie – castrum et honor – de Gensac en attendant le règlement du litige165. C’est un représentant de la vieille famille de Gensac, Thibaud, qui reçoit provisoirement la garde du château166. Henri III confia la ville et l’honneur de Gensac à son trésorier et à son sénéchal tant que l’affaire ne serait pas réglée167. Pendant l’automne 1254, l’abbé de Saint-Ferme, qui n’avait pas reçu de Thibaud de Gensac le legs de mille sous et les cent sous de rente qu’Hélie Rudel lui avait laissés dans son testament, s’empara de la ville de Gensac168. L’année suivante, Jean de Fleury reçut la garde de la châtellenie de Gensac169.

  • 170 La première à être fondée en Bazadais septentrional fut celle de Monségur attestée dès 1263 (Farave (...)
  • 171 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3.
  • 172 PR, Henry III, 1258-66, 73, memb. 9 et 137-8, memb. 18. Renaud III de Pons est le fils de Geoffroi (...)
  • 173 PR, Henry III, 1258-66, 137-8, memb. 18 ; 157, memb. 11 ; 189, memb. 21 ; 199, memb. 16-17 ; 206, m (...)
  • 174 CR, 155, memb. 2.
  • 175 PR, Henry III, 1258-66, 734, memb. 2 et 739, memb. 1.
  • 176 Trabut-Cussac 1959, no 27, fo 3 ro.
  • 177 RF, 64, no 203.

57Cette affaire marque de la part du roi-duc un nouvel interventionnisme en Gascogne qui se prolongea tout d’abord par la mise au pas du prieur de La Réole, le plus puissant des seigneurs ecclésiastiques de la région, après l’épisode de la révolte des barons en 1255, puis par la conclusion de paréages entraînant la fondation de bastides et de nouvelles prévôtés royales170. À la demande des chevaliers et bourgeois de Gensac, Henri III confirma les coutumes de Gensac171. Louis IX, roi de France convoque en 1260 la cour de Gascogne, le roi-duc y défendit les droits de Rudel et refusa en 1261 de recevoir l’hommage de Marguerite de Turenne et de Renaud III de Pons172. En 1262, une nouvelle convocation des deux parties devant le roi de France aboutit enfin173. Ouverte depuis 1254, l’affaire se conclut par la confirmation des droits de Marguerite. Henri III dut alors livrer le château de Gensac à Marguerite de Turenne et à Renaud de Pons qui lui prêtèrent hommage le 4 octobre 1262174. L’affaire traîna encore un peu : le garde du château, Bernard Johan, qui en avait pourtant reçu l’ordre le 1er octobre, tarda à le restituer : le 7 décembre 1262, le château était toujours entre ses mains175. En 1272, l’affaire paraît cette fois définitivement close, Renaud de Pons prêtait hommage au nouveau roi Edouard Ier pour, entre autres, le castrum de Gensac176, avant que Marguerite de Turenne, seigneur de Bergerac et Gensac, ne le fasse elle-même en 1274177.

  • 178 RF, 64, no 203.
  • 179 RF, 65, no 205. La branche cadette des Rudel s’éteint avec lui, probablement à la fin du xiiie sièc (...)

58Les deux branches des Rudel subsistaient donc. La branche aînée possédait désormais les seigneuries de Gensac et de Castelmoron pour lesquelles Marguerite de Turenne et son mari Renaud de Pons prêtèrent hommage au roi-duc en 1274178. De son côté, Rudel conserve Pujols, Rauzan et Pellegrue, que son fils, Guillaume-Raymond de Gensac, reconnaît tenir en fief du roi-duc Edouard Ier, en 1274179. Dans cette affaire, le roi-duc, tenta en vain, en tant que suzerain, d’imposer son choix et permit de surcroît au roi de France d’intervenir avec succès dans les affaires de Guyenne.

Conclusion

59Entre le xie siècle et le milieu du xiiie siècle, le cas des seigneuries de Civrac et de Gensac nous fait donc passer de deux centres de pouvoir au rayonnement diffus et peu territorialisé dont le développement semble s’inscrire dans deux contextes un peu différents, celui du duché de Gascogne post-carolingien pour Civrac et de l’Aquitaine ducale pour Gensac, à un ensemble relativement homogène resserré entre la Dordogne et le Drot et placé sous le contrôle d’une même famille : les Rudel de Bergerac. Cette mutation est sans doute liée à une politique matrimoniale bien maîtrisée mais aussi, à partir de la fin du xiie siècle, à un renouveau de l’intervention ducale. Même si l’aspect unilatéral des sources et les lacunes de la documentation anglo-gasconne à l’arrivée des Plantagenêts ne nous permet pas d’en mesurer la portée réelle, on sent bien que le roi-duc, par la création de nouvelles places-fortes contribue à la structuration de seigneuries désormais clairement châtelaines et à leur territorialisation. Cette évolution annonce une reprise en main très marquée dans la deuxième moitié du xiiie siècle avec la création des nouvelles prévôtés royales, souvent nées des bastides, particulièrement nombreuses en Bazadais septentrional.

ABRÉVIATIONS

AD 33 = Archives départementales de la Gironde

AHG = Archives historiques de la Gironde

CLR = Grellet-Balguerie, Ch., éd. (1863) : “Cartulaire du prieuré Saint-Pierre de La Réole”, in Archives Historiques de la Gironde, 5, Bordeaux, no L-CLV, 99-188.

CR = Close Rolls of the reign of, Henri III, Public record office éd. (1936)

CV = Cartulaire de Villemartin, conservé aux Archives départementales de la Haute-Garonne, registre 2854, édité dans Marquette 1956.

Gallia christiana = Sainte-Marthe, D. de éd. 1715.

GCSM = Higounet, Ch. et A. Higounet-Nadal éd. 1996.

PCSM = Petit Cartulaire de La Sauve Majeure, Bibliothèque municipale de Bordeaux, Ms 770 (édition partielle dans Guérinon 1971).

PR = Calendar of the Patent Rolls, Public Record office éd. 1908 et 1910.

RF = Bémont 1914.

RHB = Revue Historique de Bordeaux

RG = Rôles Gascons, Bémont éd. 1885 ou Michel, F. et Ch. Bémont éd. 1885.

NA = National Archives (of the United Kingdom)

Bibliographie

SOURCES ÉCRITES IMPRIMÉES

Bémont, Ch., éd. (1885) : Rôles Gascons, I supplément, Paris.

— éd. (1914) : Recueil d’actes relatifs à l’administration des rois d’Angleterre en Guyenne au xiiie siècle (Recogniciones Feodorum in Aquitania), Paris.

Cabanot, J. et G. Pon, éd. (2004) : Cartulaire de la cathédrale de Dax : Liber rubeus, xie-xiie siècles, Dax.

Cholet, Abbé P.-Fr.-É., éd. (1868) : Cartulaire de l’abbaye de Saint-Étienne de Baigne (en Saintonge).

Douais, C., éd. (1887) : Cartulaire de l’abbaye Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), Paris - Toulouse.

Dulaura, dom É. [1683] (2003) : Histoire de l’abbaye de La Sauve-Majeure, Camiac-et-Saint-Denis.

Grellet-Balguerie, Ch., éd. (1863) : “Cartulaire du prieuré Saint-Pierre de La Réole”, Archives Historiques de la Gironde, 5, Bordeaux, no L-CLV, 99-188.

Higounet, Ch. et A. Higounet-Nadal, éd. (1996) : Le Grand cartulaire de la Sauve Majeure, Études et documents d’Aquitaine VII, Fédération Historique du Sud-Ouest, 2 vol., Bordeaux.

Guérinon, Chr. éd. (1971) : Les prieurés de la Sauve Majeure dans la partie nord de l’ancien diocèse de Bazas, mémoire de maîtrise dactylographié, Université de Bordeaux 3 (édition partielle du manuscrit Ms 770 de la Bibliothèque municipale de Bordeaux).

Marquette, J.-B. éd. (1956) : Le cartulaire de la commanderie des hospitaliers de Villemartin, mémoire de maîtrise dactylographié, Université de Bordeaux 3 (édition du registre 2854 conservé aux AD 31).

Marchegay, P. éd. (1879) : Chartes bordelaises de 1080 à 1185 tirées des archives du monastère Saint-Florent près Saumur, La Roche-Baritaud.

Michel, F. et Ch. Bémont, éd. (1885) : Rôles Gascons, I, Paris.

— (1896) : Rôles Gascons, II, Paris.

Musset, G., éd. (1892) : Chartrier de Pons, 2, Archives de la Saintonge et de l’Aunis, 21.

Public record office éd. (1901) : Calendar of the patent rolls preserved in the Public Record Office, Henry III, 1216-25, Londres.

— (1908) : Calendar of the patent rolls preserved in the Public Record Office, Henry III, 1247-58, Londres.

— (1910) : Calendar of the patent rolls preserved in the Public Record Office, Henry III, 1258-66, Londres.

Public record office éd. (1936) : Close Rolls of the reign of, Henri III, 1261-1264, Londres.

Sainte-Marthe, D. de, éd. (1715) : Gallia Christiana, in provincias ecclesiasticas distributa, 1.

Shirley, Rev. W.-W., éd. (1866) : Royal and other historical letters illustrative of the reign of Henry III, vol. 1, 1216-1235, Londres.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Boutoulle, Fr. (2001) : La société laïque en Bordelais et en Bazadais des années 1070 à 1225 (pouvoirs et groupes sociaux), thèse de doctorat de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 sous la direction de J.-B. Marquette, 3 vol., 1126 pages.

— (2007) : Le duc et la société : pouvoirs et groupes sociaux dans la Gascogne bordelaise au xiie siècle, 1075-1199, Bordeaux.

— (2008) : “Les vicomtes de Castillon et leur dominium xie – début xiiie siècle)”, Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, 103-114.

Corvisier, Chr. (1999) : “Le château de Rauzan”, BMSAB, XC, 65-100.

Drouyn, L. (1865) : La Guyenne militaire, 2 vol., Bordeaux.

Faravel, S. (1991) : Occupation du sol et peuplement de l’Entre-Deux-Mers bazadais de la préhistoire à 1550, thèse de géographie historique de l’université de Bordeaux III, 7 vol. dact..

— (1996) : “Un prieuré de La Sauve-Majeure en Entre-Deux-Mers bazadais : Saint-Pey-de-Castets de sa fondation à 1550”, in Actes du Ve colloque l’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité tenu à La Sauve-Majeure en octobre 1995, Périgueux, 139-166.

— (2008) : “Ports, passages, péages et pêcheries : le contrôle et l’exploitation du fleuve dans la basse vallée de la Dordogne au Moyen Âge (xiexve siècles)”, in Actes du Xe colloque l’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité, tenu à Vayres, Génissac et Libourne les 21, 22 et 23 octobre 2005, Langon, 27-57.

Faravel, S., A. Marin, J.-Cl. Huguet, M. Martinaud et Chr. Martin (2000) : “Du nouveau sur le castrum de Pommiers (commune de Saint-Félix-de-Foncaude, Gironde)”, in Actes du VIIe colloque l’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité, tenu à Blasimon, Pommiers et Sauveterre les 25 et 26 septembre 1999, Langon, 29-71.

Higounet, Ch. (1976) : “En Bordelais : Principes castella tenentes”, La noblesse au Moyen Âge, xie-xve siècles, Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, 97-104.

Malherbe, M. (1977) : Les institutions municipales de la ville de La Réole : des origines à la Révolution française, Thèse de doctorat de droit, dact., Bordeaux I.

Marquette, J.-B. (1967) : “La commanderie des hospitaliers de Villemartin (fin xiie - début xiiie siècle)”, RHB, XVI, 11-32.

— (1980) : “La formation du temporel du prieuré de La Réole au Moyen Âge : la seigneurie foncière”, Actes du colloque sur le millénaire de la fondation du prieuré de La Réole, La Réole 1978, Bordeaux, 71-117.

Trabut-Cussac, J.-P. (1953) : “La fondation de Sauveterre-de-Guyenne”, RHB, II, 181-217.

— (1959) : Le livre des Hommages d’Aquitaine, restitution du second Livre Noir de la connétablie de Bordeaux (liber ff rouge de la Chambre des Comptes de Paris), Bordeaux.

Notes

1 Boutoulle 2001, récemment publiée sous le titre Le duc et la société (Boutoulle 2007).

2 Cette zone a été étudiée dans le cadre d’une autre thèse (cf. Faravel 1991).

3 La documentation laïque fait alors presque totalement défaut en dehors des premières sources anglo-gasconnes.

4 Archives communales de La Réole, édition Charles Grellet-Balguerie 1863 (CLR).

5 Le Grand Cartulaire de La Sauve Majeure conservé à la Bibliothèque municipale de Bordeaux sous la cote MS 769, a été édité par Charles Higounet et Arlette Higounet-Nadal en 1996 (GCSM).

6 Les actes du Petit Cartulaire de La Sauve Majeure conservés à la Bibliothèque municipale de Bordeaux sous la cote MS 770 concernant Civrac ou Gensac, ont été édités par Christine Guérinon dans son mémoire de maîtrise soutenu en 1971 (PCSM).

7 Le Cartulaire de Villemartin, conservé aux Archives départementales de la Haute-Garonne sous la cote H Malte, registre 2854, a été édité par Jean-Bernard Marquette dans son mémoire de maîtrise de 1956 (CV).

8 Canton de Pujols-sur-Dordogne, département de la Gironde.

9 Cf. Boutoulle 2008.

10 Que l’on orthographie aussi Bezeaumes ou Besaume. Ce nom, également associé à deux archidiaconés des diocèses d’Agen et de Bazas, a aujourd’hui disparu de la toponymie.

11 Petit affluent de rive gauche de la Dordogne.

12 “… atque in alio loco que dicitur Castello terra cum vineas. Habet ipse alodus cum vineas et in se per girum partitas [perticas] CLXXX, pro uno fronte, vinea Sancti-Petri de Castello, pro uno fronte, similiter Sancti-Petri ; pro uno fronte, vinea Siguino, vicecomite ; alio latus, via publica” (CLR, § 14). Une autre pièce de terre avec vigne et maison donnée en même temps au même endroit est contiguë à la terre de Seguin – terra Siguino.

13 Le seul autre vicomte attesté en Bazadais à la même époque est le vicomte de Bezeaume Arnaud, mentionné en 983 dans une autre donation au prieuré de La Réole dont il semble être l’avoué (captinentia Arnaldo vicecomiti, CLR, § 5, 104-105).

14 Saint-Pey-de-Castets commune du nord de l’Entre-deux-Mers bazadais (canton de Pujols-sur-Dordogne, Gironde).

15 Cette motte, réaménagée pour servir d’assise à un moulin à vent à l’Époque moderne, est située à moins d’un kilomètre à l’ouest de l’église de Saint-Pey-de-Castets. Elle appartenait encore aux seigneurs de Civrac au xviiie siècle (Faravel 1991, I, 920 et II, 250). Le lieu-dit Malamigarda est attesté entre 1104 et 1126 dans le Petit Cartulaire de La Sauve Majeure (PCSM, 112b, I et Guérinon 1971, 183).

16 Le “chemin de Bordeaux” est mentionné dans les textes au xve siècle (Faravel 1991, II, 223).

17 Nous avons partiellement repris et complété le schéma de filiation établi par Frédéric Boutoulle (Boutoulle 2007, 366).

18 GCSM, no 650, 359-360.

19 Le débouché de ces deux petits cours d’eau sur la Dordogne a été modifié au xxe siècle.

20 PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195.

21 PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195.

22 Viam que ducit a Sivrac (PCSM, 115a, IX et Guérinon 1971, 194).

23 Raimondus de Iensiaco gener eius succedens ei in honore (GCSM, no 656).

24 Nous avons partiellement repris et complété le schéma de filiation établi par Frédéric Boutoulle (Boutoulle 2007, 371).

25 Douais éd. 1887, no 232, 163-64. Cette sauveté a été localisée dans la commune actuelle de Landerrouet, canton de Monségur, Gironde (fig. 3), tout près de l’abbaye de Saint-Ferme (Higounet 1951).

26 Marchegay éd. 1879, 15-16.

27 Pon & Cabanot éd. 2004, no 9 et 140 et Boutoulle 2008, 371. Elle était déjà veuve de Dat-Arnaud seigneur de Mixe et d’Ostabarret.

28 Idem.

29 Raimundus Genciaci castri dominus (CLR, § 60, 127) ; Raimundus Genciaci castri (§ 61, 128) ; Raimundus castri Genciaci (§ 95 et 97, 142-143).

30 Higounet 1976 et Boutoulle 2007, 84.

31 Il n’en reste quasiment rien aujourd’hui sinon un pan de la courtine sud du xiiie siècle (Drouyn 1865 et Faravel 1991, I, 837-839).

32 CLR, § 43, 117. Taillecavat est installé sur un site d’éperon barré comparable à celui de Gensac.

33 Marchegay éd. 1879, 15-16.

34 Faravel 1991, II, 135.

35 Entre 1104 et 1115, c’est au tour de Pierre de Casted de renoncer à ses droits, avec l’accord de Bertrand de Baslade évêque de Bazas, sur les églises de Civrac et Saint-Pey-de-Castets (PCSM, 112 a, II/Guérinon 1971, 182). En 1115, il confirme la donation des églises de, Saint-Pey-de-Castets, Saint-Martin de Civrac et Saint-Martin-de-Sescas (GCSM, no 657, 363-364).

36 Gallia christiana, I, inst., col. 190, XI.

37 Commune de Masseilles, canton de Grignols, Gironde, à 60 km au sud de Civrac.

38 On peut reconstituer la formation de son temporel grâce à 117 actes des Grand et Petit Cartulaire de La Sauve Majeure (cf. Dom Dulaura 1683, Guérinon 1971, Faravel 1996).

39 La disparition des fonds de l’abbaye de Saint-Ferme nous prive cruellement de sources ecclésiastiques.

40 Actuellement Sauveterre-de-Guyenne (33, chef-lieu de canton).

41 Cf. Trabut-Cussac 1953, 181-217.

42 Castelmoron-d’Albret, canton de Monségur, Gironde.

43 RG, I, 2552.

44 Il fait un nœud au bas de la charte avec Grimoard de Picon (GCSM, no 654, p. 361 sd).

45 Dominus de Castedmauron debet facere hominium priori feudo quod tenet in villa de Regula (Malherbe 1977, 728, § 51).

46 sub castello secus portum de Barca (GCSM, no 652, 361).

47 PCSM, 115b, I ; 116a, V ; 116b, I, II et III et Guérinon 1971, 195, 198-200.

48 Duas eminas de sal navencas de omni navi venienti a Sivrac vel ibi remaneat vel ante cedat PCSM, 115b, I et Guérinon 1971, 195.

49 Cf. Faravel et al. 2000.

50 Peut-être parce que, contrairement aux vicomtes, leur résidence n’y est pas attachée (elle se trouve au cœur des plateaux de l’Entre-Deux-Mers Bazadais) et qu’ils sont détenteurs de droits très dispersés en Bazadais (cf. Boutoulle 2007).

51 On retrouve dans chaque texte une formule voisine : hoc donum concessit Amaneus de Pomers ad cujus dominium pertinebat PCSM, 116b, III et Guérinon 1971, 199-200.

52 Dans ce texte, ils sont associés à Arnaud de Flaujagues, à son frère Garsie et à son fils Guilhem – ad quos dominium pertinebat – qui semblent seigneurs des terres, vignes, bois situées à Civrac, Saint-Pey-de-Castets et Sainte-Florence qu’abandonne Aicard de Pelavezin. Il semble que les droits de péage appartiennent à Amanieu et Pierre de Pommiers, milites omnesque ad quos eam istam deberet pertinere (PCSM, 116a, V et Guérinon 1971, 198-199).

53 Unam eminam salis de salarga et XII denarios de omni navi venienti a Sivrac vel ibi remaneat vel ibi antecedat (PCSM, 116a, V et Guérinon 1971, 198-199).

54 Unam eminam salis de salarga et VI denarios de omni navi venienti a Sivrac vel ibi remaneat vel ibi antecedat, (PCSM, 116b, I et Guérinon 1971, 199).

55 Unum carton salis de salarga et tres denarios de omni navi venienti a Sivrac (PCSM, 116b, II et Guérinon 1971, 199).

56 IIII eminas salis de salarga et VI denarios de omni navi venienti a Sivrac (PCSM, 116b, III et Guérinon 1971, 199-200).

57 Le don d’Aicard de Pelevazin rapporte à Amanieu et Pierre de Pommiers 80 livres bordelaises partagées avec les Flaujagues. Amanieu de Pommiers reçoit 30 livres pour le don d’Héliona de Labarada.

58 PCSM, 112b, I et Guérinon 1971, 183.

59 Quartam partem redditus fori de Sivrac.

60 et de omnibus rebus fori quocumque modo extra patriam ducerentur quarta partem redditus.

61 Unam palmatam salis super unumquinque mecenarium in quocumque vase sal haberetur in foro.

62 Quartam partem redditus traparum.

63 Molendinum quod est iuxta motam de Sivrac (PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195). Molendinum quod est situm inter pontem et motam (PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195).

64 PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195.

65 Cf. “Castillon-sur-Dordogne et les agglomérations d’origine castrale du Bordelais au Moyen Âge” article à paraître de Frédéric Boutoulle et Sylvie Faravel dans les actes du colloque tenu à Vitré (35) en octobre 2008 “Des villes à l’ombre des châteaux, naissance et essor des villes castrales au Moyen Âge”.

66 terciam partem portus de Paciaco cum ipsius cunctis redditibus que ad me pertinebant (GCSM, no 654, 361).

67 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3.

68 Idem : Et milites et quilibet alii de Gensiaco et de honore debent solvere domino debitum quo vulgariter dicitur la Civital, secundum quod debet.

69 C’est le roi-duc Henri III qui les mit par écrit, à la demande des habitants de la seigneurie de Gensac. Cette législation locale repose comme les autres sur les coutumes du Bazadais. C’est une première depuis les anciennes coutumes de La Réole et avant celles des bastides dans la deuxième moitié du xiiie siècle.

70 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3 : Predictis concordatis sub forma inferius annotata, que Willelmus Reymundi de Genzak, quondam dominus ejusdem loci, acostomavit, seu subscriptas consuetudines burgo de Genzak in ipsius burgi constitucione, seu construccione imposui.

71 Cf. Boutoulle 2001, 556-558.

72 GCSM, no 654, 361.

73 Cf. Faravel 2008.

74 On retrouve peut-être la trace d’un tel don consenti par le passé dans la moitié de nasse que le chapitre de Saint-Émilion détenait à Civrac et échangea avec La Sauve en 1267 (Dulaura 2003, 320).

75 CLR, § 61, 128.

76 Ut nullam querimoniam nec placitum moveat super homines ipsam terram tenentes in qua justiciam antea habebat.

77 PCSM, 112a, II et Guérinon 1971, 182.

78 Il s’agit du pont qui franchit la Gamage (fig. 9).

79 Celle que le vicomte Seguin avait donnée à la fin du xe siècle.

80 et decimam de omnio allodio suo et quicumque terras haberent de eo darent Deo et Sancte Marie Silve Majoris ipse omne jus suum illis concessit et dedit de omnibus hominubus quicumque allodium haberent in parrochia Sancti Petri de Casted.

81 PCSM, 112a, III et Guérinon 1971, 182. Le vicomte doit même empêcher une tentative d’usurpation et rendre la dîme de l’alleu d’Aizon de Lavalada au prieuré (PCSM, 115a, XIII et Guérinon 1971, 194).

82 PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195.

83 GCSM, no 640, 354.

84 PCSM, 113b I et Guérinon 1971, 187.

85 GCSM, no 860, 465.

86 Idem.

87 GCSM, no 860, 465.

88 La famille de Montravel, seigneurie de rive droite de la Dordogne dont le château est implanté quelques km en amont de Civrac, est sans doute apparentée aux Montanceix de la vallée de l’Isle.

89 Montagne, en rive droite de la Dordogne, près de Saint-Émilion et la seigneurie de Benauges dont le siège se trouve en Entre-deux-Mers bordelais.

90 Petrus de Castelo, qui donne à La Sauve entre 1107 et 1118 une terre pour l’aménagement hydraulique du moulin de Daignac en Bordelais (GCSM, no 101, 94), ne paraît pas devoir être confondu avec le vicomte du même nom. Il ne porte pas dans ce texte le titre vicomtal qui est systématiquement accolé au vicomte Pierre. On rencontre en outre à Daignac à la même époque un Bernard puis un Roland de Castello qui n’ont visiblement pas de lien direct avec la famille vicomtale de Civrac mais sont plutôt apparentés à une famille également possessionnée à Saint-Martin-de-Sescas (cf. Boutoulle 2007, 366).

91 GCSM, no 1160, 652.

92 GCSM, no 655, 361-362.

93 PCSM, 112a, II et Guérinon 1971, 182.

94 Gallia christiana, I, inst., col. 190, XI.

95 Actuelle commune de Masseilles (Gironde, canton de Grignols).

96 GCSM, no 654, p. 361.

97 Cf. Marquette 1980, 83.

98 CLR, § 60, 61 et 62, 128.

99 Quandam in ipsius sancti parrochia sitam, Petra-fictam a vicinis loci vocitatam… liberam atque absolutam ab omni consuetudine et ab omni querela conferens tribuo atque concedo in perpetuum (CLR, § 60, 127).

100 In fidelitate eandem terram de me tenendo possidebat (CLR, § 60, 127).

101 CLR, § 61, 128.

102 CLR, § 62, 128.

103 CLR, § 97, 142-143. Le souvenir de ces possessions est peut-être resté à travers le nom de la rue de Gensac.

104 RF, 64, no 203.

105 Cf. Faravel 1996.

106 PCSM, 115b, I ; 116 a, V ; 116 b, I, II et III.

107 PCSM, 112b, I et Guérinon 1971, 183.

108 Donné par le vicomte de Casted (PCSM, 115a, XV et Guérinon 1971, 195).

109 Donné par Seguin de Boirac (PCSM, 112 b V et Guérinon 1971, 183-184).

110 Hélie de Bossugan, chevalier donne d’abord le tiers des dîmes de la paroisse de Sainte-Eulalie (de Bossugan) entre 1126-1148 (PCSM, 112b acte III et Guérinon 1971, 182), puis finalement, avec sa femme India, leur totalité (GCSM, no 641, 354).

111 PCSM, 112a II et Guérinon 1971, 182.

112 PCSM, 112a, III et Guérinon 1971, 182.

113 GCSM, no 640, 354 (don du quart) et PCSM, 113b I (1/2) et Guérinon 1971, 187.

114 PCSM, 113b I, et Guérinon 1971, 187.

115 GCSM, no 859, 464 (don de la moitié de la dîme) et no 860, 465 (don de la moitié de la dîme).

116 PCSM, 115a, XIV et Guérinon 1971, 194-195.

117 PCSM, 112a, I et Guérinon 1971, 182.

118 PCSM, 115a XII et Guérinon 1971, 194.

119 Cf. Faravel 1996.

120 Des éléments de mesure des terres et des vignes sont parfois indiqués mais impossibles à convertir en unités actuelles. Les unités de mesures des terres labourables sont données soient en unités basées sur le calcul de la quantité de grain nécessaire à l’ensemencement de la superficie – exprimée en cartière pour la “carteriate” ou en conque pour la “concate” – soit en unités tirées de mesures de longueurs basées sur le travail de la charrue dans le cas des “sazons”, des “arrèges” et des “versanes”. Les vignes sont évaluées en unités de mesures de superficies calquées sur les subdivisions monétaires les “denariates”, en “obolates” et les “mealades”.

121 GCSM, no 656, 362.

122 Cf. Faravel 2000.

123 Shirley 1866, 1, 26 et Boutoulle 2001, 472 et 536.

124 Baillivi et servientes mei… in honore et ballia de Roazan et de Puiols (GCSM, no 1105, 608-609).

125 Dont on apprend ainsi qu’elle se trouvait également aux mains des Rudel de Bergerac (RG, I, 167, no 1229).

126 PR, H III, 1247-1258, 67, memb. 5. Le 26 avril 1254 le roi promet à Elia Rudelli domino de Bragerac et Gensiaci de lui rendre le château de Castelmoron qu’il conserve tant que la ville de La Réole ne s’est pas rendue (RG, I, no 2552).

127 Enricus de Pena Poiols (CV, no 3, fo 1vo), Nandric de Pena senor de Poiols (CV, no 55, fo 6ro), Nandric de Pena (CV, no 66, fo 7ro).

128 In curia Henrici de Pena et baillivi sui Henrioti (PCSM, 115b XI et Guérinon 1971, 195).

129 Henrico de Pena (PCSM, 116a I et Guérinon 1971, 195).

130 Faravel 1991, I, 920.

131 Raimond Descoag tun baillivo de Pojols (PCSM, 116b V et Guérinon 1971, 200).

132 La paroisse, une famille de Rauzan est cependant attestée dès le xiie siècle. Frédéric Boutoulle y a noté l’existence d’une mesure de Rauzan qui laisserait supposer l’existence d’un marché et d’une possession ducale dès la fin xiie siècle (Boutoulle 2001, 474).

133 faciat Ferrando balistario penam saisinam de Pugols et Roethens (PR, H III, 1216-25, 169, memb. 1).

134 PR, H III, 1216-25, 252, memb. 2.

135 PR, H III, 1216-25, 276, memb. 7.

136 Le scribe a visiblement du mal avec les noms gascons, mais il s’agit bien, sans équivoque possible, de ces deux châteaux :… contra pacem nostra ceperunt castra nostra de Pugeus et Areus (PR, H III, 1216-25, 354, memb. 7).

137 À Rauzan, la forteresse actuelle ne comporte aucune trace antérieure au xive siècle (cf. Corvisier 1999).

138 PR, Henry III, 1247-1258, p. 67, memb. 5 et RG, I, no 2552, p. 336.

139 RG, I, 167, no 1229.

140 En 1229, une donatrice donne à Villemartin tout ce qu’elle a en la honor de Poiols (CV, no 194, fo 27ro).

141 Lorsqu’on est enfin documenté sur lui à partir du xive siècle, il ne dépassait plus guère la paroisse de Civrac et quelques lieux-dits voisins, situés dans les paroisses de Sainte-Florence et de Saint-Pey-de-Castets (Faravel 1991, III, 289).

142 Idem, 291.

143 Ibidem.

144 Ibidem.

145 RG, II, 435-436, no 1412.

146 Cf. Faravel 1991, III, 291.

147 Idem, p. 290.

148 Trabut-Cussac 1959, fo 51ro-vo, no 510, 511 et 512.

149 RF, 65, no 205.

150 Cf. Marquette 1967.

151 Les possessions de Villemartin s’étendent essentiellement à cinq paroisses bazadaises de la vallée de la Dordogne : Villemartin, Mouliets, Civrac, Verneuil – où se trouvait un hôpital appartenant à la commanderie - et Pujols. Elle possédait en outre une “estage” (c’est-à-dire une exploitation agricole) à Doulezon, ainsi qu’une terre à Gensac. En Bordelais, au nord de la Dordogne, Villemartin disposait enfin d’une maison faisant office de grange dans la ville de Castillon. Les revenus de la commanderie étaient principalement tirés des biens fonciers bien plus que de la perception des dîmes locales limitées à une partie des dîmes de Juillac, Mauriac et Villemartin, le reste appartenant pour l’essentiel aux prieurés de La Sauve.

152 Petrus de Gavared, vicecomes de Bedaumes, fecit insulta multa domibus hospitalis de Villamartini et de Salebrunent recto numero novem milia solidorum (CV, no 163, fo 22ro-vo). Le montant des dégâts commis par Pierre de Gavarret est évalué à 9000 sous, il s’est attaqué aux biens de deux commanderies : Villemartin et Sallebruneau (actuelle commune de Frontenac, canton de Targon, 33).

153 Petrus, vicecomes de Castelion depredavit domum hospitalis que est a Castelion recto precio cccc solidos (CV, no 164, fo 22vo). Le montant des dégâts commis par Pierre vicomte de Castillon est estimé à 400 sous.

154 Cf. Marquette 1967, 31.

155 Helias Rudel de Bragairag et de Gensac fecit multa mala ad domum de Villa Martin recto numero decem milia solidos (CV, no 161, fo 21vo - 22ro).

156 Pierre de Gavarret, comparut à l’Hôpital de Saint-Macaire hors-les-murs, devant les abbés de Sainte-Croix de Bordeaux, de Blasimon et de Saint-Ferme, le prieur de La Réole et les commandeurs de Bordeaux et de Villemartin (Hanc compositione juravit.... apud Sanctem Machario extra muros... testes W. Gombaut abbas Sancte Crucis Burdegale, R. de Segur abbas Blaviimontis, R. del Bedad abbas Sancti Fremerii, Sans prior de La Reule, W. Amanieu preceptor Burdegalensis.... Ar. de Loissac preceptor de Villa Martini et plures alii (CV, no 163, fo 22ro-vo). Pierre, vicomte de Castillon, devant l’abbé de Blasimon, l’archiprêtre de Gamage et le commandeur de Villemartin (CV, no 164, fo 22vo).

157 Hanc compositione juravit supra sacrosanctum corporis beati Fremerii (CV, no 161, fo 21vo - 22ro).

158 Pierre de Gavarret est condamné à verser à la commanderie une somme de 150 sous (CV, fo 21vo - 22ro) et le vicomte de Castillon, une somme de 100 sous (CV, fo 22vo). Ces procès devant les hautes instances religieuses locales, n’empêchèrent pas le vicomte de Castillon de commettre peu après deux nouvelles aubergades à cheval et à pied d’un montant de 400 et 180 sous pour lesquelles il versa à la commanderie une compensation de 100 sous et de 40 moutures de blé mélangé (CV, fo 22vo).

159 CV, fo 21vo - 22ro.

160 Sans doute au titre des différents prieurés qu’elle y possédait, en particulier celui de Saint-Pey-de-Castets, mais aussi celui de Ruch.

161 GCSM, no 1105, 608-609.

162 Dulaura 2003, 480.

163 RG, I supplément, CXII-CXVI.

164 Il se fonde sur une clause de l’investiture faite par le roi-duc à la demande d’Hélie Rudel II d’une partie de son héritage qui prévoyait que si l’aîné mourait sans descendance mâle la totalité de l’héritage lui reviendrait (RG, I suppl., CXI).

165 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3.

166 RG, I, 336, no 2556 ; 336.

167 RG, I, 336, no 2566 ; 338-339.

168 Le roi s’engage alors à lui faire verser sans délais la somme due (PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 11 et 380, memb. 3).

169 RG, I supplément, 10, no 4366 et 11, no 4370.

170 La première à être fondée en Bazadais septentrional fut celle de Monségur attestée dès 1263 (Faravel, 1991, III, 205-215 et 274-276).

171 RG, I, 545, no 4301 et PR, Henry III, 1247-58, 312, memb. 3.

172 PR, Henry III, 1258-66, 73, memb. 9 et 137-8, memb. 18. Renaud III de Pons est le fils de Geoffroi de Pons et d’une Lusignan.

173 PR, Henry III, 1258-66, 137-8, memb. 18 ; 157, memb. 11 ; 189, memb. 21 ; 199, memb. 16-17 ; 206, memb. 13 ; 208, memb. 13 ; 212, memb. 11 ; 730, memb. 3. RF, 163-166, no 420.

174 CR, 155, memb. 2.

175 PR, Henry III, 1258-66, 734, memb. 2 et 739, memb. 1.

176 Trabut-Cussac 1959, no 27, fo 3 ro.

177 RF, 64, no 203.

178 RF, 64, no 203.

179 RF, 65, no 205. La branche cadette des Rudel s’éteint avec lui, probablement à la fin du xiiie siècle, sa fille unique Alays, épousant Guillaume-Amanieu de Madaillan, qualifié de seigneur de Pujols et Rauzan dès 1335 (NA, Gascon Rolls, C 61/43, memb. 7).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de Civrac et de Gensac dans la Gascogne de la fin du xie et de la première moitié du xiie siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Civrac et Gensac dans leur environnement bazadais de la fin du xie et de la première moitié du xiie siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3. La succession de Civrac et de Gensac des origines au troisième quart du xiiie siècle (infographie Sylvie Faravel d’après Boutoulle 2007, 366 et 371, repris et complété).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 4. Vue de la motte Malmigarde à Saint-Peyde-Castets (cl. J.-Cl. Huguet 2008).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 5. Vue du bourg actuel de Civrac-sur-Dordogne.L’église actuelle et son cimetière sont aménagés sur la moitié orientale de la plateforme fossoyée dont les limites sont soulignées par la couronne végétale qui l’entoure. À l’ouest de l’église, on lit sur la pelouse, qui précède l’actuelle mairie, les traces de constructions d’un corps de logis détruit à la Révolution (cl. Fr. Didierjean 1994).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 6. Le bourg castral et l’ancien château de Gensac, extrait du plan cadastral de 1837, section A2 du Bourg (cartographie Sylvie Faravel). Le château, dont il reste très peu de traces, s’élevait au nord de l’église de Gensac.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 7. Aires d’influence des vicomtes de Civrac-Casted et des seigneurs de Gensac à la fin du xie s. et au xiie siècles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 8. Civrac plan cadastral de 1837 section A unique du Bourg.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 9. La seigneurie du prieuré de Saint-Pey-de-Castets (à partir de 1213).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 10. Les châtellenies du xiiie siècle et les “juridictions” du xive siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2024/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

Auteur

Université de Bordeaux - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540