Version classiqueVersion mobile

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Gascogne-Agenais

Les seigneuries béarnaises entre deux âges (milieu xiie - fin xiiie siècle)

Benoît Cursente

Texte intégral

  • 1 Aurell 2003 : dans cette synthèse consacrée à “l’empire des Plantagenêt” le Béarn est absent de la (...)
  • 2 Shideler 1983.
  • 3 Tucoo-Chala 1961, 1994.

1On sait la place particulière – et quelque peu marginale – que le Béarn occupe dans l’espace Plantagenêt1. Entre le milieu du xie siècle et le milieu du xiie siècle, le Béarn a, pour ainsi dire, tourné le dos à l’Aquitaine en raison de la force et de la continuité de l’engagement des vicomtes dans les affaires ibériques. Ce processus aboutit, entre 1154 et 1170, au basculement de la vicomté dans l’orbite du royaume d’Aragon et à l’accession à la tête de la vicomté des Moncade, hauts dignitaires de la dynastie barcelonaise2. Toutefois, en raison de leur coïncidence avec la Croisade albigeoise, les débuts de cette dynastie catalane sont difficiles et ils aboutissent à une perte d’influence de la Couronne d’Aragon en Béarn. En 1228, le vicomte Guillaume II promet de faire allégeance à Henri III Plantagenêt. Son successeur, Gaston VII, se trouve donc dans la mouvance du roi-duc. Mais il va consacrer son long règne (1229-1290) à contester cet état de droit et à tenter de faire du Béarn le noyau d’une puissance féodale autonome au sud de l’Aquitaine3.

Quelle histoire pour la seigneurie ?

2La documentation béarnaise mobilisable pour cette période autorise-t-elle une étude sérieuse de la seigneurie ? Au premier regard, il est permis d’en douter. Cette période, en effet, correspond à un long étiage documentaire.

Principales localités citées dans le texte.

Des sources écrites indigentes

  • 4 Marca 1640, passim (dans les “Preuves” publiées à la fin de différents chapitres).
  • 5 Cadier éd. 1983.
  • 6 Saint-Mont (Jaurgain & Maumus éd. 1904), Madiran (BN Doat 152, fol. 146-226), Saint-Pé (Balencie é (...)
  • 7 Ourliac & Gilles éd. 1990.
  • 8 Feller 2004, 136-164.

3Pour le xiie siècle, il n’existe en Béarn aucun grand cartulaire, source habituellement dominante de cette période. Du chartrier de Sauvelade ne sont connus, grâce à Marca, qu’une poignée d’actes disjoints4. Le cartulaire de Morlaas ne comprend qu’une petite quarantaine d’actes5. En définitive, grâce aux pièces glanées dans les différents cartulaires faisant guirlande aux marges de la vicomté6, la périphérie est un peu moins mal connue que le cœur du Béarn où se concentrent les seigneuries du baronnage. Pour le xiiie siècle, on ne dispose d’aucun grand censier ou enquête administrative. L’instauration au milieu du siècle d’un notariat public inaugure une nouvelle ère documentaire, mais la conservation des actes reste très aléatoire. En fait, c’est à l’administration de Gaston Fébus (1343-1391) que l’on doit la plupart des pièces connues concernant la fin du xiiie siècle. À défaut d’une couverture satisfaisante de documents de la pratique, l’historien dispose, certes, de l’exceptionnel monument que constituent les fors de Béarn7. Mais on sait combien la stratification complexe de ces dispositions prescriptives, qui s’étale du xie au xive siècle, rend délicate leur utilisation dans un raisonnement dynamique. Au total il n’y a pas matière à retracer la façon dont s’est adapté, pour se perpétuer, “l’organisme seigneurial”8.

  • 9 Laborde & Lorber 1932 (chap. 7), Le Blant 1955 (termes gascons commentés plus bas).
  • 10 La liste des barons ne se fixe que dans la seconde moitié du xive siècle ; les baronnies ne sont u (...)

4De fait, l’historiographie traditionnelle a opté pour une présentation structurelle plus que dynamique de la société seigneuriale. D’une lecture littérale des textes, s’est imposée une taxonomie en forme de pyramide à quatre étages, soit en ordre descendant : barons, cavers, domengers, abbés laïques9. Or, les invariants lexicaux qu’on extrait des documents entre le xie et xive siècle sont un trompe-l’œil qui masque les évolutions de l’aristocratie10.

  • 11 Tucoo-Chala 1960.
  • 12 Bourin & Martinez-Sopena 2004, 2007.

5Que peut-on savoir de la consistance de la seigneurie ? Pierre Tucoo-Chala a montré combien elle était difficile à connaître pour le second xive siècle en dépit de l’apport des registres notariés11. Pour la période envisagée dans ce colloque, toute vision ordonnée des faits semble a fortiori hors de portée, sans parler des questionnements récemment élaborés12. Sauf à prolonger l’observation jusque vers 1300 et à modifier le poste d’observation ; c’est ce que je propose de faire ici.

Des matériaux non textuels à intégrer au discours historien

  • 13 Tucoo-Chala 1955.
  • 14 Tucoo-Chala 1960, Chéronnet éd. 1978.

6Le point de départ de cette réflexion est l’importance écrasante des landes et des bois dans le paysage béarnais du temps de Gaston Fébus13. Comme les premières crises du xive siècle n’ont pas entraîné, ici, de dépeuplement massif ni donc une déprise correspondante des cultures14, on peut considérer que ce qui est structurellement en place vers 1400 l’est déjà vers 1150. Les landes et les bois ne constituent pas une périphérie, bien au contraire. L’organisation de la société toute entière est commandée par la prééminence des espaces voués au pacage et au parcours des troupeaux. La seigneurie, au coeur du fonctionnement de la société, se trouve ainsi intégrée dans un écosystème qui lui confère des caractéristiques fondamentales.

7Ce fait étant posé, la question est de restituer dans quelles marges et selon quelle orientation la seigneurie a évolué entre le xiie et le xive siècle. Les (rares) textes ne peuvent nous éclairer que joints aux faits matériels contemporains ayant laissé une trace inscrite à la surface du sol ou dans les stratigraphies. Sont ainsi à exploiter deux séries de travaux qui, chacune, obéissent à des méthodes et à des logiques d’échelle propres.

  • 15 Cursente 1990, 1998.

8Un premier ensemble de recherches, mariant depuis une trentaine d’années textes et archéologie, a montré que la texture d’habitat héritée du haut Moyen Âge – une poussière de petites unités –, a été bouleversée au xiiie siècle par la mise en place d’un semis de menus bourgs15.

  • 16 Didier Galop a présenté les premiers résultats de sa campagne de sondages dans la vallée d’Ossau e (...)

9Plus récentes sont, d’autre part, les recherches paléo-environnementales. Les campagnes de sondages palynologiques méthodiquement conduites dans le piémont nord-pyrénéen par Didier Galop concernent en partie le Béarn16. Au miroir des diagrammes polliniques, l’environnement végétal est marqué depuis le xe siècle par une progression des cultures et, la veille des crises du bas Moyen Âge, le paysage béarnais se caractérise par une conjonction durable de données nouvelles.

10De quelle façon les modifications significatives de l’habitat et de l’environnement s’articulent-elles avec les pesanteurs de l’écosystème ? En quoi cette dialectique a-t-elle à voir avec l’histoire de la seigneurie ? Telles sont les interrogations auxquelles cette contribution s’efforce de répondre.

Dominatio vel padoentia : des seigneuries engoncées (vers 1130-vers 1230)

Des seigneuries fondées sur une structure de prélèvement limitante : le casal

  • 17 Cursente 1998, chap. 1-3.

11La cellule de base qui compose la seigneurie est le casal, auquel j’ai consacré naguère une recherche de fond et sur lequel, par conséquent, je m’attarderai le moins possible17. Les indices textuels conduisent à penser qu’au xiie siècle cette cellule est en expansion, soit par création a novo (défrichements) soit par “mitose” de casaux anciens, soit par reprise d’une entité ancienne. En Béarn, sa consistance foncière semble assez homogène : le cartulaire de Sorde parle de casaux ad communem mensuram de Bearnio. Concrètement, il se compose d’un enclos maisonné, d’un petit ensemble de parcelles cultivées et d’un droit d’usage sur les vacants. Différents fragments de censiers donnent à connaître par le menu les services et les devoirs dont les casaux sont redevables. Le cens est une combinaison variable de prélèvements en nature et en espèces dont il est impossible d’évaluer la lourdeur relative. Certains articles attestent, fugitivement, que la maison principale du casal met à contribution des maisons secondaires qu’elle médiatise.

12On note que les seigneuries monastiques ont entrepris d’accroître leur revenu en favorisant des spéculations de meilleur rapport (le vignoble à Madiran, les pommeraies à Sorde). Mais au-delà, le fait à retenir est que toute intensification du système de production qui intervient à l’intérieur du casal bénéficie, d’abord, au possesseur de cette entité et non à son seigneur. Et ce qui verrouille l’ensemble est le fait que les seigneurs, pour aussi puissants qu’ils soient, ne peuvent se lancer entraves dans des entreprises qui constituent la manifestation habituelle du processus de croissance agraire : les défrichements.

  • 18 Cursente 2004b.
  • 19 Kiviharju éd. 1991, acte 64 : (Les donateurs) concesserunt pascua sua in silvis et in landis suis (...)

13Sur cet aspect essentiel, il est possible de glaner dans notre maigre corpus un poignée cohérente de textes du xiie siècle issus de sources différentes. Examinons un instant ce petit dossier où se fait entendre la voix des dépendants, généralement occultée18. La vente par Guillaume d’Artiguelouve à l’hôpital de Sainte-Christine, vers 1160, d’un vaste territoire pour les besoins du prieuré voisin d’Aubertin (Entre-deux-Gaves), donne lieu à une jolie évocation du paysage béarnais de ce temps19. Il s’agit un espace couvert en majorité de bois et de landes, voué au parcours des troupeaux et parsemé de cabanes de bergers ; extensivement exploité par deux casaux, il est troué de clairières correspondant à des essarts (essarz), qui sont selon les besoins entourées de clôtures (clausulas… ubi necessaria). Dans ce texte, il apparaît que l’enjeu principal est le droit de pacage pour des bovins, des chevaux, des moutons et des porcs. Si l’acquéreur est autorisé à exartare sicuti alii homines, c’est manifestement pour créer des cultures temporaires. En effet, ces surfaces essartées sont distinctes de la terre cultivée de façon pérenne qui, elle, est mesurée en journaux.

14C’est lorsque cet équilibre est menacé par une progression des cultures pérennes accompagnant l’implantation d’habitats nouveaux que nos textes se font l’écho de réactions d’hostilité. Apparaissent alors trois cas de figure complémentaires.

  1. Situation de concurrence entre le vicomte et le seigneur local sur la domination des vacants. En 1128 les héritiers de Guillem Ariol de Bedosse affirment que l’hôpital d’Aubertin a été fondé par le vicomte Gaston IV sur la propriété et seigneurie (hereditas et dominatio) de ce seigneur. Ils contestent donc le droit accordé aux moines d’élargir l’aire des cultures et des plantations. La résolution du conflit prévoit la possibilité que des individus soulèvent de nouvelles querelles “en raison de la seigneurie ou du pâturage”20.
  2. En l’absence de seigneur local, ce sont les simples habitants qui font obstacle à ces initiatives. À Sauvelade, vers 1134, les incolae s’opposent victorieusement à la réquisition de terres ad agriculturam projetée par le vicomte. Plutôt que d’engager une épreuve de force, la vicomtesse Talèse, veuve de Gaston IV fondateur de cette abbaye, juge préférable de temporiser : aux moines de trouver ultérieurement des arrangements avec les habitants21.
  3. Le seigneur local est conduit à défendre les droits de ses dépendants sur les espaces pastoraux quand ils se trouvent menacés. C’est ce qu’il advient en 1172, à peu de distance de Sauvelade. La communauté (vicinia) de Sainte-Suzanne obtient que l’abbé de Sorde, seigneur du lieu, fasse barrage aux projets novateurs d’un sire laïc du nom d’Arnaud de Leguinge22. Celui-ci projetait d’implanter un peuplement nouveau dans la villa des Agoes, que les tenant-casaux de Sainte-Suzanne considéraient comme appartenant à leur espace pastoral ; en outre, il entendait remettre en cause l’expansion récente du système des casaux, et ponctionner les plus anciens casaux d’un tribut sur le droit de pacage23.
  • 24 Massie 1965, 45-46 (la motte dite de Peyraube).

15Or existe, aux Agoes, une superbe motte féodale24. Comment concevoir que la militarisation de l’habitat aristocratique, bien attestée on le verra dans les Fors, soit sans rapport avec la recherche d’un accroissement de la rente ? Les seigneurs béarnais sont bridés par un ordre ancien dont ils sont parties prenantes et garants. Jusqu’au début du xiiie siècle, le château a constitué le principal instrument permettant de trancher un tel nœud gordien. Il est donc tentant de conjecturer que le projet d’Arnaud de Leguinge a pris appui sur cette motte.

Des seigneuries qui n’ont qu’un accès partiel à la rente décimale

  • 25 Marca 1640, 1, 154-164 ; Le Blant 1951.
  • 26 Cursente 2004.

16Un autre fait essentiel, qu’occulte partiellement l’origine ecclésiastique des sources, est que la majeure part du produit de la dîme échappe à l’Église et est recueillie par des laïcs. Ce qui est vrai au xiie siècle le restera plusieurs siècles encore25. Or, ce ne sont pas les seigneurs laïcs dans leur ensemble qui en bénéficient mais, dans la majorité des villages, une maison nommée abbadie, tenue par un personnage laïc qualifié d’abbé, qui exerce en outre un droit de patronage. Nous ne développerons pas davantage ici cette question à laquelle nous avons consacré récemment une mise au point générale26. Retenons simplement que l’enjeu fondamental de l’histoire de la seigneurie béarnaise qui en découle est de savoir selon quelles proportions, quel rythme, quelles modalités, la classe seigneuriale “ordinaire” a pu s’approprier le produit de la dîme (ou le récupérer selon l’argumentaire ecclésiastique).

  • 27 Raymond éd. 1873 : en 1246 les seigneurs de Léren contestent la donation de l’église et de la dîme (...)
  • 28 Marca 1640, II, 153-154.

17Les actes du xiie siècle donnent à percevoir des situations complexes et contrastées résultant d’une évolution déjà ancienne. Dans un état général de fragmentation territoriale et juridique des droits, coexistent des seigneurs ecclésiastiques, des abbés laïques, parfois présentés aléatoirement comme tels27, des seigneurs de statut indéterminé ayant acquis un fragment de dîme, et aussi des sires châtelains qui se sont rendus maîtres d’abbadies (comme les Coarraze ou les Andoins)28.

18De ce tableau très fragmentaire paraissent se dégager les traits suivants : 1°) au xiie siècle, une fraction indéterminée de la dîme a déjà été mise dans le circuit de l’économie seigneuriale ; 2°) les seigneuries les mieux placées pour récupérer la rente décimale ont été les établissements ecclésiastiques et les hauts sires ; 3°) La documentation ultérieure nous avertit, toutefois, que la majorité du produit décimal reste contrôlée par les abbadies de villages.

Des seigneuries précocement intégrées dans l’organisation vicomtale du Béarn

  • 29 Ourliac & Gilles éd. 1990 (l’introduction).

19La singularité documentaire majeure du Béarn médiéval est l’existence des Fors. On a dit d’emblée combien cette compilation juridique était difficile à exploiter. Toutefois, grâce au travail de Paul Ourliac, on est mieux en mesure de discerner ce qui a constitué le noyau ancien, tel qu’il fut “rénové” en 118829.

  • 30 Baulon 1996.

20Ce noyau se présente comme une traduction de l’organisation pactiste du pouvoir et de la société qui fut initiée à la fin du xie siècle30.

  • 31 Ourliac & Gilles éd. 1990 : For Général (FG) et que lo domenger aye aygues, padoent et herm.

21La seigneurie y a une place de choix ; elle apparaît comme un maillon central du chaînage contractuel des pouvoirs. Elle est nommée domenyadure (ou domenjadure), traduction gasconne du latin dominicatura (le mot senhor semble réservé au vicomte). Ses composantes sont énumérées dans l’article 59 du For Général : moulin, troupeaux (bovins, ovins, porcs, chevaux), pêcherie, réserve de chasse. La dominante sylvopastorale, ainsi explicitée, est corroborée par l’article 11 : le pouvoir sur les hommes qu’un domenger est habilité à exercer va de pair avec la possession de vacants31. Dans ce contexte juridique, la formule dominatio vel padoentia rencontrée plus haut dans un acte de la pratique sonne de façon moins étrange.

22Tout maître d’une domenjadure est désigné comme domenger et tout domenger est tenu envers le seigneur à un service d’ost et de cour.

  • 32 Id. : FG, 15, 35.
  • 33 Id. : FG, 21.
  • 34 Id. : FG, 19 ; voir aussi Marca 1640, II, 227, l’affaire du château de Navailles en 1205.

23Parmi les domengers, se différencie un groupe répondant à la désignation de cavers (littéralement chevaliers). Or, dans le noyau ancien du for, c’est le statut des cavers qui a suscité le plus de dispositions. Dans l’esprit du rédacteur de ces articles, les cavers ne sont pas de simples milites, mais l’équivalent des seigneurs banaux ou des sires châtelains. Avec l’obligation de se rendre à la cour32, l’interdiction de bâtir un nouveau château33, la rendabilité des anciennes forteresses34, l’obligation de remettre son fils au seigneur en garantie, ce qui est en jeu avec ce groupe, c’est la soumission au prince et le partage avec lui des droits pesant sur les hommes. Autrement dit, la seigneurie banale. Globalement, la concomitance entre la multiplication des mottes et la montée en puissance des cavers paraît peu douteuse. Mais dans des cas concrets, comme à Sainte-Suzanne, on ne peut exclure le risque de surinterprétation.

24Il resterait à situer la place des seigneuries ecclésiastiques. Les seigneuries épiscopales de Lescar et d’Oloron ou monastiques de Lucq et de Larreule n’ont pas laissé de documentation permettant de le faire, et toutes les bribes textuelles et autres indices tardifs ou indirects dénotent leur médiocre à faible puissance.

Fragments d’un tableau : ubiquité et faiblesse de la seigneurie

25Quels sont, en résumé, les aspects du “paysage seigneurial” béarnais des alentours de l’an 1200 qu’il est possible d’entrevoir ?

261°) L’ubiquité de la seigneurie

  • 35 Cf. en dernier lieu Guerreau 1988, 98 : “L’écosystème montagnard constituait une entité ‘ peu féod (...)
  • 36 Berdoy 2003, 2006 ; cf. l’acte 34 du cartulaire Sainte-Christine du Somport (c. 1134) : totos baro (...)
  • 37 Ci-après note 76.

27La seigneurie n’a pas épargné le monde des vallées comme on l’a trop longtemps écrit35. Les études récentes d’Anne Berdoy démontrent que les seigneurs sont nombreux et fortement implantés dans les hautes vallées dès le xie siècle36. Toutefois, c’est là que la seigneurie s’est le plus fortement heurtée à l’écosystème qui l’a empêchée de s’épanouir. Nous le vérifierons plus bas avec l’exemple des seigneurs de Lescun, dans la vallée d’Aspe37.

282°) Une référence au lieu mais pas de polarisation de l’espace par ce lieu

  • 38 Morsel 2004, 175-177.
  • 39 Raymond éd. 1873, acte 150.
  • 40 Dans le sens de chef-lieu que lui a donné André Debord.

29Nous n’insisterons pas sur la fragmentation et d’imbrication spatiale des seigneuries, qui constituent un trait général de ce temps38. Un acte de Sorde signale comme exceptionnel, pour l’abbaye, le fait de posséder une villa dans son entier39. Le Béarn n’a pas non plus fait exception à la constitution de topo-lignées seigneuriales. L’identification de lignées à une localité éponyme, souvent marquée par la présence d’une motte, y paraît même précoce. Or, sauf exception, ces lieux de domination originels n’ont pas évolué en lieux de puissance en capacité de polariser l’espace environnant. En clair, les villages de Andoins, Arros, Doumy, Gabaston, Gayrosse, Gerderest, Lescun, Miossens, Navailles,– localités éponymes de familles de barons bien avant de devenir des baronnies – ne correspondent à aucun bourg castral40. Lorsque émergea ultérieurement un lieu central dans leur seigneurie, ce fut souvent un autre bourg que l’éponyme (par exemple Arthez pour les Andoins).

303°) L’existence d’une frange d’indétermination aux marges et au sein de la seigneurie

  • 41 Morsel 2004, 216.
  • 42 Le Blant 1955.
  • 43 Raymond éd. 1873 : acte 143 (1150-1167), Lo casau de Fontaeres debet facere dret et lei… ; acte 16 (...)
  • 44 Cursente 1998.

31Les fors font clairement le départ entre la sphère des seigneurs (le gentiu) et le restant de la population. Pourtant, en Béarn comme en bien d’autres régions41, il demeure, avant le xiiie siècle, des marges de flou entre les différentes catégories sociales. Au sommet, les cavers ne forment pas un baronnage fermé42. Plus largement, le fait que le principe de domination repose sur une base réelle (posséder des vacants) autorise une évidente fluidité et permet à un maître de casal (entité qui peut en dominer d’autres) d’être qualifié de dominus43. En Béarn comme dans le restant de la Gascogne, l’obligation du servicium ne s’est pas encore scindée entre service honorable (valant gentilité) et service non honorable (valant servage)44. Quant aux abbés laïques, ils se trouvent exactement à cheval entre ces deux mondes.

324°) La capacité de domination sur les hommes est déterminante

  • 45 Cf. l’exemple des Andoins (abbaye laïque d’Arthez).
  • 46 Marca 1640, II, 167-170 : mainmise sur l’église de Serres par Odon de Cadillon.
  • 47 La plus ancienne attestation d’un servitium malum lié à un château, en 1078, concerne le château d (...)

33Les quelques textes dont on dispose incitent à penser que, en fait, seules ces seigneuries banales ont été en mesure d’accroître de façon significative leur rente. Ce sont elles, en effet, que l’on voit récupérer la dîme aux dépens de certains abbés laïques45, voire des établissements ecclésiastiques46, et imposer les droits liés à l’exercice d’une juridiction47. Ici comme souvent ailleurs, c’est par la domination extra-économique que se dégage la strate supérieure de l’aristocratie.

  • 48 Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques (dorénavant : ADPA) E 305 : un récit (tardif) af (...)

34Les spécificités de la société béarnaise donnent à ce constat une coloration particulière. Les principaux seigneurs se meuvent dans le sillage des vicomtes et sont associés à l’exercice du pouvoir princier. C’est d’ailleurs cette proximité qui définit les personnages qualifiés de barons, dont l’identité reste fluctuante au gré des générations. Sachant que les vicomtes se sont précocement et fortement engagés dans les guerres de la Reconquista, esquisser un tableau des seigneuries béarnaises vers 1200 impliquerait de dresser un bilan de cette présence outre-Pyrénées. Un bilan hors de portée. Plus généralement, les effets de monétarisation de la société qu’impulsent dès la fin du xie siècle la monnaie de Morlaas et l’intensification des échanges entre versants des Pyrénées semblent impossibles à évaluer. Et, dernier élément qui nous échappe, la crise dynastique de la vicomté, en 1170, qui n’a sans doute pas été sans conséquences sur l’ordre seigneurial48.

  • 49 Fossier 1982, 1, 364-422.
  • 50 Viader 2006.

35À l’orée du xiiie siècle, le Béarn est recouvert par un dense maillage de seigneuries, mais on ne saurait parler sans abus d’encellulement seigneurial49. La plupart des églises ne sont contrôlées ni par l’Église universelle ni par le sire du lieu. Les seigneurs ont multiplié les fortifications sur mottes mais sauf exceptions ils n’ont pas su polariser l’espace à partir de leur château. Ils ont laissé prospérer les casaux, sortes de sous-seigneuries, sans enclencher le processus de parcellisation des tenures et de concentration de l’habitat engagé dans d’autres régions du Midi50.

Le for et le fief : des seigneuries en redéploiement (vers 1230-vers 1300)

  • 51 Morsel 2004, 264.
  • 52 Bourin-Derruau 1990.
  • 53 Cursente 1998, 143-156.
  • 54 À Came, Castetbon, Castet de Pardies et dans plusieurs actes concernant les vacants.

36Comme on l’a dit, les hauts sires du Béarn ont précocement assuré leur reproduction sociale en se plaçant dans le giron du prince. Pourtant, ici comme ailleurs, c’est au xiiie siècle que s’enclenche le processus “d’enrégimentement” de l’aristocratie51. Le service des princes conduit alors les domengers béarnais vers des horizons toujours plus différenciés et élargis. La figure extrême de Pierre de Gabaston, favori d’Édouard II, prend sens dans une mobilité qui affecte l’ensemble de l’aristocratie béarnaise. En Béarn même, la hiérarchisation du groupe des seigneurs tend à se formaliser : la catégorie des donzels (damoiseaux) double celle des cavers, et l’usage s’impose de donner le titre de baron aux sires qui sont jurats à la cour. Par ailleurs, on ne perdra pas de vue que la logique d’évolution propre à la seigneurie est indissociable du faisceau de transformations qui participent du climat du xiiie siècle52. Certaines sont communes à l’Europe de ce temps : l’importance prise par les marchés et les bourgs, la mise en place des premières bases de l’État moderne. Plus spécifique est l’évolution du système familial, marquée par l’avènement du régime de primogéniture53. Ce changement structurel, qui pousse les cadets hors de la maison natale, n’est pas sans rapport avec la présence de poblans que l’on pointe en maints endroits avant même la mise en place des bourgs54.

La mise en place d’un semis des noyaux d’habitat groupé

  • 55 Le fait d’être dépendant de ce marqueur risque cependant de surévaluer les effets de rupture par r (...)
  • 56 Batcave 1905 : souligne le lien clôture-for, mais en surévalue la finalité militaire.

37Le marqueur le plus clair des transformations qui interviennent durant le long xiiie siècle est la fondation de bourgs55. Ces fondations associent un aspect juridique (affranchisssement au for de Morlaas) et matériel (autorisation de construire une enceinte collective)56.

  • 57 ADPA, E 289 : registre constitué par Simonet de Montgay, nommé par Gaston Fébus garde forestier, T (...)

38Le témoin documentaire fondamental de ce phénomène est le registre constitué à l’époque de Gaston Fébus qui regroupe des actes dont plusieurs remontent au xiiie siècle57. Ces actes concernent, à la fois, les fondations de bourgs, les affranchissements, et les droits sur les vacants. Cette compilation qui ne rassemble pas, loin s’en faut, la totalité des documents disponibles, éclaire un point fondamental : ces différents aspects, à première vue distincts voire hétéroclites, ont été pensés comme un tout. Ce qui est alors organiquement (ré) ordonné, c’est l’ensemble des éléments du paysage rural : 1°) le noyau d’habitat groupé et enclos, organisé de part et d’autre d’une rue centrale (carrère afforade) et fermé par deux portails ; 2°) l’auréole de parcelles mesurées vouées aux cultures ; 3°) la périphérie des terres hermes.

39La densité des sources reste insuffisante pour restituer ce phénomène dans toute son épaisseur et sa complexité, et bien des fondations ne sont connues que par des indices indirects, textuels (attestation d’un portail) ou matériels (vestiges d’enceinte fossoyée…). On discerne cependant assez clairement les traits essentiels de cette vague de regroupements.

  • Le nombre des villages concernés est sans commune mesure avec la courte liste des bastides, simple composante ici d’une dynamique plus générale58. C’est de ce mouvement que résultent (sauf dans les vallées) la majorité des villages béarnais faisant encore figure de bourgs, grands et petits, ainsi qu’un nombre considérable de noyaux agglomérés aujourd’hui disparus59.
  • Il est probable que l’inégale couverture documentaire conduit à sous-évaluer la part des barons et des sires de village60. Cependant, toutes pondérations faites en l’état actuel des recherches, la prépondérance des initiatives princières apparaît plus accentuée que dans les autres entités féodales gasconnes61. La seigneurie béarnaise réformée apparaît avant tout comme une haute seigneurie.
  • Il est possible, pour quelques secteurs privilégiés, de restituer la dynamique de concurrence (et de collaboration) qui s’est instaurée entre le vicomte et les seigneurs locaux pour conduire à une transformation qui a fait tache d’huile. C’est le cas pour le bailliage de Navarrenx : les initiatives vicomtales des années 1270-1289 (Castetbon, Castetnau, Bugnein, pont de Navarrenx), ont déclenché une réaction en chaîne62. En effet, les sires voisin d’Audaux, de Méritein et de Jasses ne voulurent pas être en reste et leurs initiatives occupent les années 1289-1308. Enfin pour finir, en 1316, la vicomtesse Marguerite pose la clé de voûte du nouveau paysage seigneurial en fondant la bastide de Navarrenx.
  • L’avènement de ces bourgs provoque des effets de discordance avec les anciennes structures d’occupation du sol, comme le montrent les recherches récentes d’Anne Berdoy. Orthez, localité du pays de Dax annexée au Béarn à la fin du xiie siècle constitue un cas intéressant de remodelage du paysage seigneurial63. L’abbé laïque domine alors une seigneurie qui, auprès de l’église Saint-Pierre, constitue un noyau rival du premier bourg vicomtal accolé au pont. Or, vers 1250, l’abbadie est transférée au sein de la poblation du Bourg-Neuf, vaste lotissement régulier mis en place par le vicomte Gaston VII. L’abbé, intégré dans le dispositif vicomtal jusqu’à accéder à l’entourage du prince64, conserve et renforce son ancienne seigneurie (construction d’un moulin), et acquiert une position dominante dans le Bourg Neuf (contrôle d’une des boucheries).

La vague montante des tenures “à fief”

40Comme on l’a dit, les modifications du xiiie siècle concernent, de façon indissociable, l’organisation de l’habitat et le régime des terres. La modification de la seigneurie consiste, fondamentalement, en un changement de base du système de prélèvement impliquant une modification de l’utilisation productive du sol.

  • 65 Viader 2006.

41Le changement s’exprime dans la formulation des listes de cens. Avant le xiiie siècle, on l’a dit, la seigneurie est composée, d’abord, de N casaux dont chacun est forfaitairement redevable d’une rente R. Dans le second xiiie siècle, monte en puissance le principe de la seigneurie conçue comme un ensemble de tenures emphytéotiques d’une contenance déterminée grevées d’un cens proportionné. La base de la seigneurie devient ainsi la terre mesurée. Cela implique l’élargissement de l’aire d’utilisation pérenne des terres ad agriculturam (céréales et prés de fauche). Corollairement, cela induit la réduction, dans cette aire, des cultures temporaires et leur translation vers les espaces sylvo-pastoraux65.

42On connaît de multiples exemples de concessions lors d’épisodes de fondations de bourgs : ce sont souvent 20 à 30 journaux de terres qui sont concédés à chacun des poblans (soit entre 7 et 10 ha). Dans ce régime, toute intensification de l’exploitation du sol par multiplication de parcelles données à cens – à fief disent les textes – profite directement au seigneur.

  • 66 ADPA, Bugnein, AA1.

43Par ailleurs, chaque tenancier se voit reconnaître un accès aux vacants par le truchement de son appartenance à la communauté des voisins, la besiau. Ce droit d’accès, organiquement articulé avec la tenure mais non intégré dans celle-ci, est concédé par le seigneur moyennant un droit d’entrée. À titre d’exemple, les poblans du nouveau bourg de Bugnein, en 1282, ont acquitté un entrage de 1000 sous Morlaas et se sont engagés à payer collectivement chaque année un cens de 15 sous66.

44Enfin, la parcellisation vivifie le marché de la terre dont le seigneur tire parti en prélevant des droits de mutation (ici appelés capsos, et se montant au 1/12e).

Les casaux entre dissolution et compromis

  • 67 ADPA, E, 1768, fol. 50 (1249).
  • 68 Cursente 2000.

45Nous avons vu combien au xiie siècle toute tentative d’intensification de l’exploitation des vacants pouvait soulever d’oppositions. Cette rigidité des structures anciennes est encore perceptible dans la première moitié du xiiie siècle lorsque l’évêque d’Oloron entreprend de fonder un habitat subordonné à son château de Moumour. Il se heurte à un violent tir de barrage des communautés casalières du Josbaig67. Comment donc, dans le second xiiie siècle, ce qui était auparavant si difficile est-il devenu réalisable ? La réponse est que, portés par un climat juridique nouveau68, les seigneurs disposent d’un atout décisif : ils peuvent négocier avec leurs dépendants une alternative. Soit conserver les privilèges liés au casal, auquel cas le service devient servitude. C’est dès lors le début de la questalité, la queste étant explicitement définie comme le prix à payer pour le droit d’usage des vacants. Soit échapper au servage en renonçant à ce statut pour celui de tenancier jouissant de la franchise impliquée par le for de Morlaas.

46La résolution de ce dilemme a donné lieu à deux cas de figure principaux, à l’issue d’actives tractations dont on n’a que l’écho indirect.

La dissolution des casaux

  • 69 ADPA, E 2298.

47La charte de Maslacq, datée de1298, constitue un exemple particulièrement explicite69. La vicomtesse Marguerite et son époux concluent un compromis (tractament) avec les maîtres des vingt casaux de cette localité, qualifiés de seigneurs (senhors) tout en étant serfs (ceyssaus et questaus). Est créé, pour eux et de nouveaux poblans, un bourg enclos composé de lots à bâtir mesurant 13 rases sur 60, alignés de part et d’autre d’une rue publique. Le nombre de maisons maximum est fixé à cent. Chaque habitant bénéficie du for de Morlaas, reçoit une dotation en terres arables de 20 journaux et devient part prenant de la réserve commune de terres hermes de 200 journaux. Outre le fief annuel en espèces dû au titre des composantes de leur tenure, les colons sont tenus au paiement des lods et ventes lors des mutations, soit un denier le sou. Enfin, la charte laisse possibles tous les réajustements qui s’avèreront nécessaires.

La conservation des casaux par dénaturation

  • 70 ADPA, respectivement 1J 550 (paiement annuel de 1000 sous Morlaas, plus 15 sous d’emparance au vic (...)

48Une partie des tenant-casaux ont préféré négocier la préservation de leur casal : il s’agissait d’obtenir les franchises du for de Morlaas et le droit d’usage des vacants “sans avoir à faire rue de bourg”. Par exemple dans le bailliage de Navarrenx, les tenants-casaux de la seigneurie d’Audaux, en 1289, puis ceux du sire de Jasses, en 1308, payèrent le prix fort pour obtenir, sous la garantie intéressée du vicomte, le privilège d’un for de Morlaas dénaturé70.

  • 71 Les hauts sires sont très présents dans les actes relatifs aux affaires de vacants : à titre d’exe (...)
  • 72 ADPA E 289, f. 36.
  • 73 ADPA E353 : prétentions récusées en 1305 au nom d’une charte de Gaston VII : heremus loci et terri (...)

49Dans l’un et l’autre cas, pour le seigneur, de telles opérations n’étaient envisageables que s’il contrôlait les terres hermes. La reconnaissance du dominium sur les vacants et les forêts devient dès lors un enjeu crucial71. Les seigneurs, profitant des moments de faiblesse du pouvoir vicomtal ont tenté des usurpations avec des succès divers. Soit un ensemble de grignotages mineurs mal connus72, et des affaires de plus haut vol, comme la tentative des sires de Navailles de s’approprier le dominium sur les vacants du Larbaig73.

Un monde seigneurial plus contrasté et plus complexe

50Autour de1300 ces transformations, même modulées, sont loin d’avoir touché la totalité du tissu seigneurial et leur inégale réception a provoqué l’accentuation des contrastes que l’on peut ainsi synthétiser.

  1. Contrastes sociaux entre seigneuries inégalement placées pour tirer parti des nouvelles opportunités d’accroissement de la rente : récupération de dîmes, vente d’accès aux vacants, multiplication de censives, affranchissements collectifs ou individuels, service du prince...
  2. Contrastes entre zones d’inégale prégnance de l’ancienne structure. Le baron de Gerderest, dans les coteaux du Vic-Bilh, a pris le contrôle de l’accès aux vacants74 ; par contre le sire de Lescun, dans la haute vallée d’Aspe, tout aussi puissant, n’y a qu’un droit d’accès négocié75.
  3. Contrastes micro-géographiques nés de l’enclenchement de dynamiques différentes. Au début du xive siècle les seigneuries de la baillie de Navarrenx sont peuplées de censitaires libres, alors que la baillie voisine de Sauveterre reste une terre de questaux76.

51Il est certain qu’en dehors de la sphère des barons, et compte tenu de la fragmentation des seigneuries, les opérations de transformation des casaux ad servicium en tenures parcellaires à fief étaient, souvent, difficilement réalisables. La situation qui prévaut vers 1300 dans la multitude des petites domenjadures béarnaises reste donc terra incognita. À une faible lueur près, toutefois.

  • 77 Massie 1965, 62 (ignore que cette “touno” était le siège de la seigneurie de Claverie).
  • 78 ADPA, E 948, E 949, E 950.
  • 79 Ourliac & Gilles éd. FG 85.
  • 80 ADPA, 2J 422.
  • 81 ADPA, B 670 : vers 1685, les seigneurs de Claverie perçoivent un cens sur 73 maisons des villages (...)

52En effet, la très modeste seigneurie de Claverie, outre les assises inférieures d’une tour du xiiie siècle77, a laissé comme trace un petit chartrier remontant à l’orée du xive siècle78. En 1385, le village de Loubieng, siège de la seigneurie, ne compte pas moins de 4 domenjadures pour 74 maisons. Dès le xiiie siècle, celle de Claverie est partie prenante dans l’armature de l’État vicomtal béarnais : en 1252, Arnaud de Claverie est un jurats du vic du Larbaig que vient de créer Gaston VII79. En 1325 encore, un Claverie est baile vicomtal. La fortune de guerre est venue conforter les faveurs du prince. Avec trois compagnons, Bernard Claverie récupère en 1309 à titre posthume les 800 sous tournois dûs par le roi de France pro suis stipendiis. Par ailleurs, depuis une date inconnue, les Claverie ont pris le contrôle de l’abbaye laïque du lieu80. Les bénéfices du commerce ne sont pas ignorés : ils ont acquis une maison dans le proche bourg marchand d’Orthez. On ne dispose malheureusement pas avant l’époque moderne d’une vision d’ensemble de la seigneurie81. Pour notre période, on sait toutefois que les Claverie possèdent au moins un moulin, ainsi qu’un domaine organisé autour de bordes, dans lesquelles ils chasent certains de leurs cadets, à la manière des “bonnes maisons” paysannes.

53Ce qui retient surtout l’attention, c’est le fait qu’ils ont considérablement durci leur domination sur leurs tenanciers. Et ce, avec le secours du notariat. Leurs questaux, qualifiés par redondance de serfs (serps), doivent s’engager par charte à ne pas déguerpir et à accepter des contraintes plus strictes que la norme retenue dans les fors de Béarn. Dans son testament, un des sires recommande à ses héritiers de ne pas vendre d’affranchissements : les serfs constituent un capital qui s’apprécie au fur et à mesure que grandit leur soif de liberté.

54Or, ces serfs sont par ailleurs pleinement membres d’une communauté avec laquelle les Claverie entretiennent des rapports d’un autre ordre. En effet, c’est Guilhem Raimond Claverie que la communauté sollicite en 1321 pour défendre ses intérêts pastoraux dans les vacants du Larbaig : le domenger et les paysans, libres et serfs, font front commun. Autrement dit, le système agro-pastoral continue de structurer le fonctionnement de la société.

Les seigneuries entre résilience et changement, enracinement et mobilité

55Les évolutions du xiiie siècle n’ont pas seulement accentué les contrastes microrégionaux entre seigneuries archaïsantes et innovantes. Les faits sont plus complexes. Le flot de nouveautés a été reçu partout, mais utilisé de façon différenciée. Les ressources du droit savant et de la literacy ont tout autant contribué à adapter le système casalier aux temps nouveaux qu’à mettre en place un mode de domination alternatif. C’est ainsi que la seigneurie de Claverie, à Loubieng, durcit la questalité au moment précis où les questaux du village contigu de Maslacq négocient leur sortie du servage.

  • 82 Cursente 1998, 345-360 (l’affaire de Montanérès).

56L’effort de redéploiement des seigneuries a connu un demi-siècle d’exceptionnelle intensité (1270-1320). La concurrence entre les deux systèmes a continué à agiter la société rurale plusieurs décennies encore82. Les censiers du bas Moyen Âge confirment une coexistence mouvante de casaux, de tenures à fief, et de formules mixtes.

57Les limites spatiales conjuguent enchevêtrement et contrastes. Les diagrammes polliniques récemment établis par Didier Galop en Béarn concernent des espaces situés en dehors ou en lisière de l’agggiornamento volontariste de la seigneurie : la très pastorale et “casalière” vallée d’Ossau (plateau du Bénou) et son débouché immédiat (Gabarn, à Ogeu). Sur le Bénou, la vie pastorale bascule vers un système prairial nouveau : c’est la société des casaux qui redéploie son espace productif. À Gabarn, non loin d’Oloron, la période se caractérise par une hausse de la déforestation, une stabilisation et une pérennisation des cultures et des surfaces prairiales. Dans quelle mesure la seigneurie fut-elle le moteur premier de l’extension des cultures, ou bien a-t-elle simplement catalysé et/ou accentué, puis mis à son moule, un processus d’anthropisation autolimité général ? Un sondage effectué dans une zone de forte emprise seigneuriale “réformatrice” constituerait une contre preuve bienvenue.

  • 83 Guerreau 1988.
  • 84 Fossier 1995, 18.
  • 85 Dartigue-Peyrou 1934, 306-345 (cf. notamment l’évocation de la baronnie de Gayrosse).
  • 86 Zink 1997.

58Du Béarn médiéval a été donnée l’image forte d’une aire de sous-développement à la périphérie du système féodal83. En modifiant l’échelle et le poste d’observation, le tableau se nuance et s’anime en scénario. Il y eut, au xiiie siècle, une prise de conscience par les puissants des entraves qui empêchaient l’épanouissement de la seigneurie. Les maîtres du sol et des hommes, vicomte en tête, ont alors produit un vigoureux effort pour modifier l’assiette de leur domination. L’impact direct et l’effet d’entraînement de ces nouveautés sont incontestables, mais ils furent limités. L’omniprésente seigneurie n’a pas, globalement, “reformaté” l’écosystème agro-pastoral. Un système d’où elle ne pouvait extraire que des profits limités. Le Béarn (et au-delà tout le secteur sudaquitain) est resté une région où “une bonne partie du sol échappe aux guerriers et aux clercs”84. Et ce constat, que l’on peut faire vers 1300, semble encore globalement valable au xvie85, comme au xviiie siècle86.

59Entre temps, la dynamique des seigneuries béarnaises a été d’une autre nature, inhérente au caractère réel de la noblesse dans ce pays. Elle a consisté en un jeu permanent de transferts. Ces changements de mains ont abouti, d’une part, à la constitution de vastes agrégats seigneuriaux permettant à quelques lignages de jouer dans la cour des grands. Et le marché des domenjadures a permis, d’autre part, de couronner nombre de stratégies d’ascension sociale de familles issues de la roture.

Bibliographie

SOURCES

Balencie, G., éd. (1887) : “Documents historiques relatifs à l’abbaye de Saint-Pé”, Annuaire du Petit Séminaire de Saint-Pé, 254-302.

Cadier, L., éd. (1883) : “Cartulaire de Sainte-Foi de Morlaas”, Bulletin de la Société des Sciences Lettres et Arts de Pau, 3-71.

Cheronnet, B., éd. (1978) : “La charte de peuplement de Herrère (1278). Aux origines de la puissance des Lescun”, Revue de Pau et du Béarn, 217-247.

Jaurgain, J. de et J. Maumus, éd. (1904) : Cartulaire du prieuré de Saint-Mont, Paris - Auch.

Kiviharju, J., éd. (1991) : Cartulario del hospital de Santa Cristina del Somport, Helsinki.

Ourliac, P. et M. Gilles, éd. (1990) : Les fors anciens de Béarn, Paris.

Pon, G. et J. Cabanot, éd. (2004) : Cartulaire de la cathédrale de Dax. Liber rubeus (xie-xiie siècle), Dax.

Raymond, P., éd. (1873) : Cartulaire de Sorde, Paris - Pau.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Araguas, Ph. et alii (1989) : Vic-Bilh, Morlaas, Montanerès (Pyrénées-Atlantiques). Inventaire topographique, Paris.

Aurell, M. (2003) : L’empire des Plantagenêt, Paris.

Batcave, L. (1905) : Interprétation de la rubrique du for de Morlaas sur les clôtures du point de vue des fortifications, Pau.

Baulon, J.-Ph. (1996) : “Le Béarn vers 1100 à travers ses fors : la paix du vicomte et ses limites”, Revue de Pau et du Béarn, 11-37.

Berdoy, A. (2003) : “Maisons fortes des vallées béarnaises (xiie-xive siècles”, Aquitania, 19, 221-252.

— (2006) : “Abbayes laïques et domenjadures : l’habitat aristocratique en haut Béarn”, Résidences aristocratiques et résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, xe-xve siècle, Archéologie du Midi Médiéval, Suppl. 4, 65-103.

Bourin, M. et P. Martinez-Sopena (2004) : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xvie siècles). Réalités et représentations paysannes, Paris.

— (2007) : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xvie siècles). Les mots, les temps, les lieux, Paris.

Bourin-Derruau, M. (1990) : Temps d’équilibre, temps de ruptures, xiiie siècle, Paris.

Cursente, B. (1980) : Les castelnaux de la Gascogne. Gascogne gersoise, Bordeaux.

— (1990) : “Les castelnaux du Béarn”, Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet, Toulouse, 73-84.

— (1995) : “Une ‘populatio’ béarnaise en quête d’église : Geup (1274)”, Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris.

— (1998) : Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, Toulouse.

— (2000) : “De la queste à la questalité. L’avènement d’un servage institutionnalisé en Gascogne (xiie-xiiie siècles)”, Mélanges de l’École Française de Rome, 112, 941-960.

— (2004a) : “Dîme et société dans les pays de l’Adour. Les abbayes laïques (xie-xvie siècle)”, Annales du Midi, 116, 285-305.

— (2004b) : “Franchises et prélèvement dans la France des xiie-xiiie siècles. La lettre des chartes et la voix des paysans”, Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xvie siècles). Réalités et représentations paysannes, M. Bourin et P. Martinez Sopena dir., Paris, 115-132.

— (2007) : Orthez. Atlas historique des villes de France, Bordeaux.

Dartigue-Peyrou, Ch. (1934) : La vicomté de Béarn sous le règne d’Henri d’Albret (1517-1555), Paris.

Descoubès, M. (1975) : Gerderest. Une grande baronnie de Béarn à l’époque moderne (TER inédit), Pau.

Feller, L. (2007) : Paysans et seigneurs et paysans au Moyen Âge, Paris.

Fossier, R. (1982) : Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, I-II, Paris.

— (1995), “Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge” (introduction), Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, Paris, 13-24.

Genet, J.-Ph. (1990) : L’État moderne : Genèse. Bilan et perspectives, Paris.

Guerreau, A. et Y. Guy (1988) : Les cagots du Béarn. Recherches sur le développement inégal au sein du système féodal européen, Paris.

Laborde, J.-B. et P. Lorber (1932) : Histoire de Béarn, I, Pau.

Le Blant, R. (1955) : Nobilaire de Béarn, I, Dax.

Marca, P. de (1640) : Histoire de Béarn, Paris (NB : les références aux tome et page renvoient à la réédition de. V. Dubarat, Pau 1894-1912, 2 vol., plus aisément accessible).

Massie, J.-F. (1965) : Les camps et les mottes dans le département des Basses-Pyrénées, Pau.

Morsel, J. (2004) : L’aristocratie médiévale, Paris.

Schideler, J. (1983) : A medieval catalan noble family : the Montcadas, 1000-1230, Los Angeles.

Tucoo-Chala, P. (1955) : “Forêts et landes en Béarn au xive siècle”, Annales du Midi, LXVII, no 31, 247-259.

— (1960) : Gaston Fébus et la vicomté de Béarn, Bordeaux.

— (1962) : “Aux frontières du Béarn, de la Navarre et de la Gascogne (xiie-xvie siècle)”, Bulletin de la Société de Borda, 235-250.

— (1994) : Quand l’Islam était aux portes des Pyrénées. De Gaston IV à la Croisade albigeoise, Biarrtiz.

Viader, R. (2006) : “Tenures et contrats agraires dans le sud de la France (xe-xve siècle)”, in : Contratti agrari e rapporti di lavoro nell’Europa medievale (Atti del Convegno internazionale di studi Montalcino, 20-22 settembre 2001), a cura di A. Cortonesi, M. Montanari, A. Nelli, Bologne, 225-250.

Vieillemard, P. (1980) : La baronnie de Lescun et la noblesse aspoise des origines au xviie siècle, (TER inédit), Pau.

Zink, A. (1997) : Clochers et troupeaux. Les communautés rurales des Landes et du Sud-Ouest avant la Révolution, Bordeaux.

Notes

1 Aurell 2003 : dans cette synthèse consacrée à “l’empire des Plantagenêt” le Béarn est absent de la liste des vicomtés du sud de la Gascogne (où figure la vicomté d’Oloron, disparue dès le xie siècle).

2 Shideler 1983.

3 Tucoo-Chala 1961, 1994.

4 Marca 1640, passim (dans les “Preuves” publiées à la fin de différents chapitres).

5 Cadier éd. 1983.

6 Saint-Mont (Jaurgain & Maumus éd. 1904), Madiran (BN Doat 152, fol. 146-226), Saint-Pé (Balencie éd. 1887), Ste Christine du Somport (Kivijarju éd. 1991), Dax (Pon & Cabanot éd. 2004), Sorde (Raymond éd. 1873).

7 Ourliac & Gilles éd. 1990.

8 Feller 2004, 136-164.

9 Laborde & Lorber 1932 (chap. 7), Le Blant 1955 (termes gascons commentés plus bas).

10 La liste des barons ne se fixe que dans la seconde moitié du xive siècle ; les baronnies ne sont une réalité qu’à partir du xvie siècle (Le Blant 1955, Tucoo-Chala 1961) ; quant aux abbayes laïques, elles ne s’imposent juridiquement comme une composante de la noblesse qu’entre le xive et le xvie s. (Cursente 2004).

11 Tucoo-Chala 1960.

12 Bourin & Martinez-Sopena 2004, 2007.

13 Tucoo-Chala 1955.

14 Tucoo-Chala 1960, Chéronnet éd. 1978.

15 Cursente 1990, 1998.

16 Didier Galop a présenté les premiers résultats de sa campagne de sondages dans la vallée d’Ossau et dans le proche piémont lors du colloque d’Oloron des 7-9 décembre 2006 D’Iluro à Oloron-Sainte-Marie (en cours de publication). Il m’a amicalement autorisé à faire ici état de ces travaux et je l’en remercie chaleureusement.

17 Cursente 1998, chap. 1-3.

18 Cursente 2004b.

19 Kiviharju éd. 1991, acte 64 : (Les donateurs) concesserunt pascua sua in silvis et in landis suis et in villa sua de Artigalobae (…) contradicebant ne clausula fieret in terra eorum, et propter cabanas pecorum quas in silvis suis fieri vetabant, et propter cabanas de Candal quem G. hospitali de Albertino dederat cum terras excultas de nemore auferre volebant et ipsum casalem ad se pertinere dicebant.

20 Marca 1640, II, 113 :… habeant largam et liberam licenciam amplificandi agriculturas et plantationes (…) et si forte aliquis homo aliqua occasione dominationis vel padoentiae (…) surrexerit…

21 Marca 1640, II, 140 : Notum sit omnibus quod Gasto Vicecomes voluit dare fratribus Silvaelatae agriculturam in Lanalei, sed non valuit in pace. Postea, uxor ejus Talesa et filia ejus (…) et filius ejus (…) concesserunt illis quidquid ab incolis terrae possent adquirere, vel amore Dei, vel precio.

22 Personnage apparenté à un puissant lignage : Raymond éd. 1873, actes 86, 116.

23 Raymond éd. 1873, acte 181 : (Arnaud de Leguinge) dicebat (…) quod in villa de Agues ecclesia antiquitus fuerat et eam rehedificare volebat, unde sicut ipsa villa ad suum spectabat dominium (…). Immo e contrario tota vicinia tam senum quam juvenum reclamabat (…). (Arnaud de Leguinge) dedit iterum abbati quod homines de Sancta Suzanna haberent paduentiam in omnibus terris suis que sunt circum circa videlicet in Aques et in Lane-Pla (…). Vetabat etenim illis exceptis antiquis casalibus, qui sunt VII totam in terra sua padoentiam quam omnes ex his VII exierant, noviterque hedificati fuerant. Similiter exigebat ab his VII propter paduentiam (…) quedam tributum injuste (...).

24 Massie 1965, 45-46 (la motte dite de Peyraube).

25 Marca 1640, 1, 154-164 ; Le Blant 1951.

26 Cursente 2004.

27 Raymond éd. 1873 : en 1246 les seigneurs de Léren contestent la donation de l’église et de la dîme de Léren faite par Bernard de Léren 34 ans plus tôt (acte 158) ; or, dans un autre acte (120) ce Bernard intervient comme Bernard de l’Abadie de Léren

28 Marca 1640, II, 153-154.

29 Ourliac & Gilles éd. 1990 (l’introduction).

30 Baulon 1996.

31 Ourliac & Gilles éd. 1990 : For Général (FG) et que lo domenger aye aygues, padoent et herm.

32 Id. : FG, 15, 35.

33 Id. : FG, 21.

34 Id. : FG, 19 ; voir aussi Marca 1640, II, 227, l’affaire du château de Navailles en 1205.

35 Cf. en dernier lieu Guerreau 1988, 98 : “L’écosystème montagnard constituait une entité ‘ peu féodalisable’, point de seigneurs ni de serfs…”.

36 Berdoy 2003, 2006 ; cf. l’acte 34 du cartulaire Sainte-Christine du Somport (c. 1134) : totos barones de Aspa maiores et minores (Kiviharju éd. 1991).

37 Ci-après note 76.

38 Morsel 2004, 175-177.

39 Raymond éd. 1873, acte 150.

40 Dans le sens de chef-lieu que lui a donné André Debord.

41 Morsel 2004, 216.

42 Le Blant 1955.

43 Raymond éd. 1873 : acte 143 (1150-1167), Lo casau de Fontaeres debet facere dret et lei… ; acte 168 (1212) : Petrus Arnaldi de Sancto Ciriaco, miles et dominus casalis de Fontaeres.

44 Cursente 1998.

45 Cf. l’exemple des Andoins (abbaye laïque d’Arthez).

46 Marca 1640, II, 167-170 : mainmise sur l’église de Serres par Odon de Cadillon.

47 La plus ancienne attestation d’un servitium malum lié à un château, en 1078, concerne le château de Cadillon, Chartrier Saint-Pé, 2 (Balencie éd. 1887).

48 Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques (dorénavant : ADPA) E 305 : un récit (tardif) affirme que des cavers ont pris possession du territoire de Came à cette occasion (son se apoderits dequere terre).

49 Fossier 1982, 1, 364-422.

50 Viader 2006.

51 Morsel 2004, 264.

52 Bourin-Derruau 1990.

53 Cursente 1998, 143-156.

54 À Came, Castetbon, Castet de Pardies et dans plusieurs actes concernant les vacants.

55 Le fait d’être dépendant de ce marqueur risque cependant de surévaluer les effets de rupture par rapport aux processus plus graduels. Le cartulaire de Madiran (BN, Doat t. 152, fol. 214-215) permet de saisir, à l’orée du xiiie siècle, la coexistence de l’ancien régime du casal et d’un système à censives émergeant.

56 Batcave 1905 : souligne le lien clôture-for, mais en surévalue la finalité militaire.

57 ADPA, E 289 : registre constitué par Simonet de Montgay, nommé par Gaston Fébus garde forestier, Tucoo-Chala 1960, 53.

58 Le Béarn a donné le jour à une douzaine de véritables bastides dont deux seulement antérieures à 1300 (Bellocq et Labastide-Villefranche).

59 En complétant par les identifications récentes les localités énumérées par Araguas et al. 1989 et Cursente 1990, on parvient à une cinquantaine de bourgs, liste encore ouverte.

60 Peu de textes concernent ces fondations ; exception notable, la charte de Herrère concédée en 1278 par Fortaner de Lescun (Chéronnet éd. 1978). Les autres cas sont connus par des indices indirects : à titre d’exemple, le minuscule castelnau des seigneurs de Moustrou, dans le Soubestre.

61 Cursente 1980, 1990.

62 Cursente 1998, 212-214.

63 Cursente 2007.

64 Charte de La Casedieu de 1292 (BM Tarbes, Larcher, Glanages, V, p. 310).

65 Viader 2006.

66 ADPA, Bugnein, AA1.

67 ADPA, E, 1768, fol. 50 (1249).

68 Cursente 2000.

69 ADPA, E 2298.

70 ADPA, respectivement 1J 550 (paiement annuel de 1000 sous Morlaas, plus 15 sous d’emparance au vicomte) et E 2255 (achat des franchises pour 10 500 sous Morlaas, plus redevance collective annuelle de 1000 sous, plus francau annuel au vicomte de 10 sous). Ces deux chartes, très riches, sont en cours de publication par nos soins.

71 Les hauts sires sont très présents dans les actes relatifs aux affaires de vacants : à titre d’exemple, dans E 289, f. 10 : les barons de Navailles, Miossens et Gerderest sont arbitres dans la sentence de 1264 relative aux vacants contestés entre les hommes du Larbaig, de Rivière-Gave, de Salies, de Sauveterre, de Garenx et de Reveset.

72 ADPA E 289, f. 36.

73 ADPA E353 : prétentions récusées en 1305 au nom d’une charte de Gaston VII : heremus loci et territorii de Larvallo pertinent ad jus et proprietate vicecomitis Bearnensi.

74 Descoubès 1975 : sous l’Ancien régime, les barons de Gerderest conservent dans le Vic-Bilh une seigneurie s’étendant sur quatre paroisses, dont la paroisse éponyme. Ils possèdent un domaine couvrant un peu moins de 130 arpents. Cette seigneurie correspond à un ensemble très divers de droits et revenus. Ils sont seigneurs des terres hermes avec droit d’affiéver, mettre en défens, saisir le bétail (carnaler), bâtir des moulins et des canaux.

75 Vieillemard 1980 : à partir de 1220, les sires de Lescun transfèrent le centre de leur seigneurie à Escout, au débouché immédiat de la vallée ; en 1278, on l’a vu, Fortaner IV fonde à Herrère un village peuplé sur le principe de la censive ; ce seigneur, mêlé aux grandes affaires politiques du temps, fonde en 1305 le couvent des Cordeliers à Oloron. En 1376, ses descendants fondent le bourg de piémont de Lasseube. En 1587 (ADPA 1J109/1), les barons de Lescun ne possèdent, dans leur village éponyme, qu’une maison ruinée (le Domecas) ; restés patrons de l’église et propriétaires de moulins, ils perçoivent sur la communauté un tribut global de 3 mesures d’avoine, une poule, deux sols, et un agneau dont le paiement est partagé entre les 18 maisons casalères du village et le reste des habitants ; ils jouissent d’un droit d’herbage limité à 600 têtes conforme “aux privilèges et contrats passés entre lesdits seigneurs et barons, d’une part, les voisins du lieu de Lescun d’autre”.

76 Cursente 1998, chap. 7.

77 Massie 1965, 62 (ignore que cette “touno” était le siège de la seigneurie de Claverie).

78 ADPA, E 948, E 949, E 950.

79 Ourliac & Gilles éd. FG 85.

80 ADPA, 2J 422.

81 ADPA, B 670 : vers 1685, les seigneurs de Claverie perçoivent un cens sur 73 maisons des villages de Loubieng, Ozenx et Laa-Mondrans. Je remercie Marc Le Chanony de m’avoir communiqué la transcription de ce document.

82 Cursente 1998, 345-360 (l’affaire de Montanérès).

83 Guerreau 1988.

84 Fossier 1995, 18.

85 Dartigue-Peyrou 1934, 306-345 (cf. notamment l’évocation de la baronnie de Gayrosse).

86 Zink 1997.

Table des illustrations

Légende Principales localités citées dans le texte.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search