Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Gascogne-Agenais

Le contrôle de la Lande occidentale aquitaine par la seigneurie ducale vers 1250

Patrice Barnabé

Texte intégral

  • 1 Cuttino éd. 1975, I, no 35. Cf. Leyte 1996, 153.
  • 2 Toutes relevaient du diocèse de Dax, sauf le Born (Bordelais) et Belin (Bazadais).

1Dans une ordonnance de 1289, la chancellerie d’Édouard 1er définissait ainsi le domaine ducal aquitain ou directe : proprietas nostra et dominium nostrum1. Le roi-duc y exerçait un ensemble complexe de droits sur des hommes, sans intermédiaire, sans interposition, si ce n’est le relais de ses représentants locaux. Administrativement, les terres concernées relevaient, en effet, de prévôtés, bailies ou châtellenies selon la terminologie choisie. Les hommes dépendaient à double titre du roi-duc : sur le plan foncier, ils étaient ses tenanciers ; au sens de la seigneurie banale, ils étaient en plus ses justiciables. Avant 1250, le domaine était sans doute déjà étendu, mais son contenu demeure mal connu. Un bloc territorial homogène et assez profond dans la lande qui court des étangs du Born à l’embouchure de l’Adour en constituait alors une fraction importante. Sur cette façade atlantique, une dizaine de seigneuries rurales étaient ainsi tombées dans la directe à la fin du xiie siècle (fig. 1). Six étaient maritimes (pays de Born, Marensin, pays de Gosse et de Seignanx, Labenne et Maremne), quatre grandlandaises (Belin, Labouheyre, Laharie, Brassenx et son annexe de Sabres)2.

  • 3 Marquette 1977, 179-229 ; Marquette 1983, 45-96 ; Marquette 1990, 85-96 ; Marquette & Poumarède éd (...)

2L’absence de documentation foncière en raison de la perte des actes de la pratique impose une étude selon l’angle ducal par le biais des textes émanant de la chancellerie. Les éléments tangibles de la seigneurie dans une zone longtemps marginale furent établis progressivement dans la première moitié du xiiie siècle. Ce “retard” est sans doute à mettre en relation avec le caractère original du régime foncier que le professeur Jean-Bernard Marquette fut le premier à souligner3.

Fig. 1. La directe ducale dans la Lande occidentale au milieu du xiiie siècle.

L’installation de l’autorité ducale

  • 4 Boutoulle 2001, I, 164.
  • 5 Boutoulle 2005, 346.
  • 6 Mussot-Goulard 1982, 140-150.
  • 7 Raimond éd. 1873, no LVIII (1105-1118).
  • 8 Benoît de Peterborough, éd. Delisle 1879, 167 ; Roger de Hoveden, éd. Stubbs 1868-1871, II, 117.
  • 9 Une curia s’y réunit en 1235 (cf. Dubarat éd. 1898, charte XXIII).
  • 10 Les deux seigneurs furent régulièrement convoqués à l’ost : Marensin (Michel éd. 1885, I, no 1587 (...)

3Au moment où la Gascogne fut annexée aux possessions des Plantagenêts, la façade courant des étangs du Born aux confins du Labourd bayonnais se retrouvait naturellement fort excentrée par rapport au centre de gravité poitevin. Les terres les plus septentrionales étaient issues de la directe comtale. Une dotation du prieuré Saint-Martin du Mont-Judaïque par Guilhem VIII (fin du xie siècle) énonçait comme relevant du domaine les paroisses de Lüe, Escource, Trensacq et Sauters (future juridiction de Labouheyre) et de Sabres4. Dans la première moitié du xiie siècle, le lieu de Mimizan dépendait au moins en partie de la directe du duc Guilhem X5. Le secteur le plus méridional était initialement couvert par quatre vicomtés (Dax, Maremne, Marensin et Tartas) dont les détenteurs étaient des agents du comte de Gascogne à l’origine6. Ainsi, au début du xiie siècle, Navarre, vicomte de Dax, avait reçu du comte de Poitiers délégation (commendatio) de la puissance publique (bannum)7. C’est à l’occasion de deux campagnes militaires que Richard Ier, en tant que duc d’Aquitaine, amorça le démantèlement des vicomtés méridionales. Au cours de l’hiver 1176-1177, le comte de Poitiers prit successivement Dax et Bayonne et soumit leurs vicomtes respectifs8. Le décès de Pierre II de Dax à l’époque laissa le champ libre à Richard qui en profita pour mettre la main sur un fief qui couvrait sans doute une vaste étendue vers l’océan, incluant le Brassenx et poussant peut-être jusqu’au sud du pays de Born (Uza). La liquidation de la vicomté voisine de Labourd est moins mal connue et reproduit sans doute le même mode opératoire : Bayonne en fut détaché et le reste de la vicomté devint une bailie placée sous l’autorité d’un représentant résident à Ustaritz9. Cette implantation territoriale se fit au détriment d’autres féodaux importants (Marensin, Maremne et Tartas) qui conservaient des seigneuries au voisinage ou à l’intérieur du domaine ducal. Lors de la tentative avortée du roi de Castille Alphonse VIII pour conquérir la Gascogne (1205-1206), Arnaud Raimond, vicomte de Tartas, entre autres, adhéra à sa cause. Nous ignorons les conséquences de ces ralliements malvenus, mais nous pouvons constater que les seigneurs de Maremne et de Marensin10, mais également celui d’Orthe, furent privés peu après de la juridiction de leurs vicomtés respectives. Leur titre se vida de toute substance régalienne. Dans la première moitié du xiiie siècle, dans la région, ne subsista donc que la vicomté de Tartas avec des prérogatives banales. Sur le terrain, elle était alors presque seule à rompre la continuité territoriale du domaine ducal entre l’Adour et les marges du bassin d’Arcachon, sachant que cette directe se prolongeait, vers le sud, en Labourd, et, vers l’est, en prévôté de Dax.

  • 11 Vielliard éd. 1984, 17-19.
  • 12 Pon & Cabanot éd. 2004.
  • 13 Marquette 1985, 147-176.
  • 14 Marquette 2004, 109.

4Ce bloc littoral homogène présentait un aspect rural marqué avec de faibles agglomérations (castra de Belin, de Mimizan et d’Uza en Born antérieurs à 1200 et ceux postérieurs de Labouheyre, de Laharie, de Sabres et d’Arjuzanx en Brassenx) et il pouvait apparaître comme une zone inhospitalière et peu peuplée, du moins pour un observateur étranger. Dans son Guide du pèlerin, Aimery Picaud se plaisait à évoquer l’épreuve qui attendait le pèlerin jacobite lorsque celui-ci pénétrait à l’intérieur des Landes de Gascogne entre harcèlement de nuées de taons l’été et sable qui s’enfonçait jusqu’aux genoux11. Connue grâce au document exceptionnel que constitue le Livre rouge de Dax12, cartulaire du chapitre et de l’évêque, la distribution ecclésiale à la fin du xiie siècle (c. 1180) éclaire une mise en valeur inégale. Avant le boisement à grande échelle en pins maritimes du xixe siècle, les habitants de la Grande Lande (Labouheyre, Brassenx, Sabres) durent compter avec de vastes étendues marécageuses, pays de bruyères et d’ajoncs, où des sociétés agro-pastorales associaient l’élevage de brebis, de chèvres, de bovins et la culture du seigle et du mil13. Les paysages de la Lande maritime associaient des étangs, des forêts (chênaies en Gosse et Seignanx dont l’emprise était non négligeable au regard de leur exploitation par l’économie bayonnaise) et des landes utilisées comme terrains de parcours. Si, en pays de Gosse et de Seignanx, le réseau paroissial était équilibré, la Maremne, le Marensin et le Born bordelais présentaient une occupation contrastée entre la zone des étangs et l’intérieur14. À partir du milieu du xiie siècle, l’emprise domaniale du roi-duc ne se manifesta qu’inégalement.

  • 15 Chef-lieu d’une juridiction situé sur le territoire de la paroisse de Mons (diocèse de Bazas).
  • 16 Courteault 1913, 161-171 ; Boutoulle 2001, II, 808.
  • 17 Boutoulle 2001, I, 473, n. 363.
  • 18 Hardy éd. 1833-1834, I, 73b.
  • 19 Bémont éd. 1914, no 683 et 688.

5Ignorant l’organisation seigneuriale antérieure, examinons les éléments réels du pouvoir ducal. Avant l’installation des Plantagenêts, seuls deux points de cristallisation d’une autorité rompaient le vide castral. Au xiie siècle, le seul château attesté serait Belin15 cité par deux auteurs de chansons de geste, Guiot de Bourgogne et Garin le Loherain. La “ville” était dépeinte comme une “povre ferté” entourée de palis et un faux fait état d’une donation par Aliénor de libertés et de franchises aux habitants16. En 1220, Belin est signalé comme le castrum de Landis Burdegale, le château des Landes de Bordeaux17. Connue dès les années 1126-1137 dans le domaine utile de Guilhem X, la localité de Mimizan était qualifiée de castrum par la chancellerie anglaise en 1206 quand Jean sans Terre enjoignit aux bourgeois de livrer le lieu au prévôt de Bordeaux18. La documentation postérieure (1274) atteste l’existence de deux officiers distincts, un viguier et un prévôt dits tous deux de Mimizan19. Si leur ancienneté ne fait pas de doute, on ne saurait la dater.

6Hormis ces deux points forts, le reste de la région étudiée semble un vide castral. Un mouvement de création de castelnaux ruraux associant un château avec un habitat dirigé et en général fortifié d’une enceinte fut initié par les Plantagenêts. Nous allons voir qu’il se rapporta davantage à une recomposition de l’habitat à visée politique (affirmer la nouvelle autorité ducale) qu’à une saisie proprement dite des sols.

  • 20 Shirley éd. 1862-1866, II, no CCCCXII, 57-59 (d’après un rapport adressé à Henri III par les habit (...)
  • 21 CPR 1216-1225, 251. Les maire et prud’hommes de Bayonne furent chargés d’en faire de même pour le (...)
  • 22 Id., p. 245 (2 juillet 1220) (cf. p. 578b).
  • 23 Id., p. 276.
  • 24 Ainsi, en Entre-deux-Mers, proche de Bordeaux, le roi-duc disposait de servientes percevant les re (...)
  • 25 CPR 1232-1247, 245.
  • 26 En 1309, la paroisse de Lit fait figure de chef-lieu seigneurial car elle accueillit l’échange de (...)
  • 27 Dans la seconde moitié du xive siècle, Tosse était le siège de la cour (Abbadie 1898, 96).
  • 28 Le coutumier de Dax rapporte que le siège de la cour était fixé à Biaudos (Id.).

7Le premier exemple connu dans la documentation est la fondation par Richard du castrum d’Uza vers 1177-1179. Il s’agissait d’un regroupement d’hommes du roi, pourvus à l’occasion de bonnes coutumes, sur une des terres lui appartenant en propre (in sua propria terra) pour la peupler (populare)20. Ailleurs, la question de l’historicité d’un castrum recoupe celle de la première mention relevée d’un représentant ducal. En 1220, le custos de Labouheyre, celui de Laharie et le prepositus de Belin furent appelés à livrer les castra respectifs qu’ils gardaient au sénéchal de Poitou et de Gascogne, Philippe de Ulecot21. Le prévôt de Belin était alors un bourgeois de Bordeaux, Rostand de Soler22. L’ordre fut réitéré quelques semaines plus tard quand Hugues de Vivonne fut investi de l’office de sénéchal23. Néanmoins, cette méconnaissance d’un officier ducal ne préjuge pas de leur inexistence sachant que des deux modes de désignation des bailes ou prévôts, la cession des droits à titre temporaire et la vente aux enchères, la seconde n’a pas laissé de trace dans la comptabilité des connétables de Bordeaux même quand celle-ci fut conservée24. On peut raisonnablement supposer que Labouheyre et Laharie furent fondés au tournant des xiie-xiiie siècles. En 1241, des actes ducaux simultanés autorisèrent la fortification (firmare) de deux castra, d’une part à Arjuzanx (Brassenx), de l’autre à Sabres25. En revanche, dans les pays maritimes du Marensin26, de la Maremne27 et ceux de Gosse28, Seignanx et Labenne, aucune forteresse ne centralisa un regroupement d’habitants. On peut constater que le peuplement se développait alors de façon linéaire dans l’axe des étangs et donc à l’écart de la route majeure qui traversait le plateau landais.

  • 29 CPR 1216-1225, 467.
  • 30 Shirley éd. 1862-1866, II, 58 : rex Johannes commendavit vicecomiti Tartassensi oppidum antedictum
  • 31 Marquette 1977, 191.
  • 32 Boutoulle 2001, I, 473.

8Si l’on propose un schéma explicatif de l’installation des Plantagenêts comme seigneurs, on peut supposer qu’initialement le pouvoir fut exercé depuis Bayonne pour le sud de la zone étudiée et de Dax pour les terres grand-landaises. En pays de Gosse et Seignanx, plus Labenne, il est avéré qu’aucun représentant n’était en place en 1224 quand Henri III s’adressa aux prud’hommes de cette terre afin de verser les redevances prélevées à la Saint-Michel directement aux maire et jurats de Bayonne29. Encore faudrait-il être certain de la volonté ducale d’affirmer sa seigneurie par un représentant physique. Ainsi, vers 1204, à la suite de la guerre qui l’opposa aux barons gascons, Jean sans Terre remit Uza au vicomte de Tartas (probablement Arnaud Raimond II)30. Ses successeurs (Raimond Arnaud, puis Pierre) détinrent la forteresse jusque dans les années 1248-1249 quand Simon de Montfort, investi de la lieutenance de Gascogne, la fit saisir à la suite d’une plainte des habitants au sujet des excès du vicomte. Durant toute la première moitié du xiiie siècle, ce dernier jouissait de toute la justice du pays de Born ainsi que de celle de Mimizan31. En l’occurrence, le roi-duc se privait d’un outil de contrôle social. De même, vers 1220, Belin fut engagé à Rostand de Soler, initialement son prévôt, pour paiement de 87 barriques de vin32.

  • 33 Michel éd. 1885, I, no 403.
  • 34 CPR 1232-1247, 345.
  • 35 Michel éd. 1885, I, no 657.
  • 36 Id., no 485.

9À partir de 1224, la perte des terres poitevines au terme de la campagne de Louis VIII donna une nouvelle configuration au duché d’Aquitaine désormais déployé entre Saintonge et Labourd. La façade atlantique se trouva dans une position moins marginale d’autant que le Périgord et l’Agenais n’intégrèrent le duché respectivement qu’en 1259 et 1279. Le 26 août 1242, Henri III désigna les premiers représentants connus, du moins des agents qui percevaient les revenus, dans la Lande maritime. En Seignanx, c’était un Gascon, un certain Arnaud de Puy (Podio)33 ; à Labenne, c’était l’arbalétrier Halengratte qui se vit concéder les revenus en espèces, le droit de frumentage et d’autres droits non décrits à titre viager. Sans doute dans la suite du roi-duc et donc étranger au duché, Halengratte eut immédiatement la permission royale d’affermer ce “fief-rente”34, ce qu’il fit avec un bourgeois de Bayonne, P. de Roset35. Néanmoins, le 26 septembre, le roi-duc demandait encore aux prud’hommes, en même temps qu’à ceux d’autres pays landais (en particulier Marensin et Laharie), de remettre les revenus du terme de Saint-Michel à l’évêque de Dax, à charge pour ce dernier de les reverser à Gaillard Colom, envers lequel le duc était obligé36.

  • 37 Id., no 1644.
  • 38 Trabut-Cussac 1972, 353.
  • 39 Shirley éd. 1862-1866, 58-59.

10Dans le même temps (1243), le roi-duc cédait le castrum de Belin et ses appartenances à Rostand de Soler37. En outre, vers 1247-1248, il donnait le château et la terre de Labouheyre à Guillaume de Bueil, à l’époque sénéchal de Gascogne38. Ce sont autant de signes d’une politique fluctuante de contrôle direct des forteresses sur la route des Landes. Peu après, au moment de sa lieutenance (vers 1250), Simon de Montfort fit saisir, fortifier et repeupler Uza après l’avoir confisqué au vicomte de Tartas39.

  • 40 Michel éd. 1885, I, no 3696, 4275, 4284.
  • 41 Id., no 3104 (16 mars 1254).
  • 42 Id., no 2202 (28 octobre 1253) et 2219 (19 décembre 1253). Néanmoins, c’était le prévôt de Bayonne (...)
  • 43 Id., no 3202 (12 mai 1254).
  • 44 Id., I sup., no 4475.

11C’est à l’occasion du troisième voyage de Henri III dans son duché (1253-1254), quand il intervint pour mater la révolte de la Gascogne, que plusieurs décisions font mention d’une mise en ordre qui préfigure l’effort administratif d’Édouard Ier. Du moins, sur le terrain, l’autorité ducale se manifesta désormais par la présence physique d’un représentant qui était avant tout un capitaine. Rétribué un marc par jour, un serviens Regis, John le Parker, devint baile ou gardien de cinq castra dont Belin40, confisqué au rebelle Soler, et Laharie41. Cet officier ducal avait des compétences encore plus larges car concurremment il était chargé de mobiliser les troupes levées à Labouheyre et dans les cinq seigneuries de la Lande maritime méridionale42. Concernant Labouheyre, revenu dans la directe peu avant le 12 mai 1254, à la mort de l’ancien sénéchal, Henri III chargeait Amauvin de Barès de mettre l’ensemble des biens en sa main et de répondre des revenus43. Du reste, vers 1250, dans la juridiction de Labouheyre, le roi-duc avait autorisé la fondation d’un nouveau castrum, Boricos, avec pour ses habitants un statut particulier par rapport au reste de la seigneurie44. Au milieu du xiiie siècle, s’acheva donc le processus de structuration de l’espace et des hommes comme si un optimum démographique et économique était atteint car le réseau paroissial était alors quasiment fixé et il n’y eut pas de création ultérieure de nouveaux établissements comme les bastides qui fleurirent sur toutes les marges des pays étudiés.

  • 45 Id., no 4317.
  • 46 Marquette 1990, 89.
  • 47 Au printemps 1326, on dénonça les gens du vicomte de Tartas, un sire d’Albret, qui détroussaient l (...)
  • 48 Lainé 1985, 177-196 ; Treuille 1978, 145-172, 309-328.
  • 49 Id. ; attestée en 1262, l’étape est citée dans la Chronique du Pseudo-Turpin c. 1140-1150 et dans (...)
  • 50 Attesté en 1308 (Id.).
  • 51 En 1177, Richard abolit les péages extorqués (Benoît de Peterborough, éd. Delisle 1879, 167).
  • 52 Attesté en 1274 (Lainé 1985, 196).
  • 53 Le 24 mai à Bayonne, le 27 à Belin (Bémont éd. 1896, I sup, XXVIII).

12Sur la carte, ces castra constituaient autant de points d’appui de l’autorité ducale qui jalonnaient la route des Grandes Landes. À Belin, on franchissait la Leyre, puis le chemin traversait les immensités landaises “jusqu’aux ponts de Dax et de Bayonne”45. J.-B. Marquette émet du reste l’hypothèse séduisante que, dans une région “où le tracé des chemins était mouvant au gré des saisons et des ans”, le liseré des châteaux “aurait attiré et fixé ce qui devait devenir le chemin de la Grande Lande”46. Le roi-duc s’assurait ainsi le contrôle de la seule route publique que tout voyageur ne pouvait qu’emprunter47 (si l’on excepte la voie littorale plus secondaire), et en particulier le chemin de Saint-Jacques qui reliait Bordeaux à Dax48. Vers 1250 ou peu après, castra ducaux et hôpitaux étaient autant d’étapes routières : Belin avec l’hôpital voisin de Beliet49 ; Saint-Antoine-des-Traverses50 entre Labouheyre et Laharie ; Lesperon, établissement enclavé dans la vicomté de Tartas51 ; Fosse-Guibaud52 en Marensin. En 1243, Henri III eut l’occasion de faire le trajet entre Bayonne et Belin en trois étapes si l’on se fonde sur les actes datés par sa chancellerie53.

13Comme Henri III amoindrit cette directe en affectant des rentes sur les revenus publics, on peut supposer que le roi-duc fut plutôt mal représenté au moins jusque dans les années 1250. Le fait qu’un même prévôt comme John le Parker fut à la tête de plusieurs seigneuries laisse penser que les habitants ne recevaient la visite du représentant ducal qu’irrégulièrement.

Teneur et poids du prélèvement : un roi-duc peu exigeant ?

14L’autorité ducale étant d’abord celle d’un seigneur banal, quels services et revenus étaient tirés d’une aussi vaste directe composée essentiellement de domaines ruraux ?

  • 54 Michel éd. 1885, I, no 169 (6 juillet 1242).
  • 55 Id., no 3569 (16 octobre 1253). Le lieu de rassemblement était Rions en Bordelais.
  • 56 CPR 1247-1258, 254.
  • 57 Id., p. 256 (9 décembre 1253).
  • 58 Trabut-Cussac 1972, 43, n. 11. Bayonne en fit de même pour un montant dix fois supérieur.
  • 59 Bémont éd. 1914, no 690 (article 2).
  • 60 Marquette & Poumarède éd. 1978, 348. Néanmoins d’autres exemples de convocation ou de sollicitatio (...)
  • 61 Bémont éd. 1896, I sup., no 4475.

15En ce qui concerne les obligations relevant de la guerre et de la défense, on ne les suit qu’au travers des convocations à l’ost postérieures à 1240 et non selon les coutumes. En effet, plusieurs mentions font état d’un service militaire devant être rempli en Bordelais à l’occasion des deux interventions de Henri III en Aquitaine. En 1242, pour résister à une éventuelle descente de Louis IX, furent requis 100 arbalétriers du Marensin54. En 1253, 300 hommes du Marensin et de la Maremne armés d’arbalètes et 40 autres arbalétriers montés de l’exercitus de Gosse et Seignanx furent convoqués55. En l’occurrence, ces hommes devaient être prêts à suivre John le Parker, c’est-à-dire leur baile, contre les ennemis56. Dans une mention de peu postérieure, les mêmes hommes plus ceux de Labouheyre, Belin, Laharie et Labenne étaient tenus de se préparer ad equitandum et guerreandum57. Si le service d’ost et de chevauchée est attesté, nous ignorons son mode d’organisation. Toutefois, en 1273, la communauté de Mimizan (Born) refusa de rejoindre l’ost ducal qui devait marcher sur le Marsan et le Béarn pour réduire le rebelle Gaston de Béarn, mais elle s’acquitta d’une contribution de 200 livres bordelaises58. Or, l’année suivante, d’après leur reconnaissance, les francs de Mimizan affirmèrent qu’ils étaient formellement exemptés du service militaire (ost et chevauchée) par leurs coutumes59. Remarquons également l’absence dans les listes de convocation des gens du Brassenx qui, en 1361, affirmaient avoir été exempts d’ost quand ils relevaient de la directe ducale60. Il semble donc que les contraintes liées à la possession d’un château furent légères. Les hommes des castelnaux ducaux étaient naturellement responsables de leur enceinte à l’instar des habitants d’Arjuzanx et de Sabres qui en avaient assuré l’élévation et de ceux de Boricos (simple village fortifié) qui, en revanche, n’avaient à fournir aucune contribution à la clôture de Labouheyre, castrum-chef-lieu de juridiction61.

  • 62 Id., no 4317.
  • 63 Bémont éd. 1914, no 455
  • 64 Sub guidonagio nostro (Bémont éd. 1900, II, no 1332).
  • 65 Cuttino éd. 1975, I, 83-91. En 1306-07, au regard de la redevance de 3 deniers perçue sur chaque v (...)
  • 66 C’était une des missions du prévôt de Dax de protéger les troupeaux transhumants dans sa juridicti (...)
  • 67 CPR 1232-1247, 380 (18 juin 1243).
  • 68 Bémont éd. 1900, II, no 4484.

16Le contrôle des routes terrestres s’accompagnait de la levée de taxes très mal connues à l’époque étudiée sur la circulation et le stationnement des troupeaux transhumants. En 1254, les péages de la route de Belin “jusqu’aux ponts de Dax et de Bayonne” furent abandonnés à deux créanciers bayonnais62. En 1274, la coutume ou péage de Labouheyre fut assignée comme rente annuelle et viagère de 20 livres à Arnaud Raimond de Budos63. Le guidonnage, c’est-à-dire le droit de passage levé sur les troupeaux de bovins béarnais venus hiverner, attesté seulement en 128964, n’était pas un poste bien important dans la comptabilité des recettes du connétable. Au début du xive siècle, il apparaît très inférieur au péage de mer de Marmande et incomparable avec les revenus générés par les coutumes vinicoles65. Les troupeaux stationnaient plutôt en prévôté de Dax entre Gaves et Adour, dans les pays chalossais du Gert66. De toute manière, ces droits pesaient avant tout sur des troupeaux itinérants et la terre domaniale ne servait que de support fiscal. En 1243, un mois après son passage dans le pays, Henri III concéda à la communauté d’Arjuzanx un marché hebdomadaire devant se tenir le jeudi et une foire annuelle de deux jours la veille et le jour de Saint-Laurent67. On ne sait pas si le roi-duc percevait d’autres droits sur les transactions. En 1255, il possédait un moulin à eau rapportant au moins 4 livres morlans68.

  • 69 Bémont éd. 1896, I sup., no 4393-4394.
  • 70 Bémont éd. 1900, II, no 4484.
  • 71 Trabut-Cussac 1955, II, 606, no 53.

17Les prérogatives judiciaires sont également non documentées. Dans toutes les seigneuries étudiées, le roi détenait la haute justice dont l’exercice nous interroge si l’on pense à l’installation tardive de représentants. En 1255, s’adressant à “ses hommes” de Gosse, Seignanx et Labenne, de Maremne, du Marensin et à ceux de Mimizan, le prince Édouard précisa qu’il ne serait fait aucun dommage aux habitants de ces pays tant qu’ils seraient disposés à comparaître en justice devant les bailes ducaux69. Quand il concéda les recettes du Brassenx, Henri III retint néanmoins dans sa main celles procédant de l’exercice de la justice70 et lors de la nomination d’un officier à la tête de la châtellenie de Belin, il fixa les redevances abandonnées à ce dernier en se réservant les affaires d’enlèvement, de duel et d’ost71.

  • 72 Bémont éd. 1900, II, no 387-388.
  • 73 Marquette & Poumarède éd. 1978, 348.
  • 74 Id., 458.
  • 75 Bémont éd. 1914, no 48.
  • 76 Id., 319.
  • 77 Michel éd. 1885, I, no 2871.

18Le cas de l’aubergade ou hébergement des gens de guerre est attesté uniquement en Gosse et Seignanx car en 1278 cette exigence fut remplacée par une redevance de 3 sous morlans payable par chaque homme franc par an et par feu72. La proximité de la bailie du Labourd avec un officier et sa suite faisant leur tournée et devant être reçus, hébergés et nourris l’explique peut-être. Ailleurs, l’absence durable d’un représentant ducal suggère peut-être l’inexistence de l’aubergade qui souligna un renforcement des structures administratives sous le règne de Henri II. En Brassenx, si l’on en croit les dires des habitants, c’est à la suite de l’aliénation de la seigneurie en faveur du lignage d’Albret (après 1340) que les gens furent contraints à faire ost (en allant défendre le château de Casteljaloux pendant quarante jours à leur frais) et aubergade73. Du reste, lors de la confirmation des coutumes, le nouveau seigneur reconnut le caractère arbitraire de ces prestations74. L’absence d’une telle exigence dans les pays landais est d’autant plus remarquable que c’était dans ces domaines les plus reculés que le gîte était le plus nécessaire pour un officier ducal en visite dans sa circonscription. Il convient de souligner que, lors de la fondation du castrum de Boricos (1255), les hommes furent explicitement exempts d’aubergade alors qu’une reconnaissance postérieure (1274) évoque une redevance due par un damoiseau tenant du duc la totalité de la paroisse de Garein (diocèse d’Aire, en Marsan), limitrophe de la bailie de Labouheyre. En effet, les hommes de cette paroisse devaient donner au prepositus de Labouheyre 10 livres annuels de cire pro emparamento75, redevance acquittée pour obtenir une protection ducale76. Considérons toutefois qu’à l’occasion du troisième voyage de Henri III, celui-ci manda John le Parker, baile de Belin et “des Landes”, de fournir 300 lapins, 200 poules et toute sorte d’autres volailles77. On peut y voir une fourniture de repas exceptionnelle comme redevance banale (procuratio ou comestio) contre protection et sauvegarde.

19Ces quelques mentions, au gré d’une documentation plus que médiocre, pourraient n’évoquer qu’incomplètement l’exigence banale du roi-duc. Il convient de remarquer qu’au moment des Recognitiones feodorum (1273-1274), quand les tenants directs et vassaux d’Édouard Ier formalisèrent leurs devoirs forcément cristallisés antérieurement, les hommes et communautés des seigneuries étudiées n’y participèrent pas à l’exception de Mimizan, cas examiné plus loin, et des quatre seigneuries entretemps aliénées de Belin, Marensin, Laharie et Maremne. Mais celles-ci tombaient désormais dans le droit féodal et relevaient simplement de la mouvance ducale. Les hommes des pays maritimes de Gosse, Seignanx et Labenne, d’une part, ceux des landes de Labouheyre, Sabres et du Brassenx restèrent à l’écart illustrant ainsi leur régime foncier singulier. En effet, sur ces terres perçues comme inhospitalières et pour lesquelles des défrichements ne vinrent pas soutenir la colonisation participant à la croissance générale du début du xiiie siècle, la seigneurie ducale s’adapta à un milieu d’agriculture pauvre.

  • 78 Le castrum est fondé dans la paroisse de Saint-Jean-de-Sauters.
  • 79 Michel éd. 1885, I, no 4393-4394.

20D’abord, le roi-duc apparaît comme ayant une seigneurie foncière réduite qui a servi d’assise aux fondations de castelnaux. Uza (in sua propria terra) et Boricos78 (propria terra) furent élevés indéniablement sur une terre domaniale, une réserve ducale. Il est certain que Labouheyre fut édifié sur les terres d’une communauté rurale comme sans doute à Arjuzanx et Sabres où les boni homines reçurent l’autorisation ducale de fortifier le château, c’est-à-dire le point d’appui seigneurial. Dans les deux cas de figure, le roi-duc appela les habitants du voisinage à venir peupler les nouveaux établissements et leur donna des coutumes conservées ou pas : bonnes coutumes à Uza ; coutumes et libertés de Labouheyre pour les hommes d’Arjuzanx et de Sabres ; boni usus et bona consuetudines en Gosse et Seignanx79. Par leur origine, les habitants étaient les hommes du roi-duc, ce qui leur donnait des libertés et franchises.

21Le droit éminent ducal ne se prolongeait donc pas en droits utiles, l’essentiel de ceux-ci étant aux mains d’une petite noblesse (hormis en Born où étaient possessionnés au moins les vicomtes de Tartas et dans la seigneurie de Labouheyre où elle n’existait pas) et d’un groupe élargi de roturiers libres tenants directs du roi-duc. Les premiers pouvaient s’appeler caviers en Maremne, les autres, plus nombreux, hommes francs (Mimizan, Gosse, Seignanx, Labenne) ou voisins (Labouheyre, Maremne).

  • 80 CPR 1232-1247, 245.
  • 81 Id., 467.
  • 82 Id., 345.
  • 83 Michel éd. 1885, I, no 485.
  • 84 Bémont éd. 1896, I sup., no 4475.
  • 85 Michel éd. 1885, I, no 4397.
  • 86 Bémont éd. 1914, no 690.
  • 87 Michel éd. 1885, I, no 485.

22Le style régional particulier de la Lande maritime et de la Grande lande se fondait sur le paiement de la queste qui libérait le tenancier de toute autre redevance foncière à l’égard du seigneur-roi-duc. En Brassenx (1241), le montant de cette rente se décomposait en une queste (taille) de 54 sous et un cens de 20 sous répartis sur la communauté à la Noël auxquels s’ajoutait un cens de 12 deniers acquitté par chaque propriétaire à la Saint-Michel (au titre de l’emplacement dans le castrum). À Sabres (1241), les costa et questu s’élevaient à 8 livres 10 sous payables à la Saint-Michel et le cens à 30 sous acquitté à la mi-mai80. Dans la Lande maritime, on retrouve des redevances perçues à la Saint-Michel. En Gosse et Seignanx, c’est à l’occasion de l’assignation (1224) du produit des revenus prélevés dans les deux pays81. À Labenne (1242), lors d’une cession des droits ducaux, il est fait mention d’une redevance en nature, d’une rente en grain (frumentum) et d’une autre de 15 livres morlans82. Simultanément, les revenus perçus par le roi-duc à la Saint-Michel dans le Marensin (paroisses de Messanges et Saint-Girons), de la Maremne (Saint-Vincent, Bénesse, Saubion, Tosse, Soustons) et à Laharie, entre autres, furent dévolus au règlement d’une créance détenue par l’évêque de Dax83. Dans la bailie de Labouheyre, le montant de cette rente est inconnu, mais lors de la fondation de leur castrum (1250), les hommes de Boricos qui relevaient d’une terre du domaine devaient payer 9 livres morlans, soit 4 livres fin mars et 100 sous à la Saint-Michel84. À Mimizan, une mention de 1255 fait état d’un cens annuel et collectif de 15 livres morlans exemptant les membres de la communauté de toute autre redevance de type foncier85. Vingt ans plus tard, ils reconnaissaient être solidaires dans le versement de 300 sous morlans le jour de la Saint-Jean-Baptiste86. Il semble que jusqu’en 1250 au moins, la collecte de ces redevances fixes était le fait des contribuables eux-mêmes ou du moins de leurs représentants (prud’hommes, boni homines87). Nous ignorons si elles se répartissaient par paroisses ou groupes familiaux.

  • 88 Cf. Marquette & Poumarède éd. 1978 ; Marquette 1990.
  • 89 Bémont éd. 1914, no 551.

23C’est dans le cadre des seigneuries de Labouheyre et de Brassenx88, grâce à la conservation des coutumes, que l’on connaît le mieux les franchises de ces terres. Le roi-duc y tolérait le droit de perprise, c’est-à-dire la capacité d’appropriation de la terre dont on avait besoin pour la mettre en valeur. L’utilisation des vacants ou terres de parcours (padouens) s’en trouvait libre et gratuite et impliquait toute forme de valorisation du sol. Les habitants se retrouvaient copossesseurs des vacants. Les mutations foncières étaient réduites à néant (du moins en Labouheyre) car la transmission des biens propres par succession, échange, vente à un autre membre de la besiau (communauté des voisins) était autorisée sans payer les lods et ventes que le roi-duc aurait pu percevoir en tant que seigneur foncier, soit environ 10 % frappant les biens tenus directement du duc. Juridiquement, les paysans n’étaient ni tenanciers car ils avaient la libre possession de leurs biens propres et le libre usage des vacants, ni alleutiers car la quête sanctionnait bien une dépendance à l’égard du seigneur-roiduc. Ainsi, en 1274, les habitants du quartier de Blandiaut (paroisse de Saint-Jeande-Sauters, sur le territorium de Boricos) reconnaissaient tenir immediate du roi-duc terrae, possessiones, tenementa et paduenta contre acquittement d’une somme d’argent (solvere pecuniam, queste ?) à l’instar des burgenses et habitatores de Labouheyre. En outre, ils affirmaient ne pas posséder d’alleux (allodia)89. Ils bénéficiaient ainsi d’un régime privilégié, celui de la queste ducale, dans les terres de franchises selon la formule de J.-B. Marquette (Gosse, Seignanx, Maremne, Marensin, Laharie, Labouheyre, Sabres).

  • 90 Michel éd. 1885, I, no 4317.
  • 91 Id., II, no 4484.

24Nous manquons d’éléments pour apprécier le poids du prélèvement sur ces campagnes. Les différentes assignations sur les terres landaises peuvent néanmoins nous fournir quelques indications. En 1254, tous les revenus (census et questae et pedagia) furent abandonnés à deux créanciers bayonnais sans qu’on en connaisse le volume90. L’année suivante, les redevances perçues sur les castra d’Arjuzanx (Brassenx) et de Sabres couvrirent une rente annuelle de 16 livres morlans, concédée à titre viager à un seigneur landais, Vital de Caupenne91. Celui-ci devait les percevoir aux termes habituels. Étaient incluses dans la somme les 4 livres morlans tirées du moulin à eau appartenant au roi-duc.

  • 92 Cf. Boutoulle 2001, 481-490.
  • 93 Balasque & Dulaurens éd. 1862-1875, II, 691-700.
  • 94 Une pétition non datée adressée au roi-duc évoque le cens : “… que come chescune meson de la dite (...)

25Si l’on compare ces prélèvements à ce qui est connu dans les autres secteurs de la directe à la même époque, ils apparaissent légers. Ainsi, d’après les coutumes de l’Entre-deux-Mers92, en vigueur dès Henri II et Richard, le roi-duc levait une questa sive tailla collective de 40 livres plus cens et esporles au titre de la défense et de la protection. Les habitants devaient participer à l’exercitus et ils étaient assujettis aux aubergades. Du reste, ces exigences banales donnèrent lieu à des exactions de la part des bailes au début des années 1230. Pourtant, Frédéric Boutoulle conclut sur le fait que ces paysans vivant dans cette directe bénéficiaient au moins de solides garanties quant au contrôle seigneurial. Plus au sud, une enquête de 131193 nous renseigne sur les prérogatives du seigneur dans la bailie supplantant l’ancienne vicomté de Labourd acquise par Richard Coeur de Lion, à la fin du xiie siècle. Toute la terre dépendait directement du roi-duc comme seigneur foncier (tota terra de Labourt teneretur a domino nostro Angliae rege, duce Aquitaniae antiquitus, immediate per nobiles et habitantes in terra predicta)94. Les vacants, les bois, les eaux lui appartenaient (proprietas heremorum, forestarum et aquarum terrae de Labourt est domini nostri Angliae regis, ducis Aquitaniae). En tant que seigneur banal, celui-ci se réservait toutes les justices (alta et bassa juridictio in omnibus suis tenentiariis), l’ost, la chevauchée et le droit de fortification et les habitants lui devaient, en outre, le gîte (albergada) et le service de cour dans le chef-lieu (castrum d’Ustaritz).

Conclusions : une intégration tardive au régime seigneurial qui n’empêcha pas une fidélité politique au roi-duc

  • 95 Fosssier 2000, 271-282.

26Selon une belle formule de Robert Fossier à propos du domaine royal en Picardie, les éléments réels du pouvoir d’un prince étaient, avant les fidélités chancelantes des seigneurs vassaux, les “deniers, grains et soldats”, immédiatement mobilisables sur ses terres95. Au final, qu’en est-il de cette trilogie dans les régions de notre enquête ?

  • 96 Elles ne sont connues que pour l’exercice de 1306-1307 (Cuttino éd. 1975, 86-87), mais leur montan (...)

27En ce qui concerne les recettes96, le domaine étudié ne fournissait que des amendes judiciaires et le cens sur les maisons, terres et biens immeubles payé par les “tenanciers” ou plutôt tenants directs dans les pays de queste (Gosse et Seignanx, Marensin, Labouheyre, Brassenx). Dans bien des cas, il ne fournit aucune charge pesant habituellement sur les censives (esporles ou acaptes payés à mutation de seigneur ou tenancier), aucune autre redevance personnelle (lods et ventes), aucun produit des bois ducaux ou de droit de gîte. Les revenus du guidonnage et de l’herbage étaient médiocres comme les redevances foncières négligeables dans une zone essentiellement pastorale et avec peu d’aptitudes céréalières.

  • 97 Shirley éd. 1862-1866, II, no CCCCXII, 57-59.
  • 98 Bémont éd. 1914, no 648. En 1293, après enquête, le roi-duc confirma officiellement les droits de (...)
  • 99 La cession fut in perpetuum feodum à Auger contre un chevalier d’ost (exercitum unius militis) (Pa (...)
  • 100 Bémont éd. 1914, no 560 (1274).
  • 101 Marquette 1978, 496.

28Il est sans doute symptomatique que cette portion du domaine fut précocement aliénée. Une trentaine d’années après sa fondation, le castrum d’Uza fut cédé au vicomte de Tartas97. Celui-ci se livra à un dépouillement des habitants et redistribua les mansiones du castrum à certains de ses chevaliers. L’inféodation dura jusqu’à une plainte que portèrent les habitants, trente ou quarante ans plus tard, devant Simon de Montfort. Si le lieutenant de Henri III fit saisir le château (castrum) et le bourg (vicus) et si les habitants demandèrent à rester dans la main du duc, l’ensemble fut néanmoins rétrocédé au lignage des Tartas, puis à leurs successeurs, les Soler. Engagé pour ses revenus dès 1224, le château de Belin fut extrait de la directe en 1243 au profit de cette dernière famille. En 1274, le chef du lignage, Gaillard, reconnaissait tenir du roiduc le castrum avec l’honneur et les appartenances et lui devoir l’ost personnel98. En 1261, le Marensin (avec droit d’ost, chevauchée et justice) et la seigneurie de Laharie furent échangés avec Auger de Mauléon contre la vicomté de Soule (avec le château de Mauléon)99. Enfin, en 1263, la Maremne fut cédée à la famille des Albret qui reconnut détenir le pays avec tous les “droits et appartenances”100. Quand, plus tard, Édouard III commença à aliéner son domaine pour acheter les fidélités nobilaires, dès 1340, tout ce qui restait des seigneuries landaises fut donné à titre viager ou définitif au sire d’Albret (Born et Mimizan, Labouheyre, Sabres, Brassenx, Gosse et Seignanx101). Hormis les revenus du guidonnage et de l’herbage qu’Édouard III conserva à part tout en les aliénant aussi, les redevances foncières paraissaient sans doute négligeables. Leur support traditionnel, c’est-à-dire les “grains” que l’on pouvait trouver ailleurs dans des pays plus propices aux céréales étaient forcément rares dans une zone vouée à l’élevage.

  • 102 Cf. Barnabé 2003, I, 279-280.

29Aussi, c’est sans doute par le biais de la mobilisation des hommes que le roi-duc eut-il l’occasion le plus d’affirmer sa seigneurie, celle liée à l’exercitum, ce qui rejoint nos problématiques de la fidélité à la cause ducale. Ainsi, à l’occasion de la guerre de 1294-1303, cinquante ans après la mise au point effectuée, la survie de l’Aquitaine Plantagenêt reposa avant tout sur la résistance des contingents gascons102. Bayonne fut un camp retranché où stationnèrent un grand nombre de modestes hommes d’armes installés entre Adour et Born et il est notoire également que la zone de reconquête anglo-gasconne, alors que le reste du duché était occupé par les gens du roi de France, correspondit presque strictement au domaine étudié, des étangs du Born et des Landes de Labouheyre aux rivages labourdins, soit une zone réputée comme marginale par l’occupant.

30Au total, l’introduction tardive d’un représentant, la vivacité de communautés solidaires pour défendre leurs coutumes, la faiblesse de la réserve ducale et la pauvreté des ressources se combinèrent sans doute pour tempérer la force de l’emprise domaniale d’autant que le roi-duc fut peu exigeant. Celui-ci s’adapta aux usages locaux en héritier et non en conquérant, entérinant des franchises dans un espace rural en voie de colonisation, donc dans un secteur où il avait besoin des hommes pour mettre en valeur des immensités et où il abandonnait le contrôle des vacants sans doute nombreux (landes, palus et forêt). La queste peut être considérée comme la contrepartie d’une protection ducale, c’est-à-dire la reconnaissance de la potestas, du dominium du roi-duc plus que de son domanium. Ainsi, on peut se demander si, antérieurement à la fortification de Sabres et Arjuzanx, à une date tardive (1241), les hommes devaient quelque chose chose au roi-duc. En acquittant la queste, ils s’estimaient francs... de toute autre redevance foncière.

Bibliographie

SOURCES

Balasque, J. et E. Dulaurens, éd. (1862-1875) : Études historiques sur la ville de Bayonne, I-III, Bayonne.

Bémont, Ch., éd. (1896-1906) : Rôles gascons, t. I supplément, II et III, Paris.

— éd. (1914) : Recognitiones feodorum in Aquitania : Recueil d’actes relatifs à l’administration des rois d’Angleterre en Guyenne au xiiie siècle, Paris.

Benoit de Peterborough, éd. L. Delisle (1879) : Benedicti Petroburgensis Abbatis vita et gestis Henrici II Angliæ Regis in Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. XIII, Paris, 142-182.

Calendar of the Patent Rolls preserved in the Public Record Office Henry III A.D. 1216-1225, 1232-1247, 1247-1258, 1901-1908, Londres (abrégé en CPR).

Cuttino, G. P., éd. (1975) : Gascon Register A, series of 1318-1319, from B. M. Cottonian Ms Julius E1, en collaboration avec J.-P. Trabut-Cussac, I-III, Londres.

Dubarat, V., éd. (1898) : Livre d’or de la cathédrale de Bayonne, Bidache.

Hardy, Th., éd. (1833-1834) : Rotuli litterarum clausarum in turri Londinensi asservati, 1204-1224, I-II, Londres.

Marquette, J.-B. et J. Poumarède, éd. (1978) : “Les coutumes du Brassenx”, Bulletin de la Société de Borda no 371, 329-352 ; no 372, 451-464.

Michel, Fr., éd. (1885) : Rôles gascons, I, Paris.

Noulens, J., éd. (1871-1876) : Documents historiques sur la maison de Galard, I-IV, Paris.

Pon, G. et J. Cabanot, éd. (2004) : Cartulaire de la cathédrale de Dax, Liber rubeus (xie-xiie siècles), Dax.

Raimond, P., éd. (1873) : Cartulaire de l’abbaye Saint-Jean-de-Sorde, Paris - Pau.

Roger de Hoveden, éd. W. Stubbs (1868-1871) : Chronica Magistri Rogeri de Hovedene, I-IV, Londres.

Shirley, W. W., éd. (1862-1866) : Royal and Other Historical Letters Illustrative of the Reign of Henry III, Rolls Series, I-II, Londres.

Vielliard, J., éd. (1984) : Le Guide du Pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, édité et traduit en français d’après les manuscrits de Compostelle et de Ripoll, Paris.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abbadie, Fr. (1898) : Histoire de la commune de Dax, Dax.

Barnabé, P. (2003) : Entre roi-duc et roi de France : fidélité ou ralliement du pays gascon (1259-1360), thèse de doctorat dactylographiée, s. d. J.-B. Marquette, I-II, Bordeaux 3.

Boutoulle, Fr. (2001) : Société laïque en Bordelais et Bazadais des années 1070 à 1225 (pouvoirs et groupes sociaux), thèse de doctorat s. d. J.-B. Marquette, I-III, Bordeaux 3.

— (2005) : “Le conflit béarno-dacquois et les croisades de 1149”, Bulletin de la Société de Borda, no 479, 341-356.

Courteault, P. (1913) : “Bordeaux et le pays bordelais dans les chansons de geste”, Revue historique de Bordeaux, 161-171.

Fossier, R. (2000) : “Le domaine du roi en Picardie (xe-xiiie siècle)”, in : Paviot & Verger 2000, 271-282.

Lainé, Fr. (1985) : “Hôpitaux et routes des Landes, xiiie-xvie siècles”, in : La Grande Lande. Histoire naturelle et géographie historique, Actes du colloque de Sabres, 27-29 novembre 1981, s. d. A. Klingebiel et J.-B. Marquette, CNRS, 177-196.

Leyte, G. (1996) : Domaine et domanialité publique dans la France médiévale, Strasbourg.

Marquette, J.-B. (1977) : “Le pays de Born à la fin du xiiie siècle”, Bulletin de la Société de Borda, no 365, 179-229.

— (1978) : Les Albret. L’ascension d’un lignage gascon (Le rôle politique), Cahiers du Bazadais no 41.

— (1983) : “Les pays de Gosse, de Seignanx et de Labenne (1200-1320)” et “Bayonne et les pays de la rive droite de l’Adour : Gosse, Seignanx, Labenne (1200-1320)”, in : Actes du XXXIIIe Congrès d’études régionales tenu à Bayonne les 4 et 5 avril 1981, Bayonne, 45-96.

— (1985) : “Le réseau paroissial de la haute-lande au début du xive s.”, in : La Grande Lande. Histoire naturelle et géographie historique, Actes du colloque de Sabres, 27-29 novembre 1981, s. d. A. Klingebiel et J.-B. Marquette, CNRS, 147-176.

— (1990) : “Un castelnau en terre de franchise au xiiie siècle : Labouheyre”, in : Cadres de vie et société dans le Midi médiéval, textes réunis par P. Bonassie et J-B. Marquette en hommage à Charles Higounet, Toulouse, 85-96.

— (2004) : “La géographie ecclésiastique du diocèse de Dax d’après le Livre rouge et son évolution du xiiie au xviiie siècle”, L’Église et la société dans le diocèse de Dax aux xie-xiie siècles, journée d’études sur le Livre rouge de la cathédrale de Dax, Dax, 1er mai 2003, Dax, 89-154.

Mussot-Goulard, R. (1982) : Les princes de Gascogne, 768-1070, Marsolan.

Paviot, J. et J. Verger, dir. (2000) : Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Age, Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, Paris.

Trabut-Cussac, J.-P. (1955) : “Un rôle de lettres émanées du prince Édouard pendant son premier séjour en Gascogne, mai-octobre 1254”, Recueil des travaux offerts à Clovis Brunel, I-II, Paris, II, 599-615.

— (1972) : L’administration anglaise en Gascogne sous Henri III et Édouard Ier de 1254 à 1307, Paris - Genève. Treuille, H. (1978) : “Mémoire sur les chemins et routes de Compostelle dans les Landes”, Bulletin de la Société de Borda no 370, 145-172 ; no 371, 309-328 ; no 372, 425-450.

Notes

1 Cuttino éd. 1975, I, no 35. Cf. Leyte 1996, 153.

2 Toutes relevaient du diocèse de Dax, sauf le Born (Bordelais) et Belin (Bazadais).

3 Marquette 1977, 179-229 ; Marquette 1983, 45-96 ; Marquette 1990, 85-96 ; Marquette & Poumarède éd. 1978, 329-352, 451-464.

4 Boutoulle 2001, I, 164.

5 Boutoulle 2005, 346.

6 Mussot-Goulard 1982, 140-150.

7 Raimond éd. 1873, no LVIII (1105-1118).

8 Benoît de Peterborough, éd. Delisle 1879, 167 ; Roger de Hoveden, éd. Stubbs 1868-1871, II, 117.

9 Une curia s’y réunit en 1235 (cf. Dubarat éd. 1898, charte XXIII).

10 Les deux seigneurs furent régulièrement convoqués à l’ost : Marensin (Michel éd. 1885, I, no 1587 et 1606) ; Maremne (Id., no 159 et 1594).

11 Vielliard éd. 1984, 17-19.

12 Pon & Cabanot éd. 2004.

13 Marquette 1985, 147-176.

14 Marquette 2004, 109.

15 Chef-lieu d’une juridiction situé sur le territoire de la paroisse de Mons (diocèse de Bazas).

16 Courteault 1913, 161-171 ; Boutoulle 2001, II, 808.

17 Boutoulle 2001, I, 473, n. 363.

18 Hardy éd. 1833-1834, I, 73b.

19 Bémont éd. 1914, no 683 et 688.

20 Shirley éd. 1862-1866, II, no CCCCXII, 57-59 (d’après un rapport adressé à Henri III par les habitants d’Uza vers 1250).

21 CPR 1216-1225, 251. Les maire et prud’hommes de Bayonne furent chargés d’en faire de même pour le château ducal, ce qui sous-entend l’absence d’un gardien.

22 Id., p. 245 (2 juillet 1220) (cf. p. 578b).

23 Id., p. 276.

24 Ainsi, en Entre-deux-Mers, proche de Bordeaux, le roi-duc disposait de servientes percevant les revenus en 1201 et de bailes accusés de ne pas respecter les libertés et coutumes des habitants en 1237 (Boutoulle 2001, 481).

25 CPR 1232-1247, 245.

26 En 1309, la paroisse de Lit fait figure de chef-lieu seigneurial car elle accueillit l’échange de serments entre Arnaud Garsie de Got et ses vassaux (Noulens éd. 1871-1876, I, 300).

27 Dans la seconde moitié du xive siècle, Tosse était le siège de la cour (Abbadie 1898, 96).

28 Le coutumier de Dax rapporte que le siège de la cour était fixé à Biaudos (Id.).

29 CPR 1216-1225, 467.

30 Shirley éd. 1862-1866, II, 58 : rex Johannes commendavit vicecomiti Tartassensi oppidum antedictum.

31 Marquette 1977, 191.

32 Boutoulle 2001, I, 473.

33 Michel éd. 1885, I, no 403.

34 CPR 1232-1247, 345.

35 Michel éd. 1885, I, no 657.

36 Id., no 485.

37 Id., no 1644.

38 Trabut-Cussac 1972, 353.

39 Shirley éd. 1862-1866, 58-59.

40 Michel éd. 1885, I, no 3696, 4275, 4284.

41 Id., no 3104 (16 mars 1254).

42 Id., no 2202 (28 octobre 1253) et 2219 (19 décembre 1253). Néanmoins, c’était le prévôt de Bayonne, Geoffroi de Beauchamp, qui répondait de la bailie de Seignanx (id., no 2120).

43 Id., no 3202 (12 mai 1254).

44 Id., I sup., no 4475.

45 Id., no 4317.

46 Marquette 1990, 89.

47 Au printemps 1326, on dénonça les gens du vicomte de Tartas, un sire d’Albret, qui détroussaient les passants sur la route des Grandes Landes depuis le château de Lesperon (Londres, National Archives, C 61/38, mbr 6).

48 Lainé 1985, 177-196 ; Treuille 1978, 145-172, 309-328.

49 Id. ; attestée en 1262, l’étape est citée dans la Chronique du Pseudo-Turpin c. 1140-1150 et dans le Guide du Pèlerin (Lainé 1985, 194).

50 Attesté en 1308 (Id.).

51 En 1177, Richard abolit les péages extorqués (Benoît de Peterborough, éd. Delisle 1879, 167).

52 Attesté en 1274 (Lainé 1985, 196).

53 Le 24 mai à Bayonne, le 27 à Belin (Bémont éd. 1896, I sup, XXVIII).

54 Michel éd. 1885, I, no 169 (6 juillet 1242).

55 Id., no 3569 (16 octobre 1253). Le lieu de rassemblement était Rions en Bordelais.

56 CPR 1247-1258, 254.

57 Id., p. 256 (9 décembre 1253).

58 Trabut-Cussac 1972, 43, n. 11. Bayonne en fit de même pour un montant dix fois supérieur.

59 Bémont éd. 1914, no 690 (article 2).

60 Marquette & Poumarède éd. 1978, 348. Néanmoins d’autres exemples de convocation ou de sollicitation collective plus tardives (xive siècle) sont connus pour le pays de Brassenx et le pays de Born (Londres, National Archives, C 61/52, mbr 20) à une époque où le roi-duc soldait systématiquement tout service militaire dès le premier jour.

61 Bémont éd. 1896, I sup., no 4475.

62 Id., no 4317.

63 Bémont éd. 1914, no 455

64 Sub guidonagio nostro (Bémont éd. 1900, II, no 1332).

65 Cuttino éd. 1975, I, 83-91. En 1306-07, au regard de la redevance de 3 deniers perçue sur chaque vache étrangère venant paître dans la sénéchaussée des Landes, le bétail serait estimé à environ 20 000 têtes.

66 C’était une des missions du prévôt de Dax de protéger les troupeaux transhumants dans sa juridiction (Bémont éd. 1900, II, no 1332, 1401).

67 CPR 1232-1247, 380 (18 juin 1243).

68 Bémont éd. 1900, II, no 4484.

69 Bémont éd. 1896, I sup., no 4393-4394.

70 Bémont éd. 1900, II, no 4484.

71 Trabut-Cussac 1955, II, 606, no 53.

72 Bémont éd. 1900, II, no 387-388.

73 Marquette & Poumarède éd. 1978, 348.

74 Id., 458.

75 Bémont éd. 1914, no 48.

76 Id., 319.

77 Michel éd. 1885, I, no 2871.

78 Le castrum est fondé dans la paroisse de Saint-Jean-de-Sauters.

79 Michel éd. 1885, I, no 4393-4394.

80 CPR 1232-1247, 245.

81 Id., 467.

82 Id., 345.

83 Michel éd. 1885, I, no 485.

84 Bémont éd. 1896, I sup., no 4475.

85 Michel éd. 1885, I, no 4397.

86 Bémont éd. 1914, no 690.

87 Michel éd. 1885, I, no 485.

88 Cf. Marquette & Poumarède éd. 1978 ; Marquette 1990.

89 Bémont éd. 1914, no 551.

90 Michel éd. 1885, I, no 4317.

91 Id., II, no 4484.

92 Cf. Boutoulle 2001, 481-490.

93 Balasque & Dulaurens éd. 1862-1875, II, 691-700.

94 Une pétition non datée adressée au roi-duc évoque le cens : “… que come chescune meson de la dite terre de la Bort soit tenue a nostre seignur le roi en III s. des morlans chescun ann” (Londres, National Archives, SC 8/282, no 14092).

95 Fosssier 2000, 271-282.

96 Elles ne sont connues que pour l’exercice de 1306-1307 (Cuttino éd. 1975, 86-87), mais leur montant global n’est pas significatif. La somme de chaque bailie (Labouheyre et Mimizan 360 l. ; Gosse et Seignanx 330 l. ; Marensin 400 l. ; Brassenx et Sabres 104 l.) ne totalise que le fermage ou le surplus de la somme assignée. Du reste, Labenne a ses recettes données à Pierre-Arnaud de Vic, donc ne figure pas dans le compte général du connétable.

97 Shirley éd. 1862-1866, II, no CCCCXII, 57-59.

98 Bémont éd. 1914, no 648. En 1293, après enquête, le roi-duc confirma officiellement les droits de haute et basse justice à son seigneur, Arnaud Raimond de Soler (Michel éd. 1906, III, no 2084 et 2113).

99 La cession fut in perpetuum feodum à Auger contre un chevalier d’ost (exercitum unius militis) (Paris, BnF, coll. Doat 189, fol. 30-31v) ; Bémont éd. 1914, no 394 (l’hommage fut rendu pro tota terra de Marencino).

100 Bémont éd. 1914, no 560 (1274).

101 Marquette 1978, 496.

102 Cf. Barnabé 2003, I, 279-280.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La directe ducale dans la Lande occidentale au milieu du xiiie siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

Université de Bordeaux - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540