Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Poitou

Le dominium seigneurial en question : exercice, territoire et adaptation aux marges du comté poitevin (1150-1250)

Cédric Jeanneau

Texte intégral

  • 1 À Maillezais, l’ancienne fortification comtale est perçue comme une menace par les moines. L’essor (...)

1Fondée dans les années 968-970, l’abbaye de Maillezais ne prit véritablement son essor que quelques années plus tard. Devenu abbé vers 1007, Théodelin n’eut de cesse d’accroître la renommée de sa fondation en cherchant à éliminer tous les obstacles qui pouvaient en menacer la prospérité. Le premier de ces périls est très concret, comme le révèle le moine chroniqueur du monastère, Pierre. Il se présente sous la forme d’une ancienne forteresse bâtie dans ce lieu pour repousser les Normands. Plus ou moins abandonnée, cette fortification représente toujours un véritable danger “un tyran l’occupant par fraude et prenant appui sur elle aurait pu dévaster, arracher et disperser tout ce qui avait été donné au monastère”1. Ces quelques lignes du moine Pierre révèlent bien la toute puissance du château, non seulement lieu de défense, mais aussi source de pouvoir et de domination1.

2Même si le Bas-Poitou ne compte pas autant de lignages prestigieux que dans d’autres régions, il y existe cependant un réseau nobiliaire dense, suffisamment puissant pour créer des difficultés aux comtes de Poitiers, ducs d’Aquitaine puis aux souverains Plantagenêts. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à se révolter dès qu’ils sentent qu’un changement d’alliances peut leur apporter des revenus ou des avantages supplémentaires, des révoltes révélatrices en quelque sorte des évolutions de leur revenu. Les prises d’armes trouvent aussi leur genèse dans les difficultés financières et dans les pressions de plus en plus fortes imposées par le comte.

  • 2 Il n’est pas question de proposer un répertoire bibliographique exhaustif sur ce thème, ni même de (...)
  • 3 Charbonnier 1992, 192-194.

3Évoquer la seigneurie, en faire un thème d’étude, peut apparaître bien peu innovant tant les études sur le sujet sont nombreuses2. Notre objectif, ici, n’est pas de réaliser un tableau aussi précis qu’artificiel des différents droits perçus, jusqu’à soixante-dix si l’on suit Pierre Charbonnier3, mais plutôt de cerner sa genèse et son rôle dans l’organisation de l’espace et la structuration de la société notamment dans l’établissement de la hiérarchie nobiliaire. À la question, tous les individus de quelque importance sont-ils à la tête d’une seigneurie ? La réponse est négative ; celle-ci correspond à un certain niveau de pouvoirs dont ne dispose qu’une élite restreinte. Reste à définir ensuite comment cette dernière a réussi à maintenir sa prééminence envers et contre tout : les ambitions des autres individus, les rivalités politiques, les interventions du comte, sans oublier toutes les recompositions et transformations liées aux évolutions économiques.

4La seigneurie semble donc être la cellule essentielle, mais loin d’apparaître comme une structure rigide importée des régions voisines et imposée sur les terres plus tardivement défrichées du Bas-Poitou, elle se révèle être au contraire un système parfaitement adapté au terroir, capable de tirer profit des structures originales d’un espace. En Bas-Poitou, point de villages tassés derrière une enceinte, pas de masse de dépendants assujettis à un maître, mais au contraire un habitat qui reste dispersé, peuplé par des libres. Cela ne veut pas dire pour autant que la seigneurie soit inexistante ou plus faible qu’ailleurs. Au contraire !

5Loin de n’être qu’une mécanique bien huilée, le système seigneurial s’avère être aussi un élément central déterminant la hiérarchie nobiliaire tout en se révélant suffisamment souple pour s’adapter aux contraintes et particularités de l’espace bas-poitevin.

Les rouages de la seigneurie bas-poitevine

  • 4 Barthélemy 1997, 19-128 ; Jeanneau 2006, 34-88.

6Nous ne disposons pas véritablement de documents qui nous permettent d’accéder à une connaissance directe des différents rouages qui composent la seigneurie à l’époque plantagenêt dans les terres bas-poitevines. Nous devons donc par conséquent nous appuyer sur les enseignements partiels et partiaux que l’on peut recueillir dans les chartes de donation, une méthode qui a largement fait ses preuves mais qui ne peut délivrer qu’une image déformée4. La prise en compte des stratégies d’écriture déployées dans la rédaction des actes diplomatiques constitue un aspect essentiel qui commence tout juste à être intégré dans les recherches actuelles. La seigneurie se fonde sur trois composants dont la part varie d’une cellule à l’autre : la terre et le sol avec les redevances qu’ils assurent, les droits sur les individus, élément essentiel du pouvoir, mais aussi, ne l’oublions pas, des biens et des revenus d’origine ecclésiastique (casuel, dîme) qui représentent parfois une part importante du patrimoine des seigneurs.

Fig. 1. Carte de présentation des grandes seigneuries du Bas-Poitou.

La terre : aux sources de la puissance seigneuriale ?

  • 5 Ledain éd. 1895, 155, (1232).
  • 6 Debord 1984, 277, 295.
  • 7 Boutoulle 2001, 233-235.
  • 8 On peut même aller plus loin, Dominique Barthélemy constate que “l’autonomie est une notion imposs (...)
  • 9 Verriest 1916 ; Déléage 1942 ; Verhulst 1965.
  • 10 Jeanneau 2006, 227-240 ; Pichot 1999, 65-95 ; Pichot 2002, 162-198.
  • 11 Magnou-Nortier 1993, 196-207 ; 1994, 12-28 ; 1987, 659-700.

7“Nulle terre sans seigneur”. L’adage est bien connu ! Au xiie siècle, il pouvait être renversé, nul seigneur sans terre et même sans terre alleutière, disent certains ! L’étude des possessions seigneuriales révèle un premier décalage entre la valeur presque sacrée accordée à la terre qui se manifeste dans des formules comme : “Moi, Geoffroy, seigneur de toutes les terres de Vouvant”5 et sa discrétion dans les actes de la pratique. Cette absence s’observe notamment pour les alleux, alors qu’ils se comptent en grand nombre le long de la côte charentaise6 et surtout en Bordelais7. Question de vocabulaire ou originalité des structures domaniales ? La notion de propriété à cette époque diffère fondamentalement de la nôtre. La pleine possession n’existe pas et il vaut mieux parler de “jouissance”, même de degrés dans cette jouissance qui distingueraient les terres exploitées directement de celles détenues comme biens-fonds8. L’idée d’une noblesse qui tirerait exclusivement ses revenus de l’exploitation par ses gens de vastes domaines possédés en propre ne résiste pas dans notre région. Les villæ rencontrées dans les textes ne sont pas des vestiges de grands domaines, comme certains l’ont cru9, mais des villages enracinés dans un terroir, détenus à des degrés divers par plusieurs individus10. Les manses, borderies et autres hébergements recensés ne constituent pas non plus des cellules foncières élémentaires qui seraient exploitées directement, elles forment plutôt des unités fiscales de prélèvement11.

8Cela veut-il dire pour autant que les seigneurs ne possèdent pas de terres en propre, ces fameuses réserves évoquées par les études que l’on pourrait qualifier de “classiques” sur la seigneurie ?

  • 12 Le terme dominicatura désigne des droits qui portent sur la terre et s’oppose à chasement : dominu (...)
  • 13 Ex patrimonii sui hereditate, Marchegay éd. 1877, 79.
  • 14 Ledain éd. 1895, 155, (1232).
  • 15 Les moines pouvaient acquérir ce qu’ils voulaient, monnayer des droits sur le cens, la juridictio (...)
  • 16 Barthélemy 1993, 455.
  • 17 Boutetière éd. 1872, 159 (1095).

9Elles se rencontrent peut-être à travers des expressions comme indominicatura forgées à partir du terme dominium qui désigne une possession en propre12 ou à travers le terme patrimonium qui désigne aussi un bien reçu par héritage13. La rareté des références ne signifie pas toutefois qu’elles n’existent pas. Les contemporains avaient conscience que la terre relevait d’un seigneur comme le montre une charte de Geoffroy de Lusignan autorisant les moines de l’Absie à acquérir librement des biens dans ses possessions14, une disposition dont on ne mesure pas immédiatement les avantages mais qui se révèle être une véritable libéralité. Plusieurs degrés dans la possession foncière apparaissent15 : des parcelles et des droits peuvent être fractionnés en de multiples mains, mais ces biens limités ne forment pas d’entités distinctes, ils relèvent d’ensembles plus vastes, reconnus et détenus par de grands seigneurs comme Geoffroy de Lusignan. Celui-ci apparaît ainsi comme le seul propriétaire pouvant autoriser l’installation ou non de nouveaux venus dans ses domaines ; comme l’écrivait Dominique Barthélemy, “il y a une idéologie de la seigneurie comme possession et comme créance”16. Dans les actes de la pratique, toutefois, la terre n’est perçue qu’à travers les revenus qu’elle rapporte, comme le rappelle une charte de l’abbaye de Talmont : “Dominium vero illius terre est terragium et decima et census17.

  • 18 Redet éd. 1874, 321 (1021-1029).
  • 19 Boutetière éd. 1872, 123 (1080).
  • 20 Boutetière éd. 1872, 149 (1100).
  • 21 Boutetière éd. 1872, 207 (1100).
  • 22 Boutetière éd. 1872, 300 (1140).

10Le cens est un prélèvement essentiel. Défini à l’avance, son montant résulte d’un accord qui ne peut pas être modifié et qui obéit à des règles strictes. Dans une charte du début du xie siècle, celles-ci sont évoquées : le cens réclamé pour la ruptura, terre juste défrichée de Thibaud, est fixé à six deniers comme l’exige la loi, “cui lex est” nous dit le rédacteur de l’acte18. Cette somme de six deniers ou son multiple, douze, sont d’ailleurs souvent repris alors que les terres sur lesquelles se fondent les prélèvements sont très diverses. Sont astreintes à six deniers de cens une terre près de Fontaine, la vigne d’Achard19, le moulin de Dolebel20, la domus du chevalier Bouchard21 et un setier de terre appartenant à un certain Richard22. Les redevances à six et douze deniers représentent les 3/4 des montants exigés. À l’origine les cens n’auraient-ils pas été, eux aussi, une unité de prélèvement. Cela n’est pas impossible, la question mériterait qu’on lui apporte plus d’attention…

  • 23 Sarrazin 1997, 248.

11L’autre prélèvement évoqué dans la charte de Talmont est le terrage. Contrairement au cens, c’est une redevance à part de fruits beaucoup plus lourde perçue sur toutes les récoltes, ce qui explique les différents noms que l’on rencontre dans les textes : gerbarium, herbarium, frumentagium. Son montant devait varier en fonction de la richesse des sols ; ce n’est cependant qu’à partir du xive siècle que le pourcentage a pu être estimé avec un minimum de certitude : les bonnes terres du Talmondais étaient imposées au 2/5 tandis que celles moins fertiles de la Garnache ou de Champagné dans les marais ne l’étaient qu’aux 1/6 et 2/1123.

  • 24 Jeanneau 2006, 243-234.

12La seigneurie ne se limitait pas à des terres cultivées, elle comprenait aussi les bois et les landes situés à la périphérie. Ces espaces ne sont ni abandonnés, ni vides. Les sous-bois, au contraire, bruissent d’activités : les animaux, porcs et parfois chèvres paissent librement, les hommes ramassent le bois mort et certains obtiennent l’autorisation de défricher les hautes futaies. Chacune de ces activités est une source de revenus qui s’avère loin d’être dérisoire24.

  • 25 Pichot 2004, 607-632.

13La détention de la terre s’opère donc à plusieurs niveaux : à côté d’ensembles compacts, difficiles à appréhender car exclus de toute transaction, situés notamment autour du castrum, voisinent des parcelles plus réduites, des tenures soumises à des taxes et des droits plus épars, le tout formant selon l’expression de Daniel Pichot “le prélèvement seigneurial”25. La seule possession de quelques revenus ne constitue pas une assise suffisante pour donner naissance à une seigneurie autonome, celle-ci doit s’appuyer sur une certaine superficie foncière et sur un minimum de droits importants notamment d’origine publique pour assurer à son détenteur suffisamment de puissance.

Les droits sur les hommes

  • 26 Cart. de l’abbaye de Fontenelles no 186, p. 50 (1223) édité dans Jeanneau 2006, 7 ; 50 (1223).

14Il est dans la langue française des mots qui suscitent immédiatement un complément. Chez les historiens, évoquer la seigneurie équivaut à ajouter le terme banal. La détention de droits publics assure à son possesseur une suprématie qui le place au dessus des autres détenteurs. Au centre de ce dispositif se trouve le castrum. La protection qu’il offre implique une kyrielle de droits : celui de commander, d’édicter des règlements et de punir les contrevenants, mais aussi des obligations dont on peut mesurer l’ampleur et la diversité à travers des exemptions comme celles accordées à un homme de Guillaume d’Apremont, châtelain de Beaulieu-sous-la-Roche. Celui-ci se trouve libéré “ab omnis exactionibus et ab omnibus serviciis et consuetudinibus26.

  • 27 Garaud 1964, 161-169.

15Dans cet ensemble, on peut distinguer trois éléments : le servitium d’abord. Il comprend toutes les obligations exigées en échange de la protection, y figurent ainsi les réquisitions pour l’entretien du château, les corvées et le droit de gîte27.

  • 28 Marchegay 1877, 97 (1090).
  • 29 Portejoie éd. [s. d.], 275 (1263).
  • 30 Chartes de Maillezais no 48 (1191) dans Jeanneau 2006, 7 ; 67 (1191).

16Beaucoup de ces corvées sont rachetées et transformées en rente. Si en 1090, les rustici d’Angles se débarrassent pour cinquante sous de celles exigées par Pépin de Talmont28, au xiiie siècle, les habitants du Busseau, de Foussais et d’Auzay ont plus de mal, en revanche, pour obtenir le “rachapt” des corvées de récurage des fossés du château de Mervent appartenant à Hugues l’Archevêque29. Le droit de gîte, objet de perpétuelles disputes entre les seigneurs et les moines, est racheté également pour des sommes modiques. Les moines de Maillezais obtiennent ainsi la suppression du repas dû à Raoul de Mauléon et à sa suite le jour de la foire annuelle de la saint Jean30.

  • 31 Gardam omnium euntium ad Absiam et redeutium, Ledain éd. 1895, 26, 59, 82.
  • 32 La fréquentation moindre du chemin rendait cette fonction beaucoup moins rentable, les trois cheva (...)

17Deuxième volet, les exactions : associées traditionnellement dans le langage des clercs et des moines à une action délictueuse, elles désignent, dans les actes de la pratique, les droits d’origine publique liés à la possession d’une forteresse. La protection des individus et la défense des routes en font partie. Source de revenus essentielle, cette activité est assurée conjointement par les châtelains et par les plus petits seigneurs. Guillaume IV l’Archevêque, Guillaume vicomte de Thouars et Geoffroi de Rancon se relayaient pour assurer la défense des personnes qui se rendaient à l’abbaye de l’Absie31, celle des individus qui empruntaient le chemin beaucoup moins fréquenté de Saint-Médard-des-Prés n’était assurée que par trois chevaliers de moindre importance : Guillaume Roque, Guillaume Gaverneau, et Dyonisien Foreter32.

  • 33 Garaud 1964, 152-157.
  • 34 Portejoie éd. [s. d.], 93 (1170).
  • 35 Boutetière éd. 1872, 99 (1128) ; 171 (1129) ; 332 (1150) ; 350 (1180).
  • 36 Redet éd. 1874, 337 (1108-1115).
  • 37 Portejoie éd. [s. d.], 119 (1276).
  • 38 Marchegay éd. 1877, 304-305 (1225-1250).

18Ces droits s’accompagnaient du versement de la queste ou de la taille33. Fixés en argent les montants se révèlent très variables et peuvent être doublés dans certaines circonstances, généralement trois ou quatre : lorsque le seigneur est fait prisonnier, s’il doit faire face à des dépenses accrues comme le mariage de sa fille pour lui constituer une dot, pour acheter une armure à son fils devenu chevalier34 ou pour payer des droits de mutation toujours plus élevés35. Son importance semble bien supérieure au cens. Déjà en 1108, la terre de Gauthier Audé était assujettie à douze deniers de taille pour huit deniers de cens36. Dans les grands domaines, les sommes perçues pouvaient s’avérer beaucoup plus élevées. Guillaume l’Archevêque percevait trente livres par an sur les manants du Busseau, de Foussais et d’Auzay37. Guillaume de Sainte-Maure, seigneur de Noirmoutier, afferme les tailles qu’il possédait sur les hommes de l’île sauf huit, pour 250 livres par an38.

  • 39 Ledain éd. 1895, 156 (1233).
  • 40 Les moines d’Orbestier avaient reçu de Richard Cœur de Lion le droit d’extraire et de récupérer le (...)
  • 41 Garaud 1964, 129-136.

19À ces droits, on peut ajouter les péages générateurs de ressources importantes comme celui d’Hérisson qui rapportaient en 1233 à Aimeri d’Argenton six livres39. À ceux-ci se rajoutent les redevances sur les bateaux qui faisaient le commerce du sel ou les droits sur les fortunes de mer40 ou ceux portant sur les marchés41.

  • 42 La vicaria fait référence à cette époque à l’exercice de la justice, mais aussi aux prélèvements q (...)

20Troisième élément : les coutumes. Elles sont omniprésentes dans les textes diplomatiques des xiie et xiiie siècles ; elles désignent des droits d’origine publique comme la justice – vicaria – rendue par les châtelains qui ont accaparé ces prérogatives depuis longtemps42.

21Le contrôle des seigneurs s’étend à toutes les activités et concerne tous les domaines qui peuvent procurer un quelconque revenu. Cela ne veut pas dire pour autant qu’ils disposent de tous les droits sur le sol. Ces derniers, tout comme les rentes sur la terre, sont généralement très fractionnés, un phénomène que les partages successoraux et les aumônes pieuses n’ont fait qu’accélérer même si en réalité de grands ensembles mal connus devaient se maintenir.

22Dans notre tentative de reconstitution des fondements du pouvoir seigneurial, il ne faut pas sous-estimer non plus l’importance des biens et revenus d’origine ecclésiastique.

La rente paroissiale

  • 43 Le montant des droits ecclésiastiques est difficile à chiffrer au milieu du xiie siècle, on peut t (...)
  • 44 Boutetière éd. 1872, 90 (1115).

23Intégrés dans le patrimoine des seigneurs, les biens d’Église sont aussi des sources de revenus importants fournis par les dîmes, les droits liés aux célébrations et les offrandes, souvent partagées avec le desservant, consenties lors des baptêmes, mariages ou sépultures. La part des dîmes et des droits ecclésiastiques encore détenus par les laïcs à cette époque est difficile à déterminer, tout comme leur montant43. Malgré les demandes réitérées de l’Église, le transfert de ces biens n’est pas immédiat. Les châtelains de Palluau par exemple, ne restituent ceux qu’ils conservaient qu’au cours du xiie siècle, et encore gardent-ils ce qui leur apparaît comme le plus rentable, c’est-à-dire les droits sur les cierges et les offrandes faites lors des baptêmes qu’ils détiennent encore à hauteur des 2/344. Divisés, morcelés, les dîmes et autres revenus ecclésiastiques ont intégré la plupart des patrimoines des laïcs avec une intensité variable, allant jusqu’à constituer chez les plus humbles chevaliers, la part la plus notable de leur fortune.

24Le transfert des droits publics ne s’est pas étendu à l’ensemble des individus dotés d’une autorité, ils ont été accaparés par l’élite châtelaine. La concentration de ces pouvoirs sur un espace restreint a donné naissance à une seigneurie conçue avant tout comme un nœud de pouvoirs dont l’exercice peut être assuré par un individu seul, mais aussi le plus souvent par plusieurs.

La seigneurie : une hiérarchie de pouvoirs

25L’accroissement des aumônes révèle petit à petit l’ossature de la puissance seigneuriale. L’image qui s’en détache pour les xiie et xiiie siècles est loin de correspondre à celle strictement définie des xive et xve. C’est plutôt une nébuleuse de droits divers, dispersés, possédés par plusieurs individus qui transparait sous la plume des scribes. Cette impression d’une parcellisation extrême de l’autorité et de la désagrégation de la puissance publique qui a conduit à l’élaboration du trop célèbre topos de l’anarchie féodale doit être revue. Si nombre de droits ont été partagés, les plus importants, ceux qui rapportent le plus, sont détenus par une minorité d’individus seulement. Cette concentration a permis la constitution de seigneuries autour d’un noyau, un pôle de puissance dont l’influence déclinerait à mesure que l’on s’en éloignerait et que l’on se rapprocherait d’un autre. Moins qu’une anarchie, c’est une véritable hiérarchie de pouvoirs ancrée sur la terre qui se met en place.

Des biens et des droits inégalement détenus

  • 45 Jeanneau 2006, 849-853.

26Les trois fondements de la puissance seigneuriale – la terre, les biens d’Église, les droits sur les individus – ne sont pas répartis de manière équitable dans le patrimoine aristocratique. Si l’on dresse un tableau des possessions en fonction des différentes catégories – châtelains, petits seigneurs et chevaliers – on observe de forts déséquilibres tant dans la répartition que dans la nature des biens possédés. Ces inégalités très marquées expliquent le maintien de la supériorité de certaines catégories et la faiblesse structurelle des autres, plus fragiles pour affronter les crises notamment la réforme “grégorienne” ou les transformations économiques45.

  • 46 Les chiffres obtenus varient de 40 % pour les châtelains à 25 % pour les 3 grandes familles implan (...)

27Ces fortes inégalités s’observent notamment dans la répartition des biens d’Église. Si les dîmes occupent une place privilégiée dans toutes les aumônes, les églises, quant à elles, restent la propriété presque exclusive des châtelains. Si l’on prend la période 1080-1200, celle où les sources sont les plus denses, on note que 40 % des aumônes châtelaines portent sur la cession d’un lieu de culte contre moins de 10 % pour les catégories inférieures du groupe aristocratique : les petits seigneurs et chevaliers46. Pour les dîmes, la répartition est plus homogène, elles constituent l’objet de plus de 75 % des donations accordées par les chevaliers. Elles semblent constituer un des fondements essentiels de leur fortune.

28Au sein de la catégorie nobiliaire, les différences sont bien marquées. Les églises sources de pouvoirs et de revenus conséquents sont restées entre les mains des châtelains, tandis que les dîmes morcelées, aux revenus beaucoup plus faibles, ont servi souvent de rémunération pour remercier un chevalier ou un autre individu. En raison de leur importance dans le patrimoine nobiliaire, leur cession s’échelonna sur une longue période.

29Les restitutions imposées par la réforme “grégorienne” n’ont pas touché tous les individus de la même façon. Pour les châtelains, l’impact fut probablement assez limité, une grande partie des églises avait été rendue et les dîmes ne constituaient qu’une part relativement faible de leurs revenus. Pour les chevaliers, la situation fut tout autre : l’abandon de ces droits lucratifs risquait de les ruiner, ce qui explique peut-être une réaction conservatrice marquée par un reflux des donations pieuses.

  • 47 Les tailles, banalités, coutumes sont parfois cédées par des individus autres que des châtelains m (...)

30Le contraste entre le patrimoine des châtelains et celui détenu par les autres individus repose sur des critères à la fois quantitatif et qualitatif : sur-représentation des tènements et des parcelles, détention très limitée des tailles et des coutumes47, absence de droits d’origine publique pour les chevaliers et petits seigneurs et abondance de ces droits pour les autres.

31La diffusion pyramidale des droits souvent évoquée, du comte aux plus humbles seigneurs, n’a donc entraîné que des recompositions très limitées qui n’ont profité qu’aux châtelains. La société aristocratique se structure toujours autour d’un noyau relativement restreint de grands seigneurs très puissants qui contrôlent l’essentiel du territoire, une autorité qui, n’a jamais à aucun moment, été sérieusement remise en cause.

32En tête émerge une élite qui possède les forteresses et détient la plénitude des droits liés au dominium : en font partie les vicomtes de Thouars, les princes de Talmont, les châtelains de La Garnache…

33Viennent ensuite des familles qui possédaient un castrum et qui ont détenu au cours des xiie -xiiie siècles un certain nombre de droits d’origine publique. On y retrouve la plupart des châtelains de la région comme Pierre de La Motte, Hervé de Mareuil ou Aimeri de Chantemerle…

34En dernier viennent s’ajouter des seigneurs qui ont participé à l’exercice de ces droits mais sans avoir eu la possibilité d’en détenir en propre suffisamment pour créer une seigneurie autonome. Les quelques parcelles d’autorité qu’ils ont recueilli sont insuffisantes et n’apparaissent que tardivement. On y retrouve pêle-mêle des cadets de grandes familles comme Pierre L’Évêque, frère cadet des vicomtes de Thouars ou de plus petits seigneurs comme Jean de Souché…

35La lente désagrégation du pouvoir comtal ne s’est donc pas accompagnée d’une dilution complète de l’autorité publique, phénomène qui aurait été à l’origine de la constitution d’une multitude de cellules de pouvoirs privés autonomes. Des parcelles de l’autorité publique sont bien tombées entre les mains des châtelains, mais cela n’a guère été plus loin. Le pouvoir est resté entre les mains d’une élite. La détention d’un castrum assure la levée de prélèvements et la perception de droits considérables qui les placent au dessus des autres individus. La différence est telle que les petits seigneurs ou les milites ne pouvaient rivaliser et prétendre à la constitution d’une seigneurie. Si ce terme est utilisé en de multiples circonstances, reste à déterminer le moment à partir duquel il acquiert sa définition spatiale.

La seigneurie : un nœud du pouvoir enraciné dans le sol

36Une liste de prélèvements suffit-elle à caractériser une seigneurie ? La réponse semble évidente : la seigneurie ne se limite pas à une liste de droits, elle implique une unité d’organisation, un contrôle et la domination d’un espace. La question posée précédemment pourrait être reformulée plus précisément : comment passe-t-on d’une seigneurie “nœud de pouvoirs” à une seigneurie “espace de pouvoirs” ?

37La genèse de ce passage peut se reconnaître à travers deux indices : l’apparition de termes faisant référence à un espace spécifique et l’évocation de mauvaises coutumes. Une prise de conscience de l’individualité et de la particularité d’un espace distinct émerge dans les sources à partir du milieu du xiie siècle, à travers l’utilisation de plusieurs termes spécifiques.

L’appropriation d’un espace spécifique

  • 48 Jeanneau 2006, 955.
  • 49 Ad mensuram de Cheza Vicecomitis, in area de Castro Casa Cart. de l’abbaye de Fontenelles no 244 d (...)
  • 50 Ledain éd. 1895, 74 (1183).

38Area, circuitu, conditio, districtum, et territorium font tous référence à un espace structuré autour d’un pôle, le castrum et délimité précisément au sol48. L’évocation d’une mesure particulière attachée à cette circonscription territoriale révèle de manière encore plus marquée l’autonomie de la structure seigneuriale. En 1244, par exemple, le castrum de La Chaize-le-Vicomte est présenté comme le centre d’une zone de prélèvement dotée d’une unité de mesure spécifique49. D’autres aires délimitées de prélèvement sont également évoquées, comme le territorium d’Airvault correspondant à la zone d’influence de Pierre Magot50.

39L’imposition de limites géographiques précises assignées à l’exercice des pouvoirs d’un seigneur constitue une étape essentielle dans la mise en place de la seigneurie. Celle-ci s’ancre autour de la famille propriétaire qui faute de disposer de tous les droits en détient du moins les plus importants.

40Elle se définit comme un centre organisé autour du château ou du domaine principal qui s’étend vers la périphérie par l’intermédiaire de relais qui peuvent être des points fortifiés, des villages, des domaines ou même des lieux de culte fondés précédemment par la famille.

  • 51 Le nombre de taxons recensés dans une haie tout comme la densité de certaines espèces comme le fra (...)

41Restituer l’environnement de la seigneurie s’avère difficile et requiert une étude minutieuse des textes associée à une recherche archéologique. Plusieurs éléments doivent être pris en considération : les lieux de passage, notamment les gués, qui auraient pu être aménagés comme celui de La Vieille-Sèvre à Châtelliers-Châteaumur, celui de Velluire ou celui de La Béchère qui franchissait l’Autize, les ateliers, ceux des potiers ou ceux des verriers qui s’étaient installés dans la forêt de Vouvant, par exemple. Doivent être répertoriés également les moulins, les fours et les pressoirs qui sont autant de points de contrôle et d’exercice de la domination aristocratique. L’étude de l’environnement végétal est également essentiel pour cerner la nature de l’emprise seigneuriale : leur mainmise s’étendait-elle sur un espace entièrement mis en valeur ou celui-ci voisinait-t-il avec des terres en friche ? Ces interrogations s’avèrent fondamentales pour saisir la place et le rôle qu’ont pu jouer par exemple ces nombreuses mottes, très rarement citées dans les textes, que l’on retrouve aujourd’hui, isolées en pleine campagne et qui devaient pourtant s’insérer dans un terroir spécifique. L’étude des photographies aériennes et des plans cadastraux associée à une prospection au sol ont permis de localiser certains des éléments clés de la seigneurie précédemment cités : gués, chemins et bien sûr habitats. L’étude de la végétation, l’archéobotanique, a permis aussi de compléter cette approche délicate en apportant un certain nombre de réponses sur la genèse des haies bocagères51 et l’appropriation progressive du terroir. L’étude menée autour de Montaigu et de la motte de Gestin a permis de restituer les contours d’un terroir défriché aux xiie et xiiie siècles dans lequel ont été fondés plusieurs petits hameaux identifiables par leur toponymie, notamment la désinence en ière assez caractéristique dans nos régions.

42La restitution de l’étendue et des lignes de force de plusieurs grandes seigneuries peut-être tentée, même si de nombreuses interrogations demeurent.

Des constructions seigneuriales particulières (fig. 2-3 et 4)

  • 52 Voir fig. 2.

43La puissance des vicomtes de Thouars en Bas-Poitou repose sur le castrum et le prieuré de La Chaize-le-Vicomte, point d’ancrage d’une autorité qui couvre une superficie de près de 30 kilomètres de long sur 20 kilomètres de large relayée par les églises de La Limouzinière, de Saint-Florent-des-Bois et les terres qu’ils contrôlent à La Chevallière et à La Pellissonnière ainsi que des gués ou des passages surveillés par des ministériaux. À l’ouest, elle s’arrête à quelques kilomètres de La Roche, siège d’une autre seigneurie, tandis qu’au sud, elle ne franchit pas le Lay qui marque la frontière avec les seigneuries de Sainte-Hermine, du Libaud, d’Ingrandes et de La Réorthe. À l’est, les limites se confondent avec la forêt tandis qu’au nord, l’influence des vicomtes se heurte à celles des seigneurs de Mouchamps et des Essarts52.

  • 53 Voir fig. 3.

44La seigneurie de La Garnache (fig. 3), le long de la frontière septentrionale, quant à elle, s’organise autour de trois pôles constitués par les forteresses de La Garnache, berceau de la lignée, celle de Beauvoir qui surveillait le port et celle de Noirmoutier bâtie à proximité de l’ancienne abbaye. Le cœur de leur possession reste les salines aménagées autour de Bouin, Sallertaine et Soullans qui alimentent un actif commerce et rapportent de nombreux deniers. Les prieurés fondés par la famille traduisent bien sûr leur piété et leur puissance, mais ils constituent aussi des pôles d’activités. Les foires qui se tiennent autour du prieuré de La Lande rapportaient, en 1185, 8 livres d’Angers53.

Fig. 2. La seigneurie des vicomtes de Thouars.

Fig. 3. La seigneurie de La Garnache.

Fig. 4. La seigneurie des princes de Talmont.

  • 54 Voir fig. 4 et 5.

45La seigneurie de Talmont (fig. 4), une des plus importantes, s’étend le long du littoral et se structure autour d’une seule forteresse qui protège un port très dynamique, escale obligée sur la partie sud du littoral du commerce du sel ou du vin. Grâce à l’important cartulaire de Sainte-Croix, les biens et les droits possédés par les princes de Talmont sont bien connus. Leur influence s’appuie notamment sur les églises, véritables cellules de droits et de redevances sur le terroir. Elles forment un arc de cercle dont le rayon s’étend sur près de 15 kilomètres. Faisaient partie des possessions de Pépin de Talmont l’église et les droits sur les habitants d’Olonne partagés avec Agnès, comtesse du Poitou, et ceux levés sur les villages de Grosbreuil, Saint-Hilaire-la-Forêt ou Villaron. La superficie contrôlée par ces seigneurs s’étendait d’Angles en bordure du marais jusqu’à Olonne sur le littoral. Contrairement à La Garnache, leur revenu est constitué majoritairement par les dîmes, les oblations et les droits perçus sur la forêt. À l’intérieur de ce vaste cercle, plusieurs niveaux de possession se juxtaposent : le cœur est détenu directement par le prince de Talmont ou les moines de l’abbaye Sainte-Croix fondée juste à côté du castrum. À la périphérie, les droits détenus sont moins importants, concurrencés par ceux de ses vassaux et des autres familles54.

Fig. 5. La seigneurie et ses frontières : les liens avec les vassaux.

Pouvoir seigneurial et mauvaises coutumes

  • 55 Magnou-Nortier 1980, 160.

46La seigneurie se révèle être une construction complexe dont la genèse peut être éclairée de manière indirecte dans les chartes par la mention de plusieurs expressions notamment celle de “mauvaises coutumes”. Pour Élisabeth Magnou-Nortier, il s’agirait même d’un guide infaillible55. Le caractère “mauvaises” dont elles restent prisonnières ne signifie pas qu’elles soit illégales, leur sinistre réputation traduit plutôt la colère de moines démunis devant le renforcement des grandes seigneuries laïques qui menacent d’autant l’autonomie de leurs établissements. L’équilibre coutumier, si l’on peut dire, est remis en cause par la constitution et l’affirmation d’une nouvelle cellule de pouvoirs.

  • 56 Brosseau éd. 1995, 60 (1004).
  • 57 Richard éd. 1886, 1, 134 (1045).
  • 58 Portejoie éd. [s. d.], 64 (1001).

47Elles ne sont ni la marque d’une anarchie des pouvoirs, ni la conséquence de l’introduction de droits nouveaux illégaux. Pour s’en convaincre, on peut s’appuyer sur les allusions relevées dans les sources bas-poitevines. Lorsqu’il remet la villa de l’Hermenault aux moines, Guillaume le Grand interdit à ses hommes d’introduire non des mauvaises coutumes, mais des legum consuetudine56. Concrètement, il interdit à ses représentants, les deux chevaliers installés à Vouvant de lever des droits ou des coutumes sur la terre des moines57. Celles-ci ne sont pas illégales à priori. Associer mauvaises coutumes et usurpation n’est donc pas automatique. Dans une autre charte, c’est le comte lui-même qui est accusé de lever des mauvaises coutumes58. On ne saurait le confondre avec un usurpateur. Mais qu’il ait voulu récupérer des droits seigneuriaux sur des terres bénéficiant de l’immunité ou situées à proximité, à une époque où ses relations avec les moines de Bourgueil sont perturbées par ses problèmes conjuguaux, cela est tout à fait possible. Toute coutume imposée par des seigneurs qui menacerait les revenus de l’Église serait ainsi réputée mauvaise…

48Ancrée sur le sol, dominant les individus, la seigneurie n’est pas pour autant une structure figée. Un certain nombre de circonstances économiques et politiques vont d’ailleurs entraîner de profondes recompositions.

Évolutions et recompositions au sein de la seigneurie

  • 59 Même si nous n’avons pas de correspondance exacte entre les biens vendus au xie siècle et ceux ach (...)
  • 60 Villard éd. 1973, 62 (1006).

49Dès la fin du xiie siècle, l’institution seigneuriale est confrontée à une crise liée notamment à une faible croissance des revenus de la terre qui ne permet pas de faire face à la forte expansion des dépenses. Les cens fixés à l’avance en argent se déprécient face à la hausse des prix dont on peut relever quelques exemples à travers les chartes, même s’il n’est pas possible d’établir des correspondances exactes entre le xie et le xiiie siècle59. Un indice de cette inflation nous est fourni par une charte de Joscelin de Lezay. Celui-ci cède aux moines ce qu’il avait dans la châtellenie de Benet, à la condition de pouvoir le racheter dans quatre ans et, précise-t-il, au même prix. Il était sûr ainsi de réaliser une bonne affaire60.

  • 61 Ledain éd. 1895, 168 (1243).
  • 62 Ledain éd. 1895, 178 (1254).
  • 63 Boutetière éd. 1872, 441 (1225).
  • 64 Ledain éd. 1889, 50 (1266).
  • 65 Ledain éd. 1895, 148 (1228).

50Cette stagnation des droits sur la terre, notamment le cens, influe sur les revenus des seigneurs, mais là aussi de manière inégale. Les plus petits seigneurs et les chevaliers sont plus désavantagés que les riches châtelains pour qui les cens ne représentent que de modestes appoints. On peut se rendre compte du décalage à travers les testaments d’Eustachie de Mauléon et d’Aimeri IX, vicomte de Thouars. Pour la première, les revenus les plus élevés proviennent des tailles et des droits sur les foires61. Pour Aimeri IX, les cens ne représentent pas grand-chose par rapport aux 5 000 livres qu’il percevait par ailleurs62. Les évolutions économiques pénalisent donc plus fortement les petites seigneuries les obligeant à contracter des dettes de plus en plus importantes : Guillaume Rauffe doit dix livres de Nantes à l’abbé de Talmont63, Pierre de Chagresois en doit aussi à l’abbaye de Mauléon64, même les Parthenay-Larchevêque, les tout puissants seigneurs de Parthenay sont redevables de 120 livres aux moines de l’Absie65

  • 66 Paris, Arch. Nat. J. 196 no 89 (1246).
  • 67 Paris, Arch. Nat. J. 192 no 50.
  • 68 Paris, Arch. Nat. J. 192 ; Marchegay éd. 1877, 137-143.

51Ces difficultés ne sont pas imputables aux seules évolutions économiques, ce qui pèse de plus en plus lourdement sur le budget des seigneurs, ce sont les nouveaux impôts et redevances imposés par le comte. Soutenus par les cités, il peut lever des armées et contraindre par la force les grands féodaux qui tenteraient de se soustraire à ces nouvelles impositions comme les droits de mutation, source d’un affaiblissement durable des familles seigneuriales. Sous Alphonse de Poitiers, ces droits s’avèrent si élevés que plusieurs seigneurs, même parmi les plus importants, n’arrivent plus à faire face : Maurice de Belleville dut verser 2 000 livres pour le rachat du château de Luçon66. De même, le vicomte de Thouars, Savari, déboursa 7 750 livres pour la succession de son frère Renaud, une somme colossale qui l’obligea à remettre une reconnaissance de dettes67. Ces défauts de paiement étaient lourds de conséquences, car le comte en attendant le règlement de l’ensemble de la somme pouvait mettre sous séquestre les biens et les revenus de la seigneurie. Face à toutes ces difficultés, un accord eut lieu et les droits de mutation furent fixés en 1269 : ils correspondraient dorénavant à un an de revenus, une somme énorme qui fragilisa durablement l’institution seigneuriale68.

Les caractères originaux de la seigneurie bas-poitevine

  • 69 Toubert 1973

52Avec Pierre Toubert, le système seigneurial semblait s’être donné un modèle, celui de l’incastellamento dont les caractéristiques sont facilement identifiables : villages tassés derrière des remparts au pied d’une forteresse surplombant les maisons69. En Bas-Poitou et pour ainsi dire la majeure partie des régions de l’Ouest, les structures sont tout à fait différentes. La dispersion de l’habitat reste la règle. Cette organisation particulière pèse bien sûr sur le fonctionnement de la seigneurie. Les châtelains ont dû faire face à un défi : contrôler et encadrer des populations mais sans pouvoir les rassembler. Des solutions originales ont dû se mettre en place. Cet encadrement passa donc par la fondation de lieux de peuplements nouveaux, les bourgs et par un contrôle rigoureux non des habitants mais des moyens de production. Sans être aussi strict que dans d’autres régions, ce système fonctionna et perdura grâce à sa capacité d’adaptation.

Un défi : rassembler et encadrer les populations70

  • 70 Jeanneau à paraître.
  • 71 Voir le plan des Châtelliers-Châteaumur en annexe fig. 6.

53L’essor de la seigneurie repose essentiellement sur un encadrement étroit des populations. De ce contrôle dépendent la bonne perception des taxes et la garantie que les populations n’auront pas la tentation de fuir pour aller s’installer sur des terres moins taxées. Les seigneurs bas-poitevins ont essayé de réunir les populations comme en témoignent les grandes enceintes construites autour des forteresses de Vouvant, Pouzauges ou Mortagne ou comme l’atteste l’initiative du châtelain de Châteaumur qui a abandonné le vieux castrum juché en haut d’une étroite colline pour en édifier un autre dans le vallon doté d’une double enceinte capable d’accueillir de nombreuses maisons. La fondation d’une église à l’intérieur, rapidement promue au rang paroissial, marque l’achèvement de cette entreprise. Celle-ci n’a pas toutefois obtenu le succès escompté et seule une petite partie de l’espace a été lotie comme on peut le voir sur le plan cadastral71.

54Cet éparpillement constituait indubitablement un frein à l’expansion de la seigneurie. Faute de pouvoir encelluler de force les habitants déjà présents, les seigneurs ont tenté d’accroître le nombre de leurs sujets en octroyant aux nouveaux arrivants qui viendraient s’installer dans ces lieux, les bourgs, de larges exemptions ; l’abandon de certains droits était compensé par le maintien d’autres plus lucratifs comme ceux liés au commerce.

Fig. 6. Plan de la forteresse de Châteaumur avec la double enceinte. L. Audé, A.S.E.V., 1854, 148-157.

55Loin d’apparaître comme des limites pour le pouvoir seigneurial, les bourgs constituent des pôles de développement même si leur importance dans la région semble en fin de compte assez limité : seul un petit nombre (47) ont donné naissance à un noyau de peuplement et quelques-uns seulement comme La Roche-sur-Yon ou Fontenay-le-Comte ont réussi à devenir par la suite des agglomérations notables.

56Les individus nouvellement installés et les activités qui s’y développent ne fournissent que des revenus limités. L’essentiel des bénéfices se fonde avant tout sur la terre et les productions agricoles. Le contrôle des outils et des moyens de productions constitue donc un élément central de la puissance seigneuriale.

Une “seigneurialisation” des moyens de production

57Les instruments, les fours, les moulins et les pressoirs qui assurent la transformation des récoltes sont nombreux dans les campagnes du Haut Moyen Âge, comme le révèlent les descriptions des villae et les découvertes archéologiques.

  • 72 Jeanneau 2006, 870 ; 971-980.

58Les mentions les plus fréquentes se situent surtout autour des années 1080-1120, période qui correspond aussi à un changement fondamental dans le rôle et la fonction de ces outils. À cette époque, en effet, ils quittent l’espace privé pour devenir des éléments du patrimoine seigneurial. Leur possession devient un enjeu majeur pour les seigneurs laïcs comme pour les seigneurs ecclésiastiques. De 1040 à 1180, en Bas-Poitou, plus de soixante-quinze moulins ont été cédés, la période la plus intense se situant entre 1080-1120 avec vingt-trois transferts, soit plus du tiers72.

  • 73 La Boutetière éd. 1872, 77 (1074).
  • 74 La Boutetière éd. 1872, 124 (1078).
  • 75 La Boutetière éd. 1872, 110 (1080).

59Les propriétaires des moulins changent. Dans les chartes du début du xie siècle, il n’est pas rare de rencontrer des particuliers parmi les détenteurs de ces outils : c’est le cas d’Israël, près de Talmont, qui en détient huit73, d’un certain Vital qui en aurait un dans les marais de l’Île74 ou de ce rusticus appelé “le grammairien”, possesseur d’un autre moulin à Saint-Maximin75. Le tableau que l’on a pu réaliser révèle le grand nombre de petits propriétaires de moulins, une catégorie assimilable à bien des points de vue aux petits alleutiers rencontrés dans les cartulaires charentais ou angevins.

60Dans les années 1040-1180, beaucoup de moulins ont été offerts aux moines, hasard dans le choix du contenu des aumônes ou volonté des moines d’acquérir moyennant des compensations non signalées ce type d’instruments ? Bien difficile de répondre à ce type de question ! Entre 62 % et 75 % des donateurs de moulins, pressoirs et fours sont des individus qui ne font pas partie de l’aristocratie. Par la suite, ce type de cessions regresse. Les outils de production sont “seigneurialisés” et tombent soit dans l’escarcelle des moines, soit dans celle des châtelains.

  • 76 Garaud 1964, 138-146.
  • 77 Ledain éd. 1895, 154 (1230).

61La multiplication des élévations de moulins, fours et autres pressoirs risquait d’entraîner une concurrence qui pouvait s’avérer néfaste pour les seigneurs, en abaissant leurs revenus et en encourageant les déplacements de population. Pour éviter ces dangers, les seigneurs ont “seigneurialisé” ces équipements en les intégrant dans un véritable territorium à l’intérieur duquel les habitants ne devaient faire usage que du seul four ou moulin désigné76. Lorsque le seigneur de La Forêt-sur-Sèvre entreprend de fonder avec les moines un moulin au Bouchet, il précise que tous les hommes du territoire de La Forêt et des terres voisines devront l’utiliser et que personne ne pourra en construire un autre77. Cette obligation s’étend à l’ensemble des équipements qui deviennent des monopoles assurant des revenus fixes au détriment parfois de la rentabilité, ne prenant pas en compte par exemple les déplacements et les pertes de temps qui en découlent : ainsi les paysans de l’Épaux devaient traverser toute l’île de Bouin pour aller moudre leur grain !

  • 78 Guillaume d’Apremont affirme qu’il détient le jus et le dominium sur le moulin des Meschinot, La B (...)
  • 79 Cougnaud éd. 1977, 50 (1244).

62Les outils de productions deviennent de véritables cellules seigneuriales à la fois support des rentes, centre de prélèvements de droits publics78, voire circonscription judiciaire, une charte évoque ainsi le dominium et la juridictio exercés par Hugues Luneau, seigneur de Bazoges-en-Pareds, autour d’un moulin79.

  • 80 Marchegay éd. 1877, 69 (1050).
  • 81 Cougnaud éd. 1977, 19 (1176).

63Les personnes responsables des pressoirs, fours et autres moulins occupent une place importante dans la seigneurie. À la fonction première d’assurer la mouture du grain ou la cuisson du pain s’en ajoute une autre, plus informelle, de surveillance. Leur position d’intermédiaire obligé dans le cycle de production les amène à entrer en relation avec l’ensemble des habitants du village ou des hameaux environnants, et donc à être au courant de toutes les affaires de la communauté. Dans la gestion de la seigneurie, ils sont donc, pour le seigneur, des intermédiaires obligés, très bien informés sur les quantités produites et les fraudes éventuelles. Leur importance relative se manifeste à travers leur sélection comme témoins80, et aussi, plus paradoxalement, par la réaffirmation du statut servile de certains d’entre eux, comme celui du meunier des moines de la Grainetière à Bournezeau qualifié d’homo proprius abbatis81, une marque de dépendance très forte qui n’est jamais exprimée de la sorte même pour le plus humble des paysans. Le rédacteur voulait certainement souligner par là son assujettissement aux religieux et son incapacité à agir comme un libre, c’est-à-dire le cas échéant de quitter ses fonctions ou ses employeurs, son travail étant jugé trop important.

  • 82 Pichot 2002, 258-262.

64Les moyens de production comme les moulins, fours et pressoirs jouent donc un rôle essentiel dans l’organisation et la fixation de la seigneurie. Relais de l’autorité seigneuriale et points d’ancrage pour le fief, ils constituent, comme l’a montré précédemment Daniel Pichot, l’ossature de la seigneurie qui pénètre jusque dans le moindre petit hameau82.

65La seigneurie bas-poitevine présente bien des originalités tant dans sa genèse, son organisation que son évolution. Ces particularités sont liées à l’espace à l’intérieur duquel elle a pris ses racines : dispersion de l’habitat, statut des habitants farouchement attentifs à leurs libertés, terroir éclaté, autant de contraintes qui ont contribué à forger une entité singulière sinon originale, du moins structurellement différente de ses cousines méridionales. Cette structure n’est cependant pas figée, elle accompagne les profondes transformations que connaît l’espace bas-poitevin.

Une seigneurie qui accompagne les transformations de l’espace

  • 83 Ledain éd. 1895, 85 ; 114 ; 120.

66En Bas-Poitou, la seigneurie évolue. Les seigneurs encouragent les défrichements et la mise en valeur de terres nouvelles en adaptant leurs prélèvements et en acceptant d’alléger fortement leurs redevances pendant les périodes de faibles rendements ou en remplaçant les taxes par des cessions à part de fruits, un système plus avantageux pour le preneur qui ne disposait au début ni de liquidités ni d’un surplus de récolte pouvant être vendu et le propriétaire qui pouvait escompter recevoir assez rapidement des volumes plus élevés négociables sur le marché à des prix toujours plus hauts. Un terme apparaît dans les chartes pour désigner la terre nouvelle mise en culture, le travail de l’essarteur et la redevance à part de fruits qui la grève : la ruptura83.

67Du xie au xiiie siècle, la seigneurie bas-poitevine propose plusieurs images. Elle accompagne tout d’abord les défrichements. Les nouvelles terres bénéficient d’un allègement des redevances pour faciliter la mise en valeur de sols qui ne rapportent guère, les récoltes ayant du mal à assurer autre chose que la subsistance des paysans. C’est un système en tous points comparable à celui mis en place pour les cultures spécifiques comme les vignes où l’on pratique le complant.

68Cette adéquation permet une croissance économique même si elle est limitée par les contradictions inhérentes au système seigneurial. Le mode de vie des châtelains et l’organisation de la seigneurie n’autorisent toutefois qu’une expansion mesurée. Les pratiques de la chasse, par exemple, nécessitent le maintien de grands espaces sans culture qui sont soustraits à l’appétit des essarteurs, les défends. De plus, le fonctionnement même de la seigneurie, basé sur le monopole, la stabilité et l’absence de concurrence empêche les installations nouvelles qui auraient pu transformer plus efficacement les productions et influer sur les rendements.

  • 84 Cursente 1980 ; Mousnier 1997.

69Malgré l’organisation particulière de l’espace bas-poitevin, les aristocrates ont réussi à jeter les bases d’une organisation seigneuriale qui tenait compte de ces originalités. Faute de pouvoir rassembler et encelluler les populations, ils ont essayé de créer de nouveaux centres de peuplement. Faute de pouvoir les contrôler, ils ont imposé leur main mise sur les moyens de production, un contrôle certes limité, mais ô combien efficace. En Bas-Poitou, si les initiatives seigneuriales s’avèrent plus discrètes dans le paysage et n’entraînent pas des modifications notables de la répartition du peuplement comme dans les régions du sud-ouest avec la fondation de multiples castelnaux et bastides, elles n’en sont pas moins négligeables84.

Conclusion

70Si l’on devait établir un portrait de la seigneurie en Bas-Poitou à l’époque Plantagenêt, que pourrait-on dire ? La seigneurie a-t-elle été moins contraignante ici qu’ailleurs ? Les prélèvements ont-ils été plus légers ou plus lourds que dans les régions voisines ? Difficile de se prononcer ! D’un point de vue symbolique, on ne trouve pas les marques de sujétion qu’inspire la concentration de l’habitat au pied du donjon, mais cela ne signifie pas pour autant que les seigneurs bas-poitevins ne maîtrisaient pas leur terroir. Le système qu’ils ont mis en place est certainement moins visible, moins prégnant, mais tout aussi efficace ; le contrôle des moyens de production s’est avéré très réaliste, et ce, d’autant plus qu’ils sont détenus par quelques individus seulement. La seigneurie bas-poitevine est donc une cellule de pouvoirs à la fois fixe et souple qui assure un encadrement dynamique, actif et durable des populations, sans qu’il y ait un assujettissement trop visible et trop manifeste.

Bibliographie

SOURCES

Boutetière, L. de la, éd. (1872) : Cartulaire de l’abbaye Sainte-Croix de Talmond, Poitiers, MSAO, 36.

– éd. (1877) : Cartulaire de l’abbaye d’Orbestier, (Vendée), Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 6.

Brosseau, L., éd. (1995) : Édition des actes de l’abbaye de Maillezais, des origines à 1082, Poitiers, Mém. de Maîtrise, [dact.].

Carpentier, E. et G. Pon, éd. (2007) : “Chronique de Saint-Nicolas de La Chaize-le-Vicomte”, Rev. Hist. du Centre Ouest, 6, 339-395.

Chauvin, Y et G. Pon, éd. (2001) : La fondation de l’abbaye de Maillezais, Récit du moine Pierre, La Roche-sur-Yon.

Cougnaud, A., éd. (1977) : Édition des chartes de l’abbaye Notre-Dame de la Grainetière (1130-1305), (Mém. de Maîtrise), Poitiers, [dact.].

Ledain, B., éd. (1895) : Cartulaire et chartes de l’abbaye de l’Absie, Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 25.

– éd. (1889) : Documents pour servir à l’histoire de l’abbaye de la Trinité de Mauléon (1090-1623), Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 20.

Marchegay, P., éd. (1872) : “Cartulaire du prieuré de Libaud (1137-1260)”, Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 1, 53-78.

– éd. (1877) : Cartulaire du Bas-Poitou, (Vendée), Les Roches-Baritaud.

Portejoie, P., éd. [s. d.] : Cartulaire de Bourgueil, [s. l.], [dact.].

Redet, L., éd. (1874) : Cartulaire de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers, Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 3.

Richard, A., éd. (1886) : Chartes et documents pour servir à l’histoire de l’abbaye de Saint-Maixent, Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 16 et 18.

Villard, F., éd. (1973) : Recueil de documents relatifs à l’abbaye de Montierneuf de Poitiers (1076-1319), Poitiers, Arch. Hist. du Poitou, 59.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Barthélemy, D. (1984) : Les deux âges de la seigneurie banale, Coucy (xie-xiiie siècle), Paris.

– (1993) : La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris.

– (1997) : La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des xe et xie siècles, Paris.

Bloch, M. (1931) : Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris.

Boutoulle, Fr. (2001) : Société laïque en Bordelais et Bazadais des années 1070 à 1225 (pouvoirs et groupes sociaux), thèse de l’université de Bordeaux III, [dact.]

– (2007) : Le duc et la société. Pouvoirs et groupes sociaux dans la Gascogne bordelaise au xiie siècle (1075-1199), Bordeaux.

Boutruche, R. (1968) : Seigneurs et féodalité, t. 1, Le premier âge des liens d’homme à homme ; t. 2, L’apogée (xie-xiiie siècle), Paris.

Charbonnier, P. (1992) : “Essai d’un classement des redevances seigneuriales”, Seigneurs et seigneuries au Moyen-Âge, Actes du 117e congrès national des Sociétés savantes à Clermont-Ferrand, Paris, 187-201.

Cursente, B. (1980) : Les castelnaux de la Gascogne. Gascogne gersoise, Bordeaux.

– (1998) : Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, (xie et xve siècle), Toulouse.

Debord, A. (1984) : La société laïque dans les pays de la Charente, xe-xiiie siècle, Paris.

Déléage, A. (1942) : La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du xie siècle, Mâcon.

Dillange, M. (1993) : “Talmont château”, Congrès archéologique de France.

Duby, G. (1952) : L’économie rurale et la Vie des campagnes dans l’Occident médiéval, (France, Angleterre, Empire, ixe-xve siècles).

– (1953) : La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, Paris.

Falque-Vert, H. (2004) : Les paysans et la terre en Dauphiné vers l’an mil, Grenoble.

Fossier, R. (1968) : La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle, Paris - Louvain.

Garaud, M. (1964) : Les châtelains du Poitou et l’avènement du régime féodal, xie et xiie siècle, Poitiers, MSAO.

Higounet, Ch. (1971) : Histoire de l’Aquitaine, Toulouse.

Jeanneau, C. (2006) : Le Bas-Poitou du xe au milieu du xiiie siècle : organisation de l’espace, affirmation du lignage et évolution des structures de la société, thèse d’Histoire Médiévale, Université de Poitiers, [dact.].

Jeanneau, C. (à paraître) : “Les agglomérations castrales en Bas-Poitou concurrence et limites des fondations seigneuriales (xie-xiie siècle)”, Naissance et essor des villes castrales en France au Moyen Âge, coll. de Vitré les 16 et 17 octobre 2008, dir. A. Chédeville Magnou-Nortier, É. (1987) : “Le grand domaine : des maîtres, des doctrines, des questions”, Francia 15, 659-700.

– dir. (1993) : Aux sources de la gestion publique t. 1, Enquêtes lexicographiques sur fundus, villa, domus, mansus, Lille.

– (1994) : “L’alleu a-t-il une fonction administrative pendant le Haut Moyen Âge ? Jalon pour une enquête à venir”, Administration et droit. Actes des Journées de la Société Internationale du droit tenues à Rennes les 26-27-28 mai 1994, 12-28.

Marchegay, P. (1877) : “Textes originaux de la charte en langue vulgaire abaissant le Rachat à merci des fiefs du Poitou”, Annales de la Soc. d’Émul. de la Vendée, 131-143.

Mousnier, M. (1997) : La Gascogne toulousaine aux xiie-xiiie siècles. Une dynamique sociale et spatiale, Toulouse.

Perrein, Ch. (1991) : “Archéologie des bocages : phytohistoire de la haie vive”, Pour une archéologie agraire publié sous la dir. de Jean Guilaine, Paris, 165-195.

Pichot, D. (1999) : “L’habitat dispersé dans les pays de l’ouest de la France du xe au xiiie : état de la question”, in : L’habitat dispersé dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des XVIIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran 15-16-17 septembre 1996, Toulouse, 65-95.

– (2002) : Le village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l’ouest au Moyen Âge, Rennes.

Sarrazin, J.-L. (1997) : La campagne et la mer. Les pays du littoral poitevin au Moyen Âge (fin xiie - milieu xve siècle), thèse Université Paris IV Sorbonne, [dact.].

Toubert, P. (1973) : Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe siècle à la fin du xiie siècle, Rome.

Verhulst, A. (1965) : “La genèse du régime domanial classique en France au Moyen Âge”, Settimane di studi del centro italiano di studi sull’alto medio evo, 13, 135-160.

– (1983) : “La diversité du régime domanial entre Loire et Rhin à l’époque carolingienne. Bilan de 15 années de recherches”, Villa-curtis-grangia. Économie rurale entre Loire et Rhin de l’époque gallo-romaine au xiie-xiiie siècle. 16. Deutsch-französisches Historikerkolloquium des Deutschen Historischen Instituts Paris-Xanten, 28. 9. -1. 10. 1980, Munich.

Verriest, L. (1916) : Le régime seigneurial dans le comté du Hainaut du XIe à la Révolution, Bruxelles.

Zadora-Rio, É. (1998) : “De la haie au bocage : quelques remarques sur l’Anjou”, Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 671-682.

Notes

1 À Maillezais, l’ancienne fortification comtale est perçue comme une menace par les moines. L’essor de l’abbaye passa par sa destruction finalement accordée par le duc. Siquidem valde metuebat, ne post ducis decessum aliquis illud tirannorum sequentis sobolis fraudulenter irrumperet, atque hinc queque monasterio concessa vastaret, extirparet, dispergeret. Chauvin & Pon éd. 2001, f. 252 a. Nous avons un autre exemple à Talmont de relations conflictuelles ayant opposé claustrum et castrum à cette époque. Cadelon le seigneur du lieu a transformé le clocher porche de l’abbaye fondée par son ancêtre pour en faire la base de son donjon, Dillange 1993, 253-258.

2 Il n’est pas question de proposer un répertoire bibliographique exhaustif sur ce thème, ni même de tenter une historiographie de la seigneurie. Les grands ouvrages qui ont le plus stimulé la recherche sur ces questions ont été mentionnés dans la bibliographie : Verriest 1916 ; Bloch 1931 ; Déléage 1942 ; Duby 1953, 1959 ; Verhulst 1965 ; Boutruche 1968 ; Fossier 1968 ;… On peut rappeler aussi le dernier colloque réuni sur ce thème à Clermont-Ferrand en 1992 : Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, 1992.

3 Charbonnier 1992, 192-194.

4 Barthélemy 1997, 19-128 ; Jeanneau 2006, 34-88.

5 Ledain éd. 1895, 155, (1232).

6 Debord 1984, 277, 295.

7 Boutoulle 2001, 233-235.

8 On peut même aller plus loin, Dominique Barthélemy constate que “l’autonomie est une notion impossible à concevoir dans un monde féodal hiérarchisé, il existe seulement des marges de manœuvre plus ou moins importante”, Barthélemy 1993, 615.

9 Verriest 1916 ; Déléage 1942 ; Verhulst 1965.

10 Jeanneau 2006, 227-240 ; Pichot 1999, 65-95 ; Pichot 2002, 162-198.

11 Magnou-Nortier 1993, 196-207 ; 1994, 12-28 ; 1987, 659-700.

12 Le terme dominicatura désigne des droits qui portent sur la terre et s’oppose à chasement : dominus Pipinus dedit S. Cruci dominicaturam domus que fuit Bernardi de Murciaco, Boutetière éd. 1872, 159, (1095). Achard de la Mothe oppose les possessions qu’il avait dans son dominium à celles qui se trouvaient dans son chasement, Boutetière éd. 1872, 16 (1095).

13 Ex patrimonii sui hereditate, Marchegay éd. 1877, 79.

14 Ledain éd. 1895, 155, (1232).

15 Les moines pouvaient acquérir ce qu’ils voulaient, monnayer des droits sur le cens, la juridictio et le dominium. La faveur n’apparaît qu’à la fin : in supra dictis locis teneant et explectent in perpetuum omnimoda juridictione et pleneria libertate, Ledain éd. 1895, 156, (1232).

16 Barthélemy 1993, 455.

17 Boutetière éd. 1872, 159 (1095).

18 Redet éd. 1874, 321 (1021-1029).

19 Boutetière éd. 1872, 123 (1080).

20 Boutetière éd. 1872, 149 (1100).

21 Boutetière éd. 1872, 207 (1100).

22 Boutetière éd. 1872, 300 (1140).

23 Sarrazin 1997, 248.

24 Jeanneau 2006, 243-234.

25 Pichot 2004, 607-632.

26 Cart. de l’abbaye de Fontenelles no 186, p. 50 (1223) édité dans Jeanneau 2006, 7 ; 50 (1223).

27 Garaud 1964, 161-169.

28 Marchegay 1877, 97 (1090).

29 Portejoie éd. [s. d.], 275 (1263).

30 Chartes de Maillezais no 48 (1191) dans Jeanneau 2006, 7 ; 67 (1191).

31 Gardam omnium euntium ad Absiam et redeutium, Ledain éd. 1895, 26, 59, 82.

32 La fréquentation moindre du chemin rendait cette fonction beaucoup moins rentable, les trois chevaliers ne recevaient pour cela que trois setiers et six boisseaux d’avoine. Marchegay éd. 1877, 41.

33 Garaud 1964, 152-157.

34 Portejoie éd. [s. d.], 93 (1170).

35 Boutetière éd. 1872, 99 (1128) ; 171 (1129) ; 332 (1150) ; 350 (1180).

36 Redet éd. 1874, 337 (1108-1115).

37 Portejoie éd. [s. d.], 119 (1276).

38 Marchegay éd. 1877, 304-305 (1225-1250).

39 Ledain éd. 1895, 156 (1233).

40 Les moines d’Orbestier avaient reçu de Richard Cœur de Lion le droit d’extraire et de récupérer les cargaisons de bois des navires qui étaient échouées : Boutetière éd. 1877, 6 (1182).

41 Garaud 1964, 129-136.

42 La vicaria fait référence à cette époque à l’exercice de la justice, mais aussi aux prélèvements qui l’accompagnent et au territoire sur lequel elle s’exerce, Jeanneau 2006, 849.

43 Le montant des droits ecclésiastiques est difficile à chiffrer au milieu du xiie siècle, on peut toutefois tenter un rapprochement avec les droits perçus par l’église du Puy-Belliard, en 1250. Les deux parts d’oblation représentaient 50 sous, la collecte du dimanche 6 sous et celle de la fête de Pâques, 4, en tout 60 sous, alors que la dîme du four du prieuré n’en rapportait que 40. Marchegay éd. 1877, 138 (1250).

44 Boutetière éd. 1872, 90 (1115).

45 Jeanneau 2006, 849-853.

46 Les chiffres obtenus varient de 40 % pour les châtelains à 25 % pour les 3 grandes familles implantées en Bas-Poitou qui ne se sont pas structurées autour d’un château : les Meschin, les Meschinot et les Rufus.

47 Les tailles, banalités, coutumes sont parfois cédées par des individus autres que des châtelains mais les pourcentages restent beaucoup plus faibles : la taille 6,8 % contre 32 %, et les coutumes 8 contre 13 %. Pour le détail des calculs, Jeanneau 2006, 849-853.

48 Jeanneau 2006, 955.

49 Ad mensuram de Cheza Vicecomitis, in area de Castro Casa Cart. de l’abbaye de Fontenelles no 244 dans Jeanneau 2006, 7, 64 (1244).

50 Ledain éd. 1895, 74 (1183).

51 Le nombre de taxons recensés dans une haie tout comme la densité de certaines espèces comme le fragon constituent des indices d’ancienneté pouvant remonter à la période médiévale. On peut ainsi, dans des terrains spécifiques, mesurer à travers la constitution des haies, l’avancée de la mise en valeur… Perrein 1991, 165-193 ; Zadora-Rio 1998, 671-682.

52 Voir fig. 2.

53 Voir fig. 3.

54 Voir fig. 4 et 5.

55 Magnou-Nortier 1980, 160.

56 Brosseau éd. 1995, 60 (1004).

57 Richard éd. 1886, 1, 134 (1045).

58 Portejoie éd. [s. d.], 64 (1001).

59 Même si nous n’avons pas de correspondance exacte entre les biens vendus au xie siècle et ceux achetés au xiiie siècle, cette croissance des prix ne fait guère de doutes, les montants exprimés généralement en sous et deniers au xie siècle atteignent souvent la livre plus tard, Jeanneau 2006, 855 ; 956.

60 Villard éd. 1973, 62 (1006).

61 Ledain éd. 1895, 168 (1243).

62 Ledain éd. 1895, 178 (1254).

63 Boutetière éd. 1872, 441 (1225).

64 Ledain éd. 1889, 50 (1266).

65 Ledain éd. 1895, 148 (1228).

66 Paris, Arch. Nat. J. 196 no 89 (1246).

67 Paris, Arch. Nat. J. 192 no 50.

68 Paris, Arch. Nat. J. 192 ; Marchegay éd. 1877, 137-143.

69 Toubert 1973

70 Jeanneau à paraître.

71 Voir le plan des Châtelliers-Châteaumur en annexe fig. 6.

72 Jeanneau 2006, 870 ; 971-980.

73 La Boutetière éd. 1872, 77 (1074).

74 La Boutetière éd. 1872, 124 (1078).

75 La Boutetière éd. 1872, 110 (1080).

76 Garaud 1964, 138-146.

77 Ledain éd. 1895, 154 (1230).

78 Guillaume d’Apremont affirme qu’il détient le jus et le dominium sur le moulin des Meschinot, La Boutetière éd. 1872, 400 (1229).

79 Cougnaud éd. 1977, 50 (1244).

80 Marchegay éd. 1877, 69 (1050).

81 Cougnaud éd. 1977, 19 (1176).

82 Pichot 2002, 258-262.

83 Ledain éd. 1895, 85 ; 114 ; 120.

84 Cursente 1980 ; Mousnier 1997.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de présentation des grandes seigneuries du Bas-Poitou.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 2. La seigneurie des vicomtes de Thouars.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 3. La seigneurie de La Garnache.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 4. La seigneurie des princes de Talmont.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 5. La seigneurie et ses frontières : les liens avec les vassaux.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 6. Plan de la forteresse de Châteaumur avec la double enceinte. L. Audé, A.S.E.V., 1854, 148-157.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2003/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540