Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Poitou

Le Poitou des Plantagenêts aux Capétiens : la stratégie seigneuriale au service de l’apaisement (1226-1254)

Gaël Chenard

Texte intégral

  • 1 Aurell 2004.

1La bibliographie française, y compris la plus récente, a contribué à enraciner l’empire Plantagenêt dans un espace et dans une chronologie extrêmement précis, académiques en quelque sorte. On peut songer, pour ne citer qu’un ouvrage, au livre de Martin Aurell, L’Empire des Plantagenêt, 1154-12241. Rares sont les contributions qui dépassent la date fatidique de 1224, considérée comme la fin de “l’Empire Plantagenêt” sur le continent, à l’exception d’une Gascogne délaissée.

  • 2 Guyotjeannin 2005.
  • 3 Aurell 2004, 206.

2La raison, toute factuelle, semble être à la fois simple et de bon sens. Elle se traduit, dans l’historiographie, par un changement de spécialistes. Quoique le cas de la Normandie soit mieux partagé, l’Anjou, le Maine, la Touraine et le Poitou, passé 1224, deviennent le champ des Capétiens et de leurs historiens. “L’intégration des grandes acquisitions territoriales de la royauté capétienne”, étudiée par Olivier Guyotjeannin, signe le changement de problématique qui accompagne les conquêtes de Philippe Auguste et de Louis VIII2. Ce changement a sans doute été initié par l’exemple normand, dont la rupture de 1204 a été abondamment étudiée. C’est en quelque sorte l’intransigeance d’un roi de France conquérant qui a décidé de la partition des historiens d’un côté ou de l’autre de la Manche. Cette disposition d’esprit se transpose tout aussi bien au Poitou. Au cœur de l’ancien dispositif des Plantagenêts sur le continent après la perte de la Normandie, il souffre d’un désintérêt presque total des historiens entre 1224 et 1242. Déjà sorti de l’orbite des Plantagenêts, pas encore pleinement dans celle des Capétiens, le comté est pourtant loin d’être en rupture complète avec l’une et l’autre de ces cours. Les Poitevins, courtisés par le jeune Louis IX en difficulté, ont donné lieu à une sorte de légende noire au sein de la cour anglaise. Ainsi que le souligne Martin Aurell, sous Jean sans Terre, “l’étiquette de ‘Poitevin’ devient synonyme du parti belliciste de ces continentaux qui aimeraient épuiser le trésor anglais dans d’incertaines aventures militaires”3. Le règne d’Henri III est tout entier marqué par la présence de ces barons encombrants, dont les chefs de file sont tout naturellement les demi-frères du roi : les Lusignans.

3Il est tout aussi frappant de constater que la non moins légendaire inconstance poitevine semble trouver son point d’arrêt à Taillebourg. Ces grands barons volages, dont les frasques ont secoué “l’empire Plantagenêt” depuis le règne d’Henri II, sont d’une étonnante fidélité au Capétien après 1242. Faut-il ajouter ce tour de force au crédit d’un Louis IX charismatique ? aux compétences administratives d’un Alphonse de Poitiers que l’on veut tatillon sur ses droits ? Dans ce court laps de temps, injustement oublié à la croisée de l’historiographie capétienne et des Plantagenêts, se mettent en place les conditions de la véritable rupture politique, qui n’intervient pas avant 1242. C’est du côté des bases mêmes du pouvoir des barons et du nouveau comte de Poitiers qu’il faut en chercher les signes : la seigneurie.

4La seule victoire militaire du roi de France ne suffit pas à expliquer ce retournement de situation. Celle de 1224, non moins éclatante politiquement, n’avait pas empêché les troubles de la régence de Blanche de Castille et moins encore la révolte de 1242. Si la suite des événements politiques est bien établie, il reste à mieux définir le contexte politique général de ces vingt ans d’entre deux princes. Le long effacement du comte du Poitou et de toute autorité capable de le remplacer a modifié durablement à la fois le domaine comtal et le fonctionnement strict de la hiérarchie féodale. La guerre de 1242 met un point d’arrêt à cette dégradation dont les répercussions seigneuriales restent à analyser. Nous disposons pour cela de sources d’une richesse exceptionnelle, capables de jeter un éclairage nouveau sur les événements malgré leur postériotité : la comptabilité d’Adam Panetier, sénéchal du Poitou d’Alphonse de Poitiers. Ces documents, série complète de la Toussaint 1243 à la Toussaint 1248, passés au filtre de la diplomatique, sont les témoins d’une politique domaniale décisive dans la pacification du pays. De même, l’étude des premières années de l’administration du nouveau comte donne quelque moyen de nuancer le rôle d’une victoire militaire largement relayée par une politique de ralliement bien plus subtile que dans le cas normand.

Le Poitou entre deux princes

5Depuis la deuxième moitié du xiie siècle, les barons poitevins connaissent une expansion territoriale et politique continue, jouant plus ou moins habilement des incessantes rivalités de leurs suzerains. Lorsqu’en 1202 le conflit sort de la sphère familiale des Plantagenêts et donne prise au roi de France, ces mêmes barons trouvent un nouveau moyen d’accroître encore leur indépendance. Cet opportunisme n’a fait que conforter la légende noire des Poitevins, sans doute à l’origine de la pénurie des études consacrées à ce bref entre-deux. C’est pourtant au cours de celui-ci que se mettent en place le remodelage de la structure féodale et les conditions de la victoire capétienne de 1242.

Le recul du pouvoir comtal

6C’est en Poitou que Philippe Auguste trouve la légitimation de la commise de 1202. L’appel de son arrière-vassal, Hugues de Lusignan, comte de la Marche, offre au Capétien un moyen direct de déstabiliser son adversaire au cœur de ses possessions continentales. C’est évidemment la Normandie, riche et trop proche du Domaine, qui fixe son attention en premier lieu ; mais s’ouvre alors pour le Poitou une nouvelle période de révoltes et de retournements politiques pour quarante ans. C’est la propre incapacité du roi, de 1204 à 1224, à s’imposer au-delà de quelques dizaines de kilomètres au sud de la Loire, qui va pérenniser la situation et offrir aux barons poitevins un rôle politique jusque-là inédit.

  • 4 Fawtier 1942, 144.
  • 5 Baldwin 1991, 284.

7Chaque campagne de l’un ou l’autre roi s’accompagne de son lot de rentes ou terres cédées aux familles importantes, essentiellement les Thouars et les Lusignans, dont les possessions forment barrage au sud de la Loire. Ces concessions dessinent une nette progression à mesure que ces seigneurs assurent leur position, et contribuent à aggraver la vacance du pouvoir. Le premier pas décisif est franchi lorsque Philippe Auguste crée Guillaume et Aimery de Thouars respectivement sénéchal d’Anjou et de Poitou en 1204, sorte de “vice-royauté” à en croire Robert Fawtier4. Jean sans Terre réplique en investissant Savary de Mauléon, autre grand seigneur poitevin, du sénéchalat du Poitou ; le résultat ne se fait pas attendre, et en 1206 la famille de Thouars se rallie à son ancien seigneur. Les deux rois signent une trêve, dite de Thouars, cette même année, impuissants à renverser définitivement la situation. Le statu quo se maintient, fixant la limite de l’influence capétienne un peu au sud de Poitiers. Néanmoins, lorsque Jean sans Terre débarque en février 1214, les barons font aussitôt défaut au Capétien. Les Lusignans monnaient leur ralliement à Jean et gagnent Saintes et ses environs. La bataille de la Roche-aux-Moines donne la victoire au roi de France, mais le Poitou lui échappe toujours, et “la trêve de 1214 révèle la faiblesse de Philippe au sud de la Loire”5 ; les grands seigneurs poitevins, Thouars et Lusignans compris, restent du côté anglais.

  • 6 Teulet éd. 1863, I, 703.
  • 7 Bardonnet éd. 1872, 102 : le fils d’Hardouin de Maillé a épousé Béatrice de Thouars, dame de La Ro (...)
  • 8 Aucun élément ne permet de dater véritablement cette création, mais les enquêtes royales de 1247 a (...)
  • 9 Edgard Boutaric place la disparition des “baillis” en 1245 (Boutaric éd. 1870, 136-138), mais il s (...)

8Cette impossibilité de tenir la région sans l’aide de seigneurs turbulents a contraint le roi de France à adopter le système Plantagenêt du sénéchalat. Le roi anglais, pour pallier sa faible présence sur le terrain, utilise le crédit d’un noble important, qu’il gagne à sa cause en lui octroyant des pouvoirs très étendus, notamment en matière de justice. Philippe Auguste doit agir de même en Anjou avec Guillaume des Roches, ancien sénéchal de Jean sans Terre, et avec les Thouars, à qui il confère la charge de sénéchal du Poitou en fief héréditaire6. Contrairement au vieux domaine, le roi de France doit transiger avec un officier qui ne correspond pas au fonctionnement normal de son administration. De cet héritage encombrant, les sénéchaux successifs du Poitou gardent la marque jusqu’à Hardouin de Maillé, chevalier assez modeste, mais apparenté aux Thouars7. Le roi de France, Louis VIII ou Louis IX8, lui adjoint un “bailli”, chargé d’exercer la réalité du pouvoir. Il disparaît après la campagne de 1242, et la nomination d’Adam Panetier, dans l’été 1243, correspond à celle du premier véritable sénéchal du Poitou à la capétienne, c’est-à-dire à un bailli9.

  • 10 Sivéry 1995, 242 ; Hugues tenait déjà Saintes, donné par le roi d’Angleterre pour ses fiançailles (...)
  • 11 Archives nationales, JJ 26. Il s’agit bien d’une somme annuelle de 10 700 livres, et non d’une som (...)
  • 12 Teulet éd. 1863-1909, II, 2052.
  • 13 Id., 2065.
  • 14 Le Nain de Tillemont 1847, II, 101.
  • 15 Richard 1903, 310 et 329. En 1241, Alphonse de Poitiers semble avoir installé son atelier monétair (...)
  • 16 Teulet éd. 1863-1909, II, 2928.
  • 17 Le Cartulaire des comtes de la Marche et d’Angoulême, (Thomas éd. 1934), témoigne des acquisitions (...)

9Autre facteur de faiblesse, le roi a progressivement aliéné une partie importante du vieux domaine comtal pour obtenir le soutien des barons. À ce jeu, c’est incontestablement Hugues X de Lusignan le grand vainqueur. Pour rallier le Capétien en 1224, il impose à ce dernier l’octroi de Saintes, Oléron et Bordeaux une fois conquis, ainsi que la récupération de la dot de son épouse, due par Henri III10. En 1226, pour faire pièce, Henri III lui promet Saintes et Oléron à son tour, ainsi que la fameuse dot. Lors du traité de Vendôme du 16 mars 1227, Hugues fait finalement sa paix avec Blanche de Castille, qui lui octroie, pour prix de Bordeaux resté hors d’atteinte, et de la dot d’Isabelle son épouse, une rente annuelle de 10 700 livres tournois pendant dix ans, garantie sur Langeais, Montreuil-Bonnin, Saint-Jean-d’Angély et l’Aunis11. Un double mariage est également prévu pour consolider l’accord, entre Isabelle de France, sœur du roi, et Hugues le jeune d’une part, et entre la fille de Hugues, Isabelle, et Alphonse de Poitiers de l’autre. En 1230, pour désolidariser le comte de la Marche, encore neutre, d’Henri III menant campagne en France, le roi rend ces concessions définitives le 30 mai comme dot d’Isabelle12. Un acte daté de juin, passé sous le sceau d’Isabelle d’Angoulême, précise que ces concessions ne sont pas sujettes au retour dans la main du roi si le mariage ne se fait pas13. L’année suivante, selon Le Nain de Tillemont, à l’occasion de la trêve avec l’Angleterre et le comte de Bretagne, Louis IX lui octroie à nouveau 800 livres de rentes en compensation d’Oléron, restée aux Anglais14. Ce faisant, le roi grève son trésor, mais amoindrit surtout le domaine comtal des zones économiques les plus dynamiques (la façade atlantique) et du château de Montreuil-Bonnin, lieu traditionnel de la frappe de la monnaie poitevine depuis Richard Cœur de Lion15. Enfin, l’hommage prêté par Hugues de Lusignan à Alphonse de Poitiers, en juillet 1241, comprend la restitution au nouveau comte de Poitou de Saint-Jean-d’Angély et de la partie d’Aunis autrefois tenue par Hugues de Thouars16. Ce retour est sans doute consenti avec d’autant plus de réticences que le comte de la Marche menait jusque-là une politique d’implantation relativement active dans le Poitou central17.

  • 18 On appelle terre d’Aunis ou Grand fief d’Aunis les terres qui se situent immédiatement au nord de (...)
  • 19 Teulet éd. 1863-1909, II, 2980.
  • 20 Bardonnet éd. 1875, 21-22.
  • 21 Teulet éd. 1863-1909, II, 2052.

10Pour se faire une meilleure idée de ce que ces aliénations représentent, on peut consulter les comptes du sénéchal du Poitou pour l’année 1245. Reprises par les Capétiens à l’issue de la guerre de 1242, ces terres rapportent environ 4 500 livres tournois par an de revenu ordinaire. Sur ces 4 500 livres, 3 300 proviennent des différentes aliénations octroyées – ou plutôt légitimées a posteriori le plus souvent – depuis Philippe Auguste. Le revenu ordinaire du domaine comtal dépasse à peine les 4 000 livres. Il faut encore pondérer ces chiffres en ajoutant au crédit du comte de la Marche ses acquisitions temporaires, à savoir Saint-Jean-d’Angély, la “terre d’Aunis”18, et sans doute Tonnay-Boutonne19. Les comptes de 1245 inscrivent Saint-Jean-d’Angély dans le domaine comtal dit ante guerram, mais le Grand fief d’Aunis parmi les conquêtes faites sur le comte de la Marche. Au final, la rectification s’avère légère, soit 130 livres par an en faveur de Lusignan. Il faut mentionner enfin le château de Cognac, dont un mémoire inséré dans le livre de comptes d’Adam Panetier nous livre les péripéties. Château comtal sous Jean sans Terre, la reine Isabelle se l’approprie définitivement et le fait passer à son époux comme relevant du comté d’Angoulême20. Le roi de France n’est pas en mesure de revenir sur cette concession de fait et accepte l’hommage du comte de la Marche pour Cognac en 123021.

  • 22 Id., 2053, 2055 et 2061.
  • 23 Il ne faut pas oublier qu’une branche cadette de la famille tient Châtellerault pendant quelque te (...)

11D’autres seigneurs profitent de la situation pour obtenir quelques avantages, principalement les différents membres de la famille de Thouars. Leur poids est néanmoins bien moindre, et l’essentiel de leurs acquisitions prennent la forme de rentes, plus faciles à retirer en cas d’infidélité22. Ils sont loin de concentrer les pouvoirs d’un comte de la Marche, qui leur a notamment enlevé le Grand fief d’Aunis en 1230, et dont les possessions forment une diagonale épaisse, de leurs terres originelles de Lusignan à Saintes en passant par Saint-Maixent, sans oublier la Marche et Angoulême. Raymond de Thouars, prêtant hommage au roi de France pour une rente de 500 livres, précise qu’il agit ad laudem et consilium karissimi consanguinei nostri Hugonis de Lezigniaco. Cette précision symbolise bien le rôle d’écran que joue cette famille entre le roi et les barons poitevins23.

  • 24 Baldwin 1991, 307 : “au début de xiiie siècle, la région poitevine est unifiée dans les mains de c (...)
  • 25 En 1241, Hugues X de Lusignan perçoit toujours 5 000 livres par an du roi en vertu de l’accord de  (...)
  • 26 Teulet éd. 1863-1909, II, 2926. Le roi en avait fait autant en 1237 pour Robert d’Artois.

12Face à une telle puissance territoriale, on comprend que le roi n’ait qu’une marge de manœuvre restreinte pour imposer son autorité24. Le Poitou acquiert ainsi l’image d’un comté périphérique à la rentabilité peu assurée. Le comte, en définitive, possède des ressources très inférieures à celle de ses plus grands vassaux, qui continuent d’ailleurs de toucher des rentes du roi25. Lors de la cérémonie d’hommage d’Alphonse de Poitiers à son frère en juillet 1241, Louis IX lui octroie en outre une rente de 6 000 livres parisis26.

  • 27 Ledain 1892, 51.
  • 28 Cao Carmichael de Baiglie 1999, 269-305.
  • 29 Il s’agit néanmoins du seul accroissement notable du domaine pendant la période, puisque le roi fi (...)

13On objectera avec raison que le roi a pour avantage sur ses vassaux de pouvoir exercer ses droits de suzerain. Cette grande conquête de Philippe Auguste fait effectivement partie des solutions capétiennes pour limiter la trop grande puissance de ses vassaux poitevins. On constate d’ailleurs qu’à la mort de Savary de Mauléon, seigneur de Talmont et de Benon, le roi saisit ses possessions au titre de la garde de son héritier mineur, Raoul27. Mais à bien observer la situation en 1233, on se rend compte que Savary est alors l’un des derniers soutiens du Plantagenêt, pratiquement isolé, faible et en butte avec ses voisins28 ; ce n’est pas une prise des plus glorieuses29.

  • 30 Teulet éd. 1863-1909, IV, 5527.
  • 31 Id., III, 4305.
  • 32 Archives nationales, 1 AP 1670.

14Quant aux droits féodaux, on conviendra assez facilement que le plus efficace, celui qui porte le mieux le symbole de la suzeraineté, est le relief, appelé rachat en Poitou. L’ordonnance d’Alphonse de Poitiers de mai 1269 invite néanmoins à la méfiance30. Elle met fin au régime archaïque du rachat à merci pour l’ensemble des barons poitevins qui y sont sujets, essentiellement dans le Thouarsais. Si l’on cherche un antécédent dans le Trésor des chartes, on découvre que le vicomte Aimery de Thouars concède une telle ordonnance à ses vassaux le 6 décembre 1256, en demandant au comte de Poitou d’en faire autant pour son propre domaine, prout in presencia vestra aliquociens extitit proloqutum31. En novembre 1258, alors qu’Alphonse réclame le rachat à volonté pour Dompierre-sur-Mer à Geoffroi Vigier, les deux parties s’accordent sur un abonnement à 50 livres32. Les barons semblent donc sentir tout le poids de cette obligation et n’obtiennent satisfaction, c’est-à-dire une sorte d’abonnement, qu’au moment où le comte cherche à tout prix de l’argent pour sa croisade. C’est alors une date bien tardive pour l’abolition d’une pratique si contraignante, d’autant plus surprenante que les barons ne s’en préoccupent qu’après la reprise en main du pouvoir seigneurial dans le comté.

  • 33 Il faut sans doute préférer cette explication au postulat implicite d’Edgard Boutaric, considérant (...)
  • 34 Garaud 1921.
  • 35 Delisle éd. 1904, 223, no 1524.
  • 36 Fournier & Guébin éd. 1959.

15L’explication est sans doute simple. Ces mêmes barons, au moment de leur plus grande puissance, entre 1204 et 1242, n’ont aucun besoin ni intérêt à négocier l’abonnement d’un rachat qu’ils ne payent sans doute pas33. Dans le cas contraire, on s’explique mal comment un vicomte de Thouars, dont la coutume successorale implique des mutations fréquentes, n’a pas profité de sa position de force pour en négocier un abonnement avantageux34. On ne trouve d’ailleurs aucun accord de cette nature dans le Trésor des chartes avant Alphonse de Poitiers. Les enquêtes royales de 1247, portant sur la période antérieure à 1241, confirment en quelque sorte cette hypothèse : le mot rachat en est totalement absent, et une seule plainte pour la saisie d’un fief, considérée comme abusive, peut s’apparenter clairement à un rachat35. Un simple coup d’œil sur les enquêtes d’Alphonse de Poitiers de 1251 suffit à constater l’émergence d’un flot de revendications contre les exigences du comte sur le paiement du rachat par ses vassaux36. Ce n’est pas que la hiérarchie féodale, assortie de ses prélèvements seigneuriaux, soit moins structurée qu’ailleurs. Nul plaignant ne conteste le bien fondé du droit de rachat, ni même du rachat à merci ou de quelque droit classique que ce soit ; on s’efforce seulement de prouver que sa propre terre en est exempte selon la coutume. Tout porte à croire en fait que la période 1204-1242 est marquée en Poitou, outre par la simple instabilité politique, par un certain recul de l’œuvre seigneuriale des Plantagenêts. Les nouveaux maîtres capétiens ne peuvent donc pas s’appuyer sur une construction administrative semblable à la formidable machine normande, ni même sur ses propres recettes habituelles.

Après Taillebourg

  • 37 Bémont éd. 1893.

16La campagne de 1242 vient briser cette dynamique baroniale en renouvelant complètement les données politiques. Lorsque Louis IX exécute les volontés de son père en transférant le maigre domaine comtal à Alphonse de Poitiers, les barons poitevins croient pouvoir saisir une nouvelle chance de mettre le Capétien dans l’embarras et tirer profit de la situation. Il n’est pas nécessaire de revenir sur le détail des opérations, dont Charles Bémont a établie la chronologie avec rigueur37. Contentons-nous pour le moment de constater la défaite sans appel du parti anglais et de ses alliés.

  • 38 Michel éd. 1885, I, no 663 et 829 : le 13 novembre 1242 Henri III accorde un sauf-conduit à Geoffr (...)

17Les premières conséquences sont politiques. Plus aucun seigneur du Poitou n’est en mesure de contester l’autorité comtale, à commencer par un Hugues de Lusignan humilié et cantonné à ses terres patrimoniales. Le rôle actif qu’il a joué dans la défaite du roi d’Angleterre a jeté sur lui le discrédit outre Manche : désormais il n’est plus question pour le baronage anglais de subventionner quelque aide que ce soit aux Lusignans. Henri III, prisonnier de la situation, fait encore quelques tentatives à l’automne 1242 après le départ de Louis IX, mais elles restent vaines et d’une ampleur toute différente. Plutôt que de s’adresser aux grands barons, mal vus de son entourage et tout particulièrement de Simon de Montfort, il fait ses propositions aux seigneurs les plus proches de la Gascogne, dont les terres bordent l’estuaire38. Autre signe de la nouvelle puissance du comte de Poitou, alors qu’aucun des grands seigneurs ne semble s’être empressé de venir à Poitiers en juillet 1241, les archives d’Alphonse conservent désormais pieusement leurs hommages, stipulant expressement le caractère rendable de leurs forteresses.

  • 39 Teulet éd. 1863-1909, II, 3141.
  • 40 Id., 3565 : Alphonse de Poitiers se fait céder la garde du château de la Roche-sur-Yon en novembre (...)

18En fait de forteresses, Louis IX et Alphonse de Poitiers ont saisi les plus importantes aux barons infidèles, ne serait-ce qu’à terme, et le comte de Poitou dispose désormais, outre de Poitiers, Niort, Saint-Maixent et La Rochelle, de Montreuil-Bonnin, Saint-Jean-d’Angély et surtout de Saintes, verrou de la Gascogne toute proche. Il s’assure également de Surgères en novembre 1243, alors aux mains d’un héritier mineur39. Ce réseau de places fortes, plus étoffé, permet de rendre sensible la présence capétienne sur l’ensemble du comté, y compris assez vite dans l’actuelle Vendée40. Mieux encore, cela correspond à autant de nouvelles prévôtés, portant la justice comtale là où elle avait disparu. La diagonale épaisse des Lusignans brisée, plus aucun vassal n’est vraiment hors d’atteinte des agents comtaux.

  • 41 Les chiffres qui suivent ont été établi sur la base du recensement dressé à partir des 37 premiers (...)
  • 42 Ce calcul grossier ne tient pas compte des sommes engagées, qui nous échappent généralement, ce qu (...)

19Mais le plus grand facteur de réussite est sans doute économique. Si nous reprenons les comptes de 1245, on constate que l’ensemble des terres acquises au moment de la guerre rapporte plus de 6 600 livres par an de revenus ordinaires, soit près de 2 500 livres de plus que ceux du seul domaine de 1241. Ce sont autant de revenus enlevés aux rebelles potentiels, vraisemblablement déjà en partie exsangues après leurs frais de campagne. Si nous ajoutons à cela la politique de prélèvement systématique du rachat mise en place par Alphonse, on devine le transport global de richesse, qui s’opère au tournant de 1242-1243. Un signe peut s’avérer révélateur : le flot des donations pieuses. Grâce au travail de copiste de Dom Fonteneau, nous disposons d’un état assez complet des cartulaires et chartriers du Poitou. Si nous acceptons de considérer ces copies comme un échantillon représentatif, on constate un effondrement spectaculaire des donations aussitôt après 124241. Pour les années 1230-1241 on recense 64 donations, soit un peu plus de 5 par an ; entre 1242 et 1251 seulement 22, soit à peine plus de 2 par an42. Il faut y voir les effets directs de la guerre. Cependant, les donations baroniales ne retrouvent jamais, au cours du xiiie siècle, le niveau d’avant 1242.

Période

Donations

Indice

1230-1241

64

100

1242-1251

22

34

1252-1261

19

30

1262-1271

20

31

1230-1271

125

Donations pieuses en Poitou de 1230 à 1271.

201242 semble donc marquer un véritable tournant pour le Poitou, qui met fin à près de quarante ans d’incertitude entre les rois de France et d’Angleterre. À ce titre, on peut regarder cette date comme la véritable fin du Poitou des Plantagenêts, plutôt que 1224, et comme le début de l’administration capétienne. C’est toutefois une étude minutieuse de celle-ci qui nous permettra d’affiner et de nuancer notre premier propos.

Les débuts de l’ère alphonsine

21Le début de l’administration d’Alphonse de Poitiers correspond exactement à la fin de l’opportunisme poitevin. Auparavant, celui-ci n’est guère embarrassé des changements de seigneur ou des victoires capétiennes. Pour expliquer ce revirement, il faut présupposer une politique comtale assez efficace pour contraindre, ou plutôt rallier, durablement ces vassaux encombrants.

La mise par écrit

  • 43 Leyte 1996, 94.

22Nous avons mis en lumière, même s’il s’agit d’une évidence, le lien intime entre la possession de la terre et les événements politiques d’une part, et l’exercice de la suzeraineté. Le roi, puis le comte de Poitiers n’imposent leur autorité qu’à la faveur d’un transport massif de propriété et d’une implantation matérielle dans des régions jusque-là hors d’atteinte. Guillaume Leyte a déjà signalé le phénomène pour une période plus tardive : sans assise territoriale, il y’a pas d’autorité royale43. En d’autres termes, “l’intégration” du Poitou n’a véritablement commencé pour les Capétiens qu’avec le déploiement effectif de leur administration domaniale.

  • 44 Delisle éd. 1865, 575-578, et XXI, 258.
  • 45 Guyotjeannin 2005, 220.

23Il reste cependant à étudier le corollaire de cette prise de possession : la production de documents de gestion. De l’administration royale avant 1241, seuls nous restent deux comptes généraux pour l’Ascension 1234 et pour l’Ascension 123844. Trop synthétiques, ils ne nous apprennent pratiquement rien. Il faut donc s’en remettre entièrement à l’administration du comte de Poitiers, “scrupuleux hyperactif hanté par l’idée d’être mal servi, pour la plus grande joie de l’historien qui recueille du coup une énorme masse d’archives, documentant dans le détail le contrôle tatillon des officiers, comme une administration domaniale, financière, fiscale et féodale diligente et méthodique”45.

  • 46 Bardonnet éd. 1874.
  • 47 Bardonnet éd. 1872.

24De fait, nous constatons un mouvement général de mise par écrit des données susceptibles d’aider à un meilleur gouvernement du Poitou. Cela commence bien évidemment par l’ensemble des lettres d’hommage. Mais nous avons surtout la chance d’avoir conservé le livre de comptes du premier véritable sénéchal d’Alphonse de Poitiers, Adam Panetier, utilisé de l’automne 1243 à la Toussaint 1249. Outre les comptes, il comporte des baux de fermages, des listes d’hommage, des listes de chevaliers devant le service de garnison, des listes de garants pour le rachat de terres ainsi qu’un mémoire succint sur le château de Cognac. Bref, le sénéchal se constitue un livre de gestion relativement complet. Sa rédaction s’étale sur l’ensemble de la période, et l’on peut identifier les différentes strates de rédaction, comprenant deux temps forts. Un premier à l’ouverture du document, à l’automne 1243, un deuxième au printemps 1246, au moment où le comte décide de restituer les terres prises aux barons rebelles contre argent pour financer sa croisade. C’est également à cette époque qu’il fait coucher par écrit les revenus du Grand fief d’Aunis, dont le livre de comptes ne conserve qu’une partie, et dont l’intégralité se trouve dans un registre à part46. Ce mouvement continue jusqu’en 1260, date à laquelle Alphonse de Poitiers fait rédiger un mémoire sur ses droits dans ses châtellenies du Poitou central47.

  • 48 Fournier & Guébin éd. 1959, 3 : le prieuré de Saint-Agnant est dénoncé en 1251 pour avoir usurpé l (...)

25Cette politique traduit la volonté de ne plus perdre la mémoire des droits seigneuriaux attachés à un domaine longtemps malmené. La masse importante des enquêtes, ordonnées par le comte, répond également aux mêmes préoccupations. Outre la réparation des torts de l’administration, elles sont un moyen commode de faire témoigner les gens du lieu sur l’état ancien du domaine. Dès 1251, Alphonse de Poitiers adopte d’ailleurs le modèle anglo-normand, faisant convoquer les témoins par les enquêteurs et acceptant les simples dénonciations. De ce fait, les dépositions renseignent presque autant sur les malversations des prévôts que sur les escroqueries des magnats locaux. Bien mieux qu’avec l’enquête royale de 1247, Alphonse de Poitiers dispose d’un outil formidable pour faire participer ses vassaux à la mémoire collective d’un domaine désormais jalousement protégé48.

  • 49 À quelques exceptions près, soit la mention du solde de certains arrérages payés par le sénéchal a (...)

26Les comptes révèlent la même préoccupation. Leur fonction première, semble-t-il, est de contrôler la gestion financière du sénéchal et des prévôts. Malgré les apparences, ces documents sont pourtant élaborés à Paris, non pas par le sénéchal ou son clerc, mais directement par les clercs d’Alphonse de Poitiers. Certes, le sénéchal doit rendre ses comptes trois fois par an ; mais il ne s’agit sans doute que du dépôt des pièces comptables. L’établissement du document, celui que nous conservons, se fait en son absence. Chaque fois que nous pouvons le vérifier – essentiellement pour la période 1250-1260 – il apparaît que ne s’écoule jamais moins d’un mois entre la reddition des comptes et leur audition par Alphonse de Poitiers ou son trésorier. Dans la mesure où les comptes généraux ne sont que la compilation des comptes particuliers et vu leur degré de synthèse, on explique difficilement ce délai si long si les sénéchaux déposent leurs comptes déjà rédigés. Une constatation toute pragmatique vient appuyer ce raisonnement. Propres et bien ordonnés, ces documents ne comportent ni rature, ni addition et pratiquement aucune correction49. Plus probant, leur disposition, quoique strictement hiérarchisée, s’éloigne considérablement des documents que l’on peut identifier comme d’usage courant. Ces derniers, tels les rôles qu’Alphonse de Poitiers fait dresser pour mieux connaître ses débiteurs, se présentent sous la forme de longues listes où à chaque item correspond un retour à la ligne. Dans ce cas, on observe régulièrement le travail des clercs, biffant telle dette payée ou ajournée. Ces listes se parcourent d’autant plus aisément qu’elles sont recopiées d’un terme à l’autre, servant de base à l’établissement du rôle suivant. Ce travail s’avère bien plus difficile avec un document comptable divisé en paragraphes écrits à longues lignes tel qu’un compte de sénéchaussée.

27Il faut donc accepter que ces documents ne sont en rien des documents de gestion courante de la seigneurie. Pour les mêmes raisons, ils ne servent pas non plus au contrôle de la gestion financière du sénéchal, contrôle dont nous n’avons aucune manifestation écrite. S’il a effectivement lieu, c’est en amont de la rédaction des comptes, au cours d’un processus dont nous ne savons absolument rien. À défaut, il faut considérer ces documents comme l’enregistrement scrupuleux des recettes et dépenses de la sénéchaussée, dont le but n’est autre que de valider la position comptable du sénéchal. Il s’agit exactement de la même logique que celle du Temple délivrant au roi ou à Alphonse de Poitiers le résumé des mouvements d’argent sur leur comptes : ce sont en quelque sorte de luxueux relevés bancaires. On peut dès lors se demander quelle utilité en a le sénéchal pour les faire copier dans leur intégralité.

  • 50 Les enquêtes administratives regorgent de réclamations de terres que l’on prétend, souvent avec la (...)

28C’est que ces documents ont également pour modèle les cartulaires-registres de la chancellerie capétienne. Outre le strict alignement des sommes, leur disposition s’efforce d’être un alignement de droits et le reflet d’une situation juridique. Après un peu plus d’un an de tâtonnements, les comptes trouvent leur forme définitive à la Chandeleur 1245, qui classent les revenus en quatre catégories majeures : les rachats, les revenus du domaine avant la guerre, les conquêtes sur le comte de la Marche et les terres forfaites. C’est sans doute cette fonction juridique qui intéresse le sénéchal, qui doit notamment faire face aux réclamations des nobles dépossédés en 124250. On notera que les rachats, véritable cheval de bataille de la nouvelle administration, sont mis en évidence en tête du compte.

29De ce détour par les comptes, ressort ainsi une impression générale de remise à plat de la situation juridique du domaine. Après une longue période de faiblesse, le pouvoir comtal, auparavant aux mains du roi, doit inscrire en droit une situation de fait. Ce processus est largement lié au développement de la procédure d’enquête qui est à l’origine de la mise par écrit : partout les enquêteurs font témoigner les plus vieux et les plus respectables afin de recueillir l’état le plus ancien du domaine. La rationalisation et la systématisation des prélèvements seigneuriaux passent par cette étape préalable, dont la rédaction est le support de l’action du sénéchal.

Retour sur la pacification du Poitou

30Paradoxalement, malgré le travail de copiste de Dom Fonteneau, nous sommes très peu renseignés sur la période antérieure à 1242-1243. L’essentiel des chartes qu’il a transcrites concerne des dons aux établissements écclésiastiques du Poitou, et non les rapports entre le roi et ses vassaux trop puissants. Il est néanmoins possible de jeter un regard retrospectif sur cette période grâce aux comptes d’Alphonse de Poitiers. Leur contenu, à défaut de nous donner un véritable instantané du domaine, nous renseigne sur la politique de pacification de la région, voire sur les conditions du succès de 1242. À partir de 1245, les comptes permettent d’établir commodément une carte très sommaire des fermes et prévôtés du domaine initial du comté de Poitou, ainsi que des terres prises sur le comte de la Marche et des terres forfaites. Le résultat est assez spectaculaire, et dessine une diagonale d’acquisitions relativement resserée (fig. 1).

  • 51 Bémont 1893.

31La carte appelle deux commentaires relativement simples. On constate en premier lieu qu’une large part du bas Poitou, à savoir l’actuelle Vendée et la moitié nord des Deux-Sèvres, est totalement épargnée par les saisies (terres forfaites et terres conquises). La diagonale des saisies correspond, sans surprise, à l’avancée des troupes royales en 1242 telle que Charles Bémont l’a décrite51. Autre constat, il y a une proximité très frappante entre les terres prises au comte de la Marche et les terres forfaites, tout particulièrement autour de Saintes et Saint-Maixent. Le lien n’est pas difficile à faire : ce sont essentiellement les vassaux de Hugues et de Geoffroi de Lusignan qui ont fait les frais des confiscations.

  • 52 Delisle éd. 1856.
  • 53 Id., 531.
  • 54 Ibid., 531-532.

32Cela nous amène à revoir les événements à la lumière de ce résultat. Après l’article de Léopold Delisle sur une lettre adressée à la reine Blanche par un bourgeois de La Rochelle, l’informant de la conspiration des barons poitevins, la guerre de 1242 a été considérée comme la dernière grande révolte poitevine et anti-française52. Suivant de trop près les déclarations de cet “espion”, Delisle estime que les motivations des barons sont claires, qui “voyaient avec effroi les progrès du pouvoir royal ; ils ne se résignaient pas à supporter l’autorité de ces baillis ou sénéchaux qui réprimaient avec une impitoyable rigueur les excès de la féodalité, et faisaient strictement observer jusqu’aux extrémités du territoire les décisions de la cour du roi”53. Il ajoute pour preuve la concordance du discours de Mathieu Paris et conclut que ce fut “pour défendre une indépendance qu’ils voyaient leur échapper que les barons du Poitou et des provinces voisines formèrent, en 1241, une ligue avec la haute noblesse et les communes de la Gascogne”54. C’est là confondre mobile et propagande.

Fig. 1. Possessions des grandes familles en 1230 et terres confisquées en 1242.

  • 55 Notamment les Thouars, dépossédés de la terre d’Aunis au profit du comte de la Marche en 1230.
  • 56 Le rôle d’Isabelle d’Angoulême a pu être décisif. Mathieu Paris, rapportant une accusation de meur (...)
  • 57 Delisle éd. 1856, 530 : accusé devant Henri III, le comte de la Marche s’en défend en incriminant (...)

33On peut se demander quelle pertinence il y a à invoquer l’agacement des barons vis-à-vis des agents royaux, lorsque la même lettre fait état de l’incapacité du châtelain de La Rochelle à faire régner l’ordre dans la région. Si nous reprenons de près la chronologie des faits, et que l’on accepte d’accorder du crédit au témoignage de cette lettre, la réalité s’avère plus nuancée. Il est probable qu’une grande partie des barons saintongeais et poitevins, y compris les plus importants, assistent à la réunion de Parthenay en 1241, au cours de laquelle Hugues de Lusignan fait son plaidoyer pour la révolte. L’argumentaire ressemble peut-être, dans sa teneur, à ce qu’en rapporte l’auteur de la lettre, insistant sur les précédents normands et albigeois pour effrayer les barons, et évoquant surtout la possibilité d’un retour sur les acquisitions faites aux dépends du domaine comtal depuis trente ans. Mais à la fin de 1241 le comte de La Marche est non seulement le seul à avoir pâti d’une reprise de fiefs, mais il est surtout le principal bénéficiaire des aliénations anciennes du domaine. Le baronage poitevin en conçoit peut-être quelque rancœur55. Le témoignage des chroniqueurs, à commencer par Mathieu Paris, concordent et montrent le relatif isolement des Lusignans56. Hugues a en réalité piégé le roi d’Angleterre par une sorte de coup de bluff57. Le soutien des barons n’est sans doute pas très ferme, hormis en Saintonge, voire inexistant.

  • 58 Teulet éd. 1863-1909, II, 2972.
  • 59 Id., 3473.
  • 60 Voir note 28.

34Dès avril 1242, alors que l’armée royale est à peine constituée, les deux frères de Thouars, le vicomte Aimery et Geoffroi, trésorier de Saint-Hilaire de Poitiers, se soumettent, entraînant avec eux leur nièce Jeanne, dame de Luçon58. Raoul de Beaumont, seigneur de Chiché et de Bressuire, fait de même en mai, ainsi que Geoffroi de Châteaubriand, seigneur de Pouzauges. Il semble que la seigneurie de Talmont soit encore dans la main du roi à cette époque, puisque Raoul de Mauléon n’est accepté à l’hommage pour ces terres qu’en mars 124659 ; Henri III fait d’ailleurs une vaine tentative dans cette direction en mettant l’amoindrissement de cette seigneurie parmi ses doléances à Louis IX en 124260. Fin mai, mises à part les possessions des Lusignans, le bas-Poitou est rallié au roi et ce sans acte de guerre connu de la part de ces barons.

  • 61 Id., 2986 et V, 432.
  • 62 Id., II, 2987.

35Le cas des seigneurs saintongeais est plus épineux. Geoffroi de Rancon, seigneur de Taillebourg, s’est rallié très tardivement après avoir laissé passer Henri III et le comte de la Marche. Son hostilité à ce dernier est cependant connue de tous, et il est certain qu’il n’a pas aidé les conjurés. Derniers seigneurs importants, Geoffroi et Renaud de Pons ont attendu de ne plus héberger le roi d’Angleterre en leurs murs pour faire leur paix61. Malgré cela, non seulement Renaud de Pons ne fait l’objet d’aucune confiscation, mais il se voit confirmer dans la possession de terres prises à l’un de ses propres vassaux62.

  • 63 Fournier & Guébin éd. 1959, 90.

36Dans l’ensemble, les seuls seigneurs ayant fait l’objet d’une confiscation sont les vassaux directs du comte de la Marche et de son cousin Geoffroi, ainsi que quelques rares petits seigneurs qui ont refusé le ralliement. Ils se situent majoritairement autour de Saintes, Niort et Saint-Maixent. Pour cette dernière région, on peut même préciser qu’il s’agit essentiellement des chevaliers de la garnison de Villiers-en-Plaine, faits prisonniers lors de la prise du château63. Cette différence de traitement s’explique certes par l’isolement des Lusignans au cours de la campagne, mais trouve encore ses fondements dans le droit. Hugues de Lusignan est en effet le seul baron à avoir retiré sa foi au comte de Poitiers en décembre 1241, et à lui avoir déclaré la guerre. À la différence du prudent immobilisme des autres grands feudataires, cet acte confère à Alphonse de Poitiers la possibilité de reprendre les terres de son vassal dépendant de son domaine. A contrario, le seigneur de Pons n’est coupable que d’avoir préféré le service du duc de Guyenne à celui de son suzerain.

  • 64 Teulet éd. 1863-1909, II, 3214.
  • 65 Id., 2976.

37L’explication juridique doit être complétée de considérations plus politiques. Louis IX et Alphonse de Poitiers savent exploiter et cultiver l’isolement du comte de la Marche en ne frappant que lui. Les barons poitevins ne voient peut-être pas d’un si mauvais œuil l’abaissement de ce seigneur trop puissant et de son épouse peu appréciée, de sorte qu’ils n’ont guère à se plaindre de la justice du roi de France. En clair, les conditions de l’échec de cette révolte sont inscrites dès les années 1230, avant même l’inféodation du Poitou au comte Alphonse. Paradoxalement, Hugues de Lusignan est le meilleur agent de l’intégration définitive de la région à la mouvance capétienne. Ses vassaux les plus importants, punis avec lui, font l’objet d’attentions particulières. Gui le Sénéchal peut rédimer ses terres dès la Chandeleur 1244, et est accepté à l’hommage après le dernier versement à la Toussaint64 ; de même Ebles de Rochefort, pour la seigneurie de Thors à la même époque. Plus spectaculaire encore, Geoffroi de Lusignan, cousin d’Hugues de Lusignan, obtient du roi la restitution de certaines de ses terres conquises pour prix de sa soumission en juin 124265

  • 66 Guyotjeannin 2005, 235.

38Scrupuleusement étudiés, les comptes du Poitou amènent donc à revoir le sens des événements de 1242. Loin d’avoir voulu “défendre une indépendance qu’ils voyaient leur échapper”, les barons poitevins cherchent surtout à temporiser et à sauvegarder des acquis. La tutelle royale, puis comtale, leur pèse sans doute moins que de défendre les intérêts d’un lignage dont la puissance déséquilibre la région. Taillebourg n’est le coup d’arrêt que de l’expansion des Lusignans, dont l’emprise sur le Poitou est seule menacée. Louis IX et Alphonse de Poitiers n’ont qu’à paraître un peu plus incisifs que le roi anglais pour vaincre les hésitations timides des principaux barons. La politique domaniale des premières années de la nouvelle administration comtale aggravent l’isolement du comte de la Marche, lui ôtant vassaux et crédibilité, tout en ménageant le reste du baronage, trop heureux de s’en être tiré à si bon compte. Les Capétiens préviennent les craintes en ne reproduisant pas le schéma de la conquête normande. “Leur habileté a été avant tout pragmatisme instinctif, qui a mélangé dure gestion seigneuriale et rencontre rapide avec les intérêts des élites locales”66.

1243-1255 : une politique domaniale de l’apaisement

  • 67 Bémont 1884, 15 et 341 : Simon de Montfort a des paroles très dures à l’égard de Hugues de Lusigna (...)

39La pacification du Poitou relève autant d’une véritable stratégie domaniale que d’une victoire militaire. Celle-ci est venue couronner les efforts du roi en ôtant définitivement tout crédit aux “Poitevins” à la cour des Plantagenêts, du moins auprès d’une large fraction du baronage67. En éloignant le spectre de 1204 et de la croisade albigeoise – motif qui aparaît comme décisif dans l’argumentaire de la révolte – les Capétiens marginalisent les perdants de 1242. Reste à tenir cette ligne de conduite, tout en réassurant le pouvoir comtal en profitant des retombées de la victoire.

Le rôle de la croisade

  • 68 Cette somme ne comprend que les paiements dont il est assuré qu’il s’agit de rachats ; les intitul (...)
  • 69 Le total de 1 600 livres peut paraître faible car le rachat n’est généralement dû qu’à la mutation (...)
  • 70 Teulet éd. 1863-1909, II, 3051.
  • 71 Teulet éd. 1863-1909, II, 2972, 2975, 2982, 2986, 2989, 3051, 3084, 3137, 3154, 3160, 3383, et V, (...)

40Les toutes premières années de l’administration d’Alphonse de Poitiers sont marquées par la volonté de restaurer le pouvoir comtal. Plus qu’au célèbre respect des coutumes des pays conquis, c’est à une politique seigneuriale de la fermeté que s’intéresse le comte. L’imposition du rachat en est l’arme de prédilection. Entre l’Ascension 1243 et la Toussaint 1245, il rapporte au moins 900 livres, composées de sommes modestes prises sur de petits seigneurs68. Il faudrait encore gonfler ce chiffre des 200 livres d’Ebles de Rochefort, et des 500 livres de Gui le Sénéchal pour Dienne69. Parallèlement, lorsque Jeanne de Thouars est acceptée à l’hommage pour La Roche-sur-Yon, en mars 1243, Alphonse de Poitiers se réserve expressément le rachat s’il peut prouver qu’il lui est dû70. Pour ce qui est des forteresses, entre le printemps 1242 et l’automne 1245, il s’assure de ses droits éminents sur celles de la vicomté de Thouars, de Bressuire, Chiché, Pons, Montignac, Prusse, celles de Guillaume l’Archevêque, de La Roche-sur-Yon, Vouvant, Mervent, de Marguerite de Rochefort, de Fors, Parthenay et Rochechouart71.

  • 72 Boutaric 1870, 503-504.

41Cette politique ne doit pas faire illusion. Le comte de Poitiers doit encore ménager son baronage aux termes du contrat tacite de l’été 1242. C’est sans nuance qu’Edgar Boutaric affirme que “plein de déférence et de courtoisie pour les personnes, le frère de saint Louis obéit peut-être, sans s’en rendre bien compte, aux sentiments d’hostilité qui portaient la couronne et les autres grands feudataires à affaiblir ceux qui se trouvaient au-dessous d’eux et dont la puissance aurait pu leur porter ombrage”72. Le redressement des droits seigneuriaux n’est pas l’écrasement des vassaux, et c’est un événement extérieur qui vient à la fois modifier et accélérer cette politique : la croisade.

  • 73 À la Toussaint 1247, ces droits de garde deviennent si importants et réguliers que les clercs leur (...)

42Edgard Boutaric traite de l’admnistration d’Alphonse de Poitiers comme d’un bloc sans grands égards pour la chronologie. Il faut pourtant s’arrêter sur l’année 1246, point de rupture dans la stratégie seigneuriale du comte. L’application rigoureuse des droits seigneuriaux est toujours de mise, et l’on observe une insistance toujours accrue sur le rachat, les forteresses et le droit de garde73. C’est que Louis IX prononce son vœu de croisade à la fin de l’année 1244, rapidement imité par ses frères. Ces derniers doivent trouver l’argent nécessaire pour aligner un contingent digne de leur rang et pourvoir aux aspects matériels de l’expédition. Pour Alphonse de Poitiers, l’occasion est toute trouvée d’allier épargne et politique d’apaisement en proposant aux anciens rebelles, et souvent à leurs héritiers, de rédimer leurs terres.

  • 74 Cette somme ne comprend que les grossa racheta, sans tenir compte des menues sommes éparpillées da (...)

43Au motif de la croisade, les barons trouvent quant à eux moyen de négocier contre argent quelques aménagements des conséquences de 1242. Les listes de garants, consignées dans le livre de compte de la sénéchaussée, témoignent du maintien d’une certaine cohérence nobiliaire. Les seigneurs dont les terres ont été saisies n’ont aucun mal à mobiliser les sommes autour d’eux en faisant appel soit à d’autres anciens rebelles, soit à des barons ralliés. Les liens lignagers fonctionnent encore pleinement, et la pérennisation des saisies aurait pu déséquilibrer à nouveau la région. L’objectif d’Alphonse de Poitiers est donc double : épuiser ce qu’il reste des épargnes baroniales, et donner bonne fin aux réclamations des déshérités les moins compromis. Entre la Chandeleur 1246 et l’Ascension 1248, un ensemble considérable de terres forfaites est retourné aux vassaux pour la somme coquette de 4 260 livres, auxquelles il faut ajouter les 294 livres du terme de la Toussaint 1248, qui correspondent à une deuxième campagne de restitutions, soit un total de 4 554 livres. En parallèle, Alphonse de Poitiers parvient à obtenir 12 950 livres au titre de rachats divers74.

  • 75 Teulet éd. 1863-1909, II, 3473.
  • 76 Id., 3565.
  • 77 Id., 3761-3762.

44L’analyse des chartes confirme cette impression déjà très nette. Alphonse de Poitiers négocie fort cher une certaine faiblesse politique. C’est en mars 1246 que le comte accepte de recevoir Raoul de Mauléon à l’hommage, alors que les droits de celui-ci apparaissent comme douteux du fait de sa naissance hors mariage, contre 3 000 livres de rachat75. Le cas de la Roche-sur-Yon est également exemplaire. Jeanne de Thouars est acceptée à l’hommage en 1243, sauf le droit de rachat qui reste à prouver, et la réserve seigneuriale sur le mariage de cette riche héritière. Alphonse semble autoriser son mariage avec Maurice de Belleville en 1246, puisqu’il l’accepte à l’hommage à cette occasion, en novembre, tout en prévoyant un rachat groupé de 2 000 livres pour les fiefs hérités d’Aimery de Thouars, père de Jeanne, sans plus évoquer celui de la Roche-sur-Yon76. C’est qu’à cette occasion la garde du château, sur lequel Alphonse a quelque prétention, est à nouveau laissée en suspens, au profit du comte. La question est finalement réglée en avril 1249, peu avant la croisade : le château revient au couple, mais Alphonse en conserve la garde pour 5 ans77 ; de même il règle un contentieux sur des prétentions croisées concernant un ensemble de terres entre la Roche-sur-Yon et la Rochelle.

  • 78 Fournier & Guébin éd. 1959, XVIII-XIX. Il faut compléter l’itinéraire établi par P.-F. Fournier et (...)

45Dans l’ensemble, Alphonse de Poitiers souhaite laisser le Poitou en bonne paix avant son départ, et c’est sans doute pour s’en assurer qu’il fait le tour de ses terres en 1246, 1248, puis en 124978. En offrant d’apurer l’essentiel des contentieux nés de 1242, il ouvre la porte aux anciens rebelles, qui s’empressent de la franchir. Le succès de l’opération, la rapidité de versement des sommes, payées notament grâce à l’appui des Lusignans, prouvent que le baronage n’attend plus rien des Plantagenêts et accepte le ralliement. Nous sommes loin de la politique rigide qui fut appliquée en Normandie : à l’épreuve de force a succédé la politique du contrat.

Le calme gascon

46Reste un dernier élément à prendre en compte pour mieux comprendre le succès du ralliement capétien : la Gascogne anglaise. La frontière, toute proche, fait l’objet de toutes les attentions, et Louis IX finance lui-même la totalité des travaux d’agrandissement du château de Saintes entre 1242 et 1245. Entre 1243 et 1259, la paix est suspendue au renouvellement des trêves, annuelles à partir de 1248. On comprend donc assez bien ce que cette proximité peut avoir de déstabilisant. Le comte doit ménager ses vassaux, tout en constituant une sorte de glacis protecteur en un lieu où il n’a pas de terres propres.

  • 79 Mathieu Paris évoque bien une prise d’armes en Gascogne cette année là, mais il s’agit d’un confli (...)
  • 80 Bardonnet éd. 1875, 169.
  • 81 Mathieu Paris éd. Luard 1877, IV, 630 : le chroniqueur date la détérioration du climat politique g (...)
  • 82 Rymer éd. 1816, I, 158.
  • 83 Bissonnet 2004, 147.

47De fait, quelques signes d’activités militaires sont perceptibles. On observe une augmentation significative des garnisons de presque toutes les forteresses poitevines au cours de l’hiver 1244, et le rassemblement de gens et de matériel de guerre autour de Saintes durant un petit mois. Rien n’indique les raisons de ces dépenses en période de trêve, qui semblent surtout défensives79. Plus intriguant, le compte de l’Ascension 1247 mentionne plusieurs messagers, et même deux fondés de pouvoirs envoyés à Bordeaux au sujet d’une cavalcata de Gasconia, et d’un exercitu burdegalense80. Il s’agit vraisemblablement d’une agitation interne au duché, quoique inconnue par ailleurs, car Alphonse de Poitiers ne semble avoir fait aucun préparatifs81. Un dernier témoin abonde dans ce sens, à savoir Amauvin de Vayres. Une lettre du roi Henri III, datée du 30 novembre 1249 à son sénéchal Simon de Montfort, demande à ce dernier d’assigner Raymond, vicomte de Fronsac, à comparaître au printemps devant sa cour pour répondre aux accusations d’Amauvin d’avoir négocié avec Alphonse de Poitiers un soulèvement de la Gascogne82. L’accusation, portée par un voisin belliqueux du vicomte est douteuse, mais assez crédible pour convoquer l’accusé83. Il n’est donc pas exclu que certains seigneurs poitevins – sous le couvert du comte ? – aient participé à des opérations militaires de faible envergure en Gascogne, ce qui justifierait l’action d’Alphonse de Poitiers, tenu de faire respecter la trêve d’avril 1243 à ses vassaux.

  • 84 Genet 1995, 37, 57.
  • 85 Langlois 1885, 46, 589-593.

48Malgré cela, tout semble concorder pour désigner la Gascogne comme un des éléments constitutifs de l’apaisement du Poitou. La politique autoritaire de Simon de Montfort, sénéchal de Gascogne à partir de 1248, favorise l’agitation des seigneurs gascons, peut-être tentés de demander l’aide de leurs voisins poitevins. Cette révolte larvée tient ainsi occupées les forces du Plantagenêt, bien incapable de menacer les frontières faute de parvenir à imposer son autorité. En outre, Simon de Montfort entretient des liens de bonne entente avec les Capétiens, et tout particulièrement avec Louis IX, dont le caractère et les idées sont proches des siens84. La preuve en est donnée au moment de la succession toulousaine, lorsque Simon refuse de donner suite aux appels des barons agenais rechignant à reconnaître Alphonse de Poitiers85. Il est d’ailleurs vraisemblable que ce dernier ait effectivement été approché par Raymond de Fronsac avant son départ à la croisade, en 1247 ou 1248, sans succès. Le dernier élément marquant de cette entente, et non des moindres, c’est la neutralité bienveillante du comte face à la campagne d’Henri III en Gascogne en 1253-1254. Non seulement Alphonse de Poitiers, alors seul régent de France après la mort de sa mère, ne réagit pas à un débarquement de son ancien adversaire, mais il laisse encore partir plusieurs de ses vassaux à l’aide de leur ancien seigneur. Il faut une certaine confiance pour appuyer ainsi son ancien adversaire à sa propre porte.

  • 86 Michel éd. 1885, I, 2692.
  • 87 Id., 2175.

49C’est du côté de la documentation anglaise qu’il faut chercher l’explication de cette étrange situation. Les Rôles gascons nous montrent Henri III prendre des dispositions pour accueillir les messagers d’Alphonse de Poitiers le 30 septembre 125386. Quelques jours plus tard, en novembre, le roi s’engage à verser 7 258 livres bordelaises pour dédommager le comte des actes de pillages de ses vassaux sur l’Agenais87. Une telle somme, à un moment de difficulté financière pour Alphonse de Poitiers, à de quoi incliner à la générosité. En retour, les trêves sont prolongées sans autre problème, malgré les accrocs dus aux rebelles. Henri III, fort occupé en Gascogne, ne représente donc en rien une menace pour le Capétien ; c’est au contraire l’occasion de se rapprocher par un échange de bons procédés.

  • 88 Id., I, 2175, 2203, 2432, 2436, 2463, 2821, 2904, 2934, 2979, 2993, 3017, 3032, 3073, 3102, 3120, (...)

50C’est ici qu’il convient d’évoquer à nouveau les Lusignans. Les morts successives de Hugues X et Hugues XI à la croisade aux côtés de saint Louis laissent un héritier mineur, Hugues XII, au moment de la révolte des barons gascons. Mais les autres fils de Hugues X, Gui et Geoffroi, demi-frères du roi d’Angleterre, font leur carrière auprès de ce dernier ; on les voit, tout particulièrement Geoffroi, très engagés dans les opérations militaires. Derrière eux, ce sont plusieurs barons poitevins qui apparaissent au fil des Rôles gascons, retenus à gages par le roi anglais, dont on peut faire une liste sommaire : les deux frères Hugues et Savary de Vivonne ainsi que Guillaume des Fors, fils d’un Hugues de Vivonne qui n’est peut-être pas le même, Geoffroi de Nieul, Gui, Ebles, Charles et Maurice de Rochefort, Arnaud de Montausier, Gui Povereau et Geoffroi de Mortagne, Foulques de Matha, Raymond de Saint-Martin, Aimery de Sonneville, Amenon de la Roche, Thomas Chabot et Maurice de Belleville, Aimery vicomte de Rochechouart, Hugues de Nayde, Guillaume le Bigot, Geoffroi Rancon et Guillaume d’Anet et enfin Hugues Chaceporc88. La plupart d’entre eux amènent quelques chevaliers, entre 2 et 5. Tous ne sont pas gagés, mais jouent néanmoins de leur influence pour placer un des leurs, tel Geoffroi Rancon, faisant armer chevalier Guillaume d’Anet par Henri III. Beaucoup d’autres poitevins plus obscurs nous échappent sans doute à défaut de les identifier comme tels.

  • 89 À titre d’exemple, on peut rappeler que Hugues XI, pourtant vassal direct du roi de France, tient (...)

51L’important est de retenir non seulement la force du contingent poitevin, mais encore le rétablissement des relations avec le roi d’Angleterre. Cela va de soi pour les nombreux chevaliers dont les terres ont été confisquées par Alphonse de Poitiers, et dont le destin est lié à celui des Lusignans. Cela peut paraître plus surprenant dans le cas de Geoffroi de Rancon. La fracture de 1242 est finalement moins nette qu’aurait pu le laisser supposer un constat trop superficiel. Il faut considérer une partie de la noblesse poitevine comme partie intégrante du processus de rapprochement des deux couronnes, dont le traité de 1259 est le point d’aboutissement. Le rôle des Lusignans est évidemment fondamental, dont les assises sont tout autant continentales qu’insulaires du fait de leur parenté royale89. Mais c’est avec l’exemple d’une famille plus modeste que nous allons conclure ce tour d’horizon : les Rochefort.

  • 90 Teulet éd. 1863-1909, II, 3075.
  • 91 Fournier & Guébin éd. 1959, 101-103.
  • 92 Id., 3017, 3024, 3219, 3256, 3272, 3501. Hugues Chaceporc, frère du trésorier de Bordeaux Pierre C (...)
  • 93 Teulet éd. 1863-1909, IV, 39732 ; British Library, Additional Charters 3307, indiqué dans Fournier (...)
  • 94 Michel éd. 1885, I, 2756, 2808, 2895, 2965, 3017.

52Cadet de famille, Ebles de Rochefort prend parti pour Alphonse de Poitiers et figure dans la liste des garants de Louis IX lors de la trêve de 1243, ainsi que son neveu Charles90. Son frère aîné, Gui, seigneur de Villiers-en-Plaine et de diverses terres autour de Saint-Maixent, fidèle de longue date de Hugues de Lusignan, suit ce dernier jusque dans sa déchéance91. Sa carrière ne s’arrête pas pour autant, puisqu’il entre au service d’Henri III ; on le retrouve en Gascogne en 1253-1254, aux côtés de Geoffroi de Lusignan et de Hugues Chaceporc, où il obtient la garde du château de Northampton92. Son fils Charles, resté auprès de son oncle Ebles, parvient à rédimer une partie des terres perdues à la Toussaint 1247. Ebles continue à jouer la carte capétienne ; il semble être l’un des interlocuteurs du comte vers 1250-1251 au sujet du port de Saint-Jean-d’Angély, et on conserve le résumé d’une plainte, sans date, adressée à Alphonse de Poitiers sur les empiètements de la justice ecclésiastique93. Mais en 1253, il rejoint son frère, en compagnie de son neveu, dans les troupes du roi d’Angleterre au moins dès le mois d’octobre94. On le voit encore le 11 février 1254, en compagnie de son frère Gui, parmi les témoins d’une charte donnée en faveur de Geoffroi de Lusignan. La campagne de 1242 n’a pas brisé tous les liens des Lusignans.

53Cette famille est le parfait exemple d’une stratégie baroniale plutôt réussie, malgré les saisies, passerelle entre deux princes hostiles. Entre Lusignans, Capétiens et Plantagenêts, ils représentent ce qui fut l’un des puissants ressorts de l’apaisement du Poitou, à savoir le maintien d’un tissu de relations transcendant les clivages dynastiques, habilement ménagé par le nouveau comte de Poitiers. Ce dernier, nourri de l’exemple normand, si effrayant encore en 1242 que Hugues de Lusignan pouvait l’agiter comme un épouvantail, a su proposer un modèle contractuel du ralliement. Loin d’être étanche, la frontière s’est changée en un lieu d’échanges aux dépens des barons gascons.

Conclusion

54La période 1224-1255, jusque-là peu étudiée pour ce qui concerne le Poitou, offre l’exemple finalement réussi de la politique seigneuriale des Capétiens. Contre la fière indépendance des barons poitevins, on devine désormais que les armes ne furent l’élément déterminant. L’éclat des batailles de Saintes et Taillebourg ont eu leur rôle à jouer ; mais c’est à la fois la boulimie des Lusignans et la politique seigneuriale de Louis IX et d’Alphonse de Poitiers qui ont garanti la pérennisation de l’apaisement. Il leur a fallu pour cela apprendre des erreurs passées et faire oublier l’exemple normand.

55Le comte de Poitiers a su utiliser la force centrifuge de la croisade pour ancrer la noblesse poitevine dans son giron, dans lequel les barons pouvaient trouver leur compte. Profitant des difficultés du roi-duc en Gascogne, il a également marqué son respect des anciennes alliances, et la fin des grandes conquêtes méridionales, du moins avant la guerre de Cent ans. C’est à ce titre que la période se rattache pleinement à l’histoire des Plantagenêts, à celle d’un rapprochement entre deux dynasties qui partageaient malgré tout une certaine conception de l’ordre seigneurial.

Bibliographie

SOURCES

Bardonnet, A., éd. (1872) : Hommages d’Alphonse, comte de Poitiers, frère de Saint Louis : État du domaine royal en Poitou (1260), Niort.

– éd. (1874) : “Le terrier du Grand Fief d’Aunis”, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 38, 55-296.

– éd. (1875) : “Comptes d’Alfonse de Poitiers”, Archives historiques du Poitou, 4, IX-XI et 1-234.

Bruel, A., éd. (1903) : Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, VI.

Delisle, L., éd. (1865) : Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, XXII.

– éd. (1904) : Recueil des historiens des Gaules et de la France, Paris, XXIV.

Fournier, P.-F. et P. Guébin, éd. (1959) : Enquêtes administratives d’Alphonse de Poitiers : arrêts de son parlement tenu à Toulouse et textes annexes, Paris.

Mathieu Paris, éd. H.R. Luard (1877) : Chronica majora, Londres, IV.

Michel, Fr., éd. (1885) : Rôles Gascons (1242-1254), Paris.

Métais, Ch., éd. (1893) : “Cartulaire saintongeais de l’abbaye de la Trinité de Vendôme”, Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, 22, 133-135.

Rédet, L.-F.-X., éd. (1839) : “Table des manuscrits de Dom Fonteneau conservés à la Bibliothèque de Poitiers”, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 4.

Rymer, T., éd. (1816) : Foedera, conventiones, litterae, et cujuscunque generis acta publica, inter reges Angliae et alios quosvis Imperatores, Reges, Pontifices, Principes, vel Communitates : ab ingressu Gulielmi I in Angliam, A.D. 1066 ad nostra usque tempora habita aut tractata, Londres, I.

Teulet, A., éd. (1863-1909) : Layettes du Trésor des chartes, Paris.

Thomas, G., éd. (1934) : Cartulaire des comtes de la Marche et d’Angoulême, Angoulême.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aurell, M. (2004) : L’empire Plantagenêt, 1154-1224, Paris.

Baldwin, J. (1991) : Philippe Auguste, Paris.

Bémont, Ch. (1884) : Simon de Montfort, Paris.

– (1893) : “La campagne de Poitou, 1242-1243 : Taillebourg et Saintes”, Annales du Midi, 5, 289-314.

Bissonnet, J.-F. (2004) : Le groupe aristocratique et son habitat dans la vicomté de Fronsac, TER, dir. Boutoulle, Fr. (Université Michel de Montaigne Bordeaux III).

Boutaric, E. (1870) : Saint Louis et Alphonse de Poitiers : étude sur la réunion des provinces du Midi et de l’Ouest à la Couronne et sur les origines de la centralisation administrative, Paris.

Cao Carmichael de Baiglie, M. (1999) : “Savary de Mauléon, chevalier-troubadour poitevin”, Moyen-Âge, 105, 269-305.

Delisle, L. (1856) : “Mémoire sur une lettre inédite adressée à la reine Blanche par un habitant de La Rochelle”, Bibliothèque de l’École des Chartes, 17, 513-555.

Fawtier, R. (1942) : Les Capétiens et la France, Paris.

Garaud, M. (1921) : “Le viage ou le retour du vieux ‘coustumier de Poictou’”, Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 747-771.

Genêt, J.-Ph. (1995) : “Simon de Montfort : baron ou homme politique ?”, Médiévales, 34, 57.

Guyotjeannin, O. (2005) : “L’intégration des grandes acquisitions territoriales de la royauté capétienne (xiiie- début xive siècle)”, Fragen der politischen Integration in Mittelalterlichen Europa, 211-239.

Langlois, Ch.-V. (1885) : “Une lettre adressée à Alfonse de Poitiers : 24 mars 1251”, Bibliothèque de l’École des Chartes, 46, 589-593.

Ledain, B. (1892) : Savary de Mauléon, Saint-Maixent.

Le Nain de Tillemont (1847) : Vie de saint Louis, II, Paris.

Leyte, G. (1996) : Domaine et domanialité publique dans la France médiévale, xiie-xve siècles, Strasbourg.

Richard, A. (1903) : Histoire des comtes du Poitou : 778-1204, II, Paris.

Richard, J. (1983) : Saint Louis, Paris.

Sivéry, G. (1995) : Louis VIII le lion, Paris.

Notes

1 Aurell 2004.

2 Guyotjeannin 2005.

3 Aurell 2004, 206.

4 Fawtier 1942, 144.

5 Baldwin 1991, 284.

6 Teulet éd. 1863, I, 703.

7 Bardonnet éd. 1872, 102 : le fils d’Hardouin de Maillé a épousé Béatrice de Thouars, dame de La Roche-sur-Yon et mère de Jeanne, ce qui fait d’Hardouin de Maillé le grand-père de Jeanne au même titre que le vicomte de Thouars.

8 Aucun élément ne permet de dater véritablement cette création, mais les enquêtes royales de 1247 attestent qu’elle est antérieure à l’inféodation du comté à Alphonse de Poitiers.

9 Edgard Boutaric place la disparition des “baillis” en 1245 (Boutaric éd. 1870, 136-138), mais il s’agit en réalité d’une institution différente, largement fictive.

10 Sivéry 1995, 242 ; Hugues tenait déjà Saintes, donné par le roi d’Angleterre pour ses fiançailles avec Jeanne, fille de Jean sans Terre, de même qu’Oléron. Le mariage ne s’est jamais réalisé, mais Hugues a conservé Saintes, alors qu’Oléron était restée dans la main du roi d’Angleterre. Hugues reçoit 2 000 livres de rentes du roi de France, ainsi que la châtellenie de Langeais en attendant la conquête de Bordeaux.

11 Archives nationales, JJ 26. Il s’agit bien d’une somme annuelle de 10 700 livres, et non d’une somme globale à payer en dix ans, contrairement à ce qu’avance Jean Richard (Richard 1983, 115).

12 Teulet éd. 1863-1909, II, 2052.

13 Id., 2065.

14 Le Nain de Tillemont 1847, II, 101.

15 Richard 1903, 310 et 329. En 1241, Alphonse de Poitiers semble avoir installé son atelier monétaire à la Rochelle avant de récupérer le château.

16 Teulet éd. 1863-1909, II, 2928.

17 Le Cartulaire des comtes de la Marche et d’Angoulême, (Thomas éd. 1934), témoigne des acquisitions faites pour Hugues de Lusignan autour de Cherveux et Merpins.

18 On appelle terre d’Aunis ou Grand fief d’Aunis les terres qui se situent immédiatement au nord de La Rochelle jusqu’à Marans et jusqu’à Sainte-Soulle à l’est. Ces terres font initialement partie du domaine comtal et, essentiellement viticoles, asssurent d’importants revenus à leur seigneur.

19 Teulet éd. 1863-1909, II, 2980.

20 Bardonnet éd. 1875, 21-22.

21 Teulet éd. 1863-1909, II, 2052.

22 Id., 2053, 2055 et 2061.

23 Il ne faut pas oublier qu’une branche cadette de la famille tient Châtellerault pendant quelque temps vers 1230, ainsi que Vouvent, Mervent, Soubise et Fontenay, et que le neveu de Hugues, Raoul II, est comte d’Eu et seigneur d’Issoudun.

24 Baldwin 1991, 307 : “au début de xiiie siècle, la région poitevine est unifiée dans les mains de ces quatre familles, et quiconque souhaite gouverner l’ensemble du comté doit rechercher leur appui”.

25 En 1241, Hugues X de Lusignan perçoit toujours 5 000 livres par an du roi en vertu de l’accord de 1230.

26 Teulet éd. 1863-1909, II, 2926. Le roi en avait fait autant en 1237 pour Robert d’Artois.

27 Ledain 1892, 51.

28 Cao Carmichael de Baiglie 1999, 269-305.

29 Il s’agit néanmoins du seul accroissement notable du domaine pendant la période, puisque le roi finit par incorporer Benon et sa forêt au domaine comtal. La date est incertaine, mais Henri III joint ce motif à ses récriminations en 1242, (Michel éd. 1885, no 11).

30 Teulet éd. 1863-1909, IV, 5527.

31 Id., III, 4305.

32 Archives nationales, 1 AP 1670.

33 Il faut sans doute préférer cette explication au postulat implicite d’Edgard Boutaric, considérant que le maintien du rachat à merci témoigne de la puissante autorité des Plantagenêts (Boutaric 1870, 488), ce qui est contestable à partir de 1202.

34 Garaud 1921.

35 Delisle éd. 1904, 223, no 1524.

36 Fournier & Guébin éd. 1959.

37 Bémont éd. 1893.

38 Michel éd. 1885, I, no 663 et 829 : le 13 novembre 1242 Henri III accorde un sauf-conduit à Geoffroi de Mortagne, Hélie Gombaud, seigneur de Cônac, et Pons de Pons pour rencontrer Hugues de Vivone ; le 7 février 1243, il donne procuration à Raoul fitz Nicolas, Hugues de Vivone et Pierre Chaceporc pour traiter du ralliement d’Hélie Gombaud et de Geoffroi de Mortagne. Ces efforts n’aboutissent pas, puisque ces deux seigneurs sont cités aux côtés du roi de France dans la trêve du 7 avril suivant.

39 Teulet éd. 1863-1909, II, 3141.

40 Id., 3565 : Alphonse de Poitiers se fait céder la garde du château de la Roche-sur-Yon en novembre 1246.

41 Les chiffres qui suivent ont été établi sur la base du recensement dressé à partir des 37 premiers volumes (Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1839).

42 Ce calcul grossier ne tient pas compte des sommes engagées, qui nous échappent généralement, ce qui rend le calcul moins représentatif. Les legs testamentaires, trop systématiques et donc non discriminants, ne sont pas comptabilisés. L’impression globale est très imprécise, mais reste un témoin assez fidèle de cet effondrement.

43 Leyte 1996, 94.

44 Delisle éd. 1865, 575-578, et XXI, 258.

45 Guyotjeannin 2005, 220.

46 Bardonnet éd. 1874.

47 Bardonnet éd. 1872.

48 Fournier & Guébin éd. 1959, 3 : le prieuré de Saint-Agnant est dénoncé en 1251 pour avoir usurpé le droit de rivage du lieu ; Alphonse de Poitiers finit par reconnaître l’usurpation en juin 1257 (Archives historique de la Saintonge, 1892, 22, 133-135), contre le versement de 300 livres de mainmorte (Archives nationales J 317 no 61, f° 13v, compte général de la Toussaint 1257).

49 À quelques exceptions près, soit la mention du solde de certains arrérages payés par le sénéchal après la copie du compte.

50 Les enquêtes administratives regorgent de réclamations de terres que l’on prétend, souvent avec la plus mauvaise foi, injustement confisquées.

51 Bémont 1893.

52 Delisle éd. 1856.

53 Id., 531.

54 Ibid., 531-532.

55 Notamment les Thouars, dépossédés de la terre d’Aunis au profit du comte de la Marche en 1230.

56 Le rôle d’Isabelle d’Angoulême a pu être décisif. Mathieu Paris, rapportant une accusation de meurtre portée contre Hugues de Lusignan en 1243, glisse un commentaire très acerbe sur Isabelle : Multi enim Francorum necnon et Pictavensium eam inexorabili odio persequebantur, asserentes eam potius impiissimam Zezabel quam Ysabel debere nominari, quae tot malorum perhibebatur fuisse seminarium (Mathieu Paris éd. Luard 1877, IV, 1877, 253).

57 Delisle éd. 1856, 530 : accusé devant Henri III, le comte de la Marche s’en défend en incriminant son épouse, la reine Isabelle, affirmant tout ignorer des suppliques envoyées à la cour anglaise (Mathieu Paris éd. Luard, 1877, IV, 210-211).

58 Teulet éd. 1863-1909, II, 2972.

59 Id., 3473.

60 Voir note 28.

61 Id., 2986 et V, 432.

62 Id., II, 2987.

63 Fournier & Guébin éd. 1959, 90.

64 Teulet éd. 1863-1909, II, 3214.

65 Id., 2976.

66 Guyotjeannin 2005, 235.

67 Bémont 1884, 15 et 341 : Simon de Montfort a des paroles très dures à l’égard de Hugues de Lusignan, affirmant qu’il fallait le “traiter comme Charles le Sot, et qu’il y avait à Windsor de bonnes cages de fer pour l’y mettre”.

68 Cette somme ne comprend que les paiements dont il est assuré qu’il s’agit de rachats ; les intitulés minimalistes des comptes du Poitou en cachent sans doute d’autres.

69 Le total de 1 600 livres peut paraître faible car le rachat n’est généralement dû qu’à la mutation du vassal, et aucun seigneur majeur n’est mort au cours de cette période réduite. On trouve régulièrement dans les comptes postérieurs la mention des grossa racheta, souvent négociés directement à Paris avec le comte, et qui peuvent concerner des sommes de plusieurs miliers de livres.

70 Teulet éd. 1863-1909, II, 3051.

71 Teulet éd. 1863-1909, II, 2972, 2975, 2982, 2986, 2989, 3051, 3084, 3137, 3154, 3160, 3383, et V, 432.

72 Boutaric 1870, 503-504.

73 À la Toussaint 1247, ces droits de garde deviennent si importants et réguliers que les clercs leur dédient une nouvelle catégorie de recettes, terre baronum, qui rapporte plus de 4 300 livres entre l’Ascension 1247 et la Toussaint 1248.

74 Cette somme ne comprend que les grossa racheta, sans tenir compte des menues sommes éparpillées dans la comptabilité.

75 Teulet éd. 1863-1909, II, 3473.

76 Id., 3565.

77 Id., 3761-3762.

78 Fournier & Guébin éd. 1959, XVIII-XIX. Il faut compléter l’itinéraire établi par P.-F. Fournier et P. Guébin en ajoutant un passage du prince à Tonnay-Boutonne en août 1248 (National Archives, E 101/159/6/8). Cette tournée initie la politique de financement de la croisade. Une lettre de l’abbé Foulque de Moutierneuf de Poitiers, du 16 mars 1246, à l’abbé de Cluny pour excuser son absence au chapitre général, prend pour argument : tum propter adventum comitis Pictavensis, qui modo de novo cum uxore sua et familia ad partes nostras dignoscitur accessisse, et a nobis et membris nostris intendit magnam quantitatem pecuniae extorquere (Bruel éd. 1930, 380-381). Il faut se méfier de cet argumentaire de mauvaise foi pour éviter les dépenses d’un voyage en Bourgogne, mais il possède alors assez de crédibilité pour être avancé.

79 Mathieu Paris évoque bien une prise d’armes en Gascogne cette année là, mais il s’agit d’un conflit entre le sénéchal, Nicolas de Moles, et le roi de Navarre (Mathieu Paris éd Luard 1877, IV, 396).

80 Bardonnet éd. 1875, 169.

81 Mathieu Paris éd. Luard 1877, IV, 630 : le chroniqueur date la détérioration du climat politique gascon de cette époque, avec la nomination de Guillaume de Bueles au sénéchalat, unde sub custodia sua coepit ipsa [la Gascogne] enormiter periclitari et werris plurimum infestari. Le fautif désigné n’est autre que Gaston de Béarn.

82 Rymer éd. 1816, I, 158.

83 Bissonnet 2004, 147.

84 Genet 1995, 37, 57.

85 Langlois 1885, 46, 589-593.

86 Michel éd. 1885, I, 2692.

87 Id., 2175.

88 Id., I, 2175, 2203, 2432, 2436, 2463, 2821, 2904, 2934, 2979, 2993, 3017, 3032, 3073, 3102, 3120, 3175, 3191, 3218, 3219, 3249, 3360, 3413, 3425, 3476, 3479, 3478, 3479, 3603.

89 À titre d’exemple, on peut rappeler que Hugues XI, pourtant vassal direct du roi de France, tient un fief de 400 marcs d’argent du roi d’Angleterre depuis le 15 janvier 1249 (Thomas éd. 1934, 23-25).

90 Teulet éd. 1863-1909, II, 3075.

91 Fournier & Guébin éd. 1959, 101-103.

92 Id., 3017, 3024, 3219, 3256, 3272, 3501. Hugues Chaceporc, frère du trésorier de Bordeaux Pierre Chaceporc, était l’un des nombreux vassaux des Lusignans dépossédés en 1242 ; il a racheté une partie de ses terres pour 1 500 livres à la Toussaint 1246.

93 Teulet éd. 1863-1909, IV, 39732 ; British Library, Additional Charters 3307, indiqué dans Fournier & Guébin éd. 1959, 265.

94 Michel éd. 1885, I, 2756, 2808, 2895, 2965, 3017.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Possessions des grandes familles en 1230 et terres confisquées en 1242.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540