Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Maine-Anjou

Châteaux, maisons fossoyées et baronnie dans le comté du Maine aux xiie et xiiie siècles

Annie Renoux

Texte intégral

1En France du nord, il est d’usage lorsque l’on traite des liens entre lieux de pouvoir nobles fossoyés et seigneuries de voir dans la motte castrale du xie siècle l’un des instruments de la mise en place des seigneuries châtelaines puis de faire de la maison forte le support privilégié de ces “nouveaux domini” qui, souvent placés en périphérie de terroirs à la tête de seigneuries secondaires, émergent dans la seconde moitié ou le dernier quart du xiie siècle, alors que l’essor s’intensifie et que l’autorité souveraine réaffirme ses droits, en matière castrale notamment. Quant aux gros châteaux de pierre, il est usuel de considérer qu’ils contribuent avec plus ou moins d’efficacité à asseoir les principautés naissantes puis à restaurer et à consolider, dès le milieu du xiie siècle, les pouvoirs princiers et royaux.

Fig. 1. Le comté du Maine et la seigneurie de Mayenne.

  • 1 Inventaire mené à l’Université du Maine. État de la question : Renoux 1998 et 2000. Approfondissem (...)

2Le comté du Maine (soit grossièrement la Sarthe et la Mayenne) n’échappe ni à cette trame évolutive ni aux difficultés méthodologiques inhérentes à l’exercice, mais l’inventaire des lieux de vie et de pouvoir nobles fortifiés, semi-fortifiés et non fortifiés, qui y est mené, autorise à nuancer et à enrichir le schéma (fig. 1). S’essayer à la typochronologie est, on le sait, un exercice périlleux. Faute de sources, la datation et la morphologie évolutive des sites font généralement défaut et les données propres à éclairer l’arrière-plan (constructeurs, détenteurs, fonctions, droits et devoirs afférents…) manquent trop souvent. L’étude du contexte géohistorique et des particularités physiques propres à chacun des séjours étudiés pallient en partie ces lacunes mais en partie seulement. Aussi me contenterai-je, dans un souci constructif et à titre hypothétique, de poser quelques jalons axés dans deux directions. Peut-on au sein de ce vaste corpus de plus de 2 400 sites – où se côtoient enceintes castrales, mottes, maisons fossoyées et logis manoriaux1 – cerner la part qui revient aux xiie et xiiie siècles ? Et quel est le rôle de ces complexes et plus particulièrement celui des châteaux dans le devenir des grandes seigneuries châtelaines du xie siècle alors que essor et difficultés se conjuguent sous la domination des Plantagenêts ? Doit-on ranger tous les “anciens domini” parmi les victimes du renforcement des pouvoirs centraux ?

3Le contexte est particulier. Aux mains des comtes angevins depuis 1110, sa situation au centre du Grand Ouest entre la Normandie, l’Anjou, la Bretagne et l’Île-de-France, et la pugnacité de son élite baronniale placent à maintes reprises le comté du Maine au cœur des conflits et des révoltes qui jettent les Plantagenêts et leurs partisans les uns contre les autres et les opposent, en un front mouvant et souvent déchiré, aux rois capétiens. C’est au siège du Mans, ville qui a célébré les noces de ses parents et l’a vu naître, qu’Henri II jette en 1189, face aux attaques de Philippe Auguste et de Richard Cœur de Lion, ses ultimes forces. La conjoncture est favorable aux ambitieux. Avec l’affaiblissement et parfois même la quasi disparition du maillon comtal manceau au bénéfice de l’Anjou, les barons ou pour le moins certains d’entre eux possessionnés aux confins du comté – comme le puissant sire de Mayenne dont je pendrai volontiers l’exemple – se placent lorsqu’ils le peuvent directement dans la mouvance des rois, c’est-à-dire en position de prince territorial, ce qui n’est pas sans incidence.

4Je partirai d’un classement typologique volontairement simplifié pour examiner ensuite le problème des réseaux castraux et des châtellenies baronniales et terminer sur la question des maisons fossoyées.

Fondements typologiques

5Typologiquement, aux deux extrémités de la chaîne se dégagent deux cas relativement bien cernés : celui des mottes castrales dont la mise en œuvre se prolonge au xiie siècle, et celui des hébergements fossoyés affectés d’un grand essor aux xive et xve siècles. Entre les deux s’insèrent une série de cas intermédiaires malaisés à cerner même si l’on y voit volontiers, au nord de l’Hexagone, les maisons fortes des xiie et xiiie siècles.

Mottes, enceintes en terre et châteaux du xie siècle

6Aucune motte n’a jamais été fouillée dans le Maine, on ne peut donc y situer l’apparition du phénomène. Le comté n’est pas nécessairement une région pionnière en la matière mais ces tertres artificiels y existent au moins dès le premier quart du xie siècle et leur diffusion s’accélère ensuite. De rares textes les assimilent clairement, dès le xie siècle, à des castra ou à des fragments de castra. Quant à l’enquête archéologique, elle livre l’image très classique d’une butte fossoyée circulaire que précèdent une ou plusieurs basses-cours ovales ou plus rarement subrectangulaires (fig. 2). Fonctionnellement, et pour autant qu’on le sache car la documentation est rare et souvent tardive, au tertre revient volontiers la fonction militaire (donjon), tandis qu’à la basse-cour échoient les fonctions civiles, nobles et moins nobles (logis et annexes), et éventuellement ecclésiastique. Mais tous les châteaux du xie siècle sont loin d’être des châteaux à motte. À côté, se dressent des enceintes en terre et/ou en bois, si ce n’est en pierre (Mayenne). Quelques donjons maçonnés quadrangulaires, comtaux et vicomtaux, complètent ce rapide panorama dès le troisième quart ou pour le moins le dernier tiers du xie siècle (Le Mans).

Fig. 2. Motte des Murailles (Mayenne, Cne de Saint-Christophe-du-Luat, 1837) et hébergement de La Poissonnière (Sarthe, Cne de Saint-Ouen-en-Belin, 1813).

7La prise en compte textuelle du phénomène castral révèle, pour le xie siècle, un maillage assez lâche et finalement assez dilué, même si des sites et des zones privilégiés se détachent. Les évocations sont essentiellement liées aux compétitions que se livrent grands et moins grands pour la détention du titre comtal et l’exercice du pouvoir microrégional et local. Le contrôle des routes, des points de passage fluviaux et des périphéries – tant celles du comté que des seigneuries châtelaines – et le cœur de ces aires majeures de domination focalisent pour l’essentiel les implantations défensives. Rares sont les castra qui prennent directement la suite d’un centre de pouvoir carolingien, mais de faibles déplacements comme celui (9 km) qui conduit de Jublains (Bas-Maine), chef-lieu de cité antique puis de condita, au site de Mayenne, où les comtes du Maine érigent dès le xe siècle un bâtiment d’apparat maçonné, montrent à l’occasion combien puissant peut être le désir de récupérer les fruits d’une dynamique de pouvoir antérieure. Le lignage que les comtes installent en ce point, dès la fin au moins du xe siècle, y arrime vers 1020-1040 les fondements de l’une des plus puissantes seigneuries châtelaines mancelles aux confins nord-ouest du comté face à la Bretagne et la Normandie.

Fig. 3. Châteaux de la seigneurie de Mayenne mentionnés dans les textes (xie-xiiie siècle).

  • 2 Renoux 2006. Compléter par Pichot 1995.

8Tel qu’il apparaît dans les textes du xie siècle, le maillage castral qui protège et menace la seigneurie de Mayenne trahit au mieux les préoccupations de ses premiers seigneurs harcelés dès 1040, au nord et à l’est, par le sire de Bellême puis par le duc de Normandie qui s’empare du Domfrontais et du Passais (“normand”), initialement aux mains des Mayennais (fig. 1 et 3). La zone frontalière conflictuelle s’enrichit dès le milieu du xie siècle de forteresses avec – du côté mayennais – la motte de Saint-Céneri, œuvre du seigneur de Mayenne, et les enceintes de Montaigu et de Saint-Calais-du-Désert (attestée en 1098) aux mains de leurs vassaux et – du côté normand – le castrum ducal d’Ambrières (érigé en 1054) et celui des comtes de Mortain à Gorron (évoqué en 1082), tous deux construits en terre mayennaise et respectivement placés à seulement 11 et 20 km du chef-lieu de la seigneurie2. Ces données textuelles ne restituent que très imparfaitement le phénomène. L’intensification des troubles est propice à la mise en œuvre de forteresses et le recensement des mottes et des enceintes suggère, ici comme ailleurs, une diffusion nettement plus massive du fait castral mais, en l’absence de sources, il est difficile de séparer ces buttes du xie siècle de celles érigées postérieurement et de leur attribuer à coup sûr un créateur. Certaines – telles Couptrain, Ernée (hypothétique), Pontmain (id.) et Villaines – que la documentation postérieure place au cœur de châteaux du sire de Mayenne sont sans doute l’œuvre du lignage. Quand aux créations vassaliques, elles restent incertaines même si la tentation est grande d’attribuer aux grandes familles émergentes de la seconde moitié du xie siècle les buttes castrales des lieux qu’elles dominent (L’Écluse…).

9Face à ces incertitudes, un élément stimule la réflexion. Dans le Maine, toutes les mottes ne sont pas du même type. Les gros tertres sont relativement rares tandis qu’abondent, dans certains secteurs notamment, les buttes dotées d’un médiocre volume. Certes nul n’ignore que les ravages de l’érosion peuvent sans peine convertir un beau dôme en un petit tertre mais lorsque à ces médiocres élévations se joignent de modestes diamètres et des restes de bâtiment sommitaux du Moyen Âge et que le contexte géohistorique diffère, l’observation prend du corps. Il n’y a aucune commune mesure entre l’énorme motte du chef-lieu vicomtal de Beaumont-sur-Sarthe (h = 25 m et d sommital = 45 m), dont le castrum est évoqué dès 1038, et les petits tertres du sud-ouest de la Sarthe placés aux mains de médiocres détenteurs et dont l’élévation n’excède pas 2 à 3 m et le diamètre à la base une trentaine de mètres. Il y a différentes vagues successives de mottes aux faciès et aux fonctions différenciées. Telle est du moins l’hypothèse que l’on est en droit de poser.

10Certaines de ces buttes sont directement relayées par des hébergements fossoyés mais le nombre de ces derniers est très nettement supérieur à celui des tertres conservés ou simplement pressentis.

Hébergements fossoyés, maisons fortes et châtels de la fin du Moyen Âge

11À l’autre extrémité de la chaîne, aux xive et xve siècles, se détache un autre phénomène bien connu celui des hébergements fossoyés, une expression qui est préférée à celle de maison forte, peu employée localement, et qui renvoie à des complexes où la part des éléments défensifs est faible. Les rédacteurs de la Coutume du Maine séparent en effet très clairement le fortifié du non fortifié. Barons et châtelains qui ont “droit de châtel” disposent d’un château avec pont-levis, double fossé, mâchicoulis…. Les échelons médians et subalternes de l’élite rurale ne peuvent construire de forteresse sans leur autorisation et ne disposent à la base que d’un hébergement (manoir ou hostel) doté d’un simple fossé, d’un pont dormant… L’intention est facile à décrypter : aux châteaux sont rattachés des droits majeurs. La réalité, avec ses cas intermédiaires, est sans doute plus complexe mais force est de constater que l’étude des sources donne du corps à ce classement simpliste.

12Ces hébergements fossoyés reproduisent les modèles en usage. Le schéma type juxtapose deux ou parfois trois enclos quadrangulaires aux superficies et aux fonctions différenciées (fig. 2). L’enclos le plus réduit abrite le logis du maître et les plus précieuses des annexes. Le plus vaste englobe les espaces agraires. La ferme est logée dans la cour noble ou incluse dans une cour intermédiaire. Le phénomène est complexe. Il recoupe à la base celui des maisons fortes mais pas seulement. Les maisons de plaisance (Gué-de-Mauny, Sarthe), les centres de seigneuries majeurs (Dénéré, Sarthe) et les simples fermes domaniales de l’élite des dominants reproduisent le schéma en en amplifiant tel ou tel aspect. Droit et devoirs afférents en sont affectés et peuvent inclure ou non haute justice, réseaux vassaliques, ligesse et garde. L’apparat militaire est réduit (fossé) mais certains hébergements se transforment en châtel (Bazouges, Sarthe) après que leurs détenteurs en aient (ou non) reçu l’autorisation. Ceux qui intègrent des mottes sont très loin de bénéficier tous de l’appellation castrale. C’est donc qu’il y a eu un glissement de fonction et que l’on n’a pas pu (ou pas jugé nécessaire de) réactiver cette fonction militaire que toute motte digne de ce nom porte théoriquement en elle ou bien alors c’est que la motte en question n’est pas originellement considérée comme un château.

Des cas intermédiaires

13Morphologiquement, entre les mottes du xie siècle et les hébergements fossoyés des xive et xve siècles, la distinction est aisée et l’évolution facile à retracer dans ses grandes lignes. Les courbes le cèdent aux angles et les élévations se résorbent. Au niveau spatiofonctionnel, la mutation est plus complexe. La démilitarisation entraîne au final la disparition de la butte castrale et désormais c’est à la plus petite des cours fossoyées d’assurer seule l’essentiel de la fonction résidentielle et représentative noble (en y incluant éventuellement la ferme). Mais la démilitarisation est plus ou moins achevée. Certains de ces petits enclos restent ou deviennent des châtels et les hébergements qui intègrent d’une manière ou d’une autre l’ancienne motte ne sont pas rares, car se prévaloir d’un vieux château est des plus utile au niveau pratique et symbolique au terme du Moyen Âge.

  • 3 Environ 57 % des structures apparentées aux mottes sont de ce type.
  • 4 Renoux

14Est-ce de cette complexe situation que naissent ces cas intermédiaires que l’on ne peut d’emblée classer dans l’un ou l’autre des deux modèles de base ? Dans ce pullulement de séjours fossoyés, environ 16 % des sites appartiennent à des types mixtes, morphologiquement parlant. J’en distinguerai trois. Le premier dérive directement du schéma de la motte, très prégnant. Il reproduit au sol le plan type de la motte précédée d’une basse-cour mais l’enclos (fossoyé) situé à l’emplacement de la butte est plat ou faiblement surélevé3. Des restes monumentaux médiévaux coiffent parfois ces petites aires et leur confèrent une certaine ancienneté. Ce type intermédiaire imite le modèle de base sans utiliser ce qui en fait la force à savoir l’élévation du tertre. Serait-ce parce que leurs détenteurs n’en ont pas reçu l’autorisation et qu’ils n’ont pas osé braver l’interdiction, ou bien alors peut-être n’en ont-ils pas vu l’utilité ? On a des constructions de ce type a nihilo ( ?) mais quelques sites indiquent en parallèle l’existence d’un schéma évolutif. Ce deuxième cas est illustré par de rares et précieux exemples (cadastres et terrain). Le passage du schéma motte/basse-cour à l’hébergement y est fossilisé à un stade évolutif intermédiaire. Les transformations sont morphologiques et fonctionnelles. Les enclos courbes deviennent quadrangulaires (fig. 4). Les buttes sont délaissées et parfois en cours d’arasement. La réorganisation de l’espace réduit la part défensive active du pôle militaire, quand elle ne la supprime pas, et confère au pôle noble civil et aux annexes agraires une part essentielle. Ces mutations sont dues à la (re)construction des logis seigneuriaux qu’accompagne un remodelage du pôle agreste4. Les demeures nobles qui subsistent indiquent que nombre de ces évolutions remontent à la reprise de la fin du Moyen Âge. Mais cette vague en dissimule une autre plus ancienne aux contours distincts. Des restes de logis des xiie-xiiie siècles juchés sur des enclos circulaires plats ou peu surélevés (infra) attestent de la mise en œuvre à l’époque considérée d’un mouvement similaire. Il y a là de précieux jalons chronologiques. La troisième catégorie d’ouvrages mixtes, peu fournie, rassemble de petits enclos subrectangulaires fossoyés, plats ou très légèrement exhaussés. Le modèle préfigure directement celui des hébergements fossoyés tardifs.

Fig. 4. Bois-Richard (Sarthe, Cne de Vivoin, 1835).

15Entre ces châteaux où la part des mottes n’est pas négligeable, ces types intermédiaires et ces hébergements standardisés souvent dénués de réelle finalité défensive, quelle est la marque des xiie et xiiie siècles ?

Créations et restrictions castrales (xiie-xiiie siècle)

16Aux xiie et xiiie siècles, les données relatives au contexte géohistorique se multiplient et un vocabulaire plus diversifié met en évidence, au cas par cas, un certain nombre de lieux de vie et de pouvoir aristocratiques mais, si elles sont plus nombreuses qu’au xie siècle, ces mentions restent rares et allusives. Que devient le maillage castral du comté alors que la France de l’Ouest est secouée de conflits et quel est le devenir du vieil échelon supérieur de la seigneurie châtelaine face à la restauration des pouvoirs centraux ? Le château a soutenu l’essor des grandes seigneuries banales, l’a-t-il systématiquement bridé au final ?

Un maillage castral largement hérité du xie et des premières décennies du xiie siècle

  • 5 Sans oublier les enceintes en terre peu fréquentes.

17Les textes ne livrent que peu de nouvelles évocations de châteaux et les restes bâtis ne révèlent qu’un pourcentage réduit de forteresses maçonnées. En revanche, les mottes conservées en relief et les enclos plats du type motte/basse-cour – dont une proportion notable ( ?) peut appartenir à la période retenue – sont relativement nombreux5. Y aurait-il un double effet de sources avec, d’un côté, une sous-évaluation 2008.du phénomène castral et, de l’autre, une surévaluation doublée d’une mauvaise lecture ?

  • 6 Un point de nature à accroître la pression : le comte d’Anjou détient peut-être brièvement Gorron (...)
  • 7 Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 10.

18L’exemple de Mayenne offre matière à réflexion. Les mentions castrales inédites sont rares et concernent pour la plupart les années 1115-1130 (fig. 1 et 3). D’importants événements précèdent et accompagnent le fait. Les Mayennais récupèrent vers la fin du xie ou le début du xiie siècle les deux menaçants châteaux normands d’Ambrières et de Gorron mais dès Tinchebray, en 1106, le duc-roi Henri Ier s’emploie à renforcer le contrôle de la frontière méridionale du duché. Son autoritarisme et les agissements de son neveu Étienne de Blois, en charge du comté de Mortain (1113) et de la région de Sées et d’Alençon (1118), poussent de nouveau, comme à Tinchebray, les Mayennais dans l’opposition armée. Le lignage participe en 1118 aux côtés du comte d’Anjou à la révolte d’Alençon. Henri Ier pour mieux circonvenir l’indiscipliné détenteur de ce gros bloc frontalier et en échange de biens anglais récupère en 1119 les forteresses d’Ambrières et de Gorron puis il renforce vers 1123 la première et en construit une troisième à Châteauneuf, sur la rive gauche de la rivière de Colmont, c’est-à-dire à seulement 10 km au nord du château de Mayenne. Conscient du risque et de la menace, Juhel Ier en charge de la seigneurie depuis 1120 restaure le castrum de Mayenne (infra) et, dans un pareil contexte, il n’y a pas lieu de s’étonner de voir apparaître vers 1115-1130 les châteaux de Lassay, Ernée et Saint-Berthevin-la-Tannière6. Tous trois sont placés à quelques kilomètres de la zone de confins qui sépare au nord et à l’ouest la seigneurie mayennaise de la Normandie et de la Bretagne. Les deux premiers relèvent directement de Juhel et sont antérieurs (fin du xie siècle ?). Seul le troisième, qualifié de novus, est de création récente. Il est aux mains des Gorron, l’un des grands lignages vassaliques qui affrontent en première ligne la puissance ducale. L’acte de 1128 qui évoque le site est éloquent. Le secteur est sinistré : les maux qui le frappent ont conduit à l’abandon de son église7.

  • 8 AN, L 971, no 560.
  • 9 Vita, 340 (le saint est mort en 1103 ; vie rédigée vers 1160/70). Grimaud est multis ditatus copiis (...)

19Les conflits qui suivent la mort d’Henri Ier, en 1135, ont des répercussions locales. Juhel Ier soutient Geoffroi Plantagenêt et Mathilde dans leur conquête de la Normandie. L’appui vaut au comte d’Anjou et du Maine de récupérer (pour un temps) le Domfrontais, le Passais et la région de Sées et d’Alençon mais il doit, en contrepartie, céder au sire de Mayenne les trois châteaux d’Ambrières, Gorron et Châteauneuf et la situation est particulièrement tendue. Étienne de Blois, qui débarque sur le continent en 1137 et prête hommage au roi capétien pour le duché normand, reste en possession de Mortain jusqu’en 1142, date de la conquête angevine. C’est là et dans le proche Avranchin que se massent ses derniers partisans. Une charte du mois d’août 1137 témoigne éloquemment des brèches qui s’ouvrent au sein de la seigneurie mayennaise et la menacent de l’intérieur. Un arrière-vassal de Juhel Ier, Goslin de Poë, y concède en accord avec son dominus, Philippe de Landivy, des biens au monastère de Savigny. L’acte est daté du règne d’Étienne, “roi des Anglais et duc des Normands”8. La zone a donc basculé – ou menace de basculer – dans le camp adverse. Le danger est réel. Ces donations sont localisées à la pointe nord-ouest de la seigneurie mayennaise, à proximité des duchés normand (Mortanais, Avranchin) et breton et les intervenants sont d’importance. Les sires de Landivy, possessionnés dans le secteur, appartiennent à cette importante catégorie des vassaux frontaliers du sire de Mayenne que l’on voit émerger durant la période. Quant à Goslin de Poë, “fils de Grimoard”, il n’est pas impossible qu’il descende de Grimoard de Landivy, un “riche” prévôt (de Mayenne ?) qui œuvre dans la région vers la fin xie -début du xiie siècle9. Les rapports de proximité entre la zone concernée et le Mortanais-Avranchin légitiment sans peine l’allégeance à Étienne de Blois mais Juhel a bien conscience de la menace : il appose son seing au bas de la confirmation.

20De la fin du xie siècle à 1144, date à laquelle Geoffroi Plantagenêt achève la conquête du duché de Normandie, l’ampleur des tensions et des conflits est telle qu’il est certain que la documentation textuelle minimise la création et, ce faisant, la densité castrales. Les forteresses antérieures restent en activité et les difficultés n’ont pu qu’encourager la mise en œuvre d’une nouvelle vague d’ouvrages fortifiés, dans les marches notamment mais pas seulement. Certains toponymes attestés vers 1150, comme celui de Châtillon (castellulum), une bourgade située à 10 km à l’est de Mayenne, suggère la présence d’autres complexes, placés en tampon (par Juhel Ier ?) entre Châteauneuf et Mayenne. La présence à Villaines d’un donjon quadrangulaire maçonné, situé à l’écart de la motte (du xie siècle ?), oriente dans le même sens car l’ouvrage, sans doute imputable au sire de Mayenne, peut dater de ces périodes. Quant aux mottes, leur présence ouvre de nouveau la voie à de multiples hypothèses. Les plus volumineuses d’entre elles, au fort potentiel militaire, sont en place mais doit-on les faire remonter à ces premières décennies du xiie siècle ou au xie siècle ? Ainsi est-on par exemple en droit de se demander si, vers 1135/37, les menées des sires de Landivy et de Goslin de Poë n’ont pas eu des incidences castrales (motte de Pont-Aubray près de Landivy…), suivies d’une reprise en main de Juhel Ier ?

21La période est favorable à l’essor castral mais il est difficile d’isoler ces nouveaux ouvrages et de quantifier le phénomène. En 1151, l’avènement d’Henri II à la tête de l’Anjou, du Maine et de la Normandie ouvre-t-il une ère nouvelle ?

22Le souverain Plantagenêt, en charge du Domfrontais mais aussi de 1159 à 1189 du Mortanais, profite de la mort de Juhel Ier pour récupérer en 1162 les trois châteaux de Gorron, Ambrières et Châteauneuf. Ensuite, les troubles et les luttes entrecoupés de périodes d’apaisement se succèdent et s’intensifient dans le dernier tiers du xiie siècle et le début du xiiie siècle. Son emplacement, la personnalité de ses détenteurs et la force de leurs réseaux placent volontiers la seigneurie de Mayenne en première ligne. La zone des confins septentrionaux est l’objet de toutes les convoitises. Conscients de la menace que font peser sur la seigneurie les trois châteaux frontaliers et habiles à tirer parti de toutes les opportunités, les détenteurs de Mayenne s’emploient à les récupérer à tout prix. Pour ce faire, le lignage intègre les grands mouvements de révolte et adhère, au gré des circonstances, à tel ou tel clan. Il entre en dissidence sous Henri II (1173/4, 1183 et 1189) puis sous Richard Cœur de Lion (1196 ?) et enfin sous Jean sans Terre (1199, 1202/3). Ensuite, la situation reste tendue et conflictuelle. Les partisans de Jean sans Terre ne désarment pas et le fidèle que Philippe Auguste place en 1204 à la tête du Mortanais, du Domfrontais et du Passais, Renaud de Dammartin, bascule en 1211 dans la lutte armée. Ce n’est qu’après 1214 que la paix capétienne porte réellement ses fruits.

  • 10 ADM, Ms 35, Savigny, no 361. Possible inféodation à Renaud Paon, seigneur de Saint-Contest, détent (...)

23Hormis le castrum Renaldi (cité en 1219) près d’Oisseau, peut-être inféodé à un proche vassal du lignage10, et la forterecia de Lesbois (1211), un ouvrage interdit, tous deux situés non loin de Châteauneuf et de Gorron, aucune autre nouvelle mention castrale n’a été relevée durant ces temps difficiles (fig. 3). Pour le reste, le seigneur de Mayenne détient directement ou indirectement, aux abords de la rivière de Colmont, des haies qui, à l’instar de la haie normande de Fosse-Louvain placée en vis-à-vis et réparée en 1195, renforcent probablement la défense. Archéologiquement parlant, la seule datation relativement précise ( ?) concerne l’éperon barré de Saint-Fraimbault-de-Prières, au sud d’Ambrières, qui aurait été créé ou renforcé vers 1160-90.

24L’extrême rareté de ces nouvelles mentions castrales, confrontée à l’intensification des conflits et à la multiplication des actes de la pratique, donne à penser qu’il n’y a pas eu durant ces temps troublés de prolifération en la matière. Il ne faudrait toutefois à l’évidence pas minimiser le phénomène. Le cas de Lesbois suffit à montrer que fortifier reste à l’ordre du jour. Le réseau antérieur fonctionne et s’enrichit sans doute plus que les textes ne l’indiquent. Et un report attentif à la documentation narrative et comptable met en exergue l’importance du fait castral dans la polarisation et la structuration des pouvoirs et des territoires. Seulement, alors que le sire de Mayenne bascule des Plantagenêts au Capétien et vice versa, fortifier devient difficile et les conflits se focalisent sur quelques châteaux majeurs. Le temps est à la sélection et à la cristallisation autour de quelques points clefs : Mayenne, au cœur de la seigneurie, et les trois forteresses périphériques “normandes” qui en garantissent ou en menacent l’autonomie et l’essor. Qui bloque ou pour le moins canalise cette poussée castrale et incite à la cristallisation des affrontements ? Quels en sont les effets et y a-t-il matière à généralisation ?

Un double contrôle : régalien et baronnial (c. 1162-1220)

25Une double chape de plomb s’exerce sur la seigneurie dans le domaine castral au temps de la figure de proue qu’est Juhel II de Mayenne (c. 1181/2-1220), celle des souverains qu’ils soient Plantagenêt ou capétien mais aussi, bien que les preuves soient plus ténues, celle du baron lui-même. Au temps d’Henri II, le relais comtal manceau est volontiers escamoté en tant que tel, en sorte que Juhel II se place en position de prince territorial et n’hésite pas à l’occasion à rappeler (1184) qu’il tient ses terres du roi et en l’occurrence, au point de départ, il s’agit du roi d’Angleterre, lequel intervient directement ou indirectement dans la seigneurie pour exercer le contrôle des châteaux. Malgré les coups d’éclat du sire de Mayenne, Henri II puis Richard Cœur de Lion parviennent à conserver les trois forteresses litigieuses et à brider au moins en partie les velléités castrales du baron. Ses biens, confisqués à plusieurs reprises (c. 1183, 1189), sont temporairement pris en main par un sénéchal royal et il lui est manifestement bien difficile de renforcer le castrum de Mayenne. C’est l’époque où Maurice de Craon, son puissant beau-père, partisan d’Henri II, est l’homme fort du secteur et “détruit” au lendemain de la révolte de 1173/4 le château de Sablé (Sarthe), pour punir son détenteur passé à l’ennemi.

26Pour améliorer substantiellement les défenses de son chef-lieu castral, le sire de Mayenne doit entrer en dissidence ou attendre d’y être. C’est ainsi qu’a lieu une tentative de restauration en 1189. Profitant du siège du Mans et des difficultés d’Henri II, Juhel trahit la cause royale et tente de transférer au loin le prieuré castral dont la présence, aux abords de la courtine, nuit à la défense. C’est un échec. Dès son accession à la royauté, Richard Cœur de Lion rétablit l’ordre et réaffirme les droits Plantagenêt sur les trois châteaux que Juhel comptait obtenir pour prix de sa trahison. Le Mayennais rentre dans le rang et ce n’est qu’à partir du début du xiiie siècle qu’il peut amorcer de grands travaux de renforcement au castrum. Un nouveau basculement d’alliance en fournit l’occasion. Seigneur de Dinan dès 1197/8, Juhel II se rallie, à l’avènement de Jean sans Terre, au parti d’Arthur de Bretagne soutenu par Philippe Auguste. L’appui lui vaut de récupérer en 1199 les trois châteaux convoités. Il en perdra pour un temps en 1201 au moins deux d’entre eux repris par le roi Jean et récupérera le tout dès 1204, si ce n’est avant. Tensions et conflits se maintiennent jusqu’en 1211/4.

27Les attaques dont la seigneurie et la ville de Mayenne font l’objet sous le roi Jean et, dans une moindre mesure, la pression exercée par Renaud de Dammartin rendent impératives la rénovation du chef-lieu castral seigneurial que les sièges ont altéré. Juhel transfère en 1203 le prieuré au nord de la seigneurie et récupère les espaces vacants pour améliorer la défense. Les étangs qui protègent le château sont réaménagés et le Mayennais amorce la reconstruction de la courtine à laquelle seront adjoints des tours cylindriques et un donjon circulaire proche de ceux dont le roi capétien assure la diffusion dans la France de l’Ouest après la reconquête. Les travaux se prolongent au moins jusqu’en 1211 et ne seront probablement achevés qu’après sa mort. Il n’en est pas fait pas état mais il est certain qu’ils ont reçu l’aval du Capétien. Philippe Auguste contrôle la construction castrale au sein de la baronnie et de ses abords. Deux témoignages en rendent concrètement compte. En 1204, le roi interdit à Renaud de Dammartin de prendre les armes contre le seigneur de Mayenne et, en retour, quelques années après (1211), il interdit à Juhel II de fortifier Lesbois aux portes du Domfrontais.

28La complexe série de péripéties qui frappent un siècle durant (c. 1118-1211) la seigneurie met en exergue, au final, le renforcement du contrôle de la puissance publique, royale en l’occurrence, mais aussi et surtout ses difficultés d’application et les résistances opposées par l’élite des dominants locaux qui, dans l’adversité, structure en sous-œuvre son pouvoir.

29Un autre contrôle émerge progressivement, celui du sire de Mayenne qui intervient lui aussi à l’occasion pour restreindre les ambitions castrales de ses fidèles. Faute de textes, il est difficile de le prouver. Les premiers indices remontent à Juhel Ier et aux années 1120/37 (infra et supra). Mais plus nets sont les témoignages de la fin xiie-début du xiiie siècle. Bien que certains de ses vassaux lui échappent et se révoltent, Juhel II a manifestement au sein de la seigneurie une certaine force de frappe. Lorsque Jean sans Terre parvient à faire basculer dans son camp le sire de Vautorte, qui appartient à l’un des grands lignages de la seigneurie possessionnés près de Mayenne et à la frontière nord, le détenteur de Mayenne récupère les biens du contrevenant et le harcèle à tel point que le roi anglais demande à ses partisans de l’accueillir là où il se présentera. Non moins révélateur est le luxe de précautions dont s’entoure le souverain Plantagenêt lorsque le Mayennais finit enfin, en 1201, par lui prêter hommage et à lui jurer serment de fidélité. Autre exemple plus récent, ponctuel mais néanmoins symptomatique. Herbert de Logé, sénéchal de Mayenne dès 1207, bénéficie des faveurs de Juhel. La résidence de Bois-Thibault qu’il aménage à 2 km de Lassay ne sera fortifiée qu’au xve siècle. Plus éloquente est la structuration castrale de la seigneurie. La documentation révèle au final un schéma relativement clair dans ses grandes lignes. La puissance de Juhel Ier et de Juhel II repose sur le chef-lieu castral, placé au cœur du dispositif, et une couronne de châteaux gérés en propre (Couptrain, Ernée, Lassay, Pontmain, Villaines) ou concédés en fief à de grands vassaux frontaliers (L’Écluse, Pont-Aubray…). Tous ces ouvrages ont été construits entre 1040 et 1142/4 et incluent, de 1135 à 1162 puis de 1199 à 1201 et au-delà de 1204, Ambrières, Gorron et Neufchâteau. Autour même de Mayenne, hormis Château-Renaud, il n’y a pas de forteresses nommément évoquées ni de puissantes buttes. Et globalement, au sein de la seigneurie, les mottes sont loin de proliférer, même dans la zone des confins.

30Ce maillage castral est un réseau qui sert de point d’articulation à une organisation cohérente.

Châtellenie et baronnie

31Progressivement et au final, l’époque est favorable au renforcement des grosses seigneuries châtelaines ou, plus exactement, de certaines d’entre elles ancrées à la périphérie du comté. Les châteaux et les luttes de pouvoir que leur détention suscite sont au cœur du phénomène. Ils servent de base à la polarisation et à la structuration de l’espace et des pouvoirs baronniaux. L’exemple mayennais illustre le processus.

La création des châtellenies

32Topographiquement, dès le milieu au moins du xie siècle, le castrum de Mayenne inclut la forteresse mais aussi, à l’occasion, les bourgs et le petit territoire rural adjacent subordonné. Le terme conserve par la suite, au gré des circonstances, cette signification mais le ressort de l’autorité castrale se précise et l’entité sous-jacente est progressivement structurée.

  • 11 Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 8.
  • 12 Laurain éd. 1945, II, Mayenne, no XIII (1120), XIV (1120) et XXXII (1189).

33À la fin du xie siècle, le territorium Medavi castri englobe les églises de Lévaré et de Saint-Berthevin-la-Tannière, situées à plus de 25 km au nord-ouest de Mayenne11. Il est donc vaste, ce que confirme un report aux textes (aliénations, vassaux), et préfigure dans ses grandes lignes l’ensemble qui se dégage plus nettement à l’époque des Plantagenêts. Ce bloc territorial n’est alors assurément pas délimité avec précision et d’autres puissances y interfèrent mais on commence à y prendre conscience de l’existence de ce qui aux xiie et xiiie siècles est systématiquement désigné sous l’appellation de terra Meduane voire de tota terra Meduane. C’est cette vaste zone (env. 60 x 25 km) sur laquelle s’exerce prioritairement et de plus en plus clairement les droits d’un seigneur dominant exceptionnellement paré, à la fin du xie et dans le premier quart du xiie siècle, du titre de dux puis de princeps Meduane, et régulièrement désigné ensuite sous l’appellation de dominus Meduane (et une fois de major dominus). Au sein de cette aire aux contours mal définis se dégage assez précocement une circonscription territoriale, celle de la châtellenie de Mayenne. La castellaria Meduane est évoquée pour la première fois en 1120 puis en 1189 et ensuite plus régulièrement au xiiie siècle12. Elle inclut notamment le secteur délimité “par les rivières de la Mayenne, de l’Ernée et de la Colmont” (fig. 5).

  • 13 Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 10.
  • 14 Fosse-louvain, à 10 km à l’est de Saint-Berthevin, est inclus dans la châtellenie d’Ernée (1199).

34À quelles entités les terres situées au-delà des trois rivières incriminées appartiennent-elles ? En d’autres termes, la terra Meduane intègre-t-elle vers 1120 d’autres châtellenies ? À l’est, au xve siècle, la castellania Meduane se prolonge de l’autre côté (rive gauche) de la Mayenne mais il s’agit d’une autre réalité (infra) (fig. 6). Au nord, le cours inférieur de la Colmont constitue bien dans ses grandes lignes une limite, dans la mesure où sur la rive gauche s’étendent les terres ducales, mais Juhel y détient aussi des biens et conteste cette détention normande. Au nord-ouest, au-delà du cours supérieur de l’Ernée, une nouvelle allusion relative à Saint-Berthevin-la-Tannière suggère que le castrum d’Ernée est, dès 1128 au moins, au cœur d’une unité territoriale. L’évêque du Mans et Juhel Ier confirment la restitution de l’église en localisant le complexe non plus, comme au terme du XIe siècle, “dans le territoire du castrum de Mayenne” mais “dans le pagus d’Ernée”13. Les délimitations fluviales attestées en 1120 sont telles que Saint-Berthevin, placée de l’autre côté de la rivière de l’Ernée (rive droite), ne peut en effet plus, géographiquement parlant, relever de la châtellenie mayennaise. Elle est du ressort d’Ernée. Un document de 1199 le confirme en précisant que, ce qui est alors clairement désigné sous l’appellation de castellania d’Ernée, inclut très probablement le secteur de Saint-Berthevin14. Il pourrait donc y avoir assez rapidement au moins deux châtellenies.

  • 15 Laurain éd. 1908, 12-18.
  • 16 Villaines en 1208 est une prévôté (n 25), ce qui (infra) suggère l’existence sous-jacente d’une ch (...)

35Le système émerge au grand jour à l’occasion de la lutte que Juhel II engage contre Jean sans Terre, comte de Mortain dès 1189. Cinq châtellenies apparaissent au terme du xiie siècle. Deux sont aux mains du sire de Mayenne, il s’agit de Couptrain (119815) et d’Ernée (1199) tandis que les trois autres lui sont concédées lorsqu’il récupère en 1199, du don d’Arthur et de Philippe Auguste, les châteaux de Gorron, Châteauneuf et Ambrières qu’il perdra plus ou moins peu après au profit du roi Jean pour les récupérer ensuite avec la victoire capétienne. Si pour les deux premières de ces entités, celles de Couptrain et d’Ernée, il n’y aucun doute sur leur créateur, car il ne peut s’agir que du sire de Mayenne, en revanche pour les trois autres on ne peut se prononcer. Le phénomène a pu être initié par les Normands ou par Juhel Ier lorsqu’il récupère les trois forteresses entre 1135 et 1161. Les autres mentions châtelaines sont plus étalées dans le temps et remontent au xiiie siècle (Villaines ? : 1208 ; Lassay : 1243 ; Pontmain : 129416). Aucune n’est centrée le cœur d’une condita carolingienne dûment répertoriée.

Fig. 5. Châtellenies de la seigneurie de Mayenne (xiie-xiiiesiècle).

Fig. 6. Châtellenies majeures relevant de Mayenne au xve siècle et réseaux dépendants (fois et hommages).

  • 17 C’est très net dans le cas d’Ernée.

36La répartition et la structure de ces circonscriptions châtelaines sont éloquentes. Hormis celle de Mayenne, au cœur du dispositif et placée ce faisant en retrait des “frontières”, sauf au nord face aux trois châtellenies “normandes” où le contact avec l’extérieur est direct, toutes sont périphériques et massées aux marches nord, nord-ouest et nord-est de la seigneurie qui, depuis le xie siècle, sont les plus menacées et les plus disputées. Au sud, le système est simplifié. Les conflits avec la puissante seigneurie de Laval n’ont pas rendu nécessaire l’installation d’un pareil quadrillage. Toutes ces unités sont centrées sur un château ancien (xie ou début du xiie siècle), œuvre du sire de Mayenne ou des Normands. L’ensemble est articulé en deux demi-couronnes concentriques. La première auréole confine aux limites seigneuriales mais les pôles castraux relais qui la définissent – Ernée, Lassay et Villaines – sont situés plus ou moins en retrait des zones frontalières et les circonscriptions qui leur correspondent sont certes inférieures à celle de Mayenne mais aussi, apparemment, plus vastes que celles de la seconde couronne17. L’auréole la plus externe rassemble en effet de plus petits ressorts – le minimum en la matière étant atteint par Châteauneuf, très limité en superficie. Elle est centrée sur des forteresses situées nettement plus en pointe que précédemment et comporte deux groupes : l’un, directement au contact des sires de Mayenne qui y ont une bonne partie de leur réserve, gravite autour des trois microchâtellenies normandes ; l’autre est articulé sur Couptrain et Pontmain, depuis longtemps aux mains de Mayenne. Cet agencement met en valeur l’importance des confins dans la structuration de la seigneurie. Le système n’aurait-il qu’une finalité militaire ?

Fonctions et genèse

  • 18 Lien entre prévôté, forêt et castellania dans la seigneurie de Coucy : Barthélemy 1984, 390.
  • 19 C’est le capitaine qui s’occupe des questions militaires.
  • 20 En Normandie, la charge des prévôts devient au terme du xiie siècle plus nettement fiscale.
  • 21 ADM, AF 214, no 7, 47 et 109.
  • 22 Juhel II se réserve volontiers la haute justice.

37Cette structuration périphérique de l’espace invite à se pencher plus précisément sur la mise en place de ces unités et leurs fonctions. Les mentions des xiie et xiiie siècles relatives à la castelleria Meduane montrent qu’il s’agit d’abord et avant tout du ressort de la prévôté. C’est la zone de perception des revenus seigneuriaux d’origine banale et notamment de ceux liés à l’exploitation de la vaste forêt de Mayenne, tardivement et incomplètement défrichée, et c’est aussi, d’une manière plus générale, un cadre de référence utilisé pour localiser biens et droits divers18. Le prévôt lui-même n’apparaît nommément qu’à de rares instants à la fin du xie et au xiie siècle et plus volontiers au xiiie siècle. En sorte que l’on ignore l’étendue exacte des attributions de ce qui, en bien des endroits, est un important officier seigneurial. En Normandie et en Anjou, où l’institution fleurit dès le xie siècle, son titulaire est rattaché à un château majeur, dont il assure la garde et l’entretien, et il peut être chargé de la levée de l’ost. Ici, passé le xie siècle (peu documenté), rien ne plaide réellement en faveur d’attributions aussi importantes mais le lien avec le château n’est pas à exclure : à la fin du Moyen Âge, la charge de châtelain de Mayenne est volontiers couplée à celle de receveur en sorte que son titulaire (chargé de l’intendance castrale ?) s’occupe des problèmes de gestion domaniale et financière19. Quoi qu’il en soit, au xiie siècle, trois adresses successives placées par le sire de Mayenne en tête de la confirmation des biens de Savigny suggèrent – outre une amélioration de l’administration seigneuriale – une montée en puissance du prévôt dans la hiérarchie des officiers puis un déclin ou pour le moins une évolution de ses attributions20. En 1158, le propos, très général, n’inclut aucun officier (Juhel s’y adresse “à tous ses barons et fidèles hommes”). Dix ans plus tard, le prévôt est placé en deuxième dans l’énumération (derrière les barons et devant les baillis), puis en 1190, après la crise de 1189, il n’est plus qu’au cinquième rang derrière les barons, les sénéchaux, les sergents et les ministres et ne précède que les voyers21. Le sénéchal, présent dans la seigneurie dès 1085 au moins, occupe nettement le devant de la scène lors des confiscations opérées par les Plantagenêts et sous Juhel II qui dispose d’un sénéchal particulier pour Dinan. Il exerce des attributions élargies à l’ensemble de la terra Meduane, dans le domaine judiciaire notamment mais pas seulement22. Il peut assurer la représentation et l’autorité du dominus lorsque ce dernier est au loin (qu’il soit ou non dans la seigneurie). Les baillis l’assistent. On ignore si, comme en Normandie, leur essor est du à l’influence angevine mais ce n’est pas impossible.

  • 23 Sans former pour autant un district bien compact ni posséder de fermes limites.

38Cette châtellenie-prévôté mayennaise en recoupe une autre aux fondements militaires et féodaux, dont on ne voit concrètement l’existence qu’au terme du Moyen Âge (hommages, gardes, entretien du château) (fig. 6). Leur extension n’est pas totalement identique, ce qui n’est pas une anomalie ; les aires féodales pouvant être plus vastes. Au xve siècle, la zone des hommages et des gardes directement rendus à Mayenne déborde largement à l’est, au-delà de la rivière. L’écart chronologique incite à la prudence mais le fait et la structure évolutive de la seigneurie suggèrent que le ressort prévôtal initial englobe une partie des terroirs orientaux de la seigneurie23.

  • 24 Prévôtés et baillies à Ambrières, Gorron et Neufchâteau : Power 2004, 32 sq.
  • 25 Villaines : Fleury 1880, no 254 (1208). Lassay : AN, L 971, no 626 (1269 : la référence à Juhel II (...)
  • 26 Lassay passe par mariage à la famille de Vendôme. La fig. 6 met en valeur, pour Ernée et Mayenne, (...)
  • 27 Il en est de même pour les trois cas “normands”. Le prévôt du “pays voisin de Landivy” (n 9) peut (...)
  • 28 AN, L 972, no 738 et 739 ; AN, X/1a 49, f° 120-121.

39Aux xiiie et xive siècles, indépendamment des trois cas “normands”, un peu particuliers24, trois des cinq autres châtellenies de la terra Meduane – Villaines, Lassay et Ernée – coïncident explicitement avec une prévôté, ce qui suggère des fonctions originelles similaires à celle de Mayenne25. Et ce sont aussi parallèlement, au terme du Moyen Âge, des châtellenies féodales dont deux (Villaines et Ernée) relèvent toujours de Mayenne (fig. 6)26. La finalité féodo-vassalique et les préoccupations défensives sont particulièrement nettes dans le cas des châtellenies de Couptrain et de Pontmain27, du fait même de leur localisation, mais elles sont loin d’être exclusives. Les deux ressorts occupent des zones frontalières clefs où gestions économique et militaire interfèrent. La première surveille les liens avec le sud normand (pont) et gère un territoire incluant notamment Javron, un vieux centre de condita carolingien, et le castrum de Saint-Calais-du-Désert (xie siècle). La seconde, dotée de ponts majeurs, surveille cette grande artère qu’est le Chemin Montois – qui passe à Landivy – et un accès vers Dinan. La documentation de la fin du Moyen Âge confirme sans ambiguïté son importance militaire et la domination qu’elle exerce primitivement sur le secteur de Landivy. Le guet et la garde du château y sont notamment assurés par les hommes de Savigny (1364) et les habitants de Landivy (1401), lesquels sont en outre tenus d’assurer son entretien28.

  • 29 Dans ce contexte, il n’est pas anormal qu’à Villaines, où la pression militaire est moindre, ce so (...)

40Globalement, aux objectifs seigneuriaux des débuts se greffe donc avec l’intensification des troubles, et sans doute plus précocement et plus intensément à Mayenne même et dans les marches les plus menacées, une finalité féodo-vassalique et militaire, d’où la mise en œuvre, avant que la paix capétienne ne porte ses fruits, de cette chaîne continue de microchâtellenies dans les confins nord de la seigneurie29.

41Les linéaments du dispositif sont posés par Juhel Ier dès son accession au pouvoir. Ensuite le système se précise et se renforce au gré des circonstances. L’initiative a une triple finalité. Il s’agit de capter au mieux les revenus que confère l’exercice des droits banaux mais d’autres raisons interfèrent. Elles sont liées au poids que prend Mayenne dans la seigneurie et à l’aggravation du contexte. Avec Juhel Ier, princeps Meduane, le lignage après avoir placé ses espoirs et ses ambitions dans le Haut-Maine se recentre définitivement sur le Bas-Maine et confère au chef-lieu castral mayennais un rôle pilote au sein d’une seigneurie qui, avec la récupération par Henri Ier dès 1119 des “trois châteaux”, vient d’être amputée d’une large bande de territoires et voit sa défense nord singulièrement affaiblie. La reprise en main affecte en premier lieu Mayenne. Juhel Ier restructure le castrum. Prétextant du transfert du prieuré local, qui de l’église Saint-Martin (rive gauche) est transporté vers le château (rive droite), et de la nécessité dans laquelle il se trouve de trouver de nouveaux terrains dans et aux abords de la forteresse pour installer dignement les moines, il expulse – car c’est bien d’expulsions qu’il s’agit – trois de ses milites castri pour récupérer leurs casamenta. La mesure lui permet d’accroître sa domination au sein de la forteresse et sans doute aussi d’y effectuer des améliorations.

42Parallèlement ou peu après, c’est au tour du territorium castri Meduane de bénéficier de l’ébauche d’une structuration territoriale. Au niveau ecclésiastique, qui ne me retiendra pas ici, Juhel est épaulé par la hiérarchie. Les effets de la réforme se prolongent. C’est à ce moment notamment qu’émergent les doyennés. Au niveau laïque, le maillage administratif se précise avec l’essor du réseau châtelain. À la castellaria Meduane se greffent d’autres entités similaires centrées sur les châteaux périphériques du lignage et dont les contours, dans la zone des confins notamment, ne sont pas encore définis. Doit-on y voir plusieurs vagues successives ? Le dispositif n’est assurément pas sorti tel quel en 1120 et s’est élaboré progressivement, sous la pression des événements, mais pour le reste on est réduit aux hypothèses. De par leurs points communs (emplacement, extension, prévôté), il est certain que les châtellenies d’Ernée et de Lassay, dont les forteresses sont évoquées dès 1115-28, mais aussi celle de Villaines, dont le château est alors sans doute amélioré (donjon), pourraient être les plus anciennes et remonter au temps de la création mayennaise ou la suivre de peu. À l’inverse, les microchâtellenies de la seconde couronne (Pontmain, Couptrain et les trois circonscriptions “normandes”), aux finalités plus ouvertement défensives, semblent postérieures et peuvent résulter (pour les cas mayennais) d’un démembrement des précédentes. Leur création dérive-t-elle de l’intensification des conflits vers 1135-42 et de la récupération des trois châteaux ? L’objectif serait double. Il s’agirait, en améliorant la défense et en structurant plus fermement l’encadrement féodo-vassalique, non seulement de stabiliser au mieux la “frontière” et de se prémunir des agressions externes mais aussi de canaliser, au sein même de la seigneurie, l’ardeur châtelaine des vassaux des confins plus ou moins enclins, vers 1137, à basculer dans le camp adverse. Mais on ne peut non plus exclure pour leur création le reste du xiie siècle.

43Ce système à double entrée renforce l’encadrement seigneurial et féodal. En germe dès Juhel Ier († 1161), il se perfectionne ( ?) et se cristallise sous Geoffroi II († 1169) et Juhel II († 1220). Dans ce contexte, on mesure à quel point la perte en 1162 des trois microchâtellenies “normandes” est dramatique pour Mayenne désormais dépourvue de cordon protecteur au nord. Et on comprend mieux le double acharnement qui s’ensuit, celui de Juhel II qui veut à tout prix récupérer ces trois ressorts et celui des Plantagenêts qui veulent l’empêcher de parvenir à ses fins mais aussi lui interdire de fortifier substantiellement cette portion frontalière septentrionale et de renforcer Mayenne.

La châtellenie baronniale

44Henri II et ses fils ont voulu bloquer l’essor de Juhel II mais ce faisant ils ont permis la naissance d’une baronnie à laquelle le soutien puis la paix capétienne assurent la consécration.

45Au regard de la documentation des xiiie et xive siècles, la terra Meduane est bien une baronnie et son détenteur un baron. Dans les Établissements de saint Louis (c. 1260), “celui qui a châtellenie… tient en baronnie” et dans la Coutume du Maine, plus explicite (xive-xve siècle), la baronnie a “trois châtellenies sujettes du corps de la baronnie, ville close, abbaye…”. Mayenne répond aux critères mais ce n’est qu’à la fin du Moyen Âge que la seigneurie est désignée sous le terme de baronnie et que son détenteur se pare du titre baronnial. Les Listes de fiefs et de services de Philippe Auguste (1203/8) situent pourtant sans ambiguïté Juhel II dans cette catégorie intermédiaire placée entre les comtes et les châtelains. La reconnaissance est là. Mais est-ce bien celle à laquelle aspire un personnage dont les ancêtres au début du xiie siècle se laissent appeler dux et princeps ? On peut en douter. Le mot baron n’a plus aux xiiie et xive siècles la même signification qu’avant. Il consacre l’intégration dans un groupe qui, même s’il n’atteint pas les sommets hiérarchiques, est prestigieux. Mais à Mayenne, sous Juhel II, c’est toujours l’interprétation traditionnelle qui prévaut : en 1190, les “barons” du lignage composent le cercle restreint de ses grands vassaux (supra). Le terme n’a donc pour lui rien de particulièrement séduisant et il est évident qu’il aspire à d’autres distinctions.

46Cette “implicite” consécration baronniale est ostensiblement gravée dans la pierre avec la construction du donjon et de la courtine du château de Mayenne. Le parallèle s’impose avec le proche seigneur de Laval et le plus lointain et notoire seigneur de Coucy qui tous deux érigent de monumentales tours maîtresses cylindriques et connaissent une ascension du même ordre, où l’on retrouve en partie les mêmes ingrédients et, notamment, cette façon de se placer directement sous la mouvance royale et de développer une plus ou moins précoce territorialisation de leurs pouvoirs par le biais de la châtellenie. Sous la pression des événements, le dispositif châtelain mayennais pourrait toutefois bénéficier du privilège de l’antériorité et le système y semble à la fois plus complet et mieux structuré.

47La châtellenie baronniale est en grande partie née de la longue et difficile maîtrise des châteaux et de la capacité de son détenteur à structurer, à l’échelon microrégional, hommes, espaces et pouvoirs en fonction d’eux. Est-ce à dire que les vassaux de Mayenne, restreints dans leurs capacités à fortifier, doivent le plus souvent se contenter d’un simple hébergement fossoyé ? Que dire de toutes ces mottes qui parsèment le sol manceau : sont-elles antérieures au temps d’Henri II ou bien alors doit-on considérer que l’on n’a pas systématiquement affaire à des châteaux ?

Mottes, maisons et hébergements fossoyés aux xiie et xiiie siècles

48Les sources textuelles des xiie et xiiie siècles évoquent, parallèlement aux castra et en nombre supérieur, l’existence d’hébergements, de maisons (domus), de manoirs et de mottes en les diluant plus harmonieusement au sein des aires seigneuriales mancelles. Que recouvrent ces mentions et de quel répertoire relèvent-elles ?

Mottes castrales et seigneuriales

  • 30 Cf. n 4.
  • 31 Bertrand de Broussillon éd. 1903, no 333.

49Les évocations de mottes ne sont ni nombreuses ni explicites. Le plus souvent, même lorsque subsiste une belle butte, n’est mentionné qu’un castrum (Saint-Calais). Quelques allusions, comme celles relatives à la motte de La Bosse (Sarthe), suffisent à démontrer que le terme continue aux xiiie et xive siècles à désigner une composante castrale et révèlent la prise en compte dans le phénomène de médiocres tertres30. À côté, et indépendamment des mentions relatives aux moulins et à leurs abords, de rares sources montrent que le vocable désigne aussi de petits enclos plats résidentiels. C’est du moins ce que suggère, par exemple, un acte de 1215 conclu apud motam de Montjean31. Il ne s’agit certes que d’un toponyme mais il n’en demeure pas moins qu’il y a une “motte” à la base. C’est une plateforme subcirculaire, dans un plan d’eau, que surmonte un château reconstruit au xve siècle dont la tour maîtresse cylindrique a de possibles bases du xiiie siècle.

50Ces données suffisent à rappeler combien l’arrière-plan et la filiation du mot mota sont complexes. Il n’y a pas lieu d’y revenir. Simplement, en suggérant au niveau résidentiel l’existence, dès le xiiie siècle, d’une conception élargie de la motte, elles invitent à prolonger la réflexion. Pour tenter d’éclairer la question, je ferai un détour par les aveux et dénombrements des xive-xvie siècles. L’important dans ces textes un peu stéréotypés est non seulement la place du mot “motte(s)” dans l’énumération des biens – car cela permet d’éliminer les buttes à connils, les talus des garennes, des moulins et des cours – mais aussi les qualificatifs et les formules d’accompagnement. Que nous dit-on et que nous suggère-t-on en contrepoint ? Il y a des mottes “anciennes”, ce qui sous-entend qu’il y en a de (beaucoup ?) plus récentes que d’autres. Il y a de “belles mottes rondes”, ce qui n’est par conséquent pas toujours le cas. Il y a des mottes “hautes élevées” et donc d’autres qui ne le sont guère, voire pas du tout, ce que confirme une expression comme “motte en levée de terre”. À cette conception morphologique élargie répond une palette fonctionnelle diversifiée. Le rang des complexes qui les accueillent oscille du châtel, auquel sont rattachés haute justice, ligesse, gardes…, au simple centre de seigneurie foncière démilitarisé en passant par toute une gamme de stades intermédiaires. Globalement, pour les contemporains de la fin du Moyen Âge, il y a donc plusieurs types de mottes aux faciès et aux rôles distincts et leur mise en place a été fractionnée dans le temps.

51Peut-on transposer cette perception élargie aux xiie et xiiie siècles ? L’étude de la documentation textuelle et archéologique est à l’évidence à approfondir, mais de rares sources, dont celles évoquées ci-dessus, autorisent à poser l’hypothèse. Pour étoffer l’argumentaire et sans détailler ce qui le sera ailleurs, je reprendrai simplement deux textes célèbres, la construction de la motte d’Ardres (Flandre) vers 1060 et les Consuetudines et justicie de Normandie datées de 1091. À Ardres, l’auteur de la Chronique, qui rédige vers 1194-1206, prend bien soin de préciser que l’on a affaire à une motte castrale (et non à un autre type de motte noble) et pour ce faire il apporte des précisions morphologiques et fonctionnelles. La motte est “très haute” (altissima) et composée de terres rapportées (agger) : en d’autres termes, il ne s’agit pas d’un enclos plat ou médiocrement exhaussé. Quant à sa fonction, elle est éclairée par l’emploi d’une périphrase (in munitionis signum : “en signe de fortification”) et d’un synonyme (mota… sive dunjo). Ces précautions ne sont pas – comme on a pu l’écrire – dues au fait que l’on ne sait trop ce qu’est une mota mais qu’il y a sur le terrain (et dans la langue commune sinon savante) d’autres types de mottes résidentielles, non (ou semi) fortifiées. Quant au texte normand de 1091, lui aussi suffisamment célèbre pour qu’il n’y ait pas lieu d’en rappeler le contexte, il réglemente au sein du duché la construction des châteaux et notamment la hauteur des fossés : ne sont licites que ceux dont la profondeur est telle que l’on peut “du fond, rejeter la terre sans relais”, pour peu que l’on s’abstienne d’adjoindre au talus adjacent des superstructures fortifiées. On peut donc, sans autorisation ducale, entourer sa résidence d’un médiocre fossé et d’un médiocre rempart (h = 2 à 3 m ?), car cela ne relève pas du registre militaire. Les deux éléments fustigés sont la hauteur de l’amoncellement et l’apparat défensif sommital. Tel qu’il est rédigé, le texte n’interdit ni les plates-formes fossoyées ni les mottes basses, de faible gabarit, pour peu qu’elles soient démunies d’éléments fortement défensifs.

52En d’autres termes, si une grosse motte a toutes les chances, du fait de sa seule hauteur, d’être un château, il n’en est pas systématiquement de même des petites et moyennes buttes car tout dépend des superstructures. Dans ce contexte, il n’est pas impossible qu’une part plus ou moins notable du corpus des mottes basses et des enclos circulaires plats manceaux – région qui subit au xie siècle la domination normande – ne relève pas du répertoire castral mais au mieux de celui des maisons fortes ou même (pour nombre d’enclos plats ?) de celui des simples complexes fossoyées dont la construction est moins surveillée. Peut-on, pour les xiie et xiiie siècles, étoffer le propos à l’aide d’exemples “bien” datés ? Une constatation préalable s’impose. Si le terme mota englobe au quotidien, ce qui n’est qu’une hypothèse de travail, différents types de séjours nobles, force est de reconnaître que le langage savant préfère employer les mots domus, hebergamentum et plus rarement manerium.

Maisons, hébergements fossoyés et manoirs

  • 32 Les vestiges ne remontent pas à coup sûr à l’époque de leur première mention mais la convergence d (...)

53Les trois termes renvoient à des réalités proches sinon similaires. Les domus fossoyées à demi-fortifiées sont signalées dans le Maine dès la fin du xie siècle. Celle de Noyen (Sarthe), attestée en 1080/1, se compose de diverses bâtisses (agricoles notamment) ceintes d’un puissant fossé et d’une palissade. Orderic Vital évoque ces complexes sous l’appellation de domus firmae et les situe au bas de l’échelle des forteresses. Concrètement, sur le terrain, derrière les hébergements, maisons et manoirs clairement évoqués dans les textes des xiie et xiiie siècles se cachent en fait plus d’une fois des schémas du type motte/basse-cour (enclos plat et plus rarement tertre bas) ou hébergement simplifié (subrectangulaire)32. Je prendrai simplement deux exemples.

  • 33 Chédeville éd. 1968, no 36.
  • 34 Lemesle 1999, 265.

54En 1202, une contestation éclate entre les moines du prieuré de Saint-Vincent-du-Lorouer (Sarthe) et Geoffroi Riboul car le pont et les fossés qui entourent la domus de ce dernier ont été en grand partie construits sur les terres priorales33. Connus depuis le xie siècle, les Riboul détiennent notamment une seigneurie châtelaine à Assé-Le-Riboul au nord du Mans. Geoffroi est seigneur de Courcillon (1212), au sud du Loir, où son lignage détient un manoir et la haute justice (1277). La demeure de Saint-Vincent-du-Lorouer n’est donc a priori qu’un point d’ancrage secondaire. Ces fossés, nous dit-on, ont été fabriqués par le père de Geoffroi, un personnage connu (Hubert II34), dont l’action se situe vers 1150-1189. Un accord est conclu. Sur le terrain, à 150 m de l’église de l’ancien prieuré, subsiste une plate-forme circulaire légèrement bombée (h = 1 à 1,5 m) d’une cinquantaine de mètres de diamètre (fig. 7).

  • 35 Cf. n 4.

55Elle est ceinte d’un fossé de drainage et précédée à l’ouest d’un probable reste de basse-cour. Il peut s’agir de la maison fossoyée des Riboul au xiie siècle. L’exemple de Bois-Richard (Sarthe) introduit un jalon chronologique de nature archéologique car les structures initiales sont en partie fossilisées (fig. 4). Le cadastre, le plan au sol et des restes de bâti médiéval des xiie et xiiie siècles montrent que le séjour originel est très probablement composé d’un petit enclos circulaire plat conçu pour accueillir le cœur du séjour noble et précédé d’une basse-cour ovale. Le schéma initial est en cours de transformation. La reconstruction du bâti noble entraîne le passage des formes courbes aux formes angulaires35. Le schéma motte/basse-cour cède le pas à l’hébergement de la fin du Moyen Âge.

  • 36 Ce qui n’exclut bien sûr pas, çà et là, la présence de châtels, indétectables en l’absence de foui (...)

56Globalement, le contexte géohistorique qui caractérise les ouvrages de ce corpus que l’on peut raisonnablement imputer aux xiie et xiiie siècles est celui des maisons fortes mais pas seulement. Au niveau des détenteurs (et des fonctions), le plus frappant reste la souplesse d’utilisation même si, en pourcentage, les nouveaux domini l’emportent. Ces tertres bas et ces enclos plats du type motte/basse-cour ne sont pas absents des terroirs qui entourent le château de Mayenne. Cela n’est pas uniquement dû au hasard de la conservation. Les restrictions castrales sont favorables à leur diffusion. Ce sont des centres seigneuriaux ou parfois même simplement domaniaux36.

Fig. 7. Saint-Vincent-du-Lorouer (Sarthe, 1834) : enclos principal (979), reste de fossé (978) et basse-cour (en gris soutenu).

57Tous les anciens domini ne sortent pas affaiblis du renforcement de l’autorité centrale. Placés en situation particulière, certains d’entre eux tirent parti des luttes entre princes et rois et de l’affaiblissement du relais comtal manceau pour renforcer en sous-œuvre leur domination. C’est le cas du seigneur de Mayenne maître aux confins nord-ouest du comté d’une vaste seigneurie. Les châteaux jouent un rôle essentiel dans l’évolution. La dernière grande vague de créations remonte à 1110-1142/4 et s’inscrit dans le cadre des luttes que le détenteur de l’ensemble mène contre les empiétements des ducs normands et du soutien qu’il accorde à Foulque d’Anjou puis au comte Geoffroi et à Mathilde. Passé le milieu du xiie siècle, leur nombre ne s’accroît plus dans les mêmes proportions car les Plantagenêts, relayés par Philippe Auguste et dans une certaine mesure par le sire de Mayenne lui-même, y veillent mais c’est autour d’eux que se cristallisent les conflits et que s’organise à l’échelle microrégionale tout un système visant à renforcer le poids de l’encadrement seigneurial et féodal. Vers 1200, la terra Meduane est rationnellement structurée. L’organisation du territoire repose sur un réseau de châtellenies hiérarchisées qui place au cœur du dispositif une vaste circonscription, celle de Mayenne, centrée sur un vieux castrum comtal, qu’entourent en demi-lune aux périphéries les plus vulnérables deux cordons de châtellenies secondaires, elles-mêmes polarisées sur les châteaux des xie et début du xiie siècles. L’auréole médiane sert à quadriller le pays. La plus externe composée de micro-entités d’origine mayennaise et normande forme un véritable cordon protecteur. À la finalité seigneuriale des débuts se joint rapidement avec l’intensification des affrontements une finalité féodale et militaire. Il faut capter au mieux les fruits de la seigneurie banale mais aussi stabiliser la “frontière” au détriment des ducs normands (et bretons) et canaliser l’ardeur châtelaine des grands vassaux mayennais des confins.

58Ce système à double entrée, ébauché dès 1120 par Juhel Ier, se développe et se cristallise en accord puis, dès 1162, en opposition avec les Plantagenêts. L’appui que Juhel II accorde précocement à la cause de Philippe Auguste lui assure une consécration dont les signes les plus tangibles sont l’accession du sire de Mayenne au rang de baron et la rénovation en profondeur du castrum de Mayenne. Structurée en châtellenies seigneuriales et féodales, la terra Meduane satisfait aux critères de baronnie et son détenteur – qui aspire sans aucun doute à mieux – est intégré dans ce noble maillon baronnial placé entre les comtes et les châtelains. Un parallèle s’impose avec les sires de Laval et de Coucy, deux autres détenteurs de puissantes seigneuries dont l’ascension s’appuie sur la mise en place de châtellenies et dont l’accession au rang baronnial se concrétise identiquement par la construction d’une tour maîtresse cylindrique. Le donjon de Laval est apparemment le plus ancien des trois mais en revanche, dans le domaine châtelain, Mayenne pourrait bien avoir le privilège de l’antériorité. L’âpreté des luttes y a avancé, accéléré et systématisé le processus.

59Détenteur de droits majeurs dont la haute justice, qu’il ne concède que parcimonieusement, Juhel II contrôle-t-il comme tout bon baron – et quand il le peut – la création de forteresses ? C’est probable. Sans doute ne construit-on plus guère de belles mottes castrales dès le milieu au moins du xiie siècle mais les détenteurs de ces châteaux, au rang desquels figurent quelques-uns des grands vassaux frontaliers ou non de la baronnie, les conservent et les réaménagent et certains d’entre eux parviennent sans doute – le fait échappe à l’analyse – à ériger des châtels plus novateurs. Parallèlement et en contrepoint, se diffusent et se multiplient sur le long terme, dès le xie siècle et sans doute durant les xiie et xiiie siècles, des maisons fossoyées plus ou moins proches des maisons fortes. Le phénomène débouche, telle est du moins l’hypothèse avancée, sur la réalisation de médiocres mottes, d’enclos plats du type motte/basse-cour et de préhébergements subrectangulaires. Il est d’une grande souplesse d’utilisation et ne peut se confondre uniquement avec l’émergence des nouveaux domini.

Bibliographie

SOURCES

ADM, Archives départementales de la Mayenne, AF 214, Guilbaud, M.-P., éd. (1960) : Cartulaire de Savigny pour le Maine, DES, Rennes.

AN, Archives nationales, Fonds de l’abbaye de Savigny, L 971-972.

Bertrand de Broussillon, A., éd. (1894) : Cartulaire de Saint-Michel de l’Abbayette, Paris.

Chédeville, A., éd. (1968) : Liber controversiarum Sancti Vincenti Cenomanensis, Paris.

Fleury, G., éd. (1880) : Cartulaire de l’abbaye cistercienne de Perseigne, Mamers.

Laurain, E., éd. (1911-1945) : Cartulaire manceau de Marmoutier, I-II, Mayenne.

– (1908) : Cartulaire de Montguyon, Bull. de la comm. hist. et arch. de la Mayenne, XXIV, 187-232. Vita S. Guillelmi Firmati, Acta sanctorum, III, 334-342.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aurell, M. et N.-Y. Tonnerre, dir. (2006) : Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, Turnhout.

Barthélemy, D. (1984) : Les deux âges de la seigneurie banale. Pouvoir et société dans la terre des sires de Coucy (milieu XIe-milieu XIIIe siècle), Paris.

Bertrand de Broussillon, A. (1895-1903) : La maison de Laval (1020-1605), I-V, Paris.

Coulet, N. et J.-M. Matz, dir. (2000) : La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Coll. EFR 275, Rome.

Lalou, É, B. Lepeuple et J.-L. Roch, dir. (2008) : Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale, Mélanges en l’honneur d’A. M. Flambard Héricher, Publications des universités de Rouen et du Havre.

Laurent, C., B. Merdrignac et D. Pichot, dir. (1998) : Mondes de l’Ouest et villes du monde, Rennes.

Lemesle, B. (1999) : La société aristocratique dans le Haut-Maine, Rennes.

Mazurier, S. (2006) : Habitats aristocratiques fossoyés et pouvoirs dans la baronnie de Laval du XIe au XVe siècle, Doctorat, Universite du Maine.

Pichot, D. (1995) : Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval.

Power, D. (2004) : The Norman Frontier in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Cambridge University Press.

Renoux, A. (1998) : “Mottes et hébergements fossoyés dans le Maine (XIe-XVe siècle) : état de la recherche”, Mondes de l’Ouest et villes du monde, in : Laurent et al. 1998, 399-414.

– (2000) : “Hiérarchies nobiliaires et hiérarchies castrales dans le Maine à la fin du Moyen Âge”, in : Coulet & Matz 2000, 205-229.

– (2006) : “Le roi Jean ‘s’il avait capturé le comte Robert d’Alençon et le sire Juhel de Mayenne, il l’aurait gagné sa guerre’(1203) !”, in : Aurell & Tonnerre 2006, 227-265.

– (2008) : “De la ‘motte’ à l’hébergement fossoyé : étude de cas manceaux (Xe-XVIe siècle)”, in : Lalou et al. 2008.

Notes

1 Inventaire mené à l’Université du Maine. État de la question : Renoux 1998 et 2000. Approfondissement : Mazurier 2006.

2 Renoux 2006. Compléter par Pichot 1995.

3 Environ 57 % des structures apparentées aux mottes sont de ce type.

4 Renoux

5 Sans oublier les enceintes en terre peu fréquentes.

6 Un point de nature à accroître la pression : le comte d’Anjou détient peut-être brièvement Gorron en 1123/4 (Power 2004, 72).

7 Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 10.

8 AN, L 971, no 560.

9 Vita, 340 (le saint est mort en 1103 ; vie rédigée vers 1160/70). Grimaud est multis ditatus copiis et Landeviensi praepositus viciniae. Une parenté entre les Poë et le lignage des Landivy n’est pas à exclure.

10 ADM, Ms 35, Savigny, no 361. Possible inféodation à Renaud Paon, seigneur de Saint-Contest, détenteur de biens à Oisseau.

11 Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 8.

12 Laurain éd. 1945, II, Mayenne, no XIII (1120), XIV (1120) et XXXII (1189).

13 Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 10.

14 Fosse-louvain, à 10 km à l’est de Saint-Berthevin, est inclus dans la châtellenie d’Ernée (1199).

15 Laurain éd. 1908, 12-18.

16 Villaines en 1208 est une prévôté (n 25), ce qui (infra) suggère l’existence sous-jacente d’une châtellenie. Lassay : AN, L 971, no 619 (1243) et 631 (1272). Pontmain : Bertrand de Broussillon éd. 1894, no 38 ; Juhel y délivre une charte en 1207. L’existence de ces châtellenies et des autres (hormis Châteauneuf très éphémère) est confirmée aux xive et xve siècles. Landivy est une châtellenie tardive démembrée et mouvante de Pontmain.

17 C’est très net dans le cas d’Ernée.

18 Lien entre prévôté, forêt et castellania dans la seigneurie de Coucy : Barthélemy 1984, 390.

19 C’est le capitaine qui s’occupe des questions militaires.

20 En Normandie, la charge des prévôts devient au terme du xiie siècle plus nettement fiscale.

21 ADM, AF 214, no 7, 47 et 109.

22 Juhel II se réserve volontiers la haute justice.

23 Sans former pour autant un district bien compact ni posséder de fermes limites.

24 Prévôtés et baillies à Ambrières, Gorron et Neufchâteau : Power 2004, 32 sq.

25 Villaines : Fleury 1880, no 254 (1208). Lassay : AN, L 971, no 626 (1269 : la référence à Juhel II suggère une création antérieure au début du xiiie siècle). La prévôté d’Ernée est évoquée en 1387/8 (AN, P 1334/1, f° 88).

26 Lassay passe par mariage à la famille de Vendôme. La fig. 6 met en valeur, pour Ernée et Mayenne, les interférences spatiales qu’il peut y avoir entre châtellenie-prévôté et châtellenie féodale.

27 Il en est de même pour les trois cas “normands”. Le prévôt du “pays voisin de Landivy” (n 9) peut être rattaché à Pontmain ou au pire à Ernée.

28 AN, L 972, no 738 et 739 ; AN, X/1a 49, f° 120-121.

29 Dans ce contexte, il n’est pas anormal qu’à Villaines, où la pression militaire est moindre, ce soit la prévôté et non la châtellenie qui soit mise en évidence en 1208 (n 16).

30 Cf. n 4.

31 Bertrand de Broussillon éd. 1903, no 333.

32 Les vestiges ne remontent pas à coup sûr à l’époque de leur première mention mais la convergence des données autorise à poser l’hypothèse pour ce qui est de la structure d’ensemble.

33 Chédeville éd. 1968, no 36.

34 Lemesle 1999, 265.

35 Cf. n 4.

36 Ce qui n’exclut bien sûr pas, çà et là, la présence de châtels, indétectables en l’absence de fouilles.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le comté du Maine et la seigneurie de Mayenne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 2. Motte des Murailles (Mayenne, Cne de Saint-Christophe-du-Luat, 1837) et hébergement de La Poissonnière (Sarthe, Cne de Saint-Ouen-en-Belin, 1813).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 3. Châteaux de la seigneurie de Mayenne mentionnés dans les textes (xie-xiiie siècle).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 4. Bois-Richard (Sarthe, Cne de Vivoin, 1835).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5. Châtellenies de la seigneurie de Mayenne (xiie-xiiiesiècle).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Fig. 6. Châtellenies majeures relevant de Mayenne au xve siècle et réseaux dépendants (fois et hommages).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 7. Saint-Vincent-du-Lorouer (Sarthe, 1834) : enclos principal (979), reste de fossé (978) et basse-cour (en gris soutenu).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1982/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540