Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Maine-Anjou

La seigneurie au village dans l’Ouest de la France (1150-1250)

Daniel Pichot

Texte intégral

  • 1 Guillot 1972 ; Tonnerre 1994 ; Lemesle 1999 ; Brand’honneur 2001 ; Boussard 1938.
  • 2 Barthélemy 1993, chap. 1
  • 3 Pichot 1995 ; Le Mené 1982.

1La seigneurie de l’Ouest demeure mal connue, non pas dans sa naissance largement étudiée mais dans son fonctionnement quotidien, sujet ingrat, tant font longtemps défaut les documents synthétiques1. À vrai dire, les chartes ne manquent pas et l’on sait tout l’intérêt des notices dont la narrativité dévoile les rouages de la société et de l’exercice du pouvoir2. De premières approches ont été tentées, dans le bas-Maine, dans le Rennais, pour l’époque féodale, mais dans l’ensemble, la seigneurie ne sort vraiment de l’ombre qu’avec la multiplication des archives, c’est-à-dire à la fin du Moyen Âge, ce qui nous vaut des études importantes mais dont on ne peut, sans risque, transposer les conclusions dans les époques antérieures3.

  • 4 Pichot 2004.
  • 5 Id. 2002, 234-268.
  • 6 Le rapprochement village/paroisse est légitime dans l’Ouest même si le recoupement n’est pas absol (...)
  • 7 Pichot 2004, 617-622 ; Barthélemy 2005, 1-28.

2Globalement, le phénomène seigneurial organise, comme ailleurs, la société de l’Ouest et nombre d’indices laissent penser que, si la structure est bien présente, elle se caractérise par un prélèvement modéré, à l’aune du Moyen Âge4. Dans un espace relativement homogène, caractérisé par une commune appartenance à l’ensemble Plantagenêt jusqu’au début du xiiie siècle (l’Anjou et le Maine, base de la famille, la Bretagne intégrée durant une période relativement courte), le projet est de concentrer l’attention sur le phénomène seigneurial dans les campagnes et plus précisément dans sa relation avec le village. La question déjà en partie explorée est centrale5. Les campagnes accueillent l’écrasante majorité de la population et le village soulève bien des difficultés dans ces régions d’habitat dispersé. Il sera donc tenté de cerner la présence de la seigneurie au village sous ses formes diverses et fluctuantes avant de voir comment elle impose aux villageois un prélèvement aux formes multiples mais qui se précise, aboutissant sans doute à un encadrement, un encellulement renforcé. Le mot village sera employé ici dans son acception usuelle mais, localement, ce n’est qu’un hameau, qui n’est pas étranger d’ailleurs à la question. Il interfère profondément avec la paroisse qui se construit en unifiant la communauté humaine et dont les rapports complexes avec la seigneurie doivent être pris en compte6. Tous ces mouvements s’épanouissent entre 1150-1250, période charnière, ce qui permet de s’abstraire de la question de la mise en place des structures pour se concentrer sur leur fonctionnement7.

Le réseau des seigneuries

3Dès le xie siècle, la présence de la seigneurie est manifeste dans tout l’Ouest mais sous des formes différentes. La distinction, commode mais de plus en plus discutée, entre seigneurie foncière et seigneurie banale ne suffit pas à définir la typologie fuyante du réseau seigneurial qui atteint une grande complexité au xiie siècle. Par ailleurs, sans nier la place dominante du château, ce dernier est loin d’avoir le monopole de l’autorité seigneuriale, si bien que les villageois se trouvent confrontés non pas à un seigneur comme le laisse penser un schéma trop simple mais à un véritable ensemble seigneurial multiple et complexe en bien des cas.

Le concept et la réalité de la seigneurie

  • 8 Le chapitre du Mans parle ainsi de son église Notre-Dame de Mayenne, Lottin éd. 1879, no 213.
  • 9in dominio domini Cosseio”, Bénédictins de Solesmes 1881, no 300.
  • 10 Gouvrion & Grosse-Duperon éd. 1896, no 212 (1251). À la même époque, il complète potestas pour un (...)
  • 11 Guyotjeannin 2002, 220-221.

4La seigneurie ne se laisse pas définir facilement. Le seigneur c’est le dominus, celui qui détient un dominium ; le mot demeure imprécis, il signifie la détention d’un pouvoir quelconque sur une terre ou une coutume mais aussi le droit sur une église8. Au xiie siècle, le terme semble confondre dans une même réalité le pouvoir et les choses sur lesquelles il s’exerce et peut aussi désigner le propre du seigneur en opposition aux fiefs9. Au xiiie, c’est le pouvoir de maîtres de puissance très inégale et le mot s’agrège à un ensemble qui tente de le cerner “… jure, districtione, dominio”, “cum jure, dominio, districtu, juridictione, districtu et villicaria10. Se retrouve ici l’analyse de O. Guyotjeannin qui voit la seigneurie comme un ensemble que les scribes sont dans “l’incapacité fondamentale à nommer” mais dont ils appesantissent le caractère juridique11.

5La seigneurie châtelaine a accaparé l’attention, à juste titre. Le maître du château impose sa protection et ses coutumes de façon dominante mais il n’est pas le seul à détenir une part d’autorité. Sans parler d’une dilution poussée du ban, bien des personnages de rang fort varié détiennent des parts de coutumes et d’autorité. Le premier fait essentiel pour le village c’est l’enchevêtrement des pouvoirs. Il ne faut pas s’abuser sur le processus de territorialisation, incontestable au xiie siècle mais qui trouve rapidement ses limites.

  • 12 Pichot 2002a, chap. 4.
  • 13 Id.

6La question est compliquée par la forme de l’habitat : la dispersion, de préférence en gros hameaux12. Un mouvement issu d’une évolution qui a pris son essor bien des siècles auparavant aboutit à une réorganisation qui polarise l’espace et les hommes autour des centres religieux, églises et cimetières confondus. Le phénomène seigneurial, sans être initiateur, n’y est pas étranger et a perçu rapidement le parti qu’il pouvait en tirer. Le centre paroissial parce qu’il organise la communauté humaine devient souvent la référence majeure de la mise en œuvre de l’autorité seigneuriale13. Le faible regroupement des hommes ne va pas cependant sans poser problème, comment dominer un peuple évanescent ?

Le monde seigneurial

  • 14 On se référera simplement à l’affaire exemplaire de Bouère dans laquelle s’affrontent le pouvoir d (...)
  • 15 Les lieux sont accompagnés de leur indicatif départemental actuel.
  • 16 Pichot 1995, 314 ; Brand’honneur 2001, 190-191.

7Une typologie obligatoirement sommaire en un tel domaine permet d’approcher quelque peu la diversité du système dont le village, pris ici dans son sens paroissial, voit se cumuler les différentes strates. Il s’inscrit d’abord, le plus souvent, dans de vastes ensembles. Le prince ou le roi, longtemps éloignés, le sont maintenant nettement moins et leurs officiers peuvent occasionnellement se manifester. Le sénéchal d’Anjou des Plantagenêts commence à affirmer sa présence dans des campagnes reculées dès le xiie siècle14. Plus fortement encore, s’imposent les barons. Partout, mais plus souvent là où l’autorité du comte est peu affirmée, se sont développées de vastes seigneuries contrôlant plusieurs châteaux et étendant leur autorité sur des dizaines de paroisses. Tel est le cas de Laval, Mayenne (53) ou Château-du-Loir dans le Maine (72), la Guerche ou Vitré (35) en Bretagne, Craon (53) en Anjou15. Elles s’organisent sur un modèle territorial, en châtellenies qui deviennent, avec des nuances, de véritables circonscriptions de gestion souvent sous la direction d’un sénéchal. Le phénomène s’affiche dans la baronnie de Mayenne dès la seconde moitié du xiie siècle et en Bretagne le même processus s’identifie quand le baron de Vitré implante des châteaux mineurs pour contrôler les réseaux de mottes16. Lointains certes, ces maîtres appréhendent de mieux en mieux les villages dépendants.

  • 17 Pichot 1995, 305-306.
  • 18 Brand’honneur 2001, 147.

8Beaucoup plus nombreux apparaissent des seigneurs intermédiaires, souvent châtelains encore mais aussi non châtelains et pourtant puissants. Dans le bas-Maine, les Le Franc, les L’Enfant, issus de la vassalité des Laval, connaissent une ascension qui les place à la tête de multiples seigneuries dispersées sans qu’ils assoient vraiment leur puissance sur le contrôle d’un château17. Les premiers ont réuni de multiples terres par concessions, alliances matrimoniales et héritages qui s’étalent sur plus de 50 kilomètres, et se regroupent autour de pôles : la forêt de Charnie, La Bazouge-de-Chémeré (53). En Bretagne, les d’Aubigné, les Rougé pareillement non châtelains ou rattachés à de modestes centres n’en sont pas moins fort bien dotés18. D’ailleurs, à partir de 1150, le château sans perdre sa fonction symbolique, demeure un centre de pouvoir mais beaucoup moins indispensable à l’imposition d’un véritable pouvoir.

  • 19 Pichot 1995, 310-315 ; Lemesle 1999, 149-150 ; Brand’honneur 2001.
  • 20 Barthélemy 1993, 352-353 ; Boutoulle 2007.
  • 21 Lemesle 1999, 150.

9Le plus intéressant pour le village réside dans la multiplication, après 1170, de nouveaux domini dans l’ensemble de l’Ouest19. Ils ne sont pas obligatoirement des hommes neufs et très souvent on repère leurs ancêtres dès le xie siècle ou le début du xiie mais le phénomène marque un renforcement de leurs positions. Dénués de château, habitant une motte ou une maison forte, ils sont à la tête d’une modeste seigneurie locale, selon la dénomination de D. Barthélemy reprise pas F. Boutoulle pour le Bordelais20. Ils possèdent quelques biens fonciers et des bribes du ban, une modeste justice, un moulin, voire plus. Faut-il y voir des chevaliers de châteaux venus s’installer sur leurs terres ? Il est certain que l’évolution de la vassalité et du milieu aristocratique encourage une telle évolution. Guillaume de Souday (72), dans le haut Maine, incarnerait assez bien ce type de personnage en 120821. Il n’a pas de château mais contrôle une partie du bourg, partage la justice avec le prieuré et semble issu d’ancêtres fieffés dans la paroisse.

  • 22Yvo dominus de Chelé” (Hambers (53)) ; Hillion éd. 1977, 122 (1232) ; Brand’honneur 2001, 286-287
  • 23 Hillion éd. 1977, no 45-73.

10Comme une bonne part de ses semblables, il porte le nom d’une paroisse, signe de son implantation et de sa position dominante. D’autres, pas obligatoirement plus modestes, adoptent le nom d’un hameau de quelque importance comme les Chelé (53) du bas-Maine, ou les Chaudebeuf à Saint-Sauveur-des-Landes (35)22. Très tôt, des chevaliers sont dotés de tels noms sans qu’il soit aisé d’en connaître la portée mais, quand au xiie siècle, ils adoptent un nom de paroisse ou de lieu dit, cela se rapporte beaucoup plus nettement à un pouvoir. La formule dominus Paganus de Vegia peut laisser planer quelqu’ambiguïté mais après 1170, très fréquemment, s’impose la formule dominus de Vegia23. Le pouvoir s’inscrit dans le cadre local et paroissial. Si le domaine de tels personnages peut être très circonscrit, il n’en va pas toujours ainsi et leurs biens peuvent être disséminés sur plusieurs paroisses. Le concept de seigneur de village ne doit pas induire en erreur, il n’y a qu’assez rarement adéquation entre village, territoire villageois et seigneurie.

  • 24 Pichot 2002a, 136-141 ; Pichot & Mazel 2006.
  • 25 Chédeville 1960.
  • 26 Beaumon 2006

11De telles situations recoupent celles de nombreuses seigneuries ecclésiastiques. Évêques et abbayes en possèdent de grandes, analogues à celles des laïques mais le fait marquant réside dans l’organisation des temporels monastiques et canoniaux en de très nombreux prieurés. Très souvent, leur implantation a coïncidé avec une restitution de modèle grégorien, si bien qu’ils se placent au cœur des villages, contrôlant les paroisses dont fréquemment le lieu de culte se confond avec la chapelle prieurale24. C’est le modèle des abbayes de Marmoutier, Saint-Aubin d’Angers, La Couture du Mans etc. Le prieuré devient une véritable petite seigneurie, les moines détenant un domaine et exerçant les droits seigneuriaux, y compris souvent les plus importants25. Au début du xie siècle, le duc de Bretagne, Conan, offre Livré-sur-Changeon (35) à Saint-Florent de Saumur en précisant les limites paroissiales mais, au siècle suivant, le temporel de cet établissement dépasse largement le cadre initial. En Bretagne, les plus importantes dépendances de cette même abbaye peuvent contrôler plusieurs églises et étendre leur influence sur plus d’une vingtaine de kilomètres26.

L’imbrication des cadres seigneuriaux

12Un tel tableau, malgré ses nuances, risque d’induire en erreur. L’inscription dans l’espace des seigneuries progresse nettement comme il a souvent été constaté, pour autant, il n’est pas question d’envisager un vrai découpage de l’espace. D’abord, faut-il le rappeler, le concept même de seigneurie demeure flou, sa réalité extrêmement diverse. La distinction entre le banal et le foncier a besoin d’être relativisée. Toujours présente, la terre constitue en général l’essentiel dans les toutes petites unités, mais dans les plus grandes, c’est fort variable et la seigneurie s’y révèle comme la somme des lieux où s’exerce l’autorité du dominus, plus un nœud de pouvoirs qu’une réalité vraiment spatiale. L’espace villageois se trouve donc partagé entre plusieurs dominations dans une grande imbrication et le pouvoir seigneurial, en général, se traduit par la superposition de strates. Le paysan peut tenir des terres de plusieurs personnages à qui il paie cens ou terrage mais verse la taille à un autre de rang supérieur. Il n’est pas le dépendant d’un seul seigneur et se trouve impliqué dans un véritable système seigneurial, ce que l’on peut appeler l’encellulement.

  • 27 Pichot 2002a, 310 ; Meuret 1993, 428-430 ; Chédeville-Tonnerre 1987, 401-402.

13Très souvent, le fait se concrétise dans des associations, le cas le plus classique se révélant dans la véritable coseigneurie constituée lors de fondations de bourgs. Aussi bien au xie siècle qu’au xiie, laïcs et moines s’allient dans ces entreprises et se partagent autorité et revenus27. On le voit bien à travers les nombreux bourgs de Saint-Vincent du Mans ou Saint-Aubin d’Angers, sans parler de Marmoutier qui affectionne les gros bourgs castraux. Les grandes abbayes pratiquent cela très couramment, avec barons ou seigneurs d’importance mais tout aussi bien avec des personnages d’ampleur plus modeste, les rapports de force n’étant alors évidemment pas identiques.

  • 28 “… un territoire où un homme est un propriétaire placé en situation hégémonique – c’est-à-dire pos (...)

14Le villageois est donc en présence de multiples seigneurs très souvent, même si l’un d’entre eux occupe une position prééminente. Le seigneur de village domine sur le village sans s’imposer totalement, il est hégémonique mais pas exclusif. On rejoint ici la “seigneurie territoriale” proposée par L. Feller suivant le modèle italien28. La seigneurie ne s’identifie pas au village mais s’enchevêtre profondément avec lui parce qu’il incarne par excellence le cadre d’application de son autorité. Qu’elle s’impose par le pouvoir du château ou qu’elle émane de la vieille puissance aristocratique à base essentiellement foncière et locale, elle forme un réseau de pouvoir aux imbrications complexes qui structure la société villageoise mais en tire aussi sa puissance.

Le village, cadre du prélèvement ?

  • 29 Bourin & Martinez-Sopena 2004, 12-18.

15De ces pouvoirs détenus à des degrés divers, les seigneurs retirent des profits : prélèvement ou rente, les mots ne sont pas neutres dans l’interprétation historique29. Il en résulte une liste classique, plus ou moins étoffée, de taxes et coutumes avec parfois quelques montants ou évaluations. Se pose alors une question : quelle part est prélevée ou tout au moins comment la qualifier ? Dans cette enquête difficile, on constate rapidement que le village se place au cœur du processus parce que c’est le meilleur moyen d’approcher les hommes.

Contrôler la terre

  • 30 Pichot 1976, carte p. 132 ; 2008.

16La seigneurie se déploie d’abord dans le domaine foncier ce qui l’implique profondément dans les villages. Un seigneur peut contrôler tout aussi bien une simple portion du finage que sa majorité. Les abbayes tiennent des domaines considérables et dominent dans les localités proches d’elles. L’abondant chartrier de Savigny permet de voir des acquisitions intenses dans les paroisses qui la jouxtent, par exemple Fougerolles, Désertines ou Landivy (53) dans le Maine, mais il en va de même du côté avranchin ou breton, une part considérable de l’espace, et de façon continue, passe aux mains des moines au cours du xiie siècle30.

  • 31 Ladurée 2006.

17Les laïcs peuvent posséder de belles terres. Beaucoup de villae bretonnes se présentent alors comme des domaines fonciers plus ou moins importants mais difficiles à cerner. Dans le Maine, une charte nous dépeint un très beau domaine, celui de Payen de Vaiges à la Ramée en La Chapelle-Anthenaise (53). Autour du manoir avec son campum, une couture et un jardin, la réserve est lotie sous forme de trois grosses métairies. S’y rattachent trente exploitations en tenures bien groupées et soumises au terrage réparties sur deux paroisses31. Établi sur des confins paroissiaux, le manoir semble indifférent aux limites religieuses.

  • 32 La Bigne Villeneuve éd. 1866, il faut aussi signaler un rentier antérieur (xie siècle) pour Tintén (...)
  • 33 Bénédictins de Solesmes éd. 1881, no 300 ; Pichot “Cens” à paraître.

18Par contre, pour les abbayes titulaires de vastes patrimoines, le cadre villageois et paroissial acquiert un évident intérêt. Au cours du xiie siècle et au début du xiiie, apparaissent censiers et rentiers. Ils n’enregistrent d’abord que les cens d’une paroisse, cas du cartulaire du Ronceray d’Angers qui en conserve trois exemples des environs de 1150. Nous en avons aussi quelques-uns dans celui de Saint-Georges de Rennes mais un seul est consacré à une paroisse, la Chapelle-Jeanson (35)32. Par contre, dans les premières années du xiiie siècle, l’abbaye de La Couture du Mans entreprend un rentier général des revenus de ses prieurés strictement dressé par paroisse33. L’appréhension du domaine se fait nettement par la médiation du cadre paroissial et c’est sans doute dans ce même cadre que s’opère la perception.

  • 34 Bénédictins de Solesmes éd. 1881, no 300.

19L’image de la gestion demeure floue. Les laïcs et souvent les bénédictins font mettre en valeur leur réserve, appelée terre dominicale, par le biais de grosses exploitations : les métairies, ce qui n’implique en rien un contrat à mi-fruit mais laisse supposer une assez étroite liaison avec le maître. Quelques corvées circonscrites aux cartulaires d’Evron et de La Couture apparaissent liées aux grands travaux : foins moissons, vendanges34. La demande se limite à quelques jours et l’on ne sait si elle est effective mais leur apparition au xiiie siècle n’est-elle qu’un effet documentaire ?

  • 35 Ladurée 2006.
  • 36 Pichot “Cens”

20Les tenures semblent majoritairement accensées mais on ignore souvent ce qui se cache derrière l’énumération des redevances. Les maisons sont certainement à cens mais des terres aussi, même si le terrage fait parfois son apparition ; Payen de Vaiges mêle les deux à La Ramée35. Ces cens ne paraissent pas élevés, sauf exception, mais on ne peut affirmer qu’ils soient purement symboliques ou recognitifs36.

Les coutumes dans la paroisse

  • 37 Pichot 1995, 323-325 ; 2004.

21Ces revenus de la terre représentent une portion importante des ressources des petits seigneurs qui tous ajoutent une part de pouvoir banal. Ils détiennent, au moins, quelques bribes d’une justice modeste et souvent un moulin de caractère banal. Pour les autres, une série de coutumes et exactions complète ou même domine le revenu. Sans dresser un inventaire exhaustif, deux orientations majeures se dessinent au xiie siècle. Là où le xie siècle se contentait de mots vagues et généraux se précisent des listes de taxations qui s’appliquent à des cas de plus en plus nombreux et détaillés. L’ancien usagium englobant tous les usages de la forêt, ou presque, se décompose en droits de prendre du bois, de la litière, en pastura pour les troupeaux etc37. Les coutumes se démultiplient en s’appliquant aux multiples pratiques de la vie.

  • 38 Pichot 2002b.
  • 39 Pichot 2004.
  • 40 Pichot 2004, 619.

22Les banalités se précisent ; surtout, leur réseau se complète au point de couvrir systématiquement tout l’espace38. Dès le xie siècle, les moulins sont banaux dans l’ensemble de la région, même si la Bretagne occidentale marque peut-être un certain retard. Au xiie siècle, et encore plus sûrement au xiiie siècle, le réseau des moulins est très serré, prioritairement aux mains de seigneurs laïcs, détenteurs du contrôle des eaux. Fours et pressoirs affichent une densité nettement moindre39. S’ajoutent enfin, des droits sur les échanges, les marchés, les mesures qui complètent le prélèvement sur la production. Des nouveautés se font jour et se généralisent. La plus marquante est, sans conteste, la taille que les seigneurs supérieurs imposent par le biais de leurs vassaux à tout le village. Rapidement abonnée, ce qui n’est peut-être pas totalement un avantage, elle ne semble pas excessive mais se surimpose à d’autres exigences40.

23À ce cadre strictement seigneurial, n’échappent pas complètement les droits paroissiaux. À nos yeux, ils appartiennent à une autre catégorie, d’autant plus que les transferts grégoriens ont fait passer églises et cimetières aux mains du monde religieux. Cependant, les dîmes demeurées majoritairement en main laïque ne changent de possesseur qu’au xiiie siècle et plus fréquemment par rachat que par don. Même pour les moines, les droits liés à l’autel, en particulier la sépulture, conservent un caractère seigneurial et dans le rentier de La Couture, ils sont indistinctement comptabilisés avec toutes sortes de revenus. Ainsi, les principales activités de la production villageoises se trouvent-elles taxées. Sans participer vraiment au cycle productif, le monde des maîtres prélève une part, bénéficiant ainsi de l’essor économique auquel il ne participe que modérément.

24Cette diversification des redevances s’appuie systématiquement sur le cadre paroissial et villageois. Pour les droits paroissiaux, cela va de soi mais c’est l’ensemble des coutumes qui tend à cela. Les rentiers en offrent un bon indice mais pas le seul. De toute évidence, dans le cas des prieurés, l’adéquation devient évidente. Le cadre villageois, confondu avec la paroisse, est nettement adopté par la perception même quand le temporel dépasse les limites de cette dernière.

  • 41 Pichot 2002a, 298-300.
  • 42 Exemple des droits sur les landes de Baugé en Cigné (53), Pichot 2007, 107-108.
  • 43 Pichot 2007, 101, 106.
  • 44 Voir les remarques sur la cospatialité des espaces paroissiaux dans : Zadora-Rio 2006.
  • 45 Pichot 2007, 619 ; Bertrand de Broussillon éd. 1903, no 354.

25Même si le seigneur laïc n’est pas un vrai seigneur de village, il tend à organiser le cadre de son pouvoir dans celui du village41. Le fait ne va pas de soi, tant le système seigneurial repose sur un espace différent de la paroisse. Quand plusieurs seigneurs imposent leur autorité sur les mêmes zones, les interférences se font sentir avec nombre d’inconvénients. L’exercice des droits d’usage sur les incultes en constitue un bon exemple : qu’un seigneur autorise uniquement ses hommes qui ne sont pas ceux de tout le village et cela provoquer des tensions42. Ces droits peuvent aussi obliger à dépasser le territoire paroissial, les landes des Bercons (72) en Haut Maine, s’étendant sur cinq paroisses, accueillent les troupeaux des villages d’alentour43. Deux sortes de territoires s’imbriquent et ne coïncident pas44. Le fait villageois s’impose, par contre, pour les banalités, le territoire paroissial peut-être divisé entre plusieurs détroits de moulins qui doivent épouser assez systématiquement une logique paroissiale. Les droits économiques sur les marchés, les péages sont souvent liés au village et cela est encore plus net pour les redevances nouvelles. La taille est souvent établie et perçue par paroisse : les bourgeois de Bouère (53) doivent une somme globale de 30 sous mansais, en 1263, Avoise de Laval, donne une rente sur ses tailles de Montigné, en 1224 (53)45. Une telle évolution vise à rendre le contrôle plus effectif, le biais villageois permettant de mieux adapter la perception. En même temps, la seigneurie conforte la réalité villageoise encore souvent balbutiante, bien plus, elle contribue à établir une certaine hiérarchisation entre hameaux et même, paroisses par le biais des coutumes, en particulier l’imposition de mesures seigneuriales.

Inégalités du prélèvement

  • 46 Pichot 1995, “Cens”.
  • 47 Id.

26Cela ne se fait pas de façon homogène. La ponction se montre inégale entre les seigneuries tout autant qu’à l’intérieur de chacune d’elles, une liste de cens suffit à le montrer. Un type de prélèvement différencié est suggéré sur les divers espaces. Il ne dessine pas de zones concentriques, la forme de l’habitat en hameaux dispersés l’interdit et le centre paroissial manque de vigueur pour imposer une telle situation. L’enquête serait à approfondir mais tout indique que les zones d’habitat avec leurs terrains privilégiés, ouches et jardins, supportent des versements plus lourds si l’on en croit les cens. Les ouches se situent plutôt dans des montants élevés, labours et prés à des échelons sensiblement inférieurs et le terrage n’y semble pas dominant46. Les terres de Saint-Georges de Rennes versent une part de leur récolte sous forme de cens en nature qui ne dépasse pas quelques mesures de céréales47. Enfin les terres incultes, landes et pâtures, ne sont pas soumises à des usages très élevés et même la forêt ne supporte que des exigences limitées ; on constate, globalement, une plus faible taxation de l’élevage.

  • 48 Barthélemy 2005.

27Le territoire paroissial qui se précise à mesure que prend consistance l’encadrement religieux, devient de plus en plus le cadre de la pression seigneuriale qui y trouve commodité et efficacité sans que pour autant la coïncidence soit parfaite ; les deux entités, malgré leurs accords, ne reposent pas sur les mêmes données. En même temps, les deux structures se renforcent en s’épaulant l’une l’autre, d’où l’intérêt croissant de la seigneurie pour le village et l’hypothèse que le xiie et le xiiie siècle ne voient sans doute pas une émancipation des villages, bien au contraire48.

L’emprise de la seigneurie

  • 49 Pichot 2004.

28Un mouvement tendanciel vers une plus grande efficacité se dessine dans les seigneuries, au moins les plus grandes dotées des principales attributions du ban. Le poids du prélèvement, jusque là, relativement modéré, risque alors de s’en trouver alourdi. C’est tout l’enjeu du xiie siècle49. La seigneurie qui n’est plus seulement châtelaine, affermit son pouvoir et tend à encadrer au mieux les hommes dans la réalité villageoise, ce qui suppose de comprendre le mécanisme de l’emprise qu’elle étend sur elle.

Le seigneur au village

  • 50 Meuret 1998 ; Battais 2006.
  • 51 Angot 1900-1909, art. Deux-Evailles ; Pichot 2001, 211.
  • 52 Id, 117, 121.

29Il est usuel de parler de la communauté villageoise en excluant le monde seigneurial, ce qui ne correspond guère à la réalité. Si les barons, apparaissent certainement comme lointains, il n’en va pas de même pour les maîtres de rang inférieur. Évolution familiale et regroupements par héritage provoquent la désertion de certaines résidences – les Le Franc, à la tête d’une nébuleuse de seigneuries, ne sont guère présents dans la plupart de leurs domaines – cependant, nombre de domini sont effectivement installés sur le territoire d’un village, éventuellement au centre ou à proximité. Aux anciens châteaux comme à Bazougers (53) ou Marcillé-Robert (35), dès le xiiie siècle, s’ajoutent maisons fortes puis manoirs50. Les Deux-Evailles occupent une belle demeure de ce type à quelques centaines de mètres du “bourg” (53) ; l’état actuel remonte au xve siècle mais leur présence y est attestée bien avant 1300. Au xiie siècle, l’évêque de Rennes, Etienne de Fougères, reconstruit son manoir en plein cœur de Rannée (35)51. La résidence seigneuriale s’impose comme le centre de la vie sociale et, symbolisant le pouvoir, polarise l’habitat qu’elle organise souvent comme l’attestent nombre de cadastres et, d’autant plus facilement, que l’église peut être l’ancienne chapelle castrale. À Courbeveille (53) ou à Bouloire (72) le “bourg” est quasiment inscrit dans la basse-cour du château52.

  • 53 Pichot 2002a, 173.

30Fréquemment, c’est le prieuré, qui accolé à l’église paroissiale, dans le cimetière, marque profondément son influence. À la fin du Moyen Âge, les quelques bâtiments subsistants présentent tous les caractères du manoir et affichent leur fonction seigneuriale. Éventuellement, le village développe deux pôles si les deux entités seigneuriales sont éloignées. Bouère (53) se répartit autour du château et du prieuré comme Marcillé-Robert (35). Parfois, comme à Seiches (49), deux agglomérations distantes incarnent la concurrence des deux pouvoirs53.

  • 54 Brand’honneur 2001, chap. V ; Mazurier 2006, 3e partie.
  • 55 Brand’honneur 2000.
  • 56 Meuret 2006, 131-180.

31La présence seigneuriale se manifeste plus souvent en dehors du centre. Les bénédictins peuvent posséder des prieurés ruraux isolés mais il faut y associer les granges cisterciennes qui ne tardent pas à jouer un rôle seigneurial. Cependant, ce sont les possessions laïques qui retiennent l’attention. Nombre de seigneurs, s’installent ou apparaissent durant le xiie siècle sur le finage paroissial et, dans la moitié des cas, complètement sur les marges. Dans le Rennais comme dans le Maine, les études montrent les mottes en relation avec des lignages chevaleresques dont beaucoup vont acquérir le titre de dominus54. Ce type d’établissement n’est pas, le plus souvent, à mettre sur le compte de conflits avec les moines mais plutôt, outre un éventuel souci de distinction sociale, la volonté de gagner des domaines sur des terres neuves55. Sur le site de Dézerseul (35), la fouille montre une motte faisant place à un manoir mais la Montagne à Visseiche (35) est encore plus significatif. Une motte, siège d’un lignage vassal du seigneur de la Guerche, s’établit à un kilomètre du “bourg” sur un passage de rivière, de la fin du xie siècle au xiiie56. À ce moment, survient un nouveau lignage, celui des Champagné qui déplace la résidence seigneuriale sur un autre site où l’on a retrouvé le manoir en bois et terre du début du xive siècle.

  • 57 Pichot 2002a, 326.

32Les familles seigneuriales quadrillent donc le territoire. Au xiiie siècle, près de Savigny, treize paroisses mancelles bien éclairées par la documentation comptent au moins 16 familles et sans doute 2057. Si l’on considère qu’elles comptent chacune plusieurs personnes et sont accompagnées d’une familia, le groupe seigneurial n’a rien de négligeable. Encore faut-il ajouter, les éventuels représentants et agents, ministériaux divers, sergents et prévôts qui, par leur présence et leur rôle, accentuent la présence du pouvoir.

Le pouvoir seigneurial

  • 58 Arch. dép. Sarthe, H 1371.

33L’exercice de la puissance seigneuriale tend à se ramifier mais suivant des modalités propres aux différentes strates des domini. La force banale se concentre dans la villicatio, terme qui succède à vicaria. Le mot résume l’étendue du ban aux yeux des contemporains mais très concrètement s’applique à la justice. C’est d’elle qu’il est d’abord question pour définir les droits seigneuriaux. Là, réside l’autorité majeure, cependant, les nombreux domini qui apparaissent après 1170 en disposent seulement sous une forme très atténuée, encore qu’elle semble se renforcer, la captation du titre le laisse supposer. Ils ne possèdent que des seigneuries incomplètes mais bénéficient tous d’une basse justice, en grande partie foncière. Les seigneurs laïcs importants comme Savary d’Anthenaise, jouissent encore de fortes possibilités en ce domaine et de façon significative, des chevaliers, à la fin du xiie siècle, se réservent la justice dans leurs dons à l’abbaye d’Etival58.

  • 59 Laurain éd. 1911-1945, Bouère, no 16.
  • 60 Hillion éd. 1977, no 46 (1211) ; Bénédictins de Solesmes éd. 1881, no 155.

34Les prieurés bénéficient non seulement d’une certaine immunité mais bien d’un réel pouvoir de justice et le prieur de Bouère l’exerce sur ses bourgeois59. Même les plus modestes maisons disposent de la justice foncière, de celle de leur moulin. Payen de Vaiges abandonne au prieur de la Ramée : “Eandem villicationem, ipsum dominium potestatem quam ego… concessi” et il précise bien qu’il pourra juger et, dès 1190, le prieur d’Auvers (72) a sa curia60.

  • 61 Pichot 1995, 324 ; Barthélemy 1993, 735-745.
  • 62 Fossier 1978.

35Cette diffusion inégale du ban va de pair avec un net alourdissement de l’autorité seigneuriale et du prélèvement. La multiplication des taxes ou l’adaptation de certaines permettent de mieux rentabiliser un pouvoir qui se fiscalise de plus en plus61. On perçoit des tentatives d’imposition de nouvelles coutumes et, pour celles qui suscitent une opposition et donc apparaissent dans la documentation, combien ont été intégrées sans difficulté ? Censiers et rentiers s’inscrivent dans cette démarche et la fixation des redevances aboutit à leur renforcement. La mise par écrit représente un acte seigneurial plus que comptable. Quelle est l’efficacité économique de confier au parchemin le nom des hommes qui paient ? Passagères par essence, ces listes ne sont guère utiles au bout de quelques années. R. Fossier a raison d’y voir un renforcement de l’encadrement et qui, ici, s’inscrit prioritairement dans le village62.

  • 63 Pichot “Cens”.

36Les revenus seigneuriaux accusent alors une nette prospérité même si les taxes peuvent paraître modestes, l’accumulation de petites sommes produit des résultats non négligeables. La simple étude des cens montre d’abord qu’ils n’ont pas la fixité qu’on leur accorde en vertu de la coutume, ensuite que les adaptations ne sont pas si rares et que certains sont fortement réactualisés sans parler des nouveaux, créés au gré des défrichements. Les sommes et produits perçus représentent des chiffres imposants qui, au xiiie siècle, permettent d’asseoir des rentes qui se comptent en dizaines de sous et même en livres63. Si l’on ajoute que tout au long du xiie siècle, au moins, bien des laïcs qui ont cédé leurs droits religieux parviennent à maintenir un membre de la famille à la cure, on ne peut que conclure à une emprise accrue du pouvoir. La plus grande précision de l’encadrement, l’efficacité de l’encellulement se dessinent après 1150.

  • 64 Meuret 2006.
  • 65 Zadora-Rio 2001.

37Les plus petits seigneurs, maîtres d’un hébergement et de quelques terres, vivent sans doute inégalement mais concrètement on peine à identifier l’étendue de leur pouvoir. Si le lignage de Champagné se déploie c’est essentiellement parce qu’il est dans la fidélité des sires de Vitré64. Pour les plus puissants, le contrôle du territoire s’affirme beaucoup mieux. Ce sont ces grands qui, au xiie siècle, entreprennent de vastes travaux de défrichement, provoquant l’installation de colons qui servent leurs intérêts et, plus généralement, les limites paroissiales qui se fixent progressivement ne sont pas étrangères à leur puissance. Le parc du château d’Ussé détermine une part de celles de Rigny (37)65.

  • 66 Colleter 2006.
  • 67 Pichot 1981.
  • 68 Angot 1900-1909, art. Vautorte, 1942, famille Poisson.
  • 69 Bienvenu 1967 ; Pichot 2008.
  • 70 Meuret 1995, 342-347, 527.
  • 71 Pichot 2001, 318 ; Guillotin De Corson 1880-1886, art Plessis-Balisson.

38Cette autorité peut aller loin. Nombre de prieurés, comme Bréal (35), modestes chapelles au xie siècle, deviennent centres paroissiaux aux xiie-xiiie siècle après avoir fixé une population66. Aux xiie et xiiie siècles, la seigneurie peut provoquer la naissance de nouvelles paroisses. Antérieurement, le processus de création avait associé Église et puissances laïques mais sous un autre mode. Désormais, si l’évêque crée certaines paroisses en vertu de son souci d’améliorer l’encadrement des fidèles, il est souvent sensible aux réalités seigneuriales, l’un n’excluant pas l’autre. Au début du xiiie siècle, l’évêque du Mans entame un processus qui aboutit à la partition de la grande paroisse de Montenay (53) pour ériger Vautorte en pleine forêt de Mayenne alors en défrichement67. Il invoque la nécessité d’installer d’abord une chapelle (1210) puis un cimetière (1217) pour inhumer correctement les morts et institue finalement une paroisse de plein droit en 1225. On note cependant qu’au lieu dit la Cour, à peu de distance du centre paroissial, réside une famille assez importante auprès du seigneur de Mayenne, Les Poisson, qui adopte le nom de la paroisse68. N’est-elle pas intervenue pour favoriser cette naissance ? Belle Noue (49), en Anjou est clairement l’œuvre commune d’un seigneur partant en croisade et de l’évêque d’Angers en 112569. L’archéologie laisse enfin supposer qu’en plein xiiie siècle, un seigneur, maître d’une motte qui dominait le site du Masse (35), en forêt de la Guerche, a déplacé ce centre paroissial pour le transférer à Forges de sa propre autorité pour mieux intégrer l’exploitation du fer70. À l’inverse, les seigneuries basées sur des écarts peuvent gêner le processus de polarisation en se posant en force centrifuge, voire en tentant de créer une nouvelle paroisse, tel est le cas extrême de formations de pure bienveillance, quand l’évêque de Dol transforme les modestes commanderies des Templiers en paroisses à Vildé-Bidon et Vildé-la-Marine (35) et que celui du Mans fonde celle, microscopique, d’Epineu-le-Seguin (53) ou celui de Saint-Malo celle du Plessis-Balisson (22) qui ne compte pas plus de huit hectares71.

Concurrence ou entente

  • 72 Pichot 1995-2

39Cet alourdissement de la seigneurie dans le cadre villageois ne se fait pas de façon régulière et homogène. Les vrais domini affirment leur autorité sur le village au détriment des petits maîtres de domaines fonciers dont les rentes ne connaissent peut-être pas une réalité florissante, encore qu’il ne faille pas systématiser, les Deux-Evailles pourront s’épanouir à la fin du xiiie siècle72. Cependant, la puissance seigneuriale doit faire face sinon à des oppositions du moins composer avec d’autres forces. D’abord, les seigneuries entre elles ne sont pas sans s’opposer et nombre de conflits éclatent dans ce monde où influences, mouvances et coutumes se déploient dans un système très compliqué, aux composantes très enchevêtrées. Nous connaissons mieux par les cartulaires les innombrables frictions entre seigneuries laïques et monastères, sans qu’il soit nécessaire d’y voir une opposition profonde, dommageable au pouvoir.

  • 73 Laurain éd. 1911-1945, Bouère, no 12-13-14 et Boussard 1938, 157.
  • 74 Pichot 1995, 297-298.

40Une première autorité peut déjà timidement contrecarrer l’autorité seigneuriale : celle du roi. Sous le règne d’Henri II apparaît le sénéchal mais, en 1161-1165, l’affaire du pressoir de Bouère illustre bien les conflits entre seigneuries et les limites du pouvoir royal. Le sénéchal d’Anjou refuse de rendre justice aux moines de Marmoutier qui se plaignaient que Hamelin d’Anthenaise ait érigé un pressoir dans le village où ils détenaient la banalité73. Le roi de France, après la conquête, introduit très vite ses agents, baillis et sergents dont on retrouve la trace de l’action dans les Querimoniae de 1247 recueillies sur ordre de Louis IX. Ces petits officiers, pas toujours respectueux des intérêts des administrés, introduisent une autorité nouvelle entre les parties et peuvent rendre justice74. Globalement, cependant la menace demeure encore ténue pour les domini.

  • 75 Id., 346.
  • 76 Pichot 1981.

41Les villageois eux-mêmes s’inscrivent comme partie prenante et la seigneurie doit tenir compte de leur existence. Certes, nous ne sommes pas en pays de franchises et l’on parle peu de libertés, sans doute d’ailleurs parce que ces libertés sont souvent assez effectives en ces pays d’habitat dispersé. L’envillagement rend bien des services aux seigneurs mais ils doivent cependant tenir compte des usages et coutumes que l’on pressent dans certains actes évoquant une consuetudo patriae et dans les coutumiers qui fleurissent dès le xiiie siècle en Anjou et Maine et un peu plus tard en Bretagne. La communauté villageoise ou de hameau s’organise avec assez de force pour résister aux empiètements seigneuriaux. Les hommes du domaine et hameau de Jarzé (53) s’élèvent contre une coutume nouvelle imposée par les moines de Savigny, les habitants de Sains (35) vont en justice contre le chapitre de Dol, leur seigneur75. La tension se focalise sans doute souvent sur les communs et usages. La construction de talus qui enserrent de plus en plus les terres des puissants trahit leur volonté de mettre leurs terres à part, hors des usages communautaires, ce qui ne va pas sans résistance et les usagers inquiets imposent sans doute par leur conseil l’arrêt des défrichements en forêt de Mayenne76.

  • 77 Bertrand de Broussillon éd. 1896, no 447.

42Les relations ne sont pas toujours à envisager en termes de conflit, au moins ouvert. Les grands seigneurs sont sans doute distants comme les moines mais ils sont aussi intimement mêlés à la vie du village : un acte de 1252 est profondément révélateur des enjeux. À Argentré (53) au Maine, un accord entre l’évêque du Mans et les chevaliers Hamelin et Vivien L’Enfant règle le partage de la vicaria sur les hommes du bourg “de communi assensu et voluntate hominum in burgo prefato tum temporis existencium77. Sous l’harmonie sociale affichée, percent les rapports de force qui penchent de plus en plus au bénéfice des puissants.

  • 78 Nous retrouvons assez bien les analyses plus générales de Barthélemy 2005, 13-23 qui se refuse à p (...)

43La seigneurie et le village connaissent plus que des recoupements et leur développement parallèle accentue les interférences. On ne peut parler d’un passage d’une seigneurie châtelaine à une véritable seigneurie de village, du moins à cette époque, mais il devient évident, entre le xiie et le xiiie siècle, que la seigneurie trouve de plus en plus son point d’application au village et dans ses composantes78.

44L’encadrement des hommes s’approfondit alors, il se précise par une démultiplication des coutumes et leur alourdissement. Un peu schématiquement, la fiscalisation, sans être totale progresse, donnant nettement un nouveau visage à la seigneurie. Cela ne peut se faire que par le biais d’un village qui se précise. La seigneurie a contribué à sa naissance en profitant largement d’un processus qu’elle a plus exploité que provoqué mais, en ces siècles marqués par la domination Plantagenêt, elle a sans doute perçu son intérêt et commence à renforcer un système social de domination qui va s’imposer des siècles durant dans les régions de l’Ouest.

Bibliographie

SOURCES

Bénédictins de Solesmes, éd. (1881) : Cartulaire des abbayes de Saint-Pierre de La Couture et de Saint-Pierre de Solesmes, Le Mans.

Bertrand de Broussillon, A. de, éd. (1903) : La Maison de Laval (1020-1605), étude historique accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré, Paris.

Gouvrion, E. et A. Grosse-Duperon, éd. (1896) : Cartulaire de l’abbaye cistercienne de Fontaine-Daniel, Mayenne.

Hillion, Y., éd. (1977) : Le chartrier de l’abbaye Notre-Dame d’Evron, thèse 3e cycle, Rennes, 4 vol. dactyl.

La Bigne Villeneuve, P. de, éd. (1876) : Cartulaire de l’abbaye Saint-Georges de Rennes.

Laurain, E., éd. (1911-1945) : Cartulaire manceau de Marmoutier, Laval.

Lottin, A., éd. (1869) : Chartularium insignis ecclesiae Cenomannensis quod dicitur Liber Albus capituli, Le Mans.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Angot, A. (1900-1909) : Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval.

– (1942) : Généalogies féodales mayennaises du XIe au XIIIe s., Laval.

Barthélemy, D. (1993) : La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris.

– (2005) : “La mutation de l’an 1100”, Journal des Savants, janvier-juin, 7-28.

Battais, R. (2006) : Les origines des manoirs du Rennais et leurs conditions d’implantation, Mémoire de Master 2, Rennes 2.

Beaumon, J. (2006) : “Implantation d’un réseau de prieurés à l’époque féodale : l’exemple des prieurés de l’abbaye Saint-Florent de Saumur dans le diocèse de Rennes et la seigneurie de Dol-Combourg (XIe-XIIIe s.)”, in : Pichot 2006, 73-91.

Bienvenu, J. (1991) : “Genèse d’une abbaye canoniale. Notre-Dame de La Roë au tournant des années 1100”, La Mayenne, archéologie, histoire, 14, 9-37.

Bienvenu, J.-M. (1967) : “Un défrichement angevin au temps de la réforme grégorienne, la coseigneurie de Belle-Noue”, Annali d’historia economicas et sociale, no 8, 75-90.

Bourin, M. et P. Martinez-Sopena (2004) : t. I Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XVe siècles), réalités et représentations paysannes, I, Paris, t. II, Les mots, les temps, les lieux, 2007.

Boussard, J. (1938) : Le comté d’Anjou sous Henri II Plantagenêt et ses fils (1151-1204), Paris.

Boutoulle, Fr. (2007) : Le duc et la société. Pouvoirs et groupes sociaux de la Gascogne bordelaise au XIIe siècle, Ausonius Scripta Medievalia 14, Bordeaux.

Brand’honneur, M. (1992) : “L’habitat chevaleresque du XIe au XIIIe siècle. L’exemple du site de Dézerseul dans le comté de Rennes”, Mémoires de la société historique et archéologique de Bretagne, 69, 77-94.

– (2001) : Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes. Habitat à motte et société chevaleresque (XI-XIIe siècles), Rennes.

– (2000) : “La motte et le clocher : l’affrontement des symboles ?”, Cahiers de Civilisation médiévale, 43, 3-31.

Chédeville, A. (1960) : “Étude de la mise en valeur et du peuplement du Maine au XIe siècle d’après les documents de l’abbaye Saint-Vincent du Mans”, Annales de Bretagne, 209-225.

Chédeville, A et N.-Y. Tonnerre (1987) : La Bretagne féodale (XIe-XIIIe s.), Rennes.

Colleter, R., S. Jean, F. Le Boulanger et D. Pichot (2006) : “Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine) : du cimetière du haut Moyen Âge à la paroisse. Histoire et archéologie”, Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 84, 531-556.

Contamine, Ph., dir.(2002) : Histoire de la France politique, vol 1, Le Moyen Âge, le roi, l’Église, les grands, le peuple, Paris.

Feller, L. (2007) : Paysans et seigneurs au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècles,) Paris.

– (à paraître) : Les conversions de cens.

Fossier, R. (1978) : Polyptyques et censiers, Brepols, Turnhout.

Guillotin de Corson, chanoine (1880-1886) : Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Paris - Rennes.

Guillot, O. (1972) : Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris.

Guyotjeannin, O. (2002) : “Seigneuries”, in : Contamine 2002, 481-1514.

Ladurée, J.-R. (2006) : “Le prieuré de la Ramée dépendant de l’abbaye d’Evron ; un prieuré rural exemplaire”, in : Pichot 2006, 61-72.

Le Mené, M. (1982) : Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, 1350-1530, étude économique, Nantes.

Lemesle, B. (1999) : La société aristocratique dans le Haut-Maine (XIe-XIIe s.), Rennes.

Mazurier, S. (2006) : Habitats aristocratiques fossoyés et pouvoir dans la baronnie de Laval du XIe au XVe siècle, Thèse, Université du Mans, dactyl.

Meuret, J.-C. (1993) : Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Âge), Laval.

– (1998) : “Construction et habitat aux confins Anjou-Bretagne du XIe au XVe s., des textes au terrain”, in : Prigent & Tonnerre 1998, 141-176.

– (2006) : “Visseiche, 25 siècles d’aristocratie. De l’archéologie à l’écrit”, Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 84, 131-180.

Mousnier, M., dir. (2002) : Moulins et meuniers dans les campagnes européennes (IXe-XVIIIe s.), Flaran XXI.

Pichot, D. (1976) : Les Cartulaires manceaux de Savigny, essai d’étude économique et sociale, Avranches.

– (1981) : “Défrichement et mise en valeur dans la forêt de Mayenne (XIe-XIIIe s.)”, La Mayenne, archéologie, histoire, no 3, 255-269.

– (1995) : Le Bas-Maine du XIe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval.

– (1995-2) : “Les Deux-Evailles, une famille de la petite aristocratie du Bas-Maine (1211-1358)”, Campagnes médiévales : l’homme et son espace, études offertes à Robert Fossier, Paris.

– (2002a) : Le village éclaté, Rennes.

– (2002b) : “Le moulin et l’encellulement dans l’ouest français, XIe-XIIIe siècle”, in : Mousnier 2002, 11-129.

– (2004) : “Le prélèvement seigneurial dans l’Ouest de la France”, in : Bourin & Martinez-Sopena 2004, 607-629.

– (2006) : “Prieurés et société dans l’Ouest, XIe-XIIIe s., éléments d’historiographie et premier bilan d’une enquête”, Prieurés et société, 9-32.

– (2007) : “Les espaces collectifs et leurs usages dans l’Ouest de la France”, Les espaces collectifs dans les campagnes (XIe-XXIe siècle), Clermont-Ferrand, 91-109.

– (2008) : “Savigny : une abbaye entre Normandie, Bretagne et Maine”, in : Quaghebcur & Mevdrignac 2008, 241-257.

– (à paraître) : “Cens de l’Ouest, cens en argent, (XIe-XIIIe s.)”, in : Feller à paraître.

Pichot, D. et F. Mazel, dir. (2006) : Prieurés et société au Moyen Âge, no spécial des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 113, no 3.

Prigent, D. et N.-Y. Tonnerre (1998) : La construction en Anjou au Moyen Âge, Angers.

Quaghebcur, J. et B. Mevdrignac, dir. (2008) : Bretons et Nomands au Moyen Âge, rivalités, malentendus, convergences, Rennes.

Tonnerre, N.-Y. (1994) : Naissance de la Bretagne, géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe siècle à la fin XIIe siècle, Angers.

Zadora-Rio, E. et H. Galinié (2001) : “Rigny-Ussé, la fouille du site de Rigny, 7e-19e s. : l’habitat, les églises, le cimetière”, Revue archéologique du Centre, 40, 168-242.

– (2006) : “Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire”, Médiévales, 49, 105-120.

Notes

1 Guillot 1972 ; Tonnerre 1994 ; Lemesle 1999 ; Brand’honneur 2001 ; Boussard 1938.

2 Barthélemy 1993, chap. 1

3 Pichot 1995 ; Le Mené 1982.

4 Pichot 2004.

5 Id. 2002, 234-268.

6 Le rapprochement village/paroisse est légitime dans l’Ouest même si le recoupement n’est pas absolu, Pichot 2002.

7 Pichot 2004, 617-622 ; Barthélemy 2005, 1-28.

8 Le chapitre du Mans parle ainsi de son église Notre-Dame de Mayenne, Lottin éd. 1879, no 213.

9in dominio domini Cosseio”, Bénédictins de Solesmes 1881, no 300.

10 Gouvrion & Grosse-Duperon éd. 1896, no 212 (1251). À la même époque, il complète potestas pour un personnage de haut rang, Hamelin d’Anthenaise, Laurain éd. 1911-1945, Ballée, no 4.

11 Guyotjeannin 2002, 220-221.

12 Pichot 2002a, chap. 4.

13 Id.

14 On se référera simplement à l’affaire exemplaire de Bouère dans laquelle s’affrontent le pouvoir du sénéchal, celui de Hamelin d’Anthenaise et celui du prieuré de Marmoutier, Laurain éd. 1911-1945, Bouère. no 14-16.

15 Les lieux sont accompagnés de leur indicatif départemental actuel.

16 Pichot 1995, 314 ; Brand’honneur 2001, 190-191.

17 Pichot 1995, 305-306.

18 Brand’honneur 2001, 147.

19 Pichot 1995, 310-315 ; Lemesle 1999, 149-150 ; Brand’honneur 2001.

20 Barthélemy 1993, 352-353 ; Boutoulle 2007.

21 Lemesle 1999, 150.

22Yvo dominus de Chelé” (Hambers (53)) ; Hillion éd. 1977, 122 (1232) ; Brand’honneur 2001, 286-287.

23 Hillion éd. 1977, no 45-73.

24 Pichot 2002a, 136-141 ; Pichot & Mazel 2006.

25 Chédeville 1960.

26 Beaumon 2006

27 Pichot 2002a, 310 ; Meuret 1993, 428-430 ; Chédeville-Tonnerre 1987, 401-402.

28 “… un territoire où un homme est un propriétaire placé en situation hégémonique – c’est-à-dire possède en propre une grande partie du sol – et détient des pouvoirs de commandement sur tous les hommes s’y trouvant”, Feller 2007, 122-123.

29 Bourin & Martinez-Sopena 2004, 12-18.

30 Pichot 1976, carte p. 132 ; 2008.

31 Ladurée 2006.

32 La Bigne Villeneuve éd. 1866, il faut aussi signaler un rentier antérieur (xie siècle) pour Tinténiac (35).

33 Bénédictins de Solesmes éd. 1881, no 300 ; Pichot “Cens” à paraître.

34 Bénédictins de Solesmes éd. 1881, no 300.

35 Ladurée 2006.

36 Pichot “Cens”

37 Pichot 1995, 323-325 ; 2004.

38 Pichot 2002b.

39 Pichot 2004.

40 Pichot 2004, 619.

41 Pichot 2002a, 298-300.

42 Exemple des droits sur les landes de Baugé en Cigné (53), Pichot 2007, 107-108.

43 Pichot 2007, 101, 106.

44 Voir les remarques sur la cospatialité des espaces paroissiaux dans : Zadora-Rio 2006.

45 Pichot 2007, 619 ; Bertrand de Broussillon éd. 1903, no 354.

46 Pichot 1995, “Cens”.

47 Id.

48 Barthélemy 2005.

49 Pichot 2004.

50 Meuret 1998 ; Battais 2006.

51 Angot 1900-1909, art. Deux-Evailles ; Pichot 2001, 211.

52 Id, 117, 121.

53 Pichot 2002a, 173.

54 Brand’honneur 2001, chap. V ; Mazurier 2006, 3e partie.

55 Brand’honneur 2000.

56 Meuret 2006, 131-180.

57 Pichot 2002a, 326.

58 Arch. dép. Sarthe, H 1371.

59 Laurain éd. 1911-1945, Bouère, no 16.

60 Hillion éd. 1977, no 46 (1211) ; Bénédictins de Solesmes éd. 1881, no 155.

61 Pichot 1995, 324 ; Barthélemy 1993, 735-745.

62 Fossier 1978.

63 Pichot “Cens”.

64 Meuret 2006.

65 Zadora-Rio 2001.

66 Colleter 2006.

67 Pichot 1981.

68 Angot 1900-1909, art. Vautorte, 1942, famille Poisson.

69 Bienvenu 1967 ; Pichot 2008.

70 Meuret 1995, 342-347, 527.

71 Pichot 2001, 318 ; Guillotin De Corson 1880-1886, art Plessis-Balisson.

72 Pichot 1995-2

73 Laurain éd. 1911-1945, Bouère, no 12-13-14 et Boussard 1938, 157.

74 Pichot 1995, 297-298.

75 Id., 346.

76 Pichot 1981.

77 Bertrand de Broussillon éd. 1896, no 447.

78 Nous retrouvons assez bien les analyses plus générales de Barthélemy 2005, 13-23 qui se refuse à parler de véritable seigneurie de village à cette époque.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540