Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Angleterre et Irlande

Les seigneuries anglaises et françaises des comtes du Perche (1100-1226)

Kathleen Thompson

Texte intégral

  • 1 Thompson 2003.
  • 2 Thompson 2002.

1Dans le Perche en janvier 1210 une grande dame mourut : Mathilde de Bavière, comtesse du Perche, sœur de l’empereur Otton IV, nièce de Richard Cœur de Lion et veuve de Geoffroi III, le comte du Perche1. À l’occasion de son mariage avec Geoffroi, vingt ans auparavant, Mathilde avait reçu une importante dot en Angleterre de son oncle, le roi Richard, qu’elle conserva après la rupture des liens entre l’Angleterre et la Normandie en 12042. À l’heure de la mort de Mathilde le successeur de Richard, Jean sans Terre, ne tint pas compte des droits du jeune fils de Mathilde, Thomas, et saisit toutes les terres anglaises des comtes du Perche. En conséquence les archives anglaises conservent les sources portant sur les possessions anglaises de la famille, une seigneurie souvent décrite comme l’honor de Pertico. Avec ces renseignements nous pouvons comparer la seigneurie anglaise des Rotrou avec leur seigneurie française, le comitatus Perticensis, un rapprochement qui met en lumière la question du pouvoir royal.

  • 3 Les Pipe Rolls existent dès 1155. Ils conservent les comptes des agents royaux, les shire reeves o (...)
  • 4 La dot de Mathilde comportait l’honneur de Connétable (aussi connu par le nom de l’honneur de Haug (...)
  • 5 Slade éd. 1951, 204-05.

2Après la mort de la comtesse, le roi Jean sans Terre donna les possessions comtales en baillage à Foulques de Canteloup et les comptes, rendus par Foulques à l’Échiquier anglais, furent enregistrés dans les rouleaux fiscaux connus par les historiens anglais, à cause de leur forme, sous le nom de Pipe Rolls3. En utilisant ces comptes, ainsi que les actes comtaux pour l’Angleterre, on observe que les possessions anglaises de la famille se trouvaient dans les régions les plus fertiles et les plus tranquilles de l’Angleterre : le Wiltshire, le Berkshire, le Kent, le Norfolk, le Suffolk et l’Essex4. Des trois comptes que Foulques rendit en 1210, 1211 et 1212, c’est du premier que nous nous servirons dans cette étude5.

  • 6 La livre sterling était équivalente à quatre livre tournois.
  • 7 Sur le processus de décision, Faith 1994, 671 (cf. Charles & Menjot d’Elbenne éds. 1886-1913, 226.
  • 8 Slade éd. 1954, 2.
  • 9 Le contrat existe encore dans les archives de la cathédrale de Cantorbéry, carta antiqua, R 62.

3Le compte de 1210 débute avec 335 l. 8s. 5d. (sterling6) pour les rentes foncières des terres comtales7. Il s’agit d’une somme importante, presque équivalente aux 388 l. 15s. 3½d. que rendaient les rentes foncières de l’archevêque de York, également passées dans les mains royales en raison de l’interdit infligé à l’Angleterre par le pape en 12088. Dans l’article suivant du compte, Foulques décrit les revenus judiciaires ; il avait reçu 380 l. 3s. 9½d. provenant des plaids et des profits, tels que la réglementation des coutumes villageoises, les amendes pour les violations de coutume et pour les délits. La somme dépassait celle qu’il recevait des rentes. La famille Rotrou contrôlait aussi au moins une cour publique, l’équivalent d’une cour de centena. Le compte indique que les profits de celle-ci étaient de 42 l. 15s. 2d., mais le comte Geoffroi et la comtesse Mathilde l’avaient confiée en fermage à Laurence fitz Jordan de Paglesham contre un versement annuel fixe de 8 l.9.

  • 10 Bearman éd. 1994, 36 ; Greenway éd. 1972, 184.
  • 11 British Library, Stowe ms 666, f. 79 ; Dugdale, VI, 565.

4La famille reçut également des redevances d’autres sources, comme les moulins. Le compte comprend deux paiements indépendants des moulins de Haughley et de Hadleigh. Les actes comtaux fournissent des renseignements supplémentaires sur ces équipements lucratifs. Ce sont des redevances importantes qui auraient pu l’être davantage. Les moulins des comtes de Devon à Plympton, par exemple, rapportaient 10 l. au commencement du treizième siècle et le moulin à York, donné aux Templiers, fournissait 10 l. 6s. 8d.10. Le compte de Foulques de Canteloup ne signale que les moulins de Haughley et de Hadleigh, mais d’autres, mentionnés par les actes comtaux, se trouvaient à Wanborough et à Newbury11.

  • 12 Chédeville 1973, 203.
  • 13 British Library, Harley ms. 1885, f. 27v ; Ancient Deeds, III, 5, no A3873.
  • 14 Londres, National Archives, antérieurement Public Record Office (PRO) E326/B7482.

5Le document ne fait pas non plus allusion aux revenus procurés par les zones boisées, alors que, comme l’a écrit André Chédeville, “la civilisation médiévale est en grande partie une civilisation du bois : outre le chauffage et la construction, le bois était la matière indispensable à d’innombrables usages”12. Il nous faut avoir recours encore aux actes comtaux pour témoigner du contrôle seigneurial de ces ressources. Le comte Geoffroi donna accès au bois de Toddington aux chanoines de Dunstable ainsi qu’une haie ; il céda en outre du bois d’oeuvre au gardien de son parc à Hadleigh ainsi que le droit de bois mort pour le chauffage13. Ce contrôle revenait à ses forestiers et il accorda à l’un d’eux, dans le Wiltshire, non seulement le housebote (le bois de l’œuvre), mais aussi le haybote (le bois pour faire les haies)14.

  • 15 Harvey 1973 et 1974 ; Faith 1997, 185.
  • 16 Pipe Roll Society éd. 1892, 16 Henry II, 155 ; Pipe Roll Society éd. 1909, 30 Henry II, 135.

6Après les moulins, Foulques présenta les comptes des ressources agricoles qu’il trouva sur les terres anglaises de la comtesse ; il s’agit du fromage, de la laine et des peaux, des céréales et du foin. Le compte de Foulques concernant ces produits agricoles demeure intéressant parce qu’il montre l’exploitation directe de la réserve15. Pendant les années soixante-dix et quatre-vingts du douzième siècle, les terres de la dot Mathildienne restèrent dans les mains du roi et, par conséquent, beaucoup de renseignements ont été enregistrés dans les Pipe rolls. À cette époque, dans plusieurs cas, les habitants détenaient ces propriétés en fermage16. Mais en 1210, le compte atteste de l’exploitation de la réserve par les agents comtaux. Le premier compte de Foulques montre 155 l. 4s. 10d. pour les ventes de blé ; cette somme représente 17 % des 887 l. 16s. 11½d. reçus par Foulques pour les rentes (redditus), les revenus (exitus) et les ventes des produits agricoles.

  • 17 Palgrave éd. 1835, II, 126-7.
  • 18 Le Touzey 2005, 323-6.

7Il est essentiel de souligner que les Rotrou étaient, en Angleterre, des propriétaires absents. Dans un plaid de 1200 la partie plaidante a dit qu’elle ne pouvait pas parler au comte parce qu’elle n’avait jamais traversé la Manche17. Pour la charge de leurs terres anglaises, les Rotrou avaient recours aux agents, comme les établissements monastiques normands bien dotés de terres anglaises18. Ils les ont utilisés pendant tout le douzième siècle et nous connaissons même leurs noms. Au tournant du treizième siècle le sénéchal du comte était Hugues de Tabarie et le bailli de la comtesse était Guillaume Pachche.

  • 19 British Library, Harley ms 1885, f. 27v ; Stenton éd. 1934, 50.
  • 20 Hallam éd. 1988, 118.
  • 21 33-6. Pour la fondation des bourgs, Hilton 1990, 109-10 ; pour les Redvers, Bearman éd. 1994,

8Les comtes et leurs agents tentaient de développer les propriétés. Dans un acte comtal, il est question d’une terre récemment défrichée et évaluée pour la rente. La dette du comte Geoffroi, enregistrée dans le rouleau de 1200 pour l’envahissement de la forêt royale, montre qu’il voulait vraisemblablement la défricher19. Le comte Geoffroi savait aussi probablement que les possessions de son ancêtre, Arnoul de Hesdin, étaient parmi les plus lucratives en Angleterre du onzième siècle, comme en témoigne le Domesday Book20. Les contemporains d’Arnoul connaissaient la prospérité agricole de ce seigneur et Geoffroi a hérité d’Arnoul d’intérêts dans la ville de Newbury dans le Berkshire. Le compte de Foulques ne nous permet pas de savoir si les Rotrou étaient en train de développer les bourgs de la même manière que les autres familles de la noblesse anglaise21. Pourtant, il y a un compte très bref de la ville de Newbury, enregistré en 1205 (appendice 2). La valeur de la ville en 1066 était de 9 l., mais en possession d’Arnoul de Hesdin elle passa à 24 l. en 1086. En 1205, après la tenure des Rotrou, la ville payait plus de 50 l. pour les rentes et le marché.

9Revenant en 1210, nous pouvons constater qu’après le compte des ventes agricoles, Foulques déclare une somme provisoire de 887 l. 16s. 11½d. La présentation de cette somme semble indiquer un point significatif dans le compte car c’est ici qu’il commence à témoigner de redevances payables aux seigneurs féodaux plutôt qu’aux seigneurs fonciers. Les Rotrou ont reçu leurs terres anglaises bien après la conquête normande. Ce patrimoine était stable et la dot de Mathilde une seigneurie établie. Il y avait des détenteurs installés depuis longtemps ; leurs redevances féodales et leurs services convergeaient vers les Rotrou.

  • 22 Sanders 1960, 67.
  • 23 Reynolds 1972, 346 ; Round 1892, appendix K ; Stenton éd. 1942, 179.

10Les Pipe Rolls conservent des listes d’hommes (et de quelques femmes) qui devaient des services de chevalier à l’honneur du Perche. Philippe de Columbières, par exemple, détenait cinq fiefs de la dot de Mathilde et possédait également de vastes terres dans le Somerset22. Pendant les années quatre-vingt dix du douzième siècle, Renaud de Cornhill devint vicomte (sheriff) du Kent ; en 1206 il détenait le fief d’un chevalier de l’honneur du Perche23. Ces derniers étaient des hommes importants ayant souvent des intérêts à l’extérieur de l’honneur du Perche. Néanmoins si importants que fussent ces grands, il est évident qu’ils devaient encore beaucoup aux Rotrou. Rappelons aussi que c’est à ce moment que le roi Jean provoqua ses barons en demandant de semblables exactions et qu’enfin il fut obligé de concéder la grande charte, la Magna Carta.

  • 24 Un marc valait 13s. 4d.
  • 25 Les rois utilisèrent ce pouvoir, Keefe 1993.
  • 26 Stenton éd. 1966, no 114.
  • 27 Foulques ne manquait pas de pratique. Il géra les terres du prieuré de Christ Church Cantorbéry pe (...)

11Ces exactions seigneuriales sont fréquentes. Le comte pouvait tenir les terres de son homme, si celui-ci mourait avant l’âge de majorité de son héritier. Le compte nous montre, par exemple, Philippe de Bodham, dont les terres rapportèrent plus de 28 l. Le seigneur put profiter encore de la garde de l’héritier ; voyez le paiement de 20 marcs24, fait par Guillaume de Ashford, pour recevoir les terres et la garde de l’héritier de Robert de Welles. On pouvait payer, aussi, pour contrôler le mariage d’un héritier ou d’une héritière ; pour preuve les 30 marcs de Guillaume de Meisnilguarin donnés pour se marier avec Alix, l’héritière de Philippe de Bodham25. Pour le seigneur ces exactions étaient importantes et le comte Geoffroi défendait des droits aussi lucratifs dans les cours anglaises26. Tandis que les droits féodaux sur les successions étaient sévères pour les laïcs, l’Église n’y échappait pas non plus. En guise de “donation” ecclésiastique, le prieur de Horton acquitta la somme de 20 l. enregistrée dans le compte. Les paiements féodaux s’élèvent à 197 l. 4s. 10d. Le total général du compte de Foulques atteint 1116 l. 1s. 9½d., une somme considérable, plus importante, peut-être, que celle que le comte ou la comtesse auraient demandé pendant leur vie. Mais pour Foulques, il s’agissait des exigences de son maître, le roi27.

12Laissant de côté la seigneurie anglaise, que peut-on dire maintenant des terres percheronnes ? Les Rotrou avaient créé le comté du Perche, le comitatus Perticensis, dès le début du onzième siècle en quatre étapes. À partir du patrimoine familial à Nogent-le-Rotrou, leur domination s’agrandit. Ils se procurèrent les pouvoirs comtaux, concentrés à Mortagne, et en 1113 le roi Henri Ier d’Angleterre leur donna le territoire de Bellême. Enfin, ils reçurent Moulins et Bonsmoulins. Tandis qu’on manque d’équivalent des Pipes Rolls au Perche, les actes comtaux existent en abondance. Nous disposons de 94 actes du comte Geoffroi III, 26 de son fils, le comte Thomas et 67 de son frère, le comte Guillaume, qui succéda à son neveu, ainsi que 10 de la comtesse Mathilde, avec qui nous avons commencé cette étude.

  • 28 Mairie de Nogent-le-Rotrou, Archives de l’hôpital, C/112 ; Merlet & Jusselin éds. 1909, no 153 ; P (...)
  • 29 Charencey éd. 1889, 9-10.
  • 30 Thompson 2002, 128.
  • 31 Charencey éd. 1889, 16-17.
  • 32 Mairie de Nogent-le-Rotrou, A/6 pour Préaux ; AD Orne H721/I pour Moulins-la-Marche.
  • 33 Souancé éd. 1894, no IX.
  • 34 Merlet éd. 1883, no CCCLXXVII ; Charencey éd. 1889, 73, 19.
  • 35 Chédeville 1973, 207.

13De prime abord, on remarque au Perche une certaine abondance monétaire. Grâce à cette aisance la famille pouvait être généreuse envers les communautés religieuses : le comte Geoffroi donna 20 s. aux lépreux de Nogent-le-Rotrou, 60 s. à ceux de Beaulieu à Chartres, 60 s. aux ermites de Franchart et 20 l. à Fontevraud28. Toutes ces sommes provenaient de la prévôté à Nogent-le-Rotrou. On peut voir aussi un véritable marché des rentes. Le comte Guillaume, par exemple, confirma le don, fait par Hugues de Vaunoise, d’une rente à Mortagne. Hugues avait reçu cette rente d’Ernaud de la Ferté-Arnaud, qui l’avait reçue du comte29. Il est également possible que le comte Geoffroi ait essayé de manipuler la circulation monétaire30. D’où provenait cet argent ? À Mortagne il y avait un tolonearius ce qui nous amène à considérer les tonlieux comme source de revenus31. De plus, les comtes pouvaient concéder et tirer profit des foires32. Nous pouvons donc souligner la monétarisation des échanges commerciaux. D’autre part, au Perche, comme en Angleterre, les moulins étaient une ressource importante dont les comtes dirigeaient l’exploitation33. Ils fournissaient des rentes et les redevances en nature ; les moulins à Maison Maugis demeuraient fort lucratifs comme le montrent beaucoup d’actes comtaux34. D’après A. Chédeville “la classe seigneuriale du Perche (…) n’a pu que bénéficier de la valorisation progressive des terres d’élevage et des zones boisées”. Au sommet, les comtes percherons en profitèrent le plus35.

  • 36 Bibliothèque Municipale d’Alençon, ms 108, no 266, fo 61 ; Merlet éd. 1883, no CCCLVIII.
  • 37 Mabillon éd. 1874, no CCIII ; Lépinois & Merlet éds. 1865, no CXXXIV.

14Dès lors il apparaît que la richesse percheronne de la famille résidait davantage dans les paiements en argent plutôt que dans l’exploitation de la terre. Je n’ai trouvé que deux cas d’exploitation directe de la terre. Premièrement avec des références aux vignes comtales à Nogent et à Rivray36. Le deuxième cas concerne des procurations. En 1196, le comte Geoffroi donna aux moines de Chuisnes la procuration que les hommes de Chuisnes lui faisaient, et au même instant il concéda un gistum à Grandhoux à la cathédrale de Chartres37. On ne peut pas préciser les droits donnés par le comte dans ces donations ; peut-être une redevance en nature, ou peut-être des obligations de travailler sur la réserve. L’acte concernant Chuisnes décrit les rectas consuetudines, les coutumes justes, courantes au temps du père du comte Geoffroi. Geoffroi peut-être avait essayé d’imposer les coutumes plus sévères sur les hommes de Chuisnes, qui, dans le but de les éviter, firent un versement annuel au comte.

  • 38 AD Sarthe H930 : liberum et quietum per totam terram suam, ab omni terreno seruicio et exactione s (...)
  • 39 Charencey éd. 1889, 16 : ab seculari consuetudine et exercitu et equitatu.

15Tout ceci suggère que la richesse de la famille Rotrou ne résidait pas sur l’exploitation directe de la terre mais reposait plutôt sur les exigences comtales. Nous pouvons voir ces pouvoirs en exposant les exemptions. La comtesse Mathilde donna un bourgeois à Nogent aux moines cisterciens de Perseigne, par exemple, et son acte indique qu’il devait être libre de tous services et exactions, c’est à dire de tailles et d’autres coutumes. Elle précise ici non seulement les redevances foncières, mais aussi les impositions comtales38. En faisant le don d’un bourgeois de Mortagne à l’abbaye de la Trappe, Geoffroi précise des exemptions de services et de taille, mais aussi d’exigences militaires39.

  • 40 Crouch 1992, 177ff. Les seigneurs fonciers possédaient le “desire to grasp at new consumption oppo (...)

16Comment dès lors comparer la seigneurie française des Rotrou à l’anglaise ? Il y a plusieurs problèmes méthodologiques : pour le Perche nous manquons de renseignements aussi minutieux que ceux des Pipe rolls et la pratique des actes comtaux anglais ne ressemble pas parfaitement à celle des actes percherons. Néanmoins on constate que la famille s’enrichit en Angleterre et le comte Geoffroi connaissait bien les capacités de ses terres anglaises pour acquérir de l’argent. Poussé par la nécessité d’obtenir les accessoires aristocratiques – ce que David Crouch appelle les “caparaçons d’aristocratie” – Geoffroi chercha de l’argent40. Peut-être aurait-il pu gagner plus d’argent en Angleterre par une gestion plus dynamique. Il aurait pu encourager, par exemple, les bourgs ou construire davantage de moulins. Il possédait la cour de Rochford, mais décida de la louer par contrat à ferme. Évidemment, il était un propriétaire absent, mais il est également évident que l’encadrement de la seigneurie anglaise ressemblait à celui de la seigneurie percheronne et, à l’instant où il reçut ces terres, Geoffroi sut comment régler la seigneurie anglaise.

  • 41 Il a nommé Gouffier de Villeray comme connétable du château de Bellême, Barret éd. 1894, no 45.
  • 42 Pipe Roll Society éd. 1896, 19 Henry II, 23.
  • 43 Pipe Roll Society éd. 1909, 30 Henry II, 135 : In custamento parandi maisremum turris de Doura in (...)

17Jusqu’ici nous avons évoqué ce qui est similaire entre les deux seigneuries, mais les divergences restent significatives. En Angleterre les terres données par le roi au comte du Perche se trouvaient dispersées. En France les comtes du Perche détenaient un territoire concentré, bordé par la forêt du Perche au nord et le Perche Gouet au sud. La seigneurie contrôlée par les Rotrou en Angleterre était peut être plus étendue que le comté du Perche, mais elle était éparse. En outre dans la question des pouvoirs de contrainte surgissent d’autres différences. Geoffroi possédait des châteaux à Nogent, Mortagne, Bellême41, Rivray et Moulins-la Marche, mais il n’y avait qu’une forteresse importante sur ses terres anglaises, le château de Rayleigh dans l’Essex42. On peut aussi opposer le bois d’œuvre pour le château royal de Douvres dans le Kent, apporté des domaines comtaux en Angleterre, comme redevance en nature, avec les corvées, exigées par les comtes pour la mise en défense des châteaux percherons : le charroi, le murage, le fossage et le ravitaillement du château43. Le gistum sur les terres ecclésiastiques, déjà cité, était à l’origine un impôt public, peut-être destiné à ravitailler les forces de combat. En Angleterre Geoffroi était responsable pour le service militaire de ses terres, mais il ne mena pas le contingent ; il perçut la taxe, le scutage, qu’on payait au lieu d’effectuer le service militaire. En France, le comte contrôlait un bloc de territoire où l’on ne remettait pas en question son autorité. Il exerçait des pouvoirs de contrainte et menait les forces militaires.

  • 44 Stenton éd. 1928, 18, 26 ; Hardy éd. 1835, 131, 142, 132.
  • 45 Pour l’accroissement du pouvoir royal, Thompson 2002, 154-6, 160.

18En Angleterre, les comtes ou leurs agents travaillaient souvent en collaboration avec le roi. Bien que les seigneurs aient possédé de larges droits sur leurs terres, le roi pouvait les leur confisquer. Celui-ci avait la possibilité de les donner et les reprendre à volonté. Comme tous les seigneurs anglais, Geoffroi était l’agent du roi percevant le scutage. Un tel lien avec le roi de France n’est pas concevable. Le fond du problème est là : la question de l’autorité royale. Le roi Richard augmenta les possessions anglaises de la famille Rotrou avec la dot de Mathilde tandis que Jean les accrut encore en donnant Shrivenham. Ces rois anglais donnaient des terres mais ils pouvaient également les reprendre. C’est ce que fit Richard à l’encontre des Rotrou en 1194 et Jean à nouveau en 120444. Philippe Auguste ne possédait pas le pouvoir de se saisir du Perche en 1200. Mais ces années demeurent une charnière. Vingt ans plus tard la situation avait changé. Avec la croissance de ses revenus, arriva une nouvelle opportunité pour le roi de France. Philippe offrit des rentes aux seigneurs de moyen rang et sa justice devint plus clémente. Il commença à demander des châteaux ; la reddition de Moulins-la-Marche et Bonsmoulins était le prix de la succession du dernier comte de la maison de Rotrou, Guillaume45.

  • 46 Alberic de Trois Fontaines éd. Pertz 1874, 918 : Rex tamen majorem partem super caeteros habuit.
  • 47 Romanet 1890-1902, II, nos 34, 37, 38 ; Teulet et al. éds. 1863-1909, III, 535, n. 1.
  • 48 Thompson 2002, 147ff.

19À l’instant où le comte Guillaume expirait en 1226, le roi de France se montra le maître de la situation, comme les Rotrou après la mort d’un détenteur anglais. Le roi saisit les terres de la famille et l’office du comte retourna entre ses mains46. Jacques de Château-Gontier, descendant de la famille par la ligne cognatique, ne reçut que les terres autour de Nogent. Mortagne et Mauves devinrent la douaire de la femme de Louis IX, Marguerite de Provence47. En 1226, le roi refusa de désigner un autre comte du Perche et le comitatus Perticensis s’éteignit. Après la reprise de la Normandie en 1204, l’accroissement du pouvoir royal fut immense. Dès lors, le roi de France exerça plus efficacement les droits féodaux sur les nobles de premier plan. En 1205, par exemple, Philippe obligea la comtesse Mathilde du Perche à épouser un deuxième mari. Celle avec qui nous avons commencé cette étude fut donc une des premières victimes du considérable renforcement du pouvoir royal48.

Bibliographie

SOURCES

Alberic de Trois Fontaines éd. G. H. Pertz (1874) : Chronicon, in Monumenta Germanie Historica Scriptorum, 23, Hanovre.

Ancient Deeds (1890-1915) : A descriptive catalogue of deeds in the Public Record Office, Londres.

Barnes, P.M. et W.R. Powell, éds. (1960) : Interdict documents (Pipe Roll Society, new series, 34) Londres.

Barret, P., éd. (1894) : Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, Mortagne.

Bearman, R., éd. (1994) : Charters of the Redvers family and the earldom of Devon 1090-1217 (Devon and Cornwall Record Society, new series, 37), Exeter.

Charencey, H. de, éd. (1889) : Cartulaire de l’abbaye de Notre-Dame de la Trappe, Alençon.

Charles, R. et M. Menjot d’Elbenne, éds. (1886-1913) : Cartulaire de l’abbaye Saint Vincent du Mans, Le Mans, 226, cité in Pichot, D. (2003) : “Le prélèvement seigneurial dans l’ouest de la France (XIe–XIIIe siècle)”, in : Bourin, M. & Pascual Martínez Sopera, (2003) : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe – XIVe siècles) : réalités et representations paysannes. Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, Paris, 612 n. 16.

Greenway, D., éd. (1972) : Charters of the honour of Mowbray, 1107-1191 (Records of social and economic history, new series, 1) Londres.

Hardy, T.D., éd. (1835) : Rotuli Normanniae in turri Londinensi asservati, 1200-1205, Londres.

Lépinois, E. de et L. Merlet, éds. (1865) : Cartulaire de Notre-Dame de Chartres, Chartres.

Mabillon, E., éd. (1874) : Cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, Châteaudun.

Merlet, L., éd (1883) : Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, Chartres.

Merlet, R. et M. Jusselin, éds. (1909) : Cartulaire de la léproserie du Grand-Beaulieu et du prieuré de Notre-Dame de la Bourdinière, Chartres.

Palgrave, F., éd. (1835) : Rolls and records of the court held before the King’s Justiciars or Justices, II, Londres.

Pipe Roll Society éd. (1892) : Great roll of the pipe for the sixteenth year of king Henry II, 1169-1170 (Pipe Roll Society, 15), Londres.

— (1896) : Great roll of the pipe for the nineteenth year of king Henry II, 1172-1173 (Pipe Roll Society, 20), Londres.

— (1909) : Great roll of the pipe for the thirtieth year of king Henry II, 1183-1184 (Pipe Roll Society, 30), Londres.

Slade, C.F., éd. (1951) : The great roll of the pipe for the twelfth year of the reign of king John, Michaelmas 1210 (Pipe Roll Society, new series 26), Londres.

— éd. (1954) : Great roll of the pipe for the fourteenth year of the reign of king John, Michaelmas 1212 (Pipe Roll Society, new series, 30), Londres.

Souancé, H. de, éd. (1894) : Abbaye royale de Notre Dame des Clairets : histoire et cartulaire 1202-1790, Nogent le-Rotrou.

Stenton, D.M., éd. (1928) : Great roll of the ppe for the sixth year of the reign of king Richard 1194 (Pipe Roll Society, new series, 5), Londres.

— éd. (1934) : Great roll of the pipe for the second year of king John 1200 (Pipe Roll Society, new series 12), Londres.

— éd. (1942) : Great roll of the pipe for the eighth year of king John 1206 (Pipe Roll Society, new series, 20), Londres.

— éd. (1966) : Pleas before the king or his justices 1198-1212, vol. iii : rolls or fragments of rolls from the years 1199,1201, and 1203-1206 (Selden Society 83), Londres.

Teulet, A., H.-F. Delaborde et E. Berger, éds. (1863-1909) : Layettes de trésor de chartes, Paris.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aurell, M., éd. (2004) : Le médiéviste et la monographie familiale : sources, méthodes et problématiques, Turnhout.

Chédeville, A. (1973) : Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe s), Paris.

Crouch, D. (1992) : The image of aristocracy in Britain, 1000-1300, Londres.

Dugdale, W. (1817, repr. 1846) : Monasticon Anglicanum, Londres.

Faith, R. (1994) : “Demesne resources and labour rent on the manors of St Paul’s cathedral, 1066-1222”, Economic History Review, new series, 40, 657-78.

— (1997) : The English peasantry and the growth of lordship, Leicester.

Hallam, H.E., éd (1988) : Agrarian history of England and Wales, ii 1042-1350, Cambridge.

Harvey, P.D. A. (1973) : “The English inflation of 1180-1220”, Past & Present, 61, 3-30.

— (1974) : “The pipe rolls and the adoption of demesne farming in England”, Economic History Review, 2nd ser., xxvii, 345-59.

Hilton, R.H. (1990) : “Towns in English feudal society”, Class conflict and the crisis of feudalism : essays in medieval social history, 2nd éd., Londres.

Holden, B.W. (2004) : “Fulk of Cantilupe”, Oxford dictionary of national biography, IX, 953, Oxford.

Keefe, T.K. (1993) : “Proffers for heirs and heiresses in the pipe rolls : some observations on indebtedness in the years before the Magna Carta (1180-1212)”, Haskins Society Journal, 5, 99-109.

Le Touzey, C. (2005) : “L’organisation seigneuriale dans les possessions de l’abbaye de la Trinité de Caen au XIIe siècle”, Annales de Normandie, 55, 213-45 et 291-332.

Milller, E. (1971) : “England in the twelfth and thirteenth centuries : an economic contrast ?”, Economic History Review, new series, 24, 1-14.

Reynolds, S. (1972) : “The rulers of London in the twelfth century”, History, 57, 346.

Romanet, O. de (1890-1902) : Géographie du Perche et chronologie de ses comtes suivies de pièces justificatives formant le cartulaire de cette province, Mortagne.

Round, J.H. (1892) : Geoffrey de Mandeville, Londres.

Sanders, I. (1960) : English baronies, Oxford.

Thompson, K. (2002) : Power and border lordship in medieval France : the county of the Perche, 1000-1217, Woodbridge.

— (2003) : “Matilda, countess of the Perche (1171-1210) : the expression of authority in name, style and seal”, in Tabularia : sources écrites de la Normandie médiévale www.unicaen.fr/mrsh/crahm/revue/tabularia

Vincent, N. (2004) : “Who’s who in Magna Carta clause 50 ?”, in : Aurell 2004, 235-64.

Annexes

APPENDICE 149

COMPOTUS FULCONIS DE KANTELU50 DE TERRIS COMITISSE DE PERTICO a termino pasche anni xjmi usque ad festum sancti Vincentii anni sequentis in quo festo compotus iste auditus fuit51

Idem F. r. c. de ccc et xxxv li. et viij s. et v d. de redditu assiso predictarum terrarum de predicto tempore scilicet de duobus annis preter Audiburn’52 et Wanberge53 quas Gerardus de Atia54 et uxor sua tenuerunt a festo sancti Johannis baptiste usque ad predictum festum sancti Vincentii.

Et de ccc et quater xx li. et iij s. et ix d. et ob. de placitis et perquisitionibus de predicto tempore preter Audiburn’et Wanberge.

Et de lviij s. et iij d. de exitu molendini de Hagenet55. et molendini de Hadlege56.

Et de vj li. et ij d. de exitu marisci.

Et de iiij li. et xiij s. et j d. de caseo et lana et pellibus uenditis.

Et de xv s. et j d. de exitu predictorum molendinorum.

Et de lxviij li. et iiij d. de blado uendito quod inuenit in predictis terris quando recepit balliam.

Et de iiij m. de feno uendito quod similiter inuenit.

Et de quater xx et vij li. et iiij s. et vj d. de blado uendito de primo anno. quia bladum secundi anni fuit in grangiis in predicto festo sancti Vincentii de quo idem F. debet respondere.

Summa DCCC et quater xx et vij li. et xvj s. et xj d. et ob.

Idem r. c. de xxj li. et viij s. et viij d. et ob. de exitu terre que fuit Philippi de Bodham antequam traderetur liberaretur [sic] per finem Willelmi del Meisnilguarin.

Et de xxviij li. et vj s. et iiij d. et ob. de exitu terre que fuit Huberti de Munchenesi de predicto tempore.

Et de xxxv m. de finibus feodorum trium militum et dim. de feodo predicti Huberti.

Et de xlij li. et xv s. et ij d. de exitu hundredi de Rocheford57 de predicto tempore quod hundredum Laurentius de Pakelesham tenuit ad feodi firmam per viij li. per annum.

Et de xxx m. de fine Willelmi del Meisnilgarin pro habenda custodia terre et heredis Philippi de Bodham. et pro habenda Alicia in uxorem.

Et de xx m. de priore de Horton’58 de dono.

Et de xx m. de Willelmo de Esseteford pro habenda custodia terre et heredis Roberti de Welles quam Reginaldus de Cornhull’habuit.

Et de xx m. de fine Henrici f. Alcheri quem fecit per xl m. pro habenda filia et herede Wimundi Mantel in uxorem.

Et de xlv s. de exitu terre que fuit Radulfi de Erlaueston’.

Et de xix li. et ij s. et xj d. de exitu terre quam Robertus de Ingeham tenuit cum filiabus Willelmi de Bemfliet.

Summa (c) et quater xx et xvij li. et iiij s. et x d.

Summa summarum M et quater xx li. et c et j s. et ix d. et ob.

Idem r. c. de xxxj li. quas recepit a Wimundo Mantel que fuerunt de tempore predicte comitisse.

Et est summa totalis M et C et xvj li. et xxj d. et ob. preter necessarias expensas per maneria.

In thes. C et l li.

R. Et ipsi R. in camera DCCC et quater xx et xvij li. et xiij s. et iiij d. per sex breuia Et in stipendiis seruientum per predicta maneria de predicto tempore ix li. et x s. et v d. per breue R.

Et in expensis Tome de la Lande cum xv equis et vij garcionibus per xj dies xxiiij s. et viij d. per idem breue.

Et debet lvij li. et xiij s. et iij d. et ob. Idem r.c. de eodem debito.

In thes. liiij li. et x s. et j d. Et debet lxiij s. et j d. et ob. Idem r.c. de eodem debito.

In thes. Nil. Et in perdona ipsi F. lxiij s. et ij d. et ob. per breue R.

Et Q.E.

Henricus f. Alcheri debet xx m. de predicto fine supra annotatur, set comes Albericus debet eum acquietare sicut recognouit per breue R.

APPENDICE 2 : Nubir’59

David Praepositus, Oseber’forestarius, Richemannus, Willelmus de Plebi, Nigellus Gaudi, Willelmus Venator, Rogerus Walensis, Radulfus filius Petri, Aselinus, Ricardus Cr’neis, Ricardus Cake, Radulfus filius Gowini.

Nubir’Terra illa valet de redditu assiso xx. li. vi. d. ob. de burgagio ;

De redditu in campis c. et v. s. et vj d.

De molendino fulerez. ij. m’.

De seruientibus pro baillis suis habendis. xxx s.

De alio molendino quod computatur ad xvj. li.

De mercato ville quod computatur ad viii li.

Summa tocius. L ij li. et ij. s. viij. d. ob.

De hiis in elemosinis scilicet

60Abbati Pratell’Lx. s.

Et prioratui Sandefford. viij. li.61 et j m. redditus per manum firmariorum et non ad scaccarium.

Preter hec villata est ad firmam pro Lx. li. cum omnibus exitibus et perquisitis.

Notes

1 Thompson 2003.

2 Thompson 2002.

3 Les Pipe Rolls existent dès 1155. Ils conservent les comptes des agents royaux, les shire reeves ou sheriffs, pour les terres royales, le demesne, dans chaque shire ou county de l’Angleterre, ainsi que pour les terres momentanément passées dans les mains royales.

4 La dot de Mathilde comportait l’honneur de Connétable (aussi connu par le nom de l’honneur de Haughley) dans le Kent, le Suffolk et l’Essex et l’honneur de Rayleigh dans l’Essex et le Suffolk. La famille Rotrou possédait également 1) Aldborough et Wanborough (Wiltshire), la dot de la comtesse Mathilde (+1120), fille naturelle du roi Henri Ier d’Angleterre ; 2) Newbury (Berkshire) et Toddington (Bedfordshire), hérités de la famille de la comtess Hawise (+ vers 1150) ; 3) Shrivenham (Wiltshire), donné par le Roi Jean (1200).

5 Slade éd. 1951, 204-05.

6 La livre sterling était équivalente à quatre livre tournois.

7 Sur le processus de décision, Faith 1994, 671 (cf. Charles & Menjot d’Elbenne éds. 1886-1913, 226.)

8 Slade éd. 1954, 2.

9 Le contrat existe encore dans les archives de la cathédrale de Cantorbéry, carta antiqua, R 62.

10 Bearman éd. 1994, 36 ; Greenway éd. 1972, 184.

11 British Library, Stowe ms 666, f. 79 ; Dugdale, VI, 565.

12 Chédeville 1973, 203.

13 British Library, Harley ms. 1885, f. 27v ; Ancient Deeds, III, 5, no A3873.

14 Londres, National Archives, antérieurement Public Record Office (PRO) E326/B7482.

15 Harvey 1973 et 1974 ; Faith 1997, 185.

16 Pipe Roll Society éd. 1892, 16 Henry II, 155 ; Pipe Roll Society éd. 1909, 30 Henry II, 135.

17 Palgrave éd. 1835, II, 126-7.

18 Le Touzey 2005, 323-6.

19 British Library, Harley ms 1885, f. 27v ; Stenton éd. 1934, 50.

20 Hallam éd. 1988, 118.

21 33-6. Pour la fondation des bourgs, Hilton 1990, 109-10 ; pour les Redvers, Bearman éd. 1994,

22 Sanders 1960, 67.

23 Reynolds 1972, 346 ; Round 1892, appendix K ; Stenton éd. 1942, 179.

24 Un marc valait 13s. 4d.

25 Les rois utilisèrent ce pouvoir, Keefe 1993.

26 Stenton éd. 1966, no 114.

27 Foulques ne manquait pas de pratique. Il géra les terres du prieuré de Christ Church Cantorbéry pendant l’interdit, Barnes & Powell éds. 1960, 48-50.

28 Mairie de Nogent-le-Rotrou, Archives de l’hôpital, C/112 ; Merlet & Jusselin éds. 1909, no 153 ; Paris, Bibliothèque Nationale, ms. lat. 10089, 391 ; AD Maine-et-Loire 101 H56, no 54 bis.

29 Charencey éd. 1889, 9-10.

30 Thompson 2002, 128.

31 Charencey éd. 1889, 16-17.

32 Mairie de Nogent-le-Rotrou, A/6 pour Préaux ; AD Orne H721/I pour Moulins-la-Marche.

33 Souancé éd. 1894, no IX.

34 Merlet éd. 1883, no CCCLXXVII ; Charencey éd. 1889, 73, 19.

35 Chédeville 1973, 207.

36 Bibliothèque Municipale d’Alençon, ms 108, no 266, fo 61 ; Merlet éd. 1883, no CCCLVIII.

37 Mabillon éd. 1874, no CCIII ; Lépinois & Merlet éds. 1865, no CXXXIV.

38 AD Sarthe H930 : liberum et quietum per totam terram suam, ab omni terreno seruicio et exactione seculari, a tallia uidelicet a pedagio et ab omni alia consuetudine.

39 Charencey éd. 1889, 16 : ab seculari consuetudine et exercitu et equitatu.

40 Crouch 1992, 177ff. Les seigneurs fonciers possédaient le “desire to grasp at new consumption opportunities”, Miller 1971, 11.

41 Il a nommé Gouffier de Villeray comme connétable du château de Bellême, Barret éd. 1894, no 45.

42 Pipe Roll Society éd. 1896, 19 Henry II, 23.

43 Pipe Roll Society éd. 1909, 30 Henry II, 135 : In custamento parandi maisremum turris de Doura in pluribus locis foreste et pro eodem maisremo ducendo per mare usque Douram xv l. per breve ; AD Orne, H721.

44 Stenton éd. 1928, 18, 26 ; Hardy éd. 1835, 131, 142, 132.

45 Pour l’accroissement du pouvoir royal, Thompson 2002, 154-6, 160.

46 Alberic de Trois Fontaines éd. Pertz 1874, 918 : Rex tamen majorem partem super caeteros habuit.

47 Romanet 1890-1902, II, nos 34, 37, 38 ; Teulet et al. éds. 1863-1909, III, 535, n. 1.

48 Thompson 2002, 147ff.

49 Slade éd. 1951, 204-05.

50 Foulques embrassa la carrière chez le roi Jean sans Terre à l’époque où ce dernier était comte de Mortain. Son neveu fonda une famille importante en Angleterre, Holden 2004.

51 De Pâques de la onzième année du roi Jean (1210) jusqu’au 22 janvier 1211.

52 Aldbourne (Wiltshire).

53 Wanborough (Wiltshire).

54 Vincent 2004, 236-8.

55 Haughley (Suffolk).

56 Hadleigh (Essex).

57 Rochford (Essex).

58 Horton (Kent).

59 Hardy éd. 1835, 132.

60 Ernulf de Hesdin donna l’église à Preaux, Dugdale 1846, VI, 1027.

61 Le roi Jean confirma le don du Comte Geoffroi à Sandleford après 1204, Hardy éd. 1835,

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540