Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les seigneuries dans l’espace Plantagenêt

 | 
Martin Aurell
, 
Frédéric Boutoulle

Introduction

Frédéric Boutoulle

Texte intégral

1Peu avant 1143 les chanoines de la cathédrale de Dax, en Gascogne, rapportent les clauses de la partition du territoire sur lequel doit être installée la future commanderie des Templiers de La Torte, à 3 kms au sud-est de la cité :

  • 1 Pon & Cabanot éd. 2004, no 9.

“Nous avons partagé par moitié tout le reste de la villa avec ses dépendances (…). La partie située au-dessus du chemin n’est pas à nous mais appartient entièrement aux frères du Temple, à l’exception de deux paysans avec leurs biens (…) De ce qui se trouve sous le chemin ou en bas du chemin, rien n’est à eux, mais tout est intégralement à nous (…) S’ils faisaient un moulin ou des nasses, ils les posséderaient en commun avec l’abbé de Sorde à qui devait revenir le tiers des revenus avec le tiers des frais. S’ils établissaient un bourg sur le chemin, le bourg serait aussi commun et indivis, sauf le ban et la justice qui seraient à eux. La chapelle serait à nous, tout le reste en commun, tant les redevances de nos hommes que les leurs ou de nouveaux arrivants. Il faut aussi noter que, comme il l’a été dit plus haut, il ne sera permis de défricher et de s’étendre, ni à nos hommes au dessus du chemin, ni aux leurs au dessous du chemin”1.

  • 2 Guyotjeannin 2002, 219.

2Dans cet accord présidant à la mise en place d’un nouveau peuplement, la seigneurie se livre d’un bloc, avec des caractères que l’on ne rencontre pas qu’en Dacquois comme la multiplicité des ayants droit du ban, l’éventail de leurs pouvoirs enchevêtrés et peu à peu spatialisés. Mais, et c’est bien le problème que rencontrent les historiens, en dehors de circonstances exceptionnelles comme, dans ce cas d’école, la création d’un nouvel habitat ou la rédaction d’une charte de franchise, la seigneurie se révèle toujours imparfaitement, par bribes frustrantes avec lesquelles il nous faut tenter d’appréhender la réalité de ce “moule commun à toutes les dominations” dans lequel se déploient les pouvoirs locaux du Moyen Âge2. C’est pour cette raison qu’il a paru opportun de mettre à profit l’espace couvert par l’équipe Plantagenêt pour s’intéresser de près à cet idéal-type.

  • 3 Ce colloque entre dans les actions du programme de recherches de l’UMR Ausonius “Résidences et ter (...)
  • 4 Aurell & Tonnerre dir. 2006.
  • 5 Trabut-Cussac 1957.

3Après Poitiers et Fontevraud, en mai 2004, c’est à Bordeaux et Saint-Émilion que s’est retrouvée l’équipe animée par Martin Aurell, du 3 au 5 mai 20073. Si à l’origine, ses concepteurs n’avaient pas imaginé la pérennité de ce groupement de chercheurs, l’usage l’a consacré car il répond à un besoin dont chacun ressent la nécessité : assurer l’existence d’un lieu d’échanges entre spécialistes de plusieurs nationalités travaillant sur le même espace et la même période. Que cette sixième rencontre ait été délocalisée hors de son Poitou natal n’est somme toute que le prolongement logique de la précédente, car, après le désastre de 1204 et la perte de l’essentiel des possessions continentales de Jean sans Terre, la Gascogne, de Bordeaux à Bayonne, est restée l’obstiné reliquat continental de l’empire d’Henri II Plantagenêt et cela jusqu’à la fin de la guerre de Cent ans4. Aliénor d’Aquitaine, dont le précédent colloque marquait le huit centième anniversaire de la mort, avait donc bâti sans le vouloir un lien durable entre Bordeaux et l’Angleterre, un lien qui, à l’image des relations entre l’abbaye bordelaise de La Sauve-Majeure et son prieuré du Lincolnshire, a connu bien des vicissitudes, mais qui a finalement duré, porté notamment par le succès des vins de Gascogne sur les marchés britanniques5.

  • 6 Barthélemy 1990, 199-230 ; Guyotjeannin 2002.
  • 7 Feller 2007, Bourin & Martínez Sopena 2007
  • 8 Débax 2008 ; Les pouvoirs territoriaux en Italie centrale et dans le sud de la France. Hiérarchies (...)

4Le thème de ce colloque, quelque peu induit par les travaux des médiévistes de l’UMR Ausonius, tient compte des opportunités offertes par ce terrain d’observation qu’est l’espace Plantagenêt pour l’étude des pouvoirs locaux du plein Moyen Âge et de leur articulation avec un pouvoir englobant ne cessant de s’affermir6. La seigneurie médiévale suscite en effet, malgré la quantité de travaux passés, un intérêt toujours aussi vif, en partie grâce aux renouvellements dont son étude fait l’objet, nourris des apports de l’archéologie, de l’anthropologie ou de la linguistique. L’année 2007 a ainsi été marquée par la publication du manuel de Laurent Feller, Paysans et seigneurs au Moyen Âge (viiie-xve siècle), la sortie des actes du colloque de Jaca, deuxième partie de l’enquête consacrée à l’Anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales7, pendant que, du côté des colloques, après celui d’Albi consacré aux vicomtés méridionales sous la direction d’Hélène Débax, se poursuivait un cycle d’ateliers commencé à Rome le 1er décembre 2006 sur les pouvoirs territoriaux de la France du Midi et de l’Italie du nord8.

  • 9 Le terminus ad quem a été fixé au milieu du xiiie siècle, quand par le traité de Paris la configur (...)
  • 10 Au sein d’une liste particulièrement fournie, citons Louise 1992, Debord 1995, Thompson 2002, Jean (...)
  • 11 Schofield 2004, Davies 2004, Pichot 2004.

5Sur ce sujet prisé, notre démarche se distingue des travaux de l’équipe rassemblée en 1998 par Monique Bourin et Pascual Martínez Sopena, qui a renversé les perspectives habituelles en étudiant le prélèvement seigneurial, non depuis la seigneurie, mais de manière anthropologique, en adoptant le point de vue de ses sujets et pour accéder aux représentations, par la sémantique du prélèvement, la gestuelle associée aux rites de la dépendance ou à travers les discours sur la domination légitime contenus dans les préambules des chartes de franchises. Si l’on peut diriger à nouveau les projecteurs sur les seigneuries en tant que telles, ce n’est pas par désir de se conformer avec une approche qui a fait ses preuves, mais parce qu’il y a manière à la conduire autrement, en se plaçant sur un terrain où l’on peut faire des comparaisons et confronter dans la synchronie. En effet, avec son extension géographique, de l’Écosse aux Pyrénées, et avec son siècle d’épaisseur (milieu xiie-milieu xiiie siècle) l’espace Plantagenêt permet d’appréhender la diversité spatiale de la seigneurie9. Il couvre des régions où elle est de mieux en mieux connue, tant les travaux sont nombreux, monographies ou études régionales10. La matière recueillie a permis d’esquisser des synthèses inter-régionales comme celles qu’ont présentées à Medina del Campo Daniel Pichot sur l’Ouest de la France, Philip Schofield pour l’Angleterre orientale ou Wendy Davies sur la Bretagne et le Pays de Galles11. Mais, sans parler de la nécessité de mieux faire connaître les travaux des chercheurs anglo-saxons à leurs collègues français (et vice-versa), s’impose le besoin d’avoir une vision d’ensemble.

  • 12 Pour la pertinence de l’expression d’“Empire Plantagenêt”, voir Aurell 2003, 9-12.
  • 13 Fossier [1982] 1989, 564-570, Pichot 2004, 610.
  • 14 Point dans Brunel 2004, qui montre qu’il n’y a pas de linéarité en France du nord-est dans le mouv (...)
  • 15 Debord 1980, Musset 1966, Senseby 1997, Boutoulle 2007, 119.

6À ce niveau, l’assemblage de principautés hétéroclites que constitue l’empire Plantagenêt peut présenter une particularité qui a déjà été relevée12. Il correspond en effet à ce “vide atlantique” s’étendant de l’Écosse à la Gascogne que Robert Fossier a individualisé en dressant la carte du mouvement des franchises à l’échelle de l’Europe occidentale, avec des franchises peu nombreuses, tardives (milieu xiie siècle) et surtout urbaines, alors que dans la France du nord-est, on fait et duplique les franchises avec moins de retenue13. Il ne s’agit pas de postuler de l’unicité de cet espace. Il suffit, pour prouver le contraire, d’observer les corvées domaniales qui fleurissent en Angleterre parallèlement au retour à la gestion directe des manoirs alors qu’elles restent faibles ou modérées sur le continent14 ; même constat à l’observation des bourgs, nombreux dans la France de l’Ouest, bien moins au sud-ouest15.

  • 16 Fossier [1982] 1989, 564.

7Il n’empêche que ce “vide atlantique” en a troublé plus d’un. Pour l’expliquer, on a invoqué les réticences des Plantagenêts devant ce qui pouvait limiter leur domination ; un probable haut niveau de franchise antérieur ; une certaine atonie commerciale ; la faible puissance de l’Église ; la moindre cohésion du tissu social ou la “férocité de l’emprise banale”16 ! D’autres raisons, aux yeux d’André Debord, expliqueraient cette moindre densité de franchises : le faible nombre d’hommes de corps ne nécessitant pas d’affranchissement global ; la relative faiblesse du poids des contraintes seigneuriales, tôt fixées par la coutume, ou le caractère plus économique que juridique de l’emprise de l’aristocratie sur la paysannerie. Mais est-il toujours aussi pertinent d’individualiser cet espace à partir de ce critère ? Peut-on réellement y déceler des structures seigneuriales similaires ? C’est bien le moins que l’on puisse se demander.

  • 17 Bisson 1985-86, Poly & Bournazel 1991, 219, Morsel 2004, 125
  • 18 Duby [1953, 1971] 1982, 494 ; Debord 1984, 422 ; Feller 2007, 147.

8Dans cette période d’essor économique et démographique, le moment Plantagenêt est aussi un cadre permettant de faire ressortir les aspects locaux des changements de la seconde moitié du xiie siècle, observés un peu partout en Europe occidentale sous des appellations diverses : “crise de franchises” dans la Catalogne de Thomas N. Bisson, “mutation coutumière” de Y. Sassier, “temps d’institutionnalisation de la servitude” pour M. Bourin et P. Freedman, “deuxième âge de la seigneurie banale” de D. Barthélemy etc.17 La crise des revenus seigneuriaux, sensible à partir des années 1170, se traduit par des niveaux d’endettement de plus en plus élevés, soulignés ici même par les communications de Bruno Lemesle et Géraldine Damon, même si, dans les pays de la Charente, A. Debord a pu minimiser la gêne de la petite aristocratie18. Cette crise est causée par la hausse d’une large variété de besoins (équipement, investissement, habillement, largesses en tout genre) alors que dans le même temps, comme l’a montré G. Duby, les revenus fonciers ont tendance à stagner voire à se déprécier face à l’inflation.

  • 19 Clanchy [1979] 1993, 74-78.
  • 20 Clanchy [1979] 1993, 94-96.
  • 21 Genêt 1995, Stocks 2001.

9S’agissant des sources et de la vision qu’elles nous donnent de la seigneurie, cette période est marquée par de fortes transformations. En Angleterre, les travaux de M. T. Clanchy ont révélé toutes les dimensions de la diffusion des procédures écrites, d’abord dans l’administration royale, dont la bureaucratie se perfectionne pendant le règne de Richard, puis, à partir de là, vers les officines épiscopales et baronniales où pointent les rôles marqués par les méthodes de l’Échiquier (Winchester 1208) ou des registres dont la forme est dérivée de celle des rouleaux de la chancellerie royale19. Toujours en Angleterre, les années 1180-1190 voient l’épanouissement des surveys ou rentals, ces listes de rentes établies dans les seigneuries par descriptio, à l’instar du vieux modèle du Domesday Book, et qui, pendant les premières décennies du xiiie siècle, sortent des grands domaines ecclésiastiques pour toucher davantage de seigneurs20. Les account rolls arrivent au début du xiiie siècle, suivis par les court rolls aux données si précises sur la justice rendue dans les cours manoriales ou sur les aspects les plus quotidiens de la seigneurie21.

  • 22 Guyotjeannin 2002, 235.
  • 23 Debord 1984, 447-449, Chédeville 1993, Chédeville 2002, Favreau 2002, Berthe 1994, Mousnier 2007.
  • 24 Chédeville 1993.

10Sur le continent, la période est à la diffusion des enquêtes, du notariat et des chartes de franchises, signes de l’entrée de la seigneurie dans une phase de fixation par écrit ouverte au milieu du xiie siècle22. Les accords seigneuriaux qui fleurissent alors dans la France de l’Ouest sont enrichis par des enquêtes comme celles que Claire Lamy et B. Lemesle ont utilisées. À l’instar de ces règlements, les franchises mettent en lumière les modalités du prélèvement et l’organisation des communautés de dépendants. Ces concessions de nature juridique, militaire, économique et judiciaire assurent une meilleure maîtrise de l’espace, rigidifient l’encadrement seigneurial et collectivisent les contraintes. Elles ont fait l’objet d’importantes recensions sur de larges parties de notre domaine et, sur ses marges méridionales, d’une enquête en cours23. Ainsi, dans les pays de l’Ouest (de la Normandie à la Bretagne et au Poitou), dont on a dit tout à l’heure la moindre richesse en chartes de ce type, les premiers exemples sont antérieurs au milieu du xiie siècle (Poitiers entre 993 et 1029, Angers, 1135). Mais leur nombre s’accroît passé le milieu du siècle (Charroux 1150-1170, Bourg-le-Roi 1160-1173, Châteauneuf-les-Tours 1181, Bressuire, avant 1190, Blois et Romorantin 1196, Châteaudun 1197), selon un rythme qui ne fléchit pas dans la première moitié du xiiie siècle24.

  • 25 Couderc-Barraud 2005, 548.
  • 26 Boureau 2001, 151-195 ; Turner 1978, 944.

11D’autres changements affectent les sources, comme celui du discours du prélèvement que les scribes imbus de culture savante habillent d’une rhétorique nouvelle. On doit à André Gouron et Paul Ourliac d’avoir mis en évidence les étapes de l’introduction du droit romain dans le midi de la France au second tiers du xiie siècle. Dernièrement Hélène Couderc-Barraud a suivi, entre le début du xiie siècle et les années 1220, les progrès tout en nuances de la sensibilisation à la culture juridique dans une Gascogne précocement ouverte au droit canonique et qui reçoit lentement, passé le milieu du xiie siècle, l’influence du droit savant par le vecteur des prélats et des agents ducaux, comme les justiciers de Richard Cœur de Lion des années 118025. De l’autre côté de la Manche, où les clercs royaux connaissent le décret de Gratien depuis le milieu du xiie siècle, des seigneurs saisissent le parti à tirer de ces nouveautés, à l’instar de Thomas de Marlborough, moine d’Evesham, dont le stage de droit à Bologne en 1205 lui permet de fourbir les allégations destinées à conforter l’immunité de son abbaye et la pleine propriété de ses dépendances contre l’évêque de Worcester26. La renaissance juridique du xiie siècle ne se limite donc pas à la production intellectuelle ou à l’émergence des doctrines ; elle permet aux puissants de parer leurs revendications d’une coloration juridique et de formaliser, pas toujours clairement, les rapports de domination en attributs.

  • 27 Barraud et al. 2006.
  • 28 Durand 1998, Galop 1998.

12L’élargissement des champs d’investigation de l’archéologie médiévale nous permet aussi de mieux connaître, au-delà des sites castraux sur lesquels cette discipline s’est d’abord polarisée, les autres formes de résidences aristocratiques ou de lieux de pouvoirs, dont l’étude d’Annie Renoux révèle le large répertoire de formes27. Combinées aux données de fouilles, de prospections ou de relevé du bâti, les sources planimétriques trahissent l’impact de la seigneurie médiévale sur les structures du peuplement, soit qu’elle favorise le groupement autour du château ou du prieuré, soit, comme dans les “villages éclatés” de D. Pichot, en s’accommodant de la dispersion. On parvient maintenant, comme s’en réjouit Benoît Cursente, à appréhender les transformations de l’environnement, des paysages et des cultures par la palynologie ou l’anthracologie28. L’accentuation de la déforestation indiquée par les données polliniques des xiie et xiiie siècles peuvent être correlées avec les mises en défens et les réglementations seigneuriales destinées à protéger les espaces forestiers. D’une certaine manière, la seigneurie prend davantage consistance, et au-devant des droits qui la constituent, qui assurent le contrôle des hommes ou qui garantissent la domination sociale des puissants, c’est sa matérialité que l’on appréhende, sur ses pôles et les territoires qu’elle contribue à façonner.

  • 29 Crouch 2005.
  • 30 Guerreau 2001, 26, Baschet 2004, 125, Feller 2007, 103, 122. Pour une critique du binôme banal/fon (...)

13Dans un cadre ainsi délimité, contentons-nous d’évoquer quelques unes des pistes qui nous sont ouvertes, en les illustrant d’exemples glanés dans toutes les directions. En premier lieu, il sera difficile de faire l’économie d’une réflexion sur le concept même de seigneurie, quitte à paraître contredire le titre de ces journées. C’est l’intérêt des rencontres entre des historiographies qui ne voient pas forcément les choses de la même manière et qui se sont longtemps tournées le dos, David Crouch l’a récemment rappelé29. D’autant qu’en France même, le doublet seigneurie banale/seigneurie foncière cher à Georges Duby et que les historiens britanniques utilisent parcimonieusement ne fait plus tout à fait recette. On verra justement avec la communication de B. Cursente que la largeur de la frange d’indétermination se déployant aux marges de la seigneurie béarnaise n’est pas minime. Face à ce flou, Jérôme Baschet préfère mettre en avant le concept de dominium d’Alain Guerreau, alors que L. Feller transpose celui de “seigneurie territoriale” emprunté à l’historiographie italienne30. L’attachement des historiens au terme de seigneurie ne rend pas que des services en raison de l’acception organique et territorialement délimitée qu’il véhicule habituellement ; cette manière de réifier une abstraction fuyante est renforcée par l’expression de “cellule seigneuriale” (composante de la notion d’encellulement forgée par R. Fossier), sous-entendant l’existence de limites plus ou moins étanches et revêtue d’une connotation carcérale.

  • 31 Lamy 2004, 196.
  • 32 Mousnier 2006, 233-235.
  • 33 Pon & Cabanot éd. 2004, 324, no 152.

14Certes, on assiste bien, tout au long de la période, à un processus de territorialisation des pouvoirs, dont rendent compte aussi bien l’anthroponymie aristocratique que l’existence, dans les chartes, de titres seigneuriaux rapportés à un pays ou quelques termes spécifiques (comme le bien vague terra). Des ressorts seigneuriaux sont déjà géographiquement délimités et les règlements de conflits permettent de rigidifier des confins disputés31. Certains seigneurs, comme les cisterciens autour de leurs granges, constituent aussi des ensembles fonciers cohérents par des remembrements ou par l’élimination de dominations concurrentes32. À en juger par les craintes du vicomte de Soule, dans les Pyrénées, d’être attaqué sur le chemin reliant les différentes parties de son honneur, la polynucléarité des seigneuries peut être vue comme une source de menaces33. Mais la spatialisation du prélèvement que révèle le classement géographique des censiers du xiiie siècle n’est souvent rien d’autre qu’une affaire de représentations. La seigneurie reste un territoire discontinu plus ou moins polarisé depuis des lieux symboliques, “publics”, sacralisés ou à vocation économique, et s’étendant de façon réticulaire sur des espaces voisins à travers un écheveau de dominations emboîtées.

  • 34 Barthélemy 2004.
  • 35 Guyotjeannin 2002, 222.

15Le plus fréquemment, la seigneurie se révèle être un nœud de pouvoirs enchevêtrés, organisé autour du prélèvement ou fondé sur un rapport de domination dont les contemporains eux-mêmes n’appréhendent pas forcément l’ensemble des parties prenantes. Elle constitue un ensemble de droits constamment remodelé, fruit d’adaptations entre conservation coutumière, abandons ou réaménagements. En Angleterre et en Normandie, le parage, norme juridique bien établie et protégée par la royauté, règle les rapports entre aînés et puînés. En revanche, une coseigneurie moins codifiée et plus conflictuelle est le lot de bien des principautés méridionales de l’Empire Plantagenêt. Dans les faits, ce degré d’enchevêtrement des droits mitige largement la globalité du concept de dominium et l’encellulement, même au xiie siècle, est largement incomplet34. Dans le détail, la superposition et l’emmêlement des droits seigneuriaux ne sont pas faciles à restituer, la cartographie en est quasiment impossible35. Résultant de compromis familiaux ou vassaliques, ces situations paraissent tellement répandues qu’on en est réduit à se demander si la seigneurie n’a pas davantage fonction à asseoir des clientèles plutôt qu’à participer à l’encadrement du pays.

  • 36 Fossier [1982] 1989, 402.
  • 37 Feller 2007, 141.
  • 38 Bonnassie 2000, Boutoulle 2007, 275-284.

16La vision que nous nous faisons de la seigneurie n’échappe pas non plus aux préoccupations de notre époque, ce que montre bien le traitement de sa dimension économique, qui prend sensiblement le pas sur celle d’encadrement des hommes. Il y a vingt-cinq ans, R. Fossier dans l’Enfance de l’Europe commençait son chapitre sur le ban par “contrôler” (le château, les réquisitions, le gîte, corvée et tailles) et le poursuivait par “exploiter” (péages, mesures…)36. Aujourd’hui L. Feller consacre un chapitre entier de son manuel à l’économie seigneuriale. Il y voit les seigneurs comme des “opérateurs” ou “des entrepreneurs susceptibles d’investir dans des entreprises économiques d’envergure qui leur permettent d’améliorer leurs revenus”, les châteaux comme des “centres de commandement économiques militarisés”, la seigneurie comme “un organisme économique dont la fonction est d’assurer un revenu au seigneur, par certains côtés comparable à une entreprise parce qu’elle est un instrument d’organisation de la production et d’encadrement du travail paysan qui requiert des savoir-faire techniques et gestionnaires”37. L’analyse de Mathieu Arnoux sur les moulins et les marchés seigneuriaux en Normandie s’inscrit pleinement dans ce renouveau historiographique. De fait, bien avant qu’Adam Smith n’individualise le champ de l’économique, avant même qu’un manuel comme le Dite de Hosebondrie de Walter de Henley n’établisse les règles de bonne administration d’une maison, les seigneurs manifestent un intérêt de plus en plus aigu pour l’économie en règle générale. À La Réole, en Gascogne bazadaise, dont les coutumes mises par écrit vers 1187-1188 constituent un inventaire des droits seigneuriaux rare dans le Midi de cette époque car tendant à l’exhaustivité, 41 % de ses 65 articles concernent les dispositions économiques, principalement relatives à la taxation des échanges38, une préoccupation qui n’est pas étrangère à l’intérêt des Plantagenêts pour l’Agenais, comme le montre la communication de Nicholas Vincent.

  • 39 Duby [1962] 1977, II, 133 et sq., Feller 2007, 145.
  • 40 Feller 2007, 147.

17Si cette sensibilité de l’historiographie contemporaine à l’économie seigneuriale n’est pas neuve, en revanche sa valorisation l’est davantage, et on ne peut s’empêcher d’y voir les effets d’une époque, la nôtre, où s’insinue à bien des niveaux le discours entrepreneurial et où les tensions sociales font le lit d’un nouveau matérialisme. Mais l’on apprécie mieux, ce faisant, la capacité des seigneurs à insérer les activités paysannes dans l’économie de marché ou leurs efforts pour faire évoluer les modalités du prélèvement, avec la réaction des seigneurs anglais des années 1170-1220 face à l’inflation, l’abandon de la ferme et le retour à la gestion directe par l’intermédiaire des reeve ou des steewart39. Le développement de tenures plus étroites que les manses d’ancienne manière, dont la large palette de servicia révèle une forme d’autosuffisance, entraîne chez les exploitants le recours au salariat. Parallèlement, l’augmentation relative du poids des redevances en argent au sein du prélèvement total, par la commutation des corvées, implique la participation des tenanciers au marché des denrées. Il n’est pas rare de relever une connexion entre l’organisation spatio-temporelle de la seigneurie et le calendrier des foires ou des marchés, déterminant les dates, les lieux du prélèvement voire l’adaptation des structures de stockage. On est plus attentif aux modifications et aux restructuration sous-jacentes à l’établissement ou à la transformation d’un impôt que consacre par exemple l’octroi d’une charte de franchise. En somme, pour les seigneurs, “la situation de rentier n’a pas été majoritaire en Europe”40.

  • 41 Guyotjeannin 2002, 229-230.
  • 42 Stocks 2001, Feller 2007, 158.
  • 43 Baschet 2004, 144.
  • 44 Couderc-Barraud 2005, 104, 131-132, 285-308.

18Change aussi notre perception de la dimension judiciaire de la seigneurie. Il y a encore quelques années la justice seigneuriale exercée sur les dépendants, dans cette période de hiérarchisation entre justice haute et justice basse, paraissait comme le symbole de l’oppression féodale, comme une source de revenus importants de seigneurs forcément injustes, car juges et parties, avides de lourdes amendes destinées à alimenter leurs caisses41. Il est vrai qu’en Angleterre, où D. Crouch nous rappelle l’existence de cours seigneuriales exerçant un droit criminel, les amendes consignées dans les court rolls constituent une source de revenus importants au xiiie siècle (1/10e en moyenne, 1/3 sur les Marches galloises) et que celles-ci sanctionnent des aspects quotidiens de la vie des communautés42. Certes aussi, les prises de cautions restent un puissant vecteur d’extorsions. Mais sur le continent, François Menant a pu établir le caractère “bonasse” de la justice seigneuriale du nord de l’Italie. Et l’on commence à envisager, grâce aux travaux sur les modes de résolution des conflits, le seigneur davantage comme un régulateur des contentieux opposants entre eux les membres de la communauté plutôt qu’un juge43. Les chartes de franchises gasconnes étudiées par H. Couderc-Barraud montrent des seigneurs reconnaissant aux habitants un recours à la violence légale et la capacité à régler eux-mêmes un certain nombre d’affronts, indépendamment de la cour seigneuriale44.

  • 45 Baschet 2004, 125 et sq.
  • 46 Debord 2000, 89-126 ; Morsel 2004, 88 et sq.
  • 47 Barthélemy 1993, 354, 472 ; Pichot 1995a. ; id. 1995b.
  • 48 Boutoulle 2007, 120 et sq. ; Feller 2007, 110, 120.

19Parallèlement, la seigneurie s’expose comme une structure moins monolithe. Malgré la persistance de simplifications commodes mais finalement réductrices45, on revient vers une typologie plus nuancée, plus ouverte, moins braquée sur l’emblématique seigneurie châtelaine, à quoi est fréquemment ramenée toute forme de seigneurie banale46. C’est justement dans cet espace que D. Barthélémy pour le Vendômois et D. Pichot pour le Bas Maine ont mis en évidence ces “seigneuries locales” ou “de villa”, comme celle des Deux-Evailles, une seigneurie à la marge des seigneuries de Laval et de Mayenne, bien connue grâce à son cartulaire ; depuis leur manoir de la Beschère (une maison forte installée sur un toponyme caractéristique), ces seigneurs avaient la justice, une coutume sur les ventes de blé et la banalité du moulin47. Récemment identifiées plus au sud, ces seigneuries non châtelaines mais justicières, éventuellement péagères, contrôlant églises, dîmes, terres publiques et cours d’eaux, perpétuent une forme d’encadrement des hommes antécédent la révélation documentaire du xie siècle et la diffusion du système castral en autant de déclinaisons du domaine postcarolingien, finalement pas si éloignées du manoir à l’anglaise48. Cependant par les liens, féodaux ou familiaux, les unissant souvent aux castra, bien de ces seigneuries locales semblent être générées à l’intérieur des châtellenies. Elles constituent le cadre dans lequel se déroule la “descente du château” de milites choisis qui contribuent à resserrer le pouvoir sur les dépendants du ressort castral.

  • 49 Ravier & Cursente éd. 2005.
  • 50 Boutoulle 2007, 56-69.
  • 51 Bibliothèque municipale de Bordeaux, Petit cartulaire de La Sauve Majeure, Ms 770, p. 128.

20Un cran au-dessus, les fiscs, c’est-à-dire les domaines royaux, ducaux ou comtaux, sont réévalués alors que, sur le continent, ils passent pour avoir été désagrégés par la multiplication des seigneuries banales. Le cartulaire de Bigorre, que Benoît Cursente et Xavier Ravier viennent d’éditer, montre bien l’importance territoriale d’un dominium comtal des xiie et xiiie siècles49. De l’Adour jusqu’à la Gironde, le duc est incontestablement le premier des seigneurs territoriaux de la région50. Les contributions de Richard Barton, Gaël Chenard et Patrice Barnabé révèlent des fiscs traversés par les mêmes processus que les seigneuries, patrimonialisés d’abord par les familles princières, peu à peu dotés d’agents qui sont parfois eux-mêmes seigneurs châtelains, et dont l’autorité, à l’instar de celle du Maréchal en Irlande que dessine la communication de Marie-Thérèse Flanagan, n’a rien à envier à celle des barons de la tétrarchie poitevine décrits par Géraldine Damon. Dans les domaines comme dans les seigneurie, l’alourdissement du prélèvement se ressent, sans parler des processus de détachement qui finissent par générer de nouvelles seigneuries. Le discours des sujets lui-même n’est pas anodin. Ainsi, dans les années 1230, les habitants du domaine ducal en Bordelais voient l’autorité du roi-duc comme un dominium et considèrent qu’ils tiennent de lui leurs alleux : la seigneurialisation est aussi une affaire de représentations51.

  • 52 Sur ce sujet, voir aussi par exemple Debord 2000, 110 ; Feller 2007, 163 ; Boutoulle 2007, 131.
  • 53 Voir les graphiques de J.-J. Larrea pour la Navarre (Larrea 1998, 589) et de D. Pichot pour le Bas (...)

21S’il est un aspect que l’on appréhende mal c’est l’évolution de l’importance globale du prélèvement seigneurial, à force de n’en discerner que des aspects souvent divergents, faute aussi de pouvoir le quantifier aussi finement que dans les seigneuries des Rotrou analysées ci-dessous par Kathleen Thompson. Ainsi en est-il des banalités, dont la plus célèbre, celle du “monopole” de mouture, est débattue dans ce volume par Cédric Jeanneau, Daniel Pichot et M. Arnoux, à la manière d’une disputatio dialectique”52. Cependant la tendance de fond paraît être à l’alourdissement, comme l’ont montré les travaux de D. Pichot pour le Bas Maine, avec, au xiie siècle, des cens relativement modestes, des tailles et des banalités qui ne paraissent pas trop pesantes, alors qu’à la fin du xiie siècle et pendant la première moitié du xiiie siècle, au moment où se précise une organisation spatiale différente : les cens augmentent, les mentions de taille tarifée et abonnée se multiplient, la châtellenie prend un sens territorial, la pression seigneuriale s’adapte au cadre paroissial et les seigneuries locales fleurissent53. Les exemples présentés par A. Renoux, Cl. Lamy, G. Damon, B. Cursente ou C. Jeanneau révèlent l’ampleur des mutations de la seigneurie au xiiie siècle.

  • 54 Barthélemy 1993, 738.
  • 55 Demade 2007, 318.

22Les enquêtes régionales qui fondent l’historiographie de la question se sont attachées à repérer l’apparition dans les textes de nouvelles prestations pesant sur les dépendants et à périodiser leur diffusion. Ainsi en Vendômois, c’est dans la seconde moitié du xiie siècle qu’un nouveau système fiscal s’achève et se régularise autour du trinôme vicaria/taille (ou aide)/bian (ou corvée), en lieu et place au vieux binôme de la commendise et de la vicaria54. Dans l’ensemble de notre période et même vers son aval, d’autres changements affectent la temporalité du prélèvement, selon des combinatoires complexes, pas toujours contemporaines, et que Julien Demade a récemment schématisé. Un cas de figure voit le “passage d’un prélèvement arbitraire à un prélèvement régulier inter-annuellement (tailles abonnées) et structuré intra-annuellement (concentration des cens en nature et en argent après les récoltes)”55.

  • 56 Sassier 1994, 287-291.
  • 57 Lemesle 2006 sur la précocité de la principauté angevine de la mise en place d’un personnel admini (...)
  • 58 Debord 1984, 380-382.
  • 59 Boutoulle 2007, 268-269 (note 9).

23La superposition des pouvoirs englobants au-dessus des seigneuries est un phénomène bien illustré dans l’espace Plantagenêt. Cela se traduit, en Normandie de manière précoce, par l’émergence d’un corps de règles applicables à un pagus ou à un groupe de pagi, appelées coutumes, progressivement dotées d’une portée territoriale56. Les contributions de Maïté Billoré et de David Crouch permettent de suivre le processus, alimenté par les progrès de la justice princière ou royale s’exerçant au détriment des cours seigneuriales par le jeu des appels et de la mise en place d’un personnel adapté à la cour ducale. L’alourdissement du dominium princier se lit aussi dans les domaines et dans les seigneuries de manière plutôt paradoxale car, pour un empire aussi vaste, dans lequel le pouvoir central paraît forcément lointain, les conditions sont a priori favorables au développement des pouvoirs locaux. Dans les pays de la Charente étudiés jadis par A. Debord, entre 1152 et 1224 le gouvernement des premiers Plantagenêts provoque d’abord un resserrement de l’encadrement administratif, avec une multiplication des prévôtés (une dizaine pour l’ensemble de l’Aquitaine)57. Il se manifeste surtout par des empiètements dans les successions ou, comme le disait Robert de Thorigny, par les “atteintes aux libertés des Poitevins”. Le roi prend les tutelles, marie des héritiers, occupe les terres des seigneurs défunts ou révoltés pour ne les restituer que contre hommage58. Cette politique a surtout de visées fiscales. En 1214, il faut à Pierre IV de Bordeaux débourser 20 000 sous pour avoir la garde de l’honneur de Blanquefort et pour pouvoir marier sa fille, héritière de cet honor. Or une trentaine d’années plus tôt, son père, Pierre III, avait pu confier la garde de sa domus et de ses héritiers à d’autres membres de la famille, librement, sans aucune intervention royale. “Corruption anglaise” ! C’est ainsi que des Bordelais au début du xiiie siècle jugent la réserve ducale sur les gardes et les tutelles imposée par les premiers Plantagenêts59. À la question de savoir comment ce renforcement du pouvoir englobant, perceptible aussi bien dans les domaines qu’en dehors, à joué vis-à-vis de celui des pouvoirs locaux, l’analyse des trois aides normandes menée par Daniel Power apporte une réponse lumineuse.

  • 60 Debord 1984, 431 ; Id. 2000, 129.
  • 61 Baschet 2004, 111-147 ; Mousnier 2006, 167-169.
  • 62 Bourin & Freedman dir. 2000.
  • 63 Hyams 1980, 2006.
  • 64 Genêt 1995, 34.

24La puissance de la vague de fond portant le renforcement des dépendances et des dominations seigneuriales est diversement appréciée. Les auteurs ont pris l’habitude d’en mesurer l’importance par la baisse des pourcentages d’alleux relevés dans la documentation, expliquée par des conversions en fiefs, les donations à l’Église ou l’intégration à la seigneurie, en oubliant un peu rapidement que ces tendances statistiques sont surtout induites par les évolutions documentaires60. Or, la permanence, par endroits, de l’alleu, dont R. Boutruche a fait au lendemain de la Libération le symbole de la lutte contre le régime féodal, nous invite à nuancer les généralisations par trop hâtives sur le triomphe de la société seigneuriale61. Cependant une des évolutions maintenant les mieux connues concerne, dans le monde des dépendants de la seigneurie, l’apparition et la diffusion de nouvelles servitudes dont les tables rondes de Nanterre et de Rome (1997-1999) ont donné un large aperçu62. Du villainage anglais à la questalité gasconne, des dépendances ce sont institutionnalisées pendant les années 1180-1230 sans se limiter à l’espace Plantagenêt puisque, comme les villains d’outre-Manche, les remenses catalans sont placés hors du droit commun63. On connaît le rôle des nouveaux professionnels de la justice et des juges royaux dans la consolidation du servage anglais. Pour savoir qui pouvait aller devant les cours royales et y revendiquer la common law, les juges royaux ont tranché à partir de l’ascripticius glebae du droit romain et du test de la corvée : la tenure coutumière, parce que devant des corvées, devient à leurs yeux servile, ce qui fait basculer dans la servitude plus de la moitié de la paysannerie anglaise64.

  • 65 Menant & Jessenne dir. 2007.

25Un autre facteur d’enrichissement de la recherche sur le domaine qui nous préoccupe concerne les agents de la seigneurie, dont on traque depuis longtemps les périodes d’apparition, la relative densité, les liens avec le servage et la chevalerie, ou la capacité à générer de nouvelles seigneuries. Le groupe des auxiliaires est englobé dans la réflexion sur les élites, rurales ou urbaines, puisque parmi les multiples facteurs favorisant l’émergence et le maintien des élites, la fonction d’intermédiaire du prélèvement seigneurial est un moyen de s’imposer socialement65. L’élargissement du spectre des intermédiaires des pouvoirs locaux revient à examiner l’articulation entre notables et seigneurie car les communautés rurales que l’on considère habituellement laminées par la généralisation des pouvoirs seigneuriaux et qui se révèlent pourtant, ça et là, au gré des opportunités documentaires, ont généré des élites qui ont dû composer avec les pouvoirs princiers ou seigneuriaux, par l’exercice de ces fonctions de médiation. On retrouve leur trace dans bien des chartes de franchises. Leur progressive substitution par les prévôts et autres viguiers ne s’est pas faite sans heurts.

  • 66 Viader à paraître.
  • 67 Bloch [1936] 1967, Boussard 1956, Touati 2007.

26D’autres points mériteraient aussi d’être mis en exergue, d’autres tendances de fond, comme le poids de la rente ecclésiale dans les revenus seigneuriaux de ces siècles post-grégoriens et que l’Église, malgré le faux-semblant des inféodations de dîme, est loin d’avoir “récupérée” au xiiie siècle66. Le sujet, il faut le reconnaître, est tellement vaste qu’il est difficile d’embrasser chaque aspect de la trame qui vient d’être rappelée à grands traits. D’où la diversité des approches, qu’il s’agisse des synthèses ou des communications plus monographiques, sur toutes les parties de l’Empire Plantagenêt. Les contributions rassemblées dans ce volume ont suivi non une grille d’analyse précise, mais un questionnement ouvert en amont faisant ressortir quelques axes de réflexion comme le poids de l’action princière, l’évolution des formes de prélèvements ou les signes de territorialisation. Chacun des auteurs s’étant efforcé de les suivre, le classement des communications est, non pas thématique, mais géographique. Le cadre franco-anglais, sur le même sujet de la seigneurie, a été le théâtre des essais de Marc Bloch en histoire comparée et de la synthèse de Jacques Boussard67. Quoi que la méthode comparatiste se heurte à bien des écueils, comme celui de la polysémie des redevances qui fausse souvent les comparaisons, K. Thompson et D. Power ont heureusement pu la reconduire un demi-siècle après J. Boussard.

27Des lambris du Grand Théâtre de Bordeaux aux voûtes de l’église monolithe de Saint-Émilion, ces trois journées, riches d’échanges et de convivialité, doivent beaucoup aux auteurs qui ont répondu au texte du projet. Elles sont aussi redevables aux personnes et institutions suivantes : les membres du programme de l’UMR Ausonius “Résidences et territoires seigneuriaux dans la Gascogne médiévale et ses marges” (Axe Aquitaine), dont Sylvie Faravel et Philippe Araguas, l’UMR Ausonius et son directeur Raymond Descat, l’Institut Universitaire de France et Martin Aurell, le CNRS, l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III et son président Singaravelou, le CESCM, l’Université de Poitiers, le Conseil général de la Gironde, le Conseil régional de la région Aquitaine, le GDR France-Îles Britanniques, la municipalité de Saint-Émilion, l’Office du Tourisme de Saint-Émilion, Jean-Luc Piat, Judith Canal, la Société Archéologique de Bordeaux, Marie-France Lacoue-Labarthe, J.-M. Debruge, Xavier Roborel de Climens, la société Historique et Archéologique de Saint-Émilion et sa présidente Mireille Lucu, le Centre Léo Drouyn de Bouliac, Jacques Lacoste et Christian Gensbeitel. Dominique Barthélemy, Patrick Henriet, Françoise Lainé, Philippe Araguas, Jean-Philippe Genêt et Stéphane Boisselier ont bien voulu présider et éclairer nos séances de travail. Les collègues et le personnel d’Ausonius ont maintes fois apporté une précieuse et souriante assistance : Carole Baisson, Sylvie Maleret, Roger de Brézé, Nathalie Peixoto, jusqu’à la publication des actes de ces journées, assurée avec diligence par Nathalie Tran. Que toutes et tous soient vivement remerciés.

Bibliographie

SOURCES

Bailey, éd. M. (2002) : The English Manor c. 1200-c. 1500, Selected sources translated and annotated, Manchester University Press.

Bertran de Born, éd. G. Gouiran (1985) : L’Amour et la Guerre. L’œuvre de Bertran de Born, Aix-en-Provence.

Pon, G. et J. Cabanot, éd. (2004) : Cartulaire de la cathédrale de Dax, Liber Rubeus, (XIe-XIIe siècles), Dax, CEHAG.

Ravier, J. et B. Cursente, éd. (2005) : Le cartulaire de Bigorre (XIe-XIIIe siècle), Paris, CTHS.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aurell, M. (2003) : L’Empire des Plantagenêt, 1154-1224, Paris, Perrin.

Aurell, M et N. Y. Tonnerre, dir. (2006) : Plantagenêts et Capétiens : confrontations et héritages, actes du colloque international tenu à Poitiers et Fontevraud, les 13, 14 et 15 mai 2004, Turnhout, Brepols.

Barraud, D., Hautefeuille, F. et Chr. Remy, dir. (2006) : Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, Xe-XVe siècles. Recherches archéologiques récentes, 1987-2002, Actes du colloque de Pau, 3, 4, 5 octobre 2002, Archéologie du Midi médiéval, supplément no 4, Carcassonne.

Barthélemy, D. (1990) : L’ordre seigneurial. XIe-XIIe siècle. Nouvelle histoire de la France médiévale, Paris, Le Seuil.

— (1993) : La société dans le comté de Vendôme de l’an Mil au XIVe siècle, Paris, Fayard.

— (1999) : “Seigneurie”, in : Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, s.d. J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt, Paris, Fayard, 1056-1066.

— (2004) : “Deux mutations du féodalisme”, in : Les pouvoirs locaux dans la France du Centre et de l’Ouest (VIIIe-XIe siècles), Implantation et moyens d’action, s.d. D. Barthélemy et O. Bruand, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 233-248.

— (2005) : “La mutation de l’an 1100”, Journal des Savants, janvier-juin, 3-28.

Baschet, J. (2004) : La civilisation féodale. De l’an Mil à la colonisation de l’Amérique, Aubier, Paris.

Berthe, M. (1994) : “Chartes de coutumes et libertés rurales dans le Midi de la France au Moyen Âge”, in : Toulouse et le Midi toulousain entre terre et ciel du Moyen Age à nos jours, Actes du 47e congrès de la Fédération des sociétés académiques et savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Toulouse, Association les amis des archives de la Haute-Garonne, 29-42.

Bisson, Th. N. (1985-1986) : “The Crisis of the Catalonian Franchises (1150-1200)”, in : La formació i l’expansió del feudalisme català (numéro spécial d’Estudi general, 5-6), 153-172.

— (1998) : Tormented voices. Power, crisis, and Humanity in rural Catalonia 1140-1200, Cambridge Ma.-Londres, Harvard University Press.

— (2002) : “Lordship and dependance in Southern France (1050-1200)”, in : Senores, sirvos, vasallos en la alta edad media, XVIII Semana de Estudios Medievales, Estella, 16 a 20 de julio de 2001, Pampelune, Gobierno de Navarra, 413-439.

Bloch, M. [1936] 1967 : Seigneurie française et manoir anglais, Paris, Colin.

Bonnassie, P. (2000) : “Seigneurie et féodalité en Bordelais d’après les vieilles coutumes de La Réole”, in : Les origines de la féodalité, centenaire de la naissance de Claudio Sanchez Albornoz, colloque international CNRS tenu à Talence le 23 octobre 1993, Madrid, Casa de Velasquez, 111-125.

Boureau, A. (2001) : La loi du royaume : les moines, le droit et la construction de la nation anglaise : XIe-XIIIe siècles, Paris, Belles-Lettres.

Bourin, M. et P. Freedman, dir. (2000) : La servitude dans les pays de la Méditerranée occidentale chrétienne au XIIe siècle et au-delà : déclinante ou renouvelée ? Actes de la table ronde de Rome, 8 et 9 octobre 1999, Rome, Mélanges de l’École française de Rome, Bourin, M. et P. Martínez Sopena, dir. (2004) : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, Paris, Pub. de la Sorbonne.

— (2007) : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Les mots, les temps, les lieux, colloque tenu à Jaca du 5 au 9 juin 2002, Paris, Pub. de la Sorbonne.

Boussard, J. (1956) : Le gouvernement d’Henri II Plantagenêt, Abbeville.

Boutoulle, Fr. (2007) : Le duc et la société. Pouvoirs et groupes sociaux dans la Gascogne bordelaise au XIIe siècle (1075-1199), Bordeaux, Ausonius.

Brunel, G. (2004) : “La France des corvées. Vocabulaire et pistes de recherches”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, dir. M. Bourin, et P. Martínez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 271-290.

Carrocci, S. (2002) : “I signori : il dibatto concetuale”, in : Senores, sirvos, vasallos en la alta edad media, XVIII Semana de Estudios Medievales, Estella, 16 a 20 de julio de 2001, Pampelune, Gobierno de Navarra, 147-181

Chédeville, A. (1993) : “Immunités, franchises et communes : les libertés dans l’Ouest de la France”, in : Liberté et libertés. VIIIe centenaire de la charte de franchises d’Aoste, Colloque international, Aoste 20-21 septembre 1991, Région autonome de la vallée d’Aoste, 55-72.

— (2002) : “Le mouvement communal en France aux XIe et XIIe siècles, ses éléments constitutifs et ses relations avec le pouvoir royal”, in : Bonnes villes du Poitou et des pays charentais du XIIe au XVIIIe siècles (communes, franchises, libertés), Actes du colloque tenu à Saint-Jean-d’Angély, les 24-25 septembre 1999, dir. Favreau R., Rech R. Riou Y.-J., Société des Antiquaires de l’Ouest, 9-24.

Clanchy, M. [1979] 1993 : From Memory to written Records, England 1066-1307, Oxford-Cambridge, Blackwell.

Contamine Ph., dir. (2002) : Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les Grands, le peuple, 481-1514, Histoire de la France politique, Paris, Le Seuil.

Couderc-Barraud, H. (2005) : Le mode de résolution des conflits en Gascogne du milieu du XIe au début du XIIIe siècle (1220), thèse de doctorat de l’université Toulouse-le-Mirail, s.d. B. Cursente publiée La violence, l’ordre et la paix. Résoudre les conflits en Gascogne du XIe au début du XIIIe siècle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009.

Crouch, D. (2005) : “Les historiographies médiévales franco-anglaises : le point du départ”, Cahiers de Civilisation médiévale, 48e année, 192, oct.-dec., 317-327.

Davies, W. (2004) : “Labour Service in Brittonic Areas”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 321-335.

Débax, H., éd. (2008) : Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Debord, A. (1980) : “Les bourgs castraux dans l’Ouest de la France”, in : Châteaux et peuplements en Europe occidentale du Xe au XVIIIe siècle, Premières journées internationales d’histoire 20-22 septembre 1979, Flaran, Auch, 57-73.

— (1984) : La société laïque dans les pays de la Charente (Xe-XIIe siècle), Paris, Picard.

— (1995) : “Terres et revenus de N.-D. de Barbezieux à la fin du XIIe siècle”, in : Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, É. Mornet dir., Paris, Pub. de la Sorbonne, 533-549.

— (2000) : Aristocratie et pouvoir. Le rôle du château dans la France médiévale, Paris, Picard.

Demade, J. (2007) : “Du prélèvement à la ponction : temps du prélèvement et marché des denrées”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Les mots, les temps, les lieux, colloque tenu à Jaca du 5 au 9 juin 2002, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne.

Duby, G. [1953, 1971] 1982 : La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris, Colin.

— [1962] 1977 : L’économie rurale et la vie dans les campagnes dans l’occident médiéval, Paris, Flammarion.

Durand, A. (1998) : Les paysages médiévaux du Languedoc (Xe-XIIe siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Dyer, Chr. (2007) : “The Language of Oppression. The Vocabulary of Rents and Services in England, 1000-1300”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Les mots, les temps, les lieux, colloque tenu à Jaca du 5 au 9 juin 2002, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 71-85.

Faith, R. (1997) : The English Peasantry and the Growth of Lorsdhip, Leicester.

Favreau, R. (2002) : “Naissance des communes en Poitou, Aunis, Saintonge et Angoumois”, in : Bonnes villes du Poitou et des pays charentais du XIIe au XVIIIe siècles (communes, franchises, libertés), Actes du colloque tenu à Saint-Jean-d’Angély, les 24-25 septembre 1999, éd. Favreau R., Rech R. Riou Y.-J., Société des Antiquaires de l’Ouest, 151-165.

Feller, L. (2007) : Paysans et seigneurs au Moyen Âge. VIIIe-XVe siècles, Paris, Colin.

Fossier, R. [1982] 1989 : Enfance de l’Europe. Aspects économiques et sociaux, Paris, PUF. Nouvelle Clio, 2 vol.

Freedman, P. (1985-1986) : “Peasant servitude in Catalonia in the Thirteenth Century”, La formació i l’expansió del feudalisme català (numéro spécial d’Estudi general, 5-6).

Galop, D. (1998) : La forêt l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée, Toulouse, GEODE, Laboratoire d’Ecologie Terrestre et FRAMESPA.

Genêt, Ph. (1995) : “Les courts rolls anglais”, in : Comprendre le XIIIe siècle, Études offertes à Marie-Thérèse Lorcin, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 29-39.

Guerreau, A. (2001) : L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Age au XXIe siècle ?, Paris, Le Seuil.

Guyotjeannin, O. (2002) : “1060-1285”, in : Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les Grands, le peuple, 481-1514, Contamine Ph. dir. coll. Histoire de la France politique, Paris, Le Seuil, 173-283.

Harding, A. (1993) : England in the Thirteenth Century, Cambridge.

Harvey, P. D. A. (2007) : “How did English lords profit from their tenants (1000-1150)”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Les mots, les temps, les lieux, colloque tenu à Jaca du 5 au 9 juin 2002, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 393-398.

Hyams, P. (1980) : Kings, Lords and Peasants in Medieval England : The Common Law of Villeinage in the Twelth and Thirteenth Centuries, Oxford.

— (2006) : “La joie de la liberté et le prix de a respectabilité. Autour des chartes d’affranchissement anglaises et d’actes français analogues (v. 1160-1307)”, Bibl. École des chartes, t. 164, 371-389.

Jeanneau, C. (2006) : Le Bas-Poitou du Xe au milieu du XIIIe siècle : organisation de l’espace, affirmation du lignage et évolution des structures de la société, thèse de doctorat U. Poitiers, s.d. M. Aurell.

Lamy, Cl. (2004) : “Un aspect de la seigneurie châtelaine. La vicaria de Rochecorbon en Touraine au XIe siècle”, in : Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIIIe-XIe siècles), Implantation et moyens d’action, s.d. D. Barthélemy et O. Bruand, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 193-215.

Larrea, J.-J. (1998) : La Navarre du IVe au XIIe siècle. Peuplement et société, Paris - Bruxelles, De Boeck.

Lemesle, B. (2006) : “La cause du peuple dans la Vie de Geoffroy de Jean de Marmoutier”, in : Plantagenêts et Capétiens, confrontations et héritages, dir. M. Aurell et N.-Y. Tonnerre, Turnhout, Brepols, 447-459.

Louise, G. (1992) : La seigneurie de Bellême : Xe-XIIe siècles : dévolution des pouvoirs territoriaux et construction d’une seigneurie de frontière aux confins de la Normandie et du Maine, à la charnière de l’an mil, Flers, Le Pays Bas-Normand.

Menant, Fr. et J.-P. Jessenne, dir. (2007) : Les élites rurales dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XXVIIe Journées Internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, 9, 10, 11 septembre 2005, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Morsel, J. (2004) : L’aristocratie médiévale Ve-XVe siècle, Paris, Colin.

Mousnier, M. (2006) : L’abbaye cistercienne de Grandselve et sa place dans l’économie et la société méridionale (XIIe-XIVe siècles), Méridiennes, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

— (2007) : “Seigneurs en quête d’universitas dans la France méridionale. De la corne d’abondance à la fontaine de miséricorde”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Les mots, les temps, les lieux, colloque tenu à Jaca du 5 au 9 juin 2002, dir. M. Bourin et P. Martínez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 197-221.

Musset, L. (1966) : “Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle”, Cahiers de Civilisation médiévale, 9, 177-208.

Poly, J.-P. et É. Bournazel (1980) : La mutation féodale, XIe-XIIe siècle, Paris, PUF, Nouvelle Clio.

Pichot, D. (2004) : “Le prélèvement seigneurial dans l’ouest de la France (XIe-XIIIe siècles)”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 607-629.

— (1995) : Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne.

— (1995b) : “Les Deux-Évailles : une famille de la petite aristocratie du Bas-Maine (1211-1358)”, in : Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, É. Mornet dir., Paris, Pub. de la Sorbonne, 473-487.

Schofield, Ph. R. (2004) : “Seigneurial Exactions in eastern England, c. 1050-1300”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 384-405.

Stocks, K. J. (2001) : “Manorial Court in England in the Early Thirteenth Century”, in : Thirteenth Century England, VIII, Proceedings of the Durham Conference, 1999, ed. M. Prestwich, R. Britnell & R. Frame, Boydell Press, 136-142.

Senseby, Ch. (1997) : “Un aspect de la croissance : le développement des bourgs aux confins du Poitou, de l’Anjou et de la Touraine (XIe-XIIe siècles)”, Journal des savants, 60-98.

Thompson, K. (2002) : Power and border lordship in medieval France : the county of the Perche, 1000-1217, Woodbridge.

Touati, Fr.-O. (2007) : Marc Bloch et l’Angleterre, Paris.

Trabut-Cussac, J.-P. (1957) : “Les possessions anglaises de l’abbaye de La Sauve-Majeure, Le prieuré de Burwell (Lincolnshire)”, Bulletin philologique et historique du Comité de travaux historiques et scientifiques, 137-182.

Turner, R. V. (1978) : “The Miles Literatus in 12th and 13th century England”, The American Historical Rewiew, 83, 928-945.

Viader, R. (à paraître) : La dîme dans l’Europe médiévale et moderne. 30e journées internationales d’histoire de Flaran, 3 et 4 octobre 2008.

Wickham, Chr. (2004) : “Defining the Seigneurie since the war”, in : Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Colloque tenu à Medina del Campo du 31 mai au 3 juin 2000, dir. M. Bourin et P. Martinez Sopena, Paris, Pub. de la Sorbonne, 43-51.

Notes

1 Pon & Cabanot éd. 2004, no 9.

2 Guyotjeannin 2002, 219.

3 Ce colloque entre dans les actions du programme de recherches de l’UMR Ausonius “Résidences et territoires seigneuriaux de la Gascogne médiévale”, Axe Aquitaine, animé par S. Faravel, Ph. Araguas et Fr. Boutoulle.

4 Aurell & Tonnerre dir. 2006.

5 Trabut-Cussac 1957.

6 Barthélemy 1990, 199-230 ; Guyotjeannin 2002.

7 Feller 2007, Bourin & Martínez Sopena 2007

8 Débax 2008 ; Les pouvoirs territoriaux en Italie centrale et dans le sud de la France. Hiérarchies, institutions, langages, xiie-xive siècles. Études comparées, dir. G. Castenuovo et A. Zorzi, Rome 1er décembre 2006, Chambéry 4 mai 2007.

9 Le terminus ad quem a été fixé au milieu du xiiie siècle, quand par le traité de Paris la configuration des territoires prend un tour plus définitif et que le nouveau servage s’institutionnalise. Concernant les sources, cette période permet d’englober les débuts d’une phase radicalement nouvelle autour des années 1230, plus normée (Barthélemy 1993, 73), dans laquelle le flot montant des baux fonciers permet de mieux appréhender le lien entre seigneur et exploitant, mais aussi, pour l’Angleterre, de se placer avant la phase de prolifération de la comptabilité manoriale. Ce calage chronologique bien au-delà de la période de domination des Plantagenêts sur les territoires perdus par Jean sans Terre en 1204, permet en outre de voir les effets du changement de pouvoir englobant dans les seigneuries.

10 Au sein d’une liste particulièrement fournie, citons Louise 1992, Debord 1995, Thompson 2002, Jeanneau 2006.

11 Schofield 2004, Davies 2004, Pichot 2004.

12 Pour la pertinence de l’expression d’“Empire Plantagenêt”, voir Aurell 2003, 9-12.

13 Fossier [1982] 1989, 564-570, Pichot 2004, 610.

14 Point dans Brunel 2004, qui montre qu’il n’y a pas de linéarité en France du nord-est dans le mouvement d’affranchissement des corvées.

15 Debord 1980, Musset 1966, Senseby 1997, Boutoulle 2007, 119.

16 Fossier [1982] 1989, 564.

17 Bisson 1985-86, Poly & Bournazel 1991, 219, Morsel 2004, 125

18 Duby [1953, 1971] 1982, 494 ; Debord 1984, 422 ; Feller 2007, 147.

19 Clanchy [1979] 1993, 74-78.

20 Clanchy [1979] 1993, 94-96.

21 Genêt 1995, Stocks 2001.

22 Guyotjeannin 2002, 235.

23 Debord 1984, 447-449, Chédeville 1993, Chédeville 2002, Favreau 2002, Berthe 1994, Mousnier 2007.

24 Chédeville 1993.

25 Couderc-Barraud 2005, 548.

26 Boureau 2001, 151-195 ; Turner 1978, 944.

27 Barraud et al. 2006.

28 Durand 1998, Galop 1998.

29 Crouch 2005.

30 Guerreau 2001, 26, Baschet 2004, 125, Feller 2007, 103, 122. Pour une critique du binôme banal/foncier Morsel 2004, 175-175, Wickham 2004.

31 Lamy 2004, 196.

32 Mousnier 2006, 233-235.

33 Pon & Cabanot éd. 2004, 324, no 152.

34 Barthélemy 2004.

35 Guyotjeannin 2002, 222.

36 Fossier [1982] 1989, 402.

37 Feller 2007, 141.

38 Bonnassie 2000, Boutoulle 2007, 275-284.

39 Duby [1962] 1977, II, 133 et sq., Feller 2007, 145.

40 Feller 2007, 147.

41 Guyotjeannin 2002, 229-230.

42 Stocks 2001, Feller 2007, 158.

43 Baschet 2004, 144.

44 Couderc-Barraud 2005, 104, 131-132, 285-308.

45 Baschet 2004, 125 et sq.

46 Debord 2000, 89-126 ; Morsel 2004, 88 et sq.

47 Barthélemy 1993, 354, 472 ; Pichot 1995a. ; id. 1995b.

48 Boutoulle 2007, 120 et sq. ; Feller 2007, 110, 120.

49 Ravier & Cursente éd. 2005.

50 Boutoulle 2007, 56-69.

51 Bibliothèque municipale de Bordeaux, Petit cartulaire de La Sauve Majeure, Ms 770, p. 128.

52 Sur ce sujet, voir aussi par exemple Debord 2000, 110 ; Feller 2007, 163 ; Boutoulle 2007, 131.

53 Voir les graphiques de J.-J. Larrea pour la Navarre (Larrea 1998, 589) et de D. Pichot pour le Bas-Maine (Pichot 2004, 629).

54 Barthélemy 1993, 738.

55 Demade 2007, 318.

56 Sassier 1994, 287-291.

57 Lemesle 2006 sur la précocité de la principauté angevine de la mise en place d’un personnel administratif nombreux.

58 Debord 1984, 380-382.

59 Boutoulle 2007, 268-269 (note 9).

60 Debord 1984, 431 ; Id. 2000, 129.

61 Baschet 2004, 111-147 ; Mousnier 2006, 167-169.

62 Bourin & Freedman dir. 2000.

63 Hyams 1980, 2006.

64 Genêt 1995, 34.

65 Menant & Jessenne dir. 2007.

66 Viader à paraître.

67 Bloch [1936] 1967, Boussard 1956, Touati 2007.

Auteur

Université de Bordeaux - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

 
La cour seigneuriale en Angleterre aux xiie-