Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

3. L'archéologue face à la fabrique judiciaire des corps

“La fouille et le prisonnier”. Prison Saint-Michel de Toulouse : archéologie d’une évasion et recherche de restes humains liés au devoir de mémoire

Patrice Georges-Zimmermann

Note de l’éditeur

Philippe Marsac

Texte intégral

1Dans la nuit du 2 au 3 août 1978, 5 détenus de la prison Saint-Michel réussissent à s’évader de façon assez rocambolesque en creusant un tunnel. Une fois repris, deux d’entre eux disent avoir découvert, au cours de leurs travaux d’évasion, une fosse remplie d’ossements humains. Ces déclarations sont restées sans suite, soit qu’on ne les croyait pas, soit qu’elles embarrassaient… Bien des années plus tard, en 2004, cette histoire – manifestement un secret de polichinelle pour certains – arrive aux oreilles de Mme Monique Delattre-Attia, une toulousaine qui recherche les restes de son père. Ce dernier était emprisonné dans cette prison juste avant la libération de la Ville rose, juste avant que sa trace ne soit perdue. Sa fille se sent alors concernée par cette découverte que d’aucuns ont tue durant des années. Grâce à l’énergie de cette femme, qui sera confrontée à tant d’obstacles et de déconvenues qu’il serait difficile ici de tous les lister, l’information sur la présence éventuelle d’ossements humains au sein de cette prison fait régulièrement la une de l’actualité, d’autant que des projets d’aménagement du lieu existe. La médiatisation de cette affaire, parfois au plan national, est en quelque sorte à l’origine de ce projet de recherche.

2Est-ce que des os humains sont bien inhumés dans l’enceinte de la prison ? Si oui, sont-ils liés à l’action de Nazis ayant géré une partie de la prison au cours du dernier conflit mondial ? C’est ce que tente de déterminer un projet archéologique lié à la justice et au devoir de Mémoire. Seule une opération de nature archéologique est en effet à même de confirmer la présence effective d’ossements humains et, dans ce cas, de les identifier et d’en déterminer le contexte. Ce qui par conséquent revient à s’intéresser à l’histoire de cette partie de Toulouse, aux spécificités architecturales de cette prison et à son histoire. Le projet, dont les lignes qui suivent rendent compte, a donc pour but de collecter la documentation et les témoignages disponibles, mais aussi de faire des observations in situ, en engageant notamment des méthodes non destructrices.

État des connaissances avant l’opération

Localisation

3La zone à explorer est localisée dans l’enceinte de la prison Saint-Michel, établissement carcéral construit au xixe s. (voir infra). Il se situe au 18bis de la Grande rue Saint-Michel à Toulouse (Haute-Garonne), dans le quartier du même nom, sur l’ancienne route qui reliait la Ville rose à Carcassonne (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de la prison Saint-Michel à Toulouse (Haute-Garonne) © Google Earth, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

Fig. 1. Localisation de la prison Saint-Michel à Toulouse (Haute-Garonne) © Google Earth, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

4Afin de “perpétuer la mémoire” et de “participer à la vie du quartier”, l’entrée de la prison a été inscrite au titre des Monuments Historiques par arrêté du 25 février 2011, avant que l’État ne transfère à la ville de Toulouse la gestion d’une prison déjà fermée depuis longtemps (voir infra). Cette entrée est constituée d’un castelet, i.e. un bâtiment cantonné de deux tours, d’une aile nord et d’une aile sud, du bâtiment administratif situé à l’est et de la cour d’honneur délimitée (fig. 2). La zone de recherche est éloignée de cette zone protégée, elle se localise entre le quartier 3 et l’enceinte située le long de la rue Saint-Denis (fig. 3).

Fig. 2. Le castelet d’entrée de la prison. On peut observer les deux tours emblématiques de l’établissement carcéral © Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

Fig. 2. Le castelet d’entrée de la prison. On peut observer les deux tours emblématiques de l’établissement carcéral © Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

Fig. 3. Localisation de la zone de recherche au sein de la prison © Google Earth, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

Fig. 3. Localisation de la zone de recherche au sein de la prison © Google Earth, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

Contexte archéologique et historique

  • 1 Vaginay 2009 ; Georges et al. 2014.
  • 2 Informations http://www.urban-hist.toulouse.fr/.

5Le contexte archéologique de ce territoire méridional de Tolosa est essentiellement celui de la riche occupation funéraire antique (sépultures à crémation)1. Toutefois, l’environnement proche de la prison n’a à ce jour livré aucun vestige anthropique lié à une activité funéraire. En effet, non loin de l’établissement, au coin de la grande rue Saint-Michel (n°17-19-21-23) et de la rue Saint-Léon (n°24-26-28), Michel Vidal a mené “une fouille d’évaluation” en 1991, préalablement à la réalisation d’un projet immobilier. Les sondages n’ont révélé qu’une couche de terre renfermant quelques artefacts d’époque contemporaine. Un suivi des terrassements, qui s’est révélé négatif, a aussi été effectué en mars 1992. En amont d’un projet immobilier, Olivier Gaiffe a également fait quelques sondages au coin de la grande rue Saint-Michel (n°1) et du boulevard des récollets (n°83) : seuls des remblais récents y ont été observés2.

  • 3 Nous remercions Michel Barrère pour cette information inédite.
  • 4 Section HH de Saint-Michel, 1ère feuille, échelle 1/1250.

6Plus récemment, en décembre 2011, une intervention mécanique réalisée au niveau du chemin de ronde de la prison (voir infra) a permis à Michel Barrère, Conservateur au Service Régional de l’Archéologie (SRA) d’Occitanie (site de Toulouse), de constater qu’aucune couche de nature archéologique, hors éléments liés à la construction de la prison Saint-Michel, n’a été entamée (fig. 4)3. En outre, rien dans les documents anciens – notamment le cadastre de Toulouse de 18304 – ne permet a priori d’expliquer la présence d’ossements humains à cet endroit (fig. 5). Notons toutefois qu’à proximité immédiate de la prison se plaçait l’orphelinat de Saint-Joseph de Bon-Secours. Créé de l’autre côté de la rue Saint-Denis en 1865, cet institut avait pour vocation d’éduquer et de doter des orphelines. Sa chapelle était implantée le long de la maison d’arrêt.

Fig. 4. Investigations sous la surveillance de M. Barrère (SRA Occitanie) © Monique Delattre-Attia.

Fig. 4. Investigations sous la surveillance de M. Barrère (SRA Occitanie) © Monique Delattre-Attia.

Fig. 5. Cadastre de Toulouse (1830) © Archives Municipales de Toulouse, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.

Fig. 5. Cadastre de Toulouse (1830) © Archives Municipales de Toulouse, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.
  • 5 Foucaud 2003.

7Les terrains choisis pour la prison présentaient au xixe s. un caractère campagnard marqué. En attendant de réunir les fonds nécessaires au projet, ils étaient loués à un particulier qui y faisait paître ses brebis avant de le cultiver. En 1859, la présence d’herbes vénéneuses dangereuses pour les enfants, des daturas, avait été signalée par le maire de Toulouse5.

  • 6 Les informations générales concernant l’histoire de la prison Saint-Michel, de sa création à sa d (...)

8S’il existe plusieurs contributions sur la prison Saint-Michel, aucun ouvrage ne synthétise l’ensemble des données concernant la prison. Nous verrons pourtant combien les différents aspects de la prison sont liés pour comprendre l’évasion et l’éventuelle présence d’ossements humains en son sein. En ce qui concerne l’histoire de la prison Saint-Michel et les événements à l’origine du projet, ils peuvent se résumer en quelques dates6 :

  • 1855 : L’architecte départemental Jacques Esquié conçoit la nouvelle maison d’arrêt de Toulouse sur demande du Conseil Général de la Haute-Garonne.

  • 1862-1869 : Construction de la prison.

  • 1870 : La prison est réquisitionnée comme hôpital pendant la guerre franco-prussienne.

  • 1872 : Arrivée des premiers prisonniers. La maison d’arrêt peut en accueillir 400.

  • 1940-1942 : Le régime de Vichy utilise la prison Saint-Michel pour interner des résistants arrêtés et condamnés à des peines de prison dans le cadre de sa politique répressive.

  • 11 novembre 1942-19 août 1944 : Occupation allemande à Toulouse. Les nazis enferment, torturent, exécutent des résistant(e)s à Saint-Michel. La prison est également un point de départ pour de nombreux déportés vers les camps de concentration en Allemagne et en Autriche.

  • Nuit du 2 au 3 août 1978 : Évasion de 5 détenus de la prison Saint-Michel, dont Cyprien E., alors en détention provisoire avant de comparaître devant la Cour d’assises. Ils ont creusé un tunnel. Ils auraient traversé une fosse comprenant des ossements humains.

  • 2000 : Le ministère de la Justice programme le transfert des détenus vers la maison d’arrêt de Seysses et le centre de détention de Muret.

  • Janvier 2003 : 528 détenus sont transférés à Seysses. La prison Saint-Michel n’est plus qu’un centre de semi-liberté.

  • 8 juin 2009 : Cyprien E. guide Mme Delattre-Attia et M. Mirassou dans les souterrains de la prison et permet de localiser selon lui l’entrée du tunnel d’évasion. Il fait un schéma du tunnel avec une localisation approximative de la fosse comprenant des ossements humains.

  • Octobre 2009 : Les derniers détenus quittent la prison Saint-Michel pour celle de Seysses.

  • 31 janvier 2011 : Le castelet (l’entrée de la prison), la cour d’honneur (où plusieurs résistants ont été fusillés) et les bâtiments qui la bordent sont inscrits au titre des Monuments Historiques.

  • 7-8 décembre 2011 : Investigations de Michel Barrère, Conservateur du SRA, à l’aide d’un engin mécanique et en présence d’un représentant de M. Carrère (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC)).

Importance scientifique du site

9Après l’arrivée des forces nazies, la prison Saint-Michel devient le principal lieu d’emprisonnement des résistants. Si d’autres lieux de détention existent, les personnes interpellées par la Gestapo sont systématiquement dirigées vers la prison Saint-Michel. Trois ailes sur cinq sont dévolues à cette police politique du iiie Reich ; aucun document n’existe a priori sur la gestion des sous-sols. Le plan de la prison réalisé de mémoire par Pierre Charles Lespinasse, contrairement à ce que pourrait laisser croire la représentation du bâtiment en coupe à côté de la légende, ne livre aucune information sur les sous-sols. Dans ce “quartier allemand”, surveillé par des soldats allemands, s’entassent, dans des conditions particulièrement difficiles, nombre de résistants. À partir du printemps et de l’été 1944, les nazis sentant la situation leur échapper, multiplient les exactions. Leur nervosité se traduit notamment par l’élimination d’un maximum de témoins, conduisant à l’extraction de dizaines de prisonniers massacrés en dehors de Toulouse (voir infra). Les plus anciens détenus sont éliminés ou déportés. En raison de leur nombre, les derniers arrivés ne restent que quelques jours avant d’être fixés sur leur sort. La prison, lieu d’enfermement, est également lieu de justice pour le moins expéditive. Aux procès suivent en effet les exécutions dans la cour où est d’ailleurs encore conservé un poteau d’exécution en bois : la partie de la prison où il se trouve est considérée comme un lieu de Mémoire. Certains résistants, jugés entre les murs de la prison, ont pour leur part été fusillés en périphérie de Toulouse. Encore aujourd’hui, il existe des recherches sur les “fusillés du bois de la Reule” dans le cadre d’une enquête imprescriptible pour “crime contre l’humanité”. Mais le crime qui est resté dans les mémoires toulousaines est sans aucun doute celui de la forêt de Buzet-sur-Tarn. Le 17 août 1944, dans l’après-midi, plusieurs dizaines de détenus sont extraits de leur cellule de la prison Saint-Michel pour être acheminés dans la forêt de cette commune. Des témoignages de ce massacre ignoble seront d’ailleurs repris à la Libération par la Commission des crimes de guerre. Au même titre qu’Oradour-sur-Glane, Buzet-sur-Tarn figure sur l’acte d’accusation établi le 18 octobre 1945 pour le grand procès de Nuremberg.

  • 7 Delpiroux 2006

10Le 17 août, jour du terrible massacre, tous les camions de prisonniers ne seraient pas partis ; deux seraient tombés en panne, permettant à d’aucuns d’envisager l’exécution de prisonniers au sein de la prison. Ce qu’aucun témoignage ne confirme toutefois. Si l’on en croit les propos rapportés dans un article de la Dépêche du Midi, Guillaume Agullo, Directeur du Musée départemental de la Résistance et de la Déportation (Haute-Garonne), serait formel quant à l’absence de coups de feu cette journée là dans l’enceinte de la prison7.

  • 8 Communication personnelle de Guillaume Agullo.

11La prison a également été un lieu de privation et de sévices mais, a priori, en l’état actuel des recherches, ce n’était pas là que la Gestapo torturait à Toulouse8. À ce jour, aucun document ne nous est parvenu sur l’ensevelissement de corps au sein de la prison.

Historique des recherches

12Les archives personnelles de Mme Delattre-Attia, à l’origine de ce projet, appellent encore des recherches complémentaires. Elles permettent cependant de faire un premier bilan de l’historique des événements et des premières pistes d’investigation. Notons également qu’une partie des informations est de nature orale.

13L’information sur la présence éventuelle d’ossements humains serait arrivée aux oreilles de Mme Delattre-Attia en 2004, grâce au témoignage d’un ex-agent de l’Administration pénitentiaire. À la recherche des restes de son père, un résistant emprisonné en août 1944 à la prison Saint-Michel, Mme Delattre-Attia engage un nombre considérable de démarches auprès de différents interlocuteurs, jusqu’au projet de recherches dont cette contribution est l’objet. Elle obtient d’ailleurs l’aide de plusieurs personnalités, dont le maire de Toulouse J. Moudenc et le sénateur J. Mirassou.

  • 9 Delpiroux 2006.

14En juin 2009, l’un des détenus est retrouvé grâce aux recherches de D. Delpiroux, journaliste de la Dépêche du Midi9. Il guide notamment Mme Delattre-Attia dans les sous-sols de la prison et leur indique ce qui lui semble être l’entrée du tunnel d’évasion. À cette occasion, il fait un schéma du tunnel (inédit), que commente in situ Mme Delattre-Attia, avec une localisation approximative de la fosse comprenant, selon lui, les os humains. Mme Delattre-Attia profite de ce moment pour faire un certain nombre de photographies et pour récolter les informations livrées par l’ancien détenu. Elles font dorénavant partie des sources que nous devons traiter.

15À ce jour, le témoignage de l’ex-agent de l’Administration pénitentiaire a manifestement été confirmé par deux des évadés et par un témoignage écrit (et détaillé) d’un autre ancien fonctionnaire de l’Administration pénitentiaire.

16À la suite de la saisine du Préfet, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Toulouse informe que rien ne s’oppose à une fouille archéologique dans une prison qui n’est plus utilisée. Par ailleurs, le Préfet obtient en 2010 du Directeur du Pôle des Sépultures de Guerre et des Hauts Lieux de la Mémoire Nationale de prendre en charge financièrement les fouilles ainsi que la recherche ADN nécessaire à l’établissement des identités. En mai 2011, M. Vaginay, alors Conservateur régional de l’Archéologie pour la région Midi-Pyrénées, après avoir rappelé les règles concernant les opérations archéologiques, convient avec ses interlocuteurs de la préfecture que l’opération “pourrait commencer par une tranchée à la pelle mécanique sous la surveillance d’un agent de son service”, en précisant que si des vestiges apparaissaient, l’investigation devrait s’arrêter et laisser place à une opération archéologique à proprement parler.

17En décembre 2011, avec l’aide de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONAC), Mme Delattre-Attia décide de retrouver la sortie du tunnel, entre les bâtiments et l’enceinte. M. Barrère (SRA d’Occitanie, site de Toulouse), prévenu à la hâte, accepte de surveiller ces travaux. La tranchée effectuée lui permet de mettre en évidence le tunnel en question dont il fait un croquis. Sa localisation et sa direction sont conformes aux descriptions contenues dans les articles rédigés à l’époque l’évasion. À cette occasion, certains éléments matériels de l’évasion sont retrouvés (piles électriques, couvertures, etc.).

  • 10 Georges 2009 ; Georges et al. 2012 ; Georges et al. 2013 ; Coulombeix et al. 2014 ; Georges 2016.

18En 2013, d’autres investigations sont prévues. M. Vaginay reprécise les règles et conseille à Mme Attia-Delattre de monter un dossier de demande d’autorisation de sondage archéologique. Le Procureur de la République Adjoint M. Peltier, en charge du dossier des fusillés du Bois de la Reule, donne notre nom. Nous étions en effet intervenu sur le terrain en qualité d’expert dans cette enquête pour crime contre l’Humanité. Après plusieurs discussions et échanges entre les différents interlocuteurs, nous décidons de monter un dossier de demande de sondage archéologique. Notre statut d’expert inscrit près la cour d’appel de Toulouse et notre implication sur des dossiers d’archéologie forensique ont rassuré les différents interlocuteurs du dossier10.

Le projet

19Ce projet de recherche de restes humains (non financé) passe nécessairement par la compréhension de l’évasion de 1978 : point de départ, point d’arrivée, cheminement, etc. De cette façon, nous pensons vérifier les faits en retrouvant le parcours souterrain des évadés et en comparant avec l’ensemble des sources écrites à notre disposition.

Analyse documentaire

20Jusqu’à aujourd’hui, la documentation disponible (plans, photographies, observations archéologiques, etc.) n’avait pas encore été exploitée. Aucun rapport officiel sur les démarches entreprises et les sources à la disposition des chercheurs n’avait par ailleurs été rédigé.

21Les faits mentionnés plus haut ne font aucun doute. La prison a été un lieu d’enfermement et de torture lors de l’occupation nazie. Il y a bien eu une évasion et différentes personnes, aucunement liées par des intérêts communs, ont évoqué avoir recueilli ou seulement entendu le témoignage de la présence d’ossement humains au sein de la prison. Mais la nature des sources, essentiellement des articles de journaux dont la rédaction n’obéit pas à la même rigueur que les recherches historiques, et la charge émotionnelle de cette affaire tout autant que les enjeux mémoriels, nous obligent à faire un point précis sur les détails de l’évasion. Nous devons l’aborder de façon critique, telle qu’elle a été réalisée et relatée jusqu’à nos jours. Cette étape est primordiale pour retrouver l’emplacement supposé des ossements humains. Les articles de presse sont en effet une mine de renseignements… mais truffée d’approximation, d’erreurs, voire de fantasmes.

22Notre corpus, intégralement classé, lu et interprété par P. Marsac (Inrap) est composé des références suivantes :

  1. Bertrand, J. (1978) :“Cinq évasions à la prison Saint-Michel. Record battu…!”, La Dépêche du Midi, 04 août.

  2. Bertrand, J. et François, J.-P. (1978) : “Les évadés de Saint-Michel se ravitaillent en Ariège”, La Dépêche du Midi, 05 août.

  3. Delpiroux, D. (2006) : “Les corps des Résistants sont-ils sous la prison”, La Dépêche du Midi, 11 mai.

  4. Roux, S. (2008) : “Des ossements sous la prison Saint-Michel”, La Dépêche du Midi, 28 juillet.

  5. Delpiroux, D. (2009) : “L’ancien évadé recherche les corps oubliés de la prison”, La Dépêche du Midi, 13 septembre.

  6. Hopquin, B. (2010) : “Un ex-évadé de Toulouse a ravivé les souvenirs douloureux de la Résistance”, Le Monde, 05 mai.

  7. Delpiroux, D. (2010) : “Le corps du Résistant est-il caché au fond de la prison ?”, La Dépêche du Midi, 08 mai.

  8. Jolent, O. (2010) : “La dernière guerre de la prison Saint-Michel”, Le Monde, 08 mai.

  9. Mégharfi, C. (2010) : “Des ossements de résistants sous la prison Saint-Michel”, Toulouse Infos, 10 mai.

  10. AFP (2010) : “Toulouse : fouilles autorisées sous la prison en quête de victimes des nazis”, Le Parisien, 28 octobre.

  11. AFP (2010) : “Victimes du nazisme : fouille à Toulouse”, Le Figaro, 28 octobre.

  12. Delpiroux, D. (2010) : “Prison Saint-Michel, recherche ADN...“, La Dépêche du Midi, 07 novembre.

  13. Soucasse, M. (2012) : “Saint-Michel. Elle veut faire fouiller la prison pour retrouver son père”, La Dépêche du Midi, 04 novembre.

  14. Anonyme (2014) : “Cette toulousaine ne retrouvera jamais la dépouille de son père”, La Voix du Midi, 20 mai.

  15. Assemat, A. (2014) : “Cette Toulousaine ne retrouvera pas la dépouille de son père sous la prison St-Michel”, Actu Côté Toulouse, 20 mai.

  16. Ménal, H. (2014) : “Pas de bout du tunnel”, 20 Minutes, 21 mai.

  17. Delpiroux, D. (2014) : “Prison Saint-Michel : Monique arrête les recherches pour retrouver le corps de son père”, La Dépêche du Midi, 28 mai.

  18. Anonyme (2017) : “Monique Attia ou le devoir de rafraîchir la mémoire”, La Dépêche du Midi, 19 février.

23Les données extraites des nombreux articles de presse relatifs à l’évasion spectaculaire d’août 1978 traitent des différents aspects techniques, humains et organisationnels de cette aventure. Ces informations sont toutefois de qualité très inégale. Plusieurs contradictions apparaissent. Il faut avouer que la documentation journalistique, bien que décrivant l’essentiel des faits, ne s’embarrasse pas strictement de la réalité, que ce soit dans un souci de vulgarisation attractive pour les lecteurs ou pour protéger les sources. D. Delpiroux, journaliste à La Dépêche du Midi, a oralement confirmé à P. Marsac (Inrap) qu’auparavant, des renseignements importants pouvaient être obtenus auprès des forces de l’ordre, à condition de les modifier quelque peu. Sans compter qu’une grande partie des informations proviennent du détenu retrouvé, en ses qualités de principal acteur de l’événement et d’unique informateur de la presse. Quoiqu’il en soit, ces ambiguïtés impliquent donc d’aborder ces écrits avec les plus grandes précautions en s’efforçant de caractériser les sources utilisées tout en croisant l’ensemble des données présentées. Aussi, quelques sondages aux Archives départementales de la Haute-Garonne et la recherche de clichés photographiques, notamment aériens, sont prévus pour documenter l’évolution de la prison autour de la période qui nous intéresse. Il nous faut comprendre les changements ayant affecté l’aile de la prison proche de laquelle seraient les ossements humains. Ces recherches documentaires ont également pour objectif de replacer l’évasion dans le contexte sécuritaire des prisons françaises à l’époque de l’évasion.

Fig. 6. Extrait de la première page de la Dépêche du Midi annonçant l’évasion © P. Marsac, Inrap.

Fig. 6. Extrait de la première page de la Dépêche du Midi annonçant l’évasion © P. Marsac, Inrap.

Observations in situ

24Avec l’autorisation du Conservateur régional de l’Archéologie territorialement compétent, nous allons pouvoir effectuer des observations in situ, en particulier dans les sous-sols, à condition de respecter les mesures de sécurité, mais aussi des exigences spécifiques de la Préfecture. Ainsi, la documentation photographique sera, sinon strictement limitée à l’opération de recherche archéologique, non diffusée.

25Ces visites sur place seront l’occasion de vérifier les hypothèses de travail élaborées à partir de l’analyse des données récolées. Pour ce faire, nous avons choisi de mener un certain nombre d’investigations à différents endroits de la prison (sous-sol, garage, ses abords, etc.). La nature de l’autorisation nous oblige cependant dans cette première approche à utiliser des moyens non destructifs. C’est la raison pour laquelle nous avons demandé à une équipe spécialisée de l’UMR 5608 TRACES (CNRS ; UT2J) de procéder à des recherches avec un géoradar dans le garage et son environnement immédiat. Le but est de retrouver et de documenter le tracé du tunnel d’évasion, sachant que les investigations de 2011 fournissent une indication précieuse. Aussi, pour les mêmes raisons, nous pensons utiliser une caméra thermique infra-rouge afin de mettre en évidence des différences de températures liées à des vides. Cet appareil a déjà montré son efficacité dans des contextes similaires.

Conclusions

26Si les différents témoignages, quel que soit leur degré d’exactitude, n’assurent en rien la présence d’ossements humains, ils légitiment sans conteste ce projet de recherches ; d’autant plus que les recherches de 2011 ont corroboré une partie des témoignages sur le tunnel d’évasion (dans sa partie terminale). L’origine des ossements, si leur présence était avérée, ne pourra être déterminée qu’en étudiant méthodiquement le contexte selon les méthodes de l’archéologie. Bien qu’ayant mis du temps à se concrétiser et à aboutir à un véritable projet de recherche de terrain, ce dossier complexe demande toutefois une analyse critique de l’ensemble de la documentation. Celle-ci demeure pour partie totalement inédite. Ce projet doit donc être considéré comme une première étape qui, in fine, devra régler définitivement cette question.

27Nous restons à ce stade du projet bien évidemment très ouvert à l’ensemble des possibilités, mais un lien avec les événements tragiques de l’Occupation est notre hypothèse de travail privilégiée. L’étude des documents anciens et les observations de nature archéologique, y compris celles réalisées en décembre 2011 au sein de la prison, ne tendent en effet pas à accréditer la présence d’un site archéologique antique et funéraire dans cette partie de la ville de Toulouse. Quoiqu’il en soit, les enjeux d’une telle recherche archéologique sur des événements contemporains offre l’opportunité d’ancrer l’archéologie dans le champ de l’histoire contemporaine.

Bibliographie

Bibliographie

Coulombeix, A., Georges, P., Nolot, F., Portat, E., Richebé, J. (2014) : “Archéologie forensique. Gendarmes et archéologues sur une scène de crime”, Archéologia, 523, 68-72.

Delpiroux, D. (2006) : “Les corps des Résistants sont-ils sous la prison”, La Dépêche du Midi, 11 mai.

Du silex au goblet en plastique, (2016) : Du silex au goblet en plastique. Réflexions sur les limites chronologiques de l’archéologie, Bordeaux.

Foucaud, O. (2003) : “Un monument dans la cité. L’ancienne prison Saint-Michel, chef d’œuvre de fonctionnalisme architectural”, in : Atlante, La prison Saint-Michel. L’Artiste et l’Ingénieur, 114-123.

Georges, P. (2009) : L’archéologue a-t-il sa place sur la scène de crime ? Localiser, fouiller, prélever les vestiges criminalistiques enfouis. De l’expérience anglo-saxonne au savoir-faire français, mémoire du Diplôme Universitaire de Criminalistique, université de Paris 5, René Descartes.

Georges, P. (2016) : “L’archéologie forensique en France : une discipline à l’assaut du temps”, in : Du silex au goblet en plastique 2016, 61-90.

Georges, P., Ducrettet, F., Nolot, F., Richebé, J., et Schuliar, Y. (2012) : “Problématiques et règles d’emploi criminalistiques des engins de chantier pour la recherche de cadavres enfouis. L’expérience de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (France)”, Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique, 3 (1), 363-374.

Georges, P., Schuliar, Y., Ducrettet, F., Nolot, F., et Richebé, J. (2013) : “Les gendarmes et l’archéologie : expertises et recherches de l’IRCGN”, Archéothéma, 27, 6-17.

Georges, P., Requi, C., Grizeaud, J.-J., et Amiel, C., (2014) : “Les découvertes funéraires du Haut-Empire au sud de Tolosa : à l’instar d’une ‘petite Rome’ ? Image idéalisée de la ville antique, de l’historiographie à la réalité archéologique”, Anabases, 19, 2014, 171-187.

Vaginay, M., (2009) : “Toulouse antique”, L’Auta, 99, 4-9.

Notes

1 Vaginay 2009 ; Georges et al. 2014.

2 Informations http://www.urban-hist.toulouse.fr/.

3 Nous remercions Michel Barrère pour cette information inédite.

4 Section HH de Saint-Michel, 1ère feuille, échelle 1/1250.

5 Foucaud 2003.

6 Les informations générales concernant l’histoire de la prison Saint-Michel, de sa création à sa désaffection, proviennent essentiellement de l’étude menée par le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation : La prison Saint-Michel, un lieu de mémoire au cœur de Toulouse. Les données liées à l’affaire sont tirées des archives personnelles de Mme Delattre-Attia, notamment des coupures de presse, mais aussi de documents originaux.

7 Delpiroux 2006

8 Communication personnelle de Guillaume Agullo.

9 Delpiroux 2006.

10 Georges 2009 ; Georges et al. 2012 ; Georges et al. 2013 ; Coulombeix et al. 2014 ; Georges 2016.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation de la prison Saint-Michel à Toulouse (Haute-Garonne) © Google Earth, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. Le castelet d’entrée de la prison. On peut observer les deux tours emblématiques de l’établissement carcéral © Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Fig. 3. Localisation de la zone de recherche au sein de la prison © Google Earth, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 4. Investigations sous la surveillance de M. Barrère (SRA Occitanie) © Monique Delattre-Attia.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18440/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. 5. Cadastre de Toulouse (1830) © Archives Municipales de Toulouse, DAO Patrice Georges-Zimmermann, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18440/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre Fig. 6. Extrait de la première page de la Dépêche du Midi annonçant l’évasion © P. Marsac, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18440/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search