Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

3. L'archéologue face à la fabrique judiciaire des corps

Le “gibbeting” anglais : punir le cadavre du criminel dans la Grande-Bretagne des xviiie-xixe s.1

Emma Battell Lowman et Sarah Tarlow

Texte intégral

Le “gibbeting” apocryphe

  • 1 Traduction de J. Lennertz.

1Robert Aske était un propriétaire foncier du Yorkshire dans le nord de l’Angleterre au xvie s. En 1536, il dirigea une rébellion catholique contre les réformes protestantes de Henry viii, rébellion connue sous le nom de Pèlerinage de la Grâce (Pilgrimage of Grace). Malgré le soutien populaire, la rébellion fut réprimée l’année suivante et ses dirigeants furent arrêtés. Robert Aske fut condamné à être exécuté à York, centre géographique d’une région qui le soutenait. Le Pèlerinage de Grâce et ses conséquences ont été dramatisés dans la série télévisée The Tudors (2007-2010). Dans cette série, la mort de Robert Aske traduit la méconnaissance de la punition post mortem qu’est la “pendaison dans des chaînes” (hanging in chains) ; peine également connue sous l’appellation “gibbeting”. Si cette punition est au centre de notre article, elle fait partie d’un travail plus vaste qui cherche à palier l’absence de travaux au cours des 100 dernières années sur l’histoire et la signification du “gibbeting”.

  • 2 The Tudors, Saison 3, épisode 24 : “The Death of a Queen”, diffusé le 26 avril 2009 sur CBS/Showt (...)

2Le verbe anglais to hang (pendre) a deux participes passés dans sa voix passive. Une image et un rideau peuvent être suspendus (hung), mais seule une personne peut être pendue (hanged). Robert Aske devait être “pendu à des chaînes” (hung in chains). Cela ne signifie pas qu’il a été exécuté enchaîné mais – et c’est là toute la subtilité du terme – qu’il a été suspendu à des chaînes comme on suspend un objet. Le scénario télévisé a cependant condamné par erreur Robert Aske à être “pendu à des chaînes”. En conséquence, on nous montre Robert Aske conduit à son exécution enroulé comme une bobine de fil dans des mètres de chaînes2. Sa tête est ensuite glissée dans un nœud coulant et on le pousse à partir du mur de la ville. Il y a peu de récits historiques sur la mort de Robert Aske et, dans cette série télévisée, la restitution de cette “pendaison dans des chaînes” peut apparaître comme “raisonnable”. Il est cependant plus probable que Robert Aske ait été condamné à être “suspendu à des chaînes”. Il ne s’agit en effet pas d’une méthode d’exécution, mais plutôt d’une punition post mortem appliquée sur le cadavre. Par cette peine, il s’agit d’afficher de façon exemplaire le cadavre du criminel, mais également de rendre signifiant, aux yeux de tous, la privation de sépulture chrétienne : les crimes commis ont été si graves et transgressifs que la personne est totalement exclue de la communauté des vivants et des morts.

  • 3 Pirates des Caraïbes. La malédiction du Black Pearl. Film réalisé en 2003 par G. Verbinski.

3Une reconstitution encore plus médiatique de la “pendaison dans des chaînes” se trouve dans le film Pirates des Caraïbes (2003) : lorsque le capitaine Jack Sparrow navigue dans Port Royal, il passe à travers une rangée de corps en grande partie décomposés et se balançant dans la brise. Pour clarifier l’identité des cadavres et le motif de l’exposition pénale, un panneau grossièrement peint signale : Pirates, soyez avertis. Le pirate Jack Sparrow reste indifférent à l’avertissement et avance dans le port, mais pas avant d’avoir rendu hommage à ses camarades par un salut sincère. L’amirauté britannique punissait bien la piraterie par une suspension aux chaînes mais, dans le film, les cadavres partiellement décomposés ne sont contenus dans aucune armature et pendent simplement grâce à une corde passée autour de leur cou3.

4Les représentations populaires du “gibbeting” abondent quand on commence à les chercher mais, dans presque tous les cas, elles s’éloignent de la façon dont cette punition a été concrètement appliquée. Étant donné la mauvaise connaissance de la nature et du but de la suspension aux chaînes en Grande-Bretagne, cet article propose une synthèse sur le contexte historique et la pratique du “gibbeting”. Il s’inspire des conclusions du projet quinquennal de recherche interdisciplinaire intitulé Exploiter le pouvoir du cadavre criminel (Harnessing the Power of the Criminal Corpse), projet financé par le Wellcome Trust et auquel participent les auteures. Ce projet prend comme point de mire le traitement post mortem de criminels exécutés, principalement en Grande-Bretagne entre le milieu du xviiie et le milieu du xixe s. En s’appuyant sur des sources historiques et archéologiques, nous avons réalisé la première histoire complète d’une pratique qui faisait partie du répertoire de la punition anglaise. Connue depuis au moins le xvie s., cette peine a surtout été utilisée au milieu du xviiie s. quand elle a été légalement codifiée. Dans ces quelques pages, nous accordons une attention particulière aux caractéristiques matérielles et réelles du “gibbeting” en termes de technologie et d’apparence. Nous concluons en nous demandant si la suspension aux chaînes était une punition spécifique à l’espace britannique.

Le “gibbeting” historique

  • 4 Ward 2012.
  • 5 McLynn 1989.
  • 6 King 2017.

5En 1752, un nouvel acte parlementaire anglais est entré en vigueur et vise à marquer les condamnés pour meurtre par une censure judiciaire particulière. L’action a été jugée nécessaire en raison d’une panique populaire relayée par la presse à Londres : la criminalité violente aurait augmenté au milieu du siècle4. Au xviiie s. cependant, la loi britannique était de plus en plus sévère et un nombre croissant de crimes furent punis de mort (plus de 150 au milieu du siècle) créant une situation où les vols de 5 shillings et les meurtres étaient similairement punis d’une pendaison à la potence5. Durant cette période, la châtiment pour homicide n’a donc pas été considéré comme un moyen de dissuasion suffisant pour les meurtriers potentiels, et bien que la pendaison ait pu être agrémentée de peine supplémentaire (i.e. roue, fouet, etc.)6, le parlement a opté pour un autre type de sanction. En établissant une peine précise dans un texte de loi nommé la Loi sur les meurtres (the Murder Act), les parlementaires spécifiaient :

  • 7 25 Geo II c. 37. An Act for Better Preventing the Horrid Crime of Murder.

“Puisque que l’horrible crime de meurtre a été plus souvent perpétré qu’autrefois [...], et puisqu’il est devenu nécessaire d’ajouter d’autres terreurs et marques particulières d’infamies au châtiment de la mort, la loi prévoit dorénavant que la peine soit prononcée en audience publique, immédiatement après la déclaration de culpabilité du meurtrier [...]. Dans cette sentence sera non seulement exprimé le jugement habituel de la mort, mais aussi le délai fixé pour l’exécution [du meurtrier] et les marques d’infamie qui, dorénavant prévues pour punir de tels délinquants, susciteront une juste horreur au coupable de l’odieux crime de crime et à tous ceux qui seront présents.
Une fois la sentence prononcée, il appartiendra au juge, ou à la justice, de soumettre le corps d’un tel criminel à la pendaison dans des chaînes (to be hung in chains). Mais, en aucun cas, le corps du meurtrier ne sera enterré, à moins que son corps ne soit auparavant disséqué et autopsié7.

6Dans la pratique, cela signifiait donc qu’un juge condamnant un meurtrier devait préciser le devenir du cadavre après l’exécution : soit la dépouille était envoyée à un chirurgien ou à un anatomiste pour dissection, soit elle devait être suspendue par des chaînes.

  • 8 En 1832, la Loi sur l’anatomie (the Anatomy Act) a remplacé la Loi sur les meurtres (Murder Act). (...)
  • 9 L’autopsie, la dissection et le “gibbeting” ne se pratiquaient pas exclusivement sur les meurtrie (...)

7La Loi sur les meurtres (the Murder Act) est restée en vigueur de 1752 à 18328. Au cours de ces 80 ans, 1067 personnes ont été condamnées, exécutées et leurs cadavres légalement punis. C’est le corps physique des criminels condamnés en vertu de la Loi sur les meurtres (the Murder Act) qui est au centre de cette enquête, ce corps qui est jugé, reconnu coupable, exécuté et soumis à une nouvelle punition en étant “autopsié et disséqué” ou “suspendu par des chaînes”. Dans les deux cas, on note que le cadavre est publiquement exposé mais on remarque également que les deux peines prévoient sa destruction9.

8Si dans 90 % des cas les criminels exécutés et condamnés en vertu de la Loi sur les meurtres (the Murder Act) ont été envoyés à la dissection, une minorité significative – 144 selon notre recherche – a reçu le châtiment post mortem du “gibbeting”. Mais comment cette punition a-t-elle été appliquée ? En quoi consistait-elle et était-elle efficace ?

La technologie du “gibbeting

  • 10 Tarlow 2014.

9La suspension par des chaînes était une punition spectaculaire qui exigeait beaucoup de travail et de ressources. Lorsqu’un criminel était condamné, le shérif n’avait que quelques jours pour organiser l’érection d’un nouveau gibet et la confection des objets qui devait lui être associés. Il a été possible d’identifier avec précision les éléments qui composent le “gibbeting” grâce à une approche interdisciplinaire. Nous avons ainsi mené une enquête exhaustive – la première – sur les cages de “gibbeting” encore conservées et sur les poteaux des gibets toujours en élévation en Grande-Bretagne. Nous avons combiné cette enquête avec une recherche dans les archives, les sources textuelles peuvent en effet apporter des informations sur la construction du gibet et le coût d’une suspension par des chaînes10. Dès lors, nous savons que le “gibbeting” renvoie à plusieurs éléments : les poteaux, la cage contenant le corps, la fixation de celle-ci et les chaînes.

Les objets associés au “gibbeting

  • 11 Celui qui retirait un corps du gibet sans y être autorisé encourait l’exil selon la Loi sur les m (...)

10Les poteaux utilisés pour l’érection de la potence étaient très grands, souvent 10 mètres ou plus encore. Si cette hauteur rendait difficile la dépendaison d’un corps suspendu au gibet11, elle favorisait indéniablement la visibilité du cadavre. Les poteaux étaient faits de gros morceaux de bois. Souvent consolidés par des clous densément groupés ou par une plaque de métal, ces éléments rendaient les poteaux difficiles à scier ou à brûler (fig. 1).

Fig. 1. Poteau de gibet renforcé de clous © S. Tarlow.

Fig. 1. Poteau de gibet renforcé de clous © S. Tarlow.

11Parfois appelée “fers” ou “chaînes”, la cage du “gibbeting” était en fer et conçue pour maintenir le cadavre en position verticale comme s’il était debout. Contrairement aux représentations populaires fantasmées, les cages du “gibbeting” ne ressemblaient pas aux cages utilisées en oisellerie. Bien que l’on note une grande variation dans la conception et le style, la plupart étaient se conformaient assez étroitement à la forme humaine. Contrairement aux objets de fer de la vie quotidienne, il n’y avait pas de construction typique d’une région ou caractéristique d’une période. En fait, la suspension aux chaînes était assez rare – peut-être une fois tous les dix ans environ dans n’importe quel comté – et les “fers” du “gibbeting” ne faisaient pas partie du répertoire traditionnel de forgeron. Ainsi, à chaque nouvelle exécution, le forgeron devait répondre aux exigences de la pendaison in chains : maintenir l’unité du corps afin qu’il reste reconnaissable, le suspendre en position debout et empêcher son vol. Si certaines cages sont très simples – i.e. une longue chaîne à passer entre les jambes et un cerceau en fer fixé autour du cou pour garder le corps droit –, d’autres se révélaient être de complexes cages anthropomorphes composées de rivets réglables permettant de s’ajuster au mieux au corps enfermé (fig. 2). Généralement, les cages n’étaient pas réutilisées et chaque nouveau corps pendu in chains en exigeait une nouvelle.

Fig. 2. Cage de “gibbeting” conservée au Winchester Westgate Museum (Royaume-Uni). Possible cage de James Hill © S. Tarlow.

Fig. 2. Cage de “gibbeting” conservée au Winchester Westgate Museum (Royaume-Uni). Possible cage de James Hill © S. Tarlow.
  • 12 Victor Hugo, L’Homme qui rit, Partie 1, chap. 6 : Bataille entre la mort et la nuit.

12Saillant du poteau, un long bras de bois permettait d’accrocher la cage contenant le corps. Cette dernière était attachée à l’armature par une chaîne, un crochet et un anneau fixés à son sommet (fig. 3 et 4). Le crochet était souvent conçu pour faciliter le mouvement de la structure métallique : les cages et les gibets les plus efficaces permettaient en effet au cadavre de se balancer au gré du vent. L’image d’un cadavre mouvant et faisant du bruit – la tension entre le crochet et l’anneau de la cage faisait que le métal grinçait – a cristallisé l’image d’un objet horrifiant. Dans son roman L’Homme qui rit, Victor Hugo décrit de façon évocatrice une rencontre avec une “pendaison dans des chaînes”. Son personnage principal, Gwynplaine, alors qu’il se trouve quelque part sur la côte sud de l’Angleterre, rencontre une cage de “gibbeting”. Alors que le vent se lève, les restes encagés du criminel se meuvent horriblement : “Rien d’étrange comme ce mort en mouvement. Le cadavre au bout de la chaîne, poussé par le souffle invisible, prenait une attitude oblique, montait à gauche, puis retombait, remontait à droite, et retombait et remontait avec la lente et funèbre précision d’un battant”12.

Fig. 3. Détail du crochet au sommet de la cage de John Breads, Rye (Royaume-Uni) © S. Tarlow.

Fig. 3. Détail du crochet au sommet de la cage de John Breads, Rye (Royaume-Uni) © S. Tarlow.

Fig. 4. Détail de la cage de John Breads avec un fragment de crâne, Rye (Royaume-Uni), © S. Tarlow.

Fig. 4. Détail de la cage de John Breads avec un fragment de crâne, Rye (Royaume-Uni), © S. Tarlow.

Le corps suspendu in chains

  • 13 Poole 2015.
  • 14 Hartshorne 1893.
  • 15 Nous n’avons trouvé aucune preuve de “pendaison dans des chaînes” pour des femmes au cours des xv (...)

13Enfin, il y avait le corps lui-même. En Grande-Bretagne, durant la période effective de la Loi sur le meurtre (Murder Act), aucun criminel n’a subi vivant la pendaison in chains : le “gibbeting” était une humiliation post mortem et non une exécution cruelle. Le criminel était d’abord exécuté par pendaison sur un échafaud, généralement dans un lieu d’exécution traditionnel au sein de la ville mais, dans certaines régions d’Angleterre, l’exécution pouvait se dérouler sur le lieu même du crime grâce à un échafaud érigé temporairement13. À la suite de la suffocation pénale, le corps était retiré de l’échafaud et préparé pour la “gibbeting” en étant enfermé dans une cage de fer. Un certain nombre de sources tardives mentionnent également le goudronnage du corps mais, à l’heure actuelle, nous n’avons trouvé aucune preuve rapportant ce processus de préparation corporelle14. Il est également important de mentionner qu’en Grande-Bretagne, seuls les corps masculins ont subi la pendaison in chains et que toutes les femmes reconnues coupables en vertu de la Loi sur les meurtres (Murder Act) ont été condamnées à la sanction post mortem de l’autopsie et de la dissection15.

14Après l’exécution, le cadavre était donc retiré de la potence et enfermé dans une cage de fer anthropomorphe. Ensuite, le corps encagé était transporté sur le lieu du “gibbeting”, remonté en position verticale et accroché à la traverse de bois par le crochet ou la chaîne fixé au sommet de la cage. Cette suspension in chains avait généralement lieu le jour même de l’exécution mais, lorsque le lieu du “gibbeting” était trop éloigné, on pouvait attendre le lendemain. Si la Loi sur les meurtres (Murder Act) ne précise pas combien de temps le corps devait rester suspendu aux chaînes, les sources semblent prouver qu’il y demeurait indéfiniment. La dépendaison des criminels étant punie par la Loi, la plupart des gibets restaient intacts jusqu’à ce que les variations météorologiques entraînent la décomposition du corps et l’écroulement de la structure de bois, ou alors jusqu’à ce qu’ils soient détruits pour permettre à d’autres constructions de prendre place. En pratique, cela signifiait que les structures restaient débout durant plusieurs années voire plusieurs décennies. Au moment où la gibet de bois s’écroulait, le corps contenu dans la structure métallique avait bien souvent disparu. Certaines cages présentent encore des fragments d’os, comme des fragments de crâne trop gros pour glisser entre les barreaux de fer (fig. 4).

  • 16 Ces enregistrements sont conservés aux Archives Nationales, Kew (Londres, Royaume-Uni).

15Une fois le gibet tombé ou détruit, les restes humains pouvaient être enterrés in situ ; l’exclusion des lieux communautaires d’inhumation faisait en effet partie du châtiment. Dans certains cas, des artisans ont réutilisé le bois du gibet et le fer de la cage pour fabriquer des objets du quotidien – un râteau pour poser la chaume aurait été confectionné à partir du gibet de Toby Gill – ou des souvenirs plus macabres. Le pilier du gibet de Ralph Smith, érigé dans le Lincolnshire en 1792, a ainsi été utilisé pour fabriquer divers produits de fantaisie, y compris un bol de tabac, maintenant dans le musée Guildhall de Boston (Royaume-Uni)16.

16Comme mentionné, les juges condamnaient plus fréquemment les meurtriers à la punition post mortem de l’autopsie et de la dissection qu’au “gibbeting”. Ceci n’est pas étonnant si l’on prend en considération le coût d’une telle peine : il revenait cher de suspendre in chains une personne et, au-delà de l’investissement matériel, il fallait également du temps pour la confection du gibet, des chaînes et de la cage. Selon le “Sherrif’s cravings” – demandes de remboursement présentées par les officiers chargés de l’exécution pénale – le coût moyen par “gibbeting”, sur 71 cas cités entre 1736 et 1799, était de 16 £, avec une fourchette variant entre 2 £ 10 s. et 56 £ 12 s.

Le lieu du “gibbeting

17L’érection de la potence exigeait un emplacement particulier, un endroit stratégique et clé pour la technologie de cette punition. Notre recherche montre qu’à l’extérieur de Londres les sites de “gibbeting” répondaient généralement aux cinq caractéristiques suivantes :

    1. – Ils étaient situés près de la scène du crime,

    2. – Ils étaient adjacents et/ou clairement visibles depuis la voie publique,

      • 17 Public Advertiser, 30 avril 1782, n°14927.

      – Ils étaient composés d’un espace ouvert permettant à une grande foule de s’y rassembler. Pour assister à une pendaison in chains, plusieurs milliers de personnes pouvaient en effet se regrouper dans une atmosphère carnavalesque. Pour exemple, selon les journaux de l’époque, environ 40 000 personnes auraient assisté au premier jour de pendaison de Spence Broughton près de Sheffield et de William Smith’s sur Finchley Common17.

    3. – Ils ont souvent profité d’une éminence naturelle ou archéologique pour améliorer la visibilité. Ceux-ci incluent des tertres préhistoriques, des reliefs montagneux comme des affleurements saillants, des soulèvements naturels ou des éperons rocheux (fig. 5).

      • 18 Whyte 2003.

      – Bien que les informations sur l’emplacement des gibets manquent, N. Whyte, dans son étude sur le paysage de Norfolk, a constaté que les sites placés sur la frontière entre les paroisses ou à proximité de celles-ci étaient préférentiellement utilisés pour les gibets18.

Fig. 5. Le site du “gibbeting” d’Anthony Lingard, Darbyshire (Royaume-Uni) © S. Tarlow.

Fig. 5. Le site du “gibbeting” d’Anthony Lingard, Darbyshire (Royaume-Uni) © S. Tarlow.
  • 19 Drewry 2007.
  • 20 Taylor 1989.

18Prenons l’exemple du gibet d’Anthony Lingard situé dans le Derbyshire Peak District (Midlands d’Angleterre) (fig. 5). Reconnu coupable d’avoir assassiné le gardien d’un péage routier en 1815, Anthony Lingard a été pendu à Derby avant que son corps ne soit ensuite amené au rocher de Saint-Pierre (St Peter’s rock). Il s’agit d’un point de repère naturel visible depuis la route et très proche du péage où le crime a été commis. Situé sur un espace ouvert, le lieu du “gibbeting” a permis de réunir une immense foule sans endommager les biens situés autour et sans perturber le transport et le commerce routier. Le vicaire local, trouvant le dimanche suivant l’exécution que sa congrégation était moins nombreuse que d’habitude, décida de prêcher au rocher de Saint-Pierre, endroit où la plupart de ses paroissiens étaient déjà rassemblés19. Malgré l’aspect dissuasif et exemplaire de la pendaison in chains, il est important de noter que le frère d’Anthony Lingard a été reconnu coupable de vols alors que le corps de son frère était encore en décomposition. Un autre meurtre a également été commis au pied même du gibet : une servante de 16 ans a donné des gâteaux empoisonnés à un rival lors d’un pique-nique établi près du gibet. Cette jeune fille a été condamnée en vertu de la Loi sur les meurtres (Murder Act) et son corps voué à l’autopsie et à la dissection20.

  • 21 Dyndor 2015.

19Parmi les suspension in chains effectuées durant la période effective de la Loi sur les meurtres (Murder Act), 76 lieux répertoriés sont proches de l’endroit où le crime a été commis. Quand il n’était pas pratique de placer la potence sur le lieu du crime, on le positionnait au plus près possible. Il s’agissait donc clairement du facteur le plus important pour déterminer où un corps devait être suspendu à la potence, signalant ainsi que la sanction post mortem était inextricablement liée à la victime et au crime. On note toutefois deux exceptions à cette tendance : Londres avait ainsi ses lieux traditionnels de “gibbeting”, et les tribunaux de l’Amirauté condamnaient les criminels à être accrochés dans les lieux portuaires visibles à la fois de la mer et de la terre21.

20Dans tous les cas précités, la condition sine qua non de la pendaison in chains était la visibilité de la dépouille du criminel. Aussi, les potences mesuraient bien souvent dix mètres de hauteur, non seulement pour dissuader les dépendaisons, mais également pour s’assurer que le cadavre était visible. Il s’agit ici d’un élément fondamental de l’exposition pénale post mortem, un élément participant activement à l’humiliation rituelle publique. Le texte de la Loi sur les meurtres (Murder Act) rapporte que l’autopsie, la dissection et la “pendaison dans des chaînes” étaient des sanctions publique ajoutant “une autre marque d’infamie” à la sentence de mort. Elles étaient donc de nature vindicatives.

  • 22 Tarlow 2010.
  • 23 Tarlow 1999.

21L’un des derniers aspects du “gibbeting” était la privation de sépulture, sanction qui inspirait l’horreur et le dégoût. Du xviiie s. au début du xixe s., la Grande-Bretagne était majoritairement protestante mais, malgré le discours des théologiens protestants sur l’inutilité des soins corporels et de l’intégrité du cadavre pour la résurrection chrétienne22, l’attention portée à la présentation d’un corps intact et magnifique pour l’enterrement a augmenté entre les xviie-xixe s. Plusieurs tendances se rapportant aux soins du corps mort au cours de cette période ont été archéologiquement observées, en particulier l’utilisation du linceul et du cercueil de bois, l’embellissement du défunt en utilisant des morceaux de cheveux (perruques et autres postiches capillaires), des prothèses dentaires, des vêtements funéraires et une décoration florale23.

  • 24 Battell Lowman & Tarlow à paraître.
  • 25 London Chronicle, 5 août -8 août 1775, n°2912.

22Il existe assez des preuves historiques pour prouver que la dissection et la pendaison in chains étaient des sources d’angoisse pour les criminel : de nombreux récits rapportent en effet que les condamnés écoutaient sereinement les juges prononcer la sentence de mort mais, au contraire, qu’ils s’évanouissaient lorsque la privation de sépulture était évoquée24. Ainsi, en 1775, lorsque Lambert Reading a été condamné à la suspension par les chaînes à Chelmsford Assizes, il a supplié que cette peine post mortem soit annulée en échange d’informations sur des plans criminels. Sa demande a été accordée25.

  • 26 General Evening Post, 29 août 1749.
  • 27 London Evening Post, 26-29 août 1749; 14-16 avril 1757, n°4593.
  • 28 The Hull Packet, 29 April 1800, issue 677.

23Des récits similaires d’hommes jusqu’alors stoïques mais s’effondrant face à l’horreur d’être mesurés et adaptés à une cage de “gibbeting” sont assez fréquents. En 1749, Joseph Abseny, un catholique suédois condamné pour le meurtre d’une servante à Bristol dans l’ouest de l’Angleterre, était troublé par la peine d’exposition post mortem au gibet. Il déclara “qu’il ne se souciait pas qu’on écartèle son corps car, ainsi, il ne serait pas suspendu dans les airs à la merci des oiseaux”26. Huit ans plus tard, John Gatward a en vain essayé de faire modifier la partie post mortem de sa peine27. Seuls les criminels les plus durs avaient le sang-froid de rire, comme James Wheldon. En 1800, ce voleur de courrier du Lancashire, en entendant que son corps allait être suspendu par des chaînes, annonça qu’il serait ainsi “le surveillant des routes”28. À la lecture de ces récits, il reste toutefois difficile de dire si les différentes attitudes des condamnés “gibbeting” témoignent d’un changement significatif dans les croyances sur la mort entre les années 1750 et la fin du xviiie siècle ou, tout simplement, de personnalités différentes.

Le spectacle et la contestation de la punition après l’exécution

  • 29 Foucault 1977.
  • 30 Laqueur 1989.

24Comme M. Foucault l’a montré pour la mort du régicide R.-F. Damiens en 1757, l’exécution était une démonstration théâtrale du pouvoir de l’État29. Même dans son aspect le plus autoritaire et répressif, l’État courait toujours le risque que les principaux acteurs du spectacle de la punition s’écartent de leurs rôles respectifs et sapent l’impact escompté de l’événement. Les contre-récits hissant le criminel au rang de héros ou de martyr, par exemple, pouvaient apparaître et ainsi ébranler le récit officiel et la justice de l’État. T. Laqueur, qui a écrit sur les exécutions du xviiie s., soutient que les éléments hors normes des exécutions, à la fois intentionnels (le courage du condamné à mort, etc.) et non planifiés (rupture des cordes et/ oudes nœuds, querelles à la potence, etc.), signifient que l’État n’a jamais été sûr de pouvoir imposer ses décisions en ses propres termes30.

25Le but de la dissection publique et de la “pendaison dans des chaînes” était que la foule observe et soit intimidée par le pouvoir de la justice, qu’elle soit le témoin du terrible prix à payer pour le crime, qu’elle se résigne à vivre conformément aux règles religieuses et sociales. Mais, la foule qui passait devant la table d’autopsie et le gibet ne se comportait pas toujours de la façon appropriée. L’érection d’une nouvelle potence attirait la foule, et la foule attirait à son tour des marchands de nourriture et de boissons. Le lieu du “gibbeting” devenait alors un espace de socialisation et de jeux : dans les journaux, des commentateurs choqués soulignaient la ressemblance peu commune entre une mise au gibet et le déroulement d’une foire. Lorsque les deux meurtriers Conoway et Richardson ont été accrochés par des chaînes à Bow Common à Londres en 1770, les journaux ont exprimé leur indignation face au comportement de la foule :

  • 31 General Evening Post, 2 août, 1770.

“L’endroit où Conoway et Richardson ont été suspendus continue d’être une parfaite foire. Un kiosque a été érigé, et plusieurs sortes de divertissement se poursuivent, même aux pieds de la potence. Plusieurs personnes ont grimpé sur le gibet et certains ont pris les chapeaux des malfaiteurs. Un homme a eu la hardiesse de crier : “Conoway, toi et moi nous avons souvent fumé une pipe ensemble, et nous allons à nouveau le faire”. Sur ce, pour divertir la foule, il a grimpé sur le gibet avec deux pipes allumées, en colla une dans la bouche de Conoway, et fuma l’autre en étant assis sur la potence. C’est dommage que la Justice ne se soit pas manifestée à cette occasion”31.

  • 32 Public Advertiser, 24 juillet, 1770.
  • 33 Public Advertiser, 30 avril 1782.

26Deux semaines plutôt, lorsque les gibets ont été construits, le Public Advertiser – un autre journal londonien – se plaignait que “des buvettes aient été installées et que l’endroit ait la même apparence désordonnée qu’un jour de fête”32. Le même journal s’était encore indigné douze ans plus tard, alors que William Smith était suspendu au gibet de Finchley Common. Le corps de ce meurtrier londonien était devenu l’attraction pour plus de 40 000 personnes venues en “voitures, chars, calèches, etc.” et à pied pour profiter des saucisses-frites ou, pour les plus pauvres, du gin et du pain d’épices. L’ambiance rimait alors avec scène d’émeutes et désordres vertigineux33.

  • 34 Andrews 1899, 68.

27À l’extérieur de Londres, l’attrait pour un criminel suspendu in chains était tout aussi grand. Face à la rareté du “gibbeting” dans les provinces et à la notoriété des criminels soumis à cette peine, les procès étaient très médiatisés et les exécutions suscitaient un grand intérêt auprès du public. Lorsque Tom Otter a été suspendu in chains dans le Lincolnshire en 1806, il y eut “une semaine de réjouissance pour la pendaison du personnage le plus indigne”, festivités marquées par la construction de kiosques pour servir de la nourriture et des boissons à la grande foule présente34. Ce genre de comportement – pour ne pas dire débordement – pouvait porter atteinte à la solennité de la loi et souligner l’incapacité de l’État à encadrer le spectacle judiciaire du “gibbeting”.

  • 35 Tarlow 2017.

28Cependant, la foule nombreuse, l’atmosphère festive et la faible fréquence des pendaisons par des chaînes à l’extérieur de Londres ont contribué à ancrer ces exécutions dans les mémoires. Ainsi, passer sur la place où avait été érigé un gibet était l’occasion de se souvenir de l’exécution et de se remémorer l’histoire du crime et du criminel. Le dégoût inspiré par le corps suspendu cristallisait alors pour de nombreuses années la renommée et la notoriété de l’individu35.

Conclusion : un “gibbeting” spécifiquement anglais ?

  • 36 Tarlow 2014.

29En Grande-Bretagne, la fin du xviie s. voit le “gibbeting” se développer et devenir une punition appliquée de manière homogène dans tout le pays36. Aussi, chaque “pendaison dans des chaînes” a nécessité des dépenses et des matériaux considérables pour la construction complexe de la cage en fer, mais aussi pour l’aménagement d’un terrain capable d’accueillir une foule de spectateur. Mais, dans quelle mesure le “gibbeting” était-il une punition spécifiquement anglaise ?

  • 37 Battell Lowman & Tarlow à paraître.
  • 38 Battell Lowman & Tarlow à paraître.
  • 39 Les fourches patibulaires (en anglais, de façon littérale, “sinister or patibulary forks”) n’ont (...)

30La punition post mortem, et en particulier l’exposition du cadavre du criminel (intact ou en morceaux), se retrouve dans de nombreuses régions d’Europe, y compris en Grande-Bretagne37. La profanation et l’exposition infamantes de cadavres étaient des punitions généralement réservées aux plus odieux forfaits sur le plan social ou pour les crimes de lèse-majesté38. L’exposition de la dépouille pouvait parfois impliquer un temps long : le corps pendu pouvait ainsi se balancer au bout d’une corde pendant des heures, des jours ou des mois… Sur le continent, les fourches patibulaires – qui pour les plus simples étaient constituées de deux poteaux verticaux (en bois ou en pierre) et d’une poutre transversale – servaient à la fois de lieu de pendaison et de lieu d’exposition post mortem39. Cependant, nous n’avons trouvé aucune punition comparable à celle du “gibbeting”.

  • 40 Brown & Dikötter, éd. 2007.
  • 41 Pour en savoir plus sur le cas fascinant de La Corriveau, voir : Ferland & Corriveau 2014.
  • 42 Sellin 1955.
  • 43 Sur cette affaire, voir : Decisions of the Nineteenth Century Tasmanian Superior Courts, R. v. cK (...)

31Au-delà de l’Europe, notre attention s’est portée sur l’Empire britannique des xviiie-xixe s. : les idées, la culture et les pratiques judiciaires ont souvent été transportées dans les colonies40. Les colons, les sujets britanniques blancs, étaient soumis à loi britannique (et protégés par elle), y compris à la Loi sur les meurtres (Murder Act) : les meurtriers pouvaient donc être condamnés à la pendaison in chains. En 1763, Marie-Josephte Corriveau a ainsi été suspendue et exposée en Nouvelle-France, peu de temps après la conquête de la région par les Britanniques. Cette célèbre figure du folklore québécois – celle qui est encore appelée “la Corrivau” – constitue le seul exemple de “gibbeting” d’une femme blanche dans l’Empire britannique : condamnée par la cour martiale britannique pour l’assassinat de son mari, son cadavre a été exposé pendant plusieurs semaines (fig. 6)41. Au xviiie s., le “gibbeting” a également été utilisé en Amérique comme punition du meurtre et de la piraterie42. La dernière utilisation du gibet de l’Empire britannique a eu lieu en 1837, lorsque le cadavre de John McKay, qui avait été exécuté dans la ville de Hobart pour l’assassinat de Joseph Wilson, a été encagé près de Perth en Tasmanie43. Des preuves archéologiques et historiques confirment que l’utilisation du “gibbeting” en Australie, en Amérique et au Canada suivait assez précisément la pratique judiciaire anglaise.

Fig. 6. Cage de fer dans laquelle aurait été exposé le corps de Marie-Josephte Corriveau après sa mort. https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Gibbet_of_La_Corriveau_(NYPL)_(cropped-1).jpg

Fig. 6. Cage de fer dans laquelle aurait été exposé le corps de Marie-Josephte Corriveau après sa mort. https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Gibbet_of_La_Corriveau_(NYPL)_(cropped-1).jpg
  • 44 Quatre-vingt-huit esclaves africains ont été mis à mort par les planteurs d’Antigua. Parmi ceux-c (...)
  • 45 Burnard 2004.
  • 46 Institute of Jamaica http://jamaica-gleaner.com/gleaner/20101007/news/news7.html
  • 47 Pierre Eugène du Simitière, Untitled Jamaican scene, c. 1760, Encre sur papier, 20 x 30 cm, The L (...)
  • 48 Letter of Governor Robert Hunter to the Lords of Trade, éd. O’Callagan 1855, V, 1707-1733, 341-34 (...)

32Il faut cependant mentionner que l’utilisation du “gibbeting” dans l’Empire d’Outre-Mer – en particulier dans les colonies de plantations – s’écarte fortement de la façon dont il a été utilisé contre les sujets britanniques blancs, que ce soit en Grande-Bretagne ou à l’étranger. À Antigua, à la suite d’un soulèvement en 1736, six esclaves Africains ont ainsi été pendus in chains. Mais, a contrario de la métropole, ces individus étaient vivants lors de leur suspension : ils sont donc morts de soif, de faim et des suites de leur exposition44. En Jamaïque, le “gibbeting” vivant était l’une des peines utilisées par les colons blancs pour terrifier et contrôler les esclaves Africains45. Un exemple est celui de Fortune et Kingston qui ont été suspendus vivants en 1760 à Kingston. Ces esclaves africains ont été capturés parce qu’ils ont mené la violente rébellion de Sainte-Marie (St Mary Rebellion) contre la classe des planteurs blancs. En guise de punition, ils ont été accrochés in chains vivants sur l’une des artères principales de la capitale46. Une esquisse de l’époque donne d’ailleurs à voir un double gibet établi sur la rue principale de Kingston47. La pendaison in chains était également utilisée pour punir les esclaves d’Amérique coloniale, comme en 1712 où un homme a été “suspendu vivant par des chaînes dans la ville” de New York suite à une rébellion d’esclaves africains48.

33Afin de contrôler et de punir les criminels dans leur empire d’Outre-Mer, les britanniques ont donc exportés la technologie du “gibbeting”. Bien que la pendaison in chains dans les plantations britanniques soit à la fois similaire et divergente de la pendaison in chains en Grande-Bretagne (notamment en ce qui concerne son utilisation comme dispositif de torture et/ou d’exécution ou de punition post mortem), ce châtiment était uniformément mis en pratique dans tout l’Empire. La comparaison des cages utilisées en Jamaïque, au Québec et à Philadelphie confirme cette impression : le corps était suspendu verticalement dans une cage anthropomorphe, structure de fer attachée à une poutre de bois sur un temps plus ou moins long et à quelques distances du lieu où le crime avait été perpétré. Le recours à ce châtiment spectaculaire et coûteux sur un espace aussi vaste que l’Empire britannique confirme toutefois le caractère spécifiquement anglais du “gibbeting”.

Bibliographie

Bibliographie

Andrews, W. (1899) : Bygone Punishments, Londres.

Battell Lowman, E. et Tarlow, S. (à paraître) : Harnessing the Power of the Criminal Corpse, Basingstoke.

Beier, A.L., D., Cannadine et Rosenheim, J., éd. (1989) : The First Modern Society : Essays in English History in Honour of Lawrence Stone, Cambridge.

Brown, I. et Dikötter, F., éd. (2007) : Cultures of Confinement: A History of the Prison in Africa, Asia, and Latin America, Ithaca.

Burnard, T. (2004) : Mastery, Tyranny, and Desire : Thomas Thistlewood and His Slaves in the Anglo-Jamaican World, Chapel Hill.

Charageat, M. et Vivas, M., dir. (2015) : Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’époque moderne. Approche interdisciplinaire, colloque du 23 et 24 janvier 2014, Bordeaux, Criminocorpus [En ligne]. URL : http://criminocorpus.revues.org/3018.

Davies, K. G., éd. (1963) : Calendar of State Papers Colonial, America and West Indies, Londres.

Drewry, C. (2007) : Wormhill : History of a High Peak village, Berkhamsted.

Dyndor, Z. (2015) : “The Gibbet in the Landscape : Locating the Criminal Corpse in Mid-Eighteenth-Century England”, in : Ward, éd. 2015, 102-125.

Ferland, C. et Corriveau, D. (2014) : La Corriveau : De l’histoire à la légende, Québec.

Foucault, M. (1977) : Discipline and Punish : The Birth of the Prison, Londres, Traduction par Alan Sheridan. Première publication en français en 1975.

Hartshorne, A. (1893) : Hanging in Chains, New York.

Hunt, T. F. (1916) : Visitor’s guide to Salem, Salem.

Hurren, E. (2016) : Dissecting the Criminal Corpse. Staging Post-Execution Punishment in Early Modern England, Londres.

King, P. (2017) : Punishing the Criminal Corpse, 1700-1840, Londres.

Laqueur, T. (1989) : “Crowds, Carnival, and the State in English Executions, 1604-1868”, in : Beier et al., éd. 1989, 305-356.

McLynn, F. (1989) : Crime and punishment in eighteenth-century England, Londres.

Nelson, L. (2016) : Architecture and Empire in Jamaica, New Haven.

O’Callaghan, E. B., éd. (1855) : Documents Relative to the Colonial History of the State of New York, Albany.

Poole, S. (2015) : “‘For the Benefit of Example’: Crime-Scene Executions in England, 1720-1830”, in : Ward, éd. 2015, 71-101.

Sellin, T. (1955) : “The Philadelphia Gibbet Iron,” Journal of Criminal Law and Criminology, 1955, 1(46), 11-25

Tarlow S. (1999), “Wormie Clay and Blessed Sleep: Death and Disgust in Later Historic Britain”, in : Tarlow & West, éd. 1999, 183-195.

Tarlow S. (2010) : Ritual, belief and the dead in early modern Britain and Ireland, Cambridge.

Tarlow S. (2014) : “The Technology of the Gibbet”, International Journal of Historical Archaeology, 4 (18), 668-699.

Tarlow S. (2017) : The Golden and Ghoulish Age of the Gibbet in Britain, Londres.

Tarlow, S. et West, S., éd. (1998) : The Familiar Past ? : Archaeologies of Later Historical Britain, New York.

Taylor, P. (1989) : May the Lord Have Mercy on Your Soul : Murder and Serious Crime in Derbyshire, 1732-1882, Bristol.

Ward, R. (2012) : “Print Culture, Moral Panic, and the Administration of the Law : The London Crime Wave of 1744”, Crime, Histoire & Sociétés, 1(16), 5-24.

Ward, R., éd. (2015) : A Global History of Execution and the Criminal Corpse, Basingstoke.

Whyte, N. (2003) : “The deviant dead in the Norfolk landscape,” Landscapes, 4 (1), 24-39.

Notes

1 Traduction de J. Lennertz.

2 The Tudors, Saison 3, épisode 24 : “The Death of a Queen”, diffusé le 26 avril 2009 sur CBS/Showtime.

3 Pirates des Caraïbes. La malédiction du Black Pearl. Film réalisé en 2003 par G. Verbinski.

4 Ward 2012.

5 McLynn 1989.

6 King 2017.

7 25 Geo II c. 37. An Act for Better Preventing the Horrid Crime of Murder.

8 En 1832, la Loi sur l’anatomie (the Anatomy Act) a remplacé la Loi sur les meurtres (Murder Act). Elle a rendu les corps des pauvres et les corps non réclamés disponibles à des fins de recherches médicales et d’enseignements. En 1834, le “gibbeting” a été délaissé par la loi britannique, et largement abandonné au xixe s. en raison du changement des sensibilités sociales. Pour plus d’informations sur ces raisons, voir : Hurren 2016 et Tarlow 2017.

9 L’autopsie, la dissection et le “gibbeting” ne se pratiquaient pas exclusivement sur les meurtriers : les juges pouvaient user de châtiments post mortem pour punir d’autres crimes graves. Un accord privé pouvait également être passé entre un chirurgien et un criminel, ce dernier vendait alors son corps en échange d’argent pour lui ou sa famille. La Loi sur les meurtres a toutefois conféré un cadre légal à l’autopsie et à la dissection de corps humains utilisés pour la recherche et la formation médicales. Du xviiie au début du xixe s., la Grande-Bretagne a connu une professionnalisation de la médecine ; professionnalisation essentiellement due à un approvisionnement régulier de corps pour l’enseignement anatomique et la pratique de l’autopsie. Sur la punition post mortem de l’autopsie et de la dissection, voir : Hurren 2016.

10 Tarlow 2014.

11 Celui qui retirait un corps du gibet sans y être autorisé encourait l’exil selon la Loi sur les meurtres (Murder Act).

12 Victor Hugo, L’Homme qui rit, Partie 1, chap. 6 : Bataille entre la mort et la nuit.

13 Poole 2015.

14 Hartshorne 1893.

15 Nous n’avons trouvé aucune preuve de “pendaison dans des chaînes” pour des femmes au cours des xviiie-xixe s. Si les raisons ne sont pour le moment pas encore claires, nous pouvons noter que les corps de femmes devaient être prisés par les chirurgiens pour leurs enseignements en anatomie et pour leurs autopsies. Les juges ont donc plutôt dû céder aux demandes des médecins. Sur le traitement post mortem du corps des criminelles, voir : Hurren 2016.

16 Ces enregistrements sont conservés aux Archives Nationales, Kew (Londres, Royaume-Uni).

17 Public Advertiser, 30 avril 1782, n°14927.

18 Whyte 2003.

19 Drewry 2007.

20 Taylor 1989.

21 Dyndor 2015.

22 Tarlow 2010.

23 Tarlow 1999.

24 Battell Lowman & Tarlow à paraître.

25 London Chronicle, 5 août -8 août 1775, n°2912.

26 General Evening Post, 29 août 1749.

27 London Evening Post, 26-29 août 1749; 14-16 avril 1757, n°4593.

28 The Hull Packet, 29 April 1800, issue 677.

29 Foucault 1977.

30 Laqueur 1989.

31 General Evening Post, 2 août, 1770.

32 Public Advertiser, 24 juillet, 1770.

33 Public Advertiser, 30 avril 1782.

34 Andrews 1899, 68.

35 Tarlow 2017.

36 Tarlow 2014.

37 Battell Lowman & Tarlow à paraître.

38 Battell Lowman & Tarlow à paraître.

39 Les fourches patibulaires (en anglais, de façon littérale, “sinister or patibulary forks”) n’ont reçu que peu d’attention de la part des historiens et des archéologues français. Sur ce point, voir Charageat & Vivas, éd. 2015.

40 Brown & Dikötter, éd. 2007.

41 Pour en savoir plus sur le cas fascinant de La Corriveau, voir : Ferland & Corriveau 2014.

42 Sellin 1955.

43 Sur cette affaire, voir : Decisions of the Nineteenth Century Tasmanian Superior Courts, R. v. cKay and Lamb [1837] : http://www.law.mq.edu.au/research/colonial_case_law/nsw/cases/case_index/1837/
r_v_mckay_and_lamb/.

44 Quatre-vingt-huit esclaves africains ont été mis à mort par les planteurs d’Antigua. Parmi ceux-ci, 5 ont été roués, 6 encagés vivants et 77 brûlés vivants. Voir : America and West Indies : May 1737, 16-31, éd. Davies 1963, 43, 155-173.

45 Burnard 2004.

46 Institute of Jamaica http://jamaica-gleaner.com/gleaner/20101007/news/news7.html

47 Pierre Eugène du Simitière, Untitled Jamaican scene, c. 1760, Encre sur papier, 20 x 30 cm, The Library Company of Philadelphia. Le dessin est publié dans Nelson 2016, 127.

48 Letter of Governor Robert Hunter to the Lords of Trade, éd. O’Callagan 1855, V, 1707-1733, 341-342.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Poteau de gibet renforcé de clous © S. Tarlow.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 2. Cage de “gibbeting” conservée au Winchester Westgate Museum (Royaume-Uni). Possible cage de James Hill © S. Tarlow.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 3. Détail du crochet au sommet de la cage de John Breads, Rye (Royaume-Uni) © S. Tarlow.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4. Détail de la cage de John Breads avec un fragment de crâne, Rye (Royaume-Uni), © S. Tarlow.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18401/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 5. Le site du “gibbeting” d’Anthony Lingard, Darbyshire (Royaume-Uni) © S. Tarlow.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18401/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 6. Cage de fer dans laquelle aurait été exposé le corps de Marie-Josephte Corriveau après sa mort. https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Gibbet_of_La_Corriveau_(NYPL)_(cropped-1).jpg
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18401/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search