Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

3. L'archéologue face à la fabrique judiciaire des corps

L’inhumation des criminels aux fourches patibulaires de Lubań, de Miłków et de Lubomierz (Pologne). Résultats des premières analyses archéo-anthropologiques

Camille Vanhove, Paweł Duma, Daniel Wojtucki et Honorata Rutka

Texte intégral

Introduction

  • 1 Charageat & Vivas, dir. 2015

1Les fourches patibulaires monumentales, connues aussi sous le nom de “potence” ou de “gibets” semblent apparaître au début du xiie s. Structures judiciaires par excellence, elles servent de lieux de pendaison, d’exposition et d’inhumation pour les corps de criminels et de condamnés à mort, vivants ou morts, entiers ou fragmentés. Constituées d’un ou de plusieurs piliers, les fourches patibulaires sont des constructions de bois et/ou de pierres de plans divers (carré, triangulaire, circulaire, etc.). Elles sont généralement situées en limite de juridiction, sur une hauteur et près d’un axe de communication1.

  • 2 Mašková & Wojtucki 2016.
  • 3 Pour l’Europe centrale, voir – entre autres, Auler, dir. 2008-2012, Mašková 2016, Mašková & Michá (...)
  • 4 PHC Polonium (n°37668QJ
) Condamnés à mort, fourches patibulaires et lieux d’inhumations (Tchéqui (...)

2Aujourd’hui au centre de nombreuses études européennes, les fourches patibulaires n’ont cependant présenté que peu d’intérêt scientifique jusqu’au milieu du xxe s. Grâce à des découvertes fortuites de vestiges en pierre et d’ossements humains – essentiellement dans des lieux dénommés “L’Échafaud”, “Le Gibet” ou “La Justice” – les pays d’Europe centrale ont très tôt développé une réflexion sur les gibets et le devenir du corps des condamnés à mort2. Il faut toutefois attendre la seconde moitié du xxe s. pour que les travaux sur l’histoire de la justice, du crime, de la criminalité, de la pendaison, des instruments d’exécution et des mises en scène judiciaire se multiplient et intéressent des chercheurs européens (historiens, archéologues et anthropologues)3. C’est dans ce cadre qu’est né le projet d’analyses archéo-anthropologiques des restes osseux découverts sur les sites patibulaires de Lubań, de Miłków et de Lubomierz. Cette étude a pu voir le jour grâce au Partenariat Hubert Curien franco-polonais (PHC Polonium) co-dirigé par Mathieu Vivas et Paweł Duma4.

  • 5 Les fouilles ont été dirigées par D. Wojtucki avec la participation de P. Duma, K. Grenda, P. Pat (...)

3Lubań, Miłków et Lubomierz sont situés au Sud-Est de la Pologne, en Basse-Silésie, à quelques dizaines de kilomètres des frontières avec l’Allemagne et la Tchéquie. Ces trois sites ont fait l’objet de fouilles programmées qui, entre 2003 et 20095, ont mis au jour les fondations des fourches patibulaires, toutes de plan circulaire, et plusieurs inhumations. À Miłków, cinq inhumations individuelles et deux inhumations doubles ont été repérées au pied de la structure construite en 1677 et encore en élévation aujourd’hui (fig. 1-5). Sur le site de Lubań, ce sont deux inhumations individuelles et une fosse ossuaire qui ont été découvertes (fig. 6-8). D’après les sources écrites, les fourches patibulaires de Lubań auraient été construites en 1492 et utilisées comme lieu d’exécution jusqu’en 1777 : sur 285 années, 60 exécutions y auraient été effectuées. Enfin, pour Lubomierz, les fouilles ont révélé les fondations du gibet et une inhumation double (fig. 9-10).

Fig. 1. Miłków : vestiges encore en élévation des fourches patibulaires © D. Wojtucki.

Fig. 1. Miłków : vestiges encore en élévation des fourches patibulaires © D. Wojtucki.

Fig. 2. Miłków : plan général du site © C. Vanhove d’après D. Wojtucki et M. Paternoga.

Fig. 2. Miłków : plan général du site © C. Vanhove d’après D. Wojtucki et M. Paternoga.

Fig. 3. Miłków : vue générale de la tombe 1 © D. Wojtucki.

Fig. 3. Miłków : vue générale de la tombe 1 © D. Wojtucki.

Fig. 4. Miłków : vue générale des tombes 2, 3 et 4 © D. Wojtucki.

Fig. 4. Miłków : vue générale des tombes 2, 3 et 4 © D. Wojtucki.

Fig. 5. Miłków : vue générale des tombes 5, 6 et 7 © D. Wojtucki.

Fig. 5. Miłków : vue générale des tombes 5, 6 et 7 © D. Wojtucki.

Fig. 6. Lubań : fondation des fourches patibulaires © D. Wojtucki.

Fig. 6. Lubań : fondation des fourches patibulaires © D. Wojtucki.

Fig. 7. Lubań : ossuaire en cours de fouille © D. Wojtucki.

Fig. 7. Lubań : ossuaire en cours de fouille © D. Wojtucki.

Fig. 8. Lubań : vue générale des tombes 1 et 2 © D. Wojtucki.

Fig. 8. Lubań : vue générale des tombes 1 et 2 © D. Wojtucki.

Fig. 9. Lubomierz : fondation des fourches patibulaires et inhumation © D. Wojtucki. et P. Duma

Fig. 9. Lubomierz : fondation des fourches patibulaires et inhumation © D. Wojtucki. et P. Duma

Fig. 10. Vue générale et plan de la tombe du site de Lubomierz. © D. Wojtucki et P. Duma.

Fig. 10. Vue générale et plan de la tombe du site de Lubomierz. © D. Wojtucki et P. Duma.

4Cet article présente les résultats des premières analyses archéo-anthropologiques réalisées sur les trois sites patibulaires mentionnés. Outre proposer une synthèse sur les données biologiques (1) et discuter le cas particulier du dépôt secondaire de Lubań (2), la réflexion aboutit à l’épineuse question des pratiques funéraires (3).

Les données biologiques

  • 6 L’estimation de l’âge au décès des adultes reste délicate et imprécise. Les adultes sont en effet (...)
  • 7 Owings Webb & Myers Suchey 1985.
  • 8 Schmitt 2005.
  • 9 Moorrees et al. 1963a et b. Les indicateurs de maturation dentaire, quantifiables de manière préc (...)
  • 10 Coqueugniot et al. 2010 ; Scheuer & Black 2000. Le cas échéant, l’âge au décès a été estimé à par (...)
  • 11 Brůžek 2002 ; Murail et al. 2005 revu par Brůžek et al. 2017. L’os coxal est le seul os du squele (...)
  • 12 L’évaluation de l’état sanitaire est une étape importante dans la caractérisation d’une populatio (...)
  • 13 Les ossements ont seulement pu faire l’objet d’un examen macroscopique.

5L’âge au décès des individus adultes6 a été évalué à partir de l’observation de la maturation osseuse de l’extrémité sternale des clavicules ou de la crête iliaque des os coxaux7, mais également à partir des remaniements de la surface sacro-pelvienne iliaque8. Pour les individus immatures, l’estimation de l’âge a été réalisée à partir de la minéralisation dentaire9. En l’absence de vestiges dentaires, nous nous sommes appuyés sur d’autres indicateurs de maturation et de croissance du squelette10. La détermination du sexe des individus adultes a quant à elle été réalisée à partir des os coxaux11. Concernant l’évaluation de l’état sanitaire12, au vu du contexte d’ensevelissement des individus, ce sont principalement les traces liées à des lésions traumatiques qui ont été recherchées. Toutefois, les traces d’affections liées à la croissance, à l’hygiène corporelle, à la nutrition ainsi qu’à des atteintes infectieuses et/ou dégénératives ont également été considérées13.

6Malgré une conservation osseuse plutôt mauvaise et les faibles effectifs qui ne permettent pas de discuter le recrutement, l’étude ostéologique a apporté des informations sur ces condamnés à mort et criminels. Au total, ce sont les restes de 13 individus qui ont été identifiés, 11 adultes et deux immatures. Parmi les adultes, différentes classes d’âge sont représentées et, pour les immatures, l’un est âgé entre 10-14 ans et 15-19 ans, et le second entre 15 et 19 ans. La détermination du sexe a pu être réalisée pour 10 des 11 sujets adultes : elle a mis en évidence trois individus de sexe indéterminé, cinq de sexe masculin et deux de sexe féminin. Ces données permettent aujourd’hui d’avoir une approche genrée des fourches patibulaires : les espaces d’exécution pouvaient en effet recevoir des inhumations d’hommes et de femmes.

  • 14 Aucune lésion traumatique n’a été repérée.
  • 15 Kacki 2010.

7Concernant l’état sanitaire, nous avons pu mettre en évidence des lésions dégénératives de type arthrosique sur cinq des sujets adultes14. Les phénomènes dégénératifs constituent l’une des causes principales des lésions osseuses ; l’arthrose est d’ailleurs de loin la plus fréquente de ces lésions, que ce soit dans les populations anciennes ou actuelles15. La région la plus touchée reste généralement le rachis et, dans les cas les plus sévères, on note une ankylose d’au moins deux vertèbres et/ou une éburnation, comme pour le sujet masculin (SQ2) de la tombe 5 du site de Miłków (fig. 11).

Fig. 11. Lésions dégénératives de type arthrosique (ostéophytes et éburnation) localisées au niveau de la surface articulaire latérale droite de la vertèbre cervicale C4 © C. Vanhove.

Fig. 11. Lésions dégénératives de type arthrosique (ostéophytes et éburnation) localisées au niveau de la surface articulaire latérale droite de la vertèbre cervicale C4 © C. Vanhove.

Le dépôt secondaire de Lubań

  • 16 Duday et al. 1990 ; Duday 2005.
  • 17 Ardagna et al. 2012.
  • 18 Gleize & Maurel 2009.

8Sur le site de Lubań, une fosse contenant des restes osseux a été mise au jour au centre de la structure patibulaire : il s’agit d’un dépôt secondaire identifié comme un ossuaire. Le dépôt secondaire implique, d’une part, que le cadavre ne s’est pas décomposé dans son lieu initial de dépôt et, d’autre part, que les ossements ont fait l’objet de manipulations volontaires ou accidentelles pendant ou après la décomposition16. L’ossuaire se caractérise justement par des ossements déposés en position secondaire dans une structure accueillant les restes de plusieurs sujets généralement incomplets (NMI supérieur à 1) mais, bien souvent, il présente une gestion comme des rangements ou des regroupements par pièce osseuse. Des connexions résiduelles y sont également parfois perceptibles17. Sur le site de Lubań, la présence de connexions anatomiques persistantes induit que certains corps n’étaient pas totalement décharnés : l’aménagement de l’ossuaire s’est donc déroulé dans un laps de temps très court après le début de la décomposition (fig. 12.). À ce titre, cette structure pourrait tout à fait être le résultat d’un ensevelissement collectif de corps pendus et/ou exposés en même temps ou, a contrario, selon des durées plus ou moins longues. Elle pourrait également correspondre à une purge ou à une vidange des inhumations au moment de l’abandon du site, mais la présence d’éléments osseux de petite taille (os des mains et des pieds) tendrait à infirmer une telle hypothèse18.

Fig. 12. Contiguïtés articulaires persistantes repérées dans le fond de l’ossuaire © C. Vanhove.

Fig. 12. Contiguïtés articulaires persistantes repérées dans le fond de l’ossuaire © C. Vanhove.
  • 19 Pour le calcul du Nombre Minimal d’Individus (N.M.I.), nous nous sommes intéressés aux liaisons o (...)

9Au total, la fosse a livré les restes d’au moins 57 individus19. Trente-sept sujets, de tous les âges, sont des adultes, neuf d’entre eux ont entre 20 et 29 ans, 14 sont de sexe indéterminé, 10 sont de sexe masculin et un de sexe féminin. Les vingt individus restant, soit 35% de l’effectif étudié, sont tous immatures. Un est âgé de moins de 1 an, un a entre 1 et 4 ans, un autre entre 5 et 9 ans, deux sont âgés entre 10 et 14 ans et quatre ont entre 15 et 19 ans. Trois sont à la charnière entre les classes d’âge [5-9] et [10-14], quatre entre les classes [10-14] et [15-19] et, enfin, quatre entre [15-19] et [20-29]. Si de nombreuses atteintes ont été repérées sur les os, aucune ne semble correspondre à des traces de lésions traumatiques. Elles restent d’ordre dégénératives ou infectieuses et, en cela, ne diffèrent pas d’autres séries archéologiques (fig. 13.).

Fig. 13. Lésions d’origine infectieuse se traduisant par des appositions périostées généralisées sur les faces latérale et postérieure des diaphyses des tibias avec déformation volumique © C. Vanhove.

Fig. 13. Lésions d’origine infectieuse se traduisant par des appositions périostées généralisées sur les faces latérale et postérieure des diaphyses des tibias avec déformation volumique © C. Vanhove.
  • 20 Grenda et al. 2005 ; Wojtucki 2009 ; Mašková & Wojtucki 2015.

10Toutes les données générées semblent donc coïncider avec les sources écrites médiévales et modernes : elles rapportent en effet que 60 exécutions se sont déroulées aux fourches patibulaires (pendaison, décapitation, roue, bûcher et enterrement vivant). La documentation textuelle mentionne également que les criminels condamnés à subir la peine de la noyade ainsi que les suicidés ont été enterrés en ce lieu20.

Des pratiques funéraires ?

  • 21 Rouquet et al. 2010 ; Bonnabel, dir. 2012.
  • 22 Duday 1990 ; Duday 1995 ; Duday 2005 ; Duday et al. 1990.
  • 23 Dans cette optique, voir Vivas 2014 et 2016.

11L’étude minutieuse du squelette, de son interaction avec son environnement et de son emplacement au sein d’un espace qui lui est réservé, invite à s’intéresser au statut du mort et aux gestes apportés au moment de son ensevelissement21. À ce titre, et même si l’effectif reste faible, l’analyse des ossements selon les principes de l’archéothanatologie permet de discuter les modalités d’inhumation de criminels et de condamnés à mort22. Par ce biais, la réflexion se prolonge sur le traitement corporel reçu et sur la gestion de l’espace par les vivants23.

  • 24 Pour H. Duday, “le dépôt primaire se définit comme l’apport d’un cadavre “frais” dans le lieu de (...)

12Toutes les inhumations mises au jour correspondent à des dépôts primaires individuels (7) ou multiples (3)24. La grande majorité des individus (70%) a été déposée sur le dos ; seuls quatre sujets ont été inhumés sur le ventre. Les membres inférieurs sont généralement en extension et les membres supérieurs sont, soit le long du corps, soit fléchis sur le bassin ou l’abdomen (fig. 14). Ces positions se rencontrent fréquemment dans les cimetières consacrés médiévaux et modernes, hormis – peut-être – l’inhumation sur le ventre que l’on pourrait qualifier de plus atypique. On note toutefois quelques particularismes comme les deux individus inhumés à Lubomierz : ils ont probablement été enterrés les mains attachées dans le dos et, l’un des deux (SQ1), aurait également eu les pieds liés.

Fig. 14. Tableau récapitulatif sur les données biologiques et archéologiques des individus étudiés sur les différents sites © C. Vanhove.

Site

Fait

Individu

Orientation

(tête/pieds)

Position

générale

Attitude des membres

supérieurs

Attitude des membres

inférieurs

Âge

Sexe

Lubomierz

1

1

1

2

OSO/ENE

ENE/OSO

Sur le ventre

Sur le ventre

Fléchis dans le dos

Fléchis dans le bas du dos (mains liées ?)

Extension jambes croisées

Fléchis sur la droite

[10-14]/[15-19]

[20-29]

-

Masculin

Lubań

1

2

Ossuaire

1

1

ONO/ESE

ONO/ESE

Sur le dos

Sur le dos

Fléchis sur le bassin

Le long du corps

Indéterminée

Extension

>30

AD

Indéterminé

Indéterminé

Miłków

1

2

3

3

4

5

5

6

7

1

1

1

2

1

1

2

1

1

N/S

SSE/NNO

ESE/ONO

ESE/ONO

NNO/SSE

NNE/SSO

NNE/SSO

SSO/NNE

NNE/SSO

Sur le ventre

Sur le ventre

Sur le dos

Sur le dos

Sur le dos

Sur le dos

Sur le dos

Sur le dos

Sur le dos

Le long du corps

Croisés au-dessus de la tête

Fléchis sur l’abdomen à D, fléchi sur le bassin à G

Fléchis sur l’abdomen

Fléchis sur l’abdomen

Le long du corps

Le long du corps

Fléchis sur l’abdomen

Fléchis sur l’abdomen

Extension pieds joints

Fléchis vers l’arrière

Extension

Extension à G, fléchi sur la gauche à D

Extension

Extension

Extension à D, fléchi sur la gauche à G

Extension

Extension

>30

[30-49]

[20-49]

>40

[20-39]

>40

[30-49]

[30-49]

[15-19]

Indéterminable

Masculin

Féminin

Masculin

Masculin

Féminin

Masculin

Indéterminé

-

13Aucune architecture funéraire pérenne ou en matériau périssable n’a été repérée. Le seul aménagement potentiel serait l’agencement d’au moins cinq blocs de pierres sous le crâne de l’individu de la tombe 1 de Miłków. Il demeure cependant difficile de traduire cet aménagement par un intérêt porté à l’individu.

  • 25 Nous renvoyons à l’article de P. Duma dans ce présent volume.

14Enfin, la décomposition des corps, et ce pour les trois sites, s’est probablement déroulée en espace colmaté avec un colmatage différé. Les espaces vides secondaires ont été induits par la présence d’enveloppes souples identifiées à partir des indices taphonomiques et des vestiges vestimentaires mis au jour (boucles de ceintures, boutons, etc.)25.

  • 26 Voir, par exemple, le récent Lauwers & Zemour, dir. 2016.
  • 27 Leclerc & Tarrete 1988 ; Leclerc 1990.
  • 28 Boulestin & Duday 2005.
  • 29 Vivas 2016, 266.

15Au vu de ces éléments, à l’exception peut-être de la tombe 2 de Miłków où le sujet ne semble pas avoir bénéficié d’une attention particulière, tous les dépôts sont donc intentionnellement effectués dans des fosses délibérément creusées et qui ne se recoupent pas. Forts des réflexions menées ces dernières années sur la notion de sépulture26, nous pourrions interpréter l’intentionnalité des dépôts comme le marqueur d’un geste funéraire et, en ce sens, qualifier les inhumations de sépultures27. Il faut toutefois prouver que le geste d’ensevelir est le résultat d’un acte affectif à connotation positive28 et, justement, l’inhumation au gibet s’éloigne de cette optique en se parant d’un aspect infamant. Parce qu’aux fourches patibulaires “l’acte d’inhumer ne constitue pas un signe d’affection envers le défunt, [et qu’]il est le marqueur de la répression, le moyen de pérenniser la peine et l’exemplarité judiciaire”, nous ne pouvons pas qualifier les pratiques de funéraires, ni les inhumations de sépultures29.

Conclusion

16Les données et les analyses archéo-anthropologiques des corps des criminels mis au jour sur les sites de Lubań, de Miłków et de Lubomierz éclairent, d’une part, la gestion d’espaces patibulaires d’inhumation et, d’autre part, le traitement apporté aux défunts qui y sont enterrés. Les tombes sont généralement creusées à l’extérieur de la structure de pendaison, pour un ou plusieurs individus, selon une orientation particulière, probablement dépendante de l’espace environnant qu’il reste difficile de restituer. Le fait que les fosses ne se recoupent pas invite à s’interroger sur l’existence de marquage au sol ou, en ce sens, sur la connaissance parfaite de la topographie des lieux. L’étude des pièces vestimentaires (boucles de ceinture, boutons, etc.) et les observations taphonomiques se conjuguent pour certifier que les corps étaient vêtus au moment de leur inhumation et, de fait, lors de leur exécution. Enfin, seul le contexte permet de différencier ces inhumations de celles que l’on retrouve “classiquement” dans les cimetières chrétiens.

Bibliographie

Bibliographie

Adalian, P., Piercecchi-Marti, M.-D., Boulière-Najean, B., Panuel, M., Leonetti, G. et Dutour, O. (2002) : “Nouvelle formule de détermination de l’âge d’un fœtus”, C. R. Biologies, 325, 261-269.

Adalian, P., Piercecchi-Marti, M.-D., Lalys, L., Leonetti, G. et Dutour, O. (2006) : “Détermination de l’âge fœtal. Evaluation des formules ‘classiques’ ”. in : Buchet et al., dir. 2006, 271-279.

Al Qahtani, S. J. (2009)  Atlas of Human Tooth Development and Eruption. [En ligne]. URL : https://atlas.dentistry.qmul.ac.uk/.

Archéologie de la mort (1995) : Archéologie de la mort. La mort, Passé, Présent, Conditionnel, Actes du colloque de La Roche-sur-Yon, 18-24 juin 1994, La Roche-sur-Yon.

Ardagna, Y. Richier, A. et Schmitt, A. (2012) : “Proposition d’une fiche d’enregistrement pour les dépôts secondaires (fiche ‘DS’) en contexte historique”, Antropo, 27, 33-40.

Auler, J., dir. (2008-2012) : Richtstättenarchäologie, Dormagen, 3 vol.

Balout, L et de Lumley, H., éd. (1976) : Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (UISPP), ixe Congrès international des sciences préhistoriques et protohistoriques, Nice.

Bengston, R. G. (1935) : “A study of the time of eruption and root development of the permanent teeth between six and thirteen years”,  Northwest University Bulletin, 35, 3-9.

Blaizot, F. (2011) : Les espaces funéraires de l’habitat groupé des Ruelles à Serris du viie au xe s. (Seine et Marne, Île-de-France) : taphonomie du squelette, modes d’inhumation, organisation et dynamique, thèse de doctorat Université de Bordeaux 1, 5 vol.

Blanchard, P., dir. (2010) : Orléans, La Madeleine : hospitalité et recueillement à travers différentes occupations (ixe-xviiie s.), RFO, INRAP Centre-Île-de-France, 3 vol.

Bonnabel, L., dir. (2012) : Archéologie de la mort en France, Paris.

Boulestin, B. et Duday, H. (2005) : “Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire”, in : Mordant & Depierre, dir. 2005, 17-35.

Brůžek, J. (1992) : “Fiabilité des fonctions discriminantes dans la détermination sexuelle de l’os coxal. Critiques et propositions”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 4 (1-2), 67-104.

Brůžek, J. (2002) : “A method for visual determination of sex, using the human hip bone”, American Journal of Physical Anthropology, 117, 157-168.

Brůžek, J., Santos, F., Dutailly, B., Murail P. et Cunha, E. (2017) : “Validation and reliability of the sex assessment of human hip-bone using freely available DSP2 software in bioarchaeology and forensic anthropology”, American Journal of Physical Anthropology, 164 (2), 440-449.

Buchet, L., Dauphin, C. et Séguy, I., dir. (2006) : La paléodémographie. Mémoire d’os, mémoire d’hommes, Actes des 8e journées d’anthropologie de Valbonne, Antibes.

Carlen, L., dir. (2005) : Forschungen zur Rechtsarchäologie und Rechtlichen Volkskunde 22, Zürich – Bâle – Genêve,

Castex, D. (2007) : “Les anomalies démographiques : clefs d’interprétation des cimetières d’épidémies en archéologie”, in : Castex & Cartron, éd. 2007, 109-138.

Castex, D. et Cartron, I., éd. (2007) : Épidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires (année 2005) de la Maison des Sciences de l’Homme, Pessac.

Castex, D. et Réveillas, H. (2007) : “Investigation sur une crise de mortalité à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, xviiie s.). Hypothèses d’interprétation”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 19 (1-2), 21-38.

Charageat, M. et Vivas, M., dir. (2015) : Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire, colloque du 23 et 24 janvier 2014, Bordeaux, Criminocorpus [En ligne]. URL : http://criminocorpus.revues.org/3018.

Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, APDCA, Antibes, 2016, p. 241-259.

Coqueugniot, H., Weaver, T. D. et Houët, F. (2010) : “Brief communication : a probabilistic approach to age estimation from infracranial sequences of maturation”, American Journal of Physical Anthropology, 142, 655-664.

Duday, H. (1990) : “Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépulture colmatée ou espace vide ?”, Revue Archéologique du Centre de la France, 19, 193-196.

Duday, H. (1995) : “Anthropologie de ‘terrain’”., in : Archéologie de la mort 1995, 33-58.

Duday, H. (2005) : “L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort”, in : Dutour et al., éd. 2005, 153-207.

Duday, H., Courtaud, P., Crubézy, É., Sellier, P., Tillier, A.-M. (1990) : “L’anthropologie ‘de terrain’ : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires”, Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n. s., 2 (3-4), 29-50.

Duma, P. (2015) : Śmierć nieczysta na Śląsku. Studia nad obrządkiem pogrzebowym społeczeństwa przedindustrialnego [rés. en anglais Profane death in Silesia. A study on funeral practices of the pre-industria society], Wrocław.

Duma, P., Rutka, H. et Wojtucki, D. (2010) : “Wyniki badań archeologicznych na dawnym miejscu straceń w Lubomierzu w 2010 roku” [rés. en allemand Die Ergebnisse von archäologischen Untersuchungen an der ehemaligen Richtstätte in Liebenthal/Lubomierz in Niederschlesien in 2010], Pomniki Dawnego Prawa, 10, 4-13.

Duma, P. et Wojtucki, D. (2014) : “Drugie miejsce straceń w Jeleniej Górze w świetle badań archeologicznych i historycznych” [rés. en allemand Archäologische Untersuchungen auf dem zweiten Hinrichtungsplatz in Jelenia Góra/Hirschberg], Pomniki Dawnego Prawa, 26, 24-39.

Dutour, O., Hublin, J.-J. et Vandermeersch, B., éd. (2005) : Objets et méthodes en paléoanthropologie, Paris.

Friedrich, K. W. Alt., Rösing, W. et Teschler-Nicola (1998) : Dental Anthropology, Fundamentals, Limits and Prospects Vienne.

Garcin, V. (2009) : Bioarchéologie des sujets immatures de quatre nécropoles du haut Moyen-Age européen : méthodes d’études du développement et des interactions biologie/culture, thèse de doctorat, Université de Bordeaux 1.

Gleize, Y. et Maurel, L. (2009) : “Les sépultures du Haut Moyen âge du Champ-Des-Bosses à Saint-Xandre : organisation et recrutement particulier de tombes dispersées”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 21 (1-2), 59-77.

Grenda, K., Paternoga, M., Rutka, H. et Wojtucki, D. (2005) : “Der mittelalterliche Galgen in Lauban im Lichte der archäologischen Grabungen von 2003–2004”, in : Carlen, dir. 2005, 257-275.

Houët, F., Brůžek, J. et Murail, P. (1995) : “Établissement des nouvelles fonctions discriminantes à partir de l’os coxal applicables dans d’autres populations”, Antropologia portuguesa, 13, 157-170.

Kacki, S. (2010) : “Le cimetière hospitalier de la Madeleine (xe-xie s.) : étude paléopathologique”, in : Blanchard, dir. 2010, 3, 181-234.

Lauwers, M. et Zemour, A., dir. (2016) : Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours, Actes du colloque international tenu les 13-15 octobre 2015 à Antibes, Antibes.

Leclerc, J. (1990) : “La notion de sépulture”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (3-4), 13-18.

Leclerc, J. et Tarrête, J. (1988) : “Sépulture”, in : Leroi-Gourhan, éd. 1988, 963-964.

Leroi-Gourhan, A., éd. (1988) : Dictionnaire de la Préhistoire, Paris.

Liversidge, H. M., Herdeg, B. et Rösing, F. W. (1998) : “Dental age estimation of non-adults. A review of methods and principles”, in : Friedrich et al., 1998, 419-442.

Liversidge, H. M. et Molleson, T. I. (2004) : “Variation in crown and root formation and eruption of human deciduous teeth”, American Journal of Physical Anthropology, 123 (2), 172-80.

Majó, T., Tillier A.-M., Brůžek, J. (1993) : “Tests des fonctions discriminantes de Schutkowski impliquant l’ilium pour la détermination du sexe dans des séries d’enfants de sexe et d’âge connus”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 5 (1-2), 61-68.

Maresh, M. M. (1970) : “Measurements from roentgenograms”, in : Mc Camon, éd. 1970, 157-200.

Mc Camon, R. W., éd. (1970) : Human Growth and Development. Springfield.

Maroń, J., Wolański, F. et Ziątkowski, L., dir. (2016) : Społeczeństwa Europy Środkowo-Wschodniej w epoce wczesnonowożytnej, Wrocław.

Mašková, P. (2015) : “Faux cimetières : les lieux d’inhumation des exclus dans les pays de la Couronne de Bohême à l’Époque moderne”, in : Treffort, dir. 2015, 207–220.

Mašková, P. et Michálek, J. (2006) : “Archeologický výzkum v poloze ‘Na šibenici’ ve Vodňanech (okres Strakonice) : Příspěvek k archeologii popravišť” [rés. en allemand Archäologische Grabung in der Flur „Na šibenici“ („Am Galgen“) bei Vodňany (Bezirk Strakonice): Ein Beitrag zur Archäologie der Hinrichtungsstätten in Böhmen], Archeologické rozhledy, 58, 790-809.

Maškovà, P. et Wojtucki, D. (2015) : “L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)”, in : Charageat & Vivas, dir. 2015 [En ligne]. URL : https://criminocorpus.revues.org/3115.

Moorrees, C. F., Fanning, E. A. et Hunt, E. E. (1963a) : “Formation and resorption of three deciduous teeth in Children”, American Journal of Physical Anthropology, 21, 205-213.

Moorrees, C. F., Fanning, E. A. et Hunt, E. E. (1963b) : “Age variation of formation stages for ten permanent teeth”, Journal of Dental Research, 42 (6), 1490-1502.

Mordant, C. et Depierre, G., dir. (2005) : Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze, Actes de la Table ronde de Sens en Bourgogne, Paris.

Murail, P., Bruzek, J., Houët, F. et Cunha, E. (2005) : “DSP : a tool probabilistic diagnosis using worldwide variation in hip-bone measurements”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 17 (3-4), 167-176.

Owings Webb, P. A. et Myers Suchey, J. (1985) : “Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of American males and females”, American Journal of Physical Anthropology, 68 (4), 457-466.

Poplin, F. (1976a) : “Remarques théoriques et pratiques sur les unités utilisées dans les études d’ostéologie quantitative, particulièrement en archéologie préhistorique”, in : Balout & de Lumley, éd. 1976, 124-141.

Poplin, F. (1976b) : “À propos du nombre de restes et du nombre d’individus dans les échantillons d’ossements”, Cahier du Centre de Recherches Préhistoriques, 60-74.

Rösing, F., Graw, M. et Marre, B. (2007) : “Recommendations for the forensic diagnosis of sex and age from skeletons”, Homo, 58, 75-89.

Rouquet, J., Lozahic, Y. et Delemont M. (2010) : “Étude anthropologique du cimetière médiéval du Prieuré de la Madeleine à Orléans”, in : Blanchard, dir. 2010, 3, 5-40.

Scheuer, L. et Black, S. M. (2000) : Developmental juvenile osteology. San Diego.

Schmitt, A. (2002) : “Estimation de l’âge au décès des sujets adultes à partir du squelette : des raisons d’espérer”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 14 (1-2), 51-73.

Schmitt, A. (2005) : “Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17 (1-2), 1-13.

Treffort, C., dir. (2015) : Le cimetière au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des xxxve Journées Internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, 11 et 12 octobre 2013, Toulouse.

Villena i Mota, N. (1997) : Hiérarchie et fiabilité des liaisons ostéologiques (par symétrie et par contiguïté articulaire) dans l’étude des sépultures anciennes, Thèse de doctorat, Université de Bordeaux 1.

Villena i Mota, N., Duday, H. et Houët, F. (1996) : “De la fiabilité des liaisons ostéologiques”, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., 8 (3-4), 373-384.

Vivas, M. (2014) : “Les lieux d’exécution comme espaces d’inhumation. Traitement et devenir du cadavre des criminels (xie-xive s.)”, Revue Historique, 670, 295-312.

Vivas, M. (2016) : “L’inhumation des condamnés à mort aux fourches patibulaires (Moyen Âge-époque moderne)”, in : Lauwers & Zemour, dir. 2016, 253-271.

Wojtucki, D. (2009) : Publiczne miejsca straceń na Dolnym Śląsku od xv do połowy xix wieku [rés. en allemand Öffentliche Richtstätten in Niederschlesien vom 15. bis Mitte des 19. Jahrhunderts], Katowice.

Wojtucki, D. (2010) : “‘Rabenstein’ oder ‘Köpfhaus’. Hinrichtungstätten der neuzeitlichen Stadt”, in : Auler, dir. 2010, 2, 394-409.

Wojtucki, D. (2014) : Kat i jego warsztat pracy na Śląsku, Górnych Łużycach i w hrabstwie kłodzkim od początku xvi do połowy xix wieku, [rés. en allemand : Der Scharfrichter und seine Arbeit in Schlesien, Oberlausitz und Grafschaft Glatz vom frühen 16. bis Mitte des 19. Jahrhunderts], Varsovie.

Wojtucki, D. (2016) : “Franz Friedrich Nessel - kat, mieszczanin i przedsiębiorca w xviii-wiecznym Wrocławiu”, in : Maroń et al., dir. 2016, 223-236.

Notes

1 Charageat & Vivas, dir. 2015

2 Mašková & Wojtucki 2016.

3 Pour l’Europe centrale, voir – entre autres, Auler, dir. 2008-2012, Mašková 2016, Mašková & Michálek 2006 ; Mašková & Wojtucki 2016 ; D. Wojtucki 2009, 2010, 2014 et 2016 ; Duma et al. 2010, Duma & Wojtucki 2014 et Duma 2015.

4 PHC Polonium (n°37668QJ
) Condamnés à mort, fourches patibulaires et lieux d’inhumations (Tchéquie-Pologne) (Moyen Âge - Époque moderne) (2017-2018). Nous tenions à remercier ici, pour la Pologne, le Ministère de la Science et de l’Enseignement Supérieur (MNiSW) et, pour la France, les Ministères de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE) ainsi que celui de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation (MESRI). Nous remercions également Sébastien Reymond et Christophe Paoli, attachés de coopération scientifique et universitaire à Varsovie.

5 Les fouilles ont été dirigées par D. Wojtucki avec la participation de P. Duma, K. Grenda, P. Paternoga et H. Rutka.

6 L’estimation de l’âge au décès des adultes reste délicate et imprécise. Les adultes sont en effet soumis à un déclin progressif de l’organisme, déclin variable en fonction des facteurs génétiques, environnementaux et culturels, et donc variable d’un individu à un autre et d’une population à une autre. Sur ce point, voir : Schmitt 2002.

7 Owings Webb & Myers Suchey 1985.

8 Schmitt 2005.

9 Moorrees et al. 1963a et b. Les indicateurs de maturation dentaire, quantifiables de manière précise, présentent le moins de variations inter-populationnelles et restent donc la méthode la plus précise, la plus fiable et la mieux corrélée à l’âge chronologique (voir, entre autres, Liversidge et al. 1998 ; Rösing et al. 2007).

10 Coqueugniot et al. 2010 ; Scheuer & Black 2000. Le cas échéant, l’âge au décès a été estimé à partir de l’âge statural (Maresh 1970) ou des stades d’éruption dentaire (Al Qahtani 2009). Les méthodes fondées sur l’éruption dentaire sont rarement utilisées en anthropologie car elles sont souvent peu précises, très dépendantes de la population considérée et avec une forte variabilité dans la précision et la fiabilité (Garcin 2009). La méthode proposée par S. J. Al Qathani (2009), préférentiellement utilisée en médecine légale, a été mise au point d’après les travaux de C. F. Moorrees et al. (1963a et b), R. G. Bengston (1935) et H. M. Liversidge et T. I. Molleson (2004). Pour l’estimation de l’âge des sujets périnatals, la méthode retenue est celle proposée par P. Adalian et al. (2002) car, à ce jour, il s’agit de la méthode la plus proche de l’âge réel (Adalian et al. 2006).

11 Brůžek 2002 ; Murail et al. 2005 revu par Brůžek et al. 2017. L’os coxal est le seul os du squelette qui présente un dimorphisme sexuel qui n’apparaît qu’après la puberté. Il est identique pour toutes les populations humaines car il est dû à des contraintes fonctionnelles (Brůžek 1992 et 2002 ; Majó et al. 1993 ; Houët et al. 1995).

12 L’évaluation de l’état sanitaire est une étape importante dans la caractérisation d’une population puisqu’il permet de déterminer, à l’échelle individuelle, les affections subies au cours de la vie. Elle permet en cela de comprendre, à l’échelle populationnelle, les modes de vie et ainsi d’appréhender le milieu socio-économique (Rouquet et al. 2010).

13 Les ossements ont seulement pu faire l’objet d’un examen macroscopique.

14 Aucune lésion traumatique n’a été repérée.

15 Kacki 2010.

16 Duday et al. 1990 ; Duday 2005.

17 Ardagna et al. 2012.

18 Gleize & Maurel 2009.

19 Pour le calcul du Nombre Minimal d’Individus (N.M.I.), nous nous sommes intéressés aux liaisons ostéologiques de “premier ordre”, c’est-à-dire aux connexions anatomiques observées directement sur le terrain au moment de la fouille. Nous avons également pris en considération les liaisons ostéologiques de “second ordre”, c’est-à-dire celles établies après la fouille à partir des ossements retrouvés en position secondaire. Leur étude est d’autant plus importante qu’ils sont les témoignages de la gestion et de l’espace funéraire (Blaizot 2011). Enfin, nous nous sommes appuyés sur le N.M.I. de fréquence (N.M.I.f.) et sur le N.M.I. d’exclusion (N.M.I.e.) (fréquence maximale d’un élément anatomique suivant son côté et au remontage d’éléments jointifs, appartenance à un même ensemble pathologique, à un stade de maturation osseuse identique ou à des critères de format ou de sexe). Sur ces points, voir : Poplin 1976a et b ; Villena i Mota et al. 1996 ; Villena i Mota 1997.

20 Grenda et al. 2005 ; Wojtucki 2009 ; Mašková & Wojtucki 2015.

21 Rouquet et al. 2010 ; Bonnabel, dir. 2012.

22 Duday 1990 ; Duday 1995 ; Duday 2005 ; Duday et al. 1990.

23 Dans cette optique, voir Vivas 2014 et 2016.

24 Pour H. Duday, “le dépôt primaire se définit comme l’apport d’un cadavre “frais” dans le lieu de dépôt définitif où va donc s’opérer toute la décomposition du corps” (Duday 2005, 165). Le dépôt multiple induit quant à lui une simultanéité qui se traduit par le dépôt de plusieurs cadavres en un même lieu et dans un laps de temps très court. Il s’identifie par le maintien des connexions anatomiques plutôt strictes : en effet, tous les corps se décomposent en même temps (Castex 2007 ; Castex & Réveillas 2007).

25 Nous renvoyons à l’article de P. Duma dans ce présent volume.

26 Voir, par exemple, le récent Lauwers & Zemour, dir. 2016.

27 Leclerc & Tarrete 1988 ; Leclerc 1990.

28 Boulestin & Duday 2005.

29 Vivas 2016, 266.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Miłków : vestiges encore en élévation des fourches patibulaires © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. 2. Miłków : plan général du site © C. Vanhove d’après D. Wojtucki et M. Paternoga.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 3. Miłków : vue générale de la tombe 1 © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 4. Miłków : vue générale des tombes 2, 3 et 4 © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 5. Miłków : vue générale des tombes 5, 6 et 7 © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 6. Lubań : fondation des fourches patibulaires © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Fig. 7. Lubań : ossuaire en cours de fouille © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Fig. 8. Lubań : vue générale des tombes 1 et 2 © D. Wojtucki.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 9. Lubomierz : fondation des fourches patibulaires et inhumation © D. Wojtucki. et P. Duma
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 10. Vue générale et plan de la tombe du site de Lubomierz. © D. Wojtucki et P. Duma.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 11. Lésions dégénératives de type arthrosique (ostéophytes et éburnation) localisées au niveau de la surface articulaire latérale droite de la vertèbre cervicale C4 © C. Vanhove.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 12. Contiguïtés articulaires persistantes repérées dans le fond de l’ossuaire © C. Vanhove.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 13. Lésions d’origine infectieuse se traduisant par des appositions périostées généralisées sur les faces latérale et postérieure des diaphyses des tibias avec déformation volumique © C. Vanhove.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18388/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search