Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

2. La justice et ses "objets"

“À chacun une gamelle”. Poteries du quotidien de la prison de Moulins (Allier) à la fin du xixe s.

Alban Horry

Texte intégral

Céramologie contemporaine : une archéologie du quotidien

  • 1 L’analyse des lots de la période moderne a commencé à se développer à Lyon à la fin des années 19 (...)

1Si l’archéologie contemporaine a connu un certain essor depuis quelques années, ce fut surtout par le biais de l’étude des conflits – la Première Guerre mondiale en particulier – ou bien par celui de l’archéologie industrielle. L’analyse des assemblages mobiliers du quotidien reste à ce jour encore très ponctuelle voire inexistante dans certains cas. Les récentes opérations de diagnostics archéologiques et plusieurs fouilles préventives de ces dernières années ont permis progressivement de constituer des collections de mobiliers des xixe et xxe s. Cette richesse documentaire dont il est possible de disposer permet d’avoir un échantillon représentatif du début de la période contemporaine. Elle permet d’appréhender les mutations et les évolutions que connaissent alors les objets civils domestiques soumis en particulier au développement de l’industrialisation et à l’apparition de nouveaux produits. L’étude des céramiques archéologiques de la période contemporaine est finalement très récente. En effet, ces dernières n’ont pas toujours fait l’objet d’attentions particulières de la part des archéologues et, parfois, n’ont tout simplement pas été conservées. Aujourd’hui, elles offrent l’opportunité, surtout grâce au développement de l’archéologie préventive, de travailler sur des masses documentaires importantes qui sont à même de refléter avec justesse les différents constituants des vaisselles et objets en terre cuite utilisés au quotidien. Contrairement aux lots de la période moderne1, on ne dispose pas à ce jour – ou du moins très peu – de données archéologiques publiées pour la période comprise entre la Révolution et la première Guerre Mondiale. Ces analyses bénéficient de réels changements dans les “habitudes” archéologiques où progressivement les contextes du xxe s. font aussi l’objet de prescriptions de la part des services de l’État et sont suivies de fouilles. L’étude des assemblages issus de divers dépotoirs domestiques livre des éléments essentiels pour aborder la culture matérielle et appréhender les aspects sociaux. Le lot de céramique découvert à Moulins s’inscrit parfaitement dans cette catégorie d’analyse céramologique qui, désormais, ne reste pas cantonnée dans une vision purement typo-chronologique des objets.

Un château transformé en prison

2Le lot de céramiques a été découvert dans l’enceinte du château des Ducs de Bourbon localisé à Moulins dans le département de l’Allier. C’est une construction d’origine médiévale qui est ravagée par un incendie en 1755. Échappant à la destruction, le donjon ou tour appelée “La Mal coiffée” (fig. 1) est transformé en prison à la fin du xviiie s. D’une hauteur de 45 mètres et d’une surface au sol de 300 m2, il comporte dix étages dont trois en sous-sol. Il restera prison départementale pendant deux siècles.

Fig. 1. Vue du château des Ducs de Bourbons à Moulins (Allier) avec la tour dite “la Malcoiffée” transformée alors en prison © Collection particulière.

Fig. 1. Vue du château des Ducs de Bourbons à Moulins (Allier) avec la tour dite “la Malcoiffée” transformée alors en prison © Collection particulière.
  • 2 Anonyme 1873, 203-205.

3Une enquête parlementaire sur le régime des établissements pénitentiaires en 1873-1874 est intéressante car elle est contemporaine de l’assemblage céramique découvert dans le dépotoir2. La lecture du procès-verbal est assez édifiante quant à l’état de la prison à ce moment-là et il semble utile de l’évoquer pour une mise en situation :

“À Moulins, ville importante, chef-lieu d’assises et de conseil de guerre, une vieille masure, reste d’un vieux château, sert à contenir une population beaucoup trop considérable. Les dortoirs des prévenus, des condamnés et des militaires, établis à différents étages du donjon, sont, à la vérité, larges et bien aérés, mais quel bouge pour les femmes ! Quels affreux corridors dans lesquels, en plein jour, on ne circule qu’une lanterne à la main ! Quels ateliers humides et bas pour les hommes ! Quels préaux étroits ! Quelle cuisine, servant de réfectoire pour tous les détenus ! Quels recoins pour loger les pauvres gardiens ! Enfin quelle chapelle honteuse, indécente même, et pour laquelle le conseil général de l’Allier ne veut accorder aucun subside”.

Le dépotoir de la prison

  • 3 Parent et al. 1996.
  • 4 Je tiens à remercier ici S. Talour pour sa collaboration et les informations précieuses qu’il m’a (...)
  • 5 Talour à paraître.

4Le mobilier étudié et décrit ici a été découvert en 1996 lors d’une campagne de diagnostic réalisée par l’Afan sous la direction de D. Parent3. Il provient d’un dépotoir localisé en dessous d’un soupirail. Constituant une sorte de cône, ce dernier correspondait à différents rejets et ordures issus sans doute de l’intendance de la prison. Ce dépotoir avait fait l’objet d’un repérage et d’une première fouille en 1990, avant d’être intégralement prélevé en 2011-2012 par le Service Archéologie Préventive de l’Allier lors d’une fouille archéologique dirigée par S. Talour4 et dont l’étude est en cours de finalisation5. Le lot présenté dans le cadre de cette publication constitue finalement un échantillon représentatif des artefacts rejetés dans le dépotoir et dont l’intégralité (issu des trois campagnes de fouille) fera bien sûr l’objet d’une analyse exhaustive dans les années à venir.

  • 6 Bocquet 2009.

5Il s’agit du premier lot de mobilier archéologique découvert en milieu carcéral et disponible pour une étude dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Précédemment, quelques structures liées à une des prisons de Chambéry au xixe s. avaient fait l’objet d’une fouille préventive, mais aucun dépotoir lié à l’occupation carcérale de la période contemporaine n’avait été mis en évidence6. La lecture d’un numéro spécial de la revue Les Nouvelles de l’Archéologie consacré alors à l’archéologie de la réclusion et de la détention ne livre guère d’informations. En effet, on notera dans celui-ci l’absence d’éléments de culture matérielle découverts lors des fouilles de divers contextes carcéraux et en lien avec la vie quotidienne dans ces établissements. Les trois opérations archéologiques menées à Moulins livrent donc une documentation précieuse quasi inédite.

Des céramiques au quotidien

6À l’instar de ce que l’on observe à la fin de la période moderne et à la période contemporaine, l’assemblage est bien diversifié et constitué de 14 groupes techniques. Une première analyse permet de proposer une chronologie placée dans le courant du xixe s. Néanmoins, pour la constitution du dépotoir, une relecture plus fine réalisée grâce à l’apport de certains éléments particuliers suggère d’envisager le dernier quart du xixe s. Cette proposition de datation repose sur plusieurs vaisselles en faïence fine qui portent des marques des manufactures de Gien et de Sarreguemines, faisant ainsi référence à la période de production des années 1875-1900. La constitution de l’assemblage céramique du dépotoir demeure assez particulier et on doit retenir la particularité du contexte carcéral. En effet, certains groupes techniques représentent une majorité écrasante par rapport à d’autres, et ce probablement en lien avec les récipients particuliers utilisés pour l’alimentation. Les éléments illustrent assez bien divers moments de la vie quotidienne : l’alimentation essentiellement (cuisine avec stockage, préparation et cuisson, consommation des repas), l’hygiène corporelle dans une moindre mesure et, enfin, un dernier aspect particulier, la consommation du tabac.

En cuisine

7La batterie de cuisine en céramique utilisée par l’intendance de l’établissement reste somme toute assez simple au regard de ce que l’on connaît par ailleurs dans d’autres contextes de consommation à la fin de la période moderne ou au début de la période contemporaine. Le stockage des denrées est évoqué par quelques petits récipients de type pot à conserve – dont certains ont le format de tonnelets – ou par de grands conteneurs de type cruche à bec tubulaire pour conserver les liquides. L’élaboration de soupes ou de potages assez simples destinés à l’alimentation des détenus ne nécessitait sans doute pas une gamme très diversifiée de récipients. Il faut aussi garder à l’esprit qu’une part non négligeable de l’équipement de cuisson de plus grande taille devait être aussi en métal car probablement plus adapté à l’élaboration de mets collectifs. De nombreuses terrines à anse horizontale à bord en bandeau (fig. 2, n°4-6) ou à marli court, de tailles diverses, en céramique à pâte kaolinitique ou claire et glaçurée ont également contribué à la préparation voire à la cuisson des repas à l’instar de quelques poêlons ou terrines à bord arrondi (fig. 2, n°3). Parmi les formes les plus répandues, on citera quelques pots à cuire à bord incurvé (fig. 2, n°2) et les petits coquemars en pâte claire ; pots munis d’une seule anse, recouverts d’une glaçure plombifère interne et utilisés pour réchauffer les préparations liquides que l’on portait directement au feu. Dans ce groupe d’objets, on mentionnera un petit coquemar à pâte rouge et glaçure plombifère dont le profil est très proche des productions drômoises de Dieulefit diffusées au xixe et au début du xxe s. Deux marmites font partie des produits de Vallauris (Alpes-Maritimes) ou du moins dans le style de Vallauris, formes emblématiques du répertoire culinaire très répandu entre le xixe et le début du xxe s. Plusieurs couvercles (fig. 2, n°1) de formats variés pouvaient être utilisés sur les pots à cuire ou à réchauffer. Enfin, de grands récipients ouverts en pâte grise sans revêtement du type terrines font également partie de l’équipement de cuisson (fig. 3).

Fig. 2. Céramiques du dépotoir de la prison, vaisselles culinaires, dernier quart du xixe s. © É. Bayen, Inrap (d’après Parent 1996).

Fig. 2. Céramiques du dépotoir de la prison, vaisselles culinaires, dernier quart du xixe s. © É. Bayen, Inrap (d’après Parent 1996).

Fig. 3. Céramiques grises culinaires : terrines, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 3. Céramiques grises culinaires : terrines, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Repas et boissons

  • 7 Archives Municipales de la ville de Moulins, 1 M 500.

8La consommation des repas est finalement l’aspect le plus représenté dans le dépotoir car l’essentiel des récipients découverts est constitué de vaisselles dites de table (fig. 4, n°1 à 7). En témoignent les très nombreuses écuelles en céramique à pâte claire recouverte d’une glaçure plombifère (fig. 4, n°1) – que l’on appelle aussi céramique kaolinitique glaçurée – et sans doute d’origine locale (fig. 5). Ces vases sont probablement les “gamelles” mentionnées dans un cahier des charges des fournitures à faire aux maisons d’arrêt du département de l’Allier au xixe s.7 : “Il fournira notamment à chaque détenu une cuiller de fer, une gamelle, plus une cruche pour quatre détenus […]”. La taille des écuelles ou gamelles est variée mais suppose presque toujours une utilisation individuelle. Leur emploi au quotidien est largement signalé par les fréquentes traces de suie présentes sur les fonds et liées à la pose sur les réchauds ou près du feu pour réchauffer les soupes. Elles devaient être associées à l’emploi d’autres objets en terre cuite. En effet, si les cuisines devaient probablement avoir un équipement de type potager ou fourneau pour la disposition des récipients de cuisson, on notera la présence significative d’objets en terre cuite commune au profil particulier. Il s’agit de réchauds de taille moyenne en pâte rouge, sans revêtement, qui devaient constituer une source de chaleur complémentaire. On peut supposer qu’ils pouvaient être utilisés pour disposer les gamelles, afin de réchauffer le contenu majoritairement constitué de bouillons ou de soupes.

Fig. 4. Céramiques du dépotoir de la prison. Vaisselles pour les repas et objets pour l’hygiène corporelle, dernier quart du xixe s. © É. Bayen, Inrap (d’après Parent 1996).

Fig. 4. Céramiques du dépotoir de la prison. Vaisselles pour les repas et objets pour l’hygiène corporelle, dernier quart du xixe s. © É. Bayen, Inrap (d’après Parent 1996).

Fig. 5. Écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 5. Écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

9L’iconographie des xviiie et xixe s. fournit par ailleurs de précieuses illustrations de ces objets dans les foyers domestiques : sorte de foyers mobiles de substitution, ils pouvaient être utilisés à la fois comme source de chauffage ou pour une utilisation culinaire. La présence significative de ces derniers dans la prison est peut être en lien avec le caractère carcéral du contexte. Enfin, la valeur accordée aux gamelles trouve également une illustration dans les perforations réalisées pour la pose d’agrafes métalliques de restauration après le bris des écuelles (fig. 6). Preuve d’un intérêt accordé à des vases qui sont tout de même réalisés en simple céramique commune de peu de prix.

Fig. 6. Écuelle ou gamelle en céramique claire glaçurée avec perforation pour agrafe de restauration, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 6. Écuelle ou gamelle en céramique claire glaçurée avec perforation pour agrafe de restauration, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

10L’autre aspect singulier des gamelles ou écuelles est la présence de nombreux graffiti sur les récipients. Ceux-ci affectent majoritairement la face externe et sont de divers types. On peut ainsi identifier des noms ou parfois des lettres (lorsque les vases sont fragmentaires), sans doute relatifs aux détenus (fig. 7-1 à 7-5) et parfois associés à d’autres motifs indéterminés. Une autre partie importante des gamelles révèle divers motifs géométriques gravés à la fois sur la panse (fig. 8-1 à 8-3) mais aussi sur les fonds (fig. 8-4 à 8-8). Ces derniers sont souvent le support de motifs croisés encore non interprétés. On peut supposer que les barres verticales parfois gravées sur les bords et à d’autres occasions sur la panse sont en lien avec le nombre de jours d’incarcération (fig. 9-1 et 9-2). Les bords peuvent aussi porter des symboles ou des lettres (fig. 10-1 et 10-2). Certains récipients sont gravés à la fois sur la face interne et sur la face externe. Enfin, on signalera quelques chiffres (fig. 10-3) dont certains sont sans doute relatifs à des dates comme cela a pu être constaté sur un récipient découvert en 2011-2012.

Fig. 7.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.4. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.4. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.5. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 7.5. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
Graffitixixe

Fig. 8.5. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.5. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.6. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.6. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.7. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.7. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.8. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 8.8. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 9.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, décompte de jours d’incarcération, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 9.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, décompte de jours d’incarcération, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 9.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, décompte de jours d’incarcération, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 9.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, décompte de jours d’incarcération, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 10.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 10.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 10.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 10.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 10.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, symboles ; chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 10.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, symboles ; chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

11Ces graffiti semblent être une spécificité de ce groupe de céramiques ; les assemblages céramiques régionaux domestiques ne révèlent en effet quasiment jamais cette particularité. On pourrait donc les attribuer au contexte carcéral, même si l’on peut restituer, de façon ponctuelle, le recours à cette pratique sur les vaisselles utilisées en contexte monastique et en lien avec les préceptes des diverses communautés. Ces incisions sont donc autant de témoignages émouvants du quotidien des prisonniers : gravés dans l’argile au même titre que les nombreux graffiti présents sur les murs de la prison, ils participent probablement de la même pratique.

12Hormis les gamelles, le dépotoir contenait également d’autres vaisselles de table qui font partie des produits phares de la fin de la période moderne et de la période contemporaine : la faïence fine, la porcelaine et la faïence. Ces productions sont évoquées en particulier par de nombreuses assiettes creuses (fig. 4, n°2 et n°3) ou plates (fig. 4, n°4) utilisées pour la consommation. S’ajoutent également les plats pour le service, modestes produits que l’on peut classer dans le groupe des productions communes à large diffusion. On peut supposer que ces récipients étaient surtout destinés aux personnels de la prison. L’essentiel des faïences est constitué de produits dénués de décors, recouverts de simple émail blanc ou avec des bandeaux sur le marli (fig. 11), ou de produits dits culinaires à fond brun. On notera quelques éléments aux motifs polychromes (fig. 12) et quelques assiettes parlantes “à devises” (fig. 13) sans doute originaires de Nevers. Les assiettes blanches en faïence fine (fig. 14) sont pour une part issues des manufactures de Gien ou de Sarreguemines et leurs marques identifient une production des années 1870-1900.

Fig. 11. Assiette en faïence, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 11. Assiette en faïence, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 12. Assiette en faïence, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 12. Assiette en faïence, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 13. Fragment d’assiette en faïence parlante avec devise (Nevers ?), seconde moitié du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 13. Fragment d’assiette en faïence parlante avec devise (Nevers ?), seconde moitié du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 14. Assiette en faïence fine “Opaque de Sarreguemines”, 1875-1900 © A. Horry, Inrap.

Fig. 14. Assiette en faïence fine “Opaque de Sarreguemines”, 1875-1900 © A. Horry, Inrap.

13Enfin, un aspect singulier mérite d’être mentionné : la présence de fragments d’assiettes et de plats en porcelaine chinoise de la Compagnie des Indes (fig. 15). La présence de vaisselles faisant partie des produits de luxe peut paraître étonnante dans cet assemblage au statut si particulier. Au stade actuel de l’étude, il est difficile de proposer une quelconque interprétation à cette présence aux côtés de productions communes. On peut toutefois supposer qu’elles faisaient partie de pièces utilisées par des personnages au statut social probablement différent de celui de l’intendance ou des prisonniers.

Fig. 15. Fragments d’assiettes en porcelaine chinoise, xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 15. Fragments d’assiettes en porcelaine chinoise, xixe s. © A. Horry, Inrap.

14Le lot contient également des vaisselles destinées à la consommation des boissons chaudes, en particulier le café. Divers groupes techniques sont ainsi représentées par le biais d’au moins un bol en porcelaine blanche et de tasses diverses. En porcelaine blanche (fig. 16-1), en faïence fine blanche, en faïence (fig.16-2 et 16-3) ou en terre vernissée (fig. 16-4 et 16-5), elles sont associées à des soutasses. La boisson est aussi évoquée par d’autres récipients et conteneurs. Nous trouvons ainsi de grandes cruches à bec tubulaire avec anse de transport en terre vernissée ou céramique verte sur engobe (fig. 4, n°8 et 9) pour le stockage et le service, mais aussi de grands pichets en céramique claire glaçurée, en céramique engobée ou en faïence. Ces derniers correspondraient aux récipients mentionnés dans le cahier des charges des fournitures de la prison et dont un exemplaire devait être partagé par quatre détenus. Enfin, quelques bouteilles en grès (fig. 17) – omniprésentes dans les contextes du xixe s. – évoquent la consommation d’alcool en particulier la bière.

Fig. 16.1. Tasses, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.1. Tasses, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.2. Porcelaine, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.2. Porcelaine, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.3. Porcelaine ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.3. Porcelaine ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.4. Faïence ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.4. Faïence ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.5. Faïence ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 16.5. Faïence ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 17. Fonds de bouteilles en grès, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 17. Fonds de bouteilles en grès, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Hygiène

15Si les céramiques liées à l’alimentation occupent un espace de choix dans le dépôt, on mentionnera quelques éléments liés à l’hygiène corporelle, soit quelques pots de chambre en faïence blanche simple (fig. 4, n°10 et fig. 18) dont la présence est par ailleurs assez souvent évoquée dans l’iconographie pénitentiaire. On notera également la présence d’au moins un exemplaire de cuvette à laver, objet souvent associé aux brocs ou pichets en faïence dont quelques tessons ont été retrouvés. De rares pots à onguents (fig. 4, n°11 et fig. 19) ou piluliers en faïence ou en céramique claire glaçurée complètent ces éléments destinés aux soins domestiques.

Fig. 18. Pots de chambre en faïence blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 18. Pots de chambre en faïence blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 19. Petit pot à onguents, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 19. Petit pot à onguents, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fumer

16Enfin, la consommation du tabac est amplement renseignée par la présence de nombreux fragments de fourneaux et de tuyaux de pipes en terre blanche qui font systématiquement partie des assemblages céramiques dès la fin de la période moderne (fig. 20-1 et 20-2). Cette consommation du tabac est également illustrée par un objet singulier, un fourneau de pipe qui a été réalisé, peut-être par un détenu, dans un petit morceau de calcaire blanc tendre (fig. 20-3). Il représente un visage et constitue en quelque sorte une copie des pipes à fourneau anthropomorphes très en vogue dans la seconde moitié du xixe s. Ce calcaire blanc a par ailleurs servi à la fabrication de pièces de dominos qui ont été également découverts dans le dépotoir.

Fig. 20.1. Pipes en terre blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 20.1. Pipes en terre blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 20.2. Pipes en terre blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 20.2. Pipes en terre blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 20.3. Pipe en calcaire tendre blanc, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Fig. 20.3. Pipe en calcaire tendre blanc, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.

Conclusion

17L’analyse de cet assemblage livre donc les premiers éléments significatifs pour l’étude des céramiques du quotidien en milieu carcéral au début de la période contemporaine. Le travail de synthèse reste encore à faire en particulier en intégrant les données des fouilles anciennes et celles réalisées plus récemment. Il faut aussi se tourner du côté des données d’archives pour pouvoir évoquer les approvisionnements et les règles éventuelles qui régissent l’équipement domestique de la prison. À terme, cet ensemble unique dans la région Auvergne-Rhône-Alpes intégrera les recherches en cours sur l’approche sociale et culturelle des céramiques archéologiques du xvie au début du xxe s.

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme (1873) : Enquête parlementaire sur le régime des établissements pénitentiaires. Rapport des cours d’appel. Paris.

Bocquet, S. (2009) : “Chambéry : la fouille du secteur des Halles. Intégration d’un secteur périphérique à la ville de la fin du Moyen Âge”, Archéopages, 24 (janvier 2009), 46-49.

Horry, A. (2015) : Poteries du quotidien en Rhône-Alpes. xvie, xviie, xviiie s. Un panorama des techniques, des formes et des décors, DARAA, Lyon.

Parent, D., Arnaud, P., Delahaye, J.-O, Bard, O. (1996) : Moulins (Allier). Le château des Ducs de Bourbon “La Cour des Hommes”, Rapport de fouille d’évaluation archéologique, Service régional de l’archéologie, Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne, Clermont Ferrand.

Talour, S. (à paraître) : Moulins, Allier – Château des ducs de Bourbon. Fouilles des sous-sols du grand corps de logis (fin xve s.-xixe s.), RFO, Service d’Archéologie Préventive du Département de l’Allier.

Notes

1 L’analyse des lots de la période moderne a commencé à se développer à Lyon à la fin des années 1980. Ils bénéficient aujourd’hui de publications de synthèse. Voir : Horry 2015, 15-21.

2 Anonyme 1873, 203-205.

3 Parent et al. 1996.

4 Je tiens à remercier ici S. Talour pour sa collaboration et les informations précieuses qu’il m’a fournies.

5 Talour à paraître.

6 Bocquet 2009.

7 Archives Municipales de la ville de Moulins, 1 M 500.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue du château des Ducs de Bourbons à Moulins (Allier) avec la tour dite “la Malcoiffée” transformée alors en prison © Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 2. Céramiques du dépotoir de la prison, vaisselles culinaires, dernier quart du xixe s. © É. Bayen, Inrap (d’après Parent 1996).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3. Céramiques grises culinaires : terrines, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 4. Céramiques du dépotoir de la prison. Vaisselles pour les repas et objets pour l’hygiène corporelle, dernier quart du xixe s. © É. Bayen, Inrap (d’après Parent 1996).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 5. Écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 6. Écuelle ou gamelle en céramique claire glaçurée avec perforation pour agrafe de restauration, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 7.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 7.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 7.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 7.4. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 7.5. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, dernier quart du xixe s., noms de prisonniers © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 8.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 8.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 8.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 8.5. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 8.6. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 8.7. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. 8.8. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, motifs géométriques, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 9.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, décompte de jours d’incarcération, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 9.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, décompte de jours d’incarcération, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 10.1. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 10.2. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Fig. 10.3. Graffiti sur les écuelles ou gamelles en céramique claire glaçurée, symboles ; chiffre (date ?), dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 11. Assiette en faïence, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 12. Assiette en faïence, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 13. Fragment d’assiette en faïence parlante avec devise (Nevers ?), seconde moitié du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 14. Assiette en faïence fine “Opaque de Sarreguemines”, 1875-1900 © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 15. Fragments d’assiettes en porcelaine chinoise, xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 16.1. Tasses, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 16.2. Porcelaine, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 16.3. Porcelaine ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 16.4. Faïence ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 16.5. Faïence ; céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 17. Fonds de bouteilles en grès, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 18. Pots de chambre en faïence blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 19. Petit pot à onguents, céramique kaolinitique glaçurée, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 20.1. Pipes en terre blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Fig. 20.2. Pipes en terre blanche, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 20.3. Pipe en calcaire tendre blanc, dernier quart du xixe s. © A. Horry, Inrap.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18316/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search