Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

1. Les espaces et les équipements de la justice

Les fourches patibulaires de Draguignan (Var) (xive-xviie s.) : premiers résultats d’une investigation interdisciplinaire

Mathieu Vivas

Note de l’éditeur

Charles Clairici

Marlène Faure

Texte intégral

  • 1 Teissier 1866-1867 ; Poupé & Mireur 1911 ; Boyer et al. 1993.
  • 2 Draguignan 2001.
  • 3 Domallain & Ney 2001.
  • 4 Honoré 1940-1941.
  • 5 Rampal 1930-1931 ; Desirat 1988.
  • 6 Ce col porte parfois le nom de Colline du/de Beausseret ou Beaussaret.
  • 7 On citera par exemple, pour la Provence, les fourches patibulaires d’Hyères (Var), d’Èze (Alpes-M (...)

1Située dans l’actuel département du Var, la ville de Draguignan est implantée dans un paysage préalpin au bord d’une rivière nommée la Naturby (fig. 1). Si les découvertes archéologiques font remonter les origines dracénoises à la Préhistoire, les fouilles effectuées autour de la chapelle Saint-Hermentaire confirment que la population s’est fixée dans des villæ dès le ier s. a.C.1. Aux xie-xiie s., un pôle castral prend place sur le “Rocher de l’Horloge”, toponyme rappelant la Tour de l’Horloge qui remplace le donjon médiéval depuis le xviie s.2. Plusieurs fois remparée, la ville garde encore aujourd’hui les traces de ses murailles et portes fortifiées des xiiie-xive s.3. Intra muros, elle recèle également de nombreux édifices médiévaux, comme les maisons de la rue Juiverie – quartier juif du Moyen Âge4 –, ainsi que des églises médiévales et modernes comme l’église Saint-Michel (ancienne église Notre-Dame). Extra muros, on note plusieurs établissements religieux médiévaux et modernes voués ou non à l’assistance5, ainsi que des fourches patibulaires implantées au sud-ouest sur le Col de l’Ange (fig. 1)6. Cette structure de pendaison fait partie des rares gibets encore en élévation sur le territoire français7. Construite probablement au cours du xive s. et encore utilisée au xviie s., elle interpelle toutefois le chercheur : constituée de neuf piliers maçonnés et d’une terrasse caladée, elle constitue aujourd’hui un véritable hapax archéologique dans le corpus français des fourches patibulaires.

Fig. 1. Plan simplifié de la ville de Draguignan et de ses abords (Moyen Âge – Époque moderne) © M. Vivas.

Fig. 1. Plan simplifié de la ville de Draguignan et de ses abords (Moyen Âge – Époque moderne) © M. Vivas.
  • 8 Ce toponyme apparaît sur le cadastre napoléonien (AD 83, 3 PP 050 17, Section G1, feuille 17, par (...)
  • 9 Henseling 1934.
  • 10 Arnaud 1873, Mireur 1881, 1896 et 1914.
  • 11 Boyer 1946. Le journal de fouilles est conservé au Service du Patrimoine et de l’Archéologie de l (...)
  • 12 Boyer 1948.
  • 13 Depuis le xxe s., la structure apparaît régulièrement dans des revues de détection et sur certain (...)

2Situées sur un terrain privé, les fourches patibulaires de Draguignan sont aujourd’hui masquées par une dense végétation : il est en effet impossible de les apercevoir depuis la ville. Elles paraissent pourtant avoir marqué l’horizon dracénois depuis le Moyen Âge au point qu’au xviiie s., sur la carte dite de Cassini, elles soient encore symbolisées par deux piliers et une poutre (fig. 2). À partir du xixe s., la structure de pendaison a donné le nom de Fourches au quartier situé au sommet de la colline ainsi qu’au chemin qui permet d’y accéder8. Parce qu’elles étaient encore en élévation, ces fourches ont suscité l’intérêt de quelques curieux et quelques érudits locaux du xxe s., comme par exemple celui du conservateur de la bibliothèque municipale qui leur consacre un petit encart dans un journal local9. Si certains chercheurs se sont intéressés aux textes médiévaux et modernes sur la ville de Draguignan et l’organisation de sa justice10, il faut attendre l’année 1946 pour que l’abbé Raymond Boyer – l’un des membres fondateurs de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan – entreprenne des investigations de terrain sur le site des fourches patibulaires. L’opération dure du 10 au 22 août 1946 et sept jours sont utilisés pour réaliser quatre sondages alors interprétés comme négatifs (voir infra). Il ne reste aujourd’hui de cette investigation qu’un Journal de fouilles peu disert (fig. 3-4)11. Deux ans plus tard, les observations de terrain et une étude de quelques sources textuelles médiévales et modernes bénéficient d’une publication de quatorze pages12. À partir de 1948, les fourches patibulaires ne semblent être devenues qu’un “objet de curiosité” pour les randonneurs et les chasseurs13.

Fig. 2. Carte dite de Cassini, feuillet 154 (source : www.geoportail.gouv.fr).

Fig. 2. Carte dite de Cassini, feuillet 154 (source : www.geoportail.gouv.fr).

Fig. 3. Plan du site – Extrait du journal de fouilles de l’abbé Raymond Boyer (Boyer 1946, 9).

Fig. 3. Plan du site – Extrait du journal de fouilles de l’abbé Raymond Boyer (Boyer 1946, 9).

Fig. 4. Coupe de la cavité souterraine – Extrait du journal de fouilles de l’abbé Raymond Boyer (Boyer 1946, 20).

Fig. 4. Coupe de la cavité souterraine – Extrait du journal de fouilles de l’abbé Raymond Boyer (Boyer 1946, 20).
  • 14 Raynaud 2006, 155-158.
  • 15 Le lecteur pourra se reporter à l’article du 24 mars 2008 publié en ligne par Var-Matin : “Dragui (...)
  • 16 Nous remercions Roger Quaranta, propriétaire de la parcelle sur laquelle se situent les fourches (...)

3Il faut attendre 2001 pour que Charles Clairici et des membres de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan, en accord avec le propriétaire de la parcelle, dégagent le lieu d’exécution de la végétation qui l’envahissait. Un premier plan est alors réalisé par un architecte et le site bénéficie de quelques lignes d’étude dans un ouvrage daté de 200614. Cette opération de “nettoyage” avait pour but de faire classer ou inscrire les fourches au titre des Monuments Historiques mais, en 2008, l’opération n’avait toujours pas abouti et le site était de nouveau envahi par la végétation15. En 2016, alors que nous projetions de reprendre l’étude des fourches patibulaires de Draguignan, la structure était entièrement cachée par des arbres et des broussailles16.

  • 17 Porté par Martine Charageat, le programme de recherche Justice et fourches patibulaires : lieux d (...)
  • 18 Sur la comptabilité et les revenus de la justice en Provence, voir Bonnaud & Paradis 2011.
  • 19 Nous tenions à vivement remercier Émilie Décuq, responsable des archives communales et intercommu (...)
  • 20 Nous remercions le pôle Géomatique du laboratoire Ausonius, et en particulier Clément Coutelier, (...)

4À partir de septembre 2016, le monumental gibet dracénois a été intégré au corpus des structures de pendaison développé dans le cadre du projet de recherche Justice et fourches patibulaires17. La première étape a été de reprendre l’étude de la documentation écrite médiévale et moderne, en particulier des registres de comptabilité tenus par les clavaires (xive s.)18, mais aussi des actes de la pratique (xiiie-xive s.), des registres notariés (xve s.), des registres de délibérations communales et de la sénéchaussée (fin xive-fin xviiie s.) ainsi que des inventaires (xviiie s.) conservés aux archives des Bouches-du-Rhône (AD 13) et du Var (AD 83)19. Outre les sources textuelles, le projet avait également prévu une investigation de terrain. Déroulée du 23 au 25 septembre 2016, cette opération visait, d’une part, à dégager les piliers des fourches patibulaires pour faire des observations archéologiques du bâti et, d’autre part, de réaliser un levé topographique au GPS pour améliorer le plan conçu en 2001 (fig. 5)20. Réalisée par Marlène Faure, la couverture photographique a été effectuée dans une optique photogrammétrique afin de créer une restitution 3D du lieu d’exécution (fig. 12a-12b). Cette proposition de reconstitution a été réalisée grâce aux logiciels Autocad Remake et 3Ds max qui ont permis de gagner en réalisme (application d’une texture appropriée, importation de photographies redressées directement prises sur le site, etc.). Enfin, l’insertion des fourches patibulaires dans un paysage préalpin et à proximité de la ville de Draguignan – éléments traités de manière abstraite – permet aujourd’hui d’installer la structure de pendaison dans une réflexion interdisciplinaire.

Fig. 5. Plan du site © M. Vivas.

Fig. 5. Plan du site © M. Vivas.

5À l’heure actuelle, le croisement des données permet de revenir sur l’implantation et la datation de cette structure judiciaire monumentale (1). Il permet également de mieux comprendre son mode de construction (2), mais aussi de mettre en lumière l’éventail de ses fonctions et de ses spécialisations entre le xive s. et le xviie s. (3).

L’implantation et la datation des fourches patibulaires du Col de l’Ange

  • 21 Bresc 1999 et 2004 ; Clarke 2001 ; Verdon 2005. Voir également Giordanengo 1988.

6Depuis quelques années, grâce aux études menées par les historiens des textes, les pouvoirs et les droits comtaux, royaux et municipaux exercés à Draguignan apparaissent avec beaucoup plus de clarté21.

  • 22 Arnaud 1873. On notera que la communauté de Draguignan et les nobles de la ville prêtent serment (...)
  • 23 Arnaud 1873, 7-10 ; Bry 1910.
  • 24 Cette enquête a été publiée en 2013 par T. Pécout et M. Hébert. Pour Draguignan, le mot furchis n (...)
  • 25 Bresc 2010.
  • 26 Mireur 1896 ; Piétri 2006.

7Ville comtale, Draguignan entre en 1246 dans la mouvance capétienne avec Charles d’Anjou, avant d’être complètement rattachée au royaume de France en 1481. Depuis la première moitié du xiiie s., une Cour royale existe à Draguignan22. Au xive s., date à laquelle apparaissent les fourches patibulaires dans les sources textuelles, la ville de Draguignan est entre les mains d’un viguier qui détient le droit de haute justice23. Rattachée à la sénéchaussée de Provence, la viguerie de Draguignan comprend plusieurs circonscriptions territoriales (castra) dont les noms sont connus grâce, en particulier, à l’enquête générale menée en 1333 par Leopardo da Foligno pour le comte de Provence Robert d’Anjou (fig. 6)24. Théoriquement, le siège de la viguerie est établi à Fréjus, mais cette ville est sous l’autorité de l’évêque qui possède également le droit de haute justice sur quelques autres circonscriptions territoriales25. Afin de simplifier l’administration de la justice et des finances, l’édit de réformation de la justice en 1535 – dit édit de Joinville –, vient créer une grande sénéchaussée de Provence divisée en 4 sénéchaussées subalternes : Aix, Digne, Forcalquier et Draguignan26. Très vaste lors de sa création en 1535, la sénéchaussée de Draguignan est amputée de plusieurs circonscriptions entre 1544 et 1727 (fig. 7).

Fig. 6. Carte de la viguerie de Draguignan © M. Vivas d’après Pécout & Hébert, éd. 2013.

Fig. 6. Carte de la viguerie de Draguignan © M. Vivas d’après Pécout & Hébert, éd. 2013.

Fig. 7. Carte de la sénéchaussée de Draguignan © M. Vivas d’après Mireur 1896.

Fig. 7. Carte de la sénéchaussée de Draguignan © M. Vivas d’après Mireur 1896.
  • 27 Actes du 25 janvier 1336 et du 22 février 1336, AD 13, B 2, n°369, f°410r°. Cité dans Arnaud 1873 (...)
  • 28 Acte du 12 août 1338, AD 13, B 2, n°370, f°137v°. Cité dans Arnaud 1873, 19 ; Boyer 1948, 12 ; Dr (...)
  • 29 Comptes des clavaires, années 1340-1341, AD 13, B 1842.
  • 30 Charles Clairici a réalisé quelques prospections aux Tuillières, mais aucun vestige de structure (...)
  • 31 AD 13, B 2, n°167. Cité dans Boyer 1930-1931, 11.
  • 32 Boyer 1930-1931, 11 ; Boyer 1948, 12.
  • 33 Acte du 4 décembre 1388, AD 13, B 1868 ; Acte du 8 juin 1389, AD 13, B 1868, f°48v° ; Acte du 19 (...)
  • 34 Mireur 1921-1931, 2, 448-449 ; Boyer 1948, 13.

8L’une des premières mentions écrites de pendaison réalisée à Draguignan date de juin 1330. Si le document précise que la pendaison a été faite aux furchis Draguiniani, il ne spécifie pas la localisation de cette structure. En janvier 1336, la mention d’un executor sententiarum corporalium curie regie Draguiniani qui fait pendre deux voleurs récidivistes certifie que la Cour royale est haute justicière 27. Toutefois, là encore, aucune précision sur le lieu d’exécution. Deux ans plus tard, en 1338, un acte évoque bien les fourches royales (furchis curie regie) sans pour autant, une fois encore, en donner une localisation28. Ce n’est que dans les comptes des clavaires de 1340-1341, qu’un premier nom de lieu d’exécution apparaît : 8 sous et 8 deniers coronats sont en effet dépensés pour la réparation des fourches situées ad collam de Teulis29. Il semble donc que la structure patibulaire de la Cour royale se situe au sommet du Col des Tuillières, soit à environ 3 km au nord-est de la ville, et non au Col de l’Ange (fig. 1)30. Entre 1340 et 1345, les sources écrites continuent à placer les fourches patibulaires aux Tuillières31. Jusqu’à présent, les chercheurs qui se sont intéressés aux fourches patibulaires du Col de l’Ange, les font naître dans les années 1388-138932. À partir de cette date, les sources textuelles rapportent en effet que les pendaisons sont effectuées ad collam furcarum33. Traduisible par Col des fourches, la mention nous semble cependant imprécise et pourrait tout aussi bien s’appliquer aux fourches du Col des Tuillières qu’à celles du Col de l’Ange. Il demeure toutefois que le nom de Tuillières (Teulis) n’apparaît plus dans les sources textuelles après 1388-1389, alors que des fourches sont bien mentionnées jusqu’en 166534. À l’appui des observations d’archéologie du bâti (voir infra), les fourches patibulaires du Col de l’Ange pourraient cependant être datées de la fin du xive s. Il reste ici toute recherche à approfondir tant sur les sources d’archives que sur le terrain.

9Outre la date de construction des fourches patibulaires du Col de l’Ange, l’autre interrogation concerne la raison du déplacement de la structure de pendaison du Nord-Est au Sud-Ouest de la ville. En effet, quel est l’intérêt d’ériger un gibet monumental sur une colline, à environ 280 m d’altitude et approximativement à 4 km au sud-ouest de la ville, soit à une cinquantaine de minutes de marche ? La réponse à cette question réside essentiellement dans l’utilisation des fourches patibulaires comme marqueur de juridiction : à l’ouest de Draguignan, les villes de Lorgues et de Flayosc possèdent également des fourches patibulaires au xive s., structures judiciaires encore représentées au xviiie s. sur la carte dite de Cassini (fig. 2).

  • 35 AD 13, B 2, f°297 : ad omnem dubitationem tollendam, fuit sic inter dictos procuratores condictum (...)
  • 36 AD 13, B 1096, f°97v°. Cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xxv, n. 75.
  • 37 AD 13, B 146, f°4. Cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xxv, n. 75.
  • 38 AD 13, B 7, f°4.
  • 39 AD 13, B 199, f°18. Cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xxv, n. 76.
  • 40 Bresc 2010.

10Située à environ 13 km au sud-ouest de Draguignan, Lorgues possède un viguier depuis 1304, date à laquelle un paréage est conclu entre Charles II comte de Provence et Guillaume V abbé du Thoronet35. Ce viguier est toujours mentionné dans une enquête de 130836. S’il est censé être subordonné au viguier de Draguignan dans une source datée de 134537, une vicaria Lonicarum apparaît toutefois dans les archives en 137938, et l’agent dirige même une “baillie” en 140039. À Flayosc, ville située à 9 km à l’ouest de Draguignan, la moitié de la justice est aux mains de l’évêque40. Bien que des prospections aient été menées à Flayosc et à Lorgues, et malgré les toponymes de “fourches” et de “fourques” qui se trouvent sur le cadastre actuel, aucun vestige de structure patibulaire n’a pu être repéré dans ces deux villes voisines de Draguignan.

11La construction de fourches patibulaires au Col de l’Ange répond donc d’une véritable communication politique et judiciaire. En marquant visuellement le paysage, la structure – au même titre qu’une borne de juridiction – marque la limite de la compétence royale. Composé de 9 piliers et d’une terrasse maçonnée, ce gibet monumental s’érige donc comme le symbole architectural de la justice royale.

Mode et technique de construction d’un gibet monumental

  • 41 Pour des raisons de sécurité, cet espace souterrain n’a pour le moment pas pu être investi.

12Les fourches patibulaires se composent de 9 piliers alignés, dont 8 sont encore en élévation, d’une terrasse maçonnée et caladée ainsi que d’un escalier (fig. 5). Tous ces éléments sont construits en pierres calcaires beiges et/ou grisâtres probablement extraites sur le site. À l’est de la structure, une cavité souterraine a en effet été déblayée lors des fouilles de 1946 : si elle a servi de carrière d’extraction de pierres pour l’abbé Raymond Boyer, les investigations menées par Charles Clairici tendraient à infirmer cette hypothèse (fig. 4, 5 et 11)41.

  • 42 Par exemple : Compte trésoraire de 1508 : Item ay pagat a M. Nicolau Valensa per una jornada que (...)

13Les 9 piliers sont construits sur le même module : de plan rectangulaire (50 cm x 65 cm), ils sont séparés les uns des autres de 2 m et s’alignent sur une longueur d’environ 21 m. Aujourd’hui, le plus haut pilier mesure 2,55 m (P5) (fig. 8). Les piliers sont placés sur un soubassement composé de 1 à 2 assises de pierres directement placées sur le substrat rocheux. Plus ou moins équarris, les blocs calcaires sont liés entre eux par un mortier à gros grains comprenant des inclusions de fragments de terres cuites architecturales. Si l’appareillage ne présente aucune assise régulière, deux maçonneries sont toutefois perceptibles. En effet, sur chaque pilier, un changement intervient à environ 1,60-1,70 m du sol : les modules de pierres sont plus petits en partie basse qu’en partie haute, les pierres sont beiges en partie basse et grises en partie haute, la couleur du mortier varie entre la partie basse et la partie haute (beige à beige rosé) et, enfin, des pierres rubéfiées sont présentes en partie basse et non en partie haute (fig. 8). Les pierres rubéfiées témoignent probablement d’un incendie et, en ce sens, les deux appareillages traduiraient la reconstruction des fourches après cet incident. Si aucune source écrite ne le prouve actuellement, certaines mentions du xvie s. rapportent toutefois des réparations et des entretiens réguliers42.

Fig. 8. Piliers – Vue vers le Nord © M. Vivas.

Fig. 8. Piliers – Vue vers le Nord © M. Vivas.
  • 43 Cette aire encaladée est reportée sur le cadastre napoléonien et porte le numéro 156. Voir AD 83,(...)
  • 44 Le site étant envahi par la végétation, nous n’avons pas pu nous déplacer sur le pourtour de la t (...)

14La terrasse qui se situe juste au nord des piliers et qui surplombe le flanc de la colline est un très bel ouvrage directement installé sur le substrat rocheux. Il s’agit d’une plateforme grossièrement hémicyclique qui, pour ses dimensions extrêmes, mesure 20 m par 10 m43. Son parement présente un appareil constitué de gros modules de pierres calcaires de couleur essentiellement grise (fig. 9a et 9b). À l’heure actuelle, la hauteur maximale repérée du parement avoisine les 2,50 m44. Cette terrasse est entièrement recouverte par une calade composée de pierres calcaires disposées ou non de chant mais toutes posées à sec (fig. 5 et 10). Plusieurs raidisseurs d’orientation sud-nord donnent de la solidité au pavage. Ils participent également à l’écoulement des eaux pluviales déjà facilité par l’inclinaison de la terrasse vers le nord, soit vers le flanc de la colline. Deux sondages réalisés en 1946 sous la supervision de l’abbé Raymond Boyer ont permis de mieux comprendre l’installation de la terrasse (fig. 3). Les pierres de la calade ont été positionnées sur une couche de terre noire (50 cm d’épaisseur), elle-même disposée sur un radier de grosses pierres (40 cm d’épaisseur). Directement placé sur le substrat rocheux, ce radier offre une solide plateforme de fondation.

Fig. 9a. Parement de la terrasse caladée – Vue vers le Nord © M. Vivas.

Fig. 9a. Parement de la terrasse caladée – Vue vers le Nord © M. Vivas.

Fig. 9b. Parement de la terrasse caladée – Détail – Vue vers l’Est © M. Vivas.

Fig. 9b. Parement de la terrasse caladée – Détail – Vue vers l’Est © M. Vivas.

Fig. 10. Terrasse caladée – Détail (nettoyage de surface) – Vue vers le Nord © M. Vivas.

Fig. 10. Terrasse caladée – Détail (nettoyage de surface) – Vue vers le Nord © M. Vivas.

Fig. 11. Entrée de la cavité souterraine – Vue vers le Sud © M. Vivas.

Fig. 11. Entrée de la cavité souterraine – Vue vers le Sud © M. Vivas.

Fig. 12a. Reconstitution 3D des fourches patibulaires de Draguignan – Vue vers le Sud-Est © M. Faure.

Fig. 12a. Reconstitution 3D des fourches patibulaires de Draguignan – Vue vers le Sud-Est © M. Faure.

Fig. 12b. Reconstitution 3D des fourches patibulaires de Draguignan – Vue vers le Nord-Est © M. Faure.

Fig. 12b. Reconstitution 3D des fourches patibulaires de Draguignan – Vue vers le Nord-Est © M. Faure.
  • 45 En Provence, une restanque est un mur de retenue en pierres sèches qui sert à créer des terrasses (...)

15Aménagée au sud-ouest de la structure patibulaire, une volée de six marches permet d’accéder à la terrasse (fig. 5). Composé du même calcaire que les piliers et la terrasse caladée, cet escalier pourrait être contemporain de la structure patibulaire. Cette hypothèse est renforcée par la présence d’une restanque de pierres sèches prenant appui sur un escalier dont les pierres sont liées par du mortier gris45.

  • 46 Sette & Pavia 2002 ; Mayer 2014.

16Malgré les observations d’archéologie du bâti, la datation des piliers reste très difficile : les modes et les techniques de construction peuvent tout autant être rattachés à l’époque médiévale que moderne. Il en va de même pour les calades qui sont connues dans l’espace provençal du Moyen Âge à l’époque contemporaine46. Une autre interrogation reste également en suspens : le décalage de la terrasse par rapport aux piliers (fig. 5). Si cet écart pourrait s’expliquer par une contrainte topographique, il amène également à s’interroger sur la contemporanéité des piliers et de la plateforme caladée. Ces points ne pourront trouver de réponses que dans des investigations archéologiques plus poussées.

17L’ensemble des observations archéologiques et la couverture photographique ont facilité la réalisation d’une restitution 3D (fig. 12a et 12b). Si cette reconstitution est encore perfectible, elle permet toutefois d’apprécier la monumentalité de la structure patibulaire royale : composées de 9 piliers et d’une grande terrasse, les fourches patibulaires étaient ainsi visibles depuis la ville de Draguignan. En s’ancrant architecturalement dans le paysage, elles marquaient la limite de la juridiction et montraient aux yeux de tous les justiciables que la justice royale était en activité.

Les fonctions des fourches patibulaires de Draguignan

  • 47 Voir déjà les pistes de réflexions proposées dans Paradis 1998 et 1999.
  • 48 Voir, par exemple, Sentence criminelle du 18 février 1736, AD 83, 5 B 165.

18Les sources écrites médiévales et modernes permettent de mieux cerner l’utilisation des fourches patibulaires. Les textes sont relativement précis – en particulier les comptes des clavaires – et indiquent les noms et les salaires des bourreaux ainsi que l’achat et la location de matériel (cordes, échelles, etc.). Outre cet aspect purement comptable, les informations délivrées dessinent également les contours et l’évolution du rituel judiciaire de pendaison entre le xive et le xviie s.47. Si les documents du xviiie s. rapportent toujours des pendaisons, elles ne font toutefois référence qu’à un gibet, un plot, une potence ou un echafaut construit temporairement sur la place du Marché48.

  • 49 Arnaud 1873 ; Mireur 1896 ; Paradis 1998 et 1999.
  • 50 Dans une formulation stéréotypée, les documents de l’époque moderne mentionnent pour servir d’exa (...)

19La structure patibulaire dracénoise permettait de pendre huit individus au minimum. Pour les xive-xviie s., nos recherches n’ont pour le moment répertorié qu’une quinzaine de pendaisons à côté d’autres sentences de mort comme la décapitation, la noyade, le bûcher et, à partir de l’époque moderne, la roue49. Capitales ou non, les peines corporelles se déroulaient toutes en public – à l’intérieur et à l’extérieur de la ville – et servaient ainsi l’exemplarité judiciaire50.

  • 51 Le 31 septembre 1342, un latro famosus qui avait déjà été amputé d’un pied est pendu, AD 13, B 2, (...)
  • 52 [...] pro executionibus per eumdem carnacerium factis in personis Mitrii, de Taradello, et Petri (...)
  • 53 Boyer 1948, 10. Pour le faux-témoignage, la peine peut également être accompagnée d’une ou de plu (...)

20Entre les xive-xviie s., les criminels pendus sont majoritairement coupables de meurtre et de vol. Dans les cas de crime avec charges aggravantes (récidive, autre(s) délit(s) commis simultanément, etc.), les malfaiteurs condamnés à la pendaison sont également punis d’une amputation de la main, du pied ou d’une oreille51. Avant de terminer leur vie aux poutres patibulaires, les criminels les plus emblématiques font parfois l’objet d’un interrogatoire particulier : ligotés sur une échelle, leur corps est brûlé par des coulures de lard enflammé et piqué sur une broche. Le 25 janvier 1336, la mention ad flammandum seu lardandum montre que deux voleurs ont subi ce supplice afin qu’ils passent aux aveux52. À partir du xvie s., la peine de pendaison est également appliquée pour les crimes d’infanticide, de viol et de faux-témoignage53.

  • 54 Voir, par exemple, Appointement des causes en audience, Actes des 13 mars et 15 juin 1630, AD 83, (...)
  • 55 Appointement des causes en audience, années 1581-1583, 1630, 1653, 1659-1662, 1696-1703, 1743-175 (...)

21À partir du xvie s., on note toutefois une spécialisation des fourches patibulaires du Col de l’Ange : elles deviennent un lieu d’exposition judiciaire de cadavres. En effet, le criminel est désormais pendu intra muros à un gibet construit ad hoc sur la Place du Marché, puis son cadavre – après une exposition de 24 à 48 heures à l’intérieur de la ville – est porté aux fourches patibulaires où il est indéfiniment exposé à la vue de tous les justiciables54. Il est vrai que placés sur une colline haute de 280 m, les neuf piliers et la terrasse caladée facilitent la visibilité des cadavres dans un rayon de plusieurs kilomètres. Pour les xvie-xviiie s., les cadavres pendus aux poutres patibulaires du Col de l’Ange pouvaient également côtoyer des effigies de criminels condamnés par contumace55.

  • 56 Vivas 2014 et 2016.
  • 57 Boyer 1946, 21.

22Grâce aux sources écrites, aux images et aux fouilles archéologiques, on sait aujourd’hui que certains lieux d’exécution fonctionnaient comme des espaces d’inhumation56. Si la documentation écrite dracénoise reste à l’heure actuelle muette à ce sujet, l’historiographie ancienne a interprété la cavité souterraine creusée à l’est de la terrasse caladée comme une structure ayant abrité les restes des pendus (fig. 4, 5 et 11). Directement creusée dans le substrat rocheux, l’ouverture de cette cavité est assez étroite (70 cm x 80 cm). En 1946, Raymond Boyer l’a faite déblayer et y a découvert dans une succession de quatre “pièces”, quelques ossements de faune et un fragment d’os humain (temporal droit) (fig. 4). Dans son Journal de fouilles, il rapporte que sous une “grosse pierre”, ses ouvriers ont mis au jour “l’orifice d’un puits, qui est très régulier […] et paraît bien avoir été creusé de main d’homme”57. Alors qu’il n’a pas été fouillé, ce “puits” a été interprété comme un espace où l’on jetait le cadavre des condamnés à mort. En 2001, les Charles Clairici a pu inspecter cette cavité : pour lui, il ne s’agirait que d’une grotte naturellement creusée. Pour des raisons de sécurité, nous n’avons pu descendre dans cette cavité en septembre 2017. L’espace souterrain reste donc à réinvestir lors d’investigations futures.

Conclusion et perspectives

23Les résultats des premières investigations interdisciplinaires menées sur l’une des rares structures de pendaison encore conservées en France sont prometteurs. Probablement construites au xive s. et utilisées jusqu’au xviie s., les fourches patibulaires dracénoises sont la manifestation monumentale de la justice royale. Constituées de neuf piliers et d’une terrasse caladée, elles marquent visuellement le territoire et l’esprit des justiciables. À ce titre, le croisement des données met aujourd’hui en lumière les évolutions des politiques, des pratiques et des rites judiciaires à Draguignan entre le Moyen Âge et l’époque moderne.

  • 58 Une mention de 1753 rapporte que le corps de la victime d’un duel a été inhumé, sans aucune cérém (...)
  • 59 Ces objets sont aujourd’hui déposés au musée de la justice de Draguignan, musée établi dans l’anc (...)

24En ce sens, les perspectives d’étude sont nombreuses et concernent les sentences corporelles et capitales, tout autant que le devenir du corps des condamnés à mort et des criminels58. La réflexion peut également se porter sur l’anthropisation des abords des fourches patibulaires. En effet, la découverte en 2001 d’un méreau datable du xviiie s. (plomb de scellé ou de visite ?), et en 2016 de fragments de céramique glaçurée, invite à discuter la présence humaine sur le site. À ce titre, la maison située à moins de 50 m à l’ouest des fourches patibulaires a depuis le xxe s. été interprétée comme une prison datant de l’époque moderne. L’abbé Raymond Boyer avait en effet attiré l’attention sur certains de ses éléments, comme une porte percée d’un judas et débouchant sur une “cellule” déblayée par son équipe. Les investigations auraient en effet permis de reconnaître des latrines et mis au jour des entraves de fer avec goupille, serrure et chaîne59.

  • 60 Boyer 1948, 14. Le 19 août 1946, alors que le mauvais temps empêche de fouiller les fourches pati (...)

25Il serait également important de s’intéresser aux établissements religieux et d’assistance rencontrés par les cortèges judiciaires (fig. 1), ou encore les fourches patibulaires de la communauté juive. Mentionné par l’abbé Raymond Boyer, un acte du 7 février 1527 rapporte que les juifs de Draguignan avaient leur propre structure de pendaison60. En replaçant ainsi les fourches patibulaires du Col de l’Ange dans un vaste espace géographique, c’est tout un contexte judiciaire qui se trouverait renseigné. L’ensemble des réflexions permettrait alors de prendre en considération toutes les subtilités d’un parcours judiciaire qui s’achemine de la ville intra muros au Col de l’Ange.

Bibliographie

Liste des abréviations

AD 13 : Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

AD 83 : Archives départementales du Var.

Sources éditées

Leopardo da Foligno, Enquête générale, éd. & trad. Pécout, T. et Hébert, M., éd. (2013) : L’enquête générale de Leopardo da Foligno dans la viguerie de Draguignan (janvier-mars 1333) (Collection de documents inédits sur l’histoire de France section d’histoire et de philologie des civilisations médiévales, 64), Paris.

Rapport de fouille

Boyer, R. (1946) : Journal de fouilles, Service du Patrimoine et de l’archéologie de la ville de Fréjus, Fonds Abbé Boyer, Chantier Les Fourches, 1946.

Bibliographie

Allinne, J.-P., Gauvard, C. et Jean, J.-P., dir. (2014) : Le peuple en justice (Histoire de la Justice, 24), Paris.

Arnaud, C. (1873) : Organisation administrative et judiciaire de la ville de Draguignan jusqu’à la réunion de la Provence à la France, Toulon.

Bastien, P. (2006) : L’exécution publique à Paris au xviiie s. Une histoire des rituels judiciaires, Seyssel.

Bonnaud, J.-L. et Paradis, B. (2011) : “Les crises du xive s. et la gestion d’un État : les revenus de la justice en Provence”, Annales du Midi, 123, n°273, 9-25.

Boyer, E. (1930-1931) : “Le quartier rural des Selves. Commune de Draguignan”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan, 38, 5-23.

Boyer, R. (1948) : Les fourches patibulaires en France. Les fourches du quartier des Selves à Draguignan (Société d’études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan, Mémoire LXXIV), Draguignan.

Boyer, R., Codou, Y, Gayrard, P. (1993) : Saint-Hermentaire : Une église de l’Antiquité tardive, de la villa gallo-romaine au prieuré rural, Draguignan.

Boyer, J.-P. et Pécout, T., dir. (2010) : La Provence et Fréjus sous la première maison d’Anjou (1246-1382), Actes du colloque historique de Fréjus, 4-5 octobre 2008 organisé par la Société d’Histoire de Fréjus et l’association Connaissance du patrimoine de Fréjus, Aix-en-Provence.

Boyer, J.-P., Mailloux, A. et Verdon, L., dir. (2005) : La justice temporelle dans les territoires angevins aux xiiie et xive s. Théories et pratiques, Rome.

Bresc H. (1999) : “Sous le drapeau du roi Charles : Draguignan dans l’union d’Aix et la guerre civile”, Provence Historique, 49, 133-144.

Bresc H. (2004) : “Les municipalités provençales entre autonomie et dépendance : Draguignan (1360-1440)”, in Croq, éd. 2004, 25-46.

Bresc H. (2010) : “Justice et société dans les domaines de l’évêque de Fréjus dans la première moitié du xive s.”, in Boyer & Pécout, dir. 2010, 19-35.

Bry, M.-J. (1910) : Les vigueries de Provence. Aperçu de leur histoire jusqu’à la fin du xvie s.; leur organisation et leur rôle aux xviie et xviiie s. d’après les archives de la viguerie d’Aix, Paris.

Castan, Y. (1985) : “Exemplarité judiciaire, caution ou éveil des études sérielles”, in : Mélanges Robert Mandrou, 51-59.

Clarke, H. B. (2001) : “Commune et communauté : l’administration municipale à Draguignan à la fin du xive s.”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var, 41, 13-57.

Croq, L., éd. (2004) : Le prince, la ville et le bourgeois (xive-xviiie s.), Actes des journées d’études organisées par l’Université de Paris X-Nanterre, Paris.

Desirat, G. (1988) : “La chapelle Saint-Lazare et la léproserie de Draguignan”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var, 33, 39-47.

Domallain, R. et Ney, F. (2001) : “Le rempart du xiiie-xive s. à Draguignan”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var, 41, 143-174.

Draguignan (2001) : Draguignan, 2000 ans d’histoire, La Tour d’Aigues.

Giordanengo, G. (1988) : Le droit féodal dans les pays de droit écrit : l’exemple de la Provence et du Dauphiné (xiie-début du xive s.), Rome.

Gauvard C. (2014) : “Le peuple et l’exécution capitale au Moyen Âge”, in : Allinne et al., dir. 2014, 15-27.

Henseling, L. (1934) : “Le vieux gibet de Draguignan”, Zigzags dans le Var, 1 (6e série), 128.

Honoré, L. (1940-1941) : “Les juifs à Draguignan du xiiie au xve s.”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de Draguignan, 43 (2), 1-99.

Lauwers, M. et Zemour, A., dir. (2016) : Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours, Actes du colloque international tenu les 13-15 octobre 2015 à Antibes, Antibes.

Mayer, J. (2014) : Calades et pavements décoratifs du xiie au xxs., Paris.

Mélanges Robert Mandrou (1985) : Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités. Mélanges Robert Mandrou, Paris.

Mireur, F. (1881) : Contrat de louage passé par la ville de Draguignan avec un exécuteur des hautes œuvres, s.l.

Mireur, F. (1896) : La sénéchaussée de Draguignan. Notice historique (1535-1791), Draguignan.

Mireur, F. (1914) : De quelques préjugés historiques. Les prisons et les juridictions seigneuriales, Draguignan.

Mireur, F. (1921-1931) : Les rues de Draguignan et leurs maisons historiques, Draguignan, 8 vol.

Nardin, L. (1972) : Lorgues cité franche de Provence, Draguignan.

Paradis, B. (1998) : Du corps souffrant du supplicié à la rationalité administrative de l’État : bourreaux et exécutions en Provence, 1309-1382, Mémoire de Maîtrise, Université du Québec à Montréal.

Paradis, B. (1999) : “Les exécutions publiques en Provence au xive s. : un usage répressif en évolution”, Memini. Travaux et documents publiés par la Société des études médiévales du Québec, 3, 71-90.

Piétri, V. (2006) : “Les officiers moyens d’une cité judiciaire provençale : Draguignan au début du xviiie s.”, Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 38 : Dénombrements officiers “moyens”, 87-97.

Poupé, E. et Mireur, F. (1911) : Petite histoire de Draguignan, Draguignan.

Rampal, A. (1930-1931) : “Les chapelles rurales de Draguignan”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de Draguignan, 38, 10-11.

Raynaud, A. (2006) : Les chemins médiévaux : le Var, Saint-Raphaël.

Sette, R. et Pavia, F. (2002) : Calades. Les sols de pierre en Provence, Manosque.

Teissier, O. (1866-1867) : “Notice historique sur la ville de Draguignan”, Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de Draguignan, 6, 1-14.

Verdon, L. (2005) : “Justice comtale et justice seigneuriale en Provence au miroir des enquêtes : l’exemple de la baillie de Castellane entre 1278 et 1310”, in Boyer et al., dir. 2005, 371-382.

Vivas, M. (2014) : “Les lieux d’exécution comme espaces d’inhumation. Traitement et devenir du cadavre des criminels (xiie-xive s.)”, Revue Historique, 670 (avril), 295-312.

Vivas, M. (2016) : “Les fourches patibulaires médiévales et modernes : un lieu d’inhumation pour les condamnés à mort”, in : Lauwers & Zemour, dir. 2016, 253-271.

Vivas, M. (2017) : “Les structures de pendaison en Provence médiévale et moderne. Premières investigations interdisciplinaires”, Patrimoine(s) en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Lettre d’information de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, 39 (novembre) [En ligne] URL :http://www.infos-patrimoinespaca.org/index.php?menu=9&num_article=597&mp=20&cptcom=0&dos=50.

Notes

1 Teissier 1866-1867 ; Poupé & Mireur 1911 ; Boyer et al. 1993.

2 Draguignan 2001.

3 Domallain & Ney 2001.

4 Honoré 1940-1941.

5 Rampal 1930-1931 ; Desirat 1988.

6 Ce col porte parfois le nom de Colline du/de Beausseret ou Beaussaret.

7 On citera par exemple, pour la Provence, les fourches patibulaires d’Hyères (Var), d’Èze (Alpes-Maritimes), de Peille (Alpes-Maritimes) et de La Turbie (Alpes-Maritimes), seul vestige patibulaire à être classé Monument Historique depuis 1944. Voir Vivas 2017.

8 Ce toponyme apparaît sur le cadastre napoléonien (AD 83, 3 PP 050 17, Section G1, feuille 17, parcelle 154) et sur l’actuel (parcelle 257). Le quartier est également appelé Quartier des Selves, voir Boyer 1930-1931 ; Boyer 1948.

9 Henseling 1934.

10 Arnaud 1873, Mireur 1881, 1896 et 1914.

11 Boyer 1946. Le journal de fouilles est conservé au Service du Patrimoine et de l’Archéologie de la Ville de Fréjus que nous remercions ici pour nous avoir fourni une copie de ce document.

12 Boyer 1948.

13 Depuis le xxe s., la structure apparaît régulièrement dans des revues de détection et sur certains parcours de randonnées pédestres.

14 Raynaud 2006, 155-158.

15 Le lecteur pourra se reporter à l’article du 24 mars 2008 publié en ligne par Var-Matin : “Draguignan. Le col de l’Ange face à ses vieux démons” (http://archives.varmatin.com/article/culture-et-loisirs/draguignan-le-col-de-lange-face-a-ses-vieux-demons.57123.html. Consulté le 13/04/2018)

16 Nous remercions Roger Quaranta, propriétaire de la parcelle sur laquelle se situent les fourches patibulaires, de nous avoir autorisé à mener notre investigation de terrain.

17 Porté par Martine Charageat, le programme de recherche Justice et fourches patibulaires : lieux d’exécution, d’exposition et d’inhumation des corps des condamnés à mort (Moyen Âge-Époque moderne) est hébergé par le Laboratoire d’Excellence des Sciences Archéologiques de Bordeaux (LaScArBx).

18 Sur la comptabilité et les revenus de la justice en Provence, voir Bonnaud & Paradis 2011.

19 Nous tenions à vivement remercier Émilie Décuq, responsable des archives communales et intercommunales aux Archives départementales du Var, pour nous avoir aidés dans nos recherches ainsi que pour ses transcriptions paléographiques précieuses.

20 Nous remercions le pôle Géomatique du laboratoire Ausonius, et en particulier Clément Coutelier, pour le prêt du matériel et le traitement des données.

21 Bresc 1999 et 2004 ; Clarke 2001 ; Verdon 2005. Voir également Giordanengo 1988.

22 Arnaud 1873. On notera que la communauté de Draguignan et les nobles de la ville prêtent serment de fidélité et rendent hommage au roi en 1271 (AD 13, B 370).

23 Arnaud 1873, 7-10 ; Bry 1910.

24 Cette enquête a été publiée en 2013 par T. Pécout et M. Hébert. Pour Draguignan, le mot furchis n’apparaît qu’une seule fois dans cette enquête : Item pro xxv fossoiratis vine site in Furchis, confrontate cum vinea Isnardi Bomparis et cum camino publico, AD 13, B 1052, f°21v°, éd. Pécout & Hébert, 2013, 25.

25 Bresc 2010.

26 Mireur 1896 ; Piétri 2006.

27 Actes du 25 janvier 1336 et du 22 février 1336, AD 13, B 2, n°369, f°410r°. Cité dans Arnaud 1873, 13.

28 Acte du 12 août 1338, AD 13, B 2, n°370, f°137v°. Cité dans Arnaud 1873, 19 ; Boyer 1948, 12 ; Draguignan 2001, article de P. Gayrard. 

29 Comptes des clavaires, années 1340-1341, AD 13, B 1842.

30 Charles Clairici a réalisé quelques prospections aux Tuillières, mais aucun vestige de structure patibulaire n’a été répéré.

31 AD 13, B 2, n°167. Cité dans Boyer 1930-1931, 11.

32 Boyer 1930-1931, 11 ; Boyer 1948, 12.

33 Acte du 4 décembre 1388, AD 13, B 1868 ; Acte du 8 juin 1389, AD 13, B 1868, f°48v° ; Acte du 19 septembre 1389, AD 13, B 1868, f°49v°. Ces documents n’ont pour le moment pas pu être consultés.

34 Mireur 1921-1931, 2, 448-449 ; Boyer 1948, 13.

35 AD 13, B 2, f°297 : ad omnem dubitationem tollendam, fuit sic inter dictos procuratores condictum quod merum imperium intelligatur et omnia crimina de mero imperio intelligantur esse et curie pertinere pro quibus imponitur pena mortis civilis vel criminalis, membri detruncatio vel alie parte mutilatio vel cohercio de consuetudine vel de jure, cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xl. La viguerie ou baillie de Lorgues ne serait donc pas une création de la reine Jeanne comme l’affirmait Nardin 1972, 73-74.

36 AD 13, B 1096, f°97v°. Cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xxv, n. 75.

37 AD 13, B 146, f°4. Cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xxv, n. 75.

38 AD 13, B 7, f°4.

39 AD 13, B 199, f°18. Cité dans Pécout & Hébert, éd. 2013, xxv, n. 76.

40 Bresc 2010.

41 Pour des raisons de sécurité, cet espace souterrain n’a pour le moment pas pu être investi.

42 Par exemple : Compte trésoraire de 1508 : Item ay pagat a M. Nicolau Valensa per una jornada que estet en adobar la forcas et per ung jort que a vacat a adobar la ribiera ; la suma de grosses quatre, sive C. iiii, AD 83, E DEP 16, CC 60, f°45v°. Nous remercions Émilie Décuq pour la transcription de ce paragraphe.

43 Cette aire encaladée est reportée sur le cadastre napoléonien et porte le numéro 156. Voir AD 83,
3 PP 050 17, Section G1, feuille 17.

44 Le site étant envahi par la végétation, nous n’avons pas pu nous déplacer sur le pourtour de la terrasse.

45 En Provence, une restanque est un mur de retenue en pierres sèches qui sert à créer des terrasses de culture. Le sommet du Col de l’Ange a longtemps été dédié à la culture des oliviers et plusieurs restanques ont été aménagées : aucun de ces murets ne présente un escalier permettant de circuler d’une terrasse à une autre.

46 Sette & Pavia 2002 ; Mayer 2014.

47 Voir déjà les pistes de réflexions proposées dans Paradis 1998 et 1999.

48 Voir, par exemple, Sentence criminelle du 18 février 1736, AD 83, 5 B 165.

49 Arnaud 1873 ; Mireur 1896 ; Paradis 1998 et 1999.

50 Dans une formulation stéréotypée, les documents de l’époque moderne mentionnent pour servir d’example. Sur l’exemplarité judiciaire et le spectacle de la justice voir, entre autres, Castan 1985 ; Bastien 2006 ; Gauvard 2014.

51 Le 31 septembre 1342, un latro famosus qui avait déjà été amputé d’un pied est pendu, AD 13, B 2, n°371, f°397. Cité dans Arnaud 1873, 18.

52 [...] pro executionibus per eumdem carnacerium factis in personis Mitrii, de Taradello, et Petri Isnardi, de Castro Duplo, latronum condempnatorum ad flammandum, seu lardandum, per dominum Johannem Belhihominis, judicem Draguiniani, quia facere nolebant veritatem de contra eos intitulatis ; pro qualibet executione per eum facta in persona dictorum Mitrii et Petri, 2 s. duos 6 d. ; et pro lignis, cordis et lardo ad dictam executionem necessariis ; ac pro quadam scala empta per ipsum clavarium in qua fuerunt ligati et lardati dicti homines, 7 s. c. 2 d. [...], AD 13, B 2, n°369, f°417v°. Cité dans Arnaud 1873, 12-13.

53 Boyer 1948, 10. Pour le faux-témoignage, la peine peut également être accompagnée d’une ou de plusieurs peines corporelles et infamantes. Voir, par exemple, Appointement des causes en audience, Acte du 22 juillet 1572, condamnation pour faux-témoignage d’Étienne Raymondy et de Gabriel Segondy à faire amende honorable, teste et piedz nuz, à genoulx, en plein parquet, un jour d’audience, tenent une entorche ardante en ses meins, portant la hart au col, à demander perdon à Dieu, au Roy et à justice ; et, ce faict, sera livré auz meins de le exécuteur de la haulte justice, lequel luy fera fere le tour acoustumé, le trainant sur une claie par les carreffours de ceste ville de Draguignan, et meme en la place du Marché, en laquelle sera dressé ung plot sur lequel led. executeur coupera le poing droict dud. Segondy ; et, en après, sera pendu et estranglé sur une potence que, ad ses fins, sera dressée en lad. place et, en après, son corps pourté au gibet et son poing mis sur une perche en ladite place ; et, avant estre exécuté, sera appliqué à la question pour avoyr la verité des complices […], AD 83, 1 B 343.

54 Voir, par exemple, Appointement des causes en audience, Actes des 13 mars et 15 juin 1630, AD 83, 1 B 363. Cette spécialisation des fourches patibulaires à partir du xvie s. n’est toutefois pas unique, on la retrouve également à la même époque en Dordogne : voir l’article d’Anne Crola dans ce volume. Les registres de la sénéchaussée mentionnent également la peine de suspension par les aisselles (pendant 30 minutes ou une heure) à une potence érigée au sein de la ville (Voir, par exemple, Appointements des causes en audience, années 1777, AD 83, B 396).

55 Appointement des causes en audience, années 1581-1583, 1630, 1653, 1659-1662, 1696-1703, 1743-1753, 1760-1780 (qui donne également un rouage en effigie), AD 83, 1 B 344, 1 B 363, 1 B 373, 1 B 302, 1 B 386, 1 B 389, 1 B 400.

56 Vivas 2014 et 2016.

57 Boyer 1946, 21.

58 Une mention de 1753 rapporte que le corps de la victime d’un duel a été inhumé, sans aucune cérémonie religieuse, dans la partie du cimetière de Draguignan non bénite et destinée aux enfants morts sans baptême (Appointements des causes en audience, Actes des 10 et 22 octobre 1753, AD 83, B 389).

59 Ces objets sont aujourd’hui déposés au musée de la justice de Draguignan, musée établi dans l’ancienne maison du bourreau construite en 1846.

60 Boyer 1948, 14. Le 19 août 1946, alors que le mauvais temps empêche de fouiller les fourches patibulaires, l’abbé Raymond Boyer étudie “les documents concernant les fourches des Juifs” (Boyer 1946, 16). Dans les procès-verbaux des séances de la Société d’Études Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var, il est également question des fourches patibulaires des Juifs (tome xlvi (1946-1947), 47). Les documents les concernant n’ont pour le moment pas pu être retrouvés.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan simplifié de la ville de Draguignan et de ses abords (Moyen Âge – Époque moderne) © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 2. Carte dite de Cassini, feuillet 154 (source : www.geoportail.gouv.fr).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 3. Plan du site – Extrait du journal de fouilles de l’abbé Raymond Boyer (Boyer 1946, 9).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4. Coupe de la cavité souterraine – Extrait du journal de fouilles de l’abbé Raymond Boyer (Boyer 1946, 20).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 5. Plan du site © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 6. Carte de la viguerie de Draguignan © M. Vivas d’après Pécout & Hébert, éd. 2013.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 7. Carte de la sénéchaussée de Draguignan © M. Vivas d’après Mireur 1896.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 8. Piliers – Vue vers le Nord © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 9a. Parement de la terrasse caladée – Vue vers le Nord © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 9b. Parement de la terrasse caladée – Détail – Vue vers l’Est © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 10. Terrasse caladée – Détail (nettoyage de surface) – Vue vers le Nord © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 11. Entrée de la cavité souterraine – Vue vers le Sud © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Fig. 12a. Reconstitution 3D des fourches patibulaires de Draguignan – Vue vers le Sud-Est © M. Faure.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 12b. Reconstitution 3D des fourches patibulaires de Draguignan – Vue vers le Nord-Est © M. Faure.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18306/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search