Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

1. Les espaces et les équipements de la justice

Redécouverte d’un équipement de justice des comtes d’Artois : la Maison Rouge d’Arras

Mathieu Béghin et Alain Jacques

Texte intégral

  • 1 “M. Watelet a exprimé un vœu auquel cette Société et l’administration municipale se sont associés (...)
  • 2 Le Gentil 1877, 502-503.

1La rénovation de la place des Héros à Arras, anciennement dénommée le petit marché, fut à l’origine d’une opération de sauvetage menée par le Service archéologique de la ville en 2011 (fig. 1). Cette intervention fut motivée par la découverte fortuite de fondations de bâtiments médiévaux, immédiatement situées sous le pavement. Ces découvertes étaient d’autant plus imprévisibles, que des fouilles menées en 1870 en ces mêmes lieux concluaient à l’absence totale de vestiges1. Après avoir obtenu l’accord de l’aménageur, les archéologues purent procéder au dégagement des murs et à la réalisation de relevés précis, tandis qu’une étude documentaire était conjointement menée à la fouille. La confrontation des données issues du terrain, des centres d’archives et des bibliothèques (archives médiévales, représentations figurées et relevés de l’époque moderne, études et travaux d’érudits du xixe s.) permirent d’identifier avec certitude les différents édifices mis au jour. Ces investigations offrirent la possibilité de dater les différentes constructions qui apparurent entre les xiie et xve s., mais aussi d’en reconnaître leur évolution, les techniques de construction ainsi que les matériaux employés. Les structures mises au jour et identifiées étaient, d’ouest en est, la pyramide de la Sainte-Chandelle – construite au xiie s. et agrandie à plusieurs reprises aux xve et xviie s. –, la rue des Rôtisseurs et ses aubettes – le mobilier montre une utilisation de ces cellules commerciales comprise entre les xiiie et xvie s. – et l’ancienne maison de justice comtale, dite Maison Rouge (fig. 1, 2 et 3). Déjà bien connue par les textes, l’évolution de cet équipement judicaire peut dorénavant être archéologiquement suivie de sa création en 1435, à sa destruction en 17572. Par le biais d’une approche transdisciplinaire, ce présent article se propose de renouveler la connaissance de cet ancien équipement de justice en tenant compte de son contexte d’apparition, de l’environnement dans lequel il fut implanté et des aménagements dont il fut doté ; autant de considérations qui en firent un édifice public plurifonctionnel et hautement symbolique.

Fig. 1. Localisation de l’intervention.

Fig. 1. Localisation de l’intervention.

(DAO : M. Rédouane et A. Jacques, Service archéologique de la ville d’Arras).

Fig. 2. Plan de masse de l’opération.

Fig. 2. Plan de masse de l’opération.

DAO : M. Rédouane et A. Jacques, Service archéologique de la ville d’Arras.

Fig. 3. Structures archéologiques en cours de dégagement, vue depuis l’ouest.

Fig. 3. Structures archéologiques en cours de dégagement, vue depuis l’ouest.

Cliché : Service archéologique de la ville d’Arras.

La Maison Rouge : aspects architecturaux

La mise en œuvre

  • 3 BM Arras, BB 2, f°31v°, 5 juin 1374.
  • 4 AD 62, A 109, pièce n°7, 30 juin 1396.
  • 5 BM Arras, BB 4, f°68v°, 29 septembre 1404.
  • 6 BM Arras, BB 4, f°87r°, 12 juin 1406.
  • 7 Cette information est issue du fonds Adolphe-Henri Guesnon (1824-1917), un historien qui laissa d (...)
  • 8 BM Arras, ms. 1858, xixe s.
  • 9 BM Arras, BB 4, f°68v°, 29 septembre 1404.

2Depuis 1374, il est attesté que le comte d’Artois disposait d’une maison située sur le petit marché d’Arras, que ses agents utilisaient pour rendre la justice comtale dans le baillage d’Arras3. Au court du temps, cet équipement fut affublé de divers noms tels que la “chambrette au debout des canges” (1396)4, la “maisoncelle au bout des canges” (1404)5, la “cambrette au petit marchié” (1406)6, la “maisoncelle du bailly estant au bout desdits canges” (1416)7 ou encore la “maisonchelle du gouverneur au petit marchié” (1426)8. À la suite d’un accord passé en 1404 entre le lieutenant du baillage d’Arras et les échevins de ladite ville, ces derniers furent autorisés à utiliser cette maison pour y traiter une partie de leurs affaires judiciaires, à condition que le gouverneur comtal et son lieutenant puissent tenir leurs plaids dans la halle échevinale, alors située rue Saint-Géry9 (fig. 1).

  • 10 BM Arras, BB 5, f°9v°, 15 mars 1410.
  • 11 BM Arras, BB 7, f°48r°, 20 février 1430.
  • 12 Benoit 1939, 5-39.
  • 13 Le principat de Philippe le Bon est reconnu pour avoir été une théâtralisation du pouvoir. La com (...)

3Cette pratique ne semble avoir été que ponctuelle car l’accord fut reproduit à l’identique en 141010, avant de prendre définitivement fin en 1430, lorsque le comte d’Artois, qui n’était autre que le duc de Bourgogne Philippe le Bon, ordonna de remplacer la “maisoncelle” de justice par un nouvel édifice beaucoup plus vaste, empiétant sur les changes situés à proximité11. Une telle entreprise ne fut pas nouvelle pour Philippe le Bon qui, en 1424, avait déjà fait construire une maison de justice, le Beauregard, au-dessus des changes du marché de Lille12. Dans ces deux cas de figure, l’édification d’un tel équipement administratif, à la fois vaste et moderne, doit être interprété comme une manifestation de la splendeur du pouvoir bourguignon13.

  • 14 AD 59, B 17 068, f°1r°, 1430-1435 ; Deprez 1907-1914, 210.
  • 15 AD 59, B 17 068, 1430-1435 ; B 17 069, 1441-1442.

4D’abord appelée “chastelet”, la maison de justice où s’assemblaient les conseillers du comte d’Artois présents à Arras fut rebaptisée “Rouge Maison” dès 1437, en rapport avec le matériau utilisé pour sa construction, à savoir la brique14. Par chance, la composition de l’édifice est connue à la fois par les textes et par la fouille archéologique. Selon les comptes de construction, le chantier semble s’être déroulé en deux phases. La première, qui s’étendit entre le 15 août 1430 et le 1er août 1435, correspond à l’édification de la bâtisse, tandis que son aménagement intérieur et sa décoration ne furent réellement entrepris et terminés qu’entre le 24 juin 1441 et le 6 avril 144215. Les travaux étant réalisés par marché et n’ayant pas trouvé trace des devis de construction, il n’est pas possible d’étudier l’avancement du chantier dans le détail. Néanmoins, la description, même sommaire, des travaux entrepris par chaque corps de métier permet de se faire une idée de l’évolution du chantier, de savoir quels maîtres artisans furent employés, d’être renseigné sur la provenance des matériaux utilisés ou encore de connaître les dimensions et la composition de l’édifice.

  • 16 AD 59, B 17 068, f°1r°, 1430-1435.
  • 17 Schnerb [1999] (2005), 295-296, 301.
  • 18 AD 59, B 17 068, f°1r°-v° et 6v°, 1430-1435.
  • 19 Benoit 1939, 26.
  • 20 Contrairement à la châtellenie de Lille, ni la châtellenie d’Arras ni le baillage n’avaient de ma (...)

5Le chantier d’édification de la nouvelle maison de justice fut confié à un proche du pouvoir bourguignon, le seigneur de Ligny et de Bris, David de Brimeu16. Chambellan de Philippe le Bon et gouverneur du baillage d’Arras, cet individu compta parmi les personnages les plus influents de la Cour de Bourgogne en 1430, année durant laquelle il participa notamment à la création de l’Ordre de la Toison d’Or17. Ce chevalier-conseiller n’eut cependant qu’un rôle de supervision, la gestion du chantier revenant réellement au receveur du baillage d’Arras, un dénommé Jehan Robaut. En tenant quotidiennement les comptes du chantier, en passant les marchés avec les artisans et en informant son maître de l’avancée des travaux, ce dernier apparaît en effet comme étant chargé de la maîtrise d’ouvrage18. Comme cela fut le cas avec la maison de justice lilloise, le chantier de la Maison Rouge employa des artisans locaux mais, contrairement au Beauregard19, ces derniers n’étaient pas des maîtres pensionnés par le pouvoir ducal20.

  • 21 Fronteau et al. 2014, 246-248.
  • 22 Archives départementales du Nord, B 17 068, f°2r°-5v°, 1430-1435.
  • 23 Béghin 2014, 29-30 ; Foucher 2016, 62.
  • 24 AD 59, B 17 068, f°3v°, 1430-1435.

6L’analyse de la documentation permet d’identifier les matériaux employés et leurs provenances. L’approvisionnement en pierre de blocage, en chaux et en éléments métalliques (clous, charnières, gonds, etc.) ou de plomberie (gouttières, plomb à souder, etc.) se fit auprès d’artisans arrageois habitant la ville ou ses faubourgs, selon une logique d’approvisionnement classique21. En revanche, les matériaux que l’on ne trouvait pas aux abords d’Arras mais qui étaient recherchés pour leurs qualités mécaniques ou le prestige qu’ils dégageaient (le grès pour les soubassements, les encadrements et l’escalier, l’ardoise pour la toiture, la pierre du Brabant pour l’encadrement des fenêtres du premier étage), furent tous importés22. Courante pour l’époque à Arras, cette pratique est aussi fréquemment attestée pour bien d’autres chantiers de la fin du Moyen Âge23. En tant que maître d’ouvrage, le pouvoir comtal se chargeant lui-même d’approvisionner une partie du chantier en puisant dans ses importantes possessions territoriales une grande variété de matériaux de construction. Ainsi, le baillage d’Arras ne pouvant pas répondre à la demande en bois d’œuvre du fait d’un boisement faible, le duc fit abattre des arbres dans les bois de Bucquoy (Pas-de-Calais), appartenant alors à sa femme24.

La composition

  • 25 AD 59, B 17 068, f°5v°, 1430-1435.
  • 26 AD 59, B 17 068, f°2r°, 1430-1435.

7Selon le compte de construction, le nouvel édifice de justice fut solidement bâti sur des fondations de plus de 18 pieds de profondeur (environ 4,87 m) et de 8 pieds d’épaisseurs (environ 2,16 m) qui, semble-t-il, amenèrent une difficulté technique du fait de la présence des boves (anciennes carrières) et des celliers des maisons situés sous et autour du petit marché25. L’ancienne Maison Rouge ayant été observée dans le cadre d’une opération de sauvetage, il n’a pas été possible de descendre aussi profond pour vérifier ces informations. Néanmoins, les pierres calcaires (“roulles” et “croons”) utilisées pour fonder le bâtiment furent reconnues (fig. 3 et 4) et les données recueillies coïncident avec les textes. D’une superficie de 99,85 m² au sol, le rez-de-chaussée était constitué d’une maçonnerie épaisse de trois briques, reposant sur trois assises de grès taillé (non retrouvées en fouille), formant un ensemble s’élevant sur 14 pieds de haut (environ 3,79 m)26. Cet espace se composait d’une cellule commerciale de 8,44 m² vers le sud, tandis que le nord était occupé par une galerie voûtée de 33,78 m², traversante dans le sens ouest-est (fig. 5 et 6). Large de 3,96 m, cette voie couverte était la continuité de l’ancien axe du haut Moyen Âge – dénommé rue des Rôtisseurs au xve s. sur sa portion comprise entre les boucheries et la Maison Rouge –, autour duquel se développaient les changes (fig. 1, 5 et 6).

Fig. 4. Vue de détail du plan de masse avec la Maison Rouge dans son état xve siècle.

Fig. 4. Vue de détail du plan de masse avec la Maison Rouge dans son état xve siècle.

DAO : M. Rédouane et A. Jacques, Service archéologique de la ville d’Arras.

Fig. 5. Proposition de restitution de l’ensemble fouillé, vue depuis le sud-est.

Fig. 5. Proposition de restitution de l’ensemble fouillé, vue depuis le sud-est.

DAO : M. Rédouane, A. Jacques et M. Béghin, Service archéologique de la ville d’Arras).

Fig. 6. Détail de l’intérieur de la galerie restituée, vue depuis l’ouest.

Fig. 6. Détail de l’intérieur de la galerie restituée, vue depuis l’ouest.

DAO : M. Rédouane, A. Jacques et M. Béghin, Service archéologique de la ville d’Arras).

  • 27 AD 59, B 17 068, f°2r°, 1430-1435.
  • 28 AD 59, B 17 069, f°1v°, 1441-1442 ; BM Arras, ms. 1858, xixe s.
  • 29 AD 59, B 17 068, f°2r°-3v°, 1430-1435.
  • 30 BM d’Arras, ms. 1858, xixe s.

8Accessible par une tourelle d’escalier à vis disposée dans l’angle sud-ouest du bâtiment (fig. 4 et 5), le premier étage était également composé d’un pan de mur en briques de 14 pieds de haut (environ 3,79 m) mais dont l’épaisseur était réduite à deux briques et demi. Deux chambres occupaient cet espace, l’une servait de salle de tribunal et l’autre à l’enregistrement des actes administratifs. Mises en communication directe par la présence d’une porte dans le mur scindant l’espace en deux, elles étaient chacune pourvues d’une cheminée, mais seule la chambre la plus au nord était dotée de commodités27. De même, cette dernière pièce au parquet recouvert d’un placage d’argile et de mortier de tuile fut la seule à bénéficier, vers 1441-1444, d’un pavage de carreaux de terre cuite glaçurés au plomb28. Cet étage était aussi pourvu de deux tours. Celle située au sud-ouest (en partie incorporée dans la tour d’escalier ?) était une prison servant à la détention des individus devant comparaître devant le tribunal comtal, tandis que celle du coin sud-est consistait en une bretèche depuis laquelle étaient proclamées les décisions du prince29. Ce niveau était surmonté d’un comble également scindé en deux espaces. Sa fonction reste inconnue en dehors d’une utilisation pour y stocker le bois de chauffe servant à alimenter les deux cheminées des chambres inférieures. Cet étage, ou celui d’en-dessous, était aussi pourvu d’une chambre dite “des secrets” vers 1500-1501, dans laquelle les officiers comtaux se retrouvaient pour délibérer30.

Un équipement public hautement symbolique

L’expression du pouvoir comtal au cœur de la ville

  • 31 Cette polyvalence de la place publique urbaine était courante à l’époque (Baudoux-Rousseau et al.(...)
  • 32 Bougard 1988, 43, 47-49 ; Bougard 1988, 64-67.

9La Maison Rouge avait une localisation très stratégique puisque située sur le petit marché qui se trouvait être l’épicentre de la vie économique, religieuse, politique et sociale de la ville d’Arras31. Attesté depuis 1159, mais vraisemblablement bien plus ancien, le petit marché était le lieu où furent assemblés les changeurs et les lombards, ainsi qu’une partie des halles commerciales, des marchés et des hôtelleries de la ville. Le petit marché était la composante d’un vaste espace économique en étant directement relié au grand marché par une importante rue commerciale, celle de la Taillerie, où se prélevait la taxe sur les textiles qui contribuèrent à faire la richesse et la renommée d’Arras à l’échelle de l’Occident médiéval32.

  • 33 Cavrois 1876, 27, 70.
  • 34 Lecesne [1880] (1976), I, 157.

10Bien plus qu’une place commerciale, le petit marché était aussi un lieu de commémoration et de culte. Dès 1200, y fut en effet dressée une pyramide servant à célébrer le miracle de la sainte Chandelle en abritant le reliquaire du cierge divin qui délivra les Arrageois du mal des ardents (ergotisme). Ce lieu de recueillement contribua au développement d’un culte local dont la grande popularité suscita de nombreuses donations et la création d’une chapelle qui vint s’accoler à la pyramide en 142133. Situé à quelques mètres de la Maison Rouge (fig. 2 et 5), cet ensemble bordait la rue des Rôtisseurs, ancienne voirie du haut Moyen Âge menant au portail de l’abbaye Saint-Vaast. Chaque quinzième jour du mois de juillet, l’abbé de ce monastère bénédictin devait emprunter cet axe afin de se rendre au pied de la croix de grès du petit marché pour y recevoir l’hommage du corps échevinal34.

  • 35 BM Arras, BB 7, f°33r°-v°, 16 février 1430.
  • 36 Le Gentil 1877, 418 ; Morel 1914, 74.
  • 37 Cauchies 2011, 167-189.

11Le petit marché était également un endroit de rassemblement pour la population les jours de marché, de festivités, d’exécutions ou d’importantes annonces. Ce n’est donc pas par hasard qu’en ce lieu se trouvaient le perron sur lequel était rendue la justice communale35 et la maison depuis laquelle étaient proclamées les décisions officielles. Cette dernière pratique laissa d’ailleurs son nom à la demeure qui, au xive s., était déjà connue sous le nom de La Bretesque36. Au Moyen Âge, les autorités urbaines avaient en effet pour habitude de porter “à la bretesque” leurs décisions à l’heure du marché, avant de les faire crier par les carrefours des villes37. L’ensemble de ces éléments explique pourquoi le maintien de la maison de justice en ce lieu était important : d’une part, le pouvoir comtal pouvait montrer sa présence dans l’espace tout en se renseignant sur les affaires de la société arrageoise et, d’autre part, informer cette dernière des importantes nouvelles et/ou décisions princières.

  • 38 AD 59, B 17 068, f°5v°, 1430-1435 ; B 13 916, f°33r°, 1432-1433.
  • 39 AD 62, 33 H 2, pièce n°4, 28 avril 1434.

12L’emplacement convoité pour la nouvelle maison de justice ne put être occupé que grâce à la destruction de la maison préexistante et de quatre aubettes de changeurs situées à proximité38. Cette entreprise posa un problème car une des cellules commerciales concernées n’appartenait pas au comte d’Artois mais aux trinitaires d’Arras. Le pouvoir comtal dût ainsi négocier avec la communauté religieuse pour obtenir le droit de détruire l’aubette qu’elle avait reçu en aumône d’un nommé Robert d’Arras, chevalier, et de sa femme Agnès, à une date non précisée. En échange de la permission des religieux, le comte d’Artois leur céda une petite maison à usage de table de change, située sur le petit marché d’Arras. Datant de 143439, cet accord apparaît tardif par rapport au début de la construction qui remonte à 1430, mais pourrait expliquer la longueur du chantier (5 ans) et la reprise de maçonnerie qui a pu être observée sur le côté sud du bâtiment (fig. 4).

  • 40 La variété de l’habitat urbain, tant dans la forme que dans les matériaux, était la norme au Moye (...)
  • 41 BM Arras, BB 7, f°22r°, 7 janvier 1429.
  • 42 La quantité de briques produite en une seule fournée était très variable mais dépassait rarement (...)
  • 43 AD 59, B 17 068, f°3v°-4r°, 1430-1435.

13L’expression du faste du pouvoir bourguignon apparaît clairement dans le choix des matériaux de construction et des éléments décoratifs. La Maison Rouge tient son nom de l’utilisation de la brique pour construire les hauts murs de cette demeure. Ce matériau étant très peu utilisé à Arras au moment du lancement du chantier en 1430, cet édifice devait fortement contraster dans un paysage majoritairement constitué de maisons en torchis et pans de bois, voire dans de rares exceptions, bâties en pierre blanche40 ; sentiment qui se ressent encore à l’observation de la représentation du petit marché datée de 1664 (fig. 7). D’ailleurs, la première briqueterie attestée à Arras est une construction communale apparue au début de l’année 1429 et dont la récente mise en exploitation doit expliquer le recours à un approvisionnement extérieur. Étant mise en location, le preneur de la briqueterie devait fournir à la ville un loyer en nature de 12 000 briques par an41, ce qui pourrait correspondre à la capacité d’une fournée. Vers 1400, deux fours bourguignons d’une telle contenance chacun produisirent 52 605 tuiles, briques et queues de chaux de toutes tailles en un peu plus d’un an, ce qui suggère que le four arrageois devait être incapable de fournir les 182 000 unités utilisées pour la construction de la Maison Rouge42. La demande fut d’ailleurs si importante qu’elle nécessita de recourir à trois marchands-briquetiers différents, dont aucun ne fut le locataire de la briqueterie communale43.

Fig. 7. Anonyme, La chapelle de la sainte Chandelle avec vue d’une procession. Huile sur toile, H. 140,5 x L. 109 cm. Arras, Musée des Beaux-Arts, inv. 992.7, 1664.

Fig. 7. Anonyme, La chapelle de la sainte Chandelle avec vue d’une procession. Huile sur toile, H. 140,5 x L. 109 cm. Arras, Musée des Beaux-Arts, inv. 992.7, 1664.

Cliché : Service archéologique de la ville d’Arras.

  • 44 L’appellation “pierre de Brabant” pouvait aussi bien désigner du grès que du calcaire (Sosson 197 (...)
  • 45 Benoit 1939, 14.
  • 46 AD 59, B 17 068, f°5r°, 1430-1435.
  • 47 Benoit 1939, 14.
  • 48 AD 59, B 17 068, f°2v°, 1430-1435.
  • 49 AD 59, B 13 969, f°61r°, 1520-1521 ; BM Arras, ms. 1858, xixe s.

14L’ostentation se manifesta aussi par l’utilisation de grandes pierres de Brabant étoffées (pierres d’ornementation) pour les encadrements des fenêtres du premier étage. Réputée pour sa qualité, la pierre brabançonne44 fut déjà employée pour les montants des cheminées de la maison de Beauregard à Lille en 142445. D’ailleurs, les pierres utilisées à Arras furent directement achetées au maître d’œuvre du château de Lille qui les fit ensuite livrer sur le chantier46. Cette pierre servit de support aux 16 doubles fenêtres des chambres qui, comme au Beauregard47, récurent des vitraux blasonnés48. Grâce aux chapitres des travaux contenus dans les comptabilités du baillage d’Arras pour le xvie s., on sait que ces fenêtres disposaient d’un châssis en essence de chêne et se composaient de panneaux de verre blanc et bleu ou vert et jaune, et arboraient en leurs centres un écusson aux armes de l’empereur du Saint-Empire romain germanique – alors comte d’Artois –, aux armes des comtes d’Artois, aux armes des gouverneurs d’Arras ou encore à celles de l’Ordre de la Toison d’Or49.

  • 50 AD 59, B 17 069, f°1v°, 1441-1442.
  • 51 Leguay 2006, 12-20.
  • 52 Benoit 1939, 14.
  • 53 AD 59, B 17 068, f°5r°, 1430-1435.

15L’usage de l’ardoise50, généralement réservé aux bâtiments urbains les plus prestigieux (établissements religieux, tours et portes défensives, etc.), devait également contraster dans une ville aux édifices essentiellement couverts avec du chaume, et plus rarement avec de la tuile51. La distinction et le prestige amenés par ce matériau s’observent une nouvelle fois sur le tableau de 1664, dans lequel seules les toitures de la chapelle de la Sainte-Chandelle, de la Maison Rouge et de l’église Saint-Nicolas-sur-les-Fossés apparaissent couverts d’ardoises (fig. 7). Le long de cette toiture, et la mettant en communication avec le sol, se trouvait un réseau de gouttières et de tuyaux de descente en plomb. Bien que ces éléments métalliques ne semblent pas avoir été aussi travaillés que les fleurons et le lion du comté de Flandre présents au Beauregard52, ils durent manifester une certaine ostentation en étant composés de métal doré53 (fig. 5).

Une maison de justice plurifonctionnelle

  • 54 Un acte de 1708 présente cet équipement comme étant une “place publique et de justice” (Le Gentil (...)
  • 55 BM Arras, ms. 1858, xixe s.
  • 56 Il était ainsi courant de monter des échafauds provisoires sur le petit marché pour appliquer les (...)
  • 57 BM Arras, ms. 1858, xixe s.
  • 58 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

16Dès son origine, la Maison Rouge d’Arras fut bien plus qu’un simple édifice de justice destiné au pouvoir comtal. En effet, son emplacement à l’épicentre de la ville contribua à en faire un équipement public plurifonctionnel au service de l’ensemble de la société arrageoise des xve-xviiie s.54. En tant que rouage de l’administration comtale dans le baillage d’Arras, la Maison Rouge fut tout d’abord un lieu de jugement et d’enfermement jusqu’au déplacement de ces compétences à la résidence comtale de la Cour-le-Comte – située à quelques centaines de mètres de là – et la vente des lieux le 23 novembre 173455. Alors que les sentences les plus graves (hérésie, trahison, etc.) étaient habituellement appliquées au pied de cet édifice56, certaines affaires furent réglées en son sein, telle celle de 1552-1553 concernant ce délinquant qui, du fait de son jeune âge, fut fustigé de verge à huit clos57. Positionné à l’épicentre de l’espace économique arrageois, cet équipement de l’administration bailliagère fut, selon un texte du début du xviie s., également un organe des finances comtales puisque “destiné de tout temps” à la collecte de levées fiscales et à la mise en location des offices et des biens immobiliers comtaux58.

  • 59 Il s’agit d’une diffusion de l’information courante au Moyen Âge (cf. n. 37).
  • 60 BM Arras, ms. 1858, xixe s.
  • 61 Colin et Godin (1855), 1-6 ; Lecesne [1880] (1976), II, 30-31.

17L’emplacement stratégique occupé par la Maison Rouge, ainsi que ses activités judiciaires et fiscales, contribuèrent aussi à en faire un lieu de propagande. Depuis la bretèche située au premier étage, le peuple était assemblé sur le petit marché et à ses abords au son de la trompette, afin qu’un officier comtal l’informe de manière officielle des récentes décisions administratives règlementant la vie quotidienne et le commerce. Alors qu’au xve s. le texte lu à la bretèche était ensuite crié par les carrefours et places de la ville59, au siècle suivant il fut en plus placardé sur la Maison Rouge60. À la charnière des xve et xvie s., l’échevinage arrageois lança une vaste entreprise de réoccupation du petit marché en construisant un beffroi (1463-1554) et une hôtel-de-ville (1501-1513) – jusqu’alors situés à proximité du petit marché, en la rue Saint-Nicolas – en face de la Maison Rouge61. Avec un beffroi haut de 75 m et un hôtel-de-ville long d’environ 24 m pour 8 m de large, alors que la maison de justice comtale n’excédait pas les 15 m de haut pour une emprise au sol de 10,40 m de large sur 9,60 m de long, le nouveau complexe monumental suggère que l’autorité scabinale désirait rappeler symboliquement sa présence et manifester sa prospérité économique retrouvée, en dominant architecturalement le pouvoir comtal.

  • 62 Les comptabilités de baillage pour les périodes 1475-1492 et 1515-1518 ayant disparu, nous faison (...)
  • 63 BM Arras, ms. 1858, xixe s.
  • 64 Leguay [1984] (2004), 57-58, 89-90.

18Dès sa construction en 1430, il fut convenu que le rez-de-chaussée de la Maison Rouge serait composé d’une galerie traversante, elle-même adjointe d’une cellule commerciale. D’abord occupée par des changeurs, la place fut ensuite cédée à des rôtisseurs vers 1490 mais la gêne olfactive qu’ils produisaient provoqua leur remplacement par des merciers dès 151762. Entre les xvie et xviiie s., plusieurs appentis commerciaux vinrent s’adosser à la Maison Rouge (fig. 8) mais, ceux-ci étant construits en matériaux légers, aucune trace archéologique attestant de leur présence n’a pu être observée lors de l’intervention. Néanmoins, un équipement public en lien avec la forte fréquentation du secteur a pu être retrouvé. Il s’agit d’un urinoir extérieur, accolé sur la façade sud-est de l’édifice comtal, et protégé par un petit appentis de bois (fig. 4, 5, 7 et 9). Aucun mobilier archéologique n’ayant été retrouvé à l’intérieur de la structure, peut-être du fait d’un curage fréquent de la structure, celle-ci reste difficilement datable. Cependant, ayant eu accès à un compte de travaux aujourd’hui disparu, Adolphe-Henri Guesnon mentionnait que pour la période 1441-1444, le maître maçon arrageois Mahieu de Puiseux fut rémunéré pour défaire dans le pavé, près de l’escalier à vis, un conduit nommé “pissoire” afin d’en remplacer le goulot de sortie par une grille63. Cette mention pourrait alors correspondre à l’urinoir justement retrouvé au pied dudit escalier et attesterait alors de la précocité d’un tel équipement public pour l’époque64.

Fig. 8. Anonyme, Plan d’une partie de la Maison Rouge et projet d’une boutique à faire, pour servir à Pierre de Fremincourt, l’un des quatre commis aux ouvrages, 17 septembre 1687. Copie sur calque, H. 33 x L. 44,5 cm. Arras, Bibliothèque municipale d’Arras, ms. 1844bis, xixe s.

Fig. 8. Anonyme, Plan d’une partie de la Maison Rouge et projet d’une boutique à faire, pour servir à Pierre de Fremincourt, l’un des quatre commis aux ouvrages, 17 septembre 1687. Copie sur calque, H. 33 x L. 44,5 cm. Arras, Bibliothèque municipale d’Arras, ms. 1844bis, xixe s.

Cliché : M. Béghin.

Fig. 9. Latrine accolée à la Maison Rouge, vue depuis le sud.

Fig. 9. Latrine accolée à la Maison Rouge, vue depuis le sud.

Cliché : Service archéologique de la ville d’Arras.

  • 65 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

19L’administration comtale ayant déserté la Maison Rouge en 1734, le bâtiment tomba progressivement à l’abandon jusqu’à ce que l’échevinage demandât sa destruction pour sécuriser la petite place ; autorisation qui lui fut accordée par le Conseil d’État le 29 août 175765.

Conclusion

20L’étude pluridisciplinaire de la Maison Rouge permet d’avoir une meilleure idée des manifestations physiques et symboliques de la justice comtale à Arras aux époques médiévale et moderne. Cette connaissance intervient à la fois dans la composition physique de l’édifice, que d’un point de vue symbolique puisque l’archéologie permet une localisation précise de cet équipement, ce qui rend alors possible une réflexion globale de l’objet dans son environnement. À partir de cela, l’aspect symbolique de la Maison Rouge peut être abordé, tant comme une manifestation de l’autorité comtale en milieu urbain et du faste de pouvoir bourguignon, que comme un renforcement de la compétence juridique du petit marché qui, en plus de servir de théâtre à l’exécution de la justice communale, l’était également pour celle du comte. Cette étude permet aussi de mettre en lumière l’aspect plurifonctionnel de l’édifice comtal qui, semble-t-il, découlait du caractère polymorphe du petit marché. Dès sa création, le bâtiment administratif apparaît conçu comme un espace public avec des aménagements servant à la fois au personnel comtal et aux Arrageois, tant dans les domaines de la justice, de l’économie, de la diffusion de l’information que de la salubrité. Afin d’affiner la connaissance d’un tel équipement judiciaire, il conviendrait de mener une étude comparative poussée des maisons de justice du Beauregard de Lille et de la Maison Rouge d’Arras qui, selon les premières observations, présentaient de nombreuses similitudes. Nous terminerons notre propos en précisant que, pour répondre aux souhaits de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, exprimés à la fin du xixe s., les édifices principaux de l’ancien petit marché ont fait l’objet d’un marquage au sol, à l’emplacement même de leurs découvertes. Pour accompagner cette initiative, la ville et la communauté urbaine d’Arras (CUA) ont sollicité les services de la société Timescope afin de réaliser un film en réalité virtuelle augmentée. Faisant largement appel aux données de fouilles, cette immersion dans l’ambiance du petit marché au xve s. pourra être vécue à partir d’une borne interactive qui sera prochainement installée à l’angle sud-est de l’actuelle Place des Héros.

Bibliographie

Abréviations

AD 59 : Archives départementales du Nord

AD 62 : Archives départementales du Pas-de-Calais

BM Arras : Bibliothèque municipale d’Arras

Bibliographie

Baudoux-Rousseau, L., Carbonnier, Y. et Bragard P., dir. (2007) : La place publique urbaine du Moyen Âge à nos jours. Actes du colloque d’Arras, organisé par le Centre de recherches des anciens Pays-Bas à l’Eurorégion de l’Université d’Artois et par le Centre d’histoire de l’architecture et du bâtiment de l’Université de Louvain-la-Neuve, 24-26 mai 2004, Arras, Arras.

Béghin, M. (2014) : “Les matériaux de construction lithiques et de terre cuite architecturale à Arras pendant la période bourguignonne”, in : Lorenz et al., dir. 2014, 27-36.

Benoit, A. (1939) : “Le ‘Beauregard’ de Lille”, Revue du Nord, 25/97, 5-39.

Bernardi, P. (2011) : Bâtir au Moyen Âge, Paris.

Bougard, P. (1988) : “Entre le comte et le roi (892-1191)”, in : Bougard et al., dir. 1988, 35-52.

Bougard, P. (1988) : “L’apogée de la ville (1191-1340)”, in : Bougard et al., dir. 1988, 53-76.

Bougard, P., Hilaire, Y.-M. et Nolibos A., dir. (1988) : Histoire d’Arras, Dunkerque.

Cauchies, J.-M. (2011) : “Le ‘cri’ et l’espace urbain : bretèches et publication dans les villes des anciens Pays-Bas”, Revue Belde de Philologie et d’Histoire, 89, 167-189.

Cavrois, L. (1876) : Cartulaire de Notre-Dame-des-Ardents à Arras, Arras.

Chapelot, O., dir. (2001) : Du projet au chantier. Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux xive-xvie s. Actes du colloque organisé par l’équipe de recherche sur le château de Vincennes, 1er-3 octobre 1998, Vincennes, Paris.

Colin M. et Godin A. (1855) : Notice historique sur le beffroi et l’hôtel-de-ville d’Arras, Arras.

Deprez, E. (1907-1914) : Ville d’Arras. Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Arras.

Fleury, F., Baridon, L., Mastrorilli, A., Mouerde R. et Reveyron N., dir. (2016) : Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux. Actes du deuxième congrès francophone d’histoire de la construction,
29-31 janvier 2014, Lyon, Paris.

Foucher, M. (2016) : “La pierre à bâtir sur les chantiers bourguignons : l’évolution des pratiques du choix, du Moyen Âge à l’époque actuelle (xiie-xxe s.)”, Fleury et al., dir. 2016, 57-68.

Fronteau, G., Turmel, A., Pichard, C., Decrock, B., Devos, A., Lejeune, O., Ménival, D., Chalumeau L. et Combaud, A. (2016) : “Les approvisionnements en pierre de construction à Reims : des choix marqués par de fortes contraintes géologiques, géographiques et socio-économiques”, in : Lorenz et al., dir. 2014, 235-250.

Le Gentil, C. (1877) : Le Vieil Arras : ses faubourgs, sa banlieue, ses environs. Souvenirs archéologiques
et historiques, Arras.

Lecesne, E. [1880] (1976) : Histoire d’Arras : depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, [1ère éd. Arras], Marseille, 2 tomes.

Lecuppre-Desjardin, E. (2016) : Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (xive-xve siècles), Paris.

Leguay, J.-P. [1984] (2004) : La rue au Moyen Âge, Rennes.

Leguay, J.-P. (2006) : Vivre en ville au Moyen Âge, Paris.

Lorenz, J., Blary, F. et Gély, J.-P., dir. (2014) : Construire la ville. Histoire urbaine de la pierre à bâtir. Actes du 137e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, 23-28 avril 2012, Tours, Paris.

Morel, E. (1914) : Plan d’Arras-Ville. Essai de topographie arrageoise reconstitué d’après les documents contemporains, Arras.

Salamagne, A. (2001) : “Les projets architecturaux dans les villes du nord de la France à l’époque médiévale et au début de la Renaissance : des maîtres d’ouvrage aux maîtres d’œuvre”, in : Chapelot, dir. 2001, 219-238.

Schnerb, B. [1999] (2005) : L’État bourguignon : 1363-1477, Paris.

Sosson, J.-P. (1977) : Les travaux publics de la ville de Bruges xive-xve s. : les matériaux, les hommes, Bruxelles.

Watelet, L. (1871) : “La Sainte-Chandelle d’Arras (1791-1803)”, Mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, IV, 7-34.

Notes

1 “M. Watelet a exprimé un vœu auquel cette Société et l’administration municipale se sont associés immédiatement ; c’était de rechercher remplacement exact que l’ancienne chapelle du Saint-Cierge occupait, et d’en figurer les lignes sur le nouveau pavé de la Petite-Place. Des fouilles et des sondages ont été opérés ; malheureusement, ils sont restés infructueux” (Watelet 1871, 34).

2 Le Gentil 1877, 502-503.

3 BM Arras, BB 2, f°31v°, 5 juin 1374.

4 AD 62, A 109, pièce n°7, 30 juin 1396.

5 BM Arras, BB 4, f°68v°, 29 septembre 1404.

6 BM Arras, BB 4, f°87r°, 12 juin 1406.

7 Cette information est issue du fonds Adolphe-Henri Guesnon (1824-1917), un historien qui laissa des milliers de fiches thématiques concernant l’histoire d’Arras et de l’Artois, le plus souvent rédigées à partir de séries archivistiques ensuite disparues à l’occasion de la Première Guerre mondiale. Bien que rangées par thème, ces fiches ne sont malheureusement pas numérotées. Les renvois à ce fonds apparaîtront sous la forme : Bibliothèque municipale d’Arras, ms. 1858, xixe s.

8 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

9 BM Arras, BB 4, f°68v°, 29 septembre 1404.

10 BM Arras, BB 5, f°9v°, 15 mars 1410.

11 BM Arras, BB 7, f°48r°, 20 février 1430.

12 Benoit 1939, 5-39.

13 Le principat de Philippe le Bon est reconnu pour avoir été une théâtralisation du pouvoir. La communication politique et symbolique reposaient alors sur un déploiement de luxe et de faste servant à exprimer la richesse et la puissance du prince qui, tinrent un rôle majeur dans le nouvel encadrement administratif qu’il entreprit à la suite des multiples expansions de son territoire (Schnerb [1999] (2005), 319-337 ; Lecuppre-Desjardin 2016, 21-53).

14 AD 59, B 17 068, f°1r°, 1430-1435 ; Deprez 1907-1914, 210.

15 AD 59, B 17 068, 1430-1435 ; B 17 069, 1441-1442.

16 AD 59, B 17 068, f°1r°, 1430-1435.

17 Schnerb [1999] (2005), 295-296, 301.

18 AD 59, B 17 068, f°1r°-v° et 6v°, 1430-1435.

19 Benoit 1939, 26.

20 Contrairement à la châtellenie de Lille, ni la châtellenie d’Arras ni le baillage n’avaient de maître maçon ou charpentier domanial à cette époque (Salamagne 2001, 230-231). Ainsi, le maçon arrageois Estene de Bieston, ou encore les charpentiers Raussart et Gringant, marchandèrent directement leurs contrats avec les officiers du pouvoir bourguignon (AD 59, B 17 068, f°2r° et 3r°, 1430-1435).

21 Fronteau et al. 2014, 246-248.

22 Archives départementales du Nord, B 17 068, f°2r°-5v°, 1430-1435.

23 Béghin 2014, 29-30 ; Foucher 2016, 62.

24 AD 59, B 17 068, f°3v°, 1430-1435.

25 AD 59, B 17 068, f°5v°, 1430-1435.

26 AD 59, B 17 068, f°2r°, 1430-1435.

27 AD 59, B 17 068, f°2r°, 1430-1435.

28 AD 59, B 17 069, f°1v°, 1441-1442 ; BM Arras, ms. 1858, xixe s.

29 AD 59, B 17 068, f°2r°-3v°, 1430-1435.

30 BM d’Arras, ms. 1858, xixe s.

31 Cette polyvalence de la place publique urbaine était courante à l’époque (Baudoux-Rousseau et al., dir. 2007).

32 Bougard 1988, 43, 47-49 ; Bougard 1988, 64-67.

33 Cavrois 1876, 27, 70.

34 Lecesne [1880] (1976), I, 157.

35 BM Arras, BB 7, f°33r°-v°, 16 février 1430.

36 Le Gentil 1877, 418 ; Morel 1914, 74.

37 Cauchies 2011, 167-189.

38 AD 59, B 17 068, f°5v°, 1430-1435 ; B 13 916, f°33r°, 1432-1433.

39 AD 62, 33 H 2, pièce n°4, 28 avril 1434.

40 La variété de l’habitat urbain, tant dans la forme que dans les matériaux, était la norme au Moyen Âge (Leguay 2006, 12-36).

41 BM Arras, BB 7, f°22r°, 7 janvier 1429.

42 La quantité de briques produite en une seule fournée était très variable mais dépassait rarement les 20 000 unités à la fin du Moyen Âge, en dehors des régions qui utilisaient ce matériau en abondance et qui avaient alors des fournées de 50 à 70 000 briques (Bernardi 2011, 157-158).

43 AD 59, B 17 068, f°3v°-4r°, 1430-1435.

44 L’appellation “pierre de Brabant” pouvait aussi bien désigner du grès que du calcaire (Sosson 1977, 66-67, 89, 92-93).

45 Benoit 1939, 14.

46 AD 59, B 17 068, f°5r°, 1430-1435.

47 Benoit 1939, 14.

48 AD 59, B 17 068, f°2v°, 1430-1435.

49 AD 59, B 13 969, f°61r°, 1520-1521 ; BM Arras, ms. 1858, xixe s.

50 AD 59, B 17 069, f°1v°, 1441-1442.

51 Leguay 2006, 12-20.

52 Benoit 1939, 14.

53 AD 59, B 17 068, f°5r°, 1430-1435.

54 Un acte de 1708 présente cet équipement comme étant une “place publique et de justice” (Le Gentil 1877, 149-150).

55 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

56 Il était ainsi courant de monter des échafauds provisoires sur le petit marché pour appliquer les peines prononcées par les officiers comtaux (Lecesne [1880] (1976), I, 280-281).

57 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

58 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

59 Il s’agit d’une diffusion de l’information courante au Moyen Âge (cf. n. 37).

60 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

61 Colin et Godin (1855), 1-6 ; Lecesne [1880] (1976), II, 30-31.

62 Les comptabilités de baillage pour les périodes 1475-1492 et 1515-1518 ayant disparu, nous faisons ici mention à deux sources postérieures rappelant ces faits (AD 59, B 13 948, f°16v°, 1492-1493 ; B 13 969, f°32v°, 1520-1521).

63 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

64 Leguay [1984] (2004), 57-58, 89-90.

65 BM Arras, ms. 1858, xixe s.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation de l’intervention.
Crédits (DAO : M. Rédouane et A. Jacques, Service archéologique de la ville d’Arras).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2. Plan de masse de l’opération.
Crédits DAO : M. Rédouane et A. Jacques, Service archéologique de la ville d’Arras.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 3. Structures archéologiques en cours de dégagement, vue depuis l’ouest.
Crédits Cliché : Service archéologique de la ville d’Arras.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 4. Vue de détail du plan de masse avec la Maison Rouge dans son état xve siècle.
Crédits DAO : M. Rédouane et A. Jacques, Service archéologique de la ville d’Arras.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5. Proposition de restitution de l’ensemble fouillé, vue depuis le sud-est.
Crédits DAO : M. Rédouane, A. Jacques et M. Béghin, Service archéologique de la ville d’Arras).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 6. Détail de l’intérieur de la galerie restituée, vue depuis l’ouest.
Crédits DAO : M. Rédouane, A. Jacques et M. Béghin, Service archéologique de la ville d’Arras).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 7. Anonyme, La chapelle de la sainte Chandelle avec vue d’une procession. Huile sur toile, H. 140,5 x L. 109 cm. Arras, Musée des Beaux-Arts, inv. 992.7, 1664.
Crédits Cliché : Service archéologique de la ville d’Arras.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 8. Anonyme, Plan d’une partie de la Maison Rouge et projet d’une boutique à faire, pour servir à Pierre de Fremincourt, l’un des quatre commis aux ouvrages, 17 septembre 1687. Copie sur calque, H. 33 x L. 44,5 cm. Arras, Bibliothèque municipale d’Arras, ms. 1844bis, xixe s.
Crédits Cliché : M. Béghin.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 9. Latrine accolée à la Maison Rouge, vue depuis le sud.
Crédits Cliché : Service archéologique de la ville d’Arras.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18258/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search