Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

1. Les espaces et les équipements de la justice

Lieux de justice dans la seigneurie ecclésiastique de Meillerie

Sidonie Bochaton

Texte intégral

1Le prieuré de Meillerie est situé dans l’ancien Comté de Savoie, constitué peu ou prou des actuels départements de Savoie et Haute-Savoie. Tout au nord de la Haute-Savoie et sur la rive sud du Léman se trouve un territoire appelé Pays de Gavot, situé à l’extrémité orientale du Chablais français, entre la ville d’Évian et la frontière actuelle avec le Valais suisse (fig. 1). Le Chablais a une géographie particulière entre lac et alpages et a dès le xiie s. été comme séparé en deux, avec près du lac les familles nobles vassales des comtes de Savoie ou des sires de Faucigny, et dans les montagnes les maisons religieuses fondées par ces mêmes familles qui abandonnaient des terres difficiles à mettre en valeur. Jusqu’à il y a peu, le prieuré de Meillerie n’apparaissait que rarement sur les cartes ou dans les textes inventoriant les monastères de Haute-Savoie. Son étude a commencé seulement en 2009 et a permis la découverte quasi miraculeuse de centaines de documents d’archives conservés en France, en Suisse et en Italie.

Fig. 1. Le Chablais et la seigneurie de Meillerie, DAO de S. Bochaton.

Fig. 1. Le Chablais et la seigneurie de Meillerie, DAO de S. Bochaton.

2Ce sont ces documents qui sont à l’origine de la connaissance partielle du fonctionnement de la justice dans la seigneurie de Meillerie. Il s’agit principalement de deux enquêtes menées en 1277 sur ordre du comte de Savoie, puis en 1523 sur ordre du Sénat de Savoie, de la documentation du xviiie s. qui est évidemment la mieux conservée, ainsi que des plans cadastraux dressés dans les années 1730 et des toponymes. Les vestiges archéologiques sont malheureusement peu nombreux.

La seigneurie et le prieuré de Meillerie

Localisation de la seigneurie

3Le territoire de Meillerie se trouve au pied du massif préalpin des Mémises, comme protégé par les énormes murailles naturelles que sont les rochers de Meillerie, et par sa situation au bord du Léman (fig. 2). Au-dessus se trouve le plateau de Thollon et à l’ouest les pentes de Lugrin. Plus haut, les rochers des Mémises ainsi que la pointe de Boré donnent au prieuré un cadre naturel monumental.

Fig. 2. Le prieuré au sud du Léman et au pied des rochers de Meillerie, Cliché de S. Bochaton.

Fig. 2. Le prieuré au sud du Léman et au pied des rochers de Meillerie, Cliché de S. Bochaton.

4Le prieuré est construit dans la partie supérieure de Meillerie : il domine le bourg, mais aussi le Léman et la route, et bénéficie d’une très large vision sur le haut lac et le Pays de Vaud (Suisse). Cette position dominante est particulièrement flagrante pour qui regarde depuis la rive helvétique du Léman : aujourd’hui parfaitement visible, le prieuré devait l’être encore plus dans un contexte d’urbanisation beaucoup moins dense.

Fondation et expansion du prieuré

  • 1 Bochaton 2014b.

5Une première enquête a révélé le nom des fondateurs du prieuré, issus de la noblesse locale, à savoir les Lugrin et les Allinges. Il est précisé dans ce même document que cette fondation a été réalisée avec le consentement d’Amédée de Maurienne, comte de Savoie. Le recoupement avec d’autres informations, a permis de retenir la décennie 11301. Dans une seconde datée de 1277, et d’après les témoignages des membres de la famille de Lugrin, descendants des fondateurs du prieuré, les chanoines de Meillerie avaient reçu de la part du comte de Savoie et du sire du Faucigny les droits de justice non seulement sur Meillerie, mais également sur Lugrin. Et dans le même document, un ancien prévôt du Montjoux raconte avoir été à l’origine de la reconstruction du monastère lorsqu’il était prieur une cinquantaine d’années auparavant. Il faut donc voir un lien direct entre l’obtention par les chanoines des droits de justice et la reconstruction du prieuré vers 1220 : le prieur de Meillerie accède à de nouvelles fonctions, le prieuré devient plus important ; les chanoines intègrent alors ce nouveau rôle et le font savoir en construisant un prieuré fortifié pourvu d’une tour symbolisant ces nouveaux droits, et qui devient le lieu d’exercice principal de ce pouvoir.

Un prieuré fortifié

  • 2 Voir entre autres “Vue de Meillerie” par Nicolas Antoine Taunay, début du xixe s., Musée du Louvr (...)

6Le site se composait de trois entités : une chapelle prieurale, une tour et un logis en forme de L. Le caractère fortifié du site est évident. La tour en était l’élément principal (fig. 3) : composée de cinq niveaux éclairés par des archères, elle défendait la porte d’entrée du prieuré et était reliée à l’église et à l’aile nord du logis par de hauts murs représentés sur certaines lithographies2 du xixe s. Les deux façades extérieures étaient équipées de hourds ainsi que de latrines. Le chevet de la chapelle était pourvu de baies-créneaux, de même que la façade orientale et probablement la façade nord du logis.

Fig. 3. La tour de Meillerie aujourd’hui, Cliché de C. Ybard.

Fig. 3. La tour de Meillerie aujourd’hui, Cliché de C. Ybard.
  • 3 Bochaton 2014a. L’aula est la salle principale d’un château ou d’une maison forte.

7Située en face de l’entrée du prieuré et de la tour, la chapelle était composée de seulement deux travées. Un grand soin a été apporté à son décor, que ce soit pour les baies du chevet plat, les chapiteaux des colonnes intérieures ou encore les clés de voûte. Les circulations intérieures étaient strictement organisées et hiérarchisées : toutes les portes étaient regroupées dans la cour et desservaient les différentes pièces du prieuré. Celles-ci se répartissaient sur trois niveaux, un rez-de-chaussée et deux étages, uniquement accessibles de l’extérieur : aucune circulation interne n’était possible entre ces trois niveaux, là encore dans un souci de défense. L’aile nord, face au Léman, accueillait l’aula3.

  • 4 Archives de l’ordre mauricien, Fonds “Territorio di Mellierée e Tonon” (AOM). Les archives sont é (...)

8À la suite du démembrement de la prévôté du Mont-Joux en 1752, le prieuré de Meillerie fut sécularisé et confié à l’Ordre de saint Maurice qui saisit les archives et les transféra à Turin4. L’étude archéologique a été grandement facilitée par la conservation de ces archives.

Fonctionnement et spatialisation de la justice

À Meillerie

9Meillerie était situé en plein milieu du territoire qu’il dirigeait, et le prieuré était le lieu principal de la justice des chanoines. Néanmoins, d’autres structures relatives à la justice étaient dispersées dans le territoire et situées le long de la grande route traversant la seigneurie, à Lugrin au lieu-dit Tourronde, et au Locum (fig. 4).

Fig. 4. Répartition des lieux de justice dans la seigneurie de Meillerie, DAO de s. Bochaton.

Fig. 4. Répartition des lieux de justice dans la seigneurie de Meillerie, DAO de s. Bochaton.
  • 5 AOM n°1.

10Les informations sur le traitement des délinquants et des affaires judiciaires au prieuré sont données par une enquête menée en 1277 sur ordre du comte de Savoie, qui cherchait de toute évidence à reprendre la main sur les abus commis à Meillerie5. Le juge Juvin fut envoyé à Meillerie interroger une vingtaine de personnes afin de déterminer si les chanoines étaient bien en possession de la justice. L’un d’eux raconte l’arrestation de Rey Dejoux, son emprisonnement dans la tour et la façon dont il fut torturé :

Interrogatus quem vidit ibi prius caerceri ? Respondet quod Regem Dejoux quem fecit capere Guerri qui erat prior […] Interrogatus quomodo scit ? Respondet quod erat in domo de Mellerea quando fuit adductus captus. Dicit quod fuit positus ad tormentum infra turrim de Mellerea. Interrogatus huius tormentum ? Respondet quod imponebatur ei quidam palus acretus per fundamentum. Interrogatus quomodo scit ? Respondet quod erat infra domum de Mellerea et audiebat ipsum clamantem quando torquebatur.

  • 6 AOM n°77 et 78.
  • 7 AOM n°114.
  • 8 AOM n°264.

11Le même témoin affirme également qu’un homme de Meillerie ayant emmené ses truies à Évian “fuit positus questionibus” et qu’un voleur de fruits fut “posuit in turre et fuit estampetus in quodam clypeo”. D’autres confirment que les prisonniers sont systématiquement torturés “in fondo turri”, avant d’être jugés “in pede turrim et ante ecclesiam” (fig. 5). La justice est au xiiie s. rendue par le prieur accompagné de ses familiers et de son conseil (“Interrogatus quid fecit judicium ? Respondet quod famuli domui et concilium priori […]”) ou encore par le prévôt qui séjourne régulièrement à Meillerie (“Interrogatus qui fecit cognitionem ? Respondit quod praepositus Petrus et multa gens quid erat cum ipso”). Parfois, les chanoines font appel à des personnes extérieures à Meillerie : “Item dicit quod prior fecit venire plures probos homines de Lozanna et qui cognoverunt […]”, et encore “Supra dictus, adducto quod fecit judicare per maiorem Lauzanensem”. À partir du xve s. au moins, un juge est chargé des procès : en 1436, Pierre Camagne condamne deux voleurs de fromage à des amendes6. En octobre 1522, le juge de Meillerie Ludovic Blecheret, le procureur Guillaume Joly et le châtelain Jean Plat tiennent des assises et décrivent les peines encourues par les personnes jugées7. La dernière mention d’un juge date de 17698.

Fig. 5. La tour de Meillerie. Les escaliers menant à l’entrée de la tour, située au premier étage, datent de 1710. Ancien prieuré des bernardins à Meillerie, lithographie d’Engelmann, 1829, Archives départementales de la Haute-Savoie, 39 FI 230.

Fig. 5. La tour de Meillerie. Les escaliers menant à l’entrée de la tour, située au premier étage, datent de 1710. Ancien prieuré des bernardins à Meillerie, lithographie d’Engelmann, 1829, Archives départementales de la Haute-Savoie, 39 FI 230.

12Certaines peines sont d’ailleurs exécutées à Meillerie ; ainsi on enregistre pour le xiiie s. qu’un délinquant en revint l’oreille coupée, et un texte de 1719 mentionne l’existence d’un pilori et d’un carcan. Si leur emplacement exact est inconnu, on peut raisonnablement les situer près de la route et de la rive du Léman.

À Lugrin

  • 9 Aujourd’hui, Novales s’appelle “Tourronde”.
  • 10 AOM n°14.
  • 11 AOM n°230.
  • 12 AOM senza data n°32.

13À Lugrin, village bien plus peuplé que Meillerie, se trouvait une autre prison. Il n’en existe pas de mention pour l’époque médiévale. Néanmoins, la mention d’un “châtelain” de Novales, toponyme du lieu à l’époque9, semble s’y rapporter10. En revanche, les sources du xviiie s. mentionnent bien une tour ronde “fort ancienne” ayant servi de prison aux chanoines, de même que des pilori et carcan11. En 1714, le prieur ordonne la réalisation de nouvelles portes à la prison de la tour ronde12. Enfin, en 1756, sera inventoriée et décrite une :

  • 13 AOM n°214. Voir Bochaton 2012.

“[…] Tour Ronde, fort haute, dont le couvert est à tuiles plates, et au-dessus une girouette, il n’y a point d’escaliers pour monter au-dessus ni d’échelle assez haute pour aller au couvert, l’on voit qu’il y manque des tuiles, mais on ne sait pas dans quel état est ledit couvert ; l’on voit qu’il y avoit des escaliers en dehors, qui alloient en tournant, mais il n’y reste que les brêches qu’ont fait lesdits escaliers, lorsqu’on les a enlevé ; il y avoit aussi une porte, et deux fenêtres, il n’en reste que les ouvertures, et quelques barreaux à une fenêtre, l’on entre dans le dessous, qui est rez terre, par une porte de sapin doublée […]. La muraille a sept pieds d’épaisseur. Cette Tour est fort ancienne, et absolument inutile”13.

  • 14 Archives départementales de la Haute-Savoie.

14Étonnamment, la prison n’a pas été représentée sur le cadastre sarde des années 173014. Faut-il en déduire qu’elle n’était déjà plus utilisée à ce moment-là ? Quoi qu’il en soit, les exécutions ne se déroulaient ni au village de Meillerie, ni à celui de Lugrin, mais aux fourches patibulaires situées à l’entrée orientale de la seigneurie, dans le lieu-dit Le Locum.

Au Locum

  • 15 AOM n°115 et n°116.
  • 16 AHE DD 1687.
  • 17 Archives historiques de la ville d’Évian-les-Bains, DD 1687. La traduction semble être de l’abbé (...)

15Le Locum est situé à l’extrémité du territoire des chanoines de Meillerie, et en contact direct avec les bois de Bret qui appartenaient à la ville d’Évian. Et c’est là, à proximité du territoire “ennemi”, que se trouvaient les fourches patibulaires. Les plus anciennes mentions de ces fourches ne datent que de la fin du xve s., il est donc impossible d’affirmer qu’elles existaient au xiiie s.15. Aucune peine capitale n’est mentionnée dans les enquêtes de 1277 et 128916. Les fourches du Locum sont uniquement connues grâce à une enquête menée en 1523 et ordonnée par le Sénat de Savoie à l’occasion de leur reconstruction17. De nouveau, une vingtaine de témoins sont interrogés, et il en ressort que vers 1490, le corps d’un homme convaincu d’espionnage à la solde des Valaisans avait été accroché aux fourches patibulaires peu de temps avant que ceux-ci n’arrivent. Évidemment, à leur entrée dans Meillerie, les soldats avaient renversé les fourches patibulaires. Une trentaine d’années plus tard, les fourches où l’on devait pendre un nouveau condamné – sans doute Nicolas Parix – étant pourries, des habitants furent missionnés pour en ériger de nouvelles en châtaignier, mais plus proches de la route que les anciennes. Elles servaient à punir, mais ce châtiment devait également prévenir la délinquance en intimidant les habitants, ainsi que les voyageurs traversant la seigneurie à pied par la route ou longeant la rive du lac en bateau :

  • 18 AHE DD 1687.

“Les fourches ont-elles été érigées, et Nicolas Parix a-t-il été pendu pour constater la juridiction de Meillerée, ou pour inspirer une crainte en un lieu périlleux pour les voyageurs ?” interrogea le juge Pierre Favre. “Elles ont été érigées plus près de la route pour intimider les mauvais”, répondit Colet Blanc. “Les nouvelles sont érigées plus près de la route pour l’exemple dans un passage boisé et périlleux”, ajouta Henri Vittoz18.

  • 19 Les derniers ont eu lieu les 24 janvier 2013 et 18 février 2014.

16Le passage ci-dessus permet d’entrevoir une troisième utilité à la présence des fourches patibulaires : effrayer les voyageurs à pied pénétrant dans la seigneurie et s’apprêtant à traverser le Maupas, chemin étroit serpentant entre la rive du lac et les rochers. Ce chemin a de tout temps été considéré comme un passage délicat, comme son nom l’indique. S’il a toujours existé et a toujours été emprunté, il fallut attendre l’occupation française de 1792-1815 pour que de vrais travaux y soient entrepris. Encore aujourd’hui, des éboulements bloquent la route de temps à autre19. On devine donc que l’effarement, la terreur provoqués par la vue des fourches patibulaires (fig. 6), devaient sensibiliser les passants au danger et au risque d’accident mortel qu’ils encouraient en continuant leur route vers Meillerie. Un saisissant memento mori !

Fig. 6. Détail de la “Fuite en Égypte”, peinture murale du cloître de l’abbaye d’Abondance (Haute-Savoie). Première moitié du xve s.

Fig. 6. Détail de la “Fuite en Égypte”, peinture murale du cloître de l’abbaye d’Abondance (Haute-Savoie). Première moitié du xve s.

Synthèse

Une homogène répartition des lieux de justice dans la seigneurie

17Le territoire des chanoines s’étendait le long de la rive sud du Léman et du plateau de Thollon. Il était accessible soit par bateau, soit par l’unique route qui le traversait. Les lieux de justice étaient donc répartis en trois points différents le long de cet axe, ce qui permettait de couvrir l’ensemble du territoire :

  • À l’entrée orientale de la seigneurie, au lieu-dit Le Locum, se trouvaient les fourches patibulaires. Toute personne venant de la vallée du Rhône où encore des cantons alémaniques à pied devait passer par Le Locum et par conséquent devant les fourches. De même pour les voyageurs longeant les rives du lac par embarcation, et pour les habitants d’Évian se rendant dans leurs bois de Bret. La présence de ces fourches a semble-t-il découragé les habitants de s’y installer, en témoigne le cadastre sarde des années 1730 ne montrant aucune construction excepté le moulin.

  • Au centre de la seigneurie, et au sein même du prieuré se trouvait le lieu d’emprisonnement, de torture et de jugement des délinquants, à savoir la tour de défense. On ignore si les juges de Meillerie, qui remplacèrent les prieurs et prévôts à partir du xve s., rendaient leurs sentences au même endroit, mais la tour est toujours qualifiée de prison sur le cadastre sarde des années 1730. Enfin, le pilori et le carcan se trouvaient très probablement au bord de la route, de manière à être vus de tous.

  • À l’ouest, dans le second village dépendant de la seigneurie des chanoines, à savoir
    Lugrin, se trouvai
    t une autre prison et d’autres pilori et carcan. Ce second lieu d’emprisonnement, et éventuellement de torture, servait sans doute aux délinquants du village, mais aussi, comme les fourches du Locum, à être vu des passants qui entraient dans la seigneurie de Meillerie par l’ouest depuis la ville d’Évian.

Peu de vestiges archéologiques

18La tour du prieuré est la seule structure en lien avec la justice à avoir été sauvegardée. Dépouillée progressivement de ses aménagements défensifs, elle fut convertie en clocher de la nouvelle église paroissiale de Meillerie. En revanche, la prison située au bord du lac à Lugrin a été détruite à un époque non identifiée, mais postérieure à la sécularisation du prieuré en 1752, car elle est mentionnée dans l’inventaire de 1756. Ce dernier témoigne d’ailleurs de son mauvais état de conservation, dû soit à un manque d’entretien de la part des chanoines, soit à des destructions volontaires à la suite de la suppression du prieuré et à leur expulsion à l’automne 1752.

  • 20 Archives du Grand-Saint-Bernard (AGSB), 4542. Un nouveau procès fut intenté aux chanoines par Évi (...)

19Quant aux fourches patibulaires du Locum, après avoir été réparées une autre fois vers 165020, elles furent abattues sans doute à la même époque, ce qui entraîna la fondation d’un nouveau hameau en aval des Plantés. Ce lieu d’exécution a disparu de la mémoire collective, et il a fait place au cours du xixs. à un chantier naval, et aujourd’hui à une agréable plage. Il est tout à fait plausible qu’en déboisant la parcelle, on retrouverait les pierres qui devaient former la structure inférieure des fourches mentionnées en 1756 :

  • 21 Rasse signifie “scie” en patois, et fait référence au moulin et à la scie à eau qui existaient au (...)

“[…] Il y a une petite pièce de pâturage, et broussailles, appelée ʻLe clos des fourchesʼ, lieu-dit ʻAux Rassesʼ21 , qui va en pente jusqu’au lac, et sur la grève il y a un reste de muraille faite pour un chaufour, avec quelques pierres dispersées. Il y a de grosses pierres dans le milieu, avec des buissons d’épines autour, sans haie”.

Conclusion

20Outre l’importance de bien desservir la seigneurie en lieux de châtiments, ces aménagements avaient une fonction symbolique très forte qui a, dans certains cas, perduré jusqu’à aujourd’hui.

21Pendant les six siècles d’existence du prieuré, ils ont par leur simple présence affirmé que la justice était détenue par les chanoines du Mont-Joux. Situés au bord des axes de communication, mais également répartis de manière homogène dans l’ensemble du territoire, ils servaient de marqueurs territoriaux et étaient visibles par le plus grand nombre, habitant de la seigneurie, voyageur, marchand, pèlerin, mais également ennemi héréditaire, tels les bourgeois d’Évian. Pour ces derniers, ils étaient une menace bien réelle, en témoignent de nombreux faits divers au cours des siècles. On peut également imaginer qu’il s’agissait d’une manière de s’affirmer vis-à-vis des familles nobles locales, telles les Lugrin et les Blonay domiciliées non loin de Novales, les Compey et les Neuvecelle à Thollon, puis les Russin et les Dunant à Lugrin. Le prieuré est lui-même construit au centre de la seigneurie, et il domine le village de Meillerie. Le fait que les jugements soient rendus par les prieurs et les prévôts au pied de la tour et de l’église est symbolique et exprime l’alliance des pouvoirs temporel et spirituel. Et les suppliciés rentrant de Meillerie chez eux devaient offrir le meilleur des avertissements, tout comme les fourches servaient à prévenir les passants qu’ils empruntaient un chemin périlleux en offrant une forte vision de la mort.

  • 22 Hameau situé dans la montagne au-dessus du Locum et mentionné dès le xiiie s.
  • 23 Bochaton à paraître 2017.
  • 24 Archives municipales de Thollon-les-Mémises. Voir Bochaton 2012.

22On ignore ce qu’il advint des piloris et carcans à la suppression du prieuré en 1752. En revanche, on sait d’après la documentation que les fourches du Locum étaient détruites en 1756 et que la tour ronde de Novales était en bien piètre état. Son souvenir perdure pourtant aujourd’hui du fait que le toponyme de Novales a été abandonné au profit de celui de Tourronde. De même, en 1756, l’emplacement où se trouvaient les fourches au Locum était encore appelé “Le clos des fourches”. Les habitants de Meillerie et des Plantés22 s’y installèrent progressivement : en effet, le hameau du Locum est mentionné pour la première fois en 180523. Et fort logiquement, la disparition de ce lieu de mort, auprès duquel personne ne s’était installé, entraîna la création d’un nouveau lieu de vie. Quant à la tour du prieuré, il ne fut qu’une seule fois question de la détruire en 1794, lorsque le Républicain Albitte ordonna d’abattre “les cloches des églises et les tours des châteaux”. La nouvelle municipalité s’y opposa fermement : d’une part, les cloches permettaient de “faire assembler le monde en cas d’incendie”, de “faire assembler le conseil”, mais surtout on pouvait les “faire entendre aux bateliers et passagers égarés, et errants sur le lac par temps brumeux et orageux”24.

Bibliographie

Bibliographie

Bochaton, S. (2012) : Étude d’un prieuré fortifié chablaisien : Meillerie (xiiie-xixe s.), mémoire de master 2, université de Lyon.

Bochaton, S. (2014a) : “Étude archéologique du prieuré de Meillerie (xiiie-xixe s.)”, Mémoires et documents publiés par l’Académie chablaisienne, Thonon : Académie chablaisienne, 73, 135-152.

Bochaton, S. (2014b) : “Meillerie en Chablais. La fondation du prieuré”, La Revue savoisienne, Annecy : Académie florimontane, 154e année, 352-362.

Bochaton, S. (à paraître) : “La population de Thollon-Meillerie au xviiie s.”, Mémoires et documents publiés par l’Académie chablaisienne, Thonon : Académie chablaisienne.

Quaglia, L. (1961) : “Meillerie et la prévôté du Grand St Bernard”, Annales valaisannes, 2ème série 36, 10-39.

Quaglia, L. (1972) : La maison du Grand-Saint-Bernard des origines à nos jours, Martigny.

Notes

1 Bochaton 2014b.

2 Voir entre autres “Vue de Meillerie” par Nicolas Antoine Taunay, début du xixe s., Musée du Louvre, visible sur le site internet de la RMN.

3 Bochaton 2014a. L’aula est la salle principale d’un château ou d’une maison forte.

4 Archives de l’ordre mauricien, Fonds “Territorio di Mellierée e Tonon” (AOM). Les archives sont évacuées de Meillerie quarante ans avant l’invasion française de 1792, ce qui a permis de les sauver.

5 AOM n°1.

6 AOM n°77 et 78.

7 AOM n°114.

8 AOM n°264.

9 Aujourd’hui, Novales s’appelle “Tourronde”.

10 AOM n°14.

11 AOM n°230.

12 AOM senza data n°32.

13 AOM n°214. Voir Bochaton 2012.

14 Archives départementales de la Haute-Savoie.

15 AOM n°115 et n°116.

16 AHE DD 1687.

17 Archives historiques de la ville d’Évian-les-Bains, DD 1687. La traduction semble être de l’abbé J. Gonthier. Cette reconstruction pourrait avoir suivi la tenue des assises de Meillerie en octobre 1522.

18 AHE DD 1687.

19 Les derniers ont eu lieu les 24 janvier 2013 et 18 février 2014.

20 Archives du Grand-Saint-Bernard (AGSB), 4542. Un nouveau procès fut intenté aux chanoines par Évian.

21 Rasse signifie “scie” en patois, et fait référence au moulin et à la scie à eau qui existaient au Locum.

22 Hameau situé dans la montagne au-dessus du Locum et mentionné dès le xiiie s.

23 Bochaton à paraître 2017.

24 Archives municipales de Thollon-les-Mémises. Voir Bochaton 2012.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le Chablais et la seigneurie de Meillerie, DAO de S. Bochaton.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 2. Le prieuré au sud du Léman et au pied des rochers de Meillerie, Cliché de S. Bochaton.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 3. La tour de Meillerie aujourd’hui, Cliché de C. Ybard.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 4. Répartition des lieux de justice dans la seigneurie de Meillerie, DAO de s. Bochaton.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18235/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 5. La tour de Meillerie. Les escaliers menant à l’entrée de la tour, située au premier étage, datent de 1710. Ancien prieuré des bernardins à Meillerie, lithographie d’Engelmann, 1829, Archives départementales de la Haute-Savoie, 39 FI 230.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18235/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 6. Détail de la “Fuite en Égypte”, peinture murale du cloître de l’abbaye d’Abondance (Haute-Savoie). Première moitié du xve s.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18235/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search