Version classiqueVersion mobile

(Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne

Les sciences archéologiques permettent-elles d’étudier la justice médiévale et moderne ?

Mathieu Vivas

Texte intégral

  • 1 Sur ces aspects, on pourra se reporter au récent Boissinot 2015. Voir également, dans une certain (...)

1Les sciences archéologiques permettent-elles d’étudier la justice médiévale et moderne ? Sous sa forme interrogative, cette question-titre est rhétorique et assertive. Elle prend en effet la forme d’une phrase déclarative : oui, les sciences archéologiques permettent d’étudier la justice médiévale et moderne. Cette question amène avant tout à la difficile interprétation des faits archéologiques et, en cela, sur les voies de l’épistémologie, de l’anthropologie des sciences et de l’historiographie1. En évoquant au pluriel “les sciences archéologiques”, elle pousse également le raisonnement vers le champ de l’interdisciplinarité : au-delà de la complémentarité des sources textuelles, iconographiques et archéologiques, elle sollicite les archéologues, les archéo-anthropologues, les archéologues du bâti, les spécialistes de sciences forensiques et de physique appliquée, etc. À la question “qu’est-ce que les sciences archéologiques apportent de plus que les textes ne permettent déjà de connaître ?”, nous répondrons qu’elles donnent corps à la justice grâce à des traces matérielles qui s’écartent des représentations mentales et collectives quelque fois véhiculées par les textes et les images. Mais, il faut surtout s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour que cette lecture novatrice de la contrainte pénale et de la matérialité du droit de punir puisse se développer.

  • 2 Dans ce livre, on pourra toutefois se reporter aux articles dédiés aux fourches patibulaires de T (...)
  • 3 Loin de pouvoir citer toutes les références bibliographiques, nous renvoyons – par exemple – aux (...)
  • 4 Le programme de recherche quinquennal Des Justices et des Hommes : peine de mort, gibets et bourr (...)
  • 5 Charageat & Vivas, dir. 2015. Dans une certaine mesure, voir les réflexions d’Élodie Lecuppre-Des (...)

2Disciplines scientifiques enseignées dans les universités françaises, pratiquées sous une forme préventive, programmée ou en laboratoire, les sciences archéologiques – dans leur amplitude diachronique – se déclinent aujourd’hui grâce à de nombreux adjectifs : “archéologie urbaine”, “archéologie rurale”, “archéologie funéraire”, “archéobotanique”, “archéozoologie”, etc. Bien que ces adjectifs reflètent la spécialisation des enseignements et le haut niveau des recherches, aucun qualificatif ne paraît lier les sciences archéologiques à l’étude de la justice. En France, les données générées par les archéologues sont en effet maigres2. Si les historiens médiévistes, modernistes et contemporanéistes ont pu consacrer des études à la justice, aux crimes et à la criminalité3, l’approche archéologique ne se résume à l’heure actuelle qu’à nos deux programmes de recherches4 et aux rencontres organisées depuis 2014 dans ce cadre5. Le constat est totalement différent pour d’autres pays européens.

  • 6 J. Auler présente son travail ainsi que ses publications sur son site internet : http://archaeoto (...)
  • 7 Auler 2007.
  • 8 Auler 2008-2012.
  • 9 Le volume 1 comprend 32 articles écrits en allemand et 2 en anglais, le volume 2 regroupe 27 arti (...)
  • 10 Si le terme d’anthropologie apparaît régulièrement dans ces 3 volumes, il est essentiellement aff (...)

3L’archéologie de la justice doit beaucoup aux recherches allemandes. Depuis le milieu des années 1990, Jost Auler développe ainsi le concept de richtstättenarchäologie, terme que l’on pourrait traduire en français par la périphrase “archéologie des lieux d’exécution”6. Dans un article publié en 2007, l’archäologe und historiker dresse un aperçu historiographique des bénéfices de cette richtstättenarchäologie7. En présentant plusieurs découvertes archéologiques de gibets en Suisse, il évoque ainsi la typochronologie de ces structures pour les périodes médiévale et moderne, tout autant qu’il place le devenir du corps des condamnés à mort au centre de ses réflexions. Entre 2008 et 2012, Jost Auler prolonge et élargit ses recherches grâce à la publication de trois volumes d’un ouvrage qu’il nomme “tout naturellement” Richtstättenarchäologie8. Destinée à l’étude archéologique de la justice médiévale et moderne (lieux, objets, corps judiciairement fabriqués), cette imposante somme propose des exemples de sites allemands, danois, suédois, hollandais, polonais, tchèques, autrichiens, suisses, etc.9. Le travail a été systématiquement envisagé dans une optique interdisciplinaire : le croisement entre données archéologiques, archéo-anthropologiques10, textuelles et figurées a en effet été retenu. Toute la complexité, la subtilité et l’évolution du système de la justice pénale se dévoile ainsi à travers un raisonnement historique modelé par une matière archéologique. La discussion est également prolongée sur les pratiques et les traitements corporels mis en place pendant et après l’application de la peine capitale (peine(s) corporelle(s) supplémentaire(s), exposition judiciaire et exemplaire des cadavres, inhumation du corps des condamnés à mort, etc.).

  • 11 Voir, par exemple, l’article de Marita Genesis dans ce présent volume.
  • 12 Nous renvoyons ici à l’article de synthèse publié dans ce présent volume par Pavlína Mašková et D (...)
  • 13 On pourra se reporter, dans ce volume, aux articles de Petar Parvanov, de Paweł Duma et à celui d (...)

4La publication de Jost Auler est à ce jour la plus complète sur la question. Elle fait ainsi figure de référence pour les archéologues allemands11, mais également pour ceux d’Europe centrale et de l’est. Aussi, depuis une douzaine d’années maintenant, les chercheurs tchèques et polonais travaillent de concert et abordent la question de la justice par le biais de l’archéologie12. Les thématiques qui découlent de cette approche sont nombreuses : en touchant l’archéologie préventive et programmée, elle initie des réflexions sur les objets, les lieux et les corps produits par la justice pénale13.

  • 14 Reynolds 2009.
  • 15 Voir, par exemple, Reynolds 1997, 2008 et 2014 (article publié en français dans le présent opus).
  • 16 Buckberry & Hadley 2007 ; Buckberry 2007, 2008 et 2014. Nous remercions Jo Buckberry pour sa prés (...)

5Outre-Manche, l’importance des sciences archéologiques dans l’étude de la justice n’est plus à démontrer. En 2009, dans un ouvrage intitulé Anglo-Saxon Deviant Burial Customs, Andrew Reynolds s’interroge sur la notion de déviance en archéologie funéraire et propose une réflexion aboutie sur les Execution Cemeteries14. Fruit de travaux menés depuis le milieu des années 1990, la réflexion proxémique et interdisciplinaire d’Andrew Reynolds est centrée sur les preuves archéologiques de l’activité judiciaire anglo-saxonne entre les ve-xiie s.15. Elle constitue aujourd’hui un jalon important pour qui souhaite étudier la justice médiévale par le biais de l’archéologie. Cette optique d’étude est également prolongée par une approche archéo-anthropologique telle que la mène Jo Buckberry, reader in biological Anthropology à l’Université de Bradford16.

6Ce rapide parcours historiographique souligne le retard scientifique de la France : alors que les archéologues tchèques et polonais s’interrogent (déjà !) sur la pertinence de fouiller d’autres fourches patibulaires – la typochronologie leur semblant aujourd’hui bien établie –, les chercheurs français peinent à imposer ce genre d’investigations dans l’Hexagone. Ces quelques pages introductives présenteront donc une évaluation du potentiel archéologique de la matérialité du droit de punir et de la contrainte pénale en France. Les premières recherches que nous avons effectuées prouvent que les sciences archéologiques permettent de reconsidérer les espaces de la justice (1) et les objets qui lui sont liés (2). Outre les équipements, elles permettent également de s’intéresser à la fabrique judiciaire d’une catégorie de corps qui sont les dépouilles des criminels (3).

Reconsidérer les espaces et les équipements de la justice

7L’une des premières pistes de réflexion concerne les espaces dans lesquels s’incarne la justice. Ces espaces se déclinent sous trois formes : ceux où l’on juge (tribunaux, cours, etc.), ceux où l’on enferme (prisons, cachots, etc.) et ceux où l’on exécute les peines (piloris, fourches patibulaires, etc.).

  • 17 Voir les articles correspondants dans ce présent volume.
  • 18 Cette thématique d’étude est en vogue en castellologie. Voir, par exemple, le récent : Bourgeois (...)
  • 19 Quelques pistes de réflexion dans Poumarède, coord 2011. Pour un aspect plus historique, voir : G (...)

8À l’heure actuelle, si de rares investigations archéologiques sur des tribunaux peuvent être notées, aucune ne s’inscrit dans une thématique de recherche entièrement dédiée à la justice. Pourtant, une relecture archéologique du bâti sur ces édifices permettrait de mieux cerner l’architecture judiciaire, comme Jean Catalo l’a par exemple proposé pour la Tour de l’Horloge du parlement de Toulouse, ou encore comme Alain Jacques et Mathieu Béghin ont pu le faire pour la Maison Rouge d’Arras17. La multiplication d’études de cas et de synthèses régionales permettrait d’élaborer des typo-chronologies d’édifices nécessaires au raisonnement archéologique, aux comparaisons et à une réflexion historique sur le temps long. Par ailleurs, à l’heure où se multiplient les travaux sur le discours allégorique et symbolique de l’architecture religieuse, militaire et civile18, la démarche archéologique permettrait sans aucun doute de replacer la monumentalité de ces édifices dans le jeu de la communication visuelle judiciaire19. En cernant l’architecture des espaces du jugement, c’est le discours de leurs détenteurs qui apparaîtrait donc sous un autre jour, qu’ils soient rois, seigneurs laïques ou ecclésiastiques, officiaux, comtes, etc.

  • 20 En partant de ces sources, les récentes investigations ont souligné l’importance du claustrum mon (...)
  • 21 Là encore, nous renvoyons à l’article de Jean Catalo dans ce présent volume.
  • 22 Ramond 2006.
  • 23 Dans une large bibliographie sur le château de Selles, voir Motte & Roumegoux 2010 et Motte & Mél (...)

9Grâce au renouveau des études sur les corps privés de liberté et sur les espaces d’enfermement, l’histoire des prisons, des geôles et des cachots bénéficie aujourd’hui d’un autre regard, essentiellement à travers les sources textuelles et iconographiques20. Aucune démarche similaire n’a pour le moment été développée par le biais des sciences archéologiques21. Outre la typologie des espaces d’enfermement, l’investigation archéologique invite également à évoquer le quotidien des prisonniers. Cette piste d’investigation peut être prolongée par une étude d’objets (cf. infra) mais également par celle de graffiti peints, incisés ou crayonnés par des prisonniers. Parmi plusieurs exemples, on note celui du Manoir du Catel (Seine-Maritime) qui a hébergé durant le Moyen Âge la cour de justice des abbés de Fécamp : parmi plus de 3000 graffiti anonymes, on dénombre un bourreau assis sur les épaules du criminel ainsi que plusieurs gibets (associés à une échelle et/ou un pendu)22. D’autres exemples de graffiti réalisés en milieu carcéral pourraient être ici mentionnés, comme ceux de la prison du château de Selles à Cambrai (Nord) ou ceux des geôles du Palais Synodal de Sens (Yonne)23. Au-delà du besoin d’expression et des peurs, ces graffiti permettent d’analyser la représentation mentale que les incarcérés se faisaient de la justice pénale et, en particulier, des lieux d’exécution.

  • 24 Voir, par exemple, Gauvard, 1993a et [1991] 2010.

10Pour les sites d’exécution, deux catégories de lieux où les sentences sont appliquées doivent être différenciées (bien qu’elles se superposent à l’occasion) : les espaces où l’on administre des sanctions qui n’entraînent pas la mort (amputation, marquage, exposition, etc.) et ceux où se matérialise la peine capitale (pendaison, décapitation, etc.). Dans les deux cas, l’aspect public de l’exécution s’apprécie à l’aune de l’exemplarité judiciaire et, point non négligeable dans une société basée sur l’honneur, de l’infamie judiciaire24.

  • 25 Charageat & Vivas 2014 ; Vivas 2015.
  • 26 Vivas 2014 et 2016.
  • 27 Voir, par exemple, Bépoix 2010.
  • 28 Prétou 2015.
  • 29 Voir également Vivas 2017.

11En France, les lieux d’exécution comme les fourches patibulaires n’ont jamais fait l’objet de synthèse, et encore moins l’objet d’une approche archéologique25. Autrement appelées gibets ou potences, les fourches patibulaires sont des lieux de justice dédiés à la pendaison, à l’exposition de corps (entiers ou fragmentés) et à l’inhumation des condamnés à mort26. Entre la fin du xixe s. et le début du xxe s., leur histoire n’a intéressé que quelques érudits locaux – l’approche toponymique était alors privilégiée – et, à partir des années 1980, quelques spécialistes de l’histoire du crime, de la justice et des villes27. La forme architecturale des structures, leur symbole et leur mode de fonctionnement sont très longtemps restés tributaires du paradigmatique gibet royal de Montfaucon, superstructure patibulaire constituant un hapax28. Au-delà de la toponymie, des sources d’archives et des images, les lieux d’exécution peuvent cependant être abordés par le biais de l’archéologie : sept articles de cet ouvrage le prouvent29.

Des équipements aux objets de la justice

  • 30 On ne citera ici que le travail de Paul de Win sur les piloris médiévaux et modernes des Pays-Bas (...)

12À mi-chemin entre les lieux d’exécution et les objets, prennent place les espaces où une peine non mortelle est perpétrée : parce qu’ils donnent à voir le condamné, les piloris et les carcans appartiennent à cette catégorie. Au cœur ou à l’extérieur de la ville, ils sont des équipements que les sciences archéologiques peuvent appréhender. Les piloris médiévaux et modernes sont de formes variables : à un simple poteau de bois ou une colonne de pierre auquel un criminel était ligoté, peut se substituer une superstructure permettant l’exposition de plusieurs condamnés (le pilori parisien des Halles en constitue un exemple parfait). On note également l’utilisation des chaînes et des colliers métalliques, équipement plus simple qu’un pilier des halles médiévales de Belvès (Dordogne) arbore encore (fig. 1a et 1b). À l’heure actuelle, il n’existe en France aucun corpus typochronologique ni aucune cartographie des piloris, contrairement à d’autres pays européens30.

Fig. 1a et 1b. Belvès – Les Halles – Le “Pilori” © M. Vivas.

Fig. 1a et 1b. Belvès – Les Halles – Le “Pilori” © M. Vivas.
  • 31 Sur la matérialité du droit de punir, voir Porret et al., dir. 2012.
  • 32 Voir, par exemple, Gauvard & Jacob, dir. 2000.
  • 33 Watteau et al., dir. 2011 , Bourgeois 2014.

13À l’heure d’un renouveau des études sur les objets découverts en contexte archéologique et sur ceux conservés dans les musées, la réflexion ici proposée sur les objets de la justice invite à dépasser les traditionnelles (mais nécessaires) approches textuelles et iconographiques31 : elle vise à reconsidérer les objets de la justice médiévale en les appréhendant comme des preuves matérielles du droit de punir et de la contrainte pénale. En s’appuyant sur les recherches prenant le rite judiciaire comme sujet d’étude32, en précisant que chaque objet a sa biographie ou sa “propre histoire”33, les objets de justice (hache, épée, entraves, carcan, etc.) sont ainsi replacés au sein de questionnements relatifs aux gestes et aux pratiques tant techniques que rituelles. Contextualisés, ils dévoilent alors l’identité et le statut de leurs possesseurs, qu’ils soient ceux qui rendent la justice (juges), ceux l’appliquent (bourreaux) ou ceux qui la subissent (criminel(le)s).

14L’étude archéologique des objets de la justice peut alors s’intéresser à toute une chaîne opératoire comprenant la confection, l’utilisation et l’abandon. Parce que les objets mettent l’être humain au cœur d’une pluralité d’actions, les sciences archéologiques éclairent sans conteste les gestes techniques. À ce titre, elles permettent de mieux saisir les contours de la fabrication et de la réparation d’un objet en soulignant la préparation des matériaux, le lieu de production, le savoir-faire du confectionneur et la commercialisation du bien. Elles éclairent également sous un nouveau jour l’utilisation, la transmission et l’abandon d’un objet, en précisant le mode d’apprentissage et le savoir-faire de l’exécutant ; comme les gestes techniques du bourreau qui questionnent son degré de professionnalisme.

  • 34 Voir l’article d’Emma Battell Lowman et de Sarah Tarlow dans ce volume. Le lecteur pourra égaleme (...)
  • 35 Voir, à l’intérieur de ce volume, l’article de Paweł Duma et celui d’Alban Horry.

15En combinant une étude des sources écrites et une approche technique, une telle démarche a été menée par Sarah Tarlow et Emma Battell Lowman sur les cages d’exposition de l’Angleterre du xviiie s.34. En Europe centrale et de l’Est, les archéologues ont quant à eux mis au jour de nombreux objets sur les sites d’exécution, qu’il s’agisse d’outils destinés à la pendaison (chaînes, patères, etc.) ou d’objets de la vie quotidienne (monnaies, céramiques, etc.)35. Les investigations menées sur les inhumations implantées aux fourches patibulaires complètent le corpus en y ajoutant des pièces vestimentaires : boutons, boucles de chaussures et de ceintures permettent aujourd’hui de se demander si les condamnés à mort étaient habillés ou nus lors de leur exécution et de leur mise en terre.

  • 36 Nous renvoyons ici à l’article d’Anastasija Ropa et d’Edgar Rops publié dans ce présent volume.

16Grâce à une relecture des objets présentés dans les musées, les haches, les épées et les autres objets peuvent alors être réhabilités dans le paysage scientifique et, loin de la curiosité qu’ils éveillent, ne seront plus le sujet de tous les fantasmes populaires36.

Les preuves archéologiques de la fabrique judiciaire des corps

  • 37 Dans une large bibliographie, voir Gauvard, 1993b.
  • 38 Vivas 2014 et 2016.
  • 39 Tels qu’ils ont été définis par Henri Duday et ses collaborateurs. Dans une large bibliographie, (...)
  • 40 Voir l’article d’Isabelle Abadie, celui d’Hélène Réveillas et de Céline Michel-Gazeau et, en fin, (...)
  • 41 Dans une bibliographie essentiellement anglophone, nous renvoyons aux travaux de Christopher Knüs (...)

17Si la documentation écrite et figurée permet une qualification et une quantification du crime, elle permet également de mieux cerner la population criminelle (sexe, âge, origine sociale, récidive, etc.)37. Parce que les lieux d’exécution regroupent également des morts en leur sein38, l’étude des inhumations de criminels intègre déjà les réflexions de nos collègues d’Outre-Manche et des pays d’Europe centrale et de l’Est. En appliquant les principes de la fouille archéo-anthropologique39, des analyses d’ossements permettent en effet de connaître l’identité de criminels (sexe, âge, etc.)40. Au fur et à mesure qu’elles se développent, les méthodes et les réflexions de l’archéologie et de la bioarchéologie de la violence apportent également un regard de plus en plus précis sur les peines corporelles41. Les peines d’amputation et de décapitation apparaissent ainsi sous un nouveau jour grâce aux analyses paléopathologiques de fractures osseuses. L’optique interdisciplinaire gagne toutefois à être encore élargie.

  • 42 De premières réponses ont été apportées lors d’une journée d’étude intitulée Pendre, suspendre, d (...)
  • 43 Gauvard [1994] 2005.
  • 44 Nous renvoyons ici à l’article d’Anne Lafran publié dans ce volume.
  • 45 Les traités de médecine légale rapportent que la fracture de l’os hyoïde – qui peut être égalemen (...)
  • 46 À Lubań (Pologne), les fouilles menées en 2003-2004 par Daniel Wojtucki ont mis au jour une chaîn (...)
  • 47 Pour le médiéviste, cette question est importante car des sources écrites rapportent que la mandr (...)
  • 48 La représentation de pendu bouche ouverte et langue pendante n’est-elle ainsi qu’un procédé icono (...)
  • 49 Sur l’apport des sciences forensiques, voir l’article d’Eline M. J. Schotsmans et al. publié dans (...)

18Sous l’auspice des sciences forensiques, de la médecine légale et de la biomécanique appliquée, les questions que les archéologues et les historiens des textes et des images se posent sur les effets de la pendaison trouvent enfin des réponses précises42. Confrontés aux sources écrites, les chercheurs perçoivent la pendaison – peine de mort la plus utilisée dans le royaume de France au Moyen Âge – comme la punition infamante du meurtre et du vol, mais aussi comme une peine pouvant intervenir à la suite d’une décapitation en cas de crime politique43. Afin de se détacher d’un processus cognitif où chaque pendu rappelle le traître Judas Iscariote44, il est alors nécessaire de multiplier les interrogations sur les marques que la suffocation létale peut laisser sur le rachis cervical et l’os hyoïde (fracture, luxation, etc.)45, sur les effets spécifiques d’une corde et d’une chaîne46, sur la durée de l’asphyxie quand il s’agit d’une compression des axes carotidiens, des veines jugulaires ou de la trachée, sur les convulsions, sur l’ischémie cérébrale et la cyanose de la face, sur l’érection-éjaculation du pendu47, sur la protrusion de la langue48, etc. Loin des représentations mentales et collectives, les approches biologiques, médico-légales, forensiques et physiopathologiques apportent sans conteste une nouvelle façon d’aborder le traitement de corps et de cadavres produits par les justices du passé49.

  • 50 Castan 1985.
  • 51 Huchet 2017a et 2017b.

19Si l’exemplarité judiciaire est l’affaire des théoriciens du Moyen Âge et de l’époque moderne50, les sciences archéologiques peuvent participer aux réflexions des historiens des textes en répondant aux questions liées à l’exposition du cadavre des condamnés à mort. En effectuant ainsi des prélèvements de sédiments sur les lieux d’exécution (au pied de la potence et dans les inhumations), des analyses entomologiques pourraient être menées51. Souvent suspendus aux poutres patibulaires pendant un temps plus ou moins long, les corps en décomposition constituent en effet un substrat nutritif pour les insectes thanatophages. Les analyses entomologiques permettraient sans conteste de mesurer le stade de décomposition et, de fait, le temps de l’exposition judiciaire.

  • 52 Gauvard [1994] 2005.
  • 53 Cette étude a été menée au sein du laboratoire de biomécanique appliquée de l’Institut Français d (...)

20La pendaison a pour corrélat l’acte volontaire ou involontaire de dépendre. Dans le cadre d’une réhabilitation officielle et ritualisée, alors que les sphères publique et privée s’entremêlent, décrocher un pendu permet de lui redonner, ainsi qu’à sa familia, son honneur perdu52. Dans tous les autres cas, la dépendaison n’efface pas l’infamie. Mais, qu’elles soient volontaires ou non, toutes les dépendaisons incontrôlées voient un cadavre tomber de tout son poids sur le sol. Les fractures osseuses relevées sur les chevilles et les tibias d’individus inhumés au pied des gibets peuvent être en ce sens rediscutées. Grâce aux études de biomécanique appliquée, en prenant en compte la hauteur de la chute et le poids du cadavre, on sait que la dépendaison non contrôlée entraîne une chute du corps qui, en tombant sur les pieds, subit des fractures osseuses53.

Conclusion

21Les articles rassemblés dans ce volume réexaminent le droit de punir et la contrainte pénale par le biais des sciences archéologiques. Développée dans plusieurs pays européens, cette façon d’étudier la justice commence juste à apparaître en France. Cette relecture ne doit pas se concevoir comme une démarche annexe à celle de l’histoire de la justice : au contraire, elle met en lumière toute l’amplitude matérielle de la justice en dépassant – et parfois même de manière contradictoire – les traditionnelles approches textuelles et iconographiques du fait judiciaire.

  • 54 Pour l’époque médiévale, voir – par exemple – Cursente & Mousnier, dir. 2005 ; Construction de l’ (...)
  • 55 Les sources textuelles mettent ainsi en lumière des conflits de juridiction sur la possession de (...)

22Dans une réflexion archéologique liant perception de l’espace, signification et représentation sociale des vestiges, ce livre repense les formes et les sens des lieux de jugement, d’enfermement et d’exécution. À l’heure de publications récentes sur la construction de l’espace54, cet ouvrage complète et prolonge la réflexion proxémique en s’intéressant à l’ancrage territorial des ressorts de justice. En étudiant l’emplacement des tribunaux, des prisons et des espaces d’exécution, les sciences archéologiques invitent en effet à dessiner une cartographie des ressorts juridictionnels et des communautés de justiciables : elles élaborent, tant pour le milieu urbain que rural, une véritable géographie du ius puniendi. En effet, cette approche archéologique des lieux de justice documente la constitution et l’organisation des territoires, tout autant qu’elle s’interroge sur l’établissement et l’évolution des différentes circonscriptions judiciaires (rois, seigneurs, villes, etc.). Elle met ainsi en lumière la constitution de juridictions parallèles (ecclésiastiques et laïques) et dévoile les enjeux des implantations judiciaires en appréciant, sous l’angle des équipements, les limites de juridiction et les conflits qui parfois en découlent55.

  • 56 Essentiellement en s’attachant aux principes de “gouvernementalité” définis par M. Foucault. Voir (...)
  • 57 Malgré un développement des Gender Studies depuis quelques années en sociologie, en anthropologie (...)
  • 58 Voir les premières pistes de réflexion dans Vivas 2016.

23Par le biais des sciences archéologiques, cet ouvrage réinterroge finalement le développement de la justice et des modèles de punition des justiciables : il invite en ce sens à une relecture novatrice du gouvernement des corps – vivants et morts – des criminel(le)s du Moyen Âge et de l’époque moderne. Par des preuves matérielles, il certifie en effet que le corps des criminel(le)s devient le sujet et l’objet de politiques particulières de gouvernement. Si les historiens et les juristes analysent les rapports d’autorité et de pouvoir entre les gouvernants et les justiciables56, les sciences archéologiques permettent de souligner l’importance des équipements de justice dans l’expression et l’organisation de ces rapports. En se basant tout autant sur l’individu que sur le collectif (de l’étude d’un(e) criminel(le) à l’étude de la “catégorie” des criminels), en soulignant l’aspect public de la justice et la visibilité de ses équipements, les sciences archéologiques fournissent des preuves incontestables de l’application pénale. En prolongeant la réflexion par une approche genrée, certes en considérant le corps des criminel(le)s, mais également en réfléchissant à l’usage genré des équipements et des lieux de justice, les sciences archéologiques mettent également en lumière les variabilités de cette application pénale57. Combinées aux sources textuelles, elles placent alors le corps des justiciables dans le champ d’une mort pénale ; d’une mort qui n’est plus l’affaire des autorités ecclésiastiques58.

  • 59 Foucault 2004 ; Mbembe 2006.

24En rediscutant les espaces, les objets et les corps produits par la justice médiévale et moderne, les sciences archéologiques placent la vie et la mort des justiciables au cœur des débats. Elles font donc apparaître dans le mode de gouvernement laïc un concept de biopouvoir qui, défini par Michel Foucault, rejoint aujourd’hui celui de nécropolitique59.

Bibliographie

Bibliographie

Allinne, J.-P. et Soula, M., dir. (2016) : La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, Rennes.

Auler, J. (2007) : “Richtstättenarchäologie in der Schweiz : ein Uberblick”, Archäologisches Korrespondenzblatt, 37 (2), 297-312.

Auler, J., dir. (2008-2012) : Richtstättenarchäologie, Dormagen, 3 vol.

Bartholeyns, G., éd. (2016) : Politiques visuelles, Dijon.

Bépoix, S. (2010) : Une cité et son territoire. Besançon, 1391. L’affaire des fourches patibulaires (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 871 ; Cahiers d’Études Comtoises, 71), Paris.

Boissinot, P. (2015) : Qu’est-ce qu’un fait archéologique ?, Paris.

Boone, M. et Howell, M., éd. (2013) : The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe : the Cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Turnhout.

Boulestin, B. et Duday, H. (2005) : “Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire”, in : Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens en Bourgogne, Paris, 17-35.

Bourgeois L. (2014) : “L’objet archéologique comme source d’histoire sociale (ixe-xiiie s.) : quelques réflexions”, in : Bourgeois & Rémy, éd. 2014, 661-671.

Bourgeois L. et Rémy C., éd. (2014) : Demeurer, défendre, paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées, Actes du colloque de Chauvigny, 14-16 juin 2012, Chauvigny.

Brugal, J.-P., dir. (2017) : TaphonomieS, Paris.

Bubenicek, M. (2015) : “ ʻEt encourt sont les dictes forches en la dicte place toutes droictes...’ La guerre des gibets dans l’État bourguignon naissant (Franche-Comté, 1380-1400)”, in : Charageat & Vivas, dir. 2015 [En ligne]. URL : https://criminocorpus.revues.org/3040.

Buckberry, J. et Hadley, D. M. (2007) : “An Anglo-Saxon Execution Cemetery at Walkington Wold, Yorkshire”, Oxford Journal of Archaeology, 26(3), 309-329.

Buckberry, J. (2008) : “Off With Theirs Heads : The Anglo-Saxon Execution Cemetery at Walkington Wold, East Yorkshire”, in : Murphy, éd. 2008, p.148-168.

Buckberry, J. (2014) : “Osteological Evidence of Corporal and Capital Punishment in Later Anglo-Saxon England”, in : Gates & Marafioti, éd. 2014, 131-148.

Castan, Y. (1985) : “Exemplarité judiciaire, caution ou éveil des études sérielles”, in : Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités : mélanges Robert Mandrou, Paris, 51-59.

Charageat, M. et Vivas, M. (2015) : “Introduction. Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’époque moderne. Approche interdisciplinaire”, in : Charageat & Vivas, dir. 2015, [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3018. Article également disponible en anglais sous le titre “Gibbets from the Middle Ages to Modern times. An interdisciplinary method”, [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3184.

Charageat, M. et Vivas, M., dir. (2015) : Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’époque moderne. Approche interdisciplinaire, colloque du 23 et 24 janvier 2014, Bordeaux, Criminocorpus [En ligne]. URL : http://criminocorpus.revues.org/3018.

Chiffoleau, J., Martines, L., Paravicini Bagliani, A., dir. (1994) : Riti e rituali nelle società medievali, Atti del convegno organizzato dal International workshop on medieval societies, Erice, settembre 1990, Spolète.

Construction de l’espace au Moyen Âge (2007) : Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Actes du 37e Congrès de la SHMESP (Mulhouse, 2-4 juin 2006), Paris.

Contamine, P., Dutour, T., Schnerb, B., éd. (1993) : Commerce, Finances et Société. Recueil de travaux d’histoire médiévale offerts à Henri Dubois, Paris.

Crubézy, É., Duday, H., Sellier, P., et Tillier, A-M., dir. (1990) : Anthropologie et archéologie : dialogue sur les ensembles funéraires (Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 2 (3-4)), Paris.

Cursente, B. et Mousnier, M., dir. (2005) : Les territoires du médiévistes, Rennes.

De Boe, G. et Verhaeghe, F., éd. (1997) : Death and Burial in Medieval Europe, Zellick

Demoule, J.-P. (2012) : “Pouvoirs, sexes et genres”, Les Nouvelles de l’Archéologie, 127 : Autour d’une agitatrice de l’archéologie, Anick Coudart, 21-25.

Demoule, J.-P. et Landes, C., dir. (2009) : La fabrique de l’archéologie en France, Paris.

Demoule, J.-P. et Stiegler, B., dir. (2008) : L’avenir du passé. Modernité de l’archéologie, Paris.

De Win, P. (1991) : De schanstraffen in het wereldlijk strafrecht in de Zuidelijke Nederlanden van de Middeleeuwen tot de Franse Tijd bestudeerd in Europees perspectief, Bruxelles.

Duday, H. (2005) : “L’archéothanatologie ou l’archéologie de la mort”, in : Dutour et al., éd. 2005, 153-207.

Duday, H. (2009) : The archaeology of the dead: lectures in archaeothanatology (Studies in Funerary Archaeology, 3), Oxford.

Duma, P. (2015) : Šmierć nieczysta na Śląsku. Studia nad obrządkiem pogrzebowym społeczeństwa przedindustrialnego [rés. en anglais Profane death in Silesia. A study on funeral practices of the pre-industria society], Wrocław.

Dutour, O., Hunlin J.-J., Vandermeersch, B., éd. (2005) : Objets et méthodes en Paléoanthropologie (Orientations et méthodes, 7), Paris.

Foucault, M. (2004) : La naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris.

Gates, J. P. et Marafioti, N., éd. (2014) : Capital and Corporal Punishment in Anglo-Saxon England, Woodbridge.

Gauvard, C. [1991] (2010) : “De grace especial”. Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris.

Gauvard, C. (1993a) : “La fama, une parole fondatrice”, Médiévales, 24 : La renommée, 5-13.

Gauvard, C. (1993b) : “Les sources judiciaires à la fin du Moyen Âge peuvent-elles permettre une approche quantitative du crime ? ”, in : Contamine et al., éd. 1993, 469-488.

Gauvard, C. [1994] (2005) : “Pendre et dépendre à la fin du Moyen Âge : les exigences d’un rituel judiciaire”, in : Chiffoleau et al., dir. 1994, 191-211 et in : Gauvard 2005, 66-78.

Gauvard, C. (2005) : Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris.

Gauvard C. et Jacob R., dir. (2000) : Les rites de la justice. Gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Cahiers du Léopard d’or, 9, Paris.

Geltner, G. (2008) : The Medieval Prison : a Social History, Princeton.

Haglund W. (2008) : “L’archéologie et l’anthropologie medico-légales dans le context international”, in : Demoule & Stiegler, dir. 2008, 114-131.

Heullant-Donat, I., Claustre, J., et Lusset, É., dir. (2011) : Enfermements. Le cloître et la prison (vie-xviiie s.), Paris.

Heullant-Donat, I., et al (2015) : Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (ive-xixe s.), Paris.

Heullant-Donat, I., Claustre, J., Lusset, É., et Bretschneider, F., dir. (2017) : Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (xiiie-xxe s.), Paris.

Huchet, J.-B. (2017a) : “Insectes et archéologie”, Les Nouvelles de l’Archéologie, 148, 40-44.

Huchet, J.-B. (2017b) : “Paléoentomologie, ichnologie et taphonomie”, in : Brugal, dir. 2017, 437-449.

Lauwers, M. et Zemour, A., dir. (2016) : Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours, Actes du colloque international tenu les 13-15 octobre 2015 à Antibes, Antibes.

Lecuppre-Desjardin, E. (2013) : “The Space of Punishments : Reflections on the Expression and Perception of Judgment and Punishment in the Cities of the low Countries in the Late Middle Ages”, in : Boone & Howell, éd. 2013, 139-152.

Lefils, M. (2008) : Reims, (Marne) 29, rue Pontgivart, Rapport de fouilles, Inrap GEN, Metz.

Maškovà, P. et Wojtucki, D. (2015) : “L’archéologie des lieux d’exécution en République Tchèque et en Basse-Silésie (Pologne)”, in : Charageat & Vivas, dir. 2015 [En ligne]. URL : https://criminocorpus.revues.org/3115.

Mathieu, I. (2005) : “Prisons et prisonniers en Anjou au bas Moyen Âge”, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 112(1), p. 147-169.

Mbembe, A. (2006) : “Nécropolitique”, Raisons politiques, 21, p. 29-60.

Milhaud, O. (2017) : Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, Paris.

Motte V. et Mélard N. (2015) : “Sculpture, gravures et graffiti du château de Selles à Cambrai. Une recherche archéologique inscrite dans le cadre d’une opération programmée”, in : Romero Medina, éd. 2015, 387-414.

Motte V. et Roumegoux Y. (2010) : Le château de Selles à Cambrai : étude historique et monumentale (Archæologia duacensis, 1), Douai.

Murphy, E. M., éd. (2008) : Deviant Burial in the Archaeological Record, Oxford.

Porret M., Fontana M., et Maugué L., dir. (2012) : Bois, fers et papiers de justice : histoire matérielle du droit de punir, Actes du colloque tenu à l’Université de Genève du 2 au 4 décembre 2010, Chêne-Bourg.

Poumarède, J., coord. (2011) : Territoires et lieux de justice, Actes des Journées de Toulouse des 5 et 6 décembre 2008 (Histoire de la justice, 21), Paris.

Prétou, P. (2015) : “Le gibet de Montfaucon : l’iconographie d’une justice royale entre notoriété et désertion, de la fin du xive au début du xxe s.”, in : Allinne & Soula, dir. 2016, 95-114.

Ralf, S., éd. (2012) : The Archaeology of the Violence. Interdisciplinary Approaches, New York.

Ramond, S. (2006) : Les graffiti du manoir du Catel en Normandie (Patrimoine normand, 52), Verneuil en Halatte.

Rollet, P. (2006) : Reims (Marne), 59, rue Belin, Rapport Final d’Opération, Inrap GEN, Metz, 4 vol.

Romero Medina, R., éd. (2015) : Signum lapidarium. Estudios sobre glitografia en Europa, America y Oriente próximo, Madrid.

Reynolds, A. (1997) : “The Definition and Ideology of Anglo-Saxon Execution Sites and Cemeteries”, in : De Boe & Verhaeghe, dir. 1997, 33-41.

Reynolds, A. (2008) : “The Emergence of Anglo-Saxon Judicial Practice : The Message of the Gallows”, Anglo-Saxon, 2, 1-52.

Reynolds, A. (2009) : Anglo-Saxon Deviant Burial Customs. Medieval History and Archaeology, Oxford.

Reynolds, A. (2014) : “Judicial culture and social complexity : a general model from Anglo-Saxon England”, World Archaeology, 45 (5 : Archaeology of Legal Culture), 699-713 [Article traduit en français dans le présent ouvrage].

Tarlow, S. (2014) : “The Technology of the Gibbet”, International Journal of Historical Archaeology, 4 (18), 668-699.

Tarlow, S. (2017) : The Golden and Ghoulish Age of the Gibbet in Britain, Londres.

Thollon, L., Llari, M., André, L., Adalian, P., Leonetti, G., et Piercecchi-Marti, M. D. (2013) : “Biomechanical analysis of skull fractures after uncontrolled hanging release”, Forensic Science International, 233 (1-3), 220-229.

Vivas, M. (2014) : “Les lieux d’exécution comme espaces d’inhumation. Traitement et devenir du cadavre des criminels (xie-xive s.)”, Revue Historique, 670, 295-312.

Vivas, M. (2015) : “Zastosowania, funkcje i symbolika średniowiecznych szubienic słupowych (xii-xv wiek). Stan badań we francji (Usages, fonctions et symboles des fourches patibulaires médiévales (xiiie-xve s.). État de la recherche en France)”, Pomniki Dawnego Prawa, 31, 12-51.

Vivas, M. (2016) : “L’inhumation des condamnés à mort aux fourches patibulaires (Moyen Âge-époque moderne)”, in : Lauwers & Zemour, dir. 2016, 253-271.

Vivas, M. (2017) : “Les structures de pendaison en Provence médiévale et moderne. Premières investigations interdisciplinaires”, Patrimoine(s) en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Lettre d’information de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, 39 (novembre) [En ligne]. URL : http://www.infos-patrimoinespaca.org/index.php?menu=9&mp=20&dos=50&cptcom=1&num_article=598].

Watteau, F., Perlès, C., et Soulier, P., dir. (2011) : Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues, Paris.

Notes

1 Sur ces aspects, on pourra se reporter au récent Boissinot 2015. Voir également, dans une certaine mesure, Demoule & Landes, dir. 2009.

2 Dans ce livre, on pourra toutefois se reporter aux articles dédiés aux fourches patibulaires de Touraine, de Dordogne et de Draguignan. Voir également l’article de Jean Catalo sur la tour de l’horloge du parlement de Toulouse et celui de Mathieu Béghin et d’Alain Jacques sur la Maison Rouge d’Arras. Voir également les données générées par les fouilles menées à Reims : au 59 rue Belin et au 29 rue Pontgivart ont été mis au jour les vestiges des fourches patibulaires (3 piliers) et un hypothétique espace patibulaire d’inhumation (Rollet 2006, 275-292 ; Lefils 2008).

3 Loin de pouvoir citer toutes les références bibliographiques, nous renvoyons – par exemple – aux travaux de Claude Gauvard, de Nicole Gonthier, de Jean-Pierre Allinne, de Pascal Bastien, de Jean-Marie Carbasse, de Jacques Chiffoleau, de Pierre Prétou, de Christophe Régina, d’Andreas Zorzi, etc.

4 Le programme de recherche quinquennal Des Justices et des Hommes : peine de mort, gibets et bourreaux en Europe (Moyen Âge – xxe s.). Hébergé par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (2015-2020), il est codirigé par Martine Charageat, Mathieu Soula et Mathieu Vivas ; et le programme postdoctoral Justice et fourches patibulaires : lieux d’exécution, d’exposition et d’inhumation des corps des condamnés à mort (Moyen Âge-époque moderne) mené au sein du Laboratoire d’Excellence des Sciences Archéologiques de Bordeaux (LaScArBx) (2015-2018).

5 Charageat & Vivas, dir. 2015. Dans une certaine mesure, voir les réflexions d’Élodie Lecuppre-Desjardin sur les lieux de justice : Lecuppre-Desjardin 2013.

6 J. Auler présente son travail ainsi que ses publications sur son site internet : http://archaeotopos.de.tl.

7 Auler 2007.

8 Auler 2008-2012.

9 Le volume 1 comprend 32 articles écrits en allemand et 2 en anglais, le volume 2 regroupe 27 articles écrits en allemand et 4 en anglais et le volume 3 présente 35 articles écrits en allemand et 3 en anglais. Aucun article en français ou rédigé par un chercheur français n’est donc inséré dans l’un de ces trois volumes…

10 Si le terme d’anthropologie apparaît régulièrement dans ces 3 volumes, il est essentiellement affilié à la pratique médico-légale (rechtsmedizinische). Pour une meilleure vision de la science archéo-anthropologique et archéo-thanatologique, voir : Crubézy et al., dir. 1990 ; Boulestin & Duday 2005.

11 Voir, par exemple, l’article de Marita Genesis dans ce présent volume.

12 Nous renvoyons ici à l’article de synthèse publié dans ce présent volume par Pavlína Mašková et Daniel Wojtucki. Voir également Maškovà & Wojtucki 2015 et Duma 2015.

13 On pourra se reporter, dans ce volume, aux articles de Petar Parvanov, de Paweł Duma et à celui d’Anastasija Ropa et d’Edgars Rops.

14 Reynolds 2009.

15 Voir, par exemple, Reynolds 1997, 2008 et 2014 (article publié en français dans le présent opus).

16 Buckberry & Hadley 2007 ; Buckberry 2007, 2008 et 2014. Nous remercions Jo Buckberry pour sa présentation orale lors du colloque.

17 Voir les articles correspondants dans ce présent volume.

18 Cette thématique d’étude est en vogue en castellologie. Voir, par exemple, le récent : Bourgeois & Rémy (dir.), 2014.

19 Quelques pistes de réflexion dans Poumarède, coord 2011. Pour un aspect plus historique, voir : Gauvard [1991] 2010 et, dans une certaine mesure : Castan 1985. Sur la thématique des Politiques visuelles, voir Bartholeyns 2016.

20 En partant de ces sources, les récentes investigations ont souligné l’importance du claustrum monastique dans l’histoire de la peine de privation de liberté. Nous renvoyons ici au travaux de Julie Claustre Mayade, d’Élisabeth Lusset, d’Isabelle Heullant-Donat et de Falk Bretschneider (Heullant-Doant et al., dir. 2011 ; 2015 et 2017). Voir également Mathieu 2005 et Geltner 2008. On pourra aussi se reporter, pour une période plus contemporaine, aux réflexions d’Olivier Milhaud sur le milieu carcéral français (Milhaud 2017) et à l’article de Patrice Georges-Zimmermann publié dans ce volume.

21 Là encore, nous renvoyons à l’article de Jean Catalo dans ce présent volume.

22 Ramond 2006.

23 Dans une large bibliographie sur le château de Selles, voir Motte & Roumegoux 2010 et Motte & Mélard 2015.

24 Voir, par exemple, Gauvard, 1993a et [1991] 2010.

25 Charageat & Vivas 2014 ; Vivas 2015.

26 Vivas 2014 et 2016.

27 Voir, par exemple, Bépoix 2010.

28 Prétou 2015.

29 Voir également Vivas 2017.

30 On ne citera ici que le travail de Paul de Win sur les piloris médiévaux et modernes des Pays-Bas méridionaux : de Win 1991.

31 Sur la matérialité du droit de punir, voir Porret et al., dir. 2012.

32 Voir, par exemple, Gauvard & Jacob, dir. 2000.

33 Watteau et al., dir. 2011 , Bourgeois 2014.

34 Voir l’article d’Emma Battell Lowman et de Sarah Tarlow dans ce volume. Le lecteur pourra également se reporter : Tarlow 2014 et 2017.

35 Voir, à l’intérieur de ce volume, l’article de Paweł Duma et celui d’Alban Horry.

36 Nous renvoyons ici à l’article d’Anastasija Ropa et d’Edgar Rops publié dans ce présent volume.

37 Dans une large bibliographie, voir Gauvard, 1993b.

38 Vivas 2014 et 2016.

39 Tels qu’ils ont été définis par Henri Duday et ses collaborateurs. Dans une large bibliographie, voir par exemple Duday, 2005.

40 Voir l’article d’Isabelle Abadie, celui d’Hélène Réveillas et de Céline Michel-Gazeau et, en fin, celui de Petar Parvanov. La réflexion est également prolongée par la thématique du tégument humain abordé par Jennifer Kerner.

41 Dans une bibliographie essentiellement anglophone, nous renvoyons aux travaux de Christopher Knüsel. Voir également Ralph 2012.

42 De premières réponses ont été apportées lors d’une journée d’étude intitulée Pendre, suspendre, dépendre (Moyen Âge – Époque moderne). Actualités de la recherche et approche interdisciplinaire. Organisée le 15 février 2016 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, cette journée a été l’occasion de présenter aux archéologues et aux historiens des textes et des images de nouvelles façons d’étudier la pendaison. À ce titre, nous tenions à remercier certains intervenants de cette journée, à savoir Michel Bénézech (PR-PH, Médecine légale, criminologue, psychiatre, expert judiciaire honoraire et conseiller scientifique de la gendarmerie nationale pour les crimes violents), Stéphane Chapenoire (MCU-PH, Stomatologie, Univ. de Bordeaux), Michel Sapanet (MCU-PH, Médecine légale, Univ. Poitiers, Institut de Médecine Légale Poitou Charentes).

43 Gauvard [1994] 2005.

44 Nous renvoyons ici à l’article d’Anne Lafran publié dans ce volume.

45 Les traités de médecine légale rapportent que la fracture de l’os hyoïde – qui peut être également provoquée par une strangulation et par d’autres coups violents – n’intervient que dans 10 à 15 % des cas de pendaison.

46 À Lubań (Pologne), les fouilles menées en 2003-2004 par Daniel Wojtucki ont mis au jour une chaîne associée à 3 vertèbres cervicales (Maškovà & Wojtucki 2015).

47 Pour le médiéviste, cette question est importante car des sources écrites rapportent que la mandragore qui pousse aux pieds des gibets, fertilisée par le sperme des pendus, était la plus prisée.

48 La représentation de pendu bouche ouverte et langue pendante n’est-elle ainsi qu’un procédé iconographique pour insister sur la laideur de l’âme de celui qui est pendu ?

49 Sur l’apport des sciences forensiques, voir l’article d’Eline M. J. Schotsmans et al. publié dans ce volume.

50 Castan 1985.

51 Huchet 2017a et 2017b.

52 Gauvard [1994] 2005.

53 Cette étude a été menée au sein du laboratoire de biomécanique appliquée de l’Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux (IFSTTAR). Elle a été présentée par Lionel Thollon et Maxime Llari lors de la journée d’étude Pendre, suspendre, dépendre (Moyen Âge-époque moderne). Actualités de la recherche et approche interdisciplinaire (15 février 2016, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine). Voir Thollon et al. 2013.

54 Pour l’époque médiévale, voir – par exemple – Cursente & Mousnier, dir. 2005 ; Construction de l’espace au Moyen Âge 2007.

55 Les sources textuelles mettent ainsi en lumière des conflits de juridiction sur la possession de fourches patibulaires. Voir, par exemple, Bépoix 2010 ; Bubenicek 2016.

56 Essentiellement en s’attachant aux principes de “gouvernementalité” définis par M. Foucault. Voir le récent Fassin & Memmi ,dir., 2004.

57 Malgré un développement des Gender Studies depuis quelques années en sociologie, en anthropologie et en histoire, l’archéologie accuse un certain retard sur l’étude du masculin et du féminin. Sur ce point, voir Demoule 2012.

58 Voir les premières pistes de réflexion dans Vivas 2016.

59 Foucault 2004 ; Mbembe 2006.

Table des illustrations

Titre Fig. 1a et 1b. Belvès – Les Halles – Le “Pilori” © M. Vivas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/18210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search