Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Expulsions et déportations

Les déportés et leur statut dans l’Empire ottoman (xve-xvie siècles)

Stéphane Yerasimos

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet la communication de Nicolas Vatin.

1L’administration ottomane procéda à des déplacements forcés d’individus ou de groupes aussi bien en guise de peine pour des délits enfreignant sa législation religieuse ou sa réglementation coutumière1 qu’en vue de modifier les structures démographiques d’une région ou d’une ville. Ces deux procédés peuvent se superposer, dans le sens où des personnes peuvent être expulsées d’un lieu suite à une infraction et installées dans un autre en vue de son peuplement, mais ne coïncident pas puisque les mouvements de population susceptibles de modifier les équilibres démographiques nécessitent un nombre largement supérieur à celui que peuvent fournir les relégations faisant suite à des délits. Ainsi les déplacements à caractère de peuplement ont été sans doute largement supérieurs à ceux résultant de mesures strictement punitives.

2Ces procédés utilisés par les Ottomans ne diffèrent pas fondamentalement de ceux mis en œuvre par des États de l’Europe occidentale pendant la même période, si on songe aux déportations qui ont contribué à peupler les territoires canadiens de la France ou australiens de la Grande Bretagne. Il est toutefois impossible en l’état actuel de nos connaissances d’établir avec précision les différentes vagues de déportations et encore moins de les chiffrer. Disons seulement qu’elles concernent essentiellement les premiers siècles de l’existence de l’empire Ottoman, xiv e et xv e, tandis que les relégations ont continué jusqu’au xx e.

3Les déportations de peuplement chez les Ottomans visent principalement trois objectifs : diminuer le nombre et le poids des éléments potentiellement hostiles dans un lieu nouvellement conquis ; accroître en contrepartie le nombre des éléments favorables à la nouvelle administration, tout en assurant une main d’œuvre susceptible d’accroître par son activité les revenus de l’État ; enfin sédentariser les populations nomades, considérées à la fois comme turbulentes et peu productives. On comprend alors que les deux premières catégories correspondent à la phase d’expansion de l’empire Ottoman, et qu’elles concernent surtout les Balkans tandis que la troisième s’étale plus dans le temps et dans l’espace. Dans les pays chrétiens conquis, les Ottomans déportent souvent les notables, essaient de constituer des majorités musulmanes relatives ou absolues en milieu urbain et d’équilibrer dans la mesure du possible le peuplement des campagnes dans les régions proches du centre de l’empire, constitué par le triangle des trois capitales : Bursa, Edirne, Istanbul. Pour cela ils déportent des populations anatoliennes, en puisant souvent chez les nomades, notamment pour le peuplement des campagnes, ce qui contribue en même temps à la sédentarisation de ces derniers. Le processus de sédentarisation continuera toutefois bien au delà de la période de l’expansion et de l’abandon des deux autres objectifs de peuplement, puisque des grandes opérations de sédentarisation de tribus kurdes et turkmènes se déroulent au xix e siècle.

  • 2 Mahmoud de Kachgar, 1986, Vol. II, p. 7.

4Le terme utilisé pour l’ensemble de ces opérations est identique : sürgün. Le mot est d’origine turque et on le trouve dans le premier dictionnaire de cette langue, datant du xi e siècle. Il a le sens premier de traîner, chasser quelqu’un, et le dictionnaire en question ajoute déjà comme exemple la phrase : “le seigneur chasse l’homme de la ville”2. En ce sens il a la même connotation que le français déportation puisqu’il met l’accent sur le point de départ et non sur celui d’arrivée comme c’est le cas pour la relégation. Il peut paraître en cela contradictoire avec l’objectif principal visé, celui de peuplement qui concerne essentiellement le point d’arrivée. Quoi qu’il en soit, ce terme acquiert une connotation si forte que les autres peuples de l’empire, notamment les Grecs, l’adoptent pour signaler cette pratique de l’administration ottomane.

  • 3 Akgündüz 1990-1996.

5Si toutefois tout le monde s’accorde sur l’étendue de cette pratique qui a considérablement contribué à brasser les populations dans presque tout le territoire de l’empire, nous connaissons finalement peu de chose sur ses différentes phases, sur sa mise en route et encore moins sur le statut des déportés. On peut penser que les Ottomans ont répugné à institutionnaliser et à codifier une pratique dont les bases juridiques ne pouvaient pas toujours s’appuyer ni sur la loi islamique (chari‘a) ni sur le droit coutumier (örf). En effet, si la conquête réduisait en esclavage les populations, dans l’attente d’un nouveau statut permettant ainsi au conquérant d’en user à son gré et si tout délit, individuel ou collectif, pouvait servir de prétexte à une déportation, l’absence de ces deux éléments, comme il semble avoir été souvent le cas, n’offrait pas un appui juridique à l’opération. Il s’agissait alors d’une simple décision administrative, motivée par les intérêts de l’État, qui de ce fait ne donnait pas lieu à une codification. Ainsi, dans les neuf gros volumes du recueil récemment publié des règlements ottomans, couvrant des textes relevant du domaine du droit coutumier entre le milieu du xv e et le début du xvii e siècles, les occurrences du mot sürgün se comptent sur les doigts d’une seule main et font référence, à une exception près, à des conditions particulières3. C’est donc en explorant les pratiques qu’on pourra déceler quelques règles, toujours mouvantes et évolutives, comme c’est souvent le cas dans l’histoire ottomane. Nous passerons pour cela en revue les principaux cas connus de déportations massives avant de nous attarder sur le peuplement d’Istanbul et de sa périphérie, qui constitue sans doute l’exemple le plus important.

Les déportations vers les Balkans

6Malgré l’importance que la tradition accorde au peuplement des Balkans par des populations musulmanes – et présumées turques – en provenance d’Anatolie, les chroniques ottomanes, dont les plus anciennes sont postérieures au milieu du xv e siècle, ne nous renseignent que sur quatre cas de déportations, sans doute massives, même si aucun ordre de grandeur n’est mentionné. Ils se situent tous entre le milieu du xiv e et le début du xv e siècles.

  • 4 Aşıkpaşâzâde 1929, 46 ; Neşrî 1949, 180 ; İbn-i Kemâl 1983, 156.
  • 5 İbn-i Kemâl, qui écrit au début du xvi e siècle, relate en termes imagés cette ruée vers la Roumél (...)
  • 6 Des historiens turcs du xx e siècle (cf. İ. H. Uzunçarşılı 1961, 180, n. 2 et N. Öztürk, éditeur d (...)

7À partir de 1352 des forces ottomanes traversent l’Hellespont et s’installent en Thrace sous le commandement de Süleyman Pacha, fils du Sultan Orhan. En 1354 elles occupent Callipoli (Gelibolu). Le prince demande alors à son père de lui envoyer des hommes pour peupler les places fortes conquises. En face, dans la province de Karesi – ancien émirat indépendant situé à l’ouest de celui des Ottomans et conquis par eux en 1346 – des Arabes seraient venus nomadiser. Orhan ordonne de les déporter en Thrace. C’est la première fois que les chroniques parlent de déportation4. Ils sont installés dans un premier temps dans les environs de Gelibolu et sont apparemment suivis par des arrivées volontaires de Turcs5. Ce sont donc des tribus non-turques que le Sultan ordonne de déporter6.

  • 7 Oruc Bey, Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, Ed. F. Babinger, Hannovre, 1925, Anonyme, Tevârîh-i Âl-i ‘ Osmân,(...)
  • 8 Hadîdî, loc. cit.
  • 9 Ed. du Ministère de la Culture, Ankara 2001, 161.

8Après la prise de Serrès, en Macédoine orientale, en 1383, la conquête de cette région progresse rapidement. Les forces ottomanes occupent en 1385 Verroia au sud, Monastir (Bitola) au nord en avançant jusqu’à l’Épire et à l’Albanie. C’est apparemment pour tenir ces vastes régions qu’un apport anatolien devient à nouveau nécessaire. Il s’agit cette fois-ci des nomades vivant en lisière de l’émirat de Saruhan, situé au sud de celui de Karesi, dans l’arrière-pays d’İzmir, et indépendant encore à cette date. Ils seront déportés en cette même année 1385 et installés dans la région de Serrès7. Un chroniqueur qui écrit après 1523 est le seul à les qualifier également d’Arabes, mais il s’agit probablement d’une contamination avec la déportation précédente que cet auteur ne mentionne pas8. Enfin, la chronique attribuée à Lütfi Pacha, qui fut grandvizir de 1539 à 1541, ajoute au passage recopié dans les chroniques précédentes la mention “parce qu’ils étaient des bandits” en guise de justification a posteriori de la déportation9.

  • 10 Aşıkpas1a-zâde, op. cit., p. 66. Hadidî (op. cit. p. 125), qui donne la date exacte et précise qu’ (...)

9Le sultan Bâyezîd Ier se lance à partir du printemps 1390 dans la conquête systématique des émirats turkmènes d’Anatolie en commençant par celui de Saruhan. Ce n’est pourtant qu’en 1397 qu’une nouvelle vague de déportations à partir de cette région est signalée. Selon les chroniqueurs, des tribus turkmènes qui hivernaient dans la plaine refusaient de se soumettre à la gabelle, le sultan ordonne alors à son fils, gouverneur de la région, de les déporter en Roumélie où elles seront installées dans les environs de Plovdiv10.

  • 11 Aşıkpas1a-zâde, op. cit., p. 80.

10Enfin, en revenant de la conquête de Samsun en 1419 Mehmed Ier rencontre dans la région d’İskilib un groupement de Tatars, dont le chef, occupé à festoyer dans une noce, ne rend pas les hommages attendus au Sultan. Celui-ci constatant en plus qu’ils ne participent pas à ses campagnes militaires, ordonne qu’ils soient également déportés dans la région de Plovdiv, où ils seront installés dans la bourgade qui prendra désormais le nom de Tatar Pazardjik (le petit marché des Tatars)11.

11De ces quatre cas, le premier seulement est explicitement présenté comme lié à un besoin de peuplement. Dans le deuxième, les chroniqueurs, en le plaçant dans la suite immédiate d’une grande vague de conquêtes, ont pu suggérer les besoins en hommes que celles-ci ont pu entraîner, ce qui n’a pas empêché les auteurs plus tardifs d'en chercher les causes dans l’insubordination chronique des nomades. Cet argument constitue également le motif des déportations pour les deux derniers cas. L’argument de l’altérité, il s’agit tantôt d’Arabes et tantôt de Tatars, vient également prêter main forte à celui de la turbulence. De toute manière, ces informations, les seules fournies à ce sujet par les chroniques, donnent l’impression de mouvements conjoncturels, contingents, et non d’une politique suivie de peuplement par déportation. De plus, rappelons que nous ne savons rien sur leur nombre. Il semble toutefois que deux régions ont fourni le gros des contingents : celle située entre Balıkesir et Manisa dans l’arrière pays égéen, et celle de l’hinterland de la mer Noire entre Safranbolu et Samsun.

  • 12 İnalcık 1954.
  • 13 Quarante-deux, auxquels s’ajoutent neuf autres de la même provenance mais qui ne sont pas qualifié (...)
  • 14 La partie occidentale de ces territoires avait été conquise sur l’émirat des Candaroğlu en 1391, l (...)
  • 15 Déportés de Vize et d’İncüg1ez.
  • 16 Celui-ci a pu se produire lors des luttes fratricides entre les fils de Bayezid Ier entre 1410 et (...)

12Quels étaient le statut et la fortune de ces migrants forcés sur la terre de Roumélie ? Là aussi, nos informations sont trop disparates. Le recensement de la province d’Albanie (Sandjak-ı Arvanid), correspondant au centre et au sud de l’Albanie actuelle, dont le registre date de 1431, fournit les noms des possesseurs de tenures12. Plus d’un cinquième d’entre eux (72 sur 336) sont qualifiés de déportés avec indication de leur origine. La majorité d’entre eux vient de Saruhan13, ce qui indiquerait que ceux-ci, installés d’abord en Thrace et en Macédoine ont suivi les courants de la conquête pour arriver en Albanie. Le reste vient essentiellement de l’Anatolie du nord-ouest depuis Taraklıborlu (l’actuelle Safranbolu) et Eflani jusqu’à Samsun14. On y trouve également certains venant de l’hinterland de Constantinople, conquis à la fin du xiv e siècle15. Il s’agirait donc d’un déplacement forcé de personnes installées en ces lieux une génération auparavant16. Enfin, le registre indique que quelques Tatars déportés avaient possédé des tenures “du temps du sultan défunt” (Mehmed Ier, mort en 1421), mais que ceux-ci avaient été affectés depuis à d’autres.

  • 17 Le registre du recensement de la province d’Albanie est le plus ancien des registres ottomans qui (...)

13À travers leur première apparition dans un document administratif ottoman17 les déportés se présentent donc avec un statut privilégié puisqu’ils appartiennent à la catégorie des militaires (‘askerî), c’est-à-dire comme des personnes exemptes de toute imposition et disposant même des impôts et redevances auxquels sont soumis les paysans qui habitent les terres et les villages qui leur sont affectés en contrepartie de leur participation aux campagnes militaires. La participation aux nouvelles conquêtes semble donc avoir assuré, au moins à une partie des déportés, leur appartenance à la classe dirigeante de l’empire et, par conséquent, leur condition de déportés ne paraît pas avoir obéré à terme leur statut d’hommes libres.

  • 18 Delilbaşı & Arıkan 2001, 175.

14En revanche, dans le registre de la province de Trikkala (Tırhala), en Thessalie, datant de 1454-1455, un seul cas de déportation apparaît. Il s’agit du timariote Sa‘ îd fils de Tura Hoca, dont on précise que les ancêtres ont été déportés d’Anatolie18.

  • 19 Règlement général des nomades et des auxiliaires (müsellemân) de Roumélie, de l’époque de Soliman (...)
  • 20 Règlement concernant les sommes perçues par les juges et les juges militaires, datant de la fin du (...)
  • 21 Voir l’article “Eşkinci” dans la Türkiye Diyanet Vakfı İslâm Ansiklopedisi, vol. 11, p. 469-471.
  • 22 370 numaralı Muhâsebe-i Vilâyet-i Rûm-ili Defteri, 2002, p. 9.

15Les registres du xvi e siècle, plus abondants et réguliers, laissent apparaître trois catégories susceptibles d’intéresser notre problématique, celles des nomades (yörükân), celles des Tatars (tatarân) et celle des déportés (sürgünân). Le statut des deux premières est fixé aussi bien par des mentions dans les codes généraux que par des réglementations spécifiques19. Nomades et Tatars de Roumélie sont qualifiés par des textes comme des militaires20. Ils se trouvent en réalité dans une zone grise entre les paysans imposables et corvéables et les détenteurs des tenures ou des charges. Regroupés par 15 à 30 feux, ils possèdent collectivement une tenure dont ils cultivent la terre et sont chargés de fournir un certain nombre de services à l’armée ; ils sont soumis à certains impôts et taxes et exempts d’autres21. Dans tous les documents réglementaires ou administratifs qui les concernent, toute référence à un statut présent ou passé de déporté fait toutefois défaut. Si toutes les personnes qui figurent sous les appellations de Nomade et de Tatar dans les registres du xvi e siècle ne descendent pas forcément de déportés, certaines pouvant être des immigrés volontaires, les communautés dont la déportation a laissé des traces dans les chroniques doivent bien en faire partie. Il semblerait alors que leur nouveau statut ait oblitéré l’ancien. Le registre de 1530 recense 25 153 feux de yörük et 2 150 de Tatars22 dans la province de Roumélie qui couvre la majeure partie des Balkans méridionaux. Ils sont essentiellement localisés en Thrace – dont le territoire est aujourd’hui partagé entre la Bulgarie, la Grèce et la Turquie –, avec quelques communautés de yörük dans l’arrière pays de Thessalonique et de Trikkala en Thessalie. Il s’agit donc des localisations qui correspondent aux premières installations connues des déportés à la fin du xiv e et au début du xv e siècles. Le cas est particulièrement vrai pour les Tatars, concentrés toujours dans la région autour de Plovdiv.

16Le même registre contient près de 400 feux qualifiés de déportés répartis dans plus de 80 localités rurales. La totalité se trouve concentrée dans le kazâ de Silistria, qui comprend la partie orientale de la Bulgarie actuelle plus la Dobroudja roumaine, dont les 95 % dans les nâhiye de Silistria, de Provadija et de Varna, c’est-à-dire dans le quart nord-est de la Bulgarie actuelle. Cela indique une volonté certaine de peuplement, même s’il est rare que la totalité, ou même la majorité, d’un village soit composée de personnes qualifiées de déportés. On peut ainsi aussi bien imaginer qu’il s’agit de déportations massives reparties dans la région ou étalées progressivement, que de relégations ponctuelles de personnes ou de familles assignées à résidence dans des lieux différents.

  • 23 Ibid, p. 379-380 et Akgündüz 1990-96, vol. 3, 467.
  • 24 Sur la fonction du subaşı en général, voir Beldiceanu 1973, 95-109.

17Quoi qu’il en soit, et contrairement aux deux autres catégories, le statut des déportés n’est pas précisé par des textes spécifiques. Le réglement du kazâ de Silistria, qui précède – comme c’est souvent le cas – le recensement de cette circonscription dans le registre et qui reprend à l’identique un réglement antérieur de 151823, fournit toutefois quelques renseignements. Il précise que seuls les déportés venus d’Anatolie peuvent faire partie de cette catégorie et qu’il ne faut les confondre ni avec des communautés d’origine rouméliote ni avec celles des chrétiens convertis, même s’ils vivent mélangés. En revanche, leurs parents venus les rejoindre depuis l’Anatolie en font partie. Cette précision devient nécessaire du moment que – toujours selon le même texte – les déportés doivent verser leurs taxes au détenteur de la tenure sur laquelle ils étaient installés en premier lieu et non à celui sur les terres duquel ils se sont déplacés ultérieurement. Or, les autres catégories sont imposables et corvéables dans le dernier territoire sur lequel elles ont été recensées et le législateur s’oppose à ce qu’elles puissent prétendre faire partie des déportés pour éviter de s’acquitter de leurs obligations envers le détenteur du territoire où ils se trouvent. La sommation semble toutefois s’adresser moins aux contribuables qu’à une personne dont on apprend par la même occasion l’existence, le subaşı, qui est d’habitude un officier de police urbaine, mais qui apparaît ici comme étant en charge des déportés (sürgün subaşısı)24. L’administration centrale veut surtout éviter que ce personnage ne s’annexe des contribuables qui ne sont pas de son ressort, afin de les soustraire à leurs obligations contre finances.

  • 25 Akgündüz 1990-96, vol. 2, 68-69.

18Quels que soient les soucis du législateur, ce passage nous fournit quelques éléments pour une ébauche de statut. Les déportés sont tous originaires d’Anatolie, et ceux de leurs proches qui viennent les rejoindre font partie de la même catégorie. Ils restent affectés au détenteur du territoire sur lequel ils se sont installés lors de leur déportation, même s’ils se déplacent. Ce seul fait, malgré les complications qu’il entraîne, indique par ailleurs que les communautés en question ne sont vraisemblablement pas toujours complètement sédentarisées. C’est parce qu’elles sont insuffisamment contrôlées par les détenteurs des tenures, qu’elles sont confiées à un officier spécifique, le sürgün subaşısı, qui doit percevoir une partie de leurs taxes. L’administration ottomane semble vouloir créer une communauté fermée dont le statut se transmet d’une génération à l’autre. La seule mention concernant les déportés dans une réglementation générale, l’article 197 du Code de Bayezîd II, repris par les sultans suivants, confirme ce point : “Qu’ils marient la fille d’un déporté à un déporté ; qu’ils ne la donnent pas à quelqu’un d’autre. Que la communauté des déportés n’aille pas à l’extérieur trouver du travail ou chercher une occupation sur les terres domaniales, qu’il leur soit refusé même s’ils en font la demande. Que le noble rescrit contenant l’ordre de déportation soit soumis à Sa seigneurie le Sultan”25.

  • 26 Cf. Barkan 1988, 100-104.

19La dernière phrase indique que toute déportation doit se faire sur un ordre impérial et que, par conséquent, les gouverneurs et agents locaux n’ont pas d’autorité en la matière. La phrase précédente entend moins limiter les déplacements que les changements d’activité, lesquels seraient suivis d’une modification des obligations et conduiraient inévitablement à une mutation du statut. C’est toutefois dans la première phrase que se trouve l’élément-clé de la définition du statut, non seulement parce qu’elle verrouille la condition du déporté, mais parce qu’elle lui attribue une condition inférieure à celle du reaya, le paysan ottoman, taillable et corvéable, mais homme libre. En effet, l’obligation du mariage des femmes à l’intérieur de la communauté constitue une restriction à laquelle ne sont pas soumis les paysans libres ; elle suppose également que l’appartenance à cette catégorie se transmet par les femmes, de la même manière que la condition servile. Elle indique ainsi pour les déportés une condition intermédiaire entre la paysannerie et l’esclavage26.

20Les déportations en vue du peuplement des villages des environs d’Istanbul, apporteront des éléments complémentaires à la question. Bornons-nous pour le moment à constater, dans le contexte des déportations vers la Roumélie, que la déportation semble être accompagnée d’une baisse du statut. Cela n’empêche pas certains éléments, profitant des besoins qu’engendre l’expansion ottomane dans les Balkans, d’accéder individuellement ou par groupe à des conditions bien supérieures, celle de timariotes détenteurs de tenures, ou d’auxiliaires de l’armée ottomane, à michemin entre la classe des militaires et celles des paysans. Par conséquent, les “déportés” du registre de 1530 seraient un reliquat composé de ceux qui n’ont pas pu monter en grade. Ils finiront au cours du xvi e siècle, notamment à travers leur sédentarisation, par être assimilés aux reaya.

Le peuplement des environs d’Istanbul

  • 27 Critobuli Imbriotæ Historiæ, Corpus Fontium Historiæ Byzantinæ, Berlin, 1983, B22, 2-3.
  • 28 Tursun Beg 1977, 75.

21À la chute de Constantinople en mai 1453, son hinterland, dépeuplé par les razzias ottomanes et les opérations du siège, est pratiquement désert. Un des premiers soucis de Mehmed II le Conquérant est le repeuplement des campagnes environnantes, notamment du côté européen, puisque le côté asiatique était déjà depuis longtemps aux mains des Ottomans. Critovoulos, l’historien grec du sultan, fournit avec concision les raisons : “Il fit cela convaincu qu’il serait sage de peupler tous les environs de la Ville, aussi bien à cause de la fertilité du sol – lequel était bon à semer et à planter et fertile pour toutes sortes de légumes et de fruits – et plus particulièrement parce qu’il souhaitait satisfaire les besoins de la Ville et peupler une campagne devenue en grande partie inhabitée, sans demeures et dangereuse pour les voyageurs”27. Pour accomplir cette tâche, le sultan “amena les prisonniers et les captifs des pays des infidèles conquis par son sabre, les installa aux environs d’Istanbul et créa des villages et des métairies, de sorte qu’il ne resta aucun lieu vide et que l’ensemble se peupla”28.

22En effet, la manière la plus efficace était de profiter des opérations militaires pour déplacer des personnes réduites en esclavage par le fait même de la conquête, et comme l’expansion ottomane se faisait essentiellement dans les Balkans, ce sont principalement des populations chrétiennes de ces régions qui furent installées dans les environs de la capitale. Le processus se déroula en six phases étalées sur une quinzaine d’années.

  • 29 Doukas, XLII/11, qui ne donne pas le nom de la forteresse. L’Anonyme de Giese (op. cit., p. 111) e (...)

23La première vague de déportations, et sans doute une des plus importantes, s’opéra lors de la campagne de Serbie, en été 1454. Mehmed II attaqua une forteresse dans les environs de Smederevo. Les paysans des environs s’étaient réfugiés dans les faubourgs sommairement défendus. Le sultan ne put conquérir la forteresse, mais s’empara des faubourgs. C’est donc avec cette population rurale, dont la part du sultan – traditionnellement un cinquième des prises – totalisait 4 000 hommes et femmes, que se constitue le premier peuplement des environs d’Istanbul29.

  • 30 Op. cit., C11, 1.
  • 31 Baştav 1973, 153 (63v.-64r.).

24La deuxième vague se déroule à l’occasion de l’expédition du Péloponnèse en 1458. Critovoulos écrit : “Il sépara d’abord parmi les Péloponnésiens qu’il amena, ceux qui apparaissaient différents des autres et disposaient d’un métier, choisissant de les établir à l’intérieur de la ville et le reste il l’installa dans les villages des environs, leur distribuant des semences, des paires de bœufs et tout ce qui était nécessaire pour se suffire à eux mêmes, afin qu’ils travaillent la terre et qu’ils se chargent de l’agriculture”30. L’Anonyme du Codex Barberinus Græcus 111 raconte comment le Sultan posa comme condition pour la reddition de la forteresse d’Akriva, où la population des environs s’était réfugiée avec femmes et enfants, leur transfert à la capitale31.

  • 32 Migne, Patrologia Græca, Vol. CLIX, col. 468 et op. cit., p. 158-159.

25La seconde expédition du Péloponnèse en 1460 amène également son lot de déportations. Chalcocondylès et le Codex Barberinus Græcus32 indiquent comme lieu de provenance principale la forteresse de Salvari près de Navarin, le premier précisant que la destination était les environs d’Istanbul.

  • 33 Rûhî Târîhi, op. cit., p. 457.
  • 34 Op. cit., E12, 7.

26En 1463 le Sultan mène campagne contre la Bosnie. Il enlève la forteresse de Boboca après un siège de trois jours et déporte ses habitants aux environs d’Istanbul33. En 1466, année où se déroule une campagne en Albanie, Critovoulos mentionne une déportation d’Albanais34.

27Au bout de ces cinq vagues de déportations opérées à l’issue des campagnes militaires dans les Balkans, la population des environs de la ville devait être exclusivement composée de paysans chrétiens : Serbes, Grecs, Albanais, Bosniaques. Les années qui suivent, ce peuplement sera complété par la déportation d’une tribu turkmène, celle des Ağçakoyunlu. On peut situer le peuplement des Ağçakoyunlu en Anatolie, entre la boucle du Kızılırmak (livâ de Bozok) et la haute vallée du Seyhan (région de Zamantı). Cette dernière région devient, après la conquête de l’émirat de Karaman en 1467, la frontière entre les Ottomans et l’émirat de Dülkadir (Zü’l-kâdiriyye). C’est donc apparemment entre 1467 et 1471 que des Ağçakoyunlu seront déportés vers l’hinterland d’Istanbul.

  • 35 Istanbul, Bibliothéque Atatürk, Mu‘allim Cevdet, O 77.

28L’ensemble constitue les Domaines impériaux des environs d’Istanbul, dont un registre daté de 1499 nous fournit un recensement détaillé avec la liste onomastique des habitants, femmes et enfants compris35. Il s’agit de 180 villages totalisant près de 14 500 personnes dont l’essentiel est constitué de personnes déplacées. Les indications directes ou indirectes fournies par ce document nous permettent de chiffrer approximativement les différentes provenances. Les prénoms slaves portés par les descendants de la première vague montent à environ 2 400 personnes ; les villages grecs ou gréco-albanais, dont la population est issue des deux campagnes péloponnésiennes, totalisent 2 700 habitants ; 900 autres habitent des villages issus de la déportation bosniaque, les villages albanais qui ont pu être formés après la campagne de 1466 comptent quelques 500 personnes ; enfin les Ağçakoyunlu sont près de 3 000. À côté de ces groupes issus de déportations massives on trouve des éléments plus disparates. Trois villages de déportés Kurdes, dont nous n’avons pas pu déterminer la provenance exacte (400 personnes), des déportés de Saruhan et de la région de Kastamonu qui pourraient être des reliquats de déplacements antérieurs, ainsi que trois autres tribus turkmènes, probablement venues en même temps que les Ağçakoyunlu (850 personnes). Le nom de certains villageois est accompagné de la mention “déporté de…” suivi d’un nom de personne comme “déporté de Davoud Pacha”, ou d’un nom de lieu “déporté d’Alasonya (Elasson en Thessalie)”. Les personnes ainsi citées ont toutes été gouverneurs en Bosnie ou en Albanie, c’est donc par leurs soins que les villageois en question ont dû être déportés. Le lieu de provenance indique des déportations individuelles faites le plus souvent hors contexte de conquête, puisqu’on trouve mentionnés des noms des villes et des régions conquises bien avant 1453. Il s’agit toutefois de petits groupes dont l’ensemble n’atteint pas 200 personnes. Enfin, les mentions de pays situés en dehors des domaines ottomans (Hongrois, Slovènes et même un Français) suggèrent que des personnes tombées en captivité lors des razzias ont pu être installées dans ces villages. On se trouve donc devant une mosaïque de personnes venues d’horizons différents et liées par le même statut.

  • 36 Publié dans Beldiceanu 1960, 119-120.
  • 37 Un müdd de froment de Constantinople vaut 513,12 kg (Beldiceanu 1973, 30).

29Celui-ci est fixé progressivement, au fur et à mesure que le domaine se constitue. Un premier document, datable des années 1454-1458, c’est-à-dire du lendemain des premières déportations36, ne contient aucune définition de statut mais stipule “qu’ils doivent planter deux müdd37 de semences, dont un müdd de blé, un demi-müdd d’orge et un demi-müdd d’avoine. Et qu’une fois soustraites des récoltes les semences fournies par les domaines (beğlik tohum), la moitié soit au domaine et la moitié à eux”. Ceci suffit toutefois pour établir un statut bien inférieur à celui du reaya, le paysan libre, qui est soumis à la dîme, donc au dixième des récoltes.

  • 38 Également publié dans Beldiceanu 1960, 120-124.
  • 39 Publié dans Akgündüz 1990-96, vol. I, 469-475.
  • 40 Ibid., vol. II, 1990, 307-329.

30Le deuxième document, sans doute postérieur à la constitution du domaine avec l’accomplissement des grandes déportations vers la fin des années 1460, nomme le statut auxquels les villageois sont de fait soumis, celui du métayer (ortakçı). Il précise également que la paire de bœufs est fournie par les domaines et détaille les obligations, celle de semer tous les ans les deux müdd de céréales et celle de porter aux entrepôts du domaine38 la récolte due au souverain. On voit donc se constituer un statut servile où la terre et les moyens de production (paire de bœufs et semences) appartiennent au maître qui s’attribue la moitié du produit. Ce statut sera explicité lors du troisième document, datable des années 1479-1480, qui nomme les paysans du domaine kul, c’est-à-dire esclaves39. Le quatrième document enfin, qui introduit le registre de 1499, beaucoup plus long que les précédents, détaille et précise ce statut40. On apprend ainsi que les filles des métayers sont obligées de se marier avec des métayers et que si, en cas de manque d’hommes, elles se marient à l’extérieur, leurs maris doivent verser une “taxe du service des esclaves” et s’intégrer, ainsi que leurs descendants, au statut du métayage. Cette transmission du statut par les femmes vient confirmer la condition servile des paysans des Domaines.

31On chercherait toutefois en vain le mot sürgün (déporté), ou tout autre équivalent, dans un de ces quatre documents. Si la déportation est l’acte qui a entraîné ce nouveau statut, bien inférieur à ceux dont ces hommes ou leurs ancêtres jouissaient, il disparaît derrière cette nouvelle condition, la seule qui compte, celle de l’esclave métayer (ortakçı kul). Toutefois, l’évolution des conditions démographiques et économiques dans les environs de la capitale contribuera à la disparition progressive de ce statut au cours du xvi e siècle, et les villageois des Domaines finiront par devenir des paysans libres.

Le repeuplement d’Istanbul41

  • 41 Cf. Yerasimos 2001, 205-224.

32La prise de la capitale byzantine par la force a pour effet de réduire en esclavage ses habitants, qui sont emmenés pour être vendus ou échangés contre rançon. Cela constitue un souci majeur pour Mehmed II, qui entend faire de la ville sa capitale. Il commence par y installer sa propre part de captifs et entreprend une politique de repeuplement qui sera longue et difficile.

  • 42 Il s’agit des villes de la Thrace orientale conquises en même temps que Constantinople : Silimvria (...)
  • 43 Nous déduisons le nombre et les origines de ces communautés des registres de capitation d’Istanbul (...)
  • 44 Abraham Ankivrats, dans son élégie sur la prise de Constantinople, mentionne la déportation de qua (...)
  • 45 L’information est donnée par İnalcık 1969-1970, 237), lequel donne comme référence le registre n. (...)

33Dans un premier temps le sultan semble penser que la ville pourrait être naturellement repeuplée par ceux qui l’avait depuis si longtemps convoitée. Il nomme donc un gouverneur, chargé d’accueillir tous ceux qui, parmi les habitants des territoires ottomans, auraient souhaité s’y installer. Ceux-ci seraient libres de choisir une maison à leur convenance et de demander un permis au gouverneur en vue d’un titre de propriété qui leur serait accordé par le souverain, à qui appartenaient d’office tout le sol et les immeubles de la ville. Or, quelques mois plus tard, ce procédé n’ayant pas donné les résultats escomptés, le souverain commence à songer à des mesures de déportation. Toutefois, le peuplement d’une capitale de la taille et de l’importance d’Istanbul pose des problèmes qualitatifs autrement plus importants que la mise en valeur des campagnes, et Mehmed II paraît vouloir maintenir des équilibres aussi bien ethnico-religieux que socio-économiques. Comme une première mesure, des citadins grecs sont déportés des petites bourgades des environs42, tandis qu’une large campagne vise l’ensemble des juifs dans les possessions ottomanes. Une quarantaine de communautés, dont cinq viennent des villes d’Anatolie et les autres des centres urbains des Balkans, seront déportées vers Istanbul en 1454-145543. Nous avons à la même époque des traces de déportations d’Arméniens à partir d’Ankara44. Les tentatives de déporter également des musulmans, notamment des commerçants de Bursa, semblent toutefois avoir rencontré des résistances et même un début de révolte45.

  • 46 Aşıkpaşazâde 1929, 133 et Neşri 1949, II, 181-182.

34Suite à ces premières mesures, le sultan procède en 1455 à un recensement des immeubles et des habitants de la ville et déclare récupérer les biens qu’il avait cédés jusqu’alors en pleine propriété, obligeant les nouveaux venus à payer un loyer. Cela produit un effet catastrophique : les nouveaux habitants musulmans quittent la ville en disant “Vous nous avez déportés de nos propriétés et vous nous avez amenés ici pour nous faire payer un loyer sur les maisons des infidèles”46. La décision est révoquée l’année suivante.

  • 47 Doukas, XLV, 12 et Kritovoulos 1983, C11,1

35À partir de l’hiver 1457-1458 Mehmed II franchit un nouveau pas dans la transformation de la ville en capitale ottomane. Il entame la construction d’un nouveau palais et d’une mosquée monumentale et inaugure en même temps une politique de déportations à plus grande échelle. Celles-ci sont en partie liées aux campagnes militaires. La campagne du Péloponnèse de 1458 apporte 2 000 familles. Ceux qui ont un métier sont installés en ville et les autres dans les campagnes environnantes47. L’année suivante sont déportés les notables d’Amasra, une ville située sur le littoral anatolien de la mer Noire et conquise sur les Génois, et la deuxième expédition du Péloponnèse en 1460 apporte également son lot de nouveaux habitants. En même temps le souverain ordonne des déportations à partir de localités conquises quelques années plus tôt, l’ancienne et la nouvelle Phocée en 1455, les îles de Samothrace et de Thasos en 1455 et 1456. Cela montre encore une fois que si la perte du statut des habitants lors de la conquête d’un lieu constitue une commodité facilitant la déportation, cela n’est nullement une condition nécessaire. D’ailleurs vers la même date seront également déportés des Arméniens à partir des villes anatoliennes.

  • 48 Archives du Palais de Topkapı, E. 9524, publié à plusieurs reprises.

36Les déportations se poursuivront à un rythme soutenu pendant une quinzaine d’années. Trébizonde en 1461, Mytilène en 1462, Argos dans le Péloponnèse en 1463. La conquête définitive du dernier émirat anatolien, celui de Karaman entre 1467 et 1471, apporte un lot massif de déportés musulmans, en même temps que chrétiens. Suivent les déportations de l’île d’Eubée en 1470 et de Caffa en Crimée en 1475. Un dénombrement effectué en 1478 indique une population de 16 324 feux dont 42 % sont non-musulmans48.

  • 49 D’autant plus que ce pourcentage reste identique pour les autres catégories. Document datable des (...)

37Il est particulièrement malaisé de trouver des informations sur un quelconque statut des déportés urbains : en effet, la population urbaine, n’étant pas directement imposée, intéresse beaucoup moins le législateur. La seule clause générale connue, que nous avons citée plus haut et qui définit l’obligation faite aux femmes de se marier dans la communauté, est incluse dans un chapitre concernant le statut des paysans (reaya) : elle ne devrait pas donc s’appliquer aux citadins. Quant à la clause du règlement des douanes d’Istanbul, qui impose une taxe de douane de 4 % aux musulmans déportés à Istanbul (İstanbul sürgüni), elle reste réfractaire à toute interprétation49.

  • 50 Ceux de 1540 et 1545 concernant l’ensemble des non-musulmans (voir plus haut n. 42) et celui de 15 (...)

38Les non-musulmans étant toutefois soumis à la capitation (cizye), on dispose des registres détaillés pour Istanbul au xvi e siècle50. Ils y figurent par communauté d’origine, ce qui pourrait faire penser à une permanence de leur statut de déportés. Or, le registre de 1595-1597 contient aussi, présentés par communauté d’origine, les noms des juifs sépharades venus d’Espagne, du Portugal et du sud de l’Italie de leur propre volonté, ou en tout cas pas en tant que déportés ottomans. Ainsi, même pour les déportés, nous ne pouvons pas considérer cette mention d’origine comme une indication de la persistance d’un statut particulier.

39Reste l’interdiction de quitter les lieux d’affectation (ou de relégation), qui semble être la contrainte principale imposée aux déportés et qui pourrait définir par conséquent leur condition. L’obligation de résidence est toutefois assez courante dans l’empire Ottoman. Le paysan libre n’a pas le droit non plus de quitter son lopin de terre, dans la mesure où il doit le cultiver au moins une fois tous les trois ans : mais étant autorisé à le laisser les deux autres années en jachère il jouit d’une certaine mobilité. De même chaque personne se trouve attachée à une fonction ou à une corporation, ce qui contribue à restreindre ses mouvements. Mais qu’en est-il exactement pour les déportés ?

40Les quelques documents que nous possédons, et qui concernent des cas particuliers, font penser que cette interdiction de principe était de moins en moins appliquée au fil des années. La rareté des documents pour la période qui suit immédiatement le peuplement d’Istanbul nous prive d’une appréciation plus directe de la question.

  • 51 Affaire relatée dans deux documents respectivement datés du 2 et du 6 juin 1489, cités par Beldice (...)

41En 1489 un déporté de Trabzon (conquise en 1461) est découvert de retour dans sa ville. Il s’était enfui d’Istanbul via la Géorgie et, rentré à Trabzon, il avait réussi, en passant sous silence son statut, à récupérer ses biens confisqués lors de sa déportation. Son véritable statut étant découvert, il perdit à nouveau ses biens, mais on ne sait s’il fut renvoyé dans la capitale51.

  • 52 Ordre du début su mois de Zi’lka‘de 906 (19-28/05/1501), dans Šahin & Emecen 1994, 25, doc. 91.

42Un autre document, daté du mois de mai 1501, raconte l’histoire de Nicolas fils Nikita. Celui-ci, déporté de Valona (Vlorë en Albanie), trouve après un certain temps une occupation qui l’amène à quitter Istanbul et à revenir à Valona où il s’attarde. Un ordre impérial le ramène alors à Istanbul où il est rattaché à la condition des déportés (sürgün silkine münselik). Ayant eu toutefois les faveurs du Chef trésorier (Hazinedarbaı) – un des pages les plus gradés du palais – lequel a sollicité auprès du souverain la libération (halâs) de l’intéressé, un ordre impérial lui est délivré stipulant “qu’il puisse résider de sa propre volonté où qu’il souhaite, et que personne, ni l’officier de police (subaşı) d’Istanbul, ni qui que ce soit ne l’empêche ou ne le dissuade, et qu’à l’endroit où il ira s’établir personne parmi les gouverneurs, les juges ou les agents arrivant pour opérer des déportations (sürgün için varan kullardan) ne l’importune”. L’ordre étant devenu illisible par suite d’un dégât des eaux, le dénommé Nicolas demande son renouvellement, ce qui lui est accordé par le présent document après rappel des faits52.

43Le document montre aussi bien l’existence d’une condition de déporté que les moyens pour en sortir. Valona étant conquise par les Ottomans en 1417, la date de la déportation ne peut pas être liée à celle de la conquête, ce qui nous empêche de reconstituer la chronologie des événements. On peut déduire que le premier retour de Nicolas à Valona n’était pas illicite et c’est plutôt le fait de s’y être attardé qui avait motivé son rappel : par conséquent des absences limitées dans le temps et justifiées par des affaires semblent avoir été accordées. Enfin, une protection, en l’occurrence très haut placée, était susceptible de libérer la personne de sa condition.

  • 53 Ordre au commandant de Kavala Mehmed Beğ, daté du 3 Zi’lka‘ de 951 (16/11/1545) et ordre au gouver (...)

44Un troisième ensemble de documents traite de la même question et concerne les juifs déportés à Kavala (Macédoine) en 1526 à partir de Bude. À la fin de l’année 1545 trois dames juives, faisant partie de la communauté des déportés de Bude, viennent de Kavala pour se plaindre à la Sublime Porte que leur maris, retournés pour commercer à Bude, y ont été retenus par le gouverneur. La Porte ordonne alors une double enquête : un recensement à Kavala de la communauté en question pour vérifier le nombre de ses membres au moment de la déportation et, en 1545, ainsi que la nature de leurs occupations et de leurs bénéfices, et une enquête auprès des personnes retenues à Bude pour vérifier les dires de celles qui se prétendent leurs épouses. Nous ne connaissons pas le dénouement de l’affaire53.

45Ces quelques documents suggèrent qu’un contrôle existait, mais qu’il ne pouvait s’exercer à la source, c’est-à-dire en empêchant les gens soumis au statut de déporté de sortir de la ville, et qu’il n’avait donc lieu qu’a posteriori, suite à la découverte du séjour d’un déporté dans un autre lieu. Mais la procédure menée visait moins à forcer la personne à retourner sur son lieu de résidence qu’à rechercher la légitimité de la situation ou son intérêt pour l’administration. Ainsi, lorsque l’activité qui avait entraîné la mobilité de la personne pouvait apporter un bénéfice à l’autorité, celle-ci était prête à transiger sur le principe de l’assignation perpétuelle à résidence. Mais au fil des années et des générations, cette contrainte s’estompa jusqu’à disparaître.

Conclusion

46L’ensemble de ces cas de déportations à des fins de peuplement (celle des nomades anatoliens vers la Roumélie et celles destinées à peupler les environs d’Istanbul et de la ville elle même), ont tendance à montrer qu’il n’existe pas de statut uniforme de déporté, mais que la déportation en tant qu’acte de déracinement et de déplacement est plus génératrice d’une rupture de statut qu’instauratrice d’un autre. Par leur déportation, l’individu et le groupe perdent leur statut antérieur et se trouvent à la merci des autorités, ce qui provoque nécessairement, et au moins dans un premier temps, un abaissement de leur condition. La suite dépend moins de leurs acquis antérieurs que de l’usage que l’État entend faire d’eux dans l’avenir. Les membres des tribus nomadisant dans la région de Saruhan, devenus détenteurs de tenures en Albanie, voient incontestablement leur statut s’améliorer, sans qu’on connaisse le parcours qui les a amenés d’une condition à l’autre. Les Tatars et les yörük de Roumélie se retrouvent sans doute dans une condition assez proche de celle dont ils jouissaient en Anatolie. En revanche, les paysans des Balkans et les tribus anatoliennes devenus esclaves-métayers de l’hinterland d’Istanbul ont sans doute subi une aggravation de leur condition. Enfin, les habitants des petites villes et bourgades, qui deviennent citadins de la capitale ottomane, ont peut-être gagné des perspectives et des opportunités, mais ont aussi perdu leurs biens et leurs attaches d’origine. Mais en même temps, le milieu ambiant semble opérer à la longue un nivellement qui profite aux catégories des déportés dont le statut est moins avantageux que celui de leur environnement. Ainsi les sürgün des Balkans et les esclaves-métayers finissent par devenir des reaya, et les déportés d’Istanbul des citadins ordinaires. La déportation en tant que moyen de peuplement qui sert la politique d’expansion de l’empire ottoman et constitue le moyen principal du repeuplement d’Istanbul et de ses environs, perd sa spécificité dans les périodes ultérieures de stabilisation, quitte à la retrouver dans d’autres contextes plus tardifs, mais ceci est une autre histoire.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Akgündüz, Ahm. (1990-1996) : Osmanlı Kanunnâmeleri, Istanbul.

Anhegger, R. et İnalcık, H. (1965) : Kânûnnâme-i Sultânî ber-Mûceb-i ‘Örf-i ‘Osmânî, Ankara.

Anonyme (1922) : Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, éd. Fr. Giese, Breslau.

Aşıkpaşâzâde (1929) : Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, éd. Fr. Giese, Leipzig.

Barkan, Ö. L. (1988) : Hüdavendigâr Livası Tahrir Defterleri, Ankara.

Baştav, İ., éd. (1973) : 16. Asırda Yazılmış Grekçe Anonim Osmanlı Tarihi, Ankara.

Beldiceanu, N. (1960) : Les actes des premiers sultans conservés dans les manuscrits turcs de la Bibliothèque Nationale à Paris, I : Actes de Mehmed II et de Bâyezid II du ms. fonds turc ancien 39, Paris - La Haye.

— (1973) : Recherche sur la ville ottomane au XV e siècle, Paris.

Colophons of Armenian Manuscripts (1301-1480) (1969), Harvard.

Crusius, M. (1598) : Turcogræcia, Bâle.

Kritovoulos (1983) : Critobuli Imbriotæ Historiæ, Corpus Fontium Historiæ Byzantinæ, Berlin.

Delilbaşı, M. et M. Arıkan, éd. (2001) : Hicrî 859 Tarihli Sûret-i Defter-i Sancak-ı Tırhala, Ankara.

Hacker, J. (1992) : “The Sürgün System and Jewish Society in the Ottoman Empire During the Fifteenth to Seventeenth Centuries” : in : Rodrigue 1992, 1-65.

Hadîdî (1991) : Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, éd. N. Öztürk, Istanbul.

Šahin, İ. et F. Emecen, éd. (1994) : Bâyezid Dönemine Ait 906/1501 Tarihli Ahkâm Defteri, Türk Dünyası Arştırmaları Vakfı, Istanbul,

İbn-i Kemâl vol. II [1954] 1983 : Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, éd. İ. Turan, Ankara.

İnalcık, H., éd. (1954) : Sûret-i Defter-i Sancak-ı Arvanid, Ankara.

— (1969-1970) : “The Policy of Mehmed II Towards the Greek Population of Istanbul and the Byzantine Buildings of the City”, Dumbarton Oaks Papers, 23/24, 231-249.

Mahmoud de Kachgar (1986) : Divân-i Lûgati’t-Türk, Ankara.

Migne : Patrologia Graaeca

Neşrî (1949) : Kitâb-ı Cihân-numâ, éd. F. R. Unat, Ankara.

Oruc Bey (1925) : Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, éd. Fr. Babinger, Hanovre.

Rodrigue, Ar., éd. (1992) : Ottoman and Turkish Jewry, Community and Leadership, Bloomington.

Rûhî (1989-1992) : Tarih, in Cengiz, H. E. et Yücel, Y. : “Rûhî Târîhi”, Belgeler, XIX.

Sahillioğlu, H. (2002) : Topkapı Sarayı Arşivi H. 951-952 tarihli ve E-12321 Numaralı Mühimme Defteri, Istanbul.

Sümer, F. [1965] 1980 : Oğuzlar, 3e édition augmentée (1ère éd. Istanbul, 1965), Istanbul.

Türkiye Diyanet Vakfı İslâm Ansiklopedisi (1988), Istanbul.

Tursun Beg (1977) : Târîh-i Ebü’l-Feth, éd. M. Tulum, Istanbul.

Uzunçarşılı, İsm. H. (1961) : Osmanlı Tarihi, vol. I, Ankara.

Yerasimos, St. (s. d.) : “La fondation d’Istanbul ottomane”, in : 7 Centuries of Ottoman Architecture “A Supra-National Heritage”, Istanbul, 205-224.

— (1995) : “La communauté juive d’Istanbul à la fin du XVIe siècle”, Turcica, 27, 101-130.

370 numaralı Muhâsebe-i Vilâyet-i Rûm-ili Defteri (937/1530) (2002), Ankara.

Notes

1 Voir à ce sujet la communication de Nicolas Vatin.

2 Mahmoud de Kachgar, 1986, Vol. II, p. 7.

3 Akgündüz 1990-1996.

4 Aşıkpaşâzâde 1929, 46 ; Neşrî 1949, 180 ; İbn-i Kemâl 1983, 156.

5 İbn-i Kemâl, qui écrit au début du xvi e siècle, relate en termes imagés cette ruée vers la Roumélie : “La permission a été accordée à bon nombre de va-nu-pieds de la province d’Anatolie, ils sont partis en se déversant comme un torrent ; les Turcs cessant de monter en croupe se sont mis à rêver de raids, ils ont abandonné leurs maisons et leurs foyers et sont partis ; ils ont vendu leurs bœufs et leurs veaux et se sont procurés des armes et des armures, des chevaux et des habits, ils ont échangé leurs aiguillons contre des lances et leurs araires contre des arcs” (loc. cit.)

6 Des historiens turcs du xx e siècle (cf. İ. H. Uzunçarşılı 1961, 180, n. 2 et N. Öztürk, éditeur de la chronique de Hadîdî 1991, 102, n. 55) contestent cette origine, pourtant clairement indiquée par trois des plus anciens et des plus connus des chroniqueurs turcs, affirmant qu’il s’agit de la tribu turkmène des Araplı. Or, d’après Faruk Sümer, qui fait autorité en la matière, la tribu des Araplı, qui fait partie de la fédération des Beğ-dili, nomadise dans la région d’Alep en Syrie, et des groupes appartenant à cette tribu ne seraient venus à l’ouest de l’Anatolie qu’à partir du xvii e siècle (Sümer 1980, 300, 629). Le code coutumier de Bayezid II (Akgündüz 1990-96, vol. 2, 159) mentionne par ailleurs des Arabes nomadisant entre İzmir et Ephèse.

7 Oruc Bey, Tevârîh-i Âl-i ‘Osmân, Ed. F. Babinger, Hannovre, 1925, Anonyme, Tevârîh-i Âl-i ‘ Osmân, Ed. F. Giese, Breslau 1922, 26.

8 Hadîdî, loc. cit.

9 Ed. du Ministère de la Culture, Ankara 2001, 161.

10 Aşıkpas1a-zâde, op. cit., p. 66. Hadidî (op. cit. p. 125), qui donne la date exacte et précise qu’il s’agit des Turkmènes, reste en revanche plus vague sur les causes de la déportation l’attribuant à la turbulence et à l’insubordination des tribus.

11 Aşıkpas1a-zâde, op. cit., p. 80.

12 İnalcık 1954.

13 Quarante-deux, auxquels s’ajoutent neuf autres de la même provenance mais qui ne sont pas qualifiés de déportés. À côté du nom d’un d’entre eux est ajoutée le mention, “venu de sa propre volonté”.

14 La partie occidentale de ces territoires avait été conquise sur l’émirat des Candaroğlu en 1391, la partie orientale en 1419.

15 Déportés de Vize et d’İncüg1ez.

16 Celui-ci a pu se produire lors des luttes fratricides entre les fils de Bayezid Ier entre 1410 et 1413.

17 Le registre du recensement de la province d’Albanie est le plus ancien des registres ottomans qui nous soit parvenu.

18 Delilbaşı & Arıkan 2001, 175.

19 Règlement général des nomades et des auxiliaires (müsellemân) de Roumélie, de l’époque de Soliman le Magnifique (1520-1566) (Akgündüz 1990-96, vol. 6, 343) et règlements relatifs à différentes circonscriptions concernant soit les nomades seuls, soit en même temps que les Tatars et autres forces auxiliaires jouissant du même statut (ibid., p. 689-723).

20 Règlement concernant les sommes perçues par les juges et les juges militaires, datant de la fin du règne de Selim Ier (1512-1520), art. 8 (ibid., vol. 3, p. 144), confirmé par le code général de Soliman le magnifique, art. 130 (ibid., vol. 4, p. 385).

21 Voir l’article “Eşkinci” dans la Türkiye Diyanet Vakfı İslâm Ansiklopedisi, vol. 11, p. 469-471.

22 370 numaralı Muhâsebe-i Vilâyet-i Rûm-ili Defteri, 2002, p. 9.

23 Ibid, p. 379-380 et Akgündüz 1990-96, vol. 3, 467.

24 Sur la fonction du subaşı en général, voir Beldiceanu 1973, 95-109.

25 Akgündüz 1990-96, vol. 2, 68-69.

26 Cf. Barkan 1988, 100-104.

27 Critobuli Imbriotæ Historiæ, Corpus Fontium Historiæ Byzantinæ, Berlin, 1983, B22, 2-3.

28 Tursun Beg 1977, 75.

29 Doukas, XLII/11, qui ne donne pas le nom de la forteresse. L’Anonyme de Giese (op. cit., p. 111) et Rûhî d’Edirne (1989-1992, 449-450) parlent de la conquête de Serfice (Ostrovica) et d’Omol (Mol chez l’Anonyme), en précisant que “la plupart des infidèles qui se trouvent aux environs d’Istanbul sont issus” des prisonniers qui y sont faits”.

30 Op. cit., C11, 1.

31 Baştav 1973, 153 (63v.-64r.).

32 Migne, Patrologia Græca, Vol. CLIX, col. 468 et op. cit., p. 158-159.

33 Rûhî Târîhi, op. cit., p. 457.

34 Op. cit., E12, 7.

35 Istanbul, Bibliothéque Atatürk, Mu‘allim Cevdet, O 77.

36 Publié dans Beldiceanu 1960, 119-120.

37 Un müdd de froment de Constantinople vaut 513,12 kg (Beldiceanu 1973, 30).

38 Également publié dans Beldiceanu 1960, 120-124.

39 Publié dans Akgündüz 1990-96, vol. I, 469-475.

40 Ibid., vol. II, 1990, 307-329.

41 Cf. Yerasimos 2001, 205-224.

42 Il s’agit des villes de la Thrace orientale conquises en même temps que Constantinople : Silimvria, Panadhos et Hérakleia sur le littoral de la mer de Marmara, Agathopoli et Messimvria sur celui de la mer Noire. Cf. Théodose Zygomalas, in Martinus Crusius, Turcogræcia, Bâle, 1598, Livre I, p. 13.

43 Nous déduisons le nombre et les origines de ces communautés des registres de capitation d’Istanbul de 1540 et 1545, où les contribuables non-musulmans sont récensés selon leurs communautés d’origine (Archives de la Présidence du Conseil, Istanbul, TT210 et TT 240). Voir aussi Hacker 1992, 1-65.

44 Abraham Ankivrats, dans son élégie sur la prise de Constantinople, mentionne la déportation de quatre Arméniens d’Ankara (Colophons, 1969, 245-247).

45 L’information est donnée par İnalcık 1969-1970, 237), lequel donne comme référence le registre n. A. 3/3 du kadi de Bursa. Elle est implicitement confirmée par Kritovoulos (op. cit., B3, 1-2) qui écrit que le sultan, après avoir visité les tombeaux de ses ancêtres à Bursa, s’occupa à mater des révoltes, mais aussi par Tursun Beg (op. cit., fol. 55r.) à travers ce passage : “Toutefois, cette classe qui constitue le pilier des villes – c’est-à-dire les négociants détenteurs de biens – n’ayant pas besoin de cela (d’acquérir des immeubles à Constantinople) n’a pas cru nécessaire de quitter son pays : mais ce sont eux qui ont porté la responsabilité (de la désobéissance) de cet ordre, de sorte que la décision devant laquelle tout le monde s’incline fut accomplie et des négociants de toute ville et de toute contrée, dont le nombre était fixé et les noms précisés, sont venus”.

46 Aşıkpaşazâde 1929, 133 et Neşri 1949, II, 181-182.

47 Doukas, XLV, 12 et Kritovoulos 1983, C11,1

48 Archives du Palais de Topkapı, E. 9524, publié à plusieurs reprises.

49 D’autant plus que ce pourcentage reste identique pour les autres catégories. Document datable des années 1470, publié dans Anhegger, İnalcık 1965, 50.

50 Ceux de 1540 et 1545 concernant l’ensemble des non-musulmans (voir plus haut n. 42) et celui de 1595-1597 où est uniquement recensée la population juive. Pour ce dernier voir Yerasimos 1995.

51 Affaire relatée dans deux documents respectivement datés du 2 et du 6 juin 1489, cités par Beldiceanu 1973, 42, n. 11.

52 Ordre du début su mois de Zi’lka‘de 906 (19-28/05/1501), dans Šahin & Emecen 1994, 25, doc. 91.

53 Ordre au commandant de Kavala Mehmed Beğ, daté du 3 Zi’lka‘ de 951 (16/11/1545) et ordre au gouverneur de Bude daté du même jour ; Sahillioğlu 2002, 136, Doc. 172 et 173.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540