Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Expulsions et déportations

La déportation des musulmans siciliens par Frédéric II : précédents, modalités, signification et portée de la mesure

Annliese Nef

Texte intégral

  • 1 Richard de San Germano, 109 (année 1223) : Imperator in Sicilia Sarracenos artat et obsidet, quoru (...)

1Entre 1223 et 1246, Frédéric ii, qui a consolidé son pouvoir dans l’Empire germanique, peut consacrer une partie de son énergie à reprendre le contrôle de la Sicile. Il y écrase une série de révoltes fomentées par des communautés musulmanes perchées dans ce que l’on a désigné comme le “refuge corléonais”, au sud de Palerme. Après plusieurs campagnes militaires, il déporte alors une partie non négligeable (pars non modica, selon un chroniqueur1) des rebelles à Lucera, en Pouille. Il s’agit à la fois d’un bannissement (interdiction de revenir en Sicile), qui s’accompagne pour les exilés de la perte de leurs biens, et d’une relégation dans la mesure où, sauf ordre contraire, ils ne peuvent quitter les alentours de Lucera. Toutefois, ce déplacement s’accompagne également d’une mise en valeur du territoire de cette cité qui se rapproche d’une forme de colonisation.

  • 2 Nous en rappellerons l’essentiel, qui a été exposé dans Maurici 1995.
  • 3 Egidi 1911, 1912, 1913, 1914 et 1917 et Martin 1989.

2Paradoxalement, cet événement, souvent considéré par les historiens comme une étape fondamentale dans le processus qui conduit à la disparition des musulmans de Sicile, est très mal documenté et ne fait l’objet d’aucune explication ou justification contemporaine de son déroulement. Sa mise en œuvre concrète et matérielle n’est guère connue plus précisément2 et seules les vingt-cinq dernières années de la colonie et sa destruction en 1300, qui échappent au silence des sources, ont fait l’objet d’études approfondies3.

  • 4 C’est la lecture développée par Ferdinando Maurici, notamment dans une série d’ouvrages que nous c (...)
  • 5 “On a voulu déceler encore une autre contradiction dans ces lois contre les hérétiques, cette fois (...)

3Deux interprétations différentes, souvent présentées de manière complémentaire, ont été données de cet épisode : la première veut que des tensions de nature religieuse et culturelle aient dû immanquablement pousser Frédéric ii à ce choix douloureux, qu’il faudrait replacer dans le contexte plus vaste du divorce croissant entre musulmans et latins en Sicile4. Un second courant, dont le représentant le plus prestigieux est sans aucun doute Ernst Kantorowicz, voit dans cette décision extrême un geste qui n’est pas contradictoire avec l’intérêt de Frédéric ii pour l’islam mais qui se justifierait en quelque sorte par les nécessités de la raison d’État5. Il nous semble que ces deux lectures, tout en mettant indéniablement l’accent sur certains aspects importants de la question, n’épuisent pas le sens de cette décision et que leur très grande généralité en réduit l’intérêt.

  • 6 David Abulafia a étudié les motivations de la réduction en esclavage finale des musulmans de Lucer (...)

4On tentera donc d’éclairer les fondements et la signification de cette déportation massive, afin de comprendre si la mesure fut exceptionnelle ou si elle n’a été que l’une des déclinaisons d’un geste politique, le déplacement d’une population châtiée, qui n’avait rien d’original pour Frédéric ii, ni même pour ses prédécesseurs immédiats, les Hauteville. Dégager le sens de ce choix est, en outre, essentiel si l’on veut évaluer son efficacité présumée. Ce n’est qu’en en définissant la nature, et donc l’objectif, que l’on pourra déterminer si ce dernier a été rempli6.

  • 7 Nous ne nous arrêtons pas ici à la comparaison avec des actes similaires extérieurs au royaume de (...)

5Après avoir retracé la lente dégradation de la situation politique qui précède cette décision de manière à mettre en lumière ses motivations immédiates, on la comparera aux actes similaires documentés en Sicile au cours des xi e -xiii e siècle7 pour mieux en saisir les particularités, avant de s’interroger sur la signification et le but d’un tel déplacement de population.

Une décision qui plonge ses racines dans le xii e  siècle sicilien

6Il est difficile de comprendre la décision prise par Frédéric ii de déporter les musulmans de Sicile à Lucera sans opérer un rapide retour en arrière. On peut distinguer trois temps : d’abord la période qui va des dernières années du règne de Roger ii (1150 environ-1154) jusqu’aux années 1190, durant laquelle le statut des musulmans de Sicile est progressivement mis à mal ; puis, de 1190 environ aux années 1220, on assiste au durcissement de la situation et au début de la révolte musulmane, avant que ne s’ouvre une dernière phase de vingt années au terme de laquelle Frédéric ii mate définitivement les rebelles.

La dégradation du statut des musulmans dans la deuxième moitié du xii e siècle

  • 8 Sur les statuts des paysans arabo-musulmans dans la Sicile normande en général, cf. Johns 2002, 14 (...)
  • 9 Nef 2000 et Petralia 2004.

7Si les conditions de reddition des musulmans de Sicile lors de la conquête au xi e siècle sont mal connues, on sait en revanche que l’impôt de capitation (la jizia) versé par les non-musulmans (dhimmî/s) sous la domination musulmane est désormais dû par les juifs et les musulmans ; le modèle d’imposition musulman est donc inversé8. On a, de ce fait, récemment nuancé l’idée d’un vilainage commun à tous les musulmans de la Sicile normande9. Les paysans arabo-musulmans sont, comme les Grecs, l’autre composante de la population insulaire au milieu du xi e siècle, soumis à un double impôt, une capitation et une taxe foncière. Leur décampement progressif, qui s’explique par une dégradation de leur situation, dont les détails nous échappent faute de documentation, entraîne un renforcement de leur attache à la terre à la fin du xii e siècle, selon un cercle parfaitement vicieux.

  • 10 Bresc 1992.

8S’il paraît difficile de penser encore aujourd’hui à une répartition stricte des groupes de population entre musulmans installés dans les casaux et Latins et/ou Grecs dans les terre fortifiées, il est indéniable que l’immigration lombarde développée par les Hauteville aboutit à la formation d’un cordon de castra entre le val de Noto et le val de Mazara, les deux régions les plus arabisées. Sperlinga, Vaccaria, Maniace, Nicosia, Randazzo, Capizzi, Piazza, Mazzarino, Butera voient ainsi augmenter leur population latine10.

  • 11 Bresc 1996.
  • 12 Récemment : Metcalfe 2003, 48-50 et Johns 2002, 215-218.
  • 13 Pseudo-Falcand, 57 : Multi quoque Sarracenorum, qui vel in apothecis suis mercibus vendendis preer (...)
  • 14 Ibid., p. 70 : (…) et a Lombardis gratanter avideque [Rogerius Sclavus] susceptus, cum se promicte (...)

9Au fur et à mesure que l’on avance dans le xii e siècle, l’équilibre que visait à maintenir le statut d’infériorité réglementée des Arabo-musulmans apparaît toujours plus précaire. C’est toutefois autour de l’exercice du pouvoir que les tensions se cristallisent. Les convertis, eunuques pour la plupart et originaires de régions extra-insulaires (que les sources décrivent comme les agents indispensables de l’administration centrale), focalisent les haines11. On analyse généralement comme le premier signe tangible du fossé creusé entre les groupes culturels, qui ne va pas tarder à s’élargir, le procès de l’eunuque Philippe de Mahdia, émir de Roger II ; accusé de trahison lors de l’attaque de Bône par les troupes siciliennes en 1153 (car il aurait facilité la fuite des élites arabo-musulmanes de la ville), il fut brûlé devant le palais royal de Palerme la même année12. Dans un contexte politique de tensions entre les grands et le souverain, en 1161 les communautés musulmanes sont victimes de violences collectives, d’abord à Palerme où elles ont été désarmées l’année précédente sur ordre du plus proche conseiller du roi, Maion de Bari13, puis comme en écho, dans le val de Noto14.

10En quelque sorte, ces événements mettent fin à l’une des conditions qui légitimaient aux yeux des musulmans le paiement de la jizia, selon leur droit, musulman : celle d’une protection garantie par le souverain aux minorités religieuses qui paient l’impôt.

La fin de la monarchie normande et la crise des communautés arabo musulmanes

  • 15 Maurici 1997, 75.
  • 16 Richard de San Germano, Chronica, 64 : Qui [Tancretus] postquam assumptus est, laboravit pro virib (...)

11Les massacres collectifs de musulmans qui ensanglantent à nouveau Palerme à la mort de Guillaume ii, en 118915, illustrent clairement la relation qui existe entre, d’une part, l’affaiblissement de l’autorité royale, garante du statut des musulmans, et, d’autre part, à la fois le rejet de la tyrannie dont sont rendus responsables les eunuques de la cour et la dégradation de la situation des communautés musulmanes insulaires. Mais c’est l’accession au pouvoir de Tancrède, un des initiateurs des massacres de 1161, qui précipite les événements en 1190. Les musulmans de Palerme gagnent cette fois le “refuge” du Corléonais et les régions plus méridionales, sous la houlette de cinq reguli qui refusent de servir le nouveau souverain16.

  • 17 Gesta Regis Henrici secundi, ii, 141 : Eodem anno, plusquam centum millia paganorum virorum ac mul (...)
  • 18 Doc. 1 en annexe.
  • 19 Maurici 1995, 93.

12Les meneurs préfèrent toutefois conclure un accord avec Tancrède qui prévoyait, pour ceux qui les avaient quittés, le retour dans leurs casaux aux conditions qui étaient les leurs précédemment17. Pendant quelques années, la situation paraît calme. Toutefois, à la mort de l’impératrice Constance (1198), alors que des clans se déchirent pour prendre le contrôle de la régence, les musulmans se rangent dans le camp de Markwald von Anweiler contre la papauté (Innocent III est le tuteur du futur Frédéric II) et ses représentants locaux, les prélats de Palerme. Les premiers appels lancés par le pape aux musulmans insulaires ne semblent avoir rencontré que le silence18. En juillet 1200, entre Palerme et Monreale, Markwald et ses alliés connaissent une défaite cuisante après avoir soumis la capitale à un siège de trois semaines19.

  • 20 Cf. Doc. 2 en annexe.

13Cette victoire, suivie d’une période mal documentée mais qui ne semble pas caractérisée par des affrontements violents, offre l’occasion à Innocent III, d’une nouvelle ouverture pour tenter d’obtenir la neutralité des musulmans. En 1206, il adresse une missive aux qâdî et qâ’id/s et à tous les Sarraceni de Sicile ; il leur demande à nouveau d’être fidèles au jeune roi20. Cette tentative reste sans lendemain.

La rupture de Frédéric ii avec les musulmans de Sicile : de Palerme à Lucera

  • 21 La titulature califale rappelle celle des Almoravides (amîr al-muslimîn). Pour la frappe monétaire (...)
  • 22 Cf. Maurici 1997, 95.

14Les années qui suivent voient Frédéric ii occupé en Allemagne, et cette vacance du pouvoir favorise l’émergence d’une autorité musulmane au cœur de la Sicile où Muhammad Ibn ‘ Abbad devient, à une date inconnue, le chef de la rébellion. Il prend alors une titulature califale et frappe monnaie21. Les grandes villes et les sièges d’évêchés de la Sicile occidentale, notamment Palerme, Agrigente et Monreale, sont l’objet d’attaques et les symboles chrétiens y sont pris pour cibles22.

  • 23 Ibid., 96.
  • 24 Richard de S. Germano, 111.

15De retour en Sicile, en 1220, Frédéric ii ordonne aux Sarrazins de retourner chez eux et de reprendre leur condition antérieure : il tente ainsi d’annuler les effets du départ non contrôlé des musulmans qui a précédé leur rébellion23. À partir de 1221, une importante contre-offensive impériale est lancée. Si les circonstances de la mort de Muhammad Ibn ‘Abbad, attribuée à l’empereur, sont loin d’être claires, celle-ci est datée de 1222 environ. La révolte ne prend toutefois pas fin avec sa disparition et en 1223, Frédéric ii assiège Iato. Dans une lettre qu’il envoie à l’abbé du Mont Cassin la même année, le souverain définit exactement son intention : Cum Sarracenos Sicilie qui Regni nostri tranquillitatem perturbant proponamus penitus exterminare de insula24, exterminare signifiant ici “porter hors des confins”. Les premiers prisonniers sont alors emmenés à Lucera.

  • 25 Maurici 1997, 106-107.
  • 26 Richard de San Germano, 120 : Imperator barones omnes et milites infeudatos Regni sui in Siciliam (...)
  • 27 Cf. Huillard-Bréholles, V/1, 427 : De Saracenis vero qui Panormum de casalibus advenientes in Sarr (...)
  • 28 Ibid, 590 : De Saracenis Lucerie et Girofalci qui occasione negotiationis gerende conferunt se in (...)
  • 29 Maurici 1997, 96-106.

16Jusqu’en 1225, le combat se poursuit entre les rebelles et les barons qui soutiennent l’effort de l’empereur25 ; la mobilisation devient générale et des responsables chargés de la déportation des musulmans sont désignés26. C’est à cette date que Iato se rend une première fois, alimentant massivement le peuplement de Lucera. La décennie qui suit est marquée par des troubles au cours desquels l’empereur alterne menaces et faveurs27, tandis que certains exilés tentent de regagner la Sicile ou de s’installer en Calabre28. En 1243, les combats reprennent autour de Iato et Entella. Trois ans plus tard, en 1246, la rébellion est définitivement écrasée et les rebelles envoyés à Lucera, quand ils sont repérés. Le coup est terrible pour la Sicile occidentale qui reste exsangue : une série de sites fortifiés et de très nombreux casaux, pour l’essentiel situés à l’intérieur (ou à proximité) des limites de l’archevêché de Monreale et dans l’arrière-pays agrigentin, disparaissent29.

17Le récit de ces événements est donc relativement linéaire et sa dynamique articulée en quelques grandes étapes : rébellion/appel à la négociation/refus/châtiment. Toutefois, la mesure finale, l’éloignement imposé aux musulmans et leur sortie forcée hors de l’île, symboliquement très forte, pourrait apparaître radicalement nouvelle. Faut-il pour autant y voir un geste sans précédent qui se justifierait par une incompatibilité de fait entre la présence de communautés musulmanes et une monarchie chrétienne qui fait de son rapport au religieux l’un des fondements de sa légitimité ?

Typologie des déplacements forcés de population en Sicile : les précédents (xi e -xiii e  siècles)

18En réalité, la déportation d’une population n’est pas une pratique nouvelle dans le cadre insulaire. Sans même remonter à l’époque islamique qui offre quelques exemples de ce type de mesure, il convient de comparer cet exil avec d’autres déplacements forcés de l’époque normande en Sicile (xi e -xii e siècles) ou bien décidés par Frédéric ii lui-même.

Les déportations en Sicile à l’époque normande

  • 30 Geoffroi 1927-1928, 62.

19Dès la conquête normande, au milieu du xi e siècle, des déplacements de population sont organisés par la dynastie des Hauteville qui prend alors le pouvoir en Sicile. En 1076, les habitants de Iudica, près de Catane, sont ainsi déportés, après la destruction de leur habitat, en Calabre (à Scribla)30.

  • 31 La réédition de ces actes préparée par Vera von Falkenhausen devrait permettre de clarifier ce que (...)
  • 32 Le premier document a été publié dans Cusa 1882, 532-535.
  • 33 Document édité dans Collura 1955, 609-611.
  • 34 Garufi 1928, 94-95.

20Toutefois, l’exemple le plus impressionnant mais aussi le plus proche de celui qui nous occupe se déroule quelques décennies plus tard, dans le val Demone. Une poignée de documents jettent une lumière partielle sur les événements qui se sont déroulés entre la fin du xi e siècle et le milieu du xii e siècle à Focerò (Phokairon), aux confins de Naso, Fitalia et Patti31. Dans un premier temps, un nombre important de bellanoi, qui avaient fui la terre qu’ils étaient censés cultiver ou qui relevaient du domaine royal, fut installé à Focerò, à l’ombre d’une tour construite par le Comte Roger à la fin du xi e siècle32. Focerò est ensuite attaqué par des individus apparemment possessionnés dans la zone, qui iront jusqu’à détruire la tour. Ils sont défaits une première fois par la régente Adélaïde, qui fait reconstruire la tour. Arasée à nouveau et rebâtie par la même comtesse avant 1112, la fortification est définitivement détruite en 1142 par un certain Alcherius de Ficarra qui s’empare également de vilains33. Le roi Roger, auprès de qui sont venus se plaindre les habitants des environs de Focerò, fait délimiter le lieu à nouveau et le concède à l’évêque de Patti34.

  • 35 Martin 1989.

21Dès les premiers souverains normands, un lien est donc clairement établi, entre le service dû au roi et la protection que ce dernier accorde à ceux qui le servent : les paysans qui dépendent du domaine comtal, puis royal, sont sous la protection de l’administration chargée de sa gestion. Cette politique est contestée par les partisans d’un asservissement plus complet des paysans : Alcherius de Ficarra est un bon représentant de ces seigneurs locaux dont le comportement trop brutal aboutit à la fuite des paysans, peu habitués jusqu’alors à un tel traitement. Ici, comme plus tard pour Lucera, la déportation est autant un châtiment qu’une manière de soustraire ces groupes à l’arbitraire seigneurial en les plaçant sous la protection directe du souverain. Il est clair également qu’à Focerò, comme à Lucera35, cette arrivée massive de paysans dans un espace limité dut provoquer des tensions entre nouveaux venus et population locale autour de l’accès à la terre. Notons, néanmoins, que dans le cas de Focerò, rien n’indique que les paysans déplacés étaient tous de culture arabo-musulmane, il est probable que les Grecs, nombreux dans la région, étaient également représentés.

  • 36 Pseudo-Falcand, 73-74.
  • 37 Malte, qui évolue dans l’orbite des Hauteville puis des Hohenstaufen, offre de nombreux exemples d (...)

22Au-delà de la conquête et des premiers temps de l’installation des Hauteville en Sicile, tout au long du xii e siècle, des localités dont les habitants se rebellent contre l’autorité royale sont détruites, forçant ces derniers à chercher asile ailleurs : c’est le cas, par exemple, de Butera entièrement rasée en raison de son attitude frondeuse lors des révoltes contre Guillaume i er en 1160-116236. Ces exemples demeurent cependant peu nombreux dans l’ensemble si l’on s’en tient à la Sicile37. Comparées à ces pratiques, celles adoptées par Frédéric ii présentent quelques traits nouveaux.

La pratique frédéricienne en matière de déplacement de population

  • 38 Huillard-Bréholles 1855, ii/1, 185 : Imperator castrum quoddam in Sicilia quod Centurbium dicitur, (...)
  • 39 Cf. Maurici 1997, 154.

23La première évolution réside dans un changement drastique d’échelle : Frédéric ii fait du déplacement forcé de populations un instrument privilégié de sa politique, de la Lombardie à Malte. C’est un fait bien connu, mais si l’on se limite à la Sicile, il l’utilise notamment pour punir les émeutes qui secouent les villes de la Sicile orientale à partir de 1231. Ces dernières tentent ainsi de défendre leurs libertates menacées par la réduction des libertés administratives locales et l’augmentation de la fiscalité marchande mises en œuvre par l’empereur. À la suite de cette fronde, la répression s’abat sur l’est de la Sicile : les habitants de Centorbi sont déplacés, en partie à Palerme et en partie à Augusta, dans un second temps38. En effet, Frédéric utilise également cette méthode afin de peupler ses nouvelles fondations, telles Gela-Terranova-Heraclea et Augusta, dont la date de création a été fixée hypothétiquement à 1233 environ39.

24L’empereur réprime ainsi tous les mouvements centrifuges. De telles oppositions s’étaient déjà manifestées sous les Normands mais ces derniers y avaient répondu par un mélange de punitions exemplaires, de démonstrations de la puissance royale et de négociations à l’issue desquelles les révoltés affirmaient haut et fort se soumettre à la maiestas royale. Frédéric remet donc au goût du jour cet instrument afin de contrôler les territoires qui dépendent de lui et la population qui y vit.

25La déportation des musulmans rebelles à Lucera n’est toutefois pas tout à fait comparable aux autres déplacements de population dont la Sicile avait été le cadre auparavant. La distance entre la terre d’origine et le lieu d’exil est bien plus grande qu’elle ne l’était en général et, symboliquement, le départ de l’île, qui entretient des relations intenses avec l’Afrique et est encore caractérisée au début du xiii e siècle par une culture en partie islamisée, semble donner au châtiment une dimension plus radicale. En outre, et la radicalité de la mesure découle essentiellement de ce fait, la communauté déportée n’est pas ici définie par son lieu de vie (ville ou casal que ce soit), ce qui renverrait à un type de déplacement bien attesté à cette époque comme nous l’avons vu, mais comme un groupe religieux, considéré dans son ensemble.

  • 40 Ainsi de Robert de Calatabiano, Philippe de Mahdia, l’eunuque Johar, ou encore du qâ’id Abû-l-Qâsi (...)

26Dans le contexte de tensions entre groupes ethniques, la politique normande avait toujours reposé sur la punition exemplaire d’individus40, la royauté apparaissant alors essentiellement dans sa fonction de régulatrice de l’ordre social et politique à travers une mise en scène terrifiante mais extraordinaire. Frédéric ii, quant à lui, choisit une punition collective. Si cette innovation reflète les difficultés sans précédent auxquelles ce dernier fait face (rébellion large et désespérée, qui se dote d’un commandement politico-religieux), se font jour toutefois un certain nombre de mutations radicales qui entraînent la promotion d’une solution politique profondément nouvelle.

Significations et modalités de la déportation à Lucera

27L’épisode de Lucera, comme tout déplacement de population décidé par un souverain, se veut un acte de nature démiurgique, accompli par une autorité monarchique se définissant comme impériale. Ce qui était vrai sous les Hauteville, dont les traditions de référence étaient surtout byzantine et islamique, le demeure sous Frédéric, qui renoue le fil carolingien.

28Afin de comprendre le sens de la déportation à Lucera, qui se veut le châtiment d’une révolte pluridécennale contre l’autorité impériale, il faut s’interroger à la fois sur la qualification du crime commis et sur l’objectif du châtiment. Dans le but d’éclairer le premier point, il importe moins de revenir sur les déportations de l’âge normand, on l’a vu, que de s’interroger sur la punition des crimes imputés à des musulmans sous les Hauteville afin d’évaluer si Frédéric ii s’inspire de leurs pratiques dans ce domaine.

Retour sur l’époque normande : réémergence et évolution du concept de lèse-majesté dans le contexte sicilien

  • 41 Sur la réémergence de cette notion au Moyen-Âge, en particulier en Sicile, et sur le rôle joué par (...)
  • 42 Pour les liens entre hérésie et crime de lèse-majesté, cf. Chiffoleau 1993.

29Après une éclipse plus ou moins longue en Occident, la notion de crimen maiestatis réapparaît précocement dans le royaume de Sicile : elle est définie dans le texte connu sous le nom d’Assises d’Ariano41. Or, on ne l’a pas assez souligné, chaque fois que les Hauteville font instruire des procès contre des Arabo-musulmans, ils leur imputent non seulement un acte de trahison mais aussi, et ce n’est pas un hasard, des pratiques hérétiques42 : les accusés sont condamnés à la fois pour trahison et pour être retournés, après leur conversion au catholicisme, à la religion musulmane, considérée comme une hérésie. Les deux crimes, intimement associés à celui de majesté, donnent lieu, tout au long du xii e siècle, à des peines exemplaires.

30La rébellion des musulmans de Sicile est-elle donc définie comme un crime de lèse-majesté ? L’hypothèse paraît d’autant plus séduisante que ce crime a, dans la définition qu’en donnent les juristes à l’époque précisément, partie liée avec la foi (fides) et la fidélité (fidelitas), deux fondements de la soumission au souverain mis à l’épreuve par les minorités religieuses non-chrétiennes en révolte.

  • 43 Cet aspect est évoqué en passant dans Cipollone 1999, 367.

31Dans la documentation relative à l’épisode de Lucera et à la période qui la précède, la question religieuse n’apparaît pas. Ni les lettres de Frédéric ii à ce sujet ni celles d’Innocent iii ne laissent à lire quoi que ce soit qui aille dans ce sens. Les missives pontificales (1199 et 1206) sont particulièrement révélatrices car elles établissent nettement la différence entre la fides des musulmans, exhortés à la maintenir (alors même que le souverain pontife compare Markwald von Anweiler à Saladin et l’effort exigé contre lui à une croisade, ce qu’il ne fera jamais pour les musulmans), et la fidelitas qu’il leur faut manifester à l’égard du jeune Frédéric43. Cette position se justifie, il est vrai, dans la mesure où les musulmans siciliens ne sont pas des apostats. L’empereur, en ce domaine comme en d’autres, reprend à son compte la position de son ex-tuteur, tout en la dépassant par la solution qu’il met en œuvre.

  • 44 Sur le passage du crime de trahison à celui de rébellion, qui ne met plus en jeu la fidelitas, cf. (...)
  • 45 Cf. note 38.
  • 46 Cf note 26.

32En effet, si Frédéric ii laisse apparemment lui aussi de côté la question religieuse, il ne qualifie pas non plus les révoltes arabo-musulmanes de manquement à la fidelitas qui lui est due. Il les définit comme une “perturbation de la tranquillité du royaume”, crime grave s’il en est car le souverain est le garant de la paix interne. Il s’agit donc d’une atteinte à l’autorité impériale mais ni de trahison ni même de rébellion44. La notion de fidelitas n’apparaît en effet pas dans les textes de Frédéric ii et si, lorsqu’il évoque le châtiment de villes qui se sont révoltées contre son autorité, le terme de rébellion est utilisé45, il ne qualifie jamais les actes des Arabo-musulmans. Si Frédéric ii insiste, dans un premier temps, sur la nécessité pour les musulmans de quitter les points fortifiés qu’ils tiennent et de regagner leurs casaux, c’est qu’il exige d’eux le retour à leur statut antérieur. Il est sous-entendu que l’empereur ne laissera plus la situation se dégrader : la cause de la confusio46, et son remède, sont ici identifiés. Garant de l’ordre du royaume, l’empereur se doit d’assurer la protection des musulmans et d’empêcher toute détérioration de leur condition.

33Toutefois, le statut des musulmans de Sicile a, on l’a vu, implosé à partir de la fin du xii e siècle ; il ne peut donc être, en réalité, question d’un retour en arrière. C’est pourquoi, l’empereur doit opérer un renouvellement idéologique bien plus profond. C’est ce qui explique à la fois que la lèse-majesté ne soit pas convoquée et que la déportation apparaisse comme la condition nécessaire de la refondation du pacte entre les musulmans rebelles et le souverain.

L’objectif : refonder le lien entre les communautés musulmanes et le souverain de Sicile

  • 47 Sur cette locution et sa signification cf. Abulafia 2000b et c. Sur ses occurrences en France et s (...)
  • 48 Il est difficile en effet de trouver dans le droit romain impérial les fondements de ce statut, mê (...)
  • 49 Si l’on excepte le travail de la terre qui est une constante et ne s’accompagne pas d’un statut se (...)
  • 50 Un certain nombre de convertis continuent de remplir des fonctions administratives au palais (cf. (...)

34Lorsque Frédéric ii propose aux rebelles de regagner les champs qu’ils cultivaient, une grande partie d’entre eux refuse. Il ne peut donc faire l’économie d’un nouveau statut pour les Arabo-musulmans de Sicile, désormais qualifiés de servi camere regie, une expression qui fait son apparition dans la documentation impériale en 1236, lors de la contre-offensive menée par Frédéric, mais dont on connaît d’autres occurrences dans l’Occident chrétien à partir de la fin du xii e siècle47. L’empereur étend ainsi aux communautés musulmanes une conception, relativement récente48, élaborée dans un premier temps pour les juifs, qui mêle infériorité religieuse et service du prince. Cela signifie, en outre, que toute atteinte aux musulmans est, plus clairement encore qu’auparavant, conçue comme une atteinte au souverain lui-même, qui les protège. Les communautés arabo-musulmanes sont désignées comme une des assises économiques du royaume, mais aussi, plus largement, de la royauté et, comme telles, doivent être respectées par l’ensemble des sujets. Même soumises à un statut déprimé, elles servent l’empereur. La déportation, dans ce cadre, a pour objectif de soustraire les musulmans à la servitude de fait que cherchaient à leur imposer les institutions ecclésiastiques ou les feudataires siciliens, distincte de leur soumission absolue à l’autorité impériale. Leur est offerte une nouvelle possibilité d’intégration dans l’ensemble monarchique49, non plus dans l’administration comme sous les Hauteville, mais par le service militaire, dans l’ensemble de l’Italie au besoin50.

  • 51 De la notion de servitus camere regie il faut retenir l’idée de service (cf. Abulafia 2000c, 696-7 (...)
  • 52 La jizia continue d’être levée à Lucera mais les fondements juridiques du statut des musulmans son (...)
  • 53 Problème qu’évoque Abulafia 2000b.
  • 54 Sur la notion de servitude des juifs à l’égard des chrétiens dans la théologie chrétienne, cf. Abu (...)

35Une telle notion présente plusieurs avantages : elle évite d’en appeler à la fidelitas des musulmans puisqu’ils sont, en raison de leur pratique religieuse, soumis absolument à la volonté du prince qu’ils servent (ce qui ne signifie pas que ce sont des non-libres, en dépit de la terminologie utilisée51). Elle évacue, en outre, la question de la fides. La religion musulmane est reconnue, mais considérée comme inférieure selon des principes qui ne sont plus ceux du droit musulman, pérennisés au siècle précédent en Sicile, sous une forme il est vrai considérablement amputée, à travers le prélèvement de la jizia, inhérent au statut de dhimmî52. Ces principes islamiques, difficilement adaptables au contexte de l’Occident médiéval53, laissent la place à une conception mise au point pour les juifs, qui permet de tenter de penser l’existence de musulmans en Occident d’un point de vue juridique, autrement que dans le cadre d’une soumission de fait née de la conquête. La difficulté tient à ce que la position des religions, juive et musulmane, qui sont regroupées sous ce statut est très différente au regard du christianisme, ce qui explique que cette solution n’ait pu perdurer54.

  • 55 Le terme est ici employé dans un sens large, celui du territoire régi par la loi du souverain, et (...)
  • 56 Cf. Martin 1989.

36Toute l’ambiguïté des dispositions prises à l’encontre des musulmans découle de ce hiatus entre les deux minorités religieuses, hiatus qui n’est pas pensé alors. Ils sont déplacés hors du royaume mais dans le royaume55, selon la curieuse conception d’un espace à la fois fermé et ouvert, en application d’une mesure qui relève à la fois du bannissement et de la déportation. Il s’agit d’un éloignement paradoxal puisqu’il rapproche en réalité ces groupes du centre géographique du pouvoir impérial qui a quitté Palerme pour la terre ferme en Italie méridionale. Cette multitude de centres et l’emboîtement des espaces d’autorité permettent précisément, de manière pragmatique, de ne pas se situer au niveau théorique et totalisant de la souveraineté, de la maiestas qu’élabore Frédéric II, mais de régler le problème en jouant sur différentes échelles. La déportation aboutit à la naissance d’une entité qui ne dépend que de l’empereur et qui s’administre de manière autonome, encadrée par un qâdî (juge) et par des qâ’ids (terme qui renvoie aussi bien à des fonctions militaires qu’administratives dans le cadre de la Sicile de l’époque) comme c’était le cas jusque-là en Sicile56. La servitude des musulmans n’est donc en aucune mesure contradictoire avec une relative autonomie politique.

37Si la déportation à Lucera comporte donc des éléments que l’on retrouve ailleurs, notamment la volonté de contrôler le territoire en reprenant les points fortifiés siciliens et en assignant un lieu précis aux Sarrasins, elle a aussi des caractéristiques propres. L’exclusion (d’une communauté religieuse qui ne saurait exister dans un contexte chrétien) et l’intégration (de cette même communauté en utilisant un statut qui est appliqué en fonction d’une analogie imparfaite) en sont les deux dimensions complémentaires. Un des aspects de la politique normande est ainsi inscrit dans le droit par Frédéric ii : les Sarrasins sont comme l’ombre portée du souverain et font partie de son trésor en raison des ressources fiscales qu’ils lui procurent.

Une mesure efficace ?

  • 57 Abulafia 2000b.

38L’efficacité de la mesure de la déportation elle-même, en général affirmée sans grande preuve, est mise en relation avec le fait que l’événement est censé avoir marqué la fin de la Sicile islamique. Il convient toutefois de distinguer deux aspects : l’impact démographique de la mesure sur la population musulmane de Sicile et la capacité de cette solution juridique à résoudre les tensions qui découlent d’une situation sans égal auparavant en Occident : la vie de communautés musulmanes sous une autorité chrétienne (et la péninsule ibérique, qui rencontre des difficultés similaires, élabore des solutions semblables57).

  • 58 Abulafia 1990.
  • 59 Martin 1989.
  • 60 Martin 1989.
  • 61 Maurici 1995 et 1997.

39Il faut, tout d’abord, souligner que le contrôle des déportés se met en place à l’arrivée par l’établissement de listes fiscales notamment. Rien de cet ordre n’est documenté dans l’île, au départ. Ce qui nous échappe ici ce sont donc les modalités concrètes de l’événement avant l’arrivée à destination. Mais cette curieuse absence pourrait ne pas être un hasard. Il est en effet évident que la déportation ne concerne pas tous les musulmans insulaires mais seulement ceux qui refusent tout autre solution. Combien furent-ils ? David Abulafia avance le chiffre de 20 000 personnes sans s’en justifier58 et Jean-Marie Martin celui de quelques dizaines de milliers également59 ; dans les sources contemporaines, les évaluations oscillent entre 15 et 170 000 individus. En réalité, il est impossible de trancher, mais trois éléments permettent de soutenir que le chiffre fut sans doute élevé : le premier est la pression démographique que semble induire ce déplacement de population dans la région de Lucera60 ; le second est l’impact démographique de ce départ massif sur les régions d’origine, comme l’a montré Ferdinando Maurici61 ; le dernier est la taille même de la très impressionnante forteresse de Lucera. Notons qu’aucun d’entre eux n’autorise une évaluation autre que grossière.

40De ce point de vue, l’archéologie pourrait d’ailleurs être trompeuse. On attribue en effet l’abandon de certaines localités de la Sicile occidentale à la répression frédéricienne alors que la datation en est peut-être un peu trop systématiquement fixée au milieu du xiii e siècle sur la base de la céramique la plus aisément identifiable retrouvée en superficie. Dans le même temps, on sous-estime le départ probable d’un certain nombre de musulmans vers l’Afrique au cours des quarante années qui séparent le début de la révolte et la déportation à Lucera. Enfin, pour clore sur cette question, il faudrait prendre en compte les pertes humaines qui ne manquèrent pas d’avoir lieu durant le voyage relativement long.

  • 62 On peut trouver un écho de cette idée dans la réponse que l’empereur envoya le 16 avril 1236 à Gré (...)

41Il est certain que les musulmans ne peuvent avoir tous disparu de Sicile à cette date ; or, l’essentiel de ceux qui apparaissent dans les sources postérieures sont des esclaves importés de contrées plus ou moins lointaines. Il est donc probable que les musulmans qui demeurèrent en Sicile eurent recours à des modalités d’intégration au sein de la population sicilienne qu’il ne nous est pas donné de connaître mais qui étaient acceptées et même escomptées par Frédéric ii62. Le choix leur était laissé entre la soumission à l’autorité impériale via une conversion au moins apparente et le silence des sources, d’une part, et le service du prince, hors de l’île, dans le cadre d’un nouveau statut communautaire, d’autre part. Ceci explique que le contrôle ne soit pas nécessairement très étroit ni la mesure d’application globale en réalité, puisque les musulmans servi camere regie ne sont autorisés à vivre qu’à Lucera.

Conclusions

  • 63 Sur les sources de l’idée de servitus camere regie. Cf. Abulafia 2000c.
  • 64 Sur les notions de necessitas et d’utilitas dans la politique menée par Frédéric II à l’égard des (...)

42La déportation des musulmans de Sicile à Lucera reflète donc bien la conception profondément nouvelle d’une pratique ancienne, mais cette nouveauté tient moins à la nature d’une mesure de déportation, extraordinaire dans sa dimension concrète, qu’à l’élaboration d’un statut pour les musulmans déportés. En effet, ce qui apparaît comme la re-définition du lien entre le souverain et les musulmans du royaume de Sicile est aussi la première tentative pour donner à ceux qui professent cette religion un statut juridique dans le cadre de l’Occident chrétien. On comprend alors que la question de la qualification de la révolte musulmane n’ait plus lieu d’être : ni crime de lèse-majesté ni trahison ni rébellion, l’ordre ne doit pas être restauré, mais refondé. Le lien entre le souverain et ses sujets musulmans se fait à la fois plus étroit et plus contraignant dans la mesure où l’empereur instaure une relation immédiate entre sa personne et les habitants de Lucera. Dans le même temps, les musulmans qui demeurent en Sicile se trouvent contraints de s’intégrer à la population sicilienne (sous-entendue latine), de la même manière que les “Grecs” par exemple. La similitude entre le statut des musulmans et celui des juifs se limite en effet à l’utilisation d’une même expression, servi camere regie, pour désigner les deux groupes ; elle permet d’évacuer la question de la fides car les musulmans, qui sont irréductiblement hérétiques, se voient intégrés à une catégorie qui permet de ne plus soulever la question. L’empereur construit donc, comme dans bien d’autres domaines, du neuf avec de l’ancien63 et combine ainsi innovation juridique et pragmatisme politique64.

43Toutefois, il n’est pas indifférent que cette invention nécessite un cadre spatial propre, comme si le droit n’était pas ici très assuré ou insuffisant, comme si seul un “ailleurs” permettait de refonder la relation mise à mal, un choix qui, en tout cas, n’augurait guère du succès de cette tentative.

  • 65 Cf. Abulafia 2000c qui souligne la radicale différence entre juifs et musulmans au regard du chris (...)

44Les rois angevins ont fini par réduire en esclavage les habitants de Lucera, comme si de l’idée de servi camere regie n’était restée que le premier terme, mais cette évolution ultérieure reflète surtout la politique de christianisation menée par la dynastie. La refondation de Lucera sous le nom de civitas S. Mariae ne laisse guère de doute sur les motivations de cette décision mais aussi sur la nature de la difficulté elle-même65. Cet aboutissement reflète les limites de la tentative de Frédéric ii puisqu’en réalité il n’y a jamais eu de place pour les hérétiques dans l’Occident médiéval, aussi déracinés et proches du pouvoir fussent-ils. L’empereur n’avait fait que gommer l’aspect religieux de la question, les Angevins, eux, l’ont remis sur le devant de la scène.

Doc. 1 : Lettre d’Innocent iii aux Sarrazins de Sicile, 1199, ca. 25 nov.-10 déc., le Latran

45Universis Saracenis in Sicilia constitutis, in devotione nostra et fidelitate regia permanere.

46Ne contra verum Siciliae regem adhaereant Marcowaldo (Datum Laterani)

47Cum vos audivimus et gaudemus in ritu vestro servasse hactenus et adhuc servare rigorem, ut fidem dominis vestris iuxta morem vestrum exhibitam servaveritis et servetis illaesam, nec eam duxeritis aliquando violandam quod in facto Marcuoaldi obtamus manifestius experiri, ut vos nec promissionibus allicere possit nec minis aut violentia deterrere, qui in fidelitate karissimi in Christo filii nostri Friderici Sicilie regis illustris, fideliter persistatis et ipsius Marcuoaldi resistatis conatibus viriliter et potenter. Illa etenim in temporalibus discretione vigetis, ut et bona discernentes a malis et a bonis etiam meliora, despectis et abiectis pessimis, obtima quelibet eligatis. Nostis siquidem, sicut credimus, ex auditu mansuetudinem apostolice sedis, que sic superbis resistit, ut humilibus et subiectis det gratiam. Nostis et per experientiam tyrampnidem Marcuoaldi, que his solis parcit quibus nocere non potest, sed sevit tanto fortius in subiectos, quanto se amplius in eius curaverint humiliare conspectu, retribuens mala pro bonis et odium pro dilectione rependens, sicut ex eius patet operibus manifeste. Scitis etenim, qualiter eos, quorum vocatione olim cum domino suo regnum intraverat, quorum proditione occupaverat regni arces, immo etiam totum regnum, non solum omnibus bonis fecerit spoliari, sed animadvertens etiam in personas, eos in exsilium destinaverit et tandem fecerit mutilari. Audistis etiam et vidistis immanitatem ipsius, qualiter sacerdotes et alios precipitarit in mare, qualiter multos flammis exusserit, qualiter omnes et singulos flagellarit. Intelligere quidem vos credimus et pro firmo tenere quod si Christianis eius oculus non percepit, non parceret etiam Sarracenis, in quos tanto seviret liberius, quanto se maius crederet obsequium prestare Deo effundendo sanguinem paganorum. Qui enim in dominum suum et domini sui filium, qui eum de pulvere suscitavit et erexit de stercore, coniuravit, et eum materna nititur possessione privare, malignaretur severius in alienigenas, immo in alterius ritus et observantie disparis nationes, quarum sanguine suas sitit inebriare sagittas et gladium cruentare. Et qui contra salutem anime sue Christianorum diripit spolia, si contra vos vel violentia vel astutia prevaleret, ad suum vos subsidium vanis promissionibus invitando, divitias vestras penitus exhauriret et suis daret in predam. Sane nec iuramentum vobis nec promissiones aliquas observaret, qui iuramentum nobis publice praestitum non servavit. Intelligentes igitur intelligite veritatem, et solita progenitorum vestrorum et vestra fidelitatis constantia permanentes non subiiciatis vos et vestros posteros iugo eius quod etsi videretur in initio leve, colla tamen gestiantium in fine confringeret ; et vel nullus vel inutilis esset penitentie locus, postquam cancer vitalibus irrepisset. Cogitare debetis quod cum contra Sarracenos multi iam coniuraverint principes Occidentis et multa populi multitudo assumpto crucis signaculo in proximo disposuerit transfretare ; si vos contra Christianos Marcuoaldo et Marcuoaldum vobis contra regem puerum contingeret adhaerare, in vos arma converterent ; et Marcuoaldus, cum vires eorum sustinere non posset, ipso animo volens vel invitus sanguine vestro placaret, et vitam suam redimeret morte vestra. Monemus igitur universitatem vestram, consulimus et hortamur, per apostolica vobis scripta districte precipiendo mandantes, quatinus in hoc progenitorum vestrorum constantiam imitantes, nec ingrati beneficiorum que vobis reges Sicilie contulerunt, attendentes etiam mansuetudinem apostolice sedis, que vos non solum manutenere vult in bonis consuetudinibus, sed augere, in devotione nostra et fidelitate regia persistatis, nec credatis promissionibus et fallaciis Marcuoaldi, qui ad hoc solum promittit ut fallat, ad hoc fallit ut vos possit suae tyrampnidi subjugare. Nos autem in defensionem vestram et expugnationem ipsius, dilectum filium Cinthium tituli sancti Laurentii in Lucina presbyterum cardinalem et venerabiles fratres nostros Neapolitanum et Tarentinum archiepiscopos et dilectos filios nobiles viros Jacobum Marescalcum et Oddonem de Palumbaria, consanguineos nostros, in regnum dirigimus cum exercitu copioso ; ante cuius conspectum Marcuoaldus subsistere, dante Domino, non valebit, sed cum universis sequacibus et fautoribus suis inreparabiliter conteretur. Dedimus autem eidem legato et omnibus nuntiis nostris districtius in praeceptis, ut vos manuteneant et defendant et in bonis curent consuetudinibus adaugere ;

48Datum Laterani.

49Die Register Innocenz’III, 1979, no 212 (221), 411-415.

Doc. 2 : Lettre d’Innocent iii aux Sarrazins de Sicile, 1206, Fiorentino

50Archadio et universis gaietanis, Antellae, Platanae, Iaci, celsi et omnibus gaietanis et Sarracenis per Siciliam constitutis, veritatem, quae deus est intelligere et amare

51Commendat eos de fidelitate eorum et constantia erga regem Italiae (Ferentini)

52Gaudemus plurimum et sinceritatem vestrae fidei commendamus, quod, licet multifarie multisque modis hactenus tentati fueritis, gratia tamen ejus qui, cum neminem a misericordia sua repellat, misericorditer est operatus in vobis, ut tentationibus vestris succumbere non possetis, ab ea, quam erga charissimum in Christo filium nostrum, Fridericum Siciliae regem illustrem, dominum vestrum, habetis, fidelitatis constantia minime recessistis. Quoniam igitur prope est ut idem rex, qui per gratiam Dei de die in diem prudentia proficit et aetate, pene jam fessa expectantium pacem ejus desideria recognoscat, sciensque reprobare malum et eligere bonum, unicuique possit pro meritis respondere, universitatem vestram monemus attentius et hortamur, quatenus, attendentes quod bonum incassum agitur, si ante terminum deseratur, et frustra velociter ille currit, priusquam metam attingat, deficit, in puritate vestrae fidei taliter persistatis, quod angustias et labores, quos hactenus pro fidelitate regia pertulistis, Domino permittente, possitis laudabili perseverantia coronare, ac praedictus rex, qui suorum fidelium in proximo potens erit ad consilium nostrum digne remunerare labores, tanto retributioni vestrae fidelitatis intendat, quanto sibi viderit eam bonitate vestra, nostraque sollicitudine conservatam, qui tam per nos quam per ipsum devotioni vestrae congrua praemiorum intendimus vicissitudine respondere.

53Datum Ferentini, etc.

54Innocentii iii Romani Pontificis opera omnia, 1855, l. clviii, 985

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abulafia, D. (1990) : “The End of Muslim Sicily”, in : Powell 1990, 103-133.

—, éd. (2000a) : Mediterranean Encounters, Economic, religious, Political 1100-1550, Aldershot - Burlington.

— (2000b) : “Monarchs and minorities in the Christian western Mediterranean around 1300 : Lucera and its analogues”, in : Abulafia 2000a, xiii.

— (2000c) : “The Servitude of Jews and Muslims in the medieval Mediterranean : origins and diffusion”, in : La servitude dans les pays de la Méditerranée occidentale chrétienne au xii e siècle et au-delà : déclinante ou renouvelée ? (Actes de la table ronde de Rome, 8-9 octobre 1999), MEFRM, 122/2, 687-714

Andenmatten B., A. Paravicini Bagliani et E. Pibiri, éd. (2000) : Pierre ii de Savoie ‘le Petit Charlemagne’ (m. 1268) (Colloque international, Lausanne, 30-31 mai 1997), Lausanne.

Bardelle, T. (2000) : “L’hommage-lige des juifs à Pierre ii en 1254”, in : Andenmatten et al. 2000, 19-33.

Bordone, R., éd. (1992) : Bianca Lancia d’Agliano — Fra il Piemonte e il Regno di Sicilia (Atti del Convegno, Asti-Agliano, 28-29 avr. 1990), Alexandrie.

Bresc, H. (1992) : “Gli Aleramici in Sicilia : alcune nuove prospettive”, in : Bordone 1992, 147-165.

— (1996) : “Esclaves auliques et main d’œuvre servile agricole dans la Sicile des xii e et xiii e siècles”, Figures de l’esclave au Moyen-Âge et dans le monde moderne, Paris, 97-115.

— (2000) : “Frédéric II et l’Islam”, in : Flambard Héricher 2000, 79-93.

Brincat, J. M. (1985) : Malta 870-1054 : Al-Himyari’s account and its linguistic implications, Vallette.

Carrié, J.-M. (1997) : “‘Colonato del Basso Impero’ : la resistenza del mito”, in : Lo Cascio 1997, 75-150.

Chiffoleau, J. (1993) : “Le crime de majesté médiévale”, in : Genèse de l’État moderne en Méditerranée (Actes des tables rondes internationales tenues à Paris les 24, 25 et 26 septembre 1987 et les 18 et 19 mars 1988), Rome, Coll. EFR 168, 183-213.

— (1998) : “Saint Louis, Frédéric ii et les constructions institutionnelles du xiii e siècle”, Médiévales, 34, 13-23.

Cipollone, G. (1999) : “Innocent iii and the Sarracens : between rejection and collaboration”, in : Moore 1999, 361-376.

Collura, P. (1955) : “Appendice al regesto dei diplomi di Re Ruggero compilato da Erich Caspar”, in : VIII centenario della morte di Ruggero ii (Atti del Convegno Internazionale di Studi Ruggeriani, Palerme, 1954), ii, Palerme, 545-627.

Cusa, S. (1882) : I diplomi greci ed arabi di Sicilia, Palerme.

D’Angelo, F. (1975) : “La monetazione di Muhammad ibn ‘Abbad emiro ribelle a Federico ii di Sicilia”, Studi Magrebini, 7, 149-153.

De Luca, M. (1998) : Le monete con leggenda araba della Biblioteca comunale di Palermo — Parte I, Palerme.

Die Register Innocenz’ iii (1979), ii . Jahrgang (1199-1200), éd. Hageneder, O., Maleczek W. et Strnad A. A., Rome - Vienne, Publikationen der Österreichischen kulturintituts in Rom. ii. Abteilung Quellen I. Reihe.

Egidi, P. (1911) : “La colonia saracena di Lucera e la sua distruzione”, Archivio storico per le provincie napoletane, 36, 664-696.

— (1912) : “La colonia saracena di Lucera e la sua distruzione”, Archivio storico per le provincie napoletane, 37, 71-89 et 664-696.

— (1913) : “La colonia saracena di Lucera e la sua distruzione”, Archivio storico per le provincie napoletane, 38, 115-144 et 681-707.

— (1914) : “La colonia saracena di Lucera e la sua distruzione”, Archivio storico per le provincie napoletane, 39, 132-171 et 697-766.

— (1917) : Codice diplomatico dei Saraceni di Lucera. Dall’anno 1285 al 1343, Naples.

Flambard Héricher, A.-M., éd. (2000) : Frédéric II (1194-1250) et l’héritage normand de Sicile, Caen.

Garufi, C. A. (1928) : “Censimento e catasto della popolazione servile. Nuovi studi e ricerche sull’ordinamento amministrativo dei Normanni in Sicilia nei secoli xi e xii”, Archivio storico siciliano, 49, 1-100.

Geoffroi Malaterra (1927-1928) : De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae Comitis et Robertis Guiscardi ducis fratris eius, éd. Pontieri E., Rerum Italicarum Scriptores, 5/1.

Gesta Regis Henrici secundi (1867) : The Chronicle of the reigns of Henry II and Richard I. A. D. 1169-1192, éd. Stubbs W., Londres, Rerum Britannicarum Medii Aevi, Scriptores, 49, ii.

Huillard-Bréholles, J. L.-A. (1855) : Historia diplomatica Friderici secundi, II/1, Paris.

— (1857) : Historia diplomatica Friderici secundi, V/1, Paris.

Innocentii iii Romani Pontificis opera omnia (1855), ii, éd. J. P. Migne, Petit Montrouge, Patrologia latina 215.

Johns, J. (2002) : Arabic Administration in Norman Sicily — The Royal Dîwân, Cambridge.

Kantorowicz, E. [1927] (1987) : L’empereur Frédéric ii , traduction française d’après l’édition allemande de 1927, Paris.

Linder, A. (1987) : The Jews in Roman imperial legislation, éd., trad. et comm., Detroit.

— (1997) : The Jews in the Legal Sources of the Early Middle Ages, éd., trad. et annoté, Detroit - Jérusalem.

Lo Cascio, E., éd. (1997) : Terre, proprietari e contadini dell’impero romano – Dall’affitto agrario al colonato tardoantico, Rome.

Luttrell, A. (2002a) : The Making of Christian Malta, Aldershot - Burlington.

— (2002b) : “Medieval Malta : Approaches and Reproaches”, in : Luttrell 2002a, i.

— (2002c) : “L’effritement de l’islam 1091-1282”, in : Luttrell 2002a, vii.

Martin, J.-M. (1989) : “La colonie sarrasine de Lucera et son environnement. Quelques réflexions”, Mediterraneo medievale — Scritti in onore di Francesco Giunta, Soveria Mannelli, 795-813.

Maurici, F. (1995) : La Sicilia di Federico ii — Città, castelli e casali, Palerme.

— (1997) : Federico II e la Sicilia — I castelli dell’imperatore, Catane.

Metcalfe, A. (2003) : Muslims and Christians in Norman Sicily — Arabic Speakers and the end of Islam, Londres - New York.

Moore, J. C., éd. (1999) : Innocent III and his world, Aldershot - Brookfield - Singapour - Sidney.

Nef, A. (2000) : “Conquêtes et reconquêtes médiévales : une réduction en servitude généralisée ? (Al-Andalus, Sicile et Orient latin)”, in : Les formes de la servitude : esclavages et servages de la fin de l’Antiquité au monde moderne (Actes de la table ronde de Nanterre, 12-13 décembre 1997), MEFRM, 112/2, 579-607.

Petralia, G. (2004) : “La “signoria” nella Sicilia normanna e sveva : verso nuovi scenari ?” in : La signoria rurale in Italia nel medioevo (Atti del II Convegno di studi Pise, 6-7 novembre 1998), Pise, 217-254.

Powell, J. M., éd. (1990) : Muslims Under latine Rule 1100-1300, Princeton.

— (1995) : “Frederick II and the Muslims : the making of an historiographical tradition”, in : Simon 1995, 261-269.

Pseudo-Falcand (1897) : La Historia o Liber de regno Sicilie, éd. Siragusa G. B., Rome.

Richard de San Germano (1937) : Chronica, éd. Garufi C. A., Bologne, Rerum Italicarum Scriptores, 2, vii.

Schmidt, H.-J. (1999) : “The Papal and Imperial Concept of plenitudo potestatis : the influence of Pope Innocent iii on Emperor Frederic ii”, in : Moore 1999, 305-316.

Simon, L. J., éd. (1995) : Iberia and the Mediterranean World of the Middle Ages — Studies in Honor of Robert I. Burns S. J., vol. 1 : Proceedings from Kalamazoo, Leyde - New York - Cologne.

Notes

1 Richard de San Germano, 109 (année 1223) : Imperator in Sicilia Sarracenos artat et obsidet, quorum partem non modicam in Apuliam mictit, reliquis in montanis residentibus illic (“L’empereur enserre et assiège les Sarrasins dont il envoie une partie qui n’est pas médiocre en Pouille, les autres demeurant dans les montagnes de Sicile”).

2 Nous en rappellerons l’essentiel, qui a été exposé dans Maurici 1995.

3 Egidi 1911, 1912, 1913, 1914 et 1917 et Martin 1989.

4 C’est la lecture développée par Ferdinando Maurici, notamment dans une série d’ouvrages que nous citerons abondamment par la suite, mais aussi dans Powell 1995.

5 “On a voulu déceler encore une autre contradiction dans ces lois contre les hérétiques, cette fois avec la prétendue “tolérance” que l’empereur avait exercée à l’égard des musulmans et des juifs aussi bien que des orthodoxes grecs. L’attitude de l’empereur à l’égard des non-catholiques établis dans son État constitue un des chapitres les plus instructifs de sa politique si l’on cherche, à cette occasion, à déterminer les limites de sa tolérance. Comparée au mélange de peuples et de religions au temps des Normands, où juifs, Sarrasins et chrétiens cohabitaient et voisinaient pacifiquement, la liberté des non-catholiques se trouva notablement réduite sous le règne de Frédéric ii – non pas dans l’intérêt de la religion, du pape et de l’Église mais dans celui de l’État. La compréhension de l’empereur à l’égard des tenants d’une autre foi, compréhension que Frédéric ii, avec son ouverture d’esprit, partagea très certainement avec bien peu de ses contemporains, n’avait cependant cours qu’aussi longtemps qu’elle était utile à l’État et n’attentait pas à ses institutions sacrées. En tout cas, pour prévenir tout empiétement des adeptes de religions étrangères, il avait, dès le début, procédé aux séparations méticuleuses dont nous avons déjà parlé, éloignant par exemple les Sarrasins de Sicile pour les transplanter à Lucera. Après avoir neutralisé les poisons de l’islam, hostiles à l’État et fauteurs de confusion, il pouvait certes se montrer tolérant à l’égard des coutumes religieuses des mahométans, de même qu’il se montra presque toujours compréhensif envers les bonnes coutumes des cités rebelles qui avaient été conquises”, Kantorowicz [1927] 1987, 247.

6 David Abulafia a étudié les motivations de la réduction en esclavage finale des musulmans de Lucera. Ce faisant, il souligne quelques éléments importants qui renvoient à une période antérieure, telle que l’émergence de la notion de servus camere regie appliquée aux juifs et aux musulmans ; cf. Abulafia 2000c, nous y reviendrons. L’auteur s’intéresse toutefois peu à la politique frédéricienne elle-même.

7 Nous ne nous arrêtons pas ici à la comparaison avec des actes similaires extérieurs au royaume de Sicile.

8 Sur les statuts des paysans arabo-musulmans dans la Sicile normande en général, cf. Johns 2002, 144-170 et Nef 2000, spéc. 600.

9 Nef 2000 et Petralia 2004.

10 Bresc 1992.

11 Bresc 1996.

12 Récemment : Metcalfe 2003, 48-50 et Johns 2002, 215-218.

13 Pseudo-Falcand, 57 : Multi quoque Sarracenorum, qui vel in apothecis suis mercibus vendendis preerat, vel in duanis fiscales redditus colligebant, vel extra domos suas improvidi vagabantur, ab eisdem sunt militibus interfecti. Postea vero sarraceni, perturbatione cognita, viribus se quidem ad resistendum impares arbitrari, cum eos precendenti anno admiratus omnia arma sua curie reddere coegisset, relictis domibus quas plerique eorum in civitate media possidebant, in eam partem que trans Papiretum est secesserunt… (“Nombre de Sarrasins également, qui étaient occupés à vendre des marchandises dans leurs boutiques, ou bien collectaient les taxes fiscales dans les dîwan/s, ou bien encore, imprévoyants, se promenaient hors de leurs maisons, furent tués par les mêmes chevaliers. Mais ensuite, les Sarrasins, ayant pris connaissance (de la gravité des) troubles et ayant estimé que leurs forces ne leur permettaient pas de résister – d’autant que l’année précédente, l’amiral les avait contraints à remettre toutes leurs armes à la cour – et ayant abandonné les maisons qu’un grand nombre d’entre eux possédaient au centre de la ville, ils se transférèrent à l’écart, dans cette partie de la ville qui est située au-delà du cours du Papireto”).

14 Ibid., p. 70 : (…) et a Lombardis gratanter avideque [Rogerius Sclavus] susceptus, cum se promicterent per quantalibet eum pericula secuturos, multique etiam ad ipsum milites confluxissent, in Sarracenos prima iussit armorum auspicia prelibari ; Lombardi vero nichil unquam libentius audituri, iussonis eius non tardi sunt executores effecti, et in loca finitima repentinos impetus facientes, tam eos qui per diversa oppida Christianis erant permixti, quam eos qui separatim habitantes villas proprias possidebant, nullo sexus aut etatis habito discrimine, perimebant. Eius tunc gentis haud facile numerabilis cecidit multitudo, paucique qui, vel fuga furtim elapsi, vel christianorum assumentes habitum, propitiam sensere fortunam, in australem Sicilie partem, ad tutiora Sarracenorum oppida confungerunt (…) [“et Roger Sclavo, fut accueilli avec joie et enthousiasme par les Lombards. Comme ils lui promettaient de le suivre quels que soient les périls, et que nombreux étaient les chevaliers qui le rejoignaient, il ordonna de réserver la primeur de leurs armes aux Sarrasins ; il n’y avait rien que les Lombards aient jamais eu plus envie d’entendre et ils ne tardèrent pas à mettre en œuvre son commandement. Et, lançant des attaques soudaines contre des lieux proches, ils décimèrent aussi bien ceux qui étaient mêlés aux Chrétiens dans différentes places fortes que ceux qui possédaient leurs propres domaines et habitaient à part, sans faire de distinction liée au sexe ou à l’âge. Un grand nombre de ces personnes mourut, nombre qui n’est pas facile à évaluer, et quelques-uns, ayant fui en cachette ou revêtu un accoutrement chrétien, connurent un sort plus clément et s’enfuirent vers le sud en direction des places fortes sarrasines plus sûres (…)”].

15 Maurici 1997, 75.

16 Richard de San Germano, Chronica, 64 : Qui [Tancretus] postquam assumptus est, laboravit pro viribus, qualiter regni fines in pace disponeret et sibi rebelles et adversarios subiugaret. Et primum quidem quinque Sarracenorum regulus, qui ob metum christianorum ad montana confugerant, de montanis ipsis Panormum redire coegit invitos (…) : “Tancrède, après son avènement, œuvra dans l’intérêt des hommes, de manière à mettre en paix les confins de son royaume et à soumettre à sa volonté les rebelles et ses adversaires. Et avant tout [il s’occupa des] cinq roitelets des Sarrasins qui avaient fui dans les montagnes par peur des chrétiens ; il les força contre leur volonté à revenir de ces montagnes à Palerme”.

17 Gesta Regis Henrici secundi, ii, 141 : Eodem anno, plusquam centum millia paganorum virorum ac mulierum, qui in regno Siciliae erant servi Willelmi regis Siciliae, post mortem eius indignati sunt servire regi Tancredo, tum quia rex Alemannorum calumniatus est regnum Siciliae, tum quia rex Angliae infestavit regem Tancredum : et abierunt in montana cum mulieribus, cum filiis et filiabus et pecoribus suis, et habitaverunt ibi, et multa [mala] fecerunt Christianis. Sed cum audissent quod pax et finalis concordia esset inter regem Angliae et regem Tancredum, redierunt in servitutem Tancredi ; et datis ei obsidibus reversi sunt in domos suas, colentes terram sicut consueverant (“La même année (1190), en Sicile, plus de cent mille païens, hommes et femmes, qui étaient les serfs du roi de Sicile Guillaume ii, à la mort de ce dernier, considérant qu’il était indigne de servir le roi Tancrède, soit parce que le roi des Allemands avait manœuvré contre le royaume de Sicile, soit parce que le roi d’Angleterre (Richard Cœur de Lion) avait attaqué le roi Tancrède, partirent dans les montagnes avec leurs épouses, leurs fils et filles, et avec leurs brebis. Ils y habitèrent, infligeant de nombreux maux aux chrétiens. Mais lorsqu’ils apprirent que la paix et la concorde régnaient enfin entre le roi d’Angleterre et le roi Tancrède, ils se soumirent de nouveau à Tancrède, dans la servitude, et lui ayant fourni des otages, ils retournèrent dans leurs maisons, cultivant la terre comme ils l’avaient fait auparavant”).

18 Doc. 1 en annexe.

19 Maurici 1995, 93.

20 Cf. Doc. 2 en annexe.

21 La titulature califale rappelle celle des Almoravides (amîr al-muslimîn). Pour la frappe monétaire, cf., entre autres, D’Angelo 1975 et De Luca 1998, 391.

22 Cf. Maurici 1997, 95.

23 Ibid., 96.

24 Richard de S. Germano, 111.

25 Maurici 1997, 106-107.

26 Richard de San Germano, 120 : Imperator barones omnes et milites infeudatos Regni sui in Siciliam vocat ad Sarracenorum confusionem et ordinatis in Sicilia capitaneis, qui eos coartent descendere de montanis nolentes, ipse in Apuliam se contulit (“L’empereur appelle tous les barons et les chevaliers inféodés de son royaume en Sicile pour [faire face] aux troubles fomentés par les Sarrasins et, des capitaines ayant été désignés pour forcer à descendre des montagnes ceux qui refusaient, lui-même se rend en Pouille”).

27 Cf. Huillard-Bréholles, V/1, 427 : De Saracenis vero qui Panormum de casalibus advenientes in Sarracado suum non roborant incolatum, ut scribis, volumus et mandamus ut eos ad veniendum Panormum et firmandas mansiones suas ibidem per bona verba inducas et moneas, ipsis favorem et gratiam promisurus (“Au sujet de ce que tu m’écris à propos des Sarrasins qui arrivent à Palerme dans le Seralcadi et ne s’y établissent pas, nous voulons et mandons que tu les engages et les exhortes à venir à Palerme et à y établir leurs demeures par de douces paroles, en leur promettant faveurs et bienfaits”).

28 Ibid, 590 : De Saracenis Lucerie et Girofalci qui occasione negotiationis gerende conferunt se in Calabriam, et deinde in Siciliam transire nituntur, sed tu eos transire in Siciliam non permictis, placet nobis quod inde facis, et volumus ut omnino inhibeas et facias custodiri ne aliqui de Saracenis ipsis in Siciliam transeant. Volumus etiam et mandamus tibi ut per partes Calabrie ad quas Sarracenos ipsos cum negotiationibus suis se conferre contingerit, facias custodiam adhibere, ut nulli ex eis per partes ipsas remaneant vel domicilia faciant ad morandum (“Au sujet des Sarrasins de Lucera et de Girofalcum qui, à l’occasion de tractations commerciales, se rendent en Calabre, et tentent ensuite de gagner la Sicile, toi tu ne dois pas leur permettre de passer en Sicile. Nous désirons qu’à partir de maintenant tu agisses [en ce sens] et nous voulons que tu l’empêches tout à fait et que tu fasse exercer un contrôle de manière à ce qu’aucun de ces Sarrasins ne passe en Sicile. Nous voulons aussi et t’ordonnons que dans les régions de Calabre où il arrivera que ces mêmes Sarrasins se rendent avec leurs marchandises, tu fasses mettre en place une surveillance afin que nul d’entre eux ne demeurent en ces lieux ni y élisent domicile afin d’y vivre”).

29 Maurici 1997, 96-106.

30 Geoffroi 1927-1928, 62.

31 La réédition de ces actes préparée par Vera von Falkenhausen devrait permettre de clarifier ce que l’on entrevoit.

32 Le premier document a été publié dans Cusa 1882, 532-535.

33 Document édité dans Collura 1955, 609-611.

34 Garufi 1928, 94-95.

35 Martin 1989.

36 Pseudo-Falcand, 73-74.

37 Malte, qui évolue dans l’orbite des Hauteville puis des Hohenstaufen, offre de nombreux exemples de ce type de déplacements massifs de population, bien qu’elle fût également utilisée comme lieu de relégations mais nous ne nous y étendrons pas ici. Cf. Brincat 1985, Luttrell 2002a et Luttrell 2002b.

38 Huillard-Bréholles 1855, ii/1, 185 : Imperator castrum quoddam in Sicilia quod Centurbium dicitur, sibi rebelle vi cepit et destruxit, et incolas ad loca compulit alia demigrare (“L’empereur s’empara par la force et détruisit le château appelé Centorbi qui s’était rebellé contre lui en Sicile ; et il contraint ses habitants à émigrer vers d’autres lieux”).

39 Cf. Maurici 1997, 154.

40 Ainsi de Robert de Calatabiano, Philippe de Mahdia, l’eunuque Johar, ou encore du qâ’id Abû-l-Qâsim. Sur tous ces personnages et leur biographie, nous nous contentons de renvoyer à Johns 2002 qui établit des fiches biographiques pour chacun d’eux.

41 Sur la réémergence de cette notion au Moyen-Âge, en particulier en Sicile, et sur le rôle joué par Innocent iii dans son évolution, cf. Chiffoleau 1993.

42 Pour les liens entre hérésie et crime de lèse-majesté, cf. Chiffoleau 1993.

43 Cet aspect est évoqué en passant dans Cipollone 1999, 367.

44 Sur le passage du crime de trahison à celui de rébellion, qui ne met plus en jeu la fidelitas, cf. Chiffoleau 1998.

45 Cf. note 38.

46 Cf note 26.

47 Sur cette locution et sa signification cf. Abulafia 2000b et c. Sur ses occurrences en France et ses liens avec l’hommage-lige, cf. Bardelle 2000, 24-25.

48 Il est difficile en effet de trouver dans le droit romain impérial les fondements de ce statut, même si la notion de protection des communautés juives par l’empereur est, elle, bien présente dans les textes antérieurs. L’idée que les juifs ad cameram nostram attineant et ad fiscum imperatoris pertinent (Linder 1997, 353 et 359) exprimée dans des diplômes impériaux en 1090 et en 1179 sont en revanche à comprendre dans le cadre de la lutte contre le pouvoir temporel de l’Église, qui tend à accaparer les revenus tirés des communautés juives.

49 Si l’on excepte le travail de la terre qui est une constante et ne s’accompagne pas d’un statut servile, cf. Nef 2000.

50 Un certain nombre de convertis continuent de remplir des fonctions administratives au palais (cf. Bresc 2000) mais leur place recule.

51 De la notion de servitus camere regie il faut retenir l’idée de service (cf. Abulafia 2000c, 696-700) mais aussi le lien au trésor royal qui n’a pas encore été analysé comme il aurait dû l’être : cette dimension fiscale n’est pas sans rappeler la pratique de l’adscriptio (cf. Carrié 1997, 87), un terme que l’on retrouve dans les listes de contribuables de l’époque normande énumérant des Arabo-musulmans (cf. Nef 2000, Johns 2002 et Petralia 2004). Dans le cas du servus camere regie comme dans celui de l’adscripticius, en effet, ce n’est pas le statut personnel qui évolue, mais le lien à l’État, défini en des termes essentiellement fiscaux. Cette similitude mériterait d’être analysée plus en détail.

52 La jizia continue d’être levée à Lucera mais les fondements juridiques du statut des musulmans sont tout à fait différents de ce qu’il était en Sicile, en dépit du maintien du terme, cf. infra.

53 Problème qu’évoque Abulafia 2000b.

54 Sur la notion de servitude des juifs à l’égard des chrétiens dans la théologie chrétienne, cf. Abulafia 2000c, 694.

55 Le terme est ici employé dans un sens large, celui du territoire régi par la loi du souverain, et non dans son sens précis (la Sicile étant un royaume et la Pouille un duché).

56 Cf. Martin 1989.

57 Abulafia 2000b.

58 Abulafia 1990.

59 Martin 1989.

60 Martin 1989.

61 Maurici 1995 et 1997.

62 On peut trouver un écho de cette idée dans la réponse que l’empereur envoya le 16 avril 1236 à Grégoire IX qui lui reprochait, au sein d’une propagande plus vaste visant à dénoncer son manque de foi, son peu d’enthousiasme dans la conversion des musulmans de Sicile (objectif qui on l’a vu n’était pas la priorité de l’empereur) : E montanis Sicilie Sarracenorum removimus incolatum, ubi plures christianos quam hodie insula predicta contineat, ipsorum iniquitas interemit, ipsos in media christianorum planitie collocantes, utilitatem hujusmodi sumus experti quod ad catholice fidei redeunt unitatem (“Nous avons chassé des montagnes de Sicile la population des Sarrasins afin que ladite île contienne plus de chrétiens qu’aujourd’hui ; leurs excès ont disparu et, les déplaçant dans la plaine au milieu des chrétiens, nous avons fait la preuve de l’utilité de cette méthode parce qu’ils sont revenus à l’unité de la foi catholique” (Huillard-Bréholles 1857, IV, 831). Plus que d’exhorter à la conversion, il s’agit donc d’isoler les musulmans et d’attendre qu’ils se fondent dans le reste de la population.

63 Sur les sources de l’idée de servitus camere regie. Cf. Abulafia 2000c.

64 Sur les notions de necessitas et d’utilitas dans la politique menée par Frédéric II à l’égard des musulmans, cf. Powell 1995, 265.

65 Cf. Abulafia 2000c qui souligne la radicale différence entre juifs et musulmans au regard du christianisme.

Auteur

Université Paris 4

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540