Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Expulsions et déportations

Les migrations forcées dans le judaïsme du premier siècle de notre ère : histoire et représentations

Stéphane Encel

Note de l’auteur

Je tiens à remercier J.-M. Bertrand de sa confiance, et exprimer à Joseph Mélèze ma profonde gratitude pour m’avoir aidé, depuis plusieurs années, à m’épanouir dans cette passion de l’histoire juive qui nous est commune ; sans son travail de relecture et de correction, cet article n’aurait pu voir le jour, sans également les judicieux conseils de Claudia Moatti.

Texte intégral

  • 1 Isaac 1954 a combattu l’idée chrétienne répandue d’une Dispersion totale des Juifs après 70 p.C. ou (...)

1Un travail sur le judaïsme du premier siècle de notre ère, notamment s’il concerne les déplacements de population, forcés ou non, ne peut être qu’une patiente et néanmoins incomplète enquête ; les éléments propres au judaïsme, comme l’ancienneté du phénomène diasporique, les expulsions partielles et cycliques, les assimilations ou retour à la tradition, côtoient des facteurs plus généraux, liés à l’organisation de l’Empire romain, sa politique vis-à-vis des minorités ethniques et religieuses. À cela s’ajoutent, au premier et second siècles de notre ère, trois grands conflits opposant beaucoup de Juifs à Rome, et qui ont bouleversé les données démographiques, politiques et identitaires du judaïsme. Enfin, les lectures théologiques, juives et chrétiennes, de la Dispersion ont souvent surchargé la réalité historique1.

2Par des indices, glanés à tel ou tel endroit, on arrive à reconstituer la trame des événements, mais cette reconstitution ne peut rester que parcellaire.

  • 2 Blouin 2005 a publié une étude détaillée des prémices du conflit, qui opposa également les Juifs au (...)

3Le premier siècle, qui se prolonge, pour le judaïsme, jusqu’en 135 p.C. – date de la défaite de Bar Kochba –, est celui des grands changements. Au moins trois conflits l’ont opposé à Rome, souvent par l’intermédiaire des populations locales. Les velléités d’indépendance d’une partie du judaïsme de Judée, animées de sentiments apocalyptiques et messianiques, en plus des abus de la puissance occupante, ont conduit à une guerre de plus de sept ans, qui culmine avec la destruction du Temple en 70 p.C. ; une révolte diasporique aboutit, en 117 p.C., à la destruction des communautés juives d’Alexandrie et d’Égypte2. Enfin, sous la conduite de Bar Kochba, certains Juifs ont tenté, en 132 p.C., de restaurer l’ancien royaume juif, amenant à la catastrophe de 135 p.C. Pour cerner le phénomène des migrations, il faut avoir à l’esprit le rapport complexe entre la Judée et les diasporas, car elles s’effectuent de l’une aux autres, et inversement. Nous avons choisi d’incorporer à cette étude les migrations pour raisons économiques, qui ont forcé beaucoup de juifs à quitter leurs terres, et les migrations de révoltés, qui furent contraints, sous peine de mort ou de captivité, à émigrer en portant loin leur opposition à l’Empire.

4Les sources sont variées, mais nous retrouvons principalement Flavius Josèphe, en plus d’historiens latins, comme Tacite ou Suétone, et parfois quelques passages des Actes des Apôtres. À part les sources littéraires, l’épigraphie apporte quelques lumières sur le sujet, mais reste souvent très difficile à interpréter.

Le rapport complexe à la diaspora

  • 3 La notion est complexe ; le terme diaspeirein renvoie à une dissémination ; pour le judaïsme, il s’ (...)
  • 4 Ou encore celle des prisonniers de guerre juifs installés en Égypte par Ptolémée Ier selon une des (...)

5La diaspora3 est un phénomène fort ancien dans le judaïsme, que l’on pourrait qualifier de consubstantiel à l’occupation de la terre de Canaan. En effet, la demi tribu de Manassé, ainsi que celles de Gad et de Ruben ne franchirent pas le Jourdain, mais restèrent sur ses rives orientales, pensant trouver une meilleure prospérité. La première diaspora fut de ce fait volontaire. Une distinction nette doit être faite entre ces départs – individuels ou collectifs (pensons à la colonie juive d’Éléphantine) – volontaires, et les départs forcés qui suivirent l’occupation du territoire, par les Assyriens, les néo-Babyloniens ou les Romains4. Le statut des exilés change en conséquence, ainsi que leur représentation identitaire. L’attachement de Philon d’Alexandrie à Jérusalem, ou du moins son expression, ne ressemble en rien aux lamentations des Judéens exilés aux bords du fleuve de Babylone.

  • 5 Mélèze 2003, plus spécialement p. 337-341 ; on ne trouve qu’une occurrence du terme, chez Jérémie, (...)
  • 6 Mélèze 2003, 338 ; les différentes formes du verbe nadah expriment ce bannissement, et sont traduit (...)
  • 7 LXX, Le., 26.33, Je, 5.19 ou De. 28.63-64.

6Le rapport des juifs à la diaspora a également beaucoup évolué et la complexité de ce phénomène prend tout son relief dans la sémantique. En effet, comme le rappelait récemment Joseph Mélèze, l’équivalent hébreu du terme de diaspora n’est pas le verbe galah et ses dérivés, à “connotation émotionnelle”, mais plutôt tefoutsa, évoquant la “dispersion”5. Les traducteurs de la Septante, quant à eux, “ont recours au vocabulaire de la colonisation grecque”, traduisant gola par apoikia ou apoikesia, “colonie”. Ce choix “creuse un fossé entre les données lexicales et la réalité historique”, atténuant le caractère tragique de la plupart des départs des Juifs de leur terre. Pourtant, il existe bien un point de divergence fondamentale entre la colonisation des Grecs et celle des Juifs : alors que les premiers ne souhaitent pas le retour des colons, les seconds entretiennent cet espoir de rétablissement sur la terre d’Israël : “ici, le vocabulaire de la colonisation cède la place à celui du bannissement”6. La diaspora a pu ainsi à la fois représenter un état anormal, consécutif à une punition, à la sanction de péchés, et être associée à la glorieuse colonisation grecque, dispensatrice de savoir et de richesses. Des textes prévenaient déjà le peuple infidèle que la punition serait “l’arrachement נסח)) à la terre conquise7.

  • 8 Lettre d’Aristée, 11.249 ; cf. Sag. Sir., 29.22-28.
  • 9 Conf. Ling., § 197, citant LXX, De., 30.4.
  • 10 Cf. notamment l’ancienne étude de Beek 1943, 143.

7On ne sera cependant pas étonné que les auteurs les plus intransigeants quant à la vie en dehors de la Terre soient principalement originaires de Judée et écrivent en hébreu. Le Siracide, tout comme l’auteur de la Lettre à Aristée, glorifièrent la Terre d’Israël en faisant ressortir l’inutilité et la précarité (morale) de la vie à l’étranger : “Comment se (…) montrer attaché à sa patrie (φιλπατρις) : ‘ en considérant qu’il est beau de vivre et mourir dans son pays : la terre étrangère ne prépare aux pauvres qu’humiliation et aux riches que déshonneur, comme à des interdits de séjour pour crime’”8. Philon d’Alexandrie voit également dans la diaspora un état qui n’est pas naturel, où les Juifs supportent “la tyrannie de la folie”, et cite un texte deutéronomique de consolation : “Même si la Diaspora de ton peuple s’étend d’un ciel à l’autre, Il te ramènera de là-bas”9 ; mais il se félicite de la fondation de colonies avec les Grecs. Il est vrai qu’à côté d’une dispersion “collective” et forcée, les départs volontaires ne pouvaient être considérés comme une punition, surtout au regard de la réussite des communautés d’Égypte10.

  • 11 Philon, Vit., 2.232 ; sur la conception de “cité-mère” (µητρποις) chez Philon, Pearce 2004.
  • 12 Plusieurs passages de Tobie reflètent cette pensée : “Célébrez-le en face des nations, vous, enfant (...)
  • 13 Gafni 1997, 60 sq. ; Heinemann 1948-1950.
  • 14 Riposte à l’interprétation négative que font les chrétiens du terme de diaspora, marque du châtimen (...)
  • 15 La terre et la mer sont pleines de Juifs, selon la Troisième Sibylle (3.271) ; ils constituent la m (...)
  • 16 Juster 1914, I, 179-209.

8Philon donne une explication à la colonisation : “Car les gens qui séjournent à l’étranger ou habitent dans une autre région ne sont pas des criminels qu’il faille priver de leur droit aux honneurs, et ceci alors qu’un seul pays ne peut pas contenir toute la nation à cause de la surpopulation mais envoie des colonies dans toutes les directions”11. Josèphe, après la destruction du Temple, conclut quant à lui à la volonté de Dieu d’établir le peuple d’Israël en exil. Chez certains auteurs apparaît une volonté d’expliquer la dispersion par la mission universelle du judaïsme et de son Dieu, sans que cette tendance représente un courant majoritaire12. Des auteurs judéo-hellénistiques, tel Artapanos, ont par ailleurs tenté de montrer que la présence juive avait profondément marqué les pays d’accueil, comme l’Égypte13. Dans les sources rabbiniques, l’exil a souvent une connotation péjorative, en raison même de la spécificité du peuple juif : comment se nourrir dans un pays étranger ? Alors que les autres peuples peuvent se sentir chez eux n’importe où, le Juif ne peut accomplir son judaïsme, vivre dans les commandements de Dieu, que sur sa Terre. On retrouve cependant par endroits l’idée d’une mission universelle des Juifs14. Quoi qu’il en soit des représentations autour du phénomène diasporique, et de l’exagération de certains contemporains15, les Juifs sont, au premier siècle de notre ère, dispersés à travers tout l’Empire, et forment des communautés organisées de façon plus ou moins autonome, dont J. Juster avait dressé une longue liste16.

Solidarité diasporique

9Il faut se garder d’associer trop rapidement la Judée et les communautés de la diaspora qui, elles-mêmes, présentent de grandes différences. La Judée fut le foyer de revendications nationales, sinon nationalistes, visant à recouvrer une indépendance depuis longtemps perdue.

  • 17 “The inclusion of the Mediterranean basin within the borders of a single empire offered more opport (...)

10Les diasporas volontaires se consolidèrent surtout lorsqu’un empire “tolérant” unifiait pour un temps les diverses communautés, dont celle de Judée. Il en fut-il ainsi de l’Empire perse, de celui d’Alexandre, de ses successeurs séleucides ou de l’Empire romain. Ces grandes structures permettaient surtout le développement d’un commerce florissant, aidé par des périodes de pacification17. Il n’est pas surprenant qu’au premier siècle de notre ère une large majorité de la population juive ait vécu en diaspora, de plein gré, et depuis longtemps. C’est un élément important pour relativiser le soutien à la Judée en révolte, et la répercussion de la destruction du Temple de Jérusalem.

  • 18 Pour un bref rappel de ce statut, Guignebert [1935] 1969, 246-248.
  • 19 Comme le résume Smallwood 1976, 357 : “The Diaspora within the Roman empire had no quarrel with Rom (...)

11Outre une certaine prospérité des principales diasporas de l’Empire romain, le système juridique de Rome garantissait aux Juifs un statut confortable, sinon privilégié, bien qu’il existât des différences de traitement entre communautés, implantées depuis plus ou moins longtemps18. La solidarité et l’attachement à Jérusalem, qui se concrétisaient par l’envoi, chaque année, du demi-shekel au trésor du Temple, n’impliquaient pas le partage de revendications nationales, qui risquaient d’envenimer les relations avec les populations autochtones et les autorités romaines19.

  • 20 D.C. 66.4, dans Reinach [1895] 1983, no 109 ; il dira la même chose de la guerre de Bar Kohba (D.C. (...)

12C’est ainsi que les troubles d’avant 66 p.C., qui aboutirent à la guerre et à la destruction de Jérusalem, ne suscitèrent pas de grands mouvements diasporiques, comme l’affirme le seul Dion Cassius, évoquant le siège de la capitale : “Les Juifs aussi avaient tiré beaucoup de troupes tant de leur propre pays habités par leurs coreligionnaires, non pas seulement de l’Empire romain, mais encore des contrées au-delà de l’Euphrate”20.

  • 21 Bohrmann 2000 avait ainsi tenté d’isoler un “plus petit dénominateur commun”.
  • 22 Rutgers 1998, 20.
  • 23 Rutgers 1998, 41.

13Il est bien difficile de cerner les composantes de l’attachement identitaire au judaïsme dans ce premier siècle tourmenté ; on pourrait même parler de judaïsmes, tant les différences de croyances, de pratiques et de vie étaient marquées, à travers toutes les communautés juives, notamment méditerranéennes21. On peut seulement affirmer ceci, à la suite de Rutgers : “In view of the archaeological and epigraphical discoveries of the last century and a half, there can indeed no longer be any doubt that Jews not only lived in the Diaspora, but they also participated in the contemporary non-Jewish society intellectually, culturally, socially and economically”22. Mais l’auteur conclut plus loin que pour une large part l’héritage du judaïsme diasporique reste caché23.

Quelques mots de démographie

14Pour tenter de comprendre les phénomènes migratoires consécutifs aux guerres du premier siècle, nous sommes tenté d’avoir recours à la démographie. Mais dans ce domaine, peut-être plus qu’en aucun autre, la réalité semble insaisissable, et les estimations, imprécises et fragiles, varient souvent d’un auteur ou d’une époque à l’autre. La question est de savoir combien de Juifs vivaient dans l’Empire, notamment en Judée, et de connaître les changements intervenus au sein de ces différents groupes, au long du premier siècle de notre ère.

  • 24 Byatt 1973.
  • 25 L’emploi du toponyme “Palestine” est de quelques années anachronique, mais nous l’utilisons pour so (...)
  • 26 Avi-Yonah 1966, 220-221 ; le même auteur estimait, dans un autre ouvrage (Avi-Yonah 1974) que “(…) (...)
  • 27 Avi-Yonah 1966, 56 ; Jeremias 1967, 122 n. 146 et 279 sq. arrivait à une fourchette entre 55 000 et (...)
  • 28 Feldman 1993 ; contra : Will & Orrieux 1992, 101-137.
  • 29 Il note notamment l’absence totale de données fiables sur la démographie juive pour les périodes av (...)

15Une étude d’A. Byatt a confronté les chiffres indiqués par Flavius Josèphe avec les données archéologiques, sociologiques et historiques24. Un tableau (p. 51) met en relief les fourchettes très larges avancées par les historiens relatives à la population de la Palestine25, pouvant aller jusqu’à cinq millions de Juifs (pour J. Juster). Mais les estimations actuelles de la population totale de la Palestine du premier siècle, basées notamment sur la population des premières décennies du xxe siècle, semblent plutôt confirmer les données de Josèphe, des 2,265 millions d’A. Byatt aux 2,8 millions d’Avi-Yonah26. Le premier accorde ainsi un large crédit à Josèphe, donnant à la Judée et la Samarie 1,175 millions de Juifs, dont 220 000 pour Jérusalem et ses environs27. Il y a quelques années, L. H. Feldman avait insisté sur les conversions massives au judaïsme qui auraient eu lieu au premier siècle – parlant d’une augmentation de plus d’un million de la population juive –, hypothèse par ailleurs débattue28. Rutgers, dans sa discussion de l’hypothèse de Feldman, réaffirmait encore la difficulté des statistiques démographiques et, bien plus, l’impossibilité d’une comparaison sur quelques décennies, en l’occurrence ier siècle a. C./ier siècle p.C.29

Migrations économiques et expulsions d’avant 70

  • 30 Josèphe, dans le C. A., 1, 60 sq., décrit un pays avec peu de débouchés maritimes, ce qui est handi (...)
  • 31 Sur les migrations économiques, Kasher 1987, 57-63.
  • 32 J., BJ, 2.277-279 ; AJ, 20.256.

16Même dans les premières décennies du premier siècle, avant la guerre de 66-70 p.C., la situation politique et économique de la Judée a incité un certain nombre de Juifs à émigrer. Quitter son foyer pour une terre inconnue, en raison de contingences économiques, peut être assimilé à une migration forcée. Ces migrations sont partie intégrante des crises du premier siècle. Les conditions climatiques et géographiques, pour une population vivant essentiellement de l’agriculture30, associées à une politique romaine souvent oppressive et la pression des groupes de zélotes et sicaires, ont rendu la vie difficile, et contraint des Juifs à partir31. Avec exagérations, Josèphe raconte les forfaits du gouverneur Florus, qui, succédant à Albinus, pilla et taxa toute la région, si bien que “toutes les cités devinrent désertes et que beaucoup de Juifs, obligés d’abandonner leur séjour ancestral, se réfugièrent dans des provinces étrangères”32.

  • 33 Stern 1974b, 335 ; Büchler 1912, 29 sq. ; Kasher 1987 rappelle que les conditions de guerre de l’ép (...)

17D’autre part, après 70 p.C., les terres devinrent propriété des gouverneurs romains, qui les louèrent à hauts tarifs aux Juifs33.

  • 34 J., AJ, 18.252 et BJ, 2.183.
  • 35 Kasher 1987, 57.

18Une expulsion est mentionnées par Josèphe, celle d’Hérode Antipas ; il fut exilé à Lyon, en 39 p. C., suite à sa réclamation auprès du nouvel empereur, Caligula, d’une tétrarchie, à l’égal de son beau-frère34. A. Kasher remarque fort justement qu’un souverain ne s’exile pas seul, et que l’on peut présumer de la présence d’une cour, d’un noyau capable de constituer une petite colonie juive35.

L’après 70

  • 36 J., BJ, 7.208 ; comme nous le verrons, il faut retirer de ce chiffre les quelques milliers de morts (...)

19La guerre de 66-70 p.C. a fait de nombreuses victimes, et certainement beaucoup de mises en esclavage, encore que nous ne possédions que peu d’informations sur ces Juifs devenus captifs : ils auraient été, selon Josèphe, au nombre de 97 000, s’ajoutant à plus d’un millions de morts36.

  • 37 Juster 1914, I, 210.
  • 38 Prigent 1969, 111, citant Vincent 1956, 778 ; des troupes vinrent de différentes provinces, et “an (...)
  • 39 Sartre 1991, 379-380.
  • 40 D’après Eusèbe, HE, 4.5.2-4 pour l’origine juive des évêques, et HE, 4.6.4 pour la situation postér (...)
  • 41 Avi-Yonah 1974, 115.
  • 42 Prigent 1969, 75.
  • 43 Comme l’attestent certains textes, notamment Midrash Rab. sur Lamentations, 5.18 et Tosefta ‘Edouio (...)

20Cependant, comme le notait Juster, la Judée semble avoir renouvelé rapidement ses effectifs37, pour pouvoir à nouveau se soulever un demi-siècle plus tard, et mobiliser une armée romaine forte peut-être de 65 000 hommes38. Certains signes montrent bien que la situation ne se transforma pas dans les proportions de l’après 132-135 p.C. M. Sartre souligne ainsi qu’il n’y eut pas de confiscations généralisées de terres, sauf pour les chefs de la révolte, et que l’on trouve encore des Juifs propriétaires fonciers en Galilée et en Judée à la fin du ier siècle comme au second39. D’autre part, une certaine partie de la population juive de Jérusalem resta sur place ; preuve en est la présence des évêques chrétiens d’origine juive après 70 p. C., ce qui ne sera plus le cas après 135 p. C.40 La destruction du Temple accéléra d’autre part le processus d’urbanisation commencé sous Pompée et Hérode et achevé dans le premier quart du iiie siècle41. Enfin, selon les intuitions de P. Prigent, les ruines d’une partie de la Ville durent être déblayées par les vaincus eux-mêmes, en plus des tâches de terrassement, réparation et construction, pour pouvoir accueillir la xe légion ; masse servile “bientôt grossie, ou relayée, par les commerçants auxquels l’armée romaine confiait le soin de l’approvisionner”42. Enfin, aucune interdiction de Jérusalem ne semble, à ce moment, avoir frappé les Juifs43, si bien que certains ont dû, ou tout du moins pu, revenir rapidement.

  • 44 Vandervorst 1934.

21C’est pour ces raisons qu’une ambiguïté subsiste concernant les migrations forcées qui suivirent les années 70 p.C. J. Vandervorst, dans une ancienne étude consacrée à “la dispersion et la diaspora”, après avoir rappelé que “dans l’antiquité, la pratique règne de tout temps chez les peuples vainqueurs de transporter les vaincus dans des régions qui leur étaient étrangères”, mentionne les déportations de 722 et de 586 a.C., mais ne touche mot du premier siècle de notre ère44. L’intérêt de ces déplacements était évidemment de supprimer toute velléité de révolte dans la région conquise ; il ne fallait pas, dans ces conditions, que les personnes déplacées se retrouvent en contact avec d’autres membres du groupe. Or, les communautés juives étaient déjà, nous l’avons dit, disséminées dans tout l’Empire romain, de sorte que l’intérêt était moindre de déplacer les Juifs de Judée, qui auraient ainsi pu essaimer la révolte dans les diverses communautés, comme les zélotes tentèrent de le faire en Égypte. Nombreux asservissements, donc, mais peu d’exilés.

  • 45 Opinion de G. Fuks et A. Kasher, contre Alon, qui pense que le chiffre ne prend en compte que la pr (...)
  • 46 J., BJ, 3.540-542 ; Kasher 1987, 52.
  • 47 Comm. In Jerem., 31.15.6 (Corpus Chris. Latinorum, 74, 307) ; St Jérôme, In Sachar., 2.5 (PL 25, 15 (...)
  • 48 Pour les références, Kasher 1987, 53, n. 47-49.

22D’après Josèphe, 97 000 juifs furent mis en esclavage, résultat, semble t-il, de l’ensemble de la guerre45. Beaucoup se retrouvèrent sur les différents marchés, certainement de Phénicie, avant d’être dispersés dans toute la Méditerranée, et certains furent remis en cadeau à Agrippa II, qui les vendit également46. La principale “prise” eut lieu après la chute de Jérusalem. D’après Jérôme, la principale route des esclaves partait de Gaza, s’arrêtait à Alexandrie en Égypte pour arriver à Rome47. Plusieurs traditions, notamment celle du Josippon, rapportent ainsi l’établissement des premières communautés juives d’Italie à l’époque de Titus48.

  • 49 Schäfer 1989, 157.
  • 50 Il imposa à tous les Juifs, quelle que fût leur résidence, un tribut annuel de deux drachmes par tê (...)
  • 51 Smallwood 1976, 374 ; les italiques sont de nous.

23Les représentations autour de “l’événement 70” sont d’une toute autre ampleur, et c’est en ce sens que l’on peut comprendre la remarque de Schäfer : “La première grande guerre des Juifs contre Rome eut des conséquences de très grande portée qu’on peut à peine surestimer quant à leur signification pour l’histoire ultérieure du judaïsme”49. Le désamour entre les Juifs et Rome, ou, plus justement, entre Jérusalem et Rome, ne fut pas la moindre de ces conséquences. Si la destruction du Temple ne sembla pas bouleverser les rapports diaspora/Jérusalem et Rome/diaspora, les deux se retrouvèrent dans des situations complexes et délicates. Les diasporas, qui, dans l’ensemble, ne participèrent pas à la guerre, continuaient à reconnaître Jérusalem comme le centre religieux et spirituel du judaïsme, mais ne souhaitaient pas être associées aux révoltés, afin de préserver leurs relations avec Rome et leurs privilèges. Elles y furent pourtant associées, par le détournement du destinataire de la taxe de solidarité anciennement dévolue au Temple, le demi-shekel, au profit du trésor impérial, après l’incendie du temple du Jupiter Capitolinus en 69 p.C., impôt qui, depuis Domitien, alimente le fiscus Judaicus50. E. M. Smallwood en a bien cerné les conséquences : “To Jews of all social and economic levels it will have formed a psychological burden, marking them out as members of a defeated race punished for their nationality”51. Même les Juifs à Alexandrie durent payer cet impôt, eux qui avaient tant fait pour leur intégration, ainsi que tous les Juifs d’Égypte dont les reçus fiscaux sont la principale source pour la connaissance de cet “impôt juif” (Ioudaïkon telesma).

Sicaires, zélotes, et Léontopolis

  • 52 Sur l’idéologie zélote, Mézange 2003.
  • 53 Hengel [1961] 1997 ; son étude ne va pas au-delà de l’année 70 p.C.
  • 54 Mélèze [1991] 1997.
  • 55 Mélèze 1990, 42.
  • 56 J., BJ, 7.410 ; lire également Mélèze 2004, 42-47.

24Comment qualifier les départs de Jérusalem après 70 p.C., notamment vers l’Égypte, des derniers révoltés ? Départ forcé, puisque la capitale et la région tombèrent aux mains des Romains, mais volonté permanente d’irrédentisme, de porter dans la diaspora la révolte et le soulèvement52. Pourtant, il est difficile de connaître le nombre et l’influence de ces juifs venus de Jérusalem. Si les Romains fermèrent préventivement le temple de Léontopolis, en 73 p.C., pour éviter qu’il ne devienne foyer de rébellion, ni M. Hengel, dans son étude classique sur les zélotes53, ni J. Mélèze dans son ouvrage de référence sur les juifs d’Égypte54 ne mentionnent ces arrivés. C’est ce dernier qui en donne l’explication, rappelant que “la guerre de 66-70 n’a évidemment pas amélioré la situation des Juifs d’Égypte”, mais que, “par ailleurs, on a peu de documents pour cette période qui sépare la fin de la guerre juive de la révolte des années 115-117”55. Pourtant, Josèphe fait bien mention de ces “membres de la faction des sicaires”, “qui avaient pu se réfugier dans ce pays”56. Après avoir tenté de soulever leurs coreligionnaires par la menace de mort, ils succombèrent sous leurs coups, au nombre de 600.

  • 57 Mélèze 1990, 102.
  • 58 J., Ap., 2.49.
  • 59 J., AJ, 13.64-68.
  • 60 Tcherikover, 1959, 275-281 et CPJud., I, p. 44-47.
  • 61 J., Ap., 2.50 ; les Juifs étaient prisés, depuis les Psammétiques et l’établissement de la colonie (...)
  • 62 CPJud., I, 132 ; il ne subsiste que trois lettres, ONI, mais Mélèze [1991] 1997 indique : “nous tie (...)
  • 63 La ville présente des intérêts stratégiques importants : elle assure la sécurité de la route entre (...)
  • 64 Cf. principalement Bohak 1995.

25Pour prendre la mesure de la fermeture du temple de Léontopolis par les Romains, coïncidant avec l’arrivée de zélotes, attardons-nous sur ce temple, qui a suscité beaucoup d’interrogations et de débats, notamment sur les raisons de sa construction. Il fut érigé au moment où, à Jérusalem, deux grandes familles, les Tobiades et les Oniades, se livraient une lutte féroce pour la conquête de la grande prêtrise, alors que la Judée était, depuis 200 a.C., sous la domination des Séleucides. Se sentant menacés, les Oniades envoyèrent en Égypte dans les années 170 a.C. un jeune grand prêtre, afin de le mettre à l’abri : Onias IV. Dans ce pays, le règne de Ptolémée VI Philométor (180-145 a.C.) apparaissait comme “l’apogée de la réussite juive”57. Flavius Josèphe alla jusqu’à affirmer que le roi et la reine avaient “confié leur royaume aux Juifs”58. Ce même historien est notre source principale en ce qui concerne le temple de Léontopolis. D’après lui, Onias aurait écrit au roi et à la reine afin d’obtenir la permission de construire un sanctuaire, s’appuyant sur une prophétie d’Isaïe ; la réponse royale fut positive, accordant un territoire à Léontopolis59. Deux thèses s’opposent quant aux motivations d’Onias de construire ce temple, dans lequel on pratiquait les sacrifices, en contradiction avec les prescriptions deutéronomiques (LXX, De., 12). Pour V. Tcherikover60, ce ne fut qu’une aventure militaire, puisqu’on retrouve Onias comme général de l’armée égyptienne, selon Josèphe : “[Ptolémée Philométor et Cléopâtre] mirent à la tête de leur armée entière Onias et Dosithéos”61. Un papyrus, qui lui est adressé par le diœcète Herodès en 164 a.C., indique son grade élevé dans la hiérarchie ptolémaïque62. Enfin, dans un courrier aux souverains, il rappelle que “nombreux et grands sont les services que je vous ai rendus au cours de la guerre, avec l’aide de Dieu, quand j’étais en Coelé-Syrie et en Phénicie”. Ce fut probablement au cours de l’une de ses expéditions qu’Onias choisit le site pour y bâtir le temple63. D’autres auteurs penchent pourtant pour une hypothèse “mystique”, la volonté de construire une nouvelle Jérusalem en Égypte, pour remplacer l’originale souillée, qui serait la cause du départ d’Onias64.

  • 65 Certains ont voulu voir ce temple au travers d’auteurs comme Artapanus, le Ps-Eupolème, ou le rédac (...)
  • 66 “Ces inscriptions forment un groupe homogène, sans équivalent pour d’autres lieux où la présence ju (...)
  • 67 Sur l’hypothèse d’une colonie organisée en politeuma, Kasher 1985, 119-135.
  • 68 Bohak 1995, 39 a raison de dire que pour certains juifs le temple a dû devenir le centre de leurs a (...)
  • 69 Il n’est pas impossible que cette contestation jérusalémite ait porté ses fruits quelques années pl (...)

26Les deux hypothèses sont loin d’être exclusives l’une de l’autre. Quoi qu’il en soit, plusieurs faits sont à noter : l’éloignement du site des grands centres diasporiques comme Alexandrie, et l’absence de références à ce temple dans toute la littérature de l’époque65 militent en faveur d’une expérience marginale ; le souvenir d’Onias, et de la “terre d’Onias”, présent à travers plusieurs inscriptions66, incite à y voir un enracinement local, fédérant très certainement des garnisons militaires67. Ainsi, et en dépit des doutes sur l’influence véritable de ce temple pour les juifs d’Égypte68 et de Jérusalem, il ne serait pas étonnant que les zélotes rescapés de la guerre en Judée soient venus se réfugier ou aient eu l’intention de venir sur cette “terre d’Onias”, avec son temple encore en activité. Les tentatives de soulèvement, à Alexandrie, comme nous l’avons noté, se soldèrent par un échec, du moins à cette date69. D’après Josèphe, la fermeture eut lieu à la suite des événements d’Alexandrie (Guerre, 7.420-437), et pour éviter un regroupement des révoltés autour du temple. À cet effet il fut désaffecté.

  • 70 J., BJ, 7.11.737 sq.
  • 71 Pour une étude complète, Applebaum 1979, 201 sq.

27Josèphe nous dit que “la folie des sicaires attaqua aussi, comme une maladie, les villes autour de Cyrène”, sous l’impulsion d’un certain Jonathan le tisserand. Il fut arrêté et emmené à Rome, “avec ses acolytes enchaînés”70. On n’en sait pas beaucoup plus71.

Migrations forcées vers Rome

  • 72 J., BJ, 1.157-158 ; J., AJ, 14.79 ; cf. également Plut., Pomp., 45.5 et App., Mith., 117.576.
  • 73 Selon le commandement biblique, LXX, Le., 25.47-55, de Vaux [1960] 1997, t. 1, 125-140 et Bohrmann (...)
  • 74 Philon, Legatio ad Gaium, § 155 ; sur l’affranchissement des Juifs, Juster 1914, t. 2, 80-84 : “Il (...)

28Des esclaves vinrent, très tôt, grandir les rangs de la communauté juive de Rome. Josèphe évoque la déportation des élites après la prise de Jérusalem par Pompée, en 63 a. C., notamment celle du roi Aristobule72. Pour Philon, une partie de la communauté de Rome, celle au-delà du Tibre, était composée de captifs de guerre affranchis par les leurs73, et bénéficiant de la citoyenneté romaine si leurs patrons étaient citoyens74. Il semble qu’au moment où écrit Philon il y ait eu encore de ces affranchis à Rome. Selon Tacite (Ann., 2.85.4), un sénatus-consulte ordonna la déportation 4 000 juifs de “condition libertine” – selon la traduction de Reinach, en fait affranchis ou descendant d’affranchis, libertini generis – vers la Sardaigne, preuve de l’importance de ce groupe.

  • 75 Fuks 1985, 25-32 ; les affranchis devenant citoyens romains, la seule façon de les discerner est da (...)
  • 76 J., BJ, 7.23-24.38, 40 ; Josèphe avance le chiffre de 2 500 pour Césarée ; pour la dispersion, J., (...)
  • 77 Les survivants de Jérusalem ayant plus de 17 ans et en bonne santé, J., BJ, 6.418.

29G. Fuks s’est interrogé, il y a quelques années, sur la destination des déportés de Judée. En effet, d’après le corpus épigraphique composé de plus de 500 inscriptions funéraires juives retrouvées à Rome, aucune ne mentionne un affranchi, d’où son interrogation : “Where have all the freedmen gone ?”75 Même en retirant, dans le chiffre de déportés avancé par Josèphe, 97 000 âmes (chiffre soumis toutefois à caution) – ceux qui moururent dans l’arène de Césarée sous les yeux de Titus furent dispersés dans divers autres amphithéâtres76 ou envoyés travailler dans les mines d’Égypte77 –, beaucoup durent cependant être expédiés à Rome, comme le précise la seule mention directe de l’événement, faite par Josèphe, évoquant la sélection “des plus grands et beaux pour servir au triomphe” (J., BJ, 6, 417).

  • 78 J., AJ, 18.23.

30Plusieurs pistes sont avancées par Fuks, non exclusives les unes des autres. Il évoque tout d’abord la coutume, pour les affranchis, pendant la République, de se faire enterrer dans le tombeau de leur ancien maître, même si la pratique ne peut expliquer l’absence totale de mentions de ces affranchis. D’autre part, les inscriptions tardives ne mentionneraient que les fils ou petits fils d’affranchis, qui ne sont donc pas obligés de préciser cette ascendance ; mais les arrivées d’esclaves durent se poursuivre jusqu’à la révolte de Bar Kohba. Pour Fuks, la seule explication réside dans le fait que ces juifs cachaient leurs antécédents, comme certains non-Juifs, par ailleurs. La systématisation de cette pratique s’expliquerait par la croyance en Dieu, seul Maître des Juifs, suivant l’idéologie de la Quatrième Philosophie. Josèphe évoque le fait que les tenants de cette voie ne faisaient référence à aucun maître humain78. Cela ne signifie pas forcément que les juifs de Rome adhéraient à cette idéologie mais, comme le précise Fuks, dans le secret des catacombes, les Juifs pouvaient laisser libre cours à leur adhésion à la Loi. Nous retrouvons de ces affranchis, venant de diverses provinces, du temps d’Étienne, selon les Actes des Apôtres : “Alors intervinrent des gens de la synagogue dite des Affranchis (συναγωγς τςλεγοµνηςΛιβερτνων), des Cyrénéens, des Alexandrins et d’autres de Cilicie et d’Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne, mais ils n’étaient pas de force à tenir tête à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler” (6.9). Ils devaient ainsi constituer un groupe important et à part entière dans la communauté de Judée et de Jérusalem.

Migrations forcées de Rome

  • 79 Rutgers 1998, 171.
  • 80 Kasher 1987, 53.

31Au premier siècle de notre ère, les migrations forcées ne prirent pas seulement pour point de départ la Judée, mais aussi Rome, car les Juifs y furent soumis, à plusieurs reprises, à des mesures d’expulsion. Là encore, l’enquête est difficile, comme le rappelle L. V. Rutgers : “We in fact often lack even the most basic kind of information. Not infrequently it remains obscure, for example, haw many Jews were expelled by Roman authorities and to what social class they belonged. Similarly, we simply cannot tell whether expulsions of Jews from Rome were at all effective in the long run”79. Pour A. Kasher, les expulsions de Rome furent les seules à caractère religieux80, bien que la politique pragmatique de l’Empire ait été guidée par des intérêts multiples.

  • 81 Tac., Ann., 2.85.4-5 ; Suet., Tib., 36.1 ; J., AJ, 18.63 sq. ; D.C. 57.18.5a ; Philon, Leg., 159-16 (...)
  • 82 Cf. Rutgers 1998, 176-181 et Williams 1989.
  • 83 Garnsey 1970, 116 et 119 ; selon Mommsen 1907, la relégation est “la limitation par l’autorité de l (...)
  • 84 Rutgers 1998, 181.
  • 85 Tac., Ann., 86 ; J., AJ, 18.84.
  • 86 Moatti 2006 ; les Actes des Apôtres évoquent ce même chiffre pour un soulèvement populaire, 21.38.3

32Selon plusieurs sources, les juifs furent, tout comme les adorateurs d’Isis, chassés de Rome en 19 p.C., par Tibère81. Chacun avance une cause différente – mesure liée à la lutte contre les superstitions, pour Suétone, ainsi que pour Tacite ; par la faute de quatre escrocs juifs, selon Josèphe –, et les chercheurs sont partagés sur le sujet82, bien que la mesure, en dépit de ce qu’avance Tacite, semble avoir été restreinte à la seule ville de Rome. Les Juifs furent soumis à relegatio mais non à deportatio83. Ils furent donc bannis de la ville sans perdre leur statut civique – tous n’étaient bien sûr pas citoyens –, et, selon Rutgers, “it is conceivable that they did not have to move very far away from the capital”84, en plus du fait que la mesure ne concernait pas tous les juifs, contrairement aux dires de Tacite ou Suétone, ne faisant que reprendre les termes du sénatus-consulte. Pour Cl. Moatti, 4 000 expulsés, suivant le chiffre de Tacite et de Josèphe85, est une donnée plausible, même s’il peut correspondre symboliquement à “un grand nombre”86. Quoi qu’il en soit, le fait que l’empereur Claude ait eu à nouveau la volonté d’expulser les Juifs, et qu’il en fut empêché, selon Dion Cassius, par leur trop grand nombre, atteste qu’une minorité partirent bien en 19 p.C.

  • 87 Suet., Cl., 25.4 ; D.C. 60.6.6 ; Act. Ap., 18.2 ; Orose, adv. Paganos, 7.6.15.
  • 88 D.C. 60.6.6.1.
  • 89 Cf. Rugers 1998 pour la discussion sur ce passage de Suétone, p. 191-197.
  • 90 Rutgers 1998, 182.

33Nous possédons moins de sources à propos de cette expulsion des juifs de Rome sous l’empereur Claude87. Pour Dion Cassius et Suétone, Claude voulait maintenir l’ordre et la loi, alors que les Actes des Apôtres sont muets sur les causes de la mesure. Mais Dion affirme que Claude ne put pas bannir les juifs, car ils étaient trop nombreux88. Pour Suétone, ils créaient des désordres, sous l’impulsion d’un certain Chrestus (impulsore Chresto89). Au final, les motifs et le nombre de juifs expulsés restent relativement obscurs90. Comme l’a bien montré Cl. Moatti, l’identification des migrants de Rome, arrivant ou sortant, n’était pas systématique, sauf volonté plus précise de renseignements et d’espionnage du pouvoir, ce qui rend difficile un décompte plus précis.

  • 91 Rutgers 1998, 185.
  • 92 Moatti 2006, 11.

34Les raisons de ces expulsions semblent avoir été principalement d’ordre politique : “When law and order were seriously disturbed, expulsion was used as a means to supress disorder”91, sans que ce pragmatisme ne concerne que les Juifs : Josèphe a bien précisé que les adorateurs d’Isis étaient du nombre des exilés sous l’empereur Tibère. Une rupture de l’équilibre démographique, la crainte d’une propagation de la pratique juive ont joué comme facteurs éminemment politiques et pragmatiques92.

Quelques mots sur la dernière des révoltes93

  • 93 Du fait des contraintes d’édition, et parce que le thème nous mènerait trop loin chronologiquement, (...)
  • 94 Schwartz 1985, 29, les italiques sont de nous.

35Il est encore difficile de cerner la participation de la diaspora à la révolte de 132-135 p.C. Pourtant, J. Schwartz rappelle que Bar Kohba et ses lieutenants parlaient le grec, selon les documents retrouvés dans le désert de Juda. C’est ainsi qu’il pose la question : “Pourquoi, dans ces conditions, ne verrait-on pas dans la dernière révolte un contrecoup, à la fois de la destruction du Temple et de la présence d’exilés de langue grecque ?”94. Flux migratoire probablement inversé, de la diaspora vers la Judée.

  • 95 Dexinger 1981.
  • 96 Goodman 1983, 32.
  • 97 Mentions de St Jérôme et une du Talmud, cité par Schwartz 1985, 28.

36La révolte de Bar Kohba provoqua, pour la région et la diaspora, des conséquences plus considérables que les précédentes, puisque les conditions économiques et sociales furent profondément et durablement transformées. Par les migrations forcées et les morts, certains endroits furent totalement dépeuplés, dans beaucoup d’autres – le sud et la région côtière – les juifs devinrent minoritaires. Mais l’une des principales conséquences fut certainement un déplacement de populations vers le nord, la Galilée, qui était pourtant considérée comme le pays des Samaritains, dont la rupture définitive avec le judaïsme date justement de cette guerre95, à laquelle ils ne participèrent pas aux côtés de Bar Kochba. Martin Goodman précise que “a number around 300 000 is a reasonable guess from the 66 names recorded after AD 135. But there is also evidence of a great influx of new people in the early and mid second century (…)”96. Par quelques mentions, nous savons qu’un certain nombre de Juifs furent vendus par Hadrien comme esclaves après la chute de Bethar97.

Le soulèvement de 115-117

  • 98 Cf. l’étude d’ensemble de Hadas-Lebel 1989.
  • 99 Mélèze [1991] 1997, 272 ; D.C. 55 et 63.32.1-3.

37Plus de quatre décennies s’étaient écoulées depuis la destruction du Temple de Jérusalem, qui, nous l’avons rappelé, n’avait pas provoqué le soulèvement de la diaspora, comme l’escomptaient les combattants, notamment zélotes. On pouvait penser la fièvre indépendantiste de Judée retombée, et le messianisme en sommeil. Pourtant, les diasporas d’Égypte, de Chypre, de Cyrénaïque, de Mésopotamie, et peut-être même la Judée, connurent deux années terribles, en 115-117 p.C., non sans liens avec le mouvement politico-mystique qui agita le premier siècle98. L’ampleur du soulèvement, de ses victimes, et de la répression qui s’ensuivit a très certainement changé le visage démographique du judaïsme. Les sources s’accordent sur l’énormité du nombre des victimes, si bien que le judaïsme hellénisé en Égypte “a péri dans la tourmente, corps et biens”99.

  • 100 Schäfer 1989, 170.

38Les conséquences furent ressenties également en Judée, qui changea de statut : la province, de prétorienne, devint consulaire, amenant de ce fait le stationnement d’une deuxième légion100. Outre les victimes, les sources n’évoquent pas de déplacements forcés. Il dut cependant y avoir des réductions en esclavage, sans que l’on puisse les chiffrer.

Le repeuplement difficile de la Palestine

39La situation changea encore au cours du premier siècle et au second, avec des mouvements migratoires inverses, cette fois vers la Judée et surtout la Galilée.

  • 101 Safrai 1976, 211 et 208-209 pour les références.

40En effet, le judaïsme se reconstruisit en Galilée, autour de la conservation et l’interprétation de la Loi. C’est ainsi que de nombreux juifs reviendront dans la région pour y étudier : “Throughout the whole of the Tanaitic and Amoraic periods, there were always a considerable numbers of sages who came to settle down in the Land of Israel or at least stayed for a number of years”101.

  • 102 Safrai 1983 ; cf. également Meyers & Strange 1984, 183-191 pour de nombreux exemples, sans toutefoi (...)
  • 103 Pour de nombreux exemples, Davies 1974, 56-58.
  • 104 Guittin, 46b.
  • 105 Tosefta Avoda Zara, 5.3 ; conséquence du dépeuplement et de la rupture de l’équilibre Juifs/non Jui (...)
  • 106 Hadas-Lebel 1989, 277.
  • 107 Hadas-Lebel 1989, 109-193 et le chapitre “L’établissement d’un modus vivendi” (p. 245-277) : “la te (...)

41Le dépeuplement de la Terre d’Israël inquiéta les autorités religieuses au point de mettre en place, à la génération des tannaïm, une “théologisation” politique de la Terre102 : insister sur son importance religieuse, son caractère irremplaçable pour la pratique des commandements, en étant la seule capable d’apporter la sécurité (Midrach Siphra sur Lév. 26.5). On développa considérablement d’autre part les vertus du pays103, en en interdisant le départ en temps de paix. Les sources prohibèrent ainsi la vente de la terre aux étrangers104, et permirent la transgression de règles essentielles comme le shabbat, pour pouvoir acheter une maison en Israël (T.B. Baba K. 80b ; T.B. Gittin 8b). Y résider devint la plus grande des mitsvot, qui “équivaut à tous les commandements de la Tora réunis” (Sifré Dt § 80 ; Avoda Zara 4.3). Le nombre de juifs sur la terre importe peu : “c’est un devoir d’habiter dans le pays d’Israël, même dans une ville où résident principalement des gentils, plutôt que hors du pays, même dans une ville dont les habitants sont tous Juifs”105. Le Talmud prit un recul considérable par rapport aux événements et à l’histoire, n’en retenant “que d’infimes fragments difficilement identifiables”106. L’image de Rome a bien sûr profondément changé depuis l’ancienne amitié du temps des Maccabées, mais une certaine résignation, en plus d’une lassitude des guerres, prit le pas sur la fièvre apocalyptique et messianique107.

Conclusion

  • 108 Rutgers 1998, 186-191.

42Comme l’a encore souligné Rutgers108, les situations ont beaucoup varié d’une communauté à l’autre, d’un règne à l’autre, de la Judée à la Diaspora. Ceci résulte de la politique pragmatique de Rome, cherchant à défendre prioritairement ses intérêts. Même si les populations locales développèrent un sentiment souvent hostile aux juifs, le pouvoir sut ménager les communautés qui servaient bien Rome, punissant les velléités d’indépendance, les poussées messianiques et les diverses révoltes. L’unification de vastes territoires favorisa la dispersion des Juifs, et leur possible migration en cas d’expulsion ou de crises économiques. Les nombreuses communautés juives à travers l’Empire pouvaient accueillir ces migrants, éventuellement racheter les esclaves, célébrant une solidarité de circonstance, propre au judaïsme et à l’exil.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Applebaum, S. (1979) : Jews and Greeks in Ancient Cyrene, Leyde.

Avi Yonah, M. (1966) : The Holy Land From the Persian to the Arab Conquest, Winona Lake.

— (1974) : “Historical Geography of Palestine”, in : Stern & Safrai 1974, 78-116.

Barclay, J. M. G., éd. (2004) : Negotiating Diaspora. Jewish Strategies in the Roman Empire Londres - New-York.

Beek, M. A. (1943) : “Relation entre Jérusalem et la Diaspora égyptienne au 2nd siècle avant J.-C.”, Oudtestamentische Studiën, 2, 118-143.

Blouin, K. (2005) : Le conflit judéo-alexandrin de 38-41. L’identité juive à l’épreuve, Paris.

Bohak, G. (1995) : Joseph and Aseneth and the Jewish Temple in Heliopolis, Atlanta.

Bohrmann, M. (2000) : Valeurs du judaïsme du début de notre ère, Bern - Berlin - Bruxelles - Francfort - New York - Oxford.

Broshi, M. (1978) : “Estiming the Population of Ancient Jerusalem”, BAR, 4, 10-15.

Büchler, A. (1912) : The Economic Conditions of Judaea after the Destruction of the Second Temple, Londres.

Byatt, A. (1973) : “Josephus and Population Numbers in First Century Palestine”, PEQ, 105, 51-60.

Cappeletti, S. (2003) : “La presa di Gerusalemme : influsso demongrafico sulla comunità giudaica di Roma”, Materia giudaica. Rivista dell’associazione italiana per lo studio del giudaismo, 8/2, 269-277.

Charlier, J.-P. (1989) : Jésus au milieu de son peuple, II, Paris.

Cohen, S. J. D. et E. S. Frerichs, éd. (1993) : Diaspora in Antiquity, Atlanta.

Dahan, G., éd. (1985) : Les Juifs au regard de l’histoire, Mélanges en l’honneur de B. Blumenkranz, Paris.

Davies, W. D. (1974) : The Gospel and the Land, Los Angeles - Berkeley - Londres.

de Vaux, R. [1960] 1997 : Les institutions de l’Ancien Testament, I, Paris.

Delcor, M. (1957) : “Léontopolis”, DBSuppl., t. V.

Dexinger, Fr. (1981) : “Limits of Tolerance in Judaism : the Samaritans Example”, in : Sanders et al. 1981, 88-114, notes 327-338.

Dunn, J. D. G., éd. (1992) : Jews and Christians, Tübingen.

Feldman, L. H. (1993) : Jews and Gentile in the Ancient World. Attitudes and Interactions from Alexander to Justinian, Princeton.

Fuks, G. (1985) : “Where have all the Freedmen Gone ? On a Anomaly in the Jewish Grave-Inscriptions from Rome”, JJS, 36, 1, 25-32.

Gafni, I. M. (1997) : Land, Center and Diaspora, Sheffield.

Garnsey, P. (1970) : Social Status and Legal Privilege in the Roman Empire, Oxford.

Girard, Fr. (1911) : Manuel élémentaire de droit romain, Paris.

Goodman, M. (1983) : State and Society in Roman Galilee, Totowa.

— (1992) : “Diaspora Reactions to the Destruction of the Temple”, in : Dunn 1992, 27-38.

Guignebert, Ch. [1935] 1969 : Le monde juif vers le temps de Jésus, Paris.

Hadas-Lebel, M. (1989) : Jérusalem contre Rome, Paris.

Hassoun, J., éd. (1990) : Histoire des Juifs du Nil, Paris.

Heinemann, I. (1948-1950) : “The Relationship between the Jewish People and their Land in Hellenistic-Jewish Literature”, Zion 13-14, 1-9 (hébreu).

Hengel, M. [1961] 1997 : The Zealots, Edinbourg.

Isaac, J. (1954) : La Dispersion d’Israël. Fait historique et mythe théologique, Alger.

Jeremias, J. (1967) : Jérusalem au temps de Jésus, Paris.

Barclay, J. M. G. (1996) : Jews in the Mediterranean Diaspora. From Alexander to Trajan (323 BCE-117 CE), Edinbourg.

Juster, J. (1914) : Les Juifs dans l’Empire romain. Leur condition juridique, économique et sociale, I-II, Paris.

Kasher, Ar. (1985) : The Jews in Hellenistic and Roman Egypt, Tübingen.

— (1987) : “The Nature of Jewish Migration in the Mediterranean Countries in the Hellenistic-Roman Era”, Mediteranean Historical Review, 1, vol. 2, juin, 46-75.

Lagrange, M.-J. (1930) : Le Judaïsme avant J.-C., Paris.

Le Dinahet, M.-Th., éd. (2003) : L’Orient méditerranéen, de la mort d’Alexandre au 1er siècle avant notre ère. Anatolie, Chypre, Égypte, Syrie, Nantes.

Mélèze, J. (1990) : “Splendeurs grecques et misères romaines : les Juifs d’Égypte dans l’Antiquité”, in : Hassoun 1990, 15-45.

— (1993a) : “How to be a Jew in Hellenistic Egypt ?”, in : Cohen & Frerichs 1993, 65-92.

— (1993b) : “Les Juifs dans le monde gréco-romain. Racines et antécédents d’une pensée juive du christianisme”, Les Nouveaux Cahiers, 113, 5-13.

— [1991] 1997 : Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, Paris, PUF.

— (2003) : “La diaspora juive d’Egypte”, in : Le Dinahet 2003, 330-353.

— (2004) : “Le devenir du judaïsme hellénisé”, Le Monde de la Bible 157, mars-avril, 42-47.

Meyers, E. M. et J. E. Strange (1984) : Les rabbins et les premiers chrétiens. Archéologie et histoire, Paris.

Mézange, Chr. (2003) : Les sicaires et les zélotes. La révolte juive au tournant de notre ère, Paris.

Millar, Fr. (1996) : The Roman Near East, 31 BC-AD 337, Cambridge - Londres.

Mommsen, Th. (1907) : Le droit pénal romain, t. III, (Manuel des antiquités romaines, t. XIX), Paris.

Moatti, Cl. (2006) : “Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère”, in : Moatti & Kaiser 2007, 79-116.

Moatti, Cl. et W. Kaiser éd. (2007) : Gens de passage dans les villes de la Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, Maisonneuve et Larose.

Naville, Ed. (1890) : The Mound of the Jew and the City of Onias, Londres.

Pearce, S. (2004) : “Jerusalem as ‘Mother-City’ in the Writing of Philo of Alexandria”, in : Barclay 2004, 19-36.

Price, J. (1992) : Jerusalem Under Siege : the Collapse of the Jewish State (66-70 C. E.), Leyde.

Prigent, P. (1969) : La fin de Jérusalem, Neuchâtel.

Reinach, Th. [1895] 1983 : Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au Judaïsme, Hildesheim - Zurich - New-York.

Rutgers, L. V. (1998) : The Hidden Heritage of Diaspora Judaism, Louvain.

Safrai, Sh. (1976) : “Relations Between the Diaspora and the Land of Israel”, in : Stern & Safrai 1976, vol. 2, 184-215.

— (1983) : “The Land in the Tannaitic Halacha”, in : Strecker 2003, 201-215.

Sanders, E. P., A. H. Baumgarten et A. Mendelson, éd. (1981) : Jewish and Christian Self-definition, vol. 2. Philadelphie.

Sartre, M. (1991) : L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 av. J.-C.– 235 ap. J.-C.), Paris.

Schäfer, P. (1989) : Histoire des Juifs dans l’Antiquité, Paris.

Schürer, E. [1874-1909], (révisée et augmentée 1973-1986) : The History of the Jewish People in the Age of Jesus Christ, vol. 1-3, Edimbourg.

Schwartz, J. (1985) : “Quelques réflexions à propos de trois catastrophes”, in : Dahan 1985, 21-29.

Simon, M. [1948] 1983 : Verus Israel. Etude sur les relations entre chrétiens et juifs dans l’Empire romain (135-425), Paris.

Sivan, E. (1996) : Mythes politiques arabes, Paris.

Smallwood, E. M. (1976) : The Jews Under Roman Rule, From Pompey to Diocletien, Leyde.

Safrai, S. et M. Stern, éd. (1974) : The Jewish People in the First Century historical geography, political history, social, cultural and religious life and institutions, vol. 1 et 2, Assen (P-B).

Stern, M. (1974a) : “The Jewish Diaspora”, in : Safrai & Stern 1974, vol. 1, 117-183.

— (1974b) : “The Province of Judaea”, in : Safrai & Stern 1974, vol. 1, 308-376.

Strecker, G., éd. (1983) : Das Land Israel in biblischer Zeit, Jerusalem symposium 1981, Göttingen.

Tcherikover, V. (1959) : Hellenistic Civilization and the Jews, Massachussetts.

Urbach, E. E. [1979] 1996 : Les sages du Talmud. Conceptions et croyances des maîtres du Talmud, Paris.

Vandervorst, J. (1934) : “Dispersion ou Diaspora”, D.B. Suppl., 2, col. 432-445.

Vincent, L.H. (1956) : Jérusalem de l’Ancien Testament, recherches d’Archéologie et d’Histoire, II et IIIe partie, Paris.

Will, E. et C. Orrieux (1992) : “Prosélytisme juif ?” Histoire d’une erreur, Paris.

Williams, M. H. (1989) : “The Expulsion of the Jews from Rome in A.D. 19”, Latomus 48, 765-784.

Notes

1 Isaac 1954 a combattu l’idée chrétienne répandue d’une Dispersion totale des Juifs après 70 p.C. ou 135 p.C., qui s’appuie sur le présupposé théologique de la Faute d’Israël et de la malédiction divine consécutive à la crucifixion de Jésus, en même temps que ce savant s’éloignait de la conception traditionnelle juive évoquant la même punition divine faisant suite aux divisions interne au peuple d’Israël ; relevons également la possible confusion entraînée par les ouvrages, nombreux et souvent de savants réputés, traitant du judaïsme “à l’époque de Jésus”, ou terminant cette longue histoire “à la mort de Jésus”, sans même évoquer 70 ou 135 ; cette tradition historiographique remonte certainement à Renan.

2 Blouin 2005 a publié une étude détaillée des prémices du conflit, qui opposa également les Juifs aux Grecs d’Alexandrie.

3 La notion est complexe ; le terme diaspeirein renvoie à une dissémination ; pour le judaïsme, il s’agit en fait des communautés présentes hors des frontières, idéalisées ou non, d’Israël, faisant exister un centre et une périphérie. Gafni 1997 ; sur l’invention de la notion de diaspora par le judaïsme hellénisé à Alexandrie, Mélèze 1993a.

4 Ou encore celle des prisonniers de guerre juifs installés en Égypte par Ptolémée Ier selon une des deux traditions en présence (Agatarchide de Cnide cité par J., AJ, 12.1.7-9 ; Lettre d’Aristée §§ 12-27) ; l’autre privilégie les migration volontaires ; je remercie Joseph Mélèze pour ces précisions.

5 Mélèze 2003, plus spécialement p. 337-341 ; on ne trouve qu’une occurrence du terme, chez Jérémie, 25.34.

6 Mélèze 2003, 338 ; les différentes formes du verbe nadah expriment ce bannissement, et sont traduites dans la Septante par les formes du verbe diaspeirô ; les traducteurs alexandrins ont “enrichi” ces termes d’un substantif, diaspora, au sens de “dispersion d’un peuple”, en l’occurrence le peuple juif, Mélèze 2003, 340.

7 LXX, Le., 26.33, Je, 5.19 ou De. 28.63-64.

8 Lettre d’Aristée, 11.249 ; cf. Sag. Sir., 29.22-28.

9 Conf. Ling., § 197, citant LXX, De., 30.4.

10 Cf. notamment l’ancienne étude de Beek 1943, 143.

11 Philon, Vit., 2.232 ; sur la conception de “cité-mère” (µητρποις) chez Philon, Pearce 2004.

12 Plusieurs passages de Tobie reflètent cette pensée : “Célébrez-le en face des nations, vous, enfants d’Israël ! Car s’il vous a dispersés parmi elles, c’est là qu’il vous a montré sa grandeur” (13.3-4 ; 13.8 ; 13.13) ; dans LXX, To., 3.4, la dispersion était cependant apparue comme la conséquence des péchés du peuple. Nous voyons la distinction entre dispersion-captivité et dispersion-extension de la présence divine ; Gafni 1997, 38 sq.

13 Gafni 1997, 60 sq. ; Heinemann 1948-1950.

14 Riposte à l’interprétation négative que font les chrétiens du terme de diaspora, marque du châtiment divin en raison du traitement réservé à Jésus, selon Mélèze 1993b ; lire le chapitre d’Urbach [1979] 1996 sur l’“élection et le prosélytisme”, p. 558-571.

15 La terre et la mer sont pleines de Juifs, selon la Troisième Sibylle (3.271) ; ils constituent la moitié du genre humain pour Philon (Legatio ad Gaïum, 31 ; Vit., 2.27) ; “il n’y a pas au monde un seul peuple qui ne contienne une parcelle du nôtre”, nous dit Josèphe (BJ, 2.16.4), assertion que l’on trouve déjà chez Strabon cité par J., AJ, 14.7.2, § 115, Reinach [1895] 1983, no 51.

16 Juster 1914, I, 179-209.

17 “The inclusion of the Mediterranean basin within the borders of a single empire offered more opportunities to travel and trade freely or permanently to change domicile than had ever existed before”, Rutgers 1998, 204 ; en 536 a.C., 50 ans après le départ de Jérusalem, peu de Judéens acceptèrent de quitter Babylone pour revenir “chez eux”.

18 Pour un bref rappel de ce statut, Guignebert [1935] 1969, 246-248.

19 Comme le résume Smallwood 1976, 357 : “The Diaspora within the Roman empire had no quarrel with Rome and therefore no wish to jeopardize their own favourable position by supporting the rebellion”.

20 D.C. 66.4, dans Reinach [1895] 1983, no 109 ; il dira la même chose de la guerre de Bar Kohba (D.C. 69.19.1-2) ; pourtant, même les pharisiens n’étaient pas a priori favorables au soulèvement contre Rome ; cf. Schwartz 1985, 21-22, et Simon [1948] 1983, 54-56, évoquant même de probables réactions positives suites aux catastrophes, “saluées comme le signe annonciateur de temps nouveaux et meilleurs” ; pour Goodman 1992, 27-28, il s’agissait plus d’un excès de confiance dans la force des Juifs de Judée et de Jérusalem qu’un désintérêt ou de l’indifférence, car, dit-il, la chute de la ville paraissait, jusqu’aux derniers mois du siège, improbable.

21 Bohrmann 2000 avait ainsi tenté d’isoler un “plus petit dénominateur commun”.

22 Rutgers 1998, 20.

23 Rutgers 1998, 41.

24 Byatt 1973.

25 L’emploi du toponyme “Palestine” est de quelques années anachronique, mais nous l’utilisons pour souci de plus grande compréhension.

26 Avi-Yonah 1966, 220-221 ; le même auteur estimait, dans un autre ouvrage (Avi-Yonah 1974) que “(…) the Jewish population in Palestine at the period discussed totalled about 2 and half million”, pour 1 million de non juifs (p. 109).

27 Avi-Yonah 1966, 56 ; Jeremias 1967, 122 n. 146 et 279 sq. arrivait à une fourchette entre 55 000 et 95 000 pour la ville de Jérusalem au ier siècle p.C., et 5 à 600 000 pour l’ensemble de la Palestine.

28 Feldman 1993 ; contra : Will & Orrieux 1992, 101-137.

29 Il note notamment l’absence totale de données fiables sur la démographie juive pour les périodes avant et après notre ère, ce qui rend très fragile toute hypothèse fondée sur de telles données pour affirmer l’augmentation du nombre de juifs ou évaluer numériquement les éventuelles déplacements de population (Rudgers 1998, 203 sq.) ; Stern 1974a, 122 était arrivé aux mêmes conclusions : “Undoubtedly the numerical strength of the Jews in the Roman Empire was considerable, but it is impossible to arrive at an actual estimate nor is there any firm basis for assessing their share in the total population of the Roman Empire”.

30 Josèphe, dans le C. A., 1, 60 sq., décrit un pays avec peu de débouchés maritimes, ce qui est handicapant dans un contexte de fort développement économique méditerannéen ; Charlier 1989, 79 sq. parle ainsi de “terre enclavée”, “enclavement territorial” qui a entraîné un “enclavement théologique” ; toutes les regions n’étaient bien sûr pas également propices à l’agriculture.

31 Sur les migrations économiques, Kasher 1987, 57-63.

32 J., BJ, 2.277-279 ; AJ, 20.256.

33 Stern 1974b, 335 ; Büchler 1912, 29 sq. ; Kasher 1987 rappelle que les conditions de guerre de l’époque sont un désastre pour l’activité économique et agricole, p. 58 ; le Siracide (n. 29, 20-21 ; 24-31) fournit de bons exemples de ces crises, pour la fin de la période ptolémaïque.

34 J., AJ, 18.252 et BJ, 2.183.

35 Kasher 1987, 57.

36 J., BJ, 7.208 ; comme nous le verrons, il faut retirer de ce chiffre les quelques milliers de morts survenus à la suite des jeux d’amphithéâtre ; Cappeletti 2003, 269 rappelle justement la prudence avec laquelle il faut manier les chiffres donnés non seulement par Josèphe mais aussi par les auteurs antiques en géneral ; sur les 600 000 juifs supposés morts par Josèphe entre la construction des fortifications du siège romain et la destruction du Temple, par la famine et la violence inter factions, chiffre que l’on pourrait rapprocher des 600 000 hébreux sortis d’Égypte à la suite de Moïse, Cappeletti 2003, 270 et J., AJ, 5.567-569.

37 Juster 1914, I, 210.

38 Prigent 1969, 111, citant Vincent 1956, 778 ; des troupes vinrent de différentes provinces, et “an enormous effort was necessary to control the disturbance”, Schürer [1885] 1973, vol. 1, 547 ; lire la longue note rassemblant les diverses sources évoquant l’importance militaire de la réaction romaine, no 150, p. 547-549.

39 Sartre 1991, 379-380.

40 D’après Eusèbe, HE, 4.5.2-4 pour l’origine juive des évêques, et HE, 4.6.4 pour la situation postérieure, cité par Millar 1996, 348.

41 Avi-Yonah 1974, 115.

42 Prigent 1969, 75.

43 Comme l’attestent certains textes, notamment Midrash Rab. sur Lamentations, 5.18 et Tosefta ‘Edouiot, 3.3.

44 Vandervorst 1934.

45 Opinion de G. Fuks et A. Kasher, contre Alon, qui pense que le chiffre ne prend en compte que la prise de Jérusalem, cf. Fuks 1985, 28, n. 21.

46 J., BJ, 3.540-542 ; Kasher 1987, 52.

47 Comm. In Jerem., 31.15.6 (Corpus Chris. Latinorum, 74, 307) ; St Jérôme, In Sachar., 2.5 (PL 25, 1501) ; In Jerem., 7.1 s. (PL 24, 101), cité par Juster 1914, II, 18.

48 Pour les références, Kasher 1987, 53, n. 47-49.

49 Schäfer 1989, 157.

50 Il imposa à tous les Juifs, quelle que fût leur résidence, un tribut annuel de deux drachmes par tête à verser au Capitole, comme auparavant ils en apportaient un au temple, J., BJ, 7.218 ; D.C. 66.7.2 ; Suet., Dom., 12, 2 ; cf. CPJud., no 160-229.

51 Smallwood 1976, 374 ; les italiques sont de nous.

52 Sur l’idéologie zélote, Mézange 2003.

53 Hengel [1961] 1997 ; son étude ne va pas au-delà de l’année 70 p.C.

54 Mélèze [1991] 1997.

55 Mélèze 1990, 42.

56 J., BJ, 7.410 ; lire également Mélèze 2004, 42-47.

57 Mélèze 1990, 102.

58 J., Ap., 2.49.

59 J., AJ, 13.64-68.

60 Tcherikover, 1959, 275-281 et CPJud., I, p. 44-47.

61 J., Ap., 2.50 ; les Juifs étaient prisés, depuis les Psammétiques et l’établissement de la colonie militaire à Éléphantine, pour leurs vertus guerrières.

62 CPJud., I, 132 ; il ne subsiste que trois lettres, ONI, mais Mélèze [1991] 1997 indique : “nous tiendrons pour acquis qu’il faut lire Oni[ai], ‘ à Onias’”, p. 176, avis exprimé déjà par Th. Reinach, dans son annotation du passage du Contre Apion, Paris, Les Belles Lettres, 1972 (1ère éd. 1930), n. 3, p. 67.

63 La ville présente des intérêts stratégiques importants : elle assure la sécurité de la route entre Péluse et Memphis, et les Hyksos y établirent déjà un camp fortifié, un millénaire et demi avant Onias, Naville 1890, 5-21 ; ainsi, “son coup d’œil de général avait été frappé par les fortifications antérieures”, Lagrange 1930, 491.

64 Cf. principalement Bohak 1995.

65 Certains ont voulu voir ce temple au travers d’auteurs comme Artapanus, le Ps-Eupolème, ou le rédacteur de Joseph et Aséneth, sans emporter la conviction, cf. Delcor 1957.

66 “Ces inscriptions forment un groupe homogène, sans équivalent pour d’autres lieux où la présence juive est attestée en Égypte. On s’accorde pour les dater du règne d’Auguste ; si l’on accepte cette datation, nous aurions affaire à des survivants des soldats d’Onias, nés à la veille de la conquête romaine, et aux représentants d’une première génération après la conquête. Mais certaines épigrammes peuvent être antérieures à 30 avant notre ère”, J. Mélèze [1991] 1997, 183 ; pour quatre exemples, p. 184-188.

67 Sur l’hypothèse d’une colonie organisée en politeuma, Kasher 1985, 119-135.

68 Bohak 1995, 39 a raison de dire que pour certains juifs le temple a dû devenir le centre de leurs aspirations religieuses et politiques.

69 Il n’est pas impossible que cette contestation jérusalémite ait porté ses fruits quelques années plus tard, et quelle soit, en partie, à l’origine de la révolte de 115-117 p.C.

70 J., BJ, 7.11.737 sq.

71 Pour une étude complète, Applebaum 1979, 201 sq.

72 J., BJ, 1.157-158 ; J., AJ, 14.79 ; cf. également Plut., Pomp., 45.5 et App., Mith., 117.576.

73 Selon le commandement biblique, LXX, Le., 25.47-55, de Vaux [1960] 1997, t. 1, 125-140 et Bohrmann 2000, 147-162, même si une prescription du Talmud tempère le commandement, en défendant de payer l’esclave juif plus cher qu’un païen, afin d’éviter les spéculations, Guittin, 4.6, cité par Juster 1914, t. 2, 18.

74 Philon, Legatio ad Gaium, § 155 ; sur l’affranchissement des Juifs, Juster 1914, t. 2, 80-84 : “Il est évident que l’affranchi a la condition juridique que lui confère la loi à laquelle est soumis son patron” (84, n. 4) ; Girard 1911, 92-103 sur l’esclavage, et p. 118-128 sur l’affranchissement.

75 Fuks 1985, 25-32 ; les affranchis devenant citoyens romains, la seule façon de les discerner est dans leurs noms, venant après celui de leur ancien maître, et non de leur père.

76 J., BJ, 7.23-24.38, 40 ; Josèphe avance le chiffre de 2 500 pour Césarée ; pour la dispersion, J., BJ, 6.418.

77 Les survivants de Jérusalem ayant plus de 17 ans et en bonne santé, J., BJ, 6.418.

78 J., AJ, 18.23.

79 Rutgers 1998, 171.

80 Kasher 1987, 53.

81 Tac., Ann., 2.85.4-5 ; Suet., Tib., 36.1 ; J., AJ, 18.63 sq. ; D.C. 57.18.5a ; Philon, Leg., 159-161.

82 Cf. Rutgers 1998, 176-181 et Williams 1989.

83 Garnsey 1970, 116 et 119 ; selon Mommsen 1907, la relégation est “la limitation par l’autorité de la faculté de choisir son lieu de séjour. Elle se présente soit comme ordre de quitter une localité déterminée et de ne plus y revenir, c’est-à-dire comme bannissement, soit comme ordre de se rendre dans une localité déterminée et de ne pas la quitter, c’est-à-dire comme internement” ; la deportatio est “une espèce de relegation”, introduite par Tibère, mais dont les conséquences sont plus lourdes, notamment par l’assignation d’un lieu de résidence, une île de la mer ou un oasis du désert (309-329 et 322-324) pour la deportatio.

84 Rutgers 1998, 181.

85 Tac., Ann., 86 ; J., AJ, 18.84.

86 Moatti 2006 ; les Actes des Apôtres évoquent ce même chiffre pour un soulèvement populaire, 21.38.3.

87 Suet., Cl., 25.4 ; D.C. 60.6.6 ; Act. Ap., 18.2 ; Orose, adv. Paganos, 7.6.15.

88 D.C. 60.6.6.1.

89 Cf. Rugers 1998 pour la discussion sur ce passage de Suétone, p. 191-197.

90 Rutgers 1998, 182.

91 Rutgers 1998, 185.

92 Moatti 2006, 11.

93 Du fait des contraintes d’édition, et parce que le thème nous mènerait trop loin chronologiquement, nous avons choisi de n’évoquer qu’en quelques mots les suites de la révolte de Bar Kochba, dont les grandes lignes peuvent être trouvées dans Schäfer 1989, 171-188, et 248-250 pour une large bibliographie.

94 Schwartz 1985, 29, les italiques sont de nous.

95 Dexinger 1981.

96 Goodman 1983, 32.

97 Mentions de St Jérôme et une du Talmud, cité par Schwartz 1985, 28.

98 Cf. l’étude d’ensemble de Hadas-Lebel 1989.

99 Mélèze [1991] 1997, 272 ; D.C. 55 et 63.32.1-3.

100 Schäfer 1989, 170.

101 Safrai 1976, 211 et 208-209 pour les références.

102 Safrai 1983 ; cf. également Meyers & Strange 1984, 183-191 pour de nombreux exemples, sans toutefois des explications sur les causes, et Urbach [1979] 1996, 694-695.

103 Pour de nombreux exemples, Davies 1974, 56-58.

104 Guittin, 46b.

105 Tosefta Avoda Zara, 5.3 ; conséquence du dépeuplement et de la rupture de l’équilibre Juifs/non Juifs après 135 p.C. Relevons seulement qu’en d’autres temps, une même volonté d’attirer ou de retenir les fidèles en un lieu symbolique, Jérusalem, justifia une exhortation religieuse, assortie de récompenses futures ; ainsi que le note l’orientaliste E. Sivan 1996 (dont toutes les références sont tirées, p. 90-91) la Ville acquit au viiie siècle, pour les musulmans, une importance particulière ; un hadith circula, déclarant à propos de la Terre sainte : “Cette terre est élue entre toutes les terres ; et c’est pourquoi j’y assigne les meilleures de mes serviteurs”. À propos de Jérusalem et de ses habitants, les mystiques musulmans disaient que “Celui qui réside à Jérusalem ressemble au combattant de la guerre sainte” ; “vingt mille anges intercèdent devant Dieu en faveur de tous les habitants de Jérusalem” ; “quiconque meurt à Jérusalem, c’est comme s’il était mort au Ciel”, “il ne recevra pas de châtiment au jour du Jugement”. C’est à l’époque de Saladin que le repeuplement de Jérusalem, interdite aux musulmans pendant toute la période croisée, fut un objectif important. Les docteurs de la loi utilisèrent donc les hadiths anciens (déjà cités) afin de motiver les fidèles. “Le besoin en habitants était si impérieux que même l’hôte de passage se voyait promettre des rétributions particulières, avec, bien entendu, la caution d’un hadith” (“Allah assure à celui qui demeure une année seulement à Jérusalem le pain quotidien et, quand son heure sera venue, le repos au paradis”). Dans cette instrumentalisation politico-religieuse, les propagandistes n’hésitèrent pas à renchérir : “Quiconque prie à Jérusalem et fait ses ablutions avant la prière est lavé de ses péchés comme au jour de sa naissance”.

106 Hadas-Lebel 1989, 277.

107 Hadas-Lebel 1989, 109-193 et le chapitre “L’établissement d’un modus vivendi” (p. 245-277) : “la tendance dominante à la fin du iie siècle semble être celle de la résignation mais non du désespoir”, (p. 277).

108 Rutgers 1998, 186-191.

Auteur

Université de Paris 11 - ESG

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540