Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Troisième partie. Exils et asiles

Introduction

Wolfgang Kaiser

Texte intégral

1Les migrations forcées, tout comme l’accueil de groupe ou d’individus qui cherchent refuge ou asile, constituent des éléments importants dans l’arsenal de la gouvernance de vastes empires : ainsi les déplacements massifs ont-ils été au service d’une politique de (re) peuplement d’Istanbul après la conquête ottomane en 1453 (S. Yerasimos) ; les déportations, un moyen de rééquilibrage religieux et/ou ethnique, accompagnant souvent la répression de révoltes (A. Nef, R. Benitez) ou des conquêtes (A. L. Cortés Peña) : la dispersion est conçue comme punition (ainsi la diaspora des juifs dans l’empire romain, cf. S. Encel) et en même temps un instrument de contrôle et de surveillance.

  • 1 Santoni 1996.

2Les déportations massives mais aussi le bannissement ou la relégation individuelle suscitent une mobilisation administrative importante de la part des autorités (recensement, contrôle des identités, redistribution des biens, etc.) ; lorsqu’elles concernent des groupes entiers, ces opérations nécessitent une logistique considérable et entraînent aussi parfois la participation de particuliers qui y trouvent un bénéfice au détriment des expulsés – tels les patrons de barque languedociens et provençaux dont les bâtiments sont nolisés par des morisques expulsés d’Espagne au début1. Les expulsions ou plus généralement les mesures d’éloignement, de bannissement, de relégation, d’exil forcé ne sont pas le seul fait d’autorités étatiques ; ces mesures reposent, pour l’exil par exemple, sur une coopération avec les institutions et les cadres sociaux des lieux d’accueil. De leur côté, les migrants, forcés ou non, créent des structures de sociabilité et d’entraide mutuelle comme les congrégations de juifs émigrés dans l’empire ottoman (G. Veinstein).

  • 2 Rivière 2002.
  • 3 Brodman 1985.

3L’articulation entre action étatique et intérêt des particuliers, mais aussi entre des autorités concurrentes est patente dans les réglementations pour le maintien d’un accord (otages), pour l’extradition ou la restitution de fugitifs (esclaves, délinquants, sujets d’un autre prince, etc.) qui du Proche-Orient ancien (D. Charpin) à l’empire romain2 et à l’Espagne médiévale3 sont étonnamment proches.

  • 4 Davis 2006 ; Garcia Arenal & Wiggers 1999.

4La relégation, l’exil ou la migration ne se font pas en sens unique (la question du retour reste toujours ouverte : Y. Rivière, N. Vatin) et peuvent emprunter un parcours complexe, comme le montrent les voies d’installation de réfugiés juifs dans l’empire ottoman (G. Veinstein). Ces mesures intensifient par ailleurs la communication entre lieu d’origine et lieu d’exil et participent, par exemple dans l’Italie de la Pentarchie au xv e siècle, à la création d’un espace politique d’information et de décision (C. Shaw). De même, pour les ligueurs français à la fin du xvi e siècle, les lieux de l’exil politique et du refuge religieux sont certes choisis en fonction des rapports de force et des pensions à attendre (de la monarchie espagnole), mais ces choix actualisent et dessinent dans l’espace méditerranéen une topographie du commerce, de la circulation de l’information, et donnent pour longtemps à ces ports et villes le statut de refuge pour les perdants des conflits politiques. De manière générale, les expulsions empruntent souvent les espaces de circulation ouverts par l’émigration individuelle. Ainsi l’émigration au Maghreb, dont le droit est accordé par les Capitulations, anticipe sur les expulsions qui suivront au cours de la Reconquista espagnole, et ouvre un espace de circulation entre les deux rives de la Méditerranée qui ne disparaîtra pas dans les siècles suivants : en témoignent la jeunesse de Hassan al Wazzani (Léon l’Africain) ou les tribulations de Samuel Palache entre Fès, Madrid, Amsterdam et Londres au xvii e siècle4, mais aussi l’éventail culturel des gens attirés au xvi e siècle par l’empire ottoman, des jeunes espagnols ou italiens jusqu’au princes indiens ou safavides (S. Faroqhi).

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andreau, J. et C. Virlouvet, dir. (2002) : L’information et la mer dans le monde antique, Rome.

Brodman, J.W. (1985) : “Municipal Ransoming Law on the Medieval Spanish Frontier”, Speculum, 60 : 2, avril 1985, 318-330.

Davis, N. Z. (2006) : Trickster Travels. A Sixteenth-Century Muslim Between Worlds, New York.

Garcia Arenal, M. et G. Wiggers (1999) : Entre el Islam y Occidente : Vida de Samuel Pallache, judío de Fez, Madrid (2e éd. 2007).

Rivière, Y. (2002) : “Recherche et identification des esclaves fugitifs dans l’empire romain”, in : Andreau & Virlouvet 2002, 115-196.

Notes

1 Santoni 1996.

2 Rivière 2002.

3 Brodman 1985.

4 Davis 2006 ; Garcia Arenal & Wiggers 1999.

Auteur

EHESS - Centre de Recherches Historiques, Paris

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540