Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Colonisations

Aux Indes ! Motivations et conditions des migrations entre l’Espagne et les Indes, xvie-xviie siècles

Grégoire Salinero

Texte intégral

1Une tension constante entre la lettre de la loi et les attentes des candidats à l’émigration, entre la volonté de contrôle social du flux migratoire et le souci de peupler d’européens l’espace colonial caractérise les conditions imposées aux migrations entre l’Espagne et les Indes. Le cadre réglementaire de l’émigration vise certes à exclure les criminels, les juifs, les maures ou les femmes de mauvaise vie. Toutefois, une première erreur serait de croire que la relation des pratiques réelles de l’émigration peut s’inscrire toute entière dans la problématique du contournement d’un ensemble législatif stable. En effet, si la volonté de la couronne de moraliser l’émigration n’est pas niable, la production de règlements à son sujet révèle d’étranges changements de cap. Qui plus est, la relation à ce cadre légal fluctuant ne fournit qu’un éclairage parcellaire de la réalité des conditions d’émigration.

2Le système de causalité habituellement mis en œuvre pour rendre compte des flux migratoires met en scène un empire attractif et une péninsule répulsive. Ainsi, l’étude des lettres privées des migrants américains envoyées en Espagne va traditionnellement dans ce sens. Ce point de vue réduit l’intelligence du migrant à celle d’un émigré aveugle et crédule, victime du mirage américain. Il n’est pas question de nier totalement l’existence de ces cas, cependant il nous faut réviser une alternative aussi réductrice et tenter d’illustrer par quelques traits caractéristiques, l’évolution des conditions faites à l’émigration aussi bien côté péninsulaire que côté américain.

3Côté américain, les historiens espagnols ont développé la notion d’attraction familiale, el tirón familiar, qu’illustre l’appel de ceux qui sont déjà installés aux Indes fait à leurs parents restés en Espagne et les incitant à venir aux Indes. Ce mécanisme doit rendre compte, notamment, du gonflement des flux migratoires de la seconde moitié du xvie siècle. Côté espagnol, le tableau est habituellement plus sombre avec une insistance marquée des divers auteurs sur les difficultés des temps pour la seconde moitié du xvie ; la pression de la misère se substituant à l’appel de l’aventure pour rendre compte du phénomène migratoire.

Des chiffres et des hommes

  • 1 Boyd-Bowman 1968, vol. 1.

4La liste d’émigrés la plus remarquable n’a pas été établie pour faire l’étude de l’émigration. Elle a été produite dans le cadre des travaux philologiques de Peter Boyd-Bowman1, sous la forme d’une recherche de noms de migrants, afin de connaître l’origine de l’espagnol des Amériques. Connaître les hommes pour savoir leur langue. Si bien qu’une sorte de tradition de la liste de noms s’est établie, chaque étude successive devant apporter son lot de patronymes à l’entreprise de collecte générale. Chemin faisant, les listes ont parfois eu la prétention d’atteindre à l’exhaustivité d’un recensement. En sorte que l’obsession du nombre des émigrés a pris le pas sur la question des conditions de migration.

Effets de chiffres

  • 2 Konetzke 1965 et Mörner 1975

5Les débats ont porté sur le nombre des migrants, en relation avec les recherches démographiques en vogue au cours des années 60 et 702. La très grande majorité de ces études ont eu pour base les fonds del Archivo de Indias de Séville, soit un enregistrement officiel des départs limité à la région andalouse. D’une manière générale, ces sources consignent les aspects de l’émigration qui paraissent en accord avec les cadres légaux ou la morale officielle. Quelques recours aux archives notariales ont révélé nombre d’aspects méconnus sans pour autant apporter de réponse à toutes les questions que l’on est en droit de se poser : quelle est la place de catégories telle que celle des paysans ; dans quelle proportion les étapes successives de ces déplacements conduisent-elles les émigrants à s’installer définitivement en Andalousie et dans d’autres régions côtières ; l’importance des retours et des allers-retours est-elle négligeable ? Ici on utilise comme indicateur les archives notariales de Trujillo : patrie de Francisco Pizarro ; c’est l’un des grands pôles migratoires de la Péninsule ibérique pour les xvie et xviie siècles.

  • 3 Rubio & Moreno 1930-1931, t. IX et XIII.
  • 4 Les Catálogos de Pasajeros sont incomplets, ils couvrent les années 1509 à 1701, mais il manque les (...)
  • 5 Konetzke 1948.
  • 6 Dans ce dernier cas, las navires doivent ramener leurs registres au Consejo de las Indias ou à la C (...)

6Établi dès les années 1940, il est un plancher, un chiffre minimum irréaliste, calculé sur la base des catalogues de passagers, fixé à 150 000 migrants et autant de licences conservées pour l’ensemble de la période coloniale dans les archives de Séville3. Il est entendu que cette série (les licences et leur consignation sur les registres de passagers) souffre de graves lacunes ; et que par ailleurs le nombre des licences royales concédées pour aller aux Indes ne correspond pas à celui des passagers4. Richard Konetzke a mis l’accent sur la nécessité d’élargir les bases documentaires pour calculer l’importance de l’émigration5. Il trace les contours de ce qui pourrait être un programme de comptage des émigrants aux Indes. Dans le même temps, l’historien a souligné les limites de l’élaboration de listes de passagers. Le système de navigation en flotas, (convois de navires marchands encadrés par des navires de guerre) n’exclut jamais la navigation en solitaire6. De manière plus générale le nombre de passagers clandestins (polisones y llovidos) est difficile à estimer. Pourtant ces remarques de Konetzke ont largement été oubliées par la suite.

  • 7 Boyd-Bowman 1968. Un volume qui reprend la précédente série est publié ultérieurement, regroupant u (...)
  • 8 La memoria de los registros que hay en esta Casa de las naos que han ido y venido a las..., qui enr (...)
  • 9 Mörner 1975.
  • 10 Estimation de 8 000 émigrants légaux de 1492 à 1592 par Rubio y Moreno, 1917, premier résumé des Li (...)
  • 11 Les membres d’équipage sont exclus à l’exception de ceux qui déclarent rester aux Indes. Enfin, il (...)

7En 1964, Peter Boyd-Bowman, le philologue américain évoqué plus haut, publie le premier volet de ses recherches qui demeure à ce jour la somme la plus complète de noms d’émigrés7. Au point que nombre d’études postérieures se limitent à un commentaire des résultats obtenus par le linguiste. L’objectif visé est de réfuter l’idée d’une origine exclusivement andalouse de la langue espagnole importée aux Indes. Boyd-Bowman estime les départs à environ 200 000 personnes pour le xvie siècle avec un flux annuel moyen de 2 000 migrants. Pour sa part, Juan Friede a recours au catalogue des départs de navires8. Les estimations ainsi faites donnent des chiffres trois à quatre fois supérieurs au nombre des documents officiels qui témoignent des départs, asientos et licencias divers. Cette proportion vise à surmonter à la fois le sous-enregistrement de départs et les pertes de documents. Un coefficient multiplicateur de 17 à 20 passagers par navire (membres d’équipage et esclaves sont exclus) est alors appliqué pour parvenir à une évaluation de 150 000 migrants qui partent légalement de Séville pour les Indes durant la première moitié du siècle. Un chiffre jugé élevé par Friede et qui se justifierait par la nécessité d’expliquer la rapidité de la conquête et de la colonisation. On sait pourtant que l’un des griefs ordinaires faits aux capitaines de navires est d’embarquer en tant qu’équipage bonne part de faux marins qui s’évaporent le moment du retour venu. Magnus Mörner, pour étendre l’estimation jusqu’au milieu du xviie siècle, a utilisé à la fois les sources signalées par Richard Konetzke, les travaux de Huguette et Pierre Chaunu, et les estimations de Friede9. Il passe en revue l’ensemble des estimations disponibles10. Selon le tonnage des navires il leur attribue un nombre de passagers compris entre 15 et 40 personnes afin d’aboutir à une estimation globale11. Au total, Magnus Mörner estime à près de 250 000 le nombre de ceux qui partent pour les Indes tout au long du xvie siècle et à près de 200 000 individus ceux qui partent durant la première moitié du xviie siècle ; les débuts de cette dernière période n’apparaissant plus comme une phase de reflux du mouvement migratoire.

8La notion de migration se confond ici avec le nombre des départs. Or, nous ne disposons d’aucun moyen pour estimer l’écart entre l’enregistrement andalou des départs et l’ensemble des départs réels. Certes, une part est faite aux naufrages et aux équipages ; cependant, comme les précédents, ces calculs ne comportent aucune variable permettant d’estimer le nombre d’émigrants susceptibles de rentrer en Espagne dans un délai assez bref de quelques mois ou de quelques années.

9Si les ordres de grandeurs chiffrés ne sont pas remis en cause, on a le sentiment de passer à côté d’une bonne partie des réalités de l’émigration. La première cause en est l’incohérence apparente des décisions de la couronne.

Moraliser la circulation

10Politique de limitation et mesures permissives vont de pair ; la remarque vaut sur le plan territorial et catégoriel. Dès 1519 (Real Cédula du 14 septembre 1519 et du 27 août 1535 qui instituent un juge de surveillance du trafic gaditan rattaché à la Casa de la Contratación de Séville), la couronne autorise les départs depuis Cadix sous la surveillance d’un administrateur sévillan, des bateaux de marchandises et des passagers à destination des Indes. Il n’existe pas de catalogue de passagers pour Cadix, et la documentation concernant les navires est très incomplète. Le monopole sévillan subit donc très tôt de nombreuses entorses. La navigation directe vers les Indes est autorisée après 1529 depuis la Corogne, Avilés, Laredo, Bilbao, Saint-Sébastien, Carthagène et Málaga. De même, les Canaries reçoivent l’autorisation de se livrer aux échanges avec les Indes (décembre 1508 et juillet 1511) sous la surveillance d’un commissaire sévillan. De 1528 à 1546 l’embarquement direct de passagers y est possible sans qu’on dispose de catalogue. En sorte que l’embarquement de passagers ailleurs qu’à Séville peut expliquer dans une certaine mesure la faible représentation de certaines régions dans les listes sévillanes. La politique de la monarchie qui répond à des logiques contradictoires devient rapidement paradoxale. Alors même que le nombre de lieux de départs reconnus connaît une augmentation, la monarchie multiplie les interdictions et exclut des catégories d’individus toujours plus nombreuses de l’émigration officielle aux Indes. Ainsi, la moralisation des départs semble devoir compenser la plus grande facilité à échapper aux contrôles. D’autant que l’obligation de disposer d’une licence royale pour passer l’Atlantique constitue un médiocre filtre social.

11Chaque candidat au départ doit se pourvoir de cette licence dont le coût de revient est de plusieurs dizaines de ducats. En principe, elle est précédée d’une enquête destinée à établir que le demandeur appartient à une vieille famille chrétienne, qu’il n’est pas un repris de justice et qu’il est de bonne moralité. Malheureusement, on n’a que peu d’indications sur le déroulement de ces enquêtes dont les comptes rendus se figent en un document répétitif et très formel. Si l’on en juge par comparaison avec les enquêtes de pureté de sang qui rendent possible l’accès aux municipalités ou aux ordres militaires il y a fort à parier que ce sont de piètres enquêtes.

12La conformité administrative n’est pas un gage suffisant de conformité avec la loi : elle ne permet que de connaître superficiellement les migrants. La longue attente de ces licences conduit à devancer leur concession en s’avançant vers Séville, de sorte qu’une stratégie de départ se déploie sans licence : beaucoup sont ainsi en souffrance, prêts à saisir une opportunité de départ. Les vraies et les fausses licences s’y vendent sous le manteau. Précisément, les licences demandées au roi permettent non seulement d’être accompagné par son conjoint, mais aussi par ses enfants et ses domestiques, si bien que par extension, les gendres, les belles filles, les proches qualifiés de domestiques sont compris dans le groupe de voyageurs, enregistré sous couvert d’une même autorisation. Aussi, le départ de quelques notables ou d’administrateurs importants provoque la formation de groupes d’émigrants assez larges.

13Le cas de la législation de l’émigration applicable aux femmes est exemplaire. La morale matrimoniale du xvie siècle repose sur la cohabitation conjugale qui est précisément remise en cause par l’émigration du mari. Dès 1509, le roi Ferdinand envoie au gouverneur d’Hispaniola, Ovando, un décret royal demandant qu’aucun homme marié ne demeure dans l’île plus de trois ans sans être rejoint par sa femme. Le principe est étendu à la Nouvelle Espagne et au Pérou en 1533, en 1536 et 1544. Par un décret du 25 février 1530, Charles Quint interdit que les hommes mariés partent sans leur femme aux Indes. La disposition qui concerne aussi tous les fonctionnaires est incluse dans la Recopilación des Leyes de Indias. Ceux qui ne restent que deux ans aux Indes peuvent partir seuls, contre le versement d’une forte caution, fianza, et avec l’accord explicite de leurs épouses. Le roi garde la caution s’ils ne reviennent pas en temps voulu ou bien s’ils ne sont pas rejoints par leur femme en cas de prolongation du séjour.

  • 12 Lettre du roi du 25/1/1569, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona : “Yo vos mando que deje (...)
  • 13 Procuration de Diego González Altamirano, 20/10/1559, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmon (...)

14Les départs en famille sont en augmentation, cependant il est douteux que la législation soit la principale responsable de ce fait. Il est en effet très facile de contourner la loi. Les femmes enceintes refusent de prendre la mer et promettent de partir après l’accouchement, puis elles prétextent que les enfants sont petits. Ainsi, en 1569 dans une lettre aux officiers de la Casa de la Contratación qui exigent que le licenciado Altamirano, nommé alcalde de corte de l’audience de Los Reyes, parte avec sa femme, le roi permet à titre dérogatoire à celle-ci (qui se trouvant enceinte à Séville) de rester en Espagne jusqu’au départ de la prochaine flotte12. Diego González Altamirano est oidor de la province de Los Reyes dès 1559 au moins, date à laquelle il est au Pérou avec son frère Juan Velázquez13, sans que l’on sache à quel moment il s’est marié avec doña Leonor de Torres. Il a donc pu résider aux Indes entre 1559 et 1569 sans sa femme ou bien revenir pour l’épouser et la ramener à Lima. Nous ne disposons d’aucun élément indiquant que doña Leonor soit jamais allée au Pérou malgré l’obligation générale faite en ce sens depuis 1554 aux hommes mariés et à leurs épouses. Il est douteux qu’elle effectue le voyage un an plus tard avec un enfant en bas âge.

15En fait, la législation est un obstacle à certaines stratégies issues du fractionnement familial que favorise l’émigration : les femmes continuent de superviser la gestion des biens, l’éducation des enfants, qui pourrait être menacée d’“ensauvagement” par un séjour aux Indes ; elles reçoivent l’argent envoyé et investi sur place. Les femmes de fonctionnaires sont particulièrement réticentes à partir.

  • 14 Si bien qu’en 1553, par exemple, le licenciado Fernández écrit au Conseil des Indes qu’il y a trop (...)

16Aucune mesure n’interdit aux femmes célibataires d’émigrer au Nouveau Monde. Après 1539, la Casa de la Contratación cesse d’octroyer directement les licences. Mais, bien que le roi examine désormais les demandes de celle-ci, le nombre de passages aux Indes continue d’augmenter. à plusieurs reprises, elles peuvent partir sans licence, en 1554 pour toutes les destinations, en 1555 pour la province du Venezuela seulement. En 1575, Philippe II rétablit le contrôle des départs, une licence royale est à nouveau exigée. La couronne veut limiter le départ aux Indes des femmes de mauvaise vie. Les Nouveaux territoires doivent échapper aux maux de la péninsule, ils ne sont pas perçus comme des espaces de délestage pour les membres indésirables de la société castillane. Mais le souci d’éviter les mariages avec des esclaves, la peur du métissage peut-être, la volonté de stabiliser une population masculine majoritaire rendent compte de nombreuses incohérences et d’un certain laxisme en matière de contrôle14.

Profil et motivations des migrants

  • 15 Boyd-Bowman 1976, 585.

17Selon les travaux de Boyd-Bowman, à la fin du xve et tout au long du xvie siècles l’Andalousie fournit le nombre le plus élevé d’émigrés, avec un total d’environ de 20 000 départs sur près de 55 000 cas relevés. Les chiffres de la Vieille Castille dépassent tout d’abord ceux de l’Estrémadure ; mais, dès 1520-1539, l’écart se resserre. Pour les périodes suivantes l’Estrémadure l’emporte sur la Vielle Castille15. Entre 1560 et 1579, trois passagers sur quatre sont originaires du sud de la Péninsule. Les contingents des provinces voisines de l’Andalousie, Badajoz, Caceres, Tolède, représentent la moitié des départs. L’Estrémadure fournit tout au long de la période un large contingent de migrants, au moint de constituer un sixième du total.

  • 16 “Todo el Norte y Este de España dan poco contingente. Se explica que sea así en el Este, zona rica (...)

18L’argument de la pauvreté ne vaut pas pour rendre compte de la première place de l’Andalousie. Parfois, à l’inverse, elle est expliquée par le fait qu’il s’agit d’une région riche, par la fascination qu’y exercent plus qu’ailleurs les ressources de l’Outre Mer, et par le monopole sévillan des échanges avec les Indes. La richesse justifie dans d’autres cas, pour la Catalogne notamment, la faible participation au mouvement migratoire16. De sorte que les explications des motivations des candidats au départ tiennent de la tautologie et de la méthode Coué. Les régions pauvres émigrent, l’Est est riche, l’émigration y est donc faible, puisque l’Andalousie est riche on y émigre pour d’autres raisons que la pauvreté. Contentons-nous de relever que dans le hit-parade des régions d’émigration se trouvent aussi bien des régions riches que des régions pauvres ; aussi bien des régions côtières bien pourvues en ports d’embarquement, que des régions de l’intérieur. L’émigration, diverse, ne se réduit pas à la prédominance d’un facteur par région. Qui plus est, les motivations individuelles qui semblent déterminantes sont susceptibles de varier dans le temps. Enfin, les renversements de conjoncture, tout autant que les crises brèves, peuvent constituer un élément d’explication déterminant dans une société d’Ancien Régime à l’économie fragile. Quelques points plus précis sont acquis. Le monopole sévillan n’est pas un véritable monopole, il explique davantage l’importance des sources sévillanes et leur bonne conservation que le premier rang de l’Andalousie. Ces sources sous-estiment l’émigration du nord de la Péninsule dont une bonne partie de l’enregistrement est perdu. Le poids du centre est certainement supérieur à ce qu’il paraît, nombre de candidats au départ s’installant pour de longues périodes à Séville, au bord du Guadalquivir, dans l’attente d’une occasion de concrétiser leur rêve.

  • 17 Milhou 1978.
  • 18 Sánchez Rubio 1993.

19Comme l’a montré Alain Milhou17, il est dans le péninsule du temps une authentique aspiration à la liberté qui ne saurait se réduire à la recherche de meilleures conditions de vie. Ainsi, l’argument selon lequel les seigneuries étaient des nids de migrations, à cause des dures conditions de vie imposées là à des populations en situation de dépendance, ne résiste pas à une analyse serrée. Francis Brumont montre que les prélèvements dans les seigneuries de Vieille-Castille n’étaient pas plus lourds que ceux imputables à la couronne. En Estrémadure, Rocío Sánchez Rubio à établi que les centres qui alimentent les départs constituent une dorsale migratoire qui suit la Ruta de la Plata et le long de laquelle les migrants originaires des villes de realengos sont proportionnellement plus nombreux que ceux issus des seigneuries18. On l’a dit, cette aspiration à la liberté ne se réduit pas à la recherche de meilleures conditions de vie.

  • 19 “Se inscribieron más de 70 dellos, y por se inscribir entraron en Cabildo secretamente por miedo de (...)

20En 1551, Bartolomé de las Casas obtient des cortès de Burgos de recruter 3 000 paysans pour développer les cultures aux Indes. Il se heurte à Berlanga aux résistances du Connétable : “plus de soixante-dix d’entre eux se sont inscrits, et […] se réunirent en assemblée, secrètement, par peur que le Connétable ne découvre leurs intentions (…) Ils se cachèrent dans une grange en craignant que les murs pourraient rapporter au Connétable, puis ils lui annoncèrent : ‘ seigneur, aucun de nous ne veut aller aux Indes à cause des privations dont il souffrirait ici, car chacun de nous possède au moins 400 000 maravédis de biens… mais nous partons pour que nos enfants grandissent libres et en terre du roi…’”19. Le seigneur fit cependant obstacle au départ, peu partirent. Amère ironie du sort, nombre de ceux qui partirent, et qui devaient fonder un modèle de cohabitation inédite avec les indigènes, allèrent grossir les rangs des hommes de mains qui se livraient aux razzias d’indiens, destinées à fournir en main d’œuvre servile les plantations coloniales des Caraïbes.

  • 20 Nadal Oller 1966, 76-78.
  • 21 Boyd-Bowman 1976, 599-600.
  • 22 Boyd-Bowman 1967.
  • 23 Martínez Shaw 1994.

21Retenons en guise de profil des migrants, nuancé par divers auteurs, qu’ils sont en majorité de jeunes hommes, entre 16 et 25 ans selon Jordi Nadal Oller, qui n’avance pas de preuve, mais qui note que ce groupe représente environ 15 % de la population espagnole vers 1760, une date bien tardive20. Le nombre des femmes est inférieur à celui des hommes qui partent d’abord seuls, puis font venir leurs épouses. Mais les hommes partent en groupe, parents, frères, pères et fils, voisins. Durant la première période de la conquête, la proportion de femmes est faible, avec 5 % à 6 % du nombre de partants enregistrés avant 153921. Leur participation à l’émigration augmente pendant les périodes suivantes, 16,4 % de 1540 à 1559, puis 28,5 pour la période 1560-157922. Parmi elles, la proportion des célibataires, stable avant 1559, dépasse légèrement les 50 %. Puis elle augmente durant la seconde moitié du siècle pour atteindre 60 %. Les femmes qui émigrent aux Indes sont en majorité issues de régions très urbanisées comme l’Andalousie, avec 55 % du total, une part supérieure à celle des hommes. Au total, Carlos Martínez Shaw relève qu’un émigré sur trois seulement est marié ou est en mesure de se marier avec une espagnole durant la seconde moitié du xvie siècle, deux sur trois doivent trouver une autre solution pour assurer leur vie maritale23.

  • 24 Il passe en revue avec nuance les diverses catégories socio-professionnelles. Les officiers, “No to (...)
  • 25 Boyd-Bowman 1963.
  • 26 On sait que cette appellation recouvre un nombre important d’individus qui bénéficient sous ce titr (...)

22Le profil social des migrants constitue un enjeu national. Une tradition latino-américaine se complaît à signaler les origines sociales élevées des conquistadors et des colonisateurs espagnols. Ainsi, Ángel Rosenblat insiste sur l’importance de la participation des hidalgos à la conquête, particulièrement durant la période caribéenne, et sur leur bon niveau culturel, sans toutefois soutenir la thèse d’une conquête faite par les élites ou l’aristocratie espagnole24. Il est clair que cette tradition induit une vision globale des causes de l’émigration et du niveau général des élites espagnoles des Amériques. À l’inverse, l’idée que les premières expéditions et la conquête sont faites par les parias de la société castillane subsiste en Espagne. En réalité, les moyens manquent pour faire un bilan global. La proportion réduite d’indications exclut toute conclusion trop tranchée. Pour les premières décennies du xvie siècle on ne connaît l’origine sociale que de quelques milliers d’individus. Par ordre d’importance numérique, ce sont des hidalgos, des religieux, des marins et des commerçants25. Par ailleurs, 10 % seulement de ceux qui déclarent être des domestiques sont identifiables comme appartenant véritablement à ce groupe26. Ce dernier groupe d’émigrés, qui profitent le plus souvent de la licence d’un tiers pour passer aux Indes en annonçant être au service de celui qui est pourvu de la licence, appartient en majorité à d’autres catégories sociales. Les études menées pour l’Estrémadure du xvie siècle ne donnent pas des résultats très différents, avec une proportion plutôt faible de commerçants et plutôt forte de religieux.

23Les catégories de la noblesse ne sont guère fiables pour fonder une analyse du rôle de cet ordre dans la conquête et la colonisation. On sait que le feuilletage de la noblesse et les groupes sociaux professionnels sont bien loin de se superposer. Si bien que la catégorie inférieure de la noblesse est aussi la plus facile à usurper. Les hidalgos sont présents parmi les fonctionnaires, les ecclésiastiques, les militaires et les criados. S’ils ne doivent pas déroger en se livrant à des métiers vils, ils n’en exercent pas moins diverses fonctions d’encadrement. Les termes de doña a peu de signification sociale. Celui de don signale l’influence sociale d’une famille de la moyenne noblesse, mais se superpose au découpage tripartite de la noblesse, et peut correspondre selon le cas, à des nobles titrés (títulos), à des chevaliers de la noblesse moyenne (caballeros) ou à certaines familles aisées de la hidalguía. L’appartenance à la noblesse n’est pas davantage synonyme de richesse. À tel point qu’il est possible de classer ses membres d’une extrémité à l’autre dans un éventail très ouvert de la fortune. Selon le principe que ceux dont les aspirations sociales sont comblées en Espagne n’ont aucune raison d’émigrer, les hidalgos sont les plus nombreux à partir pour les Indes, avec les cadets sans majorat. Une sorte de poussée familiale, qu’on pourrait qualifier en espagnol comme empujón familiar, pour faire écho à la formule du tirón familiar.

  • 27 Soit Juan de Carvajal (fils de Beatriz de Vargas et de Diego de Vargas Carvajal), né en 1528 qui es (...)
  • 28 Il s’agit de Diego de Vargas Carvajal, second comte del Puerto, fils de Juan de Vargas Carvajal et (...)
  • 29 Francisco de Vargas est membre du Conseil royal de Castille et Alcade de Casa y Corte, en 1507 il e (...)
  • 30 Ce sont Carlos de Vargas frère du président du Consejo de Hacienda (descendant de la branche issue (...)
  • 31 García de Vargas, fils de Luis de Vargas Carvajal et de Bernardina de Villalobos.

24Cependant, il n’est pas possible, de rapporter, dans une même génération, la proportion des cadets qui migrent à celle des cadets que les familles orientent vers la poursuite d’études universitaires ou vers d’autres activités. Or, on sait que l’Espagne du xvie siècle, comme l’a montré Richard Kagan, bénéficie de l’un des plus forts taux européens de cadets de familles suivant des formations universitaires. Ainsi en va-t-il dans la famille des Vargas Carvajal de Trujillo : les mariages successifs des enfants d’Alonso García de Vargas et de ses deux femmes, Teresa González Ramiro puis Sevilla López de Carvajal, sont très féconds, qui leur donnent plus de quarante petits-enfants. Le système très exclusif de partage des héritages, qui privilégie la concentration des biens et des titres sur les aînés (sous la forme du majorat) et les liens avec les Indes de certains membres de la famille, pourrait laisser penser qu’il y avait un nombre élevé de candidats au départ. Or, il n’en est rien, leur effectif est très limité. Les membres de la famille servent régulièrement le roi sur les champs de bataille espagnols, français et portugais. Ainsi García de Vargas, quatrième détenteur de la seigneurie familiale, meurt lors de son engagement comme caballero dans les guerres de Grenade. Le service de la couronne et celui de l’église sont la principale activité des deux grandes branches du lignage. On y trouve entre autres trois gentilhombre de Casa y Boca du roi27 ; un président du Consejo de Hacienda28, le ministère des finances ; un contador mayor de cuentas, sorte de receveur général ; un évêque29 ; deux oidores, juges à la Corogne et à la chancellerie de Valladolid30, et deux juges d’appel, juez mayor, de Biscaye et de Cuenca31. Plusieurs d’entre eux occupent aussi des charges de conseillers dans les villes d’Estrémadure, régidor de Trujillo, de Mérida et de Plasencia. Il n’y a pas de doute que, pour nombre de cadets de familles, la poursuite d’études universitaires et l’orientation vers une carrière juridique débouchant sur le service royal et celui de l’église constituaient une alternative efficace au départ vers le nouveau Monde, si prometteur.

Conditions légales et situations bilatérales

  • 32 Mörner 1975, 73-74. L’auteur qui passe simplement en revue les causes possibles a largement insisté (...)

25Le système de causalité auquel les historiens ont habituellement recours, dans la lignée de Magnus Mörner32, est construit sur la distinction entre facteurs répulsifs péninsulaires et facteurs attractifs américains. L’image négative de la péninsule serait liée aux mauvaises récoltes de la fin du xvie siècle, à une fiscalité trop lourde, des levées de troupe répétées, une société bloquée par des pouvoirs seigneuriaux abusifs et des clans familiaux crispés sur leur autorité municipale. Au contraire, le sentiment qu’une réussite rapide est possible aux Indes et que La Castille américaine s’apparente au paradis terrestre rendrait compte du préjugé favorable dont bénéficie le Nouveau monde dans la perception des candidats au départ. Cette assimilation plus ou moins rigoureuse de chaque espace à une série homogène de causes est à revoir, comme la logique qui la sous-tend et qui conduit à faire de l’émigré un individu passif qui subit l’exclusion, qui est crédule et mal informé. Bien plus, quelquefois, cette analyse des causes de l’émigration moderne trouve comme une confirmation dans celle des phénomènes migratoires du xxe siècle à laquelle elle est à l’ordinaire comparée

Les modèles qui incitent au départ

  • 33 Sur les modèles seigneuriaux, Serrera 1992.
  • 34 “Sucesora en la encomienda de Indios que obtuvo su padre como conquistador y poblador que fué de aq (...)

26Il est au moins trois modèles qui incitent au départ : celui du conquistador ; celui du détenteur d’une encomienda et plus généralement du seigneur noble ; et enfin celui de l’officier au service de sa majesté. Ce sont à la fois des modèles transposés qui passent d’Espagne aux Indes33 et des images américaines reprises par les sociétés candidates au départ. On en trouve des traces discrètes dans les archives notariales : ainsi, en évoquant son père, Hernán García Gallardo, dans une procuration donnée à un habitant de Trujillo, une certaine doña Elvira Gallardo, originaire de Villafranca, et l’écrivain public précisent, “elle a hérité de l’encomienda obtenue par son père qui a été l’un des conquistadors et des colonisateurs de ces terres”34.

  • 35 Sur l’évolution de cette notion, Serrera 1992, 485-489.
  • 36 Selon les auteurs les évolutions qui se concrétisent par l’arrivée de nouveaux encomenderos et dans (...)

27Le modèle de l’encomendero : l’encomienda, réservée dans un premier temps aux conquistadors selon la revendication du derecho premial35 (la récompense que le suzerain doit accorder à ceux qui ont réussi dans une entreprise à son service) s’ouvre aux colons tout en changeant de nature dans la seconde moitié du siècle36. De plus, après 1529 la monarchie rompt avec le principe de non concession de la noblesse ou de titres dans le Nouveau Monde, lors de la création du marquisat d’Oaxaca avec l’entière juridiction civile et criminelle sur vingt-et-un villages de cette région. Nombreux sont par exemple les habitants de Trujillo d’Espagne qui, suite à leur participation à la conquête du Pérou, obtiennent une ou plusieurs répartitions d’indiens. La proximité relative de ces encomenderos fournit un modèle seigneurial aux candidats au départ qui sont issus de la petite noblesse sans terres. On sait qu’au cours des xvie et xviie siècles, le nombre d’encomiendas se réduit ; la victoire des encomendero des années 1540 au Pérou ne fait que freiner un temps cette tendance au recul du système. Les émigrés du dernier tiers du xvie siècle et du xviie siècle ne peuvent guère espérer obtenir une encomienda en guise de cadeau d’arrivée.

28Enfin, le modèle de l’officier au service de sa majesté est omniprésent à Trujillo par exemple avec le retour de nombre d’entre eux. Concernant le milieu de l’office, les travaux de Michel Bertrand ont montré que certains corps de fonctionnaires corrompus tendent à se fermer aux nouveaux venus avec qui les anciens sont contraints de partager leurs avantages. De sorte que, dès la seconde moitié du xvie l’idée que la réussite est toujours au rendez-vous de l’émigration est en recul.

Les dangers de la traversée

  • 37 Archivo General de Indias, Indiferentes Generales, leg. 2059, cité par Sánchez Rubio 1993, 119.

29La recherche d’un mieux-être économique et social est la pierre de touche de la plupart des démonstrations visant à rendre compte des départs. Or, avant de devenir quelquefois une réalité, ce sentiment revêt une dimension éminemment subjective pour les contemporains, variable selon leur condition sociale mais aussi selon leur situation personnelle. Aussi, la recherche des signes témoignant des causes du départ s’avère généralement décevante pour l’historien. Au mieux peut-on se risquer à avancer des corrélations entre une période de disette ou toute autre conjoncture difficile et l’augmentation du nombre des départs. Font exception les exemples dans lesquels le voyage paraît la seule issue comme c’est le cas pour le riche aubergiste de Trujillo, Alonso Blanco, qui, s’étant porté garant pour des amis, sombre dans la ruine et n’a d’autre alternative que de partir Outremer37. La décision d’entreprendre la traversée ne s’apparente généralement pas à la fuite. Au contraire, elle préside d’ordinaire à une préparation assez longue du voyage. Depuis Trujillo, il suppose d’aller d’abord à Séville ou de s’installer dans un autre port d’où l’embarquement est possible.

30Faute de restituer la dimension individuelle et familiale du processus qui conduit à la résolution de quitter la ville, on ne peut expliquer pourquoi tout le monde ne part pas, ou pourquoi la période de la seconde moitié du siècle est un chassé-croisé entre les émigrants dont le nombre va en augmentant et ceux qui rentrent dont le nombre ne cesse également de grossir.

  • 38 Altman 1992, 36.

31De même, l’insistance sur les facteurs répulsifs rend très mal compte du fractionnement des familles au départ : si l’on préfère partir avec des amis c’est que la force des éléments qui incitent au mouvement n’atteint pas un seuil suffisant pour arracher à la région d’origine femme et enfants sans avoir vérifié les attraits de la terre promise. Les partants, en particulier les moins fortunés qui devraient le plus tenter de couper les liens avec la société d’origine, sont aussi les plus méfiants. Le fractionnement familial n’est pas seulement affaire de moyens. Enfin, les facteurs de répulsion trop grossièrement définis peuvent sembler en contradiction avec le localisme caractéristique de l’esprit des conquistadors et des premiers colons38.

  • 39 “Me he holgado mucho en saber que v.m. tiene vida y está en estado de casado y que tiene muchos hij (...)
  • 40 “Y si no le he enviado plata ha sido por incitarle a que se venga”.
  • 41 “Yo no estoy para entrar en la mar, que si lo estuviera, por ventura quizá me determinara de ir a e (...)
  • 42 Pérez-Mallaina Bueno 1992, 32.
  • 43 “Es esta ciudad triste y oscura ; por defuera negra, por dentro negrísima (...) todos van hechos un (...)

32D’une manière générale, les lettres des émigrés envoyées à leurs parents en Espagne peuvent être utilisées également pour montrer l’attraction et la répulsion liés à l’image des Indes. Certes, elles vantent les mérites des nouveaux territoires ; mais font une large place à la nostalgie de la patrie perdue et à l’âpreté de la vie aux Indes. L’ambiguïté des lettres est constante. Ainsi, Alonso de Encinas, qui se trouve à La Ascension, très âgé et sans aucun descendant, écrit en 1588 à son neveu : “j’ai été très heureux d’apprendre que vous êtes en vie, que vous êtes marié et que vous avez beaucoup d’enfants. Finalement, comme le dit le proverbe, ‘ bon sang ne ment jamais’ avant que mes yeux ne se ferment, il se pourrait que je vois l’un de vous”39. Il prétend que, sur le chemin des Indes, Hernando et les siens ne manqueront de rien s’ils se résolvent à faire le saut, mais explique qu’il n’a pas envoyé un sou pour les inciter au départ : “si je ne lui ai pas envoyé d’argent c’est pour l’inciter à venir”40. On retiendra que l’insistance de l’oncle n’a pas suffi à décider le neveu. Le discours concernant les dangers de la traversée sont parfaitement en contradiction avec la volonté de beaucoup d’entre eux de convaincre leurs proches de venir. Un certain Alonso de Elvas depuis le Nouveau Royaume de Grenade écrit à son frère : “mon état de santé ne me permet pas de prendre la mer, sans quoi d’aventure je me déciderai à aller jusqu’à vous, mais les médecins m’ont averti que je mourrai si je prends la mer, (...) hâtez vous, je vous attends, et ne vous laissez pas décourager par les dangers de la mer”41. Des récits inquiétants évoquent los riesgos de la mar, les risques de la traversée de ce désert d’eau42. Un texte célèbre du chroniqueur Eugenio de Salazar compare le navire à une ville inconnue : “cette cité est triste et obscure ; noire à l’extérieur, et plus noire encore au dedans (...) tous vont pelotonnés en tas, collés les uns aux autres ; et ainsi, tout près de l’un, l’autre rote, un autre vomit, un autre lâche les vents, un autre encore soulage ses tripes pendant que vous déjeunez ; et pas question de dire à qui que se soit qu’il a de mauvaises manières car les lois de cette cité permettent tout (...). En conclusion, la terre est faite pour les hommes et la mer pour les poissons”43.

“La sangre sin fuego hierve”44, (“bon sang ne ment jamais”)

  • 44 Ce proverbe repris dans une lettre de Alonso Encina à son neveu Hernando de Encina pour l’inciter à (...)
  • 45 “Y prometo a v.m. que me he bajado para ganar un principio para ganar de comer, que no es lícito es (...)
  • 46 Archives du monastère de Guadalupe, fondo Barrantes, Ms. B/3., fol. 167, document fourni par R. Sán (...)

33La rhétorique de l’émigration transfigure les conditions réelles faites au migrant. L’émigration et sa réussite impliquent la personne du migrant, de sorte que les nouvelles qu’il donne sont déformantes aussi bien pour la situation réelle de la Péninsule que pour celle des Amériques. Chez l’émigré, la misère du pays se transforme en topos. Parfois, le bel art du verbe se brise et quelques émigrants évoquent à demi mot les extrémités inavouables auxquelles ils se voient réduits en arrivant aux Indes : “et je vous assure qu’au début j’ai dû m’abaisser pour gagner seulement de quoi manger, il n’est pas convenable de l’écrire, pas plus qu’il n’est convenable que l’on sache quels métiers exercent les hommes aux Indes pour gagner de quoi manger”45. On ne peut mieux dire que la rhétorique de l’émigration a ses règles. Ainsi, Ida Altman cite la lettre de Álvaro Paredes, un hidalgo apparenté à la famille Paredes de Cáceres et de Trujillo : en 1590, alors qu’il se trouve à Mexico et veut retourner en Espagne, il refuse, honteux, les 1 000 pesos que son frère lui propose pour rentrer, por verguenza, pour éviter le déshonneur qui l’atteindrait ce faisant46. Aussi, la notion d’attraction familiale nous semble-t-elle rendre davantage compte de la géographie des migrations que du nombre des migrants ou des périodes de gonflement des départs.

  • 47 “Venir (...) será salir de ruín tierra, auque esta no está como solía, mas al cabo, trabajando las (...)
  • 48 “Decisme que estáis movido de pasar a Perú, yo no creo que sería acertado porque debe estar esa tie (...)

34Les lettres insistent de plus en plus sur le pragmatisme et le labeur à fournir par l’arrivant. La nécessité du travail aux Amériques s’accompagne de jugements plus nuancés sur le territoire dont les colons considèrent habituellement qu’il s’appauvrit : “venir ici (...) ce sera échapper à une terre misérable, bien que celle-ci ne soit plus ce quelle était, mais en fin de compte, les gens qui travaillent y trouvent de quoi gagner leur vie” écrit en 1578 depuis Mexico Alonso González à son frère, Juan Rubio, resté à Trujillo47. Dans l’esprit des plus pauvres s’est installée, au cours des années 1570-1580 du moins, la conviction qu’il faut opposer l’Estrémadure, où le travail ne permet plus de vivre décemment, aux Indes où il assure décemment la vie d’une famille ; ceux qui n’y parviennent pas sont des incapables. Chacun semble convaincu de la nécessité d’exercer un emploi et d’adopter un comportement productif. La même Juana Rodríguez Barroso met en garde son fils contre son intention d’aller jusqu’au Pérou : “vous me dites que vous êtes décidé à passer au Pérou, je ne pense pas que ce soit judicieux, car cette terre n’est pas si généreuse qu’elle a pu l’être, (...) ce que je sais c’est qu’avec la dernière flotte du Pérou il est arrivé bien peu de ducats pour des particuliers de la part d’hommes qui n’étaient pas accoutumés à en gagner”48. D’une certaine manière, le sang, la caste, les qualités inscrites en chacun sont finalement l’explication à laquelle nombre de contemporains ont recours pour rendre compte des échecs et des réussites personnelles aux Indes et dans la péninsule. Les Indes ne constituent qu’une opportunité, un révélateur de l’étoffe de chaque homme. Elles ne sont ni un espace idéalisé à l’excès ni le négatif de la Péninsule à laquelle on reste attaché. Mais l’étude de l’accueil et de l’intégration des migrants dans la société coloniale reste à faire.

L’exemple de Trujillo d’Espagne

  • 49 Lockhart 1986-1987, 164.

35Le cas de Trujillo révèle quelques aspects méconnus des phénomènes migratoires, et en premier lieu l’importance des retours et des allers et retours. Avec Pizarro, dixsept hommes jeunes à qui la fortune sourit reçoivent des sommes incroyables lors du partage de la rançon d’Atahualpa à Cajamarca49. Huit d’entre eux reviennent dans la région de Trujillo : les tous premiers sont Juan Cortés, Martín Alonso, Diego de Trujillo et Pedro Barrantes de retour dès 1533 pour les deux premiers et en 1534 pour les suivants. Juan figure parmi les régidores dès 1541 et jusqu’en 1558, Pedro dès 1544 et jusqu’en 1564 au moins.

36À l’exception de Diego de Trujillo, qui repart au Pérou en 1546, et d’Hernando Pizarro (le seul à effectuer un nouvel aller-retour), ces hommes restent dans la région cependant que neuf anciens compagnons s’installent durablement aux Indes. À leur retour, ceux qui appartiennent à la petite noblesse occupent une position tout à fait enviable à laquelle il leur était difficile de prétendre avant de se lancer dans l’aventure américaine et de faire fortune (cas de Pedro Barrantes et de Juan de Orellana Pizarro). à lui seul, ce groupe reçoit officiellement plus de 200 000 pesos d’or qui approchent les cent millions de maravédis. De quoi susciter bien des vocations.

37Les malheurs des temps et la très forte dépendance sociale auxquels sont soumis les habitants (en particulier durant les années 1570 à 1590) les incitent à partir en plus grand nombre. Les dernières années du siècle sont marquées par la crispation de la société urbaine et de ses extensions rurales, par la multiplication des violences et par le renforcement du mépris à l’égard des plus faibles. Quelques exemples peuvent illustrer le caractère inégalitaire et le poids de la dépendance sociale à laquelle sont particulièrement soumis les petits paysans, les manouvriers ou les domestiques, plus représentés dans la documentation notariale.

  • 50 “Diciendo que Juan tuvo encerrada a María Díaz su hija.... y que la hubieses estrupado y corrompido (...)

38En 1569, le viol de la fille de Gonzalo Martín (un paysan de Jaraicejo) par Juan Pizarro de Torres (le rejeton d’une des familles importantes de la ville) se termine par un accord à l’amiable en vertu duquel Gonzalo reçoit une vache et un bœuf pour le labour50. Plus largement les caballeros e hidalgos qui bénéficient des privilèges fiscaux et juridiques habituels sous l’ancien régime ne manquent pas une occasion, par le biais des décisions réglementaires prises au sein du conseil municipal, d’affirmer leurs privilèges. Les ordonnances de la ville qui concernent pour l’essentiel la vie rurale dans la juridiction de la ville fourmillent de cas particuliers et d’exceptions les concernant.

  • 51 Reddition des comptes de Pedro Barrero à doña Catalina Fernández de Córdoba, 17/9/1578, Archivo de (...)

39Les manouvriers et autres salariés agricoles sont généralement sous les ordres d’un administrateur, mayordomo. Ainsi, Pedro Barrero qui tient les comptes des biens de don Diego de Vargas Carvajal rend compte à la mère de celui-ci des dépenses qui laissent entrevoir l’étendue de son autorité. Rien ne lui échappe, il encaisse les revenus et les rentes d’une vingtaine de terres, organise les travaux agricoles, engrange méticuleusement les redevances en nature, mais se charge tout aussi bien des détails de la vie domestique, des achats de chaussures, des coupes de cheveux, du gommage du velours des chausses de don Diego51. Domaine et maison sont administrées ensemble.

  • 52 Malgré sa fortune, Juana Picolomini de Aragón doit 150 ducats d’arriérés de gages à plusieurs de se (...)
  • 53 Procuration de Juan de Chaves Mayorazgo à Francisco Gergorio et Hernando de Chaves, 10/12/1565, Arc (...)
  • 54 En octobre 1576, plusieurs domestiques, un esclave et plusieurs porchers travaillant pour Rodrigo d (...)

40La situation des domestiques modestes est significative de la double dépendance économique et sociale de certaines catégories. Le paiement des salaires, par exemple, est très irrégulier. Après décès, les dettes sur salaire aux domestiques sont la règle, le maître estimant à l’ordinaire que le gîte et le couvert constituent une rémunération suffisante. Les plaintes des domestiques impayés qui réclament leurs émoluments sont légion52. Leur dépendance présente aussi une face publique : ils sont notamment identifiés à leur clan, au bando, auquel appartient leur maître et dont il forment, avec les esclaves, les troupes actives des hommes de main. Juan de Chaves Mayorazgo, chef du bando des Chaves, fait un procès en décembre 1565, à Juan de Rodas de Aguilar, d’un bando adverse, qui aurait déclaré “si Juan de Chaves, l’un de ses domestiques ou de ses obligés me tombent entre les mains, je les détruirai”53. L’assimilation est totale. Si bien qu’il sont pris à parti avec leur maître par les ennemis de celui-ci. Il semble donc que la vie des domestiques au sein de la famille de leurs employeurs est loin d’être douce. Les luttes entre bandos, dont chacun a une conscience très claire, font vivre les habitants sous la menace des règlements de compte commandités par les clans familiaux54.

  • 55 En avril 1580, de nombreuses messes sont commandées contre les insectes, 15/4/1580, Actas, Archivo (...)
  • 56 Por la falta de gente, por las enfermedades y muertes que ha habido”, 18/10/1580, Actas, Archivo m (...)

41Les pics de départ vers les Indes de 1569, 1579 et 1592, peuvent être mis en relation avec des moments difficiles. Mais tous ne sont pas en correspondance avec une situation de crise. Il faut attendre 1578 à 1585 pour voir se cumuler les catastrophes naturelles, les mauvaises récoltes, les menaces de peste, dont il ne semble pas que la ville ait directement souffert, la pression qui succède aux guerres de Grenade et les exigences de la couronne en hommes et en fournitures pour celle du Portugal. Dans les années qui suivent, 1580, 1582, 1583, sécheresse et invasions de criquets se multiplient malgré la rémunération du ramassage des larves, leur malédiction par un exorciste venu de Plasencia et les processions faites à San Gregorio, le saint protecteur contre les nuées d’insectes55. En 1579, le prix du pain dépasse 16 maravédis contre une dizaine habituellement, et se maintient à ce haut niveau jusqu’en 1583. De 1580 à 1585, la pression militaire ne cesse pas sur la région, Trujillo et sa juridiction tentent de répondre à sept demandes du roi, pour des contingents de 150 à 250 fantassins et cavaliers à chaque fois, engagés au Portugal. En 1580 et 1589, la ville doit prier le roi de revoir l’importance de sa demande en effectifs faute de pouvoir la satisfaire : “à cause du manque d’habitants dû aux maladies et à la mortalité qu’il y a eu”56. Si la conjoncture particulièrement difficile ne semble pas pouvoir expliquer chaque pic de départs, il est néanmoins certain qu’elle constitue le soubassement d’une émigration coloniale d’origine plus modeste, moins motivée par la recherche de la fortune que par le souci de vivre mieux et d’échapper à la pesante dépendance sociale souvent insupportable.

42Il est un lien très fort entre les retours et l’accélération des départs. La seconde moitié du xvie siècle consiste en un chassé-croisé de ceux qui reviennent et de ceux qui repartent. Plus de 100 émigrés rentrent s’installer au pays durant les dernières décennies du xvie siècle. Au total, on peut estimer (dans le cas de Trujillo) entre 10 % et 20 % le pourcentage des retours, soit entre 250 et 500 personnes. Une fourchette haute raisonnable pourrait être comprise entre 20 % et 30 %, soit 500 à 800 cas. Ces retours sont très largement le fait d’individus ayant une certaine position sociale, capitaines, clercs, officiers de sa majesté revenus au pays après une période de service aux Indes, intermédiaires en tout genre et marchands. Au moment où le flux des départs gonfle, les témoignages sur les mouvements de retour s’amplifient. Les figures de la première émigration guident ceux qui partent et leur permettent de suivre des réseaux d’émigrés déjà installés au Pérou. C’est ce qui rend compte de la concentration géographique des régions de destination.

43D’une manière générale la compréhension des motivations et des conditions faites à l’émigration se doit de recourir à des sources variées pour mieux appréhender les phénomènes de migrations intermédiaires, les mouvements internes au territoire américain, les mouvements d’allers et retours ou les réseaux de circulation de l’information. Ceux qui restent et ceux qui partent multiplient les voies par lesquelles ils peuvent se tenir informés, doublant ou triplant la circulation officielle de l’information. Notaires, religieux, notables de tout poil et capitaines de navires sont les relais privilégiés de cette information. L’étude du rôle de ces quelques catégories reste à faire lui aussi. Il nous faut mieux connaître l’histoire des individus qui partent, y compris ceux qui le font dans un semblant de conformité avec les exigences administratives, et explorer les modalités d’accueil et d’intégration à leur arrivée grâce notamment à l’exploitation des archives notariales péninsulaires et américaines.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Actes du XIIIe congrès des hispanistes français de l’enseignement supérieur, (1978) : Les mentalités dans la péninsule Ibérique et en Amérique latine aux xvie-xviiie siècles. Histoire problématique (Tours, 5-7 mars 1977), Tours.

Altman, I. (1989) : Emigrants and Society : Extremadura and Spanish in the Sixteenth Century, The university of California Press, Berkeley.

— (1992) : Emigración y sociedad. Extremadura y América en el siglo xvi, version espagnole établie par Nellie Manso de Zúñiga, Madrid.

Boyd-Bowman, P. (1963) : “La emigración peninsular a América, 1520-1539”, Historia Mexicana, no 50, 165-192, Mexico.

— (1964-1968) : Índice geobiográfico de cuarenta mil pobladores españoles de América en el siglo xvi, vol. 1-2, Bogota.

— (1967) : “La procedencia de los Españoles de América, 1540-1559”, Historia Mexicana, no 65, 37-71, Mexico.

— (1976) : “Patterns of Spanish Emigration to the Indies until 1600”, Hispanic American Historical Review, LVI, n. 4, 580-604, Baltimore.

— (1985) : Índice geobiográfico de más de 56 000 pobladores de la América Hipánica, Fondo de Cultura Económica, Mexico.

Fernández Vargas, V. (1968) : “El control señorial en España y la migración a las Indias. una aproximación al tema”, in : Solano & Del Pino 1982-1983, t. II, 27-38.

Friede, J. (1952) : “Algunas observaciones sobre la realidad de la emigración española a América en la primera mitad del siglo xvi”, Revista de Indias, 49, 467-496, Madrid.

Konetzke, R. (1945) : “La emigración de las mujeres española a América durante la época colonial”, Revista Internacional de Sociología, n. 3, 123-150, Madrid.

— (1945-B) : “Legislación sobre inmigración de extranjeros en América durante la época colonial”, Revista Internacional de Sociología, 11-12, 263-264, Madrid.

— (1948) : “Las fuentes para la historia demográfica de Hispano-América durante la época colonial”, Anuario de Estudios Americanos, n. 5, 267-323, Séville.

— (1965) : Die Indianerkulturen Altamerikas und die spanisch-portugiesische Kolonialherrschaft Fischer Bücherrei, Francfort.

Lockhart, J. (1986-1987) : Los de Cajamarca. Un estudio social y biográfico. Los primeros conquistadores del Perú, I-II, Lima.

— (1982) : El mundo hispanoperuano 1532-1560, Mexico.

Martínez Shaw, C. (1994) : La emigración española a América (1492-1824), Oviedo.

Martínez, J. L. (1984) : Pasajeros de Indias, Mexico.

Milhou, A. (1978) : “Aspirations égalitaires et société d’ordres dans la Castille de la première moitié du xvie siècle”, in : Actes du XIIIe congrès des hispanistes français.

Mörner, M. (1975) : “Le emigración española al Nuevo Mundo antes de 1810. Un informe del estado de la investigación”, Anuario de Estudios Américanos, XXXII, 43-78, Séville.

Nadal Oller, J. (1966) : La población española (siglos xvi-xx), Madrid.

Otte, E. et G. Albi (1988) : Cartas privadas de emigrantes a Indias (1540-1616), Mexico.

Pérez-Mallaina Bueno, P. E. (1992) : “Officiales y marineros de la carrera de Indias (siglo xvi)”, Congreso de historia del descubrimiento (1492-1556), Real Academia de la Historia, t. III, 27-55, Madrid.

Puente Brunke, J. de la (1992) : Encomienda y encomenderos en el Perú. Estudio social y político de una institución colonial, Séville.

Rodríguez Arzua, J. (1947) : “Las regiones españolas y la población de América, 1509-1538”, Revista de Indias, VIII, n. 30, 695-748, Madrid.

Sánchez Rubio, R. et I. Testón Núñez (1999) : El hilo que une. Las relaciones epistolares en el viejo y el Nuevo Mundo (siglos xvi-xviii), Mérida.

— (1993) : La emigración Extremeña al Nuevo Mundo. Exclusiones voluntarias y forzosas de un pueblo periférico en el siglo xvi, Madrid.

Salinero, G. (2006) : Un Ville entre deux Mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes. Pour une étude de la mobilité et des identités à l’époque moderne, Casa de Velázquez, Madrid.

Serrera, R. M. (1992) : “Derecho premial y aspiraciones señoriales en la primera generación de la conquista”, Actas del Congreso de historia del descubrimiento (1492-1556), t. III, 481-502, Madrid.

Solano F. et F. Del Pino, éd., (1982-1983) : América y la España del siglo xvi, I-II, Madrid.

Notes

1 Boyd-Bowman 1968, vol. 1.

2 Konetzke 1965 et Mörner 1975

3 Rubio & Moreno 1930-1931, t. IX et XIII.

4 Les Catálogos de Pasajeros sont incomplets, ils couvrent les années 1509 à 1701, mais il manque les années 1518, 1520-1525, 1531-1532, 1541, 1543-1547.

5 Konetzke 1948.

6 Dans ce dernier cas, las navires doivent ramener leurs registres au Consejo de las Indias ou à la Casa de la Contratación de Séville au retour, ce qui n’est pas toujours le cas : “Asimismo se comprueba que ni antes ni después del año 1561 se cumplía con la obligación de remitir regularmente al Concejo de las Indias los registros de los navíos que fueron a Indias desde los dichos puertos”, Konetzke 1948, 277. Ajoutons que les descriptions des Indes maintes fois demandées par la couronne sont rarement réalisées (Real Cédula de 11/3/1530 et 19/12/1533). En mai 1533, le gouverneur du Nicaragua, le licenciado Francisco de Catañeda, s’excuse auprès du roi : “(se juntó) las personas señaladas en la provisión... fueron tan varios los pareceres que no pudo efectuarse nada”, Konetzke 1948, 296.

7 Boyd-Bowman 1968. Un volume qui reprend la précédente série est publié ultérieurement, regroupant un peu moins de 56 000 noms, Boyd-Bowman 1985.

8 La memoria de los registros que hay en esta Casa de las naos que han ido y venido a las..., qui enregistre 2 550 allers-retours de 1504 à 1550, soit 1 734 de plus que n’en mentionnent les catalogues de passagers, Friede 1952.

9 Mörner 1975.

10 Estimation de 8 000 émigrants légaux de 1492 à 1592 par Rubio y Moreno, 1917, premier résumé des Libros de Asientos ; nouvelle hypothèse avec 300 000 passagers pour l’ensemble du xvie siècle, soit entre 2 000 et 3 000 passagers par an, de Konetzke 1965.

11 Les membres d’équipage sont exclus à l’exception de ceux qui déclarent rester aux Indes. Enfin, il considère que les pertes diverses, décès, naufrages, représentent 20 % de l’ensemble.

12 Lettre du roi du 25/1/1569, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona : “Yo vos mando que dejeis y consintáis pasar a las dichas provincias del Perú al dicho licenciado Altamirano, no embargante que no lleva consigo a la dicha doña Leonor (...) dando (...) fianza (...) en cantidad de 1 000 ducados, que en la primera flota y armada que partiere para la provincia de Tierra Firme, después de la que al presente está presta para aquella provincia (...) enviará por la dicho su mujer y la llevará a las provincias del Perú, so pena que pagará los dichos mil ducados para nuestra cámara y fisco”.

13 Procuration de Diego González Altamirano, 20/10/1559, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona.

14 Si bien qu’en 1553, par exemple, le licenciado Fernández écrit au Conseil des Indes qu’il y a trop de femmes au Pérou, nées sur place ou émigrées de la péninsule. Au cours de la seconde moitié du siècle, la question du contrôle d’un contingent très important de femmes célibataires se pose avec acuité dans nombre de régions. à la politique familiale de la couronne, favorable au mariage, s’opposent les demandes des gouverneurs pour obtenir la création de couvents, tardivement créés dans toutes les villes importantes. à Santa Fe de Bogota, créée en 1538, le couvent est fondé en 1593. Konetzke 1945, 149.

15 Boyd-Bowman 1976, 585.

16 “Todo el Norte y Este de España dan poco contingente. Se explica que sea así en el Este, zona rica y no predispuesta, por lo tanto, a la emigración”, Rodríguez Arzua 1947, 702-703.

17 Milhou 1978.

18 Sánchez Rubio 1993.

19 “Se inscribieron más de 70 dellos, y por se inscribir entraron en Cabildo secretamente por miedo del Condestable (...). Se subieron a un pajar cuasi temiendo que las paredes lo habian de decir al Condestble y le dijeron ‘senor, cada uno de nosotros no quiere ir a las Indias por falta que tenga acá, porque cada uno tenemos 400 000 maravedíes de hacienda y aún más... sino vamos por dejar a nuestros hijos en tierra libre y real...’”, Fernández Vargas 1968, 34 cite Bartolomé de las Casas.

20 Nadal Oller 1966, 76-78.

21 Boyd-Bowman 1976, 599-600.

22 Boyd-Bowman 1967.

23 Martínez Shaw 1994.

24 Il passe en revue avec nuance les diverses catégories socio-professionnelles. Les officiers, “No todos eran hidalgos (por lo general descendían de los sectores medios de la burguesía peninsular y hasta de las capas bajas), pero la función era ennoblecedora”, (Ibid. p. 33). Sur le niveau culturel des soldats et sur leur goût pour le beau langage “con el analfabetismo de Pizarro, Almagro y Benalcázar contrasta la obra escrita de Hernán Cortés, Pedro de Alvarado, Pedro de Valdivia...”, (Ibid. p. 33).

25 Boyd-Bowman 1963.

26 On sait que cette appellation recouvre un nombre important d’individus qui bénéficient sous ce titre de la licence d’un tiers pour passer aux Indes. C’est ce qui explique l’augmentation du nombre de ceux qui voyagent avec leur criados dans les années 1560-1579, au moment où l’obtention d’une licence semble plus difficile.

27 Soit Juan de Carvajal (fils de Beatriz de Vargas et de Diego de Vargas Carvajal), né en 1528 qui est régidor de Trujillo, et accompagne le prince Philippe en Allemagne et au Portugal ; ainsi que Francisco de Camargo, fils du licenciado Francisco de Vargas et de Mayor de Vargas. Le même titre est porté par Diego de Vargas y Carvajal (fils de Diego de Vargas et de Francisca de Alvarado), qui sera aussi corrégidor y juge majeur de Cuenca.

28 Il s’agit de Diego de Vargas Carvajal, second comte del Puerto, fils de Juan de Vargas Carvajal et de Mariana Pacheco Eraso, décédé en 1682.

29 Francisco de Vargas est membre du Conseil royal de Castille et Alcade de Casa y Corte, en 1507 il est régidor de Plasencia, dont son fils Gutiérrez de Vargas y Carvajal, qui étudie la théologie à Tolède, devient évêque en novembre 1524.

30 Ce sont Carlos de Vargas frère du président du Consejo de Hacienda (descendant de la branche issue du premier mariage de Alonso García de Vargas avec Teresa González Ramiro), et Juan de Vargas, employé à l’Audience de Valladolid (frère du licenciado Francisco du Conseil royal et de Gutiérrez de Vargas évêque de Plasencia).

31 García de Vargas, fils de Luis de Vargas Carvajal et de Bernardina de Villalobos.

32 Mörner 1975, 73-74. L’auteur qui passe simplement en revue les causes possibles a largement insisté sur deux aspects qui nuancent la dichotomie des causes, à savoir les différentiels de migration (diferenciales de migración), le fait qu’un même facteur pèse différemment sur les divers groupes sociaux et l’effet de retard (retraso distribuido) qui produit une augmentation de l’émigration péninsulaire décalée après des découvertes faites aux Indes, d’un nouveau territoire ou de nouvelles mines de métaux précieux.

33 Sur les modèles seigneuriaux, Serrera 1992.

34 “Sucesora en la encomienda de Indios que obtuvo su padre como conquistador y poblador que fué de aquellas tierras”, procuration faite à Guamanga du Pérou, 8/1/1577, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona.

35 Sur l’évolution de cette notion, Serrera 1992, 485-489.

36 Selon les auteurs les évolutions qui se concrétisent par l’arrivée de nouveaux encomenderos et dans le même temps par la constitution de ceux-ci en une catégorie très influente, sont datées des années 1540 à 1560. Voir Lockhart 1982 et Puente Brunke 1992.

37 Archivo General de Indias, Indiferentes Generales, leg. 2059, cité par Sánchez Rubio 1993, 119.

38 Altman 1992, 36.

39 “Me he holgado mucho en saber que v.m. tiene vida y está en estado de casado y que tiene muchos hijos. Que al fin, come dice el refrán : ‘La sangre sin fuego hierve’, y que unos que otros podría ser que antes que mis ojos se quebrasen viese a alguno”. Pour le proverbe une traduction littérale a été choisie faute d’équivalent français.

40 “Y si no le he enviado plata ha sido por incitarle a que se venga”.

41 “Yo no estoy para entrar en la mar, que si lo estuviera, por ventura quizá me determinara de ir a esa tierra, mas los médicos me dicen que me moriré en entrando en la mar (...) se dispongan porque los estaré aguardando, y no se les ponga delante el peligro de la mar”, lettre de Alonso de Elvas depuis La victoria dans le nouveau royaume de Grenade, à son frère Francisco de Elvas, orfèvre, qui se trouve à Trujillo, 15/1/1568, Otte & Albi 1988, 335. En l’occurrence Francisco de Elvas déclare qu’il à l’intention de partir aux Indes la même année, sans que l’on sache si c’est avant ou après avoir reçu la lettre de son frère ; Sánchez Rubio 1993, 706.

42 Pérez-Mallaina Bueno 1992, 32.

43 “Es esta ciudad triste y oscura ; por defuera negra, por dentro negrísima (...) todos van hechos una mololoa y mazamorra, pegados unos con otros ; y así junto a uno uno regüela, otro vomita, otro suelta los vientos, otro descarga las tripas ; vos almorzáis, y no se puede decir a ninguno que usa de mala crianza, porque las ordenanzas de esta ciudad lo permiten todo (...) En resolución la tierra para los hombres, y el mar para los peces”, Eugenio de Salazar chroniqueur de Charles V, gouverneur des l’îles de Tenerife et de Palma aux Canaries, puis juge dans les audiences de Saint-Domingue jusqu’aux années 1580 et de Guatemala, Carta escrita al licenciado Miranda de Ron, particular amigo del autor..., dans Martínez 1984, 289.

44 Ce proverbe repris dans une lettre de Alonso Encina à son neveu Hernando de Encina pour l’inciter à venir à La Ascension indique que les qualités de naissance – le sang – se révèlent toujours quelles que soient les circonstances, lettre dans Otte & Albi 1988, 546.

45 “Y prometo a v.m. que me he bajado para ganar un principio para ganar de comer, que no es lícito escribirlo, ni que se sepan los oficios que los hombres tienen para ganar de comer en las Indias”, lettre de Sebastián Gómez de Altamirano depuis Antioquía au licenciado Francisco de Tena, habitant de Trujillo qui se trouve à Campanario en Espagne, 20/4/1592.

46 Archives du monastère de Guadalupe, fondo Barrantes, Ms. B/3., fol. 167, document fourni par R. Sánchez Rubio et I. Testón Núñez.

47 “Venir (...) será salir de ruín tierra, auque esta no está como solía, mas al cabo, trabajando las gentes se halla a que ganar de comer en ella”, lettre de Alonso González depuis Mexico à son frère Juan Rubio qui se trouve à Trujillo, 8/3/1578, Otte & Albi 1988, 99.

48 “Decisme que estáis movido de pasar a Perú, yo no creo que sería acertado porque debe estar esa tierra no tan buena como solía, (...) lo que sé decirte es que de esta flota del Pérú ha venido poca suma de ducados a particulares de hombres que no se daban maña a ganarlo”, lettre de Juana Rodríguez Barroso, desde Trujillo, a su hijo Cristobal Fernández de Vivar, en la ciudad de Méjico, 17/7/1589, Sánchez Rubio & Testón Núñez 1999, 198

49 Lockhart 1986-1987, 164.

50 “Diciendo que Juan tuvo encerrada a María Díaz su hija.... y que la hubieses estrupado y corrompido... y por lo que en la opinion ha perdido su crédito le ha dado el señor Juan de Aragón... dos reses... perdonaba y daba por ninguno el proceso”, 4/5/1569, accord entre Gonzalo Martín et Alonso Pizarro de Torres, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona.

51 Reddition des comptes de Pedro Barrero à doña Catalina Fernández de Córdoba, 17/9/1578, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona.

52 Malgré sa fortune, Juana Picolomini de Aragón doit 150 ducats d’arriérés de gages à plusieurs de ses domestiques, aussi demande-t-elle à son fils Rodrigo de Orellana, de les garder à son service pour éviter d’avoir à les payer sur l’héritage, testament de Juana Picolomini de Aragón, 2/9/1570, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona. En 1591, Diego de Parra qui a tenté en vain d’être payé indique dans son testament qu’il a servi longtemps don Francisco de Carvajal “por 30 000 mrs, 30 fanegas de trigo y 30 de cebada de salario anual”, permettant ainsi à ses héritiers de connaître le montant de la dette, testament de Diego de Parra, 15/8/1591, Archivo de protocolos, Trujillo, Cristóbal del Amarilla.

53 Procuration de Juan de Chaves Mayorazgo à Francisco Gergorio et Hernando de Chaves, 10/12/1565, Archivo de protocolos, Trujillo, Pedro Carmona, “Que si Juan de Chaves o algún criado o deudo suyo cayera a su mano, le había de destruir”.

54 En octobre 1576, plusieurs domestiques, un esclave et plusieurs porchers travaillant pour Rodrigo de Orellana, conseiller municipal, attaquent García González, garde champêtre considéré comme le représentant d’un bando ennemi, 8/10/1576, Actas, Archivo municipal de Trujillo, 1576.

55 En avril 1580, de nombreuses messes sont commandées contre les insectes, 15/4/1580, Actas, Archivo municipal de Trujillo, 1580. En avril 1582 on a recours à l’eau bénite et à l’exorcisme contre ce mal, 27/4/1582, Actas, Archivo municipal de Trujillo, 1582.

56 Por la falta de gente, por las enfermedades y muertes que ha habido”, 18/10/1580, Actas, Archivo municipal de Trujillo, 1580.

Auteur

Université de Paris 1

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540