Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Colonisations

Émigrer d’Athènes. Clérouques et colons aux temps de la domination athénienne sur l’Égée au ve siècle a.C.

Christophe Pébarthe

Texte intégral

  • 1 Pl., Phd., 109b. Le recours au terme “colonisation” n’est toutefois qu’un pis-aller lorsqu’il est a (...)
  • 2 Ces possibilités nouvelles de contrôle dépendent d’un recours important à l’écriture (pour le cas d (...)

1À la fin d’un vaste mouvement de colonisation, compris entre c. 750 et 480 a.C., les Grecs sont “comme des grenouilles autour d’une mare” pour reprendre une expression de Platon mise dans la bouche de Socrate1. Les Athéniens participent tardivement à cette vague migratoire, à partir du vie siècle, soit dans une optique d’expansion territoriale en s’installant sur une île proche de l’Attique, Salamine, soit du fait d’aventures personnelles comme celle que Miltiade mène en Chersonnèse de Thrace. Deux événements modifient la participation athénienne à cette vague de colonisation, les réformes de Clisthène d’une part (dernière décennie du vie siècle), la construction d’une zone de domination (archè) – appelée aussi empire athénien – en Égée et au-delà, d’autre part, entre 478 et 431 a.C. Tous deux offrent aux Athéniens des possibilités nouvelles de contrôle, interne dans le premier cas avec le dème, externe dans le second (contrôle des cités alliées et contrôle de la zone maritime dans son ensemble)2. Cette capacité à imposer une autorité sur un territoire n’est pas étrangère au développement que l’émigration athénienne connaît au ve siècle qui devient elle-même un moyen de ce contrôle.

  • 3 Cf. IG, I3, 237.8-9.
  • 4 Ehrenberg 1946, 131.
  • 5 Respectivement ATL, 3, 285 avec n. 46 et Ehrenberg 1952. Cette position est suivie par Brunt 1966, (...)
  • 6 Thc. 3.50.2 avec De Wever & Van Compernolle 1967, 476. Figueira 1991, 9 en déduit que la définition (...)
  • 7 Sur l’utilisation par Thucydide du mot apoikia et de ses composés, cf. De Wever & Van Compernolle 1 (...)

2Pour désigner leurs émigrés, les Athéniens recourent à deux mots, apoikos et klérouchos, respectivement traduits le plus souvent par “colon” et “clérouque”. Chacun renvoie à des modalités d’implantation désignées par apoikia et klérouchia, soit “colonie” et “clérouquie”. Le sens précis de cette distinction continue d’opposer les historiens, même si les inscriptions du ve siècle montrent que les deux termes ne sont pas synonymes3. Les sources littéraires semblent imprécises ou sont tardives. Nous ne disposons que d’une seule source contemporaine, Thucydide, qui a donné lieu à plusieurs lectures contradictoires. Victor Ehrenberg avait d’abord affirmé que l’historien ne distinguait pas les colons des clérouques4. Puis, en réponse aux auteurs des Athenian Tribute Lists, il a proposé une appréciation plus nuancée5. Thucydide utiliserait les deux termes, parfois avec une acception précise et parfois dans un sens plus général. Mais ce débat est en partie biaisé par le fait que l’historien de la guerre du Péloponnèse n’emploie jamais le mot klérouchia et le verbe klérouchein. Klérouchos n’est cité qu’une fois, klèros deux fois, dans un seul et même passage sur le règlement de la révolte de Mytilène6. Les anciens propriétaires ne sont pas expulsés, ils continuent de travailler la terre contre un loyer versé aux clérouques athéniens qui peuvent ainsi se consacrer à leur mission de surveillance (phylakè). Ce système ne correspond en rien aux apoikiai7.

  • 8 De Wever & Van Compernolle 1967, 461-464.
  • 9 De Wever & Van Compernolle 1967, 465.
  • 10 De Wever & Van Compernolle 1967, 472.
  • 11 Cf. Thc. 1.7, 1.10.2, 1.12.3 avec le commentaire de De Wever & Van Compernolle 1967, en particulier (...)

3Thucydide définit, en revanche, l’apoikia8. Ce terme désigne dans son œuvre aussi bien un groupe expulsé à l’origine de la fondation d’une colonie qu’une cité nouvelle. Ces deux sens se retrouvent pour le substantif. “Les apoikoi sont les individus qui composent l’apoikia-groupe (groupe de ceux de ses habitants qu’une cité envoie hors de son propre territoire) ; ils sont en même temps les individus qui habitent l’apoikia-ville (c’est-à-dire la cité – polis – où sont installés ceux qui composent l’apoikia-groupe). Apoikos n’est donc rien d’autre que le substantif désignant un individu faisant partie d’une apoikia, dans le sens le plus complet de ce terme”9. L’association de ces termes avec la colonisation ne fait aucun doute, comme l’étude de l’utilisation chez Thucydide du verbe oikizein (coloniser) le montre. “Il n’y a, quant au contenu de l’action, aucune différence entre apoikizein et oikizein, mais apoikizein envisage l’action du point de vue de la mètropolis, tandis qu’oikizein la considère davantage du point de vue de la nouvelle apoikia”10. Dans les deux cas, il s’agit à l’évidence d’implanter une population dans un nouveau territoire11.

  • 12 Salomon 1997, 21-27.

4La communis opinio définit pourtant la clérouquie comme une sorte d’apoikia, c’est-à-dire comme une cité autonome résultant d’une fondation coloniale ou bien comme une entité informe sans terre ni loi. Or – et l’exemple de Mytilène cité supra et analysé infra l’indique clairement –, colonies et clérouquies ne sont pas deux figures de la colonisation athénienne12. Avant même de préciser la réalité de ces deux formes d’émigration, il convient de souligner ce qui les différencie nettement. Premier élément de différenciation, la fondation d’une clérouquie ne s’accompagne d’aucun rite de nature coloniale, ni de mythes de fondation (pas d’oracle…). Les noms des fondateurs des clérouquies ne sont pas connus par les traditions, aucun rite ne rappelle la fondation, aucun mythe n’évoque la situation antérieure. La fondation d’une clérouquie n’évoque en rien pour les Athéniens le transfert durable d’une partie de la cité. Il n’était donc pas nécessaire de reconstruire/consolider les liens entre la fille et sa mère, la colonie et sa métropole. Deuxième élément de différenciation, les clérouques ne quittent pas leur cité définitivement. Ils ne reconstruisent pas leur généalogie car ils n’éprouvent pas la nécessite de souligner, ni de faire perdurer, la continuité avec la cité d’origine. La clérouquie n’est pas une polis, elle ne possède ni autonomie, ni futur illimité. Le clérouque quitte temporairement sa cité pour occuper une terre confisquée à la population locale. Ce kléros est destiné à assurer la subsistance du clérouque.

  • 13 Salomon 1997, 26.

5Il y a cependant une dimension coloniale dans le phénomène de la clérouquie, en ce sens que le terme implique souvent un déplacement, une émigration, une implantation d’hommes sur une terre étrangère13. Mais, cette dernière est temporaire, à vocation militaire (soit protéger un lieu stratégique, soit surveiller une communauté prompte à se révolter contre la domination athénienne) et sa durée n’est pas déterminée à l’avance. Colons et clérouques sont donc deux figures de l’émigration athénienne et renvoient à deux statuts différents. Quelle est l’origine de cette distinction ? A-t-elle une relation avec la question de la citoyenneté ? Avec la localisation des implantations (les klérouchiai sont-elles proches et les apoikiai lointaines ?) ? Apporter une réponse à ces interrogations permettra de poser ensuite la question de la politique athénienne d’émigration et du contrôle de ces migrations. Pourquoi les Athéniens encouragent-ils certains de leurs concitoyens à émigrer ? Quelles relations entretiennent-ils avec leurs émigrés ?

Les émigrés athéniens au ve siècle

Les émigrés et la citoyenneté14

  • 14 La différence entre clérouque et colon n’a plus de sens au ive siècle quand tous les colons sont de (...)
  • 15 Graham 1983, 169.
  • 16 Hdt. 5.77.2 et 6.100.1.
  • 17 Gauthier 1966, 73.
  • 18 Xen., Hell., 2.2.1-2 et 9. Cf. Figueira 1991, 68.

6Comme le note Alexander Graham, la conservation de la citoyenneté semble être une caractéristique originelle des clérouquies15. Il en veut pour preuve le constat que les premiers clérouques attestés dans nos sources, ceux qu’Athènes installe sur les terres des Hippobotai de Chalcis en 506, sont considérés comme des citoyens athéniens par Hérodote16. Philippe Gauthier propose la définition suivante. Au ve siècle, le terme de clérouque “désigne un individu qui jouit du revenu d’un lot de terre, et peut par conséquent s’appliquer à des garnisaires”17. De fait, lorsqu’à la fin de la guerre du Péloponnèse Lysandre ordonne le retour à Athènes des Athéniens vivant à l’extérieur de l’Attique, aucune contestation ne semble s’élever au sujet de leur citoyenneté18. Le statut juridique de ces émigrés s’apparente donc à celui des nombreux Athéniens, ni colons ni clérouques, envoyés à l’extérieur d’Athènes pour des missions militaires dans le cadre de l’archè.

  • 19 Ps-Arist., Ath. pol., 24.3. Nous ne partageons pas la prudence de Meiggs 1972, 215 sur ce chiffre.
  • 20 IG, I3, 14 (Brun no 6).
  • 21 Cf. Harpocration, sv qui les décrit comme des individus envoyés pour examiner la situation d’une ci (...)
  • 22 IG, I3, 34 (Brun n9).
  • 23 On trouve confirmation de cette hypothèse dans un passage d’une pièce d’Aristophane (Oiseaux, 1022- (...)
  • 24 Cf. respectivement IG, I3, 34 (Brun no 36) et IG, I3, 14 (Brun no 6).

7Selon la Constitution des Athéniens en effet, 700 magistrats qui chaque année sont envoyés à l’extérieur de l’Attique19. Leurs fonctions et leur statut demeurent cependant mal connus. Par un décret athénien, nous savons que les Érythréens sont surveillés par un phrourarque et un episcopos20. Ce dernier exerce des fonctions difficiles à déterminer21. La Souda assimile cette magistrature à celle des harmostes spartiates, i. e. des garnisaires, et propose comme synonyme phylakes (gardiens). On peut en déduire que l’episcopos est un magistrat athénien résidant à Érythrées. Dans ce même texte pourtant, les episcopoi sont responsables de la mise en place du seul premier conseil et non des suivants, charge dévolue au phrourarque (phrourarchos). Dans un autre décret, ils sont distingués des autres magistrats (archontes), ce qui laisse envisager qu’ils ne sont pas résidents22. De ce fait, l’episcopos serait plutôt un envoyé spécial athénien, chargé d’examiner la situation d’une cité et de faire un rapport23. Selon toute vraisemblance, leurs activités étaient étendues et ils pouvaient travailler à plusieurs dans une même cité24.

  • 25 Cf. le catalogue dressé par Nease 1949.
  • 26 Thc. 1.115.2-7.
  • 27 Respectivement Polieis, F233 et Guêpes, 235-237.
  • 28 Xen., Hell., 2.2.1-2. Du point de vue de la citoyenneté, dans ce passage, il ne distingue pas les c (...)

8À ce chiffre de sept cents magistrats, il faut ajouter les nombreux garnisaires présents dans tout l’empire25. Le premier cas connu figure dans le décret concernant Érythrées mais l’absence de documents pour les années antérieures ne permet pas de conclure à l’inexistence de toute garnison avant cette date. Au moment de la révolte de Samos (440), Thucydide rapporte que la garnison ne parvient pas à empêcher l’insurrection26. D’autres sources en laissent deviner la présence dans les cités de Chalcidique, mais elles ont pu être installées après le déclenchement de la guerre du Péloponnèse en 431. Dans des œuvres écrites après cette date, Eupolis et Aristophane mentionnent des garnisons à Cyzique et Byzance27. Ces émigrés ne perdent pas leur statut de citoyen le temps de leur mission à l’extérieur de l’Attique. Si l’on en croit Xénophon, les clérouques posaient des problèmes identiques en matière de citoyenneté athénienne que les garnisaires28.

  • 29 Entre autres ATL. 3.285-286 ; Jones 1957, 168 ; Graham 1983, 189 ; Beister 1981, 408. Mais cf. malg (...)

9Ce qui semble vrai pour les clérouques paraît moins évident pour les colons. Habitant une apoikia qui était une cité à part entière, ces derniers en étaient citoyens. Dans l’ensemble, la tendance majoritaire chez les historiens est de considérer que le colon perd sa citoyenneté alors que le clérouque la conserve29. Les colons athéniens (apoikoi) abandonnaient-ils leur statut de citoyen d’Athènes ? L’éloignement affaiblissait l’effectivité de la citoyenneté. Les droits, notamment la participation à l’assemblée ou l’exercice d’une magistrature ou bien encore la désignation comme juge (dikaste), ne pouvaient plus être exercés. Cette impossibilité matérielle de l’exercice de la citoyenneté n’est toutefois pas propre aux colons. Les clérouques ou les garnisaires étaient placés dans la même situation, tout en conservant leur qualité de citoyen.

  • 30 Graham 1983, 189 considère que la perte de la citoyenneté dans le cas des colonies n’était pas fond (...)
  • 31 Figueira 1991, 67-73 en recense dix.
  • 32 Taylor 1997, en particulier 101-104. Figueira 1991 propose deux autres parallèles, avec les Platéen (...)
  • 33 IG, I3, 1505.
  • 34 Ce nom n’est pas attesté autrement à Athènes pour le ve siècle.
  • 35 La question se pose puisque Thucydide rapporte que les citoyens méliens en âge de porter les armes (...)
  • 36 Graham 1983, 174 évoque le cas de Platées. En 427, celle-ci est prise par les Spartiates et les Pla (...)
  • 37 Thc. 5.116.4 (trad. CUF) : les Athéniens “envoyèrent […] 500 colons (apoikoi)”. Contrairement à ce (...)

10Cette hypothèse suppose d’expliciter les raisons qui auraient amené des Athéniens à accepter la perte de leur citoyenneté30. Plusieurs éléments militent en faveur d’une conservation de la qualité de citoyen par les colons31. Il est probable que leur statut juridique s’apparente à celui des Salaminiens, dont Martha Taylor a souligné la double identité, l’une officielle à laquelle renvoie le démotique, l’autre officieuse à laquelle renvoie la mention du lieu de résidence32. Une inscription funéraire trouvée à Mélos en apporte une confirmation33. Le défunt est un certain Éponphès, Athénien, de la tribu Pandionis et du dème de Kythéros. Outre l’ethnique qui n’est, du reste, jamais rappelé sur les stèles funéraires attiques, les deux dernières précisions prouvent sa qualité de citoyen. Toutefois, l’onomastique permet de penser qu’Éponphès est un Mélien devenu citoyen athénien, sans doute après la prise de l’île34. Les Athéniens ont-ils récompensé cet homme par l’octroi de la citoyenneté ?35 Une telle récompense n’est pas courante au ve siècle36. Il est plus logique de considérer que la fondation d’une colonie à Mélos impliquait que les citoyens de cette dernière ait la citoyenneté athénienne37.

  • 38 La démonstration de Figueira 1991, notamment p. 71-72 est convaincante sur ce point. Cette conclusi (...)
  • 39 L’adjectif Lemnios utilisé par Hérodote (8.11 et 8.82) est significatif ; cf. aussi Thc. 3.5.1, 4.2 (...)
  • 40 IG, I3, 1164 et 1165.
  • 41 Cf. l’inscription relative à Histiée (IG, I3, 41 avec en particulier sur le point discuté ici Ehren (...)

11Ainsi donc, au ve siècle, les apoikiai étaient des poleis38. Elles conféraient une citoyenneté locale sans entraîner la perte de la citoyenneté athénienne. Le statut juridique des apoikoi équivaut à celui que procure un accord de sympolitie (double citoyenneté). Lemnos est à l’évidence une cité, apoikia d’Athènes39. Au même titre que les Athéniens, les noms des Lemniens morts au combat figurent dans les obituaires publics athéniens ; chacun d’entre eux appartient du reste à une tribu athénienne40. Les colons athéniens d’Histiée ont à payer l’impôt (eisphora) et demeurent mobilisables41. Les clérouquies ne formaient pas en revanche de communautés civiques autonomes. Les clérouques étaient des citoyens athéniens, installés à l’extérieur de leur cité. Mais cette différence ne change rien en matière d’obligations auxquelles colons et clérouques demeurent soumis tout comme leurs concitoyens restés à Athènes, à l’exception de celles qui requéraient une présense physique en Attique.

12Si la citoyenneté n’est pas un critère permettant de distinguer les colons des clérouques, ces deux statuts ne se comprennent-ils pas alors en considérant la localisation des implantations, autrement dit la distance entre les clérouquies et les colonies d’une part et Athènes d’autre part ?

L’émigration athénienne et la distance

Les territoires proches. Les exemples de Salamine et d’Égine

Salamine42

  • 42 Cf. Taylor 1997.
  • 43 Plut., Sol., 8., Diogène Laërce 1.47.
  • 44 Plut., Sol., 10, Str. 9.1.10, Diogène Laërce 1.48 et Arist., Rhet., 1375b. 29-30.
  • 45 Taylor 1997, 21-47.
  • 46 IG, I3, 1. Cf. Brun no 90, 169-170.

13Au cours du vie siècle, les Athéniens parvinrent à s’emparer définitivement de l’île de Salamine dont ils disputaient la possession à la cité voisine de Mégare. Le conflit entre les deux cités remonte au moins à l’époque de Solon. Ce dernier aurait composé un poème de cent lignes, Salamis, afin d’exorter ses concitoyens à l’action43. L’île était alors sous le contrôle de Mégare. La guerre se poursuivit à l’époque de Pisistrate et prit fin grâce à un recours à l’arbitrage de cinq Spartiates qui désignèrent Athènes comme légitime possesseur de Salamine44. Cet événement aurait eu lieu dans les années 51045. Vers la même époque, un décret est voté par l’assemblée au sujet des Athéniens qui résident à Salamine46. S’agit-il d’organiser ce territoire désormais reconnu comme athénien ? On ne peut l’affirmer avec certitude. La décision athénienne concerne une certaine catégorie de citoyens athéniens, devant payer des taxes à Athènes et y remplir des obligations militaires. Cette communauté est placée sous l’autorité d’un archonte. La location de terres par ce groupe est restreinte et le contrevenant soumis à une amende. La cité remet des armes à ces individus et la qualité en est contrôlée par l’archonte.

  • 47 Pour la première, cf. en dernier lieu Taylor 1997, 12-21 et 63-74 ; pour la seconde, Salomon 1997, (...)
  • 48 Taylor 1997, 101.

14Les premières lignes du décret sont mutilées et il n’est pas possible de déterminer le statut de ces Athéniens résidant à Salamine. La publication récente d’un nouveau fragment a toutefois restreint les hypothèses de restitution. Deux sont désormais envisageables, Athenaios ou klerouchos47. Dans les deux cas, il s’agit donc d’Athéniens. L’incertitude porte sur leur lieu de naissance. La première possibilité ne permet pas de trancher. S’agit-il d’individus dont la citoyenneté est reconnue par le demos athénien ou bien s’agit-il de citoyens athéniens résidant à Salamine (pour quelle durée ?) qui se voient rappeler leurs obligations ? Au contraire, la restitution klerouchos implique une émigration athénienne, l’installation d’Athéniens à Salamine. Il ne paraît pas possible de trancher ce débat en l’état actuel de nos connaissances épigraphiques. La conclusion à laquelle parvient Martha Taylor reconnaît implicitement l’ambiguïté de sa position. “Thus, although I will deny that Salamis was itself the first klerouchy of Athens, I suspect it may have been the inspiration for all the klerouchies that followed”48. Quoi qu’il en soit, en dépit de son caractère fragmentaire, ce décret n’en révèle pas moins que les Athéniens résidant à Salamine sont de rang hoplitique, qu’ils doivent une certaine fiscalité à Athènes et un service militaire. Ces caractéristiques correspondent aux obligations des clérouques.

Égine49

  • 49 Cf. Figueira 1991.
  • 50 Thc 2.27.
  • 51 Figueira 1991, 11-12 avec n. 16 et 17. Leur présence dans les obituaires publics serait identique à (...)
  • 52 Cf. Figueira 1991, 7-39.

15En 431, des Athéniens s’installent sur l’île d’Égine après l’expulsion de certains Éginètes50. Selon les sources, les motivations athéniennes sont doubles : la punition d’une cité qui porte une lourde responsabilité dans le déclenchement du conflit avec Sparte et l’occupation d’un territoire placé aux abords du Péloponnèse. Quel est le statut de cette population émigrée ? Thucydide n’utilise jamais le terme de clérouque pour la désigner. L’épigraphie le confirme. Dans les obituaires publics, les Éginètes sont séparés des Athéniens résidents, au contraire des clérouques51. Athènes fonde donc à Égine une apoikia. Les Athéniens envoyés à Égine conservent leur citoyenneté d’origine, tout en devenant des Éginètes que Thucydide mentionne en tant que tel52.

  • 53 En dernier lieu, cf. Figueira 1991, 258-260 qui penche pour une confiscation des terres et Salomon (...)
  • 54 Cf. les remarques supra.

16La proximité avec Athènes n’est donc pas un facteur déterminant puisque les Athéniens installent à Salamine une clérouquie, ou un groupe d’Athéniens dont les caractéristiques évoquent celles des clérouques, tandis qu’à Égine, ils mettent en place une colonie. Un même constat peut être fait au sujet de l’île d’Eubée, si on prête foi aux sources qui évoquent une clérouquie installée par Tolmidès puis Périclès, principalement à Chalcis et Érétrie53. Il est en revanche certain que les Athéniens expulsèrent les gens d’Histiée, coupables d’avoir assassiné l’équipage d’un navire de guerre athénien, et y installèrent des colons et une colonie54.

Les territoires lointains. Les exemples de Thourioi et de Sinope

17La colonisation de territoires éloignés débouche sur la même variation et suggère la même absence de règle générale qui s’appliquerait à l’ensemble de la colonisation athénienne. Pour l’illustrer, nous avons retenu deux cités situées aux extrémités opposées de l’archè, Thourioi (Calabre) et Sinope (Pont-Euxin).

Thourioi

  • 55 DS 12.10.2.
  • 56 Nous suivons Ehrenberg 1948.
  • 57 DS 12.11.3.
  • 58 Ehrenberg 1948, 158 n. 33 attire l’attention sur le fait qu’Élis – regroupée dans la tribu Éleia – (...)
  • 59 DS 12.35.1s. En 414, les partisans d’Athènes demeuraient importants à Thourioi (Thc. 6.104.2, 7.33. (...)

18À Thourioi, les Athéniens fondent une colonie panhellénique. L’origine de ce projet réside dans l’appel des Sybarites, dont la cité venait d’être détruite une deuxième fois par Crotone en 448/44755. Ceux-ci demandaient de l’aide pour reconstruire leur cité. L’expédition fut préparée en 445 et 444, elle s’intensifia sans doute lorsque l’échec de la colonie installée à Sybaris fut connu56. En 444/443 enfin, Thourioi est fondée. Le caractère panhellénique de cette expédition ne concerne que cette dernière fondation comme l’étude des dix tribus (phylai) de Thourioi le montre. Diodore les décrit en rappelant leur division en quatre groupes, un groupe péloponnésien (Arkas, Achaïs et Éleia), un groupe dorien (Boiotia, Amphiktyonis et Doris) et un troisième groupe composé par les colons d’autres origines (Ias, Euboiis et Nesiotis)57. Les Athéniens sont regroupés dans une tribu à part entière (Athénaïs)58. Cette exception souligne la position dominante des Athéniens dans cettte fondation coloniale, car leur tribu s’ajoute aux trois dernières composées d’alliés athéniens. En 434/433, les Athéniens pouvaient légitimement revendiquer la conduite de Thourioi en raison du nombre majoritaire de colons (majorité relative sans doute)59. Le statut de colonie, fut-elle panhellénique, n’est en rien contradictoire avec l’autorité athénienne, même lorsque l’apoikia est située très loin d’Athènes.

Sinope

  • 60 Plut., Per., 20.1-2 (trad. CUF). Peu d’historiens nient aujourd’hui l’historicité de cette expéditi (...)

L’expédition de Périclès dans le Pont n’est mentionnée que par Plutarque60 : “Il cingla ensuite vers le Pont-Euxin avec une flotte nombreuse et brillamment équipée. Il accorda aux villes grecques ce qu’elles demandaient et les traita avec humanité. En même temps il étalait aux yeux des peuples barbares de ces parages, de leurs rois et de leurs dynastes l’imposante puissance des Athéniens, qui, maîtres absolus de la mer, naviguaient hardiment en sûreté partout où ils voulaient. Aux habitants de Sinope, il laissa treize vaisseaux avec Lamachos et des troupes pour combattre le tyran Timésiléos. Ce tyran et ses partisans ayant été chassés, il fit décréter que six cents Athéniens volontaires se rendraient à Sinope pour y demeurer avec les habitants, après s’être partagé les maisons et les terres qui avaient appartenu jusque-là aux tyrans”.

  • 61 En dernier lieu, cf. Surikov 2001.
  • 62 DS 20.25, Xen., Anab., 7.5.12, Pol., 8.1338b, Str. 11.2.12, Plin., Nat., 6.15.16, Tac., Hist., 3.47 (...)
  • 63 Cf. entre autres Tsetskhladze 1997 et 1998.
  • 64 IG, I3, 61 (Brun no 15, 45-48). Cf. Pébarthe 2000, 55-56 avec n. 76.

19Les historiens retiennent dans l’ensemble la date de 437/436 pour cette expédition61. Le point de départ réside là aussi dans un appel des cités pontiques. On peut supposer qu’elles souhaitaient l’élimination de la piraterie endémique dans la région62. Dans le même temps, beaucoup d’historiens ont voulu voir dans cette entreprise de Périclès l’insertion de cette région dans l’empire athénien, c’est-à-dire la prise de contrôle de la route des céréales en provenance du Pont et à destination d’Athènes. Un changement de dynastie dans la monarchie bosporane intervenant en 438/437, les Athéniens s’assurent par leur présence du maintien des relations amicales avec les autorités de la région. Il fallait pour cela faire entrer la région dans la Ligue. L’importance de la flotte athénienne avait aussi pour vocation de dissuader le nouveau pouvoir de prendre des décisions hostiles aux Athéniens. Elle permettait enfin de contrôler les détroits, en particulier celui du Bosphore. Récemment, G. R. Tsetskhladze a tenté d’infirmer cette thèse, en arguant que ce commerce céréalier ne commencerait qu’à la fin du ve siècle63. Mais il sous-estime les besoins athéniens en la matière et néglige les décrets relatifs à Méthonè qui manifestent le besoin en céréales des Athéniens64.

20Quel est le statut des émigrés de Sinope ? La description de l’installation des six cents volontaires sur des terres confisquées et de la cohabitation avec la population locale amène à penser que Périclès fait installer des clérouques ; aucune fondation de polis n’est évoquée. La chronologie des événements proposée par Plutarque laisse entrevoir deux étapes. Dans un premier temps, une garnison est installée avec un magistrat à sa tête, Lamachos, et une flotte. Puis, une fois le tyran de Sinope éliminé, l’ecclesia d’Athènes, sur proposition de Périclès, vote l’envoi de six cents clérouques, sans doute pour asseoir le contrôle athénien sur la région.

  • 65 Eschn., C. Ctés., 3.171.
  • 66 Le nom pourrait trouver son origine dans un dème athénien, Thorikos. Selon Surikov 2001, 361-362, l (...)
  • 67 Waddington et al. 1976, 54-59, SNG IX, n1053s., SNG XI, no 658-661.
  • 68 Plut., Luc., 19.7 (trad. CUF).

21Existait-il d’autres implantations athéniennes dans le Pont nord ? On peut citer le cas de Nymphaion évoqué par Eschine où Gylon, le grand-père maternel de Démosthène, a été magistrat65. Torikos, possible colonie athénienne, demeure plus problématique66. À Amisos, au ive siècle, un monnayage apparaît67. Il est au type athénien (une chouette au droit), mais la légende est différente. On y lit monnaie du Pirée. On en a déduit que les Athéniens installés au moment de l’expédition de Périclès auraient changé le nom de la cité, non sans une nostalgie pour leur métropole semble-t-il. Bien plus tard, lors des guerres mithridatiques, Plutarque rapporte que Lucullus renvoya les Amiséens à Athènes, au nom de la colonisation passée. “La cité était une colonie athénienne, installée au temps où Athènes était à l’apogée de sa puissance et dominait la mer”68.

  • 69 Sur les diverses origines de la population d’Amphipolis, cf. Thc. 4.106.1. Le parallèle est dressé (...)
  • 70 Cette fondation fait suite à l’imposition de la domination athénienne sur la région, principalement (...)

22Ainsi, dans la région du Pont-Euxin, les Athéniens n’ont pas imposé un seul statut à leurs émigrés. Une fois encore, le caractère pragmatique de ces installations outre-mer apparaît. Dans le cas de Thourioi, ils ont dû tenir compte de leur faiblesse démographique et de leur incapacité à la peupler seuls. Il en alla de même en Thrace pour la colonie athénienne d’Amphipolis qui requérait une population conséquente de colons, en raison de l’hostilité des voisins barbares qui s’étaient opposés avec succès à de précédentes implantations69. Avec cette apoikia, Athènes s’assurait d’un contrôle efficace sur une zone stratégique pour elle70.

23En matière de statut des émigrés et de nature des implantations, les Athéniens font donc preuve avant tout de pragmatisme. Colonies et clérouquies leur assuraient de façon similaire, sinon identique, une présence au sein de l’empire qui confortait ce dernier.

Athènes et ses émigrés

24Colons et clérouques athéniens participaient de l’instauration et du maintien de la zone de domination athénienne (archè) en Égée et au-delà. Dans le cadre de sa politique impériale, Athènes a-t-elle mené une politique d’émigration spécifique ? Et comment parvenait-elle à assurer un contrôle sur des émigrés dont la présence constituait un élément important de l’empire ?

Pourquoi encourager l’émigration ?

  • 71 Graham 1983, 206.
  • 72 Théopompe 115 F. 387.

25Les clérouques et les colons étaient amenés à séjourner loin d’Athènes longtemps, voire définitivement. La croissance démographique athénienne ne pouvant être que lente et entravée par la guerre à partir de 431, les Athéniens n’envoyaient-ils pour autant des concitoyens à l’extérieur de leur cité qu’avec parcimonie ? Dans le cas de Thourioi et d’Amphipolis, il est évident qu’Athènes ne dispose pas des ressources démographiques suffisantes pour peupler des colonies de cette taille71. Il semble que les contingents d’émigrés athéniens n’excédaient pas 2 000 citoyens si on accepte le témoignage de Théopompe sur Histiée et si on excepte le cas particulier de la clérouchie lesbienne évoquée infra72. À trois reprises, les sources évoquent 1 000 hommes (Potidée, la Thrace dont peut-être Bréa, les renforts de Chersonnèse). Les limites inférieures connues sont de 600 pour Sinope et 500 pour Mélos. Il existait sans doute un nombre minimal d’individus pour qu’une implantation, même temporaire, soit viable.

  • 73 Figueira 1991, 169-170. Parmi les différences citées, il faut abandonner la distance, Sinope étant (...)
  • 74 Plut., Pér., 34.2.

26Dans l’ensemble, les clérouquies sont de taille modeste par rapport aux colonies, à l’exception de celle installée à Lesbos accueillant 2 700 clérouques73. Mais celle-ci n’est guère représentative des autres clérouquies, elle tranche même nettement avec ces dernières. Pourquoi les Athéniens implantent-ils une clérouquie aussi peuplée ? La vengeance et la volonté de marquer leur autorité sur un allié récalcitrant peuvent être évoquées. Athènes cherche aussi à augmenter ses ressources et à dédommager ses concitoyens obligés de se réfugier dans la ville depuis le déclenchement de la guerre du Péloponnèse et qui vivaient mal l’occupation, voire la destruction, de leur patrimoine foncier par l’ennemi spartiate74. Les clérouquies apparaissent au cours de la domination athénienne comme secondaires par rapport aux colonies qui sont plus importantes numériquement, 5 100 - 6 100 colons (Chersonnèse, Bréa, Histiée, Mélos, Potidée et Sinope ; si on ajoute Égine, Amphipolis, Skion, Skyros et Thourioi on atteint une estimation de 12 000 Athéniens) contre 1 250 clérouques à Andros, Érétrie et Naxos, auxquels on peut ajouter pendant quelques années les 2 700 clérouques lesbiens. Ces quelques 8 000 à 9 000 colons et clérouques sont à rapporter au nombre total de citoyens en 431, entre 30 et 40 000, ils représentent donc environ 10 % de la population citoyenne d’Athènes.

  • 75 Plut., Pér., 11.5-6 (trad. CUF).

27Il est dès lors légitime de se demander si des préoccupations démographiques n’ont pas motivé la colonisation athénienne de l’époque classique. Une telle finalité est évoquée par Plutarque75 :

“[Périclès] expédia en outre mille colons dans la Chersonnèse, cinq cents à Naxos, deux cent cinquante à Andros, mille en Thrace pour y habiter chez les Bisaltes, et d’autres en Italie, lors de la nouvelle fondation de Sybaris, rebâtie sous le nom de Thourioi. Il agissait ainsi pour alléger la ville d’une populace oisive, que l’action rendait remuante, pour soulager la misère du peuple et, en installant des garnisons chez les alliés, les tenir dans la crainte et les empêcher de tenter quelque révolte”.

  • 76 Libanios, Sommaire de Dém., Sur les affaires de Chersonnèse, 8, 1 (trad. CUF).

28Dans le sommaire du discours de Démosthène Sur les affaires de Chersonnèse, prononcé vraisemblablement au printemps 341 qu’il rédige, Libanios est tout aussi explicite76 :

“C’était une vieille coutume athénienne que leurs pauvres, ceux d’entre eux qui n’avaient pas de terre en Attique, fussent envoyés comme colons dans les villes qu’ils possédaient au dehors. À leur départ, ils recevaient aux frais du trésor, des armes et quelque argent”.

  • 77 Pour un exemple de distinction entre colons et garnisaires, cf. Thc. 1.26.1, 1.26.3 et 1.28.1 : les (...)
  • 78 Plat., Gorg., 515e, Ps-Arist., Ath. pol., 27.3-4 et Plut., Per., 9.1-4 ; cf. Pébarthe 2007. Cependa (...)

29Si Plutarque associe la surveillance (phylakè) aux garnisons qui relèvent d’une catégorie d’émigration différente, temporaire et sans don de terres, les deux témoignages convergent pour expliquer la colonisation athénienne par des critères démographiques et sociaux77. Toutefois si les sources de Libanios ne peuvent être identifiées, Plutarque utilise des auteurs hostiles à la démocratie, et en particulier à Périclès, qui expliquent que le succès du stratège est dû aux dépenses publiques qu’il encourageait. Ne disposant pas des moyens financiers de Cimon, le fils de Xanthippe n’avait d’autres recours, disent Platon, l’auteur de la Constitution des Athéniens et Plutarque, que de distribuer aux pauvres l’argent de la cité78.

  • 79 Cf. en dernier lieu Salomon 1997, 149-150.
  • 80 Thc. 1.2.6 (trad. CUF).
  • 81 Thc. 3.3.1 et 3.13.3.
  • 82 Thc. 3.50.2. Diod. 12.55.10 ne fait pas allusion à un tirage au sort. Cf. les remarques prudentes d (...)
  • 83 Plut., Per., 20.2.

30En dépit de cette convergence, il semble que la colonisation athénienne du ve siècle n’ait pas pour finalité première de régler un problème démographique et social, autrement dit de faire partir les pauvres en les dotant de terres à l’extérieur de la cité79. Thucydide du reste ne dit rien de tel, alors même qu’il n’hésite pas à expliquer la colonisation athénienne ancienne par la surpopulation. En ce temps-là, ceux qui étaient chassés de leurs cités s’installaient à Athènes. “Ils devenaient citoyens, et ils grossirent encore, dès l’époque ancienne, la population de la ville ; tant et si bien que plus tard, l’Attique étant jugée insuffisante, on envoya même des colonies en Ionie”80. Au moment de la guerre, il évoque plutôt un problème de dépopulation81. De plus, les Athéniens ne semblent pas recourir au départ forcé. Si, au sujet de la fondation de la clérouquie de Lesbos, Thucydide indique que les clérouques furent tirés au sort parmi les citoyens, ces derniers peuvent s’être portés volontaires pour y participer82. Les six cents Athéniens qui s’installent à Sinope sont en revanche assurément des volontaires83.

  • 84 L’hypothèse est émise par Brunt 1966, 72.
  • 85 Plut., Per., 34.2 (trad. CUF modifiée).

31Mais volontariat et tirage au sort ne s’opposent pas à l’existence d’une dimension sociale de l’émigration. Il est probable que certains candidats à l’installation hors de l’Attique étaient attirés par la perspective de bénéficier de terres plus fertiles, notamment après les destructions causées par le début de la guerre du Péloponnèse84. Selon Plutarque, Périclès se résolva à faire partir des colons pour calmer les Athéniens qui lui devenaient hostiles. “Comme la multitude continuait à maugréer contre la guerre, il la ménagea et se la concilia par des distributions d’argent et fit décréter des envois de colons. Il expulsa en masse les Éginètes et partagea l’île en lots qu’il distribua aux Athéniens tirés au sort”85. Existe-t-il pour autant une interdiction faite aux citoyens les plus riches d’être des clérouques ou des colons ?

  • 86 Les sources évoquent parfois des terres distribuées de différentes superficies mais cela n’est pas (...)
  • 87 Par exemple, Lysias et son frère Polémarchos, Lys., 12.10-12 et 19, Dion. H., Lys., 1.1, Plut., Mor (...)
  • 88 Nous suivons Figueira 1991, 59.
  • 89 Cf. Figueira 1991, 57-62 et 66 n. 43.
  • 90 IG, I3, 46, en particulier l. 40-42 avec le commentaire de Figueira 1991, 59-60.
  • 91 IG, I3, 41.38.
  • 92 Thc. 4.102.2 (“ho bouleumenos”) avec Figueira 1991, 20-24 pour le sens précis d’epoikoi. Cf. aussi (...)

32Si la colonie était une réplique de la métropole, alors la présence de citoyens riches était nécessaire pour les liturgies et les magistratures. Si le principe de la division égale par lot était appliquée, alors il fallait que certains soient riches auparavant86. Dans le cas des clérouquies, ces questions ne se posaient pas puisqu’il n’y avait vraisemblablement pas de liturgies et de magistratures. À Thourioi, la présence de colons non athéniens riches est attestée87. Il est peu probable que les colons athéniens appartenaient exclusivement à la catégorie des thètes, dernière catégorie censitaire à Athènes88. On pense aussi à Ariston, le père de Platon, possible colon éginète qui appartient à la classe des hippeis ou des pentacosiomédimnes, les deux premières classes censitaires89. En revanche, le décret relatif à la fondation de la colonie de Bréa mentionne une restriction des départs aux deux dernières catégories censitaires, les zeugites et les thètes, qui figure dans un amendement90. Le texte est mutilé et on ne peut que suppposer que ce dernier restreignait à ces seuls citoyens la possibilité de participer au tirage au sort définie dans les 30 à 35 lignes perdues. Si l’on considère en revanche le cas d’Histiée, la levée d’un impôt sur le patrimoine (eisphora) prouve que certains colons disposaient d’un patrimoine important91. La restriction aux seules catégories censitaires inférieures ne constitue donc pas la norme. On peut alors accepter littéralement la formule de Thucydide, les 10 000 colons (epoikoi) d’Ennéa Odoi ont été des volontaires92.

  • 93 Thc. 3.50.2 (trad. CUF). Cf. notamment Gauthier 1966 et Salomon 1997, 196-200.

33Toutefois, la description de l’installation d’une clérouquie sur l’île de Lesbos en 427 par Thucydide laisse deviner une certaine volonté de favoriser l’ascension sociale. Les cités lesbiennes à l’exception de Méthymna se révoltent contre Athènes qui parvint à les vaincre. “Par la suite, au lieu d’imposer un tribut à Lesbos, ils en divisèrent le territoire, sauf celui de Méthymna, en trois milles lots où, à la réserve de trois cents lots consacrés aux dieux, ils envoyèrent comme clérouques des citoyens tirés au sort ; mais en s’engageant à verser à ceux-ci une somme de deux mines par lot annuellement, les Lesbiens continuèrent à travailler eux-mêmes leur sol”93.

  • 94 Nous ne suivons pas Zelnick-Abramovitz 2004 qui pense que ce système est la règle générale. Dans le (...)
  • 95 Thc. 3.36.2.
  • 96 Thc. 3.50.3 et 4.52.2-3 et 4.75.1.
  • 97 À la même date, les Athéniens lèvent un impôt sur le patrimoine (eisphora) parce que les revenus de (...)
  • 98 Plus généralement, la présence de clérouques avait pour but d’empêcher un retour des aristocrates b (...)
  • 99 Les commentateurs de ce passage s’accordent généralement sur ce point, cf. Gauthier 1966 ; Meiggs 1 (...)

34Il ressort de cette description que les clérouques athéniens sont propriétaires des lots, sans pour autant les exploiter94. Leur fonction est essentiellement militaire, surveiller une communauté prompte à la rebellion et les éventuels mouvements de flotte des Péloponnésiens95. On doit aussi sans doute aux clérouques la conquête de la pérée lesbienne (possessions continentales)96. Autre avantage de ce système, les Athéniens n’ont pas à financer ces clérouques en période de difficultés financières, le coût de la guerre contre les Péloponnésiens s’alourdissant97. La division des terres était en outre un moyen d’affaiblir durablement les oligarques lesbiens98. Il semble que ces clérouques demeurent à Lesbos jusqu’à la fin de la guerre du Péloponnèse99.

  • 100 Gauthier 1966, 74-77.
  • 101 Cf. Gauthier 1966, 76 et Figueira 1991, 177.
  • 102 Thc. 3.87.3.

35Les deux mines annuelles qui leur étaient versées correspondraient à leur solde, distincte du lot de terre dont le rendu agricole, par définition variable, assurait leur nourriture (sitèsis)100. Cependant, ce même montant évoque aussi la limite censitaire entre les thètes et les zeugites101. Cette clérouquie n’avait-elle pas dès lors pour finalité également de permettre à des Athéniens pauvres d’accéder au statut d’hoplite ? Le contexte renforce l’hypothèse. En 427, la cité athénienne est en proie à des difficultés démographiques certaines, notamment en raison d’une épidémie qui ravage la ville depuis 430 ; un tiers de la population en aurait été victime. Thucydide mentionne aussi 4 400 hoplites et 300 cavaliers décédés102. Les Athéniens n’avaient pas les moyens démographiques d’installer des citoyens de rang hoplitique à l’extérieur de l’Attique, tout en continuant de disposer pour des combats se déroulant sur plusieurs champs de bataille d’un contingent d’hoplites en nombre suffisant.

  • 103 Thc. 2.13.6 (trad CUF).
  • 104 Cf. Figueira 1991, 201-225. Les sources confirment que les phrouriai intègrent les colons : Xen., H (...)
  • 105 Thc. 2.19.2-2.20.5.
  • 106 Au ive siècle, les clérouques originaires d’Acharnes sont les plus nombreux dans une liste que nous (...)

36Peut-on mesurer l’effet de la colonisation sur l’importance numérique du contingent athénien mobilisé lors de la guerre du Péloponnèse ? Il faut pour cela s’intéresser aux chiffres donnés par Périclès selon le témoignage de Thucydide. “Quant aux hoplites”, dit-il, “ils en avaient treize mille, sans compter les seize mille qui occupaient les garnisons ou qui avaient la garde des murs”103. Selon Thomas Figueira, les garnisaires sont localisés dans l’ensemble de l’archè et les colons font partie de ces 16 000 hommes104. Une autre élément vient confirmer cette hypothèse : le nombre d’hoplites en provenance du dème d’Acharnes, 3 000 si l’on suit un passage de Thucydide105. Ce chiffre est important et surprend pour ce dème rural (à comparer avec leurs 4,4 % de conseillers à la Boulè). Sa localisation laisse à penser qu’il comptait de nombreux thètes travaillant dans les champs, autrement dit des candidats potentiels à l’émigration dans les clérouquies et les colonies106. Ce statut leur permettait d’accéder au rang hoplitique.

  • 107 À l’exception de la clérouquie de Lesbos, nous manquons malheureusement de sources pour affirmer qu (...)

37Les clérouquies augmentaient le nombre d’hoplites puisqu’elles fournissaient principalement à des thètes un patrimoine foncier correspondant à la catégorie hoplitique107. Tous les thètes n’étaient pas visés et cette forme de colonisation s’adressait d’abord aux thètes ruraux, petits cultivateurs ou ouvriers agricoles. Lorsque les clérouques n’assuraient pas une mission de garnisaires, ils servaient dans le contingent de leur tribu, aux côtés de concitoyens expérimentés dans la chose militaire. Les apoikiai sont ouvertes à tous les citoyens, quelle que soit leur classe censitaire. Il n’y avait pas dans ce cas de volonté de promouvoir des citoyens athéniens modestes.

  • 108 Ps-Arist., Ath. pol., 26.4.

38Mais ne s’agit-il pas là simplement d’une évolution due aux difficultés de la guerre ? Il semble que non. L’installation de clérouques s’inscrit en effet dans les évolutions du droit athénien en matière de citoyenneté, notamment la réforme proposée par Périclès en 451/450108. Restreignant l’accès au corps des citoyens, celle-ci pourrait avoir pour conséquence la diminution à terme du nombre d’hoplites alors que dans le même temps les clérouquies rempliraient une fonction inverse. En réalité, les deux phénomènes ne sont pas contradictoires. Restreindre numériquement, c’est aussi donner plus d’importance, c’est donner accès à des privilèges que les autres n’ont pas, c’est faire des citoyens athéniens des privilégiés. De ce point de vue, cette loi est cohérente avec une politique de colonisation qui consiste à procurer des terres ou des ressources à des Athéniens qui en sont dépourvus.

  • 109 Brunt 1966, 72 : “It seems likely then that in selecting sites for the settlement of her citizens i (...)
  • 110 Figueira 1991, 172-176. Contra Salomon 1997, en particulier 191.
  • 111 Plut., Per., 19.1. Pour une perspective différente, cf. Figueira 1991, 260-262.
  • 112 Du reste, le Périclès de Thucydide emploie le mot phrouria pour désigner des implantations colonial (...)
  • 113 IG, I3, 1.2-3.
  • 114 Jones 1957, 174 sq.

39Les aspects militaires, autrement dit la stratégie, pesèrent également dans la politique athénienne d’émigration109. Du reste, le changement de statut, les thètes devenant des zeugites, implique aussi une volonté d’augmenter le nombre de soldats. Thomas Figueira a sans doute raison de mettre en garde contre une assimilation de la réalité du ive siècle à celle du ve siècle110. Pour autant, affirmer que seules les garnisons remplissaient une fonction stratégique et militaire paraît exagéré. L’exemple de la Chersonnèse est convaincant111. Les Athéniens tenaient compte de l’ensemble des émigrés installés dans l’empire et savaient pouvoir compter sur eux112. Ces occupations coloniales avaient aussi pour finalité d’empêcher des adversaires de s’installer ou de se réinstaller dans les régions concernées et d’accéder le cas échéant à des ressources nouvelles. C’est le cas de la colonisation de Skyros ; les colons athéniens remplacent les pirates chassés. Toutefois, le décret concernant Salamine précise que les Athéniens résidant sur l’île doivent leurs obligations militaires à Athènes et non sur place113. Il n’y a donc pas de règle en la matière114.

  • 115 Thc. 4.108.1 avec les commentaires de Pébarthe 1999, 149 et 2000, 55-57.
  • 116 Cf. Graham 1983, 200 et Figueira 1991, et 74-78 sur IG, I3, 47, 191-192.
  • 117 Ar., Ra., 362-363 avec en dernier lieu Pébarthe 2000, 56.

40Les implantations athéniennes à l’extérieur donnent accès à des ressources telles que le bois, la poix et des métaux précieux. Les colonies pouvaient aussi enrichir la cité par le versement de taxes, mais les sources manquent pour que nous puissions préciser ce qu’il faut entendre par là. Elles se limitent pour l’essentiel à un passage de Thucydide qui précise qu’Amphipolis était une source de revenus pour les Athéniens115. La formule utilisée révèle qu’Athènes percevait des taxes sur le commerce amphipolitain. Il est vraisemblable que cette fiscalité, une taxe de 5 % sur les échanges, s’appliquait à l’ensemble des colonies athéniennes qui ne versaient pas le tribut au titre de leur appartenance à la Ligue de Délos116. Nous connaissons par exemple le cas de Thorycion, percepteur (eikastologos) d’une taxe d’un vingtième, mentionné par Aristophane117. Outre la perception de celle-ci, il avait la responsabilité de la surveillance des échanges avec les Péloponnésiens. Il devait veiller en particulier à ce qu’on n’exporte pas des matériaux stratégiques à l’extérieur de l’empire.

  • 118 Figueira 1991, 186-190.
  • 119 Cf. Thc. 2.13.3, Xen., Anab., 7.1.27 et Ar., V., 655-660 avec nos remarques dans Pébarthe 1999, 151 (...)

41Les sommes ainsi récoltées par les Athéniens étaient loin d’être négligeables. Certes, en raison des sources à notre disposition, il est difficile de proposer une estimation. Thomas Figueira propose un minimum de 135 talents pour les colonies, dont 50 pour la seule Amphipolis118. Il est possible d’aller au-delà. Les quelques chiffres fournis par les sources littéraires amènent à penser que les colonies athéniennes rapportaient autant que les cités tributaires, à savoir un peu moins de 400 talents119.

Comment contrôler l’émigration ?

  • 120 Nous revenons sur la correspondance entre les magistrats et la cité dans Pébarthe 2006, 291-295.
  • 121 Eupolis frag. 331 K-A, Lucien, Pro Lapsu 3 et scholie à Ar., Pl., 322.
  • 122 Thc. 7.11.1. Toutefois, l’epistolè ne renvoie pas toujours à une correspondance écrite, il faut don (...)
  • 123 Thc. 7.10-15.

42Les obligations militaires, autant que la perception de taxes, supposent qu’un contrôle athénien s’exerce sur les magistrats outre-mer, les garnisaires, les clérouques et les colons. Pour les deux premières catégories, les sources révèlent l’existence de correspondances permettant les échanges d’informations indispensables au bon fonctionnement de l’empire120. Dans une lettre envoyée au Conseil et au peuple, Cléon les informe de la capture de Pylos en 425121. Le stratège Nicias fournit un exemple de correspondances abondantes pendant l’expédition de Sicile122. Thucydide ne cite le contenu que d’une seule de ses missives123. Par ce biais, Nicias indique à la cité les difficultés qu’il rencontre et lui demande quelle action engager, du retrait des troupes ou de la demande de renforts et d’argent.

  • 124 IG, I3, 47 avec les commentaires de Figueira 1991, 74-78.
  • 125 De notre point de vue, l’intervalle chronologique est trop réduit (cf. nos remarques dans Pébarthe (...)
  • 126 IG, I3, 47. B. 3-8.
  • 127 IG, I3, 46.30-33. Cf. aussi les remarques de Morison 2003 sur IG, I3, 420.
  • 128 IG, II2, 1952a avec en dernier lieu Cargill 1995, 219 sq.

43La nature du contrôle des colons et des clérouques est plus difficile à établir mais une inscription, bien que mutilée, donne un certain nombre d’informations124. Le document évoque l’envoi de colons vers un site inconnu. La datation proposée par les éditeurs de l’inscription, 440-425, repose sur la seule paléographie125. Les lignes 5 et 6 pourraient indiquer la réalisation d’une copie de la liste des apoikoi ou bien de leurs terres. Un peu plus loin il est peut-être fait référence une nouvelle fois à un enregistrement126. Le décret fondant la colonie de Bréa est, lui, explicite : les colons sont enregistrés avant leur départ127. Ce recensement trouvait naturellement ensuite sa place dans les archives de la cité, à l’époque le Bouleutérion. Pour le ive siècle, nous possédons une stèle contenant les noms et démotiques de clérouques, classés par tribu, ce qui évoque les appels militaires128.

  • 129 Thc. 4.105.2-4.106.3.
  • 130 Thc. 5.11.1.
  • 131 DS 12.35.1-3.
  • 132 Thc. 7.33.5.
  • 133 Thc. 8.35.1.

44Le contrôle pouvait perdre de son efficacité en fonction du contexte. Lorsque Brasidas laissa le choix aux Amphipolitains entre demeurer dans leur cité en conservant leurs biens et en jouissant d’une égalité de droit ou partir avec leurs biens sous cinq jours, ils choisirent de livrer la ville au Spartiate129. Après la mort de ce dernier en 422 au cours d’une bataille contre les Athéniens menés par Cléon, ils le désignèrent comme oikistès d’Amphipolis et firent disparaître les monuments en l’honneur d’Hagnon, le fondateur athénien de la colonie130. Nous possédons moins d’informations sur Thourioi mais Diodore rapporte que très vite un conflit éclata parmi les colons pour savoir qui était l’oikistès et qui était la métropole131. Thucydide mentionne une révolution qui avait chassé en 413 des ennemis d’Athènes inconnus par ailleurs, signe que des tensions existaient au sein de la communauté132. Peu après la défaite de Démosthénès, la cité fut de nouveau dirigée par ceux qui étaient favorables aux Spartiates133.

Conclusion : penser le proche, penser le lointain, penser l’empire

  • 134 Taylor 1997.
  • 135 Cf. respectivement Taylor 1997 et Salomon 1997, 76-81.
  • 136 Hallof & Habicht 1995 et Habicht 1996.
  • 137 Cf. Salomon 1997, en particulier 106 pour les cas de Lemnos et Imbros.

45Les colonies, et peut-être même les clérouquies, s’apparentent à des dèmes d’outre-mer, dèmes officieux pour reprendre l’expression de Martha Taylor au sujet de Salamine134. Au ive siècle, les sources épigraphiques mentionnent l’existence d’un demos des Athéniens à Salamine ou encore à Lemnos135. Une inscription récemment publiée permet de mieux connaître le fonctionnement de la clérouquie de Samos au ive siècle136 Le texte est inscrit sur une grande stèle, sur deux faces, la première comportant 6 colonnes et la deuxième 5, pour un total de 380 lignes. Aucun en-tête n’est connu. Dans les dix premières colonnes figure le nom de chacune des tribus athéniennes. Chaque colonne contient en outre des noms de dèmes appartenant à cette tribu et un ou plusieurs noms d’Athéniens pour chacun de ces dèmes. Chaque colonne contient un nombre identique de personnes, 25. Les clérouques étaient donc au nombre de 250. Cette inscription concerne une seule année puisque la onzième colonne contient la liste des 20 magistrats de la clérouquie (9 archontes, cinq stratèges, quelques secrétaires et un héraut). Il est probable qu’il s’agisse de la liste du Conseil de la clérouquie pour l’année archontale de Démétrios. A la différence du Conseil athénien, chaque tribu envoie 25 membres et non 50. Bien entendu, la clérouquie samienne ne dispose que d’une autonomie, aucune de ses décisions ne s’imposait à Athènes137.

  • 138 Thc. 6.23.2 (trad. CUF).
  • 139 Cf. IG, I3, 14.2-8, 34.40-43 et 46.15-17 avec les remarques de Parker 1996, 142-143.
  • 140 Ar., Nu., 386a cité par Figueira 1991, 230 n. 9.
  • 141 Cf. respectivement IG, I3, 71.57-58 et IG, I3, 78.14.

46Les clérouquies et les colonies athéniennes, du moins celles qui ne comportaient que des citoyens athéniens, constituaient un archipel de dèmes officieux qui renforçaient la cohésion de l’archè, clérouques et colons étaient autant de co-démotes des citoyens athéniens résidant en Attique. Quant aux cités alliées et/ou sujettes, les Athéniens les pensaient comme de véritables colonies (apoikiai). Ainsi, le deuxième discours de Nicias devant l’assemblée comporte cette appréciation sur la campagne de Sicile. “Somme toute, il faut que nous nous tenions pour des colons, qui, allant fonder une colonie parmi des populations étrangères et hostiles, doivent, dès le premier jour qu’ils aborderont, se rendre maître du terrain, ou bien savoir qu’en cas d’échec ils trouveront l’hostilité partout”138. De même, vers 450 ( ?), moment où les clérouquies sont installées en nombre et où la citoyenneté est redéfinie et donc aussi la relation avec l’Autre, Érythrées est contrainte de contribuer aux Panathénées. N’est-elle pas considérée comme une colonie ?139 Il existe des éléments qui laissent penser que dès cette date les cités alliées étaient assimilées symboliquement à des colonies140. Une possible restitution du décret de Thoudippos va dans le même sens ainsi que la contribution des alliés aux prémices des déesses d’Éleusis141.

  • 142 Thc. 7.28.4 (trad. CUF). Cf. en dernier lieu Samons 2000, 250-254 et Kallet 2001, 195-225.
  • 143 Kallet 2001, 216 considère que l’eikostè et le décret sur les monnaies, poids et mesure au sein de (...)
  • 144 Meiggs 1972, 438-439 et IG, I3, 291.
  • 145 Cf. en dernier lieu Kallet 2001, 223-225.

47Mais c’est sans conteste la substitution de l’eikostè au phoros qui démontre la volonté athénienne de construire un empire de colonies, vers 413. Seul Thucydide mentionne ce changement142 : “Aussi fut-ce vers cette époque qu’ils substituèrent au tribut payé par leurs sujets l’impôt du vingtième sur le trafic maritime”. Contrairement à ce que soutient Lisa Kallet, l’instauration de l’eikostè n’est pas le signe que désormais l’archè est pensée comme une cité143. Les Athéniens étendent le statut de leurs colonies réelles, une taxe de 5 % sur le commerce, à l’ensemble des poleis de l’archè qui, de fait, deviennent des colonies. Quelle est l’efficacité d’une telle mesure ? Les sources ne le précisent pas. Pour l’essentiel, les Modernes ont considéré que les Athéniens avaient réintroduit le tribut en 410144. Mais les preuves avancées peuvent être récusées145. Quoi qu’il en soit, la durée de cette réforme importe peu. Cette substitution ne put être élaborée qu’en raison du contrôle athénien sur les cités de l’archè, contrôle qui supposait une forte présence athénienne outre-mer et, en retour, un contrôle de la cité sur ses émigrés.

48L’empire reflète donc une conception athénienne de l’espace impérial qui ne tient guère compte de la distance géographique, pondérée ou non par la durée du voyage. Le facteur déterminant est en dernier ressort la proximité qu’il est possible d’établir avec les citoyens athéniens. Les clérouques et les colons sont pensés comme des co-démotes alors que les alliés sont assimilés à des colons athéniens. Au moment où le mythe de l’autochtonie se met en place, Athènes considère les habitants des cités de l’empire comme des émigrés ou des descendants de ces derniers, en bref comme des membres d’une seule et même famille, ionienne certes mais avant tout athénienne.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Beister, H. (1981) : “Kληροχς”, in : Welskopf 1981, 404-419.

Brunt, P. A. (1966) : “Athenian Settlements Abroad in the Fifth Century B.C.”, Ancient Society and Institutions. Studies presented to Victor Ehrenberg on his 75th Birthday, Oxford, 71-92.

Cargill, J. (1995) : Athenian Settlements of the Fourth Century B.C., Leyde - New-York - Cologne.

De Wever, J. et R. Van Compernolle (1967) : “La valeur des termes de ‘colonisation’ chez Thucydide”, AC, 36, 461-523.

Doonan, O. (2003) : “Sinope”, in : Grammenos & Petropoulos 2003, 1379-1402.

Ehrenberg, V. (1948) : “The Foundation of Thurii”, AJP, 69, 149-170.

— (1952) : “Thucydides on Athenian Colonization”, CPh, 47, 143-149.

Fedoseev, N. F. (2002) : “Les témoignages archéologiques sur une clérouquie athénienne à Sinope”, Mouseion, 2, 189-202.

Figueira, Th. J. (1991) : Athens and Aigina in the Age of Imperial Colonization, Baltimore - Londres.

Finley, M. I. éd. (1973) : Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris - La Haye.

Gauthier, Ph. (1966) : “Les clérouques de Lesbos et la colonisation athénienne au ve siècle”, REG, 79, 64-88.

— (1973) : “À propos des clérouquies athéniennes du ve siècle”, in : Finley 1973, 163-178.

Graham, A. J. (1983) : Colony and Mother City in Ancient Greece, Chicago.

Grammenos D. V. et E. K. Petropoulos, éd. (2003) : Ancient Greek Colonies in the Black Sea, Thessalonique.

Habicht, Chr. (1996) : “Athens, Samos, and Alexander the Great”, PAPhS, 140, 397-405.

Habicht, Chr. et Kl. Hallof (1995) : “Buleuten und Beamte der attischen Kleruchie in Samos”, AM, 110, 273-304.

Hornblower, S. (1997) : A Commentary of Thucydides. Vol. 1 : Books I-III, Londres.

Jones, A. H. M. (1957) : Athenian Democracy, Oxford.

Kallet, L. (2001) : Money and the Corrosion of Power in Thucydides. The Sicilian Expedition and Its Aftermath, Berkeley - Los-Angeles - Londres.

Lécrivain, V. éd. (2007) : Clientèle guerrière, clientèle foncière et clientèle électorale. Histoire et anthropologie, Dijon.

Lordkipanidzé, O. et P. Lévêque, dir. (1996) : Sur les traces des Argonautes, Besançon.

Mattingly, H. B. (1996) : “Athens and the Black Sea in the Fifth Century BC”, in : Lordkipanidzé & Lévêque 1996, 151-157.

McGregor, M. F. (1982) : “Athens and Hestiaia”, Studies in Attic Epigraphy, History and Topography Presented to Eugene Vanderpool, Princeton, 101-111.

Meiggs, R. (1972) : The Athenian Empire, Oxford.

Morison, W. S. (2003) : “Property Records for Athenian Cleruchs or Colonists ? : Notes on IG I3 420”, ZPE, 145, 109-113.

Nease, A. S. (1949) : “Garrisons in the Athenian Empire”, Phoenix, 3, 102-111.

Parker, R. (1996) : The Athenian Religion : A History, Oxford.

Parkins, H. et C. Smith, éd. (1998) : Trade, Traders and the Ancient City, Londres.

Pébarthe, Chr. (1999) : “Thasos, l’empire d’Athènes et les emporia de Thrace”, ZPE, 126, 131-154.

— (2000) : “Fiscalité, empire athénien et écriture : retour sur les causes de la guerre du Péloponnèse”, ZPE, 129, 47-76.

— (2005) : “La liste des archontes athéniens (IG, I3, 1031). Réflexions sur la datation d’une inscription”, REA, 107, 11-28.

— (2006) : Cité, démocratie et écriture. Histoire de l’alphabétisation d’Athènes à l’époque classique, Paris.

— (2007) : “La question de la clientèle en Grèce ancienne : Cimon versus Périclès, patronage privé contre patronage communautaire ?”, Lécrivain 2007, Paris, 173-197.

Salomon, N. (1997) : Le cleruchie di Atene. Caratteri e funzione, Pise.

Samons, L. J. (2000) : Empire of the Owl. Athenian Imperial Finance, Stuttgart.

Schrader, C., V. Ramón et J. Vela, éds. (1997) : Plutarco y la historia. Actas del V Simposio español sobre Plutarco, Zaragoza, 20-22 de junio de 1996, Saragosse.

SNG IX : Sylloge Nummorum Graecorum-Great Britain IX : the British Museum 1 : The Black Sea, Londres, 1993.

SNG XI : Sylloge Nummorum Graecorum-Great Britain XI : the British Museum 1 : The Black Sea, Londres, 2000.

Surikov, I. E. (2001) : “Historico-Geographical Questions Connected with Pericles’Pontic Expedition”, Ancient Civilizations from Scythia to Siberia, 7, 341-366.

Taylor, M. C. (1997) : Salamis and the Salaminioi. The History of an Unofficial Demos, Amsterdam.

Tsetskhladze, G. R. (1997) : “Plutarch, Pericles and Pontus : Some Thoughts” in : Schrader et al. 1997, 461-466.

— (1998) : “Trade on the Black Sea in the Archaic and Classical Periods : Some Observations”, in : Parkins & Smith 1998, 52-74.

Waddington, W. H., E. Babelon et Th. Reinach (1976) : Recueil général des monnaies grecques d’Asie Mineure, I, 1 - I, 4, New York (1ère éd. 1908).

Welskopf, E. C., éd. (1981) : Untersuchungen ausgewählter altgriechischer sozialer Typenbegriffe, vol. 3, Soziale Typenbegriffe im alten Griechenland und ihr Fortleben in den Sprachen der Welt, Berlin.

Zelnick-Abramovitz, R. (2004) : “Settlers and Dispossessed in the Athenian Empire”, Mnemosyne, 57, 325-345.

Notes

1 Pl., Phd., 109b. Le recours au terme “colonisation” n’est toutefois qu’un pis-aller lorsqu’il est appliqué au monde grec. Si on n’y prend garde, la traduction du verbe apoikein par “coloniser” et du mot apoikia par “colonie” peut amener à des confusions avec des réalités des xixe et xxe siècles. La colonisation grecque se compose d’un ensemble de migrations éparses et diverses. La colonie créée n’entretient pas, de même, des relations de dépendance avec sa métropole, même si elle reconnaît un lien de nature filiale avec la communauté qui est à son origine ; l’étymologie du mot métropole l’évoque directement.

2 Ces possibilités nouvelles de contrôle dépendent d’un recours important à l’écriture (pour le cas de l’empire, cf. Pébarthe 2000 et plus généralement Pébarthe 2006).

3 Cf. IG, I3, 237.8-9.

4 Ehrenberg 1946, 131.

5 Respectivement ATL, 3, 285 avec n. 46 et Ehrenberg 1952. Cette position est suivie par Brunt 1966, De Wever & Van Compernolle 1967, 466 et 476-477, Graham 1983, 170, Figueira 1991, en particulier p. 40-53 et Salomon 1997, 21-27.

6 Thc. 3.50.2 avec De Wever & Van Compernolle 1967, 476. Figueira 1991, 9 en déduit que la définition est précise et qu’elle ne s’applique qu’aux Athéniens envoyés à Lesbos. Cf. le commentaire infra.

7 Sur l’utilisation par Thucydide du mot apoikia et de ses composés, cf. De Wever & Van Compernolle 1967, 461-467.

8 De Wever & Van Compernolle 1967, 461-464.

9 De Wever & Van Compernolle 1967, 465.

10 De Wever & Van Compernolle 1967, 472.

11 Cf. Thc. 1.7, 1.10.2, 1.12.3 avec le commentaire de De Wever & Van Compernolle 1967, en particulier 475.

12 Salomon 1997, 21-27.

13 Salomon 1997, 26.

14 La différence entre clérouque et colon n’a plus de sens au ive siècle quand tous les colons sont des clérouques et que toutes les clérouquies disposent d’institutions politiques (contra Salomon 1997 qui dans l’ensemble sous-estime les spécificités liées à la construction de l’archè athénienne au ve siècle).

15 Graham 1983, 169.

16 Hdt. 5.77.2 et 6.100.1.

17 Gauthier 1966, 73.

18 Xen., Hell., 2.2.1-2 et 9. Cf. Figueira 1991, 68.

19 Ps-Arist., Ath. pol., 24.3. Nous ne partageons pas la prudence de Meiggs 1972, 215 sur ce chiffre.

20 IG, I3, 14 (Brun no 6).

21 Cf. Harpocration, sv qui les décrit comme des individus envoyés pour examiner la situation d’une cité.

22 IG, I3, 34 (Brun n9).

23 On trouve confirmation de cette hypothèse dans un passage d’une pièce d’Aristophane (Oiseaux, 1022-1052).

24 Cf. respectivement IG, I3, 34 (Brun no 36) et IG, I3, 14 (Brun no 6).

25 Cf. le catalogue dressé par Nease 1949.

26 Thc. 1.115.2-7.

27 Respectivement Polieis, F233 et Guêpes, 235-237.

28 Xen., Hell., 2.2.1-2. Du point de vue de la citoyenneté, dans ce passage, il ne distingue pas les colons, les clérouques et les garnisaires (cf. infra).

29 Entre autres ATL. 3.285-286 ; Jones 1957, 168 ; Graham 1983, 189 ; Beister 1981, 408. Mais cf. malgré tout Brunt 1966, 75-76.

30 Graham 1983, 189 considère que la perte de la citoyenneté dans le cas des colonies n’était pas fondamentale, ce qui expliquerait l’imprécision de Thucydide pour désigner les clérouquies et les colonies (cf. infra cependant). Cette conclusion surprend quand on songe à l’attachement des Athéniens à leur citoyenneté, particulièrement après 451/450 et la loi de Périclès restreignant de fait le droit en la matière : est citoyen après cette date, le fils d’un citoyen et d’une mère fille de citoyen.

31 Figueira 1991, 67-73 en recense dix.

32 Taylor 1997, en particulier 101-104. Figueira 1991 propose deux autres parallèles, avec les Platéens (p. 71-72) et avec le statut des communautés sur la frontière septentrionale de l’Attique (p. 153). Dans les deux cas, la différence majeure avec les colons est qu’ils sont naturalisés athéniens.

33 IG, I3, 1505.

34 Ce nom n’est pas attesté autrement à Athènes pour le ve siècle.

35 La question se pose puisque Thucydide rapporte que les citoyens méliens en âge de porter les armes sont mis à mort et que la victoire athénienne est due à une trahison (5.116.3-4).

36 Graham 1983, 174 évoque le cas de Platées. En 427, celle-ci est prise par les Spartiates et les Platéens réfugiés à Athènes reçoivent la citoyenneté (cf. Thc. 3.55.3). Le décret est cité dans un plaidoyer du corpus démosthénien (Dém., C. Nééra, 59.104). Mais le cas de Mélos paraît différent.

37 Thc. 5.116.4 (trad. CUF) : les Athéniens “envoyèrent […] 500 colons (apoikoi)”. Contrairement à ce qu’affirme Graham 1983, 174, si Mélos était une clérouquie athénienne, il n’y aurait pas d’octroi obligatoire de la citoyenneté athénienne aux Méliens.

38 La démonstration de Figueira 1991, notamment p. 71-72 est convaincante sur ce point. Cette conclusion lève l’apparente contradiction entre IG, I3, 1164 et IG, I3, 1165 (pour une autre analyse, cf. Salomon 1997, 53-56). Les institutions d’une apoikia athénienne, Histiée, sont connues par une inscription (IG, I3, 41 avec McGregor 1982, en particulier p. 110-111).

39 L’adjectif Lemnios utilisé par Hérodote (8.11 et 8.82) est significatif ; cf. aussi Thc. 3.5.1, 4.28.4, 5.8.2. Il convient également de relever une fois encore la précision du vocabulaire utilisé par Thucydide pour désigner les statuts des implantations athéniennes (Thc. 7.57.2).

40 IG, I3, 1164 et 1165.

41 Cf. l’inscription relative à Histiée (IG, I3, 41 avec en particulier sur le point discuté ici Ehrenberg 1952, 146 ; McGregor 1982, 110-111 et Figueira 1991, 69-70). Graham 1983, 189-190 considérait que les Athéniens y avaient installé des clérouques. Or, Thucydide n’autorise aucun doute (Thc. 1.114.3 et 8.95.7 ne valident pas l’hypothèse d’une clérouquie athénienne à Histiée ; au contraire, Thc. 7.57.2 qualifie de colons [ apoikoi] les Athéniens y résidant [cf. Figueira 1991, 12 n. 19, 36 n. 78 et 38 n. 84]).

42 Cf. Taylor 1997.

43 Plut., Sol., 8., Diogène Laërce 1.47.

44 Plut., Sol., 10, Str. 9.1.10, Diogène Laërce 1.48 et Arist., Rhet., 1375b. 29-30.

45 Taylor 1997, 21-47.

46 IG, I3, 1. Cf. Brun no 90, 169-170.

47 Pour la première, cf. en dernier lieu Taylor 1997, 12-21 et 63-74 ; pour la seconde, Salomon 1997, 192-196.

48 Taylor 1997, 101.

49 Cf. Figueira 1991.

50 Thc 2.27.

51 Figueira 1991, 11-12 avec n. 16 et 17. Leur présence dans les obituaires publics serait identique à celle des colons d’Histiée (cf. supra).

52 Cf. Figueira 1991, 7-39.

53 En dernier lieu, cf. Figueira 1991, 258-260 qui penche pour une confiscation des terres et Salomon 1997, 209-213 qui croit en l’installation de clérouques.

54 Cf. les remarques supra.

55 DS 12.10.2.

56 Nous suivons Ehrenberg 1948.

57 DS 12.11.3.

58 Ehrenberg 1948, 158 n. 33 attire l’attention sur le fait qu’Élis – regroupée dans la tribu Éleia – doit être considérée comme gardienne d’Olympie et non comme une cité au même titre qu’Athènes.

59 DS 12.35.1s. En 414, les partisans d’Athènes demeuraient importants à Thourioi (Thc. 6.104.2, 7.33.5s., 7.35.1 et 7.57.11).

60 Plut., Per., 20.1-2 (trad. CUF). Peu d’historiens nient aujourd’hui l’historicité de cette expédition. Leur argumentation repose en priorité sur le silence de Thucydide sur cette dernière (cf. par exemple Mattingly 1996, en particulier p. 153). Surikov 2001, 343-348 y répond de façon convaincante ; voir également les remarques de Doonan 2003, 1382-1383. L’approche de Fedoseev 2002 qui débouche sur une conclusion identique, demeure spéculative.

61 En dernier lieu, cf. Surikov 2001.

62 DS 20.25, Xen., Anab., 7.5.12, Pol., 8.1338b, Str. 11.2.12, Plin., Nat., 6.15.16, Tac., Hist., 3.47, Zos. 1.28, Am. Marc. 31.5.15…

63 Cf. entre autres Tsetskhladze 1997 et 1998.

64 IG, I3, 61 (Brun no 15, 45-48). Cf. Pébarthe 2000, 55-56 avec n. 76.

65 Eschn., C. Ctés., 3.171.

66 Le nom pourrait trouver son origine dans un dème athénien, Thorikos. Selon Surikov 2001, 361-362, la substitution d’un tau à un thêta – respectivement translittérés par un t et un th – n’est pas un problème.

67 Waddington et al. 1976, 54-59, SNG IX, n1053s., SNG XI, no 658-661.

68 Plut., Luc., 19.7 (trad. CUF).

69 Sur les diverses origines de la population d’Amphipolis, cf. Thc. 4.106.1. Le parallèle est dressé par Ehrenberg 1948, 167-168.

70 Cette fondation fait suite à l’imposition de la domination athénienne sur la région, principalement après un conflit victorieux pour les Athéniens avec la puissante cité de Thasos (cf. Pébarthe 1999) et la fondation de Bréa, une apoikia qui ne perdure pas (IG, I3, 46 et Brun no 10), à laquelle succède Amphipolis.

71 Graham 1983, 206.

72 Théopompe 115 F. 387.

73 Figueira 1991, 169-170. Parmi les différences citées, il faut abandonner la distance, Sinope étant bien plus éloignée d’Athènes que Lesbos.

74 Plut., Pér., 34.2.

75 Plut., Pér., 11.5-6 (trad. CUF).

76 Libanios, Sommaire de Dém., Sur les affaires de Chersonnèse, 8, 1 (trad. CUF).

77 Pour un exemple de distinction entre colons et garnisaires, cf. Thc. 1.26.1, 1.26.3 et 1.28.1 : les Corinthiens envoient à Épidamme des oikètorès et des phrouroi (l’identité des premiers importe peu, cf. De Wever & Van Compernolle 1967, 492-498).

78 Plat., Gorg., 515e, Ps-Arist., Ath. pol., 27.3-4 et Plut., Per., 9.1-4 ; cf. Pébarthe 2007. Cependant, les critiques faites à Périclès au sujet de la misthophoria négligent la colonisation. La colonisation péricléenne distribue certes des kléroi mais elle augmente aussi les ressources de la cité, cf. infra.

79 Cf. en dernier lieu Salomon 1997, 149-150.

80 Thc. 1.2.6 (trad. CUF).

81 Thc. 3.3.1 et 3.13.3.

82 Thc. 3.50.2. Diod. 12.55.10 ne fait pas allusion à un tirage au sort. Cf. les remarques prudentes de Gauthier 1966, 88.

83 Plut., Per., 20.2.

84 L’hypothèse est émise par Brunt 1966, 72.

85 Plut., Per., 34.2 (trad. CUF modifiée).

86 Les sources évoquent parfois des terres distribuées de différentes superficies mais cela n’est pas nécessairement le signe d’un lotissement inégalitaire (cf. Morison 2003, 112).

87 Par exemple, Lysias et son frère Polémarchos, Lys., 12.10-12 et 19, Dion. H., Lys., 1.1, Plut., Moralia, 835c-d.

88 Nous suivons Figueira 1991, 59.

89 Cf. Figueira 1991, 57-62 et 66 n. 43.

90 IG, I3, 46, en particulier l. 40-42 avec le commentaire de Figueira 1991, 59-60.

91 IG, I3, 41.38.

92 Thc. 4.102.2 (“ho bouleumenos”) avec Figueira 1991, 20-24 pour le sens précis d’epoikoi. Cf. aussi IG, I3, 47B. 10-11.

93 Thc. 3.50.2 (trad. CUF). Cf. notamment Gauthier 1966 et Salomon 1997, 196-200.

94 Nous ne suivons pas Zelnick-Abramovitz 2004 qui pense que ce système est la règle générale. Dans le cas de clérouques résidant, il en allait peut-être autrement (cf. Gauthier 1973).

95 Thc. 3.36.2.

96 Thc. 3.50.3 et 4.52.2-3 et 4.75.1.

97 À la même date, les Athéniens lèvent un impôt sur le patrimoine (eisphora) parce que les revenus de la cité ne suffisent plus à financer la guerre, notamment en raison du poids financier du siège de Mytilène (Thc. 3.19.1).

98 Plus généralement, la présence de clérouques avait pour but d’empêcher un retour des aristocrates bannis (Thc. 4.52.2 et 4.75.1).

99 Les commentateurs de ce passage s’accordent généralement sur ce point, cf. Gauthier 1966 ; Meiggs 1972, 261 ; Figueira 1991, 166-167 et Salomon 1997, 198-200. Hornblower 1997, 440-441 se montre prudent.

100 Gauthier 1966, 74-77.

101 Cf. Gauthier 1966, 76 et Figueira 1991, 177.

102 Thc. 3.87.3.

103 Thc. 2.13.6 (trad CUF).

104 Cf. Figueira 1991, 201-225. Les sources confirment que les phrouriai intègrent les colons : Xen., Hell., 2.2.2 et 2.1.9 (Lysandre renvoie à Athènes les “garnisaires”, inclus ceux d’Égine et ceux de Potidée) et Plut., Lys., 13.3-4.

105 Thc. 2.19.2-2.20.5.

106 Au ive siècle, les clérouques originaires d’Acharnes sont les plus nombreux dans une liste que nous possédons (IG, II2, 1952.26-39).

107 À l’exception de la clérouquie de Lesbos, nous manquons malheureusement de sources pour affirmer que le kléros avait une superficie correspondant à une famille de zeugites. Toutefois peut-être dispose-t-on d’un exemple à Carystos, selon la proposition de Figueira 1991, 177 avec n. 41.

108 Ps-Arist., Ath. pol., 26.4.

109 Brunt 1966, 72 : “It seems likely then that in selecting sites for the settlement of her citizens imperial Athens was guided by strategic considerations, and especially by the advisability of controlling sources of essential supplies or the routes to those sources, and that this was no less an important motive for sending settlers that the desirability of providing the poor with a better livelihood”.

110 Figueira 1991, 172-176. Contra Salomon 1997, en particulier 191.

111 Plut., Per., 19.1. Pour une perspective différente, cf. Figueira 1991, 260-262.

112 Du reste, le Périclès de Thucydide emploie le mot phrouria pour désigner des implantations coloniales, à la manière d’Isocrate 4.107 et Plut., Per., 11.6 lorsqu’ils affirment que les Athéniens envoyés à l’extérieur remplissaient une fonction de protection (cf. Figueira 1991, 212-213 sur Thc. 2.13.6-7).

113 IG, I3, 1.2-3.

114 Jones 1957, 174 sq.

115 Thc. 4.108.1 avec les commentaires de Pébarthe 1999, 149 et 2000, 55-57.

116 Cf. Graham 1983, 200 et Figueira 1991, et 74-78 sur IG, I3, 47, 191-192.

117 Ar., Ra., 362-363 avec en dernier lieu Pébarthe 2000, 56.

118 Figueira 1991, 186-190.

119 Cf. Thc. 2.13.3, Xen., Anab., 7.1.27 et Ar., V., 655-660 avec nos remarques dans Pébarthe 1999, 151-152 et 2000, 48-49.

120 Nous revenons sur la correspondance entre les magistrats et la cité dans Pébarthe 2006, 291-295.

121 Eupolis frag. 331 K-A, Lucien, Pro Lapsu 3 et scholie à Ar., Pl., 322.

122 Thc. 7.11.1. Toutefois, l’epistolè ne renvoie pas toujours à une correspondance écrite, il faut donc tenir compte du contexte.

123 Thc. 7.10-15.

124 IG, I3, 47 avec les commentaires de Figueira 1991, 74-78.

125 De notre point de vue, l’intervalle chronologique est trop réduit (cf. nos remarques dans Pébarthe 2005).

126 IG, I3, 47. B. 3-8.

127 IG, I3, 46.30-33. Cf. aussi les remarques de Morison 2003 sur IG, I3, 420.

128 IG, II2, 1952a avec en dernier lieu Cargill 1995, 219 sq.

129 Thc. 4.105.2-4.106.3.

130 Thc. 5.11.1.

131 DS 12.35.1-3.

132 Thc. 7.33.5.

133 Thc. 8.35.1.

134 Taylor 1997.

135 Cf. respectivement Taylor 1997 et Salomon 1997, 76-81.

136 Hallof & Habicht 1995 et Habicht 1996.

137 Cf. Salomon 1997, en particulier 106 pour les cas de Lemnos et Imbros.

138 Thc. 6.23.2 (trad. CUF).

139 Cf. IG, I3, 14.2-8, 34.40-43 et 46.15-17 avec les remarques de Parker 1996, 142-143.

140 Ar., Nu., 386a cité par Figueira 1991, 230 n. 9.

141 Cf. respectivement IG, I3, 71.57-58 et IG, I3, 78.14.

142 Thc. 7.28.4 (trad. CUF). Cf. en dernier lieu Samons 2000, 250-254 et Kallet 2001, 195-225.

143 Kallet 2001, 216 considère que l’eikostè et le décret sur les monnaies, poids et mesure au sein de l’archè “suggest a large-scale attempt by Athens to create a closed economic system for the purposes of enhancing and facilitating their revenue collection, a system that in a sense replicates normal practice within the polis empire-wide”.

144 Meiggs 1972, 438-439 et IG, I3, 291.

145 Cf. en dernier lieu Kallet 2001, 223-225.

Auteur

Université de Bordeaux - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540