Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Colonisations

La colonie platonicienne, jeux et enjeux de la mobilité

Jean-Marie Bertrand

Texte intégral

  • 1 Plat., Smp., 219e-221c.
  • 2 D. L., Vies et doctrines des philosophes illustres, 3.6-7 (éd. Goulet-Cazé 1999).

1Socrate n’a jamais quitté Athènes de son propre gré. Hors les périodes de guerre où il se montra soldat de qualité1, il n’a cessé d’y vibrionner, toujours mobile entre les murs de la ville. Platon, qui voyagea beaucoup pour sa part2, fut sensible à la problématique de l’ouvert et du clos, qu’il ait évoqué l’histoire de la cité vue dans le cours des siècles, des origines à son époque, ou qu’il ait construit le temps de l’utopie en pensant au rapport du mouvement et du repos dans le politique

  • 3 Plat., R., 373b.
  • 4 Plat., R., 371b-373d.
  • 5 Plat., R., 370e.
  • 6 Plat., R., 371a. Sur ce genre de problématique appliquée à l’analyse du réel de la Grèce de l’époq (...)
  • 7 Plat., R., 372c-373d.
  • 8 Plat., R., 373d. Garlan 1989.
  • 9 Plat., R., 373e-374d.

2Pour lui, la cité primitive se construit par agrégation, les hommes se regroupent pour échanger entre eux les produits de leur industrie et vivent dans le bonheur et en pleine santé3 par l’effet de leur austère, mais joyeuse, autarcie4. Le tableau de cette béatitude est précédé par la constatation de ce que nulle cité ne peut, de fait, être fondée en une situation où elle pourrait se passer d’importations5. Cela induit l’obligation de développer une production exportable, l’échange, par terre ou par mer, des marchandises rendant nécessaire la naissance d’une classe de commerçants dans la ville6. C’est par un autre biais, néanmoins, qu’est prolongée jusqu’à son terme, après avoir été décrite, l’histoire de la cité première. La recherche du confort et la possibilité d’accéder à un certain luxe7, sont considérées comme imposant, de la même façon, une ouverture sur l’extérieur, mais celle-ci est désormais présentée comme devant se faire par l’annexion des États voisins et donc par la guerre8. C’est de la création d’une armée que naît paradoxalement le salut dans la cité malade de ses désirs. Les personnels la constituant, nécessairement des professionnels génétiquement aptes à leur fonction9, sont recrutés quand les philosophes pensent pouvoir envisager la cité idéale et sont à mêmes de les domestiquer pour faire d’eux les gardiens de l’ordre nouveau.

  • 10 Voir Thein 2000 et Polignac 2000.
  • 11 Plat., R., 540e-541b.
  • 12 Plat., R., 541a.

3La naissance de cette Callipolis est vite repoussée hors du temps de l’histoire dans un futur indéterminable10. Néanmoins, les conditions de sa naissance sont assez bien définies pour que l’on comprenne qu’il faudrait imposer à la population de la cité qui la verrait naître un jeu de mouvement tout à fait particulier11. L’ensemble du peuple doit être refoulé dans les campagnes, seuls les enfants de moins de dix ans étant maintenus au contact des philosophes qui les éduqueront selon de bons principes. Même si cette mobilité forcée de toute une génération, vouée sans aucun doute à l’entretien des gardiens et de leurs maîtres ainsi que de ses propres enfants, induit, sinon son extinction, du moins sa disparition de la sphère du politique, il est, en tout cas, significatif qu’il soit considéré que la cité nouvelle devrait par la vertu qui serait la sienne honorer le peuple dont elle serait née12. Ainsi, la cité parfaite n’aurait pas rompu avec ses origines, le déchirement initial étant censé n’avoir pas aboli l’histoire des hommes en conservant le souvenir d’une population prétendue immobile au lieu de sa première installation.

  • 13 Voir, pour une approche renouvelée du dialogue, la traduction des Lois de Platon procurée par Bris (...)
  • 14 Boardman 1995.
  • 15 Morrow 1993. La Magnésie platonicienne n’est pas la seule colonie de ce nom. Sur le récit de la fo (...)
  • 16 Plat., Lois, 704c.
  • 17 Plat., Lois, 848d, 919d. Voir Polignac 1999. Sur l’interdiction de séculariser les zones connues p (...)
  • 18 Plat., Lois, 946b, palaios nomos, si l’on en croit, néanmoins, Casevitz 2004, palaios désignerait (...)

4La cité des Lois se construit, de semblable façon, dans un jeu de l’arrachement et de la continuité13. Le dialogue se voulant une fiction jouant, pour prendre tout son sens, de l’effet de réel, elle est décrite comme une colonie14 et l’on apprend de quelle façon s’est organisée l’arrivée des colons, la naissance de la ville, les rapports qu’elle doit entretenir avec sa métropole puis avec les fondations secondaires. Un des paradoxes de la fondation est que cette cité des Magnètes doit être la fondation d’une cité neuve15, en une région de Crète depuis longtemps désertée16, mais que, pourtant elle doit hériter de l’essentiel des cultes17 des premiers habitants et même d’une loi de leur antique législation18. Le discours de l’utopie semble ne pas pouvoir abolir la mémoire des lieux qui resteraient, ainsi, indifférents au mouvement des populations. Comme si toute cité devait se connaître pour histoire celle du terroir qui la nourrit, l’espace semblant devoir constituer une sorte d’invariant avec lequel il faudrait négocier le rapport à son passé et à celui des autres qui y seraient venus.

  • 19 Bertrand 2005b.

5Si l’on s’intéresse aux modalités du mouvement créant Magnésie tel qu’il est décrit pour rendre vraisemblable le jeu du discours utopique19, on se rend compte que le mécanisme du départ et de l’installation des colons se révèle d’une extrême complexité.

  • 20 Plat., Lois, 707e-708d. L’existence de cette cité rend tout à fait invraisemblable l’installation (...)
  • 21 SEG, 9, 1938, 3. On lira une bonne analyse de la structure de l’ensemble de l’inscription dans Cha (...)
  • 22 Plat., Lois, 708b.
  • 23 Ce n’est qu’à la toute fin du dialogue qu’ils semblent vouloir prolonger leur séjour (Plat., Lois,(...)
  • 24 Plat., Lois, 753a.
  • 25 La réflexion sur l’isopolitie, concept dont le contenu n’est établi et relativement stable qu’à l’ (...)

6Les colons viennent de Crète même et de l’ensemble du Péloponnèse, notamment d’Argos qui a déjà implanté une colonie, Gortyne20, dans l’île, comme si le déplacement devait être du même au même pour être bien accepté. En effet, le départ pour une colonie est rarement spontané. Il en était souvent de même à l’époque archaïque comme on le sait, par exemple, du récit de la fondation de Cyrène dans l’inscription qui garde le souvenir du départ contraint, sous peine de mort et de confiscation des biens de la famille, de toute une génération des Théréens21. Dans le contexte du récit platonicien, les causes peuvent en être le manque de terre (sténochôria), des épidémies (pathèmata), la guerre civile (stasis), ou bien la perte de son territoire par l’effet d’une défaite militaire22. Ceux des trois participants au dialogue, l’Athénien et Mégillos le Spartiate, qui veulent bien prendre part à la naissance de la colonie en réfléchissant à ce que ses lois devraient être, n’envisagent pas dès l’abord de s’y installer23. À l’instar de tous leurs compatriotes, ils sont trop fiers de leur propre cité pour imaginer pouvoir la quitter de façon définitive, comme si tout départ était nécessairement un pis-aller24. Quant à Clinias, qui est considéré comme Cnossien, son statut et son avenir n’est pas clair dans la mesure où il est donné par ses compatriotes à la colonie dont il est fait par eux, citoyen, sans qu’il soit précisé s’il conserve ou non les droits qui sont les siens dans sa cité d’origine25.

  • 26 Plat., Lois, 702c-d.
  • 27 Noter l’emploi par lui, par deux fois, du pronom de la première personne du singulier en 702c-d et (...)
  • 28 Plat., Lois, 753a. Le terme traditionnel d’œciste reste employé dans les inscriptions du v e et du(...)
  • 29 Plat., Lois, 752c.
  • 30 Le texte n’est pas clair, il me semble néanmoins qu’il faille admettre que Clinias, de ce qu’il es (...)
  • 31 Il faut comparer cette intervention de la métropole Cnossos à celle de Paros à Thasos, la cité mèr (...)
  • 32 Plat., Lois, 754d.

7L’initiative de la fondation vient de la Crète, ou du moins d’une grande partie des cités de l’île, Cnossos a été désignée comme une sorte de métropole exécutive responsable de la mise en place et de l’organisation du système26. Les Cnossiens ont délégué pour ce faire une commission de dix membres présidée par Clinias qui se présente comme celui qui décidera en dernier ressort de l’organisation de la cité nouvelle27. Un collège de trente-sept fondateurs (œcistes) doit prendre le relais dès que les colons seront installés28. La naissance de la cité n’implique pas, ainsi, le désengagement de la métropole qui continue de la “tenir en lisière”29. Celle-ci participe au collège des fondateurs dont, aux côtés de dix-neuf colons, sont membres dix-huit Cnossiens30. Elle désigne cent de ses citoyens pour siéger dans un collège de deux-cents membres chargés de procéder à l’examen des magistrats qui seraient les premiers à être élus, les cent autres seraient désignés parmi les colons, par les Cnossiens encore, en fonction de leur âge et de leurs mérites31. Il semble acquis, ainsi, que l’installation d’une cité nouvelle n’implique pas la clôture immédiate du système nouveau et, donc, une autonomie complète à l’égard de sa métropole. Ce n’est qu’après l’installation de la première promotion de magistrats que la cité pourra essayer de se conserver (sôzein) par elle-même et envisager de prospérer32.

  • 33 Il en est ainsi dans nombre de fondations coloniales, voir le livre classique de Graham 1971, l’in (...)
  • 34 Plat., Lois, 856d. Le texte affirme de façon claire le principe de l’individualisation de la peine (...)
  • 35 Diod. 12.11.1.
  • 36 Diod. 12.11.3 (Arcadie, Achaïe, Élide, Béotie, Amphiktyonide, Doride, Ionienne, Athénaïde, Euboïde (...)
  • 37 Diod. 12.11.5.
  • 38 Diod. 12.35.2-3.
  • 39 Plat., Lois, 708b-d.
  • 40 Plat., Lois, 751d.
  • 41 La métaphore est proposée dans Plat., Lois, 753e. Il faut, bien évidemment, se souvenir de ce que (...)

8Cette ouverture de la cité sur la métropole exécutive n’est pas exclusive du maintien durable d’un certain rapport avec les cités dont les colons sont originaires33. Le souvenir des origines perdure très longtemps chez les Magnètes puisqu’il est prévu qu’un homme qui aurait eu un père, un grand-père et un arrière grand-père condamné à mort pour complot contre les institutions devrait être expulsé vers la cité de ses ancêtres (hè archaia patris kai polis)34. Cela suppose que le souvenir de l’origine des colons est censé rester dans les archives durant près d’un siècle, que nul n’est censé trouver dans sa nouvelle installation une patrie véritablement définitive et que, par voie de conséquence, il n’est pas impossible que, dans la colonie, des clivages puissent se faire jour en fonction de l’origine des uns et des autres, puisque le souvenir en est maintenu. On peut se trouver ici dans une situation qui serait comparable à celle des colons de Thourioi. Après diverses difficultés tenant à ce que les Syracusiens avaient voulu accaparer les magistratures principales35, ils avaient eu le tort, revenus à la démocratie, de donner à leurs dix tribus des désignations ethniques36 et, bien que Charondas, un excellent pédagogue37, leur eût donné des lois et que la cité fût prospère, les gens originaires d’Athènes et ceux venus du Péloponnèse s’affrontèrent sous des prétextes divers avant qu’Apollon, par un oracle, ne rétablît la concorde (homonoia)38. Ce danger est limité, bien évidemment, à Magnésie, dans la mesure où les tribus doivent, sans doute, amalgamer des gens d’origine diverse. L’Athénien insiste, à plusieurs reprises, sur la nécessité de construire la colonie non pas à la manière d’une ruche à partir d’un seul essaim, mais avec des populations diversifiées, qui, chacune étant déracinée et ayant rompu avec ses habitudes, seraient plus aptes à accueillir les nouveautés institutionnelles permettant leur épanouissement39. L’inconvénient qui en découle est que les gens, ne se connaissant pas, risquent de ne pas savoir qui choisir comme magistrat40, le travail du législateur étant de réussir à les associer en un attelage d’autant plus efficace que chacun des chevaux accorderait son souffle à celui de l’autre41.

  • 42 Plat., Pol., 293d. Ce passage utilise la métaphore de l’essaim qui est reprise dans les Lois (voir (...)
  • 43 Plat., Lois, 740e-741a.
  • 44 Plat., Lois, 923c-924c.
  • 45 Plat., Lois, 740e.
  • 46 Plat., Lois, 925b. Il faut, en principe, qu’il soit parent de la jeune fille, mais Platon est rela (...)
  • 47 Ruzé & van Effenterre 1994, 43. Les colons, notamment, peuvent revenir s’installer dans la métropo (...)
  • 48 Plat., Lois, 929c.
  • 49 Plat., Lois, 735e-736a. Il s’agit d’une purification (katharsis). Dans le cas où des crimes partic (...)
  • 50 Cf. Bertrand 2001.

9Cette sorte d’adhérence au passé des origines de chacun trouve son symétrique dans le fait que la colonie platonicienne doit conserver des liens avec les colonies qu’elle serait amenée à fonder. La nécessité de maintenir le système social fondé sur la répartition égalitaire des lots de terre contraint, en effet, à une gestion stricte de la démographie. Selon les principes dont doit s’inspirer le véritable politique pour gérer l’accroissement éventuel de la cité42. Les jeunes gens surnuméraires, qu’ils soient le produit d’une sorte d’hypergénésie née du bonheur de la cohabitation, ou du hasard sans doute, doivent être envoyés ailleurs et, à l’inverse, s’il se produit une catastrophe telle que la population diminue, il faut faire appel à de nouveaux citoyens43. Si un jeune homme ne peut hériter du domaine familial parce qu’un frère doit en devenir détenteur à la mort de leur père, il lui faut partir. Il peut emporter les biens mobiliers que celui-ci veut bien lui laisser hors la part de capital devant servir à l’entretien du domaine, ce départ semblant d’ailleurs pouvoir être anticipé si telle est la volonté du chef de famille libre de rédiger un testament à son gré dans les limites de la loi44. Ces colonies restent considérées comme proches et amies de Magnésie, comme Magnésie est parente de Cnossos45. Ce type de départ peut, néanmoins, n’être pas définitif et ce type de mobilité peut jouer dans l’un et l’autre sens. Ainsi, une jeune femme épiclère peut susciter, en manifestant le désir de l’épouser et de le doter ainsi du domaine dont elle est l’héritière potentielle, le retour d’un jeune homme précédemment contraint au départ46. On doit mettre l’ensemble de ces dispositions en rapport avec les stipulations de la loi de Locride sur la colonie de Naupacte qui témoignent de ce que le législateur avait voulu “concilier les exigences de la nouvelle citoyenneté des colons avec la conservation de leurs droits ancestraux dans leurs métropoles”, ce texte ayant pour intérêt de montrer “le genre de soucis que pouvait susciter une fondation coloniale dans l’esprit des citoyens qui partaient outre-mer” mais “ne s’expatriaient pas complètement”47. Il semble d’ailleurs qu’il y ait dans la cité même des magistrats chargés de la gestion des expatriés, des épimélètes étant chargés de trouver, dans la colonie où il compte s’installer, une situation à un enfant que son père aurait renié et qui n’aurait pas trouvé dans la cité même une famille disposée à l’adopter48. Il faut distinguer ce départ vers une colonie restant proche et amie et qui se trouve être une sorte d’hypostase de la cité de celui qui correspond à l’expulsion des indésirables. L’Athénien prévoit, ainsi, que dans les cités ordinaires, le législateur doit s’attendre à expulser les pauvres qui seraient tentés de se lancer dans des entreprises révolutionnaires, cette déportation devant, par euphémisme, et, sans doute, par précaution, être désignée du nom de colonisation49. Il ne faut pas imaginer que la règle qui impose aux enfants de citoyens ou de citoyennes et d’un ou d’une esclave de quitter la cité participe du même mécanisme, ils doivent, en effet, partir pour un autre pays (allè chôra)50.

  • 51 Plat., Lois, 881d. Il semble que l’on puisse imaginer (malgré le parallèle de 930d où il s’agit bi (...)
  • 52 Plat., Lois, 877c. On ne sait pas ce qui se passe dans le cas où le père a été agressé par sa femm (...)
  • 53 Plat., Lois, 867c-e. Cette précaution pourrait faire penser à la notion de “trouble à l’ordre publ (...)
  • 54 Plat., Lois, 868a.

10Ces mouvements d’aller-retour entre la cité et le monde extérieur ne sont pas étrangers à la pratique pénale. Cette peine, néanmoins, pourrait avoir été prévue pour les auteurs de violence envers leurs parents, il est possible qu’il s’agisse, en l’occurrence d’ailleurs, d’un exil intérieur si l’on en juge par les conditions d’application de la peine51. Dans le cas de blessures intentionnelles infligées par un conjoint à l’autre, l’agresseur est banni à perpétuité mais doit être entretenu par celui des enfants à qui aurait été dévolu le lot de terre familial52. Le meurtrier contumace est banni à perpétuité, en revanche, celui qui a tué par colère et sans préméditation est puni de deux ans d’exil, s’il y a préméditation, la peine est de trois ans. Au terme du bannissement, cette décision devant éteindre le désir de vengeance des parents de la victime53, le justiciable doit se rendre sur la frontière et les nomophylaques doivent l’y interroger pour savoir s’il est autorisé à rentrer. Ce n’est que dans le cas où il se laisserait aller à commettre, dans les mêmes conditions, un autre homicide, qu’il serait exilé à perpétuité54.

  • 55 Plat., Lois, 855c. Platon refuse, dans un tel cas, que l’exilé doive cesser d’être membre de la co (...)

11Un certain nombre de peines afflictives consistent, ainsi, en un exil temporaire ou définitif, le principe fondamental est que le bannissement n’induit pas nécessairement la perte de ses droits de citoyenneté. Personne ne peut, en effet, être frappé d’atimie pour un crime unique ni d’exil55. Il y a là une volonté significative de se démarquer d’une pratique athénienne, sans doute répandue ailleurs.

  • 56 L’essentiel du problème de l’accueil des étrangers est posé dans Plat., Lois, 949e-950d puis repri (...)
  • 57 Plat., Lois, 705a.

12Ce qui frappe le lecteur des Lois est que le rapport aux étrangers pose de réels problèmes. Le législateur se méfie d’eux et fait en sorte qu’un visiteur ne puisse apporter d’idée neuve dans la cité, faisant tout pour décourager le touriste de même qu’il interdit tout voyage privé aux membres de la cité56. Il fait en sorte que la ville soit située loin de la mer car la proximité d’un port est dissolvante par l’ouverture qu’elle procure à toutes sortes de trafics57.

  • 58 Plat., Lois, 953e. Si le texte fait référence aux pratiques des Égyptiens (attestée de la même faç (...)
  • 59 Plat., Lois 850a-b.
  • 60 Les magistrats feront en sorte que jamais aucun citoyen ne tombe au-dessous du seuil de pauvreté q (...)
  • 61 Plat., Lois, 936b-c.
  • 62 Plat., Lois, 846d-e. Sur l’impossibilité de faire correctement deux métiers, voir Plat., R., 370b- (...)

13Les étrangers sont pourtant partout, habitant dans les faubourgs de la ville et sur le pourtour des villages. Il ne semble pas qu’ils soient soumis à des restrictions de circulation, et ils ne risquent pas d’être expulsés en masse par des décrets que l’interlocuteur privilégié du dialogue, l’Étranger d’Athènes, qualifie de sauvages58. N’importe qui peut s’installer dans la cité sans payer de taxe spécifique pourvu qu’il ait un métier et ait fait inscrire le montant de sa fortune auprès des magistrats59. Le pauvre oisif qui ne peut être qu’un allogène60 est chassé de la place publique, de la ville et du territoire, chaque collège de magistrat territorial le prenant successivement en charge pour le conduire vers la frontière61. Celui des étrangers qui voudrait diversifier ses activités en exerçant deux métiers le serait aussi au nom du principe d’exclusivité de la fonction propre62.

  • 63 Plat., Lois, 920e-921d, Vidal-Naquet [1979] 1991. Noter que l’on voit apparaître au détour de ce d (...)
  • 64 Plat., Lois, 849a-d.
  • 65 Plat., Lois, 848a.
  • 66 Voir Bertrand 1999a.
  • 67 Plat., Lois, 804d.

14La nécessité de cette ouverture tient à ce qu’il faut écarter le citoyen de tout métier car sa fonction politique est exclusive de toute autre, seule la gestion d’un domaine rural étant compatible avec l’exercice des charges qu’induit sa dignité. L’artisan n’est pas méprisé et jouit même d’un certain prestige et d’une protection contre l’éventuelle malhonnêteté de ses clients63. Les commerçants, dont la présence et l’activité sont nécessaires pour approvisionner les marchés destinés aux étrangers64 et alimentés par les propriétaires au prorata d’un tiers de leur production65 sont particulièrement surveillés. La seule loi qui soit affichée dans la ville les concerne, leur pratique étant ainsi stigmatisée de façon particulièrement spectaculaire66. Il peut paraître surprenant que les métiers de l’enseignement soient, eux aussi, exercés par des étrangers salariés67 dans la mesure où l’éducation est une tâche essentielle dans une cité qui veut conduire ses membres à la vertu. On peut admettre, néanmoins, que le professeur stipendié est surveillé de près par les responsables de l’éducation et par l’ensemble même des citoyens.

  • 68 Plat., Lois, 949c.
  • 69 Plat., Lois, 850a-c.
  • 70 Plat., Lois, 916b-c. Des stipulations de même nature concernent les affranchis.

15Quelque facile que soit son installation dans la cité, l’étranger ne peut y résider à titre viager, il ne peut ni vieillir dans la cité, ni y “faire son nid”68, son séjour étant limité à vingt ans69. Ce n’est que de façon tout à fait extraordinaire qu’il peut être autorisé à rester dans la cité à titre viager, encore faut-il qu’un décret qu’il aura sollicité et pour lequel il aura fait preuve de persuasion lui accorde ce privilège. Ses enfants sont soumis au même régime, néanmoins la durée de vingt ans de séjour est décomptée à partir de leur quinzième année. Une mesure spécifique frappe l’étranger dont la fortune mobilière dépasserait la valeur du cens de la troisième classe, il est immédiatement expulsé et, s’il ne défère pas à l’ordre de départ, il est mis à mort70.

16Cette législation, quelque libérale qu’elle semble vouloir paraître, est bien plus restrictive que celle qui a cours, non seulement à Athènes mais, sans doute, dans nombre de cités de l’époque. Sa logique témoigne, néanmoins, de ce que le philosophe accepte le principe du droit à une mobilité qui semble bien se développer dans le monde grec, à son époque.

  • 71 Plat., Lois, 949e-950a.
  • 72 Plat., Lois, 950d-953e.
  • 73 L’idée avait déjà été exprimée au début du dialogue (Plat., Lois, 702c).
  • 74 On distingue plusieurs catégories de visiteurs, le voyageur frivole, l’observateur ordinaire (pour (...)
  • 75 On retrouve cette idée dans Plat., R., 619c, l’homme qui a pratiqué la vertu par habitude, parce q (...)
  • 76 Plat., Lois, 952b.
  • 77 Voir Bertrand 2003.

17Quand il est question, en revanche, de la gestion des mouvements des Magnètes et des étrangers non domiciliés, la législation paraît en complet décalage avec la logique de cette ouverture contrôlée à l’immigration. Elle a pour fonction de protéger les citoyens, ainsi que la cité en corps, de la perversion du monde extérieur71. La bibliographie sur ce thème est telle qu’il est inutile de s’étendre72. Tout voyage à titre privé est interdit et aucun citoyen de moins quarante ans ne peut même se voir confier une mission à l’étranger. Pourtant, Platon est ouvert à l’idée qu’il puisse exister, hors de la sphère qu’il domine de son discours, des institutions et des lois qui méritent d’être étudiées et reprises73, ainsi que des hommes dont le contact peut s’avérer profitable. On reçoit, donc, avec des égards les visiteurs de qualité qui veulent s’instruire en venant dans la ville, et qui, eux‑mêmes, peuvent y enseigner74. Ce n’est pas, en effet, la routine des mœurs qui permet de construire une vie morale mais la connaissance raisonnée et ce qui impose au dirigeant de réfléchir à ce qu’est sa pratique pour que sa mission d’éducation et de contrôle soit correcte75. Il est, de façon symétrique, possible d’autoriser un citoyen de toute confiance ayant entre cinquante et soixante ans à quitter la ville pour observer ce qui se passe à l’extérieur. L’observateur est examiné à son retour pour qu’il soit vérifié qu’il est resté dans la ligne définie par le législateur. Néanmoins, il a eu le droit d’avoir pensé pour son compte, les informations qu’il rapporte sont reçues pour leur valeur et, entre lui et le Conseil de veille qui reçoit son rapport semble se tenir un dialogue véritable76. Il peut, néanmoins, à l’issue de cette audition, être interdit de tout contact avec ses concitoyens s’il s’avère avoir été modifié par son séjour hors de la cité. Le problème qui se pose à lui, Platon ne l’ayant jamais résolu, est celui du mensonge considéré comme nécessaire au maintien des institutions77 et qui lui impose de devoir répéter à la jeunesse “que les institutions des autres peuples sont inférieures aux leurs propres”. La vérité est réservée, ainsi, à l’élite qui seule a la possibilité de connaître ce qu’est le monde extérieur.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Boardman, J. (1995) : Les Grecs outre-mer : colonisation et commerce archaïque, Naples.

Bertrand, J.-M. (1992) : Inscriptions historiques grecques, Paris.

— (1999a) : De l’écriture à l’oralité. Lectures des Lois de Platon, Paris.

— (1999b) : “De la fiction en droit grec. Quelques réflexions”, Symposion 1999, 387-411.

— (2000) : “Le statut du citoyen dans les cités platoniciennes”, Cahiers Glotz, 11, 37-55.

— (2001) : “Sur le statut des esclaves dans la cité des Magnètes, fictions juridiques et pouvoir politique”, in : Lisi 2001, 193-199.

— (2003) : “De la fiction en droit grec. Quelques réflexions”, in : Thür & Fernandez 2003, 387-411.

— (2003) : “Mensonges, mythes et pratiques du pouvoir dans les cités platoniciennes”, in : Guglielmo & Bona 2003, 79-96.

— (2005a) : “Inscriptions dites fausses et histoire en Grèce ancienne”, Revista de Historiografia, 3, 78-85.

— (2005b) : “La cité des Magnètes dans les Lois de Platon”, The Imaginary Polis, Acts of the Copenhagen Polis Center 7, éd. M. H. Hansen, Copenhague, 152-163.

Bousquet, J. et Ph. Gauthier (1994) : “Inscriptions du Létôon de Xanthos”, REG, 107, 319-361.

Bresson, A. (2000) : La cité marchande, Ausonius Scripta Antiqua 2, Bordeaux.

Brisson, L. et J.-F. Pradeau (2006) : trad., intr., appendices, notes et bibliographie, Platon, Lois, Paris.

Brulé, P. et R. Descat, dir. (2004) : Le monde grec aux temps classiques, Paris.

Casevitz, M. (2004) : “Remarques sur le sens de arkhaios et de palaios”, Métis, 2, n. s., 125-136.

Chamoux, Fr. (1953) : Cyrène sous la monarchie des Battiades, Paris.

Clay, D. (1996) : “Plato's Magnesia”, in : Rosen & Farrel 1996, 435-445.

Cohen, D. (2005) : “Crime, Punishment and the Rule of Law in Classical Athens”, in : Gagarin & Cohen 2005, 211-235.

Darbo-Peschanski, C. éd. (2000) : Constructions du temps dans le monde grec ancien, Paris.

Dusanic, S. (1983) : “The Ktisis Magnesias, Philip V and the Panhellenic Leukophryena”, Epigraphica, 45, 11-48.

— (1988) : “The orkion tôn oikisteriôn and Fourth Century Cyrene”, Chiron, 8, 55-76.

Fontana, M. J., M. T. Piraino, F. Paolo Rizzo (1980) : Studi E. Manni, IV, Rome.

Gagarin, M. et D. Cohen, éd. (2005) : The Cambridge Companion to the Early Greek Law, Cambridge.

Garlan, Y. (1989a) : Guerre et économie en Grèce ancienne, Paris.

— (1989b) : “Les causes de la guerre chez Platon et Aristote”, in : Garlan 1989a, 21-40.

Gawantka, W. (1975) : Isopolitie : ein Beitrag zur Geschichte der zwischenstaatlichen Beziehungen in der griechischen Antike, Munich.

Gorman, V. (2002) : “Milesian Decrees of isopoliteia and the Refondation of the City, ca. 479 BCE”, in : Gorman & Robinson 2002, 182-193.

Gorman, V. et E. Robinson, éd. (2002) : Oikistes, Leyde.

Goulet-Cazé, M.-O., éd. (1999) : trad., Intr. et notes, Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, Paris.

Graham, A. J. (1960) : “The Authenticity of the orkion tôn oikisteriôn”, JHS, 80, 94-111.

— (1971) : Colony and mother city in ancient Greece, Manchester.

Guglielmo, M. et E. Bona éd. (2003) : Forme di communicazione nel mondo antico e metamorfosi del mito : dal teatro al romanzo, Alexandrie.

Heurgon, J. (1976) : L’Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Paris.

Lachenaud, G. et D. Longrée (2003) : Grecs et Romains aux prises avec l’histoire, Rennes.

Laronde, A. (1987) : Lybicai historiai, Paris.

Letoublon, Fr. (2003) : “Les récits de fondation de Cyrène”, in : Lachenaud & Longrée 2003, 177-188.

Lisi, F. éd. (2001) : Selected Papers of the International Congress on Ancient Thought, Salamanca 1998, Sankt Augustin.

Malkin, I. (1984) : “What were the Sacred Precinct of Brea (IG I3 46)”, Chiron, 14, 43-48.

— (1987) : Religion and Colonization in ancient Greece, Leyde.

Martin, R. (1980) : “Relations entre métropoles et colonies, aspects institutionnels”, in : Fontana et al. 1980, 1435-1445.

Morrow, G. R. [1960] 1993 : Plato's cretan city. A historical onterpretation of the Laws, Princeton, (introduction Ch. H. Kahn).

Oulhen, J. (2004) : “La société athénienne”, in : Brulé & Descat 2004, 251-351.

Polignac, F. de (1999) : “L’installation des dieux et la genèse des cités en Grèce d’occident, une question résolue ?”, in : La colonisation grecque en Méditerranée occidentale, Coll. EFR 251, Rome, 209-229.

— (2000) : “Changer de lieu, changer de temps, changer de cité, sites et déplacements du temps dans l'Athènes archaïque”, in : Darbo-Peschanski 2000, 143-154.

Rosen, A. et J. Farrell, éd. (1996) : Nomodeiktes. Greek Studies in Honor of M. Ostwald, Ann Harbor.

Ruzé, F. et H. Van Effentere (1994) : Nomina I, Coll. EFR, Rome.

Schöpsdau, Kl. (1994-2003) : Platon Werke : Übersetzung und Kommentar, Göttingen.

Seibert, J. (1963) : Metropolis und Apoikie, Würzburg.

Thein, K. (2000) : “Mettre la Kallipolis en acte, l'équivoque temporelle dans la République de Platon”, in : Darbo-Peschanski 2000, 253-265.

Thür, G. et Fr. J. Fernandez, éd. (2003) : Symposion 1999. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte, Cologne.

Vallet, G. (1976) : “Avenues, quartiers et tribus à Thourioi, ou comment compter les cases d’un damier (à propos de Diod. XII, 10 et 11)”, in : Heurgon 1976, 1021-1032.

Vidal-Naquet, P. (1991a) : Le chasseur noir, Paris.

— [1979] (1991b) : “Étude d'une ambiguïté : les artisans dans la cité platonicienne”, in : Vidal-Naquet 1991a, 289-316.

Notes

1 Plat., Smp., 219e-221c.

2 D. L., Vies et doctrines des philosophes illustres, 3.6-7 (éd. Goulet-Cazé 1999).

3 Plat., R., 373b.

4 Plat., R., 371b-373d.

5 Plat., R., 370e.

6 Plat., R., 371a. Sur ce genre de problématique appliquée à l’analyse du réel de la Grèce de l’époque, voir essentiellement Bresson 2000.

7 Plat., R., 372c-373d.

8 Plat., R., 373d. Garlan 1989.

9 Plat., R., 373e-374d.

10 Voir Thein 2000 et Polignac 2000.

11 Plat., R., 540e-541b.

12 Plat., R., 541a.

13 Voir, pour une approche renouvelée du dialogue, la traduction des Lois de Platon procurée par Brisson & Pradeau 2006 (avec introduction, appendices, notes et une riche bibliographie). Il faut lire, aussi, le commentaire de type classique auquel travaille Schöpsdau, dont sont parus les deux premiers volumes (Schöpsdau 1994-2003), traitant du livre I au livre VII. Pour sa part, F. Lisi, qui a donné une belle traduction espagnole du texte, en prépare, de son côté, un commentaire dont la forme sera différente.

14 Boardman 1995.

15 Morrow 1993. La Magnésie platonicienne n’est pas la seule colonie de ce nom. Sur le récit de la fondation de Magnésie du Méandre, par exemple, voir Clay 1996 et Dusanic 1983, discutable mais intéressant.

16 Plat., Lois, 704c.

17 Plat., Lois, 848d, 919d. Voir Polignac 1999. Sur l’interdiction de séculariser les zones connues pour avoir été anciennement consacrées dans le territoire de Bréa où les Athéniens installent une colonie au milieu du v e siècle, Malkin 1984, pour une approche d’ensemble Malkin 1987.

18 Plat., Lois, 946b, palaios nomos, si l’on en croit, néanmoins, Casevitz 2004, palaios désignerait un passé jugé révolu et dépourvu de rapport avec le locuteur, cela relativiserait, ce qui n’a rien d’étonnant au regard du projet, le poids du passé en matière législative.

19 Bertrand 2005b.

20 Plat., Lois, 707e-708d. L’existence de cette cité rend tout à fait invraisemblable l’installation de la cité nouvelle là où il semble que Platon ait voulu la situer (cf. Clay 1996). Il faut admettre que la colonie de 5 040 foyers compte 90 000 habitants et que, dans la mesure où la seule activité économique des habitants doit y être l’agriculture, elle ne pouvait trouver un territoire suffisant dans l’île. Platon ne s’est sans doute pas rendu compte des conséquences démographiques de son système, voir Bertrand 2000 dont il est fait état, avec des compléments utiles, dans la traduction de Brisson & Pradeau 2006, tome I, annexe 1, 429-437, mais elles n’avaient pas échappé à Aristote (Pol., 1264b18).

21 SEG, 9, 1938, 3. On lira une bonne analyse de la structure de l’ensemble de l’inscription dans Chamoux 1953, voir pour un traitement clair du contexte politique, Laronde 1987. Sur le problème de l’authenticité proprement dite du texte (Tod2, 5), dans une production relativement abondante, voir Graham 1960, Seibert 1963, Dusanic 1988, Letoublon 2003 et Bertrand 2005a.

22 Plat., Lois, 708b.

23 Ce n’est qu’à la toute fin du dialogue qu’ils semblent vouloir prolonger leur séjour (Plat., Lois, 968b‑969d).

24 Plat., Lois, 753a.

25 La réflexion sur l’isopolitie, concept dont le contenu n’est établi et relativement stable qu’à l’époque hellénistique et qui fut étudié naguère par Gawantka 1975, a bénéficié, durant ces dernières années, de nombreuses découvertes épigraphiques, voir, par exemple, Bousquet & Gauthier 1994. À l’époque classique, en particulier, on voit fonctionner la communauté des Téiens et des Abdéritains désignée comme les “Téiens réunis” (Ruzé & van Effenterre 1994, 105, inscription datée vers 470), celle de Milet avec certaines de ses colonies, une inscription (Milet I. 3, no 136, vers 330) précisant les modalités et conséquences institutionnelles de l’association de façon très détaillée (notamment de quelle façon on peut accéder aux magistratures), voir Gorman 2002. Sur les rapports de Théra et de Cyrène voir les travaux cités note 21 (notamment pour ce qui concerne le rapport du texte de l’inscription des “Fondateurs” au platonisme politique).

26 Plat., Lois, 702c-d.

27 Noter l’emploi par lui, par deux fois, du pronom de la première personne du singulier en 702c-d et de quelle façon il engage sa responsabilité personnelle dans les choix à faire, une fois que le dialogue préparatoire d’analyse (épiskepsis) aura été terminé et les deux participants étrangers au débat partis.

28 Plat., Lois, 753a. Le terme traditionnel d’œciste reste employé dans les inscriptions du v e et du iv e siècle, voir notamment IG, II2, 1629 (Bertrand 1992, no 75 = Tod2, 100).

29 Plat., Lois, 752c.

30 Le texte n’est pas clair, il me semble néanmoins qu’il faille admettre que Clinias, de ce qu’il est devenu l’un des citoyens de Magnésie, doive compter au nombre des dix-neuf colons. Le chiffre de 37 est surprenant car il ne correspond à aucun des chiffres signifiants dans la numérologie magnète, il doit falloir comprendre que le collège est composé de trente-six membres ordinaires et de Clinias, le véritable œciste au sens religieux et institutionnel du terme.

31 Il faut comparer cette intervention de la métropole Cnossos à celle de Paros à Thasos, la cité mère offrit à sa colonie, successivement, l’aide de deux collèges (aparchai) de douze membres chargés d’assurer le bon fonctionnement des institutions de la cité, voir l’article synthétique de Martin 1980 qui constate (p. 1444) que “la prescription de Platon n’est pas purement théorique”.

32 Plat., Lois, 754d.

33 Il en est ainsi dans nombre de fondations coloniales, voir le livre classique de Graham 1971, l’inscription de Cyrène (évoquée note 21) date du iv e siècle et renouvelle les liens entre la cité et Théra, sa métropole, en prétendant republier un décret que celle-ci aurait voté au vii e pour établir les modalités du départ des colons.

34 Plat., Lois, 856d. Le texte affirme de façon claire le principe de l’individualisation de la peine, la faute des parents ne devant pas retomber sur les enfants, mais il y déroge pourtant.

35 Diod. 12.11.1.

36 Diod. 12.11.3 (Arcadie, Achaïe, Élide, Béotie, Amphiktyonide, Doride, Ionienne, Athénaïde, Euboïde, Nésiôtide). Lire une analyse bien venue de ce texte dans Vallet 1976.

37 Diod. 12.11.5.

38 Diod. 12.35.2-3.

39 Plat., Lois, 708b-d.

40 Plat., Lois, 751d.

41 La métaphore est proposée dans Plat., Lois, 753e. Il faut, bien évidemment, se souvenir de ce que l’attelage est la métaphore de l’âme dans le Phèdre mais il faut, surtout, rappeler que Mégillos, le spartiate, souhaiterait que, dans la cité magnète, nul ne se sente en droit de respirer hors du contrôle du législateur, 838d.

42 Plat., Pol., 293d. Ce passage utilise la métaphore de l’essaim qui est reprise dans les Lois (voir le texte cité note 39). Sur l’abandon nécessaire de l’idée selon laquelle les Athéniens du iv e siècle auraient fondé des clérouquies pour limiter l’accroissement naturel de la population, voir Oulhen 2004, 265.

43 Plat., Lois, 740e-741a.

44 Plat., Lois, 923c-924c.

45 Plat., Lois, 740e.

46 Plat., Lois, 925b. Il faut, en principe, qu’il soit parent de la jeune fille, mais Platon est relativement souple sur la gestion des mariages imposés par les règles de l’épiclérat qu’il a lui même établies (926b-d).

47 Ruzé & van Effenterre 1994, 43. Les colons, notamment, peuvent revenir s’installer dans la métropole sans payer de droit d’entrée s’ils y ont laissé un fils ou un frère, un citoyen de la métropole peut revendiquer un héritage dans la colonie.

48 Plat., Lois, 929c.

49 Plat., Lois, 735e-736a. Il s’agit d’une purification (katharsis). Dans le cas où des crimes particulièrement graves ont été commis, on procède à l’exécution des coupables considérés comme des malades incurables. Dans un texte de synthèse original, Asheri 1996 traitant des causes de la colonisation fait allusion à ce passage et le met en situation (p. 78).

50 Cf. Bertrand 2001.

51 Plat., Lois, 881d. Il semble que l’on puisse imaginer (malgré le parallèle de 930d où il s’agit bien d’une expulsion) que eis tèn allèn chôran eirgesthô doive être traduit par “qu’il soit banni hors de la ville vers une autre partie du territoire” (trad. Brisson & Pradeau 2006). Cela devrait pouvoir être déduit du fait que ce sont les agronomes, magistrats de la cité, qui sont chargés de surveiller le coupable et de faire ne sorte qu’il se tienne écarté des temples (on sait qu’il en existe dans le territoire à l’écart de la ville, celui d’Arès, par exemple, est atteint par la route à une trentaine de stades du centre, ceux d’Artémis et d’Apollon semblent être situés dans des secteurs plus lointains et moins commodes d’accès, Plat., Lois, 833b). Tout le problème est de savoir quelles pourraient être les conditions pratiques de cette mise à l’écart.

52 Plat., Lois, 877c. On ne sait pas ce qui se passe dans le cas où le père a été agressé par sa femme et où il est resté maître de son domaine alors que celle-ci doit vivre sa vie en exil.

53 Plat., Lois, 867c-e. Cette précaution pourrait faire penser à la notion de “trouble à l’ordre public” qui permet, en France, à un juge d’instruction de justifier la mise en détention préventive d’un présumé coupable, les parents, amis et voisins d’une victime pouvant ne pas admettre que celui qu’ils considèrent comme le responsable de leur souffrance ne soit pas immédiatement puni pour ce dont ils l’accusent. Lire l’analyse de Cohen 2005, qui traite de la façon dont le droit de la famille à la vengeance est contrôlé dans le détail de la procédure et de l’exécution de la sentence en commentant le Contre Aristocrate de Démosthène (p. 228-229).

54 Plat., Lois, 868a.

55 Plat., Lois, 855c. Platon refuse, dans un tel cas, que l’exilé doive cesser d’être membre de la communauté, on notera que la loi de Dracon établit que le meurtre par un parent de la victime d’un homicide respectueux de son statut d’exilé est puni comme si celui-ci était un athénien, cela par le seul effet, d’une fiction juridique valant réintégration posthume dans la citoyenneté (IG, I3, 104), Bertrand 1999b.

56 L’essentiel du problème de l’accueil des étrangers est posé dans Plat., Lois, 949e-950d puis repris dans 952d-953b. L’idée qu’ils risquent d’introduire des nouveautés nuisibles est exprimée dans 952e.

57 Plat., Lois, 705a.

58 Plat., Lois, 953e. Si le texte fait référence aux pratiques des Égyptiens (attestée de la même façon par Str. 17.19.10), il n’apprécie guère le mot de xénélasie (déjà en 950a) qui est, le plus souvent, employé dans le contexte lacédémonien, ainsi par Thucydide (2.39), Xénophon (Lac., 14.2) mais aussi par Flavius Josèphe (Ap., 2.259) ou les lexicographes.

59 Plat., Lois 850a-b.

60 Les magistrats feront en sorte que jamais aucun citoyen ne tombe au-dessous du seuil de pauvreté qui est fixé à la valeur du lot de terre (Plat., Lois, 744d‑e).

61 Plat., Lois, 936b-c.

62 Plat., Lois, 846d-e. Sur l’impossibilité de faire correctement deux métiers, voir Plat., R., 370b-c, 374a, 394e.

63 Plat., Lois, 920e-921d, Vidal-Naquet [1979] 1991. Noter que l’on voit apparaître au détour de ce développement (921d-922a) des artisans (démiurges) qui sont des militaires, cela ne manque pas de surprendre dans une cité où tout citoyen est soldat.

64 Plat., Lois, 849a-d.

65 Plat., Lois, 848a.

66 Voir Bertrand 1999a.

67 Plat., Lois, 804d.

68 Plat., Lois, 949c.

69 Plat., Lois, 850a-c.

70 Plat., Lois, 916b-c. Des stipulations de même nature concernent les affranchis.

71 Plat., Lois, 949e-950a.

72 Plat., Lois, 950d-953e.

73 L’idée avait déjà été exprimée au début du dialogue (Plat., Lois, 702c).

74 On distingue plusieurs catégories de visiteurs, le voyageur frivole, l’observateur ordinaire (pour qui l’on prévoit l’institution d’un tribunal, au cas où il subirait ou causerait quelque tort, ce qui signifie qu’il est libre de ses mouvements), le personnage officiel et l’observateur d’élite “riche et sage, ami venant chez des amis”. Chacun est traité selon ses mérites supposés (Plat., Lois, 952d-953e).

75 On retrouve cette idée dans Plat., R., 619c, l’homme qui a pratiqué la vertu par habitude, parce qu’il vivait dans une cité bien ordonnée, est incapable de faire le choix correct d’une nouvelle vie.

76 Plat., Lois, 952b.

77 Voir Bertrand 2003.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540