Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Errants et marginaux

La montagne comme “zone dangereuse” : un aperçu de la Salonique ottomane

Eyal Ginio

Anmerkungen des Autors

Note sur la translittération : Pour le turc ottoman, on a utilisé le système de l’écriture du turc moderne. Les noms des localités apparaissent en turc avec leur dénomination actuelle, si différente, entre parenthèses.

Volltext

  • 1 Archives historiques de Macédoine, tribunal musulman. Sicil de Salonique [désormais mentionnée sous (...)

1En 1748 Abdülbaki Ağa ibn Mehmet ibn Hüseyin, habitant d’une bourgade située dans le sancak d’Avlonya (Vlorë), quitta sa ville pour se rendre à Istanbul, accompagné de six serviteurs avec neuf chevaux de monture et deux chevaux porteurs. Dans ses bagages étaient dissimulés quatre sacs de pièces d’or et quarante six sacs supplémentaires de pièces d’argent destinées à l’acquisition, en sa qualité de fermier, de diverses concessions foncières (mukata`a), y compris celle de la capitation (cizye) levée sur les non-musulmans. Les traces de ce convoi disparurent entre les villes Vodine (Edessa) et Yenice-i Vardar (Giannitsa), non loin de Salonique. Suite à une enquête poussée par les autorités ottomanes, il s’avère que Abdülbaki Ağa et ses serviteurs auraient trouvé la mort lors d’une halte dans un khan du village de Lania proche de Salonique, où les khans étaient propriété de quatre chrétiens (zimmis). En effet, ceux qui partirent à la recherche des disparus découvrirent, grâce aux témoignages fournis par des villageois locaux, que ces zimmis avaient coutume d’assassiner leurs hôtes de passage pour dérober leurs biens. Les habitants des villages voisins le formulaient ainsi : “les passagers et hôtes hébergés dans les khans n’en sortent jamais en paix” (hanlarına nüzûl eden ebna-yi sebil salimen halâs olmayıp)1.

  • 2 Voir également : sicil, t. 36, p. 11, 12 Şaban 1137/25.4.1725 ; t. 52A, p. 31, 21 Cemaziyelevvel 11 (...)

2Même si, dans le sicil de Salonique ce ne fut pas le seul cas de meurtre enregistré ayant lieu dans un khan2, le destin amer d’Abdülbaki Ağa ne reflète bien sûr pas le sort de tous les voyageurs empruntant le chemin de la presqu’île balkanique, durant la période ottomane. Cependant, il témoigne du danger réel que représentaient les chemins montagneux vers les différentes villes ottomanes. Ces villes apparaissent dans le discours du sicil comme étant des îlots de sécurité retirés, cernés par le désordre et le crime.

  • 3 Voir, par exemple : sicil, t. 6, p. 48, 20 Cemaziyelevvel 1111/13.11.1699 ; t. 34, p. 11, 2 Şaban 1 (...)
  • 4 Voir, par exemple : sicil, t. 6, p. 48, 20 Cemaziyelevvel 1111/13.11.1699 ; t. 34, p. 11, 2 Şaban 1 (...)
  • 5 Sicil, t. 20, p. 67, 21 Cemaziyel`ahır 1123/6.8.1711. Voir également sicil, t. 10, p. 67-68, evail- (...)

3Nous pouvons supposer que la plupart des Saloniciens vécurent la plus grande partie de leur vie dans leur ville natale sans éprouver ni la nécessité ni l’obligation de voyager. Pourtant, cette ville étant l’un des centres administratifs et économiques principaux des Balkans ottomans, certains habitants devaient la quitter temporairement pour des destinations éloignées. Ces voyageurs – marchands, administrateurs, pèlerins ou soldats – qui voyageaient vers d’autres villes, devaient se préparer au pire. La coutume de certains Saloniciens consistant à rédiger un testament à la veille d’un voyage révèle le pressentiment d’un danger éminent face à l’inconnu3. Une stratégie possible pour éviter les dangers d’un voyage consistait à se joindre à des convois. Ces caravanes pouvaient compter sur des postes munis de gardes près des chemins isolés, ainsi que sur les arrêts dans les khans aménagés pour se loger la nuit, censés procurer aux voyageurs des “havres de paix” en zone hostile. De plus, de petites unités de villageois locaux, nommées martulos, étaient, en contrepartie de l’exemption de leurs taxes, chargées par les autorités d’assurer la protection des chemins et des ponts4. Néanmoins, une telle sécurité n’était pas toujours assurée. La montagne représentait pour les voyageurs venant de la ville une menace et un péril. Et les martulos ne résistaient pas toujours à la tentation perfide d’attaquer eux-mêmes les voyageurs, comme en témoigne, par exemple, une plainte déposée par un cadi de Ağustos (Naoussa)5.

Salonique, ville frontalière

  • 6 Vickers 1970, 261-280 ; Gouranis 1976.

4Pour qui se penche sur la carte de l’Empire ottoman au dix huitième siècle, la ville de Salonique donne l’impression d’être bien établie, au centre de sa province, dans un cadre jouissant d’une position sûre, loin de tous soucis et ennemis. En effet, Salonique était bordée de deux frontières, l’une maritime et l’autre continentale constituée d’une crête montagneuse l’entourant sur trois flancs. Face à ces frontières, une ligne de remparts déjà construite durant l’ère byzantine était conçue pour procurer à la ville un sentiment de sécurité et de protection6. Cependant, les documents du tribunal musulman, le sicil de Salonique, révèlent que, à la même époque, dès que le voyageur quittait la zone quasiment sûre et connue de la cité par la voie maritime ou continentale, il s’engageait, comme s’il franchissait une frontière étrangère, dans une zone représentée comme hostile, redoutable et risquée.

  • 7 Ginio 2001, 137-140.

5La voie maritime recelait ses propres menaces. Sur mer prédominait, et encore perdurait au cours du dix-huitième siècle, le danger des pirates, qui venaient des pays catholiques et dont Malte était la tête de pont. Ils abordaient les bateaux de passage, même à courte distance du port de Salonique, puis ils emmenaient voyageurs et marins vers leurs territoires et s’appropriaient les marchandises trouvées dans les cales. Plusieurs exemples puisés dans le sicil éclairent sur les épreuves que subissaient les victimes7.

6La frontière continentale – sur laquelle portera cette étude – exposait les habitants de Salonique à la menace des montagnards et de leurs chefs de bandes rebelles qui marquaient de leur emprise les villages et les chemins menant vers Salonique, où les voyageurs défilaient en convois. Cet article s’applique à comprendre le regard des Saloniciens du dix huitième siècle sur la montagne et leurs relations avec les montagnards, à travers la lecture du sicil, les registres composés par les scribes du tribunal musulman (mahkeme, meclis-i şer`) de Salonique.

Le sicil et les représentations de la marginalité

  • 8 Ze`evi 1998, 35-36 ; Faroqhi 1999, 55-57.

7Le sicil est un texte juridique et administratif rédigé en ville et reflète la vision du monde de l’élite politique et administrative, qui s’attribua la direction de la cité ottomane et de ses sujets. Cette société salonicienne, dont la vie était gérée par ces autorités supérieures – selon les termes utilisés dans le sicil – était essentiellement citadine8, et l’élite, veillant au respect des frontières entre les divers groupes sociaux, luttait vigoureusement contre toute tentative de les franchir, pour maintenir l’ordre établi. Le sicil de Salonique suit le même modèle : son discours est élaboré autour de la communauté urbaine permanente et de son organisation interne, qui représente l’ordre supposé prévaloir, selon le même sicil. Cet ordre reposait sur une division claire de la population en plusieurs sous-groupes – chacun d’entre eux possédant des droits distincts, des devoirs et une hiérarchie intérieure. Les gens qui demeuraient en dehors de ces catégories inspiraient suspicion et défiance.

8La communauté citadine locale était donc partagée en sous-groupes, classés selon les distinctions multiples, religieuses, professionnelles, etc. Le sicil définit successivement les différentes frontières par des termes distincts, qui impliquent une nette hiérarchie parmi les citoyens permanents de la ville (sakin), puis entre eux et ceux venus de l’extérieur ou ceux établis hors des murs. Les murs de la ville représentaient non seulement une frontière physique, mais aussi une barrière séparant l’ordre qui régnait ostensiblement dans la ville et le monde chaotique et menaçant qui prévalait en dehors. Chose remarquable, le port de la ville, source de la prééminence économique de Salonique, était localisé à l’extérieur des murs. Nous suggérons que, étant un lieu de transit fréquenté par des gens en mouvement, il abritait une population temporaire qui était perçue comme une menace à l’ordre public et était donc reléguée à l’extérieur des remparts protecteurs.

  • 9 Sur l’apparition des villageois dans le sicil, voir également Singer 1994, 20-21.
  • 10 Sur les diverses perceptions particulières des montagnes dans l’imagination balkanique contemporain (...)

9Le monde “extérieur” avait bien-sûr ses propres divisions. Les villages des environs et leurs habitants étaient relativement incorporés dans la matrice urbaine. La description des relations entre Salonique et les zones villageoises environnantes est généralement liée dans le sicil aux sujets économiques et administratifs, tels l’approvisionnement en produits de base et le paiement des diverses taxes. Comme ces relations conduisaient les villageois proches de la ville à partager la vie urbaine, ils étaient fréquemment mentionnés dans le sicil9. Par delà cette ceinture de villages, apparaît une vaste région dénommée dans le sicil “les montagnes” (dağlar). Cette région et ses habitants permettaient de définir a contrario l’identité citadine des citoyens de Salonique : le mode de vie des bandes vivant dans les montagnes est décrit en effet dans le sicil comme représentant l’exact opposé de l’ordre et des valeurs supposés régner en ville. Les bandits des montagnes étaient, selon les rédacteurs du sicil, sous de nombreux aspects, l’absolu “autre” du citadin10.

  • 11 Sicil, t. 8, p. 83, 13 Receb 1113/13.12.1701.

10La frontière entre la ville et les montagnes fut tout d’abord une frontière physique. En effet, comme il a été précédemment mentionné, Salonique était entourée de remparts, qui dissociaient la cité et son ordre officiel des régions voisines. Les quatre portes des remparts représentaient le seul lien physique de communication entre la ville et ses alentours11. Aux portes, des soldats (yasakçılar) prenaient soin de vérifier l’identité de tout nouveau venu, s’informant toujours de l’objet de sa visite. Pendant la nuit, les portes étaient bien fermées.

  • 12 Sur cette obligation collective, voir sicil, t. 2, p. 294, 29 Cemaziyelevvel l 1114/21.10.1702.

11Face à la menace extérieure, un sens du devoir des plus intéressants émergea à Salonique. Musulmans comme Chrétiens (mais pas les Juifs – du moins selon l’argument soutenu par les Chrétiens locaux – qui représentaient au moins un tiers de la population totale) durent monter la garde à tour de rôle afin de préserver l’intégrité des frontières de la ville. En contrepartie, ils furent exemptés de taxes. Vingt quatre donjons furent érigés depuis l’ouest de la ville. Il est possible que ce devoir collectif ait créé un sentiment d’unité communautaire citadine12.

Une mobilité menaçante : montagnards, Tsiganes et immigrants

12Quels dangers représentaient la région des montagnes ? Plus que tout, la montagne était, pour les Saloniciens, le territoire des “bandits invétérés” (sai bil-fesat) ou des “rebelles” (eşkıya), qui faisaient du meurtre une partie intégrale et perpétuelle (âdet-i müstemirresi) de leur mode de vie. Pour la population de Salonique qui se présentait dans le sicil comme liguée et organisée selon un ordre bien établi et permanent, ces “rebelles” des montagnes constituaient ainsi une menace majeure, particulièrement à cause de leur présupposée mobilité incontrôlable et de leur caractère insaisissable qui leur permettait d’échapper à l’autorité locale et à sa loi. Ainsi, l’une des caractéristiques majeures de leur dangerosité était leur capacité, ou plutôt leur mauvaise habitude à se mouvoir en toute liberté, sans aucune régulation locale.

  • 13 Ginio 2004, 124-127.
  • 14 Ginio 2002, 134-141.

13Le sicil nous permet d’identifier ces groupes : il y avait par exemple les nomades ; c’étaient souvent les Tsiganes, le groupe nomade le plus important et le plus visible dans la Salonique du dix-huitième siècle. Ils étaient souvent présentés, du seul fait de leur mode de vie ambulante et de leurs costumes distincts, comme des marginaux qui ne respectaient pas les conventions établies et les limites qu’elles imposaient. Les autorités les présentaient donc comme des nomades qui se dérobaient à leurs obligations envers l’État et qui communément menaçaient l’ordre public13. Il y avait aussi les immigrants à la recherche d’un travail quelconque – comme ces Albanais qui arrivèrent à Salonique et trouvaient souvent un travail dans le port. En effet, pour les immigrants à la recherche d’un travail occasionnel, le port constituait leur principal pôle d’attraction à Salonique. Le port formait ainsi une dangereuse zone frontière. Les emplois y étaient temporaires et consistaient en travaux de force mal rémunérés : travail précaire qui dépendait de la capacité de l’ouvrier – souvent un étranger – à trouver un patron local disposé à l’employer. Ainsi le port, où travaillaient souvent des portefaix, attiraient d’abord les immigrants et des éléments sociaux marginaux locaux. Son aménagement en dehors des murs de la ville manifeste clairement la méfiance qu’inspirait aux citadins sa population temporaire14.

La montagne et les “bandits invétérés”

14Tous ces groupes – les bandits, les nomades et les immigrés – partageaient une mobilité indépendante, qui les laissait en dehors des régulations existantes. Le danger que les autorités voyaient dans cette mobilité effrénée apparaît de manière explicite dans le sicil. Nous pouvons le trouver aussi dans la distinction juridique des autorités entre le “meurtrier circonstanciel”, souvent un résident local qui commettait un crime, et le “brigand invétéré”, presque à chaque fois un étranger attaquant des victimes innocentes avant de s’enfuir et de se réfugier dans les montagnes.

  • 15 Shacht 1964, 184-185.
  • 16 Voir Ginio 1998, 202.

15Telle est caractéristique du bandit dans le sicil. Contrairement au “meurtrier circonstanciel” jugé par les lois selon une procédure juridique dont le choix revenait aux proches de la victime15, le “bandit invétéré” représentait dans le sicil une menace pour la société entière ainsi qu’un dangereux défi à l’ordre social, nécessitant l’intervention directe des autorités, en deux moments parfois éloignés l’un de l’autre dans le temps16.

16La construction du procès le montre clairement : un premier jugement du “brigand invétéré” à propos d’un meurtre précis émanait du cadi ; puis un autre procès, cette fois en présence du gouverneur, aboutissait à la sentence que tout “bandit invétéré” méritait la peine de mort. Le second procès s’appuyait sur le témoignage de gens connaissant l’accusé, qui décrivaient son passé, ses attitudes et ses actes de malice quotidiens : violences, meurtre, vol et viol, mais aussi comportements de débauche, tels que l’ébriété et la pratique de musiques assourdissantes dans les rues. Tous ces témoignages étaient pris pour des preuves accablantes de la personnalité méprisable (müfsid) de l’accusé.

  • 17 Heyd 1973, 196 ; Gerber 1994, 71-73.
  • 18 Faroqhi 1995, 145-146.

17Cet engagement des autorités à juger les “bandits invétérés” puise sa source dans le Coran, où il renvoie à la catégorie de sai bil-fesat, qui désigne les voleurs de grand chemin assassinant les voyageurs naïfs ; le Coran présente un tel acte comme l’une des infractions contre Dieu, dont le châtiment coranique (had) doit être prononcé par le souverain17. Suraiya Faroqhi précise que sous ce terme de voleurs de grand chemin, l’État ottoman avait tendance à englober des groupes différents, tous considérés comme ébranlant l’ordre public. Ces agresseurs pouvaient être des nomades du centre de l’Anatolie qui attaquaient des convois de caravanes marchandes, ou des étudiants de l’école coranique, des gardes de passages montagneux, divers groupes remplissant des fonctions subalternes ou encore des soldats sans travail voulant accroître leurs maigres salaires par des moyens malhonnêtes18.

18Dans le sicil de Salonique couvrant les années 1694-1756 j’ai trouvé dix huit cas de procès de “bandits invétérés”. L’ensemble des lieux d’agression désignés dans le sicil forment une sorte d’arc tout autour de Salonique : du sud-ouest au nord-est de Karaferye (Verioa) et Katrin (Katrini) dans le sud-ouest ; sur le chemin de Ağustos (Naoussa) et Florina dans l’ouest et jusqu’à İvrethisari (Kilkis) et Seroz (Serres) dans le nord-est.

  • 19 Voir également Lacoste 2002, 6.

19Le point commun de tous ces lieux est leur localisation sur la ligne géographique entre les plaines fertiles de Macédoine et les zones montagneuses arides et partiellement habitées. Les plaines macédoniennes, qui durant le xviiie siècle furent progressivement converties à l’agriculture d’exportation pour des produits tels que le tabac, le blé, l’orge et le coton, devenaient des cibles attirantes pour des émigrants, mais aussi pour des bandits. La terre y était riche et procurait aux populations voisines et dispersées de fructueuses sources de revenus. Comme ailleurs le terme “plaine” et en quelque sorte l’antithèse de “montagne”19.

20Les documents du sicil portant sur les “bandits invétérés” consignent leurs particularités communes (ce sont des délinquants), et leurs origines : étrangers ou déserteurs de l’armée devenus brigands, détracteurs de l’ordre public qui menacent les autorités jusque dans ses aptitudes à assurer la protection des administrés, notamment sur les chemins et dans les villages et bourgades situés sur les routes des montagnes. Cette mobilité leur permettait de suivre la piste de leurs victimes, de les attaquer par surprise puis de se replier dans leurs refuges.

21En effet, la première caractéristique du “brigand invétéré” était son lieu d’action, celui-même où il vivait, en dehors du cadre reconnu par la société. Le sicil précisait que, le plus souvent, le “brigand invétéré” opérait en une descente éclair, surgissant tout droit des montagnes pour surprendre et démunir ses victimes avant de s’enfuir rapidement vers son repaire inconnu. En règle générale, le “brigand invétéré” n’agissait pas dans la ville même de Salonique mais principalement dans les villages et le long des chemins qui mènent à Salonique.

  • 20 Sicil, t. 29, p. 93, 27 Rebiülahir 1130/30.3.1718 ; t. 29, p. 144, 10 Rebiülevvel 1131/31.1.1719.
  • 21 Sicil, t. 10, p. 67-68, evail-i Rebiülahir 1116/2-11.8.1704 ; t. 21, p. 13, evahir-i Zilhicce 1123/ (...)

22Parmi dix-huit cas de jugements des “brigands invétérés”, un seul concerne deux Saloniciens qui, habituellement, entraînaient les gens de passage dans leurs boutiques pour les dépouiller et les tuer20. Le “brigand invétéré” était plutôt sans domicile fixe. Il avait pour coutume d’attaquer les voyageurs, les villages, de tuer ses victimes, et enfin de voler leurs biens. Leurs victimes privilégiées étaient les gens sans défense : le sicil insiste sur les agressions concernant les femmes et les enfants (ehl ve ayal). De plus, les “brigands invétérés” agissaient le plus souvent en bandes de rebelles (haydut eşkıyası) qui ne comportaient cependant qu’un nombre réduit de membres. Il n’est question dans les registres que des bandes dénombrant jusqu’à deux à trois cents personnes21.

23Une autre particularité attribuée aux “brigands invétérés” était leur rejet de tout lien antérieur. L’étranger, dans le sicil, est “le déraciné”, celui qui est loin de sa maison, qui circule sans but ni limites et se dérobe ainsi de ses obligations envers l’État – notamment le paiement des taxes. Il est consigné dans le sicil comme une source de menaces à l’ordre public établi et comme élément qui, tôt ou tard, rejoindra le grand banditisme.

  • 22 Sicil, t. 71, p. 75, evail-i Receb 1161/27.6-5.7.1748.
  • 23 Bir kaç reayayı katil ve yine reayadan ve ehl-i islamdan bir kaç neferi dahi esir olmak üzere ahiz (...)

24Les récits sont nombreux. Par exemple, un mandat en provenance d’Istanbul ordonna au cadi de Salonique de mettre sous arrêts les villageois qui avaient refusé de payer leurs taxes, devenues trop lourdes à cause de la dernière guerre. Ces villageois s’enfuirent à la métropole, Istanbul – une stratégie répandue à l’époque. Ils furent accusés d’agitation à Istanbul car ils attaquaient et volaient les habitants de la ville, portant ainsi atteinte aux citadins22. Un autre mandat réclame une enquête sur les traces de “brigands invétérés” opérant dans la zone de İvrethisari (Kilkis), précisant que les bandits descendent des montagnes pour attaquer les villages situés en contrebas. Quelquefois, d’après le même mandat, les bandits kidnappaient des villageois afin d’obtenir une rançon (paha), rejoignaient leurs bases dans les montagnes23.

  • 24 Voir également la discussion suivante dans Anscombe 2006, 87-113.
  • 25 Ginio 2002, 138-141. Voir par exemple sicil, t. 10, p. 67-68, evail-i Rebiülahir 1116/2-11.8.1704.
  • 26 Voir par exemple sicil, t. 179, p. 51, 7 Muharrem 1218/29.4.1803.
  • 27 Sicil, t. 10, p. 67, 1 Cemaziyelevvel 1116/1.9.1704.

25Les “brigands invétérés” demeurant dans les montagnes étaient quelquefois identifiés comme Albanais (arnavut)24. Dans le document du sicil de Salonique, de nombreux témoignages rapportent l’émigration des Albanais des montagnes, principalement des régions d’Elbasan et du Dibre-yi Bala, vers Salonique. Certains Albanais étaient à la recherche d’un travail temporaire dans le port de la ville, d’autres s’adonnaient au banditisme dans les montagnes25. La présence menaçante des Albanais s’accroît au cours de la seconde partie du dix-huitième siècle ainsi qu’en témoignent les mandats ordonnant l’éloignement immédiat de Salonique et le retour vers leur village natal (vatan) de ceux qui ne réussissaient pas à établir et à profiter de relations de patronage avec des locaux26. La mention d’un groupe de deux à trois cents bandits illustre le genre d’actions menées par des “rebelles Albanais” (Arnavut eşkıyası). Ces derniers prétendaient frauduleusement être des fonctionnaires assignés à la garde des passages montagneux (martulos), et, sous cette allégation, ils s’octroyaient la liberté d’agresser et de dépouiller les voyageurs. Leur chef n’hésita pas non plus à extirper de l’argent aux villageois. Sans aucun doute, le comble de leur audace fut d’imposer des sanctions financières aux villageois, en prononçant : “vous avez commis des actes criminels dans tel et tel endroit” (reayaya siz falan mahalda haydut ediniz diye)27. Les arguments des Albanais aux accusations portées contre eux par les autorités sur la garde des passages de montagnes montrent bien la confusion des frontières et la facilité de passer de la condition de soldats ou de villageois chargés de devoirs militaires à la condition de membres de bandes. Ceux qui détenaient le savoir, les moyens militaires et, de surcroît, vivaient dans des zones éloignées du pouvoir central ne pouvaient pas toujours résister à la tentation de participer aux bandes.

  • 28 Sicil, t. 41, p. 48, evasit-i Şaban 1140/21.3-30.3.1728.

26Par exemple, Hasan Ali Çavuş, chef de l’unité de Yenice-i Vardar, déserta de son poste et trouva refuge dans la région de la ville Vodine. Il y recruta cinquante, soixante gens simples – décrits ainsi dans le langage du mandat – et les incita à se conduire en janissaires. Le mandat insiste sur le fait que le déserteur exploitait frauduleusement son statut antérieur afin d’agresser la population et de remettre en cause le pouvoir des autorités régnantes (nizam-i vilayetinin ihtilâli)28.

  • 29 Sicil, t. 32, p. 24, 29 Cemaziyelevvel 1134/17.3.1722.

27Les autorités, prenant conscience que la menace des “brigands invétérés” ne se limitait pas aux zones éloignées, intensifièrent les châtiments infligés aux chefs de bandes. Le châtiment était choisi non à la mesure de leurs actes (meurtres ou vols), mais à la mesure de leurs dommages sur la société entière – ibadullah dans la langue du sicil. Ces mandats contre les “bandits invétérés” précisaient que leurs actes entraînaient de lourdes conséquences sur tous les serviteurs de Dieu, ou, tout au moins, sur tous les sujets de la province et que, tant que les malfaiteurs pouvaient circuler librement, aucun individu ne serait à l’abri de leurs crimes ; que leurs actions provoquaient des torts à l’économie, des pertes dans la collection des taxes et affaiblissaient la capacité du pouvoir à assurer la protection de ses sujets. Par exemple, les habitants du hass du Langaza déposèrent une plainte indiquant que des actes criminels les avaient conduits à cesser de cultiver leurs terres, les dépouillant ainsi de tout revenu29. Il est important de souligner que le scribe évita de noter les noms des villageois, un procédé usuel dans le sicil lorsqu’il y avait volonté de donner une ampleur générale au phénomène.

28L’argument principal énoncé à de nombreuses reprises contre de tels actes était qu’ils empêchaient l’État de remplir ses fonctions. Le devoir d’assurer la protection du pays et de ses sujets constituait “l’un des devoirs des plus importants qui méritent la surveillance” (bilad ve ibad’in te`mini meham lâzimülihtimam olmağın). L’ampleur du châtiment était liée à la gravité de l’acte criminel. Le langage utilisé par les scribes témoigne de la volonté de mettre fin à ces activités au moyen de solutions radicales : il fallait parvenir à “l’extermination” (tedmir), “l’épuration” (tathir) et “la destruction complète” (kahır) de ces bandes.

  • 30 Voir, par exemple sicil, t. 25, p. 87, 4 Muharrem 1128/30.12.1715 ; t. 57, p. 58, 27 Şevval 1152/27 (...)

29Il est maintes fois mentionné qu’il n’existe aucun châtiment qui puisse rendre au bandit sa raison (tadib), et que les “brigands invétérés” récidivent dès qu’ils sont remis en liberté. L’emprisonnement en forteresse (kalebend) ou l’exil (nefy) étaient les châtiments les plus répandus en Salonique, au dix huitième siècle. Cependant, pour les “brigands invétérés” une sentence unique et finale était prononcée : la mise à mort par le glaive ou la pendaison. C’était la seule façon de se débarrasser des bandits, ce qui, dans le langage du sicil, était défini comme “l’obligation de les tuer et la nécessité de s’en débarrasser” (ve lâzımülizale vacibülkatl)30.

30Les représentants de l’autorité étaient fermes sur leurs positions. Durant la même période, la mise en liberté de tout prisonnier par la protection de personnalités à Salonique était une pratique courante et connue. Il n’est donc pas surprenant que dans le cas du “brigand invétéré”, il fut déclaré que de telles pratiques seraient strictement interdites :

  • 31 Sicil, t. 21, p. 55, evahir-i 1124 [sic !][1712/13].

31“Dans le cas où l’un des notables du vilayet, propriétaires des domaines du çiftlik, offrirait sa protection l’un des brigands invétérés ou tenterait d’empêcher son emprisonnement, il sera également arrêté, incarcéré, puis emprisonné dans la forteresse de Salonique”31. Il fut également déclaré que seul un mandat du Sultan serait en mesure de libérer les bandits.

Conclusion

32En résumé, la montagne, tout comme la mer, tenait une place importante dans l’imaginaire des Saloniciens. Salonique, cité portuaire entourée de massifs montagneux élevés, les considérait, eux et leurs habitants, d’un œil plutôt suspicieux. Cette méfiance manifeste l’inquiétude que suscitait ce milieu étranger et mal connu, extérieur au cadre citadin et incontrôlé. Plus que tout, la montagne était, pour les Saloniciens, le territoire des bandits.

33Dans leur ville ceinte de remparts, les citadins de Salonique se sentaient à l’abri des bandes de brigands des montagnes, alors que le destin réservé aux voyageurs et villageois habitant aux pieds des montagnes était de vivre sous la menace des attaques de rebelles – ainsi étaient-ils définis dans le sicil. Ces bandes de brigands, d’après les documents du sicil, étaient accusées de pousser leur audace jusqu’à offenser l’ordre public et ainsi à porter atteinte à la souveraineté de l’État. Les documents étudiés pour cet article permettent de comprendre comment les autorités saloniciennes définissaient ces “brigands invétérés”. Pour elles, c’étaient tous des malfaiteurs qui avaient choisi de sortir, physiquement et moralement, des cadres reconnus par la société. Bien plus, leur insoumise mobilité leur permettait d’échapper à l’emprise efficace des autorités et de harceler leurs victimes de façon répétitive. Ces documents donnent également le portrait du “brigand invétéré” tel qu’il était conçu et perçu par les Saloniciens, pour qui le péril des bandes de rebelles représenta au dix-huitième siècle la plus grande menace. Les autorités, pour leur part, s’efforcèrent de fournir une réponse à ce danger, afin d’assurer leur devoir de protection à leurs sujets.

Literaturverzeichnis

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Documents inédits :

Archives historiques de Macédoine, Tribunal musulman. Sicil de Salonique, tomes 1-88 (1694-1756).

Ouvrages imprimés :

Anscombe, F., éd. (2006) : The Ottoman Balkans, 1750-1830, Princeton.

— (2006) : “Albanians and ‘Mountain Bandits’”, in : Anscombe 2006, 87-113.

Anastasopoulos, A. (2006) : “Crisis and State Intervention in Late Eighteenth-century Karaferye (mod. Veroia)”, in : Anscombe 2006, 11-34.

Brunnbauer, U. et R. Pichler (2002) : “Mountains as ‘Lieux de Mémoire’ : Highland Values and Nation-Building in the Balkans”, Balkanologie, 6, 77-100.

Faroqhi, S., éd. (1995) : Coping with the State : Political Conflict and Crime in the Ottoman Empire, Istanbul.

— (1995) : “The Life and death of Outlaws in Çorum”, in : Faroqhi 1995, 145-161.

— (1999) : Approaching Ottoman History, Cambridge.

Gerber, H. (1994) : State, Society, and Law in Islam, Albany.

Ginio, E. (1998) : “The Administration of Criminal Justice in Ottoman Selânik (Salonica) during the Eighteenth Century”, Turcica, 30, 185-209.

— (2001) : “Piracy and Redemption in the Aegean Sea during the First Half of the Eighteenth Century”, Turcica, 33, 135-147.

— (2002) : “Migrants and Workers in an Ottoman Port : Ottoman Salonica in the Eighteenth Century”, in : Rogan 2002, 126-148.

— (2004) : “Neither Muslims nor Zimmis : The Gypsies (Roma) in the Ottoman State”, Romani Studies, 14 :2, 117-144.

Gouranis, G. (1976) : Tα Tειχη Θεσσαλλονίκνς, Thessalonique.

Heyd, U. (1973) : Studies in Old Ottoman Criminal Law, Oxford.

Lacoste, Y. (2002) : “Montagnes et géopolitique”, Hérodote, 107, 3-16.

Orhonlu, C. [1967] (1990) : Osmanlı İmparatorluğ’unda Derbend Teşkilâtı, Istanbul.

Rogan, E., éd. (2002) : Outside In : On the Margins of the Modern Middle East, Londres.

Schacht, J. (1964) : An Introduction to Islamic Law, Oxford.

Singer, A. (1994) : Palestinian Peasants and Ottoman Officials : Rural Administration around Sixteenth-Century Jerusalem, Cambridge.

Vickers, M. (1970) : “The Byzantine Sea Walls of Thessaloniki”, Balkan Studies, 11, 261-280.

Ze`evi, D. (1998) : “The Use of Shari'a Court Records as a Source for Middle Eastern Social History : A Reappraisal”, Islamic Law and Society, 5, 35-36.

Anmerkungen

1 Archives historiques de Macédoine, tribunal musulman. Sicil de Salonique [désormais mentionnée sous les formes abrégées de sicil], t. 57, p. 84-85), 16 Muharrem 1153/13.4.1740.

2 Voir également : sicil, t. 36, p. 11, 12 Şaban 1137/25.4.1725 ; t. 52A, p. 31, 21 Cemaziyelevvel 1149/27.9.1736 ; t. 96, p. 76-77, 1-10 Ramazan 1174/7.4-16.4.1761.

3 Voir, par exemple : sicil, t. 6, p. 48, 20 Cemaziyelevvel 1111/13.11.1699 ; t. 34, p. 11, 2 Şaban 1134/18.5.1722 ; t. 57, p. 35, 1 Receb 1152/4.10.1739.

4 Voir, par exemple : sicil, t. 6, p. 48, 20 Cemaziyelevvel 1111/13.11.1699 ; t. 34, p. 11, 2 Şaban 1134/18.5.1722 ; t. 57, p. 35, 1 Receb 1152/4.10.1739.

5 Sicil, t. 20, p. 67, 21 Cemaziyel`ahır 1123/6.8.1711. Voir également sicil, t. 10, p. 67-68, evail-i Rebiülahir 1116/2-11.8.1704 ; t. 21, p. 13, evahir-i Zilhicce 1123/30.1-8.2.1712 ; t. 31, p. 67-69, evahir-i Zilkade 1133/13-22.9.1721.

6 Vickers 1970, 261-280 ; Gouranis 1976.

7 Ginio 2001, 137-140.

8 Ze`evi 1998, 35-36 ; Faroqhi 1999, 55-57.

9 Sur l’apparition des villageois dans le sicil, voir également Singer 1994, 20-21.

10 Sur les diverses perceptions particulières des montagnes dans l’imagination balkanique contemporaine, voir aussi : Brunnbauer & Pichler 2002.

11 Sicil, t. 8, p. 83, 13 Receb 1113/13.12.1701.

12 Sur cette obligation collective, voir sicil, t. 2, p. 294, 29 Cemaziyelevvel l 1114/21.10.1702.

13 Ginio 2004, 124-127.

14 Ginio 2002, 134-141.

15 Shacht 1964, 184-185.

16 Voir Ginio 1998, 202.

17 Heyd 1973, 196 ; Gerber 1994, 71-73.

18 Faroqhi 1995, 145-146.

19 Voir également Lacoste 2002, 6.

20 Sicil, t. 29, p. 93, 27 Rebiülahir 1130/30.3.1718 ; t. 29, p. 144, 10 Rebiülevvel 1131/31.1.1719.

21 Sicil, t. 10, p. 67-68, evail-i Rebiülahir 1116/2-11.8.1704 ; t. 21, p. 13, evahir-i Zilhicce 1123/30.1-8.2.1712. Voir également la discussion suivante sur le terme eşkıya dans Anastasopoulos 2006, 16.

22 Sicil, t. 71, p. 75, evail-i Receb 1161/27.6-5.7.1748.

23 Bir kaç reayayı katil ve yine reayadan ve ehl-i islamdan bir kaç neferi dahi esir olmak üzere ahiz ve dağlara getirip pahaya kesip ba`dehu itlak edip. Sicil, t. 21, p. 55, evahir-i 1124 [sic !]/1712-13].

24 Voir également la discussion suivante dans Anscombe 2006, 87-113.

25 Ginio 2002, 138-141. Voir par exemple sicil, t. 10, p. 67-68, evail-i Rebiülahir 1116/2-11.8.1704.

26 Voir par exemple sicil, t. 179, p. 51, 7 Muharrem 1218/29.4.1803.

27 Sicil, t. 10, p. 67, 1 Cemaziyelevvel 1116/1.9.1704.

28 Sicil, t. 41, p. 48, evasit-i Şaban 1140/21.3-30.3.1728.

29 Sicil, t. 32, p. 24, 29 Cemaziyelevvel 1134/17.3.1722.

30 Voir, par exemple sicil, t. 25, p. 87, 4 Muharrem 1128/30.12.1715 ; t. 57, p. 58, 27 Şevval 1152/27.1.1740.

31 Sicil, t. 21, p. 55, evahir-i 1124 [sic !][1712/13].

Autor

Université hébraïque de Jérusalem

© Ausonius Éditions, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540