Version classiqueVersion mobile

L'auctoritas à Rome

Conclusion générale. Nature, fonctions et effets de l’auctoritas dans la culture civique romaine à la fin de la République et au début de l’Empire

Jean-Michel David et Frédéric Hurlet

Texte intégral

1Si l’auctoritas était une notion centrale de la culture civique romaine, c’était bien parce qu’elle intervenait sous de multiples aspects dans le fonctionnement des relations entre individus, relations politiques certes, mais aussi sociales sous toutes les formes possibles et que, parfaitement identifiée par les contemporains, elle qualifiait aussi bien des attitudes que des règles de comportement ou des dispositions normatives. Elle structurait en quelque sorte le contexte des échanges humains et la vision que les citoyens romains avaient de leur société. Elle définissait la sémantique des conduites et des représentations sociales. Pour tout dire, elle les informait. Il est certain cependant que si elle s’imposait de façon évidente aux yeux et aux comportements des contemporains, les formes qu’elle prenait et les effets qu’elle produisait nous échappent encore fortement. Les contributions qui précèdent apportent toutefois quelques lumières sur sa définition, ses modes d’intervention et sa place au milieu des autres manifestations de pouvoir et d’autorité. Elles s'inscrivent dans les perspectives ouvertes par l'introduction et permettent d'apporter des réponses un peu précises.

2Une première recherche sur le sens du mot et sa définition s’impose. L’étude de la façon dont les auteurs hellénophones traduisaient le concept, permet une première conclusion. Elle fait apparaître que le terme le plus proche était celui d’ἀξίωµα. D’autres comme αὐθεντ(ε)ία, γνώµη et δόγµα étaient employés à l’occasion pour désigner certains aspects de l’auctoritas, mais dans ses manifestations plus que dans sa nature. Seul un passage de Cassius Dion fait apparaître une adaptation par translittération. Mais la rareté et le contexte de cet emploi laissent à penser qu’il s’agissait d’une définition d’ordre institutionnel plutôt technique. Ἀξίωµα était en fait l’équivalent le mieux adapté et renvoyait à une idée de prestige, d’autorité, de grandeur et de rang assez commune, mais qui à Rome devait trouver une expression particulière (Etienne Famerie). Surtout une telle notion n’avait rien d’abstrait ni de théorique. Elle s’appliquait à des personnes, des Romains importants qui jouaient un rôle dans la cité ou en avaient marqué l’Histoire (Martin Jehne), et aussi à d’autres individus d’autres cités car, comme l’œuvre de Tite Live le fait apparaître, elle s’appliquait aux chefs militaires et dirigeants étrangers, y compris les ennemis de Rome qui en disposaient chacun dans sa communauté d’origine (Francisco Pina Polo).

3Elle s’appliquait aussi aux groupes et particulièrement au Sénat. L’attribution en cela restait très concrète. L’auctoritas était le fait d’individus réels, vivants ou morts, pris individuellement ou collectivement. Elle aurait difficilement été celui d'une institution abstraite ou une notion civique. La question qui se posait alors était plutôt celle de la construction de l’auctoritas collective par l’addition ou la convergence des auctoritates individuelles. Il faut en effet distinguer entre une auctoritas collective qui découlait de la nature du groupe, notamment celle du peuple, de celle qui, comme au Sénat, naissait du cumul des opinions individuelles porteuses de l’auctoritas des participants. L’auctoritas collective était ainsi compatible avec l’expression d’une auctoritas individuelle des membres du groupe. L’affirmation d’Auguste qui prétendait avoir disposé de plus d’auctoritas que les sénateurs s’inscrivait dans ce contexte. Elle l’emportait à la fois sur l’auctoritas de chacun et l’auctoritas de tous (Martin Jehne). L’examen du déroulement des débats au Sénat permet alors de comprendre le processus par lequel les auctoritates individuelles étaient mises en interaction les unes avec les autres, s’effaçaient ou se renforçaient et construisaient une opinion commune. L’ordre d’interrogation, la dignitas de l’orateur, la dynamique du débat, la forme même de la sententia jouaient ainsi un rôle décisif (Robinson Baudry).

4D’une façon un peu plus large, elle s’appliquait aussi à des personnages qui faisaient preuve d’une compétence intellectuelle assurée qui leur permettait d’influer sur les choix et les décisions de leurs concitoyens. Sous deux aspects. À l’auctoritas actuelle de personnages présents s’ajoutaient celle de personnages faisant référence, mais physiquement absents, en particulier les auteurs ou les autres protagonistes de la vie intellectuelle et morale. Elle se retrouvait dans l’autorité d’un texte ou d’une référence qui ne tenait pas à sa nature, mais reposait sur celle de son auctor. Quels étaient alors les rapports entre une auctoritas éthique, celle d’un orateur par exemple, et une auctoritas épistémique, celle d’un livre ou d’un discours publié et plus généralement du savoir ? Cette dernière pouvait prendre plusieurs formes qui tenaient principalement à la façon dont les références à l’auteur étaient produites. L’établissement de l’autorité des savoirs s’effectuait par la constitution d’une tradition et de figures autour desquelles ils s’organisaient et où l’ancienneté, l’emprunt et la citation jouaient un rôle déterminant (Philippe Le Doze), un phénomène qui s’appliquait tout autant à la constitution du droit par les juristes, qui dans leurs discussions faisaient fortement appel à l’opinion de leurs prédécesseurs et à l’argument d’autorité (Dario Mantovani). La confiance s'établissait en référence aux auctores et non pas par partage d'une raison commune. En ce sens se retrouve la définition introduite par Habermas d'une sphère publique de la représentation, antérieure aux Lumières.

5Tout ceci nous ramène à la qualité personnelle du porteur d’autorité et qui tenait à la conformité aux règles de la cité. Si l’auctoritas était une vertu personnelle, elle ne l’était que parce qu’elle était en adéquation avec les valeurs de la communauté civique. Le mécanisme de la constitution de références, dont l’adoption et la répétition étaient sources d’auctoritas, était le même que celui qui fondait l’exemplarité des conduites et l’adéquation au mos maiorum. Les actes valeureux qui définissaient la vertu des ancêtres étaient ramassés en exempla qui ordonnaient et justifiaient les comportements présents. Le Sénat en était le principal lieu d’affirmation : à la fois dans les discours et les justifications qui préparaient les décisions et dans les comportements de ses membres qui reproduisaient les précédents. L’auctoritas naissait de la reconnaissance de leur conformité au mos et s’exprimait dans une estimation hiérarchisante, celle là même à laquelle procédaient les censeurs. Ainsi malgré les oppositions et les désaccords, cette adhésion au mos regroupait l’aristocratie gouvernante autour d’un même socle de valeurs partagées (Clément Bur).

  • 1 Top. 73 : Sed auctoritatem aut natura aut tempus adfert. Naturae auctoritas in virtute inest maxi (...)

6Cette conformité prenait cependant diverses formes. Comme le disait Cicéron à propos de l’auctoritas des témoins, elle naissait soit de la nature, soit des circonstances (natura ou tempus)1. Cette même distinction pouvait s’appliquer aux autres conditions qui entouraient l’acquisition de l’auctoritas. Les circonstances pouvaient tenir à la gestion d’une magistrature ou d’une autre fonction générant de la potestas. La nature pouvait renvoyer à la vertu personnelle d’un individu dont les actes restaient conformes au mos maiorum. Bien entendu, ces diverses sources d’auctoritas étaient diverses et inégales. Elles variaient de façon précise et reconnue suivant l’importance des fonctions exercées, le prestige familial, les expériences acquises et les vertus manifestées (Jean-Michel David). C’étaient les contemporains qui faisaient l’évaluation de l’auctoritas (Martin Jehne). Mais, ainsi produite, elle s’installait au cœur de la personnalité de celui qui en bénéficiait et déterminait sa position sociale et son influence.

7La puissance et le rayonnement d’un individu dépendaient ainsi de la façon avec laquelle il avait construit son auctoritas. Elle se mettait en place par l’action et par le discours selon des modes variés, mais qui s’inscrivaient tous dans une interaction avec le groupe concerné. Sa création était le fruit d’une dialectique entre les actes et l’attente qu’on en avait. Elle était d’abord engendrée par la situation établie au moment de la prise de parole ou de l’engagement dans l’action. Le public anticipait sur le comportement qui s’annonçait suivant l’image qu’il avait de l’individu. L’intéressé était d’emblée amené à s’y conformer. Mais du même coup la hiérarchie implicite que cette situation induisait imposait ces règles de préséance qui se manifestaient notamment dans l’ordre de prise de parole au Sénat. La dignitas annonçait l’auctoritas autant qu’elle était engendrée par elle. Les membres de l’aristocratie sénatoriale respectaient ces principes même dans le cadre privé, ainsi que la correspondance de Cicéron le montre (Elizabeth Deniaux). L’auctoritas était en fait porteuse d’une certaine violence qu’il convenait d’euphémiser.

8La mise en œuvre ne pouvait pas être séparée d’une mise en scène. L’auctoritas s’exprimait sous les traits d’une figure qu’il était possible d’adapter selon les circonstances, en particulier dans un contexte judiciaire où les rôles tenus devaient correspondre à l’image que l’on avait des différentes fonctions de défense, d’accusation ou de témoignage (Charles Guérin). Elle s’incarnait dans la personne de celui qui la revendiquait et lui imposait des conduites adaptées, en particulier dans l’allure et la gestuelle. L’auctoritas se donnait à percevoir dans la grauitas et la conformité à l’image digne et réservée que l’on attribuait aux maiores.

9La question se pose aussi des relations que l’auctoritas entretenait avec les autres manifestations de la supériorité et du pouvoir, particulièrement celles que fondait la magistrature. La comparaison entre la situation des prêtres et des magistrats montre alors que les premiers bénéficiaient véritablement d’auctoritas, alors que les seconds qui étaient assurés d’une potestas n’étaient que susceptibles d’y ajouter de l’auctoritas (Yann Berthelet). La magistrature était source d’auctoritas, mais c’était plus par la position qu’elle offrait que par la fonction qu’elle conduisait à exercer. Le rayonnement et la puissance qu’un magistrat était susceptible d’acquérir dépassaient les effets disons juridiques que son action pouvait produire. C’est ainsi que ce renforcement du pouvoir du magistrat par l’acquisition d’une auctoritas en supplément pouvait produire des effets décisifs, comme ce fut le cas pour Auguste en 43 (Françoise Van Haeperen).

10D’une façon générale, c’était l’exercice d’une magistrature et l’obtention de succès militaires qui assuraient aux individus l’acquisition de l’auctoritas. Évidemment, les résultats étaient tout à fait variables et l’on retrouvait ici cette compétition entre les vertus et les charismes politiques qui opposaient et introduisaient une hiérarchie entre les sources de popularité que représentaient les victoires à la guerre, l’énonciation du droit ou l’efficacité oratoire (Francisco Pina Polo). Il fallait évidemment un arbitre. C’était le peuple qui jouait ce rôle ou le Sénat. Avec cette différence cependant que le premier n’était collectivement détenteur que de potestas, alors que le second bénéficiait d’une auctoritas construite à partir de celle de chacun de ses membres C’était d’ailleurs ce qui faisait l’ambiguïté de la revendication d’Auguste (Martin Jehne). D’une certaine façon cependant, l’auctoritas restait bien un monopole aristocratique.

11Elle fonctionnait ainsi comme un puissant instrument de légitimation, surtout parce que le mode de reconnaissance qui la fondait était double. Il agissait à la fois à l’intérieur du groupe et à l’extérieur. L’autorité des juristes en particulier ne prenait sens que parce que ceux qui se définissaient ainsi se confrontaient les uns aux autres et constituaient par leurs références réciproques le champ qui les qualifiait (Dario Mantovani). Et c’était à cette condition que leur autorité s’imposait aux autres citoyens. Sans doute pourrait-on élargir la remarque à l’ensemble des qualités qui définissaient le bonus uir. La reconnaissance interne des aristocrates entre eux légitimait à la fois la qualité de chacun et la supériorité de tous. Et elle était d’autant plus efficace qu’elle ne fonctionnait que dans une course à la vertu (apparente) arbitrée par les citoyens et que la production d’une hiérarchie venait sanctionner.

12Le concept aussi avait une histoire. Examiné dans la diachronie, il apparaît comme ayant subi divers processus d’élargissement ou au contraire de rétrécissement sémantiques. Le premier emploi connu dans les XII tables en fait un témoignage de possession, d’un contrôle sur un bien qui engendrait une situation particulière dans l’interaction entre les parties (Thibaud Lanfranchi). Il ne s’agissait certainement pas du seul emploi et les sources manquent pour identifier le champ sémantique que recouvrait la notion au ve siècle, mais cette dimension relationnelle ouvrait la porte aux emplois ultérieurs. On la rencontre en particulier dans l’emploi qui en était fait dans le droit de la famille. Elle y définissait en effet des pouvoirs, proches malgré tout de l’ascendant ou de la contrainte, qui s’exerçaient sur des femmes ou des mineurs ou qui, sans être abusifs, ne pouvaient être pleinement reconnus (Julien Dubouloz).

13Au cours des périodes suivantes en tout cas, d’autres déplacements sont identifiables. Celui qui conduisit la notion d’auctoritas patrum à l’auctoritas senatus correspondait à la mise en place d’une définition du Sénat comme un organe institutionnel en mobilisant les valeurs aristocratiques pour la construction d’une exemplarité et en l’instituant comme un organe de régulation (Karl-Joachim Hölkeskamp). C’est alors que se structura la référence au mos maiorum, qui devenait l’horizon d’évaluation des conduites. Un autre conduit par César eut pour principe la reconnaissance d’une auctoritas Italiae, qui tout à la fois fondait une notion d’auctoritas populi et la déplaçait vers une instance populaire plus large qui légitimait son pouvoir de façon nouvelle en faisant appel à l’opinion publique (Giuseppe Zecchini). L’extension annonçait l’Empire. Comme le préparait aussi la construction de son auctoritas personnelle par Auguste, qui la faisait se distinguer de toutes les autres et, en se confrontant avec celle du Sénat, se surimposer, puis se substituer à elle (Frédéric Hurlet). Il lui fallait alors contrôler les concurrences qui risquaient de lui échapper, en particulier celle des juristes, qu’il soumit à sa propre auctoritas par le ius respondendi (Aldo Schiavone).

14D’autres évolutions sémantiques seraient sans doute identifiables. De tels processus témoignent bien en tout cas de l’importance et de la vitalité de la notion. Née dans le contexte d’une société aristocratique où elle exprimait primitivement la maîtrise et la possession, elle prit un sens politique qui se développa principalement pour qualifier les vertus morales et civiques qui se manifestaient dans l’exercice des magistratures et le légitimaient. Elle devint le contexte d’évaluation des qualités qui justifiaient les actes accomplis et les décisions prises par cette conformité au mos maiorum, dont elle était l’expression. Elle devenait ainsi la qualité fondamentale dans laquelle l’aristocratie sénatoriale puisait son essence avant d’en perdre le monopole au profit de la monarchie.

Notes

1 Top. 73 : Sed auctoritatem aut natura aut tempus adfert. Naturae auctoritas in virtute inest maxima ; in tempore autem multa sunt quae adferant auctoritatem, ingenium, opes, aetas, fortuna, forma, ars, usus, necessitas, concursio etiam nonnumquam rerum fortuitarum.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search