Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Travailleurs itinérants

La mobilité comme compétence dans la société ottomane. Nomades de la Çukurova et travailleurs migrants à Üsküdar au xviiie siècle

Işık Tamdoğan

Texte intégral

  • 1 Barkey 1994.
  • 2 Barkan 1942. L’importance de la fluidité des identités et de la mobilité a été mise en avant par Ce (...)
  • 3 Barkan 1949-1950 ; Yerasimos 2005.
  • 4 Date à laquelle fut entreprise la grande opération de sédentarisation des nomades dans le sud-est d (...)
  • 5 Faroqhi 1998.
  • 6 Kasaba 2001, 116.
  • 7 Ce furent, pour une grande part, des soulèvements et des mouvements de désordre provoqués par les s (...)
  • 8 C’est Reşat Kasaba qui suggère une corrélation étroite entre ces événements politiques du xviie siè (...)

1Tout au long de son histoire, le pouvoir et l’existence-même de l’Empire ottoman ont été fortement liés à des phénomènes de mobilité. Non seulement la dynastie régnante des Ottomans qui donna son nom à cet empire était déjà d’origine nomade, mais les fondations mêmes de son pouvoir reposaient sur des faits de mobilité. Dès le départ, cette dynastie sut mettre à son profit les ressources et les compétences des populations mobiles, comme celles des tribus nomades, des marchands, voire des bandits1 ou bien des derviches itinérants2, pour asseoir son pouvoir. Par ailleurs, les Ottomans pratiquèrent très tôt le déplacement de populations, désigné par le terme sürgün3, pour coloniser ou affirmer leur pouvoir dans les territoires conquis. Les relations entre l’administration ottomane et ses populations mobiles étaient donc loin d’être un simple rapport de forces antagonistes. Pourtant, il ne s’agit pas non plus d’un rapport toujours constant et stable tout au long de l’existence de l’empire (qui dura plus de six siècles). Alors que la fondation de ce dernier et sa consolidation étaient intimement liées au rapport subtil que le pouvoir central avait su établir avec les populations mobiles, dès le xviie siècle celles-ci seront de plus en plus confrontées au contrôle croissant de l’administration centrale. Au moment même où le pouvoir entreprend une sédentarisation forcée des nomades en Anatolie (1689-1691)4, il s’efforce de plus en plus explicitement de contrôler les immigrants qui affluent vers Istanbul5 et de superviser de plus en plus étroitement les pratiques de piraterie sur les côtes de l’Empire (en 1701)6. Les causes de ce changement peuvent être liées au contexte politique de la fin du xviie siècle, marqué par des insurrections constantes (connues sous le nom d’insurrection des celalî)7 et par la perte de territoires dans les Balkans (sanctionnée par le traité de Karlowitz en 1699), qui constitua un tournant dans les stratégies militaires et fit naître de nouvelles inquiétudes quant à la protection des frontières de l’Empire8.

2Dans cette étude, nous tenterons d’éclairer le statut de deux types de populations mobiles du xviiie siècle, les nomades de la plaine de la Çukurova (la plaine cilicienne) et les travailleurs qui affluent vers la capitale pour y travailler et résider de manière plus ou moins temporaire. Il ne s’agira pas pour nous d’analyser les causes inhérentes aux changements survenus dans les rapports de l’administration centrale avec ces populations mobiles (fin xviie-début xviiie siècles) : l’étude que nous exposons ici se situe en effet en aval de cette période d’affermissement des contrôles de ces populations.

  • 9 Les cadis étaient non seulement les juges nommés dans toutes les circonscriptions de l’empire mais (...)
  • 10 L’étude des travailleurs migrants à Üsküdar s’est faite à partir des registres des cadis d’Üsküdar (...)

3Notre recherche s’est effectuée à travers les registres des cadis de la ville d’Adana, chef-lieu de la province portant le même nom, et de ceux d’Üsküdar9, l’une des trois unités administratives (appelées bilâd-ı selase) rattachées à la capitale10. Nous tâcherons, à travers l’étude de ces sources judiciaires, d’élucider ce que pouvait être le statut de ces populations et individus à forte mobilité face à la justice et aux tribunaux urbains, afin de mieux saisir l’attitude du pouvoir à leur égard, au-delà même des stratégies explicites de contrôle de l’administration centrale que révèlent les ordres sultaniens. S’agissait-il d’un rapport antagoniste entre la Porte et ces populations, dans lequel les agents de la première visaient simplement à les contrôler ou bien d’un rapport plus complexe selon lequel l’administration était également soucieuse de protéger ces populations itinérantes ? Une deuxième interrogation qui guidera notre enquête portera sur la nature des liens et des échanges entre les résidents permanents des villes et ces populations mobiles qui demeuraient souvent à la périphérie des centres urbains ou bien y résidaient temporairement. Quelle était d’ailleurs la ligne de partage entre ces deux groupes ? Les pratiques judiciaires, là encore, font connaître le vocabulaire qui stigmatisait les nomades et les travailleurs “étrangers” dans la ville et révèlent leur situation de force ou de faiblesse. Ces pratiques, ainsi que la question de l’importance de l’appartenance locale constitueront les points nodaux de notre étude.

Travailleurs migrants à Üsküdar

  • 11 L’importance d’Üsküdar comme porte de la capitale s’ouvrant sur l’Anatolie et le réseau de voies de (...)

4Üsküdar était la seule subdivision administrative située sur la rive asiatique d’Istanbul et c’est elle qui constituera notre terrain privilégié pour étudier la mobilité des travailleurs migrants. Les deux autres subdivisions, Eyüb et Galata, se trouvaient sur la rive européenne de la capitale. Üsküdar, qui d’après les cartes du xviiie siècle, n’occupait alors pas plus d’un dixième de la ville d’Istanbul, était néanmoins la porte de la capitale en direction de l’Anatolie et de la partie orientale de l’Empire. Tout au long de la période ottomane, elle fut le point de départ et d’arrivée des caravanes, de l’armée impériale, des marchands et pèlerins pérégrinant entre l’Est et la capitale11. Avec ses multiples échelles et embarcadères, ses relais et caravansérails, c’était un lieu de transit marqué par des activités liées à la mobilité. Les vignes et les vergers qui l’entouraient et dont elle se trouvait encore très pourvue au xviiie siècle, constituaient en même temps les signes visibles d’une activité agricole, qu’on trouvait aussi à Eyüb et Galata. Les sources semblent indiquer que ces embarcadères aussi bien que ces terrains agricoles offraient une opportunité pour ceux qui arrivaient dans la capitale en quête de travail.

Résidents temporaires

5Lieu de passage et de transit, Üsküdar drainait donc une diversité de populations et d’individus mobiles ou de passage. C’est seulement sur une partie de cette population que porte notre enquête, précisément les travailleurs immigrés ou résidant temporairement dans la ville. La mobilité et le statut des élites, pèlerins, soldats ou marchands ne seront donc pas abordés ici.

  • 12 Les études portant sur la définition de la citoyenneté dans d’autres aires géographiques à l’époque (...)
  • 13 RCÜ no 465/91.

6Il n’est pas aisé d’appréhender d’emblée les gens de passage d’une ville. Le clivage entre les résidents permanents – donc des citadins bien inscrits dans la ville – et ceux qui, venus de l’extérieur, portent encore la marque d’une certaine extranéité et ont un statut précaire dans la ville – n’est pas toujours facile à saisir dans nos sources12. Pour ce faire, nous avons suivi le vocabulaire des registres des cadis, c’est-à-dire la classification sociale qu’opérait le langage juridique de l’époque. L’administration ottomane faisait usage d’un vaste vocabulaire pour désigner les personnes n’appartenant pas juridiquement à la ville. Dans les ordres sultaniens (i.e. les firmans), elles étaient souvent désignées comme : “ceux qui viennent des provinces” [taşradan gelen], “sans occupation” [bila maslaha], “qui errent sans chef” [başı boş gezen], “qui vont et viennent” [murur-u ubur eden]. Au cours du xviiie siècle, les agents de la Porte paraissent avant tout soucieux de pouvoir contrôler les mouvements migratoires qui affluent vers la capitale, et le langage des ordres sultaniens, régulièrement adressés aux administrateurs locaux, reflète cette fermeté. Dans un ordre consigné dans les registres des cadis d’Üsküdar en 1764, il est prescrit aux cadis d’Üsküdar, de Gelibolu, de Karamürsel, de Gemlik et de Mudanya de ne pas permettre aux personnes vagabondes et sans occupation notifiée de circuler dans la capitale ; de les renvoyer par voie maritime vers les ports de Gemlik et Mudanya (sur les rives de la mer de Marmara) et de veiller également à ce que seuls les marchands puissent embarquer depuis ces ports sur les bateaux à destination de la capitale13.

  • 14 RCÜ no 465/90 et 93 ; RCÜ no 463/ 135. Plusieurs firmans portant sur l’expulsion de la capitale des (...)

7Nombreux sont les firmans expédiés aux responsables locaux au sujet du contrôle des flux migratoires vers Istanbul. La stratégie appliquée par la Porte semble souvent être la même : afin de lutter contre l’immigration, l’administration opère des “rafles” dans la capitale et expulse régulièrement ces “indésirables”14.

8Dans les actes juridiques et notariaux des offices des cadis ottomans, d’autres termes servaient à établir cette même classification entre résidents et gens de passage. Les premiers étaient qualifiés de “résidents” [sakin est alors le terme employé à propos des musulmans et mütemekkin pour désigner les résidents non-musulmans], alors que les seconds étaient désignés comme “hôtes” [misafir]. En l’absence de termes explicites, d’autres formules désignent les gens de passage : par exemple, après le nom propre, l’expression “qui de fait est de…” (suivi d’un nom de province ou d’une ville) [fi an asl…den olan] ; ou bien l’usage de faire précéder le nom d’une personne d’un nom de lieu [comme Karamanlı Ahmed, Erzurumlu Mustafa, Adanalı Ali, Kastamonulu Mehmed etc.].

Les Bateliers

9C’est en recoupant les informations de différents types d’actes enregistrés dans les registres des cadis d’Üsküdar (acte de vente, minutes de procès ou copies d’ordres sultaniens) que peu à peu les conditions de vie et les stratégies de survie des travailleurs étrangers se sont éclaircies partiellement.

  • 15 En ce qui concerne le lieu de résidence de ce genre de personnes, les registres des cadis mentionne (...)
  • 16 Dans son étude sur les travailleurs immigrés à Salonique au xviiie siècle, Eyal Ginio observe que c (...)

10Il semble que les espaces marqués par une forte mobilité constituaient pour ces populations à statut précaire non seulement un point de chute et d’habitation, mais également leurs lieux de travail. C’est sur les embarcadères, les han et caravansérails, dans des logis pour célibataires comme les chambres pour portefaix [hammal odaları] ou les arrière-boutiques, et sur les espaces périphériques, tels que les vignes, les champs, les fermes et les vergers, que ces populations semblent vivre et survivre15. Ils se trouvaient donc surtout à l’écart des quartiers résidentiels [mahalle]. Mais étaient-ils pour autant dans une situation de marginalité16 ?

  • 17 Pour une synthèse récente du fonctionnement des corporations de métiers à l’époque ottomane, voir F (...)
  • 18 Au sujet du système de “garants” (kefalet) au sein des corporations de métier à Istanbul (fin xviii(...)
  • 19 C’était un vaste monde que celui des muletiers ; plusieurs termes les désignent selon leur fonction (...)

11En ce qui concerne leur travail, ces nouveaux arrivants devaient faire face aux corporations qui tenaient le monopole des places disponibles dans les différentes activités17. Comme il fallait trouver des garants au sein d’une corporation afin de pouvoir l’intégrer18, ils avaient peu d’opportunités pour s’intégrer professionnellement dans la ville. Pourtant nous rencontrons des “misafir” (résidents temporaires) parmi les muletiers19, les bateliers [kayıkçı] ou portefaix [hammal].

  • 20 Dans le texte, c’est le terme “iskele kethüdaları” qui est employé.
  • 21 Dans le texte, nous lisons : “içlerine meçhul kefilsiz kayıkçı idhal etmeyüb ve kayıkhanelere taşra (...)
  • 22 RCÜ no 474/52.1.B.

12Les bateliers étaient eux aussi soumis aux ordres de leur corporation et en principe il n’était pas possible d’exercer ce métier dans la capitale sans en être membre. Les ordres sultaniens de l’époque se montrent très intransigeants à cet égard. Dans un édit recopié dans les registres des cadis d’Üsküdar en 1767, ordre est donné aux intendants des échelles20 d’Üsküdar : “de ne pas permettre aux bateliers inconnus et sans garant21 de s’amarrer dans les échelles d’Üsküdar” et “de ne pas titulariser un batelier sans qu’il y ait eu au préalable décès d’un autre”22.

  • 23 D’après Cengiz Orhonlu 1189 des 6572 bateliers recensés à Istanbul en 1801 étaient des aylakçı, (cf (...)
  • 24 Kırlı 2000, 103.
  • 25 Nous nous permettons ici de signaler notre étude sur la violence à Üsküdar au xviiie siècle, intitu (...)

13Pourtant, les bateliers non enregistrés dans les corporations ou venant “de l’extérieur” semblent avoir réussi à s’introduire sur les échelles d’Üsküdar. Dans une étude sur les bateliers d’Istanbul, Cengiz Orhonlu montrait qu’au début du xixe siècle (très exactement en 1802)23, 1/6e des bateliers à Istanbul étaient des “aylakçı”, c’est-à-dire qu’ils exerçaient la profession sans être inscrits dans une corporation. Les recherches de Cengiz Kırlı sur les travailleurs des boutiques et embarcadères d’Eyüb et de la rive européenne d’Istanbul au début du xixe siècle montrent également que 56 % de ces travailleurs étaient des immigrés24. Bien que nous n’ayons pas les moyens d’en établir le nombre exact, il semble qu’au xviiie siècle déjà, des bateliers venant de “l’extérieur” arrivaient à exercer leur profession à Üsküdar. Par ailleurs, les bateliers d’Üsküdar semblent même souvent avoir fait la loi sur leur embarcation. Les registres des cadis en témoignent : les bateliers sont souvent dénoncés pour leurs actes violents envers leur clientèle, et, plus généralement, sont souvent impliqués dans les actes de violence urbaine25. Reste à savoir si cette stigmatisation correspondait à un réel taux de violence ou bien si ces bateliers, “étrangers” dans la ville, n’étaient pas une cible de choix, perçus comme source de tous les maux, aux yeux des résidents permanents de la ville.

14Ce n’est pas seulement en raison de leur activité professionnelle que les bateliers se trouvaient à l’écart de la population d’Üsküdar. D’après les registres du tribunal, ils habitaient également des habitations précaires, tels les entrepôts de bateaux [kayıkhane], qui se trouvaient à proximité des échelles. Et même quand ils habitaient au sein des quartiers, parmi les résidents permanents, leur statut et leur place dans la ville semblent avoir été précaires. Tel était sans doute le cas de Mehmed bin Mustafa qui comparaissait au tribunal d’Üsküdar en juin 1768, suite à une plainte de ses voisins :

  • 26 L’original de ce document est comme il suit : “fi en-asl Kastamonu sancağında (Abandon) nahiyesinde (...)

“Le batelier Mehmed bin Mustafa qui est en fait du village (Çanak) de la circonscription de Kastamonu, et qui s’est marié précédemment dans le quartier de Aşçıbaşı d’Üsküdar, a fait venir de son village il y a un an, contrairement à l’ordre sultanien, son autre épouse nommée Ayşe fille de Memiş et la faite habiter avec sa seconde épouse dans le quartier susnommé. Puisque les deux femmes ne cessent de se disputer, l’imam Mehmed efendi, le muezzin Molla Mustafa et el-hacc Ali et Mustafa et Halil et Ali bey, tous habitants du quartier susnommé et d’autres personnes, sont venus à l’Assemblée sacrée [au tribunal du cadi] déclarer ce qui suit : “Puisque la susmentionnée Ayşe, loin de ne vaquer qu’à ses propres affaires, ne cesse de se disputer avec l’autre épouse de Mehmed et de crier qu’elle mettra le feu au quartier, nous n’avons plus confiance en elle” ; l’ayant dénoncé de cette manière ils demandèrent également un ordre sacré lui intimant de ramener Ayşe dans sa province d’origine, compte tenu du fait qu’il avait fait venir sa femme contrairement à l’ordre sublime”.26

  • 27 Ce sont les enregistrements de divorce et d’inventaire après décès qui nous indiquent qu’il n’était (...)
  • 28 Başaran 2006, 109.
  • 29 Başaran 2006, 248-250 ; Ginio 2002 ; Faroqhi 1998, 170 et 180.

15Le cas de Mehmed nous éclaire sur un bon nombre de points. Tout d’abord, il atteste qu’il était bien possible pour un batelier venant d’une autre province (ici Kastamonu) d’exercer dans la capitale. Il est aussi intéressant de constater que Mehmed avait visiblement laissé son épouse dans son village, alors qu’il venait travailler dans la capitale. À cet égard, le cas de Mehmed n’était d’ailleurs pas unique27. Dans une récente étude sur les flux migratoires vers Istanbul à la fin du xviiie siècle, Betül Başaran cite des édits visant particulièrement à empêcher les familles des immigrants de les joindre dans la capitale28. Dans un premier temps, Mehmed a dû donc partager le destin de la plupart de ces travailleurs qui venus dans la capitale “sans famille” et pour un temps indéfini, logeaient dans des habitations situées en marge des quartiers et souvent destinées aux hommes célibataires mais gardaient des liens avec leurs lieux d’origine et donc pratiquaient une migration “circulaire”, avec des allées-retours entre les deux lieux. Cela n’était d’ailleurs pas uniquement le cas à Üsküdar. Eyal Ginio qualifiait de “circulaire” les mouvements migratoires à Salonique au xviiie siècle et, au sujet des travailleurs migrants à Eyüb au xviiie siècle, Suraiya Faroqhi constatait de même qu’il s’agissait pour la plupart d’une migration masculine, d’hommes qui gardaient des attaches fortes avec leurs lieux / villages d’origine29.

16Mais le cas de Mehmed nous montre encore qu’il était possible d’aller au-delà de cette situation. Mehmed se marie une deuxième fois dans la capitale et habite alors avec sa seconde épouse dans un quartier de la ville. Jusque-là les choses suivaient leur cours, mais la situation semble avoir basculé à partir du moment où il fit venir sa première épouse à Üsküdar. Les voisins qui témoignent se référent également aux ordres sultaniens qui faisaient office de législation, interdisant visiblement ce genre de “regroupement familial”. Nous détectons ainsi une deuxième contrainte qui rendait sûrement l’intégration des immigrants dans la ville difficile. Puisqu’à la difficulté d’exercer une profession contrôlée par les corporations s’ajoutait la difficulté de faire venir sa famille restée en province.

Les muletiers, portefaix et travailleurs agricoles

  • 30 “The itinerant vending of fresh fruits and vegetables was neither a difficult, specialized occupati (...)

17Pourtant, loin d’être dans une situation de marginalité absolue, les travailleurs migrants restent présents dans la ville, et la règle concernant l’obligation d’appartenir à une corporation pour exercer certaines professions semble, comme de nombreuses règles, avoir été systématiquement transgressée. L’étude de Cem Behar sur les immigrants dans le quartier d’Ilyas Çelebi, sur la rive européenne de la capitale, est très éclairante à cet égard. Les immigrants d’Ilyas Çelebi, venant de Arapgir, investissaient dans un premier temps dans des activités agricoles en travaillant dans les vergers entourant leur quartier, puis se convertissaient en vendeurs ambulants de légumes. Ce métier leur permettait, à ce qu’il semble, de contourner plus aisément les règles des corporations30.

  • 31 L’étude de Cengiz Kırlı, atteste bien l’importance de ce phénomène. D’après Kırlı, au début du xixe(...)

18On remarquera que les personnes mobiles investissaient souvent dans une activité échappant aux exigences des corporations et à caractère mobile. Elles ont en quelque sorte transformé leur compétence de la mobilité en métier (celui de batelier, muletier ou portefaix) ou en stratégie de survie. Mis à part des bateliers, un autre groupe à faire preuve de cette compétence était celui les muletiers et leur situation dans la ville semble avoir été analogue à celle des bateliers. Très souvent “sans famille”, ils logeaient dans les relais de poste (menzilhane) ou bien dans les han à proximité du marché aux chevaux (Atpazarı)31. Impliqués non moins que les bateliers dans les faits divers violents, ils apparaissent fréquemment dans les registres des cadis d’Üsküdar.

  • 32 Ce sont les villes de : Malatya, Kastamonu, Kırşehir, Tokat, Alanya, Niğde, Karaman, Kayseri et Bey (...)
  • 33 Pour les solidarités régionales ainsi mises en place donnant lieu à des migrations en chaîne, voir (...)
  • 34 Kırlı 2000, 111.

19Dans un document de mai 1765, qui fait l’inventaire des muletiers (beygirci) d’Üsküdar, on peut repérer les muletiers étrangers à la ville grâce à la mention de leur lieu d’origine. Nous remarquons que sur 80 muletiers enregistrés, 30 sont dans ce cas. Par ailleurs les lieux mentionnés se trouvent tous dans la partie anatolienne de l’Empire32. On peut alors raisonnablement se demander, si, à l’instar d’Eyüb, subdivision de la capitale se trouvant sur la rive européenne et drainant les flux migratoires en provenance des provinces européennes de l’Empire, Üsküdar n’était pas à son tour le point de chute et le lieu d’ancrage des flux migratoires provenant des provinces anatoliennes. Sur cette même liste, nous trouvons un seul muletier venant d’Edirne et un deuxième venant de la province rouméliote, l’une et l’autre se situant à l’ouest d’Istanbul. Notons aussi que pour certains muletiers leur appartenance ethnique est consignée comme marqueur de leur identité : c’est notamment le cas de Musa le Kurde ou Yusuf le Géorgien. Enfin, cette liste tient également compte des liens de famille entre plusieurs muletiers. Sont ainsi enregistrés à la suite l’un de l’autre, par exemple : “Sarıoğlu Ömer, son oncle maternel [dayı] Ahmed et son oncle paternel [amca] Mehmed” ou bien “Emir Ahmed d’Edirne et son frère Ali” ou encore “Koç Ali et son gendre Mehmed”. La présence de plusieurs individus provenant du même lieu d’origine ou bien issus de la même famille nous incite à penser qu’il s’agissait de migrations en chaîne, c’est-à-dire d’individus qui à partir d’un même lieu s’entraînaient les uns les autres et mobilisaient de cette façon les membres de leur famille, pour ensuite s’investir dans la même activité professionnelle. Si tel était le cas, nous trouvons encore des ressemblances entre les immigrants d’Üsküdar et ceux observés par Cem Behar dans la ville intra-muros33. Son étude portant sur Eyüb et la rive européenne du Bosphore au début du xixe siècle permit à Cengiz Kırlı également, d’observer combien les allégeances régionales étaient primordiales pour l’insertion dans le marché du travail à Istanbul34.

  • 35 RCÜ no 466/ document 371.
  • 36 RCÜ no 466/ document 376.

20Le cas de quatre frères, muletiers à Üsküdar et originaires de la province de Karaman, illustre assez bien la situation dans laquelle pouvait se trouver ce genre de nouveaux arrivants. Un premier greffe à leur encontre est dénoncé à l’office du cadi d’Üsküdar le 1er août 1765. À cette occasion, un certain Ahmed bin Ahmed porte plainte contre Seyyid Süleyman, l’un de ces frères, l’accusant de l’avoir insulté au sein du marché. La plainte d’Ahmed est soutenue par plusieurs habitants de son village (Kadı kariyesi, qui fait partie de la circonscription d’Üsküdar) qui témoignent devant le tribunal et déclarent que : “les susnommés Yahya, Mehmed, Ali et Süleyman ne vaquaient pas qu’à leurs propres affaires, qu’ils avaient l’habitude d’insulter la religion et les imams des femmes et familles de leur quartier et qu’ils semaient une telle peur dans le voisinage qu’il était impossible de sortir de chez soi”. À la suite de cette déposition, les habitants de Kadı kariyesi demandent d’ailleurs l’expulsion des quatre frères et leur renvoi dans leur province d’origine35. Le lendemain matin, une deuxième accusation, plus corsée, est portée contre les mêmes frères et leur mère Ayşe. C’est une délégation représentant le quartier qui vient se plaindre, accusant ces quatre frères d’avoir aussi attaqué des agents de l’ordre public [yasakçı] en leur jetant des pierres. Les fautifs, selon ce document, seraient “précédemment venus de la province de Karaman, s’installer à Kadı kariyesi, exerceraient le métier de muletier [beygirci] et agresseraient également leur clientèle”36.

  • 37 Dans le document, l’expression : “bu makûle nisâ tâ’ifesi” est employée.
  • 38 RCÜ no 466/ document 380.

21Ce document rédigé au tribunal d’Üsküdar était destiné à l’Assemblée du Grand vizir. Nous ignorons ce qu’il advint de ces quatre muletiers de Karaman, mais il est utile de rappeler qu’ils ne représentaient pas un cas isolé et que c’était vraisemblablement le sort de différents migrants que d’être refoulés de la capitale pour, le cas échéant, y revenir. Ce fut par exemple, le sort de six femmes (dont deux s’appellent Ayşe, deux Fatıma, l’une Hatice et la dernière Ümmühâni), dénoncées par toute une délégation représentant les habitants d’Üsküdar, le 6 août 1765, disant : “que ces femmes se livrent à la débauche, jour et nuit, dans les rues, les cours des mosquées, dans les entrepôts à barques [kayıkhane] et les cimetières ; qu’elles vagabondent et ont coutume de se livrer à des méfaits ; qu’elles avaient déjà été refoulées vers les villes de Bursa, Mudanya et Iznikmend, sur un ordre sultanien visant la reconduite de ce genre de femmes, jeunes garçons et jeunes filles ; mais qu’elles réussirent à revenir au bout de quelques jours, étant donné que ces lieux n’étaient pas assez éloignés de la capitale. Les habitants demandent alors, que des femmes de ‘ce genre’37soient expédiées vers des contrées plus lointaines, afin qu’elles ne puissent plus revenir aussi facilement”38.

22Il semble donc que les expulsions ne mettaient pas un terme à la dynamique des migrations en direction de la capitale. Et à l’instar de celles que nous observons en Europe à l’heure actuelle, une vague repoussée n’empêchait pas une autre d’accoster. Le cas échéant, nouveaux arrivants et anciens refoulés étaient les mêmes.

23Les travailleurs migrants arrivant à la capitale exerçaient d’autres métiers, comme portefaix, travailleurs agricoles ou jardiniers dans les vergers et fermes. Ainsi que les bateliers et les muletiers, les portefaix s’établissaient dans les mêmes espaces à forte mobilité et relativement à l’écart des quartiers d’habitation [mahalle], comme les échelles, tandis que les travailleurs qui exerçaient une activité agricole étaient amenés à se loger et à travailler dans les espaces verts ou les fermes [çiftlik], également à l’écart des quartiers résidentiels et plus ou moins répartis au sein de l’espace bâti. Les jardiniers embauchés dans de vastes demeures [konak et yalı] y habitaient également. L’opportunité d’un travail qu’offraient les espaces agricoles d’Üsküdar aux travailleurs immigrants, pour la plupart d’origine villageoise et donc compétents dans ce genre de travail, nous permet encore une fois de voir qu’à l’instar d’Eyüb et Kassab Ilyas, le travail agricole constituait pour ces migrants un moyen d’entrer dans la capitale.

24Qu’en était-il des autres formes de mobilité vers Istanbul au xviiie siècle ? Afin de mieux saisir l’attitude du pouvoir ottoman envers les populations mobiles, nous avons cherché à comparer les conditions des travailleurs migrants à Üsküdar avec celles des nomades de la Çukurova à la même époque. Ce sera le deuxième volet de notre enquête.

Les nomades dans la plaine de la Çukurova

25Au moment de son rattachement aux territoires ottomans (à partir de 1517), la plaine cilicienne constituait le territoire d’une seule province, celle d’Adana, qui en était le chef-lieu. Cette province, s’étendant entre la chaîne montagneuse du Taurus et la Méditerranée, fut investie par les tribus nomades tout au long de cette période.

  • 39 Ce caractère cyclique de l’histoire du nomadisme a été développé par Planhol 1968, 20.
  • 40 Présents dans la plaine cilicienne dès le début du xvie siècle, les Ramazanoğlu acquièrent des droi (...)

26Il n’est pas plus facile d’établir une ligne de partage claire entre les nomades et les sédentaires ottomans, qu’entre les résidents permanents des villes et les travailleurs de passage. Rappelons tout d’abord que l’histoire ottomane est faite de rapports cycliques entre les nomades et les sédentaires, ces derniers n’étant souvent que les nomades de jadis39, à commencer par la dynastie des Ottomans, issue d’une tribu nomade. Le même phénomène peut être observé dans la plaine de la Çukurova, où la famille des Ramazanoğlu, qui fut la première à asseoir le pouvoir ottoman dans la région, était également à l’origine une tribu nomade40. Par ailleurs, il n’est pas moins facile d’affirmer qu’il y avait un rapport antagoniste entre les autorités ottomanes et les populations nomades ou encore entre les sédentaires et les nomades de la plaine. Le pouvoir ottoman sut tirer profit des compétences des nomades, parce qu’ils étaient soumis à des impôts, le plus souvent en nature, permettant au pouvoir central de s’approvisionner en bétail (chameaux, moutons, chevaux ou oiseaux de chasse) ; et parce que les rapports entre les sédentaires et les nomades furent de nature complémentaire. Il semble que dans cette plaine, loin de s’opposer les unes aux autres, les populations n’étaient que plus ou moins nomades : d’une part, au xviiie siècle, les habitants de la ville d’Adana fréquentaient encore les lieux estivaux [yayla] près de la moitié de l’année ; se déplaçant presque pour six mois par an à cent kilomètres de leur ville, pendant la saison chaude, ils pratiquaient ainsi une sorte “d’urbanité nomade”. D’autre part, les échanges et solidarités de nature non seulement économique, mais également politique entre les habitants de la plaine semblent avoir été indispensables pour leur survie.

  • 41 L’opération de sédentarisation des nomades à cette date à été étudiée par Dumont 1975.
  • 42 En 1706 les gouverneurs d’Adana et de Maraş reçoivent l’ordre de fermer aux nomades le passage vers (...)
  • 43 Les registres des cadis de la ville d’Adana (i.e. RCA) – dont les originaux se trouvent à la Biblio (...)

27L’histoire des nomades au xviiie siècle se déroule entre deux vagues de sédentarisation forcée, celle de 1689 et celle de 186541. Entre ces deux dates, les agents de la Porte continuent d’envoyer des ordres aux autorités locales, leur demandant de renforcer les contrôles sur les populations nomades42. Ces ordres sultaniens ainsi que les différents actes concernant les nomades et enregistrés dans les registres des cadis d’Adana ont constitué nos sources pour la présente étude43.

Des statuts sans cesse négociés

  • 44 Ces contrats étaient appelés “nezir akdi”. Ayant exposé mes observations sur le fonctionnement de c (...)

28Plusieurs termes étaient utilisés par l’administration centrale et locale pour désigner les nomades à cette époque : par exemple “ceux qui se posent et migrent” [konar göçer], “ceux qui ont des maisons mobiles” [göçer evli], “le groupe des turcomans” [türkmen taifesi]. L’appellation “bandit” [eşkiya] était utilisée quand il s’agissait de nomades qui transgressaient les recommandations ou exigences de la Porte. La distinction entre nomades et bandits était floue car toute personne devenant menaçante pour l’ordre public pouvait être désignée comme bandit par l’administration centrale. Toutefois, ayant la connaissance des grandes routes et des passes de montagne, les nomades semblent en avoir faire une réelle force et une compétence propre. Le cas échéant, il arrivait que des tribus entières ou quelques individus d’une tribu se livrent au banditisme sur les grandes routes. L’administration ottomane, de son côté, avait mis en place un dispositif pour contrecarrer la menace permanente que représentaient les nomades pour la sécurité des voies de communication. Elle concluait des contrats avec les responsables des tribus, forçant ces derniers à s’engager par écrit à verser des amendes très lourdes au cas où ils n’obéiraient pas à ses ordres44.

  • 45 Les fauconniers étaient exemptés d’impôts, s’ils approvisionnaient la Porte en faucons. Les nomades (...)
  • 46 Le statut de derbendci [gardien de passage] a été étudié par Cengiz Orhonlu, dans Orhonlu 1990.
  • 47 Tel fut le cas d’une tribu nomade installée dans la forteresse de Kurtkulağı qu’elle abandonna en 1 (...)

29Il y avait d’ailleurs d’autres dispositifs plus subtils mis en place par le pouvoir central pour éviter un antagonisme fort avec les populations nomades. Ces derniers pouvaient acquérir différents statuts et être exemptés d’impôts en contrepartie d’un service rendu à l’état. Les statuts de gardiens des routes [derbendci] ou bien de fauconniers [doğancı]45 correspondaient à ce genre de fonctions46. Les nomades qui obtenaient le statut de derbendci étaient tenus de s’installer dans un lieu fixé par l’administration pour protéger un passage, un pont ou simplement une portion de route – un cas de figure qui illustre bien comment la compétence de la mobilité pouvait devenir un avantage. Par ce biais, les nomades devenaient pratiquement des agents du pouvoir central. L’attribution de ce statut constituait ainsi un terrain privilégié de négociation entre le pouvoir central et les nomades, mais la négociation n’était pas simple : les nomades pouvaient refuser le statut qui leur était attribué47 et l’administration refuser d’accorder un privilège réclamé par les nomades. Reste qu’il s’agissait d’un espace de négociation entre le pouvoir central et les nomades, dans lequel chacun avait une certaine marge de manœuvre et pouvait y trouver son intérêt.

30Nous pouvons ainsi aisément conclure que l’administration ottomane du xviiie siècle ne voyait pas seulement une menace dans la population nomade mais également une ressource, qui pouvait être mise à sa disposition. Aussi face à cette mobilité, l’attitude de la Porte était-elle double : elle cherchait exercer son contrôle sur les populations concernées mais également leur offrait une protection qui leur permettait de préserver ce mode de vie.

Les sédentaires face à la mobilité des nomades

  • 48 C’est Musa bin Ali de la tribu des Mercanlı qui achète un terrain dans la plaine (cf. RCA no 48/106 (...)
  • 49 Au sujet de la collaboration des notables locaux avec les chefs des tribus nomades, je me permets d (...)

31Cette double relation entre l’administration et les populations mobiles, antagoniste et solidaire à la fois, peut être également observée dans les échanges entre sédentaires et populations nomades. Les nomades de la Çukurova étaient loin d’être cantonnés dans les lieux d’estivage et d’hivernage, en marge de la population des villes. Il y avait d’abord entre eux des rapports économiques qui donnaient lieu à de nombreux échanges. Les sédentaires, non seulement achetaient du bétail auprès des nomades, mais leur confiaient parfois leur propre bétail. Certains nomades achetaient des terrains aux citadins48 ou bien travaillaient dans les fermes [çiftlik] des notables. Ces pratiques n’avaient apparemment pas l’aval de l’administration centrale, mais n’en étaient pas moins réelles. Au-delà des rapports d’embauche s’instauraient également des relations de clientélisme entre les notables urbains et les chefs des tribus nomades49. D’ailleurs, les nomades, loin d’être cantonnés aux portes de la ville, y venaient pour faire leur marché ou bien solliciter les institutions urbaines. Ce fut le cas par exemple de Mustafa bin Ibrahim qui fut blessé par un membre de sa tribu et vint dans la ville d’Adana pour porter plainte contre son agresseur auprès du tribunal du cadi.

  • 50 On y trouve les noms des tribus de Akçakabutlu ou Bozdoğan, (cf. RCA no 29).

32Par ailleurs, populations nomades et sédentaires étaient amenées à coexister, quand certains membres de tribus nomades s’installaient dans la ville. La lecture d’un registre de dénombrement de la ville d’Adana qui date de 1750 témoigne de ce phénomène. Dans ce document, où les chefs de chaque feu dans la ville sont enregistrés, de nombreux individus portent un nom qui indique leur origine tribale50. Il reste toutefois difficile de mesurer l’ancienneté de leur installation dans la ville.

  • 51 RCA no 62/7-1.

33Cette coexistence des citadins et des individus issus du nomadisme se perçoit aussi à travers les registres des cadis d’Adana, qui contiennent les plaintes des tribus contre ceux de leurs membres, qui, établis en ville, échappent au paiement des taxes dues par leur tribu. Tel fut le cas de Kara Mustafa de la tribu des Çiğdemli. Alors qu’il résidait dans la ville d’Adana, il fut appelé au tribunal pour cette raison, sur la plainte d’un représentant de sa tribu, mais il réussit à être acquitté51.

  • 52 RCA no 101/251-2.
  • 53 Elias 1997.

34À la lumière des minutes de ce genre de procès, nous pouvons supposer que passer d’une vie tribale à une vie citadine était tout à fait possible. Et le cas d’un certain Osman, habitant de la ville d’Adana, illustre bien ce fait. En 1702, un non-musulman vient porter plainte contre Osman, l’accusant d’avoir pénétré dans sa maison et de lui avoir volé des biens. En absence de témoins oculaires et pour justifier son accusation, le plaignant argumente de la façon suivante : “Osman fait partie des gens de Bozdoğan (i.e. nom d’une tribu nomade), il n’est pas l’un des anciens de notre quartier. Je n’ai pas de témoin mais je demande que l’on se renseigne à son sujet (i.e. au sujet de sa réputation) auprès de l’imam et des habitants du quartier”. Après leur interrogatoire, l’imam et les habitants du quartier déclarent alors : “Nous n’avons aucune connaissance des méfaits d’Osman, il fait partie des résidents connus depuis longtemps dans notre quartier”. Sur la base de la déclaration des habitants de son quartier Osman est acquitté52. Même si ce n’était pas la condition de cet Osman ici, le contenu de la plainte montre bien qu’il était tout à fait habituel et envisageable qu’un individu d’une tribu nomade s’installe dans la ville, même si l’argumentation du plaignant, mettant en avant l’appartenance tribale de l’accusé et son manque d’insertion dans la ville (“il n’est pas l’un des anciens de notre quartier”), nous révèle aussi que les marques d’extranéité pouvaient être une faiblesse. Il n’y avait pas en tout cas d’antagonisme et de ligne de partage tranchés entre les sédentaires et les nomades, et l’on peut dire que dans le contexte ottoman du xviiie siècle, un individu pouvait toujours être, plus ou moins, “nomade” par rapport à quelqu’un autre. C’était plutôt le degré d’insertion dans la ville qui comptait. Pour reprendre les termes de Norbert Elias53, l’on était peut-être plus ou moins “outsider” selon l’ancienneté de l’établissement dans la ville. On pourrait également supposer que plus l’insertion était récente, plus la situation des individus pouvait être précaire, fragile et incertaine dans la ville, et donc face à ses habitants sédentaires. Mais cette insertion semble loin d’avoir été impossible.

35L’étude de ces deux populations mobiles, bien que fort différentes l’une de l’autre, nous permet de faire quelques observations sur le xviiie siècle ottoman. Que ce soient les travailleurs migrants arrivant dans la capitale ou les nomades de la plaine de la Çukurova au contact de la ville d’Adana, ces deux populations utilisent la mobilité comme une compétence. Les travailleurs migrants se tournaient vers des métiers mobiles (ceux de bateliers, portefaix, muletiers ou bien marchands ambulants), tandis que les nomades, grands connaisseurs des routes, rendaient service à l’administration. Ainsi peut-on dire que les nomades disposaient dans leurs négociations avec le pouvoir central d’une sorte de monnaie d’échange, qui leur permettait d’acquérir des statuts particuliers, comme par exemple celui de “gardien des grandes routes”, et de profiter d’exemptions fiscales. Cette marge de manœuvre était peut-être favorable aux nomades, et leur permettait, collectivement, voire individuellement de changer de statut (passant de nomade à derbendci, travailleur agricole ou citadin).

  • 54 Cengiz Kırlı souligne également cette difficulté, de savoir à partir de quel moment on passait du s (...)

36Dans la capitale ottomane du xviiie siècle, nous observons les allées et venues de travailleurs, ce qui indique qu’il s’agissait de travailleurs saisonniers gardant des attaches dans leurs lieux d’origine aussi bien que de travailleurs destinés à s’établir dans la ville. Il nous semble d’ailleurs que la ligne de partage entre travailleurs immigrés et saisonniers n’est pas aisée à établir. De même qu’il est difficile de savoir comment et à quelle condition un immigrant était définitivement considérant comme à la ville54. Ces travailleurs migrants ne jouaient peut-être pas moins que les nomades de la Çukurova avec leurs statuts dans la ville ; ils pouvaient espérer obtenir une profession sans être inscrits dans une corporation, ou se marier, peut-être pour intégrer la vie des résidents permanents et habiter au sein des quartiers, loin des logements précaires pour célibataires. Quant aux nomades, nous avons vu qu’il leur arrivait de s’installer dans la ville mais nous avons également constaté que l’arrivée récente en ville pouvait rendre leur position fragile face aux résidents permanents et plus anciennement installés.

37Enfin, des écarts existaient entre les réglementations et stratégies répressives déclarées par l’administration et les pratiques sociales. Travailleurs migrants ou nomades, les populations mobiles pouvaient d’une part représenter une menace et donc susciter des réglementations qui restreignaient leur mobilité, comme en témoignent les édits sultaniens, cherchant à limiter les flux migratoires vers la capitale ou visant à sédentariser les nomades. Mais d’autre part, grâce à l’existence d’espaces de négociation et de conversion, les populations mobiles pouvaient survivre dans la capitale ou même, dans le cas des nomades, transgresser les restrictions sultaniennes. Enfin, en pratique, il semble qu’en ville on était toujours susceptible d’être plus ou moins “le nomade”, “l’étranger” ou le “vagabond” d’un autre et qu’il y avait aussi des chemins multiples pour réussir son intégration. La compétence de la “mobilité” dont disposaient ces populations semble avoir l’un de ces chemins.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Affifi, M., R. Chih, B. Marino, N. Michel et I. Tamdoğan, éd. (2005) : Sociétés rurales ottomanes, Le Caire.

Ahmet Refik (1988) : Onikinci asr-ı hicrî’ de İstanbul hayatı (1689-1785), Istanbul.

Barkan, Ö. L. (1942) : “Kolonizatör Türk Dervişleri” [Les derviches colonisateurs], Vakıflar Dergisi II, Ankara.

— (1949-50) : “Bir İskan ve Kolonizasyon Methodu olarak Sürgünler”, I.Ü. IFM.

Barkey, K. (1994) : Bandits and Bureaucrats. The Ottoman Route to State Centralization, Cornell University.

Başaran, B. (2006) : Remaking the Gate of Felicity : Policing, Social Control and Migration in Istanbul at the end of the Eighteenth Century, 1789-1793, Phd., University of Chicago.

Behar, C. (2003) : A Neighborhood in Ottoman Istanbul, Fruit Vendors and Civil servants in the Kasap Ilyas Mahalle, New York.

Cerutti, S. (2005) : “Justice et Citoyenneté à Turin à l’époque moderne”, in : Garavaglia & Schaub 2005, 57-91.

Çetin, S. F. (1997) : 466 Numaralı Üsküdar şer’iye sicili, mémoire de maitrise, Istanbul, Université de Marmara.

Balland, D., éd. (2000) : Hommes et terres d’Islam. Mélanges offerts à Xavier de Planhol, Institut français de recherche en Iran, Téhéran.

Deguilheim, R. et S. Faroqhi, éd. (2005) : Crafts and Craftmen of the Middle East, fashioning the individual in the Muslim Mediterranean, Londres - New York.

Deli, F. (2002) : “Une identité de quartier marquée par l’activité de commerce international : Laleli”, Anatolia Moderna, 10, 205-212.

Dumont, P. (1975) : “La Pacification du sud-est Anatolien en 1865”, Turcica, 5, 108-130.

Elias, N. (1997) : Logiques de l’exclusion, Paris.

Erder, S. (2000) : “Nerelisin Hemşerim ?”, in : Keyder 2000, 192-205.

Faroqhi, S. (1998) : “Migration into Eighteenth Century ‘Greater Istanbul’ as reflected in the Kadi registers of Eyüb”, Turcica, 30, 163-183.

— (2005) : “Understanding Ottoman Guilds”, in : Deguilheim & Faroqhi 2005, 3-40.

Garavaglia, J. C. et J.-F. Schaub, éd. (2005) : Lois, Jusitice, Coutume : Amérique et Europe latines (16e-19e siècles), Paris.

Ginio, E. (2002) : “Migrants and Workers in an Ottoman Port : Ottoman Salonica in the Eighteenth Century”, in : Rogan 2002, 126-148.

Kafadar, C. (1995) : Between Two Worlds, The Construction of the Ottoman State, California University Press.

Kasaba, R. (2001) : “L’Empire Ottoman, ses nomades ses frontières aux xviiie et xixe siècles”, Critique Internationale, 12, 111-127.

Keyder, Ç., éd. (2000) : Istanbul, Küresel ile yerel arasında, Istanbul.

Kırlı, C. (2000) : The Struggle over Space : Coffeehouses of Ottoman Istanbul, 1780-1845, Phd, State University of New York.

Onaran, B. (2002) : A Traditional District, a Conservative Image : A History of Üsküdar between 1838-1914, MA, Istanbul, Boğaziçi Üniversitesi.

Orhonlu, C. (1984a) : Osmanlı İmparatorluğunda Şehircilik ve Ulaşım üzerine araştırmalar, İzmir.

— (1984) : “İstanbul’da kayıkçılık ve kayık işletmeciliği”, in : Orhonlu 1984a, 83-103.

— (1987) : Osmanlı Imparatorluğu’nda Aşiretlerin iskânı, Istanbul.

— (1990) : Osmanlı İmparatorluğu’nda Derbend teşkilatı, Istanbul.

Planhol, X. (1968) : Les Fondements géographiques de l’histoire de l’Islam, Paris.

Rogan, E., éd. (2002) : Outside In, on the Margins of the Modern Middle East, Londres - New York.

Tamdoğan, I. (1998) : Les Modalités de l’urbanité, Thèse de doctorat, Ehess.

— (2005) : “Le nezir ou les relations des bandits et des nomades avec l’état dans la Çukurova du xviie siècle”, in : Affifi et al. 2005, 259-269.

Uluçay, Ç. (1944) : XVII. Asırda Saruhan’da eşkiyalık ve halk hareketleri, Istanbul.

Veinstein, G. (2000) : “La fauconnerie dans l’Empire ottoman au milieu du xvie siècle : une institution en péril”, in : Balland 2000, 343-359.

Yerasimos, St. (2005) :“Formation d’un territoire rural dans l’arrière pays de la capitale ottomane”, in : Affifi et al. 2005, 121-157.

SOURCES D’ARCHIVES

Registres des cadis d’Üsküdar (référence abrégée par RCÜ)

RCÜ no 463 (1173-1174 de l’hégire/ années 1759-1760) ;

RCÜ no 465 (1174 de l’hégire/ année 1760-1761) ;

RCÜ no 467 (1174-1175 de l’hégire/ années 1760-1762) ;

RCÜ no 473 (1177-1178 de l’hégire/ 1763-1764) ;

RCÜ no 474 (1177-1178 de l’hégire/ années 1763-1764) ;

RCÜ no 476 (1178-1179 de l’hégire/ années 1764-1766) ;

RCÜ no 477 (1178-1179 de l’hégire/ années 1764-1766) ;

RCÜ no 480 (1179-1180 de l’hégire/ années 1765-1766) ;

RCÜ no 466 (de septembre 1764 à septembre 1765).

Registres des cadis de la ville d’Adana (i.e. RCA)

RCA no 28 (1163-1167 de l’hégire/ années 1749-1753) ;

RCA no 29 (1163 de l’hégire/ années 1749-1750) ;

RCA no 46 (1191-1192 de l’hégire/ années 1777-1778) ;

RCA no 47 (1186-1188 de l’hégire/ années 1772-1776) ;

RCA no 48 (1187-1188 de l’hégire/ années 1773-1776) ;

RCA no 132 (1166-1171 de l’hégire/ années 1752-1758).

Notes

1 Barkey 1994.

2 Barkan 1942. L’importance de la fluidité des identités et de la mobilité a été mise en avant par Cemal Kafadar dans son analyse approfondie de la période de l’Empire Ottoman émergeant, Kafadar 1995.

3 Barkan 1949-1950 ; Yerasimos 2005.

4 Date à laquelle fut entreprise la grande opération de sédentarisation des nomades dans le sud-est de l’Anatolie. Voir à ce sujet Orhonlu 1987.

5 Faroqhi 1998.

6 Kasaba 2001, 116.

7 Ce furent, pour une grande part, des soulèvements et des mouvements de désordre provoqués par les soldats à solde tombés dans l’errance. Sur ces rebelles appelés celalî, voir l’étude pionnière de Uluçay 1944.

8 C’est Reşat Kasaba qui suggère une corrélation étroite entre ces événements politiques du xviie siècle et la nouvelle attitude de plus en plus interventionniste de l’administration ottomane envers les populations mobiles (cf. Kasaba 2001, 115).

9 Les cadis étaient non seulement les juges nommés dans toutes les circonscriptions de l’empire mais également les principaux agents du pouvoir central et assuraient par ailleurs, une fonction de greffe. Partant, leurs registres contiennent des actes de nature très divers comme les minutes de procès (hüccet), les inventaires après décès (tereke defteri), les actes de vente (bey’ hücceti), les copies des nominations des fonctionnaires (beraat), des dénombrements (defter), des documents fiscaux (comme les imdadiye defteri, tahvil ou temessük) ou bien les copies des correspondances avec le pouvoir central (firmans du sultan, murasele des cadis et buyuruldu des gouverneurs).

10 L’étude des travailleurs migrants à Üsküdar s’est faite à partir des registres des cadis d’Üsküdar (référence que nous abrégerons dorénavant par RCÜ), dont les microfiches sont accessibles à la bibliothèque ISAM (centre de recherche sur l’Islam) à Üsküdar. J’y ai consulté les registres suivants : RCÜ no 463 (1173-1174 de l’hégire/ années 1759-1760) ; no 465 (1174 de l’hégire/ année 1760-1761) ; no 467 (1174-1175 de l’hégire/ années 1760-1762) ; no 473 (1177-1178 de l’hégire/1763-1764) ; no 474 (1177-1178 de l’hégire/ années 1763-1764) ; no 476 (1178-1179 de l’hégire/ années 1764-1766) ; no 477 (1178-1179 de l’hégire/ années 1764-1766) ; no 480 (1179-1180 de l’hégire/ années 1765-1766). Ainsi que le registre no 466 (de septembre 1764 à septembre 1765) dont la transcription a été faite par Sadık Fethi Çetin, voir Çetin 1997.

11 L’importance d’Üsküdar comme porte de la capitale s’ouvrant sur l’Anatolie et le réseau de voies de communications y convergeant a été décrit dans Onaran 2002, 43-47.

12 Les études portant sur la définition de la citoyenneté dans d’autres aires géographiques à l’époque moderne indiquent la complexité de la question, (cf. Cerutti 2005).

13 RCÜ no 465/91.

14 RCÜ no 465/90 et 93 ; RCÜ no 463/ 135. Plusieurs firmans portant sur l’expulsion de la capitale des migrants avaient été publiés par Ahmet Refik 1988, documents 109, 136, 159 et 241.

15 En ce qui concerne le lieu de résidence de ce genre de personnes, les registres des cadis mentionnent : un travailleur agricole [rençber] résidant dans le marché à chevaux [Atpazarı] (cf. RCÜ no 474/9, page de gauche, 2) ; un batelier résidant dans un han (cf. RCÜ no 474/59, page de droite, 2) ; un autre batelier résidant près des entrepôts à barques [kayıkhane] (cf. RCÜ no 466/ document 17) ; un autre travailleur agricole résidant dans un han (cf. RCÜ no 466/ document 441) ; Ömer, travailleur agricole [rençber] résidant dans une ferme (cf. RCÜ no 466/ document 309 et 315) ; des vendeurs ambulants [tablakâr] résidant dans la boutique d’un vendeur de galettes [çörekci dükkanı] (cf. RCÜ no 466/doc. 398) ; un muletier résidant dans la rue marchande [arasta] (cf. RCÜ no 466/ doc. 198) ; les portefaix résidant dans les chambres pour portefaix [hammal odaları] (cf. RCÜ no 466/ document 77). Pour la prévalence des espaces verts à Üsküdar au xviiie siècle, voir Onaran 2002, 38.

16 Dans son étude sur les travailleurs immigrés à Salonique au xviiie siècle, Eyal Ginio observe que ces derniers se trouvaient contraints à rester en marge de la ville, et donc en marge de la société, (cf. Ginio 2002).

17 Pour une synthèse récente du fonctionnement des corporations de métiers à l’époque ottomane, voir Faroqhi 2005, 3-40.

18 Au sujet du système de “garants” (kefalet) au sein des corporations de métier à Istanbul (fin xviiie - début xixe siècles), voir Kırlı 2000, 77.

19 C’était un vaste monde que celui des muletiers ; plusieurs termes les désignent selon leur fonction précise, comme : sürücü, désignant ceux qui travaillent pour le relais de poste ; mükârî, désignant les muletiers qui louaient leur bêtes, ou encore beygirci, désignant ceux qui transportaient des passagers ou bien des marchandises sur leur bêtes.

20 Dans le texte, c’est le terme “iskele kethüdaları” qui est employé.

21 Dans le texte, nous lisons : “içlerine meçhul kefilsiz kayıkçı idhal etmeyüb ve kayıkhanelere taşradan ecnebî kayık çekilmeyüb”.

22 RCÜ no 474/52.1.B.

23 D’après Cengiz Orhonlu 1189 des 6572 bateliers recensés à Istanbul en 1801 étaient des aylakçı, (cf. Orhonlu 1984, 83-103).

24 Kırlı 2000, 103.

25 Nous nous permettons ici de signaler notre étude sur la violence à Üsküdar au xviiie siècle, intitulée : “Atı alan Üsküdar’i geçti, ya da 18. yy. Üsküdar’ında’da şiddet ve hareketlilik ilişkisi”, Osmanli'da Asayiş, suç ve ceza 18.-20. yûzgillar, Levy N. et A. Toumarkine éd., Tarih Vakfı Yurt Yayınları, 2008, p. 80-95.

26 L’original de ce document est comme il suit : “fi en-asl Kastamonu sancağında (Abandon) nahiyesinde vakî (Çanak) nam kariye ahalisinden olub medine-i Üsküdar’da Aşçıbaşı mahallesinde bundan akdem tezvic eden kayıkçı Mehmed bin Mustafa bir seneden beri kariye-i mezbureden zevce-i ahiresi olan Ayşe bint Memiş’i hilâf-i ferman-i alî getirib ve mahalle-i mezburede olan zevcesiyle ma’en iskân etmekle, niza’dan hali olmamalaryla mahalle-i mezbure ahalisinden İmam Mehmed efendi ve müezzin molla Mustafa ve el-hacc Ali ve Mustafa ve Halil ve Ali bey ve sairleri meclis-i şer’-üş şerîfde mezbure Ayse için kendi halinde olmayıb mezbur Mehmed’in zevce-i ihrasi ile daima niza’etmekle mahalleyi ateşe yakarım deyü ihafe eylediğinden, emniyetimiz (maslub) olmuştur deyü muvacehesinde suî halini ihbar ve zevc-i mezbur hilâf-ı ferman-ı alî mezbure Ayşe’yi getirdiği için yine vilayetine götürmek üzre ferman-ı alîleri sudurunu istidâ eyledikleri iltimasıyla huzur-u alîlerine i’lâm olundu, fi 18 muharrem sene 1182”, (RCÜ no 474/page 74, document 3B).

27 Ce sont les enregistrements de divorce et d’inventaire après décès qui nous indiquent qu’il n’était pas rare que des hommes vinssent travailler en laissant femme et enfants au “pays” : ainsi Ahmed Çelebi (cf. RCÜ no 465/82-3), Ibrahim d’Arabgir, intendant d’une ferme dont l’héritage revient à ses deux épouse laissées à Arapgir (cf. RCÜ no 466/ document 138) ou le travailleur agricole Ömer, tué dans la ferme où il travaillait et dont l’argent de sang est réclamé par son père toujours résidant à Bolu (cf. RCÜ no 466/document 309).

28 Başaran 2006, 109.

29 Başaran 2006, 248-250 ; Ginio 2002 ; Faroqhi 1998, 170 et 180.

30 “The itinerant vending of fresh fruits and vegetables was neither a difficult, specialized occupation, nor one that required a special or formal training, or a permit or a license. To sell vegetables and fruits in the streets of Istanbul there was no need to go through a particular apprenticeship… street trading still remains a preferential point of entry for rural migrants into the working life of the big city.”, (cf. Behar 2003, 115).

31 L’étude de Cengiz Kırlı, atteste bien l’importance de ce phénomène. D’après Kırlı, au début du xixe siècle, 56 % des travailleurs travaillant dans les boutiques d’Eyüb et le long de la rive européenne du Bosphore habitaient sur leur lieu de travail, (cf. Kırlı 2000, 97). Quant aux registres des cadis d’Üsküdar voir à ce sujet : RCÜ 474/ 9.

32 Ce sont les villes de : Malatya, Kastamonu, Kırşehir, Tokat, Alanya, Niğde, Karaman, Kayseri et Beypazarı, cf. RCÜ no 465/89.

33 Pour les solidarités régionales ainsi mises en place donnant lieu à des migrations en chaîne, voir Behar 2003, 98-103. D’après Cem Behar, la migration en chaîne donna lieu également à l’investissement dans le même type d’activité professionnelle : “Not surprisingly, chain-migration also results in co-locals concentrating in similar professional groups”, (cf. Behar 2003, 107). Ce genre de dynamiques est également observé chez les migrants venant vers Istanbul à l’époque contemporaine, voir à ce sujet : Erder 2000, 192-205 et Deli 2002, 205-212.

34 Kırlı 2000, 111.

35 RCÜ no 466/ document 371.

36 RCÜ no 466/ document 376.

37 Dans le document, l’expression : “bu makûle nisâ tâ’ifesi” est employée.

38 RCÜ no 466/ document 380.

39 Ce caractère cyclique de l’histoire du nomadisme a été développé par Planhol 1968, 20.

40 Présents dans la plaine cilicienne dès le début du xvie siècle, les Ramazanoğlu acquièrent des droits de pâturage auprès du Royaume de la Petite Arménie et s’installent définitivement dans la ville d’Adana à partir de 1361.

41 L’opération de sédentarisation des nomades à cette date à été étudiée par Dumont 1975.

42 En 1706 les gouverneurs d’Adana et de Maraş reçoivent l’ordre de fermer aux nomades le passage vers la chaine montagneuse du Taurus, afin de les empêcher d’atteindre les plateaux, (cf. Orhonlu 1987, 94). Dans un firman de 1748, enregistré dans les registres des cadis d’Adana, ordre est donné de reconduire 44 tribus avec femmes et enfants vers leur lieu de sédentarisation (qu’était la province de Rakka), (cf. RCA no 28/108). En 1767, le gouverneur d’Adana reçoit toujours l’ordre de fermer l’accès du Taurus aux tribus nomades, (cf. RCA no 132/135-136).

43 Les registres des cadis de la ville d’Adana (i.e. RCA) – dont les originaux se trouvent à la Bibliothèque Nationale d’Ankara – qui ont été consultés pour cette étude sont les suivants : RCA no 28 (1163-1167 de l’hégire/ années 1749-1753), no 29 (1163 de l’hégire/ années 1749-1750) ; no 46 (1191-1192 de l’hégire/ années 1777-1778), no 47 (1186-1188 de l’hégire/ années 1772-1776) ; no 48 (1187-1188 de l’hégire/ années 1773-1776), no 132 (1166-1171 de l’hégire/ années 1752-1758).

44 Ces contrats étaient appelés “nezir akdi”. Ayant exposé mes observations sur le fonctionnement de cette procédure de manière plus approfondie dans une étude précédente, je me permets de la citer ici : Tamdoğan 2005.

45 Les fauconniers étaient exemptés d’impôts, s’ils approvisionnaient la Porte en faucons. Les nomades étaient visiblement compétents pour dénicher les faucons dans leurs nids, ce qui était nécessaire pour les dresser, et les faire ainsi servir à la chasse impériale, voir à ce sujet Veinstein 2000, 343-359.

46 Le statut de derbendci [gardien de passage] a été étudié par Cengiz Orhonlu, dans Orhonlu 1990.

47 Tel fut le cas d’une tribu nomade installée dans la forteresse de Kurtkulağı qu’elle abandonna en 1777 (cf. RCA no 48/23-1).

48 C’est Musa bin Ali de la tribu des Mercanlı qui achète un terrain dans la plaine (cf. RCA no 48/106-2).

49 Au sujet de la collaboration des notables locaux avec les chefs des tribus nomades, je me permets d’indiquer le chapitre de ma thèse portant sur ce sujet : Tamdoğan 1998, 247-251.

50 On y trouve les noms des tribus de Akçakabutlu ou Bozdoğan, (cf. RCA no 29).

51 RCA no 62/7-1.

52 RCA no 101/251-2.

53 Elias 1997.

54 Cengiz Kırlı souligne également cette difficulté, de savoir à partir de quel moment on passait du statut d’immigrant à celui de “indigent” (i.e. appartenant à la ville, désigné par le terme : yerlü), (cf. Kırlı 2000, 102-103).

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540