Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Travailleurs itinérants

Migrants saisonniers et pouvoirs territoriaux : les Pouilles à l’époque moderne

Biagio Salvemini
Traduction de Jean-Luc Defromont

Texte intégral

  • 1 Je signale en particulier : La Cava 1939 ; Fedele 1971 ; Lepre 1973 ; Farinelli 1973 ; Delille 197 (...)

1Cet essai propose, sur la base de l’historiographie disponible1 et d’une documentation directe fort partielle, certaines réflexions concernant le cadre institutionnel dans lequel s’inscrit le phénomène de mobilité saisonnière. L’observation portera sur l’une des deux grandes zones italiennes de tradition et vocation céréalière et pastorale très anciennes, le “Tavoliere” apulien, qui a d’ailleurs en commun avec l’autre, la Campagna Romana, certains des bassins de provenance des migrants.

2À l’époque moderne, le Tavoliere – la plus vaste plaine de l’Italie méridionale –, est d’une part l’une des principales régions de production du blé circulant le long des routes méditerranéennes courtes et longues, et offre d’autre part un pâturage hivernal à des millions de brebis de qualité (les merinos) qui, l’été venu, remontent vers les hauts pâturages des Apennins, en particulier dans les Abruzzes. Les biens produits sont – pour employer la langue des contemporains – “politiques” : le blé apulien est fondamental pour assurer l’approvisionnement du Royaume de Naples et génère, lorsque l’exportation en est autorisée, des recettes douanières considérables ; un dixième environ des rentrées fiscales globales du Royaume provient de la transhumance ovine. Il n’est certes pas surprenant que le Tavoliere soit caractérisé, à l’époque moderne, par une forte densité institutionnelle et qu’il représente un point d’observation privilégié pour relire dans le cadre de la dialectique des pouvoirs le phénomène – souvent soumis à l’observation mais non moins souvent banalisé – des migrations saisonnières.

Mobiles ou sédentaires ?

3Je partirai de quelques remarques de nature historiographique.

  • 2 Collomp 1983, 217.
  • 3 Poitrineau 1983, 82-83.

4Au cours de la longue domination du “paradigme de la sédentarité”, l’une des principales préoccupations a évidemment consisté à affaiblir le rôle des migrations en général. Dans cette perspective, les migrations saisonnières ont été interprétées, voire simplifiées, de deux façons différentes. En premier lieu, d’aucuns – entre autres les spécialistes regroupés autour des “Annales de démographie historique” – ont nié la légitimité de leur appartenance à la catégorie des migrations. Une fois caractérisées celles-ci par la “rupture” vis-à-vis d’un milieu territorial ponctuel (ville ou village) et par l’entrée de l’émigré dans un contexte ponctuel différent, les mouvements saisonniers sont relégués dans la vaste catégorie des “mouvements browniens” (Marc Bloch), qui confirment et consolident en fin de compte le cadre général de “maintien” et d’ancrage dans le sol reconquis par la société rurale européenne entre le xi e et le xii e siècle, lors de ce qu’on devait par la suite qualifier de “mutation féodale”. Le caractère répétitif des trajets les confinerait au sein d’espaces strictement familiers dominés par des forces qu’on pourrait décrire au moyen de métaphores mécaniques : les migrations saisonnières seraient soumises à la logique de la “pente”, de la force de gravité qui les attire des montagnes vers les plaines situées immédiatement en contrebas, tels les fleuves et les torrents2 ; ou bien elles se situeraient même sur une sorte de “rail” et effectueraient un va-et-vient le long de parcours obligés entre les lieux d’enracinement et d’encadrement institutionnel fournissant à la famille paysanne la plupart de ses revenus, et les lieux où puiser des ressources complémentaires3. Quoi qu’il en soit, les migrants saisonniers seraient toujours éminemment prêts à troquer leur mobilité contre toute forme d’intégration du revenu dans leur lieu d’enracinement – par exemple grâce à un travail proto-industriel.

5Le même présupposé – celui de la sédentarité ponctuelle comme forme canonique de relation avec l’espace – a soutenu une interprétation inversée : au lieu d’être considérées comme un rouage du mécanisme bien huilé de la production agricole sédentaire, les migrations saisonnières ont été expulsées des circuits de la normalité et reléguées dans le domaine de la marginalité. Si le paysan place la sédentarité au sommet de sa propre échelle de valeurs, alors celui qui se résigne à effectuer un travail lointain pendant une partie de l’année risque d’être assimilé aux outcasts. Les marginaux ne sont pas uniquement perçus par les sédentaires comme une menace et une source d’incertitude, car ils leur permettent aussi d’accroître la flexibilité des processus productifs en mettant à leur disposition une main-d’œuvre caractérisée par un coût et un degré de formalisation faibles, aisément engagée et renvoyée au gré des mutations violentes d’intensité et de qualité de la demande de travail liées au calendrier agricole. Il s’agirait en tous cas d’un groupe nettement séparé de la société normale et doté de ses propres rites et codes. Ses membres ont des physionomies variées – le migrant saisonnier est assimilé au mendiant, au bandit, à l’évadé, au fou, à l’estropié ou au marchand ambulant – qui se fondent cependant insensiblement l’une dans l’autre ou caractérisent cycliquement la vie d’un même individu, dans un flou permanent entre le licite et l’illicite. On trouve des témoignages innombrables de la fortune de ce thème, que plus d’un historien de renom a d’ailleurs alimenté – de Lefebvre de la “grande peur” à Geremek, Vovelle et Olwen Hufton.

  • 4 Horden & Purcell 2000, par exemple p. 377 sq.
  • 5 Voir par exemple Moch 1992 et Bade 2001.
  • 6 Je me réfère à Kleinschmidt 2002.

6La “révolution scientifique” qui renverse le paradigme de la sédentarité dans l’étude des migrations jette un nouvel éclairage sur cette contiguïté entre les migrations saisonnières et les mille autres formes de mobilité dans l’espace. Dans les pages sur la mobilité méditerranéenne de Peregrine Horden et Nicholas Purcell4, la locution de Bloch (le “mouvement brownien”) est reprise et remplie des contenus les plus variés – du commerce à la piraterie en passant par les migrations de travail saisonnières ou définitives –, mais sa signification est inversée, car elle ne désigne plus la fonction grégaire de soutien à la sédentarité : ce mouvement constitue plutôt le seul mode possible d’occupation sociale de l’espace, déterminé par la fragmentation micro-écologique du paysage méditerranéen et par l’impossibilité dans laquelle se trouve chaque niche écologique de répondre aux besoins de tous ceux qui voudraient y vivre. D’autre part, toute explication contextuelle, quelle qu’elle soit, risque d’être trop spécifique, car la “révolution scientifique” de la mobilité concerne non seulement les rivages méditerranéens, mais de vastes espaces et de très longues durées, comme le prouvent les nombreux livres de bilan sur les “moving europeans5 ou, plus en général, les “Menschen in Bewegung6. Dans ce cadre, migrer saisonnièrement devient le résultat ou le présupposé d’autres migrations. Le travail effectué à quelques jours de marche de la porte du domicile peut devenir l’apprentissage d’un mouvement long, le stade initial susceptible d’amener un individu, par des passages ultérieurs ou latéraux, à travailler dans un autre continent ou à glisser d’une condition de légitimité vers le circuit de l’illicite.

  • 7 Dans ce que j’ai lu de l’immense littérature récente concernant la mobilité géographique en tout g (...)
  • 8 Je me réfère au titre du dernier chapitre de Reher 1990.

7Point n’est besoin de souligner la valeur des résultats que nous a valus cette grille de lecture. Il me semble par ailleurs qu’elle n’est pas sans comporter quelque risque : la notion de mobilité, élevée au rang d’unique forme de relation avec l’espace, tend à devenir générique, à se défaire en tant qu’objet d’investigation et que concept opérationnel. En particulier – et c’est ce qui m’intéresse ici –, elle risque d’entraver l’analyse des contextes, des spécificités, des différences radicales entre les phénomènes de mobilité dans l’espace, enfin des formes de la territorialité, que le paradigme de la sédentarité avait cependant mises en lumière à sa façon7. En ce qui concerne les plaines apuliennes, des formes de migrations saisonnières radicalement différentes s’entrecroisent dans les mêmes lieux, les mêmes temps, à la poursuite de buts identiques : différentes non seulement en termes de logiques, de réseaux mis en place, de représentations et d’identités, mais aussi de modes d’occupation de l’espace dont elles sont l’expression, d’effets sur la construction du territoire, enfin de niveau d’institutionnalisation. Les présenter toutes comme le produit d’une commune “culture de la mobilité”8 revient tout simplement à ne pas les comprendre.

Formes de travail “libre” dans la grande exploitation céréalière

  • 9 Porzio 1965, 326.

8La Capitanate – la province du Royaume de Naples qui contient le Tavoliere – a produit des images fortes tout au long de son histoire. Aux yeux d’un observateur du xvi e siècle au regard acéré, elle apparaît comme “très profitable aux autres [provinces] du Royaume” : “elle produit… du blé, de l’orge et autres céréales en quantités telles qu’on peut véritablement la qualifier de grenier non seulement de Naples et du Royaume, mais de nombreuses villes d’Italie” ; en même temps, “elle nourrit la plupart du bétail… qui descend des lieux montueux et froids vers la plaine”. D’autre part, “quant à elle”, c’est la province “la plus inutile qui existe”, car son air “n’est pas bon”, elle est “dépouillée d’arbres et de bois, très pauvre en eau”, accablée durant l’été “par de très grosses chaleurs, d’innombrables mouches et une profusion de serpents” ; et surtout, “elle est très mal habitée”, en termes de quantité et de qualité de ses “hommes, ineptes aux armes et aux efforts”9. La capacité proverbiale de la province à nourrir abondamment les peuples et les animaux qui n’en font pas partie doit ainsi se mesurer avec la rareté de ses bras utiles. La plupart de la main-d’œuvre nécessaire à son économie rustique – plusieurs dizaines de milliers de céréaliculteurs et de pasteurs – doit venir de loin, mais seule une minorité s’y installe en raison du milieu défavorable et de la discontinuité du travail disponible.

  • 10 Lucassen 1987, en particulier p. 126.
  • 11 Voir par exemple Clark 1979.

9Il s’agit d’un de ces paysages ruraux, assez communs en Europe et sur le pourtour méditerranéen de l’époque moderne, marqués par une forte spécialisation et mercantilisation et donc par un calendrier agricole très inégal en termes de demande de travail. L’occupation du sol s’en trouve déstabilisée, de façon plus ou moins prononcée selon les circonstances. La trame relativement continue de la population méridionale se déchire en effet au niveau du Tavoliere. Les villes paysannes rares et grandes qui parsèment cette campagne paludéenne et presque entièrement dépourvue d’habitations rurales abritent une population dans l’ensemble peu nombreuse, nettement inférieure par unité de surface à celle des zones rustiques “normales”. Son enracinement local est affaibli par le fait qu’elle est d’une part excédentaire par rapport aux occasions de travail relativement rares des phases “vides” du calendrier agricole, d’autre part tout à fait insuffisante lors des phases caractérisées par une demande spasmodique de travail. Peut-être Jan Lucassen a-t-il raison de dire que seul un système servile tel que celui qui se structure en Pologne au début de l’époque moderne parvient à fixer les travailleurs agricoles au sol, à maintenir la contiguïté des fonctions de l’habitat et du travail pour tous les bras nécessaires lorsque la demande atteint son point culminant dans les zones céréalières spécialisées d’époque moderne, c’est-à-dire au moment de la moisson10. Mais ce n’est pas le cas du Mezzogiorno, dont la “reféodalisation”, contemporaine de celle qui se développe en Pologne, ne remet pas en question la “liberté” du travail déjà conquise depuis des siècles. De plus, contrairement à celles des settlement acts anglais, qui se réfèrent à des settlement rights bien définis11, les mailles des nombreux arrêts napolitains de vagabundis seu erronibus sont lâches, reposent sur des droits de civitas relativement pauvres en contenus et en ressources, et quoi qu’il en soit n’interfèrent nullement avec ceux qui se déplacent en quête de travail. Autour des zones rurales spécialisées, l’alternance géorgique naturelle produit des flux massifs de main-d’œuvre achetée et vendue, qui semble se mouvoir dans un espace “lisse” et parcourt en long et en large, sans avoir besoin de sauf-conduits et de passeports, un territoire où s’enchevêtrent et se superposent les limites et les juridictions.

  • 12 Meriggi 2005, 44 et 46, qui utilise entre autres l’important travail de Geselle 2000.

10Le travail rustique semble donc définir une sphère particulière, un espace physique et idéal de libre-marché ignorant le milieu institutionnel dense où il se meut et répondant aux nécessités impérieuses du milieu physique et économique, aux vocations naturelles de ces zones et à l’insertion parfois millénaire au sein du marché international. Ce n’est qu’avec l’émergence de la demande de connaissance démographique des États du xviii e siècle et des pratiques du listing des sujets par lieux, et surtout avec l’apparition des États administratifs du xix e siècle, que les “pasteurs et laboureurs” habitués “à se déplacer selon la saison et les opportunités, comme ils le faisaient depuis des siècles”, et à former leur propre concept de limite à partir “de l’énergie résiduelle des jambes et de l’obtention du but désiré, c’est-à-dire une opportunité de travail transitoire”, apprennent à se déplacer dans cet espace “à but et temps défini” le long des itinéraires dessinés et réglementés par les nouveaux appareils publics centralisés12.

11Tentons de vérifier cette image historiographique en portant nos regards sur la cellule fondamentale de la production céréalière spécialisée des Pouilles, la masseria di campo, lors d’une des phases d’expansion des superficies emblavées à l’époque moderne – par exemple la deuxième moitié du xvi e siècle ou du xviii e siècle – qui rendent plus aigus et perceptibles les phénomènes de mobilité saisonnière. La masseria di campo est une exploitation agricole composée d’édifices d’habitation et de corps de ferme, de pâturages pour les bêtes de travail et de quelques centaines d’hectares de culture céréalière appartenant aux feudataires, aux institutions ecclésiastiques ou aux particuliers, parfois au domaine royal. Elle fonctionne à première vue comme une grande exploitation projetée vers le marché et est dirigée par une sorte d’entrepreneur (le massaro) qui paie un loyer au propriétaire et engage une main-d’œuvre salariée pour son compte, ou bien agit en tant qu’agent d’un propriétaire la gérant directement. En réalité, la gamme des possibles qui s’offrent au massaro et au propriétaire en matière de combinaison des facteurs de production est sensiblement limitée par l’existence d’un ensemble de règles minutieuses de gestion, de rotation des cultures, de calendrier des travaux, d’engagement et d’utilisation de la main-d’œuvre, que la représentation collective fait remonter ab immemorabili et qui se perpétue pendant des siècles avec de légères variations : l’“usage des Pouilles”. Formalisé par la grande institution publique de gestion de la transhumance ovine, la Dogana della Mena delle Pecore de Foggia, qui l’impose à toutes les nombreuses masserie situées dans le très vaste territoire soumis à son autorité voire au-delà, l’“usage des Pouilles” énumère de façon pointilleuse les peines encourues par le massaro qui les transgresserait. Dans ce cas comme dans bien d’autres décrits dans l’historiographie récente, les individus et leurs choix échappent dans une certaine mesure aux contraintes du contexte. Mais il ne me semble pas pour autant que ces mêmes contraintes puissent être vidées, comme on tend parfois à le faire, de sens et d’efficacité. Notre massaro fermier agit de la même façon que le massaro agent, et du reste les mêmes individus jouent l’un ou l’autre rôle selon la situation, appliquant des savoirs qui excluent normalement une figure canonique de l’activité de l’entrepreneur : l’innovation.

12Dans le cas particulier qui nous intéresse ici, la demande de travail émanant de la masseria s’articule en typologies très précises et en fonctions nettement définies par rapport au temps et aux pratiques. En revanche, les contrats et les règles de l’“usage des Pouilles” ne disent rien de l’inscription spatiale du travail requis par la masseria, sans cependant que ce silence normatif engendre un espace migratoire aléatoire : régularité et permanence sont bien visibles dans ce domaine aussi, soutenues par des processus d’institutionnalisation fort éloignés de l’orthodoxie administrative du xix e siècle mais pas inefficaces pour autant.

  • 13 Cimaglia 1790, 8.
  • 14 Cimaglia 1790, 29.

13L’espace migratoire centré sur la masseria ainsi que les pratiques et les acteurs qui l’animent sont caractérisés par une segmentation très évidente. En Capitanate, “une population laboure et sème, une autre moissonne, une autre encore bat”13. Pour chacune des fonctions prévues par le canon agronomique, les travailleurs engagés bénéficient de contrats diversifiés en fonction d’une hiérarchie élaborée et, surtout, de temps différents d’accomplissement du travail : outre les journaliers, nous trouvons aussi des mesaroli et des annaroli, ouvriers engagés respectivement pour un mois et pour un an. Il paraîtrait évident de distribuer cette force de travail en fonction d’une classification de la mobilité inversement proportionnelle à la qualité et à la stabilité du rapport de travail. Les journaliers ressemblent des fois aux vagabonds de Lefebvre : en quelque sorte, leur engagement dans la masseria peut prendre l’aspect d’une interruption momentanée de leur errance. “La pauvreté en bras est telle – écrit encore Natale Cimaglia – qu’à l’approche du mois d’octobre, chaque massaro envoie ses hommes sur les voies publiques en vue de mettre derrière la charrue n’importe quel pauvre hère rencontré en train d’errer à la recherche d’une source de revenu, qu’il soit cordonnier de son état, taillandier, menuisier, charpentier ou autre. On va même jusqu’à promettre un double salaire, afin de convier des ouvriers inconnus au service des semailles”14. Des adolescents et des femmes – lesquelles sont présentées comme “oisives” par une littérature abondante et répétitive – sont parfois recrutés, en particulier lors des travaux printaniers ; du reste, des équipes de femmes extérieures à tout rapport de travail se forment pour glaner après la moisson et la ventilation, selon la coutume qui veut que les champs demeurent “ouverts” après la récolte.

  • 15 Russo 1989, 293. Au sujet des annaroli cf. en particulier, Russo 1995, 256-261.
  • 16 Russo 1995, 217.

14Mais il serait erroné de rigidifier le lien entre mobilité et précarité ou inconsistance des rapports de travail. Dans le registre inférieur de la hiérarchie des annaroli15 – qui prévoit, en partant d’en haut, un curatolo, un sottocuratolo, un buttaro, un capogualano et divers gualani, lavoratori, et scapoli – et en particulier parmi tous ceux qui sont significativement qualifiés de scapoli (célibataires), nous trouvons des situations analogues à celles des servants-in-husbandry anglais, lesquels vivent sous le toit de leurs employeurs et changent de lieu d’année en année jusqu’à ce qu’ils prennent femme et se stabilisent en termes d’habitation et de travail, acquérant les droits associés à la résidence au sein d’une paroisse. Mais il n’est pas dit que les scapoli parvenant à gravir les degrés de la hiérarchie des annaroli accèdent à des formes moins défectueuses d’insertion territoriale. Des chaînes migratoires bien dessinées drainent vers les villes paysannes de la plaine, sous-peuplée et riche en opportunités de gains, artisans provenant de lieux bien précis – les commerçants de fromage de Corato dans la Terre de Bari, les basilari de la péninsule sorrentine, les marchands de laine du Principato Citra, les boulangers et les marchands de chaussures des Abruzzes16. Mais ces chaines semblent se défaire au seuil de la masseria. Les contrats de travail configurent une condition en quelque sorte servile, une sorte d’abandon du contrôle de soi-même entre les mains du massaro pendant toute la période de l’engagement. En particulier, l’obligation de résidence dans la masseria, souvent distante de plusieurs milles des centres habités, affaiblit la participation à l’univers des relations et des droits qui, dans un monde d’agrotowns tel que celui-ci, se cristallise presque exclusivement autour des places des grands bourgs. Seule une minorité des salariés de la masseria sont titulaires d’un des degrés de l’appartenance à l’espace civique ; et lorsque c’est le cas, il arrive par le biais de l’inscription aux “états des âmes” et à des rôles fiscaux en tant qu’“habitants étrangers”, membres de “foyers acquis” ou de familles de cives à plein titre. Par conséquent, cela n’entraîne pas toujours le renoncement à la vagatio ni la sédentarisation. Nombre de ces céréaliculteurs appartiennent à la vaste catégorie de migrants qui caractérise la société de tous les centres du Tavoliere : ils peuvent faire partie des “foyers” ne comptant qu’une seule personne, ou des familles “sans structure” – pour reprendre les termes de Laslett –, ou encore des familles nucléaires dont les partenaires proviennent de différentes origines géographiques ; ils continuent à se déplacer de masseria en masseria ; ils sont les protagonistes tant de la rapide croissance démographique des bourgs lors des phases d’expansion des cultures, que des crises démographiques catastrophiques coïncidant avec les crises de la production du blé. En somme, les plus stables des appellations professionnelles des céréaliculteurs peuvent cacher une grande disponibilité à se déplacer, à revenir sur leurs pas, à chercher d’autres occasions dans des milieux différents et – à leurs yeux – non formellement hiérarchisés en fonction de critères d’appartenance et d’identité. Ce sont des stratégies de tâtonnement spatial pouvant s’étendre sur toute une vie et se transmettre, comme les savoirs et les pratiques, à la descendance ou finir par alimenter la catégorie consistante des “étrangers” présents dans les bourgades céréalières, qui tournent le dos aux centres d’origine mais restent néanmoins longtemps en marge de la société d’“accueil”.

15Inversement, les appellations renvoyant à des emplois précaires – ceux de mesarolo et de journalier – peuvent résulter de choix individuels ou familiaux visant à maintenir le contrôle sur les temps et les espaces du travail dans le cadre d’une insertion territoriale solide, même si elle n’est pas ponctuelle et ne coïncide pas avec la ville paysanne la plus proche de la masseria. Ce n’est pas parmi eux qu’il faut chercher les “étrangers” demeurant dans les bourgs du Tavoliere.

16Laissons pour l’instant de côté le groupe le plus visible des journaliers, celui des moissonneurs. Au moment de l’arrivée de ces derniers dans la masseria, d’autres journaliers et mesaroli, protagonistes des travaux hivernaux, ont regagné depuis peu leurs pays d’origine : les montagnards des Abruzzes, qui sont descendus en foule dans les plaines peu avant les pasteurs et les troupeaux transhumants de leurs propres bourgs, sont déjà remontés peu après les mêmes pasteurs et troupeaux pour passer l’été dans une montagne riche en ressources, en population et en occasions de travail. Pour autant que les études et la documentation nous permettent de l’entrevoir, le rapport à l’espace des céréaliculteurs de montagne paraît plus structuré que celui des céréaliculteurs saisonniers provenant, par exemple, de la colline et des contreforts plus proches, en particulier de la zone sub-apennine de la Daunie : la formalisation des contrats est plus fréquente, les destinations plus répétitives, les réseaux plus efficaces et organisés par “nations”, c’est-à-dire par groupes provenant du même lieu. Les gens des Abruzzes errent physiquement plus que d’autres saisonniers et échappent à l’encadrement institutionnel local, mais ils bénéficient d’un cadre structuré de références territoriales. Il conviendrait d’étudier plus précisément les relations de famille, d’affaires et de travail que les céréaliculteurs saisonniers des Abruzzes entretiennent avec leurs homologues des métiers artisanaux liés à l’élevage ovin et, surtout, avec les pasteurs de la transhumance institutionnalisée. Une hypothèse plausible suggère qu’ils participent en quelque sorte à cette appropriation saisonnière des plaines qui dédouble l’espace de référence des pasteurs encadrés par la Dogana – d’une part leur centre montagnard, lieu d’identité et de relations denses, d’autre part la posta, pâturage bien délimité qui leur est affecté année après année dans la plaine. Cet espace où ils passent la majeure partie de leur temps de travail est situé dans une topographie familière de boulangeries, dépôts, tavernes, boutiques d’artisans, petites églises, milieux de privilège fiscal, et comprend parfois une double série de toponymes : ceux utilisés du côté des Pouilles et ceux utilisés du côté des Abruzzes.

17Insérés dans des sociétés qui tirent leurs ressources fondamentales du mouvement rythmique de leurs individus mâles adultes, ces céréaliculteurs saisonniers semblent se déplacer le long des sentiers légitimés et protégés que la puissante universitas des pasteurs et chacune des communautés des Apennins négocient, formalisent et vaillamment défendent face aux autres pouvoirs.

Les moissonneurs

18L’articulation entre les différentes formes de mobilité saisonnière et les différents poids et qualité des inscriptions spatiales des communautés de provenance est particulièrement claire dans le cas des flux imposants engendrés par la moisson. Il s’agit du moment crucial de l’année agricole, où l’ensemble de l’investissement annuel produit des résultats. Même dans le cadre des contraintes de l’“usage des Pouilles”, il donne lieu à des jeux tendus entre les acteurs, centrés sur les diverses formes de mobilité créées par la masseria di campo et leur degré varié d’institutionnalisation. Je ne rappelle, par exigence de clarté, que les deux alternatives extrêmes d’un continuum de situations intermédiaires dont témoigne la documentation.

  • 17 Cf. par exemple De Dominicis 1781, 236.
  • 18 Mercurio 1985, 788.
  • 19 Manicone 1807, 143-144.

19L’une des possibilités qui s’offrent aux massari consiste à se fier à l’affluence d’hommes proposant leurs services sur les routes au moment des grands travaux agricoles. Il arrive parfois que ces migrants se dotent d’une structuration faible, celle des “compagnies volantes”17, qui se constituent sur le moment et n’ont pas de continuité ni de logiques de groupes bien précises. La caractéristique fondamentale de cette structuration est la dimension et le nombre des hommes composant les groupes individuels, qui correspondent à la demande de travail exprimée par une masseria moyenne. Ces “compagnies volantes” présentent, aux yeux des massari, l’avantage de la flexibilité et surtout d’un coût relativement bas, car il n’est pas nécessaire de leur verser une avance sur le salaire ; mais aussi des désavantages flagrants, dont surtout l’incertitude concernant le succès du recrutement, qui doit s’effectuer en concurrence avec les agents d’autres massari en quête de bras qui remplissent au même moment les mêmes routes. Les marges de manœuvre consenties au massaro au moment de la moisson se fondent sur le fait que le canon agricole prévoit un certain nombre de journées de travail par unité de surface et une durée globale comprise entre 20 et 35 jours à partir du début du mois de juin dans la plaine où la récolte mûrit plus tôt, et plus tard au cours de l’été selon l’altitude du champ à moissonner. La conversion des journées en moissonneurs en chair et en os bénéficie d’une certaine flexibilité : si les massari n’arrivent à engager qu’un nombre faible d’hommes, ils peuvent allonger le temps de la moisson, mais pas indéfiniment. En somme, le risque de ne pas disposer de bras en nombre suffisant est élevé, et impose parfois de se situer sur le plan délicat et dangereux du recours contrôlé à l’illégalité et à la violence justifiée par l’“état d’exception” : par exemple en organisant la fuite des valets et moissonneurs lorsque, comme c’est parfois le cas, ils sont enrôlés de force dans les équipes luttant contre l’invasion des sauterelles18, voire en enlevant les moissonneurs des autres masserie. Ce jeu, qui n’est pas entièrement démuni de règles, jouit même d’une forme de définition juridique : de même qu’une ville côtière en proie à la famine a le droit de capturer un bateau à blé traversant ses eaux, un royaume affamé peut adopter des moyens extrêmes pour assurer la récolte du blé ; mais il s’agit d’une entreprise périlleuse, et les chances de succès ou d’impunité dépendent directement du rang et de l’influence politique des participants. D’autre part, une fois que le massaro s’est assuré le travail d’une “compagnie volante” numériquement adaptée, cela ne représente pas pour autant une garantie de la qualité du travail à effectuer. Payée généralement aux pièces, par rapport à la surface à moissonner, la compagnie travaille le plus rapidement possible pour permettre à ses composants de reprendre le chemin et chercher d’autres engagements : par conséquent, elle laisse sur le champ une grande quantité d’épis pliés et non moissonnés, que quiconque a le droit de glaner. En plus, il y a les dégâts causés à l’équipement de la masseria par le bas niveau moral et social des membres de la compagnie. L’image de cette façon de moissonner que nous offrent les observateurs – en particulier ceux de la fin du xviii e siècle, bien entendu dans le cadre de schémas de lecture de la réalité bien précis qu’il ne convient pas d’évoquer ici – a des teintes sombres : la moisson, d’épisode géorgique, devient fête cruelle, dont les protagonistes, “fugitifs des régions les plus éloignées du Royaume, en raison de dettes ou de délits… tuent les bœufs, volent les arrhes et les semailles, mettent le feu aux meules et exercent… l’art infâme des bandits de grands chemins”19. Ce n’est pas un hasard s’il ressort des traités et de la correspondance entre massari et propriétaires que le massaro avisé doit tenter à tout prix de sortir de ce jeu en s’assurant très en avance la main-d’oeuvre pour la moisson, dans un cadre de garanties juridiques et institutionnelles que les “compagnies volantes” ne peuvent lui offrir.

  • 20 En ce qui concerne les indications des archives des actes notariés ici utilisés, voir Salvemini 19 (...)

20Il ne s’agit nullement d’une simple aspiration, mais de pratiques amplement attestées ; tant plus que, ne concernant pas des phénomènes de marginalité, ce type de recrutement produit des sources relativement abondantes et directes, en particulier des actes notariés20. La compagnie des moissonneurs engagée par le massaro peut avoir des caractéristiques radicalement différentes de celles de la “compagnie volante” : elle peut se présenter à la masseria conformément au nombre convenu et au moment fixé par le massaro (sur la base du degré de maturité des épis) et annoncé deux jours plus tôt aux moissonneurs ; elle peut s’être organisée sur la place d’un même bourg et se composer d’hommes parlant le même dialecte et se connaissant mutuellement depuis longtemps ; l’itinéraire qu’elle suit, au lieu d’être un enchevêtrement de parcours individuels désordonnés se croisant sur les places des centres les plus proches aux emblaves, peut coïncider avec la ligne la plus brève et directe – deux ou trois jours de marche en groupe bien encadré suffisent en général – entre la place du bourg de provenance et la ferme ; le groupe peut comporter une hiérarchie interne indiscutée et une structuration précise, comprenant un “lieur” – situé à un niveau inférieur en termes de hiérarchie et de rétribution – pour quatre faucheurs, voire à l’occasion une équipe de glaneurs, dont le salaire est encore plus modique.

21Ce groupe structuré de migrants se constitue par le biais d’une série d’actes contractuels entre privés, garantis par la figure semi-publique du notaire et par une législation de niveau étatique, qui non seulement permet aux travailleurs saisonniers de traverser indemnes un espace hérissé de pouvoirs et de normes particulières, mais aussi fixe des limites à la libre détermination des rétributions et prévoit de lourdes peines envers ceux qui transgresseraient ces contrats. La même législation publique s’appuyant sur les coutumes impose la désignation officielle, de la part du gouvernement des communautés locales d’origine des moissonneurs, de figures fiables en matière tant de moralité que de solvabilité, les antenieri. C’est un acte qui s’articule à un autre moment fondamental de la vie de ces bourgs, souvent marqués par des besoins de blé impérieux et structuraux provoqués par leur hyperspécialisation oléicole : l’organisation de la part des gouvernants locaux des “partis” qui doivent assurer l’approvisionnement en céréales provenant souvent des zones mêmes où leurs paysans moissonnent habituellement.

  • 21 Je fais allusion à une catégorie utilisée en économie néo-institutionnaliste : par exemple dans Wi (...)

22L’anteniere ressemble peu au médiateur classique, au caporale et au locatore d’opere (celui qui loue la main-d’œuvre) que nous rencontrons par exemple dans la Campagna Romana et en général dans les situations où la faible formalisation et institutionnalisation des rapports de travail entre acteurs répartis dans des espaces non ponctuels permet l’apparition de formes de micro-entreprises “spontanées”, individuelles, diffuses. Il s’agit d’un “journalier” qui participe directement à la moisson et évolue dans un univers où les rapports de travail sont enchaînés à l’“usage des Pouilles”, les rétributions fixées par les arrêts, les réseaux “mous” de connaissance, parentèle, confiance et réciprocité enfouis sous une masse de hard contracting21. La garantie entérinée par l’acte public de son universitas ne le rend pas en soi digne de confiance aux yeux du massaro ; il en fait simplement un partenaire fiable d’un contrat marqué lui aussi par l’approbation officielle. Un acte stipulé entre novembre et décembre par un notaire actif soit dans le bourg de l’anteniere soit dans le bourg le plus proche de la masseria garantit que le même anteniere conduira à cette dernière, au jour du mois de juin communiqué par le massaro par lettre ou de vive voix, un nombre défini de moissonneurs sains, adultes mais pas trop âgés, déférents, qui n’ont pas commis de délits ; en échange, il reçoit une avance proportionnelle au nombre de moissonneurs, à partager entre ces derniers, et une anteneria pour soi-même, représentant entre 5 et 10 % de la rétribution globale des moissonneurs. C’est alors que l’anteniere construit l’équipe : il distribue les arrhes à des ouvriers agricoles de son bourg qu’il connaît bien, mais, ne jugeant prudent leur accorder une pleine confiance, il les lie juridiquement en recourant à une nouvelle intervention massive du notaire. Celui-ci, après le contrat entre massaro et anteniere, dresse maintenant 20, 30, 50, parfois 100 contrats individuels entre l’anteniere et les moissonneurs de l’équipe en cours de formation, afin de réduire le risque que ces derniers ne succombent à la tentation de s’engager avec plus d’un anteniere et donc de recevoir plus d’une avance ; des contrats qui contraignent parfois les ouvriers d’hypothéquer leurs biens immobiliers éventuels en faveur de l’anteniere. Avant la moisson, en mai, le notaire intervient pour la troisième fois afin d’établir une nouvelle série de contrats entre ceux qui, pour cause d’empêchements variés, ne peuvent honorer les engagements pris vis-à-vis de l’anteniere, et ceux qui n’ont pas trouvé à temps une embauche, parce qu’ils sont soit trop jeunes soit trop vieux, soit de santé ou moralité douteuse, et qui s’offrent comme remplaçants.

23Il est ainsi possible d’espérer que l’équipe des migrants saisonniers, si strictement encadrée par des actes à cheval entre le public et le privé, mènera à bonne fin la moisson.

Espaces, paysages, pouvoirs : dans le quadrillage d’époque moderne

  • 22 “Leur intérêt unit indissolublement deux climats de nature différente”, écrivait à la fin du xviii (...)

24Pour bien appréhender ces formes de structuration des migrations saisonnières, il convient de s’abstraire, en quelque sorte, à la fascination d’une part de la tyrannie et de l’évidence des milieux naturels, des vocations déterminées par une géographie qui semble mettre “naturellement” en relation les ressources potentielles des terres quaternaires de la plaine avec celles de la montagne22 ; d’autre part à la fascination des relations sociales non formalisées entre les migrants et entre ceux-ci et les “sédentaires”, sur lesquelles les sociologues des réseaux attirent justement notre attention. Le caractère de ces pratiques ne se définit pas seulement du côté de la “géographie” ou de la “société”, mais aussi au sein d’une dialectique des pouvoirs que la valeur “politique” très élevée des zones des grandes migrations saisonnières – interlocutrices privilégiées des bureaux d’approvisionnement et du fisc – rend serrée et incisive. Et naturellement, il se ressent des vicissitudes particulières des formations politiques dans lesquelles ces zones sont situées.

  • 23 Des indications importantes (et des références bibliographiques) sur ces thèmes sont contenues dan (...)

25Dans le cas du Royaume de Naples,23 contrairement à celui de l’Europe centre-orientale, la “reféodalisation” n’exclut pas les processus de territorialisation étatique ; et, pour sa part, la dimension étatique du territoire se renforce sans désavouer les droits dispositifs d’autres sujets sur le sol – seigneuries, institutions ecclésiastiques que la contre-réforme a dotées à leur tour de prétentions territoriales plus incisives, communautés locales, privés. Entre le xvi e et le xvii e siècle, les juridictions féodales augmentent sensiblement jusqu’à conférer en quelque sorte les fonctions de regii officiales aux seigneurs provinciaux, mais en même temps les vastes “états féodaux” du xv e siècle sont démembrés non seulement en menues parcelles territoriales, mais aussi en corps particuliers de juridiction qui cohabitent et se mêlent dans un même espace en se superposant aux prérogatives d’institutions et d’appareils ecclésiastiques et laïcs toujours plus vigoureux et pénétrants, et finissent par évoquer la figure, destinée à triompher au xix e siècle, d’un espace distinct de la juridiction. Quant à l’institut de l’universitas, il continue à être convoité par les communautés locales qui tentent de le mettre à l’abri du “despotisme” royal, féodal et ecclésiastique, par le biais de l’exhibition solennelle, dans les libri rossi et magni commandités par les élites des bourgs, de privilèges et immunités accumulées au cours de siècles de négociations et de déclarations de fidélité conditionnée ; mais il va occuper désormais une position mineure dans les fondements institutionnels du Royaume, il est presque toujours en concurrence avec un fief doté du même espace de référence, et il est vidé de fonctions proprement juridictionnelles. Tout cela ne confine pas les sociétés locales dans les limites restreintes des bourgs ruraux et de leur territoire, ni ne les exclut tout à fait de la redistribution des ressources. Les articulations périphériques des pouvoirs supra-locaux, souvent vénales, s’immergent dans l’horizon factionnaire des lieux, concourent à la construction d’arènes dotées de ressources réelles et symboliques que ne prévoit pas la loi, provoquent des dialectiques transversales – celles par exemple entre les chapitres cathédraux et évêques diocésains, entre juges et châtelains, entre douaniers et percepteurs, entre trésor public et feudataires ; en somme elles configurent des espaces politiques multiples, d’échelle variée.

  • 24 Au sujet de l’idéologie de ceux qui défendent le quadrillage de la Dogana du milieu du xvi e siècl (...)

26Dans le Tavoliere, ce quadrillage confus de l’espace politico-juridictionnel doit vite se heurter au quadrillage minutieux de l’espace physique promu par la Dogana della Mena delle Pecore, le grand appareil public fondée au milieu du xv e siècle pour établir, à l’avantage du fisc royal, les conditions de la coexistence difficile entre blé et brebis. Au milieu du xvi e siècle, la Dogana effectue un choix absolument décisif. Dans le but de réintégrer les bergers dans leurs droits usurpés par les agriculteurs, elle tente de mettre de l’ordre dans l’enchevêtrement des prétentions et des droits en transférant la partie la plus importante de son activité normative et de contrôle, des hommes, des animaux, des produits et des pratiques, au sol. Par le biais des procédures de négociation typiques du processus décisionnel public de l’époque, on effectue une titanesque opération de connaissance, description, cartographisation et géométrisation du vaste territoire de compétence de la Dogana, traduite sur le terrain par l’installation de limites et de signes, et enregistrée dans le libro della reintegra. En particulier, les espaces et les usages des masserie céréalières sont minutieusement définis de façon à ne pas entamer les ressources destinées aux brebis transhumantes. Inutile de dire que cette projection sur le sol des prétentions et des droits n’immobilise pas le paysage : son effet immédiatement perceptible est l’invention de nouvelles figures de contrôle – en premier lieu les compassatori (arpenteurs) – et un nouveau langage des conflits, qui s’allument désormais principalement au sujet des modifications du dessin de l’espace. Les entorses aux “vagues échiquiers” et aux “proportions harmoniques” entre les composantes du paysage construit par la reintégra sont fréquentes24. Surtout lors des phases de croissance démographique, le blé envahit les terres officiellement destinées aux pâturages, provoquant les très vives protestations de l’universitas des pasteurs et les réponses vigoureuses de l’universitas des massari et des lobbies en lien avec le bureau d’approvisionnement céréalier de la ville de Naples, et entraînant de nouvelles médiations et des reformulations du dessin spatial. Tout cela a des répercussions directes sur la qualité et le niveau des migrations saisonnières pastorales et céréalières. La gestion des phases aiguës de la demande de travail devient extrêmement difficile, en particulier lorsque l’expansion de la céréaliculture est vigoureuse, et tend à impliquer des sujets sociaux et institutionnels présents non seulement dans les zones de destination mais aussi dans celles, plus importantes, de provenance de la main-d’œuvre ; en particulier celles qui ont incorporé dans leurs logiques de fonctionnement les ravitaillements institutionnalisés et les revenus du travail offerts par la grande plaine paludéenne.

27Détournons maintenant notre regard des masserie où s’effectue la moisson pour le porter sur les places où se sont constituées les équipes des moissonneurs au cours de l’automne précédent. Une partie significative des migrations saisonnières plus structurées ne prend pas sa source dans les collines ou la montagne ; par exemple, une étroite bande oléicole de la partie centrale des Pouilles, qui donne sur l’Adriatique, est exportatrice de milliers de bras vers le Tavoliere. À première vue – par le biais des descriptions d’observateurs et de voyageurs –, ce milieu s’oppose entièrement aux grands espaces dépouillés d’arbres du Tavoliere, inhabités et cultivés par une main-d’œuvre salariée dans de grandes exploitations. Les Pouilles oléicoles sont un monde où la terre est rare et les hommes nombreux, composé de petites fermes où l’on “tire des fruits des cailloux eux-mêmes”, et où les espaces du blé et des brebis consistent en mouchoirs de terre à l’ombre des oliviers ; un monde de bourgs denses situés à quelques kilomètres les uns des autres et qui, contrairement aux bourgs céréaliers et pastoraux, présentent des indices très bas de mobilité de longue durée, un nombre restreint de patronymes et une forte capacité à susciter l’appartenance locale. Mais les éléments de ressemblance entre ces deux Pouilles ne sont pas moins importants. Ce qui les rapproche en particulier, c’est la différence entre leur constitution sociale et institutionnelle et celle des modèles des communautés paysannes. L’habitat ne repose pas sur la dichotomie classique entre les nombreux villages rustiques et les rares villes mercantiles et manufacturières, mais sur de gigantesques agrotowns où les activités rurales, fortement spécialisées, monétisées, projetées sur des marchés proches et lointains, cohabitent avec les activités de supervision de la circulation des produits.

28Dans la perspective ici adoptée, les conséquences principales de cette configuration sont doubles : d’une part, l’exposition de ces grands centres de production agricole au risque alimentaire, que combattent les bureaux d’approvisionnement au moyen d’un interventionnisme continu et projeté sur d’amples espaces ; d’autre part, l’importance relativement faible, pour la société locale, des territoires ruraux de pertinence directe des bourgs. L’enceinte des murailles enserrant les maisons agglomérées de façon paroxystique symbolise moins l’autonomie juridictionnelle du centre qu’une sorte d’extranéité des cives par rapport à la campagne déserte qui les entoure. L’étroitesse du périmètre rural du bourg et le fait que des institutions et des sujets individuels souvent étrangers au bourg s’en soient en bonne partie approprié, à titre féodal ou allodial, rompent le lien entre l’habitat, la propriété et le travail qui fonde la citadinité rustique d’époque moderne en relation avec un lieu élémentaire institutionnalisé. Du reste, lorsque le travailleur rural acquiert un lopin de terre hors les murs, il ne lui attribue pas les éléments symboliques qui incitent le paysan “canonique” à le défendre à tout prix : trop petit pour satisfaire les besoins de sa famille, le terrain acquis est utilisé de la même façon que celui qui est loué, il est vendu et racheté lorsque s’en présente l’occasion, et se transmet par la lignée féminine sans lien avec le patronyme.

  • 25 Je me réfère à Granovetter 1973.

29Le protagoniste de cette économie est le bracciale, figure qui cumule les fonctions de production directe des biens immédiatement destinés au marché et celles d’accomplissement de travail pour le compte d’autrui. En tant que titulaire d’une famille nucléaire néo-locale formée en son jeune âge et immergée dans des réseaux de relations pauvres des strong ties25 de la parentèle et de la solidarité, la bracciale doit se mesurer avec la diffusion du phénomène de formalisation contractuelle et, surtout, avec la nécessité de chercher des contractants dans des espaces bien distincts de ceux qui ressortissent de l’universitas garantissant ses droits de citoyenneté. Structurellement incomplètes sur le plan des ressources dérivant de l’appartenance institutionnelle au lieu, les sociétés de la côte oléicole cherchent des intégrations avec d’autres sociétés structurellement incomplètes à leur tour, en particulier du point de vue des bras disponibles. Les universitates oléicoles elles-mêmes, en grande partie privées de capacités de contrôle sur leur propre territoire rural, offrent des ressources précieuses à la masse de leurs propres cives appartenant aux couches inférieures de la stratification sociale et exclus de la sphère formelle du gouvernement local, devenant des opérateurs spatiaux non ponctuels ; c’est-à-dire intervenant dans des arènes lointaines par le biais de l’institutionnalisation des gestes, des itinéraires, des procédures de l’approvisionnement de céréales et des migrations saisonnières. En tentant de contrôler, parfois en vain, le risque lié aux choix économiques, qui croît au fur et à mesure qu’on s’aventure dans des milieux géographiquement et juridictionnellement lointains, les pouvoirs locaux concourent à la formation d’espaces irréguliers, non prévus par les règlements et par la toponymie mais dotés de formes de légitimité compatibles avec l’enchevêtrement des pouvoirs émergé lors du passage du haut Moyen Âge au début de l’époque moderne.

30Ces espaces non ponctuels, dont les migrations saisonnières représentent la colonne vertébrale et le principal élément de démarcation, constituent le milieu familier, le cadre de vie normal de générations de paysans apuliens d’époque moderne.

Dynamiques faibles et gestion de l’espace

  • 26 Cf. Lepre 1981, 27-28.
  • 27 Russo 1995, 263.
  • 28 Cf. Grimaldi 1781.

31Inutile d’insister sur la richesse de détail qui apparaît lorsqu’on observe ce milieu de plus près. L’appareil public et privé de régulation des migrants saisonniers peut se révéler non seulement inefficace mais contre-productif, en particulier lors des phases d’expansion, et la structuration des flux migratoires peut avoir pour effet d’entraver le bon déroulement de la moisson au lieu de le garantir. En 1574, après des années de défrichages licites et illicites, les moissonneurs encadrés par leurs antenieri au sein des compagnies entament une grève de grande envergure pour réclamer une augmentation de leur rétribution, grève immédiatement matée avec l’arrestation de 42 antenieri. La réponse énergique des institutions, à partir des arrêts de 1585 et 1588, se traduit par une réglementation supplémentaire de l’anteneria, des rapports de travail, du salaire, fixé au niveau “juste” et “ordinaire”26, qui n’apaise pas les conflits27 et est suivi de nouveaux projets d’encadrement toujours plus vigoureux de la mobilité saisonnière28.

32Tout ceci ne peut être interprété comme un signe de faiblesse du contrôle institutionnel sur le sol. La façon d’être des territoires pendant la longue phase de construction de l’“État moderne”, les contraintes formelles imposées aux pratiques et à l’utilisation de la terre, la superposition de territorialités légitimes mais diversement défectueuses, l’enchevêtrement des normes, des prétentions, des conflits, finissent par enrayer les dynamiques spatiales, engendrer des inerties et produire des effets imprévus d’auto-organisation, de contrôle et, en un certain sens, de gestion de l’espace. La masseria céréalière, souvent présentée comme un organisme adapté au milieu microécologique et à ses ressources, devient la pétrification d’un système délicat de compatibilités entre une foule de sujets et de prétentions couchées dans un language juridique. La composante structurée et encadrée des migrations saisonnières apuliennes constitue une partie non secondaire de ce système de compatibilités et, en dépit des tensions et des conflits, fonctionne tant que fonctionne la forme baroque et plurielle d’interventionnisme spatial mis en oeuvre dans le Royaume de Naples comme dans bien d’autres formations politiques d’époque moderne.

33L’espace légicentrique du xix e siècle, refondé par le biais des activités de listing, de cartographisation géométrique et de contrôle policier et administratif, présente la contradiction irrémédiable de vouloir diriger les hommes en mouvement alors qu’on libéralise et privatise les utilisations économiques de la terre, qui balaient les “usages des Pouilles” et les “vagues échiquiers”. En dépit de la production massive de contraintes, permis et normes bien ordonnées, le bouleversement et la désinstitutionalisation de l’ordre migratoire séculaire et de ses espaces devient inévitable.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Albera, D. et P. Corti, éd. (2000) : La montagna mediterranea : una fabbrica d’uomini ? Mobilità e migrazioni in una prospettiva comparata (secoli XV-XX), Cavallermaggiore.

Arru, A. et F. Ramella, éd. (2004) : L’Italia delle migrazioni interne. Donne, uomini e mobilità in età moderna e contemporanea, Rome.

Bade, K. (2001) : L’Europa in movimento. Le migrazioni dal Settecento ad oggi, Rome - Bari.

Bellettini, A. éd. (1980) : La popolazione italiana nel Settecento, Rome.

Biagioli, G., éd. (1995) : Ricerche di storia moderna IV, Pise.

Cimaglia, N. M. (1790) : Della natura e sorte della coltura delle biade, Naples.

Clark, P. (1979) : “Migration in England during the Late Seventeenth and Early Eighteenth Centuries”, Past and Present, 83, 57-90.

Collomp, A. (1983) : La maison du père. Famille et village en Haute-Provence aux xvii e et xviii e siècles, Paris.

Da Molin, G. (1980) : “La mobilità dei contadini pugliesi tra fine ‘600 e primo ‘800”, in : Bellettini 1980, 435-475.

Davis, J. (1980) : Antropologia delle società mediterranee. Un’analisi comparata, Turin.

De Dominicis, F. N. (1781) : Lo stato politico ed economico della Dogana della Mena delle Pecore di Puglia, III, Naples.

De Matteis, A. (1993) : ‘Terra di mandre, di pastori ed emigranti’. L’economia dell’Aquilano nell’Ottocento, Naples.

Delille, G. (1977) : Agricoltura e demografia nel regno di Napoli nei secoli xviii e xix , Naples.

— (1985) : Famille et propriété dans le Royaume de Naples ( xv e -xix e siècle), Rome - Paris.

Farinelli, F. (1973) : “Per lo studio delle migrazioni degli operai campestri abruzzesi nei secoli passati : un approccio geografico”, Rivista abruzzese, 26, 153-164.

Fedele, S. (1971) : “Strutture e movimento della popolazione in una parrocchia della Capitanata 1711-1750”, Quaderni storici, 17, 447-484.

Fonseca, C. D., éd. (1981) : Civiltà e culture di Puglia, vol. III, La Puglia tra medioevo ed età moderna. Città e campagna, Milan.

Fontaine, L. (1993) : Histoire du colportage en Europe, xv e -xix e siècles, Paris.

Geselle, A. (2000) : “Bewegung und ihre Kontrolle in Lombardo-Venetien”, in : Heindl & Saurer 2000, 347-515.

Granovetter, M. S. (1973) : “The Strenght of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 6, 1360-1380 [= Granovetter, M. S., Le marché autrement, Paris, 2000, 45-73].

Gravina, A. éd. (1990) : Atti del 11° Convegno nazionale sulla preistoria-protostoria storia della Daunia, San Severo.

Grimaldi, D. (1781) : Piano per impiegare utilmente i forzati, e col loro travaglio assicurare ed accrescere le raccolte del grano nella Puglia, e nelle altre provincie del Regno, Naples.

Heindl, W. et E. Saurer, éd. (2000) : Grenze und Staat. Passenwese, Staatbürgerschaft, Heimatsrecht und Fremdengesetzgebung in der österreichischen Monarchie 1750-1867, Vienne.

Horden, P. et N. Purcell (2000) : The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford.

Kleinschmidt, H. (2002) : Menschen in Bewegung. Inhalte und Ziele historisches Migrationforschung, Göttingen.

La Cava, A. (1939) : “La demografia di un comune pugliese nell’età moderna”, Archivio storico per le province napoletane, 25-66.

Lepre, A. (1973) : Feudi e masserie. Problemi della società meridionale nel ‘600 e nel ‘700, Naples.

— (1981) : “Le campagne pugliesi nell’età moderna”, in : Fonseca 1981, 273-331.

Longano, F. (1981) : Viaggio per la Capitanata, Campobasso.

Lucassen, J. (1987) : Migrant Labour in Europe 1600-1900. The Drift to the North Sea, Londres.

Manicone, M. (1807) : La fisica appula, vol. II, Naples.

Marino, J. A. (1988) : Pastoral economics in the Kingdom of Naples, Baltimore - Londres.

Masella, L. et B. Salvemini, éd. (1989) : Storia d’Italia, La Puglia, Turin.

Massafra, A. éd. (1981) : Problemi di storia delle campagne meridionali nell’età moderna e contemporanea, Bari.

Mercurio, F. (1985) : “Uomini, cavallette, pecore e grano : una calamità di parte”, Società e storia, 30, 767-795.

Meriggi, M. (2005) : “Sui confini dell’Italia preunitaria”, in : Salvatici 2005, 37-53.

Moch, L. P. (1992) : Moving Europeans. Migration in Western Europe since 1650, Bloomington.

Pinto, G., C. Poni et U. Tucci, éd. (2002) : Storia dell’agricoltura italiana, vol. II, Il medioevo e l’età moderna, Florence.

Poitrineau, A. (1983) : Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France 17e-18e siècles, Paris.

Poli, G. (1990) : “Manodopera bracciantile e migrazioni stagionali nella Daunia del Cinquecento”, in : Gravina 1990, 291-306.

Porzio, C. (1965) : “Relazione del Regno di Napoli al Marchese di Mondesciar Vicerè di Napoli tra il 1577 e il 1579”, in : Porzio, C. La congiura dei baroni del Regno di Napoli contro il Re Ferdinando Primo e gli altri scritti, E. Pontieri éd., Naples.

Reher, D. S. (1990) : Town and Country in Pre-industrial Spain : Cuenca, 1550-1870, Cambridge.

Rosental, P.-A. (1999) : Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du 19e siècle, Paris.

Russo, S. (1989) : “La ‘ Puglia piana’ dei salariati”, Istituto Alcide Cervi. Annali, 11, 291-306.

— (1995) : “Immigrazioni di contadini nella ‘Puglia piana’ tra Sette e Ottocento”, in : Biagioli 1995, 249-269.

— (1999) : “Immigrazioni nel Tavoliere nel Seicento. Alcune ipotesi di ricerca”, in : La popolazione italiana nel Seicento, Bologne, 207-223.

— (2000) : “Montagne e pianura. Nel Mezzogiorno adriatico (XVII-XIX sec.)”, in : Albera & Corti 2000, 133-140.

Salvatici, S. éd. (2005) : Confini. Costruzioni, attraversamenti, rappresentazioni, Soveria Mannelli.

Salvemini, B. (1989) : “Prima della Puglia. Terra di Bari e il sistema regionale in età moderna”, in : Masella & Salvemini 1989, 3-218.

Salvemini, B. (2002) : “L’allevamento”, in : Pinto et al. 2002, 255-320.

Sanfilippo, M. (2004) : Problemi di storiografia dell’emigrazione italiana, Viterbe.

Sinisi, A. (1994) : “Migrazioni interne e società rurale in Italia meridionale (secoli XVI-XIX)”, Bollettino di demografia storica, 19, 41-69.

Vitolo, G., éd. (2005) : Citta e contado nel Mezzogiorno tra medioevo ed età moderna, Salerne.

Williamson, O. E. (1975) : Markets and Hierarchies. Analysis and Anti-trust Implications, New York.

Zotta, S. (1981) : “Rapporti di produzione e cicli produttivi in regime di autoconsumo e di produzione speculativa. Le vicende agrarie dello “stato” di Melfi nel lungo periodo (1530-1730)”, in : Massafra 1981, 221-289.

Notes

1 Je signale en particulier : La Cava 1939 ; Fedele 1971 ; Lepre 1973 ; Farinelli 1973 ; Delille 1977 ; Davis 1980, en particulier p. 40-51 ; Da Molin 1980 ; Zotta 1981 ; Delille 1985 ; Salvemini 1989 ; Poli 1990 ; Marino 1988 ; De Matteis 1993 ; Russo 1995, 1999 et 2000. On trouvera une description soigneuse des études dans Sinisi 1994.

2 Collomp 1983, 217.

3 Poitrineau 1983, 82-83.

4 Horden & Purcell 2000, par exemple p. 377 sq.

5 Voir par exemple Moch 1992 et Bade 2001.

6 Je me réfère à Kleinschmidt 2002.

7 Dans ce que j’ai lu de l’immense littérature récente concernant la mobilité géographique en tout genre, je partage en particulier, à des degrés divers, les options interprétatives de : Fontaine 1993 ; Rosental 1999 ; Sanfilippo 2004 ; Arru & Ramella 2004.

8 Je me réfère au titre du dernier chapitre de Reher 1990.

9 Porzio 1965, 326.

10 Lucassen 1987, en particulier p. 126.

11 Voir par exemple Clark 1979.

12 Meriggi 2005, 44 et 46, qui utilise entre autres l’important travail de Geselle 2000.

13 Cimaglia 1790, 8.

14 Cimaglia 1790, 29.

15 Russo 1989, 293. Au sujet des annaroli cf. en particulier, Russo 1995, 256-261.

16 Russo 1995, 217.

17 Cf. par exemple De Dominicis 1781, 236.

18 Mercurio 1985, 788.

19 Manicone 1807, 143-144.

20 En ce qui concerne les indications des archives des actes notariés ici utilisés, voir Salvemini 1989, 49, note, et p. 170-1, note.

21 Je fais allusion à une catégorie utilisée en économie néo-institutionnaliste : par exemple dans Williamson 1975.

22 “Leur intérêt unit indissolublement deux climats de nature différente”, écrivait à la fin du xviii e siècle Longano 1981, 105. Voir à ce propos les travaux nombreux et efficaces de Luigi Piccioni.

23 Des indications importantes (et des références bibliographiques) sur ces thèmes sont contenues dans Vitolo 2005.

24 Au sujet de l’idéologie de ceux qui défendent le quadrillage de la Dogana du milieu du xvi e siècle, cf. Salvemini 2002.

25 Je me réfère à Granovetter 1973.

26 Cf. Lepre 1981, 27-28.

27 Russo 1995, 263.

28 Cf. Grimaldi 1781.

Auteur

Università di Bari, Dipartimento di Scienze
Storiche e Sociali

Jean-Luc Defromont (Traducteur)

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540