Version classiqueVersion mobile

L'auctoritas à Rome

II - Les instances religieuses et politiques de l'auctoritas

Chapitre V - De la différence entre l’auctoritas des prêtres et celle des magistrats sous la République romaine

Yann Berthelet

Résumé

Sous la République romaine, prêtres et magistrats disposaient d’une auctoritas attachée à leur fonction. Leurs fonctions n’étant toutefois pas de même nature, l’auctoritas qui leur était attachée différait fortement. Les prêtrises étant viagères, l’auctoritas qui en résultait l’était aussi. L’auctoritas qui découlait des magistratures, le plus souvent annuelles, survivait à leur terme, mais restait soumise à l’usure du temps. L’auctoritas des prêtres reposait sur leur expertise religieuse au service des magistrats et du Sénat. L’auctoritas des magistrats, mobilisée avant tout comme une alternative à l’usage de leur potestas (cum ou sine imperio), reposait principalement sur leur capacité à activer à tout moment cette puissance publique. Les magistratures patriciennes bénéficiaient en outre, par leur droit de prendre les auspices à titre public, d’un lien structurel avec l’auctoritas héritée du monopole auspicial patricien. Dans les deux cas, bien que selon des modalités différentes, l’auctoritas des prêtres et des magistrats était adossée à celle du Sénat, véritable clé de voûte du régime d’auctoritas qu’était la République aristocratique romaine.

Texte intégral

  • 1 Santangelo 2013, 744.
  • 2 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310.

“… priests were credited with a form of religious knowledge and expertise that enabled them to interact with the Senate, usually by providing rulings that were authoritative, but not binding”1.
“L’auctoritas (sc. d’un magistrat) ne résulte pas de l’exercice de son pouvoir de magistrat, mais de l’influence plus grande que lui confère le poste qu’il occupe et qu’il peut faire jouer dans le sens de l’adoption ou du refus d’une décision”2.

Une auctoritas était attachée à la fonction sacerdotale comme à la magistrature, chacune étant perçue comme un honos aristocratique

  • 3 Le “capital symbolique”, concept emprunté à P. Bourdieu (2001, 107-113), désigne toute forme de c (...)
  • 4 Pour l’auctoritas attachée à la magistrature, voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 310 : “L’auctoritas(...)
  • 5 Sal., Iug., 31.10 : “Ils (sc. les membres de la nobilitas) défilent insolemment devant vos yeux, (...)

1L’auctoritas attachée aux sacerdoces publics et aux magistratures civiques de la République romaine dépassait le seul “capital symbolique” propre à un membre de la nobilitas3. Comme le prouvent plusieurs passages de Cicéron, cette auctoritas était liée dans les deux cas, bien que selon des modalités différentes, à une fonction institutionnelle officielle4, qui constituait un honos aristocratique5 :

  • 6 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959.

Cic., Leg., 2.52 : “Si les charges sacrées ont été jointes à la fortune, c’est par l’autorité des pontifes (pontificum auctoritate), ce n’est pas par une loi. De sorte que si vous vouliez n’être que pontifes, il vous resterait au moins votre autorité de pontife (pontificalis… auctoritas) […]”6.

  • 7 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959. Pour un autre exemple de délégation, plus conventionnelle, de l’a (...)

Cic., Verr., 2.5.83 : “De quoi d’abord t’accuser ou me plaindre ? D’avoir donné à un homme de Sicile (sc. Cléomène de Syracuse) la puissance, la dignité, l’ascendant moral d’un lieutenant, d’un questeur, enfin d’un préteur (legati, quaestoris, praetoris denique potestatem, honorem, auctoritatem) ? Si banquets et femmes te retenaient, n’avais-tu pas des questeurs ? des lieutenants ?”7.

  • 8 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961.

Cic., Man., 2 : “Aujourd’hui, fort de l’autorité qu’il vous a plu de m’accorder en m’élevant aux honneurs (cum et auctoritatis in me tantum sit quantum uos honoribus mandandis esse uoluistis) […], certes, si je jouis de quelque autorité, je l’emploierai en faveur de ceux qui me l’ont accordée (si quid auctoritatis in me est, apud eos utar qui eam mihi dederunt)...”8.

  • 9 Cic., Verr., 2.3.19.

2De même, alors que Cicéron refusait la moindre auctoritas personnelle à Verrès – homo minimi consili, nullius auctoritatis9 –, il ne pouvait pas nier celle que lui conférait sa préture :

  • 10 Trad. H. de la Ville de Mirmont, CUF, 1923.

Cic., Verr., 2.1.112 : “Tu as fait toi-même disparaître ce chapitre de ton édit de Sicile […]. Mais, ce moyen de défense que tu te réservais, tu n’y as trouvé dans la suite que l’occasion de graves échecs, puisque, par ton édit provincial, tu faisais toi-même abandon de ta propre autorité (tuam auctoritatem)”10.

3Il n’en allait pas autrement pour le jeune pontife qui avait assisté le tribun de la plèbe Clodius, en 58 a.C., dans la consécration d’un sanctuaire à la déesse Libertas, à l’emplacement laissé vacant par la destruction de la domus palatine du célèbre consul de 63 et du portique de Catulus. Bien que Cicéron cherchât par tous les moyens à amoindrir l’auctoritas personnelle de L. Pinarius Natta en soulignant à la fois son jeune âge, son modeste avancement dans la carrière des honneurs, son faible degré de dignitas, l’incomplétude de son savoir, son manque d’expérience et sa trop proche parenté avec Clodius, il ne put pas lui refuser pour autant l’auctoritas qu’il détenait en tant que pontife :

  • 11 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 117-118 : “117. ‘Un pontife, dit-il (sc. Clodius), fut présent à la consécration.’ […]. Pour l’autorité qu’il te fallait, s’ils (sc. les pontifes) en ont tous (opus erat enim auctoritate, quae est in his omnibus), l’âge et le rang rehaussent la dignité (sed tamen auget et aetas et honos dignitatem), et, pour le savoir qu’il te fallait encore, si tous le possèdent (opus erat etiam scientia, quam si omnes consecuti sunt), l’ancienneté donne toujours plus d’expérience (tamen certe peritiores uetustas facit). 118. Qui donc fut présent ? ‘Le frère, dit-il, de ma femme.’ Si nous cherchons l’autorité, il est d’un âge à ne pas en avoir encore (si auctoritatem quaerimus, etsi id est aetatis ut nondum consecutus sit), et, quelle que puisse être l’autorité d’un jeune homme, une si étroite parenté ne peut que l’affaiblir (tamen quanta est in adulescente auctoritas, ea propter tantam coniunctionem adfinitatis minor est putanda). Mais, si on cherche le savoir, qui avait moins d’expérience que celui qui était entré au collège peu de jours auparavant (sin autem scientia est quaesita, quis erat minus peritus quam is qui paucis illis diebus in collegium uenerat) ?”11.

4C’est donc avec raison que Jean-Michel David, summus auctor à qui s’adresse cet hommage empreint de fides, de gratia et de pietas, a écrit dans son essai sur la crise de l’aristocratie romaine tardo-républicaine :

  • 12 David 2000a, 24-27 (extraits).

“Cette qualité qui était reconnue à quelques-uns de pouvoir énoncer un avis auquel l’auditoire était prêt à se soumettre avant même qu’il fût exprimé se nommait l’auctoritas. […] En fait, cette autorité dont certains disposaient tenait à la nature même des fonctions qu’ils avaient déjà le plus souvent exercées et qui les avaient mis dans une position bien supérieure à celles de leurs concitoyens. Le pouvoir à Rome pouvait en effet procéder de deux origines qui toutes deux donnaient à ceux qui le détenaient une supériorité institutionnelle et religieuse. Il s’agissait soit de l’imperium qui était passé du roi aux consuls et aux préteurs […] soit de la puissance des tribuns de la plèbe […]. Les prêtres enfin avaient la responsabilité de maintenir ce qu’on appelait la pax deorum […]. À eux aussi était […] reconnue une capacité supérieure qui donnait à la parole la force performative qui modifiait le réel”12.

5Dans la mesure, toutefois, où y est passée sous silence la différence de nature entre magistratures et sacerdoces, la formulation “cette autorité […] tenait à la nature même des fonctions qu’ils avaient déjà le plus souvent exercées” pourrait prêter à confusion, en laissant croire que l’auctoritas attachée aux magistratures était identique à celle attachée aux sacerdoces. Or il n’en était rien.

L’auctoritas sacerdotale était adossée à une fonction viagère, tandis que celle des magistrats résultait d’une fonction limitée dans le temps

  • 13 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310, qui cite, à la note 8, D.C., Frgt. livre VI = Zonar. 7.19.10 (Boi (...)
  • 14 Bonnefond-Coudry 1989, 644-654.

6Une première différence tenait à la durée respective des fonctions, les magistratures étant le plus souvent annuelles, alors que les fonctions sacerdotales étaient viagères, à l’instar de la fonction sénatoriale. Une fois la magistrature achevée, l’auctoritas qui en résultait ne lui était donc plus adossée. Contrairement à la potestas (cum ou sine imperio) intrinsèque à la magistrature, l’auctoritas qui découlait d’une telle fonction ne disparaissait certes pas à la sortie de charge et demeurait attachée à la personne-même de l’ancien magistrat13, comme cela est particulièrement attesté pour les anciens consuls, dont l’influence politique, notamment au Sénat, est bien connue14 :

  • 15 Trad. J. Martha, CUF, 1973, modifiée.

Cic., Brut., 178 : “Son contemporain Publius Cethegus savait assez bien parler sur la politique : il l’avait en effet étudiée et la connaissait à fond. Aussi dans le Sénat son autorité égalait-elle celle des consulaires (consularium auctoritatem)”15.

  • 16 Trad. A. Boulanger et P. Wuilleumier, CUF, 1963.

Cic., Phil., 2.12 : “Mon consulat n’a pas l’approbation de Marc Antoine. Mais il a eu celle de P. Servilius – pour nommer en premier, parmi les consulaires de cette époque, celui qui est mort le plus récemment (ut eum primum nominem ex illius temporis consularibus qui proxime est mortuus) – ; celle de Q. Catulus, dont l’autorité sera toujours vivante dans notre République (cuius semper in hac re publica uiuet auctoritas)”16.

  • 17 Bonnefond-Coudry 1989, 644.
  • 18 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961, légèrement modifiée. Pour l’auctoritas du consulaire Q. Catulus (c (...)

Cic., Man., 63 : “Et tant de distinctions si magnifiques et si nouvelles sont échues à Pompée en vertu de l’autorité de Q. Catulus et des autres membres les plus considérables (sc. les consulaires17) du même ordre sénatorial (a Q. Catuli atque a ceterorum eiusdem dignitatis amplissimorum hominum auctoritate)”18.

  • 19 Trad. J. Beaujeu, CUF, 1991, modifiée (en suivant Bonnefond-Coudry 1989, 647, qui précise, après (...)

Cic., Fam., 12.2.3 : “Quant à L. Cotta, un de mes intimes, par une sorte de désespoir fatal, comme on dit, il fréquente moins le Sénat ; L. César, un des citoyens les meilleurs et les plus courageux, est retenu par sa santé ; Ser. Sulpicius, qui jouit d’une autorité incomparable et qui pense très bien (et summa auctoritate et optime sentiens), est absent. Quant aux autres, mis à part les consuls désignés, pardonne-moi si je ne les compte pas parmi les consulaires (non numero consulares). Tu as là les inspirateurs du Sénat (auctores consili publici)”19.

  • 20 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310.
  • 21 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310.
  • 22 Sur la notion d’honos, voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 383-387 et, en dernier lieu Jacotot 2013. (...)
  • 23 Cic., Vat., 16 : “[…] après les troubles qui ont assiégé et accablé son tribunat, il a, jeune enc (...)

7Si elle était renouvelée par l’obtention ultérieure de magistratures, l’auctoritas transmise à un individu dans le cadre du cursus honorum tendait même à s’accroître “avec le nombre et l’importance des postes occupés”20, la summa auctoritas étant conférée par l’exercice du consulat et de la censure21. L’auctoritas attachée à un magistrat était en effet proportionnelle à l’importance de l’honos occupé, donc du gradus dignitatis22, et, ce qui allait généralement de pair, à l’âge du magistrat – sauf cas exceptionnels, comme celui de C. Fannius, tribun de la plèbe en 59 a.C., qui acquit très jeune une auctoritas digne des consuls23 :

  • 24 Trad. J. Martha, CUF, 1973, modifiée.

Cic., Brut., 327 : “Aux yeux du public, Hortensius, jeune, était l’orateur par excellence et l’on ne lui contestait pas le premier rang. Si son genre d’éloquence manquait d’autorité (etsi enim genus illud dicendi auctoritatis habebat parum), il paraissait du moins approprié à son âge (tamen aptum esse aetati uidebatur). […] Mais le jour venu où les honneurs, où l’autorité d’un âge mûr demandèrent quelque chose de plus sévère (cum iam honores et illa senior auctoritas grauius quiddam requireret), c’était toujours le même genre d’éloquence, sauf la convenance, qui n’y était plus”24.

  • 25 Trad. E. Courbaud et H. Bornecque, CUF, 1961.

Cic., De Or., 3.7 : “Et la première année où, après avoir passé par toutes les charges (ab honorum perfunctione), il (sc. l’orateur Crassus, cos. 95 a.C., cens. 92 a.C.) allait, du consentement unanime, toucher au faîte de l’autorité (ad summam auctoritatem)”25.

  • 26 Trad. P. Grimal, CUF, 1976.

Cic., Planc., 49 : “Mais pourquoi plaiderais-je de la sorte ? Comme si, aux précédents comices, Plancius n’avait pas déjà été désigné comme édile ; ces comices furent, alors, présidés d’abord par le consul qui possédait dans tous les domaines une autorité incontestée (consul cum omnibus in rebus summa auctoritate) mais qui, surtout, avait appuyé les lois sur la brigue dont nous parlons (tum harum ipsarum legum ambitus auctor)”26.

  • 27 Trad. R. Combès, CUF, 1971.

Cic., Lael., 96 : “Et pourtant son discours à succès trouvait alors dans le respect des dieux immortels que je défendais un facile vainqueur. Cela s’est passé pendant que j’étais préteur, cinq ans avant mon élection au consulat : c’est donc le fond même de l’affaire qui plaida pour elle, plutôt que l’autorité suprême (summa auctoritate) de son défenseur”27.

  • 28 Trad. L. Constans et J. Bayet, CUF, 1950.

Cic., Fam., 15.13.3 : “Si d’autres étaient consuls, c’est à toi, Paullus (sc. L. Aemilius Lepidus Paullus, cos. 50 a.C.), que de préférence je m’adresserais pour que tu me rendes leurs esprits le plus amicaux possible. Aujourd’hui que tu as le pouvoir suprême et la plus haute autorité (summa potestas summaque auctoritas), comme aussi tous connaissent les liens qui nous unissent, je te demande instamment de provoquer le décret le plus honorifique qu’il se pourra sur mes succès, et au plus tôt : la lettre que j’ai adressée officiellement à ton collègue et à toi ainsi qu’au Sénat suffit à te montrer qu’ils méritent honneurs et actions de grâces”28.

  • 29 Trad. A. Boulanger, CUF, 1962.

Cic., Mur., 74 : “C’est bien cela, dit-il (sc. Caton), tu (sc. Cicéron) prétendrais obtenir le pouvoir suprême (summum imperium), l’autorité suprême (summam auctoritatem), le gouvernail de l’État en flattant les passions des hommes, en séduisant leurs esprits, en faisant appel aux plaisirs ?”29.

  • 30 Trad. G. Achard, CUF, 1994.

Cic., Inu., 2.92 : “ ‘Ce n’était pas dans mes fonctions ni dans mon pouvoir (non enim meum fuit officium nec mea potestas), parce que j’étais très jeune, que j’étais un simple particulier (cum et id aetatis et priuatus essem) et que l’autorité et le pouvoir suprêmes étaient dans les mains du général (et esset summa cum auctoritate et potestate imperator) qui devait veiller à ce que le traité conclu fût suffisamment honorable”30.

8Cette proportionnalité entre hiérarchie des honneurs et niveau d’auctoritas explique plusieurs mentions liviennes de l’auctoritas d’un magistrat, chaque fois dans un contexte où la hiérarchie attendue entre magistrats n’est pas respectée – qu’il s’agisse d’un questeur déjà trois fois consul ; d’un jeune tribun militaire contestant la primauté de son collègue, le vieux Camille ; d’un consul décidé à combattre Hannibal sans tenir compte de l’avis de son collègue ; ou bien encore de préteurs critiquant des consuls incapables de lever une armée :

  • 31 Trad. G. Baillet, CUF, 1962.

Liv. 3.25.2-3 (458 a.C.) : “Mais les nouveaux questeurs avaient plus d’énergie et plus d’influence (maior uis, maior auctoritas) : c’était, outre Marcus Valerius, fils de Manius et petit-fils de Volesus, Titus Quinctius Capitolinus qui avait été trois fois consul (sc. en 471, 468 et 465 a.C.) ; ne pouvant plus rendre Céson à la famille Quinctia et un jeune homme hors pair à l’État, il faisait au faux témoin, qui avait mis un innocent dans l’impossibilité de présenter sa défense, une guerre continuelle au nom de la justice et des liens du sang”31.

  • 32 Trad. J. Bayet, CUF, 1966.

Liv. 6.23.4 (381 a.C.) : “Il (sc. Lucius Furius, le second, après Camille, des tribuns militaires à pouvoir consulaire) ajoutait à l’excitation des soldats, déjà assez agités par eux-mêmes, en sapant l’autorité de son collègue du seul côté où il le pouvait, par l’évocation de son âge (eleuando, qua una poterat, aetate auctoritatem collegae) : ‘Aux jeunes la guerre, ne cessait-il de répéter…’ ”32.

  • 33 Trad. R. Bloch et Ch. Guittard, CUF, 1987.

Liv. 8.33.15 (325 a.C.) : “Marcus Furius Camillus, quand Lucius Furius, au mépris de son grand âge et de son autorité (contempta sua senectute et auctoritate), avait livré un combat à l’issue déshonorante, non seulement sur le moment avait su si bien maîtriser sa colère qu’il n’écrivit rien de défavorable sur son collègue au peuple ni au Sénat, mais, après son retour, le Sénat l’ayant laissé libre de faire un choix parmi ses collègues, l’avait préféré aux autres tribuns militaires pour l’associer à son commandement”33.

  • 34 Trad. A. Flobert, GF-Flammarion, 1993.

Liv. 22.40.2 (216 a.C.) : “Le dictateur n’avait pas pu s’entendre avec le maître de cavalerie : quelle serait l’autorité du consul (sc. Paul-Émile) sur son collègue (sc. Varron), un agitateur et un irresponsable (quid consuli aduersus collegam seditiosum ac temerarium uirium atque auctoritatis fore) ? ”34.

  • 35 Trad. P. Jal, CUF, 1976.

Liv. 43.14.2-5 (169 a.C.) : “Comme, en raison de la guerre de Macédoine, on se préoccupait plus que d’habitude d’assurer les levées, les consuls accusaient la plèbe auprès du Sénat parce que même les jeunes gens ne répondaient pas à l’appel de leurs noms. Répliquant à ces magistrats, les préteurs C. Sulpicius et M. Claudius plaidèrent la cause de la plèbe ; ce n’était pas pour les consuls, mais pour des consuls avides de popularité que la levée était difficile à effectuer : ‘Personne n’était mobilisé par eux s’il ne le voulait pas. Pour convaincre les sénateurs eux-mêmes qu’il en était bien ainsi, les préteurs, dont le pouvoir et l’autorité morale étaient pourtant moindres (quibus uis imperii minor et auctoritas esset), effectueraient la levée, si le Sénat le jugeait bon’. Cette opération fut confiée aux préteurs (id praetoribus… mandatum est), la proposition ayant recueilli une large <approbation> des sénateurs (magna patrum <approbatione>) qui ne furent pas sans se moquer des consuls”35.

9Cet accroissement progressif de l’auctoritas grâce au cursus honorum n’était toutefois pas garanti : si un membre du Sénat restait bloqué à un échelon inférieur de la carrière politique ou s’il était au contraire parvenu depuis longtemps au sommet de la pyramide des magistratures, l’auctoritas héritée des magistratures antérieures pouvait finir par s’user avec le temps. La situation de Pompée en 57 a.C. correspondit par exemple à ce dernier cas de figure, comme l’a bien mis en lumière Jean-Michel David :

  • 36 David 2000a, 205.

“Pompée en effet était prisonnier de sa gloire. Pour lui, s’engager dans les conflits et prendre parti dans le jeu des factions était s’offrir aux critiques et aux outrages. […] Agir était risquer d’échouer et de perdre une autorité que tous ses adversaires et concurrents souhaitaient voir diminuer. Ne rien faire était laisser s’user un capital de prestige que rien ne viendrait renouveler”36.

L’auctoritas des prêtres constituait la modalité fondamentale d’exercice de leur fonction, tandis que celle des magistrats, détenteurs avant tout d’une potestas (cum ou sine imperio), n’en était qu’une modalité d’exercice secondaire

  • 37 Pour l’auctoritas comme modalité d’exercice de l’influence politique du Sénat, voir Mommsen 1889- (...)

10Une autre différence majeure entre l’auctoritas des prêtres et celle des magistrats tenait au fait que, là où l’auctoritas des premiers constituait, comme pour les sénateurs37, la modalité même de l’exercice de leur fonction, l’auctoritas des magistrats n’en formait au mieux qu’une modalité d’exercice secondaire, alternative ou complémentaire à l’exercice de leur potestas (cum ou sine imperio).

  • 38 Santangelo 2013, 749 : “Auctoritas – the quality of being auctor – is therefore referred to the a (...)

11L’auctoritas attachée aux prêtres publics romains était fondée sur celle des ancêtres, qualifiés d’auctores ac magistri religionum colendarum38 :

  • 39 Trad. P. Wuilleumier et A.-M. Tupet, CUF, 1966, modifiée.

Cic., Har., 18 : “Moi, je considère d’abord nos ancêtres comme les inspirateurs et les maîtres dans l’exercice du culte (habeo auctores ac magistros religionum colendarum maiores nostros), eux dont la sagesse (sapientia) me semble avoir été telle qu’on fait preuve d’une clairvoyance suffisante et même supérieure (satis superque prudentes) quand on peut, je ne dis pas atteindre, mais percevoir dans toute son étendue leur propre clairvoyance (illorum prudentiam), eux qui ont jugé que les rites établis et les cérémonies régulières relèvent du pontificat (statas sollemnisque caerimonias pontificatu) et la garantie des entreprises favorables de l’augurat (rerum bene gerendarum auctoritates augurio), que les anciennes prophéties fatidiques sont contenues dans les livres des devins d’Apollon (fatorum ueteres praedictiones Apollinis uatum libris) et l’expiation des prodiges dans la doctrine des Étrusques (portentorum expiationes Etruscorum disciplina)”39.

12Il en résultait que les prêtres publics, tels les pontifes auxquels s’adressait Cicéron dans le De Domo, devaient conforter par leur auctoritas et leur sapientia les choix posés par les maiores lorsqu’ils avaient établi les sacerdoces :

  • 40 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 2 : “Si, au contraire, votre autorité et votre sagesse, pontifes (auctoritate sapientiaque, pontifices), abolissent les actes provoqués par la fureur des méchants et la terreur des bons quand la République était soit opprimée soit abandonnée soit trahie, nous aurons lieu d’approuver en toute justice la décision qu’ont prise nos ancêtres de choisir pour les sacerdoces les personnages les plus éminents (consilium maiorum in amplissimis uiris ad sacerdotia deligendis).”40

  • 41 Il n’est pas certain, toutefois, que l’affirmation “errabat enim multis in rebus antiquitas” – qu (...)
  • 42 Sur l’importance, notamment, du ius augurale et de la iudicatio des augures, voir Linderski 1986, (...)

13Cet ancrage de l’auctoritas sacerdotale dans le mos maiorum ne signifiait pas que la scientia détenue par tel ou tel collège de prêtres – celui des augures dans le passage suivant du De Diuinatione – n’évoluait pas : les maiores eux-mêmes se trompaient souvent41 et la pratique (usus), le savoir (doctrina) ou la longue durée (uetustas) pouvait modifier la scientia religieuse. Mais les Romains n’en conservaient pas moins, pour l’opinio uulgi et l’utilitas rei publicae, l’auctoritas des collèges sacerdotaux, indissociable du mos et de la religio, mais aussi de la disciplina et du ius relevant de la compétence de chaque collège de prêtres – il convient à cet égard de souligner que le collège pontifical n’était pas le seul collège sacerdotal à détenir une expertise juridique42 :

Cic., Diu., 2.70 : “Pourtant je crois que Romulus, qui a fondé Rome après avoir pris les auspices (qui urbem auspicato condidit), croyait que l’art augural consistait à prévoir l’avenir (in prouidendis rebus augurandi scientiam) – les Anciens se trompaient en fait souvent (errabat enim multis in rebus antiquitas) – : cet art, nous le constatons, a changé, par l’usage, sous l’influence du savoir ou par l’effet de l’évolution (quam uel usu iam uel doctrina uel uetustate immutatam). Mais pour les croyances populaires et pour le plus grand bénéfice de la république (et ad opinionem uulgi et ad magnas utilitates rei publicae), on conserve la tradition, le système religieux, l’art et le droit auguraux, l’autorité du collège (retinetur… mos, religio, disciplina, ius augurium, collegii auctoritas)”.

  • 43 L’excellente analyse d’Arendt [1954] (1972), citation p. 163, sur l’auctoritas à Rome doit être n (...)
  • 44 Santangelo 2013, 747-749 : “One of the central aspects of Cicero’s appreciation of the role of th (...)

14Comme il appert clairement dans ce dernier texte, il est souvent question de l’auctoritas collective d’un collège sacerdotal, même s’il existait une hiérarchie des autorités au sein de chaque collège, en fonction de l’âge, de l’expérience et du savoir de chacun43, ainsi que du niveau d’honos atteint44 :

  • 45 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 117 : “Pour l’autorité qu’il te fallait, s’ils (sc. les pontifes) en ont tous (opus erat enim auctoritate, quae est in his omnibus), l’âge et le rang rehaussent la dignité (sed tamen auget et aetas et honos dignitatem), et, pour le savoir qu’il te fallait encore, si tous le possèdent (opus erat etiam scientia, quam si omnes consecuti sunt), l’ancienneté donne toujours plus d’expérience (tamen certe peritiores uetustas facit)”45.

  • 46 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 132 : “Si tu (sc. Clodius) avais eu quelque décision à prendre, une expiation ou une création à faire en matière de religion domestique, tu aurais, malgré tout, selon l’antique tradition des ancêtres, porté l’affaire devant un pontife ; et quand, par un procédé abominable et inouï, tu entreprenais d’édifier un sanctuaire nouveau dans le plus bel endroit de la ville, tu n’as pas cru devoir consulter sur ce point les prêtres publics ? Et s’il ne te paraissait pas utile de réunir le collège des pontifes, parmi ces prêtres, que leur âge, leur rang et leur autorité distinguent entre tous (qui aetate, honore, auctoritate antecellunt), n’en as-tu trouvé aucun à qui communiquer ton projet de dédicace ? À vrai dire, tu n’as pas méprisé, mais redouté leur prestige (dignitatem)”46.

15Il arrivait aussi que le collège dans son ensemble posât une limite à l’auctoritas individuelle d’un de ses membres, fût-il, comme P. Licinius Crassus Dives, grand pontife :

  • 47 Trad. A. Hus, CUF, 1977. Voir Lundgreen 2011, 159 et 167-168 ; Santangelo 2013, 756 (autres exemp (...)

Liv. 31.9 (200 a.C.) : “L’exécution de ce vœu de l’État fut retardée par le grand pontife Licinius, qui déclara que l’on ne devait pas faire un vœu sans fixer son coût parce qu’on ne pouvait employer cet argent pour la guerre, mais qu’il fallait aussitôt le mettre de côté et ne le mélanger à aucun autre ; autrement, le vœu ne serait pas accompli régulièrement. L’argument et la personnalité de celui qui l’invoquait firent impression (et res et auctor mouebat) ; pourtant, on invita les consuls à en référer au collège des pontifes (tamen ad collegium pontificum referre consul iussus), pour savoir si l’on pouvait faire régulièrement un vœu dont le coût n’était pas fixé. Les pontifes décidèrent qu’on le pouvait, et que cela était même régulier (posse rectiusque etiam esse pontifices decreuerunt).”47

  • 48 Voir en particulier : Scheid 1984, 266-270 ; Scheid [1983] 2001, 52-69 ; Scheid [1998] 2017, 126- (...)
  • 49 Santangelo 2013 et id. 2016.
  • 50 Voir déjà Hellegouarc’h [1963] 1972, 255 et n. 10 (studium associé à consilium), 301-306 (fides, (...)

16Dans le sillon de travaux antérieurs48, Federico Santangelo a récemment insisté, à juste titre, sur l’expertise des prêtres publics comme fondement de leur auctoritas49. De fait, l’auctoritas sacerdotale est régulièrement associée, chez Cicéron, aux notions de sapientia, de prudentia, de fides, de studium, de consilium, de sententia et, plus étonnamment, de iudicium50 :

  • 51 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 2 : “Si, au contraire, votre autorité et votre sagesse, pontifes (auctoritate sapientiaque), abolissent les actes provoqués par la fureur des méchants et la terreur des bons quand la République était soit opprimée soit abandonnée soit trahie, nous aurons lieu d’approuver en toute justice la décision qu’ont prise nos ancêtres de choisir pour les sacerdoces les personnages les plus éminents”51.

  • 52 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 44-45 : “Donnerez-vous, pontifes, à un tribun de la plèbe par votre sentence et votre autorité (iudicio atque auctoritate) ce pouvoir de proscrire qui bon lui semblera ? […] C’est à vous-mêmes, pontifes, à vos enfants et aux autres citoyens que vous devez songer, comme il convient à votre autorité et à votre sagesse (auctoritate et sapientia)”52.

  • 53 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952, modifiée.

Cic., Dom., 100 : “Mais ce retour, pontifes, dépend de votre jugement (uestro iudicio). Car si vous me réintégrez dans ma maison, conformément à ce que vous avez fait dans toute cette affaire par vos inclinations, vos conseils, vos résolutions et vos avis (studiis, consiliis, auctoritatibus, sententiisque), je me vois et me sens vraiment rétabli”53.

  • 54 Trad. P. Wuilleumier et A.-M. Tupet, 1966.

Cic., Har., 14 : “Ou bien le Sénat lui-même jugera, lui qui, à la seule exception de ce grand prêtre des cérémonies sacrées, a déjà, dans une réunion très nombreuse, rendu son jugement ; ou bien, ce qui arrivera sans doute, l’affaire sera renvoyée aux pontifes, à l’autorité, à la probité, à la sagesse (auctoritati, fidei, prudentiae) desquels nos ancêtres ont confié le soin des rites et des cultes tant privés que publics”54.

17L’expertise sacerdotale détenait d’autant plus d’auctoritas qu’elle était en partie secrète :

  • 55 Moatti 2003, 312. Pour plus de détails sur le secret partiel qui entourait l’expertise sacerdotal (...)

“Les actes publics, comme les rituels et formules juridiques, étaient donc déposés, cachés dans le secret des registres et dans la mémoire du collège de prêtres le plus important de la cité. Ainsi l’expertise était-elle non seulement collective, mais secrète, et en tant que telle source de pouvoir. Cela correspond bien à la notion de peritia que propose Cicéron : on est peritus si on possède un savoir inaccessible au plus grand nombre”55.

  • 56 Santangelo 2013, 749 : “The unshakeable auctoritas of the senatus is the precondition of the acti (...)
  • 57 Sur ce qu’il faut entendre par ce iudicium pontifical, voir supra n. 50.

18Enfin, l’expertise des prêtres était structurellement adossée à l’auctoritas du Sénat, au point qu’on a pu qualifier les principaux collèges sacerdotaux de sous-commissions d’experts de l’auguste assemblée56. Un passage du De Haruspicum responso l’illustre parfaitement, tout en soulignant combien l’auctoritas des décisions prises était accrue par l’affluence (frequentia) au sein du collège pontifical – dont Cicéron souligne aussi l’unanimité –, au sein du public assistant au jugement des pontifes57 et au sein du Sénat devant l’entériner :

  • 58 Trad. P. Wuilleumier et A.-M. Tupet, CUF, 1966.

Cic., Har., 12-13 : “12. […] Quand il s’agit des cérémonies publiques, des grands jeux, du culte rendu aux dieux pénates et à l’auguste Vesta, de ce sacrifice même offert pour le salut du peuple romain, qui, depuis la fondation de Rome, n’a été profané que par le crime de ce chaste protecteur de la religion (sc. Clodius), la décision de trois pontifes a toujours paru au peuple romain ainsi qu’au Sénat et même aux dieux immortels assez sacrée, assez auguste, assez contraignante (satis sanctum, satis augustum, satis religiosum). Mais, en vérité, pour ma maison, P. Lentulus, à la fois consul et pontife, P. Servilius, M. Lucullus, Q. Metellus, M’. Glabrio, M. Messala, L. Lentulus, flamine de Mars, P. Galba, Q. Metellus Scipio, C. Fannius, M. Lepidus, L. Claudius, roi des sacrifices, M. Scaurus, M. Crassus, C. Curio, Sex. Caesar, flamine de Quirinus, Q. Cornelius, P. Albinovanus, Q. Terentius, pontifes mineurs, l’affaire une fois instruite et plaidée en deux occasions (duobus locis dicta), devant une foule immense de citoyens pleins de prestige et de sagesse (maxima frequentia amplissimorum ac sapientissimorum ciuium adstante), tous à l’unanimité (una mente) l’ont déclarée affranchie de tout caractère religieux. 13. J’affirme que jamais depuis l’institution des cultes, dont l’origine remonte à celle de la ville elle-même, sur aucun sujet, pas même sur une accusation capitale contre les vierges de Vesta, le collège ne s’est réuni aussi nombreux pour prononcer un jugement (tam frequens collegium iudicasse). […] Le lendemain, réuni en très grand nombre, le Sénat a décidé (frequentissimus senatus… statuit), alors que tu étais consul désigné, Lentulus, et le premier à donner ton avis (consule designato… sententiae principe), sur le rapport des consuls P. Lentulus et Q. Metellus, en présence de tous les pontifes appartenant à notre ordre sénatorial (cum omnes pontifices qui erant huius ordinis adessent), après que d’autres, auxquels les honneurs du peuple romain donnaient la préséance (cumque alii qui honoribus populi Romani antecedebant), eurent longuement commenté le jugement du collège et que tous eurent assisté à la rédaction du décret (omnesque idem scribendo adessent), que ma maison apparaissait, d’après le jugement des pontifes (iudicio pontificum), affranchie de tout caractère religieux”58.

19Un passage du De Domo, qui n’occulte pas, comme le texte précédent, le rôle du magistrat, permet d’avoir une description plus complète de la procédure institutionnelle de consultation des collèges sacerdotaux par le Sénat :

  • 59 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

Cic., Dom., 136-137 : “136. […] Et quand la Vestale Licinia, de la plus haute naissance, revêtue du plus pur sacerdoce, eut consacré, sous le consulat de T. Flaminius et de Q. Metellus, un autel, une chapelle et un lit sacré au pied du Rocher, le préteur Sex. Iulius n’a-t-il pas, sur l’avis du sénat, consulté ce collège sur la question (nonne eam rem ex auctoritate senatus ad hoc collegium Sex. Iulius praetor rettulit) ? et alors le grand pontife P. Scaevola répondit pour le collège (pro collegio respondit) ‘que la dédicace faite en un lieu public par Licinia, fille de Caius, sans l’ordre du peuple ne paraissait pas avoir un caractère sacré.’ Le sérieux et le soin avec lesquels le sénat a traité cette affaire vous apparaîtront aisément à la lecture du sénatus-consulte lui-même (Lecture du sénatus-consulte). 137. Voyez-vous comme le préteur urbain reçut mission de supprimer le caractère sacré de la dédicace (praetori urbano negotium datum ut curaret ne id sacrum esset) et d’effacer toutes les lettres qui avaient pu y être gravées ou inscrites ?”59.

  • 60 Mommsen 1889-1896, 7, 185-186.

20Il apparaît clairement que le magistrat, parce qu’il était le seul à disposer d’une potestas à titre public, était indispensable au Sénat, assemblée pleine d’auctoritas, mais dépourvue de tout pouvoir de contrainte, pour consulter le collège pontifical. Quant aux recommandations sacerdotales, elles devaient être à la fois approuvées par un sénatus-consulte (lequel était déjà, en soi, un decretum commun au Sénat et au magistrat ayant convoqué l’auguste assemblée)60 et reprises dans un édit du magistrat pour devenir exécutoires :

  • 61 Trad. Ch. Gouillart, CUF, 1986, modifiée.

Liv. 40.19.5 : “Par décision des décemvirs (eorum decreto), une journée de prière fut prescrite près de tous les lits de parade des dieux à Rome. Toujours sur leur avis (iisdem auctoribus), un décret du Sénat et un édit des consuls (senatus censuit et consules edixerunt) ordonnèrent trois jours de prière et de fêtes religieuses dans toute l’Italie”61.

  • 62 Sur l’expertise religieuse que les pontifes, par exemple, pouvaient fournir aux personnes privées (...)
  • 63 Sur les activités religieuses des magistrats romains, voir, en particulier, Scheid 2007b. Pour l’ (...)

21L’expertise des prêtres n’était toutefois pas sollicitée que par le Sénat. Sans même parler des simples particuliers62, les magistrats étaient eux aussi amenés à convoquer régulièrement l’un ou l’autre prêtre (et non pas le collège dans son ensemble) pour qu’il les conseillât et les assistât dans les nombreux actes rituels qu’ils devaient accomplir (prises d’auspices, sacrifices et extispicine, vœux, consécrations-dédicaces, etc.)63 :

  • 64 Scheid [1983] 2001, 65.

“L’action du magistrat dépendant souvent de l’avis et de la collaboration nécessaire du prêtre, par exemple pour la prise d’auspices, les rites liés à sa fonction, les mesures religieuses extraordinaires, le prêtre garde le pouvoir irréductible de contrôler le politique. Sans lui, sans la collaboration des augures et des pontifes par exemple, le pouvoir peut difficilement fonctionner”64.

  • 65 Voir notamment Dumézil 1957 ; Dumézil [1966] 1974, 131-132 ; Benveniste 1969, 148-151 ; Bettini 2 (...)

22Parmi les grands collèges sacerdotaux romains, il appert que le collège augural entretenait des rapports privilégiés avec l’auctoritas – le premier indice résidant dans leur nom, issu, comme le terme auctoritas, du verbe “augere” (“augmenter”, “accroître”)65 :

  • 66 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959.

Cic., Leg., 2.31 : “Mais le droit le plus grand et le plus élevé qu’il y ait dans l’État, étroitement joint à la notion même d’autorité, c’est celui des augures (maximum autem et praestantissimum in republica ius est augurum cum auctoritate coniunctum)”66.

  • 67 Trad. G. Freyburger et J. Scheid, La Roue à livres, 1992.

Cic., Diu., 1.89 : “Notre cité où des rois augures et ensuite des particuliers, revêtus du même sacerdoce (reges augures et postea priuati eodem sacerdotio praediti), dirigèrent l’État avec l’autorité du culte religieux (rem publicam religionum auctoritate rexerunt)”67.

  • 68 Trad. Cl. Auvray-Assayas, La Roue à livres, 2002.

Cic., N.D., 2.12 : “L’autorité des augures est grande (magna augurum auctoritas)”68.

  • 69 Trad. Fr. Van Haeperen 2002, 50.

Cic., Har., 18 : “[Les ancêtres] ont pensé que […] la garantie des entreprises favorables [dépendent] de l’augurat (rerum bene gerundarum auctoritates augurio)…”69.

  • 70 Trad. R. Combès, CUF, 1995.

V. Max. 1.1.1a : “Les ancêtres ont soumis […] la garantie du succès dans les entreprises (bene gerendarum rerum auctoritate<s>) aux observations des augures (augurum obseruatione) […]”70.

  • 71 Voir Dumézil 1957 et id. [1966] 1974, 131-132, qui rapproche le neutre augur (*auges) du védique (...)
  • 72 Pour plus de détails sur les “inaugurations” sacerdotales, voir Berthelet 2015, 217-218 (avec bib (...)
  • 73 Pour plus de détails sur la différence entre auguria et auspicia, voir Berthelet 2015, 183-185 (a (...)

23C’était avant tout leur relation particulière à la cérémonie d’“inauguration” qui, dans leur rapport à l’auctoritas, les distinguait des autres prêtres publics de Rome. Ils comptaient ainsi parmi les rares prêtres à recevoir le plein d’auctoritas jovienne (*auges)71 par le rite d’“inauguration”. Bien plus, les augures étaient les seuls à pouvoir conférer activement, pleinement et durablement le plein d’auctoritas par ce même rite d’“inauguration”, que ce fût à des lieux (templa), des personnes (rois et prêtres) ou des cérémonies (l’augurium salutis, l’augurium canarium et les uernisera auguria)72. L’augurium conférant ce plein d’auctoritas impliquait que l’augure recourût, techniquement parlant, à une consultation auspiciale. Mais cet augurium n’était pas assimilable, au regard du droit public, à l’auspicium du magistrat, dont l’effet, la durée et l’objet étaient différents73. C’était donc bien l’auctoritas jovienne en tant que telle que les augures détenaient en vertu de leur fonction et qu’ils avaient la capacité de transmettre : en cela, leur auctoritas se distinguait qualitativement de l’auctoritas-consilium des autres prêtres publics.

24Les magistrats romains, quant à eux, bien qu’ils fussent les principaux officiants des cultes civiques, ne se voyaient pas reconnaître une telle expertise religieuse. Même lorsque Tiberius Gracchus père tenta de jouer sur son autorité de consul dans l’affaire du vice auspicial des élections consulaires de 163 a.C., il aurait pris soin de préciser, si l’on en croit Cicéron, qu’il était également augure. Ce fut ensuite les livres auguraux qu’il consulta et au collège augural qu’il écrivit pour signaler son erreur :

  • 74 Trad. Cl. Auvray-Assayas, La Roue à livres, 2002. Cf. Cic., Diu., 1.33 (cité infra dans le corps (...)

Cic., N.D., 2.10-11 : “Tiberius Gracchus, consul pour la deuxième fois, procédait à leur élection quand le scrutateur de la première centurie mourut subitement, sur place, en les proclamant élus. Gracchus […] fit un rapport au Sénat. Le Sénat décida d’en référer à ceux qu’il consultait d’ordinaire (ad senatum rettulit). Les haruspices, introduits au Sénat, répondirent que le président des comices avait commis une irrégularité (haruspices introducti responderunt non fuisse iustum comitiorum rogatorem). Alors Gracchus, comme je l’ai appris de mon père, bouillant de colère : ‘Ainsi donc, c’est moi qui n’ai pas suivi les règles, moi qui ai présidé les comices en tant que consul, moi qui suis augure et qui ai pris les auspices (itane uero, ego non iustus, qui et consul rogaui et augur et auspicato ?) ! […]’ En conséquence, il fit sortir les haruspices (itaque tum illos exire iussit). Mais plus tard, de sa province, il écrivit au collège des augures une lettre (litteras ad collegium misit) disant que, à la lecture des livres auguraux, il s’était rappelé qu’il avait fait une faute en choisissant les jardins de Scipion pour y dresser la tente augurale (se cum legeret libros recordatum esse uitio sibi tabernaculum captum fuisse hortos Scipionis), car, après avoir ensuite franchi le pomerium pour tenir une réunion du Sénat, il avait oublié au retour de prendre les auspices, en franchissant à nouveau le pomerium : ainsi donc, l’élection des consuls avait été irrégulière (itaque uitio creatos consules esse). Les augures renvoyèrent l’affaire au Sénat ; le Sénat décida que les consuls se démettraient ; ils se démirent (augures rem ad senatum ; senatus ut abdicarent consules ; abdicauerunt)”74.

25La seule expertise qui soit associée à l’auctoritas des magistrats est de nature juridique, en particulier, bien sûr, pour les préteurs. Un défaut de scientia iuris praetorii pouvait ainsi affaiblir leur auctoritas :

  • 75 Trad. H. de la Ville de Mirmont, CUF, 1960.

Cic., Verr., 2.1.106 : “Qu’on donne, je vous prie, connaissance du reste de l’édit ; car c’est un charme pour moi que la gravité de cet homme, sa science du droit prétorien, son autorité (delectat enim me hominis grauitas, scientia iuris praetorii, auctoritas)”75.

26Fondamentalement, la magistrature ne consistait toutefois pas en une fonction d’auctoritas reposant sur une capacité d’expertise. Elle était avant tout une fonction d’exercice de la puissance publique, où l’auctoritas n’intervenait que de manière secondaire, comme une alternative à l’usage de la force :

  • 76 Trad. R. Adam, CUF, 1982.

Liv. 38.13.2 (189 a.C.) : “Puis on gagna en deux étapes la rivière Harpasos, où vinrent des ambassadeurs d’Alabanda, demandant au consul de faire rentrer dans son obéissance passée, soit par l’effet de son autorité, soit par la force (aut auctoritate aut armis), un fortin qui venait de faire sécession”76.

  • 77 Trad. G. Baillet, CUF, 1940.

Liv. 2.56.2-4 (472 a.C.)  : “[Volero Publilius] proposa au peuple un projet de loi qui donnait l’élection des magistrats de la plèbe à des comices par tribus. Ce projet était grave, malgré son libellé peu inquiétant au premier abord : il tendait à enlever aux patriciens toute possibilité de faire passer, grâce aux voix de leurs clients, des tribuns de leur choix. Cette initiative, très agréable à la plèbe, se heurta à une opposition acharnée des patriciens ; mais la seule marche à suivre, c’était d’obtenir le veto de l’un des tribuns, et l’influence des consuls ou celle des grands (auctoritate aut consulum aut principum) ne purent les décider”77.

  • 78 Trad. G. Baillet, CUF, 1954.

Liv. 4.10.8-9 (443 a.C.) : “Non moins glorieux – et ce n’est pas peu dire – fut le consul Quinctius sous la toge que son collègue sous les armes (aequauit… Quinctius consul togatus armati gloriam collegae). Il montra, en effet, un tel souci de la concorde et de la paix intérieure en maintenant dans une juste mesure les petits et les grands, qu’il passait pour un consul sévère aux yeux des Pères et assez doux aux yeux de la plèbe. Il opposa aux tribuns plus de résistance par son prestige que par la lutte ouverte (aduersus tribunos auctoritate plura quam certamine tenuit) : cinq consulats, exercés suivant la même ligne de conduite (quinque consulatus eodem tenore gesti), et une vie toujours digne d’un consul (uitaque omnis consulariter acta) commandaient le respect pour l’homme presque plus que pour sa charge (uerendum paene ipsum magis quam honorem faciebant). Aussi des tribuns militaires ne fut-il nullement question sous ces consuls”78.

  • 79 Trad. P. Jal, CUF, 1971.

Liv. 41.2.8 (178 a.C.) : “C’est pourquoi, au début, comme s’ils en avaient reçu l’ordre, un petit nombre d’entre eux, <les uns> avec leurs armes, la plupart sans armes, courent vers la mer ; ils furent ensuite plus nombreux à le faire, enfin presque tous, dont le consul en personne : c’est en vain qu’il avait tenté de rappeler les fuyards ; ni ses ordres, ni son prestige, ni, enfin, ses prières, n’y avaient réussi (nec imperio nec auctoritate nec precibus ad extremum ualuisset)”79.

27En d’autres occasions, le choix de mentionner l’auctoritas d’un magistrat plutôt que sa potestas (cum ou sine imperio) tient au fait qu’il s’agit soit d’un magistrat désigné qui n’est pas encore entré en fonction, soit d’un magistrat sorti de charge :

  • 80 Trad. A. Boulanger, CUF, 1962.

Cic., Mur., 82 : “Et ce n’est pas spécialement ma personne que visent les assassins, mais c’est le consul vigilant qu’ils veulent arracher au poste où il protège l’État. Ils ne désireraient pas moins se défaire de toi, Caton (sc. M. Porcius Cato, alors tribun de la plèbe désigné pour l’année 62  a.C.), s’ils en trouvaient le moyen ; tel est bien, crois-moi, le but de leurs machinations et de leurs efforts. Ils voient combien tu as de courage, d’intelligence, d’influence, quel soutien tu es pour l’État (uident quantum in te sit animi, quantum ingenii, quantum auctoritatis, quantum rei publicae praesidi). Mais ils s’imaginent que, lorsqu’ils verront l’appui et l’assistance consulaire faire défaut à la puissance tribunicienne (sed cum consulari auctoritate et auxilio spoliatam uim tribuniciam uiderint), ils pourront t’accabler plus facilement, désarmé et affaibli.”80

  • 81 Cf. Liv. 4.24.7 : deposito suo magistratu.
  • 82 Trad. G. Baillet, CUF, 1954, légèrement modifiée.

Liv. 4.24.9 (434 a.C.) : “Quant au peuple, il manifesta, dit-on, tant d’indignation que, pour l’empêcher de faire violence aux censeurs, il ne fallut rien moins que l’autorité de Mamercus (sc. Mam. Aemilius Mamercinus n’était plus dictateur à cette date81) en personne (nullius auctoritate praeterquam ipsius Mamerci).”82

  • 83 Trad. A. Flobert, GF-Flammarion, 1993.

Liv. 22.25.17 (217 a.C.) : “Le lendemain, le peuple, réuni en assemblée (cum plebis concilium esset), était sourdement hostile au dictateur et favorable au maître de la cavalerie, mais ce qui manquait, c’était l’audace nécessaire pour monter à la tribune et défendre le projet devant le peuple ; malgré les dispositions évidentes de l’assistance, il ne se trouvait personne pour soumettre au peuple la proposition (et fauore superante auctoritas tamen rogationi deerat). Un seul se présenta pour parler en faveur de la loi, c’était Gaius Terentius Varron : préteur l’année précédente, il était d’origine modeste et même populaire ; à ce qu’on disait, son père avait été boucher, vendait lui-même sa viande et employait même son fils dans son commerce à des tâches réservées aux esclaves.”83

  • 84 Les dispositions de la lex Rupilia, du nom du consul de 132 a.C. P. Rupilius, étaient censées êtr (...)
  • 85 Trad. H. de la Ville de Mirmont et J. Martha, CUF, 1925.

Cic., Verr., 2.2.40 : “La loi te prescrivait suivant quel mode tu avais à désigner des juges dans un procès entre Siciliens ; l’autorité d’un magistrat investi du pouvoir suprême du peuple romain (imperatoris populi Romani auctoritas84), la dignité des dix délégués du Sénat, ces personnages éminents, le sénatus-consulte enfin intervenaient pour te faire obstacle, ce sénatus-consulte en vertu duquel P. Rupilius avait constitué la législation de la Sicile d’après l’avis des dix délégués du Sénat.”85

28Le cadre judiciaire évoqué dans ce passage des Verrines est, précisément, un contexte où il est régulièrement fait mention de l’auctoritas des magistrats plutôt que de leur potestas, soit parce que le magistrat qui s’adresse aux juges doit jouer de son influence plutôt que de son pouvoir de contrainte, soit parce que l’orateur choisit de mettre en avant l’auctoritas de l’ensemble des juges – souvent sénateurs – plutôt que la potestas du seul magistrat présidant la quaestio, soit parce que l’auctoritas du préteur suffit à ce que le juge suive son avis :

  • 86 Le Pro Murena datant de la seconde quinzaine de novembre 63 a.C., Cicéron était alors consul.
  • 87 Trad. A. Boulanger, CUF, 1962.

Cic., Mur., 86 : “Dans ces conditions, juges, c’est tout d’abord au nom de la patrie, dont l’intérêt doit primer tout le reste, que je vous conseille (moneo), en raison de mon ardent patriotisme, bien connu de vous, que je vous recommande (hortor), en raison de mon autorité consulaire (pro auctoritate consulari86), que je vous conjure (obtestor) en raison de la grandeur du péril, d’assurer le repos, la paix, la tranquillité, votre existence et celle des autres citoyens”87.

  • 88 Trad. Fr. Hinard, CUF, 2006.

Cic., S. Rosc., 154 : “Il convient que des hommes sages, revêtus de l’autorité et du pouvoir (homines sapientes… auctoritate et potestate praeditos) qui sont les vôtres (sc. les juges, tous sénateurs, membres de la quaestio présidée par le préteur M. Fannius), s’appliquent à soigner très énergiquement les maux dont l’État souffre le plus gravement”88.

  • 89 Trad. J. Reinach, CUF, 1950.

Gai., Inst., 3.224 : “Mais quand il s’agit d’une injure grave, comme le préteur a coutume de l’évaluer lui-même du fait qu’il décide en même temps à quelle somme doit, à ce titre, se monter la caution, nous fixons le même chiffre dans la formule, et le juge, bien qu’il puisse condamner à moins (iudex, qui possit uel minoris damnare), n’ose pas le faire la plupart du temps, par respect de l’autorité du préteur (propter ipsius praetoris auctoritatem non audet minuere condemnationem)”89.

  • 90 Voir notamment Fauquier 2011, 234 : “La respublica (république) étant littéralement “la chose du (...)
  • 91 Scheid [1998] 2017, 127 : “…les fonctions sacerdotales étaient pratiquement toutes compatibles av (...)

29Il est donc toujours question de l’auctoritas des magistrats comme d’un mode d’action secondaire, alternatif et complémentaire à leur potestas. Cela confirme que le binôme “auctoritas-potestas”, dont les deux termes s’excluent mutuellement tout en se complétant nécessairement, structurait toute l’organisation institutionnelle de la res publica Romana : les responsabilités y étaient strictement partagées entre fonctions de potestas (magistrats et, lors des votes, citoyens) et fonctions d’auctoritas (sénateurs et prêtres)90. Le cumul de ces deux types de fonctions par un même individu, fréquent au sein de l’aristocratie sénatoriale romaine, n’y changeait rien91, comme l’illustre l’anecdote relative à M. Popillius, flamine de Carmenta, lors de son consulat de 359 a.C. :

  • 92 Trad. J. Martha, CUF, 1960.

Cic., Brut., 56 : “On peut aussi faire quelque conjecture au sujet du talent de Marcus Popillius : étant consul et en même temps prêtre de Carmenta, il reçut, au moment où revêtu du manteau sacerdotal il faisait un sacrifice public (cum consul esset eodemque tempore sacrificium publicum cum laena faceret, quod erat flamen Carmentalis), la nouvelle d’un soulèvement de la plèbe contre le sénat ; dans le costume où il se trouvait, avec le manteau sacerdotal (ut erat laena amictus), ils se présenta devant la multitude et apaisa la sédition, autant par sa parole que par son prestige (seditionemque cum auctoritate tum oratione sedauit)”92.

  • 93 Santangelo 2013, 754-755. Cf. Linderski [2002] 2007, 100 : ce dernier rapproche l’épisode de Popi (...)

30L’insistance de Cicéron sur la tenue de flamine que portait alors M. Popillius suggère que l’auctoritas qu’il aurait mobilisée à cette occasion fut avant tout celle de sa fonction sacerdotale – un flaminat dont l’archaïsme, manifeste dans le manteau qui lui était attaché, renforçait le prestige –, même si les autres types d’auctoritas qu’il détenait simultanément en raison de sa position sociale et de son consulat jouèrent bien évidemment aussi leur rôle93. Il n’en reste pas moins significatif que M. Popillius ait alors fait passer sa fonction consulaire au second plan : dans la mesure où celle-ci était fondamentalement une fonction de potestas, elle n’était que d’un secours limité pour apaiser la sédition sans recourir à la force : mieux valait user d’éloquence (oratio) et d’auctoritas.

  • 94 Arendt [1954] (1972), 123.
  • 95 Sur le rapport étroit, bien que paradoxal, qui existait à la fin de la République entre l’auctori (...)

31Dans la mesure, en effet, où l’auctoritas requérait une obéissance inconditionnelle et, par conséquent, une hiérarchie acceptée de tous, elle n’avait pas besoin, en principe, de coercition ; elle n’avait cependant pas non plus besoin, a priori, d’argumentation94. Or, sur ce point, l’épisode de M. Popillius prouve que la pratique était plus complexe. L’oratio du consul se révéla en effet un utile complément à son auctoritas – tout en en étant distinguée par Cicéron. Ce n’est d’ailleurs pas la seule occurrence d’un rapprochement entre la prise de parole d’un magistrat et son auctoritas95 :

  • 96 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961.

Cic., Man., 2 : “Aujourd’hui, fort de l’autorité (auctoritatis) qu’il vous a plu de m’accorder en m’élevant aux honneurs et de l’aptitude à traiter les affaires de l’État que peut donner à un homme laborieux la pratique presque quotidienne de l’éloquence judiciaire (ex forensi usu prope cotidiana dicendi exercitatio), certes, si je jouis de quelque autorité (si quid auctoritatis in me est), je l’emploierai en faveur de ceux qui me l’ont accordée, et, si mon éloquence a quelque pouvoir (si quid in dicendo consequi possum), j’en réserverai la preuve à ceux qui ont cru devoir par leurs suffrages me récompenser aussi de ce mérite”96.

  • 97 Trad. G. Baillet, CUF, 1962.

Liv. 3.18.6 (460 a.C.) : “Avec un ascendant irrésistible, il (sc. Publius Valerius Poplicola, alors consul) avait affirmé (auctoritas uiri mouerat, adfirmantis) ‘qu’une fois le Capitole repris et la ville délivrée, si on le laissait montrer le piège caché par les tribuns dans leur projet de loi, alors, fidèle à ses ancêtres, fidèle à son surnom, symbole en quelque sorte du patrimoine d’idées démocratiques légué par ses aïeux, il ne mettrait aucun obstacle à la réunion de l’assemblée de la plèbe’”97.

  • 98 Trad. P. Jal, CUF, 1995.

Liv. 28.9.19-20 (207 a.C.) : “Les chevaliers couvrirent d’éloges les légats L. Veturius et Q. Caecilius et recommandèrent à la plèbe de les élire consuls pour l’année suivante ; les consuls ajoutèrent leur autorité au vote préalable des chevaliers (adiecisse equitum praerogatiuae auctoritatem consules) en rappelant le lendemain, dans une assemblée (in contione), quel appui courageux et dévoué ils avaient trouvé surtout chez ces deux légats”98.

  • 99 Lincoln 1994, 6.

32Quant à l’imperium de Popillius, s’il veilla à ne pas en user, il aurait pu malgré tout l’activer à n’importe quel moment. Br. Lincoln a donc raison de préciser que, sous une forme latente, la persuasion et la coercition étaient en réalité constitutives de l’autorité, et que ce n’était qu’une fois actualisées qu’elles signalaient au contraire sa négation99.

33Quelques textes éclairent assez bien la manière dont le pouvoir de coercitio des magistrats contribuait à fonder, tant qu’il restait latent, leur auctoritas :

  • 100 Trad. H. de la Ville de Mirmont, CUF, 1922.

Cic., Verr., 1.28 : “Qu’est-ce, je t’en prie, Metellus, que corrompre une action judiciaire ? N’est-ce pas faire ce que tu fais ? Des témoins, […] pour les détourner de parler, tu mets en avant non seulement l’autorité, mais aussi la crainte qu’inspire le nom de consul (non solum auctoritate deterrere, sed etiam consulari metu) […] !”100.

  • 101 Trad. P. Jal, CUF, 1976.

Liv. 42.3.1-3 (173 a.C.) : “Le censeur Q. Fulvius Flaccus construisait en l’honneur de la Fortune équestre un temple qu’il avait voué en Espagne, lors de la guerre contre les Celtibères, du temps où il était préteur : il consacrait tous ses efforts à faire en sorte qu’il n’y eût pas à Rome de temple plus grand ou plus magnifique. Estimant que des tuiles de marbre ajouteraient à ce temple un très bel ornement, il partit chez les Bruttiens et fit enlever la moitié de la couverture du temple de Junon Lacinia, jugeant que cela suffirait pour recouvrir son édifice. On avait préparé des navires pour assurer l’enlèvement et le transport : les alliés, effrayés par l’autorité d’un censeur (auctoritate censoria sociis deterritis), n’avaient pas empêché ce sacrilège”101.

  • 102 Trad. P. Jal, CUF, 1995.

Liv. 28.11.8-9 (206 a.C.) : Avant le départ des consuls pour la guerre, le sénat les avertit d’avoir à prendre les mesures nécessaires pour ramener la plèbe à la terre (consules… admoniti a senatu sunt ut in agros reducendae plebis curam haberent) ; […] pour le peuple, ce n’était nullement là chose facile : des cultivateurs libres avaient été tués à la guerre ; on manquait d’esclaves, du bétail avait été razzié, des fermes détruites ou incendiées ; bon nombre de gens, cependant, contraints par les mesures autoritaires des consuls (auctoritate consulum compulsa), revinrent s’installer à la campagne.”102

34En manifestant la force (uis) potentiellement activable par le détenteur d’une magistrature, les insignes qui lui étaient associés – à commencer par les faisceaux et les haches des magistratures cum imperio –, devaient fortement contribuer à fonder l’auctoritas d’un magistrat :

  • 103 Trad. G. Rabaud, CUF, 1929.

Cic., Verr., 2.5.39 : “Ensuite la province de Sicile te fut assignée. Jamais il ne t’est venu à la pensée que les faisceaux, les haches, la puissance si grande du commandement en chef (fasces ac secures et tantam imperii uim), des attributs si imposants ne t’avaient pas été donnés pour briser par cette force et par cette autorité (rerum ui et auctoritate) toutes les barrières de l’honneur et du devoir […].”103

  • 104 Voir Liv. 28.11.8-9 cité ci-dessus dans le corps du texte.

35L’auctoritas attachée aux magistrats ne reposait toutefois pas seulement sur la possibilité d’activer à tout moment leur potestas – activation qui faisait aussitôt sortir l’exercice de la magistrature du champ de l’auctoritas pour le faire entrer dans celui de la coercition. Elle pouvait également s’adosser à l’auctoritas du Sénat, en particulier lorsque les (pro)magistrats agissaient ex auctoritate senatus, comme les consuls de 206 a.C. pour ramener la plèbe à la terre104 ou le proconsul de Cilicie P. Cornelius Lentulus Spinther, chargé lors de son consulat de 57 a.C. du rétablissement de Ptolémée Aulète :

  • 105 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961.

Cic., Rab. Post., 21 : “Se ralliant non pas à l’autorité de Gabinius que l’affaire ne concernait pas, mais à celle de l’illustre P. Lentulus émanée du Sénat (ad P. Lentuli, clarissimi uiri, auctoritatem a senatu profectam), c’est avec un dessein arrêté et une espérance bien fondée qu’il avait quitté Rome (et consilio certo et spe non dubia Roma contenderat)”105.

  • 106 Cic., Rep., 2.57 : “S’il n’y a pas, dans la cité (in ciuitate), un juste équilibre des droits, de (...)

36Lorsqu’il évoque dans un même mouvement rhétorique à la fois les magistrats et le Sénat, Tite-Live en vient même à brouiller l’opposition usuelle entre la potestas des magistrats et l’auctoritas du Sénat106 – le brouillage n’est toutefois pas complet, puisque l’ordre suivi dans l’emploi respectif des termes auctoritas, puis potestas semble entraîné par la plus grande proximité du terme senatus dans le premier cas et du terme consulum dans le second :

  • 107 Trad. P. Jal, CUF, 1971, modifiée.

Liv. 42.34.15 (171 a.C.) : “Vous aussi, mes compagnons d’armes, même si, en faisant appel, ce sont vos droits que vous faites valoir, de même que, dans votre jeunesse, vous n’avez jamais agi contre l’autorité des magistrats et du sénat (aduersus magistratuum senatusque auctoritatem), il est juste qu’aujourd’hui encore, vous vous soumettiez au pouvoir des consuls et du sénat (in potestate consulum ac senatus) et que vous considériez comme honorable tout poste où vous pourrez défendre l’État”107.

  • 108 Mommsen 1889-1896, 7, 221-226, en particulier 224-225 : “Si étendue que puisse être quant au fond (...)

37Cet adossement de l’auctoritas des magistrats à celle du Sénat n’était toutefois pas aussi structurel que pour les prêtres. L’appui de l’auctoritas sacerdotale sur celle de l’auguste assemblée était en effet une nécessité institutionnelle : comme il a été rappelé plus haut, l’expertise des collèges sacerdotaux devait, pour advenir et être suivie d’effets, être sollicitée par un magistrat sur une initiative du Sénat, puis approuvée par un sénatus-consulte et un édit du magistrat. Il en allait tout autrement pour les relations entre un magistrat et le Sénat, car même si les actes de potestas du magistrat gagnaient en légitimité lorsqu’ils s’adossaient à l’auctoritas du Sénat, l’auctoritas inhérente à un sénatus-consulte, de son côté, n’existait en droit que dans la mesure où un magistrat avait convoqué le Sénat, puis avait suivi son avis108.

  • 109 De manière significative, les magistratures du peuple romain continuèrent à être appelées “magist (...)
  • 110 Sur l’absence de ius auspicandi à titre public pour les magistratures de la plèbe, voir Berthelet (...)
  • 111 Sur ce point, voir Berthelet 2015, 37-73.
  • 112 Voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 297-298 : “Certes le caractère religieux de l’auctoritas reste pl (...)

38Outre son adossement à l’auctoritas du Sénat et à une potestas latente, mais activable à tout moment, l’auctoritas attachée aux magistratures du peuple romain – c’est-à-dire aux anciennes magistratures patriciennes109 par opposition aux magistratures de la plèbe110 – était également accrue d’une composante religieuse héritée du patriciat111 : le droit de prendre les auspices à titre public. Même s’il convient de ne pas réduire l’auctoritas des magistrats du peuple romain au prestige issu du ius auspicandi112, l’existence d’une auctoritas auspiciorum est indéniable. Cicéron la mentionne explicitement dans l’un de ses récits du vice auspicial de Tiberius Gracchus père, lors de sa présidence des comices consulaires en 163 a.C. :

  • 113 Trad. Freyburger et Scheid, La Roue à livres, 1992. Cf. Cic., N.D., 2.10-11, cité supra, 134 dans (...)

Cic., Diu., 1.33 : “Et ce qu’on trouve dans tes écrits concernant Tiberius Gracchus, ne confirme-t-il pas la science des augures et des haruspices (et augurum et haruspicum conprobat disciplinam) ? Ce dernier tint des comices pour l’élection des consuls en ayant par mégarde dressé irrégulièrement la tente augurale (cum tabernaculum uitio cepisset inprudens) du fait qu’il avait franchi le pomerium sans avoir pris les auspices (quod inauspicato pomerium transgressus esset). […] Cependant, Tiberius Gracchus, lui-même augure, conforta par l’aveu de son erreur l’autorité des auspices (auspiciorum auctoritatem), et les haruspices, convoqués au sénat juste après ces comices, ajoutèrent beaucoup d’autorité à leur science (haruspicum disciplinae magna accessit auctoritas) en assurant que le magistrat qui les avait présidés n’était pas légitime (negauerunt iustum comitiorum rogatorem fuisse)”113.

  • 114 Radke 1986, en particulier p. 11-13.
  • 115 Dumézil [1966] 1974, 189, 200 et 295-298 ; id. [1940-1948] 1977, 154-155.
  • 116 Linderski 1986, 2226.

39L’auctoritas auspiciorum était bien sûr censée être conférée aux magistrats du peuple romain par les dieux, à commencer par Jupiter, dieu “complètement libre de toute servitude”114, souverain par excellence115 et maître des signes auguraux – dont les auspices faisaient partie116 :

  • 117 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959, modifiée.

Cic., Leg., 2.20 : “Mais les augures publics, interprètes de Jupiter très bon, très grand (interpretes autem Iouis optumi maxumi, publici augures), d’après les signes et les auspices verront les événements ultérieurs (signis et auspiciis postera uidento)”117.

  • 118 Trad. R. Schilling, CUF, 1992.

Ov., Fast., 1.611-613 : “C’est de l’origine de ce mot (augustus) que vient augurium (augure) et tout ce que Jupiter accroît (auget) par son assistance (huius et augurium dependet origine uerbi et quodcumque sua Iuppiter auget ope)”118.

  • 119 Sur cette prière, voir Bettini 2015, 105-107.

40La religion romaine étant polythéiste, c’est toutefois non seulement Jupiter, mais une pluralité de dieux qui, à travers la prise d’auspices, se portaient garants (auctores) de l’acte de potestas que le magistrat du peuple romain s’apprêtait à accomplir. Le confirment à la fois le récit livien de la controverse auspiciale qui précéda la bataille d’Aquilonia de 293 a.C. et la prière attribuée par le Padouan à Scipion, le futur Africain119 :

  • 120 Trad. M. Humm 2012, 290.

Liv. 10.40.5 : “Le consul, joyeux, annonce publiquement que les auspices sont excellents (consul laetus auspicium egregium esse), que les dieux approuvent cet engagement (et deis auctoribus rem gesturos pronuntiat) et fait arborer le signal du combat”120.

  • 121 Trad. P. François, CUF, 1994.

Liv. 29.27.2-3 : “Dieux et déesses qui habitez les mers et les terres (diui diuaeque… qui maria terrasque colitis), voici ma demande, ma prière : que ce qui a été, est ou sera à l’avenir accompli durant mon commandement (in meo imperio), pour moi-même, pour le peuple et la plèbe de Rome, pour nos alliés et les nations de nom latin, pour ceux qui suivent le parti du peuple romain et le mien, mon commandement et mes auspices (imperium auspiciumque), sur la terre, sur la mer et sur les fleuves, que tout cela ait une issue heureuse ; veuillez le favoriser, le faire se développer en d’heureux développements (eaque uos omnia bene iuuetis, bonis auctibus auxitis)”121.

41Un passage de Tite-Live, sur lequel Françoise Van Haeperen a attiré notre attention dans une étude publiée dans ce volume, résume parfaitement à la fois la prééminence de Jupiter en matière d’auspices – ici, les “auspices inauguraux” fondant la cité – et la pluralité des dieux auctores de cette fondation :

  • 122 Trad. P. Jal, CUF, 1995.

Liv. 28.28.11 (206 a.C.) : “Puisse Jupiter Très Bon Très Grand ne pas permettre qu’une ville fondée avec des auspices favorables (urbem auspicato… conditam), à l’instigation des dieux (dis auctoribus), pour l’éternité, ait la même durée de vie que ce corps fragile et mortel !”122.

  • 123 L’expression est reprise à David 2006.

42Dans l’Vrbs et sur le Champ de Mars, l’auctoritas auspiciorum détenue par les magistrats du peuple romain était matérialisée par les “espaces de majesté”123 que constituaient les templa auguraux destinés à agir avec le peuple ou le Sénat – les tribunes du Forum romain et du Comitium, la tribune des Saepta, les Curies et les temples accueillant l’auguste assemblée.

  • 124 Sur les rites d’inauguratio d’un templum augural terrestre, voir Berthelet 2015, 186-187 (avec bi (...)
  • 125 Sur l’encadrement de la prise d’auspices des magistrats par les augures, sans doute d’abord direc (...)
  • 126 Rüpke 2005b, 227. Cf. Rüpke 2005a, 1450 et Gladigow 1977, 20.

43Ces templa rituellement définis et inaugurés par les augures124 manifestaient toutefois aussi le contrôle de ces derniers et du Sénat sur ces mêmes auspices125. Constituant en effet pour les magistrats – et les promagistrats – du peuple romain une obligation institutionnelle avant toute action publique importante – entrée en charge, départ à la guerre, bataille, réunion des comices ou réunion du Sénat, etc. –, la prise d’auspices était une “forme de légitimation [qui] impos[ait] en retour, le devoir de prendre constamment les auspices. […] Cette légitimation [était] ‘atomisée’, réduite en éclats du fait qu’on [devait] sans cesse la renouveler. Elle [était] donc précaire.”126 Le ius auspicandi attaché aux anciennes magistratures patriciennes était ainsi autant une source d’auctoritas qu’un rouage fondamental du contrôle des magistrats par leurs pairs.

44Sous la République romaine, prêtres et magistrats disposaient donc, au-delà de leur auctoritas personnelle et de leur auctoritas comme membres de la nobilitas, d’une auctoritas attachée à leur fonction : les prêtres en tant que prêtres et les magistrats en tant que magistrats. Leurs fonctions n’étant toutefois pas de même nature, l’auctoritas qui leur était attachée différait fortement, aussi bien dans ses fondements que dans ses modalités d’exercice. Les fonctions sacerdotales étant viagères, l’auctoritas qui résultait de leur détention l’était aussi. Il en allait tout autrement de l’auctoritas découlant de magistratures le plus souvent annuelles. Car même si cette auctoritas survivait au terme de la magistrature, ce que prouve notamment l’influence des consulaires et des anciens censeurs au Sénat, elle n’en était pas moins soumise à l’usure du temps si aucune magistrature ultérieure ne venait la renouveler. À l’exception de certaines compétences rhétoriques et juridiques, largement partagées au sein de la nobilitas, l’auctoritas des magistrats ne reposait pas sur une quelconque expertise, contrairement à celle des prêtres, experts religieux des magistrats et du Sénat. L’auctoritas des magistrats, mobilisée avant tout comme une alternative, secondaire et complémentaire, à l’usage de leur potestas (cum ou sine imperio), reposait principalement sur la possibilité d’activer à tout moment la puissance publique dont ils étaient détenteurs : tant qu’elle demeurait latente, la potestas d’un magistrat fondait son auctoritas ; en revanche, aussitôt que cette potestas était activée, la modalité d’exercice de la magistrature ne relevait plus de l’auctoritas, mais de la seule puissance contraignante. Les anciennes magistratures patriciennes, devenues magistratures du peuple romain, bénéficiaient en outre, par leur droit de prendre les auspices à titre public, d’un lien structurel avec l’auctoritas héritée du monopole auspicial patricien. Cet héritage religieux patricien, auquel n’étaient pas non plus étrangères les prêtrises patriciennes à l’origine, tels le pontificat et l’augurat, semble toutefois avoir eu moins d’importance à la fin de la République – sans être négligeable pour autant – dans le fondement de l’auctoritas des prêtres et des magistrats. Des conclusions similaires pourraient être formulées pour l’auctoritas du Sénat patricio-plébéien qui, sans ignorer le lien privilégié des sénateurs patriciens aux auspices – comme le prouve le maintien de l’institution de l’interrègne –, détenait désormais avant tout son auctoritas de celle des anciens magistrats qui le constituaient. L’auguste assemblée n’en restait pas moins la véritable clé de voûte du régime d’auctoritas que constituait la République aristocratique romaine : venaient s’y adosser, bien que selon des modalités différentes, aussi bien l’auctoritas des prêtres que celle des magistrats.

Notes

1 Santangelo 2013, 744.

2 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310.

3 Le “capital symbolique”, concept emprunté à P. Bourdieu (2001, 107-113), désigne toute forme de capital (culturel, social ou économique) auquel la société accorde une reconnaissance particulière.

4 Pour l’auctoritas attachée à la magistrature, voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 310 : “L’auctoritas n’est cependant pas étrangère à la potestas ; car les honores procurent […] un accroissement de l’auctoritas ; […] le magistrat la possède en tant que tel, et non pas seulement en tant que membre de la nobilitas”. Pour l’auctoritas attachée à la prêtrise, voir Santangelo 2013, 744 : “the priests whom the sources single out for their auctoritas do not derive it merely from their own personal prestige but, first and foremost, from their priestly status”.

5 Sal., Iug., 31.10 : “Ils (sc. les membres de la nobilitas) défilent insolemment devant vos yeux, étalant leurs sacerdoces et leurs consulats, quelques-uns même leurs triomphes (sacerdotia et consulatus, pars triumphos suos ostentantes) ; comme s’ils avaient ces charges à titre d’honneur, et non de butin (proinde quasi ea honori, non praedae habeant).” Trad. A. Ernout, CUF, 1941.

6 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959.

7 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959. Pour un autre exemple de délégation, plus conventionnelle, de l’auctoritas d’un (pro)magistrat, voir Apul., Flor., 9, 37-38 : “Aussi aucun de nos proconsuls n’a-t-il plus constamment résidé à Carthage. Car même alors que tu (sc. le proconsul d’Afrique Sex. Cocceius Seuerianus Honorinus, probablement en 162-163 p.C.) étais en tournée dans la province, comme Honorius nous restait, nous […] retrouvions dans le fils l’équité de son père, dans un jeune homme la prudence d’un vieillard, dans un légat l’autorité d’un consulaire (consularis in legato auctoritas)”.Trad. P. Vallette, CUF, 1924, légèrement modifiée.

8 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961.

9 Cic., Verr., 2.3.19.

10 Trad. H. de la Ville de Mirmont, CUF, 1923.

11 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

12 David 2000a, 24-27 (extraits).

13 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310, qui cite, à la note 8, D.C., Frgt. livre VI = Zonar. 7.19.10 (Boissevain, I. 68), où est évoqué le maintien, postérieurement à la sortie de charge, de la hiérarchie respective entre un dictateur, un censeur et un maître de cavalerie (καὶ οὕτω ταῦτα ἐτέτακτο, κἂν ἐν ταῖς ἀρχαῖς ἦσαν κἂν ἀπηλλάγησαν).

14 Bonnefond-Coudry 1989, 644-654.

15 Trad. J. Martha, CUF, 1973, modifiée.

16 Trad. A. Boulanger et P. Wuilleumier, CUF, 1963.

17 Bonnefond-Coudry 1989, 644.

18 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961, légèrement modifiée. Pour l’auctoritas du consulaire Q. Catulus (cos. 78), voir encore Cic., Verr., 1.44 : “Cela n’a pas échappé à Q. Catulus, cet homme si avisé et si illustre (hominem sapientissimum atque amplissimum). Cn. Pompeius, ce personnage si vaillant et si distingué, faisait au Sénat un rapport sur la puissance tribunitienne ; quand on lui demanda son avis, Catulus commença son discours par ces paroles d’une très haute autorité (hoc initio est summa cum auctoritate usus)…”.

19 Trad. J. Beaujeu, CUF, 1991, modifiée (en suivant Bonnefond-Coudry 1989, 647, qui précise, après Heinze 1925, 354, qu’“on est passé insensiblement du sens étroit d’auctor, celui que l’on trouvait dans le texte relatif aux mesures prises en faveur de Pompée en 71 [sc. Cic., Man., 63, cité ci-dessus dans le corps du texte], dues à l’auctoritas des consulaires, c’est-à-dire à leur initiative et à leur force de conviction, qui a entraîné les autres sénateurs, au sens large où auctoritas désigne la qualité permanente des consulaires, leur autorité proprement dite”).

20 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310.

21 Hellegouarc’h [1963] 1972, 310.

22 Sur la notion d’honos, voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 383-387 et, en dernier lieu Jacotot 2013. Sur le concept de dignitas, qui associe réputation et position sociale, voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 388-415 et Badel 2014. Sur les gradus dignitatis, voir plus particulièrement Hellegouarc’h [1963] 1972, 400-401 et Badel 2014, 111-113.

23 Cic., Vat., 16 : “[…] après les troubles qui ont assiégé et accablé son tribunat, il a, jeune encore, acquis une autorité consulaire (consularem auctoritatem)”. Trad. J. Cousin, CUF, 1965, modifiée.

24 Trad. J. Martha, CUF, 1973, modifiée.

25 Trad. E. Courbaud et H. Bornecque, CUF, 1961.

26 Trad. P. Grimal, CUF, 1976.

27 Trad. R. Combès, CUF, 1971.

28 Trad. L. Constans et J. Bayet, CUF, 1950.

29 Trad. A. Boulanger, CUF, 1962.

30 Trad. G. Achard, CUF, 1994.

31 Trad. G. Baillet, CUF, 1962.

32 Trad. J. Bayet, CUF, 1966.

33 Trad. R. Bloch et Ch. Guittard, CUF, 1987.

34 Trad. A. Flobert, GF-Flammarion, 1993.

35 Trad. P. Jal, CUF, 1976.

36 David 2000a, 205.

37 Pour l’auctoritas comme modalité d’exercice de l’influence politique du Sénat, voir Mommsen 1889-1896, 7, 231-233 ; Hellegouarc’h [1963] 1972, 311-312.

38 Santangelo 2013, 749 : “Auctoritas – the quality of being auctor – is therefore referred to the ancestors; it is the ancestors that set up public religion, by using a combination of knowledge, foresight and […] wisdom (sapientia)”.

39 Trad. P. Wuilleumier et A.-M. Tupet, CUF, 1966, modifiée.

40 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

41 Il n’est pas certain, toutefois, que l’affirmation “errabat enim multis in rebus antiquitas” – que l’on doit au personnage de Marcus qui défend contre le personnage de Quintus le scepticisme du point de vue académique –, concerne réellement Romulus et l’époque des fondateurs. Il se pourrait bien que ce soient plutôt César et sa propre époque qui soient visés : “En termes à peine voilés, ce débat érudit sur les fondements de la divination entend inciter les citoyens, et notamment les jeunes, à rejeter les chaînes de la servitude publique et à défendre la liberté de la république. En affirmant qu’il ne sert à rien de spéculer anxieusement sur l’avenir à l’aide de moyens de toute façon inefficaces, Cicéron appelle à l’action politique” (Freyburger & Scheid 1992, 14).

42 Sur l’importance, notamment, du ius augurale et de la iudicatio des augures, voir Linderski 1986, 2158-2162 et 2208-2215.

43 L’excellente analyse d’Arendt [1954] (1972), citation p. 163, sur l’auctoritas à Rome doit être nuancée sur ce point. Au vu du témoignage cicéronien, il est excessif d’écrire : “… la vieillesse […] était vue comme le moment qui contient l’acmè de la vie humaine ; non pas tant à cause de la sagesse et de l’expérience accumulée qu’à cause de la plus grande proximité du vieillard aux ancêtres et au passé”.

44 Santangelo 2013, 747-749 : “One of the central aspects of Cicero’s appreciation of the role of the pontifical college is the emphasis that he places on the auctoritas of the whole college, as opposed to the alleged auctoritas of individual members. […] On the one hand, Cicero mentions the prestige of the pontiffs and contrasts it with the alleged deviousness of his opponent. On the other hand, he insists on the importance of acknowledging the significance of the whole pontifical college, as opposed to the interventions of individual priests, who can be manipulated by powerful individuals driven by specific personal aims. In doing so, however, Cicero also opens up the possibility of differentiating further within the college among members who have different grades of auctoritas”.

45 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

46 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

47 Trad. A. Hus, CUF, 1977. Voir Lundgreen 2011, 159 et 167-168 ; Santangelo 2013, 756 (autres exemples, p. 757-758).

48 Voir en particulier : Scheid 1984, 266-270 ; Scheid [1983] 2001, 52-69 ; Scheid [1998] 2017, 126-141 ; Beard 1989 et 1990, 34-43 ; Beard, North & Price 1998, I, 18-30 ; Van Haeperen 2002, 73-74 et 215-341 ; Moatti 2003, 311-312, 318, 321-322 et n. 79 ; Rüpke 2005a, 1405-1418 ; Berthelet 2011.

49 Santangelo 2013 et id. 2016.

50 Voir déjà Hellegouarc’h [1963] 1972, 255 et n. 10 (studium associé à consilium), 301-306 (fides, prudentia, sapientia, consilium, sententia). L’association entre le iudicium des pontifes et leur auctoritas est a priori plus surprenante, dans la mesure où Cicéron lui-même distingue explicitement l’auctoritas des censeurs du concept de iudicium : “Vient enfin ce qu’ils appellent un jugement (quod illi iudicium appellant). Mais nos aïeux jamais n’ont nommé ainsi, ni respecté à l’égal d’une chose jugée, un blâme et un avis des censeurs (animaduersionem atque auctoritatem censoriam)”. (Cic., Clu., 117, trad. P. Boyancé, CUF, 1953 ; cf. Cic., Clu., 124 ; voir Mommsen 1889-1896, 4, 65). Cette étrange mention d’un iudicium des pontifes dans le De Domo et le De Haruspicum responso (Dom., 44 et 100 ; Har., 13) n’est pas plus usuelle que de leur attribuer une potestas (Dom., 143 ; Har., 13). Voir, sur ce point, Santangelo 2013, 746, qui souligne, après Gildenhard 2010, 306-315, combien Cicéron redéfinit, dans ces discours, la mission des pontifes et leur position au sein des institutions romaines : “from advisors they become interpreters (interpretes religionum) ; and it is their expert knowledge that enables them to reach the judgment that they are expected to produce”. Cf. Berthelet 2015, 168-181, notamment p. 173-174, et Mommsen 1889-1896, 3, 52-53 : “Le rôle de pseudo-magistrats des pontifes est d’ailleurs dans un rapport très lointain avec ce rôle consultatif qui leur est commun avec tous les collèges, notamment avec celui des augures […]. On se gardera seulement de confondre ces consultations, avec de véritables jugements parce qu’elles sont fréquemment désignées du nom de justice et que, dans les cas importants, elles se rapprochent des formes de la procédure. C’est absolument ainsi que la notation des censeurs est traitée de judicium et suit en général la procédure judiciaire, quoiqu’elle ne soit pas du tout un jugement”.

51 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

52 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

53 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952, modifiée.

54 Trad. P. Wuilleumier et A.-M. Tupet, 1966.

55 Moatti 2003, 312. Pour plus de détails sur le secret partiel qui entourait l’expertise sacerdotale, qui ne concernait pas les seuls pontifes dont parle ici Cl. Moatti, voir Berthelet 2011, 124-126. Pour un exemple chez les augures, se reporter à Cic., Dom., 39 : “J’en arrive aux augures ; sans fouiller dans leurs livres secrets (libros, si qui sunt reconditi), sans avoir l’indiscrétion d’approfondir le droit augural (non sum in exquirendo iure augurum curiosus), je sais ce que j’ai appris avec le peuple, ce qui a été souvent répondu dans les assemblées (quae saepe in contionibus responsa sunt)”, trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952, modifiée. Cf. Scheid [1998] 2017, 132 : “Nous savons aussi qu’ils (sc. les augures) offraient sur l’Arx des sacrifices dont les formules étaient secrètes (ce qui ne prouve d’ailleurs pas que toutes leurs formules étaient secrètes)”.

56 Santangelo 2013, 749 : “The unshakeable auctoritas of the senatus is the precondition of the action of the pontiffs.” Cf. Beard 1990, 38 et 40 :“The pontiffs represented a repository of religious knowledge on which the senate could call; […] They (sc. the augurs) also fulfilled a function similar to the pontifices as a specialist sub-committee of the senate”.

57 Sur ce qu’il faut entendre par ce iudicium pontifical, voir supra n. 50.

58 Trad. P. Wuilleumier et A.-M. Tupet, CUF, 1966.

59 Trad. P. Wuilleumier, CUF, 1952.

60 Mommsen 1889-1896, 7, 185-186.

61 Trad. Ch. Gouillart, CUF, 1986, modifiée.

62 Sur l’expertise religieuse que les pontifes, par exemple, pouvaient fournir aux personnes privées, voir Van Haeperen 2002, 308-339.

63 Sur les activités religieuses des magistrats romains, voir, en particulier, Scheid 2007b. Pour l’assistance religieuse des pontifes, voir Van Haeperen 2002, 237-270 ; pour celle des augures, voir Linderski 1986, 2190-2195 ; Berthelet 2015, 219-234.

64 Scheid [1983] 2001, 65.

65 Voir notamment Dumézil 1957 ; Dumézil [1966] 1974, 131-132 ; Benveniste 1969, 148-151 ; Bettini 2015, 104-105.

66 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959.

67 Trad. G. Freyburger et J. Scheid, La Roue à livres, 1992.

68 Trad. Cl. Auvray-Assayas, La Roue à livres, 2002.

69 Trad. Fr. Van Haeperen 2002, 50.

70 Trad. R. Combès, CUF, 1995.

71 Voir Dumézil 1957 et id. [1966] 1974, 131-132, qui rapproche le neutre augur (*auges) du védique ójas, qui désigne “le plein de force” et le résultat concret, capitalisé, total, d’augmentations passées. Voir aussi Berthelet 2015, 218 et n. 110. Sur Jupiter, maître des signes auguraux, voir infra dans le corps du texte et n. 116.

72 Pour plus de détails sur les “inaugurations” sacerdotales, voir Berthelet 2015, 217-218 (avec bibliographie antérieure).

73 Pour plus de détails sur la différence entre auguria et auspicia, voir Berthelet 2015, 183-185 (avec bibliographie antérieure).

74 Trad. Cl. Auvray-Assayas, La Roue à livres, 2002. Cf. Cic., Diu., 1.33 (cité infra dans le corps du texte) et 2.75 ; id., Q. fr., 2.2.1 ; V. Max. 1.1.3 ; Gran. Licin. 28.24-26 (éd. Criniti) ; Plut., Marc., 5.2.

75 Trad. H. de la Ville de Mirmont, CUF, 1960.

76 Trad. R. Adam, CUF, 1982.

77 Trad. G. Baillet, CUF, 1940.

78 Trad. G. Baillet, CUF, 1954.

79 Trad. P. Jal, CUF, 1971.

80 Trad. A. Boulanger, CUF, 1962.

81 Cf. Liv. 4.24.7 : deposito suo magistratu.

82 Trad. G. Baillet, CUF, 1954, légèrement modifiée.

83 Trad. A. Flobert, GF-Flammarion, 1993.

84 Les dispositions de la lex Rupilia, du nom du consul de 132 a.C. P. Rupilius, étaient censées être toujours appliquées à l’époque de la préture de Verrès en Sicile, de 73 à 71 a.C.

85 Trad. H. de la Ville de Mirmont et J. Martha, CUF, 1925.

86 Le Pro Murena datant de la seconde quinzaine de novembre 63 a.C., Cicéron était alors consul.

87 Trad. A. Boulanger, CUF, 1962.

88 Trad. Fr. Hinard, CUF, 2006.

89 Trad. J. Reinach, CUF, 1950.

90 Voir notamment Fauquier 2011, 234 : “La respublica (république) étant littéralement “la chose du peuple”, c’est-à-dire de tous les citoyens, elle se devait d’opérer une division du pouvoir à sa racine en distinguant d’une part l’exercice de l’auctoritas, d’autre part celui de la potestas et de son degré supérieur l’imperium”. Cf. Magdelain 1947, VIII ; Ors 1968, 10-11 ; Arendt [1954] (1972), 161-162 ; Brunt & Moore [1967] 1983, 84-85 ; Lincoln 1994, 39-40 ; Domingo 1997, 183-190 ; Casinos Mora 1999 ; Berthelet 2015, en particulier p. 201-279 (“De l’imperfection du ‘pouvoir’ sans ‘autorité’ ou de la conception républicaine de la liberté”).

91 Scheid [1998] 2017, 127 : “…les fonctions sacerdotales étaient pratiquement toutes compatibles avec les autres fonctions publiques, de sorte que l’on puisse dire que les Romains changeaient régulièrement de rôle. Tantôt un magistrat ou sénateur se comportait comme tel, tantôt il exerçait une fonction sacerdotale, mais il ne pouvait jamais confondre les deux rôles. Il était l’un ou l’autre, jamais les deux à la fois”.

92 Trad. J. Martha, CUF, 1960.

93 Santangelo 2013, 754-755. Cf. Linderski [2002] 2007, 100 : ce dernier rapproche l’épisode de Popillius et celui de Scipion Nasica, qui décida d’ôter sa toga pura pour revêtir sa toga praetexta pontificale avant de marcher, capite uelato, contre Tiberius Gracchus, comme pour consacrer le tribun de la plèbe et ses partisans à Jupiter (ibid., 113-114). Santangelo 2013, qui suit J. Linderski, souligne toutefois, p. 756, que seuls Orose (5.9.1 : auctore Nasica inflammata nobilitas) et les Periochae du livre 58 de Tite-Live (auctore P. Cornelio Nasica) rattachent à un terme de la famille d’auctoritas le rôle d’initiateur que joua Scipion Nasica dans la réaction violente de la nobilitas optimas.

94 Arendt [1954] (1972), 123.

95 Sur le rapport étroit, bien que paradoxal, qui existait à la fin de la République entre l’auctoritas et l’éloquence, mais aussi avec le savoir philosophique, voir David 1992, XVII-XX et 321-396. Cf. Hellegouarc’h [1963] 1972, 302-303.

96 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961.

97 Trad. G. Baillet, CUF, 1962.

98 Trad. P. Jal, CUF, 1995.

99 Lincoln 1994, 6.

100 Trad. H. de la Ville de Mirmont, CUF, 1922.

101 Trad. P. Jal, CUF, 1976.

102 Trad. P. Jal, CUF, 1995.

103 Trad. G. Rabaud, CUF, 1929.

104 Voir Liv. 28.11.8-9 cité ci-dessus dans le corps du texte.

105 Trad. A. Boulanger, CUF, 1961.

106 Cic., Rep., 2.57 : “S’il n’y a pas, dans la cité (in ciuitate), un juste équilibre des droits, des obligations et des fonctions, si les magistrats n’ont pas assez de pouvoir (potestatis satis in magistratibus), le conseil des premiers citoyens pas assez d’autorité (auctoritatis in principum consilio) et le peuple pas assez de liberté, il est impossible que cette Constitution (rei publicae) subsiste sans bouleversement”. Trad. E. Bréguet, revue et corrigée par G. Achard, CUF, 1991.

107 Trad. P. Jal, CUF, 1971, modifiée.

108 Mommsen 1889-1896, 7, 221-226, en particulier 224-225 : “Si étendue que puisse être quant au fond l’influence de la résolution du Sénat, cette résolution reste toujours, quant à la forme, une déclaration non spontanée du corps provoquée par la déclaration du magistrat qui le convoque. En outre, la réponse faite par le sénat au magistrat sur sa question, n’est, en laissant de côté la procédure de ratification, rien de plus qu’un conseil que celui qui le demande peut à son gré suivre ou ne pas suivre”. Pour plus de précisions sur les magistrats détenteurs du droit de convoquer le Sénat, magistrats cum imperio ou tribuns de la plèbe, voir Mommsen 1889-1896, 1, 238-240 ; Berthelet 2015, 84-86 et 91. Même si un sénatus-consulte valide (nommé senatus consultum ou senatus sententia : Mommsen 1889-1896, 7, 186) pouvait aussi être appelé senatus auctoritas (Mommsen 1889-1896, 7, 231-232, n. 2), il est significatif, pour notre propos, que cette dernière expression ait été la seule employée pour désigner un sénatus-consulte vicié ou frappé d’intercession, donc non valable en droit – cet usage s’expliquant peut-être par le souvenir de l’époque où les résolutions du sénat patricien étaient indépendantes de l’intercession tribunicienne (Mommsen 1889-1896, 7, 189, ainsi que n. 2 et 3 ; 190, ainsi que n. 1 et 3).

109 De manière significative, les magistratures du peuple romain continuèrent à être appelées “magistratures patriciennes” : voir Kunkel & Wittmann 1995, 38-39.

110 Sur l’absence de ius auspicandi à titre public pour les magistratures de la plèbe, voir Berthelet 2015, 75-101. Sur le fondement religieux (le serment de la plèbe sécessionniste) de la potestas sacrosancta des magistrats de la plèbe, voir Mommsen 1889-1896, 3, 329-331 et 347-350 ; De Souza 2017, 69-78.

111 Sur ce point, voir Berthelet 2015, 37-73.

112 Voir Hellegouarc’h [1963] 1972, 297-298 : “Certes le caractère religieux de l’auctoritas reste plus ou moins sous-jacent à toute époque de l’histoire romaine et il est spécifiquement attaché à l’auctoritas des pontifes et des augures, sacerdoces proprement patriciens. Mais il n’est pratiquement plus sensible dans les emplois politiques du mot, et l’on ne saurait dire que, à la fin de la République, ‘l’auctoritas n’est autre que le supplément de puissance conféré à l’activité d’un magistrat romain par l’auspication’”. La citation faite par Hellegouarc’h est empruntée à Gagé 1936, 340.

113 Trad. Freyburger et Scheid, La Roue à livres, 1992. Cf. Cic., N.D., 2.10-11, cité supra, 134 dans le corps du texte, et n. 74.

114 Radke 1986, en particulier p. 11-13.

115 Dumézil [1966] 1974, 189, 200 et 295-298 ; id. [1940-1948] 1977, 154-155.

116 Linderski 1986, 2226.

117 Trad. G. de Plinval, CUF, 1959, modifiée.

118 Trad. R. Schilling, CUF, 1992.

119 Sur cette prière, voir Bettini 2015, 105-107.

120 Trad. M. Humm 2012, 290.

121 Trad. P. François, CUF, 1994.

122 Trad. P. Jal, CUF, 1995.

123 L’expression est reprise à David 2006.

124 Sur les rites d’inauguratio d’un templum augural terrestre, voir Berthelet 2015, 186-187 (avec bibliographie antérieure).

125 Sur l’encadrement de la prise d’auspices des magistrats par les augures, sans doute d’abord direct, puis plus distant lorsque la tâche fut confiée à de simples pullaires, voir Scheid 2012 et Berthelet 2015, 220-234 (avec bibliographie antérieure). Sur les templa auguraux pour agir auspicato avec le peuple et le Sénat, voir Berthelet 2015, 234-258, en particulier p. 255-256.

126 Rüpke 2005b, 227. Cf. Rüpke 2005a, 1450 et Gladigow 1977, 20.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search