Version classiqueVersion mobile

L'auctoritas à Rome

I - Terminologie, définitions et contexte

Chapitre I - Traductions et visions grecques de l’auctoritas

Étienne Famerie

Résumé

L’étude de la transposition en grec des mots latins requiert une prudence de méthode que connaissent bien les spécialistes du bilinguisme gréco-latin. Dans le cas d’auctoritas, on répète à l’envi que le mot exprime un concept à ce point “romain” qu’il est sans équivalent grec (ce qui expliquerait la présence du hapax αὐκτώριτας chez Dion Cassius). Un examen attentif du petit corpus des inscriptions bilingues où apparaît le terme auctoritas montre que le grec n’était pas sans ressources (à défaut de terme univoque) pour transposer ce concept. Il faut éviter de confondre monde romain et langue latine, qui s’opposerait à la langue grecque, incapable de nommer certains realia romains : à cet égard, l’examen du témoignage de Dion Cassius – qui est bien davantage un historien romain de langue grecque qu’un historien grec de Rome – jette une lumière nouvelle sur la pertinence du recours au terme ἀξίωµα dans la version grecque des Res gestae.

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation générale de la question, cf. Dubuisson 1979.
  • 2 Magie 1905. Les travaux antérieurs n’envisageaient que les sources littéraires : Weber 1835-1852 (...)
  • 3 Mason 1974. Sur les ambitions et les limites de ces travaux, cf. Famerie 1996, 51-54.

1Quiconque étudie le vocabulaire grec des institutions romaines doit prendre en compte un ensemble de sources littéraires qu’on appelle de manière commode les “historiens grecs de Rome” – une dizaine d’auteurs répartis sur plus de sept siècles (de Polybe à Jean le Lydien)1 –, mais aussi un large corpus d’inscriptions et, le cas échéant, de papyrus. L’intrépide dispose de quelques instruments, parmi lesquels figure en bonne place l’ouvrage classique de David Magie consacré au vocabulaire grec des institutions et de la vie publique romaines2. Ce lexique latin-grec, vieilli en ce qui concerne le volet épigraphique, rend encore bien des services, mais serait à refaire, car il n’a pas été remplacé par l’ouvrage de Mason, dont ce n’était d’ailleurs pas l’ambition3.

2Le lexique de Magie a répandu une analyse qui n’a pas toujours été appréciée à sa juste valeur. L’auteur distinguait trois manières d’exprimer en grec une même réalité romaine. Consul se dit (στρατηγὸς) ὕπατος par équivalence (comparatio), κώνσουλ par translittération (transcriptio) et σύµβουλος par traduction (interpretatio). Forts de cette analyse, les utilisateurs occasionnels du “Magie” croient volontiers qu’un auteur grec dispose à sa guise de trois solutions pour exprimer une même réalité. Il n’en est rien, comme le montrent les deux témoignages suivants, relatifs à l’instauration du consulat en 509 a.C. :

Τοὺς δ᾿ ἄρχοντας τούτους ἔταξαν καλεῖσθαι κατὰ τὴν ἑαυτῶν διάλεκτον κών­σου­­­­λας· τοῦτο µεθερµη­νευόµενον εἰς τὴν ῾Ελλάδα γλῶτταν τοὔνοµα συµβού­λους ἢ προβούλους δύναται δηλοῦν· κωνσίλια γὰρ οἱ ῾Ρωµαῖοι τὰς συµβουλὰς καλοῦ­σιν· ὕπατοι δ᾽ ὑφ’ Ἑλλήνων ἀνὰ χρόνον ὠνοµάσθησαν ἐπὶ τοῦ µεγέθους τῆς ἐξουσίας, ὅτι πάντων τ᾽ ἄρχουσι καὶ τὴν ἀνωτάτω χώραν ἔχουσι (Den. Hal., AR 4.76.2).

“(Les Romains) décidèrent d’appeler dans leur langue ces magistrats con­su­les ; ce terme, traduit en grec, peut signifier σύµβουλοι ou πρόβουλοι (car les Romains appellent consilia les συµβουλαί) ; plus tard, ils furent appelés ὕπατοι [‘(magistrats) suprêmes’] par les Grecs, en raison de l’étendue de leur pouvoir, car ils ont autorité sur tous et occupent la place la plus élevée.”

Kαλοῦσι τοὺς ὑπάτους κώνσουλας, οἷον προβούλους (Plut., Rom., 14.3).

“Ils appellent les consuls consules, c’est-à-dire conseillers.”

  • 4 J’ai repris l’étude de l’exemple canonique donné par Magie 1905, 2-41 (quaestor : ταµίας, κουαίστ (...)
  • 5 Cf., parmi d’autres, Dubuisson 1985 ; Rochette 1997.
  • 6 La parenté des deux langues, qui les rapprochent sur divers points de la morphologie, a été un fa (...)
  • 7 Dans la bibliographie sur le lexique grec des institutions romaines, le cas de στρατηγὸς ὕπατος e (...)

3Il existe en réalité deux manières de transposer en grec les realia romains4. La plus fréquente est, de loin, l’équivalence : consul se dit στρατηγὸς ὕπατος, puis ὕπατος seul. S’il n’existe pas d’équivalent jugé satisfaisant – pour des raisons qu’étudient notamment les spécialistes du bilinguisme gréco-latin5 –, la translittération a toute chance de devenir la transposition normale (δικτάτωρ)6. Les deux seules occurrences de la forme κώνσουλ dans toute la littérature grecque se trouvent dans les deux textes ci-dessus : à l’évidence, leur emploi est motivé par la volonté de Denys et de Plutarque de fournir, à côté du terme attendu ὕπατος, le nom latin suivi d’une traduction7.

4La traduction (σύµβουλος, πρόβουλος) en grec de termes latins est un phénomène tout différent. Elle ne vise presque jamais à désigner telle réalité dans l’autre langue, mais procède d’une démarche d’ordre linguistique. Les auteurs y recourent pour expliquer en grec le sens d’un mot latin après en avoir donné la forme translittérée, comme le font précisément Denys et Plutarque avec σύµβουλος. En termes de linguistique, la traduction vise avant tout le signifiant, alors que l’équivalent (ou, le cas échéant, la translittération) renvoie au signifié.

5Bien que Magie traite du vocabulaire des institutions politiques et religieuses, il n’a pas retenu auctoritas dans son lexique, contrairement à dignitas ou à potestas. Il faut donc aborder la question du traitement d’auctoritas dans les sources grecques par une autre voie.

  • 8  Cf. le débat récent entre Rowe et Galinsky, évoqué dans le présent volume par Fr. Hurlet.
  • 9 Scheid 2007a : “Le concept a été surévalué. L’auctoritas (…) est toujours liée à un réel et immen (...)

6L’exemple de consul donné plus haut passe sous silence un détail, à savoir qu’il y a un consensus chez les modernes sur la définition et le sens de consul, ce qui offre un terrain a priori sûr pour mener l’enquête sur le volet grec. On est loin du compte avec auctoritas, un mot, une réalité, un concept, mais aussi un slogan, dont la complexité justifie bien, malgré la littérature sur le sujet8, la tenue d’un colloque entier, même si, a-t-on dit, la recherche moderne a eu tendance à surévaluer le concept9.

  • 10 Le mot n’apparaît pas dans le fasc. d’indices du CIL, I2, V (2015) ; du côté grec, aucune mention (...)

7Une lecture rapide de l’article auctoritas dans le Thesaurus linguae Latinae pourrait donner l’impression que le terme est attesté dans tous ses emplois à peu près à toute époque. Il n’en est rien : ainsi, le terme, si présent chez Cicéron, est totalement absent des documents officiels latins d’époque républicaine, ainsi que des documents grecs de même époque10. On peut toujours invoquer les aléas de la transmission pour expliquer une telle absence (ainsi, nous n’avons conservé qu’un seul sénatus-consulte latin, celui des Bacchanales, sous la forme d’extraits inclus dans une lettre consulaire). Mais peut-être cette absence n’est-elle pas le fruit du hasard. En effet, il est bien difficile de définir le contexte dans lequel on s’attendrait à trouver auctoritas dans une inscription républicaine.

8Étudier le concept d’auctoritas dans les sources grecques expose à trois écueils :

  1. Il est impossible de donner au préalable une définition univoque de ce que l’on cherche ;

  2. Quand on croit avoir trouvé un passage probant, il faut encore se livrer à une analyse fine pour décider si, en latin, on aurait bien affaire à auctoritas plutôt que, par exemple, à dignitas, ou à maiestas ;

  3. Les témoignages risquent d’être très dispersés d’un point de vue chronologique, ce qui nuit à la cohérence du corpus ainsi constitué.

9Pour éviter au moins les deux premiers écueils, je me bornerai à envisager en priorité, dans cette contribution qui en appelle d’autres, le petit corpus des documents bilingues gréco-latins où apparaît le terme auctoritas. On tient là un critère de sélection peut-être pertinent, qui permet d’examiner le sort réservé à cette notion dans la version grecque de mêmes documents. J’évite à dessein de parler ici de “traduction” grecque, un terme qui est trop étroitement lié à l’analyse de Magie et qui participe d’une démarche réductrice, la version grecque d’un document latin pouvant être autre chose qu’une véritable traduction.

Auctoritas dans les documents bilingues

10Le premier examen portera, comme il se doit, sur les emplois du terme dans les Res gestae. On dénombre trois emplois, deux occurrences sûres et une restitution probable.

Res gestae

– RGDA 20.4

duo et octoginta templa... consul sex[tu]m ex [auctori]tate senatus refeci.

δ[ύ]ο [καὶ ὀγδο]ήκοντα ναοὺς... [ἕκτ]ον ὕπ[ατος δόγµα]τι συνκ[λ]ήτου ἐπεσκεύασ[α].

“Sous mon sixième consulat (28a), je restaurai, sur proposition du Sénat, quatre-vingt-deux temples”.

  • 11 Scheid 2007a, 59.

11Comme le suggère Scheid11, Auguste insiste sur la procédure, présentée comme une initiative du sénat, à laquelle il s’était conformé, prouvant ainsi qu’il rendait tous les honneurs aux dieux, mais sans dire qu’il avait peut-être lui-même sollicité le Sénat.

– RGDA 34.3

[a]uctoritate [omnibus praestiti, pote]s[t]atis autem nihilo ampli[us habu]i quam cet[eri qui m]ihi quoque in ma[gis]tra[t]u conlegae f[uerunt].

ἀξιώµ[α]τι πάντων διήνεγκα, ἐξουσίας δὲ οὐδέν τι πλεῖον ἔσχον τῶν συναρξάντων µοι.

Note critique. [a]uctoritate [omnibus praestiti] Ramsay-Premerstein (Ant.) : [auctoritate unus omnium] post [hominum memoriam excellerem] Franz (Anc.), [praestiti omnibus dignitate] Mommsen (Anc.)

  • 12 Scheid 2007a, 24.

“Je l’emportai sur tous en autorité, mais je n’eus pas plus de pouvoir que tous ceux qui furent mes collègues dans toutes les magistratures”12(lat.).

“Je l’emportai sur tous en autorité, mais je n’eus pas plus de pouvoir que ceux qui étaient mes collègues” (gr.).

  • 13 Franz 1843, 23-24 ; Mommsen 1865, 18832, ad loc.
  • 14 Ramsay & Premerstein 1927, 96.

12Longtemps on n’a disposé, pour ce passage, que de la version grecque d’Ancyre, soit ἀξίωµατι (le texte latin a disparu à cet endroit). L’intuition visionnaire de Franz, qui restituait [auctoritate], fut victime de l’autorité – et quelle auctoritas ! – de Mommsen, qui imposa une fois pour toutes le mot qui paraissait naturel du point de vue lexical, [dignitate]13. Il fallut attendre la publication de la version d’Antioche pour découvrir que le texte, donnant tort à Mommsen, avait bel et bien [a]uctoritate14.

13Le terme auctoritas est aussi restitué de façon assez sûre dans un troisième passage.

– RGDA 28.2

Italia... X[XVIII colo]nias me[a auctoritate] deductas habet.

Ἰταλία... εἴκοσι ὀκτὼ ἀποικίας ἔχει ὑπ’ ἐµοῦ καταχθείσας.

Note critique. me[a auctoritate] Wölflinn, Scheid, Cooley, Mitchell : me [auctore] Ramsay-Premerstein, me[is auspicis] Mommsen (coll. RGDA, 4, 2 : auspicis meis)

“L’Italie... compte vingt-huit colonies fondées par mon initiative”.

  • 15 Scheid 2007a, 75.
  • 16 L’expression mea auctoritate a probablement aussi une autre portée, restrictive, qu’il faut mettr (...)
  • 17 Au lieu de mea [auctoritate], Ramsay & Premerstein proposaient une restitution analogue, mais un (...)

14Alors qu’Auguste vient d’employer deduxi… colonias dans le paragraphe précédent (28.1) à propos des colonies qu’il a fondées dans les provinces, le texte insiste, dans le cas de l’Italie, sur l’initiative personnelle du prince, qui a présenté la motion de ces déductions de colonies au Sénat. Une fois encore, souligne Scheid15, on retrouve cette volonté d’Auguste d’évoquer son action personnelle, sans omettre de rappeler son respect des voies traditionnelles de prise de décision16. Ces subtilités n’apparaissent pas du tout dans la version grecque, où l’action d’Auguste se résume au complément ὑπ’ ἐµοῦ, comme si le texte latin était a me deductas17.

15En revanche, la présence d’auctoritas est aujourd’hui mise en doute dans un quatrième et dernier passage :

– RGDA 12.1

[Senatus consulto eodem tempor]e pars [praetorum... ob]uiam mihi mis[s]a e[st].

∆όγµατι σ[υ]νκλήτου... ἐπέµφθησάν µοι.

Note critique. [Senatus consulto eodem tempor]e Mommsen, Mitchell ; [S.c. eodem tempor]e
Ramsay-Premerstein, [Senatus consulto ea occasion]e Riccobono ; [Ex senatus auctori]tate Weber ; [Ex senatus auctoritat]e Volkmann, Scheid, Cooley

“En vertu d’un sénatus-consulte, au même moment, une partie des préteurs... fut envoyée à ma rencontre”.

16En 19 a.C., le Sénat décida d’envoyer une délégation de magistrats (préteurs, tribuns de la plèbe) en Campanie à la rencontre d’Auguste à son retour d’Orient.

  • 18 Weber 1936, 181* : “Vorhandene Spuren weisen zudem auf anderes : Mir scheint hier...”.
  • 19 Mitchell & French 2012, 96 : “This restoration, 19 [sc. ex senatus auctoritat]e compared with 26 (...)
  • 20 RGDA 26.5 ; cf. 34.3 : post id tem[pus]. Autres omissions relevées par Scheid 2007a, XXX-XXXII.

17La restitution [Ex senatus auctoritat]e de Volkmann, adoptée par Scheid et Cooley, se fonde sur les travaux de Weber, qui croyait pouvoir lire [Ex senatus auctori]tate. Cette lecture, présentée comme hypothétique18, est désormais révoquée par Mitchell. Constatant que la pierre ne laisse rien voir d’une fin de mot ]TATE et se fondant sur la longueur mesurée, et non plus estimée, de la lacune (26 lettres au lieu de 19), Mitchell rejette la restitution [Ex senatus auctoritat]e au profit de [Senatus consulto eodem tempor]e, faisant sienne la vieille hypothèse de Mommsen19. La restitution [eodem tempor]e ne peut être critiquée au motif qu’elle n’a pas d’équivalent dans la version grecque : à d’autres endroits dans les RGDA, un complément de temps en latin n’est pas rendu en grec (dont une fois le même complément qu’ici : eodem fere tempore20).

18Une conclusion provisoire s’impose. L’examen des quelques emplois d’auctoritas dans les Res gestae n’est pas probant pour comprendre et justifier la paire auctoritas-ἀξίωµα en RGDA 34.3. Il convient dès lors de poursuivre l’examen des autres documents bilingues.

Le “monument bilingue” de Delphes

  • 21 L’édition de référence de ce texte est désormais celle de Rousset 2002, 94-106, n° 9-12.

19Vers 110 p.C., C. Avidius Nigrinus, leg. Aug. pro pr., fut chargé d’arbitrer, dans la province sénatoriale d’Achaïe, un litige territorial opposant Delphes et deux cités voisines21 :

Amphissa-Myania (Rousset, n° 9-10)

20L’empereur, directement sollicité par les parties, a donné l’ordre à Nigrinus de s’en tenir au jugement des hiéromnémons rendu selon la décision de M’. Acilius et du Sénat :

Cum hieromnemonum iudicio {quod} ex auctor[itate Ma]ni Acili et senatus facto Opt[i]mus Princeps stari iusserit... (9, 5-6)

Ἐπεὶ τὴν ὑπὸ τὼν ἱεροµνηµόνων γενοµένην κρίσιν [κ]ατὰ τὴν Μανίου Ἀκειλίου καὶ τῆς συνκλήτου γνώµην, ἣν καὶ ὁ Μεγιστὸς Αὐτοκράτωρ πασῶν µάλιστα κυρίαν ἐτήρησεν... (10, 6-7)

“Puisque l’Excellent Prince a ordonné de s’en tenir au jugement des hiéromnémons rendu selon la décision de M’. Acilius et du Sénat...”.

Antikyra (Rousset, n° 11-12)

Cum Optimus Princeps sententia[m] hieromnemonum qua consecratam regione<m> Apolloni Pythio ex auctoritate Mani Acili et s[enatus] determinauerunt sequendam esse praescripsisset... (11, 2-4)

[᾿Επεὶ προσετάχθη ὑπὸ τ]οῦ Ἀρίστου Αὐτοκράτορος τὴν τῶν ἱερο[µνηµόνων κρίσιν δι’ ἣν ἱερὰν τὴν τοῦ Ἀπόλλωνος τοῦ Πυθίου ἔκ τε τῆς Μ]ανίου Ἀκειλίου γνώµης καὶ ἐκ δόγµατος τῆς συνκλήτου ἀφώρισαν, πασῶν µάλιστα κυρίαν? τηρεῖν]... (12, 1-3)

“Puisque l’Excellent Prince (gr. : Empereur) a prescrit de suivre (gr. : respecter comme souverainement décisif ?) le jugement des hiéromnémons par lequel ils ont délimité la terre consacrée à Apollon Pythien selon la décision de M’. Acilius et du Sénat (gr. : et selon le décret du sénat)...”.

  • 22 Rousset 2002, 142 (RE, “Acilius”, 26).

21Le jugement des hiéromnémons a été rendu à la suite d’un sénatus-consulte adopté sur la relatio d’un M’. Acilius (cos. ou pr. urbain) qui a convoqué le sénat. Pour l’identification d’Acilius, D. Rousset fait sienne une explication de J.-L. Ferrary, selon lequel il devrait s’agir du M’. Acilius Balbus, cos. 114 a.C. et préteur au plus tard en 117 a.C.22.

Dédicace de la cité de Cyrène

SEG 18, 740 (Cyrène, 165/9 p.C. ; textes gravés sur un bloc d’une citerne)

(a), 1 ex auctoritate et indulgentia Optimorum Maximorumque Imperatorum

(b), 7 [κατ’ αὐ]θεντείας καὶ εὐεργεσίας τῶν Θειοτάτων Aὐτοκρατό[ρων]

“En vertu de l’auctoritas et de la générosité des Excellents et Très grands (gr. : divins) Empereurs”.

  • 23 Cf. Reynolds 1959, 98-100, n° 3.
  • 24 Le terme χάρις se rencontre aussi dans deux documents bilingues comme équivalent de l’indulgentia(...)

22L’inscription, ou plutôt les deux inscriptions, posent un problème particulier23. La gravure de la face (a), qui porte le début d’un document latin dépourvu de tout élément de titulature, a été abandonnée après 2 lignes ; cette face n’a jamais été exposée. La face (b), seule exposée à la vue, porte une inscription de la cité de Cyrène célébrant les victoires des empereurs Marc-Aurèle et Lucius Vérus en Orient (texte grec de 9 lignes). Les débuts respectifs des deux textes montrent que le grec n’est pas seulement une traduction du latin. Toutefois, les parties conservées se répondent à l’endroit qui nous intéresse : auctoritate et indulgentia est rendu par κατ’ αὐθεντείας καὶ εὐεργεσίας24.

Rescrit de Théodose II

I. Mylasa, 611 (427/9 p.C.)

A, 8 : [– – – auctori]tas tua quae per hanc diui[nam... sanctionem – – –]

B, 10 : [– – –] αὐθεντία ἅτινα διὰ τοῦ θεί[ου... τύπου – – –]

23Le document assez lacunaire porte une lettre bilingue de l’empereur Théodose II relative à la taxe portuaire de Passala (Mylasa).

Transpositions du terme auctoritas dans les documents bilingues

24Venons-en maintenant à l’examen des termes grecs présents dans les documents bilingues présentés plus haut, soit αὐθεντ(ε)ία, γνώµη et δόγµα (συγκλήτου).

αὐθεντ(ε)ία

  • 25 Réf. les plus complètes dans DGE, s.v.

25Le terme abstrait αὐθεντ(ε)ία, inconnu du grec classique, apparaît une fois dans la Septante, avec le sens de “restriction (des droits)”, puis connaît quelques emplois dans les papyrus avec le sens de “pouvoir absolu, maîtrise”25. Le mot est dérivé de αὐθέντης, étym. “qui réalise par-lui-même ; qui est cause de”, en particulier “responsable de la mort, assassin” (tragédie, Hérodote, Thucydide), puis “qui est cause de, maître de”.

26Polybe utilise une fois le nom d’agent αὐθέντης dans un sens particulier :

Κάσσανδρον, τὸν αὐθέντην γεγονότα τῆς πράξεως, ὡς ἐκεῖνοί φασιν (22.14.2) 

“Cassandros, l’instigateur de cette affaire, comme ils (= les Romains) disent”

  • 26 Dubuisson 1985, 64-65. On relève aussi dans un glossaire (CGL, 2, 250) αὐθέντηµα, auctoramentum, (...)
  • 27 1 Ep. Tim., 1, 2.

27L’incise ὡς ἐκεῖνοί φασιν indique clairement que le mot, chez Polybe, n’a pas le sens de “meurtrier”, bien attesté jusque-là, mais qu’il est l’équivalent du latin auctor26. Dans le Nouveau Testament, le verbe αὐθεντέω apparaît aussi une fois avec le sens de “avoir les pleins pouvoirs, avoir la maîtrise”27.

  • 28 IOSPE, I2, 405, 5 (ἐξ αὐθεντείας ; Chersonèse, ép. imp.) ; MAMA, III, 197 A1, 14 = S. Hagel & K. (...)
  • 29 G.W.H. Lampe (1961-1968), A Patristic Greek Lexicon, s.v.

28Αὐθεντ(ε)ία n’est attesté que dans deux autres inscriptions28 et ne se rencontre jamais chez les historiens grecs de Rome. Il a pourtant connu une belle fortune en grec, mais ses très nombreux emplois sont confinés à la littérature patristique (3 colonnes dans le dictionnaire de Lampe29) : il désigne l’auctoritas divine, la toute-puissance, moins souvent l’“autorité” morale de personnalités, mais ne se rapporte jamais ni au Sénat, ni à des magistrats romains (deux réalités somme toute peu présentes dans la littérature patristique). Curieuse destinée de ce terme, qui aurait pu servir d’équivalent grec à auctoritas, mais qui, hormis quelques attestations épigraphiques en rapport avec l’auctoritas impériale, est resté étranger à la sphère des institutions romaines.

Γνώµη

29La version grecque des deux décrets d’Avidius Nigrinus offre une différence de formulation. Là où le latin porte uniquement ex auctor[itate Ma]ni Acili et senatus (l’association est d’ailleurs à souligner), la version grecque ne comporte pas de terme univoque pour rendre auctoritas : dans un cas (n° 10), on trouve seulement γνώµη ; dans l’autre (n° 12), la même formule latine est dissociée (γνώµη du magistrat et δόγµα du Sénat). Il est bien difficile de tirer un enseignement sûr de cette variation.

30Dans le premier cas, la formulation privilégie un point de vue. Le Sénat a fait sienne la γνώµη du magistrat-président (sans référence explicite à un sénatus-consulte) : le jugement des hiéromnémons s’en tient à une décision prise ex senatus sententia ; pour autant, le texte latin dit ex auctoritate (et non sententia) Mani Acili et senatus, car les deux sententiae ne sont pas sur le même plan.

  • 30 Rousset 2002, 142.

31Dans le second cas, la distinction entre la γνώµη du magistrat et le δόγµα du Sénat pour renvoyer aux mêmes rétro-actes que dans le premier cas privilégie un autre point de vue. La sententia du magistrat-président a bien entraîné l’adoption d’un sénatus-consulte, mais c’est moins l’auctoritas du magistrat que sa relatio et sa sententia qui a emporté la décision du Sénat. Ainsi, le grec paraît plus explicite. Pour autant, le jugement des hiéromnémons s’en tient à une décision prise ex auctoritate Mani Acili et senatus, et non ex sententia Mani Acili et auctoritate senatus. Selon Rousset, on peut comprendre que le jugement des hiéromnémons soit défini “dans les décisions d’époque impériale comme fondé ex auctoritate Mani Acili et senatus30”. Cet emploi très solennel d’auctoritas dans un préambule est peut-être aussi une manière d’insister sur les attendus des jugements rendus par Avidius Nigrinus.

  • 31 Sur le “Monument bilingue”, cf. Rousset 2008, 71-108.

32Dans ce dossier, il faut soigneusement éviter de distinguer, sur un critère linguistique, un auteur de l’acte latin par définition compétent et un traducteur grec peu au fait des institutions. L’arbitrage en latin a été rendu sur place, tout comme la version grecque a été effectuée sur place au terme de la procédure ; la traduction a dû être réalisée dans l’entourage proche du légat, peut-être par un membre de son consilium, assisté d’une autorité locale. Si le grec prend quelques libertés avec l’original latin (omissions ou ajouts de détail), le document est rédigé dans une langue soignée, qui implique à coup sûr l’intervention d’un “rédacteur” (ou d’un petit comité) parfaitement informé des réalités romaines31.

∆όγµα (συγκλήτου)

  • 32 RGDA 10.1 (inclusion du nom d’Auguste dans l’hymne salien) ; 22.2 (instauration des Jeux Martiaux (...)
  • 33 RGDA 4.2 (890 jours d’actions de grâces).

33Dans les Res gestae, on rencontre à cinq reprises les expressions δόγµατι συνκλήτου32 et ἐ[κ συ]ν[κλήτου] δ[ό]γµατ[ο]ς33 correspondant précisément au lat. (ex) senatus consulto. À chaque fois, Auguste y présente des mesures fondées sur une décision du Sénat.

  • 34 Cf. les exemples cités dans le TLL, s.v. (III.1)

34On a vu plus haut que la même expression grecque ne rendait pas (ex) senatus consulto, mais auctoritate senatus en RGDA 20.4. Cette variation dans la formule est assez courante en latin, l’auctoritas du sénat s’incarnant dans une décision formelle (senatus consultum ou decretum34). En RGDA 20.4, selon Scheid, Auguste insiste sur la procédure : les travaux de réfection des 82 temples en 28 a.C. n’ont pas été entrepris ex decreto pontificum, ce qui aurait pu évoquer l’intervention du grand pontife Lépide. On concédera que cette volonté d’Auguste aurait été exprimée de façon tout aussi claire par la formule (ex) senatus consulto, comme c’est le cas dans les cinq autres passages. Il serait imprudent de tirer de l’absence de variation dans la formule grecque une conclusion définitive sur l’impossibilité de transposer le terme auctoritas. Le grec, comme souvent, ne fait que simplifier.

  • 35 Mason 1974, 175-207 fournit un “Latin to Greek Reverse index” en fin d’ouvrage. Malheureusement, (...)

35Le champ d’investigation de Mason, malgré son titre (Greek Terms for Roman Institutions), dépasse le cadre du vocabulaire institutionnel (politique et religieux) au sens strict. Voulant pallier les insuffisances du recueil de Magie, il privilégie le lexique grec, ce qui ne facilite guère la consultation, quand on cherche un mot latin35. Ainsi, auctoritas est traité sous quatre lemmes distincts. En plus de αὐθεντία, γνώµη et δόγµα déjà examinés, il renvoie à βούληµα.

Βούληµα

36L’article se présente de la manière suivante : 1. ? sententia, constitutio (même sens conjectural pour βούλησις) ; 2. auctoritas patrum.

  • 36 Jos., AJ, 16.173. Cf. Mason 1974, 130 : “Βούληµα and βούλησις refer not so much to specific const (...)

37Une telle présentation est tout à fait trompeuse. Comme le reconnaît l’auteur, le premier emploi (un hapax chez Flavius Josèphe) n’a rien de technique36. Voici le second, censé désigner l’auctoritas patrum :

ἄνευ δὲ τοῦ τῆς συγκλήτου βουλήµατος οὔτε σῖτος οὔθ’ ἱµατισµὸς οὔτ᾽ ὀψώνια δύναται χορηγεῖσθαι τοῖς στρατοπέδοις (Pol. 6.15.4).

“sans le consentement formel du Sénat, ni blé ni vêtements ni solde ne peuvent être fournis aux légions”.

  • 37 Cf. aussi Pol. 6.17. 8 : πάντεςεὐλαβῶς ἔχουσι πρὸς τὰς ἐνστάσεις καὶ τὰς ἀντιπράξεις τῶν τῆς συ (...)

38Ici non plus, le terme grec n’a pas le sens que lui prête Mason. Certes, le βούληµα du Sénat s’incarne dans une décision (senatus consultum, auctoritas senatus), mais le mot a, comme chez Josèphe, le sens général de “volonté, consentement”37.

  • 38 Mason 1974, 15. Cf. Mason 1970, 150-160.
  • 39 D.H. 4.80.3 ; 6.67.2 ; Plut., Cor., 29.5 ; D.C. 36.39.4. Quelquefois, la même idée est exprimée n (...)

39En définitive, βούληµα ne désigne jamais l’auctoritas senatus comme telle, et l’analogie avec l’institution de la Boulè athénienne n’a eu qu’une influence marginale sur le lexique grec des historiens de Rome38. Tout au plus trouve-t-on quelques emplois isolés de προβούλευµα pour exprimer telle décision préalable du Sénat39.

Le hapax αὐκτώριτας

40Il reste à étudier l’emploi d’un terme, dont on est sûr qu’il correspond formellement au latin auctoritas : la forme translittérée αὐκτώριτας. Voici le témoignage, qui mérite d’être cité in extenso.

(...) εἰ δ᾽ οὖν ποτε ἐκ συντυχίας τινὸς µὴ συλλεχθεῖεν ὅσους ἡ χρεία ἑκάστοτε ἐκάλει (πλὴν γὰρ ὅτι ὁσάκις ἂν αὐτὸς ὁ αὐτοκράτωρ παρῇ, ἔν γε ταῖς ἄλλαις ἡµέραις ἐς πάντα ὀλίγου τὸ τῶν ἀθροιζοµένων πλῆθος καὶ τότε καὶ µετὰ ταῦτα ἀκριβῶς ἐξητάζετο), ἐβουλεύοντο µὲν καὶ ἥ γε γνώµη συνεγράφετο, οὐ µέντοι καὶ τέλος τι ὡς κεκυρωµένη ἐλάµβανεν, ἀλλὰ αὐκτώριτας ἐγίγνετο, ὅπως φανερὸν τὸ βούληµα αὐτῶν ᾖ. Tοιοῦτον γάρ τι ἡ δύναµις τοῦ ὀνόµατος τούτου δηλοῖ· ἑλληνίσαι γὰρ αὐτὸ καθάπαξ ἀδύνατόν ἐστι. Τὸ δ᾽ αὐτὸ τοῦτο καὶ εἴ ποτε ἐν τόπῳ τινὶ µὴ νενοµισµένῳ ἢ ἡµέρᾳ µὴ καθηκούσῃ, ἢ καὶ ἔξω νοµίµου παραγγέλµατος ὑπὸ σπουδῆς ἠθροίσθησαν, ἢ καὶ ἐναντιωθέντων τινῶν δηµάρχων τὸ µὲν δόγµα οὐκ ἠδυνήθη γενέσθαι, τὴν δὲ δὴ γνώµην σφῶν οὐχ ὑπέµενον ἀποκρυφθῆναι, ἐνοµίζετο· καὶ αὐτῇ µετὰ ταῦτα καὶ ἡ κύρωσις κατὰ τὰ πάτρια ἐπήγετο καὶ ἡ ἐπίκλησις ἡ τοῦ δόγµατος ἐπεφέρετο. (D.C. 55.3.4-5)

“(...) si d’aventure le nombre de (sénateurs) réunis était inférieur au nombre requis (car, hormis quand l’empereur était là en personne, les autres jours, le nombre des sénateurs présents était, à cette époque et dans la suite, vérifié de façon précise presque en toute circonstance), on délibérait néanmoins et la résolution était consignée ; cependant elle n’avait pas d’effet comme une résolution valide, mais devenait une auctoritas, afin de faire connaître la volonté des sénateurs. Telle est la signification de ce mot, qu’il est tout à fait impossible de rendre en grec. La même chose arrivait également si le sénat s’était réuni dans un lieu non consacré, ou un jour non permis, ou sans convocation légale dans l’urgence, ou si le veto de certains tribuns du peuple empêchait l’adoption d’un sénatus-consulte et que les sénateurs entendaient que leur résolu­tion ne demeurât pas ignorée ; cette résolution était ensuite ratifiée selon la procédure traditionnelle et prenait le nom de sénatus-consulte”.

  • 40 Cf. Mason 1974, 12 ; Freyburger-Galland 1992 et 1997, 215-219 (sur les “latinismes” de l’auteur).
  • 41 Nous possédons le texte de trois auctoritates consignées par le sénat le 29 septembre 51 : elles (...)
  • 42 La dernière phrase, trop générale, introduit une ambiguïté : la transformation d’une auctoritas e (...)
  • 43 Freyburger-Galland 1992, 215.

41Ce passage a suscité plusieurs commentaires. La présence chez Dion d’un mot technique ne serait pas pour surprendre. Il emploie volontiers des termes précis, ce qui se manifesterait par un recours plus fréquent aux translittérations que chez d’autres historiens grecs40. On a aussi voulu tirer de ce texte – à tort selon moi – la conclusion radicale que l’auctoritas est à ce point propre au monde romain que, de l’aveu même de Dion Cassius, il était impossible de le rendre en grec. À regarder le texte de près, Dion ne dit pas que le concept d’auctoritas était sans équivalent grec. Il n’envisage qu’un emploi très particulier d’auctoritas : la résolution du Sénat qui était invalidée par un vice de procédure ou un veto tribunicien41. Dion ne peut mieux faire que de donner le mot latin, qu’il accompagne d’une explication longue42. On répète à l’envi qu’αὐκτώριτας est un hapax en grec43. À vrai dire, ce n’est pas un mot grec, pas plus que κώνσουλ. Ce n’est pas non plus un emprunt intégré comme δικτάτωρ, mais l’emploi volontaire et isolé d’un mot latin translittéré.

  • 44 Freyburger-Galland 1992, 215.

42On a voulu considérer que, si Dion n’établit aucun rapport entre l’αὐκτώριτας qu’il évoque et le concept d’auctoritas, c’est qu’il était en quelque sorte incapable de penser l’auctoritas en grec. Dion n’aurait pu le faire qu’en plaçant à cet endroit une digression plus longue encore, malvenue dans l’exposé. On notera que les indications fournies ont trait tout spécialement à la vie du Sénat, un domaine auquel Dion, lui-même sénateur, était très sensible44. Il n’y a rien à tirer, à mon sens, du silence de Dion Cassius sur ce point.

Ἀξίωµα : un véritable équivalent ?

43Il faut en revenir à l’examen d’ἀξίωµα. Le terme apparaît en RG, 7, 2 :

Πρῶτον ἀξιώµατος τόπον ἔσχον τῆς συνκλήτου… ἐπὶ ἔτη τεσσαράκοντα.

[P]rinceps s[enatus… per annos] quadra[ginta fui].

Note critique. [P]rinceps s[enatus… fui] Ramsay – Premerstein (Ant.), Volkmann ; [Princeps senatus… fui] Mommsen (Anc.) ; [Primum dignitatis locum in senatu] Kornemann (Anc.) ; [Primum auctoritatis locum in senatu] Premerstein (Anc.)

“J’ai été prince du sénat… pendant quarante ans”.

  • 45 L’hypothèse de Rowe 2013 exploite ce passage pour lier la déclaration d’Auguste en RGDA 34.3 à la (...)

44Le grec ne recourt pas à un équivalent exact, mais à une traduction libre du latin, dont le texte d’Ancyre n’a pas été conservé. Avant la découverte de la copie d’Antioche, Mommsen avait vu juste, en privilégiant une formulation latine précise, princeps senatus. D’autres après lui ont été tentés – à tort – de restituer un texte latin traduit du grec, en faisant de la fonction le primus locus dignitatis (ou auctoritatis) in senatu. La découverte du texte d’Antioche a réglé définitivement la question45.

  • 46 Pol. 32.6.5 ; Diod. 29.8.1 ; 31.9.4 ; D.C. 46.20.5 (π. τῆς βουλῆς) ; 53.1.3, etc. (π. τῆς γερουσί (...)
  • 47 RGDA 13 ; 30.1 ; 32.3.
  • 48 RGDA 14.2 ; cf. IG XII, 2, 164-168 (Lesbos) ; GIBM 892 (Halicarnasse) ; I. Mylasa, 135 ; I. Assos (...)
  • 49 Sur l’emploi privilégié de ἡγεµών pour désigner Auguste, cf. Mason 1974, 144.

45Le grec des RGDA a-t-il renoncé à un terme technique pour désigner le princeps senatus ? Rien n’est moins sûr. Chez les historiens, on rencontre des formules descriptives qui évoquent celle des RGDA (Polybe : πρῶτος τῆς συγκλήτου ; Diodore : ὁ τοῦ συνεδρίου προεστώς, προκαθήµενος τοῦ βουλευτηρίου ; Dion Cassius : πρόκριτος τῆς βουλῆς ou γερουσίας46). À plusieurs reprises dans les RGDA, Auguste est appelé princeps, ἡγεµών47. Pour exprimer cette notion dans un autre cadre (princeps iuuentutis), le texte grec recourt à la formule ἡγεµὼν νεότητος (à propos des enfants adoptifs d’Auguste), attestée dans plusieurs inscriptions en l’honneur des mêmes48. Dès lors, en RGDA 7.2, princeps senatus aurait pu être rendu par ἡγεµὼν συγκλήτου49. Mais l’expression n’est pas attestée. Le grec des RGDA n’a donc pas renoncé à une expression particulière : simplement, il n’a pas innové.

46Venons-en, pour terminer, au passage des RGDA 34.3, où l’auctoritas d’Auguste est rendue par ἀξίωµα. De manière inexplicable, Mason ne recense pas cet emploi, alors qu’il consacre un article entier à ἀξίωµα (3 sens, plus de 10 références). On a déjà dit que, sur la base de la seule version grecque d’Ancyre, on a longtemps restitué dignitas, et l’équivalence entre ἄξιος et dignus dispensait de justifier ce choix qui paraissait naturel. Du jour où dignitas, qui satisfaisait chacun, a dû céder la place à auctoritas, révélé par la copie d’Antioche, c’est la présence d’ἀξίωµα, bien lisible sur la pierre, qui a paru difficile à expliquer : il eût été beaucoup simple de continuer à lire dignitas à cet endroit. Il y avait pourtant quelques objections qu’on n’a pas fait valoir alors :

    • 50 Je n’oserais affirmer avec Balsdon 1960, 44 que c’est le seul effet du hasard, même si la notion (...)
    • 51 Cf. Cés., B.G., 2.15.1 ; Cic., Pomp., 55 ; Clu., 58, Liv. 25.37.5, V. Max. 7, 2, ext. 17, etc.

    l’expression *dignitate praestare, censée se trouver dans le passage, n’est pas attestée50, contrairement à auctoritate praestare, qui est répandue51 ;

    • 52 Cic., Inv. 2.166 : dignitas est alicuius honesta et cultu et honore et uerecundia digna auctorita (...)
    • 53 Cf. les pages toujours très denses de Hellegouarc’h [1963] 1972, 314-320 (maiestas), 388-411 (dig (...)

    les champs sémantiques respectifs de dignitas et d’auctoritas, loin d’être distincts, sont liés de plusieurs manières : Cicéron fait intervenir la première dans la définition de la seconde52 ; la dignitas est aussi étroitement associée à la maiestas53 ;

    • 54 Cf. 45.2.6 ; 54.26.4 ; 78.14.2, avec les remarques de Freyburger-Galland 1992, 240.
    • 55 45.27.4.
    • 56 Phil., 2.55.

    enfin, chez Dion Cassius, certains emplois de ἀξίωµα correspondent bien à auctoritas54. Un exemple me paraît particulièrement clair. Dans un discours prononcé au Sénat, Cicéron accuse Antoine d’avoir anéanti l’ἀξίωµα du sénat : τὸ τῆς βουλῆς ἀξίωµα καταλύσας, écrit Dion Cassius55. Ce discours est conservé, il s’agit de la 2Philippique, dans lequel l’Arpinate lance : auctoritas huius ordinis adflicta est56, “l’autorité de notre ordre a été ravalée”. Auctoritas, pas dignitas.

Conclusion

47Au terme de cette enquête, on n’a pas trouvé de terme grec qui rende auctoritas de manière univoque. En ce qui concerne l’auctoritas du sénat, elle est exprimée soit en désignant une une manifestation concrète (δόγµα συγκλήτου : RGDA, 2e décret de Nigrinus ; γνώµη : 1er décret de Nigrinus), soit par le recours exceptionnel au terme αὐθεντ(ε)ία (4 inscriptions au total). Ce dernier est devenu un équivalent univoque du latin auctoritas, mais en grec byzantin seulement, pour désigner la toute-puissance divine. Ce constat pourrait amener à conclure que “les Grecs”, n’étant pas parvenus à une conscience claire du concept, n’étaient pas en mesure ou n’avaient pas ressenti le besoin de donner un équivalent spécifique. Je ne puis partager une opinion aussi tranchée.

  • 57 Cf. Freyburger-Galland 1992, 241-245.

48Dans le contexte qui nous occupe, “les Grecs” n’est rien d’autre qu’une étiquette. Il est impossible de traiter sur un même plan des auteurs allant de Polybe à Jean le Lydien, si différents les uns des autres par tant d’aspects (connaissance variable du latin et influence de cette langue sur leur grec, carrière personnelle, etc.). Plusieurs d’entre eux sont des écrivains “grecs”, mais des Romains à part entière, tel Dion Cassius, par son installation durable à Rome, sa carrière politique prestigieuse, etc. Il serait vain de considérer de telles personnalités comme étant à la merci de leur langue. Dion Cassius, encore, peut placer une digression sur un emploi à ce point spécial d’auctoritas qu’il n’a d’autre issue que d’en donner la forme translittérée, assortie d’une longue explication. Il ne dit rien de sa pleine conscience de ce qu’est plus généralement l’auctoritas, un concept romain trop familier pour être appelé αὐκτώριτας, mais est parfaitement à même de discuter de l’étymologie du surnom Augustus57.

49Un terme grec peut être employé par tel auteur comme un équivalent que nous jugerons approximatif. Ainsi en va-t-il d’ἀξίωµα, qui connaît une série d’emplois conformes au sens du mot en grec classique : “dignité, rang” (cf. πρῶτος ἀξιώµατος τόπος). Il y a un ἀξίωµα ὑπατικόν (consulaire), στρατηγικόν (prétorien), ἱππικόν (équestre), etc. L’ἀξίωµα βουλευτικόν renvoie pour sa part au “rang sénatorial”, qui est aussi une dignitas ; mais, dans un autre registre, le sénat a une auctoritas : ἀξίωµα βουλευτικόν, c’est aussi l’auctoritas senatus chez Dion Cassius. Tout cela ne fait pas d’ἀξίωµα un terme vague et mal adapté. Sinon, que dire d’une autre acception technique, étrangère à notre propos : ἀξίωµα est aussi l’équivalent de petitio, la demande écrite adressée à l’empereur. Tout compte fait, en RGDA 34.3, le recours à ἀξίωµα pour désigner l’auctoritas d’Auguste est pleinement justifié et ne trahit aucune approximation de langage.

Notes

1 Pour une présentation générale de la question, cf. Dubuisson 1979.

2 Magie 1905. Les travaux antérieurs n’envisageaient que les sources littéraires : Weber 1835-1852 ; Wannowski 1846 ; D. Magie, élève de G. Wissowa, a, le premier, pris en compte les sources épigraphiques grecques, mais ne put tirer profit des papyrus documentaires, qu’on commençait seulement à publier.

3 Mason 1974. Sur les ambitions et les limites de ces travaux, cf. Famerie 1996, 51-54.

4 J’ai repris l’étude de l’exemple canonique donné par Magie 1905, 2-41 (quaestor : ταµίας, κουαίστωρ, ζητητής) dans Famerie 1999, 211-225.

5 Cf., parmi d’autres, Dubuisson 1985 ; Rochette 1997.

6 La parenté des deux langues, qui les rapprochent sur divers points de la morphologie, a été un facteur puissant d’incorporation d’un lexique latin au grec des historiens de Rome. Ainsi, l’existence d’un même suffixe pour les noms d’agent (-τωρ, gén. -τορος ; -tor, gén. -toris) explique le succès, en grec récent, de nombreux mots latins en -tor.

7 Dans la bibliographie sur le lexique grec des institutions romaines, le cas de στρατηγὸς ὕπατος est exceptionnel, car une monographie lui a été consacrée il y a tout juste 100 ans : cf. Holleaux 1918. Cette étude, qui a démontré avec éclat tout l’intérêt de telles enquêtes serrées, est restée à peu près unique en son genre et constitue encore de nos jours un modèle de finesse dans l’analyse.

8  Cf. le débat récent entre Rowe et Galinsky, évoqué dans le présent volume par Fr. Hurlet.

9 Scheid 2007a : “Le concept a été surévalué. L’auctoritas (…) est toujours liée à un réel et immense pouvoir institutionnel. Elle est la résultante de la situation institutionnelle, politique et sociale du Prince”.

10 Le mot n’apparaît pas dans le fasc. d’indices du CIL, I2, V (2015) ; du côté grec, aucune mention ni chez Sherk 1969, ni dans la mise à jour dont je prépare l’édition.

11 Scheid 2007a, 59.

12 Scheid 2007a, 24.

13 Franz 1843, 23-24 ; Mommsen 1865, 18832, ad loc.

14 Ramsay & Premerstein 1927, 96.

15 Scheid 2007a, 75.

16 L’expression mea auctoritate a probablement aussi une autre portée, restrictive, qu’il faut mettre en rapport avec le nombre de 28 colonies italiennes (même nombre chez Suét., Aug., 46.1). En effet, on dénombre plus de 40 (voire 50) colonies fondées par Octave-Auguste depuis l’ère triumvirale. Le chiffre de 28 se justifie si l’on prend en compte les seules colonies fondées après Actium : cf. Wardle 2014, 341.

17 Au lieu de mea [auctoritate], Ramsay & Premerstein proposaient une restitution analogue, mais un peu trop courte, me [auctore], comme en RGDA 8.5 : legibus noui[s] m[e auctore l]atis / εἰσαγαγὼν καινοὺς νόµους (allusion aux grandes lois de 18 a.C., qu’Auguste porta en vertu de sa tribunicia potestas). Mommsen 18832, 121, se résignait à restituer me[is auspicis], pour combler une lacune entre ME et DEDVCTAS estimée par lui à 10 lettres sur le moulage (12 dans l’éd. de Mitchell) et justifier le S qu’il croyait voir avant deductas (mais il n’y rien de tel sur la pierre).

18 Weber 1936, 181* : “Vorhandene Spuren weisen zudem auf anderes : Mir scheint hier...”.

19 Mitchell & French 2012, 96 : “This restoration, 19 [sc. ex senatus auctoritat]e compared with 26 letters long, appears to be too short for the spa­ce, and Mommsen’s proposal, which corresponds more closely with the Greek, should be preferred”.

20 RGDA 26.5 ; cf. 34.3 : post id tem[pus]. Autres omissions relevées par Scheid 2007a, XXX-XXXII.

21 L’édition de référence de ce texte est désormais celle de Rousset 2002, 94-106, n° 9-12.

22 Rousset 2002, 142 (RE, “Acilius”, 26).

23 Cf. Reynolds 1959, 98-100, n° 3.

24 Le terme χάρις se rencontre aussi dans deux documents bilingues comme équivalent de l’indulgentia (ou du beneficium) de l’empereur : cf. réf. chez Mason 1974, 99.

25 Réf. les plus complètes dans DGE, s.v.

26 Dubuisson 1985, 64-65. On relève aussi dans un glossaire (CGL, 2, 250) αὐθέντηµα, auctoramentum, “salaire, prix (d’un engagement)”.

27 1 Ep. Tim., 1, 2.

28 IOSPE, I2, 405, 5 (ἐξ αὐθεντείας ; Chersonèse, ép. imp.) ; MAMA, III, 197 A1, 14 = S. Hagel & K. Tomaschitz, Repertorium der Westkilikischen Inschriften, Vienne, 1998, n° 36 A1 (τινων αὐθεντίαν ἐξου[σίαν ἐχόντων] ; Cilicie, 500-518 p.C.).

29 G.W.H. Lampe (1961-1968), A Patristic Greek Lexicon, s.v.

30 Rousset 2002, 142.

31 Sur le “Monument bilingue”, cf. Rousset 2008, 71-108.

32 RGDA 10.1 (inclusion du nom d’Auguste dans l’hymne salien) ; 22.2 (instauration des Jeux Martiaux) ; 34.2 (octroi du nom Augustus) ; 35.1 (élévation d’un quadrige avec la mention de pater patriae).

33 RGDA 4.2 (890 jours d’actions de grâces).

34 Cf. les exemples cités dans le TLL, s.v. (III.1)

35 Mason 1974, 175-207 fournit un “Latin to Greek Reverse index” en fin d’ouvrage. Malheureusement, cette liste de contrôle, enrichie par rapport à Magie (en particulier, grâce aux inscriptions et aux papyrus), est plus pauvre sur un autre plan (Polybe n’est pratiquement jamais cité et les autres sources littéraires sont exploitées de façon moins systématique). Plus grave, l’économie des articles et la multiplication souvent discutable des “sens” au sein d’un même lemme désarticule, pour ainsi dire, les notions romaines pour les soumettre à une grille lexicale grecque : c’est le prix à payer pour disposer d’un tel instrument, qui ne permet pas davantage que le “Magie” de satisfaire toutes les requêtes.

36 Jos., AJ, 16.173. Cf. Mason 1974, 130 : “Βούληµα and βούλησις refer not so much to specific constitutiones of the emperor as to his general policy or purpose ; sententia may have this sense, but the words are not technical”.

37 Cf. aussi Pol. 6.17. 8 : πάντεςεὐλαβῶς ἔχουσι πρὸς τὰς ἐνστάσεις καὶ τὰς ἀντιπράξεις τῶν τῆς συγκλήτου βουληµάτων, “tous prennent garde avant de résister et de s’opposer aux volontés du sénat”.

38 Mason 1974, 15. Cf. Mason 1970, 150-160.

39 D.H. 4.80.3 ; 6.67.2 ; Plut., Cor., 29.5 ; D.C. 36.39.4. Quelquefois, la même idée est exprimée négativement (“sans décision préalable du sénat”) : cf. App., B.C., 1.59.266 (ἀπροβούλευτος).

40 Cf. Mason 1974, 12 ; Freyburger-Galland 1992 et 1997, 215-219 (sur les “latinismes” de l’auteur).

41 Nous possédons le texte de trois auctoritates consignées par le sénat le 29 septembre 51 : elles sont transmises par Caelius à Cicéron avec un sénatus-consulte adopté le même jour à l’unanimité (les 3 auctoritates ont subi le veto de plusieurs tribuns et ont exactement la forme et la structure d’un sénatus-consulte : préambule, relatio, etc.) ; cf. Cic., Fam., 8.8.5-8 (4 : senatus consultum quod tibi misi factum est auctoritatesque perscriptae). Ce sont les 3 seules auctoritates recensées dans le catalogue dressé par E. Volterra (1969), NDI, XVI, s.v. senatusconsulta, 1078 (= Scritti giuridici, V [1993], 297).

42 La dernière phrase, trop générale, introduit une ambiguïté : la transformation d’une auctoritas en senatus consultum n’avait aucun caractère automatique. Les 3 auctoritates présentes dans la correspondance de Cicéron n’ont jamais été validées.

43 Freyburger-Galland 1992, 215.

44 Freyburger-Galland 1992, 215.

45 L’hypothèse de Rowe 2013 exploite ce passage pour lier la déclaration d’Auguste en RGDA 34.3 à la collation du titre de princeps senatus. Cette interprétation n’emporte pas la conviction : cf. les critiques assez rudes de Galinski 2015.

46 Pol. 32.6.5 ; Diod. 29.8.1 ; 31.9.4 ; D.C. 46.20.5 (π. τῆς βουλῆς) ; 53.1.3, etc. (π. τῆς γερουσίας).

47 RGDA 13 ; 30.1 ; 32.3.

48 RGDA 14.2 ; cf. IG XII, 2, 164-168 (Lesbos) ; GIBM 892 (Halicarnasse) ; I. Mylasa, 135 ; I. Assos, 13. Dion Cassius, pour sa part, recourt à la même formule descriptive (analogue à celle du princeps senatus), πρόκριτος τῆς νεότητος (55.9.9 ; 78.17.1).

49 Sur l’emploi privilégié de ἡγεµών pour désigner Auguste, cf. Mason 1974, 144.

50 Je n’oserais affirmer avec Balsdon 1960, 44 que c’est le seul effet du hasard, même si la notion de dignitas est susceptible de degrés (gradus dignitatis Cf. Cic., Clu., 150 : altiorem gradum dignitatis consequi ; Mur., 30 : locare in amplissimo gradu dignitatis, etc.)

51 Cf. Cés., B.G., 2.15.1 ; Cic., Pomp., 55 ; Clu., 58, Liv. 25.37.5, V. Max. 7, 2, ext. 17, etc.

52 Cic., Inv. 2.166 : dignitas est alicuius honesta et cultu et honore et uerecundia digna auctoritas, “la dignité est un prestige que quelqu’un a bien acquis et qui mérite le respect, les honneurs et la déférence”.

53 Cf. les pages toujours très denses de Hellegouarc’h [1963] 1972, 314-320 (maiestas), 388-411 (dignitas).

54 Cf. 45.2.6 ; 54.26.4 ; 78.14.2, avec les remarques de Freyburger-Galland 1992, 240.

55 45.27.4.

56 Phil., 2.55.

57 Cf. Freyburger-Galland 1992, 241-245.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search