Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Nomades

La “nation errante” : “comtes de petite Égypte” et “capitaines de bohémiens” dans l’Europe médiévale et moderne

Henriette Asséo

Texte intégral

  • 1 Stein 1899, 297-304. Le texte de la lettre de rémission est aux Archives nationales à la cote JJ 1 (...)

1L’archiviste Henri Stein a publié la transcription d’une lettre de rémission accordée, en mai 1460, par le roi de France, Charles VII, à George de Pamperon, “se disant de la petite Égypte”, emprisonné pour homicide sur la personne d’un habitant de Château-Landon. Après avoir mis ses deux chevaux à pâturer, le Bohémien s’en était aller pêcher des écrevisses dans la rivière voisine. Le maître du pré survint, chassa les chevaux et traita les Égyptiens de “mauvaise sarasinaille”. L’appellation peu flatteuse déclencha une rixe entraînant sa mort. L’affaire fut pourtant conclue par une notification du pardon royal remis au meurtrier par le bailli de Sens1.

  • 2 L’archiviste était d’ailleurs sensible aux contrefaçons de documents, Stein 1904.
  • 3 P. Bataillard a publié ses travaux dans la Bibliothèque de l’École des Chartes puis en plaquettes. (...)

2Recueillie pendant son emprisonnement, la déposition de George de Pamperon donnait des indications sur la circulation des premiers groupes d’Égyptiens en France. Il se déclara “natif de Petite Égypte”, chargé de “pauvre femme grosse” et de deux enfants. Il avait quitté sa contrée natale six années auparavant en la compagnie du duc André et du comte Thomas “dudit Égypte”, fuyant les combats entre les Chrétiens et le Turc ennemi. Près de trois cents personnes avaient débarqué à Venise et depuis lors, des groupes d’Égyptiens, munis de sauf-conduits, circulaient dans les pays allemands et hollandais, en France et en Flandre. Destinées à émouvoir l’opinion judiciaire, ces aventures semblent à première vue duperies d’un mercenaire imaginatif2. Mais la crédibilité du récit est renforcée par les documents d’archives qui ont gardé la trace des pérégrinations des ducs et comtes de Petite Égypte. Dans les inventaires imprimés en voie d’élaboration depuis le Second Empire, nombre d’archivistes ont recensé les premières attestations de la présence bohémienne. Ils ont aussi publié des documents dans les revues savantes, relevant les mentions des libéralités consenties pour le passage des Égyptiens dans les registres de délibérations et les comptes trésoraires des villes. Malheureusement, l’intérêt fut éphémère et localisé, et la dispersion des sources rend le défaut de perspective difficile à corriger3.

3La moisson retenue permet cependant de considérer les formes contractuelles de l’accueil fait aux comtes de Petite Égypte et à leur pèlerinage pénitentiel. La documentation montre aussi un changement d’attitude après les années 1550/1560 et l’accueil laissa la place à des procédures de contrôle et de refoulement. Les Princes et les Cours souveraines multiplièrent alors les décisions de bannissement collectif pour remédier à une présence devenue indésirable. Mais ces édits et arrêts visant à purger les royaumes d’une engeance qualifiée de “gens se disant Bohémiens ou Égyptiens” dont les érudits avaient posé le verdict de malfaisance, ne l’a pas rejetée dans la cohorte indifférenciée du vagabondage structurel. Les “compagnies de Bohémiens” demeurèrent protégées par un patronage seigneurial, il est vrai, de façon inégale selon les régions.

Les sauf-conduits et le pèlerinage pénitentiel des “comtes de Petite Égypte”

  • 4 Artières 1894-1899, 110, 2e colonne et 111, 1ère colonne.
  • 5 Ibidem, p. 110.
  • 6 Je mentionne les bourgs les plus visités à partir d’un sondage effectué en reprenant systématiquem (...)
  • 7 A.C. Arles, BB 2, délibérations, très gros registre de 1436-1446, fol. 176, 26 avril 1438, mention (...)
  • 8 A.C. Arles, CC 156, fol. 5 v°. compte du trésorier 1438.
  • 9 A.C. Arles, CC 185, fol 6 compte du trésorier, 1456. Le registre CC 219 comprend, pour l’année 147 (...)
  • 10 A.C. Pamiers, BB 68, XXII May 1497, cité par J. de Lahondès 1882-1884, tome 1, Des origines à la R (...)
  • 11 Parfouru, P. et J. de Carsalade du Pont 1886-1892, tome 2, 1485-1507, 544.

4La compagnie à laquelle appartenait Georges de Pamperon a laissé des traces d’une existence effective. Jules Artières, historien de la ville de Millau, a repéré le 29 mai 1457 la présence du noble Thomas, porteur de lettres de Charles VII comme “comte de la Petite Égypte en Bohême” et suivi de cent vingt personnes, hommes, femmes et enfants4. Rendus méfiants par le nombre imposant de la troupe, les consuls logèrent les Égyptiens hors les murs dans la maison des chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, vide de leurs maîtres, et leur donnèrent du pain, du vin et deux moutons d’or. Le 8 avril de la même année, une bande moins considérable logea à l’hôpital et “pour l’amour de Dieu”, les consuls firent donner du foin, de l’avoine et des vivres5. Tout comme la Marche, le comté de Provence et plus tard toutes les régions méridionales furent des terres de passage convoitées par les groupes d’Égyptiens qui passaient et repassaient par les bourgs de Brignoles, Le Luc, Sisteron, Barjols, Saillans ou Dradignan6. Cette faveur peut tenir à l’effet déformant induit par la collecte de mentions éparses. Toujours est-il que l’attrait pour les cités méridionales entraîna l’application de la passade aux Bohémiens. Les municipalités négociaient ainsi le passage régulier des groupes par un droit temporaire attribué collectivement à un groupe identifié comme Égyptiens ou Bohémiens. Ainsi, le 26 avril 1438, le registre des délibérations d’Arles indiquait le passage des Bohémiens dans la ville7. Le duc de petite Égypte déclara faire pénitence par l’injonction des lettres du pape, et la municipalité lui donna 10 florins, paiement dont les comptes du trésorier portent aussi la trace : “Item a pagat ledich Julian thesaurier lo dimege q fonc XXVII dabvril al duc del petit egipte p ordenasa del conselh facha ledich jorn8. Le 10 juin 1456, une aumône de 6 florins était encore donnée par la même ville “cis per presemtem universitatem datos et promissos, amore Dei, causante penitentia quam faciunt per totum mundum eis injoncta per Dum Nostrum Papam9. Les consuls de Pamiers manifestèrent aussi une certaine méfiance à l’encontre des Bohémiens qui étaient venus s’établir près du cimetière et ne purent entrer dans la ville. Toutefois, leur chef, le comte François de Grèce, reçut une lettre testimoniale à son départ10. C’est, enfin, en langue gasconne que la municipalité de Riscle, non loin de Mirande, consignait, à la date tardive de 1500, la venue des Bohémiens : “Item, a XV deudit mes, bengon los Boeys ; que fo apuntat que botossam goeytas-portas ; e anxi a fem : de que despensan en dus jorns que hy demoran : II sos11.

5Dans sa déposition, George de Pamperon a donné l’âge de trente ans. Son appartenance aux premières troupes d’Égyptiens est bien peu probable. Dans ce cas, deux hypothèses s’offrent à nous, ce qui n’épuise pas la démonstration. Des ducs successifs ont pu reprendre le thème du départ sous la contrainte, ou bien la mémoire en était encore suffisamment vive pour mentionner un compagnonnage.

  • 12 A.C. Arras, BB 6, fol 54 v°. La pièce est mentionnée dans l’inventaire sommaire des archives commu (...)
  • 13 A.C. Amiens, BB Délibérations de l’échevinage, BB 3 (registre, 1424-1428), folio 79 v°, Echevinage (...)

6Marqués par la curiosité à l’égard de ces groupes étranges, au sens du vocabulaire de l’époque, les premiers témoignages ont donné une description plus précise des Égyptiens. Sous le titre de “Merveilles. Venue d’estrangers du pais d’Egipte”, les registres de l’échevinage de la ville d’Arras, dépendant alors du duc de Bourgogne, décrivent la troupe égyptienne reçue par la ville en octobre 142112. Le chef présenta à son arrivée une lettre de l’Empereur qui fut prise en considération. Il déclara venir de la contrée de Petite Égypte sans en préciser la localisation. Sa suite composée d’une trentaine de personnes reçut des victuailles et du charbon. On les abreuva de bière sans toutefois les autoriser à s’attarder dans la cité. Le 26 septembre 1427, le comte Thomas s’était présenté en personne devant la ville d’Amiens13 :

“Pour ce que les dessus dis estans ondit Escchevins. un qui se nommant Thomas, conte du Petit Egipte, accompaignié lui LXe des gens de son pays qui est pays moult estrange et lointaing, estoit venu à l’une des portes de la dicte ville, nomme la porte de Beauvais, et requeroit que lui et ses dictes gens peussent entrer en icelle ville et y est logiez passant le ppays et alant au pays de Flandes ; ledit Thomas accompaignié lui IIIe fu mandé audit eschevinaige, et fu parlé àlui qu’il estoit, dont il venoit et là ù il aloit, lequel monstra lettres de Nostre Saint Père le Pappe, par lesquelle nostre dit saint Père certiffioit que pour ce que ledit Thomas n’avoit voulu délaissier la foy crestienne ne volu croire le contraire, il estoit caché hors de son pays, et requéroit nostre dit Saint Père que on le souffresist et laissat passer et faire son voyage qu’il avoit l’intention de faire, et que on feist àlui et à ceulx de sa compaignie omosnes pour lui aidier à vivre. et que à ceulx qui lui feroient omosnes, nostre dit Saint Père donnait indulgences et pardons de leur péchez. Veu le teneur desquelles lettres, fu consaillié ledit Thomas et ceulx de sa compaignie souffrir entrer ladicte ville, et à sjourner en icelle deux ou trois jours ; et avec ce que en pitié et omosne seroit donné aucdit thomas et ceulx de sa compaignie des deniers de la ville. la somme de huit livres p.”.

  • 14 A.C. Amiens, CC 21 registre aux comptes, 1427, fol 46 v., publié par F. H. Dusevel, art. cit., 434 (...)

7Le registre des comptes de la ville reprend de façon plus laconique l’argument14 :

“a Thomas, conte du petit Egipte la somme de VII l. p., qui, par deliberacion d’eschevinage tenu aujourd’huy XXVVC jour de septembre mil IIIC XXVII a esté donné en omone et ordouné estre bailliée des deniers de la ville, pour aydier à vivre luy et ses gens jusque à XL personnes ou environ qu’il avoit avec luy, tous deboutés et detachiés hors de le conté d’Egipte par gens mescreans et estans contre la foi christienne pour ce que ledit conte et ceulx de sa compaignie ont tenu et tiennent la foi christienne, comme par lettres de nostre saint père le Pappe donne et a donné grans indulgences et pardons à ceulx qui audit Thomas et à ceulx de sa compaignie feront omosne (..)”.

8Paul Bataillard a publié le texte de la délibération qui mentionne, à la date du 1er octobre 1419, la présence des Égyptiens sous le nom de Sarrasins. Le gros de la troupe ne fut pas autorisé à pénétrer dans l’enceinte de la ville, mais on les laissa s’installer dans un pré, où ils campèrent à la manière des gens de guerre durant deux jours. Le trésorier leur fit apporter cent pains du poids de vingt onces, de la viande de mouton, du vin et quatre hémines d’avoine pour les chevaux :

  • 15 de Laplane 1843, 259-263, 261 et 262. L’auteur mentionne un passage en 1419, puis un autre en 1457 (...)

“Quod, amore Dei, istis Saracenis qui venerunt ad hanc civitatem Sistarici et qui vagant per universum orbem, penitencitia, ut de attento quod elemosynam pecierunt a dicta universitate pro dando eis discessum ab hoc civitate, racione mali quod faciunt, dentur eis de bonis universitatise a que sequuntur. pro uno prandio, sic et aliae universitates Provinciae in quibus fuerint, fecerunt”15.

  • 16 A.D. Isère, GG 14, fol 109, Paroisse Saint-Georges de Vienne. Mercredi 28 mars 1618.
  • 17 Chiffoleau 1990, 289-324.

9Les autorités municipales devaient éprouver une certaine difficulté mentale à accorder si généreusement leurs aumônes à ces gens qualifiés de Sarrasins qui conduisaient leur pénitence sous la protection du pape. Le curé de la paroisse Saint-Georges à Vienne en établissant l’acte d’inhumation le 28 mars 1618, de Jean Bastin, capitaine des Sarrasins, éprouva le besoin de fixer son esprit en inscrivant en marge de son registre le terme : “bhoemian16. Il est vrai que la notion de Sarrazinois était à l’époque médiévale et moderne assez large. Dans l’univers mental chrétien, elle ne renvoyait pas exclusivement à l’infidèle mahométan mais au domaine païen dans son ensemble, car cette qualification incluait tout ce qui était exotique, y compris l’Antiquité classique. Toutefois, le caractère fluctuant des dénominations proposées par les compagnies égyptiennes pose des problèmes d’interprétation. Il faudrait reprendre de plus près le contenu de ces chroniques et rétablir les modalités de constructions discursives du vérifié, de l’autorisé, de l’authentifié et de l’allégué17. Leur étude systématique informerait sur un fait historique resté, faute de travaux, assez énigmatique. Car la circulation des compagnies égyptiennes ne relève pas du seul mythe et elle illustre aussi la complexité des contacts dans cette Europe en proie aux effervescences militaires et religieuses.

10Toujours est-il que les municipalités semblaient de moins en moins disposées à recevoir les Égyptiens comme des pèlerins respectables. Dans cette même ville de Bourges qui avait accueilli des ducs de Petite Égypte, Jehan Glaumeau notait dans son journal :

  • 18 Journal de Jehan Glaumeau, Bourges 1541-1562, publié pour la première fois avec une introduction e (...)

“L’an que dessus, le jeudi XXIIIe jour de septembre, furent tondus en la prison et fouettés par les carrefours de ceste ville de Bourges six ou sept Egiptiens aultrement nommés Boemiens à cause de quelques larcins par eux commises ains que de coustumes ont telles manières de gens, et fut soubz et fut soulz le lieutenant general de ceste ville, nommé msg. de L’Aubènin. Despuis ce temps là n’an est point venu en ceste ville”18.

11Pourtant cet accueil plus mitigé demeurait empreint d’une curiosité persistante. Étienne Médicis, qui résida dans la ville du Puy de 1475 à 1565, rapporte dans son journal, à la date du 18 novembre 1559, la scène suivante digne d’un tableau de peintre flamand. Un hiver rigoureux entraîna de mémorables chutes de neige :

  • 19 Le livre de Podio ou chroniques d’Étienne Médicis, bourgeois du Puy, publiées par Chassaing 1869, (...)

“certaine bande de ces paouvres discurrons Boemes, Agariens ou Sarrasins, que pour leur plaisir de ladicte neige firent une maison devant l’hospital Sainct Laurens, où avoit porte et fenestre ; ce que pour curieuseté plusieurs allarent voir”19.

  • 20 Lettre de recommandation du 23 mai 1945 pour traverser les frontières du Royaume accordée à Thomas (...)

12Si l’on choisit à présent de rassembler en une coupe synchronique les mentions des premiers groupes d’Égyptiens, l’ubiquité s’ajoute alors à l’itinérance, compliquant la reconstitution. La société des ducs de Petite Égypte était observée partout à la fois, sans autre objectif apparent que de franchir les frontières par l’argument d’un pèlerinage sans retour. Ainsi, la compagnie du comte Thomas semblait revenir de Compostelle quand elle se présenta, le 23 mai 1435, aux officiers des douanes de Jaca, bourg frontalier de la vallée de l’Aragon. Les officiers demandèrent au comte de s’acquitter des droits de douane pour la possession de vêtements de soie, de quatre bourses en or et d’argent et de cinq chevaux. Le comte Thomas refusa en produisant la copie authentifiée d’un sauf-conduit, accordé à Saragosse, le 8 mai 1425, par Alphonse V d’Aragon. Cette copie avait été établie à Montalban, le vendredi 26 novembre 1434, soit six mois plus tôt en faveur de “Thomas Comes in Egipto parvo” (fig. 1)20. Le comte Thomas pouvait regagner son pays et traverser librement les terres du Royaume, sortir et revenir librement par les frontières du Royaume sans qu’il lui soit fait aucun préjudice. Le roi demandait même de prêter assistance à l’honorable comte, chassé de son pays par les infidèles à cause de sa foi catholique.

  • 21 Vogel 1963, 39 et 40, et aussi Vogel 1964, 113-152.

13Ainsi, les Égyptiens disaient courir le monde sur ordre du Pape afin de faire pénitence pour le reniement de leur foi chrétienne sous le joug musulman. Ils expiaient une apostasie temporaire, poussés en avant par la vertu des documents produits qui n’étaient pas obligatoirement d’habiles contrefaçons. Le pèlerinage pénitentiel forme une catégorie spéciale parmi les pèlerinages de l’époque médiévale, en raison de sa signification religieuse et sociologique. Il ne se confond ni avec le voyage ordinaire, ni même avec le simple pèlerinage de dévotion, ou “ascétique”, dit “peregrinatio religiosa”, inspiré par un souci de mortification plus intense ou par le désir de vénérer au loin des tombes saintes ou des sanctuaires fameux21. Les mises en garde des évêques et du pouvoir civil ont réussi à freiner efficacement le vagabondage des pénitents et la faveur des voyages expiatoires s’est perdue avec l’établissement au xvii e siècle du système pénitentiel actuel.

Fig. 1. Carta de condonación para pasar las fronteras del Reyno por “Thomas, comes di Egypto”, Archivo Histórico Provincial de Huesca, Fondo Protocolos Notariales, signatura 7907. Je remercie Javier Aguirre Felipe pour ce document.

  • 22 Le texte est reproduit dans Libro de las Bulas y de las Pragmaticas de los Reyes Catolicos, Madrid (...)
  • 23 Szaszdi 2001, 71-94.
  • 24 Vielliard 1936.

14Avant la décision d’expulsion prise en 1499 par les Rois catholiques22, les “egipcianos” reçurent donc de nombreuses “Cartas de Seguro” pour la route de Compostelle et d’autres destinations23. Comme il était d’usage, les sauf-conduits étaient, soit délivrés à des sujets du roi d’Aragon avant d’entreprendre un voyage périlleux, soit à des étrangers qui, avant de se remettre en route vers les sanctuaires d’outre-Pyrénées, sollicitaient du roi un laissez-passer personnel à travers ses domaines24. Enfin, des sauf-conduits pour la circulation intérieure furent accordés aux membres de la “nation égyptienne” par Fernand d’Aragon et Isabelle selon les archives de la chancellerie. Les documents présentaient l’originalité d’étendre les autorisations accordées au solliciteur à l’ensemble de sa famille et de sa suite, hommes, femmes et enfants compris, sans définir clairement la nation égyptienne en mouvement.

  • 25 Faure 2001, Avant propos par André Vauchez, 1-4, 3.
  • 26 Muratori 1731, tome XVIII, col. 611-612.

15La mention de la protection du Pape dans de nombreux sauf-conduits pose aussi un problème d’identification et d’interprétation, d’autant que les sociétés médiévales, surtout dans les pays de régime monarchique, de loin les plus nombreux, étaient fondées sur des réseaux de recommandation et sur des formes de protection qui trouvaient une expression écrite aux niveaux des systèmes de gouvernement où le pape répondait en accordant une grâce25. La première difficulté porte sur les conditions de l’attribution de ces lettres au duc André et sur leur authentification. Les chroniqueurs font état de sa présence en Italie. Au cours de l’été 1422, une troupe de cent à deux cents personnes, hommes, femmes, enfants, piétons et cavaliers, après avoir franchi les Alpes, descendait en direction de Rome. Le 18 juillet 1422, elle parvint à Bologne où elle demeura pendant deux semaines et, le 7 août, gagnait Forli pour deux jours. En ce lieu, comme à Bologne, les Égyptiens déclarèrent qu’ils se rendaient à Rome pour voir le pape26. Mais cette destination était la justification habituelle de tout voyageur étranger et l’argument n’engageait pas plus la troupe égyptienne, d’autant que, après Forli, les chroniques se font rares. Or le récit du séjour à Bologne exposé par Muratori fournit un portrait ambigu de l’équipage bohémien. Le duc et son épouse s’installèrent dans une confortable auberge de la ville, ce qui n’empêcha pas l’Égyptienne de dire la bonne aventure. Le reste de la troupe s’établit à l’extérieur de la ville. On se plaignit de vols, mais les Égyptiens affirmèrent, selon le chroniqueur, que le roi de Hongrie leur aurait permis d’emprunter le nécessaire partout où ils se trouveraient. Par mesure de rétorsion, les habitants de Bologne se saisirent des chevaux poussant leurs hôtes à restituer divers objets pour récupérer la plus belle de leurs montures. Après deux semaines de séjour, les Égyptiens quittèrent Bologne par la via Emilia.

16Il n’est pas dans notre intention de chercher à confirmer la véracité du récit proposé par Muratori mais d’en examiner l’agencement interne. Ce texte présente un modèle de vision contradictoire qui invalide le système de présentation des Égyptiens comme des pénitents car il contient un argument contraire à la bonne foi chrétienne et à la supériorité sociale. Les larcins pouvaient être imputés à des pèlerins ordinaires puisque aucune pérégrination n’allait sans abus. Par contre, l’exercice de la bonne aventure par les Égyptiennes, tout comme la tonalité des divertissements de musique et de danse proposées, venues des cours orientales, diminuaient grandement le crédit accordé sur la foi d’une pénitence. Ainsi les membres de la compagnie, reçus en 1419 près de Mâcon, s’étaient déjà illustrés dans cet art divinatoire :

  • 27 Piffaut 1982, 39-44. Archives communales de Mâcon, registre BB 12, fol. 129.

“Item le dit 24 août arriva à Saint-Leurent près Mâcon André qui se disoit être duc du petit Égypte, et en sa compagnie avoit hommes, femmes et petits-enfants au nombre de cent vingt personnes, sauf le plus, qui estoient gens de terrible stature tant en personnes, en cheveux comme autrement, et gisoient es champs comme les bestes, et aucuns, tant femmes comme hommes, usoient de mauvais art, comme de siromance et de nigromance”27.

  • 28 Journal d’un Bourgeois de Paris 1405-1449, publiés d’après les manuscrits de Rome et de Paris par (...)

17Le commerce avec les diableries conférait à la mission du duc André une odeur de soufre. Un passage célèbre du Journal du Bourgeois de Paris mentionne la présence à Paris en 1427 du duc André et du comte Thomas “de la Basse Égypte”, et de quelques compagnons à cheval, suivis quelques jours après du gros de la troupe moins reluisant28. Les Égyptiens racontèrent qu’ils étaient partis de la Basse Égypte, qu’au départ, ils étaient plus d’un millier, mais que leur roi et reine et nombre d’entre eux périrent en route. Ils avaient manifesté peu d’énergie à défendre leur pays et renièrent la foi chrétienne pour se soumettre à leurs nouveaux maîtres. L’Empereur d’Allemagne et le roi de Pologne les avaient vaincus et dirent que jamais ils ne tiendraient terre en leur pays si le pape n’y consentait. Même si cette entente entre le pape et l’empereur tient plutôt du mythe, les Bohémiens renouvelaient leur pèlerinage pénitentiel en présentant des lettres de l’Empereur Sigismond. Mais, au terme du séjour des Égyptiens, L’évêque excommunia tous ceux qui s’étaient laissés séduire par leurs paroles enchantées.

La circulation transfrontalière des sauf-conduits et la formation des “compagnies de Bohémiens”

  • 29 Coulet & Genet 1990. On peut remarquer que les Egyptiens reçurent des lettres, entre 1417 et 1500, (...)
  • 30 Patlagean 2000, 851.
  • 31 Narbutt 1830, Texte historique sur le peuple tsigane avec un vocabulaire en polonais, latin et lan (...)
  • 32 Ficowski 1965.
  • 33 L’enquête de Tadeusz Czacki, publiée en 1835, est citée par Ignacy Danilowicz 1993. Mais les docum (...)
  • 34 Colocci 1889. La carte de la dispersion bohémienne établie dans cet ouvrage est souvent reprise sa (...)

18L’itinéraire proposé par George de Pamperon pourrait illustrer une reconstitution hypothétique de la dispersion des Tsiganes dans l’Europe occidentale. La délimitation de l’espace juridictionnel à franchir repose sur les lettres et les sauf-conduits qui justifiaient le renouvellement de l’accueil effectué à maintes reprises. Il s’avère donc très difficile de situer avec clarté les lieux d’où venaient les ducs de Petite Égypte. Si l’on cherche à présent à replacer dans un cadre européen l’arrivée des Tsiganes, on se trouve confronté aux mêmes difficultés d’interprétation des sources. L’hypothèse la plus plausible rejoint l’historiographie de la genèse de l’État moderne, et suppose d’établir un lien entre les détenteurs de sauf-conduits et les dispensateurs de ces lettres29. Il y aurait pour la période la plus ancienne une nébuleuse de circulation entre l’Europe centrale et occidentale avec des prolongements méditerranéens, lié aux Angevins de Hongrie et à l’avènement de Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie, comme Empereur30. Mais, en fait, ces modèles politiques compliquaient la perception de l’ancrage continental des Bohémiens. Le document le plus ancien semble bien être la lettre donnée par Sigismond, en 142331. Selon Jerzy Ficowski, historien et écrivain polonais connu pour ses travaux sur la deuxième guerre mondiale et qui publia aussi une étude fondée sur les sources d’archives, l’arrivée des Tsiganes en Pologne se serait effectuée par deux voies différentes32. Les uns, à partir de 1428 au moins, par le Sud, venant de Hongrie et des principautés roumaines qui furent appelés Tsiganes de la montagne ; les autres, dits Tsiganes de la plaine, seraient venus au cours du xvi e siècle par l’ouest des pays allemands. Du royaume de Pologne ou bien directement d’Allemagne, les Tsiganes se répandirent rapidement dans le grand-duché de Lituanie33. Cet exemple montre qu’un modèle culturaliste diffusionniste qui suggère la migration d’un peuple à partir d’un lointain berceau unique, ignore les réalités historiques et démographiques34.

19La codification des sauf-conduits imposait un luxe de précautions pour en garantir l’authenticité initiale, quel que soit le nombre de copies qui circulaient ultérieurement. Si le changement d’attitude des années 1500-1550 n’est pas général et semble surtout lié à la réorganisation politique et administrative des “bonnes villes” modifiant le comportement des autorités municipales accentuant le mécontentement de la venue des Égyptiens, il se complique d’une autre observation. Car il convient de préciser les modalités des nouvelles formes d’inscription militaire des Tsiganes au xvi e et même pendant le premier xvii e siècle. Les comtes de petite Égypte se sont métamorphosés en une sorte d’entreprise de guerre au service de la noblesse selon les lignes mouvantes des troubles civils. Au xvi e siècle, les “mesnages d’Égyptiens” ont prospéré à l’ombre des châteaux avec la réputation désavantageuse que les compagnies avaient acquise par leur manière de vivre, empruntée à leurs protecteurs. Ce fut la modalité française, celle de l’Italie du Nord et des lignes de front de l’état de guerre de la monarchie espagnole pour le contrôle des Flandres.

20En tant que protégés des seigneurs, les Égyptiens se jouaient des édits de bannissement. En échange, la délimitation des compétences entre compagnies et le respect de la hiérarchie entre capitaines et lieutenant ont été deux sources de conflits qui nous éclairent sur le partage de l’autorité au sein des compagnies bohémiennes. Leur multiplication au xvi e siècle plaiderait pour l’enchevêtrement de services rendus à un même seigneur dans le cadre d’une forme particulière d’entreprise de guerre. Le recours à l’établissement d’un contrat devant notaire par les capitaines sûrs de leur bon droit et indifférents aux édits qui mettent tous les Égyptiens dans une même catégorie subversive, atteste de pratiques plus complexes que les brutalités de soudards battant la campagne.

  • 35 de Vaux de Foletier 1958, 1-11. L’auteur a publié deux actes notariés de cette nature.

21En effet, les Bohémiens n’hésitaient pas à s’en remettre à la Justice. Il est souvent cocasse de voir les magistrats contraints de prendre le parti d’un Égyptien pour arbitrer ces confrontations, et les capitaines égyptiens expliquer leurs différents devant le prévôt des maréchaux, officier spécialement chargé de la poursuite de tous les Bohémiens selon les ordonnances royales35. Jules de Carsalade du Pont présente ainsi le texte d’un bail de lieutenant établi par Georges de la Haye, égyptien, devant notaire à Auch :

  • 36 de Carsalade du Pont 1896, 397. Le document produit par l’auteur venait d’une source personnelle. (...)

“Dans la ville et cité d’Aux se seroit presenté en personne le susdit George de la Haye, capitaine de trois menaiges d’Egiptiens, lequel de son gré suyvant le bon plaisir du Roy et provisions à luy accordées par Sa Magesté, le doutziesme septembre mil cinq cens quatre-vingtz-quinze, a nous exhibées, a faict, créé, nommé, constitué son lieutenant et de sa dite compagnie de troys menaiges d’egiptiens, Etienne de Combe, cappitaine present, pour aller venir passer repasser avec les troys menaiges ou aprtie d’iceulx, par tout le royaulme de France ainssin qu’est contenu au susdites provisions et comme ledict La Haye feroit en personne. laquelle charge ledict La Combe, cappitaine, a accepté et requis acte leur estre retenu par nous notaire, tabellion royal héréditaire dudit Aulx soulsinné ; ce qui a esté faict à la requisition le vingtiesme juin mil six cens ung”36.

22Le 15 janvier 1525, le parlement de Dijon se penchait sur un cas semblable :

  • 37 A.D. Côte d’Or, B 120716, Table générale alphabétique et chronologique... des choses les plus impo (...)

“sur la requeste du compte d’Égypte et sa famille et veu leurs pièces, la cour en tant qu’il touche les informations des outrages qu’ils dient leur avoir esté faits les renvoye au bailly de Dijon ou son lieutenat au siège de Dijon, leur ordonnant y faire bonne prompte et sommaire justice”37.

23Pour cette expédition, le capitaine pouvait dépêcher quelqu’un, mais “du surplus luy a esté ordonné de vuider la ville et le Pays incontinant, et ny plus faire de telz séjours qu’ils y ont faits” ; ce qui montrait que les préventions à l’égard des agissements de la troupe n’étaient pas levées même quand il était donné suite aux sollicitations du capitaine.

  • 38 A.D. Haute-Garonne, C 2277, procès-verbaux de délibérations des gens des trois États du pays de La (...)
  • 39 A.D. Hérault, B 25*, Cour des comptes, aides et finances du Languedoc, registre, 1412-1598, fol. 1 (...)
  • 40 A.D. Haute-Garonne, B 33, Fol 433 verso, arrêt du 30 août 1540 du Parlement de Toulouse. L’inventa (...)

24La facilité avec laquelle les Bohémiens recevaient des passeports entraîna aussi la protestation des Parlements et des États. Dès 1532, les procès-verbaux des États de Languedoc réclamaient l’exécution des lettres patentes pour faire vider le pays des Bohémiens38. En 1597, ils exigeaient que les consuls des villes et des villages respectent les ordres de refoulement et que les gouverneurs ne leur donnent plus de passeports. Si la crainte pouvait justifier les accommodements locaux, elle ne pouvait motiver l’indulgence des gouverneurs de province39. Le 30 août 1540, un arrêt du Parlement de Toulouse portait défense aux Égyptiens, réunis sous le commandement d’un capitaine, de passer dans le ressort pour se rendre à certains pèlerinages. Le capitaine Jehan de la Roche présenta sa requête devant le Parlement, en tant que “lieutenant general de George de la Roche, capitaine de certain nombre de Egiptiens”. Elle lui fut refusée en dépit de la présentation du vidimus des lettres patentes du roi attaché à la requête40.

  • 41 Catalogue des Actes de Henri II, t. 2, (1986), 448, Lettres de sauf-conduit pour Antoine Moreul, c (...)
  • 42 Catalogue des actes de Henri II (1979), tome 1 (31 mars - 31 décembre 1547), 24. no 72 (O4.16/8), (...)
  • 43 Catalogue, ..., Additions et corrections, 689, mentions de deux actes notariés des 9 et 10 mars 15 (...)

25L’argument du pèlerinage est encore utilisé par les rois de France pour exercer leur protection. Signées par Henri II, le 8 décembre 1548, à Saint-Germain en Laye, des lettres de sauf-conduit furent accordées à Antoine Moreul, capitaine de “la Petite Égypte”, pour lui et pour sa compagnie, afin de leur permettre de continuer l’espace de sept ans, leur pèlerinage à Saint-Jacques en Galice selon l’ordre du pape41. L’autorisation était motivée par d’autres considérations. Les lettres patentes en faveur de Georges Léonard, signées en date du 16 avril 1547, et autorisant ce capitaine des Égyptiens à loger dans les faubourgs des villes trois jours durant, en payant, se trouvent confirmées par actes notariés42. Le minutier central recèle en effet les mentions de deux actes, des 9 et 10 mars 1551, instituant comme lieutenants à la tête de deux détachements de la compagnie de Georges Lynart, écuyer “capitaine des Égyptiens de la petite Égypte”, les nommés Jean de la Roche et Jean Baptiste. Le capitaine par ses actes leur déléguait le pouvoir qu’il tient du sauf-conduit royal et il fournit le vidimus de ces pièces qui étaient signées : “Par le Conseil. De Valenciennes”43. Loin de garantir les passages d’un groupe informel de pèlerins exotiques, ces lettres autorisaient les mouvements d’une compagnie militaire hiérarchisée.

  • 44 de Beauvillé 1875, I, 192.
  • 45 Ibidem, pièce 57, 556-558.

26Entre servitudes militaires et ravages des armées ennemies, les capitaines de bohémiens se présentaient à nouveau devant les villes. Henri II, monté sur le trône en 1547, visita après son sacre les principales villes de Picardie. À Montdidier le 18 juin 1548, ce même Georges Leonard demanda la permission de loger trois jours dans le faubourg en présentant les lettres patentes du roi du 16 avril 154744. Il lui fut répondu que la garnison était tellement nombreuse qu’il était impossible d’accéder à sa demande sinon qu’on le ferait volontiers. En fait, la ville était surchargée de soldats ; il y avait alors en garnison quatre-vingt hommes d’armes et cent vingt archers de la compagnie du Dauphin45. Les gens de guerre, commandés par le capitaine des Égyptiens, étaient reçus comme les autres, sans enthousiasme, mais comme gens du roi. Le 11 décembre 1574, Henri II renouvela à Jean Charles, “escuyer egiptien, natif de la petite esgipte, cappitaines de six mesnaiges”, le passeport et sauf-conduit délivré le 6 octobre 1573 par Charles IX, car Jean Charles se trouvait :

  • 46 Leloup 1972, 22-25.

“chargé de femme veufves et de petits enffans orphelins, les marys et pères desquels sont mortz au service de nos prédécesseurs Roys, tant au camp de Saint Jehan Dangély, comme dict est, que de la Rochelle au faict des guerres où il auroict faict bon et fidèle service (…)”46.

  • 47 L’armée royale forte de 20 000 à 70 000 personnes avait subi un grave échec lors du siège de la Ro (...)

27Il lui fut accordé de séjourner dans le royaume pendant sept ans afin de fortifier les enfants qui pourraient alors se retirer dans leur pays ou bien “nous faire service” comme leurs prédécesseurs47.

  • 48 Pasquier 1565, Libr. IV, F° 361.
  • 49 Declaration portant deffenses aux Bohemiens d’entrer venir et séjourner dans le Royaume sous peine (...)
  • 50 Asséo 1974, 9-88.

28Cette familiarité explique l’inconfort des érudits, légistes et clercs, alors que le triptyque savant avait apposé son diagnostic de dévalorisation morale des “boesmiens ou égyptiens”. Étienne Pasquier s’étonnait de la tolérance manifestée à l’égard des incursions des Égyptiens jusqu’à François 1er48. Par l’édit du 24 juin 1539, ce dernier avait pris les premières mesures de portée générale contre les “cy-devant certains personnages incongneuz qui se font appeler Boémiens”, commettant par les lieux qu’ils traversent “plusieurs et infinis abus et tromperie cy-devant nous sont venus plusieurs plaintes et doléances49. Pour le soulagement du peuple, François 1er leur enjoignait de ne pas pousser la hardiesse à s’aventurer dans le royaume : “aucunes desdites Compagnies et assemblés des susdits Boésmiens puissent aucunement entrer venir ni sejourner en notredit Royaume ne ez pays de notre obeissance”. Il faut lire ce texte à la lettre et remarquer qu’il s’adresse aux Bohémiens étrangers, sans doute poussés par les décisions d’expulsion de Charles-Quint, à présenter leurs services en France. En effet, ce texte est le seul des actes royaux dont nous avons pu reconstituer la série à mentionner à la fois la structuration militaire et l’argument des origines50. Les Bohémiens s’étaient assemblés à l’ombre d’une dévotion simulée :

“(…) Comme cy-devant certains personnages incongeuz qui se font appeler Boémiens, se soient par plusieurs et diverses fois assemblés et sous umbre d’une simulée Religion ou de certaine penitence qu’ilz disent qu’ils font par le monde soient venus et entrez en cestuy notre Royaume pays, terres et seigneuries parmy lesquels ils ont accoutumez allez et venir sejourner traverser d’un lieu à l’autre ainsi que bon leur semble (…)”.

  • 51 Moorman van Kappen 1968.

29Pourtant, à y regarder de près, les capitaines des compagnies n’utilisaient l’argument de la pénitence qu’avec l’assentiment du Roi ! Faute de pouvoir reconstituer les délibérations qui ont conduit à sa rédaction, on peut émettre l’hypothèse suivante. Les “Égyptiens françois” pouvaient continuer à courir le royaume en maintenant le service du roi, alors que les Bohémiens étrangers seraient refoulés51. Il convient donc d’intégrer la production des édits de bannissement pris à l’encontre de ceux qui se disent “boesmiens ou égyptiens” dans un tout autre registre que l’habituelle antienne sur le vagabondage des errants. Les compagnies bohémiennes ont été révoquées comme compagnies militaires au gré des arbitrages militaires et financiers des monarques et des princes. Les mesures de refoulement prises simultanément dans des provinces ont pu provoquer des mouvements à travers les frontières juridictionnelles.

  • 52 Royer 1929. L’auteur mentionne une copie d’une lettre de Charles Emmanuel de Savoie reconnaissant (...)
  • 53 Donovan 1992, 36.
  • 54 En 1687, cité dans Viaggio 1996, 64-65.

30Le service des seigneurs provoqua encore au xvii e siècle des conflits institutionnels. Ainsi, vers le milieu du siècle, le capitaine Francesco Rover, dit la Verdura, chef d’une compagnie de zingari, a passé plus de quinze ans dans la cavalerie du duc de Savoie. Pour reconnaître sa fidélité et sachant qu’il vivait en “bon catholique et dans la crainte de la Divine Majesté et de la justice”, sans avoir suscité de plaintes des populations, Charles-Emmanuel lui accorda le titre de capitaine de Zingari des États de Savoie, “avec tous les honneurs, autorité, privilèges, prééminences” attachés à cette fonction52. Il pouvait élire domicile où il voudrait et sa compagnie avait une autorisation d’hébergement de trois jours pourvu que ses membres se comportent en fidèles catholiques. Mais la justice devait poursuivre les zingari vagabonds qui ne rendaient nul service à la couronne. Pendant la guerre de Restauration, le roi du Portugal, Jean IV, accorda aussi la qualité de sujet à des Ciganos enrôlés dans ses armées et récompensés pour leur valeur et leur fidélité53. En 1675, Ambrogio Caccianiga, au service du capitaine don Pedro d’Aragon, obtint que son épouse, de race zingara, puisse demeurer en toute quiétude à ses côtés. L’autorisation ne fut révoquée qu’à la découverte des activités secrètes de la femme. Elle utilisait ce passeport pour participer aux manœuvres illicites d’une bande dans tout le territoire. Les veuves de soldats pouvaient recevoir des autorisations semblables, mais les documents du duché de Milan comprenaient aussi les plaintes qui motivaient les expulsions de l’armée ou l’interdiction de recrutement54.

  • 55 ASV, Archivio di Stato di Venezia, senato, Terra, filze 108 cnn, cité par Fassanelli, B., 193. L’a (...)

31Les délibérations du Sénat de Venise, en particulier la loi du 24 septembre 1588, cherchèrent à exclure de la terre ferme les cingari même s’ils se trouvaient en possession de licences délivrées par les clarissimi signori rettori55. Ces contradictions expliquent la virulence des attaques des légistes contre les Zingari dénoncés comme “genti de mala qualita” et, “une turba di gente mal vivente e vagante” selon la formule reprise de Sébastien Münster dans sa Cosmologie universelle.

  • 56 Registre paroissial de Saint-Saturnin de Chartres le 2 novembre 1595, “Cedit jour et an a esté bap (...)

32L’appartenance à la nation bohémienne était un mode de vie intériorisé comme marque de naissance. Car, sans pour autant briser l’unité mentale qui fait dire aux membres de ces compagnies qu’ils sont des “gens se disant bohémiens”, il est fort possible que le personnel bohémien des compagnies ait été formé par des origines différentes ; pour certains issus des premières compagnies et ayant fait souche, et pour d’autres recrutés sur le tas. Par contre, la reconstitution des itinéraires apparemment vagabonds de ses compagnies entre guerres aux frontières et plat pays permet d’étayer ces dernières remarques. Des compagnies furent autorisées à circuler dans le royaume en dépit des ordonnances et même sollicitées hors des frontières par les rois, les princes ou les seigneurs. Le mesnage bohémien semble une division à la fois militaire et familiale. L’allégeance, marquée par la fidélité sans faille à un seigneur et accepté par celui-ci, est souvent signalée par le parrainage d’un enfant bohémien. L’un des parrainage les plus prestigieux est sans doute celui qui fut offert par Philippe Hurault, conseiller d’État, garde des Sceaux et chancelier de France sous Henri III et Henri IV. Le 2 novembre 1595, le conseiller du roi et Marie d’Escoubleau ainsi que Catherine Hurault, sa fille, étaient portés sur le registre de la paroisse Saint-Saturnin à Chartres comme parrain et marraine de Marie, fille de Charles Henry de “nation égyptienne”56. La présence ne fut pas motivée par la sollicitude chrétienne à l’égard de pauvres errants car elle assura la prospérité du capitaine Henry et de sa troupe.

  • 57 Richet 1980 : La France moderne : l’esprit des institutions, Paris, Flammarion.
  • 58 Asséo 2000 et Asséo 2008.

33Il y a longtemps que Denis Richet dans un livre fondateur évoquait comme instruments qui ont servi à la construction d’une élite et à sa soumission au roi, la culture généalogique et l’héritage du patronage médiéval57. Les temps de troubles ont imposé une politique de fidélités lignagères fort difficiles à reconduire lorsqu’un seigneur voyait diminuer son influence. Les compagnies bohémiennes se sont-elles distribuées en maisons rivales selon des constellations d’allégeance ? Cet aspect des choses serait difficile à établir car les sources ne font que suggérer le lien avec les réseaux de concurrence ou de fidélités nobiliaires58. Mais, en tout état de cause, les registres des délibérations montrent que les capitaines de Bohémiens ont largement usé du droit militaire de l’hébergement. Face à l’inconstance du roi et à l’opposition des Parlements, les compagnies bohémiennes ont trouvé une protection durable à l’ombre des manoirs provinciaux. Le sire de Gouberville notait leur venue dans son journal pour l’année 1555 comme un fait familier :

  • 59 Le Journal du Sire de Gouberville (1892), 174.

“Le mercredy Xe, avant que me levasse, vindrent céans des egiptiens me prier de leur donner congé de loger en ceste paroiss, ce que je fys. Comme je debvoys disner, arriva le sr de Billon, qui disna avecques moy”59.

Bohémiens, Égyptiens, Zingari, Gitanos : “Ramassez de toutes les nations”

  • 60 Piasere 2006, 1er chapitre : “De origine cinganorum”, 1 à 54.
  • 61 Vulcanius 1597, 100 à 109, “De Nubianis erronibus quos Itali Cingaros appellant, quorumque lingua

34Les dispositions juridiques favorisant la circulation des groupes tsiganes se sont modifiées au cours du xvi e siècles sous la pression des légistes, de plus en plus sensibles aux arguments de la rumeur publique. La mobilité justifiée par la pénitence pouvait plaire à des princes occupés à combattre au nom de la Chrétienté les infidèles et les hérétiques. Mais, comme nous l’avons vu, l’argument n’eut qu’un temps et les Égyptiens rejoignirent la cohorte des adeptes du vagabondage mystificateur que Giacinto Nobili dénonçait sous le nom de falsi pellegrini ou falsi monaci. D’un bout à l’autre de l’Europe, la galaxie érudite échangeait ses premières impressions sur les Égyptiens. Si elle oublia le pèlerinage, elle se souvint de la localisation d’origine infidèle et formula toutes sortes d’hypothèses sur l’origine supposée des “Bohémiens ou Égyptiens”60. Ils venaient à coup sûr de la partie orientale du monde connu : l’Égypte peut-être, l’Inde déjà, l’Éthiopie du prêtre Jean ou la Bulgarie des sectateurs bogomiles. Ils parlaient une langue étrange, et Vulcanius joignit à son ouvrage le vocabulaire recueilli par Scaliger en évoquant l’intérêt qu’il aurait à connaître la langue des Nubiens61. Tous les érudits déploraient la prétention des Égyptiennes à dire l’avenir pour mieux abuser un peuple crédule. Gaspard Peucer établit le lien entre l’origine orientale et une disposition naturelle de faussaires en diableries :

  • 62 Peucer 1584, 148, avec en marge : “Égyptiens ou Bohemiens coureurs et larrons ramassez de tous les (...)

“Il y a une certaine sorte d’affronteurs, laids de visage, vestus de façon estrange, que les Grecs moderne nomment Attigans, les Alemans Zigeunes, nous Égyptiens ou Bohemiens. On estime que les premiers sont sortis d’Égypte & des lieux voisins de Barbarie, où lon fait tel ordinaire d’enchantemens & de toutes telles sortes d’impostures, que personne n’entreprend rien en tous ces pays là qu’il n’en ait premierement demandé avis aux devins, & tous les jours se trouvent des disuers de mal’avanture es places, marchez & carrefours, qui attendent leurs chalans, comme le savent et affirment ceux qui ont esté en Alexandrie, au Caire en Égypte, & es lieux voisins”62.

35La médiation érudite a modifié la vision des Tsiganes dans toute l’Europe savante. Les commentaires sur leur nature véritable ont transformé l’oscillation des confins entre une visibilité centrale mettant en garde les Princes et les Églises contre un danger envers la tranquillité publique. L’indécision sur les origines géographiques et une foi incertaine ont conféré aux Égyptiens l’identité frauduleuse d’une nation errante, même si des lettres de protection continuaient d’assurer la circulation de certaines compagnies. En commentant l’ordonnance de Charles IX, prise aux États d’Orléans en 1560, Guillaume Terrien apposait un verdict sévère et définitif :

  • 63 Terrien 1578, 476-477.

“Ce sons gens errans et vagabons, ramassez de toutes les nations qui se dient Aegyptiens ou Bohemiens, et que ceste penitence enjointe à leurs predecesseurs et à leur postérité, pour s’estre revoltez de la foy chrestienne, de peregriner ainsi comme ils font, et passer d’un pays en autre. Gens larrons, se meslans de deviner et principalement leurs femmes, abusans les simples gens en leur disant leur bonne aventure par la chiromancie, et inspections de leurs mains”63.

36L’arrogance des troupes bohémiennes suscita une interrogation morale selon l’ordre du temps. L’expression “ramassez de toutes les nations” suggère un assemblage sans valeur des restes de peuples infidèles ou idolâtres. Pierre Belon signale que les Tsiganes qui vivent le long du Nil sont chrétiens pour reprendre aussitôt la même formule :

  • 64 Belon du Mans 1553, Second livre, chap. XLI, 113.

“il n’y a lieu en tout le monde qui soit exempt de telle pauvre gent ramassée que nous nommons faulsement Égyptiens, ou Baumiens”64.

  • 65 Massimo Aresu rédige un doctorat sur les Tsiganes en Sardaigne à l’époque moderne sous la directio (...)
  • 66 Pontrandolfo 2001, le premier baptême trouvé est de 1541 à Laterza. Voir aussi Pontrandolfo 1998. (...)
  • 67 Martínez Martínez 1998. Nathalie Manrique rédige une thèse d’anthropologie sous la direction de Fr (...)
  • 68 Predari 1841.
  • 69 Lopez de Meneses 1971.

37Ces glissements sémantiques ont conduit les légistes et les érudits à considérer les Bohémiens comme des étrangers en tout lieu, même dans les cas où l’implantation sédentaire prévalait. C’est, en effet, un tout autre paysage social que révèle la présence tsigane numériquement plus importante en Italie du Sud et en Espagne. Sans que l’on en sache exactement les raisons, les Cingari appelés Zingari au xvii e siècle, font partie des migrants balkaniques de rite grec transportés par les bateaux vénitiens65. Il est possible de reconstituer grâce aux registres paroissiaux, comme l’a fait Stefania Pontrandolfo pour les villes de Laterza et de Melfi, la spécificité de ces familles cingari66. Les baptêmes catholiques imposés par les préceptes du Concile de Trente remplacèrent, après une interruption, l’enregistrement selon le rite grec. Les deux modalités d’implantation, la forme sélective des compagnies égyptiennes et la forme massive des migrations balkaniques se retrouvent dans la péninsule Ibérique, où, dès 1540, Lorenzo Palminero rencontrait des Cingars parlant la langue grecque. Il serait intéressant d’explorer le dossier de cette implantation de façon systématique sans préjuger de la mobilité structurelle67. Par exemple, l’ouvrage de Francisco Predari s’ouvre sur l’hommage rendu à Antonio Solario (1382-1455) qui travaillait comme artiste auprès de la cour de Naples et est mentionné explicitement comme “Il zingaro chiamato Andra o Antonio Solario” dans plusieurs vies d’artistes68. Les réfugiés de la Morée et des Balkans ne sont pas qualifiés d’Égyptiens mais de Zingari. Mais leur arrivée semble contemporaine de celle des comtes de petite Égypte. Ils sont aussi dirigés par des capitaines ou des chevaliers, comme le dit le Lieutenant général de Catalogne le 22 février 1485, dans un sauf-conduit concédé à Joan de Costa, capitaine du groupe de refugiats Zingars69.

  • 70 de Peyssonnel 1765, 108-111. Les Tsiganes étaient très nombreux dans toute la Thrace, en Bulgarie, (...)
  • 71 Romances de germania de Varios autores con el vocabulario por la orden del a. B. c. para declaraci (...)
  • 72 Henry 1834. L’auteur avait pourtant enquêté avec sérieux, utilisant le matériau rassemblé par Jose (...)

38La démographie associa les Gitanos et les Zingari à la “prodigieuse multitude” de “ceste estrange espèce d’hommes” dont parlait au xviii e siècle, Charles de Peyssonnel à propos des Tsiganes de l’Empire ottoman70. Le nombre assura la confusion entre la prolifération des mauvais pauvres et la suspicion d’origines infidèles. Cependant la liberté de mouvement laissée aux Zingari de l’Italie du Sud selon une forme de semi nomadisme qui persista en dépit de la pluie des édits, contraste avec la véhémence en Espagne et au Portugal de la dénonciation d’un fléau social intérieur à la façon toujours reprise du texte de Sancho de Moncada qui affirmait “Siempre los Gitanos afligieron al pueblo de Dios71. Qui sont les Gitanos se demandait-il ? Ils seraient selon certains auteurs venus en Europe l’année 1417, au temps du Pape Martin V et de Jean II, mais d’autres pensent qu’ils appartenaient aux armées de Tamerlan. En vérité, il existe une grande variété d’opinion sur leur origine : “la primera es, que son Estrangeros, y hay grand variedad entre los Escritures en la Provincia de donde vinieron”. En 1834, La société royale des Antiquaires de France publiait les extraits d’une histoire inédite du Roussillon par M. J. Henry et un passage sur “la caste vagabonde des Gitanos” d’où il ressortait pour l’auteur que la race des Gitanos, étrangère à la Catalogne et au Roussillon, où elle se trouvait pourtant domiciliée depuis deux siècles, formait “une bande d’individus de race transplantée” reconnaissable par leur caractère d’étrangeté et leur peau “enfumée”72. Ainsi la construction rhétorique qui faisait des Bohémiens une “nation errante” franchissait l’époque moderne pour se perpétuer jusqu’à nos jours.

39Dès le xvi e siècle, les légistes et les érudits ont présenté les Égyptiens comme une catégorie pernicieuse de “vagabonds estrangers et attroupés” se jouant des frontières pour piller le plat pays. L’argument justifiait les développements d’une législation condamnant au bannissement collectif ces trublions de l’ordre public et contribuant à entretenir la mobilité des troupes.

  • 73 “L’arrivée des Tsiganes en Italie : de l’assistance à la répression”, l’intervention de B. Geremek (...)
  • 74 Herzog 2003, chapitre 4 : “Conversos, gypsies, Foreign catholics, and foreign Vassals”, 119-140.

40La construction rhétorique associait l’exercice suspect du “mestier de bohesmienne” par les femmes et les oppressions des “compagnies de boesmes”. Plus encore, l’opinion savante a refusé d’accorder aux Égyptiens le privilège de l’autochtonie en dépit de l’ancienneté de l’établissement. Pourtant l’étrangeté des Bohémiens ne provenait pas d’une appartenance barbare ou hérétique mais de la production délibérée par les comtes de petite Égypte d’une identité flottante, cependant attestée par des certificats prestigieux et authentiques. Dès l’arrivée en Italie des ducs et comtes de Petite Égypte à la fin du xv e siècle, Leonardo Piasere, après Bronislaw Geremek, remarque que la suspicion conduisit à présenter les Égyptiens comme “stranierissimi”, des étrangers par excellence selon la formulation de Simmel, qui campent hors les murs73. En Espagne, à l’exception du crédit princier accordé à quelques familles, le débat érudit conclut à leur exclusion de la cité, ils ne sont ni vecinos, ni naturales selon les légistes74.

  • 75 Contamine 2006, 105-131.

41La mutation des compagnies, attestée par la permanence généalogique, ne pourrait alors s’expliquer que par l’inscription dans des réseaux en constante recomposition de fidélités guerrières. La mémoire administrative a retenu que les Bohémiens qui faisaient des “assemblées, délits et entreprise”, étaient les familiers domestiques de pressions nobiliaires que dénonçaient, dès la fin du Moyen Âge, les théoriciens exigeants de la pure majesté royale. Ils mettaient l’accent sur le caractère pernicieux des alliances passées entre nobles, quand elles s’exerçaient au détriment de l’autorité royale75. De plus, les “mesnages d’Egyptiens” semblent bien avoir, – à leur façon, encore bien mal connue –, participer au marché international des mercenaires et à la compétition pour le service des princes. Cette fonction maintenue selon les lignes mouvantes de l’État de guerre explique l’ambivalence des politiques d’accueil et de rejet.

Bibliographie

SOURCES

Catalogue des Actes de Henri II, t. I, (31 mars - 31 mars 1547), Paris, Editions du CNRS, 1979, (eds.) Marie-Noelle Beaudoin-Matuszek et Anne Merlin-Chazelas.

Catalogue des Actes de Henri II, t. 2, (1er janvier - 31 décembre 1548), Paris, Editions du CNRS, 1986, (eds.) Marie-Noelle Beaudoin-Matuszek et Anne Merlin-Chazelas.

“The Bataillard gipsy collection”, The Library, Londres, VII, 1895, 402-404.

Le Journal du Sire de Gouberville (1553-1562) publié sur la copie du manuscrit original par M. l’abbé Tollemer, avec une introduction et un appendice par M. Eugène de Robillard de Beaurepaire,…, Caen, H. Delesques, Rouen, Lestringant, Paris, H. Champion, 1892.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Artières, J. (1894-1899) : Récits, documents et études sur l’histoire de la ville de Millau et de sa contrée. Première partie. Annales de Millau, depuis ses origines jusqu’à nos jours, Millau.

Asséo, H. (1974) : “Le traitement administratif des Bohémiens”, in : Asséo & Vittu 1974, 9-88.

— (2000) : “Visibilité et identité flottante : les Bohémiens ou Égyptiens (Tsiganes) dans la France de l’Ancien Régime”, Historien, a review of the past, special issue, Heterodoxies : Constructions of identities and Otherness in Medieval and Modern Europe, sous la direction d’Henriette Benveniste et de Costas Gaganakis, II, 109-119.

— (2008) : “Messages d’Égyptiens en campagne. L’enracinement des Tsiganes dans la France moderne”, in : Gambin 2008, 29-44.

Asséo, H. et J.-P. Vittu (1974) : Problèmes socio-culturels en France au xvii e siècle, Paris.

Bataillard, P. (1844) : De l’apparition et de la dispersion des Bohémiens en Europe, Paris.

— (1849) : Nouvelles recherches sur l’apparition et la dispersion des Bohémiens en Europe, Paris.

Beaune, C. (1990) : Journal d’un Bourgeois de Paris 1405-1449, Paris.

Beauvillé, V. de (1875) : Histoire de la ville de Montdidier par Victor de Beauvillé, I-II, Paris.

Belon du Mans, P. (1553) : Les Observations de plusieurs singularitez et choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Arabie et autres pays estranges, rédigées en trois livres…, Paris.

Carsalade du Pont, J. de (1896) : “Capitaines de Bohémiens, communication de M. de Carsalade du Pont”, Revue de Gascogne, XXXVII, 397-400.

Chassaing, A., éd. (1869-1874) : Le livre de Podio ou chroniques d’Étienne Médicis, bourgeois du Puy, Le Puyen-Velay, I-II.

Chiffoleau, J. (1990) : “Dire l’indicible. Remarques sur la catégorie du nefandum du xii e au xv e siècle”, Annales HSS, XLV, no 2, 289-324.

Colocci, A. (1889) : Gli Zingari, storia d’un populo errante, Turin.

Contamine, P. (2006) : “Noblesse française, nobility et gentry anglaises à la fin du Moyen Âge : une comparaison”, Cahiers de recherches médiévales, 13, 105-131.

Coulet, N. et J.-P. Genet, éd. (1990) : L’État moderne : le droit, l’espace et les formes de l’État, Paris.

Daniłowicz, I. (1993) : O Cyganach, wiadomość historyczna, Auschwitz.

Donovan, B. M. (1992) : “Changing Perceptions of Social Deviance : Gypsies in Early Modern Portugal”, Journal of Social History, 26, 1, 33-53.

Dusevel, F. H. (1860) : “Apparitions des Égyptiens ou Bohémiens à Amiens, dans le xv e siècle”, La Picardie, revue littéraire et scientifique, VI, 433-437.

Fassanelli, B. (2006) : Vite al bando tra commando sovrano e mobilita. Per uno studio della presenza “cingara” nella terraferma veneziana tra XVI e XVII secolo, Thèse de doctorat en histoire, Université La Sapienza, Rome, dactyl.

Fassin, E. (1892) : Les années calamiteuses de l’histoire d’Arles, Aix-en-Provence.

Faure, Ph., dir. (2001) : La protection spirituelle au Moyen Âge, in : Cahiers de recherches médiévales, xiii e -xv e siècles, VIII.

Ficowski, J. (1965) : Cyganie na polskych drogach, (Les Tsiganes sur les routes polonaises), Cracovie.

Gambin, F. (2008) : Alle radici dell’Europa, Mori, giudei e zingari nei paesi del Medetterraneo occidentale, vol. I.

Geremek, B. (1992) : Uomini senza padrone, Turin.

Henry, M. J. (1834) : “Sur la caste vagabonde des Gitanos”, Mémoires et Dissertations sur les Antiquités nationales et étrangères publiées par la Société royale des Antiquaires de France, X, Paris, 217-221.

Herzog, T. (2003) : Defining nations : Immigrants and Citizens in early Modern Spain and Spanish America, New Haven - Londres.

Hidalgo, J. (1679) : Romances de germania de Varios autores con el vocabulario por la orden del a. B. c. para declaracion de sus términos y lengua compuesto par Juan Hidalgo, El Discurso de la expulsion de los Gitanos, que escribio’el Docteur Don Sancho de Moncada, catedratico de Sagrado Escribura en la Universidad de Toledo, Y los Romances de la Germania que escribio’don Francisco de Quevedo, En Madrid, por Don Antonio de Sancha.

Isambert, F.-A. et alii (1832-1833) : Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la révolution de 1789, Paris, I-XXIX.

Journal de l’histoire de Berry depuis 1541 jusques en 1562, composé par Hiver, (président) (1867) (ed.) : Jehan Glaumeau, natif de Nohan le Ferron en Touraine, prestre semi prebendé de Montermoyen et despuis hérétique, Bourges - Paris, Aubry, 1-135.

Lahondès, J. de (1882) : Annales de Pamiers, I-II, Toulouse et Pamiers, Privat, 1882-1884, tome 1, Des origines à la Réforme, 1882.

Laplane, J. A. E. de (1843) : Histoire de Sisteron tirée de ses archives, où l’on voit, par les institutions, les mœurs, les développements et les vicissitudes de cette ville, le sort et l’importance politique de la plupart des anciennes villes du midi de la France (…), Digne, I-II.

Leblon B. (1980) : Inventario de los documentos sobre de los gitanos de los archivos de Simancas, Madrid, Barcelona y Cuenc, Perpignan. Lecocq, A (1865) : “Bohémiens à Chartres en 1571” dans un recueil Lettres Beauceronnes, Chartres, 214-234.

Leloup, G. (1972) : “Passage de Bohémiens à Montargis”, Société d’émulation de l’arrondissement de Montargis, Bulletin trimestriel de ses travaux, 19 juin 1972, 22-25.

Lopez de Meneses, A. (1968) : La Inmigración gitana en España en el siglo XV, apuntes para su estudio, “Martínez Ferrando, archivero, miscelánea de estudios dedicados a su memoria”, Madrid, 239-263.

— (1971) : “Noves dades sobre la immigracio gitana a espanya al segle XV”, Estudis d’Historia medieval, IV, 145-162.

Martínez Martinez, M. (1998) : La minoría gitana de la provincia de Almería durante la crisis del Antiguo Régimen, 1750-1811, Almería.

Moorman van Kappen, O. (1968) : Histoire des Tsiganes aux Pays-Bas : l’évolution du statut des “Païens” ou “Égyptiens” dans les Pays-Bas du Nord (1420-1750), Leyde.

Muratori, L. A. (1731) : Rerum Italicarum Scriptores (…), Mediolani, Typog. societatis Palatinae, 1723-1751, 25 tomes en 28 vols, XVIII, Col. 611-612.

Narbutt, T. (1830) : Rys historyczny ludu cyganskiego przez, Vilnius.

Nirenberg, D. (2001) : Violence et minorités au Moyen Âge, Paris.

Parfouru, P., J. de Carsalade du Pont (1886-1892) : Comptes consulaires de la ville de Riscle de 1441 à 1507, publiés pour la Société historique de Gascogne, Paris, I-II.

Pasquier, E. (1565) : Les Recherches de la France d’Estienne Pasquier,... reveuës, corrigées, mises en meilleur ordre et augmentées en cette dernière édition de trois livres entiers, outre plusieurs chapitres entrelassez en chacun des autres livres, tirez de l’autheur, Paris.

Patlagean, E. (2000) : “Les États d’Europe centrale et Byzance ou l’oscillation des confins”, Revue historique, 302, 4, 827-864.

Peucer, G. (1584) : Les Devins ou Commentaires des principales sortes de divination, Distingué en quinze livres, esquels les ruses et impostures de Satan sont descouvertes, solidement refutees,& separees d’avec les sainctes Propheties & d’avec les predictions Naturelles, Escrit en latin par M. Gaspar Peucer… Nouvellement traduit en françois par S. G. S., Anvers.

Peyssonnel, Ch. de (1765) : Observations historiques et géographiques sur les peuples barbares qui ont habité les Bords du Danube et du Pont euxin, Paris.

Piasere, L. (2006) : Buoni da ridere, gli Zingari, Saggi di antropologia storico-letteraria, Rome.

Piffaut, J. (1982) : “Bohémiens à Mâcon en l’an 1419”, Annales de l’Académie de Mâcon, LVIII, 39-44.

Pontrandolfo, S. (1998) : Per una storia dei Rom meridionali, il caso di Laterza, tesi di laurea in storia delle tradizioni popolari, relatrice, sous la direction d’Elisa Miranda, Université de Bari, Faculté de Lettres.

— (2001) : Les Rom de l’Italie du sud, Dynamiques historiques et spatiales chez les communautés de Laterza et Melfi, DEA sous la direction de Patrick Williams, Ehess.

Predari, F. (1841) : Origine e vicende dei Zingari con documenti interne le speciali loro proprietà fisiche morali, la loro religione, i loro costumi..., Milan.

Richet, D. (1980) : La France moderne : l’esprit des institutions, Paris.

Royer, L. (1929) : “Les Bohémiens en Dauphiné”, Bulletin de la Société Humbert II de Romans, 1 fascicule (mai 1929), 8-11.

Stein, H. (1899) : “Un arménien à Nemours et une famille d’égyptiens à Chataulandon au xv e siècle”, Annales de la Société historique et archéologique du Gatinais, XVII, 297-304.

— (1904) : À propos des falsifications dans les actes de l’état-civil (ancien registres paroissiaux), Besançon.

Szaszdi, I. (2001) : “Las Cartas de Seguro a favor de los egipcianos en peregrinacion a Santiago de Compostela”, Iacobus, revista de estudios jacobeos y medievales, 11-12, 71-94.

Terrien, G. (1578) : Commentaires du droict civil tant public que privé, observé du pays et duché de Normandie…, Paris.

Tuetey, A., éd. (1881) : Journal d’un Bourgeois de Paris 1405-1449, publiés d’après les manuscrits de Rome et de Paris, Paris.

Vaux de Foletier, F. de (1958) : “Capitaines de Bohémiens chez le notaire”, Études Tsiganes, octobre - novembre, 1-11.

— (1961) : Les Tsiganes dans l’Ancienne France, Paris.

Viaggio, V. (1996) : Storia degli Zingari in Italia, Rome.

Vielliard, J. (1936) : Pèlerins d’Espagne à la fin du moyen Âge, ce que nous apprennent les sauf-conduits délivrés aux pèlerins par la chancellerie des rois d’Aragon entre 1379 et 1422, Barcelone.

Vogel, C. (1963) : “Le pèlerinage pénitentiel”, Pellerinaggi e culto dei santi in Europa fino alla primera Crociata, Todi, 37-94.

— (1964) : “Le Pèlerinage pénitentiel”, Revue des Sciences Religieuses, 38, 113-152.

Vulcanius, B. (1597) : De Literis & Lingua Getarum sive Gothorum item de notis Lombardicis, Quibus accesserunt Specimina variarum Linguarum,… Edotore Bon. Vulcanio Brugensi, Ludguni Batavarum, Apud Franciscum Raphelengium.

Wood, J. B. (1996) : The King’s Army. Warfare, Soldiers and Society during the Wars of Religion in France, 1562-1576, Cambridge.

Notes

1 Stein 1899, 297-304. Le texte de la lettre de rémission est aux Archives nationales à la cote JJ 189, no 420.

2 L’archiviste était d’ailleurs sensible aux contrefaçons de documents, Stein 1904.

3 P. Bataillard a publié ses travaux dans la Bibliothèque de l’École des Chartes puis en plaquettes. Ils ne furent jamais rassemblés en un livre. Il laisse pourtant une collection importante de manuscrits et d’ouvrages conservé à la Manchester Public Library, voir “The Bataillard gipsy collection” (1895), 402-404. Bataillard 1844 et 1849. Pour la France moderne, l’ouvrage fondamental reste F. de Vaux de Foletier 1961. Sa documentation est déposée aux Archives de Charente-Maritime, 54 J, Fonds Jourda de Vaux de Foletier.

4 Artières 1894-1899, 110, 2e colonne et 111, 1ère colonne.

5 Ibidem, p. 110.

6 Je mentionne les bourgs les plus visités à partir d’un sondage effectué en reprenant systématiquement les archives communales.

7 A.C. Arles, BB 2, délibérations, très gros registre de 1436-1446, fol. 176, 26 avril 1438, mentionné par E. Fassin 1892, 15.

8 A.C. Arles, CC 156, fol. 5 v°. compte du trésorier 1438.

9 A.C. Arles, CC 185, fol 6 compte du trésorier, 1456. Le registre CC 219 comprend, pour l’année 1478, l’indication d’une aumône de 4 florins à George, comte de Petit Égypte dont la date exacte n’est pas précisée et qui est citée avec une erreur sur la côte du registre, par E. Fassin, op. cit., 19.

10 A.C. Pamiers, BB 68, XXII May 1497, cité par J. de Lahondès 1882-1884, tome 1, Des origines à la Réforme, 1882, p. 354.

11 Parfouru, P. et J. de Carsalade du Pont 1886-1892, tome 2, 1485-1507, 544.

12 A.C. Arras, BB 6, fol 54 v°. La pièce est mentionnée dans l’inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, ville d’Arras, tome I, 1914.

13 A.C. Amiens, BB Délibérations de l’échevinage, BB 3 (registre, 1424-1428), folio 79 v°, Echevinage du 26 septembre 1427 (Malmaison) et non du 27 septembre comme il est indiqué par F. H. Dusevel, (1860), 433-437.

14 A.C. Amiens, CC 21 registre aux comptes, 1427, fol 46 v., publié par F. H. Dusevel, art. cit., 434 et 435.

15 de Laplane 1843, 259-263, 261 et 262. L’auteur mentionne un passage en 1419, puis un autre en 1457. La cote du document n’est pas indiquée, mais nous avons pu retrouver le document dans les registres des délibérations de Sisteron dans la série BB, art. 101.

16 A.D. Isère, GG 14, fol 109, Paroisse Saint-Georges de Vienne. Mercredi 28 mars 1618.

17 Chiffoleau 1990, 289-324.

18 Journal de Jehan Glaumeau, Bourges 1541-1562, publié pour la première fois avec une introduction et des notes du président Hiver 1867, “Les bomiens fustigetz”, 26 et 27.

19 Le livre de Podio ou chroniques d’Étienne Médicis, bourgeois du Puy, publiées par Chassaing 1869, tome 1, 492 pour le 18 novembre 1559.

20 Lettre de recommandation du 23 mai 1945 pour traverser les frontières du Royaume accordée à Thomas “comes di Egypto” par le roi Alphonse V, Archivo Provincial de Huesca (Huesca), fondo Protocolos Notariales, signatura 7907. La “Carta de Seguro” donnée en 1425 par Alphonse le Magnanime à Thomas se trouve dans les Archives de la couronne d’Aragon, Cancilleria, registro 2576, fol° 43 r° et v°. Plusieurs documents sont transcrits par A. Lopez de Meneses 1968, 239-263. Voir aussi les documents rassemblés par Leblon 1980. En 1350, dans cette même ville de Jaca, pendant la Semaine Sainte, un Chrétien gardant le quartier juif fut tué par les émeutiers, Niremberg 2001, 301.

21 Vogel 1963, 39 et 40, et aussi Vogel 1964, 113-152.

22 Le texte est reproduit dans Libro de las Bulas y de las Pragmaticas de los Reyes Catolicos, Madrid, Instituto de España, 1973, reproduction en fac-simile de l’édition de 1503, pp. CLXX-CLXXI : “À vos los egycianos que andays vagando por estos nuestros reynos e senorios con vuestras mugeres e hijos a casa”.

23 Szaszdi 2001, 71-94.

24 Vielliard 1936.

25 Faure 2001, Avant propos par André Vauchez, 1-4, 3.

26 Muratori 1731, tome XVIII, col. 611-612.

27 Piffaut 1982, 39-44. Archives communales de Mâcon, registre BB 12, fol. 129.

28 Journal d’un Bourgeois de Paris 1405-1449, publiés d’après les manuscrits de Rome et de Paris par Alexandre Paris, Champion 1881, 219-221. Voir aussi l’édition commentée par Beaune 1990, 234-239.

29 Coulet & Genet 1990. On peut remarquer que les Egyptiens reçurent des lettres, entre 1417 et 1500, dans tous les royaumes de l’Europe de l’Ouest, constitués entre 1280 et 1360, France, Angleterre, Écosse et royaumes ibériques.

30 Patlagean 2000, 851.

31 Narbutt 1830, Texte historique sur le peuple tsigane avec un vocabulaire en polonais, latin et langue romani, dans lequel la lettre est reproduite.

32 Ficowski 1965.

33 L’enquête de Tadeusz Czacki, publiée en 1835, est citée par Ignacy Danilowicz 1993. Mais les documents sont peu nombreux et d’interprétation difficile. Ainsi Tadeusz Czacki trouvait “dans des fragments dispersés d’extraits du Royaume” une mention datant de 1501, sur un certain Polgar, chef des Tsiganes. Le fragment dit : “Cum nobis expositum fuit quod Polgarus Vjevoda Cyganorum cum suis hominibus in nostris terris existens...”. Ce même Thomas Polgar avait effectivement reçu, en 1496, de Wladislaw Jagellon, roi de Hongrie et de Bohême, un sauf-conduit (salvus conductus) comme voïvode d’un groupe de vingt-cinq tentes et il reçut des garanties pour sa sécurité ayant “bien mérité de la patrie”.

34 Colocci 1889. La carte de la dispersion bohémienne établie dans cet ouvrage est souvent reprise sans critique.

35 de Vaux de Foletier 1958, 1-11. L’auteur a publié deux actes notariés de cette nature.

36 de Carsalade du Pont 1896, 397. Le document produit par l’auteur venait d’une source personnelle. Depuis, la minute Béguier, d’où proviendrait le bail, est déposée aux archives du Gers sous la cote 3 E 2377.

37 A.D. Côte d’Or, B 120716, Table générale alphabétique et chronologique... des choses les plus importantes tirées des registres du parlement, t. V, Fol. 5. Les registres du Parlement comme les plus anciens recueils d’arrêts du bailliage de Dijon ont disparu.

38 A.D. Haute-Garonne, C 2277, procès-verbaux de délibérations des gens des trois États du pays de Languedoc, fol 508-565 du 20 au 31 octobre 1532.

39 A.D. Hérault, B 25*, Cour des comptes, aides et finances du Languedoc, registre, 1412-1598, fol. 100 (1596-1597) Cahier de doléances des états rassemblés à Béziers 34 articles et réponse du roi juillet 1597.

40 A.D. Haute-Garonne, B 33, Fol 433 verso, arrêt du 30 août 1540 du Parlement de Toulouse. L’inventaire imprimé indique le fol 433, mais le texte se trouve au verso de ce feuillet. Sur les Égyptiens en marge “Égyptiens”.

41 Catalogue des Actes de Henri II, t. 2, (1986), 448, Lettres de sauf-conduit pour Antoine Moreul, capitaine de “la Petite Egipte” et pour sa compagnie. Saint-Germain en Laye, 8 décembre 1548, transcrites au registre des délibérations de la ville de Cahors, le 12 juin 1551, A.C. Cahors, BB 27, Fol 363 et 363 v°.

42 Catalogue des actes de Henri II (1979), tome 1 (31 mars - 31 décembre 1547), 24. no 72 (O4.16/8), Lettres patentes en faveur de Georges Léonard, capitaine des Égyptiens, 16 avril 1547.

43 Catalogue, ..., Additions et corrections, 689, mentions de deux actes notariés des 9 et 10 mars 1551 n. st. A. N., Minutier central C. 37, référence due à Madame M. Jurgens, conservatrice aux Archives nationales.

44 de Beauvillé 1875, I, 192.

45 Ibidem, pièce 57, 556-558.

46 Leloup 1972, 22-25.

47 L’armée royale forte de 20 000 à 70 000 personnes avait subi un grave échec lors du siège de la Rochelle en 1573 qui avait entraîné une véritable dissolution. Elle était composée à cette date en majorité d’étrangers. Voir Wood 1996.

48 Pasquier 1565, Libr. IV, F° 361.

49 Declaration portant deffenses aux Bohemiens d’entrer venir et séjourner dans le Royaume sous peine de punition corporelle, du 24 juin 1539, enregistrée le 4 août au Parlement. A. N. X 1 A 8613, F° 171v. ; BNF mss fr Delamare, 21803, F° 320-321 ; Isambert et al. 1821-1833, tome 12, no 276, 567.

50 Asséo 1974, 9-88.

51 Moorman van Kappen 1968.

52 Royer 1929. L’auteur mentionne une copie d’une lettre de Charles Emmanuel de Savoie reconnaissant le capitaine Francesco Rover capitaine des Zingari de toute la région. La copie de la lettre se trouve effectivement à la Bibliothèque de Grenoble, Ms 4326 carton X, “Coppie dordre de Boesmans du 21e mai 1661”. Les États de Savoie ont pris de nombreuses mesures contre les Bohémiens.

53 Donovan 1992, 36.

54 En 1687, cité dans Viaggio 1996, 64-65.

55 ASV, Archivio di Stato di Venezia, senato, Terra, filze 108 cnn, cité par Fassanelli, B., 193. L’auteur a confronté les décisions in materia di cingani et les interrogatoires des procès menés contre une bande conduite par un jeune membre de la noblesse locale de Montagnana et contre le capitaine Zuane “della compagnia di Zingari”. Il montre que la répression des compagnies bohémiennes ne peut être réduite à une simple question de vagabondage.

56 Registre paroissial de Saint-Saturnin de Chartres le 2 novembre 1595, “Cedit jour et an a esté baptisée Marie fille de Charles Henry, de nation Egiptienne. Le parrain messire Philippe Huraulx, conseiller du Roi, les marraines Marie d’Escoubleau et Katherine Huraulx, fille de M. le Chancelier” d’après Lecocq 1865, 214-234. Les Mémoires de Philippe Hurault, publiées par son fils en 1636, n’évoquent pas cet événement.

57 Richet 1980 : La France moderne : l’esprit des institutions, Paris, Flammarion.

58 Asséo 2000 et Asséo 2008.

59 Le Journal du Sire de Gouberville (1892), 174.

60 Piasere 2006, 1er chapitre : “De origine cinganorum”, 1 à 54.

61 Vulcanius 1597, 100 à 109, “De Nubianis erronibus quos Itali Cingaros appellant, quorumque lingua”.

62 Peucer 1584, 148, avec en marge : “Égyptiens ou Bohemiens coureurs et larrons ramassez de tous les pays”.

63 Terrien 1578, 476-477.

64 Belon du Mans 1553, Second livre, chap. XLI, 113.

65 Massimo Aresu rédige un doctorat sur les Tsiganes en Sardaigne à l’époque moderne sous la direction de Bernard Vincent.

66 Pontrandolfo 2001, le premier baptême trouvé est de 1541 à Laterza. Voir aussi Pontrandolfo 1998. Un repérage anthropologique demeure dans la présence, dans les rituels comme le Vendredi Saint dans les villages italo-albanais, d’une Tsigane, figure de l’abondance couverte de bijoux et d’or qui donne pendant la procession des pois chiches, des confettis et des bonbons.

67 Martínez Martínez 1998. Nathalie Manrique rédige une thèse d’anthropologie sous la direction de Françoise Zonabend dans laquelle elle a pu reconstituer les généalogies anciennes de Gitans d’Andalousie à partir des registres paroissiaux : Don Gitan. Des dons au fondement de la structure sociale des Gitans de Morote et de San Juan (Andalousie).

68 Predari 1841.

69 Lopez de Meneses 1971.

70 de Peyssonnel 1765, 108-111. Les Tsiganes étaient très nombreux dans toute la Thrace, en Bulgarie, Valachie et Moldavie, en Bessarabie et dans les États du Khan des Tartares. À Yassy, l’auteur avait envisagé d’acheter un esclave tsigane mais un de ses compatriotes l’en dissuada.

71 Romances de germania de Varios autores con el vocabulario por la orden del a. B. c. para declaracion de sus términos y lengua compuesto par Juan Hidalgo, El Discurso de la expulsion de los Gitanos, que escribio’ el Docteur Don Sancho de Moncada, catedratico de Sagrado Escribura en la Universidad de Toledo, Y los Romances de la Germania que escribio’don Francisco de Quevedo, En Madrid, por Don Antonio de Sancha, M. DCC. LXXIX, pp. 203-222, p. 203.

72 Henry 1834. L’auteur avait pourtant enquêté avec sérieux, utilisant le matériau rassemblé par Joseph Tastu, auteur d’une grammaire catalane et correspondant de George Sand, Bibliothèque Mazarine, ms 4524, mélanges, papiers Tastu.

73 “L’arrivée des Tsiganes en Italie : de l’assistance à la répression”, l’intervention de B. Geremek au colloque de Crémone de 1980 sur Pauperisme e assitenza negli antichi stati italiani a été republié dans Geremek 1992, 151-172.

74 Herzog 2003, chapitre 4 : “Conversos, gypsies, Foreign catholics, and foreign Vassals”, 119-140.

75 Contamine 2006, 105-131.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carta de condonación para pasar las fronteras del Reyno por “Thomas, comes di Egypto”, Archivo Histórico Provincial de Huesca, Fondo Protocolos Notariales, signatura 7907. Je remercie Javier Aguirre Felipe pour ce document.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/1683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 641k

Auteur

EHESS - Centre de Recherches Historiques, Paris

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540