Version classiqueVersion mobile

Le bazar de l’hôtel de ville

 | 
Ézéchiel Jean-Courret
, 
Sandrine Lavaud
, 
Judicaël Petrowiste
, 
et al.

Introduction

Ézéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud, Judicaël Petrowist et Johan Picot

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple sur ce point : Michaud-Quentin 1970 ; Rigaudière 1982.
  • 2 Rigaudière 1993, 36.

1À la fin du Moyen Âge, nombre de communautés d’habitants, aussi bien rurales qu’urbaines, cherchent à affirmer leur autonomie à l’égard du pouvoir seigneurial en place. Si les premiers signes de ce phénomène s’observent dès le xiie siècle, il faut attendre le xiiie s. ; pour qu’il connaisse son plein épanouissement. À l’émergence d’une communitas succède un désir de reconnaissance d’une personnalité juridique en tant que corpus ou universitas, c’est-à-dire une communauté incarnée par un organe gouvernemental capable d’un pouvoir décisionnaire. En effet, le pouvoir de réunion (congregare), de concertation et de décision (consulere, tenere consulatum, deliberare) est valorisant et rend tangible aux yeux de tous, y compris des communautés voisines, l’autonomie de la communitas par rapport à son seigneur1. Les régimes gouvernementaux peuvent alors prendre des formes diverses (échevinage, commune, jurade, consulat...) et tirent parti, pour s’affirmer, de signes extérieurs d’autonomie communs. Leur appartient ainsi tout un “arsenal de biens et d’attributs (…) qui symbolisent l’autonomie urbaine”2 et qui permettent de fournir les moyens d’expressions nécessaires à l’universitas : maison commune, cloches, arca communis, sceau, bannières, clefs sont, parmi d’autres, des manifestations symboliques autant que matérielles de la capacité à faire commun. Comme pour l’écrit municipal, cette matérialité des attributs parvient à synthétiser l’universitas dans son entier et en fait un outil de représentation et de communication de l’identité consulaire, participant de la scénographie urbaine. Instruments d’émancipation politique, ils ont été élaborés et acquis progressivement, au gré des avancées de l’autonomie communale. En tant qu’expressions de l’histoire singulière de chaque localité, ils diffèrent en nombre et en nature mais participent globalement de ce qui fait “ville” aux yeux des communautés d’habitants.

Le choix des mots

2Cette réflexion collective autour des attributs matériels des gouvernements urbains part d’un truisme : la civilisation médiévale était ancrée dans la matérialité. Ses membres traduisaient de façon très concrète, et directement lisible sur l’espace public, les principes et les idées associés au fonctionnement de la société. Pensons par exemple à la place croissante prise, dans les pratiques de dévotion des populations occidentales, par les reliques qui constituaient le support tangible du principe d’intercession du saint auprès de Dieu en faveur des hommes. On pourrait également évoquer le rôle important des images des tympans des églises comme mode d’expression sensible d’un message spirituel, ainsi diffusé au plus grand nombre, ou celui conféré à l’habit par les lois somptuaires de la fin du Moyen Âge pour assurer la lisibilité sur l’espace public des hiérarchies et des statuts sociaux ; sans parler du fétu de paille offert par le seigneur à son nouveau vassal comme symbole du fief, qui concrétise le tissage d’un lien particulier de fidélité et d’un rapport de domination.

  • 3 Godelier 1978.
  • 4 Schramm 1954-1955.
  • 5 Parmi ce riche ensemble de travaux, voir notamment Gaborit-Chopin 1987 ou, plus récemment, l’appr (...)
  • 6 Autrand et al. 1989, 107.

3Cette “part matérielle de l’idéel”, pour détourner la fameuse expression de Maurice Godelier3, renvoie à l’importance des realia dans la civilisation du Moyen Âge et au rôle de l’objet dans l’incarnation et l’expression d’idées. Elle s’applique en particulier au pouvoir. Celui-ci trouve en effet à s’appuyer sur des supports matériels aussi nombreux que divers, qui lui permettent de prendre forme sur l’espace public, de s’y actualiser de façon éventuellement ritualisée, et de gagner ainsi en efficacité. Les regalia des monarques d’Occident constituent des exemples bien connus de ces objets du pouvoir, appelés à lui donner un contenu sensible et qui, depuis les travaux pionniers de Percy-Ernst Schramm4, ont suscité une très abondante production historiographique5. Un bilan invitait d’ailleurs en 1989 à étudier, “à côté des insignes royaux, les insignes des pouvoirs princiers, seigneuriaux, municipaux, et même des pouvoirs à l’intérieur de toute collectivité (ainsi les métiers, les confréries, les universités)”, constatant que ces derniers étaient “négligés, encore qu’ils soient moins prestigieux, moins spectaculaires”6.

4En se tournant vers les attributs matériels du gouvernement communal, il s’agit de s’intéresser à l’une de ces instances de pouvoir de portée locale, s’exerçant à l’échelle du bourg ou de la ville, qui bénéficiait d’une large diffusion et d’un fort impact social. Cette réflexion collective replace, en effet, au cœur de l’analyse les lieux et les objets par lesquels s’exerçait, très concrètement, l’autorité municipale : des symboles de pouvoir qui n’étaient certes pas forcément prestigieux ou spectaculaires, mais qui n’en touchaient pas moins à la vie très quotidienne des populations. En cela, la démarche contribue à réincarner l’universitas en la saisissant à partir des realia déployées dans le cadre de son fonctionnement courant, plutôt qu’au travers des discours qu’elle était susceptible de produire sur elle-même ; ou, plus précisément, en cherchant à suivre à travers l’apparition, les formes et l’évolution de ces realia, la mise en pratique des missions que les dirigeants des communautés d’habitants assignaient à leur gouvernement, ainsi que l’actualisation des représentations qu’ils se faisaient de leur pouvoir.

  • 7 Pastoureau 2014, 12 : “En latin médiéval : attributum désigne un don ou une gratification. (…) Il (...)
  • 8 L’étude fondatrice est celle d’Émile Mâle (Mâle 1898), avant que Guillaume de Jerphanion ne donne (...)
  • 9 Heck 2014, 45-46.

5Ce projet se heurte, bien sûr, à un certain nombre de préalables. Il convient d’abord de s’entendre sur ce qu’est un attribut, dont aucun terme médiéval ne traduit explicitement le sens qu’on lui prête en français moderne7. L’emploi du mot par les différentes disciplines qui l’utilisent apporte toutefois certains éléments de définition, qui permettent de comprendre en quoi l’objet ou le lieu associés aux pratiques gouvernementales peuvent devenir attributs matériels. En matière de syntaxe, l’attribut fait souvent fonction de prédicat, il n’existe pas en lui-même mais seulement dans le rapport dialectique qui l’associe à un sujet afin de le caractériser, d’en préciser les contours, voire de l’individualiser. L’attribut est donc, par extension, ce qui appartient en propre à quelqu’un ou à quelque chose, ce qui est attribué à un sujet, qui l’identifie sur l’espace public – et l’on rejoint alors la problématique de la construction de l’identité. Dans le domaine des arts, il constitue un signe distinctif et conventionnel accompagnant un personnage, une figure mythologique ou encore allégorique, qui permet d’identifier immédiatement le sujet, à l’exemple, pour ce qui concerne le Moyen Âge, des clés pour saint Pierre ou du manteau pour saint Martin. Les historiens de l’art sont les premiers à avoir ciblé cette sémantique complexe des “signes de reconnaissance ajoutés aux personnages” dans le domaine biblique et hagiographique8. Dans son rapport à l’image comme au texte, l’attribut se substitue à une réalité qu’il n’est plus besoin de narrer. Il est ainsi inutile de rappeler le récit de la décapitation de Paul dans les Actes des Apôtres pour comprendre le glaive et son association au saint martyr : cet objet, “d’accessoire de l’action, est devenu signe, et c’est ce qui fait de lui un attribut”9.

  • 10 Pastoureau 2004, 13.
  • 11 Id., 21-22 ; Heck 2014, 46.

6Les objets qui interviennent dans l’exercice du pouvoir municipal et les édifices qui l’accueillent sont, eux aussi, à considérer comme des instruments devenus signes. Dans ce domaine, il faut donc concevoir par “attributs matériels” l’ensemble des éléments qui identifient l’instance exécutive de l’universitas, qui soulignent son existence concrète et qui sont associés à son fonctionnement en matière de gestion locale de la res publica. Dans la mesure où ils ont un caractère éminemment identitaire, en exprimant concrètement sur l’espace public l’existence de l’institution communale et de son gouvernement, ces attributs sont aussi porteurs d’un discours dont les enjeux méritent d’être éclairés. Leur matérialité se double, à cet égard, de deux dimensions : emblématique, car l’attribut est un signe d’identification et de distinction de son détenteur ; symbolique, car certains attributs renvoient au domaine des concepts et des idées10. À ces facettes, il convient d’en ajouter, en corollaire, une dernière qui fait de l’attribut une partie valant pour le tout. Pars pro toto, l’attribut l’est sans conteste dans le domaine des représentations littéraires et iconographiques (la palme du martyr, les clefs du paradis)11 mais aussi dans l’exercice du pouvoir. L’usage des attributs matériels par l’universitas fait que chacun d’eux incarne cette personne morale. Tel le fétu de paille qui est vraiment la terre concédée en fief, l’arche, la cloche, le sceau sont pleinement l’universitas en train de gouverner.

  • 12 Pastoureau 2014, 14-15.

7Notant la prolifération des attributs iconographiques à partir du xiie s., Michel Pastoureau s’interroge sur leur toute aussi grande multiplication “dans la société véritable”. L’attribut vestimentaire, iconique ou onomastique invite chacun à être à sa place et à être identifié avec certitude. “Mais il y a plus : au fil des décennies, sous l’influence de la pensée aristotélicienne, progressivement redécouverte dans son ensemble, l’univers des signes et des emblèmes passe de simple répertoires ou de simples nomenclatures à de véritables systèmes organisés et hiérarchisés”12. De vecteur d’identité, il semble bien que l’attribut de la fin du Moyen Âge intègre un système permettant de se fondre dans des grilles, des conventions, tant en ce qui concerne les individus que les communautés et les personnes morales. On conçoit par conséquent le caractère difficilement saisissable, pour l’historien médiéviste, d’un tel objet d’étude, souvent évoqué, mais rarement étudié.

Une niche historiographique

  • 13 Luchaire 1890, 97, 103-109 et 120.
  • 14 Chenon 1923 ; Pirenne 1939.
  • 15 Chédeville et al., dir. 1980, 267-269.
  • 16 Rigaudière 1982, t. I, 121-126 ; 1993, 34.

8Dès 1890, dans sa synthèse sur Les communes françaises à l’époque des Capétiens directs, Achille Luchaire consacrait plusieurs pages aux “symboles matériels de la souveraineté des bourgeois”. Le sceau, le beffroi et ses cloches, mais aussi le pilori et les fourches patibulaires, y constituaient les “signes visibles de la seigneurie populaire” ; la charte fondatrice des franchises communales, soigneusement conservée dans une arche fermée à clé, y représentait pour sa part “le gage matériel, le signe visible des libertés obtenues”13. Cette attention précoce à l’égard des supports concrets d’expression et de légitimation de l’universitas au pouvoir resurgit périodiquement au cours du xxe s., depuis Émile Chenon et Henri Pirenne dans les années 1920-193014 jusqu’aux travaux de Jacques Le Goff et d’Albert Rigaudière au début des années 1980. Le premier rappelle alors que “la communauté urbaine se définissait et se manifestait par la propriété collective. Celle-ci eut quatre incarnations principales : le coffre de la ville, les immeubles de la communauté et notamment la maison commune (hôtel de ville), la cloche et le sceau de ville”15. Au même moment, le second consacre quelques belles pages aux “signes extérieurs d’autonomie” dans sa monographie sur le gouvernement sanflorin, avant d’affirmer quelques années plus tard qu’il n’est “point besoin d’insister sur le sceau, l’arche et la maison commune dont la fonction, tout aussi réelle que symbolique, a été maintes fois décrite”16.

  • 17 “Il reste dans la catégorie de ces recherches qui font de l’histoire narrative et non pas explica (...)
  • 18 L’Histoire de Toulouse publiée sous la direction de Philippe Wolff en 1974 en offre un exemple re (...)
  • 19 Pour s’en tenir à des travaux récents, on trouvera plusieurs exemples de ces approches dans Crouz (...)

9Il faut toutefois relever la propension de bon nombre de ces travaux à privilégier la simple évocation et description des attributs matériels des gouvernements communaux à leur interprétation. La critique générale formulée par Georges Espinas contre l’ouvrage d’Achille Luchaire, dès sa première réédition17, prend ici tout son sens : la mention de la construction d’un hôtel de ville, de l’apparition d’un sceau municipal ou de la rédaction d’un cartulaire urbain suffit bien souvent à signaler la montée en puissance de l’universitas, sans qu’il apparaisse utile de s’attarder sur le sens de ces réalisations et de la forme qu’il fut alors décidé de leur donner18. La généralisation de l’histoire-problème n’a pas toujours entraîné de rupture avec cette situation, dans la mesure où les médiévistes désireux d’étudier de près les dynamiques des gouvernements municipaux ont souvent préféré s’appuyer sur les “mots de l’identité urbaine” – ceux des discours forgés sur la ville par les citadins, ceux des chartes accordées à ces derniers, ou ceux des écrits produits et conservés par la communauté – plutôt que sur les realia déployées par les universitates pour donner à ces mêmes mots une traduction tangible19.

  • 20 Voir par exemple Chassel & Flandin-Bléty 2011 ; Macé 2009 et 2014 ; Mérindol 1995 et 1998.
  • 21 Sur cette notion, voir Le Goff & Toubert 1977, 38-39.
  • 22 La multiplication récente des travaux sur les cartulaires urbains en tant que supports mémoriels (...)
  • 23 Pour les sceaux, voir notamment Douët d’Arcq, éd. 1867 ; Bedos, éd. 1980, ou Framond, éd. 1982. P (...)
  • 24 Cet intérêt, que l’on pourrait dans une certaine mesure faire remonter jusqu’aux pages consacrées (...)
  • 25 Heers 1990, 399-422 (“Vers un espace sociopolitique”).
  • 26 Parmi une bibliographie de plus en plus abondante : Crouzet-Pavan, éd. 2003 ; Ceccarelli Lemut 20 (...)

10Des travaux récents proposent, il est vrai, une analyse approfondie des supports matériels d’expression des autonomies communales au Moyen Âge. Dans le sillage de la “nouvelle érudition”, nombre d’études ont été consacrées, depuis une vingtaine d’années, aux sceaux20 et aux cartulaires municipaux (abordés en tant que “documents-monuments”21, vecteurs de la mémoire de la communauté, et non plus comme des réserves de renseignements factuels)22. Ces objets, qui pour de multiples raisons constituent les vestiges des attributs matériels des gouvernements urbains médiévaux les mieux conservés sur les plans quantitatif et qualitatif, offraient, de fait, l’avantage de constituer des corpus bien identifiés grâce aux entreprises de recensement et d’édition engagées depuis la fin du xixe s.23. Le “tournant spatial” a quant à lui
renouvelé l’intérêt déjà ancien pour les bâtiments associés au gouvernement communal24 : aux approches sociopolitiques de l’espace urbain, synthétisées par Jacques Heers en 199025, ont succédé des travaux qui font une large part à la lecture anthropologique du pouvoir municipal et de ses marqueurs spatiaux. La réflexion s’est ainsi ouverte aux réalisations de ce dernier en matière d’équipements publics ou d’urbanisme, aux traces épigraphiques signalant sur l’espace urbain ses actions au service de la communauté et aux nombreux autres témoins de l’inscription du pouvoir de l’universitas dans le paysage local26.

  • 27 Le “modèle italien” conduit, par exemple, souvent les historiens à lier étroitement construction (...)

11Ces diverses enquêtes n’en perpétuent pas moins d’autres biais hérités de l’historiographie de la fin du xixe et du début du xxe s. D’une part, en raison de leur focalisation fréquente sur les deux régions les plus urbanisées de l’Europe médiévale : la Flandre et plus encore l’Italie centro-septentrionale, dont le statut paradigmatique détermine parfois l’interprétation des phénomènes observés ailleurs en Occident – à travers, par exemple, l’évocation du caractère plus ou moins “abouti” de certains régimes municipaux27 ; d’autre part, pour ce qui relève précisément de la question qui nous occupe ici, en privilégiant très nettement le triptyque des attributs de gouvernement les plus récurrents dans les sources et la bibliographie (l’hôtel de ville, le sceau, les écrits de l’arca communis), au risque de maintenir dans l’ombre des objets du pouvoir ayant laissé une trace documentaire plus discrète, sans que cela doive impliquer pour autant qu’ils aient eu une place plus anecdotique dans les systèmes locaux de communication politique.

  • 28 Francastel, 1967, 69 (cité par Lecuppre-Desjardin 2004, 260).
  • 29 Rappelons en effet, avec Maurice Godelier, que “le domaine du symbolique, c’est l’ensemble des mo (...)

12Les attributs associés à l’administration des communautés d’habitants représentent, de fait, un ensemble très hétéroclite, parfois proliférant, qui évolue tout au long des derniers siècles du Moyen Âge et ne saurait donc être résumé au triptyque dominant dans l’historiographie. Cette restriction du champ d’observation empêche de saisir, à travers la diversité même de ces attributs et de leurs usages, leur complémentarité dans la mise en scène du gouvernement de l’universitas et dans l’expression de son action au service de la communauté. L’hôtel de ville, l’arca communis et ses chartes et cartulaires, les sceaux, cloches, trompes, enseignes, bannières et pennons, panonceaux, livrées, étalons des poids et mesures, clés des portes de l’enceinte urbaine, piloris et gibets municipaux, pour s’en tenir à ces quelques éléments d’une liste ouverte, sont en effet autant d’outils accompagnant l’exercice quotidien du pouvoir local. Mais ils composent aussi, au sein même de la ville, un système cohérent de marqueurs de l’espace visuel et sonore. Dans la mesure où “toute société instauratrice d’un ordre économique et politique l’est, en même temps, d’un ordre figuratif”28, ces objets expriment un message symbolique, soutenu notamment par le décor, les images, les signes héraldiques, les couleurs et les inscriptions dont ils sont pourvus, qui contribue à donner un contenu sensible à cette construction idéelle qu’est l’universitas29.

  • 30 Sur ces questions : Boone & Stabel, éd. 2000 ; Crouzet-Pavan & Lecuppre-Desjardins 2012 ; Gilli (...)
  • 31 Le rôle des cloches communales dans l’appel à l’insurrection est ainsi bien connu : Mérindol 1990 (...)
  • 32 Sur les enjeux généraux de cette “sémiologie politique des espaces urbains”, voir Boucheron 2013.
  • 33 Le rôle de la communication politique dans l’affirmation d’une domination est bien décrit, pour u (...)
  • 34 On citera notamment : Dumons & Zeller, dir. 2006 ; Leveleux-Teixeira et al., éds. 2011.

13Non sans une certaine ambivalence. En tant que symboles matériels de l’autonomie de la communauté et de l’étendue des prérogatives qui lui ont été déléguées par ses seigneurs, ils représentent des composants structurants de l’identité collective des habitants et du rapport de ces derniers à leur passé30, dont la puissance unificatrice se laisse particulièrement apprécier dans les moments de projection des citadins hors de leurs murs, ou lors de révoltes urbaines31. Mais en tant qu’instruments déployés par le gouvernement municipal pour “marquer la ville” et y signifier son autorité32, ils constituent en même temps des médias au service d’une communication politique dirigée à la fois vers la communauté d’habitants et vers l’extérieur qui, par nature, vise à affirmer la légitimité d’une domination, et susciter le consentement au pouvoir33. En contribuant à une histoire sensible du gouvernement urbain, l’analyse de ses attributs matériels apporte ainsi un éclairage complémentaire des réflexions plus générales récemment engagées sur le fonctionnement des communautés politiques médiévales34.

14Le cadre retenu dans cet ouvrage, celui du Midi de la France de l’Aquitaine à la Provence, permet, en outre, de s’éloigner des grands foyers urbains traditionnellement privilégiés par les enquêtes d’histoire urbaine et d’ouvrir la réflexion aux petites et moyennes villes, parentes pauvres de l’historiographie. Les recherches actuelles gravitent principalement autour des modèles italiens et flamands qui ont fixé, on l’a dit, le paradigme des régimes urbains et de leur idéologie. Les villes de la France méridionale jouent sur des dynamiques – tant politiques qu’économiques – différentes ; chacune à leur manière et à leur rang, elles n’en participent pas moins d’un mouvement d’émancipation et de construction politique et identitaire. Par les fonds documentaires abondants qu’elles ont laissés, par les études érudites déjà anciennes qu’elles ont pu générer, par la diversité des échelles urbaines – du niveau inférieur de la hiérarchie, telles Saint-Émilion, Trets ou Espalion, à celui des capitales régionales telles Bordeaux, Montpellier et Marseille – comme des formes de gouvernement, les villes du Midi médiéval offrent un laboratoire efficient pour qui veut observer les sociétés urbaines en marge des phares historiographiques et tirer de cette niche tous les bénéfices de la démarche comparative.

Cheminements scientifiques 

  • 35 Sur la nécessité de l’arca communis se reporter notamment à Billoré et al. 2014, 15-17.
  • 36 Lavaud 2011, 59-78.

15Toute entreprise de recherche sur les attributs matériels du gouvernement urbain se heurte à un certain nombre de questions méthodologiques : faut-il se focaliser sur l’un des attributs, parmi ceux qui sont les mieux documentés, au risque de laisser dans l’ombre la masse des objets moins connus ? Faut-il au contraire privilégier une approche globale du phénomène, en s’efforçant de saisir l’ensemble des attributs matériels utilisés au sein d’une ville donnée à un moment donné, au risque de limiter le propos à une liste d’objets, parfois d’autant plus sèche que certains d’entre eux ne sont connus que par des mentions laconiques ? Faut-il se restreindre à une définition stricte de l’attribut matériel en se limitant aux objets ou l’ouvrir aux manifestations plus monumentales du pouvoir communal, telles les maisons communes ou même les enceintes ? Dans la perspective comparative adoptée, l’interrogation a également porté sur les hiérarchies qui se donnaient à voir, et d’abord entre les différents attributs matériels recensés. En effet, les actes des gouvernements urbains semblent distinguer les éléments indispensables et fondateurs, gages de l’existence juridique du régime (arche35, maison commune et sceau), des éléments de “second rang” (clés, cloches, bannières, trompettes, livrées...). Pourtant, effet de source ou de la focale de l’historien, d’un cas d’étude à l’autre, cette distinction s’avère plus ou moins opératoire. Car s’y mêle un autre niveau hiérarchique, celui des villes, tant à l’échelle régionale que dans le cadre d’un large Midi médiéval : au gré de leur importance, du nombre et de la nature des prérogatives conférées au gouvernement local, voire des époques considérées, ce qui fait sens et symbole, à un moment donné, pour telle ou telle communitas ne le fait pas toujours pour une autre (les clés en sont un bel exemple36).

16Il importe, enfin, de comprendre quel est le pouvoir symbolique, politique et social de ces éléments. L’intérêt porté à la représentation du gouvernement au travers des armoiries, des sceaux et des devises de villes permet de dépasser le simple sens pratique de l’exercice du pouvoir de décision et de s’interroger sur leur rôle de marqueur de l’identité urbaine. L’enjeu essentiel, mais auquel il n’est pas toujours facile de répondre, est de parvenir à inscrire l’apparition de certains objets, l’évolution de leur nombre, ou celle de leur forme matérielle, dans la conjoncture politique et sociale propre au gouvernement urbain considéré. Car si ces attributs matériels du gouvernement ont une vocation éminemment pratique (stocker des archives, diffuser les ordonnances municipales, signaler la présence de l’autorité sur l’espace public…), ils sont aussi des outils de construction du pouvoir au niveau local et de communication avec le pouvoir central. Ils ont, par voie de conséquence, une dimension idéelle. À travers eux se développe un message symbolique, plus ou moins explicite, qui exprime le prestige, l’ancienneté, la plus ou moins grande étendue des prérogatives et la légitimité d’un gouvernement. Ce message est destiné aux populations locales, lorsqu’il s’agit d’exalter l’unité de l’universitas et l’importance de ses libertés, mais aussi aux autorités et aux institutions de l’extérieur. Il participe ainsi de la communication politique déployée par les instances communales.

17Il paraît donc fondamental de relier l’histoire de ces attributs, d’une part à l’affirmation progressive des communautés à partir du xiie s., qui passe par la constitution d’un gouvernement local qui se veut l’émanation de ces dernières et, d’autre part, aux vicissitudes des universitates au cours des siècles suivants. Sur ce dernier point, la relation aux pouvoirs supérieurs apparaît déterminante : le sort des attributs du gouvernement municipal s’inscrit dans la négociation permanente entre la communauté et ses seigneurs, au gré de l’évolution du rapport de force entre les deux parties. Leur nombre et leur nature permettent de signaler les ambitions des notables locaux, ou de mesurer le repli de certaines de leurs prérogatives. Le poids symbolique même de ces objets en fait aussi des voies d’expression des hiérarchies locales. La garde des clés de la ville ou de celles de l’arca communis signe, en effet, la reconnaissance d’une certaine notabilité, qu’elle vient renforcer.

18De même, leur concession à tel ou tel membre de l’autorité urbaine révèle une certaine solennité, sinon une forme de rituel, mais aussi des pratiques de distinction. De fait, les choix qui président à la circulation des attributs matériels entre magistrats renseignent tout autant sur l’objet que sur ses utilisateurs et, au-delà, sur le fonctionnement et la représentation du corps municipal.

La mise en rayons du “bazar de l’hôtel de ville” 

19Ce n’est pas tant de la typologie des attributs que des dynamiques de leur usage que procède l’organisation de ce “bazar de l’hôtel de ville” ; d’autres logiques, substituées à l’articulation initiale des deux journées d’études, sous-tendent le plan de cet ouvrage. Les trois parties qui l’animent, dans la lignée du titre, continuent à filer la métaphore commerciale pour mieux pointer la variété, voire l’abondance, de ces produits de l’émancipation urbaine et tenter de leur donner sens.

20Pour les institutions municipales comme aux yeux des historiens, un certain nombre d’objets et de lieux forme, “au rayon des attributs”, les objets-phare de l’universitas. Cette première thématique regroupe cinq contributions dont deux consacrées au sceau, l’une soulignant les problématiques que pose le corpus sigillographique des villes du Midi médiéval (J.-L. Chassel), l’autre interrogeant par les sens la place de la matrice sigillaire et de la bannière dans les institutions municipales du Midi toulousain (L. Macé). Sont ensuite successivement examinés l’arche commune, dont le cas montferrandais montre qu’elle fait fonction de reliquaire mémoriel du consulat (J. Picot), ainsi que deux attributs qui, comme les précédents – mais peut-être plus qu’eux – ne relèvent pas forcément de toutes les panoplies gouvernementales, mais dont l’usage ou l’existence en font un signe manifeste du pouvoir des institutions communales sur l’espace de la ville, à savoir les clefs (S. Lavaud) et la maison commune (É. Jean-Courret).

21Quittant la focale de l’objet ou du lieu pour prendre celle des communautés et des institutions communales, la partie médiane de l’ouvrage propose de mettre l’accent sur “les achalandages locaux”, en dressant un panorama de la composition et de l’usage des attributs à différentes échelles urbaines. De cette approche scalaire, il ressort que les petites communautés ne se sont pas moins dotées d’objets et de signes que les villes de rang supérieur, comme en atteste l’invraisemblable bric-à-brac recensé à Najac (L. Germain et J. Petrowiste). De même, dans l’échelle des attributs, l’absence ou la présence de marqueurs urbanistiques et monumentaux ne traduit pas le degré d’achèvement de l’identité politique, mais conduit à examiner des traces plus diverses, moins massives (archives, signes, mots), forgeant la singularité de villes du Midi comme Montpellier (V. Challet). La matérialité de l’attribut est l’aspect le plus visible de l’emprise de l’institution et de son système de communication avec la communauté d’habitants et les autres pouvoirs présents, mais cette instrumentation du pouvoir par des signes matériels pose la question des rapports d’opposition, de continuité, voire d’épaulement, entretenus entre l’institution communautaire et les autres pôles de pouvoirs urbains, sujet examiné dans plusieurs villes de Provence (S. Balossino) ainsi qu’à Marseille (F. Otchakovsky-Laurens).

22Les tensions et les affrontements du jeu concurrentiel des pouvoirs, dont les attributs sont vecteurs, invitent à se questionner, dans la dernière partie de l’ouvrage, sur l’inégal succès des revendications cristallisées autour de ces objets, de ces signes et de ces lieux, demeurés parfois “en réserve”. La livrée consulaire constitue à Espalion le motif sous-jacent d’un procès dont l’analyse nourrit la réflexion historienne sur ce qu’est l’attribut, une réalité matérielle qui renvoie l’image symbolique que la ville a d’elle-même à un moment donné de son histoire (G. Ferrand). Signes matériels souvent revendiqués par des villes dépourvues de consulat, les attributs que s’arrogent ou désirent les communautés urbaines, telles celles d’Auvergne (E. Grélois), sont à l’origine de violence réelles ou plus symboliques exercées entre les pouvoirs et sur les objets. Ces études de cas disent combien l’idée même d’attribut mobilise l’intérêt de toutes les parties et parmi elles, évidemment, l’institution collective qui, par la parole, les gestes et les objets inscrits en divers lieux, revendique sa capacité à servir le bien commun (L. Verdon).

23Plus qu’un bilan, c’est un chantier que cet ouvrage entend lancer ; les débats qui ont eu lieu lors des deux journées d’études, comme les questionnements transversaux ou internes aux communications réunies dans cet ouvrage montrent assez combien la recherche sur les attributs matériels du gouvernement urbain ouvre un éventail de possibles. Elle appelle à étendre l’enquête tant à d’autres zones géographiques, à d’autres villes, à d’autres attributs qu’à d’autres focales disciplinaires. Il manque ainsi à l’étude le regard de l’archéologue, du spécialiste de l’histoire de la culture matérielle, pour mieux appréhender la matérialité des objets du pouvoir communal et leurs dimensions techniques, gestuelles et parfois rituelles. C’est seulement à la faveur de cette ouverture que la recherche sur les attributs apportera pleinement son écot à une histoire du sensible.

Bibliographie

Autrand, F., D. Barthélémy et P. Contamine (1989) : “L’espace français : histoire politique du début du xie siècle à la fin du xve siècle”, in : SHMESP 1989, 101-125.

Battard, M. (1948) : Beffrois, halle, hôtels de ville dans le nord de la France et en Belgique, Arras.

Bedos, B. M., éd. (1980) : Les sceaux des Villes, in : Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. 1, Archives nationales, Paris.

Bertrand, P. (2015) : Les écritures ordinaires. Sociologie d’un temps de révolution documentaire, Paris.

Billen, C. (2010) : “Dire le bien commun dans l’espace public. Matérialité épigraphique et monumentale du bien commun dans les villes des Pays-Bas, à la fin du Moyen Âge”, in : Lecuppre-Desjardin & Van Bruaene, éd. 2010, 71-88.

Billoré, M. et J. Picot, dir. (2014) : Dans le secret des archives. Justice, ville et culture au Moyen Âge : sources et commentaires, Rennes.

Billoré, M., M.-C. Isaïa et J. Picot (2014) : “Vestigia præterita sed veritatis testimonia : mémoire, histoire et archives”, in : Billoré & Picot 2014, 15-17.

Le Blévec, D., dir. (2006) : Les cartulaires méridionaux, Paris.

Boone, M. (2012) : “Châtier les villes : un plaidoyer pour une histoire urbaine comparée ?”, in : Gilli & Guilhembet, dir. 2012, 397-409.

Boone, M. et P. Stabel, éd. (2000) : Shaping Urban Identity in Late Medieval Europe, Louvain-Apeldoorn.

Bordes, F. (2006) : “Les cartulaires urbains de Toulouse (xiiie-xvie siècle)”, in : Le Blévec, dir. 2006, 217-238.

Boucheron, P. (2013) : “Introduction générale”, in : Boucheron & Genet, dir. 2013, 9-19.

Boucheron, P. et J. Chiffoleau, dir. (2004) : Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Lyon.

Boucheron, P. et D. Menjot (2011) : La ville médiévale, t. 2, in : Pinol 2011.

Boucheron, P. et J.-P. Genet, dir. (2013) : Marquer la ville : signes, traces, empreintes du pouvoir (xiiie-xvie siècle), Actes de la conférence organisée à Rome en 2009, Paris - Rome.

Bourdieu, P. (2001) : Langage et pouvoir symbolique, Paris.

Cammarosano, P., dir. (1994) : Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, Rome.

Ceccarelli Lemut, M. L. (2004) : “Palazzo comunale e città a Volterra nel medioevo”, in : Boucheron & Chiffoleau, dir. 2004, 123-137.

Chassel, J.-L. et P. Flandin-Blety (2011) : “La représentation du pouvoir délibératif sur les sceaux des villes au Moyen Âge”, in : Leveleux-Teixeira et al. 2011, 135-160 et 559-561.

Chastang, P. (2006) : “Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche”, Cahiers de civilisation médiévale, 49, 21-31.

Chastang, P. (2008) : “L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge”, Annales. Histoire, sciences sociales, 63, 245-269.

Chédeville, A., J. Le Goff et J. Rossiaud, dir. (1980) : La ville médiévale : des Carolingiens à la Renaissance, in : Duby, dir. 1980-1985, t. 2.

Chenon, E. (1923) : “De la personnalité juridique des villes de communes d’après le droit français du xiiie siècle”, Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 4, 351-366.

Coulet, N. et O. Guyotjeannin, dir. (1998) : La ville au Moyen Âge, t. II, Sociétés et pouvoirs dans la ville, Paris.

Crouzet-Pavan, É., éd. (2003) : Pouvoir et édilité. Les grands chantiers dans l’Italie communale et seigneuriale, Rome.

Crouzet-Pavan, É. et É. Lecuppre-Desjardins, dir. (2008) : Villes de Flandre et d’Italie (xiiie-xvie siècle). Les enseignements d’une comparaison, Turnhout.

Crouzet-Pavan, É. et É. Lecuppre-Desjardins (2012) : Les mots de l’identité urbaine à la fin du Moyen Âge, Revue Histoire urbaine, 35.

Crouzier-Roland, N. (à paraître) : “Une structure cartulariale matérialisant une communauté et une ‘parole de ville’ : le Livre Velu de Libourne”, Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (xiie-xve siècle), IV – Les statut vus de l’intérieur : la structure, le plan et les thèmes, Colloque de Nîmes, 14-15 janvier 2016.

Deligne, C. (2008) : “Édilité et politique. Les fontaines urbaines dans les Pays-Bas méridionaux au Moyen Âge”, Histoire urbaine, 22, 77-96.

Douët d’Arcq, L., éd. (1867) : Collection de sceaux, t. II, IXe série, “Villes”, Paris, 332-395.

Duby, G., dir. (1980) : Histoire de la France urbaine, Paris.

Dumolyn, J. (2012) :Political Communication and Political Power in the Middle Ages: A Conceptual Journey”, Edad Media. Revista de Historia, 13, 33-55.

Dumolyn, J. (2014) :The Vengeance of the Commune : Sign Systems of Popular Politics in Medieval Bruges”, in : Oliva Herrer et al., coord. 2014, 252-289.

Dumons, B. et O. Zeller, dir. (2006) : Gouverner la ville en Europe du Moyen Âge au xxe siècle, Paris.

Dutour, T. (2013) : “Les génies invisibles de la cité. Recherche sur les espaces et les mots de participation à la vie publique dans quelques villes de l’espace francophone de langue d’oïl à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle)”, in : Boucheron & Genet, dir. 2013, 463-481.

Espinas, G. (1912) : “Compte rendu de la réédition de 1911 d’A. Luchaire, Les communes françaises à l’époque des Capétiens directs”, Revue du Nord, 2, 157-163.

Framond, M. de, éd. (1982) : Sceaux rouergats du Moyen Âge. Étude et corpus, Rodez.

Francastel, P. (1967) : La figure et le lieu, Paris.

Gaborit-Chopin, D. (1987) : Regalia. Les instruments du sacre des rois de France. Les “honneurs de Charlemagne”, Paris.

Garzella, G. (2004) : “I palazzi pubblici a Pisa nel medioevo come specchio dell’evoluzione politico-istituzionale e delle vicende urbanistiche”, in : Boucheron & Chiffoleau, dir. 2004, 109-122.

Gilli, P. et J.-P. Guilhembet, dir. (2012) : Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), Turnhout.

Gilli, P. et E. Salvatori, dir. (2014) : Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français, Turnhout.

Giovè, N. (1994) : “L’epigrafia comunale cittadina”, in : Cammarosano, dir. 1994, 263-286.

Giovè, N. (à paraître) : “Strutture e strategie della comunicazione epigrafica”, in : Inschriftenkulturen im kommunalen Italien : Traditionen, Brüche, Neuanfänge, Colloque de Rome, 19-20 mai 2016.

Godelier, M. (1978) : “La part idéelle du réel. Essai sur l’idéologique”, L’Homme, 155-188.

Godelier, M. (2007) : Aux fondements des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris.

Hébert, M. et K. Fianu, dir. (2008) : L’écrit et la ville, Memini, n° 12.

Heck, C. (2014) : “Entre action et symbole : l’attribut héritage ou substitut de la scène narrative ?” in : Pastoureau & Vassiliega-Codognet 2014, 45-66.

Heers, J. (1990) : La ville au Moyen Âge, Paris.

Hemptinne, T. de et W. Prévenier (2012) : “Les actes urbains, témoins d’une conscience identitaire. Instruments de décision politique et de contrôle social en Flandre, à Gand en particulier (xive-xve siècles)”, Histoire urbaine, 35, 13-30.

Jerphanion, G. de (1937) : “Les caractéristiques et les attributs des saints dans la peinture cappadocienne”, Analecta Bollandiana, 55, 1-29.

Lamazou-Duplan, V. et E. Ramirez Vaquero, dir. (2013) : Les cartulaires médiévaux. Écrire et conserver la mémoire du pouvoir, le pouvoir de la mémoire, Pau.

Lavaud, S. (2011) : “Les clés de Bordeaux (xve-xvie siècle)”, Annales du Midi, 123, n°273, 59-78.

Lecuppre-Desjardin, É. (2004) : La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout.

Lecuppre-Desjardin, É. et A.-L. Van Bruaene, éd. (2010) : De bono communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), Turnhout.

Le Goff, J. et P. Toubert (1977) : “Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ?”, in : Tendances, perspectives et méthodes de l’histoire médiévale, Actes du 100e Congrès national des sociétés savantes, Paris, t. I, 31-44.

Leveleux-Teixeira, C., A. Rousselet-Pimont, P. Bonin et F. Garnier, éd. (2011) : Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge. Entre puissance et négociation : villes, finances, État, Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière (Paris, 6-8 novembre 2008), Paris.

Luchaire, A. (1890) : Les communes françaises à l’époque des Capétiens directs, Paris.

Macé, L. (2002) : “Pouvoir comtal et autonomie consulaire à Toulouse : analyse d’une miniature du xiiie siècle”, Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 62, 51-59.

Macé, L. (2009) : “Un clocher, un donjon et l’agneau pascal. Toulouse au reflet de ses sceaux (xiiie siècle)”, in : Suau et al. 2009, vol. 1, 241-255.

Macé, L. (2014) : “Un choix identitaire ? Le revers à l’agneau pascal des sceaux des cités méridionales : Toulouse, Béziers, Narbonne et Carcassonne au xiiie siècle”, in : Gilli & Salvatori 2014, 63-80.

Maire-Vigueur, J.-C. (2008) : “Les inscriptions du pouvoir dans la ville : le cas de l’Italie communale (xiie-xive siècle)”, in : Crouzet Pavan & Lecuppre-Desjardin, dir. 2008, 207-233.

Mâle, É. (1898) : L’art religieux du xiiie siècle en France : étude sur l’iconographie du Moyen Âge et ses sources d’inspiration, Paris.

Mérindol, C. de (1990) : “Mouvements sociaux et troubles politiques à la fin du Moyen Âge : essai sur la symbolique des villes”, in : Violence et contestations au Moyen Âge, 114e Congrès national des sociétés savantes. Paris, 1989. Histoire médiévale et philologie. Paris, 267-302.

Mérindol, C. de (1995) : “Iconographie du sceau de ville en France à l’époque médiévale et religion civique”, in : Vauchez 1995, 415-428.

Mérindol, C. de (1998) : “Représentations du pouvoir urbain : sceaux, décors monumentaux, bibliothèques d’échevinage”, in : Coulet & Guyotjeannin 1998, t. 2, 261-276.

Michaud-Quentin, P. (1970) : Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, Paris.

Oliva Herrer, H. R., V. Challet, J. Dumolyn et M. A. Carmona Ruiz, coord. (2014) : La comunidad medieval como esfera pública, Séville.

Otis-Cour, L. (2012) : “Comment le Parlement de Toulouse châtie les villes au xve siècle”, in : Gilli & Guilhembet, dir. 2012, 223-230.

Pastoureau, M. et O. Vassilieva-Codognet, éd. (2014) : Des signes dans l’image. Usages et fonctions de l’attribut dans l’iconographie médiévale (du Concile de Nicée au Concile de Trente), Actes du colloque de l’EPHE, Paris (23-24 mars 2007), Turnhout, 2014.

Pastoureau, M. (2004) : Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris.

Pastoureau, M. (2014) : “Pour une histoire des attributs dans l’image médiévale” in : Pastoureau & Vassiliega-Codognet 2014, 11-34.

Pernet, B. (1975) : Hôtels de ville et maisons communes dans la France du Nord et en Belgique à la fin du Moyen Âge, mémoire inédit, Université Paris Panthéon Sorbonne.

Pinol, J.-L. dir. (2011) : Histoire de l’Europe urbaine, Paris.

Pirenne, H. (1939) : Les villes et les institutions urbaines, Paris - Bruxelles.

Réau L., dir. (1955-1958) : Iconographie de l’art chrétien, Paris, I-III.

Réau, L. (1955) : Iconographie de l’art chrétien. Introduction générale, in : Réau, dir. 1955, I.

Rigaudière, A. (1982) : Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris.

Rigaudière, A. (1993) : Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris.

Santinelli-Foltz, E. et C.-G. Schwentzel, dir. (2012) : La puissance royale. Image et pouvoir de l’Antiquité au Moyen Âge, Rennes.

Schramm, P.-E. (1954-1955) : Herrschaftszeichen und Staatssymbolik (Schriften der Monumenta Germaniae Historica), Stuttgart.

SHMESP (1989) : L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Paris.

Stein, H. (1907) : Bibliographie générale des cartulaires français ou relatifs à l’histoire de France, Paris.

Suau, B., J.-P. Amalric et J.-M. Olivier, éd. (2009) : Toulouse, métropole méridionale : vingt siècles de vie urbaine, Toulouse.

Vauchez, A., dir. (1995) : La religion civique à l’époque médiévale et moderne, Rome.

Viollet-le-Duc, E. E. (1854-1864) : Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, I-VII, Paris.

Wolff, P., dir. (1974) : Histoire de Toulouse, Toulouse.

Notes

1 Voir par exemple sur ce point : Michaud-Quentin 1970 ; Rigaudière 1982.

2 Rigaudière 1993, 36.

3 Godelier 1978.

4 Schramm 1954-1955.

5 Parmi ce riche ensemble de travaux, voir notamment Gaborit-Chopin 1987 ou, plus récemment, l’approche diachronique et comparative proposée dans Santinelli-Foltz & Schwentzl 2012.

6 Autrand et al. 1989, 107.

7 Pastoureau 2014, 12 : “En latin médiéval : attributum désigne un don ou une gratification. (…) Il existe en revanche un grand nombre de mots qui peuvent avoir ce sens dans tel ou tel contexte. À commencer par le mot signum, sans doute le terme le plus fort de tous les systèmes de pensée et de représentations médiévaux. Mais aussi des mots aussi polysémiques que : character, indicium, insignum, instrumentum, macula, nota, sigillum, signaculum, significatio, similitudo, simulacrum. Il en va tout à fait de même pour les langues vernaculaires”.

8 L’étude fondatrice est celle d’Émile Mâle (Mâle 1898), avant que Guillaume de Jerphanion ne donne la définition classique de l’attribut iconographique (Jerphanion 1937) reprise ensuite par Louis Réau (Réau 1955, 416).

9 Heck 2014, 45-46.

10 Pastoureau 2004, 13.

11 Id., 21-22 ; Heck 2014, 46.

12 Pastoureau 2014, 14-15.

13 Luchaire 1890, 97, 103-109 et 120.

14 Chenon 1923 ; Pirenne 1939.

15 Chédeville et al., dir. 1980, 267-269.

16 Rigaudière 1982, t. I, 121-126 ; 1993, 34.

17 “Il reste dans la catégorie de ces recherches qui font de l’histoire narrative et non pas explicative, qui se contentent d’exposer les faits sans raisonner sur eux : l’auteur constate, décrit et ne donne guère rien de plus” (Espinas 1912, 158).

18 L’Histoire de Toulouse publiée sous la direction de Philippe Wolff en 1974 en offre un exemple représentatif : la décision de la communauté de se doter au seuil du xiiie s. d’attributs signifiant son unité et son autonomie, dans un contexte d’ébullition politique, est évacuée en six lignes (“Symboles et signes de ces progrès : le sceau urbain, attesté au plus tard en 1211 ; la Maison Commune, que les consuls font construire à la limite de la Cité et du Bourg (...) ; les cartulaires municipaux (un pour la Cité, un pour le Bourg), sur lesquels ils ordonnent en 1205 l’enregistrement de tous les actes anciens concernant les propriétés et les franchises urbaines”) : Wolff, dir. 1974, 101. Depuis une quinzaine d’années, les travaux de François Bordes et de Laurent Macé ont pourtant montré tout l’intérêt d’une analyse fine de ces réalisations pour la compréhension de cette page essentielle de l’histoire toulousaine (Bordes 2006 ; Macé 2002 et 2009).

19 Pour s’en tenir à des travaux récents, on trouvera plusieurs exemples de ces approches dans Crouzet-Pavan & Lecuppre-Desjardin, dir. 2008 et 2012 ; Gilli & Salvatori, dir. 2014. Cette orientation est évidemment particulièrement sensible chez les historiens du droit, dont les enquêtes privilégient le recours aux sources normatives.

20 Voir par exemple Chassel & Flandin-Bléty 2011 ; Macé 2009 et 2014 ; Mérindol 1995 et 1998.

21 Sur cette notion, voir Le Goff & Toubert 1977, 38-39.

22 La multiplication récente des travaux sur les cartulaires urbains en tant que supports mémoriels participe de la réflexion plus générale sur le rôle de l’écrit dans la société médiévale (Chastang 2006 et 2008 ; Bertrand 2015). Plusieurs exemples dans Le Blévec, dir. 2006 ; Hébert & Fianu, dir. 2008 ; Lamazou-Duplan & Ramirez Vaquero, dir. 2013. Voir aussi Crouzier-Roland à paraître.

23 Pour les sceaux, voir notamment Douët d’Arcq, éd. 1867 ; Bedos, éd. 1980, ou Framond, éd. 1982. Pour les cartulaires, voir Stein 1907, actualisé sous l’égide de l’IRHT par le Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes, désormais en ligne (http://www.cn-telma.fr/cartulR/index/).

24 Cet intérêt, que l’on pourrait dans une certaine mesure faire remonter jusqu’aux pages consacrées par Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc à l’architecture des hôtels de ville médiévaux (Viollet-le-Duc 1854-1864), s’est essentiellement limité aux édifices de la France du Nord (Battard 1948 ; Pernet 1975).

25 Heers 1990, 399-422 (“Vers un espace sociopolitique”).

26 Parmi une bibliographie de plus en plus abondante : Crouzet-Pavan, éd. 2003 ; Ceccarelli Lemut 2004 ; Garzella 2004 ; Maire-Vigueur 2008 ; Deligne 2008 ; Billen 2010 ; Giovè 1994 et à paraître.

27 Le “modèle italien” conduit, par exemple, souvent les historiens à lier étroitement construction d’une maison de ville et affirmation politique de l’universitas alors même que, d’après une étude récente de Thierry Dutour sur les régions de langue d’oïl, “elle ne constitue pas un élément nécessaire à l’existence de la communauté, ni juridiquement ni pratiquement”, certaines communes importantes en étant même dépourvues (Dutour 2013, 478-479).

28 Francastel, 1967, 69 (cité par Lecuppre-Desjardin 2004, 260).

29 Rappelons en effet, avec Maurice Godelier, que “le domaine du symbolique, c’est l’ensemble des moyens et des processus par lesquels des réalités idéelles s’incarnent à la fois dans des réalités matérielles et des pratiques qui leur confèrent un mode d’existence concrète, visible, sociale” (Godelier 2007, 38).

30 Sur ces questions : Boone & Stabel, éd. 2000 ; Crouzet-Pavan & Lecuppre-Desjardins 2012 ; Gilli & Salvatori, dir. 2014.

31 Le rôle des cloches communales dans l’appel à l’insurrection est ainsi bien connu : Mérindol 1990 ; Dumolyn 2014, 280. En sens inverse, châtier la ville, c’est souvent s’en prendre aux symboles matériels de ses libertés. Ainsi pour Liège, qui subit la confiscation et la destruction de ses archives en 1408, et le déménagement en 1467 vers Bruges de son perron, emblème de l’autonomie locale (Boone 2012, 404-407). De même pour Gand, avec la cancellation en 1469 par le duc de Bourgogne, devant témoins, de la charte des privilèges de la ville (Hemptinne & Prévenier 2012, 19), ou pour Albi, dont la corne municipale (“le corn appelé Ornhe”) qui avait servi à ameuter les habitants fut confisquée, clouée et exposée sur un pal en 1493, tandis que la cloche du consulat “appelée Paulin” était condamnée à demeurer désormais silencieuse (Otis-Cour 2012, 227-229).

32 Sur les enjeux généraux de cette “sémiologie politique des espaces urbains”, voir Boucheron 2013.

33 Le rôle de la communication politique dans l’affirmation d’une domination est bien décrit, pour un autre contexte, dans Lecuppre-Desjardin 2004. Voir aussi Dumolyn 2012, et le cadre plus général de réflexion proposé par Bourdieu 2001.

34 On citera notamment : Dumons & Zeller, dir. 2006 ; Leveleux-Teixeira et al., éds. 2011.

35 Sur la nécessité de l’arca communis se reporter notamment à Billoré et al. 2014, 15-17.

36 Lavaud 2011, 59-78.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search