Version classiqueVersion mobile

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Nomades

Les nomades dans l’Empire romain

Maurice Sartre

Texte intégral

  • 1 Piganiol 1949, 422 ; idée reprise par Le Bohec 2005, 259, qui cherche les assassins du côté de Rom (...)
  • 2 Voir la réfutation des thèses classiques de Kupper 1957 et Moscati 1959, par Luke 1965.

1Mettant en œuvre les moyens modernes d’information, et sans souci de sacrifier aux modes nouvelles, j’ai eu la curiosité – alors que ma propre recherche sur le sujet était déjà bien avancée, preuve que je n’ai pas encore acquis les réflexes de mes propres étudiants – d’aller voir sur un moteur de recherche universellement connu ce qui était proposé sur le thème “nomades + Empire romain”. J’avoue ne pas être allé ensuite consulter les centaines de sites sélectionnés et m’être contenté de lire les extraits tirés de quelques dizaines de pages jugées “pertinentes” par l’opérateur. Je ne prétends pas que le bilan caractérise l’ensemble de la production scientifique sur le sujet – ce serait se comporter de manière bien légère –, mais les trente ou quarante sites sélectionnés témoignent d’une belle unanimité. Partout revient à peu de choses près le même discours : les nomades ont provoqué la mort de l’Empire romain. Associer les deux mots ou expressions, “nomades” et “Empire romain” conduirait donc inévitablement à cette vue tragique de l’histoire qu’exprimait André Piganiol et dont nous souriions déjà lorsque j’étais étudiant : l’Empire romain n’est pas mort de sa belle mort, on l’a assassiné1 ! Et dans cet assassinat, Google, nouveau Pic de la Mirandole de l’humanisme version xxi e siècle, reconnaît la main du nomade. Connaissant ainsi la fin de l’histoire, il ne resterait plus qu’à essayer de comprendre comment et pourquoi Rome s’est montrée incapable de contenir la vague – car on aura noté que pour les historiens, tous sédentaires sagement assis derrière leur bureau, les nomades défilent par vagues2 – qui devait la submerger.

2On devine que la réalité a chance d’être un peu plus complexe et, en tout état de cause, même si l’on devait souscrire in fine à l’idée d’une submersion de l’Empire par les peuples errants, cela ne nous dispenserait pas d’aller chercher comment Rome a réussi pendant si longtemps à contenir “l’envahisseur”. En un mot, le sujet même de ce colloque se révèlerait totalement pertinent car la grande question reste bien de savoir comment peuvent cohabiter à la fois un État organisé, des sociétés sédentaires, et des groupes dont le déplacement même échappe au contrôle et dont, il faut le reconnaître d’emblée, l’acquisition de richesses par la force constitue l’un des fondements de l’organisation économique.

  • 3 Un exemple parmi d’autres, les nomades de Germanie décrits par Str. 7.1.3, d’après Posidonios.
  • 4 Str. 6.4.2, faisant le compte des peuples qui obéissent aux Romains et sont dociles, précise : “on (...)

3Du Caucase à l’Atlantique, et sans négliger les provinces européennes de l’Empire3, les nomades sont présents partout au contact de Rome, notamment sur les marges steppiques et désertiques qui constituent leur domaine privilégié. On sera donc conduit dans cet exposé à privilégier les parties orientales et méridionales de l’Empire romain, ce qui ne signifie pas que l’on néglige les provinces européennes. En Bretagne septentrionale, en Germanie, sans doute aussi dans les Pannonies et au nord du Danube4, des groupes nomades ont subsisté longtemps, et les grandes migrations auxquelles on assiste à partir de la seconde moitié du ii e siècle témoignent de la capacité de peuples sédentarisés à reprendre la route. Ce n’est cependant pas simplifier à l’extrême que d’estimer que le domaine d’excellence du nomadisme se situe dans les régions où la mobilité garantit la survie, de points d’eau en pâturages, au fil des saisons. Le désert absolu n’autorise guère la vie, mais une organisation stricte permet de tirer profit des ressources limitées de la steppe, du pré-désert, et même du désert qui est rarement aussi aride que le Rub al-Khali ou les dunes du Grand Erg oriental. De toute façon, Rome s’est bien gardée de s’avancer en ces zones sans richesses exploitables pour elle, et les régions où elle rencontre les nomades se situent toutes dans la zone semi-aride, sans qu’il soit possible de donner une définition stricte de cette zone.

  • 5 Un exemple frappant de cette assimilation entre tribus et nomades est fournie par l’article de Dev (...)
  • 6 Observations déjà faites par Shaw 1982, 32, à propos des Gétules.
  • 7 Trousset 1982b, 195-205, en particulier 198.

4Mon enquête s’articulera autour de trois grandes questions. La première qui se pose d’emblée tient au vocabulaire. Si “nomade” est emprunté au grec, les Grecs comme les Romains en font peu usage, et d’autres termes masquent souvent cet aspect – la mobilité – de leur genre de vie. On doit donc ne pas perdre de vue que des termes comme “brigands”, “pasteurs”, “errants”, voire “Arabes” ou “Gétules” ne sont rien d’autre qu’un autre moyen de désigner la même réalité ethnographique, la nuance péjorative en plus. Mais il faut aussi en rabattre sur certaines perceptions des modernes ; ainsi, j’ai été frappé dans mes lectures de constater que de très bons auteurs, en bien des circonstances, semblent considérer les membres des “tribus” comme des “nomades” par essence ou, au mieux, entretiennent une savante ambiguïté5. C’est dans bien des cas une illusion. De nombreuses tribus habitent par exemple les montagnes d’Afrique, d’autres sont explicitement constituées de cultivateurs, donc de sédentaires6. On verra qu’il n’est pas toujours facile de trancher. Le milieu a plus d’importance, mais n’est pas décisif ; cependant, les nomades sont plutôt les habitants de la steppe, du pré-désert et du désert7.

  • 8 Momigliano 1966, 96.
  • 9 Cribb 1991, 15-22, insiste à juste titre sur le caractère vague des termes employés. On peut ici s (...)

5Ce premier point établi, il reste à désigner qui est nomade, à localiser les peuples nomades de l’Empire. Car il ne suffit pas de dire, à la suite de Momigliano, que l’on oublie trop souvent que les civilisations grecque et romaine se sont développées aux marges d’un immense monde de tribus nomades et semi-nomades8. Qu’on se rassure, je n’ai pas l’intention d’établir un inventaire exhaustif, bien que le travail reste à faire. Tâche de repérage difficile, pour diverses raisons. D’une part, l’archéologie des zones arides met naturellement en évidence les installations stables (militaires ou non) plus que les éléments constitutifs de la vie des nomades (campements, sanctuaires, points d’eau). On verra néanmoins qu’il existe quelques lieux privilégié dont on peut tirer beaucoup (Arabie, Libye). D’autre part, les sources anciennes, en dépit de renseignements précieux (Diodore, Strabon, Pline, Ptolémée), se montrent beaucoup moins précises qu’on ne le souhaiterait. Le flou du vocabulaire que l’on signalait plus haut conduit à des confusions révélatrices des mentalités, mais dommageables pour l’analyse factuelle. L’ethnographie antique pose de redoutables problèmes à l’historien, ne serait-ce que parce qu’elle répète volontiers des descriptions devenues obsolètes avec le temps et qu’elle ne s’intéresse pas nécessairement aux mêmes traits caractéristiques que nous. La première tâche consiste donc à repérer les nomades et à en établir une typologie9 : nomades de grande tente, transhumants, gens des oasis, bergers des marges. Par ailleurs, il faut distinguer entre les nomades de l’intérieur, ceux de la frontière, et ceux qui restent extérieurs à l’Empire. Rome n’adopte pas envers chaque groupe la même politique de contrôle parce que les uns et les autres ne représentent pas le même enjeu pour elle, le même risque pour ses populations sédentaires, ni le même intérêt stratégique, politique ou économique.

  • 10 Cf. à ce sujet la polémique qui a opposé, pour l’Arabie, S. Th. Parker à E. B. Banning : Banning 1 (...)
  • 11 Shaw 1982, 25-46.

6Ce n’est qu’alors que l’on pourra s’interroger vraiment sur les modes de contrôle mis en place par Rome. Contrôle ou effort pour contenir ? C’est bien la difficulté. Après les révoltes et mouvements que l’on repère à la fin de la République et au début du Principat (en Afrique comme en Syrie-Arabie), jusqu’à l’époque des Flaviens au plus tard, troubles dans lesquels l’implication des nomades reste sujette à caution, il semble que durant près de deux siècles, l’Empire ne connaisse pas de “danger nomade”. Dès le début du iii e siècle en revanche, une très active politique de contrôle militaire est mise en œuvre sur toute la bordure pré-désertique. Au Proche-Orient, un débat assez vif a opposé les tenants de la réalité de la menace nomade et ceux qui la contestent ou la nient, sachant que la reprise d’une forte activité militaire face aux Perses à partir du règne de Sévère Alexandre peut aussi expliquer certaines mesures de mise en défense10. Évidemment, une telle explication ne tient ni en Égypte, ni dans l’Afrique du Nord où la réalité de la “menace nomade” a été sérieusement remise en cause par Brent Shaw11. Mais en Égypte comme en Afrique, on voit nombre de peuples jusque-là tranquilles prendre d’assaut des villes de la vallée du Nil ou de la côte libyenne. On tentera de rechercher les causes du renforcement des moyens de contrôle, sans être en mesure d’en tester l’efficacité : s’agit-il d’une avance des groupes nomades qui menaceraient des terres anciennement mises en culture ou, au contraire, la progression des zones cultivées obligerait-elle à contrôler plus étroitement les groupes habitués à les parcourir ? Comment Rome parvient-elle matériellement à les contrôler ? Le renforcement de la ligne de défense constitue sans aucun doute une réponse, mais on ne peut négliger les mesures strictement politiques et diplomatiques, la reconnaissance et l’intégration de chefs locaux dans la société provinciale, reflet de la société globale, ou l’appel à des troupes auxiliaires nomades.

  • 12 Mon collègue Yann Le Bohec a eu la gentillesse de me faire profiter de son érudition africaine pou (...)

7Cela implique auparavant que l’on recherche quelles relations existent entre Rome et les nomades de son Empire. Car une vision uniquement conflictuelle ne répond que partiellement à la réalité. Il y eut des heurts, souvent violents, mais résument-ils à eux seuls l’histoire de Rome et des nomades de l’Empire ? La vue classique qui admet comme une évidence que la tâche des États est de contenir les nomades, n’a que la valeur qu’on accorde à un postulat indémontrable. Les nomades détiennent des richesses, sont susceptibles d’en procurer, interviennent dans certains processus d’échanges où ils sont des auxiliaires indispensables. Comment faire pour que nomades et sédentaires collaborent à la prospérité de l’Empire ? Quels agents Rome utilise-t-elle dans cette tâche, sous quelle forme, où ? Je crains que la documentation ne fasse rapidement défaut pour aller plus loin et donc, d’une certaine manière, je m’attends à décevoir les initiateurs de cette rencontre. Mais l’historien doit bien avouer son impuissance lorsque les sources lui manquent12.

  • 13 Laroche 1949, 115-129.

8Nommer le nomade passe par le grec. Dans sa fondamentale étude de la racine υεµ-, Emmanuel Laroche a bien mis en évidence deux faits qui doivent nous retenir ici13. D’une part, les mots νοµάς, νοµεύς, νοµη et leurs dérivés directs, qui désignent dès l’épopée homérique le pâtre, la pâture, le pacage, ne sauraient provenir du sens “partager, délimiter” que possède, notamment, νέµω. Bien au contraire, tout montre que la fonction qu’ils désignent est attachée à l’idée de libre circulation, de divagation sans contrainte. D’autre part, νοµάς possède un double sens : c’est à la fois celui qui fait paître, et celui qui paît. On trouve ainsi une claire opposition chez Hérodote entre les νοµάδες, les pasteurs, et les ἀροτῆρες, les cultivateurs. L’antagonisme sans cesse répété par la suite remonte au moins à cette vision hérodotéenne des sociétés barbares. Mais le terme peut aussi s’appliquer aux animaux les plus divers qui paissent en liberté, qui errent d’une pâture à l’autre. C’est évidemment le premier sens seul qui nous intéresse, même si en réalité les deux se rejoignent : pour Pomponius Mela (1.42), les nomades errent avec leurs troupeaux, les suivent à l’aventure en quelque sorte.

  • 14 Sal., Iug., 18, estime que les Africains primitifs se donnèrent eux-mêmes le nom de nomades parce (...)
  • 15 Pind., P., 9.123 ; Hdt. 4.181 etc.
  • 16 À dire vrai, on ne sait si Numidae dérive de “nomades” ou s’il s’agit d’un ethnique indigène assim (...)
  • 17 Cf. notamment Desanges 1980, 77-89 (= Desanges 1999a, 181-196, en particulier p. 183).
  • 18 Diod. 20.55.4.
  • 19 Pol. 2.33 ; sur le nom et l’origine des Numides : Gsell 1927, 105-109.
  • 20 Eratosthène dans Str. 3.5.5.
  • 21 Diod. 20.55.4.
  • 22 Pol. 36.16 : d’un pays totalement stérile, la Numidie, Massinissa fait un riche pays agricole en s (...)
  • 23 Verg., A., 4.320 et 535 ; Silius Italicus 1.215 ; 2.265 ; 3.290 ; 5.194 ; 6.675, etc., mais certai (...)
  • 24 Sal., Iug., 91.4 et 6.
  • 25 Sal., Iug., 78.4.
  • 26 Desanges 1962, 192-196.
  • 27 Procop., Pers., 1.19.27-32.

9Le rapprochement entre le mot grec et ceux que les Latins nommaient Numidae s’est imposé sans que l’on sache très bien dans quel sens il s’est fait14. Le mot est attesté en grec au v e siècle a. C.15, qui désigne au départ un genre de vie avant de se spécialiser dans la désignation d’un peuple particulier16. Mais “numide” peut dériver d’un nom indigène qui aura été déformé et interprété librement par le grec “pasteurs”17. Le mot semble avoir conservé chez nombre d’auteurs un sens large, pour désigner tous les indigènes d’Afrique du Nord en dehors des Puniques18, avant de se spécialiser pour quelques peuples particuliers. Ainsi Polybe qualifie de Numides à la fois les Masaesyles et les Massyles19, Ératosthène voyait des Numides jusque dans la région de Ceuta20 et Diodore use encore du terme pour l’ensemble des populations de l’Afrique intérieure21, qui sont pourtant bien loin d’être toutes nomades et vouées au pastoralisme. Polybe se situe en tout cas dans la ligne des auteurs grecs antérieurs qui usent de numidai comme d’un qualificatif pour les peuples libyens, sans autre précision. Mais c’est aussi Polybe qui use de Numidia, le pays des Nomades, comme d’une appellation géographique spécialisée22. La sédentarisation des tribus que l’on qualifie de numides au ii e siècle a. C. n’entraîne pas l’abandon du qualificatif, désormais érigé en nom de peuple. Dans ces conditions, il serait absurde de faire de tous les Numides d’époque impériale des nomades. Mais il arrive aussi que le terme de nomades désigne, dans la langue poétique, des Numides dont rien ne garantit qu’ils soient réellement nomades23 ; ainsi sont qualifiés de Numides par Salluste les habitants de Capsa (Gafsa)24 et ceux de Lepcis Magna25. Le même terme se retrouve sans doute en Égypte sous la forme Nobates, Noubades ou Noubae – si c’est bien le même peuple26 –, bien que leur statut de nomades soit épisodique. En effet, à l’époque de Dioclétien, ils apparaissent comme des habitants de l’oasis de Khargeh (la Grande Oasis) d’où, selon Procope27, ils pillent le pays environnant. Cette indication risque fort d’être un topos littéraire car il n’y a rien à piller à proximité en dehors de l’oasis elle-même, à moins de parcourir entre 250 et 300 km pour se jeter sur la vallée du Nil à hauteur de Louxor ou d’Assiout. Et s’ils habitent l’oasis, seul lieu en effet utilisable même pour des pasteurs, ils ne sont guère nomades. Retenons néanmoins la possibilité d’un apparentement de vocabulaire entre Nomades, Numides et Nobates.

  • 28 On peut se reporter à ce sujet à deux études récentes, l’une et l’autre peu satisfaisante en défin (...)
  • 29 Cf. le texte de Diodore ci-dessous qui évoque des Arabes agriculteurs.
  • 30 Str. 6.4.2.
  • 31 Diod. 19.94.
  • 32 Hor., Carm., 1.35.38.
  • 33 Pomponius Méla, Chorographie, 3.80, estime que tout autour de la mer Rouge sont installés des Arab (...)

10Mais d’autres termes doivent aussi retenir l’attention, sous lesquels se cachent les nomades. Le plus évident paraît être ἄραᴪ, arabs, qui n’a sûrement pas la valeur ethnique ou culturelle qu’il a acquise dans les vocabulaires contemporains28. L’Arabe ne se distingue pas par sa langue, ses dieux ou sa culture, mais d’abord par un genre de vie qui combine nomadisme pastoral et brigandage, à de rares exceptions près29. Ce sont par nature des peuples qui échappent à toute autorité extérieure. Strabon en fait le constat pour les peuples qui habitent en deçà du Phase et de l’Euphrate : tous obéissent à Rome directement ou indirectement, sauf quelques tribus arabes30. Diodore donne ainsi une description précise des pasteurs arabes dont on ne sait si elle correspond à l’état de la société nabatéenne à la fin du iv e siècle a. C. ou au temps de Diodore, mais qui est l’un des tableaux les plus précis qui soit31. D’une manière générale, le terme “Arabe” est souvent associé au nom de peuples bien connus pour être des nomades, comme les Scythes, les Massagètes32, ou bien il désigne des supplétifs des Parthes, cavaliers et archers, ce qui renvoie aussi à une image classique du nomade. On expliquera de la même manière que l’Arabie s’étende aux yeux des Anciens sur les deux rives de la mer Rouge, puisque toutes deux sont occupées par des déserts où vivent des nomades33.

  • 34 Str. 6.4.2 : “Le reste de l’Asie est occupé principalement par des Scénites et des nomades qui rés (...)
  • 35 Str. 16.2.11.
  • 36 Ptol. 4.7.10.
  • 37 On le trouve par exemple chez Cyrille de Scythopolis, Vie de Saint Euthyme le Grand, 25, à propos (...)

11Parmi les autres termes, le plus courant paraît être celui de Scénites, les “gens des tentes”. Strabon l’emploie pour les nomades d’Asie34, et plus spécifiquement pour ceux de la vallée de l’Euphrate et de la Syrie moyenne, jusqu’aux limites de l’Apamène35. Mais le terme apparaît aussi pour désigner des nomades en Libye, en Phazania36. Dans quelques occurrences tardives, on trouve aussi l’expression “ceux des Paremboles”, les Paremboles désignant ici les campements nomades alors que le sens originel paraît moins spécialisé37.

  • 38 L’une des premières attestations se trouve chez Eus., HE, 6.42.4, citant Denys d’Alexandrie au suj (...)
  • 39 Devallet 2003, 31-38, s’intéresse à l’image des nomades d’Afrique chez Lucain et Silius Italicus. (...)
  • 40 Devallet 2003, 37-38.

12“Saracène” n’apparaît que tardivement38. Le sens d’origine est discuté, mais il pourrait bien dériver de l’arabe šrkt, qui désigne un groupe, une confédération ; on le trouve en nabatéen dans l’inscription de Ruwwafa où il rend le grec ἔθνος, dont M. Macdonald a montré qu’il désignait en fait non pas un groupement politique indigène, mais simplement un numerus d’auxiliaires de l’armée romaine, le numerus Thamoudenorum. Il faut aussi signaler le terme de uagus, en latin, qui désigne en principe plutôt l’errant isolé, mais que l’on trouve aussi associé à un peuple entier comme les Vagigaetuli de Numidie39. Le terme, comme palantes, souligne l’errance sans but des nomades, ce qui les place aux antipodes des sociétés organisées, dont les acteurs ont des tâches définies. Leur vêtement lâche symbolise leur relâchement moral, leur bilinguisme loin d’être un atout culturel masque leur double langage, et justifie l’absence de confiance qu’on doit leur accorder40.

  • 41 On trouvera l’essentiel dans l’article synthétique de Shaw 1982-1983, 5-31 (repris Shaw 1999, § VI (...)
  • 42 Cf. l’analyse de Shaw 1982-1983, 21-24. On pourrait trouver les mêmes notations dans les textes mé (...)
  • 43 Idée déjà présente chez Hécatée, FGrHist, 1 F 334-335, et Hellanikos, FGrHist, 4 F 67. Pour Hérodo (...)
  • 44 Arist., Pol., 1256a, 30-40 ; 1256b, 1-2.
  • 45 Diod. 19.97 place ce discours dans la bouche des Nabatéens eux-mêmes : “Roi Démétrios, dans quelle (...)
  • 46 Arist., Pol., 1256a, 29-30, le qualifie clairement d’inactif ; dans la mesure où il exploite des a (...)
  • 47 Un exemple parmi tant d’autres : les premiers compagnons de Tacfarinas, selon Tacite, Ann., 2.52.1 (...)
  • 48 Lévi-Strauss 1964.
  • 49 L’image réapparaît même dans un contexte plus favorable, comme chez Pomponius Mela qui, après avoi (...)
  • 50 Cf. Ammien Marcellin 31.2.3 ; 2.10.
  • 51 Sal., Iug., 18.

13Car quels que soient les termes utilisés, il faut garder présent à l’esprit que les nomades jouissent dans la tradition historiographique et ethnographique gréco-romaine d’une réputation détestable41. Hérodote et Aristote ont largement contribué à répandre cette image négative, mais elle se trouve déjà chez Homère où les Cyclopes possèdent tous les traits que l’on reporte ensuite sur tous les peuples nomades : car les Cyclopes sont bien des pasteurs nomades et l’on trouve déjà à leur sujet tous les poncifs qui seront de règle dans la littérature postérieure42. Hérodote a clairement divisé le monde des sociétés barbares en deux catégories, les agriculteurs et les pasteurs nomades, les peuples étant le plus souvent tout l’un ou tout l’autre, quelques rares peuples se partageant entre les deux catégories43. Aristote, lorsqu’il établit les différentes catégories de mode de production des hommes, place aux deux extrémités d’un éventail à cinq branches le nomadisme pastoral (βίος νοµαδιкóς) et l’agriculture (βίος γεωργιкóς)44. Quand on sait quel statut supérieur il accorde au paysan-citoyen, on devine que son jugement sur les pasteurs nomades se situe aux antipodes. Sans entrer dans les détails de l’analyse, on doit relever que le propre du nomade est de ne pas cultiver la terre45, l’activité la plus noble qui soit dans l’idéologie grecque. On en déduit que le nomade ne peut être que paresseux46, prompt à voler les paysans pour se procurer ce qu’il est incapable d’obtenir de son travail. Nomadisme et brigandage paraissent donc constamment associés, sans que l’auteur ait à s’en justifier par des faits47. À défaut de ces prélèvements par la violence, les nomades doivent se nourrir de viande et de lait, les seuls produits qu’ils aient à leur disposition. Se nourrir de lait et de viande (parfois crue, circonstance aggravante, comme on le sait depuis Cl. Lévi-Strauss48) constitue donc en quelque sorte le signe de reconnaissance du nomade et, au-delà, du sauvage49. Image forte et destinée à un immense succès puisqu’elle sert encore à décrire ces autres nomades que furent les Huns aux iv e et v e siècles50. Mais pour notre propos, un autre trait conventionnel du nomade doit nous retenir : il ignore les lois. Comme l’écrit Salluste à propos des peuples primitifs de l’Afrique,, “ils n’étaient gouvernés ni par la coutume, ni par la loi, ni par un maître”51. Il est donc l’ennemi naturel de tout État organisé qui a pour tâche inévitable de contrôler ces incontrôlés ! Sans terres cultivées, sans maisons, sans lois, les nomades apparaissent clairement comme l’image inverse de l’homme civilisé, et représentent donc un danger de chaque instant.

  • 52 Sal., Iug., 17-19 ; notamment le § 18, où Salluste affirme s’appuyer sur la traduction qu’on lui a (...)
  • 53 Cf. Trousset 1982b, 199 ; Hartog 1980, 207-219.

14Mais ce qui est plus intéressant pour notre propos, c’est que cette méfiance, pour ne pas dire cette haine du nomade, constitue une constante de la littérature et sans doute d’une large partie des sociétés anciennes. Du moins dans les milieux dirigeants nourris des travaux des Grecs. Et le paradoxe n’est pas mince de voir des hommes qui ont eu l’occasion de fréquenter les nomades d’Afrique, comme Salluste lors de son proconsulat d’Africa Nova (46 a. C.), répéter inlassablement les clichés de la littérature antérieure au détriment de leurs propres observations52 ! Lorsque l’on examine les rapports entre l’État et les nomades, on doit sans cesse essayer de retrouver les réalités au-delà des clichés indéfiniment répétés tant il est vrai que les nomades relèvent d’abord de l’imaginaire53.

  • 54 Sur le genre de vie des nomades ou semi-nomades, cf. Camps 1955, 277-284 ; Courtois 1955, 118-125  (...)

15Où sont les nomades ? Quels peuples sont expressément considérés comme tels par les auteurs anciens dans l’Empire romain ? D’une manière vague, on pourrait dire qu’ils sont partout sur les marges de l’Empire. Mais, dans bien des cas, il s’agit d’un simple présupposé, et nombre de peuples que nous serions tentés de qualifier de nomades ne le sont peut-être que partiellement, voire pas du tout. Ainsi, des tribus des hauts plateaux algériens peuvent aussi bien être nomades que sédentaires, et la situation peut changer avec le temps. Il faut donc pouvoir s’appuyer sur des documents avant d’affirmer que tel ou tel peuple est nomade. Cette preuve n’est pas aussi facile à trouver qu’on pourrait le croire54.

16Les sources ethnographiques antiques doivent être d’abord sollicitées. On ne peut éviter de remonter à Hérodote, véritable père de l’ethnographie et de la géographie antiques. Certes, nous n’avons pas à tenir compte de ses descriptions pour un tableau des nomades dans l’Empire romain, mais, d’une part, il permet de se faire une idée, dans certains cas, de la plus ou moins grande stabilité des tribus (par exemple les Maces de Libye), d’autre part son discours et ses descriptions sont susceptibles d’avoir informé ou contaminé ceux de ses successeurs. Ainsi, les Maces sont décrits comme nomades par les auteurs tardifs alors qu’ils paraissent sédentarisés dès le ii e siècle de notre ère !

  • 55 Dont l’une chez Diodore à la fin du passage cité plus bas : “Il y a d’autres tribus arabes dont ce (...)

17Les auteurs anciens signalent assez rarement le nomadisme des peuples, comme si le nom même des peuples, supposé connu, suffisait à les qualifier. Ainsi, il est rarissime que les Arabes soient qualifiés de nomades car l’appellation “arabe” semble impliquer naturellement cet élément de leur genre de vie, à de rares exceptions près55. Diodore constitue une heureuse exception et fournit des indications précises. Le texte qu’il nous a laissé sur les Nabatéens mérite d’être cité en entier.

  • 56 Diod. 19.94 (trad. F. Bizière, Les Belles-Lettres, 1975).

“Pour ceux qui les ignorent, il est utile de rapporter les usages de ces Arabes, grâce auxquels, semble-t-il, ils sauvegardent leur liberté. Ils vivent en plein air et appellent ‘patrie’ ce territoire sans habitations, qui n’a ni rivières ni sources abondantes pouvant ravitailler en eau une armée ennemie. Ils ont pour coutume de ne pas semer de grains, de ne pas planter d’arbres fruitiers, de ne pas boire de vin et de ne pas construire de maisons. Si quelqu’un est pris à agir autrement, le châtiment est la mort. Ils suivent cette coutume parce qu’ils croient que, pour pouvoir en jouir, les possesseurs de ces biens se laisseront aisément contraindre par les puissants à exécuter leurs ordres. Certains élèvent des chameaux, d’autres du petit bétail qu’ils font paître dans le désert. Des nombreuses tribus arabes qui font paître leurs bêtes dans le désert, ceux-ci sont de loin les plus riches, quoique leur nombre ne dépasse guère dix mille. Un grand nombre d’entre eux a, en effet, pour coutume de transporter jusqu’à la mer l’encens, la myrrhe et les plus précieux des aromates que leur remettent ceux qui les acheminent depuis l’Arabie dite ‘ heureuse’. Ils aiment passionnément la liberté, et lorsqu’une forte troupe ennemie s’avance, ils s’enfuient dans le désert qui leur sert de forteresse : le manque d’eau le rend inaccessible aux autres, mais, pour eux seuls qui ont creusé dans la terre des réservoirs revêtus d’un enduit de chaux, il est un asile sûr”56. Puis Diodore explique la confection de ces citernes (dont on possède de fait des exemples à Pétra même) et conclut sur les pratiques alimentaires des Nabatéens, à base de viande et de lait, comme il se doit.

  • 57 Hdt. 4.186.1. Sur les sources d’Hérodote sur l’Afrique, cf. Gsell 1915, 55-67.
  • 58 Beaucoup moins que ne semble l’affirmer Devallet 2003, 31-38 ; cf. ci-dessus n. 67.
  • 59 Luc., Pharsale, 4.677 : Numidae uagi.
  • 60 Sil. 17.88-89, pour autant que le pastoralisme et la construction de huttes légères soient l’indic (...)
  • 61 Sil. 3.278-279 : ils font cuire leur pain sous le sable chaud.
  • 62 Sil. 3.287-299, avec une description assez précise de leurs errances.
  • 63 Hdt. 4.172 les décrit déjà comme tels ; cf. aussi Diod. 3.49.2-5 ; Luc., Pharsale, 4.679 ; Sil. 3. (...)
  • 64 Paus. 1.7.2, mais Pausanias qualifie de nomades des Arcadiens qui ne sont peut-être que des transh (...)
  • 65 Végèce 3.23, sur les Mazices comme éleveurs de chameaux ; cf. Desanges 1962, 112-113.
  • 66 Pomponius Mela, Chorographie, 1.42, qui ajoute à leur propos des traits de barbarie absents des pe (...)
  • 67 Sil. 3.274-275 (d’autres passages se contentent de les nommer sans les caractériser : 2.60 ; 5.194 (...)
  • 68 Les Baniures chez Sil. 3.303-304.
  • 69 L’indigent Nasamon pour Luc. 4.679.
  • 70 Les Marmarides pour Luc. 4.680.
  • 71 Ainsi Sil. 3.306, sur les Autololes “aux pieds agiles”.

18On peut en dire autant de nombres de peuples d’Afrique du Nord, comme les Nasamons, les Garamantes ou les Marmarides. En réalité, tout se passe comme si les informations données par Hérodote au v e siècle continuaient à garder leur valeur à travers le temps ; or, Hérodote considérait que “depuis l’Égypte aussi loin qu’au lac Tritonis [Chott Djérid], l’Afrique est habitée par des peuples pasteurs, qui boivent du lait et qui mangent la viande d’animaux sauvages”57. Il n’est donc pas nécessaire d’y insister pour ses successeurs, même si la situation a changé. Quelques rares textes signalent au passage le nomadisme de tel ou tel peuple58 : les Numides59, les Maures60, les Adyrmachides61, les Gétules62, les Nasamons63, les Marmarides64, les Mazices65, d’une façon plus générale, les Libyens de l’intérieur66. Mais ce n’est sûrement pas le cas des Maces dont Silius Italicus précise au contraire qu’ils ont pour la première fois appris à dresser une tente dans un camp67. Et pour la plupart des peuples, les modernes ont déduit leur nomadisme de descriptions convenues, où l’on insiste sur leur barbarie68, leur pauvreté69, leur habileté comme cavaliers et comme archers70, leur rapidité à se déplacer à la guerre71, ce qui ne peut suffire à en faire des nomades au sens propre.

  • 72 Observation sans doute juste et qui contredit formellement Hérodote car celui-ci estimait qu’à l’o (...)
  • 73 Desanges 1962, 136. Cf. aussi Berthier 1968, 293-300, qui conclut à un semi-nomadisme de ces peupl (...)
  • 74 Plin. 5.34 ; Desanges 1962, 76.
  • 75 Desanges 1962, 82.
  • 76 Desanges 1962, 79 ; Courtois 1955, 93-94.
  • 77 Desanges 1962, 47, à la suite des déductions de Courtois 1955, 96 ; cf. surtout, Modéran 2003, 209 (...)
  • 78 Desanges 1962, 101-102, partie nomades, partie montagnards.
  • 79 Desanges 1962, 117-121.
  • 80 Paus. 8.43.3.
  • 81 IAM, 307.

19Mais dans la plupart des cas, les historiens d’aujourd’hui concluent au nomadisme par le raisonnement : si Massinissa met en valeur la Numidie qui était autrefois stérile et inculte, c’est probablement en sédentarisant les Massyles encore nomades, ou au moins une partie d’entre eux72. De même, si les Suburbures se sédentarisent progressivement à partir des Sévères, c’est donc qu’ils étaient encore nomades auparavant73. Parfois, on le déduit de leur environnement, comme pour les Amantes que Pline décrit entourés de sable74, mais il s’agit plutôt de gens d’oasis, comme les Garamantes, qui construisent des maisons avec du sel. On en arrive ainsi à classer comme nomades, par exemple, les Austoriani75, les Arzuges s’il faut bien les localiser dans la Nefzaoua76, les Bavares77, les Laguantan78, les Musulames qui peuvent n’être cependant que des transhumants79. En revanche, dans l’ouest de l’Afrique du Nord, les Maures paraissent au moins partiellement nomades au temps de l’expédition d’Antonin, et ils sont refoulés jusqu’à l’Atlas80. Ce sont eux que mentionne une inscription de Sala de 14481.

  • 82 Plin. 6.167-168. Sur les nomades du désert arabique, cf. Cuvigny 2003, 346-348, qui note que les t (...)
  • 83 I. Pan 87, datée de 122-123.

20En Égypte, Nobates et Blemmyes appartiennent à cette même catégorie, mais on a vu que les Nobates sont peut-être à l’origine des gens d’oasis. Pline signale aussi dans le désert arabique, du golfe de Suez jusqu’au sud de Bérénikè, quatre peuples nomades, les Autaei, les Asarri ou Asaraei, les Autaei à nouveau et les Gebadaei82, mais on connaît aussi par le Périple de la Mer Érythrée (§ 2) les Agriophages dont la présence est confirmée par une inscription du Paneion d’el-Kanais : Sulpicius Serenus se félicite d’avoir mis hors d’état de nuire les très nuisibles Agriophagoi83.

  • 84 Desanges 1962, 192-193.
  • 85 Desanges 1962, 160-161.
  • 86 Desanges 1962, 170. Ce sont les gens de Siwah, qu’Hérodote déjà plaçaient parmi les peuples situés (...)
  • 87 Desanges 1962, 178.
  • 88 Desanges 1962, 178.

21Les gens d’oasis posent d’ailleurs problème car on ne sait comment les considérer, à la fois sédentaires et nomades. Dans son catalogue, J. Desanges en a identifié un certain nombre, notamment en Égypte – Nobades84, Augilae85, Ammonii86, Nitriotai87, Oasitae88 – mais aussi en Libye, comme les Amantes signalés plus haut.

  • 89 Cf. Aliquot 1999-2003, 161-290.
  • 90 Str. 16.2.20.

22Si l’on peut admettre que tout peuple décrit comme nomade l’est effectivement, on doit être beaucoup plus circonspect lorsqu’on s’attache à un terme comme “Arabe”. Ainsi, les Ituréens du Trachôn, en Syrie, pour lesquels nous disposons de descriptions concordantes de Strabon et de Flavius Josèphe, sont présentés comme Arabes et brigands. On peut discuter le premier point89, mais le second est incontestable. Or, ces brigands et pasteurs ne me paraissent pas pouvoir être qualifiés de nomades. Il vaut la peine de suivre les descriptions très précises de Strabon et de Flavius Josèphe, étroitement concordantes. Pour Strabon, “en arrière de Damas, on voit s’élever deux chaînes de collines, dites les deux Trachônes ; puis, en se portant du côté de l’Arabie et de l’Iturée, on s’engage dans un pêle-mêle de montagnes inaccessibles, remplies d’immenses cavernes qui servent de places d’armes et de refuges aux brigands dans leurs incursions et qui menacent de toute part le territoire des Damascènes : une de ces cavernes est assez spacieuse, paraît-il, pour contenir jusqu’à 4000 hommes. Il faut dire pourtant que ce sont les caravanes venant de l’Arabie Heureuse qui ont le plus à souffrir des déprédations de ces barbares”90.

23On voit qu’il n’est nulle part question de nomades, mais seulement de brigands. Flavius Josèphe va dans le même sens, mais se montre plus précis :

  • 91 Flavius Josèphe, AJ, 15.344-348 (trad. J. Chamonard).

“un certain Zénodore avait affermé les biens de Lysanias. Trouvant ses revenus insuffisants, il les augmenta par des nids de brigands qu’il entretint dans la Trachônitis. Ce pays était, en effet, habité par des hommes sans aveu, qui mettaient au pillage le territoire des habitants de Damas ; et Zénodore, loin de les en empêcher, prenait sa part de leur butin. Les populations voisines, maltraitées, se plaignirent à Varron, qui était alors gouverneur (de Syrie) et lui demandèrent d’écrire à César les méfaits de Zénodore. César, au reçu de ces plaintes, lui manda d’exterminer les nids de brigands et de donner le territoire à Hérode, dont la surveillance empêchait les habitants de la Trachonitide d’importuner leurs voisins. Il n’était pas facile d’y parvenir, le brigandage étant entré dans leurs mœurs et devenu leur seul moyen d’existence ; ils n’avaient, en effet, ni villes ni champs, mais simplement des retraites souterraines et des cavernes qu’ils habitaient avec leurs troupeaux. Ils avaient su amasser des approvisionnements d’eau et de vivres qui leur permettaient de résister longtemps en se cachant. Les entrées de leurs retraites étaient étroites et ne livraient passage qu’à un homme à la fois, mais l’intérieur était de dimensions incroyables et aménagé en proportion de sa largeur. Le sol au-dessus de ces habitations n’était nullement surélevé, mais se trouvait au niveau de la plaine ; cependant il était parsemé de rochers d’accès rude et difficile, pour quiconque n’avait pas un guide capable de lui montrer le chemin ; car les sentiers n’étaient pas directs et faisaient de nombreux détours. Quand ces brigands se trouvaient dans l’impossibilité de nuire aux populations voisines, ils s’attaquaient les uns les autres, si bien qu’il n’était sorte de méfait qu’ils n’eussent commis”91.

24On le voit, si le pastoralisme se trouve confirmé, il n’est nulle part question de nomadisme, pas même de transhumance.

  • 92 Cf. Sartre 1979, 37-53.

25Lorsque Strabon parle des Nabatéens, sa première remarque vise à justifier la soumission à Rome par les fréquentes incursions qu’ils faisaient en Syrie, ce que rien ne confirme92, mais qui est en quelque sorte la notation obligée du discours ethnographique. Lorsqu’il peut enfin s’appuyer sur des observations fiables, celles de son ami Athénodôros, le discours change radicalement et il décrit une sorte de cité idéale, qui n’a rien à voir avec le brigandage et la sauvagerie :

“Pétra est parfaitement bien gouvernée. Venu chez les Pétréens, Athénodôros, un philosophe de mes amis, en parle avec admiration. Il dit avoir trouvé beaucoup de Romains établis ici, ainsi que de nombreux autres étrangers, mais tandis qu’il voyait les étrangers engager des poursuites en justice souvent, soit les uns contre les autres, soit contre des indigènes, au contraire les indigènes ne poursuivaient jamais entre eux, et restaient en paix les uns avec les autres. (…)

  • 93 Str. 16.4.21 et 26.

Les Nabatéens sont raisonnables et soucieux d’acquérir des biens car une amende frappe celui qui a diminué sa propriété et des honneurs celui qui l’a augmentée. Comme ils ont peu d’esclaves, ils sont servis habituellement par des parents, ou se servent mutuellement, ou eux-mêmes, et cette habitude s’étend jusqu’aux rois. Ils prennent leurs repas (syssitia) par groupe de treize, et pour chaque symposion il y a deux musiciens. Le roi réunit de nombreux symposia dans une grande salle (ou avec grande majesté). Personne ne vide plus de onze coupes, l’usage étant de changer la coupe d’or que l’on vient de boire contre une autre. Le roi est tellement proche du peuple (dèmotikos) qu’il se sert lui-même, et qu’il sert parfois lui-même les autres à son tour. Souvent, il rend des comptes devant le peuple, et on examine tout son genre de vie. Leurs maisons, construites en pierre, sont coûteuses, mais les villes sont dépourvues de remparts, puisqu’ils vivent en paix. L’essentiel du pays est fertile, à l’exception de l’olivier, ce qui fait qu’ils utilisent de l’huile de sésame. Les moutons portent une laine blanche, les bœufs sont grands, et le pays ne porte pas de chevaux ; aussi les chameaux remplissent-ils les services de ceux-ci.”93.

De nomades, les Nabatéens deviennent de paisibles paysans et commerçants !

  • 94 Desanges 1962, 152-154.
  • 95 Desanges 1962, 89.

26Pour les nomades de l’Empire, le bilan de l’ethnographie antique se révèle décevant, comme si la réalité du genre de vie nomade n’intéressait guère les Anciens. Le mot lui-même ou ceux qui évoquent le phénomène paraissent se suffire à eux-mêmes, comme s’ils véhiculaient suffisamment d’images pour qu’il ne soit pas utile de préciser. C’est tout juste si l’on indique que tel peuple, les Nasamons, s’en va cueillir les dattes dans les oasis du Sud94, que tel autre est constitué d’excellents chasseurs – les Eropaei95. Pour le reste, on reste sur sa faim.

  • 96 Rebuffat 1990, 231-247.

27Il faut donc avoir recours à l’archéologie pour tenter d’en savoir plus, mais celle des peuples nomades reste embryonnaire96. Il y a tout de même d’heureuses exceptions, notamment en Syrie et Arabie où les peuples nomades ont laissé des traces abondantes.

  • 97 Jaussen & Savignac [1909-1914] 1997.
  • 98 Winnett & Reed 1970, avec bibliographie antérieure.
  • 99 Huber 1891, accompagné de J. Euting.
  • 100 Doughty 1884 (publié à titre posthume par Ernest Renan).
  • 101 Philby s. d. [1954 ?] ; Lippens 1956 ; Expédition Philby-Ryckmans-Lippens 1962.

28On peut passer assez vite sur les Nabatéens et peuples apparentés (Thamoudéens notamment) pour lesquels il est à peine nécessaire d’insister sur l’importance des vestiges. Je ne fais pas allusion aux vestiges de leurs villes, puisque celles-ci témoignent en bonne partie de leur sédentarisation. Mais on a vu que Pétra s’édifiait en un lieu qui servait de refuge et d’abri à la fin du iv e siècle, et il est probable que le site a longtemps abrité des tentes. Ma remarque porte davantage sur les traces dispersées dans le désert, notamment les nombreux graffitis nabatéens qui jalonnent les pistes du Hedjaz et que les missions d’Antonin Jaussen et Raphaël Savignac au début du xx e siècle97, celle de F. Winnet et W. Reed plus récemment98, sans parler des explorations ponctuelles de Ch. Huber99, Ch. Doughty100 ou H. St. Philby101 ont pu relever. Cela nous fournit un tableau assez consistant des terrains de parcours des Nabatéens. Je suis frappé de constater qu’ils ne dépassent pas vers le sud les limites de l’oasis de Hégra, à de très rares exceptions près. Comme si les Nabatéens ne s’aventuraient pas, en réalité, au-delà des limites de leur État. On est loin de gens qui divaguent à travers toute la péninsule. Par ailleurs, on observe la présence de quelques sites privilégiés qui doivent servir de points de ralliement. Wadi Ramm abrite ainsi un sanctuaire rupestre de la déesse Allat, complété à l’époque romaine par un sanctuaire construit. Or le site ne comporte qu’une faible source qui suinte d’une falaise, et n’a en rien le caractère d’une oasis. De même, Ruwwafa paraît pauvre en eau. Il resterait à explorer de façon plus approfondie ces sites isolés, comme on est en train de le faire à Meda‘in Saleh (Hégra).

  • 102 L’article fondamental demeure celui de Macdonald 1993. La remise en cause systématique des thèses (...)
  • 103 Macdonald 1993, 316-317.

29Les nomades que l’on nommait autrefois Safaïtes sont, de la même manière, connus par une multitude d’inscriptions laissées le long de leurs terrains de parcours, à la fois dans le harra, c’est-à-dire le désert basaltique situé à l’est de la Damascène et du Hauran et jusque dans le nord de l’Arabie Saoudite actuelle, ainsi que dans le désert plus aride situé à l’est, le hamad102. Si le gros de la documentation provient du harra lui-même, de la latitude de Damas au nord et à celle d’al-Azraq au sud, des nids de graffitis proviennent de régions plus éloignées, dans l’Anti-Liban, le wadi Hauran (près de l’Euphrate), le wadi Sirhan. Sans parler des villages de la bordure orientale du Hauran, ce qui montre la fréquentation de ces lieux par ces nomades. Ces milliers de textes (plus de 20 000 à ce jour) apportent un éclairage de l’intérieur de la société nomade, qui en permet une analyse très fouillée : importance des liens généalogiques, permanence des terrains de parcours d’un groupe donné (les bergers se réjouissent de retrouver les traces de leurs ancêtres sur les rochers du désert), prédominance du chameau sur le cheval et le petit bétail, rythme des migrations, parfois ensemencement d’un fond humide103, attentes et espérances des bergers qui souffrent de la solitude, ont peur des bêtes sauvages et des attaques de voisins, contre lesquels ils sollicitent l’intervention des dieux. Il y a là une matière exceptionnellement riche, qui a été bien exploitée et qu’il ne s’agissait donc ici que de rappeler.

  • 104 Modéran 2003, 219-229 surtout.
  • 105 Desanges 1998b, 3063-3065 ; cf. aussi Luisi 1994, 35-42.
  • 106 Sal., Iug., 19.6.
  • 107 Pomponius Mela, Chorographie, 3.104.
  • 108 Mattingly 1995, 48-49 et 70-72 ; Ruprechtsberger 1997 ; Liverani 2000, 17-38 ; Trousset 1998 ; Des (...)

30Certains groupes d’Afrique du Nord semblent, de la même manière, se situer à cheval sur les frontières de l’Empire. Ainsi les Nasamons, qui nomadisent entre le golfe des Syrtes et l’oasis d’Augila, qui se situe hors de l’Empire104. De même, les Gétules, au moins pour une part, se situent dans une situation marginale. D’ailleurs, le terme semble bien désigner un ensemble de tribus (les Autololes comme les Baniurae sont des Gétules) que ne lient, aux yeux des observateurs extérieurs, que leur marginalité face aux États organisés, sur les Hautes Terres situées au sud des massifs montagneux d’Afrique du Nord, depuis la Petite Syrte à l’est jusqu’aux abords d’Essaouira à l’ouest, n’ayant accès à la mer qu’aux extrémités de leur domaine et dans une zone pré-désertique105. Mais tous ne sont pas nomades, loin de là, même si Salluste106 et Pomponius Mela107 les jugent comme tels. À l’inverse, les Garamantes sont clairement extérieurs à l’empire, malgré leur éphémère soumission par Cornelius Balbus en 21-20 a. C. Certes, ils entrent dans l’empire comme le montrent des ostraca de Bu Njem, mais ils lui sont étrangers108.

  • 109 Sur le partage entre intérieur et extérieur, et donc l’existence d’une frontière bien établie, cf. (...)
  • 110 Rappelons que si le désert oriental (arabique) est habité par des nomades qui y trouvent de l’eau (...)

31Tous ces peuples n’ont pas en effet le même statut vis-à-vis de Rome. Quelques-uns vivent à l’intérieur de l’Empire109. Cela ne signifie pas qu’ils puissent, à l’occasion, en sortir, mais on peut les considérer comme des nomades de l’intérieur. C’est le cas, par exemple, des Nabatéens, du moins pour ceux d’entre eux qui restent nomades. Certes, il arrive sûrement que des caravaniers nabatéens s’engagent jusqu’en Arabie Heureuse, mais tous leurs terrains de parcours sont englobés dans la province d’Arabie qui coïncide exactement avec l’ancien royaume nabatéen. Que se soit dans le Sinaï, dans le Hedjaz ou en direction du Jawf, les pasteurs nabatéens rencontrent partout l’autorité romaine. Il me semble que l’on peut en dire autant des nomades du désert arabique en Égypte, installés depuis longtemps et qui entrent en contact avec Rome lors de l’annexion de l’Égypte sans que cela soulève de difficultés particulières110. Peut-être peut-on ajouter à cette liste des peuples qui, à la longue, ont fini par être entièrement englobés dans l’une ou l’autre des provinces de l’Afrique romaine comme les Musulames, certains groupes gétules, les Numides de Hauts Plateaux, les Maces de Tripolitaine : mais sont-il encore nomades ? On retombe vite sur la question des définitions : quand cesse-t-on d’être nomade ?

  • 111 Ainsi les Garamantes : Tac., Ann., 4.26, au sujet de l’ambassade des Garamantes à Rome après la fi (...)

32À l’opposé de ces peuples, il existe dans les sources nombre de peuples nomades sur lesquels Rome n’exerce aucun contrôle, si ce n’est par le biais d’accords diplomatiques111. Ce sont ceux dont les Romains connaissent l’existence par ouï-dire ou qui fréquentent de façon très épisodique des points contrôlés par Rome. C’est le cas de certains peuples libyens qui viennent jusque dans les oasis du désert occidental d’Égypte pour commercer. Ces nomades viennent de fort loin car le désert libyque n’offre à peu près aucune ressource aux nomades puisque l’eau en est absente en dehors des oasis. Il en va de même pour nombre de peuples mentionnés dans le désert aux marges de l’Afrique, de la Numidie et des Maurétanies, avec lesquels Rome entretient certes des relations commerciales, mais sur lesquels elle n’a guère à se soucier d’exercer un contrôle. Ce sont les tribus du Sahara, ceux que les textes nomment souvent Éthiopiens, mais aussi les peuples séparés des zones sédentaires par de vastes espaces arides, comme les Garamantes ou les Augiles.

  • 112 Macdonald 1993, 303-413, notamment p. 308-310.

33Entre ces deux catégories existent des peuples qui nomadisent entre l’intérieur et l’extérieur. En Syrie, on peut ranger dans cette catégorie les nomades du harra, ceux que l’on nommait autrefois les Safaïtes et dont M. Macdonald a montré que cette appellation générique était à la fois inexacte et créatrice d’illusion112. Il s’agit bien de nomades pasteurs, comme en témoigne la dispersion de leurs graffitis sur un large espace steppique et désertique. Si Rome ne peut envisager d’exercer un contrôle sur eux dans les parties éloignées du désert syrien, en revanche il est clair que certains groupes fréquentent les zones de steppe où l’on trouve des fortins romains (Nemara, Zélaf) et même les villages sédentaires : des inscriptions safaïtiques ont été découvertes dans quelques villages situés à l’est du Hauran. Il en va peut-être de même pour quelques tribus proches de Palmyre avec lesquelles les Palmyréniens entretiennent des relations sur lesquelles on reviendra. En Afrique du Nord, on doit attribuer le même statut à de nombreuses tribus que Rome a peu à peu englobées dans la province : Musulames, Gétules, Maces, Nasamons, Autololes, et d’autres.

34Dans bien des cas, il n’est guère possible d’établir une limite nette entre les uns et les autres, et d’une certaine manière Rome se doit de contrôler tous ceux qui sont en mesure d’intervenir sur son territoire, même de façon épisodique. La question est de savoir pourquoi et comment contrôler les nomades, collectivement et individuellement. Pour répondre à la question, il est nécessaire de faire le détour par la confrontation des modes de vie et des intérêts. Car, si l’on part de la vision traditionnelle héritée de l’historiographie antique de deux mondes en conflit, on a peu de chances de comprendre la fonction des moyens mis en place, et l’on ne pourra que s’étonner de la faiblesse des moyens militaires, et négliger les autres types de contrôle.

  • 113 Cf. la belle mise au point de Digard 1990, 97-111.

35L’historiographie a longtemps opposé nomades et sédentaires comme deux mondes étrangers l’un à l’autre et nécessairement hostiles. Il serait irénique de prétendre que les deux cohabitent toujours en toute tranquillité, mais il faut sûrement revenir sur une vision trop manichéenne des sociétés anciennes113.

36Revient comme un leitmotiv le thème de l’avancée des nomades et des menaces qu’ils font peser sur les installations sédentaires. Par principe, les pasteurs nomades chercheraient à gagner les grasses plaines cultivées par les paysans sédentaires et à s’emparer de leurs richesses. En fait, parler de l’avancée des nomades, c’est présupposer que tout nomade cherche en quelque sorte à échapper à sa condition et à se sédentariser. Ce qui est pour le moins une affirmation téméraire. En réalité, les nomades n’ont pas tous les mêmes besoins et les mêmes rythmes. Si les éleveurs de chameaux peuvent passer toute l’année dans le désert, en suivant des parcours qui permettent de profiter de la totalité des ressources en pâturage, les pasteurs moutonniers pratiquent un nomadisme plus limité, qui les oblige à compter sur les ressources de la steppe en été et en automne, voire à se réfugier dans les pays sédentaires en cas de sècheresse. Mais leur installation sur les chaumes après moisson, ou à proximité des oasis, n’entraîne pas nécessairement de conflits avec les paysans sédentaires qui, au contraire, peuvent trouver avantage au dépôt d’engrais naturel avant les labours.

  • 114 Pseudo-Scylax les décrit comme vivant sur la côte entre le Cinyps et le fond de la Grande Syrte pe (...)
  • 115 Trousset 1982b, 198.
  • 116 Cf. ILAlg. I, 2828-2829 ; Syme 1951, 113-130 (= Syme 1979, I, 218-230) ; Desanges 1962, 117-121.
  • 117 Ainsi le développement du village de Diyathé, exploré par Villeneuve 1986, 697-715.

37Pour ce qui est de Rome, les historiens de l’Afrique romaine comme ceux de la Syrie et de l’Arabie, constatent plutôt que, s’il y a une “avancée”, c’est bien plutôt celle des zones cultivées, ce qui risque de perturber l’équilibre de la vie nomade. On le voit bien en Tripolitaine. Ainsi, le Pseudo-Scylax décrit les Maces comme des nomades qui passent l’hiver entre les rives du Cinyps et la Grande Syrte, et l’été dans l’intérieur, notamment autour de Bou Njem. Peut-être ne s’agit-il pas de nomadisme véritable, mais au moins de transhumance. Or, René Rebuffat a montré qu’il y avait création de fermes autour de Bou Njem, ce qui ne peut se faire qu’au détriment des terrains de parcours des nomades. Sans doute ces fermes ont-elles pu être créées au profit des Maces, ou, au moins, leur avoir profité après l’abandon du poste militaire, ce qui implique une relative sédentarisation114. Il n’en reste pas moins le fait brut d’une “avancée” des terres cultivables en direction du sud. De même, on s’est demandé si la transformation des oasis pré-sahariennes en municipes traduisait une sédentarisation des tribus. En tout cas, il y eut à chaque fois délimitation d’un territoire sur lequel la tribu qui y avait son centre permanent ou saisonnier se trouve désormais cantonnée115. Ainsi, les Musulames vivent une grande partie de l’année dans la vallée du Muthul, mais ils passent l’hiver au sud de Théveste. La délimitation de leur territoire à l’époque de Trajan116 les enferme sans doute dans des bornes plus étroites qu’auparavant, sans que l’on tienne compte des aléas du climat ; de plus, cela peut aussi coïncider avec l’installation de nouveaux villages sédentaires qui limitent l’étendue de leurs terrains de pacage. Le phénomène n’est pas moins net dans le Hauran syrien où l’on assiste successivement à une colonisation villageoise du Trachôn, puis de l’ensemble de la plaine de Bostra, et à partir du iv e siècle, des marges steppiques du Hauran117.

  • 118 Par exemple Lassère 1982, 11-25.
  • 119 Sur tout ceci Shaw 1982, 36-38.
  • 120 Cf. Trousset 1997, 3-11.

38Mais il faut rester circonspect en ce domaine, car il difficile de mesurer exactement en quoi la colonisation agricole perturbe la vie des nomades. La création de la route du Djérid à Gabès, que l’on invoquait comme l’une des causes de la révolte de Tacfarinas118, n’a sans doute aucun rapport avec cette révolte : la création d’une route, en elle-même, n’empêche pas la libre circulation des troupeaux. Tout au plus, elle pouvait apparaître aux nomades comme l’annonce d’une confiscation des terres, et donc d’un prochain refoulement, mais même sur ce point on peut être dubitatif : la colonisation romaine dans le sud de la Tunisie n’a sans doute pas encore à cette époque – et n’a sans doute jamais eu – le caractère dense de la colonisation agricole française en Algérie aux xix e et xx e siècle. La révolte de Tacfarinas, qui a longtemps paru comme l’emblème même des révoltes des pasteurs nomades contre Rome, doit probablement s’expliquer d’une tout autre manière. Tacfarinas et ses hommes appartiennent à ces Gétules démobilisés après la fin des avancées romaines vers le sud en 9-8 a. C., et qui se livrent au brigandage faute d’autres ressources. L’idée d’une révolte qui éclaterait brusquement en 17 p. C., avant d’être écrasée par le proconsul Q. Iunius Blaesus en 22-23, puis par son successeur P. Cornelius Dolabella en 24, ne peut s’autoriser du texte de Tacite, car il est fait mention d’incidents dès 13, sinon avant. La seule revendication de Tacfarinas et de ses hommes semble bien être l’octroi de terres, ce qui n’est pas une revendication de pasteurs nomades, mais s’accorde avec les besoins de vétérans sans ressources119. D’ailleurs les bornages auxquels il est procédé dans les années qui suivent immédiatement la révolte vont dans le même sens120.

39On observe le même phénomène en Arabie : les progrès démographiques des ii e -iii e siècles entraîne la création de nouveaux villages sur les marges orientales et méridionales du Hauran, à la limite des terres cultivables. Cela prive sans doute les nomades qui avaient l’habitude d’estiver dans ce secteur de terres qui leur permettaient de nourrir leurs bêtes pendant l’été. La construction d’un réseau fortifié qui commence sous les Sévères, se densifie et s’amplifie entre la tétrarchie et le début du v e siècle (avant d’être assez vite abandonné vers le milieu de ce siècle), accompagne assez exactement l’occupation des zones marginales du Hauran. Cette mise en défense vise bien à protéger les sédentaires, non pas d’une inéluctable avancée des nomades, mais contre la colère de gens privés en partie de leurs terres. Changement de perspective qui me semble devoir être pris en considération.

40Or, le pastoralisme nomade sur les marges steppiques exige de très vastes espaces de parcours, qui varient en fonction des précipitations annuelles, elles-mêmes fluctuantes. D’une année à l’autre, des pâturages peuvent disparaître puis réapparaître. Les pasteurs nomades ont donc besoin d’immenses espaces en réserve. De plus, le mode de vie isolé des nomades les place à l’abri des grandes épidémies et favorise un fort accroissement démographique. Or, les ressources du désert sont limitées : la population excédentaire n’a d’autre choix que de se sédentariser, soit en venant grossir les villages déjà installés (mais dans un statut subalterne), soit en fondant des villages aux marges du domaine nomade et en entrant donc en conflit avec leurs anciens cotribules. Lorsque j’évoquais plus haut l’avancée des villages du Hauran vers l’est, ne fallait-il pas comprendre qu’une partie au moins de ces villages était destinée à abriter d’anciens nomades ?

41Cela dit, il ne s’agit pas de poser les nomades en innocentes victimes d’une entreprise de colonisation agricole. Même si ce fut quelquefois le cas, en Syrie comme en Afrique, il existe aussi des modes de vie incompatibles. Je ne me lancerai pas dans une analyse sociologique de la société bédouine, mais en se fondant sur les seuls textes issus des bédouins eux-mêmes, je veux dire les inscriptions safaïtiques, il apparaît à l’évidence que le pillage fait partie du mode de vie de ces pasteurs. On a rappelé plus haut comment les bergers du Trachôn (pas nécessairement nomades) pratiquaient le brigandage à grande échelle, au point d’entraver le commerce de Damas avec le Sud. Dans les inscriptions safaïtiques, on pourrait aligner des centaines de graffitis qui remercient les dieux, et surtout la grande déesse guerrière Lât, pour le profit tiré durant l’année. Quelquefois il s’agit du croît naturel du troupeau, mais le plus souvent il s’agit tout simplement du butin fait sur l’adversaire. Donc on ne peut récuser que le rezzou ne fasse partie des activités des nomades. Mais au détriment de qui ? Chaque fois qu’une indication est donnée, le pillé est un autre nomade, un clan adverse ! On ne peut donc en déduire que les nomades harcèlent systématiquement les villages sédentaires, ou les caravanes de passage.

  • 121 Dunant 1971, 56-59, n° 45, Institut Fernand-Courby 1970, 163-166, n° 31.
  • 122 Inv. X, 44 (texte grec ; le palmyrénien précise le mois : Tébet soit janvier).
  • 123 Inv. III, 28.

42Néanmoins, on ne doit pas exclure cette possibilité. On a dit plus haut ce qu’il en était des Trachônites aux i er s a. C.-i er s. p. C. Les inscriptions caravanières de Palmyre apportent quelques compléments. À plusieurs reprises, il est question des services rendus par le chef de caravane (le synodiarchès) pour éviter à celle-ci d’être rançonnée ou pillée. Les textes ne sont pas toujours très précis, comme l’un de ceux qui honorent Soados fils de Bôliadès (février 132) qui se contente de signaler que Soados a “sauvé la caravane récemment montée de Vologésias du grand péril qui l’entourait”121, mais d’autres font clairement allusion aux dangers créés par les nomades. Ainsi Ogêlos fils de Makkaios (janvier 199) fait l’objet d’un décret du conseil et du peuple de Palmyre parce qu’il a assisté le peuple “par ses nombreux commandements militaires contre les nomades, (…) a toujours procuré la sécurité aux marchands et aux caravaniers lors de ses commandements de caravanes, a dépensé de grosses sommes sur sa fortune personnelle pour cela”122. La mention de fortes sommes d’argent est sans doute à mettre en relation avec les droits de passage exigés par certaines tribus nomades ou le paiement de troupes recrutées pour l’occasion. Un autre texte, gravé sur la base d’une statue par le chef de caravane et les marchands revenus de Vologésias, félicite Thaimarsou fils de Thaimâ (avril 193) de leur avoir “épargné une dépense de 300 deniers d’or ancien poids”123.

  • 124 Cuvigny 2003, 327, O. Krok., 87, notamment.
  • 125 Cuvigny 2003, 326-327.
  • 126 Cuvigny 2003, 329-331.

43Dans le désert arabique, en Égypte, les ostraca de Krokodilô montrent que l’on fournissait des escortes de fort en fort aux voyageurs, officiels ou non, pour les protéger des brigandages des nomades124. D’une manière générale, la route entière doit être protégée contre les assauts des bédouins locaux125, ce qui révèle un climat d’insécurité permanente. Des expéditions punitives sont à l’occasion organisées pour punir telle ou telle tribu d’un rezzou126.

44Déjà Strabon soulignait qu’à la fin de l’époque hellénistique, les caravanes évitaient la vallée de l’Euphrate, trop peu sûre, pour emprunter des routes passant plus ou nord, le long desquelles elles disposaient de points d’eau et probablement d’une protection de la part des Scénites installés là. Ce qui signifie que des accords avaient été conclus, probablement moyennant versement d’un dédommagement ou d’un droit de passage.

45Le rezzou constitue donc bien l’un des éléments du mode de vie des bédouins. Le moyen pour les sédentaires (paysans ou gens des oasis) ou pour les voyageurs d’y échapper consiste à conclure des accords qui doivent à un moment ou à un autre comporter un volet “financier”, pour parler en termes modernes.

46Mais les relations ne sont pas seulement conflictuelles, même en période de tension. D’abord parce que les nomades fournissent un certain nombre de richesses et de services dont ont besoin les sédentaires. Ils sont les convoyeurs indispensables des richesses venues d’au-delà le désert. On connaît le rôle que joue Palmyre dans le commerce avec l’Orient. Il n’est pas utile de revenir en détail sur l’organisation de ce commerce, mais on ne doit pas oublier que ce sont les éleveurs chameliers, donc des gens du désert à défaut d’être nécessairement nomades de grande tente, qui fournissent les moyens de transport, et qui sans doute fournissent à la fois les caravaniers et la garde militaire de la caravane. Les Nabatéens ont fondé une partie de leur richesse sur ce même rôle de caravaniers des produits venus d’Arabie Heureuse, prenant à Hégra le relais des Minéens. Lorsqu’une partie du commerce se déporte vers l’Égypte, des Nabatéens se retrouvent comme convoyeurs dans le désert arabique, voire dans le Delta.

  • 127 Swanson 1975, 582-600 ; Desanges 1978a, 52-58 ; Desanges 1999b, 243-244.
  • 128 Desanges 1999b, 245, en réponse à Floriani Squarciapino 1980, 113-118.

47En Afrique, on a attribué un rôle essentiel aux tribus du Sahara dans le transport des marchandises. Mais plusieurs de ces trafics – ou du moins leur importance – ont été remis en cause de façon parfois radicale, notamment pour l’or et les esclaves127. Il n’en reste pas moins que le commerce de l’ivoire et peut-être de certains fauves a dû exister, même si éléphants et fauves se trouvent encore aux marges de l’Afrique du Nord sous l’Empire128. Cela amoindrit l’intérêt des grandes tribus sahariennes pour l’économie de l’Afrique du Nord.

48On peut juger marginaux ces trafics vers le golfe Persique, l’Arabie Heureuse ou le sud du Sahara, et c’est vrai que ce l’est sûrement en termes économiques. Mais les nomades procurent aussi d’autres richesses : la viande des moutons, les chevaux ou les chameaux qu’ils élèvent pour l’armée, les animaux sauvages qu’ils capturent dans le désert pour les jeux du cirque et de l’amphithéâtre.

  • 129 Wagner 1987, 315, 324-326.
  • 130 Cuvigny 2003.
  • 131 Cf. la démonstration très convaincante de Trousset 2002-2003, 355-373, qui montre qu’il existe là (...)

49Surtout, ils sont les convoyeurs possibles (indispensables ?) des marchandises plus communes d’un point à un autre. Guy Wagner a fait un inventaire sommaire des marchandises transportées entre les oasis du désert occidental et le Fayoum ou la Vallée : du blé et des légumes secs de la vallée vers les oasis, mais aussi de l’alun et du natron de la Petite Oasis vers l’Arsinoïte, de l’orge et des peaux du même point vers Oxyrhynchos, sans parler des esclaves dont les oasis paraissent avoir été un important marché129. Mais il est probable que l’on fait aussi appel aux nomades pour aller de Coptos à Myos Hormos, et ils doivent approvisionner les fortins disposés tout au long de la route, apportant courrier, légumes verts, poisson (O. Claud. Inv. 529 et 830) et filles de joie130 ! De la même manière, les nomades jouent un rôle de premier plan dans les transports le long de la zone frontalière d’Afrique et de Numidie où circulent les marchandises, depuis la Petite Syrte jusqu’au point de contrôle de Zaraï131.

  • 132 CIL, VIII, 11824 ; D. 7457.

50Il ne faut pas négliger non plus la présence des nomades comme force de travail, comme travailleurs saisonniers : le laboureur de Mactar132 embauche des saisonniers dans les “plaines à nomades” de la région de Cirta, ceux qui seront les circoncellions au iv e siècle. Une lettre d’Augustin à Publicola (Lettre 46, 1-6) montre que celui-ci, propriétaire dans le Jebel Nafûssa, embauche des nomades Arzuges comme saisonniers pour ses moissons, et en embauche même quelque uns pour garder les récoltes. Ces exemples restent sans doute isolés, mais ne peuvent être tenus pour sans intérêt.

  • 133 Tac., Hist., 4.50.

51Enfin, les nomades possèdent des capacités militaires parfois fort utiles. Lorsque les gens d’Oea sont en conflit avec leurs voisins de Lepcis Magna, vers 69-70, ils ne craignent pas de faire appel aux Garamantes133.

  • 134 Cf. Kupper 1957 ; Kupper 1959, 113-127 ; Luke 1965.
  • 135 Carcopino 1925, 30-57 et 118-149 ; Benseddik 1982 ; Le Bohec 1989.
  • 136 Sartre 1975, 153-156.
  • 137 Seyrig 1941, 218-223 (= AntSyr., III, 162-167) ; Sartre 1982, 29-35. Les graffitis laissés par ces (...)
  • 138 Hamdoune 1999.
  • 139 Sur les unités ituréennes, Schottroff 1982, 125-152, notamment p. 148-152 ; noter, en milieu de no (...)
  • 140 C’est la proposition très vraisemblable de Macdonald 1995, 93-101, récusant l’idée qu’il s’agisse (...)
  • 141 Textes rassemblés dans Sartre 1982, 122-128.
  • 142 En réalité, les dromedarii sont plutôt rares, et les chameaux paraissent avoir été utilisés surtou (...)
  • 143 Cf. Desanges 1978b, 350-351.

52Mais c’est surtout Rome elle-même qui a besoin des nomades. Une longue tradition conduit les États à recruter des nomades comme soldats. Déjà, les rois de Mari entretenaient des relations suivies avec divers groupes nomades qui fournissaient régulièrement des troupes, Hanéens, Benjaminites et Sutéens134. Des agents royaux (mehrum) se tenaient en rapport avec les chefs de tribus en vue des opérations de recensement et de prélèvements fiscaux. Rome ne fait que reproduire, sans le savoir, un modèle ancien en établissant des praefecti gentium d’une part, en recrutant des troupes indigènes d’autre part. Elle a puisé chez les nomades des unités chargées de maintenir l’ordre dans des secteurs où ces auxiliaires étaient particulièrement bien adaptés. Ainsi, tout le monde connaît l’installation des Palmyréniens à el-Kantara135, et l’on sait que des soldats arabes originaires du Hauran apparaissent aussi dans les inscriptions de Volubilis136. On sait peut-être moins qu’une unité gétule garde la frontière sud de la province d’Arabie à Hégra137, sans parler des nombreuses unités tirées d’Afrique et dispersées dans l’Empire138. Il faudrait encore mentionner les Ituréens139. Cette permutation entre des peuples comparables placés en garnison à une autre extrémité de l’Empire n’est pas systématique : une unité recrutée sur place, des Thamoudéens, tient garnison dans le nord du Hedjaz, à Ruwwafa140. De même, on trouve dans le Hauran, notamment dans le secteur nord-est du Jebel Druze, plusieurs mentions de “stratèges des nomades” ou “des paremboles des nomades” qui sont à l’évidence des auxiliaires romains141. Où trouver des dromedarii ailleurs que chez les nomades142 ? Lorsque Rome abandonne certains postes éloignés, elle charge des tribus nomades amies de garder le pays : ainsi, lorsque Dioclétien abandonne le Dodécaschène et replie les troupes romaines à Éléphantine, il confie la garde du pays à des tribus libyques amies, Nobades notamment pour la Grande Oasis de Khargeh, Blemmyes pour le Smaragdus mons et une large partie du désert oriental143.

53On est bien loin de deux mondes qui s’affrontent, et le tableau qui se dégage est tout aussi souvent celui de deux société imbriquées l’une dans l’autre, de deux économies complémentaires. Même l’État tire profit des nomades, qui aident à remplir les caisses publiques en facilitant le commerce à longue distance de produits de luxe, ou en embauchant des auxiliaires militaires indispensables pour contrôler certaines régions de l’Empire. Cela n’exclut évidemment pas la nécessité d’un contrôle, mais son évidence apparaît moins grande, notamment sous le Haut Empire. Car, on ne peut négliger le fait qu’il ne semble pas y avoir eu de conflits majeurs entre Rome et les nomades pratiquement jusqu’au iii e siècle.

  • 144 Cf. I. Pan 87, qui célèbre la victoire sur les Agriophages en 122-123, mais surtout les ostraca du (...)
  • 145 Macdonald 1993, 331-333.
  • 146 Thèse défendue par Parker 1987b, 43, contra Graf 1989, 341-400, approuvé sur ce point par Macdonal (...)
  • 147 Ci-dessous p. 79.
  • 148 Liste dans Cuvigny 2003, 351-352.

54Le développement tardif d’un véritable réseau défensif confirme cette analyse et invite donc à trouver par quels autres moyens Rome a d’abord contrôlé les nomades. De fait, la situation paraît plutôt calme entre l’époque d’Auguste et la fin du ii e siècle, partout sans exception, même s’il peut exister ici ou là des brigands résiduels, comme il en a toujours existé à toutes les époques. Aelius Aristide, dans son discours A Rome, § 70, fait explicitement allusion aux troubles provoqués par “des infortunés Libyens, ou des misérables peuples de la mer Rouge, qui sont incapables de jouir des bienfaits de notre époque”. Il y eut en effet des incidents de la vie quotidienne comme le prouvent quelques textes d’Égypte sur des expéditions punitives contre les auteurs de rezzou144, mais l’allusion d’Aelius Aristide ne relève-t-elle pas du topos littéraire, sans qu’il y ait nécessité de chercher un support historique ? En Syrie et Arabie, on n’entend parler de rien après qu’Hérode et ses successeurs aient lutté contre les “brigands” du Trachôn, même si quelques graffitis laissés par les nomades du Safa font allusion à des incidents avec Rome, mais souvent difficiles à exploiter145. Il n’y a rien pour justifier la thèse d’une “menace nomade”146. En Égypte, dans les oasis, il faut attendre le milieu du iii e siècle pour avoir mention d’incidents sérieux147, mais on peut établir une liste d’incidents sporadiques avec les nomades du désert oriental grâce aux découvertes d’ostraca dans les fortins148.

  • 149 Cf. le tableau dressé à partir des inscriptions et de l’Histoire Auguste par Spaul 1997, 253-258 ( (...)

55De même, en Afrique, une fois passée la révolte de Tacfarinas qui ne met pas réellement en cause les nomades, le calme semble régner jusqu’à la reprise de l’agitation au iv e siècle, sauf peut-être en Tingitane où des troubles épisodiques sont signalés de façon continue depuis les Flaviens jusqu’au temps de Commode149, sans que l’on puisse mettre en cause spécifiquement des nomades.

  • 150 Cf. Dentzer 1999.

56Dans les sociétés des régions pré-désertiques, nomades et sédentaires vivent donc en symbiose, par la force des choses. Mais cela n’empêche pas que s’établissent entre eux des rapports de force variables avec le temps, obligeant tantôt les sédentaires à se protéger des raids de pillage, tantôt les nomades à lutter pour conserver la liberté de mouvement qui leur est indispensable. Le rapport de force évolue, mais n’aboutit jamais à l’élimination complète des uns ou des autres, et dans un milieu dominé par les nomades pasteurs, il reste possible pour les sédentaires de développer une économie agraire : on l’observe parfaitement dans le Hauran entre le i er s. a. C. et le i er s. p. C., où le relatif abandon des campagnes au profit des pasteurs nomades (ou du moins transhumants) n’empêche pas le lent combat des princes-clients hérodiens pour une colonisation agricole de la région150.

57Néanmoins, on sait comment Rome a mis au point au fil du temps un système de défense aussi complet que possible contre les peuples extérieurs. De l’Écosse à la mer Noire, en milieu non-désertique, elle a su édifier un système de protection d’une relative efficacité. Sur les marges arides qui nous intéressent ici, il n’était guère possible de mettre en œuvre une ligne de défense aussi dense (on verra qu’il y a des exceptions), ne serait-ce que parce cela aurait représenté un investissement démesuré eu égard aux populations et aux richesses qu’il convenait de protéger.

  • 151 On trouvera une belle illustration des positions classiques en ce domaine dans Leschi 1957, 65-74, (...)
  • 152 Sartre 1979, 37-53.
  • 153 Modéran 2003, 224.
  • 154 Trousset 1974.
  • 155 C’est ce qui ressort de la carte donnée par Spaul 1997, 257 ; cf. Spaul 1994, 105-119 ; cf. l’expo (...)
  • 156 Lesquier 1918, 414-417, suivi par Wagner 1987, 374, estimait qu’il existait dans les oasis d’Égypt (...)
  • 157 Cf. SHA, V. Aurélien, 33.41 ; V. Probus, 17.19 ; Zosime 1.71.
  • 158 Wagner 1987, 345, avec les sources.
  • 159 Wagner 1987, 390 ; possibilité d’une visite de détachements d’une cohorte III Ituraeorum dans le c (...)
  • 160 Reddé 2004 se demande d’ailleurs quels pourraient bien être les ennemis puisque les Blemmyes viven (...)
  • 161 Cf. la publication récente de Cuvigny 2003.

58La réponse de Rome a donc bien été militaire, au moins pour une part151. Mais j’observe que cela n’a pas été la première solution mise en œuvre, si l’on en croit les spécialistes d’histoire militaire. En Syrie et en Arabie, même s’il y a des garnisons dispersées en quelques points proches de la steppe dès l’époque augustéenne (on ignore évidemment tout pour la période antérieure, sauf que quelques uns des premiers gouverneurs pompéiens ont dû faire campagne contre les Arabes)152, on ne voit pas s’élever un réseau dense de fortins avant l’époque sévérienne, fortement renforcé sous la tétrarchie. Ainsi, en Tripolitaine, Bu Njem se met en place au tout début du iii e siècle, au contact des Nasamons, tout comme le poste de Zella, près de leur principal centre de l’intérieur, Augila153. Il semble en aller de même en Égypte, en Libye et en Afrique du Nord, notamment sur le limes tripolitanus154. Là, on assiste à un lent déplacement des camps depuis l’Africa en direction du sud et de l’ouest : le déplacement du camp de la IIIe légion Auguste d’Ammaedara vers Thélepte puis vers Lambèse suit les progrès de la colonisation agricole romaine. En Tingitane, la carte des implantations militaires romaines montre un quadrillage systématique de la province, sans aucune concentration des forces romaines le long de la frontière sud155. L’étude récente des constructions militaires en Égypte confirme l’importance de ces deux périodes dans la mise en état de défense du pays, et tend à diminuer le nombre d’édifices considérés comme défensifs156. Il est d’ailleurs logique de ne pas faire remonter trop haut la construction de fortins en dur, lorsque l’on voit que les attaques nomades ne sont pas antérieures au milieu du iii e siècle : menaces des Blemmyes du sud sur la vallée du Nil jusqu’à Coptos et Ptolémaïs au temps de Dèce157, attaques des Nobates, des Maziques puis des Blemmyes sur les villages de la Grande Oasis, des Goniotai (Marmariques) et des Mastitai contre le Fayoum, le désert de Nitrie, et la Petite Oasis vers la même époque158. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait aucun effort de protection plus tôt, puisque l’on voit une ala I Apriana dans la Petite Oasis dès 213, et que des éléments d’unités auxiliaires stationnés dans la vallée du Nil peuvent y faire des passages plus tôt159, mais, à l’évidence, ce n’est pas une préoccupation majeure des autorités160. Dans le désert arabique, on se contente de protéger les routes, avec des fortins et des tours de surveillance répartis tout au long161.

59Si les grandes étapes de la mise en état de défense face aux nomades paraissent obéir à peu de choses près à la même chronologie, cela signifie qu’à peu près partout les modalités de contrôle ont changé : celles qui avaient prévalu jusqu’aux Sévères paraissent désormais insuffisantes et le rôle de l’armée se trouve accru.

  • 162 Baradez 1949, à compléter par Trousset 1974 ; Trousset 1978, 125-155.
  • 163 Fentress 1979, 112 sq. ; Shaw 1982, 40-41.
  • 164 Shaw 1982, 42.

60Mais on doit aussi s’interroger sur la nature de ce système défensif et sur sa fonction réelle. En Afrique, l’analyse qui a longtemps prévalu du Fossatum Africae, un rempart contre les nomades en un secteur particulièrement menacé, ne peut plus être adoptée telle quelle162. D’une part parce que ce réseau ne couvre qu’une bien faible partie du secteur à protéger. D’autre part parce qu’on observe que les ruptures dans le système fortifié, parfois larges de plusieurs dizaines de kilomètres, correspondent précisément au passage des grandes routes des pasteurs nomades. Le système fortifié vise à diriger les nomades vers les routes que l’on veut leur voir emprunter, non à les empêcher d’entrer. Le réseau fortifié se révèle un élément du système de contrôle parmi d’autres, pas nécessairement un obstacle contre d’éventuelles invasions163. De plus, B. Shaw va plus loin en suggérant que le Fossatum Africae n’a qu’une fonction purement locale : protéger l’étroite bande de terre cultivable située en contrebas du massif du Hodna contre les menaces aussi bien de prédateurs venus du désert – donc des pasteurs nomades – que des villageois du massif lui-même164.

  • 165 Savignac 1933, 405-422 ; Savignac & Horsfield 1935, 245-278 ; Sartre 1982, 129 ; sur la résidence, (...)

61Cela doit nous éclairer aussi sur la fonction de postes isolés, placés parfois très loin en avant des zones sédentaires. Je songe, sur les marges de l’Arabie romaine, à des postes militaires romains comme Namara, Zélaf, Jathum, Qasr Burqu, ou Wadi Ramm. On est là dans le désert, et je ne vois pas en quoi ces postes auraient pu s’opposer en quoi que ce soit au passage d’un groupe nomade bien décidé ! La garnison aurait été massacrée sans aucune difficulté. Mieux vaut donc y voir des postes de surveillance, ou plus exactement des points de contact entre Rome et les nomades. En quelque sorte, Rome vient au-devant des nomades, sur leur propre terrain, afin d’établir ou de conserver avec eux un contact permanent. Certes, il s’agit bien pour Rome de surveiller – en cas d’agitation, on pouvait faire appel à des unités auxiliaires stationnées plus en retrait –, mais plus encore de contrôler. C’est sans doute là que les équivalents locaux des praefecti gentium ou des officiers des affaires indigènes exerçaient leurs fonctions de recensement ou nouaient leurs contacts politiques. À Wadi Ramm, on n’a d’ailleurs pas retrouvé la moindre trace d’un établissement militaire construit (il a pu être détruit), mais des officiers et soldats romains passent puisqu’ils ont laissé des inscriptions, et que Laurent Tholbecq a repéré récemment les vestiges d’une grande résidence. Le choix du site n’est sûrement pas dicté par des impératifs stratégiques, mais par la présence d’un sanctuaire indigène fort vénéré en l’honneur d’Allat165. Lorsque le numerus des Thamoudéniens élève vers 167 un sanctuaire du culte impérial à Ruwwafa, il n’a pas dû choisir le lieu au hasard : ce site à l’écart des principales routes caravanières doit être un point de rassemblement de nomades des environs, et donc un bon poste d’observation pour cette unité chargée du contrôle de cet espace. Les soldats devaient y avoir la même fonction que celle que l’on découvre maintenant chez ceux qui gardent la route de Coptos à Myos Hormos.

  • 166 Cuvigny 2003, 327-328.
  • 167 Cf. Rea 1990, 126-128.
  • 168 Cuvigny 2003, 329-331.
  • 169 Rebuffat 2004, 157-158. Cf. les textes réunis par Marichal 1992.

62L’étude de la route de Myos Hormos a bien mis en évidence, en effet, combien les postes répartis tout au long de la route avaient une double fonction de protection matérielle des voyageurs et de renseignement militaire. Quelques ostraca de Krokodilô attestent l’abondance des courriers échangés à tous les échelons de la hiérarchie militaire pour se tenir au courant des mouvements de nomades et des incidents survenus le long de la route. Ainsi, Arruntius Agrippinus, peut-être préfet de Bérénikè, envoie un courrier à tous les responsables de postes où il précise : “… à tous ceux qui apporteraient du ravitaillement depuis Coptos avec ma permission, fournissez des escortes plus sûres afin d’ôter aux barbares toute occasion de nuire. Quand vous aurez pris connaissance de la présente, transmettez là rapidement de garnison en garnison jusqu’à Myos Hormos et, si vous observez quelque chose de plus précis, prenez soin de m’en informer aussitôt” (O. Krok. 87, traduction H. Cuvigny)166. D’ailleurs, les troupes romaines possèdent des vestigatores, possédant des missions d’espionnage167, en grec strati) wtai éepài diwgmçon (O. Claud. II, 357), qui patrouillent dans le désert oriental168. Des observations semblables ont été faites en Libye par R. Rebuffat au sujet du poste de Gholaia (Bou Njem)169.

  • 170 Trousset 1980, 931-942.
  • 171 Cf. d’autres exemples chez Mattingly & Jones 1986, 87-96 ; Trousset 1984, 383-398 ; Trousset 1993- (...)

63Des installations militaires de refoulement, en apparence, peuvent bien n’avoir qu’une fonction de contrôle et de régulation des déplacements. Un très bel exemple a été donné par Pol Trousset avec les clausurae du Sud tunisien170. Les murailles du Chareb, construites à l’époque de Trajan, en rapport avec les bornages relatifs aux Nybgenii barraient tous les passages à travers la montagne pour qui voulait franchir la limite entre le désert et les zones cultivées du Bled Segui. Or ces murs ne sont appuyés sur aucun réseau de fortins, et en dépit de leur allure impressionnante (comme les fragments subsistants à Bir Oum Ali), ils ne peuvent avoir de valeur défensive. En revanche, ils obligent les nomades à emprunter les passages contrôlés par Rome et constituent une sorte de “zone d’attente pour les troupeaux et leurs bergers” (Trousset, p. 937) avant de se présenter au guichet du contrôle171.

  • 172 Gsell 1933.

64En conséquence, cela invalide largement les thèses en faveur d’un refoulement des nomades vers le sud, même si elles peuvent s’appuyer sur l’autorité de Pausanias (8.43.3) montrant les Maures fuyant jusque dans l’Atlas devant les troupes romaines au temps d’Antonin le Pieux. La thèse célèbre de Stéphane Gsell sur l’obligation faite aux nomades de s’emparer du Sahara et d’en chasser, de fait, les tribus “noires” s’en trouve singulièrement affaiblie172.

  • 173 CIL, VIII, 8813 et 8814 ; cf. Desanges 1962, 66-67.
  • 174 Benabou 1976, 429-445 (env. 20-25 bornes).
  • 175 Leschi 1957, 65-74.
  • 176 Shaw 1982, 38.

65Le contrôle passe aussi par d’autres voies, contraignantes ou non. Il y a d’abord les divers modes de bornage des territoires nomades. On a déjà évoqué le bornage des terres des Musulames, strictement encadré par les postes militaires de Théveste, d’Ammaedara et de Madaure, qui aboutit même à créer des enclaves musulames en pays colonisé. De même, on voit un procurateur de Maurétanie Césarienne, sous le règne d’Hadrien, procéder au cantonnement d’une tribu numide près de Gherria173, ce qui revient à la sédentariser partiellement. M. Benabou174 a défendu, après bien d’autres175, l’idée que les bornages connus en Afrique entre tribus et cités ou villages étaient le reflet de la politique de cantonnement de Rome à l’égard des nomades. C’est sans doute excessif car B. Shaw fait remarquer que cela ne concerne que quelques rares tribus sur les centaines dont les noms sont attestés176. Mais, pour ce qui nous concerne ici, c’est tout de même un moyen de contrôle de la terre et de ceux qui en jouissent, même si B. Shaw rappelle avec raison que ces territoires sont immenses et en rien moins riches que les autres, et que, dans le cas des Musulames au moins, cela ne prouve pas un reflux vers le sud. On est loin d’une politique de refoulement, mais bien plutôt dans le cadre d’une politique d’insertion des nomades dans la société locale, en fixant soigneusement les règles communes de partage de la terre. C’est au pire une politique de cantonnement.

66Le bornage de la Palmyrène sous Domitien par M. Ulpius Traianus, le père de l’empereur homonyme, me paraît aller dans le même sens d’une stricte délimitation visant à établir des droits de propriété et de parcours.

  • 177 Desanges 1962, 136.
  • 178 Desanges 1962, 129.
  • 179 Desanges 1962, 142, borne datée de 87 (IRT, 854), près de Syrte.
  • 180 Desanges 1962, 138, borne de 104-105 du côté des Musulames.
  • 181 Cf. plus haut.

67Mais les bornages ne concernent pas seulement les nomades, et sont souvent d’une interprétation difficile. On connaît de nombreuses opérations de bornage en Afrique du Nord qui paraissent bien tracer la limite entre une cité ou des villages et les terres d’une tribu dont des éléments peuvent être eux-mêmes paysans. Ainsi les bornages où apparaissent les noms des Suburbures177 peuvent n’avoir que des rapports lointains avec une politique de sédentarisation et donc de contrôle des nomades. En revanche, on est en terrain plus sûr avec les Nybgenii178 de la région du Djérid, dont le bornage précède la création de la civitas Turris Tamalleni (Telmine), avec les Zamucii179, les Tisibenenses180 et les Musulames181.

  • 182 Wagner 1987, 314.
  • 183 Cf. Reddé 2004, 205.
  • 184 O. Bu Njem, 71, 72.

68Il faut sans aucun doute faire une place aux péages et octroi de toutes sortes qui permettent aux autorités romaines de contrôler étroitement la circulation des biens et des marchandises. Certes, le but premier reste fiscal, mais ces postes de douane permettent aussi de connaître les mouvements de nomades. On les apprécie assez bien en Égypte où des bordereaux nombreux ont été retrouvés. On voit que les fonctionnaires romains savaient que tel caravanier (avec un ou deux chameaux parfois, ou quelques ânes) circule entre l’Arsinoïte et la Petite Oasis, ou entre Coptos et Myos Hormos, etc. Il existait de tels péages en de multiples endroits de l’Égypte, mais on devine que ceux qui étaient mis en place dans les oasis risquent d’avoir été plus efficaces que ceux de la vallée ; il en existait ainsi un à la sortie de l’oasis de Bahariyyah182, et ce que l’on a pris pour un fortin romain à Douch (Kysis) n’est sans doute qu’un poste de douane permettant de la même façon de contrôler les mouvements183. L’inventaire exhaustif de ces bordereaux d’octroi reste à faire et serait sans doute intéressant, même si ceux-ci ne concernent évidemment pas seulement les nomades. Mais ces bureaux conservaient les traces du franchissement des péages par les nomades, comme celui des Garamantes à Bou Njem184.

  • 185 Inventaire des bureaux du portorium dans Rebuffat 2004, 168, et des péages, p. 169-170.
  • 186 CIL, VIII, 4508 ; cf. 18643 : Darmon 1964, 6-23.
  • 187 Trousset 2002-2003, 355-373.
  • 188 CIL, VIII, 24512 ; cf. Courtois 1955, 98.
  • 189 Napoli 1997, 397-460 (397-407, sur celui de Sala).

69En Afrique du Nord, on a repéré nombre d’octrois, péages ou bureaux du portorium qui ont pu jouer un rôle dans le contrôle de la mobilité des individus, et en particulier des nomades185. L’octroi de Aïn Zraïa (Zarai) (Algérie) relève de la même stratégie de contrôle : vingt-deux des presque quarante marchandises taxées dont le nom est conservé sont des produits de l’économie pastorale nomade ; on ne relève en revanche aucun produit typique des sédentaires, en dehors de quelques produits venus des oasis (alun, dattes, figues)186. P. Trousset en a d’ailleurs donné récemment une nouvelle analyse très convaincante, montrant qu’entraient par là dans la province de Numidie toutes les marchandises qui cheminaient depuis le golfe de la Petite Syrte jusqu’aux oasis du pré-désert et au Tell ; ainsi, le poste de Zarai contrôlaient tous les mouvements de ceux qui souhaitaient convoyer des marchandises dans la province187. Celui de Maxula (Radès), près de Carthage, pas antérieur au iv e siècle, taxe ainsi les chameaux et les chameliers188. Mais il est plus intéressant encore de noter les barrières à guichet, dont Joëlle Napoli a fait l’inventaire en étudiant précisément celle qui était placée au sud de Sala189.

  • 190 I. Portes 67.
  • 191 Cuvigny 2003, 273 et 374-375.

70En Égypte, le péage de Coptos190, daté de 90 p. C., semble a priori ne concerner que certaines catégories de personnes, marins, artisans et surtout femmes, qui paient ici une sorte de droit de sortie, l’ ἀποστóλιον191, mais les moyens de transport et quelques articles (mâts, vergues, cadavres) sont aussi soumis à taxation. Bien que soldats, fonctionnaires en mission et sans aucun doute pasteurs et nomades ne soient pas soumis aux taxes, il est probable que le péage faisait office de filtre et permettait de surveiller le passage.

  • 192 Édit d’Anastase, SEG, 9.356, § 11, l. 46-52, qui rappelle aux soldats et agents impériaux d’avoir (...)
  • 193 Cité par Rebuffat 2004, 158.

71Le passage de la frontière par les nomades ne se fait pas sans contrôle. Les Maces pouvaient se flatter, au début du vi e siècle, de bénéficier de lettres du “magnifique préfet” les autorisant à circuler librement à travers toute la Pentapole de Cyrénaïque192. Dans la lettre d’Augustin à Publicola signalée plus haut, il est fait mention des serments et contre-serments échangés à la frontière par les nomades venus chercher du travail temporaire et les soldats qui les contrôlent193. Des attestations (epistola) sont délivrées à la frontière.

  • 194 Cf. Rebuffat 1993, 23-33, avec de nombreux exemples qui font songer à la situation des princes-cli (...)
  • 195 Benabou 1976 446-457 ; Leveau 1973, 153-192 ; Lepelley 1974, 285-295 ; Shaw 1982, 39 ; Letta 2000, (...)
  • 196 Sur les colloquia avec les Baquates notamment, cf. Frézouls 1957, 65-116 ; Christol 1988, 305-337.

72Mais Rome procède aussi au contrôle des nomades de façon indirecte en développant les relations politiques avec les tribus nomades. Elle a reconnu l’existence de chefferies locales qui lui fournissent des interlocuteurs tenus pour responsables. Elle peut, éventuellement, leur conférer son investiture, ce qui fait dépendre leur légitimation de sa propre bonne volonté, sur le modèle de ce que l’on observe ailleurs pour les princes-clients194. En Afrique, on a bien étudié les praefecti gentium195, officiers romains préposés au commandement des tribus nomades, et les principes gentium, chefs indigènes reconnus par les autorités. De même, les colloquia avec les tribus permettent de maintenir des relations pacifiques et d’apaiser les différends196.

  • 197 Déjà Sartre 1982, 126 ; Macdonald 1993, 368-377.
  • 198 Hadrien fils de Soados, à Malka : Wadd. 2196.
  • 199 Odeinath fils de Saouados à Rama : Wadd. 2236.

73On devine quelque chose de semblable chez les ethnarques et les phylarques du Hauran, en Syrie, même si leur rôle paraît surtout militaire197. Néanmoins, la juxtaposition pour un même individu de deux titres, comme ethnarque et stratège des nomades198 ou stratège et phylarque199 me paraît plaider pour une double fonction, politique et militaire, de ces individus. Mais la documentation syrienne reste très pauvre en ce domaine et permet difficilement d’établir des parallèles avec l’Afrique.

74Par ailleurs, l’octroi de la citoyenneté romaine à certains de ses chefs vise à les intégrer dans la notabilité provinciale et, plus largement, dans la société globale, en les dépouillant en quelque sorte de leur supposée sauvagerie de nomades. On connaît bien par la table de Banasa le cas des Zegrenses : mais sont-ils encore nomades ou même l’ont-ils jamais été ?

  • 200 Cf. Marcone 1991, 105-114.

75On ne peut éviter, pour conclure, de se poser la question des objectifs de Rome dans sa politique envers les nomades de son Empire. S’agit-il de refouler les nomades après avoir fait le tri entre ceux qui acceptent de se sédentariser et les autres ? Un bon nomade n’est-il pas un nomade devenu sédentaire ? La sédentarisation n’est-elle pas l’un des éléments d’une politique destinée à faciliter les contrôles en entravant la mobilité ? Car il est clair que la mobilité reste mal vue par les États, autrefois comme aujourd’hui. Le gendarme suspecte l’errant, quoi qu’il fasse200.

  • 201 Cf. Sartre 2001, 783-784.

76Certes, on peut établir une liste des nomades sédentarisés. Naturellement, il faudrait faire la part du temps, ce qui est sans doute assez difficile à partir des seules sources littéraires. Mais, lorsque par chance l’archéologie vient compléter nos informations, on devine des phénomènes de sédentarisation au moins partielle. La question se pose pour les nomades du harra, dont M. Macdonald a voulu faire des nomades absolus, rejetant les théories émises avant lui sur le caractère transhumant de ces pasteurs. Il a sûrement raison de rejeter cette image que j’avais moi-même contribué à accréditer, mais je crois qu’il a tort de nier pour ces tribus tout contact avec les villages sédentaires. D’abord parce que la découverte de quelques inscriptions dans les villages montre qu’ils les fréquentent et, à mon avis, s’y installent parfois : la découverte d’un linteau de tombeau monumental inscrit en safaïtique à Rushaydé, sur l’extrême bordure orientale du Jebel Druze, incite à imaginer une certaine forme de lien entre ces nomades et le village en question. De plus, il me semble que la présence de quelques inscriptions grecques mentionnant dans les villages des membres de tribus du harra comme les Awidh – la plus puissante de ces tribus – plaide dans le même sens. De même, en dépit des incertitudes et des difficultés de l’interprétation, l’analyse onomastique me paraît aller dans le même sens : est-ce vraiment le hasard si les noms arabes fréquents chez les gens du harra se trouvent en grand nombre dans les inscriptions grecques des villages de l’est du Hauran ? Ce faisceau d’indices invite à conclure à une semi-sédentarisation d’une partie au moins des tribus nomades, sans que l’on soit en mesure de proposer une chronologie du phénomène. On donnera tout de même deux indices : les plus anciennes inscriptions safaïtiques datées appartiennent au i er s. a. C. et au i er s. p. C. puisqu’elles semblent faire allusion à Pompée, Hérode, Germanicus et Hérode Philippe201. Les inscriptions grecques des villages où abondent les noms arabes ne remontent guère au-delà de l’époque des Sévères, et doivent appartenir globalement aux iii e et iv e siècles. S’il y eut sédentarisation partielle, ce ne fut donc qu’assez tard.

  • 202 Rebuffat 1987, 33-68.
  • 203 Plut., Marius, 73.1 ; cf. Gascou 1969, 537-599.

77Mais on trouverait bien d’autres exemples de sédentarisation de nomades. Ainsi, les Maces de Libye, nomades au temps d’Hérodote, se sont partiellement sédentarisés lorsque les Romains établissent le fortin de Bou Njem, et les fermes repérés dans la région doivent au moins en partie leur appartenir202. En Numidie, comment les Musulames pourraient-ils vivre en nomades alors que leurs territoires sont étroitement bornés ? Les Gétules nomades enrôlés par Marius dans les ultimes phases de la guerre contre Jugurtha reçoivent des lots de terre203, ce qui impliquent soit qu’ils sont déjà en partie sédentaires, soit qu’ils le deviennent.

78Mais je ne suis pas sûr que cela soit le résultat d’une politique volontariste de Rome. C’est plutôt la conséquence des progrès de la mise en valeur des régions steppiques, de la pression démographique qui conduit à installer des villages aux marges des zones cultivables. Le souci de contrôler les nomades n’est que secondaire, et ne s’impose que parce qu’il convient de protéger les installations qui mordent sur les terrains de parcours traditionnels. Lorsqu’on parvient à se mettre d’accord sur un partage des ressources, rien n’empêche les nomades de continuer à mener leur vie propre, fût-elle jugée sauvage et peu civilisée par les autorités.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aliquot, J. (1999-2003) : “Les Ituréens et la présence arabe au Liban du ii e siècle a. C. au iv e siècle p. C.”, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 56, 161-290.

Banning, E. B. (1986): “Peasants, Pastoralists and Pax Romana : Mutualism in the Southern Highlands of Jordan”, BASOR, 261, 25-50.

— (1987): “De Bello Paceque : a Reply to Parker”, BASOR, 265, 52-54.

Baradez, J. (1949): Fossatum Africae, Paris.

Béjaoui, F., éd. (2003) : Histoire des Hautes Steppes, Tunis.

Benabou, M. (1976) : La résistance africaine à la romanisation, Paris.

Benseddik, N. (1982) : Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut Empire, Alger.

Berthier, A. (1968) : “Nicibes et Suburbures. Nomades ou sédentaires ?”, Bulletin d’Archéologie Algérienne, 3, 293-300.

Camps, G. (1955) : Revue Africaine, 277-284.

Carcopino, J. (1925) : “Le limes de Numidie et sa garde syrienne”, Syria, 6, 1925, 30-57 et 118-149.

Christol, M. (1988) : “Rome et les tribus indigènes en Maurétanie Tingitane”, Africa Romana, 5, 305-337.

Courtois, Chr. (1955) : Les Vandales et l’Afrique, Paris.

Cribb, R. (1991) : Nomads in Archaeology, Cambridge.

Cuvigny, H., éd. (2003) : La route de Myos Hormos, I-II, Le Caire.

Darmon, J.-P. (1964) : “Note sur le Tarif de Zarai”, Cahiers de Tunisie, 12, 6-23.

Dauge, Y.-A. (1980) : Le Barbare. Recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation, Bruxelles.

Dentzer, J.-M. (1999) : “L’espace des tribus arabes à l’époque hellénistique et romaine : nomadisme, sédentarisation, urbanisation”, CRAI, 231-261.

Desanges, J. (1962) : Catalogue des tribus africaines de l’antiquité classique à l’Ouest du Nil, Mâcon.

— (1978a) : “Remarques critiques sur l’hypothèse de l’importation de l’or africain dans le monde phénicopunique”, in : Actes du IIe Congrès International d’étude des cultures de la Méditerranée occidentale, Alger, 52-58.

— (1978b) : Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique, Paris.

— (1980) : “Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numidie traditionnelle”, AntAfr, 15, 77-89.

— (1989) : “Arabes et Arabie en terre d’Afrique dans la géographie antique”, in : Fahd 1989, 413-429.

— (1998a) : Encyclopédie berbère, s. v. Garamantes, 2969-2971.

— (1998b) : Encyclopédie berbère, s. v. Gétules, 3063-3065.

— (1999a) : Toujours Afrique apporte fait nouveau, Paris.

— (1999b) : “Aperçu sur les contacts transsahariens” in : Desanges 1999a, 243-244.

Devallet, G. (1983) : “Le nomade africain chez les poètes épiques latins”, communication aux Journées d’études du Groupe de Recherches sur l’Afrique Antique de Montpellier, février 1983.

— (2003) : “Vagi, palantes Afri. Quelques réflexions sur l’image romaine du nomade africain” in : Béjaoui 2003, 31-38.

Digard, J.-P. (1990) : “Les relations nomades-sédentaires au Moyen-Orient. Éléments d’une polémique”, in : Francfort 1990, 97-111.

Doughty, Ch. (1884) : Documents épigraphiques recueillis dans le Nord de l’Arabie, Paris.

Dunant, Chr. (1971) : Le sanctuaire de Baalshamin à Palmyre, III : Les inscriptions, Genève.

Euzennat, M. (1984) : “Les troubles de Maurétanie”, CRAI, 372-393.

— (1989) : Le limes de Tingitane, la frontière méridionale, Paris. Expédition Philby-Ryckmans-Lippens (1962) : Expédition Philby-Ryckmans-Lippens en Arabie (1951-1952), Louvain, Publications universitaires, 1962 (Bibliothèque du Muséon 50).

Fahd, T., éd. (1989) : L’Arabie préislamique et son environnement historique et culturel, Leyde.

Fentress, E. (1979) : Numidia and the Roman Army : Social, Military and Economic Aspects of the Frontier Zone, Oxford.

Floriani Squarciapino, M. (1980): “Sulle antiche fonti riguardanti le relazioni dei Romani con le regioni trans-sahariane in età impériale”, Quaderni di Archeologia della Libia, 11, 113-118.

Francfort, H.-P., éd. (1990) : Nomades et sédentaires en Asie Centrale. Apports de l’archéologie et de l’ethnologie.

Freeman, Ph. et D. Kennedy, éd. (1986): The Defence of Roman and Byzantine East, Oxford.

Frézouls, Edm. (1957) : “Les Baquates et la province romaine de Tingitane”, BAM, 2, 65-116.

Gascou, J. (1969) : “Inscriptions de Tébessa, 4 : Marius et les Gétules”, MEFRA, 81, 537-599.

Graf, D. F. (1989): “Rome and the Saracens: Reassessing the Nomadic Menace”, in: Fahd 1989, 341-400.

Graf, D. F. et M. P. O’Connor (1977): “The Origin of the Term Saracen and the Rawwafa Inscriptions”, Byzantine Studies/Études byzantines, 4, 52-66.

Gsell, St. (1915) : Hérodote, Alger.

— (1927) : Histoire Ancienne de l’Afrique du Nord, V : Les Royaumes indigènes. Organisation sociale, politique et économique, Paris.

— (1933) : “La Tripolitaine et le Sahara au iii e siècle de notre ère”, Mémoires de l’AIBL, 43.

Hamdoune, Chr. (2003) : Les auxilia externa africains des armées romaines, Montpellier.

Hartog, F. (1980) : Le miroir d’Hérodote, Paris.

Hoyland, R. G. (2001): Arabia and the Arabs from the Bronze Age to the Coming of Islam, Londres - New York.

Huber, Ch. (1891) : Journal d’un voyage en Arabie, 1883-1884, Paris.

Institut Fernand-Courby (1970) : Nouveau Choix d’inscriptions grecques, Paris.

Isaac, B. (1990): The Limits of the Empire, Oxford.

Jaussen, A. et R. Savignac (1909-1914) : Mission archéologique en Arabie, Paris, (reprint Le Caire, 1997).

Kugener, A.-M. (1907) : “Sur l’emploi en Syrie, au vi e siècle de notre ère, du mot ‘ barbare’dans le sens de ‘ arabe’”, Oriens Christianus, 7, 408-412.

Kupper, J.-R. (1957) : Les nomades en Mésopotamie au temps des rois de Mari, Paris.

— (1959) : “Le rôle des nomades dans l’histoire de la Méopotamie ancienne”, JESHO, 2, 1959, 113-127.

Laroche, E. (1949) : Histoire de la racine NEM-en grec ancien, Paris.

Lassère, J.-M. (1982) : “Un conflit routier : observations sur les causes de la révolte de Tacfarinas”, AntAfr, 18, 11-25.

Le Bohec, Y. (1989) : Les unités auxiliaires de l’armée romaine en Afrique proconsulaire et en Numidie sous le Haut Empire, Paris.

— (2005) : Histoire de l’Afrique romaine, 146 avant J.-C.-439 après J.-C., Paris.

Lepelley, Cl. (1974) : “La préfecture de tribu dans l’Afrique du Bas Empire”, Mélanges W. Seston, Paris, 285-295.

Leschi, L. (1957) : “Rome et les nomades du Sahara central”, Études, Paris, 65-74.

Lesquier, J. (1918) : L’armée romaine d’Égypte d’Auguste à Dioclétien, Paris.

Letta, C. (2000): “I praefecti di tribu non urbanizzati in Africa e in Europa”, Africa Romana, 14, 2093-2109.

Leuvin, A. S. et P. Pellegrini (2007): The Late Roman Army in the Near East from Diocletien to the Arab Conquest, BAR IS 1717, Oxfor.

Leveau, Ph. (1973) : “L’Aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentium en Afrqiue du Nord”, AntAfr, 7, 153-192. Lévi-Strauss, Cl. (1964) : Le cru et le cuit, Paris.

Lippens, Ph. (1956) : Expédition en Arabie centrale, Paris.

Liverani, M. (2000): “The Garamantes. A Fresh Approch”, Libyan Studies, 31, 17-38.

Lozachmeur, H., éd. (1995) : Présence arabe dans le Croissant Fertile avant l’Hégire, Paris.

Luisi, A. (1994): Popoli dell’Africa Mediterranea in età romana, Bari.

Luke, J. T. (1965): Pastoralism and Politics in the Mari Period: a Re-examination of the Character and Political Significance of the Major Semitic Tribal Groups in the Middle Euphrates, ca. 1828-1758 BC, PhD University of Michigan, Ann Arbor.

Macdonald, M. C. A. (1993): “Nomads and the Hawran in the late hellenistic and roman Periods: a Reassessment of the epigraphic Evidence”, Syria, 70, 303-413.

— (1995) : “Les Saracènes, l’inscription de Rawwafa et l’armée romaine”, in : Lozachmeur 1995, 93-101.

Marcone, A. (1991): “Nota sulla sedentarizzazione forzata delle tribù nomadi in Africa alla luce di alcune iscrizioni”, Africa Romana, 11, 105-114.

Marichal, R. (1992) : Les ostraca de Bu Njem, Tripoli.

Mattingly, D. J. (1995) : Tripolitania, Londres.

Mattingly, D. J. et G. D. B. Jones (1986) : “A new clausura in Western Tripolitania : Wadi Skiffa South”, Libyan Studies, 17, 87-96.

Melani, C. (1994) : “Roma e le tribu della Mauretania Cesariense nell iii secolo d. C. : una difficile convivenza”, Athenaeum, 82, 153-176.

Migliario, E. (1999): “Gentes foederatae. Per una riconsiderazione dei rapporti romano-berberi in Mauretania Tingitana”, in: Atti della Accademia Nazionale dei Lincei. Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche, Rendiconti, 10, 3, 427-461.

Moatti, Cl., éd. (2004) : La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome.

Modéran, Y. (2003) : Les Maures, Paris.

Momigliano, A. (1966): Studies in Historiography, Londres.

Moscati, S. (1959): The Semites in Ancient History: An Inquiry into the Settlement of the Beduin and their Political Establishment, Cardiff.

Napoli, J. (1997) : Recherches sur les fortifications linéaires romaines, Rome.

Napoli, J. et R. Rebuffat (1993): “Clausurae”, in: Roman 1993, 35-43.

Nieto Navarro, M. (1987): “Las incursiones de los Mauri en la Betica durante el reinado de Marco Aurelio. Nuevo estado de la cuestión”, España y el Norte de Africa, 215-225.

O’Connor, M. P. (1986): “The Etymology of Saracen in Aramaic and Pre-Islamic Contexts”, in: Freeman & Kennedy 1986, 603-632.

Parker, S. Th. (1987a): “Peasants, Pastoralists and Pax Romana: a Different View”, BASOR, 265, 35-51 — (1987b): The Saracens and Rome, Philadelphie.

Philby, H. St. J. B. (s. d.): Epigraphical Expedition in Sa’udi Arabia, 1951-52, S. l., s. d., [1954 ?].

Piganiol, A. (1949) : L’Empire chrétien, Paris.

Rea, J. (1990): “Vestigationes”, ZPE, 82, 126-128.

Rebuffat, R. (1987) : “Les fermiers du désert”, Africa Romana, 5, 33-68.

— (1990) : “Nomadisme et archéologie” in : L’Afrique et l’Occident romain, Rome, 231-247.

— (1993) : “L’investiture des chefs de tribus africains”, in : Vallet & Kazanski 1993, 23-33.

— (2004) : “Mobilité des personnes en Afrique romaine”, in : Moatti 2004, 155-203.

Reddé, M. (1991) : “À l’Ouest du Nil : une frontière sans soldats, des soldats sans frontière”, Roman Frontier Studies 1989, Oxford, 485-493.

— (2003) : Kysis, Le Caire.

— (2007) : “L’occupation militaire tardive dans les oasis d’Égypte. L’exemple de Douch”, in : Leuvin & Pellegrini 2007, 421-429.

Retsö, J. (2003): The Arabs in Antiquity: their History from the Assyrians to the Umayyads, Londres - New York.

Roman, Y., éd. (1993) : La frontière, Lyon (Travaux de la Maison de l’Orient, 21).

Ruprechtsberger, E. M. (1997), Die Garamenten, Mayence.

Sartre, M. (1975) : “Sur quelques noms sémitiques relevés en Tingitane”, AntAfr, 9, 153-156.

— (1979) : “Rome et les Nabatéens à la fin de la République (65-30 av. J.-C.)”, REA, 81, 37-53.

— (1982) : Trois Études sur l’Arabie romaine et byzantine, Bruxelles.

— (2001) : D’Alexandre à Zénobie, Paris.

Savignac, R. (1933) : “Le sanctuaire d’Allat à Iram”, RBi, 42, 405-422.

Savignac, R. et G. Horsfield (1935) : “Le sanctuaire d’Allat à Iram”, RBi, 44, 245-278.

Schottroff, W. (1982): “Die Ituräer”, ZDPV, 98, 125-152.

Seyrig, H. (1941) : “Postes romains sur la route de Médine”, Syria, 22, 218-223 (= Antiquités Syriennes, 3, 162-167).

Shahid, I. (1995) : Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., s. v. Saracens, Leyde.

Shaw, B. D. (1982): “Fear and Loathing : The Nomade Menace and Roman Africa”, in: Wells 1982, 25-46.

— (1982-1983): “‘Eaters of Flesh, Drinkers of Milk’: the Ancient Mediterranean Ideology of the Pastoral Nomad”, AncSoc, 13-14, 5-31.

— (1999): Rulers, Nomads, and Christians in Roman North Africa, Aldershot.

Spaul, J. (1994): “The Roman Frontier in Marocco”, University College London, Institute of Archaeology Bulletin, 30, 105-119.

— (1997): “Across the frontier in Tingitana”, Roman Frontier Studies 1995, Oxford, 253-258.

Swanson, J. T. (1975): “The Myth of Trans-Saharan Trade during the Roman Era”, International Journal of African Historical Studies, 8, 582-600.

Syme, R. (1951): “Tacfarinas, Thubursicu, Musulami”, in: Studies in Roman Economic and Social History in honor of A. C. Johnson, Princeton, 113-130.

— (1979): Roman Papers, I, Oxford, 218-230.

Tholbecq, L. (1998): “The Nabataeo-Roman Site of wadi Ramm (Iram). A New Appraisal”, Annual of the Department of the Antiquities of Jordan, 42, 241-254.

Trousset, P. (1974) : Recherches sur le limes tripolitanus du Chott el-Djerid à la frontière Tuniso-Libyenne, Paris.

— (1978) : “Les bornes du Bled Segui : nouveaux aperçus sur la centuriation romaine du Sud Tunisien”, AntAfr, 12, 125-155.

— (1980) : “Signification d’une frontière : nomades et sédentaires dans la zone du limes d’Afrique”, Roman Frontier Studies 1979, Oxford, 931-942.

— (1982a) : “L’image du nomade saharien dans l’historiographie antique”, in : Production pastorale et société. Bulletin de l’équipe Écologie et anthropologie des sociétés pastorales, 10, 97-105.

— (1982b) : “Villes, campagnes et nomadisme dans l’Afrique du Nord antique. Représentations et réalités”, in : Villes et campagnes dans l’Empire romain, Aix-en-Provence, 195-205.

— (1984) : “Note sur un type d’ouvrage linéaire du limes d’Afrique”, in : Actes du Ier colloque sur l’Histoire et l’Archéologie de l’Afrique du Nord, 383-398.

— (1993-1995) : “Nouvelles barrières de contrôle dans l’extrême sud tunisien”, BCTH, Afrique du Nord, 24, 155-163.

— (1994) : Encyclopédie berbère, s. v. Cidamus.

— (1997) : “Un nouveau document sur la limitation de C. Vibius Marsus”, Roman Frontier Studies, 1995, Oxford, 3-11.

— (1998) : Encyclopédie berbère, s. v. Garama.

— (2002-2003) : “Le Tarif de Zaraï : essai sur les circuits commerciaux dans la zone présaharienne”, AntAfr, 38-39, 355-373.

Vallet, F. et M. Kazanski, éd. (1993) : La noblesse romaine et les chefs barbares du iii e au vii e siècle, Paris.

Villeneuve, F. (1986) : “Ad-Diyatheh : village et castellum romains et byzantins à l’Est du Jebel Druze (Syrie)”, in : Freeman & Kennedy 1986, 697-715.

Wagner, G. (1987) : Les Oasis d’Égypte à l’époque grecque, romaine et byzantine d’après les documents grecs : recherches de papyrologie et d’épigraphie grecques, Le Caire.

Wells, C. M., éd. (1982) : Roman Africa/Afrique Romaine, Ottawa.

Winnett, F. V. et W. L. Reed (1970): Ancient Records from North Arabia, Toronto.

Notes

1 Piganiol 1949, 422 ; idée reprise par Le Bohec 2005, 259, qui cherche les assassins du côté de Rome, “l’incompétence du pouvoir politique et la nullité de l’armée”.

2 Voir la réfutation des thèses classiques de Kupper 1957 et Moscati 1959, par Luke 1965.

3 Un exemple parmi d’autres, les nomades de Germanie décrits par Str. 7.1.3, d’après Posidonios.

4 Str. 6.4.2, faisant le compte des peuples qui obéissent aux Romains et sont dociles, précise : “on peut en dire autant des peuples qui vivent au-delà de l’Istros, tout autour du Pont-Euxin, compte non tenu des habitants du Bosphore, qui font preuve de soumission, et des Nomades, qui ne sont bons à rien à cause de leur caractère insociable et qu’il suffit de surveiller” (trad. F. Lasserre).

5 Un exemple frappant de cette assimilation entre tribus et nomades est fournie par l’article de Devallet 2003, qui s’appuie sur un corpus de textes tirés de Lucain, Virgile (L’Énéïde) et Silius Italicus dont à peu près aucun, vérification faite, ne permet d’affirmer que les auteurs considèrent les peuples en question comme nomade. Tout au plus, dans la longue énumération des peuples qu’il donne en 3.265-305, Silius Italicus semble indiquer comme nomades les Adyrmachides, les Gétules et les Garamantes. Il faut noter que l’emploi systématique de “Nomades” pour “Numides” chez cet auteur interdit de s’appuyer sur cette dénomination comme caractéristique d’un genre de vie ; ainsi, il admet que les Nomades et les Garamantes, avec d’autres, livrent leurs villes à Regulus, ce qui s’accorde mal avec leur supposé nomadisme (6.675-676).

6 Observations déjà faites par Shaw 1982, 32, à propos des Gétules.

7 Trousset 1982b, 195-205, en particulier 198.

8 Momigliano 1966, 96.

9 Cribb 1991, 15-22, insiste à juste titre sur le caractère vague des termes employés. On peut ici se contenter du critère de la mobilité permanente ou temporaire, ce qui permet d’englober à la fois les nomades et les transhumants.

10 Cf. à ce sujet la polémique qui a opposé, pour l’Arabie, S. Th. Parker à E. B. Banning : Banning 1986, 25-50 ; Parker 1987a, 35-51 ; Banning 1987, 52-54. Cf. aussi : Graf 1989, 341-400 ; Isaac 1990, 68-77 ; Macdonald 1993, 323-336.

11 Shaw 1982, 25-46.

12 Mon collègue Yann Le Bohec a eu la gentillesse de me faire profiter de son érudition africaine pour me communiquer quelques titres de livres ou d’articles dont j’ai tiré profit. Qu’il soit ici vivement remercié.

13 Laroche 1949, 115-129.

14 Sal., Iug., 18, estime que les Africains primitifs se donnèrent eux-mêmes le nom de nomades parce qu’ils erraient sans cesse, ce qui ne résout évidemment rien. Festus 179L établit le rapport entre Numides et nomades : Numidas dicimus, quos Graeci Nomadas, siue quod id genus hominum pecoribus negotiatur, siue quod herbis, ut pecora, aluntur.

15 Pind., P., 9.123 ; Hdt. 4.181 etc.

16 À dire vrai, on ne sait si Numidae dérive de “nomades” ou s’il s’agit d’un ethnique indigène assimilé tardivement au grec νοµάδες comme par jeu de mot : Desanges 1962, 127.

17 Cf. notamment Desanges 1980, 77-89 (= Desanges 1999a, 181-196, en particulier p. 183).

18 Diod. 20.55.4.

19 Pol. 2.33 ; sur le nom et l’origine des Numides : Gsell 1927, 105-109.

20 Eratosthène dans Str. 3.5.5.

21 Diod. 20.55.4.

22 Pol. 36.16 : d’un pays totalement stérile, la Numidie, Massinissa fait un riche pays agricole en sédentarisant la partie nomade de ses sujets dans la première moitié du ii e siècle a. C.

23 Verg., A., 4.320 et 535 ; Silius Italicus 1.215 ; 2.265 ; 3.290 ; 5.194 ; 6.675, etc., mais certaines références paraissent exclure le nomadisme : 6.675 : les Numides livrent leurs villes ! Martial 12.2.6.

24 Sal., Iug., 91.4 et 6.

25 Sal., Iug., 78.4.

26 Desanges 1962, 192-196.

27 Procop., Pers., 1.19.27-32.

28 On peut se reporter à ce sujet à deux études récentes, l’une et l’autre peu satisfaisante en définitive : Hoyland 2001 et Retsö 2003, qui me paraît donner une définition beaucoup trop restreinte des Arabes ; à ce sujet, cf. la journée d’études organisée à Lyon en janvier 2005, Topoi, 14, 2006, 9-178.

29 Cf. le texte de Diodore ci-dessous qui évoque des Arabes agriculteurs.

30 Str. 6.4.2.

31 Diod. 19.94.

32 Hor., Carm., 1.35.38.

33 Pomponius Méla, Chorographie, 3.80, estime que tout autour de la mer Rouge sont installés des Arabes ; cf. Desanges 1989, 413-429 (= Desanges 1999a, 325-337).

34 Str. 6.4.2 : “Le reste de l’Asie est occupé principalement par des Scénites et des nomades qui résident à des distances inaccessibles”.

35 Str. 16.2.11.

36 Ptol. 4.7.10.

37 On le trouve par exemple chez Cyrille de Scythopolis, Vie de Saint Euthyme le Grand, 25, à propos de Pierre-Aspébet, évêque des Arabes nomades des Paremboles.

38 L’une des premières attestations se trouve chez Eus., HE, 6.42.4, citant Denys d’Alexandrie au sujet des persécutions du temps de Dèce ; le mot est absent du Dictionnaire de Liddell & Scott. Il devient courant à partir du iv e siècle, notamment chez Ammien Marcellin (14.4 ; 23.3 ; 31.16.5-6), puis, plus tard, par exemple chez Cyrille de Scythopolis, Vie de Saint Euthyme le Grand, 18-19 ; Procop., Pers., 1.17.47. Sur les origines et le sens du mot, cf. Graf & O’Connor 1977, 52-66 ; contra Macdonald 1995, 93-101, qui propose une interprétation nouvelle particulièrement intéressante. Sur l’étymologie de “saracène”, cf. aussi O’Connor 1986, 603-632 ; Shahid 1995.

39 Devallet 2003, 31-38, s’intéresse à l’image des nomades d’Afrique chez Lucain et Silius Italicus. Plus détaillé sur les termes de l’errance et les genres de vie, Dauge 1980, 620-626.

40 Devallet 2003, 37-38.

41 On trouvera l’essentiel dans l’article synthétique de Shaw 1982-1983, 5-31 (repris Shaw 1999, § VI). Cf. aussi Dauge 1981, 620-626, qui montre comment le nomade est l’expression ultime du barbare. Je n’ai pu voir Trousset 1982a, 97-105 et Devallet 1983.

42 Cf. l’analyse de Shaw 1982-1983, 21-24. On pourrait trouver les mêmes notations dans les textes mésopotamiens : cf. Shaw 1982, 25-46, en particulier p. 25-26 (repris dans Shaw 1999, § VII).

43 Idée déjà présente chez Hécatée, FGrHist, 1 F 334-335, et Hellanikos, FGrHist, 4 F 67. Pour Hérodote, les Scythes sont un peuple mixte, mais en fait il observe que l’étendue du peuple en fait un agrégat de tribus qui sont soit entièrement paysannes, soit entièrement nomades.

44 Arist., Pol., 1256a, 30-40 ; 1256b, 1-2.

45 Diod. 19.97 place ce discours dans la bouche des Nabatéens eux-mêmes : “Roi Démétrios, dans quelle intention ou sous quelle contrainte nous combats-tu, nous qui habitons dans le désert, dans des lieux sans eau, sans grains, sans vin, sans rien, en un mot, qui touche aux nécessités de la vie, chez vous ? C’est parce que nous ne voulons être esclaves en aucune manière que nous nous sommes réfugiés dans un territoire qui manque de tout ce qui est ailleurs en usage chez les autres peuples et que nous avons choisi un mode de vie solitaire et tout à fait sauvage, sans vous porter aucun tort”.

46 Arist., Pol., 1256a, 29-30, le qualifie clairement d’inactif ; dans la mesure où il exploite des animaux déjà domestiqués, il gagne sa vie en réalité sans travail, sans effort. Diodore 19.97, fait dire au héraut nabatéen qui s’adresse à Démétrios qu’à capturer ses compatriotes, il ne gagnerait que des esclaves “apathiques” !

47 Un exemple parmi tant d’autres : les premiers compagnons de Tacfarinas, selon Tacite, Ann., 2.52.1, sont des nomades et brigands.

48 Lévi-Strauss 1964.

49 L’image réapparaît même dans un contexte plus favorable, comme chez Pomponius Mela qui, après avoir déclaré que les populations du littoral de la Cyrénaïque avaient des coutumes semblables à celles des gens civilisés (“semblables aux nôtres”), indique qu’elles se nourrissent de lait, du jus des baies et de la viande de gibier : Chorographie, I, 41.

50 Cf. Ammien Marcellin 31.2.3 ; 2.10.

51 Sal., Iug., 18.

52 Sal., Iug., 17-19 ; notamment le § 18, où Salluste affirme s’appuyer sur la traduction qu’on lui a faite des livres de Hiempsal, mais où il semble reprendre aussi bien les données de l’ethnographie grecque antérieure.

53 Cf. Trousset 1982b, 199 ; Hartog 1980, 207-219.

54 Sur le genre de vie des nomades ou semi-nomades, cf. Camps 1955, 277-284 ; Courtois 1955, 118-125 ; Leschi 1957, 65-74.

55 Dont l’une chez Diodore à la fin du passage cité plus bas : “Il y a d’autres tribus arabes dont certaines, même, cultivent le sol, mêlées aux populations qui payent tribut, et vivent exactement comme les Syriens, mais n’habitent pas dans des maisons”.

56 Diod. 19.94 (trad. F. Bizière, Les Belles-Lettres, 1975).

57 Hdt. 4.186.1. Sur les sources d’Hérodote sur l’Afrique, cf. Gsell 1915, 55-67.

58 Beaucoup moins que ne semble l’affirmer Devallet 2003, 31-38 ; cf. ci-dessus n. 67.

59 Luc., Pharsale, 4.677 : Numidae uagi.

60 Sil. 17.88-89, pour autant que le pastoralisme et la construction de huttes légères soient l’indication de leur nomadisme.

61 Sil. 3.278-279 : ils font cuire leur pain sous le sable chaud.

62 Sil. 3.287-299, avec une description assez précise de leurs errances.

63 Hdt. 4.172 les décrit déjà comme tels ; cf. aussi Diod. 3.49.2-5 ; Luc., Pharsale, 4.679 ; Sil. 3.320. Cf. Modéran 2003, 219-229.

64 Paus. 1.7.2, mais Pausanias qualifie de nomades des Arcadiens qui ne sont peut-être que des transhumants : 8.42.6.

65 Végèce 3.23, sur les Mazices comme éleveurs de chameaux ; cf. Desanges 1962, 112-113.

66 Pomponius Mela, Chorographie, 1.42, qui ajoute à leur propos des traits de barbarie absents des peuples côtiers : ils ne se réunissent pas pour délibérer et pratiquent la polygamie.

67 Sil. 3.274-275 (d’autres passages se contentent de les nommer sans les caractériser : 2.60 ; 5.194 ; 9, 11.89, 222 ; 15.670) ; cf. Desanges 1962, 106, qui les considère comme nomades parce que dresseurs de tentes ; ils ne sont que des transhumants. Sur les Maces, fermiers du désert, cf. Modéran 2003, 217-219.

68 Les Baniures chez Sil. 3.303-304.

69 L’indigent Nasamon pour Luc. 4.679.

70 Les Marmarides pour Luc. 4.680.

71 Ainsi Sil. 3.306, sur les Autololes “aux pieds agiles”.

72 Observation sans doute juste et qui contredit formellement Hérodote car celui-ci estimait qu’à l’ouest du lac Tritonis, les Africains devenaient agriculteurs et non pasteurs nomades : 4.191.1.

73 Desanges 1962, 136. Cf. aussi Berthier 1968, 293-300, qui conclut à un semi-nomadisme de ces peuples, les bornages de Vespasien ayant pour objectif de délimiter leurs terrains de parcours.

74 Plin. 5.34 ; Desanges 1962, 76.

75 Desanges 1962, 82.

76 Desanges 1962, 79 ; Courtois 1955, 93-94.

77 Desanges 1962, 47, à la suite des déductions de Courtois 1955, 96 ; cf. surtout, Modéran 2003, 209-249.

78 Desanges 1962, 101-102, partie nomades, partie montagnards.

79 Desanges 1962, 117-121.

80 Paus. 8.43.3.

81 IAM, 307.

82 Plin. 6.167-168. Sur les nomades du désert arabique, cf. Cuvigny 2003, 346-348, qui note que les textes de la région, les ostraca trouvés dans les fortins, ne mentionnent que les “barbares”, rarement les “Arabes”, une seule fois les “brigands”, λησταί (O. Krok. 26). Sur l’équivalence arabe = barbare dans les sources tardives, Kugener 1907, 408-412.

83 I. Pan 87, datée de 122-123.

84 Desanges 1962, 192-193.

85 Desanges 1962, 160-161.

86 Desanges 1962, 170. Ce sont les gens de Siwah, qu’Hérodote déjà plaçaient parmi les peuples situés au-delà du monde des bêtes sauvages : Hdt. 4.181.

87 Desanges 1962, 178.

88 Desanges 1962, 178.

89 Cf. Aliquot 1999-2003, 161-290.

90 Str. 16.2.20.

91 Flavius Josèphe, AJ, 15.344-348 (trad. J. Chamonard).

92 Cf. Sartre 1979, 37-53.

93 Str. 16.4.21 et 26.

94 Desanges 1962, 152-154.

95 Desanges 1962, 89.

96 Rebuffat 1990, 231-247.

97 Jaussen & Savignac [1909-1914] 1997.

98 Winnett & Reed 1970, avec bibliographie antérieure.

99 Huber 1891, accompagné de J. Euting.

100 Doughty 1884 (publié à titre posthume par Ernest Renan).

101 Philby s. d. [1954 ?] ; Lippens 1956 ; Expédition Philby-Ryckmans-Lippens 1962.

102 L’article fondamental demeure celui de Macdonald 1993. La remise en cause systématique des thèses défendues par ses devanciers doit être largement acceptée, même s’il reste quelques points de désaccord, notamment sur la fréquentation des villages du Hauran par ces nomades et leurs relations avec les sédentaires.

103 Macdonald 1993, 316-317.

104 Modéran 2003, 219-229 surtout.

105 Desanges 1998b, 3063-3065 ; cf. aussi Luisi 1994, 35-42.

106 Sal., Iug., 19.6.

107 Pomponius Mela, Chorographie, 3.104.

108 Mattingly 1995, 48-49 et 70-72 ; Ruprechtsberger 1997 ; Liverani 2000, 17-38 ; Trousset 1998 ; Desanges 1998a. Sur leur passage à Bu Njem : Marichal 1992, 177, n° 71, 2 ; 179, n° 72, 1-2.

109 Sur le partage entre intérieur et extérieur, et donc l’existence d’une frontière bien établie, cf. Rebuffat 2004, 155-203.

110 Rappelons que si le désert oriental (arabique) est habité par des nomades qui y trouvent de l’eau et des pâturages, en revanche le désert occidental (libyque) ne présente pas du tout le même aspect : l’eau en est absente en dehors des oasis (parfois très étendue). Les nomades qu’on y rencontre à l’occasion viennent de beaucoup plus loin vers l’ouest et se rendent dans les oasis pour y commercer ou s’y employer comme caravaniers. Reddé 2003, 202-203, note que la paix règne entre Auguste jusqu’au milieu du iii e siècle. Sur l’absence de troupes dans les oasis : Reddé 1991, 485-493.

111 Ainsi les Garamantes : Tac., Ann., 4.26, au sujet de l’ambassade des Garamantes à Rome après la fin de la révolte de Tacfarinas et la signature d’un traité. Le contrôle militaire romain s’arrête assez largement au nord, à Ghadamès (Cidamus), au-delà du Hamada el Homra ; encore le fortin n’est-il occupé de façon permanente qu’à partir des Sévères : Trousset 1994.

112 Macdonald 1993, 303-413, notamment p. 308-310.

113 Cf. la belle mise au point de Digard 1990, 97-111.

114 Pseudo-Scylax les décrit comme vivant sur la côte entre le Cinyps et le fond de la Grande Syrte pendant l’hiver, puis dans l’intérieur pendant l’été ; sur leur sédentarisation, cf. Rebuffat 1987, 33-68.

115 Trousset 1982b, 198.

116 Cf. ILAlg. I, 2828-2829 ; Syme 1951, 113-130 (= Syme 1979, I, 218-230) ; Desanges 1962, 117-121.

117 Ainsi le développement du village de Diyathé, exploré par Villeneuve 1986, 697-715.

118 Par exemple Lassère 1982, 11-25.

119 Sur tout ceci Shaw 1982, 36-38.

120 Cf. Trousset 1997, 3-11.

121 Dunant 1971, 56-59, n° 45, Institut Fernand-Courby 1970, 163-166, n° 31.

122 Inv. X, 44 (texte grec ; le palmyrénien précise le mois : Tébet soit janvier).

123 Inv. III, 28.

124 Cuvigny 2003, 327, O. Krok., 87, notamment.

125 Cuvigny 2003, 326-327.

126 Cuvigny 2003, 329-331.

127 Swanson 1975, 582-600 ; Desanges 1978a, 52-58 ; Desanges 1999b, 243-244.

128 Desanges 1999b, 245, en réponse à Floriani Squarciapino 1980, 113-118.

129 Wagner 1987, 315, 324-326.

130 Cuvigny 2003.

131 Cf. la démonstration très convaincante de Trousset 2002-2003, 355-373, qui montre qu’il existe là un axe de circulation qui suit l’extérieur du limes, et que tous les produits taxés sont ceux qui entrent dans la province.

132 CIL, VIII, 11824 ; D. 7457.

133 Tac., Hist., 4.50.

134 Cf. Kupper 1957 ; Kupper 1959, 113-127 ; Luke 1965.

135 Carcopino 1925, 30-57 et 118-149 ; Benseddik 1982 ; Le Bohec 1989.

136 Sartre 1975, 153-156.

137 Seyrig 1941, 218-223 (= AntSyr., III, 162-167) ; Sartre 1982, 29-35. Les graffitis laissés par ces troupes ont été revues récemment par L. Nehmé et feront l’objet d’une nouvelle publication.

138 Hamdoune 1999.

139 Sur les unités ituréennes, Schottroff 1982, 125-152, notamment p. 148-152 ; noter, en milieu de nomades, le rôle de la cohors II Ituraeorum equitata, stationnée en Basse Nubie, mais qui intervient contre les nomades du désert oriental : Cuvigny 2003, 328.

140 C’est la proposition très vraisemblable de Macdonald 1995, 93-101, récusant l’idée qu’il s’agisse d’une confédération de tribus thamoudéennes.

141 Textes rassemblés dans Sartre 1982, 122-128.

142 En réalité, les dromedarii sont plutôt rares, et les chameaux paraissent avoir été utilisés surtout pour le transport (Hygin, De mun. Castr., 29). Il n’y a pas d’attestation d’usage de dromedarii avant l’Empire (Tac., Ann., 15.12), lorsqu’une unité de méharistes est affectée à la cohors I Augusta praetoria Lusitanorum en Thébaïde en 156 (BGU, II, 696). Des ailes de méharistes sont attestées à partir de Dioclétien : ala I Valeria Dromedariorum (Notitia, Or., 31.57, en Thébaïde) dont un vétéran est connu (CIL, III, 123) ; ala II Herculia Dromedariorum (Notitia, Or., 31.48, en Thébaïde) ; ala Antana Dromedariorum en Palestine (Notitia, Or., 34.33). On voit deux chameaux de combat sur la colonne de Théodose à Constantinople. Cf. aussi Ammien Marcellin, 28.6.5 : le comte Romanus dispose de 4 000 chameaux ; Végèce 3.23 ; Procope, Vand., 2.11.

143 Cf. Desanges 1978b, 350-351.

144 Cf. I. Pan 87, qui célèbre la victoire sur les Agriophages en 122-123, mais surtout les ostraca du désert oriental, témoins précieux de la vie quotidienne : Cuvigny 2003, 351-352.

145 Macdonald 1993, 331-333.

146 Thèse défendue par Parker 1987b, 43, contra Graf 1989, 341-400, approuvé sur ce point par Macdonald 1993, 335-346, malgré de nombreux désaccords sur l’exploitation des documents.

147 Ci-dessous p. 79.

148 Liste dans Cuvigny 2003, 351-352.

149 Cf. le tableau dressé à partir des inscriptions et de l’Histoire Auguste par Spaul 1997, 253-258 (tableau p. 255) ; cf. aussi Euzennat 1984, 372-393 ; je n’ai pu consulter Nieto Navarro 1987, 215-225 ; enquête comparable de Modéran 2003, 219-249, pour les tribus de Tripolitaine.

150 Cf. Dentzer 1999.

151 On trouvera une belle illustration des positions classiques en ce domaine dans Leschi 1957, 65-74, imaginant des Romains ne cessant de patrouiller et de repousser par la force des nomades envahissants : “les relations entre les Romains et les nomades sahariens ont été, au premier chef, fondées sur la force” (p. 73).

152 Sartre 1979, 37-53.

153 Modéran 2003, 224.

154 Trousset 1974.

155 C’est ce qui ressort de la carte donnée par Spaul 1997, 257 ; cf. Spaul 1994, 105-119 ; cf. l’exposé détaillé des fortifications de Euzennat 1989.

156 Lesquier 1918, 414-417, suivi par Wagner 1987, 374, estimait qu’il existait dans les oasis d’Égypte de nombreux postes fortifiés dès le Haut Empire, ce qui le conduisait à conclure à l’existence d’une garnison importante, bien que l’on n’ait pratiquement aucune mention de soldats pour cette époque. Cette absence paraît troublante, et s’expliquerait mieux s’il n’y avait de fait qu’une faible présence militaire dans les oasis avant le début du iii e siècle, comme on l’observe en Syrie et Arabie par exemple. M. Reddé a montré récemment, qu’il fallait supprimer nombre de postes militaires que Wagner 1987 considérait comme tels : Reddé 2007.

157 Cf. SHA, V. Aurélien, 33.41 ; V. Probus, 17.19 ; Zosime 1.71.

158 Wagner 1987, 345, avec les sources.

159 Wagner 1987, 390 ; possibilité d’une visite de détachements d’une cohorte III Ituraeorum dans le courant du ii e siècle à Bahariyyah.

160 Reddé 2004 se demande d’ailleurs quels pourraient bien être les ennemis puisque les Blemmyes vivent sur la rive droite du Nil.

161 Cf. la publication récente de Cuvigny 2003.

162 Baradez 1949, à compléter par Trousset 1974 ; Trousset 1978, 125-155.

163 Fentress 1979, 112 sq. ; Shaw 1982, 40-41.

164 Shaw 1982, 42.

165 Savignac 1933, 405-422 ; Savignac & Horsfield 1935, 245-278 ; Sartre 1982, 129 ; sur la résidence, cf. Tholbecq 1998, 241-254.

166 Cuvigny 2003, 327-328.

167 Cf. Rea 1990, 126-128.

168 Cuvigny 2003, 329-331.

169 Rebuffat 2004, 157-158. Cf. les textes réunis par Marichal 1992.

170 Trousset 1980, 931-942.

171 Cf. d’autres exemples chez Mattingly & Jones 1986, 87-96 ; Trousset 1984, 383-398 ; Trousset 1993-1995 [1997], 155-163 ; sur le sens du mot, Napoli & Rebuffat 1993, 35-43.

172 Gsell 1933.

173 CIL, VIII, 8813 et 8814 ; cf. Desanges 1962, 66-67.

174 Benabou 1976, 429-445 (env. 20-25 bornes).

175 Leschi 1957, 65-74.

176 Shaw 1982, 38.

177 Desanges 1962, 136.

178 Desanges 1962, 129.

179 Desanges 1962, 142, borne datée de 87 (IRT, 854), près de Syrte.

180 Desanges 1962, 138, borne de 104-105 du côté des Musulames.

181 Cf. plus haut.

182 Wagner 1987, 314.

183 Cf. Reddé 2004, 205.

184 O. Bu Njem, 71, 72.

185 Inventaire des bureaux du portorium dans Rebuffat 2004, 168, et des péages, p. 169-170.

186 CIL, VIII, 4508 ; cf. 18643 : Darmon 1964, 6-23.

187 Trousset 2002-2003, 355-373.

188 CIL, VIII, 24512 ; cf. Courtois 1955, 98.

189 Napoli 1997, 397-460 (397-407, sur celui de Sala).

190 I. Portes 67.

191 Cuvigny 2003, 273 et 374-375.

192 Édit d’Anastase, SEG, 9.356, § 11, l. 46-52, qui rappelle aux soldats et agents impériaux d’avoir à vérifier que ceux qui circulent aient bien les autorisations nécessaires ; cf. Modéran 2003, 219.

193 Cité par Rebuffat 2004, 158.

194 Cf. Rebuffat 1993, 23-33, avec de nombreux exemples qui font songer à la situation des princes-clients du début de l’époque impériale au Proche-Orient (p. 26) ; Melani 1994, 153-176 ; Migliario 1999, 427-461.

195 Benabou 1976 446-457 ; Leveau 1973, 153-192 ; Lepelley 1974, 285-295 ; Shaw 1982, 39 ; Letta 2000, 2093-2109.

196 Sur les colloquia avec les Baquates notamment, cf. Frézouls 1957, 65-116 ; Christol 1988, 305-337.

197 Déjà Sartre 1982, 126 ; Macdonald 1993, 368-377.

198 Hadrien fils de Soados, à Malka : Wadd. 2196.

199 Odeinath fils de Saouados à Rama : Wadd. 2236.

200 Cf. Marcone 1991, 105-114.

201 Cf. Sartre 2001, 783-784.

202 Rebuffat 1987, 33-68.

203 Plut., Marius, 73.1 ; cf. Gascou 1969, 537-599.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search