Version classiqueVersion mobile

Le bazar de l’hôtel de ville

 | 
Ézéchiel Jean-Courret
, 
Sandrine Lavaud
, 
Judicaël Petrowiste
, 
et al.

Avant-propos

Ézéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud, Judicaël Petrowiste et Johan Picot

Texte intégral

  • 1 UMR 5607 CNRS université Bordeaux-Montaigne, LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux

1Cet ouvrage s’inscrit dans une tradition d’histoire urbaine de l’école bordelaise, que Charles Higounet avait impulsée, notamment avec la création de la collection de l’Atlas historique des villes de France. Aujourd’hui intégrées à l’axe “Espaces : fabrique, usages, représentations” de l’institut Ausonius1, ces recherches sur la ville font l’objet de plusieurs séminaires et programmes financés à l’échelle régionale de l’Aquitaine. L’espace et les dynamiques de sa formation en constituent un axe privilégié de recherche mais sont également interrogés les acteurs et les pouvoirs dont ceux des communes au premier chef, – qui impactent la fabrique urbaine. L’interdisciplinarité, au cœur de la pratique des chercheurs d’Ausonius, donne ici son plein effet et permet de mener à bien la confrontation et l’analyse de sources variées, tant archéologiques, icono-cartographiques que textuelles ; parmi ces dernières, l’écrit municipal constitue une matière archivistique particulièrement riche et informative, que les médiévistes ont largement exploitée. C’est dans le cadre de cette familiarité avec les sources communales et en corrélation avec les problématiques sur les dynamiques urbaines, qu’a émergé l’objet d’étude sur les attributs matériels du gouvernement urbain.

2Ces problématiques rejoignent celles développées au sein de l’équipe Identités Cultures Territoires (ICT) de l’Université Paris Diderot, particulièrement de l’axe “Territoires, mobilités et pouvoirs”2. Une des pistes de réflexion de cette enquête collective sur les attributs sur la constitution et la gestion des archives des villes du Midi à partir du xiiie siècle. En cela, le projet croise certaines des préoccupations scientifiques du programme de recherche “Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (xiie-xve siècle)” porté par le laboratoire ICT (Didier Lett, Judicaël Petrowiste) en collaboration avec l’École française de Rome.

3L’opportunité d’échanger sur ces questions a rassemblé chercheurs aquitains, midi-pyrénéens, languedociens, provençaux et même, parisiens et a suscité un partenariat entre les institutions de recherche pour la réalisation de deux journées d’études qui se sont respectivement tenues à Bordeaux, le 6 mai 2015 et à Paris le 20 novembre suivant. Le projet avait pour ambition de dresser un premier état des données et de les confronter, afin d’en pointer concordances et divergences par une démarche comparative ; les communications se sont centrées sur la période d’affirmation et de maturité (xiiie-xve s.) – et de production d’archives – des corps municipaux, en étendant le cadre géographique de l’Aquitaine à un grand Midi dans son acception actuelle à l’échelle nationale. Une focale à double foyer a été adoptée : soit par attribut matériel (une catégorie pour une ou plusieurs villes, journée du 06 mai), soit par ville (un, plusieurs ou tous les attributs d’une municipalité, journée du 20 novembre). L’écriture et les échanges scientifiques qui ont constitué la suite logique de ces riches amorces ont suscité le plan actuel de l’ouvrage.

4De ces deux rencontres, chacun retient l’accueil amical et l’organisation parfaite orchestrée par les personnels des laboratoires Ausonius et ICT. À chacun et chacune d’entre eux, nous adressons nos chaleureux remerciements, sans oublier, pour le présent opus, l’équipe d’Ausonius éditions. Enfin, les partenaires impliqués dans le projet ont apporté le concours financier de cette publication. Que les Universités Bordeaux Montaigne et Paris Diderot, ainsi que Mesdames et Messieurs Jérôme France et Isabelle Cartron, directeur et directrice adjointe de l’institut Ausonius, Charlotte de Castelnau l’Estoile et Laurent Dedryvère, directrice et directeur-adjoint du laboratoire ICT, et Didier Lett – qui a partagé avec générosité sa dotation de membre de l’Institut universitaire de France – veuillent bien trouver ici l’expression de notre sincère reconnaissance.

Notes

1 UMR 5607 CNRS université Bordeaux-Montaigne, LabEx Sciences archéologiques de Bordeaux

2 Thématique “Construction des territoires politiques” ; voir à cet effet http://www.ict.univ-paris-diderot.fr/axe-1-territoires-mobilités-pouvoirs

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search