Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Première partie. Des vies en mouvement

Aux sources de la turbulence : bref essai d’intersection

Jean-François Pérouse

Texte intégral

1Les “vies turbulentes” passées, restituées et analysées dans cette première partie, fournissent abondante matière à réflexion au contemporanéiste. Mais surtout, elles devraient l’inciter à une plus grande modestie et prudence dans ses propres travaux, tant il est enclin à qualifier ce qu’il a le privilège (et le devoir) de pouvoir observer en direct, de “nouveau”. Cette illusion de la nouveauté – qui fait des ravages dans les sciences sociales et occasionnent des querelles et enthousiasmes bien ridicules, avec le recul –, même parée des atours de jargons en tout genre, procède, à la vérité, d’une déplorable cécité sur les phénomènes du passé que les cloisonnements institutionnels et disciplinaires révèlent et accusent à la fois. L’occasion nous est donc donnée là d’esquisser un dialogue avec les historiens et de réaliser, une nouvelle fois, combien ces échanges de points de vue peuvent être féconds.

2Cette première partie est divisée en trois moments, correspondant à trois figures sociales de la mobilité, soit, successivement : “Nomades”, “Travailleurs itinérants”, puis “Errants et marginaux”. Le premier moment interroge le fait nomade à l’antiquité (J.-M. Durand pour la Mari du xviii e a. C., M. Sartre pour l’Empire romain et C. Müller pour les Scythes des vi e-ii e a. C.), mais aussi à l’époque moderne, avec le cas des Tsiganes (H. Asséo) ; le second fournit trois cas de mobilité de travail (P. Jockey, pour l’Antiquité classique, B. Salvemini, pour l’Italie du Sud à l’époque moderne et I. Tamdoğan, pour l’Üsküdar du xviii e siècle) ; enfin, le dernier sous-ensemble regroupe trois analyses des formes de l’errance : pour l’Empire romain des i er-v e siècles (B. Pottier), Byzance (M.-F. Auzépy) et enfin Salonique au xviii e siècle (Eyal Ginio). La diversité des époques prises en compte comme celle des territoires et langues de référence ouvre un champ stimulant de tensions et confrontations, au-delà d’une commune terminologie classificatrice.

Convergences

3a) Ainsi, nombre de contributeurs insistent sur l’extrême relativité des catégories mobilisées et sur la nécessité de déconstruire des catégories dans lesquelles nous nous installons souvent trop confortablement, alors que les pratiques de mobilité que nous avons à décrire se caractérisent par une grande “labilité” des dénominations. L’attention aux modes de désignations vernaculaires, le recours à la linguistique, à la philologie (J.-M. Durand) et à l’épigraphie se révèlent indispensables pour briser les a priori. L’itinérance, terme dérivé bien ultérieurement (fin xix e s. pour itinérant, en français) d’itinéraire – terme, lui, attesté dès le début du xvii e s., est d’ailleurs avant tout une affaire de discours et de relation…

4Cette inertie des catégories utilisées – chacune étant le produit d’une plus ou moins longue construction/stratification à la fois scientifique, statistique, administrative juridique et politique – par rapport aux phénomènes des mobilités, entraîne des décalages, des inadéquations gênantes. La passion classificatrice qui anime les sciences sociales bute de ce fait inévitablement sur l’objet d’étude qui nous intéresse, tant les formes transitoires sont nombreuses et tant sur le terrain, si on adopte une perspective relationnelle, les degrés de négociations entre acteurs sont multiples (C. Müller).

  • 1 Park 1928.
  • 2 Mohapatra 2007.

5b) De même, à la lecture de ces textes, on réalise bien le poids de l’idéologie sédentariste et intégratrice, qui conduit, nolens valens, à dévaloriser les figures mobiles et à rabattre le mouvant du côté de la marge sociale1, instable et menaçante. Le vocabulaire que nous utilisons est ainsi forgé à partir d’une posture sédentaire, appuyée sur la sphère légitimatrice de l’écrit et sur un point de vue social non innocent (celui de l’élite, comme le rappelle E. Ginio). À l’ethnocentrisme2 s’ajoute donc une sorte de sédentaro-centrisme toujours partiel, pesant, encombrant, mais constitutif des regards institués, autorisés, sur les mobilités. Cette polarisation sédentaire a évidemment à voir avec l’exotisme persistant du nomade, qui apparaît à celui qui se pense en tant que sédentaire/supérieur comme la figure suprême de l’altérité (et des siècles après les auteurs romains cités par nos contributeurs, on retrouve dans toute une littérature contemporaine les mêmes accents de fascination vis-à-vis des nomades).

6À la partialité s’ajoute le conjoncturel, qui renforce encore l’arbitraire des catégories dominantes : comme le montre B. Pottier, la catégorie du vagabond est, dans des contextes précis, construite par le pouvoir qui érige des normes circonstancielles, à la fois comportementales, spatiales et sociales.

7De ce fait, il apparaît important de sortir de la dualité sédentaire/nomade, éminemment réductrice, comme le suggère Jean-Marie Durand à propos de l’Orient antique, en déplaçant le regard et en se méfiant du point de vue qui tend à ériger la sédentarité en norme (comme le souligne B. Salvemini), voire en normalité et à caler notre appréciation sur une “échelle de civilisation” qui placerait la sédentarité au stade ultime du développement. À la base des représentations – dont M. Sartre rappelle le poids déformant, surtout quand elles sont devenues “clichés” –, la sédentarité se situe à l’aboutissement suprême d’un processus “civilisationnel”. Tout comme l’intégration…, tenace objectif des États qui fait toujours débat.

  • 3 Ong 1999.

8c) On rejoint là la question de la fragilité des assignations identitaires et territoriales, les deux processus d’assignation se déployant d’ailleurs fréquemment de manière parallèle. À cet égard, le paradigme sédentaire renvoie à l’une des formes dominantes d’assignation. Les vies en mouvement obligent à repenser le territoire, en prenant en compte la pluralité, l’intermittence et la précarité des appartenances. Elles obligent dès lors à sortir de l’équation politique, arcboutée sur le paradigme intégrateur : “une population”/“un territoire” (et bien souvent, une activité dominante). Ce dépassement inciterait donc à déphaser la citoyenneté du territoire3. L’idée de citoyenneté déterritorialisée, chère aux penseurs socialistes autrichiens des années 1930, aide à penser une citoyenneté (une affiliation politique) en termes non exclusivement territoriaux. Cet affranchissement est exigé par les pratiques répétées de mobilité, comme par l’arbitraire des redéfinitions frontalières.

9En outre, la fragilité des assignations amène à refuser toute forme d’essentialisme et de fixisme. Ainsi, on ne peut que souscrire à la critique générale du nomadisme décrit comme “genre de vie”, expression qui résulte d’une naturalisation de pratiques sociales, non exempte par ailleurs d’un certain déterminisme naturel, tel “milieu” censé engendrer, comme mécaniquement, le nomadisme (ainsi que des économies pastorales). De même, J.-M. Durand rappelle le risque qu’il y a à superposer un supposé “genre de vie” avec une forme d’organisation sociale – elle aussi souvent naturalisée et figée –, la tribu en l’occurrence.

  • 4 Granovetter 1983.

10d) Enfin, sur la question du capital social (relationnel) qui fonde certaines pratiques de mobilité, d’intéressantes illustrations nous sont fournies (comme dans le cas des Tsiganes étudiés par H. Asseo), qui font écho à certaines études très contemporaines attachées aux “compétences relationnelles”. De ce fait, dans un rapport dialectique, la mobilité permet à la fois de se construire un capital social – reposant sur des codes de l’honneur aux déclinaisons infinies – et d’utiliser ce capital comme ressource facilitatrice (et mémoire active). En ce sens, si la mise en mouvement peut entraîner une certaine autonomisation de l’individu par rapport à sa communauté d’appartenance et d’allégeance (définissant sa morphologie sociale “primordiale”), elle entraîne aussi une construction de nouveaux liens sociaux dont la faiblesse apparente est à interroger4. La mise en mobilité ne signifie donc pas nécessairement, loin de là, désafiliation sociale. À ce propos, quand bien même elle serait possible, l’analyse de la formation de “communautés de circonstance”, à la morphologie sociale éphémère, serait du plus grand intérêt.

Esquisse de pistes pour des circulations interdisciplinaires

11Ces convergences évoquées, qu’il soit permis cependant au contemporanéiste, toujours tenté par la formalisation, de risquer une généralisation à propos de ces “vies en mouvement” dont la diversité des formes apparaît vertigineuse. La mise en mouvement peut être le fruit de la contrainte (toujours intériorisée et interprétée par les individus, comme par les collectifs) ou du calcul (et de la stratégie). À cet égard, le cas des artisans de la pierre dans l’antiquité classique (P. Jockey) offre un exemple qui aide à sortir de la vision misérabiliste des “hommes en mouvement”, en introduisant les notions de recherche de prestige par la mise en mouvement et de concurrence entre acteurs sur un marché “international” ou inter-urbain. On pourrait esquisser là un parallèle avec les analyses d’Alain Tarrius (1992, 2000) sur les “migrants riches” et les “nouveaux cosmopolitismes” que secrète cette circulation dorée. De même, la notion de “compétence à la mobilité” très en usage aujourd’hui, peut trouver des échos dans le passé, ainsi que le montre I. Tamdoğan. En d’autres termes, le mouvement ne procède pas uniquement de contraintes exercées sur l’individu ou le groupe (et diversement appropriées), il peut également être le produit d’un choix individuel (lui-même, toutefois, si l’on creuse, dérivé d’images, de représentations, de modèles incorporés…).

12Dès lors, même si on a déjà de la peine à la restituer pour les périodes contemporaines, on pourrait s’efforcer de retrouver la dimension “plaisir” du mouvement dans les périodes passées. En n’oubliant pas qu’aujourd’hui comme hier l’absence de mobilité et l’impossibilité pour un individu donné d’entrer en mobilité quand il le souhaite, signifie l’assignation à résidence, la captivité, en d’autres mots.

13Il y a donc une certaine hypocrisie dans l’éloge de la sédentarité – comme dans celui de la mono-identité ou mono-appartenance –, implicite à certaines classifications, tant le “pouvoir être mobile” semble faire partie des aspirations humaines “fondamentales”. Ce “pouvoir être mobile” – qui définit, selon le sociologue Jean Rémy (1993), l’urbanité même –, pour autant, se définit par rapport à un ou des points fixes, repères dont la propriété et jouissance ne sont pas le lot de tout le monde. De ce fait, on pourrait en venir à avancer que le mouvement peut être pensé comme un luxe ou un “plus être” (dont on attend des gratifications/bénéfices) quand il est combiné à la possibilité de se fixer (c’est-à-dire à la possession d’un logement). En ce sens, la figure du vagabond (B. Pottier) échappe bien à cette dialectique, contrairement à celle du moine errant (M.-F. Auzépy : “l’érémétisme n’est pas erratique”).

14Ceci admis, en se gardant de catégorisations trop rigides, il serait possible d’opérer toute une série de différenciations, en fonction de l’échelle de temps de la mise en mouvement (durée), de sa fréquence (mouvements temporaires, saisonniers…), de l’échelle d’espace investie, de l’appartenance sociale (et là on retrouverait les élites circulantes), de la relation économique engendrée par le mouvement (valeur de l’échange, s’il y a) et enfin en fonction du genre. B. Salvemini fait une allusion à cette dimension du genre, en précisant que les mouvements qu’il étudie sont le fait principalement d’hommes. Les vies en mouvement féminines restent donc à étudier, mais cet objet d’étude, frappé d’un double stigmate – celui du genre et du mouvant, auxquels il faudrait certainement ajouter le stigmate social –, n’est pas suffisamment documenté… “Silences normatifs” de l’histoire écrite. Pour les femmes bien souvent, la mise en mouvement, plus que l’affranchissement, peut signifier la rupture par rapport au milieu familial (et la conversion aussi), à l’instar de ces Sénégalaises lancées dans le commerce des pagnes. C’est dire combien l’inscription des mobilités dans le rapport individu/groupe d’appartenance a son importance.

15À cet égard, on pourrait tenter l’exercice – “par la négative” en quelque sorte – consistant à s’interroger sur les facteurs de la captivité, entravant voire interdisant toute vie en mouvement. La notion de population captive – la captivité renvoyant à des facteurs sociaux (domination masculine, patriarcale), économiques, idéologiques, techniques… –, sortie du strict registre carcéral ou biologique (écologique, au sens des niches de l’École de Chicago), est à présent très employée en économie des transports, en sociologie électorale, des déplacements et du logement. Elle pourrait être utilisée en histoire aussi.

16Pour autant, l’exercice de la typologie, qui peut paraître satisfaisant, comporte quelques risques. Risque de l’agrégation de formes hétérogènes qui n’ont à l’examen en commun que le recours à une qualification générale (celle de la “mobilité”), simple métaphore classificatrice. On se heurte à ce stade au risque d’une hypostasie de la mobilité (ou du mouvement) qui permettrait de regrouper sous une qualification générique commode des pratiques sociales en définitive hétérogènes les unes aux autres, en dépit d’une affinité apparente, induite par un point de vue dominant, normatif, sédentaire et écrit.

17Or la classification est un acte qui révèle un point de vue insuffisamment interrogé, celui de l’État et de la sphère technocratique et scientifique informant les récits de la mobilité. La classification, renvoie donc à un centre, relativement fixe, qui élabore la norme ainsi que, pour reprendre l’expression de P. Bourdieu, le “point de vue sur les points de vue”. On retrouve là un aspect évoqué plus haut sur les rapports entre construction de la sédentarité et sphère de l’écrit. Décentrer les points de vue, comme y invite l’observation mobile et l’attention aux vocabulaires des mobiles, aboutirait à d’autres classifications.

18De plus, le contemporanéiste serait tenté de poser des questions relatives aux figures, assurant des médiations sociales, politiques et économiques, que l’on qualifie “d’entrepreneurs de la mobilité”, professionnels ou non, orchestrant et facilitant d’une manière ou d’une autre ces pratiques sociales. En d’autres termes, peut-on identifier des métiers de la mobilité qui jalonnent les itinéraires, des relais, des médiateurs ? Dans quelle mesure ces “entrepreneurs de la mobilité” fonctionnent-ils comme des faiseurs de communautés, même précaires ? Accessoirement se profile la question de l’économie du mouvement et de l’éthique qui anime ceux qui participent à cette économie. Autrement dit, comment s’édifient et s’activent les codes qui régissent les acteurs en mouvement quand ils entrent en interaction, hors des systèmes de normes étatiques ?

19Pour finir, on peut revenir sur les figures du territoire sous-jacentes aux diverses analyses proposées dans cette partie, pour proposer quelques modèles graphiques qui pourraient venir à l’appui de nombre des cas analysés ici. Ces figures ne sont que des métaphores descriptives à valeur heuristique destinées à casser une vision trop orthonormée du territoire quadrillé par un pouvoir central omniprésent. Ce faisant, il semble important de sortir de la dichotomie centre/périphérie – trop stato-centrée et hiérarchique – auxquelles les vies en mouvement résistent et dont elles soulignent l’inanité. Parmi ces figures alternatives, citons :

  • le territoire-réseau, où les relations entre éléments constitutifs (groupes, individus) d’un système, quelle que soit leur position absolue, importent plus que les localisations, jamais fixes et définitives ; avec le territoire réseau, les interactions entre acteurs transcendent le territoire.
  • Le territoire-temps, caractérisé par une plasticité et des respirations qui l’étendent et le contractent ;
  • l’archipel, où les îlots ne sont pas régulièrement reliés entre eux par des flux. On est là dans une métaphore à la fois maritime et désertique (oasis), qui insiste sur les discontinuités entre repères fixes et la grande précarité/variabilité des déplacements entre ceux-ci.
  • Enfin, l’anamorphose peut aider à rendre compte des distorsions, des investissements inégaux, des valorisations et occupations variables, ainsi que des points de vue antagoniques.

20En conséquence, la cartographie descriptive “classique”, trop assignatrice et unidimensionnelle, est impuissante à donner à voir ces vies en mouvement. Elle est réduite à présenter un seul point de vue, axés sur les repères par rapport auxquels se déploient les mobilités.

21Au total, à l’heure des logorrhées pseudo-scientifiques sur l’hypermobilité et de la promotion planétaire (et marchande) du nouveau nomadisme, il apparaît salutaire de lire les historiens. Même si les risques d’anachronisme inhérents à ce travail de confrontation existent, le large éventail de mobilités et les réflexions qui nous sont proposées ici permettent de jeter un éclairage stimulant sur des questions centrales pour les sciences sociales. Et notamment, au-delà de tout essentialisme et de tout nominalisme, sur le rapport que les constructions identitaires comme les usages et représentations du territoire entretiennent avec les pratiques de mobilité, dont les mobiles ne sont jamais réductibles à un facteur unique, sans être toujours troubles.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bouillon, F. (2003) : “Des migrants et des squats : précarités et résistances aux marges de la ville”, Revue Européenne des Migrations Internationales, XIX, no 2, 23-46. Accessible en ligne à l’URL : http://remi.revues.org/document440.html

Castells, M. (1996) : La société en réseaux, I, Paris.

Granovetter, M. (1983): “The Strengh of Weak Ties: a Network Theory Revisited”, Sociological Theory, 1, 201-233.

Missaoui, L. (2000) : Les fluidités de l’ethnicité ou les compétences de l’étranger de l’intérieur, Lille.

Mohapatra, P. P. (2007): “Eurocentrism, Forced Labour and Global Migration: a Critical Assessment”, International Review of Social History, 52, 102-115.

Ong, A. (1999): Flexible Citizenship. The Cultural Logic of Transnationality, Durham - Londres.

Park, Robert E. (1928): “Human Migration and the Marginal Man”, The American Journal of Sociology, XXXIII, n ° 6 (May, 1928), 881-893.

Rémy, J et L. Voye (1992) : La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris.

Tarrius, A. (1992) : Les fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, La tour d’Aigues.

— (2000) : Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, Identités, Territoires, La tour d’Aigues.

Whitol de Wenden, C. (2001) : “Un essai de typologie des nouvelles mobilités”, Hommes et Migrations, 1233, sept-oct., 5-12.

Notes

1 Park 1928.

2 Mohapatra 2007.

3 Ong 1999.

4 Granovetter 1983.

Auteur

Université Toulouse-Le Mirail, Université Galatasaray (Istanbul)

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540